Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyAujourd'hui à 1:17 par Clionestra

» Raven and Bones
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyAujourd'hui à 0:15 par Lobscure

» Silicon Heart ft. Lexis
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyHier à 22:47 par Lexis

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyHier à 21:46 par Manhattan Redlish

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyHier à 21:11 par Opale Or

» La librairie, une vie de dangers.
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyHier à 18:13 par Snardat

» Grimm | Personnages
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyHier à 1:46 par Grimm

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyHier à 0:52 par Lexis

» “Please. I love her.” (avec Leolyne)
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18 - Page 9 EmptyHier à 0:47 par Léolyne

Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €
anipassion.com

LE TEMPS D'UN RP

La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18

Elsy Lullaby
Messages : 4251
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby
Jeu 25 Jan - 20:19

Victoria Beaumont
J'ai 30 ans et je vis à Dijon, France. Dans la vie, je suis courtier en assurance et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Spoiler:
Mickaël prend congé le docteur tout juste arrivé, profitant de la présence de ce dernier auprès de sa colocataire des derniers jours pour aller courir, afin de la laisser avoir son rendez-vous médical tranquillement, ne pas interférer dans le secret médical de la procédure. Ainsi peut-elle parler plus librement au docteur au long de la consultation, évoquant ce qu’elle n’avait pas pu dire à son hôte bienfaiteur, sans pourtant pouvoir tout raconter au vieil homme, là non plus, portant encore en elle les traumatismes de ce qu’elle avait vécu, ce dont elle venait tout juste de sortir.

Quand le docteur referme la porte derrière lui, au terme d’une longue consultation, laissant Victoria seule dans l'appartement de Mickaël, un calme relatif s'installe, contrastant avec le tumulte émotionnel qui persiste en elle. Elle fixe la porte un instant, alors que ses pensées s'entremêlent, entre la douleur physique qu’elle ne sent plus vraiment aujourd’hui mais qui persiste, mentalement, et les plaies émotionnelles encore béantes.

Elle se replie dans le coin du canapé, s'enfonçant dans ses pensées qui l’agitent, la submerge, les souvenirs de tout ça revenant nombreux dans sa tête, lui rappelant l’impuissance dans laquelle elle s’était trouvée. Et elle avait protégé cet homme qui lui avait fait tant de mal, elle l’avait protégé corps et âme, continuant de le faire même encore aujourd’hui, gardant pour elle le plus gros de ce qui s’était passé, tant par peur des représailles que parce qu’elle ne pouvait pas, pour l’instant, porter sur ses épaules le poids de la condamnation qui résulterait de tout ça.

Le regard perdu dans le vide, Victoria se refait le film de cette consultation, les recommandations du médecin résonnant encore dans son esprit. "Vous avez besoin de calme et sérénité" avait-il dit, avant d’ajouter qu’il l’arrêtait tout un mois. Un mois pendant lequel elle n’irait pas au travail, ne pourrait pas vraiment renouer avec une vie sociale… Mais elle n’était pas sûre d’en avoir ni la force ni l’envie, de toute façon. D’autant qu’elle pouvait croiser son ex-compagnon sur le chemin du travail… Et cette simple idée suffisait à l’effrayer.

Entendant à peine le bruit de la porte qui s’ouvre puis se ferme de nouveau, elle ne réalise le retour de Michaël dans l’appartement qu’au moment où, assit à côté d’elle, il vient briser le silence, la faisant presque sursauter, alors qu’elle était encore toute à ses pensées, la remerciant. De quoi ? Elle fronce légèrement les sourcils. Ah, oui ! La déclaration d’une personne de confiance. A vrai dire, le choix avait semblé évident, puisqu’elle était déjà chez lui depuis quelques jours. Elle ne voyait guère de raison de la remercier pour autant.

"- Je ne suis pas sûre que je mérite d’être remerciée pour tous les problèmes que je te fais et les complications que je t'amènes…" souffle-t-elle d’ailleurs.
Edward
Messages : 825
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Mer 21 Fév - 2:36

Michael Durand
J'ai 34 ans et je vis à Dijon, France. Dans la vie, je suis courtier en assurances et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Né au Havre, j’ai fait mes études à Paris avant d’enchainer quelques contrats pour finalement être embauché à Dijon. Sportif, je pratique diverses activités comme le footing, la box, l’escalade et je passe pas mal de temps à la salle avec quelques potes. J’ai eu quelques copines, mais nous ne sommes jamais allés bien loin. Ces derniers temps, je suis seul et la seule qui m’attire est, malheureusement, prise.

Je pose doucement une main sur son épaule, le pouce se plaçant à la base de sa nuque.


Victoria, tu ne me poses aucun problème et tu ne m’apportes aucune complication, je t’assure ! Affirmais-je d’un ton plein de certitude. Tu as besoin de moi, je suis là, c’est tout. Conclus-je avant de déposer un baiser sur sa joue et de me lever.
J’avais envie de la prendre dans mes bras, mais, revenant de courir, je doute qu’elle apprécie grandement ma sueur et mon odeur.


Je prends une douche en vitesse et je reviens ! Lançais-je avant de me diriger vers sa chambre pour prendre des habits. Je reviens, quelques instants plus tard, propre et vêtu d’un short et d’un débardeur.
Je reviens sur le canapé, m’asseyant pour, sans un mot, la prendre dans mes bras.


Le doc m’a proposé de m’arrêter aussi, que je puisse rester avec toi. J’ai accepté parce que je ne veux pas te laisser seule dans la difficulté. Annonçais-je tranquillement. Si j’ai accepté, c’est parce que cela ne me pose pas de problème, ok ? Il ne l’aurait pas fait, je prenais des congés de toute façon. Cela a du sens avec le fait que tu m’aies déclaré personne de confiance et, j’insiste, je préfère être à tes côtés qu’à faire quoi que ce soit d’autre. Dis-je d’une voix douce.


Le doc m’a recommandé que l’on s’éloigne de la ville quelque temps. J’ai un chalet dans le Morvant, un petit truc simple, isolé. On capte mal, il n’y a pas de voisins, il donne sur un lac et il y a une rivière pas loin. Je t’y emmène dès demain, on passera juste faire quelques courses alimentaires et il te faut quelques vêtements de plus. Là-bas, tu pourras te reposer pleinement, on pourra se promener, se baigner, cela t’évitera de passer tout ton temps enfermé ici. Cela te convient ? Demandais-je finalement. Après tout, je ne lui donnais pas d’ordre, ce n’était bien là qu’une proposition.


****


Après dîner, nous avions, comme d’habitude, regardé un film. J’avais choisi un film d’action bourré d’humour, avec Bruce Willis, en même temps… Ainsi, pas de réflexion nécessaire.
Le moment du couché venu, je frappais à la porte de sa chambre encore entrouverte, avant de passer la tête.


Veux-tu que je reste avec toi cette nuit ? Moi, cela ne me dérange pas… Pas du tout. Demandais-je, conscient qu’il était probable que l’évènement de ce matin l’ait refroidi et qu’elle ne souhaite prendre le risque de vivre cela à nouveau. Moi-même j’avais un peu hésité avant de lui poser la question.

Elsy Lullaby
Messages : 4251
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby
Sam 24 Fév - 16:28

Victoria Beaumont
J'ai 30 ans et je vis à Dijon, France. Dans la vie, je suis courtier en assurance et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Spoiler:
Elle l’observe comme il indique que, lui aussi, a obtenu un arrêt de travail afin de pouvoir rester un peu avec elle. Elle hoche la tête même si elle n’aime pas trop ça. Elle n’a pas envie qu’il perde du temps pour elle, qu’il prenne du temps comme ça, qu’il accumule du retard dans son travail. Parce que ce travail qu'elle ne fait pas, qu’il ne fait pas non plus, il va falloir que d’autres l’assument pour eux, ou qu’ils le rattrapent en revenant, ce qui n’est pas forcément enviable. Elle a conscience qu’elle met tout le monde dans une situation délicate en faisant ça. Que tout le monde va devoir compenser ce qui lui arrive et elle n’aime pas ça. Sauf qu’il ne lui laisse pas le temps de protester, de refuser, d’émettre son avis, lui coupe un peu la chique en coupant court à la conversation, lui faisant comprendre, d’une certaine manière, que rien de ce qu’elle a à dire ne pourra le faire changer d’avis. Alors elle se contente de soupirer, hochant la tête, même si elle n’aime pas ça.

"- Mais ça me gêne quand même un peu, tout ce retard de travail…" souffle la jeune femme.

Il parle de s’éloigner de la ville, sur les conseils du médecin, proposant de prendre quelques jours dans un domaine qui lui appartient et où ils seront tranquilles, loin de tout, coupés du monde. Un petit chalet dans lequel ils pourront prendre du temps pour eux, pour elle surtout, dans le Morvant.

"- D’accord…" se contente-t-elle de souffler, comme il a déjà tout prévu.

Elle ne pose pas plus de questions et la soirée passe tranquillement, jusqu’au moment d’aller enfin se coucher. Pas que la journée lui ait semblé longue mais… elles lui semblent toutes un peu compliquées et fatiguantes depuis que tout est arrivé. Rejoignant donc sa chambre, elle se prépare à dormir quand quelques coups donnés à la porte l’informent que Michael est là, se proposant pour passer la nuit avec elle, selon ce qu’elle voudra. Elle hésite, ne sachant pas vraiment, se souvenant des événements du matin, se mordant la lèvre inférieure. En même temps, il devait en avoir assez du canapé du salon…

"- Euh… Je… Tu peux venir, si tu veux…"
Edward
Messages : 825
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Dim 25 Fév - 12:46

Michael Durand
J'ai 34 ans et je vis à Dijon, France. Dans la vie, je suis courtier en assurances et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Né au Havre, j’ai fait mes études à Paris avant d’enchainer quelques contrats pour finalement être embauché à Dijon. Sportif, je pratique diverses activités comme le footing, la box, l’escalade et je passe pas mal de temps à la salle avec quelques potes. J’ai eu quelques copines, mais nous ne sommes jamais allés bien loin. Ces derniers temps, je suis seul et la seule qui m’attire est, malheureusement, prise.

Je comprends bien que cela te gêne, tu es une collègue consciencieuse, alors forcément, cela te déplaît. Mais pour le moment, tu dois penser à toi. Répondis-je tranquillement en souriant.

J’étais prêt à me donner à fond pour lui faire penser à autre chose tout comme pour la soutenir lorsqu’il le faudrait. Pourtant, je voyais bien que c’était compliqué à accepter pour elle. Après tout, je n’étais qu’un collègue.

Je me rends alors compte que, si j’avais été à sa place, je serais probablement tout aussi impacté et mal à l’aise de vivre une telle situation. Aurais-je compris que l’autre avait des sentiments à mon égard ? Rien n’est moins sûr et, pourtant, il est probable que cela aide à comprendre un tel dévouement.
Mais alors, devrais-je lui avouer mes sentiments ?
Je ne me pose même pas la question de savoir si c’est trop tôt ou non, dans ce genre de situation, ce sera toujours trop tôt.
Il va falloir que je réfléchisse sérieusement à la question.

Je lui expose alors ce à quoi j’ai pensé pour nous éloigner de la ville, à savoir, rejoindre mon petit chalet isolé dans le Morvant. Comme à chaque fois, elle accepte d’une façon assez laconique. Elle semble se laisse porter sans vraiment y penser, comme si elle remettait son existence actuelle entre mes mains.

Plus tard, au moment de se coucher, je viens voir si elle souhaite que je passe la nuit avec elle, comme la veille. J’ai longuement hésité à le lui proposer, suite à l’épisode épineux de ce matin, mais j’ai vu, la veille, l’efficacité qu’avait eu ma présence sur son apaisement.
Aussi, j’étais prêt à un peu d’inconfort si cela lui permettait un meilleur sommeil. Elle paraissait hésiter, se mordillant la lèvre inférieure avant de finalement me donner son accord, si c’était ce que je voulais.
J’avais l’impression que c’était finalement moi qui choisissais plus qu’elle, ce qui me perturbait un peu. Je refermais donc la porte pour me diriger vers le lit à la lueur de la lampe de chevet. Là, je retirais mon short avant de me glisser sous le drap en caleçon et débardeur.

Allongé sur le dos, j’imaginais que, comme la veille, elle n’oserait pas me toucher pour trouver le réconfort dont elle avait besoin, alors, je pris les devants.

Si tu veux poser ta tête sur moi Vicky, j’aime bien être ta peluche ! Plaisantais-je pour essayer de l’apaiser et qu’elle comprenne que cela ne me dérangeait aucunement.
Même si, poser la tête sur mon torse, lui permettrait d’entendre probablement la cavalcade de mon cœur.

Elsy Lullaby
Messages : 4251
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby
Ven 22 Mar - 16:34

Victoria Beaumont
J'ai 30 ans et je vis à Dijon, France. Dans la vie, je suis courtier en assurance et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Spoiler:
Bien sûr elle est gênée par l’idée de se faire arrêter quelques jours pour le travail, même si le docteur a sûrement fait ça parce qu’il a estimé qu’elle en avait besoin. Bien sûr qu’elle est gênée par l’idée de foutre tous les collègues dans la merde, parce qu’ils vont devoir gérer son absence. Et non pas uniquement son absence, en réalité, mais aussi celle de Michaël. Bien sûr que son côté consciencieux n’aime pas ça. Bien sûr qu’elle n’aime pas cette idée, même si elle sait aussi qu’elle n ‘est pas franchement efficace pour faire quoique ce soit, depuis que tout ça est arrivé. Il n’en reste pas moins qu’elle a déjà pris du retard. Et qu’elle va encore en prendre un peu plus. En prime, pour certaines choses urgentes, il va falloir que son absence soit compensée. Evidemment, ce n’est pas pour la ravir.

Il a un plan en tête, de son côté, ayant déjà réfléchi à la question de passer quelques jours dans un chalet qui lui appartient, loin de la ville, loin de tout, dans le Morvant qu’elle ne connaît même pas. Enfin, de nom oui, bien sûr, mais elle ne se souvient pas y avoir déjà mis les pieds par le passé. Il faut dire que ça n’avait pas grand chose de la destination à laquelle on pense en premier pour des voyages. Pas quand on est Paul, en fait. Lui était plutôt du genre à rechercher l’exotisme, les gros voyages, de quoi montrer son argent, finalement, alors qu’il n’en avait pas non plus tant que ça. Beaucoup de paraître. Et elle s’était laissée porter par ce bordel. Ce merdier.

Comme elle le fait encore maintenant en laissant son collègue décider de tout, se laissant porter par la situation. Cela fait tellement longtemps qu'elle ne décide plus rien par et pour elle-même que ça lui semble presque normal d'agir de la sorte, d'être passive, de laisser quelqu'un d'autre choisir pour elle. D'autant plus que, ces derniers temps, elle ne se sent pas vraiment capable de procéder autrement. Pas vraiment capable de prendre de décisions alors que force est de constater que, ces dernières années, elle n’a pas pris les meilleures, la concernant. Peut-être que laisser faire les autres, alors, est la chose à faire, le mieux qu’elle puisse faire.

Donc, ils iraient dans le Morvant et avaient passé le reste de la journée à préparer ce voyage à venir, avant d’enfin pouvoir aller se coucher, la blonde toujours si passive, si spectatrice de sa propre existence. Peut-être parce que c’est exactement ce que Paul a fait d’elle. Un agneau incapable de prendre ses propres décisions, se laissant porter par la vie sans la vivre vraiment. Peut-être est-ce pour cette même raison, en partie, de même que par culpabilisation, qu’elle accepte qu’ils partagent le même lit, consciente que l’homme est chez lui et sacrifie depuis bien trop longtemps, déjà, le confort de sa propre chambre au profit d’un canapé certe confortable pour regarder la télévision, mais peut-être pas tant pour dormir.

"- Mhh… je… Je note." affirme-t-elle dans l’obscurité de la chambre, hochant la tête sans qu’il ne puisse la voir faire.
Edward
Messages : 825
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Mar 9 Avr - 21:45

Michael Durand
J'ai 34 ans et je vis à Dijon, France. Dans la vie, je suis courtier en assurances et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.

Né au Havre, j’ai fait mes études à Paris avant d’enchainer quelques contrats pour finalement être embauché à Dijon. Sportif, je pratique diverses activités comme le footing, la box, l’escalade et je passe pas mal de temps à la salle avec quelques potes. J’ai eu quelques copines, mais nous ne sommes jamais allés bien loin. Ces derniers temps, je suis seul et la seule qui m’attire est, malheureusement, prise.

Comme la veille, elle se contente de me répondre qu’elle a entendu ma proposition sans pour autant faire quoi que ce soit. Ce soir, pourtant, je compte bien m’assurer de lui laisser son libre arbitre.
Ce sentiment de tout décider pour elle, qui vient de me frapper lorsque je lui ai proposé de dormir avec elle, me dérange. Non pas que je regrette d’être ainsi allongé à côté d’elle, non, assurément. En revanche, j’ai l’impression de contrôler sa vie de A à Z et, si c’est effectivement ce que je fais et que c’est pour son bien, cela ne me plait pas.

Vicky me plaît beaucoup, c’est une certitude. Pour autant, je n’ai pas envie de décider pour elle si je peux la séduire ou non. Je ne suis pas ce genre de gars.

Bonne nuit Vicky ! Soufflais-je alors avant de fermer les yeux.

****

Ooh !
Merde !

Lorsque je me réveille, la situation est pire que la veille.
Si j’avais fini par lui tourner le dos pour limiter les risques de reproduire la scène un brin gênante du matin, c’était sans compter sur ma voisine de matelas.
Durant son sommeil, je l’imagine mal faire cela consciemment, Vicky était venue se blottir contre moi, passant une jambe sur les miennes et un bras par-dessus mon torse. Le nez contre ma nuque, elle dormait encore profondément tandis que j’ouvrais des yeux ronds, sentant sa main sur la peau de mon ventre.
Très basse, sa main était dangereusement proche de quelque chose qu’il était préférable qu’elle ne frôle pas…Quelque chose de tout aussi réveillé que moi.
Par prudence, j’ondulais doucement afin de descendre dans le lit, éloignant sa main de cette zone.
Ce n’est absolument pas désagréable de sentir sa main sur ma peau, mais je préfère éviter que cela ne soit “plus” par accident.
Naturellement, je la réveillais en bougeant. Afin de limiter son malaise, je me contentais de plaisanter.

J’ai compris, la prochaine fois, je ne mettrai pas de débardeur emmerdant ! Déclarais-je avant de pouffer.

Un bon café effacera tout cela !

****

Voici mon chalet ! Bienvenue ! Déclarais-je une fois garé au milieu de … rien.

Lorsque je parle d’un chalet, c’est véritablement un chalet. Récent, mais à l’allure rustique, il avait une grande terrasse couverte par un prolongement de la toiture. Cette terrasse faisait face au lac, limpide, qui se situait à une centaine de mètres. Nous passâmes devant le bain nordique que j’avais construit sur la terrasse, permettant d’agréable moment face à la nature, avant d’entrer par la grande baie vitrée qui faisait toute la façade.

A l’intérieur, une table et des chaises avec, sur la longueur de droite, la cuisine. A gauche, un espace salon avec un poêle à l’ancienne, un canapé et une télé et, tout au fond, une bibliothèque et la porte donnant à la salle de bain. Un petit escalier en colimaçon menait à la chambre en mezzanine qui était occupée par un lit et un bureau.
J’ouvrais en grand les rideaux afin de baigner l’intérieur du soleil qui resplendissait, invitant Vicky à visiter à sa guise pendant que j’allumais l’électricité et l’eau.

Ici, il n’y a que deux règles : apprécier sans se poser de questions et économiser l’eau, c’est une citerne remplie par la pluie et une petite pompe. Les seuls endroits où l’on peut se prélasser dans l’eau, c’est la fraîcheur du lac ou la chaleur du bain.

J’étais heureux de l’accueillir dans mon coin de paradis et, me laissant aller à lui caresser doucement la joue, je lui souriais.

Considère-toi comme ici chez-toi Vicky !

Elsy Lullaby
Messages : 4251
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby
Mar 21 Mai - 18:02

Victoria Beaumont
J'ai 30 ans et je vis à Dijon, France. Dans la vie, je suis courtier en assurance et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Spoiler:
Au terme d’un long trajet, ils arrivent enfin à destination et l’homme présente fièrement son chalet, au moment où il coupe le contact du véhicule, désignant une habitation typique, au milieu de nulle part. Au moins, ils seront tranquilles dans les prochains jours, loin de tout. Loin des tracas du quotidien et de la vie de la demoiselle, loin des risques, aussi, que représentent son ex, alors que l’enquête est encore en cours et qu’elle a besoin, de son côté, de se changer les idées. Au vu de sa léthargie des derniers jours, des dernières semaines, elle a besoin de changer d’air. Besoin de se recentrer sur elle-même, besoin d’aller de l’avant, tout en douceur.

"- C’est joli…" confirme la blonde en observant les lieux, l’air appréciatrice.

Elle n’est pas sûre qu’il y ait du réseau ici, mais ce n’est pas non plus comme si elle traînait beaucoup sur son téléphone depuis l’autre jour. Pas après tout ce qui s’est passé. pas après le bordel que sa vie est devenu. Elle a tendance à fuir toutes les relations sociales quelles qu’elles soient. Si l’homme a de ses nouvelles, ce n’est que parce qu’il l'héberge, sans quoi il ne saurait pas grand-chose de son état. Globalement, ses proches ne savent pas vraiment comment elle se porte. Mais ce n’est pas non plus comme si elle avait encore beaucoup de liens sociaux. Il en avait détruit un certain nombre au cours de leurs années de relation.

Ils entrent et l’homme ouvre les rideaux, lui permettant de faire le tour du propriétaire, de promener son regard sur le séjour, la cuisine, les boiseries et les meubles épars, qui habillent l’espace. C’est chaleureux et agréable, reposant. Ouai, ça ressemble vraiment à un endroit où les gens partent pour se ressourcer, pour se reconnecter en famille ou avec eux-mêmes. S’il avait un tel bien, c’était sûrement qu’il était ce genre de personnes qui aimait en profiter ? Déduction évidente, qu’elle se garde de partager, sa trouvant stupide de l’avoir pensé.

"- Et la citerne est suffisante pour deux ?" s’inquiète-t-elle bientôt, se tournant vers lui, comme elle l’écoute parler en présentant fièrement sa bâtisse et les règles à suivre ici.

Elle n’est pas vraiment sûre de se rendre au lac si souvent, comme il évoque la fraîcheur de l’endroit. Elle est un peu frileuse, elle préfère nettement la chaleur du bain, à choisir. Mais il semble qu’il va falloir partager une citerne à deux, alors elle ne risque pas vraiment de pouvoir beaucoup s’y prélasser. Tout dépend de la taille de la citerne, bien sûr. Mais elle n’est pas vraiment coutumière de ces principes.

"- Merci…" souffle-t-elle. "Et qu’y a-t-il à faire dans les environs ? Ou même ici ?"
Contenu sponsorisé
La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18
Page 9 sur 9
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
Sujets similaires
-
» Une famille ne doit pas être parfaite, elle doit être unie.
» Une rencontre peut-elle encore être dû au hasard lorsque le destin s'en mêle ? Feat Senara
» Never two without three. Never them without me ft. Lullaby & Maddy'N
» Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. Mais gare à ce qu'elle pourrait attirer
» (M) On ne devrait pas faire ça, mais l'interdit a si bon goût...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: