-20%
Le deal à ne pas rater :
Nike MD Runner 2
51.97 € 64.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je pétais littéralement un plomb, j'en avais conscience. Tout ce que j'avais tenté de maintenir jusqu'à présent, ce qui me restait de santé mentale, cette façon que j'avais de jouer la comédie devant tout le monde, pour faire croire que j'allais bien, tout foutait le camp. Je ne m'étais pas rendu compte, ou plutôt j'avais refusé de m'avouer, à quel point c'était important pour moi qu'elle ait accepté. C'était la seule petite chose qui m'avait permis de me raccrocher un minimum à cette vie. Cette promesse de pouvoir vivre quelque chose de fort avec elle. C'était une tentative désespérée, celle de me dire que si cela ne marchait pas, que si le fait de vivre à fond avec elle ne me donnait pas envie de profiter davantage... alors rien n'y arriverait jamais. Jamais rien ne pourrait me donner le goût de vivre. Mais elle ne voulait pas. Elle ne se raccrochait pas à ça comme moi. Elle avait déjà laissé tomber. Je ne savais pas pourquoi elle avait accepté de me laisser une année, mais elle savait déjà qu'au bout elle se foutrait en l'air quoi qu'il arrive. Alors pourquoi est ce que je bataillais? Pourquoi est ce que je me préparais à vivre une année misérable à nouveau, seul toute la journée dans cette maison trop grande pendant qu'elle irait faire un boulot de merde qui la laisserait aigrie. Une année de souffrance et de ressentis... non je ne voulais absolument pas vivre ça. Plutôt me tuer tout de suite que de faire ça.

Alors je balançais l'argent par les fenêtres, littéralement. Plus rien n'avait d'importance. Je balancerais tout avant de me balancer moi même. Je retirais mon offre. Ca n'avait plus aucun intérêt qu'elle reste là. Je ne voulais plus... Je n'y arrivais plus.

Je me laissais faire sans réagir alors qu'elle m'entrainait loin de la fenêtre, qu'elle se cramponnait à moi en pleurant. Je baissais le regard sur elle, l'écoutant parler.

- Je te demande juste d'être avec moi pour une année... Je veux juste... quelqu'un avec qui dépenser tout cet argent. Je veux... vivre à fond cette vie avec toi. Essayer de faire ce que les gens disent, profiter de la vie. Mais pas seul... avec toi et... et si ça ne marche pas alors... rien ne marchera.

Je ne me rendis compte qu'à ce moment là que j'étais entrain de pleurer moi aussi, quand les larmes furent trop nombreuses pour que je puisse la voir clairement. Je les essuyer rapidement avant de la fixer.

- Mais si... si tu ne veux pas faire ça... que tu te dis que tu profites de moi, que je te fais la charité ou je ne sais quoi... que tu refuses ce que je t'ai proposé.... alors autant sauter tout de suite. N'attendons pas un an.

Je ne voyais pas l'intérêt de continuer là tout de suite...

Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

Je commence seulement à réaliser qui oui... son idée insensée était vraiment une idée de la dernière chance... personnellement, j'ai accepté sans conviction, je me suis juste laissée guider par sa façon d'être, sa bonté mais... je pense qu'au fond de moi, je me suis toujours dit que rien ni personne ne saurait atténuer ma souffrance… Ou me faire penser à autre chose, car pendant chaque seconde de chaque jour, je ne pense qu’à elle. À tout ce que j'ai vécu et à ce que la vie me réserve probablement... Mais même en ayant rencontré Alex, je ne me suis jamais vu sous un avenir radieux....

Et maintenant.... de le voir dans cet état.... j'ai peur pour lui… J’ai peur de n'avoir véritablement aucun avenir s'il devait lui arriver malheur.... Je l'écoute en pleurant comme une enfant. D'ordinaire je me sentirais merdeuse de pleurer comme une conne à ses pieds, mais là.... je m'en carre royalement le cul. Je n'y pense même pas. Tout ce que je sais, c’est que mon cœur souffre de le voir dans cet état et que je donnerais tout pour le revoir sourire.

"Je ne supporterais pas de te perdre..."


C'est sans doute la chose la plus sincère que je lui ai jamais dite. Ma voix était rauque à cause des sanglots et pourtant elle paraissait tellement vraie et honnête que je ne me suis pas reconnue moi-même. C'est ça l'expression "ça vient du fond du cœur" ?! Je serre encore plus ses jambes si bien que je sens ses genoux trembler un peu. Mais je n'arrive pas à le lâcher c'est plus fort que moi. Pendant un long moment, je ne dis plus rien.... je pleure seulement...

"Est-ce que tu me détestes ? Je suis sûre que tu regrettes de m'avoir rencontré…"


Je pleure encore plus à cette idée.

"Tu aurais dû me laisser tomber de ce pont..."


Ah bhein ça, il aurait rendu service à la communauté. Je pense qu’il a au moins le droit de te détester. Je pleure de plus belle, complètement anéantie. Dire que je ne pensais pas mon abysse pouvait être plus profond et bien je me suis trompée. Et ça fait mal.... voir des larmes couler sur ses joues me donnent envie de me jeter par la fenêtre pour atténuer la douleur dans ma poitrine. Je me lève vivement en constant qu'il pleure et à nouveau, je me hisse sur la pointe des pieds pour le prendre dans mes bras et lui offrir toute la tendresse dont je suis capable. Je contrôle plus rien, mon corps, ma bouche, mon esprit, tout bouge indépendamment de ma volonté. Je suis pas douée dans le social et j'ai véritablement aimé qu'une seule personne dans toute ma vie alors..... je sais pas comment on montre aux gens qu'on tient à eux.... je pense que c'est pour ça que mon corps se jette de façon éperdue contre le sien comme pour essayer de le retenir contre moi pour toujours.

"Pardonne-moi, je t'en prie.... emmène-moi où tu voudras, je te suivrais au bout du monde, Batman, je te le promets... Et rien ni personne ne nous séparera... jamais.."


S’il me déteste alors c’est officiel je n'aurais plus aucune raison de vivre.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je la serais doucement dans mes bras alors que je la sentais venir se pendre à mon cou. De la chaleur humaine... un peu de contact... juste sentir quelqu'un contre soi... ça faisait tellement longtemps. Je ne me rappelais plus ce que ça faisait que de tenir une femme contre soi, ou même tout simplement de parler avec quelqu'un d'autre chose que de l'entreprise et de l'argent qui allait avec. L'argent, l'argent, l'argent, ils n'avaient tous que ça à la bouche. Comme si c'était la chose la plus importante au monde. Comme ils se trompaient... j'en avais de l'argent, plus qu'ils n'en avaient jamais rêvé tous, et voilà où j'étais... à planifier mon suicide, à tenter désespérément de me raccrocher à une inconnue pour ne pas sombrer. L'argent ne faisait pas le bonheur. Qu'on en ait trop ou pas assez, il foutait toujours la merde.

Je caressais doucement sa joue, la fixant dans les yeux.

- Je ne te déteste pas... et je te l'ai dit. Je n'aurais jamais pu te laisser sauter de ce point sans rien faire. C'est mon côté Batman à ce qu'il parait.

Je tentais de lui faire un sourire, le premier depuis un petit moment. Je séchais doucement ses larmes du bout des doigts. Je ne devais pas être dans un état bien meilleur mais tant pis. Je m'en foutais un peu en cet instant. Je m'en voulais de l'avoir fait pleurer. Ce n'était pas vraiment le but que j'avais recherché en lui demandant de passer cette année avec moi.

- Ecoute... je te propose quelque chose. Tu vas te changer pendant que je réchauffe le diner. Tu me rejoins avec tes vêtements sales et je te montre où les mettre à laver. On va diner et ensemble on réfléchira à comment on peut claquer à deux tout cet argent. J'ai eu quelques idées mais je sais qu'à deux on peut trouver des trucs encore plus fous.

Je lui fis un nouveau petit sourire, tentant d'adoucir un peu les choses. Je ne voulais pas qu'on se dispute à nouveau et surtout pas pour une histoire d'argent à la con.

- Et demain on ira faire ce shoping. On va essayer de se souvenir toi et moi de comment on s'amuse. On ira diner dans le restaurant de ton choix. Ca te va?

J'espérais sincèrement qu'elle me dirait oui. Qu'elle oublierait cette histoire de travail. Et j'espérais... pouvoir un jour découvrir son sourire.



Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

Il me serre dans ses bras et sur le coup, je n’en ai pas conscience, je m’en fiche complètement. D’ordinaire, je n’aime pas trop qu’on me touche. Je pense que c’est dû au fait que j’ai eu si peu de contrôle sur mon corps durant toute ma vie, je me rattrape maintenant. Enfin, ça ne date pas d’hier, quand j’ai arrêté de faire le trottoir je... J’ai commencé à détester le fait qu’on me touche. L’affection, le sexe, tout ça... C’est plus trop mon truc. Un peu comme le sourire je pense.
Je me satisfais de tout, toute seule et ça va bientôt faire deux ans que c’est comme ça. Est-ce que ça me manque ? Pas vraiment. Mais je ne serais une menteuse si je disais qu’être dans les bras d’Alex me fait ni chaud ni froid. C’est différent avec lui.... et ce qui m’énerve, c’est que je ne sais pas pourquoi.... Mais en tout cas, c’est ce que je ressens. Je ne ressens pas de l’indifférence, voire du dégoût quand il me touche, au contraire, je ressens une douce chaleur qui m’enveloppe et me rassure. Mais je peux pas lui dire, il me prendrait pour une folle, on ne se connait que depuis deux jours. Déjà que je dois lui paraître totalement timbrée...

Il caresse ma joue en me regardant et je love ma joue contre sa main. Il est tellement tendre dans tout ce qu’il fait que je me sens bien que quand je suis à ses côtés. Comprenez bien que.... tout ça... tout ce que je pense, je ne lui dirais probablement jamais ! Je... je porte malheur alors je préfère ne jamais aborder le sujet et ne pas le contaminer avec ma poisse.
C’est sans doute la chose la plus sensée que tu n’es jamais faite. Enfin, si tu tenais vraiment à lui tu aurais disparu de sa vie pour qu’il n’ait pas à supporter quelqu’un comme toi. Mais bon, moi ce que j’en dis...

Je me mordille la lèvre pour refouler mes pensées négatives alors que j’écoute ce que me dit Alex. Je suis rassurée d’entendre qu’il ne me déteste pas.

"J’ai eu de la chance alors, que Batman s’arrête rien que pour moi, pour me sauver des griffes de la mort. Oooooh mon héros !"


Dis-je en prenant un air théâtral, je pose sur main sur mon front et fais mine de m’évanouir dans ses bras comme les demoiselles en détresse de l’époque. Je me redresse vite pour voir si ma petite blague l’a fait sourire. Moi, en tout cas, elle m’a rappelé à quel point j’ai pu compter sur lui ces derniers jours. Aussi, d’une voix plus sérieuse je lui dis :

"Mais, sans rien, j’ai eu de la chance que tu passes par là, Batman. Pas parce que tu m’as empêché de sauter, mais parce que... pour un an, tu m’as donné une raison de ne plus le faire."


Je rougis légèrement en évitant soigneusement son regard. Bon, je m’étais promise de pas tomber dans ce genre de discours mielleux et écœurant, mais bon.... faut croire que cette soirée riche en émotion aura réussi à prendre le contrôle sur moi. Je replace des mèches de cheveux derrière mes oreilles alors que mes rougeurs s’atténuent.

Alex m’explique de déroulement de la soirée après cette séquence émotion. Je lui offre mon plus beau rictus devant sa mine qui reprend peu à peu des couleurs et de la joie de vivre. Mon Dieu, mon cœur bat tellement mieux quand je le vois sourire. J’ai l’impression que s'il ne sourit pas, le temps et en suspens et que rien n’a d’importance.
Je hoche la tête quand il me parle de la journée shopping. Même si je sais que je risque d’être super mal à l’aise, je refuse de le décevoir encore une fois.
Et pourtant ça ne saurait tarder...
Non ! Je.... vais prendre sur moi et je vais changer. Enfin je vais essayer.... ne serait ce que pour Alex. Il mérite d’être heureux et si au bout de ces un an, il sera vraiment heureux et pas moi... alors je partirais seule.

Au moment où je prends cette décision, il me conduit à l’extérieur du bureau et je le suis comme une poupée. Je finis par reprendre mes esprits.

"Je vais vite me changer."


Je passe devant lui et dévale les escaliers. J’attrape sa tenue sur la table et remonte deux par deux les escaliers du premier. J’arrive dans la chambre d’amis, enfin, dans ma chambre et je file dans la salle de bain. Je me déshabille rapidement et fonce sous la douche. J’ai envie de me laver, mais je n’ai pas envie de le faire attendre, aussi, c’est une douche super rapide. Ce qu’il y a de bien, c’est que ça, c’est quelque chose que je connais et que je sais faire. Être obligée d’entrer par effraction pour me laver et repartir avant que les proprios arrivent était mon quotidien.
Je sors de la douche même pas cinq minutes après. Je me sèche rapidement le corps avec une serviette puis ensuite j’enroule cette serviette autour de mes cheveux avant de m’habiller. Une fois fait, je retire la serviette de mes cheveux encore mouillés, mais pas trempés. Je me sens propre et même moralement, je me sens mieux. Je soupire en ramassant mon linge sale et essaye de ne pas penser à la honte qui me submerge. Je porte même pas de culotte sous le shirt... C’est dégoûtant. Mais pour avoir connu pire, je pourrais pas me permettre de faire de chichi. Même si..... au moins la culotte ! Toujours la culotte.

Je soupire. C’est pas grave, demain, ce genre d’incident n’existera plus. Je prends une grande inspiration de confiance et je redescends pour voir Alex.

"Je suis désolée si tu m’as attendu, j’ai pris une petite douche. Du coup, tu me montres où est la machine ?"


Je ne sais pas pourquoi je suis autant mal à l’idée de dépenser son argent avec lui ?! J’en sais rien. Pourtant, je devrais être contente et en profiter mais.... je n’en ai pas envie. Je.... je crois que je ne supporterais pas qu’il me voit comme une profiteuse. Alors c’est juste une question d’image ? Non ça doit être plus profond. Enfin j’en sais rien. Je veux pas y penser. Je vais ignorer toutes ces questions à la con et essayer d’être la personne qu’Alex mérite que je sois.
'Wouah, en voilà une idée à la con. Tu vas changer ta personne pour un mec que tu connais à peine ?! T’es vraiment perturbée comme fille.
Pour l’instant, j’ai pas de meilleure idée, alors on verra bien.

Je suis restée silencieuse sur tout le chemin de la buanderie, luttant intérieurement avec mes pensées. Je laisse Alex m’expliquer comment ça marche avant de le regarder, surprise, mais aussi taquine.

"Je suis surprise de voir que tu sais comment marche ce truc. Elle te sert à quoi ta femme de ménage si tu sais déjà tout faire, hein ? La cuisine, la lessive, le secours des inconnues... tu n’as donc pas finis de m’épater, Batman ?"


Nouveau rictus avant de jouer machinalement avec mes cheveux. Puis quand je le rends compte que je dois ressembler à une cruche, je croise les bras sous ma poitrine avant de le suivre dans la cuisine.

"Alors, on les mange ces pâtes ?"


Je relève la tête vers lui, encore une fois, je suis surprise de l’écart de taille entre nous. Puis j’ai une idée qui j’espère va lui plaire et cette fois, je suis quasiment sûre de taper juste !

"Oh et... si tu n’es pas trop fatigué, ça te dirait de faire un dessert ensuite ?"


Un blanc gênant s’installe entre nous pendant quelques secondes et je comprends que ma question peut paraître.... bizarre.... Je rougis de la tête aux pieds avant de secouer les mains pour me justifier.

"Enfin je veux dire, faire un gâteau au chocolat ou quelque chose comme ça ! Je voulais pas dire.... enfin tu sais..... oh et puis laisse tomber..."


Je suis vraiment trop stupide... j’ai envie de me cacher dans un trou.... je m’assois à table, lasse d’être nulle comme ça.
Baaah chassez le naturel et il revient au galop...
Je suis vraiment maudite. Je soupire avant de commencer à manger. Cette fois on a un peu plus de conversation et ça me fait du bien. Il ne s’en rend peut-être pas compte, mais rien que sa présence me soulage. Ça m’impressionne toujours autant

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je redescendis dans la cuisine, la laissant aller se changer. Je mis pendant ce temps les pâtes à réchauffer. Nos plats étaient beaucoup trop froid vu le temps qu'on avait passé en haut. Je remplis son verre de vin rosé. Il me semblait que c'était celui là qu'elle préférait. La bouteille de rouge était toujours fermé dans son coin. Je n'y avais pas touché et elle non plus.

Je l'excusais rapidement alors qu'elle venait me dire qu'elle avait pris un peu de temps pour se doucher. Ce n'était rien. Je pouvais comprendre qu'elle ait envie de se sentir propre avant de se changer. Je la guidais vers la buanderie et lui montrais rapidement comment se servir des machines. Je grimaçais un peu à sa remarque sur le fait que je savais m'en servir. Les clichés sur les riches avaient décidément la vie dure. Tout ça parce que j'avais une femme de ménage qui s'occupait de tout ça en général, j'aurais du ne jamais m'en être approché de ma vie. Je m'en étais déjà occupé pourtant dans ma vie. Pas depuis longtemps, mais à une période j'avais vécu seul, dans un appartement à moi et je m'étais débrouillé seul pour mon linge. Je n'étais pas pourtant devenu fort en cuisine après ces années là, mais je savais au moins m'occuper de mon chez moi seul.

Je gardais ma remarque pour moi. Je ne voulais pas m'engueuler avec elle, surtout pas après ce qu'il venait de se passer. Je retournais m'installer en cuisine et repris mon repas avec un peu plus d'appétit. Je relevais les yeux, la fixant un instant à sa remarque. J'étais surpris. Je n'avais jamais vraiment eu l'habitude de cuisiner avec quelqu'un. En fait je cuisinais seul quand je n'avais pas le choix et sinon je me faisais virer de la cuisine. J'étais surpris également de la voir se détendre et de me proposer ce genre d'activité. Je me rattrapais rapidement alors que je la voyais baisser les bras.

- Non non tu as raison c'est une bonne idée. C'est juste que... je ne suis pas très doué en cuisine et... je n'ai pas de recette de gâteau au chocolat là sous la main. Je ne sais même pas si j'ai ce qu'il faut pour cuisiner ça en fait.

Bon en terme d'ustensiles de cuisine j'étais certain d'avoir ce qu'il fallait, et même plus encore. J'étais certain que les placards avaient tout d'un magasin de cuisine en terme d'accessoires. Mais je ne savais pas vraiment non plus ce qu'elle avait acheté exactement pour les courses. Est ce qu'elle avait prévu de quoi cuisiner des gâteaux? Elle savait comme j'étais nul mais elle se disait peut être que je pourrais en avoir besoin, pour cuisiner avec quelqu'un d'autre. Oui elle avait encore des espoirs à la con comme ça.

J'attrapais ma tablette avant de revenir manger.

- On peut voir si on trouve quelque chose... un truc pas trop compliqué.

Faire chauffer un peu de pâtes ça allait encore je gérais mais l'élaboration d'un gâteau ça j'avais peur de ne pas m'en sortir. Je posais la tablette entre nous, faisant défiler doucement toutes les recettes pour en choisir une avec elle.

- Tu penses quoi de celle là? Elle me semble assez simple. Je te laisse regarder je termine de ranger pendant ce temps et on s'y met ensuite.

Elle avait eu une bonne idée. Ca pouvait nous faire du bien de nous détendre comme ça et de profiter d'un bon dessert. Après tout c'était ce qu'on était sensé faire tous les deux. Essayer de profiter un petit peu de la vie.

J'allais ranger la vaisselle dans le lave vaisselle, grande invention qui me permettait de ne pas gérer ça. J'attendis qu'elle choisisse avant de sortir ce qu'il fallait des placards.

- Voilà on a tout! On a plus qu'à se lancer.

Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

Je vois que ma remarque sur la machine ne l’a pas fait rire. Bah je suis habituée à mettre les pieds dans le plat alors je ne fais plus gaffe. En tout cas, en plus d’être riche, je suis surtout surprise qu’en tant que garçon il sache aussi bien se débrouiller tout seul. Enfin bon. Je hausse les épaules avant de dévaler les escaliers.

***


Assise à table, j’apprécie le repas ainsi que le vin. Je crois que je m’en suis bien resservi deux ou trois fois. Nous avons parlé de tout et de rien puis je lui ai fait ma proposition de dessert... je doute que ça lui plaise jusqu’à ce qu’il se mette à parler. Je tente un micro sourire pour lui signaler que je suis contente que ça lui plaise. Je me remets à manger et à siroter son vin pendant qu’il farfouille sur sa tablette. Je le regarde faire, sentant déjà le rouge me monter aux joues. Ça, c’est sûr que c’est pas de la piquette. Alex me montre finalement une recette et me demande si elle me convient.

"Oh tu sais, tant qu’il y a du chocolat !"


Je hausse les épaules pour lui signaler que si ça lui convient alors moi aussi. Puis je le vois se lever pour débarrasser son assiette. Je finis de manger en me disant que c’est agréable de le voir aussi enjoué et motivé à faire ce dessert avec moi. Je le regarde farfouiller dans ses placards avec des yeux brillants.

J’adore l’observer à son insu. Ok ça fait psychopathe, mais ce que je veux dire c’est que j’adore le voir en mouvement de façon naturelle. J’aime voir ses sourcils se froncer quand il ouvre un placard pendant y trouver quelque chose et qu’il n’y est pas. Tout comme j’aime son sourire de victoire quand il finit enfin par mettre la main dessus. Je ricane en le regard faire puis quand il s’approche de moi pour le dire que tout est prêt. Je me lève, débarrasse mon assiette et la met dans le lave-vaisselle.

"C’est partie, Batman, dis-moi ce que je dois faire !"


Je craque mes doigts de façon exagérée avant d’attendre ses instructions.

"Oh et... j... je me suis dit que pendant que le gâteau cuit on pourrait regarder un truc ? On a du vin, un dessert, je pense qu’avec ça on a de quoi passer une bonne nuit."


Je le regarde en espérant avoir eu une nouvelle bonne idée puis comprenant encore l’ambiguïté de mes propos, j’ajoute en rougissant encore plus.

"Enfin je veux dire q... que ça va nous aider à bien dormir... par... parce que je sais pas toi, mais j'ai pas super bien dormi la nuit dernière du coup, c’est pour ça q..."


La ferme.

"Enfin bref. Voilà quoi."


Super, il va me prendre pour une débile et une obsédée. Au secours, j’ai envie de mourir. Je fuis son regard le plus possible tellement j’ai honte. Je voudrais pouvoir me cacher dans un trou et ne plus en sortir.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je souriais de la voir aussi mal à l'aise, s'embrouillant toute seule dans ses paroles. J'avais parfaitement compris où elle voulait en venir mais ça me faisait plutôt rire de la voir essayer de se sortir de cette situation toute seule. Je ne pensais pas qu'elle se rende compte à quel point c'était agréable pour moi d'être avec quelqu'un qui n'avait aucune arrière pensée. Depuis... quasiment toute ma vie, je fréquentais beaucoup de personnes qui était intéressée par mon nom, ma fortune, ce que d'être ami avec moi pouvait leur rapporter. Certaines filles ne s'intéressaient qu'à mon nom et mon physique, sans tenir compte du Alex qui vivait derrière. Preuve récente, la flic au poste m'avait dragué uniquement pour ces raisons. Je n'allais pas me plaindre complètement, j'avais eu des amis qui me fréquentaient pour ce que j'étais, enfin... pour d'autres raisons que mon fric ou mon nom. Dernièrement je ne voyais quasiment que mes employés qui n'étaient sympa avec moi que pour garder leur place et continuer de faire de l'argent. Alors ça faisait beaucoup de bien d'être avec quelqu'un qui ne cherchait ni à m'impressionner ni à profiter de moi.

- On va passer une bonne soirée oui.

Je détournais mon regard pour me concentrer sur la recette. Je la fis doucement défiler, essayant de comprendre ce qui nous attendait.

- Bon alors... je te propose de te laisser t'occuper du cassage des oeufs et du mélangeage avec la farine et tout. Doué comme je suis je risquerais de faire tomber des coquilles dans la pâte. Je doute que ça soit bon. Moi je vais prendre une casserole et faire fondre le beurre et le chocolat ensemble. On se retrouve pour assembler le tout quand on sera prêt ok?

Je la laissais se débrouiller avec tout ça pendant que j'allais mettre ma préparation à fondre. J'avouais je m'étais réservé la partie la plus facile. C'était plus sûr en même temps pour nos estomacs qu'elle se charge de ça. Je ne faisais jamais d'omelette pour cette raison. Avec moi la coquille de l'oeuf finissait explosé en milles morceaux.

Je terminais de fondre mon chocolat avant de la rejoindre et de regarder ce qu'elle faisait.

- Tu te débrouilles beaucoup mieux que moi. Il n'y a pas de coquille. Par contre il ne manque pas un peu de farine... là?

C'était gamin sûrement. Complètement immature comme comportement. Le genre de chose qui aurait fait hurler ma femme de ménage si elle m'avait vu. Pas le reste de mes employés, ils se seraient contenté de me regarder de manière stoïque pour éviter de perdre leur poste. Ne jamais faire de reproche au patron même si celui ci se comportait comme un taré ou un connard, voir les deux à la fois. Mais je voulais tenter des choses folles. Je voulais me détendre, oublier tout ce qui faisait que ma vie était merdique à ce point passer un bon moment avec une fille que je commençais réellement apprécier. C'était pour ça que j'avais pris une petite pincée de farine et que je la lui avais jeté au visage. En toute amitié bien sur et avec un gros sourire de gamin.



Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

J’ai envie de m’enterrer dans un trou et lui il sourit de la situation. Son sourire me donne presque envie de sourire. Ça me fait du bien de ne pas le voir se moquer de moi ou me traiter d’idiote. Je le regarde timidement alors qu’il a encore son sourire pendu aux lèvres. Lui aussi est d’accord sur le fait que nous avons tous les ingrédients pour passer une bonne soirée. Au garde à vous, je lui fais le salue militaire.

"A vos ordres chef !"


Puis je lui tire la langue pour le taquiner. Je me mets rapidement au travail. Le saladier, le fouet et les ingrédients. Je suis la recette à la lettre. Les œufs, je ne suis pas une experte, mais je sais casser des œufs et puis pour les bouts de coquille. Un petit regard sur la droite m’indique qu’Alex ne fait pas du tout attention à moi, aussi,une petite cuillère et toute cette histoire de coquille n’a jamais eu lieu. Je vérifie qu’il ne me regarde toujours pas. De base, je devais être chargée des oeufs pour éviter ce genre d’accident, bhein comme quoi. Je ricane légèrement avant d’inspecter la pâte. Bon, j’ai récupéré tous mes morceaux de coquille, c’est déjà ça. Le sucre, la farine, la levure. Je mélange le tout comme indiqué dans la recette et obtiens une pâte brillante et onctueuse.

"Je suis prête, Batman, j’attends plus que le chocolat !"


J’attends qu’il arrive et commence à beurrer et fariner le moule à gâteau. Alex me félicite avant de me dire qu’il manque de la farine.........................
Je le regarde, choquée avant de prendre une poignée de farine.

"Alors ça tu vas le regretter !"


Et le voilà qu’il se met à courir dans la cuisine.

"Oh, mais tu peux courir, tu ne m’échapperas pas !"


Je lui balance de la farine, mais il est trop loin. Grrrrrrh, je reprends une poignée et le voila qui tourne autour de l’îlot de la cuisine. Alors je lui cours après, je tente de lui couper le passage. Tu parles. Alex à la carrure d’un sportif, je ne tiendrais jamais la distance ! Mais je refuse de capituler sans me battre ! Je prends une voix de prédatrice et fais comme si je parlais à un enfant innocent.

"T’as voulu me faire une blague et c’était très marrant, viens, approche-toi.... je ne te ferais rien, aller viens approche...."


Je rigole tant je suis amusée. Je suis allée jusqu’à prendre une voix de pédophile tant je ceux lui mettre la main dessus. J’explose de rire avant de lui renvoyer de la farine, mais une fois encore la distance entre nous est trop importante. Je ne supporte pas de perdre, il faut le savoir.
Je commence à bouder et je le vois se rapprocher de moi. Les hommes. Quand je riais, il refusait de s’approchait, mais maintenant que je boude il n’hésite pas. Trop mignon.

Au fond de moi, j’ai envie de lui faire un câlin, mais non, nous sommes en guerre actuellement. Je le laisse s’approcher, encore un peu, mais un petit rictus de satisfaction me trahit et il décide de faire demi-tour. Ah non ! Je lui saute dessus, rien à foutre ! En plein sur son dos, je m’accroche comme un ouistiti !

"Je te tiens !"


Les jambes autour de sa taille et les bras autour du cou, je le cramponne fort puis une fois près du plan de travail, je choppe de la farine et lui montre ma main en signe de menace.

"Alors Batman, tu capitules ?"


S’il capitule, je descendrais de son dos, mais s’il ne capitule pas alors ma vengeance s’abattra sur son visage ! Et peut-être aussi un peu les cheveux. Je reste blotti dans son dos même si ça ne fait pas partie du jeu. Je pense que je commence à prendre goût à notre proximité, c’est une bonne chose pour notre super projet d’un an, mais je me pose quand même la question. Pourquoi est-ce qu’il m’est si facile d’accepter autant de chose avec Alex alors qu’avec un autre, ça serait tout bonnement impossible ?
Je n’en sais rien, mais ce que je sais, c’est que je veux profiter de cette soirée, je refuse de me prendre encore la tête. Je laisse mon rire envahir la pièce et je le regarde avec des yeux brillants.
Alexander Tillman m’aura sauvé de bien des façons et.... je ne sais même pas s’il en a réellement conscience. Un petit sourire de remerciement aux lèvres, je me blottis contre son dos, frottant mon front tendrement contre l’arrière de sa tête.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

J'avais agi comme un gamin mais j'étais ravi de voir qu'elle s'était prise au jeu elle aussi. On avait passé un moment à rire, tournant autour du plan de travail. J'avais encore quelques réflexes qui me restaient de... d'une autre époque. J'arrivais à esquiver plutôt bien ses tentatives d'attaque. Je riais de plus belle en la voyant faire son imitation de pédophile tentant de me séduire.

- Rêve toujours!

Je laissais tomber quand je la voyais baisser les armes aussi. Le jeu avait peut être trop duré. Ca ne la faisait plus rire. Je me rapprochais doucement d'elle, un peu inquiet de la voir se fermer comme ça d'un coup. Avais je fait quelque chose de mal? Je le savais que je n'aurais pas du faire le con comme ça. J'avais vraiment perdu l'habitude des contacts humain, autre que lorsque c'était des employés qui venaient me lécher le cul.

Ou alors j'étais trop crédule. Parce qu'elle profita de ma baisse de vigilance pour me sauter dessus. J'éclatais à nouveau de rire en la sentant me monter sur le dos. Je la laissais s'accrocher à moi avant de lever les mains en signe de reddition.

- C'est bon je me rends. C'est toi la plus forte.

Je l'aidais à descendre doucement de mes épaules la rattrapant. Je la tenais par la taille alors que je la reposais au sol.

- Pas de gestes brusques... repose doucement cette farine avant de blesser quelqu'un.

Je lui tendis le pot de farine en souriant doucement. Je la laissais lacher sa poignée et s'essuyer les mains. Pendant ce temps j'allais mélanger pour de bon le chocolat et la pâte qu'elle avait préparé ensemble. Je m'appliquais, y allant avec des gestes doux pour ne pas tout foutre en l'air, ou en renverser partout. J'attrapais ensuite le moule qu'elle avait préparé pour y verser la préparation.

- Bon.... je ne sais pas vraiment me servir de ce four. Je maitrise mieux la préparation de pâtes. Et le micro onde. Ou mieux encore, la livraison à domicile.

Je ris doucement alors que je tentais de faire marcher ce truc. Pourquoi ce four devait il être aussi compliqué? Avec toutes ces fonctions différentes? Ca servait à quoi ces machins? Il ne pouvait pas y avoir juste une fonction four qui cuit? On avait vraiment besoin de tout ces trucs compliqués?

Je finis par me débrouiller tant bien que mal. Il s'était allumé et il chauffait, c'était le principale. J'enclenchais le minuteur sur mon téléphone avant de me reculer. J'allais m'installer sur le canapé, attrapant au passage la télécommande. Je la lui tendis une fois la télé allumée.

- J'ai un peu tous les services de streaming disponibles. Je te laisse choisir celui que tu veux et le film que tu veux. Tout ce que tu veux tant que ce n'est pas une comédie romantique. Ou un film d'horreur.

Je n'étais pas vraiment d'humeur à regarder un film qui allait me terrifier ou un truc à l'eau de rose ou tout finissait bien dans le meilleur des mondes. Ce n'était pas vraiment le cas dans nos vies alors je préférais éviter.

J'allais récupérer son verre de vin et la bouteille et j'allais les lui mettre sur la table basse tandis qu'elle choisissait le film.



Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

Je suis contente de voir qu’il s’amuse. On court comme des idiots tout autour du plan de travail jusqu’à ce qu’il finisse par s’approcher de moi. Comme quoi, ma petite ruse à marché. Le pauvre, je m’en veux un peu de l’avoir manipulé de cette façon, mais je savais que ça marcherait. Son cœur de Batman n’allait pas le laisser continuer à jouer si j’étais en train de bouder et c’est exactement le but recherché. Aussi, quand j’ai réussi à lui mettre la main dessus, pas question de le lâcher aussi facilement.

Heureusement, il ne m’a pas reproché ma petite ruse, bien au contraire. On s’amuse comme des gosses et je mentirais si je disais que ça ne me fait pas du bien. Batman lève les mains en signe de reddition et admet sa défaite face à moi. J’affiche un petit rictus de victoire, alors qu’il m’aide à descendre de son dos. Il me tient fermement par la taille et j’ai eu le sentiment étrange qu’il serait toujours là pour me rattraper si je tombais. Je le regarde... je sais pas.... avec un sentiment fort au fond des yeux, mais je ne saurais l’expliquer.

Enfin bon, je détourne le regard de peur qu’il ne le capte. Je le menace de ma farine puis je la repose dans le pot. Je m’essuie les mains ainsi que la farine sur mon t-shirt. Je le laisse gérer le gâteau, il renverse le chocolat dans la pâte et commence à le mélanger. Je le regarde faire avant de tremper mon index dans la pâte, je le suce après.

"Je pense qu’on s’en est pas trop mal sortis !"


Je le laisse mettre le gâteau au four puis en voyant qu’il galère, je lui donne un petit coup de boule pour qu'il se décale. J'examine le four comme une experte alors que je n'y connais rien non plus même si j'ai quand même quelques bases.

"Attends laisse je vais le faire."


Bon, j’avoue qu’on dirait le four de R2D2... mais j’ai réussi à mettre le bon programme et même à programmer le minuteur, si ça, c’est pas fantastique. Je me redresse et affiche un air triomphant tel le Robin que je suis. On forme une bonne équipe.

"Je pense que tout est bon là ! J’avoue que ton four a l’air de venir du futur ! "


Je ricane avant de le rejoindre sur le canapé. Je prends la télécommande et commence à farfouiller sur le menu de Netflix à la recherche de quelque chose à regarder. Je passe une main dans mes cheveux avant de le regarder.

"Une comédie ? Une série ? On... on pourrait commencer une série ensemble ?"


Je hausse les épaules à cette idée, je sais qu’il a envie de faire des choses folles et j’ai peur que ça soit encore une proposition qui ne lui plaise pas. Alors que j’ai juste envie de pouvoir passer du temps avec lui et partager des choses qu’on aime. Une série comme un voyage.... mais je suis peut-être un peu trop bête pour comprendre ce dont il a besoin. Quelle prétention de croire que je pourrais le rendre heureux pendant un an....

Je le regarde apporter mon verre et la bouteille de rosé tout en me demandant si j'arriverais vraiment à le rendre heureux.... je ne sais pas... en tout cas je sais que je me dois d'essayer car je ne supporterais pas de le voir se tuer...

Soupire. Je penche la tête sur le côté quand il pose le tout sur la table, il n’a pas touché à la bouteille de rouge que je lui avais apportée. Même pendant le repas, il ne l'a même pas ouverte.

"Pourquoi tu ne bois pas ?"


Trop direct ? J’en sais rien, je suis pas douée, je pense qu’il finit par le savoir maintenant...

"Je n’ai pas bien choisi ? Tu aurais voulu autre chose ?"


J’avoue que je me sens un peu conne de boire seule même si je ne vais pas le forcer non plus. Je le regarde calmement en espérant ne pas encore avoir mis les deux pieds dans le plat....
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: