Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 9:38 par Charly

» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyHier à 23:57 par Rein

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Air and seduction (avec Leolyne) - Page 2 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le deal à ne pas rater :
Bon plan achat en duo : 2ème robot cuiseur Moulinex Companion ...
600 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Air and seduction (avec Leolyne)

Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Ven 10 Mai - 23:24
"Ma jolie, aussi mignonne sois-tu, ton sang est infect pour des papilles... disons sélectives. La plupart des créatures aquatiques ont l'hémoglobine imbuvable, et je ne parle pas des créatures liées au feu. Le reste par contre... Et puis tu es bien placée pour savoir que les sirènes sont aussi prédatrices que nous, tu les vois franchement servir de garde-manger aux vampires par simple bonté d'âme ?"

Grigore s'était pris à rire en tentant d'imaginer la scène. Il n'était pas idiot et avait parfaitement conscience que sa collègue était d'une humeur massacrante à cause de Wald... D'ailleurs, il n'avait pas posé sa question impunément et le métamorphe avait sauté à pieds joints dans son piège. Il avait peut-être une piste, mais surtout une collègue furieuse à gérer. Quand celle-ci fit exploser la bouteille, cela lui donna une excuse pour lorgner la poitrine humidifiée de la sorcière en toute discrétion, avant d'évidemment lui proposer d'aller se changer avec un sourire contrit. Le temps qu'elle s'en aille, il retourna voir Wald qui avait regardé Murasaki partir sans un mot.

"Tu ne crois pas que tu abuses un peu, là ?
-...C'est toi qui as fait ça.
-Tu n'avais qu'à réfléchir avant de répondre. Ne franchis pas les limites, Wald. Ça t'en coûtera plus qu'à quiconque."


Ils se fusillèrent du regard jusqu'à ce que le vampire batte en retraite, les mains en l'air en signe de reddition. Wald pesta dans son coin mais n'ajouta rien, du moins jusqu'à réception des messages conjoints de la sirène et du légiste. Dans le genre avoir merdé, il avait fait fort.

Après avoir réglé les derniers détails, il était rentré chez lui avant de se changer. Jean noir, t-shirt blanc moulant, quelques accessoires pour rendre la tenue simpliste un peu plus festive -il avait même mis des boucles d'oreille !- et le voilà fin prêt pour la soirée. Il prit tout de même soin de faire un détour par une boutique de fleurs et choisit une tulipe blanche à accrocher comme une broche sur un vêtement. La fleur du pardon, sa mère le lui avait appris plus jeune. Il avait également préparé un sachet de dragibus contenant seulement des bleus et des violets, il en avait presque toujours dans sa voiture, et accumulait les autres couleurs chez lui... Il détestait ce type de bonbons. Avant même qu'il n'ait pu dire ou faire quoi que ce soit en arrivant chez la jeune femme, elle s'était précipitée dans la voiture avec sa mauvaise tête et sa tenue tout sauf passe-partout. Il soupira longuement, refusant de démarrer sans avoir réparer sa bêtise.

"Je suis désolé pour ce que j'ai dit tout à l'heure, il extirpa la tulipe de son sachet et vint l'accrocher sur la robe de la jeune femme sans lui laisser le temps de refuser, effleurant sa poitrine malgré lui au passage. On va commencer par la première option, j'aimerais éviter si possible de te mettre en danger. Et... Je te propose quelque chose, pour me rattraper. À la fin de cette mission, je t'emmène déjeuner dans le restaurant que tu veux, juste toi et moi. Et peut-être que, si tu es vraiment en colère, j'accepterais de répondre aux questions que tu te poses sur ce que je pense de toi ?"

Il pencha la tête sur le côté en se grattant l'arrière du crâne, mi impatient mi mal à l'aise. C'était quitte ou double, cette proposition... Mais elle l'avait comparé à un hibou, ce qui le vexait bien qu'il n'en montre rien, c'était de bonne guère après tout. Une fois la discussion finie, il démarra en direction du club et se gara assez proche. Galant, il ouvrit la porte de la jeune femme et lui tendit son bras pour l'aider à sortir de là, un petit sourire aux lèvres.

"Dire que je t'avais demandé d'être discrète... Enfin. Essaie de voir si tu reconnais des gens sur place, on va se séparer à l'intérieur de la boîte pour faire un tour et, si on trouve des suspects, tu me les amènes dans la ruelle juste derrière. Ça te va ? J'ai pris ton oreillette et j'active la mienne, on reste en contact quoiqu'il arrive."
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 11 Mai - 0:13

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
Elle bougonne, clairement. Elle ne veut pas l’entendre. Elle. Le. Déteste. Elle l’a dit, non ? Non. Bon. Elle le pense fort en rendant les bonbons chimiques en purée. Les bleus et les violets étaient ceux qui avaient le plus le goût de sucre et de chimie, et elle les aime. Et les mâchouillait la calme. Elle l’entend prendre la respiration pour parler, mais elle s’agace. Elle lui lance un regard noir. Sauf qu’il lui tend une fleur. Et qu’elle sait que c’est un acte romantique des humains… et elle aime bien ça. Elle regarde la fleur, puis Wald, sans savoir ce qu’elle doit lui dire, maintenant. Et il la touche en plus. Il l’énerve. Pourquoi est-ce que ça l’énerve autant ? Ah. Parce qu’il le pensait. Il est juste désolé de l’avoir avouer. Elle soupire et attrape un autre bonbon avant de ranger le paquet… elle le piquerait avant de partir.

- Je suis une sirène, je sais me défendre, contra-t-elle en haussant les épaules, blasée. Et si tu te désistes, je te tue.

Elle veut savoir. Non. ELLE DOIT. Elle doit savoir qu’est-ce qui cloche chez elle. Ou chez lui. Pourquoi ça marche sur Grigore, qui est vieux et vampire en plus, et pas sur lui qui est jeune et métamorphe ? Pourquoi ? Alors. Ok. Mais s’il se désiste, s’il se casse, s’il lui met un lapin d’une quelconque manière, elle le tue. Elle l’aura prévenu. Et il se laissera faire, ou elle se tuerait en essayant. Il finit par partir et elle se mura dans le silence une partie du chemin avant de lâcher un petit :

- Et si tu me dis que c’est parce qu’on est du même sang aussi, je te tue.

Elle le prévient. Parce qu’elle sait que ça sera un honteux mensonge… même si ça semble être une raison possible de pas vouloir coucher avec quelqu’un. Et s’il lui sort cette excuse là, il sera donc en train de lui mentir. Et elle le tue. De toute façon, elle le menaçait tellement souvent de le tuer que ça ne devait plus lui faire grand-chose à ce moche. Mais là, elle était sérieuse. Pour les deux cas. Elle ne serait pas gentille du tout. Ou elle tuera les personnes à proximité. Possible aussi. Parce que. Elle sorti de la voiture et regarde sa tenue avant de plonger sans regard dans le sien.

- C’est discret. Si tu savais ce que j’ai pensé à mettre pour t’emmerder, avant de me souvenir que ça te fait ni chaud ni froid, et que j’aimais pas les gens.

Elle lève les yeux au ciel. Clairement, sa robe était moulante, ses gants de cuire lui donnaient l’air d’une rebelle, elle avait les cheveux blonds qui descendait jusqu’à sa taille. Elle ressemblait à l’image même d’une sirène qui marcherait sur le sol des hommes. Elle le poussa, profitant à peine de sa chaleur avant de rentrer à l’intérieur de la boîte bonté. Bien sûr, elle se fit tout de suite remarquée. Qui ne la remarquerait pas ? Wald. Elle s’approche du bar, et il ne faut pas une seconde avant qu’un premier homme l’accoste. Elle l’envoie balader avec assez de fermeté pour qu’il ne revienne pas, mais avec assez de susurre dans la voix pour qu’autour, on prenne ça pour un défi. Elle avait conscience d’être écouté par Wald, et elle était agacé de savoir que rien de ce qu’elle pourra dire ne le fera réagir, comme toujours. Grr. Un homme finit par lui mettre la main sur la cuisse. Elle l’hypnotise pour qu’il est terriblement envie d’aller se soulager aux toilettes mais une fois fait, s’endorme la bite à la main sur le trône. Non mais. On ne la touche pas. Elle renvoya plusieurs hommes et même plusieurs femmes. Jusqu’à ce qu’elle trouve une proie : un tigre. Elle le reconnue tout de suite d’une des vidéos… pour cause, elle avait eu un petit moment de fantasme à imaginer Wald à la place de cet homme, et elle à la place de la morte. Elle s’approche de l’inconnu, et sa voix montrait toute l’attraction d’une sirène.

- Tu es un métamorphe, n’est-ce pas ? murmura-t-elle à son oreille.
- Oui, ma beauté et tu es ? répondit-il en plongeant tout de suite son regard dans son décolleté.
- Intéressée, fit-il avec un petit rire cristalin avant de poser elle-même la main sur son avant bras pour lui caresser la peau, il paraît que les méta mordent leur partenaire, c’est la vérité ?
- Oui, on aime ça. C’est la preuve que tu es ma chose, roucoula l’homme avant que Murasaki éclate d’un nouveau rire charmeur.
- J’aimerais être ta chose.
- Tu es qui ?
- Moi ? Juste une personne particulièrement attiré par un certain type de vidéo, qu’elle chuchote à son oreille alors qu’elle sent la chair de poule qui le parcourt.

Le poisson est hameçonné, ne reste plus qu’à tirer. Sauf qu’un autre homme arrive. Oh. Un autre d’une autre vidéo… un puma. Elle mima un frisson de plaisir anticipé qui la parcours. Si elle savait en théorie ce qu’était un orgasme, elle n’en avait jamais réellement ressenti. Elle s’amuse de ses proies, mais elle pouvait le singeait. Ou singeait un intérêt.

- Deux, qu’elle susurre, c’est encore mieux.
- De quoi ? fit le second à peine arriver alors que Murasaki prit la main du premier dans la sienne.
- Ta gueule, Mike. Dis juste oui.
- Oui, répond Mike docile… Murasaki aurait adoré le soumettre et le tuer. Dommage.
- Où ? reprit le tigre.
- Suivez-moi. Je vais combler deux fantasmes du même coup. Trois. Les morsures, les deux partenaires et le risque d’être attraper en public dans la ruelle.

Et quand elle se leva, les deux toutous la suivirent tout naturellement. Elle sortit dans la ruelle alors que le tigre, dont elle ne connait pas le nom et s’en fou, attrapa sa taille pour la rapprocher de lui par derrière. Une érection dans le pantalon qui devait être très douloureuse. Elle sourit.

- ça, fit-elle assez fort pour que Wald l’entend même sans oreillette, c’est une réaction normale.

La porte était claqué par le Mike qui avait clairement encore rien comprit. Elle pense qu’il était à l’ouest le petit zoziot… et le tigre qui se frotte à elle. Elle a un frisson de dégout. Les hommes la dégoutent.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Sam 11 Mai - 0:48
"Ça fait bien longtemps que plus personne dont je partage le sang ne parcourt ce monde, tu sais. Je serai honnête, je t'en fais le serment."

Elle s'était un peu apaisée, et il sourit de bon coeur cette fois. Il n'était même pas triste de sa révélation, bien qu'il n'avait pas du tout envie de s'étendre sur le sujet. Même si elle bouda une bonne partie du trajet, elle n'était plus aussi tendue qu'au moment où il l'avait récupérée devant chez elle. Quand elle signifia que sa tenue n'était pas si voyante, il se contenta de soupire d'un air amusé. Elle aurait rayonné dans un sac poubelle, alors dans cette robe...

Dès lors qu'ils furent dans la boîte, ils se séparèrent. Murasaki avait une vision d'ensemble depuis le bar, tandis que Wald fendait la foule aussi discrètement que possible, à la recherche d'éventuels suspects. Il repéra le puma avant qu'il n'approche de la demoiselle -dont il suivait la conversation avec intérêt- et fut dehors en moins de deux afin de les attendre dans la ruelle. Il s'était mis à l'abri du vent pour ne pas être trahi par son odeur, et comptait -à raison- sur le charme de sa collègue pour que sa présence soit oubliée. Évidemment, elle ne put s'empêcher de lui envoyer une pique, encore. Ce n'était pas le moment d'y répondre. Le puma eut à peine le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'il se retrouva plaqué contre le mur, un flingue braqué sur la tête. Le tigre se retourna en grondant avec une vivacité qui aurait pu couter une main au policier, sauf que la dite-main était armée d'une lame d'argent qui brûla la peau du félin.

"Qu'est-ce que...
-Police. Si tu bouges, je tue ton pote, et elle elle te tue toi.


Le tigre insulta la sirène en lui jetant un regard mauvais sans pour autant montrer de signe de fuite. La façon dont il regardait Wald signifiait qu'il avait compris à quel département il appartenait, et à quel point il était dans la merde. Le puma tenta vainement de se débattre, mais se prit simplement un coup de poing sévère en plein visage. Quand notre animal totem est peu impressionnant, il faut savoir envoyer de sacrés crochets du droit pour se faire entendre.

"Leivie Smith, ça vous dit un truc ?
-J'vois pas d'qui...
-Si tu me mens, je te tire une balle dans les couilles, c'est clair ?
-Hé mais vous êtes flics, vous pouvez pas faire ça !
-Si t'es mort, qui portera plainte ?


Le puma affronta son regard un instant mais Wald était bien plus dominant que lui, si bien qu'il détourna la tête et cessa de résister.

-Leivie Smith, donc.
-...Ouais, on la connaît. Elle a couché avec un de nos dealeurs pour avoir des avances sur sa came mais elle remboursait jamais, il l'a emmenée voir le patron pour trouver un arrangement. Quand on lui a proposé de devenir l'une de nos actrices en échange de sa dose, elle a tout de suite sauté sur l'occasion...
-Elle était sacrément bonne la garce !
-Toi, tu la fermes à moins de dire un truc intéressant.
-Tss.
-Donc ? Il s'est passé quoi ?
-..Le truc classique des salopes en manque, elle a prit une trop grosse dose et elle nous a claqué dans les pattes. En plein tournage, putain ! On nous a commandé un film pour la semaine prochaine et notre actrice nous a claqué dans les pattes. C'était dégueu en plus...
-Et pourquoi la zombifier ?
-Ah ça... Bah, c'est le fils du patron qu'a proposé ça. La zombifier pour finir le film avant qu'elle soit pourrie... Franchement, personne voulait le faire, on est p'tètre pas très moraux mais faut pas pousser les limites. Le truc c'est qu'elle a été transformée quand même "pour voir" qu'il a dit. Il l'a renvoyée dans la boîte pour qu'elle trouve un client d'une nuit histoire de voir si c'était dupe. Spoiler, personne l'a été, du coup il a arrêté l'enchantement et l'a laissée tomber en plein milieu de la piste."


À mesure que le tigre parlait, Wald se renfermait. Il ne dégageait plus grand chose, il n'était... plus tout à fait là. C'était soit ça, soit tuer ces pourritures sur place. Il ne put se retenir de leur envoyer un poing à chacun jusqu'à les faire tomber au sol, puis se tourna vers la sirène, les yeux noirs de colère.

"Fais-leur croire qu'ils se sont battus pour toi et que pendant ce temps tu as reçu un appel de ton boss. Dis-leur que tu appartiens à Walhid Menesiera et qu'il cherche à s'associer avec leur boss en lui fournissant des filles de toute espèce possible pour ses films. Glisse un papier avec mon numéro dans la poche du tigre, puis renvoie-les à l'intérieur après leur avoir fait croire que tu es partie en taxi. Qu'ils oublient que j'étais là."

Ce plan ne lui plaisait pas DU TOUT, sauf qu'il avait réfléchi sur l'instant et ne voyait pas de meilleure solution. Walhid Menesiera avait l'avantage d'exister officiellement : c'était une identité de couverture qui datait de son époque chez les Navy Seal, et qu'il avait continué d'entretenir avec un vieil ami. S'il ne commettait aucun crime réel, des traces dissimulées ci et là sur le dark web disaient le contraire, c'était la seule chose importante. Et comme personne ne connaissait son visage, pas de soucis de reconnaissance par un criminel depuis son arrivée à Hawaii.[/b][/b]
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 11 Mai - 1:20

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
Alala, les hommes et leur manière de faire rustique. Pourquoi toujours se battre ? Bon. Elle serait bien plus heureuse si Wald s’était battu pour elle, mais non. Pff. Elle se pousse et bloque le passage avec un regard de prédatrice sur sa proie. Héhé. S’il bouge, elle le tue. Quand Wald donne l’autorisation, elle se sent toujours d’une très bonne humeur. Elle se pose contre le mur et observe en silence. Elle avait envie de le manger, et pas les deux métas moches, hein. Elle parlait de toujours le même quand manger allait de pair avec le sexe. Elle soupire. Ce soir, il a plutôt intérêt de lui dire ce qui cloche chez elle, sinon, elle allait le bouffer. Elle essaie de se concentrer sur les paroles, mais y Wald. Sérieusement, qui en voudrait à une sirène d’être déconcentrer quand un homme comme lui apparaît. Il était plus masculin que tous les tritons de l’océan. Elle n’avait jamais connu cette sensation de puissance dans son peuple. Ils étaient filou, manipulateur, enchanteur, mais pas viril.

Bref, elle soupire. Viril, mais con certainement. Et pas gentil. Et pas intéressé. Elle grimace en se souvenant de son « autre ». Celui avait qui elle aurait dû s’accoupler pour faire des bébés mi-poisson. Brrr. Surtout que le sexe, sans jambe n’était pas exactement comme on l’imagine. Y avait rien de fun. C’était un échange de … vase ? Brrr. Elle préfère la méthode humaine dans ce cas, exclusivement.

Concentration on a dit. Murasaki était « heureuse » d’apprendre que la jeune femme n’avait pas été violée. Même si elle s’en fou de sa mort, elle n’avait pas envie que sa vie soit plus triste encore. Brrr. En plus, elle finissait par la trouvait pathétique et à plaindre. Non mais vraiment. Les humains et leur idée de sentiment à la con. Elle se demandait simplement comment on pouvait tomber aussi bas. Comment on pouvait se laisser faire comme ça ? Si elle avait eu une amie pour parler ? Est-ce que ça pourrait arriver à Pharell ? Pourquoi elle pensait à la petite sorcière ? Parce qu’elle était une petite chose fragile dans les yeux de Murasaki. Au lieu d’être en colère, elle se sentit triste. Cette gamine aurait dû être une sirène. Les sirènes souffraient moins. Elle passe une main sur l’épaule de Wald et le regard avec compassion.

- Je vais le faire Wald, fit-elle avec une voix douce, pas sa voix de sirène mais clairement une voix plus calme que d’ordinaire pour essayer de l’apaiser, je te rejoins dans la voiture…

Elle fit une caresse sur son épaule, plus pour le pousser et lui dire que tout irait bien. Les morts sont morts. Elle avait appris ça le jour de Pearl Harbor. Même si sa militaire n’avait été qu’un mirage, un désir de rencontre, Murasaki avait toujours eu un petit pincement au cœur de celle qu’elle n’avait jamais pu rencontrer. Les morts étaient morts. Et si on laisse la colère dirigeait notre vie, pour des gens qui n’existent plus, alors on peut perdre la tête. Déjà que la colère faisait perdre la tête. Elle le laissa partir et fit exactement ce qu’il dit… à une exception près. Une fois le message de Wald passait, elle passa une main sur le visage des deux hommes. Une main incroyablement douce, comme si elle voulait les protéger alors qu’elle rentrait un peu plus fortement dans votre esprit.

- Vous êtes devenu impuissants. Vous n’avez plus de désir pour le sexe, même pas avec du viagra, elle s’approche jusqu’à leur susurrer avec plus de passion encore, plus jamais.

Bon. Elle savait que son hypnose pouvait ne plus fonctionner à un moment. Si une autre personne utilise une hypnose plus forte, ou si eux ont un esprit plus fort (peu probable) ou simplement avec le temps (mais s’ils se remettent à bander à 85 ans, ça va pas les mener loin). Elle sourit encore avant de les laisser repartir comme Wald l’avait demandé et de glisser le numéro (qu'elle connaissait par coeur, même pas besoin de réfléchir). Elle le rejoint. Elle regarde son expression et se demande quoi faire pour l’apaiser. Alors, elle prend la fleur contre son cœur et l’épingle contre celui de l’homme. Elle pose ses mains sur son buste avant de les enlever rapidement. Si la fleur l’a calmé, ça peut être le calmer, lui aussi, non ? C’était à essayer. Elle aimerait le prendre dans ses bras. Lui dire de ne pas prendre le malheur des autres pour le sien. De ne pas se mettre en colère pour ce dont il ne peut rien. Mais… elle sait qu’il ne veut pas ça d’elle. Il ne veut rien d’elle.

- On doit rentrer au Q.G. on a une rencontre à préparer… mais ne crois pas que j’ai oublié notre repas, ça sera juste… mh… plus tard.

Même si le repas était à deux heures du matin, ça lui va. Tant qu’il va bien. Ouais. Elle voulait de lui à ce point. Même si elle ne réalisait même pas le véritable sentiment sous tout ça. Elle l’avait déjà vue en colère. Et il s’apaisait tout seul. Il n’avait jamais besoin d’aide, mais elle aimait croire que ses bêtises l’apaisaient parfois, aussi. Bah. Elle pouvait y croire, non ? Y a qu’elle que ça blessait à la fin.
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Sam 11 Mai - 22:17
Le secret de Wald, connu uniquement de Grigore et de Murasaki jusqu'ici, était qu'il n'était pas un garou mais un changeur, descendant d'une tribu amérindienne vivant en autarcie dans le fin fond de la Colombie. Cela lui donnait l'avantage de ne pas être soumis à l'attraction de la lune, de changer sans douleur et d'avoir un meilleur contrôle de lui-même, mais certaines choses lui faisaient péter les plombs. L'idée même qu'on ait zombifié une jeune femme pour tenter de... l'utiliser malgré tout, ça le révoltait. Si leur mission n'était pas aussi importante, il aurait probablement tué les deux félins dans la ruelle sans autre forme de procès. D'ordinaire, hormis les affaires concernant des enfants, il n'était jamais aussi instable.
Il se rendit dans la voiture sans demander son reste, conscient que la sirène pouvait très bien se débrouiller sans lui. Il avait besoin de se détendre, jamais il ne pourrait se coucher dans cet état. Dès qu'il aurait déposé la jeune femme chez elle, il partirait probablement courir un peu, voire voler, jusqu'à être assez exténué pour s'endormir comme une souche en rentrant. Il pousserait peut-être le vice jusqu'à survoler la maison de l'ambassadeur et la jungle alentour, juste au cas où... Il s'était un peu apaisé le temps que sa collègue revienne, et son geste avec la fleur le fit sourire. Elle était mignonne quand elle le voulait. Il soutint son regard sans un mot pendant quelques instants, songeur, avant de démarrer en direction du Q.G.

"Envoie un message à Grigore, on se rejoint dans la salle centrale. À Pharell aussi, on risque d'avoir besoin d'elle. Et ne t'inquiète pas pour le repas, on fera ça dès que cette affaire sera bouclée."


Le vampire était déjà présent quand Wald et Murasaki arrivèrent. Ils attendirent Pharell avant de s'installer sur la table centrale, Wald étalant divers documents et images concernant son affaire. Après avoir jeté un coup d'oeil à son équipe, il exposa les faits.

"Bon, on a une fille d'ambassadeur étranger qui bossait comme actrice porno pour un groupe lui refilant de la drogue en échange. Elle est morte d'une overdose, a été zombifiée pour une... expérience, qui s'est conclue par son cadavre au milieu du carré VIP d'une grosse boîte. Grâce à Murasaki, j'ai pu discuter avec deux des types qui bossent pour ce groupe, ils avaient un tatouage caractéristique en forme de méduse à la base du coup, j'ai envoyé un message à un indic pour avoir des infos. Apparemment, des films peuvent être commandés mais ils ont perdu leur actrice principale et doivent livrer un nouveau film pour la semaine prochaine, ils recherchent une actrice.
-Tu veux infiltrer Murasaki comme remplaçante ?
-En fait, je pensais plutôt à Pharell. Je pense que son côté plus... innocent, attirera davantage vu le contenu de leurs productions.
-Pardon ?


Vu le regard sévère que le vampire lançait à son supérieur, il n'était pas DU TOUT d'accord pour envoyer la nouvelle au casse-pipe. Wald grimaça mais se tourna tout de même vers la jeune femme.

-Je leur ai donné le nom d'une double identité que j'utilise depuis quelques années, un trafiquant d'êtres plus ou moins humains qui chercheraient à s'immiscer dans le milieu pornographique. Si mon appât fonctionne et que ça mord, j'organiserais un rendez-vous et ce genre là est toujours très... Gros cigare, whisky, filles qui se trémoussent voire qu'on caresse tout en discutant. Ça peut être assez éprouvant, surtout qu'on ne se connaît pas bien, et crois-moi je ne veux rien t'imposer. Tu es parfaitement en droit de refuser."

Il allait ajouter quelques mots, mais fut interrompu par la sonnerie d'un deuxième téléphone portable dans son bureau. Wald se leva d'un coup pour aller répondre, rendant sa voix légèrement plus rauque au passage.

"À qui ai-je l'honneur ? Mh, oui, je vois je vois. Oui en effet. Ah ah, vous me prenez pour un lapereau de six semaines ? Voyons mon cher, je suis de la vieille école ! Oui.. Oui. C'est possible oui. Non, je préfèrerais que nous nous voyons au Rosie's. Le terrain est neutre et attire énormément de flicaille, ce qui nous protège vous et moi. Non. Non. Oui en effet. Bien sûr que non ! Un homme de main chacun, et peut-être une ou deux marchandises histoire de se... divertir. Cela vous convient ? Très bien. À demain très cher."

C'était allé plus vite que prévu, mais c'était une bonne chose. Wald nota deux-trois informations avant de revenir, conscient que Grigore avait pu suivre sa discussion sans problème.

"Déjà ?
-Je pense qu'ils sont vraiment désespérés. Et Murasaki correspond à ce qu'ils cherchent, c'est pour ça que je ne veux pas l'emmener sur place. Même si le Rosie's est sécurisé, je préfère ne pas prendre le risque qu'il l'enlève... D'où ma volonté d'y aller avec une autre femme."
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 11 Mai - 22:55

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
- Je ne m’en fais pas. Si tu ne tiens pas ta promesse, je te tue, je gagne dans tous les cas, fit-elle alors qu’elle envoyait déjà un message aux deux policiers restant de leur brigade.

Avec un petit message en plus pour Pharell, qu’elle l’attend dans le vestiaire des femmes, héhé… Quand Murasaki avait une idée quelque part, elle ne l’avait pas ailleurs. Elle laissa les deux mecs le temps de se changer et trouva la petite sorcière comme prévu. Avant de dire quoi que ce soit, Murasaki arriva par derrière et attrapa la poitrine de la jeune femme pour en vérifier la taille. Une fois sûr qu’elle avait une plus petite poitrine, elle fit un sourire et repartit comme si elle n’avait rien fait… Laissant un Pharell pas certaine de ce qu’il venait de se passer et qui finit par la suivre. Une fois revenue, Pharell envoya un regard suspicieux vers Wald. La sorcière de feu avait bien compris que la sirène réagissait ainsi face à des paroles / remarques de leur boss… mais si la bouteille d’eau avait été à cause de son « autant »…. Pourquoi venait-elle de se faire palper la poitrine ? Elle se concentra comme Murasaki sur les informations sur leur enquête.

Elle écouta tout ça et haussa un sourcil quand le chef proposa de l’envoyer comme actrice porno. Alors, déjà, son côté innocent, elle l’avait puisque Murasaki était la première personne à toucher son corps comme ça, de sa vie. Et elle avait seize siècles… mais de solitude, alors bon. Cependant, le sourcil n’était pas réellement pour son innocence évidente, mais plutôt pour savoir comment la sirène allait lui faire payer l’outrage de Wald. Elle l’écouta simplement, comme l’aurait fait une bonne personne, une sorcière qui vient juste de commencer à travailler et avait besoin d’argent… mais Pharell n’était pas une sorcière qui avait besoin de quiconque pour vivre. Elle allait lui répondre, cherchant à être le plus normal possible.

Elle jeta un regard vers Murasaki et Pharell se dit que ses yeux auraient pu allumer un incendie. Elle voyait, littéralement, les flammes de la colère coulaient dans ses yeux. Elle se rapproche instinctivement de Grigore. Si quelqu’un devait se faire mouiller, ça doit être lui. C’est lui qui n’était pas nouveau dans la bande, non mais… En plus, le chef parti répondre au téléphone. Pharell pu entendre distinctement le :

- Je vais le tuer…, souffler par la sirène alors qu’elle suivait leur chef des yeux. La sirène se tourna vers Pharell, qui s’approcha un peu plus de Grigore. Non, cette fois encore, elle a rien fait.

Murasaki pinça simplement les lèvres alors que la colère continuait de danser sur son visage… et Pharell pouvait comprendre ce que voulait dire les gens quand ils parlaient des sirènes qui faisaient peur. Quand Murasaki était charmeuse, enchanteresse, dragueuse, son visage était d’une beauté magique. Quand elle avait le visage déformait par la colère, sa beauté était augmentée par la lueur dangereuse dans ses yeux. Elle était belle. Mais elle pourrait donner des cauchemars à n’importe quel homme, en plus des rêves érotiques. Pharell eut l’impression de voir une veuve noire… ou une mante religieuse. Elégante, mais mortel. Quand le chef revient, elle décida qu’elle refusait catégoriquement de devenir l’ennemi d’une personne capable de la sauver si elle se faisait kidnapper par des humains et enfermer. Nope.

- Murasaki est belle, commença Pharell en le regardant dans les yeux, et avant tout à l’heure, personne ne m’avait jamais caressé la poitrine.
- Ce n’était pas caresser ça, se défendit Murasaki, c’était vérifier la taille. Pour un projet de recherche.
- Bref. Je serais incapable d’être…sexy, attirante, ou intéressante. Même si vous me mettez à poil. Pas autant qu’elle, Murasaki est au-dessus. Et avec une femme comme elle, certainement qu’ils auront le cerveau grillé pour voir les incohérences.
- Oh ! Toi, je t’aime, fit Murasaki en s’approchant pour enrouler Pharell et la prendre dans ses bras comme si elles étaient devenues rapidement les deux meilleures amies du monde. Et s’ils m’enlèvent, il suffira que je leur chante une chanson.

Elle garda la petite sorcière dans les bras, la callant entre sa poitrine. Pharell rougit. Non pas de la proximité de ses seins, mais surtout parce qu’elle n’avait pas réellement l’habitude d’être prise dans les bras… Jamais. Elle observe son chef. Il était mignon… mais se faire caresser par l’homme, ça ne l’intéresse pas plus que ça. Pharell avait rapidement compris que l’amour de la sirène pour son boss pourrait lui être utile pour être oublié… elle n’avait pas pensé être remarqué. Murasaki, elle, toisait son chef. Parfois, il refusait qu’elle fasse des choses dangereuses, comme s’il était réellement inquiet pour elle. Et parfois, il donnait l’impression qu’elle n’existait même pas. Alors, pour une fois qu’elle allait avoir l’occasion de le coller pour être sa distraction rien qu’à lui… elle veut. (et elle ne pense pas réellement aux autres… elle se dit qu’elle supporterait quelques mains baladeuses si elle peut avoir Wald… même si l’idée la révulse au plus au point. Elle, touche. Elle ne se laisse pas toucher. Sauf Wald. Mais il ne le sait pas encore, puisqu’il n’avait jamais essayé.

- Et justement, il me connaissait. Ils ont dû donner une description. Tu pourrais dire que je suis une fée, une nymphe, ou même une sirène, qu’ils te croiront sans trop de soucis… alors que Pharell… et bien, elle ressemble à une sorcière.
- Ouais… une sorcière, qu’elle murmure avant de regarder son chef… et de faire un tout petit sourire entre l’amusement et la culpabilité.

Elle aurait pu lui dire OK pour le faire. Après tout, même si elle acceptait être moins sexy, étant donné qu’elle n’avait jamais été touchée, elle ne peut pas savoir si elle n’apprécierait pas…. Mais c’était trop tentant de refuser… et puis, elle décide qu’elle aimait bien Murasaki… Juste pour lui avoir appris la sensation des mains sur ses seins… C’était bizarre comme gratitude, mais Pharell s’en fiche, ce n’était que dans sa tête que tout ça se passa.

- Et puis, mes tenues sont à ma taille. Je suis sûre que le département n’a aucune tenue qui soit à la fois sexy, pour une prostituée, et confortable, pour un policier ET à la taille de cette petite chose. Alors que moi, j’ai tout ce qu’il faut.

Des tenues pas du tout discrètes. Niark Niark.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Sam 11 Mai - 23:38
Mi-agacé mi-amusé, le vampire observait le manège de la sirène et de la sorcière. Cette dernière se rapprochait de lui comme si elle comptait se servir de son corps massif comme d'un bouclier, tandis que la première envisageait visiblement plusieurs moyens de réduire à néant leur nouvelle recrue. Il soupira légèrement et s'accouda à la table.

"Respire, Murasaki. Tu sais bien que ce n'est pas de la faute de Pharell, il aurait probablement proposé quelqu'un d'autre si elle n'était pas là, puisque dans son esprit il faut éviter de te renvoyer en mission alors que tu as déjà été vue. Il cherche à te protéger et à régler cette histoire, tout simplement."

Elle ne le croirait probablement pas, mais c'était pourtant vrai. Ça ne l'empêchait pas d'avoir lui aussi quelques envies de meurtre sur son ami... Il aimait et respectait Wald mais, à l'instar de la sirène qui avait fait de lui sa proie, lui-même commencer à envisager Pharell comme un objectif. Autant dire qu'il n'appréciait pas le moins du monde l'idée du colombien en train de la palper -devant un public, en prime !.

"Elle t'a quoi ? Je... Bon, passons, puisque ça n'a pas l'air de te perturber plus que ça je ne vais pas m'y attarder. Mais tu te trompes sur un point, tu es très mignonne et tu pourrais tout à fait remplir cette mission.
-Fais gaffe vieux, tu creuses tellement que tu vas finir par cramer. Je tiens cependant à dire qu'à défaut d'être aussi sexy que Murasaki, tu pourrais l'être de bien d'autres manières... Ne te sous-estime pas,
il lui adressa un clin d'oeil suivi d'un petit sourire charmant, avant de regarder la sirène. Tu restes la plus jolie des sirènes dans mon coeur, ne t'en fais pas !
-Bien, on va faire comme ça. Pharell, tu resteras dans une voiture banalisée dans la ruelle avec une équipe d'intervention, juste au cas où. Grigore te tiendra compagnie, avec son ouïe on peut se passer des oreillettes.
-Et pour ton homme de main ?
-..Je pensais demander à Nelson. Si le groupe est constitué de vampires, je pense qu'ils verront d'un mauvais oeil que j'en ai un comme larbin.
-Bonne idée. Allez p'tite sorcière, viens avec moi, je vais te brieffer sur comment ça va se passer pour nous. Autre information, Wald ?
-Pas pour le moment. On a rendez-vous demain soir, on fera le point avant d'y aller."


Dès lors que les deux hors-jeu s'en furent dans le bureau de Grigore, le métamorphe s'assit près de la sirène en la contemplant un moment avant de la confronter, la mine plus dure qu'à l'ordinaire.

"Bon, je compte sur toi, Murasaki. Tu vas devoir jouer une prostituée... soumise, ce mot ne parut pas lui plaire. Il faut que tu les charmes sans cesse, que tu sembles désespérée à l'idée d'avoir des relations sexuelles avec qui que ce soit. Mais surtout... Il faut que tu m'obéisses. N'hésite pas à te montrer tactile avec moi et... et sans doute que je le serai aussi, pour la mission. Ce ne sera pas confortable, je vais devoir te traiter comme un vulgaire objet pour faire illusion. J'en suis désolé d'avance, sincèrement. Mais quoi que je te donne comme ordre, il faudra que tu obéisses sans ronchonner, tu peux me promettre ça ? Mets ta tenue la plus ouverte et allume tout ce beau monde pour moi, okay ?"

L'idée même de la peloter devant public plus ou moins contre son gré lui donnait la nausée. Murasaki était sa collègue, une amie, il n'aimait pas la façon dont il allait le comparer le lendemain... Sauf qu'ils n'avaient pas le choix s'ils voulaient faire tomber ce réseau.
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 12 Mai - 0:13

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
Murasaki envoie un regard noir à son coéquipier vampire. « Il cherche à te protéger ». Il cherche surtout à tester ses nerfs. Un jour, elle allait craquer, le clouer au sol et l’obligeait à la voir, non mais. Mais bon. Grâce à la douce et adorable, et maintenant meilleure amie, sorcière, le problème ne se posait plus. La sorcière releva les yeux vers le vampire.

- Elle m’a…, elle leva les bras et fit pouet-pouet de ses mains avant de les abaisser, et je ne vois pas l’intérêt que ça me perturbe. On a plus important à faire. Je n’aime pas spécialement les zombies.

Pharell, en tant que phénix, avait déjà croisé des zombies pendant une attaque. Des êtres facilement tuables… et surtout morts. Elle se souvient de son père qui avait voulu sauver un zombie à peine mort. Il pouvait le faire. Les phénix pouvaient rendre la vie avec certaines contraintes…. Et le faire sur un zombie, bah ça ne marche pas. Bref. Les morts, sauf les phénix, ça devraient rester inerte… et sauf les vampires. Mais les vampires ne sont pas morts. Elle lance un regard vers Grigore. Et elle finit par capter quelque chose. Le chef a dit qu’elle était mignonne ? Et Grigore aussi ? Elle pouvait être sexy ? Elle pinça les lèvres, clairement pas d’accord mais en rougissant. Et pourquoi il lui fait un clin d’œil d’abord ? Murasaki, elle, sourit avec le charme d’une tentatrice.

- Toi aussi, je t’aime, fit-elle à Grigore pour son compliment. Même si je suis la seule qui te supporterait.

La sirène repensa à leur conversation sur le sang… Elle lui donnerait son sang.Vraiment. Si Grigore en avait besoin, elle accepterait de lui en passer. Mais elle sait que ses sœurs ne supporteraient pas l’idée et n’aimeraient pas ça… Comme il la dit, ce sont des prédatrices et l’idée de s’exsanguiner pour une autre créature ne leur viendrait même pas à l’esprit. Pharell finit par accepter son poste.

- Il faudrait que je sois à l’extérieur de la voiture, précisa Pharell en suivant Grigore, si je veux arrêter des hommes en fuite et utiliser mes flammes, moins j’ai d’obstacles plus c’est facile. Et il faut me préciser si je dois faire attention ou pas.

Sous-entendu, si elle les crame et les tue, c’est grave ? Pharell pouvait faire les deux… mais laisser ses flammes bouffaient totalement sa proie, c’était plus simple que les obliger à rester en vie et juste les bloquer. Elle lança un regard vers Murasaki, puis elle lui fait un sourire. La sirène, elle, tira la langue à son chef avant de le suivre. Il pouvait faire semblant d’être content, non ? Toujours en train de faire le bougon quand il s’agissait de s’amuser enfin ! Elle penche la tête face à son expression et se calme. Il n’avait clairement pas l’air dans son état alors elle pouvait passer sur la nouvelle humiliation qu’il lui avait fait. Elle penche la tête. Elle sourit de contentement à chaque fois qu’il disait qu’il la toucherait peut-être… et en plus, elle avait le droit de le toucher ? C’était une mission de rêve ! Mais elle essayait de tenir son expression. Elle ne voulait pas penser aux autres mains qui risquent de la toucher. Elle ne voulait penser qu’à ce qu’elle pourra, enfin, ressentir dans ses bras. Héhé. Elle cache à nouveau son sourire et étire ses jambes devant elle.

- Arrête de t’en faire. Tu remarqueras que je t’obéis toujours. Même si je trouve tes ordres stupides, insultants ou même que j’ai pas envie…

Ce qui était vrai. Chaque ordre, rien que depuis le début de la journée, avait été suivi scrupuleuse par la jeune sirène. Il a dit d’aller s’habiller, elle la fait. De faire des recherches, de s’occuper du corps, de voir le médecin légiste, de s’habiller à nouveau (même s’ils n’avaient pas la même définition du discret, ça c’était une autre histoire)… elle suivait toujours ses ordres. Sans lui être soumise, elle le faisait… il fallait simplement qu’elle mente un peu pour le reste.

- Il faudra juste que je ne ronchonne pas… mais je serais en mission. J’utiliserais mes pouvoirs à son maximum pour donner envie de coucher avec moi.

Mais bon. Elle n’avait pas peur que ça fonctionne sur Wald, puisque ça ne fonctionnait pas. Foutu moche. Et elle n’avait pas peur d’être toucher par lui… elle doute qu’il puisse lui faire croire avoir envie qu’elle le touche et vice versa. Chaque fois qu’elle avait essayé, elle avait eu l’impression de voir une statue de marbre. Imperturbable. Elle lui touche l’avant-bras et lui caresse la peau doucement.

- Cela ne sera pas la première fois, tu sais, que j’amadoue les hommes. Sauf qu’avant je les noyais. Mais tu peux me faire confiance, même si je n’aime pas leur main, puisque je dois les laisser me toucher, je le ferais. Je ne serais pas un fardeau pour toi.

Elle se lève de sa position, s’étire en mettant ses deux mains contre ses hanches pour les faire craquer avant de lâcher un sourire.

- Tu sais que la tenue la plus ouverte, ce n’est pas de tenue du tout ? Je rigole ne me fais pas un regard noir. Quoi que si, un regard noir est mieux qu’un regard inquiet. Alors, toute nue, c’est bien. Tu auras la surprise, fit-elle par dire en renvoyant ses cheveux blondes pour le moment en arrière. Pour une fois, tu vas me regarder, je ne peux qu’avoir hâte, même si ça sera pas agréable. Alors ne t’en fais pas. Moi je suis toute contente !

Elle n’aimait pas qu’il soit renfrogné comme ça, et s’inquiète. Comme si elle allait le voir autrement pour une mission. Comme si ça ne lui faisait pas plaisir. Non… Wald se prenait trop la tête pour ça. Elle va pouvoir savoir les sensations de ses mains sur sa peau, et ça, ça vaut de l’or. Peut-être même qu’il va l’embrasser. Elle frémit.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Léolyne
Messages : 326
Date d'inscription : 28/09/2022
Crédits : me(rci canva)

Univers fétiche : Fantastique/Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t6253-la-bibliotheque-du-loup https://www.letempsdunrp.com/t5370-leolyne-mamie-d-internet-is-entering-the-tchat
Léolyne
Dim 12 Mai - 0:51
Les deux hommes arquèrent un sourcil en apprenant ce que Murasaki avait fait, sans pour autant faire de commentaire. Si Pharell ne le prenait pas comme une agression, alors ils n'avaient rien à y redire -et finalement, aucun n'était surpris-. Le vampire fit mine d'être touché en plein coeur par l'amour de la sirène, et même de s'évanouir avec une main sur le front d'une façon aussi dramatique qu'étrange du fait de sa carrure atypique. Il l'aimait aussi sincèrement, mais ne l'avait jamais vu comme une possible compagne. Il ne voyait jamais personne comme tel de toute façon, et c'était pour le mieux. Qui survivra à ton amour ? susurra une petite voix dans son esprit, mais il ne se laissa pas happer par ses souvenirs et se concentra sur l'enquête.

"Mh... Alors changement de plan : Grigore et toi vous allez vous mettre en tenue civile et rester dans le bar, vous n'avez qu'à vous faire passer pour un couple en plein rencard, ça ira très bien. Vous aurez une communication via oreillette avec l'équipe d'intervention, et Grigore se charge d'espionner notre rendez-vous. Il faut que tu fasses...
-De mon mieux pour me faire discret, je sais. Je vais téléphoner à Rosie pour qu'on nous réserve un box à l'écart."


Contrairement à ses congénères, il était tout à fait apte à inhiber sa nature, passant simplement pour un humain à l'allure étrange. Le problème, c'était tout le reste : ses manières, sa posture... tout hurlait à l'inhumain et à une époque d'autrefois, et il peinait encore à dompter cet état naturel.

"Il faut éviter les morts, on a besoin de témoins dans cette affaire. Sans oublier la partie "gang à détruire", on enquête tout de même sur le décès d'une fille d'ambassadeur qui trempait dans des trucs louches. On doit rester aussi discrets que possibles."[b]

Tout ce que Murasaki n'était pas, finalement. Dans le bureau avec elle, il laissa échapper une pensée à mi-voix.

[b]"J'aime quand tu m'obéis."


Ses sourcils s'arquèrent légèrement lorsqu'il se rendit compte qu'il avait prononcé ces mots à voix haute, mais il se contenta d'enchaîner sans s'attarder dessus. D'une part, elle n'avait peut-être pas entendu. De l'autre, il ne l'avait pas dit d'une façon sexuelle, il s'était exprimé avec son flegme habituel. Et, enfin, son comportement n'avait pas bougé d'un iota.

"Je ferai de mon mieux pour t'éviter d'être incommodée."

D'une certaine manière, la nonchalance de la sirène l'apaisait. Elle avait déjà trouvé le moyen de détourner ses mots, ce qui évidemment lui avait fait froncer les sourcils, mais finalement il s'était contenté de lever les yeux au ciel en souriant alors qu'elle lui faisait encore du charme. Si lui s'inquiétait, elle paraissait aux anges...

Comme il l'avait prévu un peu plus tôt, Wald passa une partie de sa nuit à parcourir l'île pour se défouler. Il avait contacté Nelson, un vieil ami de la Navy, et surtout une panthère-garou aussi muette que sourde -selon les rumeurs. En réalité, Nelson entendait parfaitement, bien qu'il ne parlait pas. C'était fort pratique pour glaner des informations de-ci de-là sans qu'on ne le soupçonne... Il avait également reçu quelques réponses qu'il transmit à l'équipe malgré l'heure tardive : le tatouage et l'adresse IP confirmait leurs soupçons, Leivie Smith travaillait pour une famille de la mafia vampire répondant au nom de Ruiz. Une enquête était déjà ouverte sur Oliver Ruiz, le futur hériter, qui avait repris le business sous la surveillance paternelle en attendant d'être officié chef de famille. Fier et arrogant, c'était un transformé, pas un sang-pur, qui était donc presque aussi jeune qu'il en avait l'air. Il serait bien plus facile à avoir comme ça.

Le lendemain, après une bonne partie de la journée passée à préparer l'opération du soir, Wald renvoya tout le monde chez soi pour se préparer. Une petite équipe de l'équipe locale était déjà sur place dans un camion banalisé depuis le début d'après-midi. Grigore avait revêtu un costume gris très simple, sans fioriture, et coiffé sa tignasse intenable à l'aide d'une dose de gel affreuse. Il s'était rarement senti aussi ridicule de toute sa vie, mais cela lui donnait l'air pataud d'un géant au grand coeur, contrastant avec le prédateur qu'il était en réalité. Il passa récupérer Pharell avec son propre véhicule avant de l'emmener diner au Rosie's, un cabaret-bar réputé dans lequel il avait obtenu une place dans l'arrière salle, à l'abri des regards. Wald était tout l'inverse de son ami : paré d'un costume noir avec une chemise lie-de-vin ornée de motifs divers, des souliers en cuir italien et quelques bijoux discrets en or et en ivoire, il avait loué une limousine de première classe conduite par Nelson, un grand type malingre au crâne dégarni engoncé dans son meilleur smocking. Ils passèrent récupérer Murasaki chez elle, Wald sortant pour l'accueillir de lui même.
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 12 Mai - 1:23

Murasaki
Ningyo

J'ai presque 500 ans (de ce que j'en sais) et je vis à Hawaï, dans un grand lac rien que pour moi. Dans la vie, je suis policière et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis attaché ç un homme qui ne veut pas encore de moi... mais je sais que je le ferais craquer...

→ Elle a les cheveux naturellement violets.
→ Sirène depuis toujours, elle a quitté sa famille pour une femme... mais cette dernière est morte pendant Pearl Arbor.
→ Elle a hanté un lac, tuant les gens et couchant avec ceux qui l'intéressé avant que Wald vienne la chercher.
→ Elle peut être parfois cruelle, elle aime se moquer, pas forcément gentillement, des autres.
→ Elle peut communiquer en image avec les poissons.
→ Elle peut vivre sous l'eau et commander l'eau.
Elle eut un petit rire cristallin et heureux. Il aimait quand elle obéit ? Pourquoi diable croyait-il qu’elle le faisait alors ? Non, parce que si Murasaki avait pensé, une seconde, que Wald s’intéresserait plus à elle en étant une rebelle, elle l’aurait fait. Elle préfère ne rien dire de plus, juste tirant à peine sa langue. Au bout du temps, elle avait fini par avoir des gestes comme ça avec lui, et seulement avec lui. Comme le « va te faire foutre » qu’elle avait lancé tout en suivant les ordres, elle lui tirait la langue. Parce que ça l’amusait et qu’il ne réagissait pas de toute façon, donc. Elle lui avait souhaité bonne nuit, et elle était repartie chez elle. Elle savait déjà comment elle allait s’habiller et préféra farniente en nageant. Sa longue queue violette lui permettant de s’enfoncer dans le lac. Ce lac était plus petit que celui dans lequel elle s’était cachée à l’époque, et d’où Wald l’avait tiré… mais elle se sentait bien. Elle avait fait en sorte de creuser le sol pour avoir toujours un peu plus de place, et elle s’amusait toujours à nager avant de se mettre au fond et de se sentir terriblement seule. Sans ses sœurs, sans personne même pas des victimes pour être noyer, le lac était triste. Elle finissait toujours par ressortir de l’eau plus triste qu’en y allant. Sauf ce soir. Parce qu’elle avait hâte d’avoir une réaction de Wald, elle. Et puis, parce qu’elle avait envie de repousser les autres sentiments qui l’animent pour ne garder que le positif. Elle dormit… avec la veste de Wald enroulé autour d’un oreille et qu’elle utilisait comme doudou. Tout le monde savait qu’elle piquait des affaires, à Wald, à Grigore et même au médecin légiste goule…. Mais les autres, c’était simplement pour cacher sa vraie victime de son besoin maladif de son odeur. Elle se sentait protégé avec Wald, même si ça l’agace quand il veut la protéger. Pendant la nuit, elle se réveilla plusieurs fois en imaginant sa réaction si on venait à la toucher sans son consentement. Elle, elle pouvait toucher, comme pour Pharell, mais elle n’aimait pas la réciproque. Elle allait devoir se laisser faire. Elle se leva plusieurs fois pour respirer et finit par mettre la veste de son chef pour se donner du courage. Ce n’était pas grave de se faire toucher, elle se laverait et elle garderait que l’odeur de Wald, voilà. Bonne idée. Elle se coucha à nouveau et fit disparaître ses pieds, ses bras, et sa tête dans la grande veste. Qu’est-ce qui clochait chez elle ?

Le lendemain, après toute la mise en place, elle parti chez elle pour se changer. Elle avait opté pour un tenue « habillé mais pas réellement ». Elle avait une jupe qui descendait assez bas, une culotte noire « sage » dessous et des bas résilles. Ses talons étaient hauts et donnaient l’impression qu’elle était bien plus fine encore. Pour le haut, elle avait opté pour un croc top qui dévoilé très clairement la rondeur de ses seins en dessous. Elle avait une poitrine parfaite. Imposante mais pourtant ferme et droite qui ne tombait pas et donner un air beaucoup plus sexy à la tenue. Tout était dans la poitrine, de toute façon. Normalement les hommes s’arrêtaient à ça, en premier. Elle avait laissé libre ses cheveux qui lui tomber en bas des reins et s’en servi pour « cacher » sa poitrine tel une déesse. Elle sortit de la maison et se figea en voyant « son » Wald. Elle eut un sourire.

- Patron, tu es sexy. Dommage que l’on doive aller en mission, fit-elle avec son regard de biche avant de se reprendre, oubliant son sourire pour se rapprocher. Tu verras, je serais à la hauteur !

L’idée de se faire toucher ne l’enchanter toujours pas, mais y a Wald dans l’équation alors tout ira bien. Le temps pour rejoindre le rendez-vous fut court. Elle avait passé une veste qui permettait de cacher le haut de son corps, mais pas sa jupe très courte et ses talons qui suffisaient déjà pour donner envie. Au loin, elle remarqua Pharell. Dans une robe tout à fait sage et d’un orange similaire à ses cheveux, elle semblait se demander comment marcher avec des talons, ce qui fit ricaner la sirène. Elle passa une main derrière les hanches de son « patron », caressant l’aine sans la moindre honte.

- J’aurais préféré une autre activité, roucoula-t-elle en se faisant guider vers une pièce à l’écart.

Le garde qui les avait accompagnés se déplaça pour se mettre à la gauche de la porte. Elle fit un regard déçu, avant de laisser son regard s’illuminer. Deux gardes. Dupond et Dupont. Les deux gardes étaient clairement similaires. Grands, à la stature haute, ils semblaient avoir une tige qui les faisait se tenir droit… alors même qu’elle leur lança un regard équivoque. Elle sentait aussi une femme dans la pièce. Elle tourna les yeux pour voir une prostituée à genoux en train de caresser une bosse d’un petit garçon… ok. Pas un petit garçon, mais il n’était clairement pas vieux. Le garçon attrapa la main de la femme pour la faire se relever et il s’avança aussi vers eux. Murasaki savait son rôle… ainsi son regard ne quitta-t-il pas l’érection qui pouvait se deviner…, elle n’eut pas de mal à faire passer la langue sur ses lèvres… simplement parce qu’elle savait, sans l’avoir jamais vu, qu’une érection de Wald ne ferait pas qu’être « deviner »… elle serait impossible à louper, dure et puissante… Ouais… pour garder son niveau d’hormone sirène à son paroxysme, il lui suffira d’imaginer que tout le monde est Wald. Elle finit par remonter son regard vers l’inconnu qui l’avait regardé à son tour après avoir vérifié que Wald n’était pas une menace.

- Voyons, fit le garçon, vous devez avoir chaud, venez donc vous rafraichir et enlever donc votre veste.

Un des gorilles s’approcha et elle fit descendre la fermeture éclair pour lui tendre, se rapprochant de Wald comme la prostituée en manque qu’elle devait être… mais ce n’était pas tout à fait faux. Elle était déjà en manque de l’attention de Wald… ça… Le garçon retourna s’asseoir alors que sa prostituée revient pour lui caresser la jambe. Mais il n’avait pas quitté Murasaki des yeux. Son attraction marche toujours… sauf avec le seul qu’elle veut vraiment !


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Contenu sponsorisé
Air and seduction (avec Leolyne)
Page 2 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» “Please. I love her.” (avec Leolyne)
» Fire and Immortality (avec Léolyne)
» “Don’t try threatening an Alpha. They don’t like it.” (avec Léolyne)
» Jeu de Séduction [ft Horizona]
» Léolyne - Mamie d'internet is entering the tchat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: