Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Hold me, Thrill me, Kiss me, Kill me ft. Patate Douce

Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Dim 17 Oct - 19:29
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

J'y étais presque. J'avais vu la bulle commencer à se rétrécir. J'avais vu sa main se tendre vers moi. Puis tout avait basculé. Je ne savais pas exactement ce qui s'était passé, qu'est ce qui avait été le déclencheur et l'explosion. J'avais été soulagé de sentir mes hommes arriver derrière moi. Je ne savais pas si j'avais tué tous les hommes présents dans le château et savoir qu'ils étaient là à couvrir mes arrières était rassurant. Mais ça n'avait pas semblé l'être pour lui. Je n'avais pas eu le temps de réagir que je m'étais senti propulsé en arrière. J'avais senti le mur heurter violemment mon mur avant que je ne m'effondre au sol. Je restais sonné quelques instants, reprenant difficilement mes esprits. J'avais été le plus près de l'onde de choc, celui qui avait été le plus violemment projeté.

Je me relevais doucement alors qu'Aegnor venait m'aider. Je secouais la tête alors que je l'entendais parler.

"On a terminé de tuer les quelques hommes qui restaient. Tu avais massacré la plupart d'entre eux."

Je me forçais à sourire légèrement face à ses compliments et son air enjoué. Je fis glisser mon regard vers l'homme et la femme encore étendus au sol. Mes soldats étaient déjà occupés à les ligoter pour les transporter. Je terminais de me redresser pour donner mes ordres. J'avais l'impression d'être passé sous un cheval au galop. Avec tout le sang que j'avais déjà sur moi avant, j'avais du mal à voir si j'étais blessé ou non. Je ferais le plus sur tout ça plus tard, le plus important était de quitter cet endroit.

- Fais les conduire au camp. Je m'occuperais d'eux plus tard. Attache les au plafond, nus et laisse les mariner là un moment. Fais sécuriser le château. Je ne compte pas y dormir cette nuit mais il est hors de question qu'on les laisse le reprendre. Nous allons nous mettre en marche mon ami.

Il hocha la tête avant de partir donner ses ordres. J'avais bien vu le sourire qu'il n'arrivait pas à cacher. Il était heureux de retrouver un peu d'action et j'étais dans le même cas que lui.

Je m'approchais doucement de la forme inconsciente qui se trouvait au centre de ce chaos. Je constatais avec plaisir qu'il respirait toujours. Il devait simplement être sonné par ce qu'il venait de se passer. Si seulement il apprenait à le contrôler, je n'aurais plus de soucis à me faire pour sa sécurité.

Je le pris dans mes bras et le portais hors de ce château de malheur. J'arrivais dans la cour pour voir un des soldats venir m'apporter mon cheval. Je le déposais dessus avant de grimper à mon tour. Je rentrais plus lentement cette fois. Le trajet me sembla interminable. Il faisait nuit et seul la lune et les étoiles me guidaient. Je fus soulagé en arrivant à ma tente. Je le déposais dans le lit avant de faire venir le médecin et surtout de quoi me préparer un bain.

Quand il s'éveilla enfin j'étais allongé dans le lit à côté de lui. J'étais nu sous les draps. Je n'avais que quelques coupures et bleus, rien de bien méchant. J'avais surtout été inquiet pour lui...

- Comment tu te sens gamin?

Patate Douce
Messages : 614
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Dim 17 Oct - 20:08
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Calion

J'ai 23 ans ans et je vis à Rainë, la Paisible. Dans la vie, je suistout le monde dans la Vie du royaumeet je m'en sors moyennement. Je ne sais pas quoi de ma vie. Sinon, grâce à ma chance, je crois que je suis célibataire au desespoir de mes parents et je le vis plutôt bien.

Je ne sais comment me présenter. Mais mon destin n'était promis qu'à ma moitié et non, l'être craint de nos royaumes. Laisse-moi te conter cette histoire.


Gijs Blom by @odistole on Bazzart
Il me faut de longues minutes avant d'ouvrir les yeux. Réaliser que je ne suis plus dans la pièce. Reconnaitre la tente. J'avais terriblement mal à la poitrine. Respirer m'arrachait quelques grimaces. Puis sa voix me parvient. Et je me redresse aussitôt, me tenant les côtes également. Ce sont mes mains qui réagissent avant ma raison. Toucher son visage, son cou, ses épaules, lever ses bras, les baisser, caresser son torse. Noter chaque coupure et bleus. Descendre jusqu'à ses hanches, emettre un oh quand je réalise qu'il est nu mais poursuivre et m'arrêter à ses cuisses. Il n'est pas mort que conclue mon esprit.

Le corps pris de spasmes, c'est encore des larmes qui s'échappent. Front contre le lit, je lui demande pardon et ne fais que le répéter. J'ose me relever, gardant la tête baissée. Je voulais pas te blesser. Jamais, jamais, jamais. Je .. Elle .. Elle voulait .. Attaquer Aegnor .. Je voulais juste .. Le prévenir .. Je te demande pardon .. Je voulais pas .. C'est pas ce que je voulais .. Je .. Je .. C'est horrible .. Je suis un monstre .. Faut m'enfermer .. Je sais pas comment je fais ça .. J'ai peur .. Ce n'est pas dit qu'il comprenne mon charabia, à pleurer comme un torrent.

Je tente de reprendre mes esprits, de sécher mes larmes. Pour ma dignité, on repassera. Est-ce que tu vas .. Vous allez me punir ? Je sais que je le mériterais de toute façon. J'étais résigné, je m'y préparerais, j'avais porté atteinte à la Vie de mon Roi. Pardon.




Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Mar 19 Oct - 11:51
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

Il finit par émerger. Je commençais à m'inquiéter même si le médecin avait dit qu'il n'avait rien. Il avait été sonné par le choc. Il lui semblait aussi qu'il avait puisé dans ses réserves pour faire ce qu'il avait fait. Ca avait été épuisant et il en payait le contre coup. Il avait fallu du temps mais finalement il avait ouvert les yeux. Il ignora ma question dans un premier temps, se contentant de vérifier si j'étais entier. Je me soumettais de bon gré à cet examen, le laissant se rassurer avant qu'il ne se décide à répondre à ma question. Mais là encore je fus déçu. Il se lança dans un nouveau discours décousu. Je parvins à comprendre plus ou moins ce dont il me parlait. J'attendis qu'il se calme pour le prendre doucement dans mes bras et le serrer contre mon torse.

- Je ne vais pas te punir. Tu n'as fait que te défendre. Mais ce qui s'est passé, tu ne dois pas en parler. C'est mal vu chez moi de faire ce... ce genre de choses.

Je l'avais fait moi même en allant le sauver. Ce n'était pas la première fois que cela m'arrivait mais je tentais de me contrôler pour que ça ne se reproduise pas. Il y avait tout un passé dans mon pays lié aux personnes faisant ça. Alors les gens s'en méfiaient. J'avais réussi à calmer la rébellion de certains nobles mais je ne doutais pas qu'ils risquaient de repartir à l'attaque si ils apprenaient qu'il m'arrivait de faire ce genre de choses. J'avais confiance en mes hommes. Je savais qu'ils ne parleraient pas. Ils préféraient mourir plutôt que de me trahir. Et de la même façon ils ne diraient rien pour le gamin.

- Et tu n'es pas un monstre. Pas à mes yeux en tout cas. Il m'est déjà arrivé de faire... ce genre de choses aussi. Mais il est important que tu ne le fasses plus. D'accord?

Je caressais doucement sa joue, l'obligeant à me regarder. Il fallait qu'il se calme, qu'il arrête de se faire du mal comme ça. Il n'avait rien fait de mal. Il n'avait été que la victime d'un fou, un sot qu'il pensait qu'il pouvait me défier, toucher à ce qui m'appartenait pour m'atteindre. Il allait très vite se rendre compte de ce qu'il en coutait de me défier ainsi.

- Je les ai capturés. Ils ne te feront rien. Dés demain je m'occuperais d'eux. Si tu veux venir ou participer, si tu penses que ça peut te faire du bien, tu es le bienvenu. Mais soit certain qu'ils regretteront très vite de s'en être pris à nous.

Il m'avait sous estimé et il allait regretté cette erreur.


Patate Douce
Messages : 614
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Sam 6 Nov - 16:44
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Calion

J'ai 23 ans ans et je vis à Rainë, la Paisible. Dans la vie, je suistout le monde dans la Vie du royaumeet je m'en sors moyennement. Je ne sais pas quoi de ma vie. Sinon, grâce à ma chance, je crois que je suis célibataire au desespoir de mes parents et je le vis plutôt bien.

Je ne sais comment me présenter. Mais mon destin n'était promis qu'à ma moitié et non, l'être craint de nos royaumes. Laisse-moi te conter cette histoire.


Gijs Blom by @odistole on Bazzart
Pas de sanctions. J’en suis presque soulagé. Presque parce que moi je ne me le pardonne pas. J’avais blessé le Roi et ses soldats. J’aurais pu les tuer non ? Heureusement il est en Vie. Et rien que pour ca, j’ai juste envie de me jeter dans ses bras. « Ca me fera aucunement du bien. Mais je veux voir qu’il ne me touchera plus. » J’en tremble, rien que d’y penser. Je voulais pas regarder mais je devais m’endurcir. Et les deux morts, personne peut m’attaquer, non ?

Les révélations se poursuivent. Apres ses sentiments.. Par nos Dieux, il en a. Pour moi, Calion. Je voulais en entendre davantage. Mais deja qu’il l’avait fait sous la contrainte, je pouvais pas trop en demander. Pas cette fois. Je retiens qu’il faisait ce genre de choses .. « Mais c’est quoi ? Vous aussi vous faites de l’électricité ? Pourquoi on n’a pas le droit de s’en servir ? C’est une malédiction ou un don ? Et puis si je le maitrise, ca peut vous protéger… » Moue attristée. Je pouvais lui épargner des blessures, je trouvais ca génial ! « Je veux pas vous perdre. » que je chuchote. Je le suivrai dans tous les cas. « Je pourrais enfin être utile… Et me sentir légitime dans le camp. Vous voyez bien que j’ai aucune compétence a l’epee. Et c’est pas en vous prenant en bouche, que je vais sauver quiconque… » C’est tout que je voulais être, aussi sanguinaire qu’eux et je le pouvais. « Toute l’armée dans la bulle, ça pourra.. » Je me tais quand je croise son regard. « Epee et utiliser ma bouche, c’est compris ! » Ca m’empêche pas de bouder pour autant.

Je ne voulais pas davantage d’animosité entre nous. Je me fais violence - tant les côtes me tirent - pour me mettre à califourchon sur lui. Attraper ses mains pour les poser sur mes fesses. Juste ses doigts avaient droit sur mon corps alors pourquoi on s’obstine à ne pas le respecter. Suis condamné à risquer de me faire agresser. « Je .. veux tes mains .. Juste oublier que d’autres touchent à ce qui ne leur appartient pas. Rappelle le moi, j’en ai besoin. » Cri du cœur. Je voulais anéantir cette sensation d’être offert, de n’être rien, d’être user comme monnaie d’échange. Mes mains se baladent sur sa virilité. Le sentir profondément. Ça aurait pu si, on ne nous avait pas interrompu. Et ca me fait grésiller la main, sourde colère qui s’exprime en une couleur bleutée. « Pas fait exprès » Je referme en poing et me retire mal gré. « La chienne ne fait qu’aboyer. Elle demande a vous parler. » Les femmes sont perfides. « Ca ne dit rien qui vaille. » que je commente. Elle est maligne. C’est un serpent.

Vêtu de la tête aux pieds, je ne supporte qu’on puisse détecter une once courbe de mon corps, je suis Dagnir. Interrompre un Roi en début de coït, c’est jamais bon. Mais je ne me réjouis pas pour autant. Tout peut arrivé. Visage fermé, je me place à l’écart mais pas trop pour entendre. « Voila enfin l’homme que le monde veut. Un désir palpable quand les têtes tombent sur son sillage… » Je vais la tuer. Les mâchoires se contractent. Elle continue de flatter l’ego. Mais ca gronde en moi. Pas de bulle. Mais une énergie qui ne demande qu’a sortir. Agir. Je prends une épée dans le fourreau d’un soldat et le plante dans le pied du serpent. « Va droit au but, j’ai pas le temps » La jalousie est une force, il faut croire. Je crois que je venais d’en surprendre plus d’un.

J’ai bien failli rajouter que j’avais faim mais on va éviter. Je retire l’épée et la rends à son propriétaire. Que c’est lourd mon dieu. Au lieu de hurler, elle rit. Elle me terrifie. « Je disais donc que me faire emmancher serait un ultime vœu. On ose parler de sanguinaire mais exaucer les prières d’une simple mortelle, c’est trop demander. Et puis.. Vous laissez l’ennemi dormir ici. Observez bien. Ils se préparent. La malédiction s’abattra sur vous. Ils viendront prendre votre précieux et vous ne pourrez rien y faire. Ils lui feront que des atrocités. Approchez et je vous en dirais plus mon tendre Roi. » Elle va mourir. J’ai envie de l’égorger. Et c’est Aegnor qui me retient et je finis par me cacher derrière lui. Ses mots tournent en boucle. Respire Cal, respire. T’es en sécurité.




Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Sam 6 Nov - 18:54
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

Il avait enfin décidé d'arrêter de se prendre la tête. Enfin... il avait fallu que je lui fasse un regard noir pour qu'il arrête de se prendre la tête avec ces histoires de magie. Il ne fallait surtout pas qu'il refasse ça. Je n'avais aucune envie de le voir se faire trainer en place public et exécuté par mes nobles. Il était à moi et je ne laisserais personne y toucher. Il fallait qu'il devienne raisonnable et qu'il m'obéisse. Je me moquais bien qu'il ne soit pas un soldat comme nous. Je ne le gardais pas pour ça. Je le voulais juste à mes côtés. Des soldats j'en avais des tonnes mais lui... lui il était unique.

Il avait donc repris ses esprits, décidant de s'occuper de choses bien plus intéressantes. Il avait besoin de sentir qu'il n'était qu'à moi et j'entendais bien le lui prouver. Je ne laisserais personne poser les mains sur lui.

Nous étions plutôt bien parti pour prendre du bon temps quand un de mes soldats nous interrompit, rapidement suivi par Aegnor. Je grimaçais alors qu'il laissait échapper à nouveau ses drôles d'étincelles. Il allait falloir qu'il apprenne à le contrôler pour ne plus jamais faire de bêtises de ce genre. Il risquait de se faire démasquer si il faisait ça en public. Et ça pouvait arriver si jamais un de mes nobles lui parlait mal, ce qu'ils ne manqueraient pas de faire.

Je me levais en grognant, foudroyant mes hommes du regard. Je me baladais nu devant eux, sans aucune gêne, allant chercher des vêtements pour m'habiller rapidement.

- Depuis quand nous laissons nous dicter nos actes par une putain? Je vous avais demandé de les laisser hurler tout deux toute la nuit...

Je les regardais tout deux, la colère se lisant dans mon regard. Le soldat détourna le regard gêné. Au moins lui savait où était sa place. Mais Aegnor me fixa avant de parler.

"Elle demande après toi. J'ai pensé que tu voudrais l'interroger au cas où elle aurait des choses à nous révéler."

Même si son raisonnement semblait logique, il était faux. Je n'avais aucune envie de l'interroger. La seule raison qui me faisait la torturer, c'était le plaisir et la vengeance. Je me moquais bien de ce qu'elle pourrait nous apprendre sur leur maudit royaume. Je comptais bien les écraser, les détruire les uns après les autres. Ce n'était pas une putain qui pourrait changer quoi que ce soit à cela.

J'entrais dans la tente, me tenant dans un coin. J'avais vu juste. Elle n'avait rien d'intéressant à nous raconter. Elle se contentait de vociférer dans son coin, proférant des menaces sans aucun sens. Je restais à contempler la scène, me retenant de rire en voyant le gamin aller lui planter une épée dans le pied. Un peu impulsif comme réaction mais c'était plutôt amusant de le voir faire.

Finalement Aegnor parvint à le retenir dans un coin. Il l'aurait certainement massacré si on l'avait laissé faire. J'en profitais pour me redresser alors et quitter le coin de la tente dans lequel je me trouvais. Je m'approchais de mon jouer, caressant doucement sa joue avec un sourire.

- Mon mignon... ce n'est pas comme ça qu'on s'y prend pour torturer quelqu'un. Mais ne t'en fais pas je vais te montrer comment on fait.

Je m'approchais de la forge, y déposant une lame tout en parlant tranquillement.

- C'est un art... que de faire souffrir une personne sans qu'elle n'en meurt, la briser mentalement... Il faut savoir qu'une personne torturée tente toujours de se raccrocher à quelque chose. Ce qu'elle ne veut pas révéler lors d'un interrogatoire, des personnes qu'elle voudrait protéger en acceptant de souffrir à leur place, l'espoir de pouvoir s'enfuir... Cette putain pense pouvoir nous déstabiliser en proférant de vaines menaces. Mais elle va vite comprendre... ça marchait peut être sur ce tas de graisse qui lui servait de maître mais pas sur moi.

Je me retournais vers elle, ne l'écoutant pas alors qu'elle continuait à parler. Je levais ma lame chauffée à blanc devant ses yeux, la coupant dans son discours de folle.

- Leçon numéro un... éviter de faire couler trop de sang inutilement. Ce serait dommage qu'elle meurt trop vite d'une hémorragie.

J'appliquais la pointe de ma lame sur sa blessure afin de cautériser la plaie. Ce n'était pas le pire des traitements que je pouvais lui faire subir mais entendre ses hurlements étaient déjà un plaisir non négligeable. Je la laissais vociférer un moment avant d'aller reposer ma lame. J'en attrapais une autre avant de retourner vers elle.

- Leçon numéro... la souffrance physique c'est une chose mais mutiler un corps est une torture autrement plus raffinée. L'esprit souffre en même temps que le corps, de se dire que ce dernier ne sera plus jamais le même si il s'en sort. Mais cela ne marche bien plus que lorsque la personne torturée pense encore qu'elle peut s'en sortir.

Je pinçais durement son téton et tirais un peu dessus avant de commencer à le découper lentement. Ses hurlements reprirent de plus belle, m'arrachant un pure sourire de plaisir. Je me retournais en entendant Aegnor m'appeler.

- Quoi encore?!!

"C'est le gamin. Il a pas supporté."

Je soupirais en le voyant étendu au sol. Je jetais d'un geste désinvolte le téton dans le feu. J'attrapais le visage de la putain et le serrais dans ma main.

- Ce n'était qu'un avant gout... je serais toi je fermerais ma putain de gueule et je prierais pour que je mette du temps à revenir.

Je la relâchais vivement, laissant les chaines lui blesser un peu plus les poignets. Je me retournais vers le gamin. Je le pris doucement dans mes bras avant de la porter dans la tente. Je le déposais dans le lit avant d'aller me déshabiller pour m'étendre à ses côtés, attendant qu'il se réveille.


Patate Douce
Messages : 614
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Ven 19 Nov - 0:27
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Calion

J'ai 23 ans ans et je vis à Rainë, la Paisible. Dans la vie, je suistout le monde dans la Vie du royaumeet je m'en sors moyennement. Je ne sais pas quoi de ma vie. Sinon, grâce à ma chance, je crois que je suis célibataire au desespoir de mes parents et je le vis plutôt bien.

Je ne sais comment me présenter. Mais mon destin n'était promis qu'à ma moitié et non, l'être craint de nos royaumes. Laisse-moi te conter cette histoire.


Gijs Blom by @odistole on Bazzart
A quoi bon faire le guerrier quand on ne supporte ni cris ni sang ? Que j'ai honte de moi. Moi qui voulait m'endurcir. Prouver que je n'étais pas un fardeau, j'avais échoué. La culpabilité dans le gosier, je me dépite. En plus de m'être évanoui, je me suis endormi. Il va me tuer un jour. Une heure à roupiller et je me redresse vivement. Electricité que je chasse rapidement. Je devais maitriser mes émotions. Mais comment ? Surtout que je me sentais bien plus fort quand je la sentais couler en moi. Peut-être qu'il me laissera faire un jour. J'ose un regard à ma droite. Le Roi à mes côtés et ça me fait sourire. Les yeux ouverts, l'avais-je réveillé ? Pardon que je murmure. Je suppose que j'ai tout interrompu .. ? Est-ce que j'avais brisé son autorité à flancher comme ça ? Je crois que les actes de torture ne sont définitivement pas pour moi. J'en suis désolé. Aegnor va bien se foutre de moi, à présent.

Je soupire longuement puis quitte le lit. Je me dirige vers la table et ce n'est que maintenant que je me découvre nu. Cela ne me surprend même pas. De toute façon, mes tissus m'étaient bien superficielles sous la tête. Je me sers en vin pour me réveiller davantage. Ou plutôt l'inverse.

Je fais moins le fier quand on demande à entrer. Et je me presse pour attraper la première cape que je croise et me cacher derrière un rideau. Rien que de savoir qu'on peut me voir me fait trembler. Je m'oblige à respirer. Me concentrer. Pas de magie. Pas d'électricité. Pas de bulle. Tout va bien. Je suis en sécurité.

Un soldat entre quand le Roi lui donne l'autorisation. Une lettre lui ai parvenu. Des nouvelles de son royaume stipulant que tous les traites ont bien été maté, à comprendre probablement morts et torturés. Et une lettre pour moi. Je sursaute quand j'entends le surnom que me donne le Roi. Et j'avance avec crainte. Il fait rapidement dégager le soldat et me tend la missive. Sauf qu'en l'ouvrant, je ne comprends pas tout. De ce que j'ai deviné, je suis invité pour un thé avec la cour des Dames. C'est un piège ? Je lui rends le papier, voulant en savoir davantage. On va devoir rentrer ? A quoi sert cette cour ? Ce sont vos femmes ? Je réalise que la dernière question fut posée plus sèchement mention électricité. Je retiens que la jalousie peut aussi provoquer mon .. truc.




Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Mar 23 Nov - 15:39
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

Il finit par s'éveiller et par énoncer une vérité. Oui ce n'était pas pour lui d'assister à nos séances de torture. Je m'en doutais. J'avais même trouvé surprenant qu'il veuille venir et encore plus surprenant qu'il se lance comme ça et qu'il attaque la pute. Il avait fini par retrouver ses esprits, ou plutôt par les perdre en retrouvant ses habitudes. Il n'était pas fait pour ça. Il n'étais pas comme nous. Il n'était pas fait pour se battre et être violent. Je voulais juste le garder là, dans mon lit, profiter de son corps. J'avais d'autres personnes pour torturer je n'avais pas besoin de lui pour ça.

Je me redressais pour le regarder se balader nu. Je comptais bien me redresser pour aller le rejoindre et abuser de son joli petit corps beaucoup trop tentant. J'étais en manque de lui et j'avais clairement besoin de me dépenser et de me vider après les dernières heures que nous avions passé.

Mais je fus interrompu, encore une fois. J'allais finir par écarteler les hommes qui se permettaient de venir me déranger quand j'étais dans ma tente et que je voulais baiser mon jouet!!

Je récupérais la lettre, soupirant alors qu'il venais se dérober à ma vue. Voilà moi qui était si bien quelques minutes plus tôt. Je lis rapidement la lettre avant de froncer les sourcils de plus belle. Elles étaient vraiment chiantes. Il allait falloir que je leur refasse comprendre les choses. Je grimaçais une fois la lettre finie. Elle n'était même pas pour moi mais pour le gamin.

- Viens là mon mignon. C'est pour toi...

Je jetais un regard noir au soldat et lui ordonnais de foutre le camp avant qu'il ne finisse au bout d'une pique. J'attendis qu'il lise la lettre, me réinstallant dans mon lit, allongé nu dessus, attendant aussi de pouvoir le baiser à nouveau. Je soupirais en l'entendant parler de la lettre et s'inquiéter.

- Non ce n'est pas un piège. Juste une bande d'idiotes qui n'ont aucune idée de ce que cela implique que de mener une campagne!!!

A quel moment est ce qu'elles s'étaient imaginé que j'allais planter là la conquête d'un pays? Et tout ça pour quoi? Pour leur permettre de prendre le thé, d'avoir à nouveau un roi à leur cour parce que ça leur manquait.

- C'est un regroupement, des épouses des nobles de ma cour. Elles s'ennuient. Elles veulent faire comme les hommes et nous singer en faisant des réunions. Sauf que quand nous discutions des affaires du pays, elles se contentent d'échanger des potins sur qui couche avec qui.

Je lui fis un petit sourire ironique. Les femmes n'étaient vraiment que des idiotes. Elles n'avaient rien dans le crâne, passaient leur temps à parler de choses futiles et à se pomponner.

- Elles ne réfléchissent pas une seconde au fait que je suis en pleine guerre!! Et que je ne veux pas rentrer pour les laisser s'amuser et embêter mon dernier mignon en date.

Oh je savais qu'elles mouraient d'envie de ça. Je n'avais jamais eu d'amant qui ait duré aussi longtemps que lui. Elles avaient d'apprendre des détails croustillants sur ma vie sexuelle. Elles en avaient une vague idée mais elles voulaient plus. Elles voulaient des ragots tout frais et provenant directement du principal intéressé. C'était des vipères. Elles ne feraient qu'une bouchée du gamin si je le laissais tomber entre leurs pattes.

Je me levais pour venir me coller contre lui. Je le regardais durement, réfléchissant un instant.

- Il me semblait t'avoir déjà dit que je n'avais pas d'épouse. C'est quoi ça? Tu es jaloux?

J'esquissais un petit sourire avant d'éclater de rire. C'était vraiment risible. Le mignon était jaloux. Il pensait sincèrement avoir son mot à dire sur ma vie sexuelle. Et même si je ne comptais pas prendre d'épouse ou accueillir une autre personne dans mon lit, il n'avait pas son mot à dire là dessus. Il n'avait même pas besoin de le savoir.




Patate Douce
Messages : 614
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Mar 7 Déc - 13:13
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Calion

J'ai 23 ans ans et je vis à Rainë, la Paisible. Dans la vie, je suistout le monde dans la Vie du royaumeet je m'en sors moyennement. Je ne sais pas quoi de ma vie. Sinon, grâce à ma chance, je crois que je suis célibataire au desespoir de mes parents et je le vis plutôt bien.

Je ne sais comment me présenter. Mais mon destin n'était promis qu'à ma moitié et non, l'être craint de nos royaumes. Laisse-moi te conter cette histoire.


Gijs Blom by @odistole on Bazzart
Mon mignon. J'ai naïvement cru que c'était un surnom affectueux. Et je m'en trouvais véritablement joie. Jusqu'à qu'Aegnor en fasse mention et pas d'une belle façon. Et depuis, je ne dis rien mais ça me fait vriller. De la peine surtout. D'une façon, ne pas être si privilégié que cela m'aidait à conserver un soupçon de réalité. Et ce n'était pas mal de ne plus m'enflammer autant. Difficile quand ses mots tournoient en boucle dans ma tête et j'ai envie d'entendre davantage, c'est comme un précieux où la valeur est inestimable. Concentre toi Calion. Les femelles. Cela me faisait rire de le voir s'énerver contre les dames, je souris doucement de le voir s'agiter quand même. Puis le perds aussitôt à la mention dernier mignon en date. Je cache mes mains dans mon dos pour ne pas être trop expressif. Mon corps me trahissait. Ca m'énerve.

J'allais reculer quand il s'approche mais il ne valait mieux pas envenimer ma situation. Je prends le temps de réfléchir à ses questions. Parce que j'avais compris qu'à tenir ma langue, j'allais exploser et vu l'intensité, je doute qu'il apprécie une vague une seconde fois. Je me racle la gorge mais n'ose pas le toucher. Je dirais que ... Le dernier mignon en date que je suis .. Calion pourquoi tu dis ça .. Mais je ne m'arrête pas, c'était trop tard. .. apprécie de se dire que je suis le seul cul que vous baisez. C'est motivant pour me déchainer sur votre pieu. Je me sentais comme un funambule qui pouvait chuter à tout moment si sa langue allait trop loin. Mais vous êtes le Roi, donc en soit ce que je peux bien penser demeure qu'un murmure inaudible. La diplomatie est de rigueur. Permettez moi quand même de conserver ma place actuelle quand même. Parce que c'était une question de sexe. Que me dire qu'il voulait connaitre mon prénom était un risible but. Qu'il demeurait l'envahisseur. Que même s'il éprouvait de quelques sentiments à mon égard, j'étais son prisonnier. La douche est glaçante.

Je prends une grande inspiration et pose mes deux mains sur son torse. Ce simple geste semblant si dangereux à présent mais j'ose. Je l'oblige à reculer sur le lit et me mets à califourchon sur lui. J'en ai parcouru du chemin dans ce domaine. Je me suis délesté de toute pudeur. A la guerre comme lit, tous les coups sont permis. Et même s'il ne l'avouait pas à haute voix, cela semblait influencer notre relation autant continuer. Parce que oui, je serais le dernier mignon, sans date, l'éternité. Il tient à moi et me veut dans sa Vie. Point final. J'avais envie de l'embrasser, mais ça aussi ce n'était jamais arrivé. A qui avait-il déjà offert ses lèvres ? La question me pique la langue mais je préfère la sortir pour gouter son derme, mordiller ici et là, jusqu'à atteindre son Sud. Le prendre lentement en bouche et me jouer de sa patience jusqu'à sentir sa vigueur. Me redresser et avoir de jouer davantage. Je quitte le lit, et me recule, m'allongeant à même le sol, m'offrant à lui sans retenu. Le corps se cambre, la bouche s'exprime quand il me fait sien. M'abandonner dans ses bras, accueillir avec délectation son ardeur jusqu'à l'ultime délivrance. Ma tête retrouve le sol et j'ouvre les yeux. Je me pince les lèvres. On était encerclé dans la bulle commençant déjà à disparaitre. J'agis l'air de rien. Qu'allez vous décider pour le comité des femmes ?




Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Sam 11 Déc - 13:15
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

Il commençait à retenir les leçons, c'était une bonne chose. Il était resté à sa place en me répondant. J'appréciais qu'il ait envie de se déchainer au pieu comme il le disait si bien. Et cette idée me faisait déjà durcir. J'aimais qu'il se laisse aller ainsi, qu'il prenne les devants même parfois. Il ne faisait que m'exciter davantage en agissant ainsi. Alors oui, j'aurais pu le rassurer, lui dire ce que je pensais de tout ça, lui dire qu'il était le seul dans mon lit, le seul dont j'avais envie, le seul que j'ai autant désiré de toute ma vie. Mais il n'avait pas besoin de le savoir. Dans le fond, je me foutais de le rassurer ou non. Il prendrait trop confiance en lui si je lui faisais un pareil aveux. Il serait encore plus jaloux, plus audacieux que cette petite remarque qu'il avait laissé échapper plus tôt. Il devait se faire déjà tellement d'idées après ce que lui avait dit Aegnor, il n'avait nul besoin que 'en rajoute.

Je le laissais faire alors qu'il me repoussait sur le lit. Je profitais de ses caresses, de chacun de ses baisers. Mon désir se faisait de plus en plus fort, bouillonnant dans mes veines. Je ne me fis pas prier alors qu'il s'allongeait, le corps tout entier offert à mon bon plaisir. Je le pris, d'un brusque mouvement de rein. Je laissais la frustration de ces derniers jours se libérer. Je me vidais finalement en lui dans un dernier coup puissant de rein, un dernier cri de plaisir.

Je m'allongeais à côté de lui une fois terminé. La tête en appui sur ma main, je le regardais, caressant distraitement son torse. Ce corps m'appartenait tout entier. Je n'arrivais pas à en détacher les yeux, à le contempler avec avidité. J'en retraçais chaque recoin, chaque parcelle de chair qui me donnait tant de plaisir. Et comme à son habitude il rompit ce moment de bien être pour se mettre à jacasser.

- Je vais les envoyer se faire foutre. Qu'elles s'occupent plutôt de baiser leurs maris plutôt que de m'emmerder. Je vais leur rappeler en termes très polis que je suis pris par une campagne militaire et que je ne peux malheureusement pas y mettre fin.

Je soupirais, tout ces ronds de jambe, ces jeux de politique m'épuisaient considérablement.

- Mais nous devrons retourner y vivre tôt ou tard. Il te faudra te préparer à affronter tout ça. Tu seras dans une position délicate. Beaucoup chercherons à t'utiliser pour m'atteindre, que ce soit en te flattant ou en s'en prenant à toi. Tu devrais faire attention à toi... je ne voudrais qu'il t'arrive quelque chose.

Ou que je vienne à tomber parce qu'il avait fait une connerie mais je préférais garder mes reproches pour moi. Je n'avais nullement envie que notre discussion se termine à nouveau en dispute.

- Mais nous avons encore quelques mois devant nous. Nous devons terminer de nettoyer ce pays. Maintenant que leur roi est tombé ce ne devrait pas être trop difficile. Puis il nous faudra rentrer. Une armée se déplace plus lentement qu'une poignée d'hommes à cheval. Il nous faudra des mois pour rentrer au pays. En attendant nous pouvons profiter encore un peu de la vie au camp. Pas de nobles conspirant sans cesse, pas de réunions ou de diner interminables, pas de pleurnichards venant sans cesse susciter mon attention.

Je poussais un petit soupire mélancolique. Cela me manquerait de ne plus être sur les routes, je le savais déjà.

- Mais quand on rentrera, je tiens à t'offrir un présent. Pour être resté à mes côtés, avoir risqué par moment ta vie, pour m'avoir aidé au quotidien... qu'est ce qui te ferait plaisir mon mignon?


Patate Douce
Messages : 614
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
cat
Patate Douce
Mer 15 Déc - 14:20
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Calion

J'ai 23 ans ans et je vis à Rainë, la Paisible. Dans la vie, je suistout le monde dans la Vie du royaumeet je m'en sors moyennement. Je ne sais pas quoi de ma vie. Sinon, grâce à ma chance, je crois que je suis célibataire au desespoir de mes parents et je le vis plutôt bien.

Je ne sais comment me présenter. Mais mon destin n'était promis qu'à ma moitié et non, l'être craint de nos royaumes. Laisse-moi te conter cette histoire.


Gijs Blom by @odistole on Bazzart
Je n'ai jamais réussi à répondre à sa question avec sincérité. Non le mon mignon m'avait bloqué. J'en avais des idées mais tout s'est tu dans ma bouche alors je n'avais rien demandé, juste qu'il me prenne toute la nuit. Me rappeler que j'étais un privilégié. Mais j'avais ma liste bien encré dans ma tête, sans aucun doute. On verra quand il aura imposé sa paix. Etrangement, je n'étais pas pressé, cela était synonyme de quitter mon pays aussi, en comprendre les pièges d'un autre qui me faisait peur. Ca me fatiguait d'avance mais là encore je n'avais guère le choix.

Dagnir galvanisé par ma dernière attaque, enfin encore moi la victime, avait pris tout son temps pour tuer les deux ravisseurs. Et je pense que ça a pris un bon mois. Les serpentines coupées parce que les deux ne cessaient de hurler et il avait fait joujou avec les deux. Même moi, je ne voulais pas me blesser de peur qu'il me punisse de m'être fait mal tout seul. Et ça en avait calmé plus d'un sur le camp. Tous les domestiques filaient plus que droit. Même la femme aux yeux clairs ne me parlait plus, alors que j'aurais voulu me lier avec elle. Puis mes jours devenaient ennuyeux, le Roi préparant son envahissement du dernier pays. Le camp en effervescent, c'était imminent. Et je pouvais comprendre leur ivresse. Moi, je repensais à la peur que vivrait ce peuple. Et je le savais que Dagnir allait en épargner que très peu.

Deux mois de marche, sanglante quand les villageois ou cargaisons croisaient le chemin des Sanguinaires. Et chaque petite croisade confirmait leur surnom. C'était des .. monstres. Et ça me rappelle à quel point, je me sens vraiment protégé à n'être que le réceptacle sexuel de leur chef. Bon, il est vrai, que c'était pas désagréable. Que mes dieux me punissent d'apprécier, j'accepte. Et quand fut le moment de poser le camp mais surtout d'attaquer, je fus totalement déçu de sa décision. Je n'avais pas le droit de venir avec lui, à cause de mon don que je ne contrôlais pas. Je peux juste rester loin et entrer dans le château quand c'est fini ? Parce qu'être loin, ça revient à imaginer le pire. Et même si, je vais prier pour vous protéger, oui vous trouvez cela ridicule, eh bien, je .. Je veux pas être sans vous. Je tente une dernière fois de le faire plier, l'aidant à enfiler son armure. Tout esclave censé aurait pu tenter de fuir mais pas moi, je voulais toujours l'avoir dans mon champ de vision. Je demande pas à me battre non plus. Je le donne son épée, retenant mes larmes, cachant mes mains électrisées dans mon dos.. Et ça m'énerve parce que ça lui donne raison. Soyez prudent. Ridicule, ce que je dis, il est toujours en première ligne. Je suis obligé de rester sous la tente ?






Contenu sponsorisé
Hold me, Thrill me, Kiss me, Kill me ft. Patate Douce
Page 18 sur 20
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
Sujets similaires
-
» Au-delà du temps ft.Patate Douce
» Patate Douce.
» calista&dante - kiss and kill
» Find your soul before you find your soulmate || Patate Douce
» Chase me around the space | ft ma Patate Douce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: