Le Deal du moment :
iPhone 13 Pro : où précommander le ...
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je commençais à flipper en voyant son visage fermé. Ca s'était encore mal passé. Je regrettais vraiment de ne pas avoir fait l'effort de rentrer avec elle dans la boutique. Mais c'était tellement gênant... je me voyais mal la conseiller sur les petites culottes qu'elle devrait mettre. Non, non je ne pouvais pas. Je me sentais mal rien que d'y penser. J'avais le sentiment d'être un gros pervers, de me la jouer un peu mac qui payait de la lingerie à sa... Non le mieux c'était qu'elle aille choisir elle même ce qu'elle voulait. Je m'étais dit que c'était la meilleure option, sauf qu'à la voir le visage fermé ainsi je me demandais si c'était vraiment le cas. Pourtant elle avait pris tout un tas de sacs avec elle. Je n'osais pas regarder ce qu'il y avait à l'intérieur, je ne voulais pas savoir, mais elle avait quand même du se faire plaisir vu tout ce qu'elle avait ramené. Alors qu'est ce qui s'était passé?

Je ne tardais pas à le savoir. Elle me débita son discours d'une traite, reprenant à peine son souffle. Une fois terminé elle détourna le regard, n'osant pas me regarder. Ce fut plus fort que moi, j'éclatais de rire à ce moment là. Elle était tellement adorable à agir ainsi et en même temps c'était légèrement risible comme situation. La pauvre... elle pensait vraiment qu'elle me décevrait parce qu'elle avait agi comme ça?

Je ris quelques instants avant de tenter de me calmer et de reprendre mon souffle. J'avais eu du mal à me retenir mais ce n'était pas une excuse. Je n'avais pas envie de la vexer, qu'elle croit que je me foutais de sa gueule.

- Excuse moi... je suis désolé. C'est juste que... tu penses que je suis déçu par rapport à quoi? Parce que tu as fait exactement ce que je t'ai demandé? Quant à la vendeuse, j'aurais bien aimé voir ça. Je pense qu'on aurait beaucoup pu s'amuser de la situation. Et puis... Carrie Tillman ça sonne pas trop mal non?

Je lui fis un clin d'oeil malicieux avant de refermer le coffre de la voiture avec tous les sacs à l'intérieur. Je verrouillais la voiture avant de partir à la recherche d'un restaurant pour notre déjeuner.

- En tout cas je pense que niveau vêtements on est pas trop mal là. Je pense qu'on devrait aller faire un tour pour quelques chaussures de plus peut être? Un peu de maquillage aussi. Enfin... si c'est ton genre de te maquiller.

Je ne savais pas trop pour le coup. Qu'est ce qu'il fallait exactement comme produit de beauté à une fille? Moi j'avais un gel douche, un shampoing, un déo et ça me suffisait. Mais une fille je savais que c'était autre chose. Elle aurait peut être envie de s'acheter un peu de parfum aussi et des produits plus adapté que la savonnette toute simple qu'il y avait dans sa salle de bain.

- Il faudra aussi qu'on passe t'acheter des bagages. Tu en auras besoin. Oh et est ce que tu as un passeport valide? Il faudrait qu'on s'en occupe rapidement si ce n'est pas le cas.

Parce que je comptais bien passer une année folle avec elle, et pour ça je comptais bien voyager à travers le monde, tenter de profiter à fond de la ville.

- Et à quatorze heures on a un rendez vous...

Je lui souris, tenant à garder mon petit mystère intact. Je m'arrêtais ensuite dans une rue où s'alignaient plusieurs restaurants de style différents.

- Tu veux aller déjeuner où? Ne regarde pas les prix je te rappelle, fais toi plaisir.

Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

Je le regarde exploser de rire sans trop savoir ce qu'il se passe. Je ne m'attendais pas du tout à ça ! Je sèche mes larmes pendant qu'il continue de se marrer et je le regarde toujours aussi interloquée. J'arque un sourcil quand je vois qu'il n'est pas sur le point de s'arrêter et je passe de l'angoisse au soulagement et de la tristesse à l'impatience. J'aimerais bien savoir ce qui le fait rire comme ça.

Je relève un peu la tête pour le regarder dans les yeux afin qu'il me dise ce que j'ai bien pu faire d'aussi désopilant.
Il commence à me l'expliquer et je me radoucis peu à peu. Il n'est pas fâché, c’est tout ce qui compte. Certes il m'avait demandé de me faire plaisir, mais j'avais peur d'en avoir fait trop. Je....Je ne suis pas encore habituée à tout ça, même si à en croire le nombre de sacs que je me trimballe, je commence quand même à m'y faire un peu.
Je lui offre un petit rictus pour le remercier de m'avoir rassuré, mais je le récupère vivement quand il me taquine. Mes joues s'empourprent légèrement et je tourne le regard faisant mine d'être attirée par autre chose.

Qu'est-ce que j'aurais pu répondre à ça ? Que bien sûr que Tillman est un nom magnifique et apparemment prestigieux, mais... non ! On vient de se rencontrer, je suis une malédiction sur patte ! Je prends déjà le risque de le contaminer pendant un an alors toute une vie ?! C'est impensable ! Et puis si ça se trouve il plaisantait et je serais passée pour une conne en lui expliquant que je crois pas au mariage puisque la vie m'a prouvé que la mort pouvait nous séparer qu'on se soit dit oui ou pas. Alors franchement à quoi bon ?
Mais oui, t'as raison, dis lui ça. Commence à répandre ton poison en lui ôtant toute envie de sourire.
Non....Je ne peux pas faire ça.... Alors je me suis juste contentée de rougir, de me mordre la langue et de faire semblant de regarder ailleurs pendant qu'il ferme le coffre de la voiture. C'...C'est la meilleure chose à faire.

Carrie Tillman..... Qu'est-ce qu'il va pas chercher celui la encore.
Je hoche la tête avant de ranger mes cheveux derrière mes oreilles.

"Ouaip ! Il me faut des chaussures pour la superbe robe. Et des baskets."

Surtout des baskets ! Les talons sont une création de Satan, je ne sais pas comment les femmes normales font pour tenir sur des talons hauts perchés toute la journée ! Parce qu'elles le font avec un si grand naturel et tellement de grâce que je me dis que c'est moi qui suis pas normale ! Oh, faire le trottoir en talon est sans doute la pire épreuve qui me soit arrivée ! La première fois, je me suis carrément ramassée sur le sol ! Maintenant j'ai l'impression que ça va un peu mieux même si j'ai toujours l'impression de ressembler à Bambi qui apprend à marcher.

Quant au maquillage.... Mouais, je suis pas du genre à me maquiller, mais je me dis que ça ne coûte rien d'essayer et puis cette année est l'année des folies, non ?

"J...Je n'ai jamais pris la peine de... Vraiment me maquiller, mais considère-moi comme une voiture volée dès demain chéri."

J'accompagne ma phrase d'un accent du Bronx suivis de mimique de la main, eux même accentuée de claquement de doigt. Ça c'est une black du Bronx qui me l'a appris. Je suis trop admirative de cette nana si confiante et sûre d'elle, quand elle passe tout le monde la salue. Avec ses grosses boucle d'oreille et sa façon de parler tout en gestuelle, je l'adore ! Enfin bon, même si Alex ne la connait pas, je pense qu'il vit à New York depuis suffisamment longtemps pour reconnaitre ce genre de mimique typique des gens du Bronx.

Je pouffe de rire après ma bêtise tout en continuant de marcher dans la rue à la recherche d'un restaurant. Ils me faisaient tous de l'œil avec toutes ces bonnes odeurs qui s'en dégagent.

"Des bagages ? C'est clair qu'avec mon sac à dos on n’ira pas loin." Je hoche la tête pour lui signaler que c'est bien vu d'y avoir pensé. Mais quand il me parle de mes papiers, je fronce automatiquement les sourcils. "Je...Je n'ai plus de passeport depuis un bail et ma carte d'identité doit être périmée." Je me soupire, me disant que de toute façon, il finira bien par le savoir. "J'ai une double nationalité. Je suis américano-russe."

Je hausse les épaules comme à mon habitude, comme pour signaler que ce n'est pas important et qu'on n’a pas besoin de s'étaler sur le sujet. Mon père est Tchétchène, plus exactement, mais il n'a pas besoin de le savoir, en tout cas pas pour l'instant. S'il y a bien une chose dont je n’ai clairement pas envie de parler, c'est bien de mon père et de son pays.

Je le regarde surprise et intriguée quand il me parle de rendez-vous. Je penche la tête sur le côté alors qu'on continue de marcher.

"Un rendez-vous ? Où ça ? Avec qui ?"

Mais bien sûr, il ne me dit rien. Je boude un peu, me demandant quel genre de surprise il me prépare. J'imagine que c'est une surprise. En tout cas j'espère que c'est une surprise.

"J'espère que c'est pas un piège, Batman."

Dis-je en plaisant, l'impatience s'entendant dans ma voix. Je n'ai pas pris mon téléphone qui ne me sert à rien, alors je ne sais même pas quelle heure il est ! Grrrrr c'est frustrant, je dois uniquement m'en remettre à ce qu'il me dit et où il m'emmène. C'est.... Une perte de contrôle à laquelle je ne suis pas habituée, ce n'est pas totalement désagréable cela dis, mais ça reste bien frustrant.

"Je t'avoue que je meurs de faim ! Oooouuh Mexicano señor ? Tacos, fajitas y empanadas ?"

Perso j'ai super faim, un bon truc gras et rapide, c’est ce qu'il me faut ! Mais je préfère lui laisser le choix, s'il a envie qu'on aille dans un resto plus à son goût, je le suivrais où il ira, mais ils auront intérêt à nous servir vite. Quoi que, quand je vois le prix des tacos ici, je me demande s'ils y mettent pas du foie gras !

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je souris légèrement en la voyant imiter une fille du bronx. J'avais juste proposé ça comme ça, je ne cherchais absolument pas à la forcer. Je ne voulais pas qu'elle se prive des certaines choses à cause de l'argent. Si elle voulait se faire plaisir, acheter des tas de crèmes, de soins du visage, maquillage et autre, qu'elle le fasse. Je lui avais dit que je mettais ma fortune à notre service pendant cette année, pour qu'on puisse vivre les choses les plus folles possibles, qu'on tente ainsi de retrouver goût à la vie et je le pensais.

Je hochais doucement la tête alors qu'elle me parlait de ses papiers. Je pris note mentalement d'envoyer un message à mon assistant pour qu'il s'occupe de ses papiers à notre place. Il était hors de question qu'on passe des heures à se faire chier pour s'occuper de ce genre de détails. Il fallait bien qu'il me serve à quelque chose aussi ce pauvre assistant. Je devais avoir un peu trop tendance à le mettre au chomage technique. Bon ceci dit, il n'avait pas l'air de s'en plaindre. Cela devait lui plaire surement d'être payé à ne rien faire.

Je souris davantage alors qu'elle me parlait du rendez vous. Ma bonne humeur de la journée revenait en flèche. J'espérais vraiment que ça lui plairait, qu'elle arriverait à passer un bon moment.

Je la suivis dans le restaurant mexicain. J'étais content de voir qu'elle commençait à se laisser aller, à plaisanter et à profiter. C'était tout ce que je voulais, passer des bons moments ainsi, oublier un peu la douleur.

- Mais tout ce que vous voulez madame...

Je fis une petite courbette devant elle, avant de lui ouvrir la porte du restaurant. C'était peut être un restaurant mexicain mais nous étions quand même dans le quartier chic. Nous n'étions pas dans de la restauration rapide à emporter. Je suivis donc le serveur tandis qu'il nous installait à une table pour deux. L'endroit était décoré avec goût, pas de truc criard caricaturant la décoration mexicaine. La pièce avait une décoration moderne et sobre. On sentait que l'endroit était assez riche mais sans puer le luxe pour autant. J'approuvais son choix pour le moment.

Je la laissais commander ce qu'elle voulait pour le repas, me prenant des enchiladas au nom très compliqué avec un mojito sans alcool. J'attendis que le serveur nous ait apporté nos boissons avant de sortir de ma poche un stylo et un des tickets de caisse de la matinée.

- Bon alors... essayons de voir ce que nous pourrions faire. Les trucs les plus fous on a dit on est bien d'accord?

Je la regardais en souriant alors que je commençais à écrire sur ma liste.

- Hmm... faire de la plongée à Hawaï, tu as pris pas mal de maillots de bain donc c'est bon. Louer une des plus belles suites du Caesar Palace à Los Angeles, faire les fous aux tables de poker, même si je ne sais pas y jouer. Ou à la roulette. Ou au black jack. Et jouer aux machines à sous aussi.

J'avais peut être de l'argent mais tout ce que je listais pour le moment, je ne l'avais jamais fait de ma vie.

- Je propose une petite règle. On propose une activité chacun notre tour. Interdit à l'autre de refuser. Après il faut bien sur que ce soit quelque chose qui ne soit pas légale et qui ne mette pas l'autre mal à l'aise. J'ai choisi la journée shopping alors c'est à toi de proposer la prochaine.

Je poussais doucement la liste vers elle, qu'elle puisse y noter ce qu'elle voulait.

- Et n'oublie pas. Ca doit être quelque chose d'exceptionnel. Un truc fou, qui doit nous faire plaisir, tenter de nous faire retrouver le sourire. Alors pas de petite soirée netflix chill, ça c'est juste du bonus.

J'espérais qu'elle jouerait le jeu. Je ne voulais pas sans cesse lui imposer des choses qui ne lui plaisait pas forcément.



Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

Je lui offre un petit sourire qui pourrait presque être un vrai quand je le vois sourire à mon imitation. Ça me fait du bien de le voir dans cet état. Dans l'état dans lequel je l'ai toujours connu quoi. Un rayon de soleil. Je ne veux plus le voir aussi en colère et détruit... c'était horrible. J'ai un pincement au cœur rien que d'y repenser et mon sourire s'efface rapidement. Je me mords la lèvre pour me ramener au présent.

On continue de marcher et je réfléchis plus sérieusement à la proposition. Il faudrait que l'on s'arrête dans une de ces boutiques de soins et de maquillages. Ce n'est pas ce qu'il doit manquer ici. Personnellement je n'ai pas besoin d'avoir un rouge à lèvre Dior, une simple boutique de cosmétique fera amplement l'affaire. Olala, ça veut dire trousse à maquillage, trousse de toilette et tout le tintouin !

Je me retourne vers Alex subitement et lui dis le plus naturellement du monde.

"Je crois qu'il me faudra plus de placard dans ma salle de bain."

Bhein quoi ? C'est vrai. Quand je pense à tout ce qu'il faudra que j'achète, je me dis que tout ça ne tiendra pas dans le petit placard au-dessus de l'évier. Nop, il va me falloir une armoire de rangement rien que pour les soins et les cosmétiques plus le meuble à serviettes sur lequel je mettrais aussi des trucs. En fait, je m'y vois déjà. Je vais faire de cette salle de bain un vrai lieu de fille et ça sera un endroit où... où je pourrais prendre soin de moi !
Un rictus parfaitement sincère et heureux se dessine naturellement sur mes lèvres en me disant que ça marche. Cette journée shopping a très exactement eu l'effet escompter sur moi. Je regarde Alex en me disant "Sacré Batman, tu m'as bien eu." puis je le pousse de mon épaule affectueusement.

On arrive devant le tacos mexicain et Alex est d'accord pour qu'on s'arrête ici. Il m'offre même une révérence à laquelle je ne m'attendais pas et qui me fait un peu rougir. J'entre rapidement en le remerciant, regardant le sol de peur que tout le monde voit mes rougeurs sur mon visage blanchâtre.

À l'intérieur, tout est richement décoré. Pas de superflus ou de caricature grotesque du Mexique. Surtout quand l'établissement n'est pas véritablement tenu par des Mexicains... Non, tout ici est fait avec gout et délicatesse, c'est charmant.

"Je suis surprise de mon choix, je ne m'attendais pas à ça. Ne m'en veux pas, mais je suis plus habituée à de la musique mexicaine à fond, des sombreros qui volent et des poules qui se baladent entre les tables..."

Dis-je en riant tout en m'asseyant à notre table.

"....Du coup, je ne pensais pas qu'un tacos pouvait être autre chose que ce que j'ai toujours connu."

Je suis agréablement surprise de redécouvrir les choses. Alors ce n'est pas une légende, il existe vraiment des endroits où on ne trouve pas une patte de rat dans son burger ?! Wouah ! Le menton posait sur la paume de ma main, je regarde le menu, le visage détendu. Pas de gosses qui hurlent en espagnol, pas de femme qui se dispute avec son mari parce qu'il a encore reluqué la serveuse... Juste moi et lui. Lui qui a l'air d'avoir encore une idée en tête. Rictus. Je choisi ma commande avant qu'il se lance dans sa grande idée. Pour ma part, ça sera empanadas aux poivrons et des nachos au fromage fondu, accompagnés d'un mojito fraise sans alcool.

Je l'écoute alors que je le vois gribouiller sur un ticket de caisse. Je suis curieuse de savoir ce qu'il mijote.
Je hoche la tête à son interrogation avant de le laisser poursuivre.
J'arque un sourcil malgré moi en l'écoutant m'énumérer ce qu'il avait mis dans sa liste.
Je me gratte la tête quand il me parle des règles et de l'interdiction de refuser. C'est à moi de proposer ? Heu.....Il faut que je réfléchisse dans ce cas, j'ai pas l'habitude de réfléchir à des idées folles !

Il me tend la feuille et me précise que les soirées Netflix ça ne compte pas.... Merde. Bon, je vais vraiment devoir me creuser la cervelle alors.

"Je....Je dois te le rendre tout de suite ?"

Parce que là j'ai pas vraiment envie de me mettre la pression, si je ne trouve pas rapidement une activité, j'ai peur qu'il soit déçu... Je préfère faire ça quand on sera rentré et que je pourrais me poser tranquillement dans ma chambre pour réfléchir à tout ça.

Le serveur arrive avec nos boissons et je le remercie. Je commence à siroter mon cocktail quand subitement une idée me vient. Je rougis alors que je commence à écrire, mais je barre mon idée. Je me dis que ça doit être stupide....

Alex me demande ce que j'allais marquer et je hausse les épaules avant de passer une main dans mes cheveux.

"Non rien, c'est stupide....Je...Je ne pense pas que ça soit si exceptionnel que ça. Je suis encore hors sujet..."

Il insiste puis je lui dis :

"J'ai toujours voulu voir le désert de sel en Bolivie. C'est un endroit magnifique où l'on ne voit plus la frontière entre le ciel et la terre. Mais....Je ne sais pas si ça rentre dans tes critères. C'est peut-être pas assez exceptionnel...."

Je comprendrais qu'il n’ait pas envie d'aller perdre son temps en plein désert Bolivien. Moi, je pense que le voyage vaut le détour, mais ce n'est peut-être pas son cas. N'empêche, ce doit être magnifique de voir le ciel se reflétait sur ce désert de sel, avoir l'impression de marcher au milieu des nuages ou des étoiles... Enfin bon. Nos plats finissent par arriver et je me jette sur mes nachos.

"Mhmmm ! Délicieux ! Tu veux gouter ?"

Dis-je en lui tendant un nacho dégoulinant de fromage.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je ne pouvais qu'être d'accord avec elle à propos des clichés des restaurants mexicains. Je m'étais un peu attendu à tomber sur ce genre d'endroit. Mais il semblait que l'argent achetait bien des choses. L'endroit était vraiment de bon goût, dans une ambiance chaleureuse. On était loin des décos kitshissime et ça me convenait. J'avais hâte de savourer leurs plats même si je ne doutais pas un instant que ce sera savoureux.

Je souris à sa question alors que je faisais glisser le papier vers elle.

- Non tu as tout ton temps. On peut faire une journée repos. On n'est pas obligé de faire un truc exceptionnel tous les jours.

Je ne voulais pas non plus qu'on se retrouve épuisé, fatigué ou complètement blasé au bout d'un ou deux mois. Je voulais qu'on profite, que notre année ne soit qu'une série de découvertes toutes les plus folles les unes que les autres, qu'on ne se lasse jamais de vivre toutes ces nouvelles aventures. Et j'espérais qu'à la fin de cette année, nous soyons tellement plein de projets en tête encore, que l'envie de mettre fin à cette aventure ne nous prenne pas.

Je remerciais le serveur alors qu'il venait nous apporter nos boissons. Je commençais à siroter la mienne. J'esquissais un léger sourire alors que je la voyais commencer à écrire, sourire que je perdis rapidement en la voyant le rayer.

- Pourquoi tu fais ça? Tu avais écris quoi?

Je soupirais et secouais doucement la tête alors qu'elle me disait ça.

- Je ne pourrais pas en juger si tu ne me dis pas ce que c'est. S'il te plait Carrie... Je te promets de ne pas me moquer.

Je disais cela tout en pensant que quelque soit la proposition j'accepterais certainement. Si elle avait commencé à le noter c'était que ça devait être quelque chose qui lui tenait à coeur. Si elle voulait commencer par des choses simples comme faire les touristes dans la ville, je le ferais. Je savais très bien que des petites choses qui paraissaient anodines pouvait vouloir dire beaucoup pour certaines personnes. Et visiter la ville, ce serait quelque chose que je pourrais parfaitement proposé. Je vivais là depuis des années mais je n'avais jamais visité la statue de la liberté, je n'étais jamais monté en haut de l'empire state building.

J'écoutais sa proposition attentivement. Je lui demandais un instant avant de sortir mon téléphone. Je pianotais dessus, cherchant des photos de l'endroit dont elle me parlait. J'étais tellement plongé dans mes pensées que je remarquais à peine qu'on venait de nous servir notre repas. Je relevais la tête seulement en l'entendant me parler.

- Hum? Oui pardon je veux bien.

Je me penchais pour venir manger directement la chips comme ça. Je lui fis un petit sourire alors que je reposais mon téléphone.

- C'est délicieux merci.

J'attaquais mes empanadas, me régalant à mon tour.

- Tu peux le laisser dans la liste. Non tu DOIS même le laisser dans la liste. C'est tout à fait le genre de choses auquel je pensais. Une expérience hors du commun! Quelque chose qu'on n'aurait pas l'occasion de faire tous les jours. Ca a l'air tellement sublime, un vrai voyage hors du temps, un petit moment d'éternité à contempler la beauté de la nature... Le temps d'organiser tout ça et on part.

Je réfléchissais rapidement tout en mangeant, préparant dans mon esprit ce qu'on devait faire avant le départ.

- Il faudra que tu me laisses tes papiers, que mon assistant puisse aller s'occuper de ça. C'est chiant et j'ai pas envie qu'on perde des heures à faire tout ça alors que je paye des gens pour gérer les choses chiantes de ma vie.

Malheureusement ils semblaient ne pas vouloir gérer tout ce qui m'emmerdait dans ma vie à ma place, et ce poids qu'ils mettaient sur mes épaules me pesait de plus en plus. Il pesait tellement lourd qu'il avait fini par devenir trop écrasant pour moi.

- Nous on se chargera de réserver un hôtel. De trouver une excursion qui nous plait. J'ai vu qu'on pouvait passer plusieurs jours dans le désert avec un guide, dormir là bas, sous les étoiles, aller voir le lac je sais plus comment aussi. Je laisserais l'assistant s'occuper du jet.

Autre partie chiante que je ne voulais absolument pas gérer. Contacter le pilote, les aéroports pour avoir les autorisations de vol et tout... J'allais simplement dire à l'assistant qu'on voulait être pour tel date à tel aéroport et il s'occuperait du reste.

- Et je ne sais pas si tu en as acheté, mais il te faudra aussi des vêtements pour aller faire de la rando dans le désert.

Je coupais un petit bout de mon plat avant de lui tendre à mon tour ma fourchette.

- Vas y goute, c'est trop bon.
Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

Je hoche la tête quand il me dit que je peux prendre mon temps. Tant mieux, je préfère réfléchir à chaque idée pour ne pas le décevoir. Je veux vraiment faire ce qu'il veut, car je sais que ça ne pourra nous apporter que du mieux. Après tout, il veut qu’on s'amuse et qu'on profite de la vie alors tenter de tout faire pour accéder à sa demande, ce n’est pas non plus la mer à boire.

"J'ai...J'ai envie de faire tout ce qui pourrait te faire plaisir. Je t'avoue que là tout de suite je n'ai pas beaucoup d'idées. Mais.... tu as raison, on n'est pas obligé de faire un truc exceptionnel tous les jours. Sinon on risque de se lasser et ça ne nous ferait pas du bien..."

Alors que l'on commence à siroter nos boissons, il me vient une idée. Je la marque puis je décide de la barrer, mais Alex insiste pour savoir ce que j'avais écrit. Au début, je ne veux pas le lui dire mais.... sa façon qu’il a d'insister et de m’appeler Carrie... Comment ne pas fondre... Je me mords la lèvre pour prendre mon courage à deux mains et je décide de lui faire part de mon idée.

Alex écoute ma proposition puis je le vois pianoter sur son téléphone. J'imagine qu'il regarde le lieu dont je lui parle. J’en profite pour manger mon plat et savourer mes nachos. Délicieux ! Je lui en tends un qu'il accepte volontiers. J'offre un petit sourire en le voyant apprécier ce que je lui tends. C'est agréable. Je....C'est vrai que de l'extérieur, on pourrait presque nous prendre pour un couple et au fond de moi, une petite fille qui espère toujours que quelque chose de beau m'arrivera dans la vie, adore cette sensation.

Alex commence à parler et je penche la tête sur le côté en l'écoutant.

"C'est vrai ? C'est une idée qui te plait ? Je.... Tu sais, j'ai vraiment envie d'y aller parce que..... à chaque fois que je vois des images de cet endroit, je me dis que si je devais fuir le monde et mes soucis, c'est là-bas que je voudrais aller. C'est là-bas que je pourrais tout oublier. Comment est-ce qu’on pourrait se plaindre ou se morfondre quand on est en face de la beauté absolue ? L'univers dans toute sa splendeur, en mouvement au-dessus de nous. La journée ça doit être féerique, mais la nuit.... Mon Dieu, ça doit être indescriptible !"

Pour la première fois, je parais vraiment passionnée et heureuse de ce que je raconte. J'en aurais presque les yeux qui brillent.
Mais mon regard redevient vite celui qu’il a toujours connu.... quand il me parle de mes papiers.

"Je... Oui. Je n'ai que ma carte d'identité... Et encore je crois qu'elle doit être périmée... Mais... Je.... Alex.... Je... Comment ça va se passer pour mes papiers ? Je.... Est-ce que ton assistant va devoir.... Chercher dans.... dans ma vie ? Je... je veux dire.... Il aura besoin d'infos sur mes parents j'imagine ?!..."

Je n'ai pas envie qu’un inconnu fouine dans mes secrets de famille.... Pire, s’il racontait tout à Alex ? Si y'a quelqu’un qui doit lui dire à quel point ma vie c'est de la merde, c'est moi.... Une angoisse née au fond de mon estomac et je me referme comme une huitre, ressentant encore cette envie de fuir loin.
Ouaip, si tu l'aimes un peu, tu fuirais le plus loin possible avec tes problèmes de merde. Il ne mérite pas tout ça. Il ne mérite pas une meuf à problèmes.

Je commence à retomber dans mes travers, à ruminer, à ne plus avoir gout à rien... Mais Batman arrive à me rassurer et notre repas se poursuit. C'est dingue, je ne sais pas comment il parvient à calmer mes angoisses, mais rien que pour ça, je ne le remercierais jamais assez. Il ne se rend probablement pas compte des effets bénéfiques qu’il a sur moi.

"J'ai envie de visiter la Bolivie, on pourrait se faire un road trip avant de passer quelques jours dans le désert. Je... Tu es plus hôtel ou ça ne te dérange pas de te salir un peu ?"

Je hausse les épaules.

"C'est comme tu veux, l'un comme l'autre ça me va. Mais.... Je pense qu’on profitera mieux si on se mêle à la culture locale. Qu’en penses-tu ?"

Me mêler à des gens nouveaux, avec une autre culture et une autre façon de vivre me remettra peut-être les idées en place. Peut-être, aurais-je une autre vision sur ma vie et ma condition.

"Un jet ?! Batman se déplace en jet ? Bhein oui, suis-je bête ! J'espère au moins qu’il est tout noir ! Sinon je serais déçue !"

Dis-je en plaisantant, je commence à bouillir d'impatience à l'idée de ce voyage. Je tente de ne pas le montrer, car la Carrie terne et cynique, c’est celle qui me correspond le mieux.
Je secoue la tête à sa remarque.

"Non, je n'ai rien acheté de tel. Mais bon, cela veut dire : journée shopping !"

Je lui offre un petit rictus amusé.

"J'espère que tu n'en as pas marre, car moi je commence à y prendre gout !"

Je lui tire la langue avant de continuer à manger mon plat. Il me tend sa fourchette et en rougissant un peu, je m'avance et goute ce qu’il m’offre. Je range une mèche de cheveux derrière mon oreille.

"C'est délicieux. La prochaine fois... On prendra un plat pour deux !"

Je rougis comme une tomate à l'idée que ça puisse être mal interprétée. Je touche nerveusement mes cheveux avant de manger en silence pour essayer de ne pas montrer ma gêne face à lui.

"Et toi....Tu...Tu as un lieu qui te donne envie de tout quitter pour partir y oublier tes soucis ?"

Je le regarde intensément, intéressée par sa réponse qui m'en apprendra un peu plus sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je lui souris pour la rassurer, bien sur que son idée me plaisait. C'était le genre de choses que je voulais faire. Des trucs complètement fous, des paysages magnifiques, c'était tout ce que je voulais.

Je continuais de la rassurer du mieux possible quand elle m'interrogea sur ce qu'allait faire mon assistant. Je pouvais comprendre. Elle n'avait pas envie que n'importe qui fouille dans sa vie. Sachant que ça briserait aussi la petite règle implicite qu'on avait mis en place. Ni elle ni moi ne posions de questions sur notre passé. Nous n'étions pas là pour ça. C'était sûrement à cause de notre passé, ça l'était en tout cas pour moi, que nous étions dans cette situation, alors il valait mieux le laisser là où il était et ne pas en parler. Je ne poserais donc aucune question et je ferais en sorte de ne rien savoir.

- Il prendra juste ta carte d'identité, il la mettra à jour et il fera ton passeport. Il n'y a pas besoin de fouiller ton passé pour ça et il ne le fera pas. Je ne le lui autoriserais pas. Mais si on veut pouvoir réaliser tous nos projets fou il nous faut ton passeport.

Je hochais doucement la tête alors qu'elle me parlait de vivre à la façon des locaux. On aurait tout le temps d'organiser ça une fois rentré et lors de la journée du lendemain. Je la laisserais faire, c'était son idée après tout. Je n'étais pas le genre petit bourgeois coincé qui ne savait pas vivre hors de son petit confort et des hôtels de luxe. Une des activités que j'avais repéré consisté à dormir en plein désert alors j'étais pour et vraiment plus que pour.

Le reste du repas se passa tranquillement. On plaisantait tous les deux. Elle me faisait sourire quand elle m'appelait Batman et qu'elle me demandait la couleur de mon jet. Je lui confirmais qu'on était de sortie aujourd'hui pour faire du shopping alors on n'allait pas s'arrêter en si bon chemin.

Je réfléchis un instant à la dernière question qu'elle m'avait posé, le lieu qui me donnait envie de tout fuir.

- Ca va faire un peu cliché de petit bourgeois sûrement... mais j'ai déjà vu des photos de petites villas flottantes aux Maldives. Sortir de sa chambre et voir directement la mer. Pouvoir se prélasser sur sa terrasse, les pieds dans l'eau bleu turquoise... J'ai vu les photos d'une plage là bas, sur l'île Mudhdhoo. Il y a une plage où vivent des animaux marins phosphorescents. La nuit on appelle cet endroit la mer étoilée.

Je fouillais sur mon téléphone avant de lui sortir la photo en question.

- J'irais bien là bas... oublier tout les pieds dans l'eau...

Je rangeais mon téléphone et terminais le repas avec elle. J'avais commandé une glace pour le dessert et je l'avais laissé prendre ce qui lui faisait envie. J'avais payé à la fin du repas, ne regardant même pas le prix avant de quitter le restaurant avec elle.

On n'était pas loin de ma surprise suivante. Je ne tardais pas à y arriver, lui souriant alors qu'on entrait dans un salon de coiffure.

- J'espère que tu ne m'en voudras pas mais... je t'ai pris rendez vous avec Paolo. Il s'occupe de pas mal de célébrités. Il va prendre soin de toi, soin de tes cheveux. Il te vendra tous les produits qu'il faut ensuite pour les entretenir. Alors laisse toi faire. Il va te transformer un peu plus en princesse.

Je restais pas loin, laissant le fameux Paolo venir la prendre. Je l'adorais. Il lui parlait doucement, pas en mode surexcité "ma chéri tu es magniiiiiiiiiifique". Il était posé, calme, professionnel et surtout rassurant. Il regarda ses cheveux, la complimentant sur sa couleur naturelle, leur texture... Il alla l'installer, commençant à la chouchouter pendant que moi j'allais me mettre dans un coin, attendant qu'il finisse.

La mer étoilée:
 


Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

De nouveau, je hoche la tête. Bon, s’il n’a pas besoin de fouiller dans mon passé alors pourquoi pas. Il a raison, si je n'ai pas de passeport, nous ne pourront aller nulle part...

Heureusement, le repas se poursuivit tranquillement. Le fait de parler de tout et de rien était tellement important pour moi. Je ne sais plus à quand remonte la dernière vraie conversation anodine que j'ai eu avec quelqu’un... À chaque fois que je parlais à quelqu’un c’était pour régler un souci, pour parler d'argent, pour demander de l'aide ou autre.... C'est fou, je ne m'en étais jamais rendu compte jusqu’à présent. Mais même avec les filles des rues, on parlait de nos soucis, pas de la pluie et du beau temps...

Alors ouais, c'est agréable de manger des nachos en programmant des vacances. C'est comme si j'étais dans un rêve et bien que je commence à doucement m’y habituer, parfois j'ai encore le sentiment que tout ça n’est pas réel. Ça ne peut pas être vrai.

On parle de tout et de rien puis je lui demande où est-ce qu’il aimerait aller pour se sentir coupé du monde. Il réfléchit et j'en profite pour manger un autre nacho dégoulinant de fromage. Alex finit enfin par me répondre et par me dire que sa destination idéale serait les Maldives à cause de leur villa flottante.
Il me parle de cet endroit avec des yeux brillants et un petit rictus se dessine sur mon visage. Ça me fait plaisir de le voir comme ça, passionné, émerveillé et presque impatient d'y être. Il me montre des images et je hoche la tête.

"Oui ça a l’air magnifique et vraiment reposant ! Ça sera forcément une de nos destinations !"

Je rougis un peu avant de hausser les épaules pour faire comme si je m’en fichais.

"Si aller là-bas peut te faire garder ce visage si rayonnant, on partira dès demain !"

Je lui tire la langue, une façon pour moi de ne pas lui montrer que j’apprécie de le voir si heureux. Je....Je n'aime pas dévoiler mes sentiments alors si je peux les cacher derrière du sarcasme ou de la taquinerie, je le ferais sans même m’en rendre compte tellement c'est devenu naturel pour moi.

Le serveur arrive pour débarrasser les plats puis quelques minutes après il nous apporte le dessert. Nous mangeons la glace à deux avant de nous en aller.
Le ventre bien tendu, je marche dans la rue à ses côtés puis une fois arrivés devant un salon de coiffure, il s’arrête. Je le regarde surprise en penchant la tête sur le côté.

Je fronce naturellement les sourcils avant de me mordre la lèvre. Je sais bien que je ressemble à un épouvantail....
Tu vois, même lui trouve que t'es laide à faire peur, c’est pour ça qu’il t'a pris rendez-vous chez le coiffeur, il en a marre de trimballer ta tronche dans les rues.
Il a honte de moi ?
Bien sûr, qui n'aurait pas honte ? Regarde autour de toi puis enfin regarde-toi, tu ne vois pas qu'il y a un truc qui cloche dans le décor ?!

De nouveau je me ferme comme une huitre. Le coiffeur arrive et m’installe sur la chaise. Sur le coup, je ne parle pas, même quand il me demande ce que je veux, je me contente de hausser les épaules. Je suis folle de rage et blessée qu'Alex n'ait pas trouvé le courage de me dire avant que mon physique l'incommode.
Je le fusille du regard à travers le miroir du salon alors que lui, à chaque fois que nos regards se croisent, il me sourit....

Je.... Pourquoi ? N'a-t-il pas honte de me faire endurer ça ?! Je soupire.

"Qu'est-ce qui ne va pas mon chou ?"

Me demande le coiffeur, voyant que je n'ai pas décroché un mot depuis plus de vingt minutes.

"Je...Je n'ai pas envie d'en parler."

Il prend des mèches et commence à les couper.

"C'est dommage, car je suis très doué pour écouter, mais si vous voulez, on peut parler de vos cheveux. Avec quoi vous les entretenez ?"

Maintenant, c’est lui que je fusille du regard.

"Quoi, vous aussi vous trouvez que je suis laide à faire peur ?!"

Il parait choqué.

"Bon dieu, mon chou, quelle peste jalouse et haineuse a bien pu vous mettre cette idée en tête ?! Vous n'êtes pas laide, loin de là, et c'est pour vous aider à mettre en valeur tout votre potentiel que monsieur Tillman a pris rendez-vous. Sans ça, vous auriez continué à maltraiter vos cheveux qui sont d'une texture incroyable. Un blond naturel aussi magnifique, ça s'entretient avec amour, chérie."

"Je crois surtout qu'Alex en avait marre de me voir avec cette tronche."

Le coiffeur sourit.

"Est-ce qu’il vous l'a dit, pour que vous paraissiez si sûre de vous ?"

Je hausse les épaules.

"Non, mais sinon, pourquoi est-ce qu'il m'aurait pris rendez-vous chez le coiffeur après cette fameuse virée shopping. En fait, il a honte de moi et a envie de me transformer en bourgeoise de banlieue !"

Cette fois, il se marre.

"Je ne connais pas monsieur Tillman personnellement, mais je connais les hommes et lui..." Dit-il en me le montrant du ciseau dans le miroir, Alex feuilletant un magazine. "... il n'est clairement pas du genre à vouloir une petite bourgeoise de banlieue. Je pense que ce qu’il veut vraiment, c'est voir ce dessiner un sourire sur ce visage si triste et pourtant si joli."

"Alors....Il n'a vraiment fait ça que pour me faire plaisir ? P...Pour me rendre belle ?"

Il hausse les épaules.

"Vous le connaissez sans doute mieux que moi, vous a-t-il déjà donné une raison de douter de lui ?"

Non.... Comment est-ce que j'ai pu être si bête et me laisser encore avoir par mes sentiments négatifs ! Dire que j'ai failli lui en vouloir tout ça parce que je me suis montée le chou toute seule !

"E...Est-ce que vous pourriez me rendre vraiment jolie ?"

Il sourit, rassurée de me voir changer de ton et de me voir plus adoucie.

"Chérie, je suis déjà en train de te rendre magnifique. Et tu verras qu’il ne m’en faudra pas beaucoup."

Il m'explique ce qu'il est en train de me faire. Il se débarrasse de mes cheveux morts, me fait une coupe plus courte. Il ne touche pas à ma couleur en revanche il me met divers types de soin pour enfin finir par le brushing.
Je hoche la tête.

"Merci....D'être aussi à l'écoute."

"Ce n'est que mon travail, j'aime que chacun de mes clients se sentent à l'aise. Voir un sourire radieux sur leur visage, c’est vraiment ma plus belle récompense."

Je n'aurais pas de sourire à lui offrir, mais je serais quand même enchantée, je le sens.

Au bout de presque une heure, on a terminé. Mes cheveux sont passés de long et fade à court et brillants. J'ai une espèce de carré long avec des anglaises. Ça me change radicalement le visage ! Je me reconnais à peine.

"Tadam ! Une vraie princesse !"

"Je...Wouah ! C'est moi ?!"

"Et oui, magnifique hein mon chou ?"

"Oui...je...heu...Je ne pensais pas me voir comme ça un jour..."

"Alors, il a eu raison ?"

Je rougis en baissant le regard.

"Oui..."

"Alors je pense qu’il a mérité de vous voir dans cet état."

Il se décale pour que je puisse rejoindre Alex. Je me plante devant lui, attendant qu’il me remarque, je me racle la gorge pour attirer son attention.

"Ça.... Ça te plait ? Je....J'espère que ça te plait.... Ça.... Ça serait une façon pour moi de te remercier pour cette super idée...."

Je baisse la tête, je me sens coupable de la façon dont j'ai réagi tout à l'heure. J'espère qu'il verra ce geste comme un mea culpa.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 3411
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

allo

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je jouais sur mon téléphone en l'attendant. Je stressais un peu. Je me prenais la tête pour tout un tas de raisons. J'avais peur déjà qu'elle prenne mal mon idée de l'amener chez le coiffeur. Elle allait peut être se dire que je la trouvais moche, que je trouvais sa coupe de cheveux horrible et je ne sais quoi. Bon en fait on voyait bien que ses cheveux étaient abimés mais je devinais qu'elle n'avait pas vraiment les moyens de dépenser son argent dans des choses aussi futiles que l'entretien de ses cheveux. Alors ce n'était pas de sa faute si ils étaient dans cet état. Elle méritait de pouvoir prendre soin d'elle, de se sentir belle dans de nouveaux vêtements, d'avoir de beaux cheveux qui la mettaient en valeur. C'était une belle femme, quoi qu'elle devait penser. Avec les soins adéquat, les vêtements qu'on avait acheter, elle allait faire tourner pas mal de tête. Et moi tout ce que je voulais c'était qu'elle puisse se sentir bien.

J'avais aussi peur que ça se passe mal avec Paolo comme ça avait pu mal se passer avec certaines des vendeuses dans la boutique. Mais je savais aussi que je n'avais entendu que du bien de lui. Les célébrités se l'arrachaient. Ma... enfin on m'avait dit qu'il était merveilleux, qu'il mettait vraiment les personnes en valeur, sans jugement, sans être extravagant, juste en prenant soin des personnes. J'espérais qu'il allait être aussi bienveillant qu'on me l'avait décrit.

Même si je tentais de me rassurer, je restais stresser. Je les regardais faire du coin de l'oeil. Ils discutaient ensemble. J'étais trop loin pour entendre ce qu'ils disaient mais ça avait l'air de bien se passer. En tout cas je voulais y croire.

Finalement elle finit par revenir vers moi, accompagné de Paolo. Je la regardais, souriant en la voyant aussi sublime. Je savais qu'elle était belle mais là... c'était pas comparable.

- Tu es magnifique. Enfin... tu étais déjà très jolie mais cette coupe... ça te va à merveille. Merci Paolo.

J'allais avec lui vers la caisse pour régler la coupe et les soins. Je lui demandais aussi de me vendre les produits d'entretien qu'il lui fallait pour prendre soin de ses cheveux. Je réglais pendant qu'il expliquait à Carrie comment s'en servir. Je le remerciais une dernière fois avant de quitter le salon avec elle.

- J'espère que... que tu n'as pas mal pris le fait que je t'ai amené ici. C'était pas un reproche ou quoi c'est juste que... J'ai remarqué que tu n'avais pas pu vraiment... enfin... te soucier de tes cheveux ou quoi. Et je sais aussi pour avoir fréquenter quelques femmes dans ma vie, que ça leur fait toujours un bien fou de sortir de chez le coiffeur, d'avoir de beaux cheveux brillants et bien coupés qui les mettent en valeur. Alors je me suis dit que... ça faisait un peu partie de ce dont tu avais besoin avec les nouveaux vêtements. De quoi te sentir aussi belle que tu l'es.

C'était peut être un peu maladroit mais je voulais qu'elle comprenne que je n'avais pas fait ça pour la mettre mal à l'aise. Je voulais juste qu'elle se sente encore plus heureuse, qu'elle passe une journée de rêve et qu'elle la termine en se sentant comme une princesse. Parce que c'était ce qu'on devait faire de notre année, tout faire pour se sentir heureux, les trucs les plus simples comme les plus fous. L'argent n'avait aucune importance, je voulais juste qu'on essaie de se sentir bien.

- Bon... allons nous occuper des vêtements de sport et des valises. Ainsi que du maquillage non et du parfum? On a encore pas mal de boulot devant nous. Et je propose que ce soir, on se fasse juste livrer des pizzas qu'on mangera devant Loki. Je crois que tu n'as même pas vu le premier épisode en entier.

Je ris doucement avant de l'entrainer vers de nouvelles boutiques. J'entrais avec elle dans une boutique de cosmétiques et de parfum. J'allais essayer tous les différents parfums avec elle, m'amusant à tous les sentir.

- Allez on tente un truc... je te choisis un parfum et tu m'en choisis un?

Autant se lancer dans les trucs un peu fou non?



Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 991
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

njgak.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis à la recherche d'un emplois et je m'en sors lamentablement, je me sens au fond du gouffre. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt mal.

Carrie n'a pas eu une vie facile, de sa conception jusqu'à aujourd'hui, elle a le sentiment d'être maudite tant sa vie n'a été qu'une succession de désastre et de catastrophe. A-t-elle déjà connu le bonheur ? J'en doute, ou alors ça n'a pas duré assez longtemps pour qu'elle s'en souvienne. On lui a déjà dit que les personnes maudites n'existent pas. Que même ceux qui ont connu les pires tourments dans la vie finissent tout de même par connaitre le bonheur un jour, c'est obligé qu'on lui a dit. Ma foi.... Elle attend encore. Jusqu'au jour où elle s'est dit que la délivrance qu'elle attend depuis des années, il n'y a peut-être que la mort qui puisse la lui apporter....
C'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle le rencontre et qu'il lui fasse une proposition qui, on l'espère, changera leur vie à tous les deux.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Original



Amanda Seyfried :copyright:️ Arabella

À voir la façon dont il sourit, j'en conclus que ça lui plait. Je lui offre un petit rictus de satisfaction. Je suis contente que ma nouvelle coupe lui plaise, car j'ai l'intention d'utiliser tout ce qu'il m’a acheté. J'ai toujours eu l'habitude de ne pas faire attention à moi parce que je n’en ai jamais vraiment eu le temps ni les moyens. Mais maintenant j’ai tout ce qu’il me faut et du temps.... et bien j'ai un an... Alors pourquoi ne pas essayer de perdre ces vieilles habitudes ? Soupire. Oui, c’est ce que je dois faire. Dès demain je prendrais soin de moi, je serais plus féminine et... je vais d'abord regarder des tutos sur Youtube.

On finit par quitter le salon avec tout ce dont j'ai besoin pour entretenir mes cheveux. Paolo me dit qu’il veut me voir dans un mois pour voir si j'ai bien pris soin de mes cheveux et si j'ai utilisé les produits correctement.

"Mais aussi parce que je veux voir ce que sera devenu ce magnifique petit visage tout triste. J’espère y voir un sourire."

Me dit-il en nous tendant le sachet. Je rougis légèrement, touchée qu’il se préoccupe vraiment de savoir comment je vais. Je pensais qu’il se serait juste contenté de me coiffer et de me vendre ses produits. Je comprends pourquoi toutes les stars se l'arrachent. Ça fait du bien de parler à quelqu’un qui est vraiment à l'écoute, extérieur à tous vos soucis et qui en plus vous chouchoute les cheveux !
Je hoche la tête en silence comme pour lui confirmer notre rendez-vous du mois prochain.

En sortant du salon de coiffure, Alex se met à me dire ce qu’il ressent et je me ferme aussitôt comme une huitre, vieux réflexe. J'aime pas trop quand les gens autour de moi se mettent à déballer leurs sentiments parce que du coup, je dois le faire aussi et j'aime pas ça. Soupire. Je l'écoute jusqu’au bout parce que.... J’aime bien Alex... Il n’est pas juste "les gens"... Alors je veux bien faire un effort.

"Je.... Oui.... Au début j'ai cru que... mon physique te dérangeait.... Mais j'ai fini par comprendre que... la coiffure était forcément une étape à franchir durant cette journée de dingue !"

Je regarde autour de moi comme pour lui signaler que même me trouver dans cette rue est fou pour moi. Je fais du shopping dans les rues les plus cotés de New York, je ne l'aurais jamais cru si un jour on m'avait dit que ça m’arriverait ! Je finis par reporter mon attention sur lui et par hausser les épaules.

"Seulement, maintenant que j'y pense, c’est dommage que cette journée me soit seulement dédiée. Tu aurais dû en profiter pour faire quelques folies toi aussi ! Comme... Une nouvelle coupe de cheveux !"

Je joue des sourcils pour le taquiner puis je regarde ces adorables bouclettes et j'ai une pointe au cœur rien qu'à l'idée qu’il puisse les couper. Je rougis à cette idée et détourne vite le regard.

"Je...Je plaisante, je voulais juste t'embêter un peu. En tout cas, c'était une bonne idée que tu as eu, au final, tu as raison, ça m’a fait du bien."

Nous continuons de marcher avant qu'Alex me fasse un petit brief sur nos prochaines destinations et pour le programme de ce soir.

"Oui.... Je suis désolée, je ne me suis même pas sentie m'endormir... Mais ton canapé est tellement confortable, on aurait dit un nuage ! J'ai sombré ! Excuse-moi..."

Je baisse la tête timidement, le pauvre, après la journée que je lui avais fait vivre, je m’étais endormie comme une merde et j’avais failli l'empoisonner le lendemain... Je suis vraiment qu’un boulet...
À qui le dis-tu...

Pour les valises, ça a été plutôt rapide. J'ai même fait un caprice....
Bhein oui, puisque t'es un poison qui se répand sur plusieurs étapes...
Au début, je n'ai pas trop osé... Je... Je ne voulais pas en faire trop mais... Alex m’a dit de ne pas me gêner alors j’ai craqué et j’ai un caprice. À peine étions entrés dans la boutique de sacs et valises, que je lui montre du doigt un ensemble de valises Batman et Robin. À croire qu'elles n'attendaient que nous ! Il a accepté de les prendre sans même rechigner ! Je me rappelle lui avoir fait un câlin tellement j'étais contente !

Maintenant nous voilà dans la boutique de cosmétique.... J’ai horreur de ce genre de boutiques... Les vendeuses sont des sangsues qui ne nous lâchent pas même quand on leur dit qu'on n'a pas besoin d'elles...

"Alex... Ne me laisse pas seule s'il te plait..."

Je lui prends le bras, comme une enfant, mais c'est un peu ce que je suis en ce moment : vulnérable comme une enfant. Je n'ai pas envie de me détacher de lui, de prendre le risque d'être séparée de lui dans la foule puis d’être happée par une sangsue ! Je me cramponne à lui comme si ma vie en dépendait. Pour le maquillage, j'ai pris tout ce qui m'inspirer. Je ne voulais pas m'encombrer de truc que je sais que je n'utiliserais jamais. Je me suis pris une trousse à maquillage ainsi qu’un présentoir pour la salle de bain et un pour la coiffeuse de la chambre. J'ai pris la plupart des articles en double ou en triple comme le mascara, le crayon pour les yeux, la lime à ongle, etc. Pour les rouges à lèvres et les vernis, j'ai pris toutes les couleurs et nuances de l'arc-en-ciel.... Pour les palettes, également, en double. Une poudre pour mon visage suffira. Les crèmes, les soins, les lotions, les démaquillants. Olalala, je ne pensais pas qu'il y aurait tant de chose à mettre dans une salle de bain ! Va vraiment falloir revoir l'aménagement.

Une fois arrivés aux parfums, on les sent tous en s'amusant comme des gamins puis il lui vient une idée. Je réfléchis un instant et me dit que j’aime bien l'idée qu'à chaque fois qu'on lui dira qu’il sent bon, ça sera grâce à moi.... Je rougis légèrement.
Ouuuh possessive ? On grille des étapes.

"Je...Ou...Oui, j'aime bien l'idée..."

Je regarde autour de moi puis je le regarde.

"Est-ce qu’on peut on choisir plusieurs ?"

Je commence à en sélectionner quelques-uns. Pour la journée, ça sera One Million de Paco Rabane ou Sauvage de Dior. Pour le soir, La Nuit de l'Homme d'Yves St Laurent. Pour le sport et autre journée physique ça sera un Lacoste. J'en ajoute un qui ne sera que pour moi.... Mais.... Je ne peux pas lui dire... Fin.... Je sais pas, ça serait bizarre.... Du coup, quand il me demande pourquoi je prends Bleu de Channel, je ne trouve rien de mieux à dire que :

"Je....Je ne sais pas encore..."

Avant de faire mine de m’intéresser à autre chose pour qu’il ne me voit pas rougir. J'attends sa sélection de parfum en soupirant pour calmer les battements de mon cœur. Mon visage redevient vite normal, autrement dit froid et stoïque.


***


Une fois sortis de la boutique de cosmétiques avec quatre gros sacs plus trois petits, nous nous dirigeons vers la voiture pour les mettre dans le coffre. La dernière étape était la boutique de sport.

"Désolée de te le dire mais... J'ai repéré une boutique Nike juste à côté du Sephora..."

Autrement dit, demi-tour. Petit rictus pour le motiver avant de nous remettre en marche. Une fois dans la boutique, je ne sais plus où donner de la tête entre les survêtements, les leggins, les baskets et autres vêtements de sport !
Au loin je vois les cabines et je demande à Alex en rougissant, le regard fuyant :

"Je... Tu voudras aussi que... que je te montre mes tenues ou...ou tu préfères que je te les montre à la maison plus tranquillement."

Je me mords la langue trop tard, ma phrase est tournée.... bizarre, non ? C'est moi qui me fait des films ?
Non, non, je te rassure, tu lui parles bien comme si tu étais sa meuf alors que... nada.
Olalala, mais il va vraiment croire que je prends mes aises, que.... que peut être je me fais des films ou quoi.... Il va me prendre pour une tarée... Mécanisme de défense ! Je hausse les épaules en faisant comme si on s'en fichait.

"Baah oublie, on s'en fiche, c'est pas important."

Je commence à regarder quelques t-shirts à côté de nous.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: