Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 3 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le deal à ne pas rater :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : où l’acheter ?
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Air and seduction (avec Leolyne)

Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Dim 12 Mai - 1:50
Les dieux l'en gardent, Murasaki ne pouvait pas lire dans son esprit. Elle avait fait fort pour sa tenue, et s'il ne lui dit pas qu'elle était jolie, il le pensait sincèrement. Peut-être que, habillée ainsi, elle aurait pu faire craquer Grigore. Un tout petit peu. Malheureusement elle faisait face à Wald, qui se contenta de lui ouvrir la porte avec un grand sourire en lui disant tout de même que cela lui allait bien. C'était sans doute le mieux qu'il puisse donner.

"Je n'en doute pas."

Dès qu'ils furent sur place, l'ambiance changea instantanément. Nelson avait ouvert la porte à son ami qui ne lui avait pas jeté un regard, et il était entré en tête de file, sans s'occuper de la sirène. Il se déplaçait comme si le monde lui était dû, copiant en partie son attitude sur celle de Grigore. Un garde les avait attendu pour les mener dans la pièce du rendez-vous, et il ne fut pas surpris de trouver sa proie en train de se faire astiquer par une prostituée quelconque. Là, enfin, il sourit. Mais ce n'était pas son sourire habituel, ce n'était plus Wald. C'était Walhid Menesiera, un trafiquant notoire qui était venu avec une femme de compagnie et des cigares luxueux que Nelson offrit à l'un des gardes en signe de respect. Oliver Ruiz sembla apprécier l'initiative, et plus encore la sirène. Réengoncé dans son siège alors que sa dame revenait à la charge, Wald prit place dans le fauteuil qu'on lui avait désigné tout en prenant la main de la sirène pour qu'elle le suive. Sans lui demander son avis il l'assit sur ses genoux, un bras autour de la taille et l'autre négligemment posée sur son genou. Il l'exposait. Vu la tête de son interlocuteur, celui-ci allait devenir fou quand il inciterait sa collègue à écarter un peu plus les cuisses -pour le moment Oliver reluquait sa poitrine, ce qui était déjà bien.

"Je croyais que nous avions dit un garde.
-Que voulez-vous, on ne se refait pas. Tenez, prenez un verre, du whisky de première qualité.
-Du Macallan, hein ? Une très bonne bouteille.
-Je vois que monsieur est connaisseur !
le vampire sembla ravi et se prit à rire. Votre compagne est encore plus belle que ce que m'ont rapporté mes hommes. J'ai cru comprendre que vous leur aviez joué un fort vilain tour... Dîtes-moi, de quelle espèce est-elle ?

Derrière son apparente nonchalance, Wald devina un prédateur à la recherche d'une moindre faille. Son sourire s'étira davantage alors qu'il prenait une gorgée du liquide ambré.

-Une ondine, très cher. Vous souvenez-vous de la construction du nouvel aérodrome au nord de l'île ? Son lac a été détruit, elle n'avait plus nul part ou aller, la main sur sa taille remonta lentement pour effleurer sa poitrine. J'ai su lui trouver... une nouvelle maison.
-Je me suis renseigné sur vous. Vous êtes discret, mais vous opérez depuis longtemps ici. Pourquoi cette soudaine envie de.. nouveauté ?
-Parce que le marché évolue, tout simplement. J'ai de plus en plus de concurrents et, bien que je me vante de proposer des produits de meilleure qualité, je veux surtout développer mes activités avant certaines personnes. Cela dit je n'ai pas vos connaissances en la matière, mais je me suis dit que nous pourrions trouver un... arrangement."


Le vampire l'étudiait de près, visiblement intéressé. Là où sa dame de compagnie avait commencer à dégrafer son pantalon avant d'accéder à son érection douloureuse, Wald au contraire ne laissait pas Murasaki bougeait par elle-même. Il tira sur sa jambe pour qu'elle écarte plus largement les cuisses et remonta sa main sur sa gorge pour l'inciter à se pencher en arrière, exposant cette fois les veines de son cou. Voilà ce que proposait Walhid : des femmes belles mais surtout dociles, et surtout qui paraissaient aimer ça. La prostituée du vampire n'était clairement pas consentante, le dégoût se lisait sur son visage, bien qu'elle ne dise rien.

"Et vous comptiez m'appâter avec une ondine ?
-Pas tout à fait. Celle-ci est l'une des plus basiques de ma collection mais, selon l'offre que vous pourriez me faire, je pourrais vous proposer des mets plus exotiques.
-Mais encore ?
-Une sirène, par exemple.


Le vampire se redressa avec un brusque intérêt, étouffant à moitié la jeune femme qui venait de prendre son membre en bouche.

-Il n'y en a presque plus, encore moins sur l'île.
-Moi j'en ai une. Alors, allons-nous discuter d'une possible entendre ?"



Dans l'arrière-salle du bar Grigore, qui discutait avec Pharell, se figea un bref instant. Puis il se mit à sourire avec un intérêt certain.

"Changement de plan ma mignonne, si on en arrive à ces extrémités, tu crames tout ce qui nous menace."

Personne d'autre ne doit savoir. Pharell était assermentée, quant à leurs patrons, ils prenaient également Murasaki pour une ondine, et aucune rumeur quelconque ne devait leur parvenir. Il ne fallait pas que l'hypnose se brise à cause d'une stupide mission.
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 12 Mai - 2:19

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
« Il me touche. Il me touche. Il me touche ». Inconsciente, la sirène ne savait pas que Wald aussi avait remercié les Dieux de l’incapacité de son partenaire à lire dans les pensées. Parce que si elle laissait un magnifique sourire de nymphomane, elle était surtout excitée comme une fangirl à l’intérieur de son esprit. Elle était clairement en train de jubilé et laissait ses doigts fins courir sur la peau de son chef avec une gourmandise qu’elle ne feintait pas du tout. Elle voulait qu’il l’enserre plus. Même avec un public, elle s’en fou, tant qu’il la touche et s’amuse avec son corps. Et le sourire, le regard, la manière qu’elle a de frissonner, tout le spécifie. Elle lance un regard au garçon, Oliver. Elle imagina Wald à la place et sa langue vient à nouveau caresser ses lèvres. Mhhh… Elle écouta, attentive, mais toute concentrer qu’elle était sur sa mission. Que tout le monde désire lui faire l’amour. Tout. Le. Monde. Elle eut un nouveau frisson et on pouvait le voir sur sa peau pratiquement nue. Quand il la traita d’ondine, clairement la sous-race des sirènes selon elle, elle ne put que roucouler parce qu’il la toucher. Une nouvelle maison. Ce n’était pas tout à fait faux, et le regard plein de nostalgie dans les yeux de la sirène le disait. Il lui avait trouvé une maison et une famille à défendre avec toutes ses dents. Au lieu d’être une sirène tuant par ennuie, il lui avait donné une raison de se battre et de devenir une meilleure version d’elle-même. Une maison… et il la touche encore ce qui arrête à nouveau ses pensées sur le besoin primal qu’il la serre plus fort encore. Elle se laisse manipuler. Et… elle apprécie ? Elle ne fait pas que semblant d’apprécier alors qu’elle se laisse faire par Wald. Mais elle sait que c’était à cause de l’absolue confiance qu’elle plaçait en lui. Elle lui laisserait sa magie, s’il le lui demandait –et pouvait en faire quelque chose-, elle lui laisserait même son cœur. Et une sirène ne donnait jamais son cœur. Et un frisson la parcoure encore. Elle le sent contre lui et elle ne peut que se laisser faire, mais Wald pouvait sentir son pouls. Si elle avait pensé à être vexé pour le « basique », une seconde, le fait de savoir qu’elle était le met exotique (// il a dit une sirène pas toi, calme-toi) la fit frissonner de bonheur. Elle ne bougeait plus, mais son corps tout entier était parsemer de désir. C’était plus simple à mimer qu’elle ne l’avait pensé. Tant que c’était Wald.


Dans l’arrière-salle, Pharell qui profitait du repas payé par le contribuable, fit un sourire magnifique d’innocence et enfantin. On lui donnerait facilement le bon Dieu sans confession… si ce n’était les paroles qu’elle prononça.

- J’ai le feu le plus meurtrier du monde, il n’y aura plus personne pour parler…

Elle prit une gorgée de sa boisson. Si elle n’avait jamais été lié à personne, Pharell prenait pour mission de protéger la sirène. C’était venu comme ça, d’un coup.


Murasaki, elle, continua de se laisser faire alors que le vampire se déchargea dans la pauvre petite fille. Elle laissa son regard se porter sur l’érection de l’homme qui tenait toujours… il devait prendre quelque chose, c’était certain, avant de se trémousser à peine pour que son haut se relève sur sa poitrine et tenter un peu plus du vampire.

- Est-ce que ta sirène est aussi ouverte que ton ondine ? demanda le vampire alors qu’il se sentait prêt à tester la marchandise tout de suite.

Murasaki pouvait le voir. Elle l’intéressait presque autant que la chimère qu’elle pouvait être. Une sirène presque impossible à croire contre une petit ondine bien palpable. Il lui attrapa le bras pour la relever avant que Wald ne le réprimande.

- On ne touche pas sans payer.

Murasaki papillonna des yeux alors que le vampire se recula d’un pas en levant les mains, mais continua de tourner autour de Murasaki pour en apprécier les formes. Elle savait exactement ce qu’il pouvait voir et elle mima un intérêt. Puis, elle remarqua la fille sur le sol. La prostituée du vampire avait envie de vomir et de pleurer. Murasaki ressentit un élan de compassion pour elle qu’elle cacha derrière un regard vers son Wald. Si elle devait être docile, soumise et excitée, il fallait au moins qu’elle le regarde lui. Pour se rappeler pour qui, elle faisait ça dans les deux premiers cas… pour le reste elle n’avait pas besoin de se souvenir.

- Combien tu demandes pour les deux ? J’ai besoin d’une fille pour très vite mais la sirène… Si elle, fit-il en caressant la poitrine de la jeune femme du regard, c’est du basique, l’autre doit donner. Mais sache que je teste toujours ma marchandise, sans frais supplémentaire. Je vais faire une exception pour cette fois parce que cette sal*pe donne envie.

Elle avait l’impression que l’homme la caressait, ce qu’elle n’aimait pas. Elle se poussa quand il revient vers sa propre prostituée mais il s’assit plus proche… Il sortit une grosse liasse de billet qu’il jeta sur la table… et pendant que Murasaki se mit à genou pour se coller à Wald, Oliver en profita pour faire passer sa main sur sa cuisse en remontant vers son entrejambe. Murasaki fit un bruit étranglé qu’on pouvait facilement prendre pour un bruit d’excitation… mais Wald ne serait pas dupe, elle n’appréciait pas du tout cette intrusion et elle tenait simplement pour Wald.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Dim 12 Mai - 2:53
Même si Wald était d'ordinaire insensible, il lui était à présent difficile de se contrôler. Il n'aurait su dire à quel moment les choses avaient dérapé, mais la sirène était excité au possible alors qu'il l'effleurait à peine. Il sentait sa culote humide frotter contre sa jambe et entendait les battements de son coeur, difficile à manquer. La bonne nouvelle était que le vampire sautait à pieds joints dans leur piège, la mauvaise c'est qu'il redoutait l'après. D'ailleurs, pour la première fois en présence de Murasaki, il sentait son membre gonfler peu à peu jusqu'à rendre son caleçon un peu trop étroit. Est-ce que c'était toute cette situation ? La poitrine à présent presque nue de la jeune femme ou le fait qu'elle trempe son pantalon de costume ? Aucune idée, mais il réussit à chasser cette vilaine bosse dans son pantalon d'une simple pensée douloureuse, donnant l'illusion de rien. Peut-être avait-elle senti quelque chose, mais il nierait sans vergogne.

"Elle l'est plus encore."

Malgré le petit accrochage du fait qu'il l'ait touchée -ce qui avait donné à Wald le réflexe de ceinturer sa taille pour la bloquer contre lui- le vampire ne semblait pas s'en accommoder. Il était même passé au tutoiement, à croire que l'attraction de la créature aquatique le rendait tout fou... Et dangereux, le métamorphe en avait conscience. Le truc, c'est qu'il touchait sa protégée sans son consentement, et ça c'était parfaitement hors de question. Il dédaigna la liasse et prit une nouvelle gorgée de whisky -une réaction trop vive serait suspecte- avant de soulever la sirène comme si elle ne pesait rien, un grondement lui échappant.

"Pas ce soir."

La voix du métamorphe était de suite devenue plus grave, et le vampire l'incendia du regard, enfonçant son membre dans la bouche meurtrie de sa prostituée alors que Murasaki lui échappait.

"Qu'est-ce que tu fous ?
-Pas ce soir, j'ai dit,
il installa la jeune femme sur l'accoudoir de son fauteuil en la tenant toujours pour la taille contre lui, la serrant si fort qu'il finirait sans doute par lui faire des hématomes. La demoiselle a déjà un contrat pour la nuit, et je ne compte envoyer un produit déjà utilisé à un client de longue date, je suis sûre que tu me comprends. Et puis, regarde-la.

Sans plus de cérémonie, Wald releva le peu de jupe qui couvait son bassin afin de dévoiler sa culotte humide au possible, exposant presque son intimité à un parfait inconnu. S'il était capable de maîtriser sa colère pour ne pas alarmer sa proie, Murasaki devait sentir son corps tendu et la pression inouïe de ses mains sur son corps. Au fond de lui, il irradiait de colère.

"Elle est presque à bout...
-Oui, les vampires lui font toujours beaucoup d'effet. Elle vaut plus que ce que tu me proposes-là mais en signe de bonne foi, voici ce que je t'offre : une nuit complète avec elle dans deux jours, sans surveillance de ma part, pour le même prix.
-C'est généreux...
-C'est intéressé. Je veux voir les films en avant première, et je demande 40%.
-15.
-Non.
-Je ne dépasserai pas les 20%.
-25, dernière offre."


Pendant qu'Oliver réfléchissait, Wald se pencha pour saisir l'un de ses seins d'une main, lui pressant un téton afin de la faire réagir. Cela sembla fonctionner puisque le vampire acquiesça sans plus de réflexion. Il se vida une dernière fois dans sa prostituée, conclut d'une nouvelle rencontre pour le surlendemain, puis il fut temps de se quitter. Wald repoussa Murasaki en douceur et lui enfila lui-même sa veste sans oser croiser son regard, laissant à Nelson le soin de la raccompagner jusqu'à la voiture dans laquelle il s'engouffra à sa suite, se décalant d'un siège pour ne pas la toucher.

Dans la salle du restaurant, Grigore releva les yeux avec un petit sourire, il venait de terminer un succulent repas en délicieuse compagnie.

"Le rendez-vous s'est bien passé, mais personne ne doit savoir pour notre petite Ariel... Toi, tu vas me cramer ces deux gardes, quant à moi je me charge d'Oliver et de sa petite copine. Je vais effacer l'information délicate de sa mémoire. Quant à la demoiselle, il faut très vite l'emmener à hôpital pour des examens. J'effacerai sans doute toute la soirée de sa tête, mais de toute façon je ne crois pas qu'elle souhaite s'en souvenir. Prête ?"
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 12 Mai - 3:22

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
Elle réprima un frisson de dégoût. Elle n’aimait pas du tout ça. Si pouvoir imaginer Wald partout était un fait, elle savait très bien que la main n’était pas la sienne. Elle le savait. Depuis qu’elle travaillait avec Wald, elle ne s’était jamais laissé exciter par lui plus que ce qu’elle ne pouvait le supporter. Là, elle avait voulu utiliser tout le désir qu’elle avait pour son patron pour la mission. Mauvaise idée qui se retourner contre elle. Quand il l’attrapa pour la coincer contre lui, son cœur battait la chamade mais pour une autre raison. Elle était sauvée. Elle se laissa choir contre lui. Même si elle avait pris ses désirs pour la réalité tout à l’heure, quand elle était certaine d’avoir réussi à exciter Wald, elle n’en était pas moins heureuse d’être retourné dans ses bras. Quand il relève sa jupe, elle tourne la tête vers Wald. Il était conscient, hein, que tout ça n’était que pour lui ? Est-ce qu’il allait se mettre à croire qu’elle couchait avec tout le monde dans son dos, ou s’exciter pour un vampire violeur de surcroit ? Elle sentait une pression contre elle et devina plus qu’elle ne comprit. C’était la mission, et Wald la protégeait, elle n’avait pas peur. Alors, elle se recula, avançant son corps pour poser son dos contre le bras de Wald. Son cœur se calma, elle essaya de caler une respiration plus sereine. Elle avait parfaitement confiance en lui, alors il pouvait faire tout ce qu’il voulait. Elle se tortilla pour cacher un sourire qu’elle laissa sentir contre le cou de Wald. Elle avait envie de pousser l’audace jusqu’à le mordre, pour faire comprendre que c’était réellement aucun rapport avec les vampires, mais elle avait promis d’être très sage. Elle n’eut même pas peur de cette soirée, dans deux jours, offerte. Elle savait que tout irait bien. Quand Wald l’utilisa pour distraire le vampire, elle fit un gémissement. Si seulement ils étaient seuls, seulement tous les deux et nus. Pour de vrai. Elle se laissa faire mais remarqua l’absence d’intérêt ensuite quand ils repartirent.

Est-ce qu’elle venait de s’humilier tout simplement devant l’homme qu’elle voulait par-dessus tout intéressé ? Est-ce qu’elle venait de perdre encore plus d’intérêt à ses yeux ? Elle pose un regard vers sa poitrine qui disparu sous la veste. Il n’aimait pas sa poitrine ? Elle sentit un élan de triste qu’elle repoussa. Nah. Il avait apprécié, elle en était certaine. Pas de le faire comme ça, bien sûr, Wald n’était pas ce genre d’homme… mais il avait apprécié son corps, ses courbes, elle en était sûr ! Quand il se décale d’elle, dans la voiture, elle se sent réellement blessé mais elle ne sait pas quoi faire.

- Hé…, fit-elle doucement en se rapprochant de lui, toute trace de la prostituée nymphomane disparu de son visage, tu… tu as le droit de me toucher, si tu veux t'apaiser.

Et dans sa tête, elle lui disait surtout de le faire. Il fallait qu’il la touche. Et ce sentiment qu’elle ressentait toujours quand il la rejetait continuer de s’étendre en elle. De grossir. De devenir de plus en plus puissant.

- Je suis à toi, Wald…, chuchota-t-elle bien qu’elle le disait pour qu’il puisse l’entendre.


Pharell sourit au vampire, dévoilant des dents parfaitement aligné sur son joli minois. Si elle ne comprenait pas tout ce qu’il se passait pour la sirène, elle était sûre d’une chose… Wald est dans la merde. Et ça, elle pouvait avouer que ça l’amuse bien, même si elle devait le cacher pour ne pas paraitre méchante.

- Allons finir notre repas avec un rôti, alors, rigola-t-elle avant de finir de s’essuyer les lèvres. Pour la petite, efface lui-même un peu plus si tu peux, j’ai l’impression que ce n’était pas la première fois qu’elle servait de…

Elle ne savait pas comment dire, alors elle mima un bâton dans sa bouche avant de faire celle qui vomi. Elle n’avait jamais fait ça, logique comme elle avait précisé que Murasaki avait été la première à la toucher là….. le reste allait avec son ignorance mais bref. Elle ne voyait pas comment on pouvait avoir envie de se faire étouffer par un kiki. Elle se lève et prend le bras pour de Grigore pour sortir avant de se séparer. Elle s’approche tout simplement des gardes qu’elle arrive à pousser dans un coin avant que les flammes ne les dévorent tout entier. Ce n’était pas simplement le feu qu’elle contrôlait, elle était le feu… et elle voulait qu’il ne reste de ces hommes qu’un petit tas de cendre. Les combustions spontanées venaient très souvent des phénix. Elle eut un petit sourire en trouvant un balai dans un coin de la salle et en poussant le tout sous le tapis. Avec ce niveau de transformation, personne ne pourrait trouver ni ADN ni rien du tout, ce n’était que de la poussière noire.

- Le ménage laisse à désirer ici, conclut-elle avant de retourner vers la voiture de Grigore pour l’attendre.

Ouais, elle aurait pu montrer moins de pouvoir… mais si on l’avait choisi pour cette unité c’était pour son parfait contrôle du feu, ça n’était donc pas si étonnant. Elle se demande comment va Murasaki et ronge ses ongles en y pensant. Elle avait un mauvais pressentiment... et en tant que phénix, elle écoutait toujours ses intuitions. Quelqu'un allait mourir.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Dim 12 Mai - 13:51
Ils étaient à peine montés dans la voiture que Nelson démarrait, en direction de la maison de la sirène. Wald était... étonnement silencieux, et perdu dans ses pensées. Il sursauta presque en sentant la jeune femme se rapprocher de lui, et détourna simplement le regard sans rien répondre jusqu'à ce qu'ils arrivent devant chez elle. Là, il daigna enfin plonger ses iris dans les siennes.

"Je suis désolé pour ce soir, Murasaki. Mais la mission est remplie, tu as bien travaillé, je suis fier de toi."

Il s'attendait à ce qu'elle se mette en colère, à ce qu'elle l'insulte de tous les noms pour la repousser encore bien qu'il était presque en train de la masturber une demi-heure plus tôt. Wald paraissait.. perdu, épuisé aussi. Il ne la regardait pas vraiment et ne descendit pas pour lui ouvrir la porte, il attendait simplement qu'elle rentre chez elle avant de faire la même chose. Il se dégoûtait. Il se haïssait de l'avoir touchée de cette façon pour le travail. Ce n'était pas l'exhibitionnisme qui le gênait, mais l'idée de ne pas en avoir discuté avant, de l'avoir traitée comme l'objet qu'elle n'était pas. Après cette épreuve, il n'était pas en état de la regarder, ou même de lui parler. Elle crierait comme d'habitude et lui se ferait pardonner le lendemain, et tout rentrerait dans l'ordre. Il faudrait qu'il pense à passer acheter des dragibus.


"Je le ferai, mais pas maintenant. Même si on a une... certaine marge de manœuvre, on doit avant tout mener cette enquête dans les règles. Il faut la convaincre de témoigner contre Ruiz dès qu'on aura suffisamment de preuves pour le faire tomber."

Oliver ne survivrait sans doute pas à la prison, mais il ne se voyait pas le préciser. Wald et lui avaient quelques secrets, comme le fait qu'ils respectaient la loi jusqu'à un certain degré, et l'outrepassait à d'autres. Ils avaient, avec Nelson, fait partie d'un groupe d'élites pour quelques missions en zone hostile. Cela avait soudé les liens entre les trois hommes que rien ne pouvaient arrêter, pas même les lois ou le code moral. Murasaki était sous leur protection depuis que le métamorphe l'avait ramenée à leur base, ainsi les deux autres n'hésiteraient pas à éliminer quiconque risquait de lui nuire. Il était visiblement ravi de sortir de là avec la sorcière à son bras, et fut très intéressé quand il l'observa cramer les deux gardes sans s'émouvoir. Cette gamine avait une force inouïe... Il n'avait jamais vu ça. Lui n'avait eu aucun mal à maîtriser le vampire et à le plaquer contre un mur. Il était vieux, puissant et de sang-pur, Oliver n'avait aucune chance. Pire encore, Grigore était un roi, et son timbre changea dès lors qu'il se mit à hypnotiser sa proie.

"Ce soir, tu as conclu un accord avec Walhid Menesiera. Tu vas louer son ondine, mais aussi sa fille la plus rare : une Enchanteresse.
-Une Enchanteresse..."


Elles étaient rares, mais moins que les sirènes dont l'espèce avait tendance à s'éteindre. Et elles étaient tout aussi attractives. Il laissa le jeune homme un peu hagard, qui pensait avoir été abandonné par ses gardes sans savoir où ils étaient. Quant à la prostituée, elle oublia peu ou prou la soirée, mais il réussit à la convaincre de le recontacter quand elle serait seule. Il n'allait pas parler de témoignage en présence d'Oliver, quand même !
Leurs problèmes réglés, Grigore invita Pharell à le suivre jusqu'à la voiture pour qu'il la ramène chez elle. Il prit quelques instants pour l'observer, songeur, avant de lâcher :

"C'était plutôt impressionnant. Wald craignait que tu ne sois trop... protocolaire, mais tu as presque eu l'air de t'amuser finalement."
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 12 Mai - 15:08

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
Elle n’aimait pas ça. Il l’ignorait encore. Encore et toujours. Et alors que le silence se rallongeait comme une pieuvre attrapant les parties de son âme dans ses ventouses, Murasaki eut le temps de faire une grande introspection sur Wald. Elle se revoyait seule. Il ne faut pas croire, elle n’avait pas tué toutes les personnes qu’elle avait tuées dans le lac par envie. Elle l’avait fait par ennuie. Par désœuvrement. Par solitude. Elle l’avait fait parce qu’elle avait perdu la raison de son arrivé sur le sol humain… et qu’elle n’avait plus la capacité de retourner dans les abysses avec ses sœurs. Perdre sa capacité à supporter la pression, ça voulait dire rester hors de la protection des ténèbres. Cela voulait dire être un danger pour le banc de sirène, les humains pourraient voir Murasaki à la surface. Une sirène qui ne supporte plus la pression devait être éliminé pour le bien commun. Murasaki le savait et l’avait accepté pour une voix entendu sur un bateau. Et ensuite, elle avait été seule et triste. Et elle tuait parce qu’elle ne savait faire que ça. Et elle testait les limites de son attraction sur les humains, parce qu’elle ne voyait pas quoi faire de plus. Et elle faisait tout ça sans savoir pourquoi…

Et puis Wald. Il était arrivé. Il était fort. Il était étrange. Nouveau. Stable. Il était là. Et plus encore, il était là pour elle. Il était venu la trouver. Il était venu la sortir de l’eau pour lui proposer un travail. Il était venu et il l’avait sauver de sa solitude. Si elle avait fini par voir Grigore comme un ami et un membre de son nouveau banc, Wald avait été l’être à l’avoir sorti de là. C’était pour ça qu’elle suivait ses ordres. Pour ça qu’elle ne tuait plus comme il lui avait demandé. Pour ça qu’elle pouvait tout faire pour lui. Ainsi, la première réalisation se fit dans son esprit pendant qu’elle réfléchissait à tout ça.

Wald n’était pas seulement un défi. Wald n’était pas simplement comme tout le monde. Elle aimait à se dire que si Wald réagissait à son attraction alors elle ne le toucherait pas, comme le faisait avec tout le monde une fois qu’elle avait planté ses griffes dans sa libido… mais c’était faux. Si Wald la touchait, elle l’accepterait. Elle ferait tout pour lui.

Parce qu’elle l’aime.

Cette première réalisation vient avec la seconde alors qu’il la renvoya de cette manière froide et détaché. « La mission ». Si elle avait ressenti plein de chose pour lui, du désir mais surtout une confiance aveugle qu’elle ne donnait qu’à lui, lui n’avait vue que la mission. Encore et toujours la mission. Ce putain de travail dont elle se fou éperdument et qu’elle ne faisait que pour lui. Alors… La seconde réalisation arrivant sur son esprit comme un glas.

Il ne l’aimera jamais.

Si Wald était devenu son univers, elle n’était même pas une amie. Qu’une collègue. Mieux encore. Elle était un outil. Un outil qu’il ne peut pas toucher, parce qu’elle le dégoute ? Elle sent les tentacules se refermaient autour de son cœur. Elle sent une profonde sensation de douleur qui remonte le long de son esprit et elle sentit la pluie coulait sur ses joues. Machinalement, elle remonta les yeux vers le haut mais ne vue que le plafond de la voiture. Elle toucha ses joues. Il y avait une légende parmi les sirènes… qui disait que la seule fois où une sirène pleurait, c’était le jour de sa mort. Elle finit par ouvrir la porte pour se mettre devant. Elle tremble un peu et ne laisse même pas un regard à leur chauffeur. Wald était celui qui l’avait sorti de son lac et de sa solitude, mais pourquoi faire ? Il ne s’intéresse pas elle. Alors, elle se retourne juste après avoir vue de quoi s’enfuir le plus loin possible de lui.

- J’abandonne, fit-elle vers Wald alors que les larmes coulaient sur ses joues. J’abandonne.

Elle sentait la rage remonté le long de son corps, mais pas contre Wald. Contre elle-même. Contre le fait d’avoir été sotte pour partir de son banc de sirène. Du fait de s’être humilié, encore et encore et encore. Et encore aujourd’hui, pour essayer qu’il la remarque enfin. Elle abandonnait.

- J’abandonne, répéta-t-elle, je ne sais pas ce qui cloche chez moi mais ça ne sert à rien. Pas vrai ? Même si prête à tout te donner. Même si je te donne mon corps, mon cœur, même si je deviens une petite chose obéissante et qui ne tue pas. Même si j’étais prête à me laisser violer dans deux jours pour toi, tu ne me regarderas jamais… J’abandonne.

Et avant qu’il ne puisse répondre, son cœur se brisa et elle lui lança un regard noir. Le genre de regard que la femme la plus brisé du monde jetterait à celui qui venait de la briser…. Malgré les larmes qui continuaient de couler comme si c’était un flot continu.

- La prochaine fois qu’on se voit, tue-moi, parce que sinon, c’est moi qui le ferait.

Elle claqua la porte avant qu’il puisse dire ou faire quoi que ce soit, et une pluie commença à s’abattre sur l’extérieur. Une forte pluie ? Non. Elle était en train d’utiliser l’eau du lac pour l’aider dans sa fuite. Habillée très peu, elle attrapa un moteur qui s’était arrêté pour vendre des pizzas dans la rue pour lui piquer sa moto et partir. Dès qu’elle le pu, elle se jeta dans un coin d’eau pour rejoindre la mer, puis une crypte. Elle abandonne. Et surtout, elle pu crier et pleurer enfoncé dans l’eau. Là où son odeur disparaissait dans les méandres… là où elle n’était plus personne. Là où elle pouvait oublier. Elle le détestait. Du plus profond de son être, elle le maudissait le jour où, au lieu de tuer la prédatrice et psychopathe qui s’amusait à tuer des humains dans un lac, Wald avait décidé de la prendre sous son aile. Elle le détestait. Elle ne voulait plus jamais le voir. Elle voulait le tuer pour la douleur qu’elle ressentait au fond de sa psyché. Elle n’avait jamais connu ça. Elle n’avait jamais connu une telle douleur. Elle était prête à tout pour lui. Et lui ne la remarquait même pas. Elle n’était même pas une amie. Elle était qu’une sirène trouvait et dont il avait la charge mais rien de plus. Il n’y avait rien de plus.

*

De leur côté, Pharell et Grigore finirent leur travail et Pharell se figea, avant donc la séparation de la sirène et du méta… Elle observa le vampire avant de réaliser… Ce n’était pas le fait qu’elle utilisait diablement bien ses flammes qui allaient la trahir… mais le fait qu’elle venait de tuer deux hommes sans même avoir à s’en émouvoir. Elle finit par hausser les épaules doucement.

- Ce n’est pas la première fois que je me débarrasse de… mhhh… personnalités dérangeantes, expliqua-t-elle en espérant que le vampire n’en demanderait pas plus. Le feu est toujours amusant, il est fiable et beau indépendamment de ce qu'il calcine.

Elle n’avait aucun besoin de s’émouvoir pour deux trois morts… elle avait tué bien plus de personnes qu’elle ne pourrait les compter… et elle devait en oublier au court du temps. Surtout une fois que son père fut enlever, et qu’elle s’était retrouvé toute seule. Elle essaya de trouver comment expliquer quelques morts dont elle était la cause, mais se dit surtout que le vampire devait avoir tué à son tour, plus ou moins… elle se demande s’il n’a tué beaucoup de personne et lui lance un regard. Elle le trouve… étrange… Comme un grand vampire qui semble inoffensif mais ne l’est pas… Après tout, elle-même ressemblait à une adulte sortit de l’enfant, alors qu’elle était plus âgé que la plupart des gens. Même si innocente en certain point. Puis, elle eut à nouveau un mauvais pressentiment et porta la main à son cœur.

- Quelqu’un va mourir ce soir, souffla-t-elle, plus pour elle que pour Grigore.

*

Deux heures plus tard, elle avait finit de se calmer. Non. Pas réellement. Elle était toujours en train de trembler de solitude mais elle avait au moins sorti de la tête du trou d’eau où elle s’était cloîtré. Elle fit une moue. En abandonnant la partie avec Wald, elle savait aussi perdre les quelques personnes autres qu’elle aimait bien. Comme Grigore ou Nelson, ou même le médecin légiste (//je dois lui trouver un prénom à lui). Elle les perdait tous et elle se demandait ce qui était la meilleure chose à faire. Elle ignora les messages sur son téléphone (waterproof et protégé pour ne pas être pisté même par son équipe) qui venait de Wald. Elle n’avait aucune envie de voir des messages d’excuses. Il ne pouvait pas s’excuser de quelque chose qu’il ne pensait pas. Il pensait à toutes les fois où il l’avait rabaissé, avec ou pas l’aide de Grigore qui en mettait toujours une couche. Chaque fois, il avait demandé pardon mais il avait recommencé plus tard, parce qu’il ne pensait pas réellement avoir tort. Elle n’était rien. Même pas plus belle qu’une morte. Elle vit un message de Grigore et se mordit les lèvres. Elle pourrait peut-être lui dire adieu avant d’aller chercher une raison de vivre ailleurs ? Le message était simple.

« Je sais ce qu’il s’est passé. Vient me voir à l’adresse ci-dessous, je t’aiderais ».

Elle pinça les lèvres. S’il l’aide à partir, ce dont il sera heureux, pensa-t-elle acide puisqu’elle réalisa que Grigore aussi serait bien content qu’elle disparaisse, elle pouvait aller le voir. Dans sa tenue trempée, puisqu’elle n’avait pas fait l’effort de se déshabiller pour rejoindre l’eau protectrice, elle se faufila dans la ville pour trouver l’adresse en question. Elle y rentra et ne trouva aucune trace de Grigore.

- Grigore ?
- La dernière pièce du puzzle est là. Parfait, fit une voix qui la fit sursauter.

Elle se retourna pour voir un homme qu’elle ne connaissait pas. De noir et de cuir vêtu, il tenait en joue un autre homme qu’elle reconnaissait. C’était le père de la victime. L’ambassadeur. Qu’est-ce qu’il fichait ici ?

- Qui êtes-vous ? sussura-t-elle alors que l’homme fit un sourire narquois.
- Tu ne m’auras pas avec ta jolie voix, sirène. Il est temps de faire un petit tri dans l’unité de ce cher Wald. Toi, puis Grigore.
- Qu’est-ce que vous lui voulez à Grigore ? se rebiffa-t-elle, prête à mordre quiconque voudrait du mal à son vampire.

Qu’il l’aime bien comme ami ou pas, Grigore était dans son banc ! Point barre. Tant pis pour le reste. L’homme eut un rire et alors que la sirène allait se rapprochait une ombre apparu derrière elle et une douleur fulgurante lui traversa l’épaule. Une ombre venait de lui transpercer l’épaule comme si cela n’était rien. Elle hurla.

- Tu vois, sirène… Je ne suis pas contre le drama. Et toi, tu vas être utile. Cet homme est la treizième personne tuait par un mystérieux tueur en série. Ce tueur massacre des personnes liées aux affaires de ton équipe depuis quelques mois. Mais comme vous faites aussi l'objet d'une enquête vous n'en saviez rien. D’abord… Et l’homme se pencha pour utiliser une main parfaitement féminine. Il lui tranche la gorge avec des serres, puis, il mange des parties de son visage. Et toi, tu es connu pour faire exactement ça à tes victimes, n’est-ce pas ? Ton sang sur la scène de crime, ton départ… tu seras parfaite.

Alors que l’homme mit son explication en application, il tua l’ambassadeur avant qu’une partie de son visage disparaisse manger par les ombres sans qu’elle puisse faire quoi que ce soit. Alors, qu’elle allait l’attaquer, elle entendit la police arriver. Non. L’homme et son ombre avait disparu et il ne restait plus qu’elle dans la pièce… avec un bras en sang, un cadavre qui venait de faire feu et… elle ne voulait pas mourir. La seule personne qui avait le droit de la tuer, c’était Wald. Elle s'enfui en se disant qu'elle ne connaissait qu'un lieu à Hawaï pour la protéger le temps que toute cette histoire finisse. Son lac. Le premier. Celui où Wald la trouvait.

*

Un homme arriva dans le Q.G. de l’unité d’Elite. Il avait une seule question pour le groupe.

- Où est-elle ? On ne peut pas laisser un monstre pareil dans les rues ! Vous auriez dû la tuer bien avant.

Cet homme, c’était le gouverneur. Et une ombre se cachait dans son ombre alors qu’il demanda à un policier de résumé la situation à l’unité d'élite. Il y avait une caméra qui montrait la sirène rentrait après l’ambassadeur dans une maison, et une autre qui la montrait en train de s’enfuir avec le bras en sang. Toutes les preuves étaient là. La sirène était une tueuse et il fallait l’éliminer. Tout s'imbriquer parfaitement.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Dim 12 Mai - 19:27
Plongé dans ses propres pensées, le métamorphe ne prêtait plus beaucoup d'attention à sa collègue. Il était rongé par tout un tas de souvenirs et de pensées fugaces, si bien qu'il ne capta pas tout de suite que l'ambiance avait changé du tout au tout. Il ne le réalisa d'ailleurs qu'en entendant le bruit de la porte qui s'ouvrait, et enfin il réalisa. Murasaki... pleurait ?

"Murasaki attends !"

Il se leva d'un coup et grogna en se cognant contre le toit de la voiture, tentant de rattraper la sirène qui s'enfuyait en vidant son lac personnel pour créer une pluie diluvienne. Nelson rattrapa son ami avant que celui-ci ne trébuche dans le trou gigantesque, et manqua de se prendre un poing dans la figure pour ça. Wald fulminait, mais Nelson ne lui en voulait pas. Tout comme Grigore, il savait ce qu'il se passait réellement dans la tête de son ami, et du pourquoi ils en étaient arrivés là.

"Elle a filé, Wald, signa-t-il.
-Je sais... Il faut que je la retrouve.
-Pas ce soir. Elle a besoin de se calmer, et toi, tu dois clarifier tes idées et prendre une décision.
-Je ne peux pas...
-Si, tu peux. Quelle que soit ta décision, il y aura des conséquences, mais les deux choix sont possibles vieux frère. Allez, je te ramène."


De toute façon, la sirène avait probablement rejoint la plage la plus proche pour échapper à la buse, il n'arriverait pas à la retrouver de suite. Wald laissa échapper un long soupir avant de remonter dans la voiture, plus abattu qu'à l'aller.
Au lieu de rentrer chez lui, il préféra retourner au Q.G dans l'espoir d'y trouver Grigore. Il lui avait envoyé un SMS une demi-heure plus tôt, mais pas de nouvelles, ce qui était assez inhabituel de sa part.


Face à la sorcière, Grigore s'était contenté de hausser un sourcil, plus intrigué que dérangé par son comportement. Si elle continuait ainsi, elle allait vraiment bien s'intégrer à la brigade... Mais si elle se rapprochait trop de Murasaki, plus jamais ils n'auraient la paix.

"Wald t'a bien choisie, on dirait. Tu vois, tu peux être très sexy quand tu veux."

Il se prit à rire tout en lui adressant un clin d'oeil aguicheur, puis fouilla dans sa poche avant de froncer ses sourcils. Il regarda autour de lui mais non, aucune trace de son téléphone. Ça, c'était bizarre...

"On rentre au Q.G, je n'ai plus mon portable et il faut que je joigne Wald assez rapidement. Quelque chose cloche."

Sans même compter le mauvais pressentiment de la sorcière -qu'il avait évidemment entendu, lui-même trouvait que tout n'allait pas correctement. Et surtout, il avait entendu Wald ignorer la sirène, et craignait le pire.


À raison. Le vampire et la sorcière trouvèrent Wald faisant les cent pas dans la salle principale, son téléphone à l'écran brisé à la main. Il avait envoyé tout un tas de messages à Murasaki restés sans réponse, et n'avait pas non plus de nouvelles de Grigore. Nelson était resté auprès de lui, conscient que quelque chose se tramait. À peine furent-ils arrivés que le métamorphe se jeta sur le vampire en lui hurlant dessus.

"Pourquoi tu ne réponds pas, hein ?! Si on avait eu un problème, comment on aurait fait si on ne peut pas compter sur toi ?!
-Baisse d'un ton, Wald. Quoiqu'il se soit passé entre Murasaki et toi, je n'en suis pas responsable.


Les deux mâles s'affrontèrent du regard en grondant, torse contre torse et les mains relevées, prêtes à donner un coup. La plupart du temps, Grigore acceptait sans broncher que Wald soit son dominant et qu'il lui obéisse, mais pas ce soir. Pas dans cet état. Ils s'étaient suffisamment battus pour savoir qu'ils étaient de force et de tempérament similaires, ce n'était pas le moment. Néanmoins, Grigore eut la délicatesse de battre en retrait le premier.

"On m'a piqué mon téléphone, je ne sais pas quand ni pourquoi, je m'en suis rendu compte tout à l'heure et je suis venu ici tout de suite pour te voir. Où elle est, Wald ?
-Partie."


Il l'avait poussée à bout, finalement. Rageur, Wald brisa la table simplement à force de serrer une partie du plan de travail dans sa main. Ce n'est que grâce à de nombreuses années d'expériences qu'il ne sauta pas à la gorge de l'ambassadeur de l'île lorsque ce dernier fit irruption dans le Q.G. Comment ça, la tuer ? Grigore prit les devants en se plaçant à la hauteur de Wald, plaçant discrètement une main dans le bas de son dos pour signifier sa présence.

"Excusez-moi monsieur, mais de qui parlez-vous ?
-De votre foutue bestiole aux cheveux mauves ! Regardez, regardez ce qu'elle a fait ! Vous deviez élucider une mort en toute discrétion, et voilà qu'un membre de mon équipe d'élite tue un représentant des Philippines ? Vous vous foutez de ma gueule ?
-Sauf votre respect, monsieur, nous ne la voyons pas tuer la victime sur cette vidéo. Elle était présente sur les lieux, oui, mais nous ne savons pas ce qui s'est passé.
-Vous me prenez pour qui exactement, monsieur Grigore ? Vous avez 48h pour régler cette affaire, après quoi je vous coffre tous les quatre. Et elle,
il désigna Murasaki sur la vidéo, sera exécutée."

L'homme repartit aussi vite qu'il était venu, et heureusement pour lui car Wald était à deux doigts de lui sauter à la gorge. Il se mit à gronder plus fort, tournant en rond en jetant des regards assassins envers Pharell et Grigore. Ce dernier prit la sorcière contre lui sans lui demander son avis, ceinturant sa taille pour s'assurer qu'elle ne s'éloigne pas. Il se pencha pour murmurer à son oreille.

"Quoiqu'il arrive, ne bouge pas et ne t'éloigne pas de moi. Laisse-lui quelques minutes."

De son côté, Nelson avait trouvé le moyen de s'éclipser discrètement, sans doute pour commencer les recherches quand bien même il ne faisait pas partie de l'équipe officiellement. Aucun homme dans ce bâtiment ne croyait à la culpabilité de la sirène pour bien des raisons. Après avoir presque creusé un tunnel dans la salle à force de passer et repasser au même endroit, Wald finit par se calmer un peu, accordant enfin un regard -si triste- à ses deux collègues. Le vampire souffla de soulagement en relâchant la jeune femme, et s'approcha de son ami pour l'enlacer. Wald répondit à son étreinte en fermant les yeux, incapable de réfléchir posément.

"Tu sais où elle est, Wald. Va la trouver, protège-la. Nous, on va démêler le clair de cette histoire."

Ils s'affrontèrent du regard un moment, puis le métamorphe se tourna vers la sorcière. Elle était nouvelle elle, il ne pouvait pas vraiment lui faire confiance... Mais Grigore lui assura que cela irait, alors il le crut. Il quitta le bâtiment aussi discrètement que possible pour retourner chez lui, enfourcha sa moto et partit à toute berzingue jusqu'au lac dans lequel il l'avait trouvée pour la première fois, celui où elle se cachait sans doute à l'heure actuelle. Il arriva sur les lieux alors que la lune était haute dans le ciel, se reflétant sur l'eau claire. Wald ne s'était pas changé depuis tout à l'heure, mais ses vêtements étaient abîmés de partout à cause des plantes sur son trajet. Dardant un regard aux alentours, il finit par charger sa voix de magie histoire d'être sûr qu'elle l'entende même dans l'eau.

"Sors de là, Murasaki. On a un très gros problème."
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 12 Mai - 20:38

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
- Tu trouves vraiment que je suis sexy ? s’étonna Pharell réellement en essayant de voir en quoi elle pouvait l’être.

Elle avait remonté son nez en un froncement caractéristique. Elle réfléchissait. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait pris de la beauté simplement en cramant quelqu’un. Puis, elle fit un sourire. Cela lui plaisait d’être plus jolie dans le feu. Elle se trouvait encore plus jolie quand elle était un oiseau, mais elle doute que le vampire soit d’accord avec elle. Cependant, son cœur continuait de cogner d’un mauvais pressentiment.

- Tu l’as peut-être oublié ? proposa-t-elle mais s’arrêtant en voyant son sérieux.

Grigore n’était pas le genre à oublier ou perdre quelque chose comme une tête de linotte. Elle, oui… mais lui ? Non. Elle regardait le jeune homme et se dépêcha de rentrer pour trouver un chef dans tous ses états. Elle fronça à nouveau son nez de cette manière qu’elle avait de faire quand elle ne comprenait pas quelque chose. Et la suite arriva. Elle fit un geste vers Nelson pour lui dire bonsoir. Elle continua de tenir sa main sur son cœur. Le sentiment ne désemplissait pas. Il enflait. Quelque chose allait arriver. La mort. Elle pouvait le sentir comme elle pouvait sentir la vie parfois. Et elle n’aimait pas ça. Elle laissa les hommes faire les coqs, ayant à peine une petite envie de savoir si elle était plus forte qu’eux mais qui se dissipa aussi vite qu’elle l’avait ressenti. Surtout quand l’espèce de monsieur arriva. Elle fit un pas de côté. Là encore, il y avait quelque chose qui la dérange. Les phénix n’étaient pas le genre de personne à supporter la noirceur. Et tout cela commencer à la mettre mal à l’aise.

- Elle a l’air paniqué, fit remarquer Pharell en regardant la violette en train de s’enfuir.
- Elle sait qu’elle a les flics au cul, c’est normal.

Pharell releva les yeux menaçant avant de les baisser comme si elle était intimidée. Maintenant Grigore savait que ce n’était pas le cas. Mais il valait mieux que le gouverneur pense qu’il peut intimider au moins une personne dans cette équipe, s’ils voulaient le manipuler aussi à leur tour. L’homme partit. Heureusement pour eux. Pharell n’avait aucune envie de détruire des corps pour protéger ses coéquipiers… et elle n’avait même pas commencé à faire des recherches sur le pseudo-phénix qui se trouvait dans l’île. Quand Grigore la prise contre lui, elle ne dit rien… Son pressentiment était sur l’ambassadeur ? Ou sur la sirène ? Elle n’avait aucune envie de voir la mort de l’incroyable créature… mais elle se doute qu’une autre personne était bien plus motivé à la protéger qu’elle.

- Ne t’en fais pas, fit-elle en chuchotant vers le vampire, je ne risque rien.

Même si Wald venait à la tuer… elle aurait un peu mal, mais après une petite combustion, pouf, elle serait comme neuve. Elle n’avait pas peur. Pourtant, elle resta contre le vampire et attendu. La question la démangea… Est-ce que Wald était amoureux ? Quand elle le regardait, elle trouvait que la réponse était évidente… mais alors pourquoi lui avoir fait tout ça depuis le début ? Elle avait bien compris que le métamorphe ne faisait que repousser la sirène. Une fois seule avec le vampire, elle ne pu s’en empêcher.

- Donc, il l’aime ? questionna-t-elle.

Elle ne pense pas qu’un jour quelqu’un s’inquiète comme ça pour elle. Surtout qu’il fallait y aller pour la tuer. Elle ne risquait « rien ». Et elle mettait de côté le fait que ça pouvait faire mal, de se faire tuer encore et encore… ou bien du bien, d’avoir quelqu’un qui s’inquiète pour elle. Puis, elle se retourna quand le médecin légiste arrive. Il était arrivé en sueur pour les aider. Pharell avait l’impression qu’au délà de son attraction de sirène, Murasaki avait bien plus d’allié que ce qu’elle ne semble le penser. Elle finit par trouver le SMS de la part de Grigore sur le téléphone de la sirène. Elle ne sait pas si elle devait prévenir le vampire tout de suite… Elle était allé là-bas parce qu’elle pensait que Grigore voulait l’aider. Elle finit par lui dire un peu à l’écart. Les sentiments des hommes étaient compliqués.

*
La sirène, d’ailleurs, était restée au fond du lac. Elle avait enfoncé des algues dans sa plaie qui la faisait souffrir comme jamais. Entre son cœur qui souffrait, sa tête qui allait exploser et ça… elle avait l’impression d’être devenu une poupée désarticulée. Elle avait l’impression… elle devait faire quelque chose pour Grigore. Mourir, elle avait accepté son sort. Après tout, n’avait-elle pas menacé, encore une fois, de tuer Wald s’il ne le faisait pas ? Mais il fallait qu’elle prévienne pour Grigore. Elle devait le protéger. Comme une imbécile, elle avait laissé son téléphone sur les lieux en s’enfuyant… Elle commençait à trembler alors qu’elle utilisa sa queue pour se recroqueviller sur elle. Elle avait enlevé ses habits et les avait jetés. Elle n’avait pas besoin de ça pour mourir. Elle préférait mourir comme ce qu’elle était. Une sirène. Pas une foutu flic qui travaillait pour un foutu métamorphe aussi stupide que ses pieds. Elle le déteste.

Elle eut un frisson de peur et de tristesse qui la parcourir, même au fond de l’eau. Elle entendit la voix de Wald. Mais il ne pouvait pas être là… pas déjà… elle eut un petit bruit ressortissant de sa gorge. Elle allait déjà mourir. Parce qu’elle l’avait dit, qu’elle le tuerait. Elle avait été si en colère, encore. Elle avait essayé d’être en colère. Mais en réalité, elle ne l’était pas. Elle n’était plus qu’une boule de douleur et de tristesse. Elle déplia sa queue, laissant ses sens revenir doucement alors que sa plaie continuait de saigner. Elle avait le choix. Rester enfermer, attendre qu’il vienne la chercher pour la tuer… ou faire face, prévenir de protéger Grigore et attendre la mort, ensuite. Elle sortit de l’eau en faisant revenir ses jambes pour marcher jusqu’à lui. Son corps était tout cassé par la souffrance. Le sang se remit à couler comme il le fallait de son épaule, dégringolant sur le sol en coulant le long de sa peau. Ses cheveux se collaient sur son corps, cachant à peine ses zones intimes. Mais de toute façon, vue sa posture, elle n’avait rien de la fringante et attirante petite sirène. Elle n’essaya même pas. Elle avait dit, elle abandonnait.

- Avant que tu me tues, il faut que tu saches que Grigore est en danger. Tu dois le protéger, d’accord ? dit-elle d’une petite voix triste, et tant pis pour moi…

S’il la tue, alors les méchants penseront tout simplement que Wald avait fait ce qu’il fallait… et il pourrait protéger le vampire en faisant ça. Même si Wald ne l’aime pas… Même si Wald ne l’aimera jamais… il aimait Grigore. Et elle faisait confiance à Wald pour protéger ceux qu’il aime, même si elle n’en faisait pas parti… Et c’était tout ce qu’elle avait envie de dire, maintenant. Elle ferma les yeux. Elle ne pouvait plus le voir. Elle ne voulait plus le voir. Elle l’aimait tellement que ça faisait mal, son cœur continuait de saigner et les larmes menaçaient encore. Elle se sentait pathétique en plus d’être humilier. Elle attendait la fin. De toute façon, elle ne voit pas comment elle pourrait vivre sans lui.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Dim 12 Mai - 21:25
Sans répondre, Grigore avait jeté un regard équivoque à sa nouvelle partenaire. Elle était typiquement son genre de femme, quoiqu'il appréciait le petit côté teigneux qu'elle pouvait avoir. S'il ne s'était pas interdit de coucher avec ses collègues -ce qui en réalité était une excuse pour justifier ses refus à Murasaki alors qu'il ne voulait simplement pas que Wald lui arrache la tête, il aurait pu lui faire l'amour là, plaquée contre le mur et les crocs plantés dans sa jugulaire. Les sorcières n'avaient pas bon goût, encore moins une pyromane, mais l'excitation lui permettait généralement de passer outre, il ne boirait tout simplement rien... Le truc, c'est que ce n'était pas du tout le moment de penser à ça.

"Non, grommela-t-il en fouillant une dernière fois ses poches. On me l'a pris."

Grigore ne perdait jamais rien, au contraire. Comme beaucoup de vieilles créatures, il avait débloqué quelques tocs d'accumulation qui l'incitaient à amasser tout un tas de merdouilles inutiles. Et comme il était maniaque au possible, tout était scrupuleusement organisé, il vérifiait même régulièrement la présence de ce qu'il devait avoir. Tout était scrupuleusement réglé, encore plus en mission.


Wald et l'ambassadeur partis, le vampire grommela dans une langue incompréhensible avant d'entraîner la nouvelle recrue dans son bureau où se trouvait déjà Nelson, affairé sur un ordinateur. Il s'installa sur son siège en invitant Pharell à le rejoindre, et échangea un regard complice avec son ami silencieux avant de répondre à sa question.

"Il l'aimait avant même de la rencontrer, en réalité. Même s'il a grandi sur l'île, il est avant tout originaire d'une tribu amérindienne dissimulée quelque part dans la forêt amazonienne, et ce n'est pas un garou mais un changeur. Ses parents lui ont enseigné toutes leurs traditions et, à sa majorité, il est parti en voyage pour rencontrer le reste de sa famille et le chaman de la tribu. Celui-ci a eu une vision à propos de sa future compagne, la dernière sirène d'Hawaii. Il n'avait que sa description comme éléments de recherches, et après l'armée il a passé des années pour retrouver sa trace... Et il l'a ramenée ici."

Comme ils avaient le téléphone de la sirène, une goule au grand coeur en soutien et Nelson, Grigore prit la tête des opérations. Il demanda à la sorcière de fouiller le téléphone de Murasaki -le mot de passe étant la date de sa rencontre avec Wald, que le vampire lui transmis- pendant que Nelson piratait les caméras de surveillance de la zone. Le médecin légiste se retrouva à passer quelques coups de fil, et le vampire se mit à réétudier le dossier au cas où un élément leur aurait échappé. Quand tout le monde fut attelé à une tâche, il se rapprocha de Pharell pour continuer son explication.

"On a eu une mission en Irak il y a dix ans, et ça ne s'est vraiment pas bien passé. Wald, Nelson, deux autres gars et moi, on s'est retrouvés prisonniers de guerre. On a... subi pas mal de trucs, et ça a profondément affecté Wald. En fait, il a carrément développé une sorte de double personnalité, mais il n'y a pas que ça. C'est un métamorphe buse non pas par la génétique mais parce qu'il s'agit de son animal totem, et lorsque sa deuxième personnalité émerge... Il n'est plus une buse mais un lion. Il est beaucoup plus dominant, plus brutal, sauvage et même cruel. Et surtout, il est affreusement jaloux et possessif, or la nature même de Murasaki amène d'autres que lui à lui tourner autour. Elle réveille ce qu'il hait le plus chez lui, et il craint de tuer tous ceux qui l'approchent, de ne pas se contrôler... Il a peur de blesser des innocents mais aussi de l'enfermer d'une certaine manière, alors il a préféré la repousser jusque-là. Pour ma part, je crois qu'avoir Murasaki pour compagne fera émerger un nouveau Wald, une fusion des deux personnalités, et lui apportera l'équilibre qui lui manque. Pas tout de suite, bien sûr, il faut toujours du temps pour ces choses là."


Debout devant l'étendue d'eau, Wald attendait. Il avait conscience d'avoir vrillé pendant le rendez-vous, quand il avait écarté les cuisses de la sirène pour exposer son intimité à un ennemi. Si d'ordinaire il était doux et patient, sa deuxième part n'en était rien. Les plumes avaient laissé place aux poils, et d'ailleurs ses yeux étaient cerclés d'or, signe que la Bête n'était pas loin. Wald le lion ne réfléchissait pas de la même manière. S'il avait pris totalement le contrôle lors du rendez-vous, il aurait tout bonnement baisé la sirène devant le vampire pour le faire mourir d'envie. La buse était affectueuse et romantique, le possessif et caractériel. Le Wald ordinaire voulait faire l'amour à la sirène, la couvrir de tendresse, alors que le Wald guerrier voulait l'imprégner de son odeur et montrer à tous qu'elle était sienne, l'exposer sans laisser quiconque l'approcher. Voilà exactement pourquoi il s'était retenu tout ce temps, parce qu'il respectait trop Murasaki pour lui imposer un tel traitement, il ne voulait pas l'utiliser à son bon gré devant public juste pour montrer qu'elle lui appartenait. Sauf que les limites avaient été franchies et qu'il n'y avait plus de retour en arrière possible. Elle était à lui, elle l'avait même dit, et le lion ne la laisserait jamais repartir.
Il resta silencieux tandis qu'elle sortait de l'eau, nue et à peine couverte par ses longs cheveux si particuliers. Sur le moment, rien d'autre n'avait plus d'importance qu'elle. Qu'importe Grigore, qu'importe l'enquête. Il s'approcha à pas lents, comme un prédateur près à bondir sur sa proie... Et d'un coup il l'attira contre lui, une main lui enserrant la gorge, l'autre tirant sur ses cheveux pour la contraindre à maintenir la tête levée afin qu'il puisse plonger ses yeux dans les siens. Sa voix avait pris un voire deux octaves de plus sous le coup de l'émotion.

"Si tu tentes encore de t'enfuir, je te punirai sévèrement. Tu es à moi, Murasaki. Je t'interdis de m'abandonner à nouveau."

Et sans plus de cérémonie, il écrasa ses lèvres contre les siennes dans un baiser aussi bestial que passionné. Son baiser était possessif, autoritaire, très différent de ce qu'il était au quotidien... Sauf qu'il était ça, également. Un monstre. Il ne la libéra que lorsqu'il eut besoin de reprendre son souffle, mais il la maintenait toujours par la gorge et les cheveux. Leurs corps étaient si proches qu'elle sentait probablement l'effet qu'elle avait sur lui, car cette fois il ne cherchait pas à se restreindre.

"On a une vidéo de toi s'enfuyant de chez l'ambassadeur des Philippines après qu'il ait été assassiné. Le grand patron est venu nous demander de te retrouver, j'étais sûr que tu serais ici."

Il relâcha ses cheveux pour poser la main sur sa taille, et la main sur sa gorge remonta jusqu'à sa joue qu'il caressa du bout du pouce.

"Grigore, Nelson et la petite sorcière s'occupent de trouver ce qu'il s'est passé. Toi, tu vas monter sur cette moto et on va aller chez moi. Je vais te baiser jusqu'à ce que tu ne puisses plus marcher, puis on essaiera de démêler ces conneries. Mais d'abord, je vais te faire mienne."
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 12 Mai - 22:25

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
Pharell avait remarqué le regard entre Nelson et Grigore… elle avait l’impression d’avoir mis les ailes là où elle ne devrait pas. Elle écouta et s’étonna de ce qu’il lui raconta. Pas sur le fait qu’il était plus qu’un métamorphe, elle l’avait deviné… et elle avait l’impression que c’était quelque chose en commun avec les êtres de cette unité. Grigore était plus qu’un vampire. Nelson plus. Elle plus. Même Murasaki semblait plus. Non. Ce qui l’étonnait c’était les remarques de Wald sur Murasaki, alors même qu’il savait ce qu’elle était pour elle. Pourquoi ?

- Les hommes ne sont pas logiques…, marmonna-t-elle.

Elle suivi les ordres de Grigore sans rien dire de plus. Elle fouilla et trouva, mais le reste continua de faire une analyse dans son esprit. Pourquoi est-ce qu’il avait caché tous ses sentiments à Murasaki ? C’était… comment dire… débile ? Elle n’avait jamais connu l’amour. Pour elle, tout ça était des mots étranges… mais ça ne restait pas logique. Heureusement pour elle, Grigore lui expliqua la suite. Mais elle trouvait cela encore illogique.

- Une buse et un lion, qu’elle marmonne encore. Il n’a même pas conscience qu’elle ne voit que lui ? Je le sais alors même que je suis là depuis peu. Tsss… voilà pourquoi je n’aime pas les esprits.

Elle était un phénix… et elle trouvait que les esprits foutaient la merde… Ils ne pouvaient pas laisser les autres trouvaient leur « autre » tout seul ? Non… mais… Parce qu’elle ne voudrait pas savoir qui elle devait aimer, son âme sœur… Cependant, elle remonta sa main vers Grigore et lui attrapa.

- Si vous avez besoin d’aide pour vous venger, je suis là, qu’elle dit en le regardant avec sérieux.

Parce que Wald avait été traumatisé, mais elle doute qu’il soit le seul. Elle savait ce qu’elle pouvait faire. Elle pouvait aussi soigner les plaies… mais le cœur. Le cœur de Nelson aussi… Pharell se tourna vers Nelson.

- Toi aussi.

Et elle reprit des recherches pour avance. Il fallait qu’elle trouve quelque chose. Et dans ses yeux, une étincelle apparue. Elle n’aimait pas qu’on fasse du mal aux autres… encore moins à eux. Elle l’a décidé.

*

Elle était toute petite, toute fragile. Elle attendait de mourir comme elle l’avait demandé. C’était ce qu’il fallait. Il fallait qu’elle le tue, parce qu’elle ne savait pas ce qu’elle pourrait être s’il la laissait encore en vie. Sauf que ça ne se passa pas comme prévue. Elle ouvrit les yeux et l’observa. Il semblait plus en colère, pourquoi ? C’était lui qui… quoi ? Elle papillonna des yeux. Est-ce qu’elle était morte ? Déjà au paradis là où elle pouvait entendre ce qu’elle voulait désespérément entendre ? Non parce que, clairement, la situation était peut-être étrange, mais ses mots… Et d’un coup, il l’embrassa. Ses muscles se liquéfièrent contre Wald. Elle n’était plus qu’une petite chose molle. Elle répondit à son baiser avec beaucoup plus de timidité. Elle n’était pas sûre de devoir y croire encore. Elle sentait bien qu’il était excité. Par elle ? Pourquoi lui en voulait-il de l’avoir abandonné ? Elle resta sage dans ses bras alors que son esprit se faisait blanc. Elle ne comprenait pas, mais les larmes coulèrent de nouveau. Il la voit. Même si c’était comme ça. Il la voyait. Vraiment. Et il la voulait. Il la voulait vraiment ? Elle ne sentait même plus la douleur sur son épaule. Ne sentait pas la douleur contre sa gorge. Elle ne sentait plus rien. Elle frissonna. Elle était toujours molle, comme si elle n’avait plus d’énergie. Quand il la relâcha, à peine, elle posa une main sur le buste de Wald. Il y avait un cœur qui battait fort. Elle ne comprend pas. Elle l’entend à peine quand il parle du meurtre, mais elle répond machinalement.

- Je te jure que je ne l’ai pas tué, soupira-t-elle alors qu’un frisson de peur lui parcouru l’échine.

Elle repensait à l’ombre qui était venu la percuté, sans avoir le moindre espoir de l’arrêter. Elle. Elle qui était une prédatrice, une combattante. Elle n’avait rien pu faire. Elle voyait encore l’ombre qui était venu mordre la peau de l’homme comme si c’était ses dents… Elle avait peur. Grigore allait mourir. Elle était terrifiée et la proximité de Wald la protégeait. Elle remonta des yeux étonnés vers lui. Vraiment, elle ne comprenait pas. Elle s’approcha et enroula ses jambes autour de Wald pour qu’il la porte. Elle cache son visage dans son cou.

- Tu n’es pas obligé de faire semblant de t’intéressé à moi. Je serais sage, soupira-t-elle contre lui avant d’entourer ses bras autour d’elle. Ne souffres pas à cause de moi. Je sais que tu n’aimes pas me toucher.

Elle soupira contre son cou. Elle n’était clairement pas consciente du danger. Même si elle vibrait de le sentir contre lui, même s’il avait une érection (peut-être avait-il pensé à quelqu’un d’autre avant de venir ?), même si elle le voulait dans son cœur, elle avait un vide dans son cœur qui avait été amené par son abandon. Elle avait abandonné, elle l’avait dit 4 fois. Il n’avait pas à faire semblant pour lui faire plaisir. Pour elle. Elle ne voulait pas ça.

- Je suis désolée d’avoir dit que je voulais te tuer…., murmura-t-elle encore. Tu es la seule personne que je ne pourrais jamais tuer.

Elle resserra ses bras autour de lui. Même s’il faisait semblant, elle comptait bien en profiter de l’avoir contre lui. Pas question qu’elle le lâche sans une bonne raison. Le manque de sang pourrait en être une.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Contenu sponsorisé
Air and seduction (avec Leolyne)
Page 3 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» “Please. I love her.” (avec Leolyne)
» Fire and Immortality (avec Léolyne)
» “Don’t try threatening an Alpha. They don’t like it.” (avec Léolyne)
» Jeu de Séduction [ft Horizona]
» Léolyne - Mamie d'internet is entering the tchat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: