Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Manga Fire Force : où commander le Tome 34 Fire Force édition ...
11.50 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Hold me, Thrill me, Kiss me, Kill me ft. Patate Douce

Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Dim 6 Aoû - 13:48
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

Je le gardais contre moi, criant pour qu'on nous vienne aide. Je ne voulais pas le bouger comme ça. Je voulais déjà que le guérisseur l'examine avant que je le transporte pour le ramener en sécurité au château. Je soupirais de soulagement en le voyant retrouver conscience.

Je l'écoutais parler, secouant doucement la tête à ses paroles.

- Il faut surtout que tu apprennes à te tenir et à rester à ta place.

Les épouses des autres nobles ne se mettaient pas sans cesse dans des situations impossibles comme lui. Elles restaient sagement en sécurité dans leur château. Elles ne sortaient qu'avec une escorte et elles ne tentaient pas sans cesse de se soustraire à leur surveillance pour aller vagabonder n'importe où. Pourquoi Calion ne pouvait pas être comme elles? Il lui avait donné une occupation. Il apprenait l'herboristerie. Il le rejoignait ensuite pour prendre part aux diners de la cour. Pourquoi tout cela ne lui suffisait il pas?

Je n'étais pas certain qu'apprendre à se battre soit une bonne idée. Il était frêle et surtout très gauche. Lui mettre une arme dans les mains, c'était la meilleure façon de le laisser se blesser. Il fallait que je trouve autre chose pour l'occuper. Il avait une amie je le savais mais ce n'était certainement pas assez. Je devrais peut être essayer de lui en trouver d'autres, qu'il ait des personnes avec qui passer le temps.

Je laissais finalement le guérisseur venir l'examiner. Je fus soulagé d'apprendre qu'il n'avait que la cheville de blesser. Je levais les yeux au ciel en l'entendant protester, rétorquer au guérisseur qu'il continuerait d'exercer son devoir conjugal. Bien entendu que nous le ferions, c'était une évidence.

Je me relevais, le portant dans mes bras alors que je retournais rejoindre mon cheval.

- J'ai vu ton bouclier bleu et tu peux t'estimer heureux qu'il n'y ait que moi qui l'ai vu.

Je n'avais pas envie de devoir gérer un déchainement de violence à son encontre. Même si l'idée de trancher des têtes était plaisante, je ne pouvais mettre à feu et à sang tout mon pays pour ses jolies fesses.

Je le hissais sur mon cheval avant d'aller le rejoindre dessus. Je le serrais d'un bras avant de prendre les rennes dans l'autre main.

- Bien sur que je continuerais de m'occuper de tes fesses. Mais ça le guérisseur n'a pas besoin de le savoir.

Notre vie intime ne regardait personne et certainement pas le guérisseur. Je fis avancer mon cheval, reprenant la tête de la colonne.

- Et il va falloir qu'on discute sérieusement toi et moi. Pour te trouver des occupations et des personnes pour te tenir compagnie. Que tu arrêtes de tourner en rond et d'aller te mettre en danger parce que tu t'ennuies.
Patate Douce
Messages : 717
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
POWER RANGERS 2
Patate Douce
Lun 28 Aoû - 23:41
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Calion

J'ai 23 ans ans et je vivais à Rainë, la Paisible. Dans la vie, je suisla pute du Roiet je m'en sors moyennement. Je ne sais pas quoi de ma vie. Sinon, grâce à ma (mal)chance, je crois que je suis retenu et je le vis plutôt .. je ne sais pas.

Comment me présenter ? Mon destin n'était promis qu'à ma moitié et non, l'être craint de nos royaumes. Laisse-moi te conter cette histoire.


Gijs Blom by @odistole on Bazzart
- Ma place est quand votre queue est fichée en moi. Mais il faut bien que je m'occupe quand je n'ai plus de support pour me tenir. Entendre sa réflexion m'a agacé. Parce que j'ai envie de lui être utile en vérité. De lui prouver que je ne suis pas une bestiole chétive qui a besoin de se cacher derrière ses grandes ailes. Moi aussi je veux prendre mon envol - enfin pour un esclave, s'entend - et montrer que je peux obtenir une certaine indépendance qui lui sera gratifiante.

Je vais possiblement regretter mes propos mais je peux toujours dire que c'est le contre coup du choc. Alors je compte bien en profiter encore un moment. Et puis si ma tête vole, eh bien au moins, j'aurais appris à rouler bouler dans une forêt. Génial.

En soit, je n'ai pas à me plaindre de mon quotidien. Vu comment cette aventure a débuté, je m'en tire vraiment bien. Mais je ne suis plus du genre à me contenter de l'acquis. Je rêve de plus, de mieux, de grand - toujours en fonction de ma condition - et pouvoir le lui rendre. Qu'il puisse y avoir une lueur de fierté et non d'exaspération dans son regard. C'est ça mon objectif. Mais je me suis cuisamment raté à chaque fois. La preuve : quand il m'explique comment il m'a retrouvé. Je baisse la tête. Je n'étais pas fier du tout. Parce que je refuse de le mettre en danger ; il ment à son peuple pour moi. Mais je me garde bien de lui avouer que j'avais tout fait pour activer mon bouclier pour protéger moi et les personnes qui m'accompagnaient. Que ça pourrait montrer que ma Protection nous aurait été bénéfique. Mais elle m'a fait défaut.. Pour une raison que j'ignore mais que je finirais bien par obtenir.

Pour l'heure, je devais me reposer et c'est contre le torse du Roi que je somnole. - Vous sentez si bon, j'ai envie de vous que je murmure à brin endormi. J'ai le sentiment de percevoir une douceur inouïe ou est-ce vraiment le choc qui me rend poétique. Mais je suis là à baragouiner des propos intelligibles que moi même je ne saurais traduire. J'hoche la tête à ses derniers propos marmonnant un tout ce que vous voudrez pourvu que je puisse vivre.

Je ne sais pas combien de temps le chemin du retour a pris mais une chose qu'est certaine, à mon réveil, j'étais dans mon lit et propre. Je n'ai pas vraiment besoin de chercher loin pour savoir ce qu'il m'étais arrivé. Mais l'idée qu'on ait pu me nettoyer - faites que ce soit le Roi - sans que j'ai eu le temps d'apprécier, me fait grandement soupirer. Peut-être même que je réclamerais un bain avec Dagnir. Pour le moment, j'ai en tête de le remercier de m'avoir sauvé.

Dans l'idée de quitter le paradis, c'est à peine le pied posé, que la cheville me fait souffrir,  je me mords violemment la lèvre pour ne pas hurler de douleurs. Les larmes montent rapidement et dévalent mes joues. Je respire plusieurs fois avant que ça passe. Me voilà coincé et je peste dans ma langue natale ! S'il y a bien une chose qui m'horripile, c'est d'être immobile contre ma volonté. J'ai besoin d'être en mouvements - même si, ça ne me réussit pas.

C'est Lucille qui finit par apparaitre et je râle d'avoir attendu. Elle me présente ce qui ressemble à des échasses pour me déplacer mais les confisque aussitôt expliquant qu'elle avait pour ordre de m'empêcher toute manœuvre. Je comprends pas bien la raison de me les présenter alors. Et la voilà qui se lance dans un chantage. Je n'en sais pas davantage car le guérisseur vient s'enquérir de mon état. Mais je mets de côté mentalement pour creuser davantage après.

J'observe l'homme faire, retenant où il tâtonne sur mon corps, les breuvages qu'il me demande de boire à intervalles réguliers. Je lui avoue que je suis fasciné par ses connaissances. Et que j'aimerais devenir comme lui. Mais pour le moment, c'est avec l'herboriste que je fais mon apprentissage. Il me gratifie d'un sourire et me rappelle de me reposer. Je grogne d'être privé de déplacements mais lui n'y peut malheureusement rien. Je suis entièrement fautif.

Le restant du jour, je le passe avec Lucille que j'ai missionné pour obtenir un bon repas pour le Roi que nous prendrions dans notre chambre. Bon ce dernier peut très bien refuser mais je fais quand même l'effort d'enfiler une tunique aux couleurs claires et m'installer sur le lit, la table face à moi. M'épargner de marcher. C'est donc avec une coupe à la main que j'attends le Roi. Je suis à la fois surexcité mais aussi inquiet. Visiblement, une discussion allait suivre. - Bonsoir que je lance, avec joie exagérée pour masquer mon angoisse. - Votre journée a été ? Si on omet mon aventure .. Vous vouliez me parler ..   autant commencer par la partie douloureuse selon moi.




Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Dim 3 Sep - 15:35
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

Je lâchais un petit rire à sa remarque sur là où était sa place. Il était vrai que je l'avais pris à mes côtés pour cela au premier abord. Je cherchais un amant, rien de plus. Je comptais coucher avec lui quelques temps avant de le jeter comme je l'avais toujours fait. Il avait été différent. Il avait sur se frayer une place dans ma vie et j'avais du mal à imaginer celle ci sans lui désormais. Je le considérais comme mon compagnon désormais. C'était ainsi que je l'avais présenté à l'ensemble de ma cours, c'était donc ainsi qu'il devait se comporter et non comme l'enfant capricieux qu'il pouvait être parfois.

Je le sentis s'endormir contre moi avec un léger sourire. Aegnor ne tarda pas à me rejoindre, le regardant s'endormir comme ça et fronçant les sourcils avec un sourire malicieux à celui que j'abordais.

"Je ne pensais pas vous voir ainsi un jour mon roi."

Je fronçais un peu les sourcils à sa remarque.

- Me voir comment?

"Amoureux... mais cela vous sied à merveille. J'ignore comment vous arrivez à le supporter, mais j'aime vous voir heureux grâce à lui."

Il s'en alla sur ses mots, me laissant méditer ses paroles. Etais je vraiment plus heureux depuis que j'étais avec Calion? Il était vrai que je m'étais attaché à ce gamin insupportable. J'avais du mal à imaginer ma vie si il n'était pas à mes côtés pour partager mes jours et mes nuits. Mais étais je heureux pour autant? Plus que je ne l'avais été autrefois? Davantage que lorsque j'arpentais le champ de bataille pour épée pleine du sang de mes ennemis? Je n'en savais rien.

J'arrivais dans le château, le tenant toujours contre moi. Je descendis de cheval et le portais moi même à travers les couloirs du château. Il était hors de question que je laisse quiconque le faire à ma place. Je l'installais dans son lit, le déshabillant pour qu'il soit le plus confortable possible avant de le laisser. Je postais un garde devant ma porte avant de me rendre auprès de mes autres obligations.

Je rentrais tard dans mes appartements. J'avais accumulé du retard dans la gestion des affaires du royaume, principalement à cause de lui. J'avais passé la soirée enfermé dans mon bureau avec certains de mes plus proches conseillers. J'étais finalement rentré dans mes appartements, épuisé et le ventre vide. Je n'avais plus aucune envie de commander un repas. Je voulais simplement m'effondrer dans mon lit à ses côtés.

Je rentrais finalement dans la pièce et le regardais surpris alors qu'il était installé dans son lit, tourné vers une table, avec un repas m'attendant. J'agitais doucement la main en venant m'installer à table face à lui.

- Je n'ai pas envie de parler de ça maintenant.

Je me servis une coupe de vin avant d'aller m'installer en face de lui. Je me laissais tomber dans mon siège avec un soupir.

- Les affaires d'état m'épuisent. Ma vie est tellement plus simple quand je suis en campagne. Mes seules préoccupations sont celles concernant l'ennemi et les combats à venir. Je ne dois par parler du prix du grain de blé ou de telle ou telle terre réclamée par des petits seigneurs sans importance. L'envie de leur trancher la tête à tous est vraiment trop forte dans ces moments là.

Je repris une gorgée de mon vin avant de me redresser pour entamer le repas avec lui.

- Et toi? Qu'est ce que tu aimerais faire de ta vie? Si tu étais libre de pouvoir faire tout ce qu'il te passait par la tête?

Patate Douce
Messages : 717
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
POWER RANGERS 2
Patate Douce
Sam 21 Oct - 20:20
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Calion

J'ai 23 ans ans et je vivais à Rainë, la Paisible. Dans la vie, je suisla pute du Roiet je m'en sors moyennement. Je ne sais pas quoi de ma vie. Sinon, grâce à ma (mal)chance, je crois que je suis retenu et je le vis plutôt .. je ne sais pas.

Comment me présenter ? Mon destin n'était promis qu'à ma moitié et non, l'être craint de nos royaumes. Laisse-moi te conter cette histoire.


Gijs Blom by @odistole on Bazzart
La culpabilité m'envahit. Oui, je me sens fautif. Je me dis que s'il ne devait pas s'interrompre en permanence par ma faute, il pourrait avoir des jours plus allégés. Je ne sais pas trop. Mais c'est ce que je me promets ; être plus sage mais surtout utile. Les idées ne me manquent pas et je compte bien lui en parler. Je bois également ma coupe de vin, assez surpris par ses confidences et sa question.

Je hausse les épaules dans un premier temps avant de fermer les yeux et me projeter dans une Vie où je suis libre. - Je pense que je mènerais une Vie d'homme précieux qui passerait son temps à courtiser les femmes et prendre des bains. Je serais en permanence dehors à écrire dans mon carnet. Je voyagerais pour aller à la rencontre des gens. M'enrichir de leur culture, de leur histoire. Je n'ai jamais vraiment apprécié les obligations ni même d'être captif comme maintenant. Je veux dire être dans un lit. Probablement un vagabond qui conterait des histoires pour survivre et se sortir des problèmes. Ou je serais mort à avoir trop chatouiller la mauvaise personne. Qui sait ! Oui, je n'aurais pas une longue Vie vu comment j'accumule les misères.

J'ouvre les yeux pour lui faire face. - Mais tout cela est révolu maintenant. Je ne suis plus un gamin oisif. Je vis ici avec un Roi Guerrier et je me dois d'être bien utile. Alors si j'étais libre de tout, je vous demanderais de me donner des responsabilités à faire perdre la voix à vos sujets ; de m'apprendre à être vous être utile et de me laisser être à vos côtés de temps à autre, je saurais me taire et observer. Dans un premier temps. J'ose lui avouer ce besoin qu'il soit fier de moi. Mais je ne veux pas qu'il se sente oppressé, j'ai aussi des projets. Alors je poursuis. - Je rêve d'être le meilleur guérisseur de toutes les Terres unifiées. J'aimerais vivre avec vous jusqu'à mon dernier souffle. Vous dire de prendre des vacances et partir loin le temps de quelques semaines. Etre juste deux amants libre de leurs mouvements. Voilà ce qu'il me passe par la tête. Pensez-vous que tout cela soit possible ? Je termine ma coupe sans le quitter du regard. Je crois que c'est la première fois que j'exprime autant d'ambition de toute mon existence. Est-ce que je venais de prendre trop de confiance en moi, à me permettre de m'accepter dans le paysage politique de son pays mais aussi de l'arracher à ses obligations. Est-ce que je serais vu comme la pute qui fait perdre l'esprit au Roi ?

Je prends sur moi, pour venir me couler sur ses genoux et commencer à le nourrir. - Que seriez vous si vous n'étiez pas Roi ? Comment verriez vous votre Vie ?




Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Mar 24 Oct - 11:36
174125032.jpg
Dagnir
J'ai 29 ans et je vis à Melehtë. Dans la vie, je suis roi et je m'en sors bien, vraiment bien même. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire, libre de ma vie et je le vis plutôt bien, trouver une épouse n'est vraiment pas ma priorité.

.


Alexander Skarsgard :copyright:️ shadows

Je l'écoutais parler, me racontant ce qu'étaient ses projets, ses rêves. Je caressais doucement sa cuisse alors qu'il s'était installé sur moi. Je n'avais pas pu retenir une grimace de dégoût en l'entendant parler des putes qu'il se serait certainement enfilé s'il en avait eu le loisir. Non... ça c'était inconcevable. Moi vivant, personne d'autre ne poserait la main sur lui, à moins d'y perdre la vie. Mais le reste eu le mérite de me donner matière à réflexion.

Je restais un petit moment silencieux alors qu'il avait terminé de parler. Je laissais sa question en suspens quelques temps, réfléchissant à la meilleure réponse à lui donner. En réalité la réponse était simple. Qu'est ce que j'aurais voulu faire de ma vie? Je le savais parfaitement. Je savais ce qui me rendait heureux.

- J'aurais été un guerrier. Être sur un champ de bataille, c'est ce que j'aime. J'aurais vendu ma lame aux plus offrants. J'aurais vécu sur la route. Mais je suis roi...

Et ma vie était liée à ce destin de par ma naissance. Quant à lui, par un concours de circonstances, sa vie avait fini liée à la mienne. Ni lui ni moi ne pouvions plus lutter contre ce que nous étions. Je ne le laisserais jamais partir et je doutais qu'il en ait l'envie.

- Des vacances me semblent impossible à prendre. Je ne peux abandonner mon royaume.

Même si l'envie était bien présente, elle ne serait jamais plus qu'un rêve. Il y avait des choses qui m'étaient interdites, celle ci en faisait partie.

- Mais pour le reste... c'est possible.

Je repris une gorgée de mon verre de vin avant de lui exposer ce que j'avais en tête.

- Je suis d'accord pour que tu ailles à la rencontre de mon peuple, sous bonne escorte bien entendu. Si tu veux pouvoir participer à la vie politique de ce pays, tu te dois de comprendre son peuple, ses coutumes. Je pense qu'il serait également utile que tu t'entoures de certaines dames de la cour, d'épouse de certains hommes influents du pays. Elles pourront t'apprendre beaucoup de choses. Je ne peux m'occuper de la vie de la cour, d'organiser des festivités ou autres futilités de ce genre mais je pense que ce sont des choses importantes à faire. L'intendant serait certainement ravi d'avoir quelqu'un s'occuper de ça.

Moi je détestais tout ça. Je préférais arpenter les routes et les champs de bataille que de faire des ronds de jambe dans la cour. Mais avoir quelqu'un se chargeant de donner vie à cette forteresse ne serait pas une mauvaise chose.

- Et tu pourrais siéger à mes côtés lors des séances de doléances. Cela te permettrait de connaitre encore davantage mon peuple. Qu'en penses tu?

J'espérais que tout cela suffise à remplir ses journées, lui permettre de se sentir utile. Et cela m'aiderait très certainement.

Contenu sponsorisé
Hold me, Thrill me, Kiss me, Kill me ft. Patate Douce
Page 22 sur 22
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
Sujets similaires
-
» Find your soul before you find your soulmate || Patate Douce
» Patate Douce.
» Chase me around the space | ft ma Patate Douce
» Au-delà du temps ft.Patate Douce
» Cause I didn't mean to hurt him • Patate Douce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: