Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -50%
-50% Nike Jordan Air 200E
Voir le deal
67.47 €

LE TEMPS D'UN RP

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved]

Beloved
Messages : 4122
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Lun 3 Jan - 15:31
1394547337-17.png
Alexander Tillman
J'ai 25 ans je vis à New York, de Etats Unis. Dans la vie, j’étais tennisman professionnel et je m'en sortais très bien, mais la vie en a décidé autrement et maintenant je suis devenu homme d'affaires, par obligation. Sinon, à cause de tout un tas de choses, je suis célibataire et je le vis pas trop mal.

Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 10 Peter-Kavinsky-To-All-the-Boys-Ive-Loved-Before


Noah Centineo :copyright:️ rhyiona

Je m'étais réveillé en pleine nuit en la sentant contre moi. J'étais resté un instant surpris. Je ne savais pas ce que je devais faire. Je ne me sentais pas le coeur de la virer du canapé. J'allais lui faire du mal je le savais. On s'était fait assez de mal comme ça ces derniers jours, je voulais que ça s'arrête. Je voulais juste qu'on passe des bons moments ensemble, qu'on fasse ce pour quoi je lui avais proposé de vivre avec moi. Alors je l'avais serré dans mes bras, la gardant contre moi toute la nuit. J'avais respiré l'odeur de ses cheveux, cette douce odeur de femme que je n'avais pas respiré depuis longtemps. J'avais fini par sombrer dans le sommeil, retombant dans des souvenirs d'un autre temps, dans l'odeur d'une autre femme...

Je m'étais levé tôt le lendemain. J'avais quitté le canapé discrètement, la laissant dormir pour aller préparer le petit déjeuner, ou plutôt tenter de le faire. Elle avait fini par se lever. Nous avions un peu discuté, parlé de nos projets de vacances surtout. On ne prendrait que le nécessaire pour la Bolivie. On pourrait toujours faire une halte de quelques heures à New York pour changer nos bagages avant de nous envoler à nouveau vers notre prochaine destination. Quelques heures ce serait suffisant. Ca nous ferait du bien de ne pas passer de nouvelles nuits ou plusieurs jours là bas.

On rentra dans ma maison et une petite routine s'installa. On avait passé nos journées ensemble. On avait monté les meubles pour sa chambre et sa salle de bain. On avait d'ailleurs échangé pas mal de fou rires à tenter de comprendre comment le plan marchait. On avait tenté de faire de nouveaux essais cuisine. Là encore on avait ri devant mes tentatives catastrophiques de faire fonctionner la cuisine. Heureusement qu'uber eats était là. On avait passé des soirées dans le canapé, assis l'un contre l'autre à manger du pop corn devant des films.

C'était quelques jours que j'avais beaucoup apprécié. On avait passé de bons moments ensemble, sans se prendre la tête, en profitant juste de l'instant. C'était agréable mais je voulais plus. Je voulais qu'on vive des moments inoubliables ensemble. Je voulais voir son regard pétiller de joie. La voir s'émerveiller devant ce qu'on allait découvrir. Et ça aurait très bientôt lieu..

Le fameux matin arriva. Je m'étais levé de bonne heure, après une autre nuit difficile. J'avais résisté à l'envie d'aller courir, la journée allait être longue et je n'avais pas besoin d'aller m'épuiser comme ça avant de partir. J'avais juste profité du fait qu'elle dormait encore pour aller chercher le petit déjeuner dans une boulangerie française pas loin. J'avais étalé tous mes achats sur la table de la cuisine, là où on mangeait préférant laisser de côté l'immense table de la salle à manger. Je l'attendais, en tenue détente pour être confortable pendant le vol. Je l'accueillis à son arrivée avec un immense sourire, le sourire spécial Carrie qui reflétait mon plaisir de la voir à chaque fois.

- Salut toi, bien dormi? Prête pour l'aventure?

Je souriais comme un gosse. J'avais hâte de partir, de pouvoir fuir cette maison et cette ville. Je n'avais jamais vraiment pris de vacances pour moi, pour juste profiter et me faire plaisir. Il y avait toujours un but dans mes voyages, même si j'en profitais pour visiter, ce n'était jamais que pour le plaisir.


Cheval de Troie
Messages : 1267
Date d'inscription : 08/02/2020
Région : PACA
Crédits : Bazzart

Univers fétiche : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
Préférence de jeu : Femme
vol de nez
Cheval de Troie
Jeu 21 Avr - 15:55
tumblr_mk9va9W4hH1qkplfqo2_250.png
Carrieta Miroslava

J'ai 26 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, j'essaye de profiter à fond de ce qui sera peut-être ma dernière année de vie et je m'en sors plus que bien grâce à mon Batman. Sinon, je suis une célibataire dépressive et je le vis plutôt bien, je m'en fiche un peu à vrai dire.

Trois cent soixante-trois jours, c'est le temps qui lui reste en compagnie d'Alexander Tillman. Depuis qu'elle l'a rencontré, sa vie ne va que pour le mieux. Jamais elle n'a été si proche de connaitre le bonheur. Seulement, le mérite-t-elle vraiment ? Va-t-elle réussir à chasser ses démons pour uniquement profiter de la vie ? Ça reste à voir, pourtant, Alex ne ménage pas ses efforts pour la rendre heureuse, c'est adorable. Qui l'eu cru, deux personnes qui avaient perdu tout espoir en un avenir meilleur, s'accrochent maintenant l'un à l'autre comme si leur vie en dépendait ! Ce qui en soit, est le cas...
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved] - Page 10 Tumblr_mldmubY3J51qd9rpdo5_r2_250



Amanda Seyfried :copyright:️ Century Sex

La surprise de ne pas trouver Alex à mes côtés me fit me redresser rapidement. Je passe une main sur mes yeux pour les frotter et remarque que mon héros est dans la cuisine. Je penche la tête sur le côté, surprise.

"Bonjour."

Je m'étire et le rejoins, je renifle le petit déjeuner qu'il nous a préparé avant de m'asseoir à table. Rapidement, on parle de tout et de rien, mais surtout des voyages qui nous attendent. Il éclaire ma lanterne sur si on fera des escales à New York ou pas et la réponse est oui, du moins le temps de changer nos bagages. Je hoche la tête simplement en l'écoutant, décidément, c'est sûr, il ne veut pas qu'on remette les pieds dans cette maison de si tôt. Ma foi, si ça peut lui faire du bien alors je le suis, moi ça m'est égal tant que je suis avec elle. Tant que je ne me retrouve plus plongée dans un abime de désespoir, seule... tant qu'il reste mon rayon de soleil, tout me va.

Je mange en silence quand il s'arrête de parler, comme d'habitude, puis nous rangeons nos affaires et retourner chez nous. Les jours qui suivirent furent plus calmes et plus amusants, on avait beau être tombé dans une routine, elle nous convenait. Au moins, on ne se disputait pas. On passait le plus clair de notre temps ensemble et on a même découvert le son de mon rire quand on a essayé de monter les meubles de ma chambre et de ma salle de bain. J'ai pu ainsi ranger toutes mes affaires dans une armoire bien plus grande, mes produits de beauté sont tous bien ordonnés. On dirait que j'ai toujours vécu ici tant j'ai de choses. Car bien sûr, Alex n'a pas lésiné sur les sessions shopping pour être sûr que je ne manque de rien. On a acheté tous les accessoires pour l'appareil photo, le trépied, la perche et pleins de truc que je ne connaissais pas. On va pouvoir immortaliser chaque moment de nos aventures. Il a vraiment été parfait ces derniers jours et j'espère ne pas l'avoir déçu à mon tour. J'espère lui avoir rendu chaque seconde de bonheur qu'il me donne.

La veille de notre départ, on avait regardé un film. Je m'étais blotti contre lui, comme on avait pris l'habitude de le faire durant nos séances film du soir. On mangeait du pop-corn et la plupart du temps, je finissais par m'endormir contre lui. Je suis surprise de voir que l'oiseau de nuit que je suis n'est plus capable de tenir après minuit ! Mais en même temps, je n'ai jamais aussi bien dormi que depuis que je suis ici. Même s'il m'arrive de faire des rêves agités, je dors quand même confortablement bien.

Le lendemain, je me réveille grâce à mon téléphone et m'étire. C'est le grand jour. Un petit sourire se dessine sur mes lèvres alors que j'immerge doucement. J'enfile mes pantoufles et descend pour voir si Alex est déjà debout, même si le connaissant, je suppose que oui. A-t-il seulement dormi ?! Je suis surprise de le voir déjà tout habillé quand moi je ne suis encore qu'en pyjama. Comme d'habitude, il m'offre son plus beau sourire, celui qui illumine toute ma vie. Il ne sourit pas comme ça à quelqu'un qui le reconnait dans la rue ou à un membre de son travail ou à qui que ce soit d'autre. Il ne sourit comme ça qu'avec moi et au fond de moi, j'en suis plus que ravie. Je voudrais pouvoir garder ce sourire jalousement et ne le partager avec personne ! Mais je me garde bien de lui dire un truc pareil, il me prendrait sans doute pour une folle !

"Heu....je...Bonjour. Non je ne me suis pas encore préparée. Je viens juste de me réveiller." Mon bâillement en témoigne. "Par contre, toi, je constate que tu es fin prêt !" Je regarde l'heure, paniquée subitement. "Est-ce qu'on est en retard ? Est-ce que je suis en retard ?!" Puis mon regard se pose sur les viennoiseries et mon ventre se met instantanément à gargouiller. "Tu crois que j'ai le temps de petit déjeuner ?"

Dis-je avec mon air de chien battu ? Je m'avance prêt de lui pour le prendre dans mes bras. Un sourire comme le sien doit toujours être suivi d'un câlin ! C'est la base, sinon comment passer une bonne journée si je ne puise pas un peu de force dans ses bras.
Je frotte mon visage encore un peu embrumé contre son torse avant de me reculer et de m'asseoir autour de la table de la cuisine.

"Alors, je t'écoute, c'est quoi le programme ? On prend l'avion à quelle heure ?"

Il doit surement connaitre par cœur notre itinéraire du moment où on va quitter la maison jusqu'à ce qu'on arrive en Bolivie.

"Et à quelle heure on arrivera là-bas ?"

Voulant absolument gouter ses viennoiseries, je décide de me servir une tasse de café pendant qu'il répond à mes questions. Je retourne m'asseoir et commence à tremper un croissant bien beurré dans mon café. Mhmmm délicieux ! L'excitation commence à pointer le bout de son nez, je regarde Alex avec des étoiles dans les yeux.

"J'ai hâte d'y être ! T'imagine ! Ça va être trop cool ! Toutes ces nouvelles personnes, ces nouveaux paysages ! J'ai vraiment trop hâte !"

Plus les jours sont passés et plus je réussissais à lui parler avec confiance, sans hésiter ou sans bégayer. Il m'arrivait encore parfois de le faire, mais beaucoup moins. Je pense qu'il a pu constater que mon comportement est moins sauvage/agressif depuis ces derniers jours. Comme si j'avais enfin accepté l'idée d'être heureuse à ses côtés et c'est un peu le cas... C'est vrai que je ne culpabilise plus d'être un poison pour lui, je... j'essaye justement de ne pas l'être et je m'en sors plutôt bien. On ne s'est pas disputé une seule fois depuis notre retour des Hamptons, je me dis que c'est plutôt bon signe, je vais peut-être vers le mieux. Et qui sait, j'ose le dire, peut-être que la malchance m'a enfin quitté ?

Après le petit déjeuner, je monte rapidement pour me préparer. Je me douche rapidement puis décide de prendre exemple sur Alex et de m'habiller de façon décontractée, j'ai opté pour un short en jean et un t-shirt un peu ample avec une brassière en dessous. Une paire de basket au cas où on risque de marcher à notre arrivée et me voilà prête. Nos valises étant faites depuis des jours, je n'avais plus qu'à vérifier mon sac à main pour être sûre de ne rien oublier. Je descends dans le salon.

"On n'oublie rien ? Chargeur de téléphone, d'appareil photo ? Les papiers ?" Pour la première fois, je montre clairement une émotion : l'angoisse d'oublier quelque chose qui pourrait faire une tache sur notre superbe voyage. "On a tout, tu es sûr ?"

Je plonge mon regard azur dans le sien et son sourire m'apaise tout de suite, je lui prends la main et serre mes doigts autour des siens.

"Bon, alors je suis prête ! Vamos señor !"

J'aide Alex à conduire nos valises dehors pour que le chauffeur commence à les mettre dans le coffre de la voiture. Je m'assois à l'arrière en attendant Batman et nous voilà parti. Ça y est, derrière nous la maison commence à devenir de plus en plus petite puis au premier croisement, elle disparait.

"Ça y est, cette fois c'est parti....Je...Je vais vraiment voyager…"

Dis-je à voix basse, plus pour moi-même qu'autre chose. Je me triture les mains, un peu angoissée de tout ce qui m'attend, l'avion, la nouveauté, ce bonheur que je vis. Tout ça commence un peu à me faire peur, là tout de suite, je... je ne regrette rien, seulement, je suis vraiment en train de réaliser que tout ce que je vis, tout ce dont on parle depuis des jours est véritablement en train de se concrétiser… J'inspire profondément. Wouah. C'est à la fois terrifiant, incroyable et exaltant.
Rien n'est plus affligeant que la mort du coeur, la mort de l'homme est secondaire. [ft. Beloved]
Page 10 sur 10
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
Sujets similaires
-
» Le vivant ferme les yeux du mort, pendant que le mort lui donne l'occasion d'ouvrir les yeux. Ft Elsy
» ça fait bim bam boum ( de rien)
» Nellyos ( et il n'y a rien de plus à dire ! )
» (m/m) rien en commun, tout à s'apprendre
» Parce qu'il n'y a rien de concret... [En cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: