Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Madness is just another reality (ft Gäa)
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 20:15 par Senara

» {+18}À l'ombre de la malédiction [PV - Foxdream]
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 20:09 par Arthécate

» Maybe a new start? ft Arthécate
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 19:57 par Arthécate

» The Shape of Freedom (pyra x lulu)
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 19:51 par Pyramid Rouge

» Focus, baby, focus, I can change your life
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 19:43 par Ananas

» Help me, He's gone !
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 19:26 par Manhattan Redlish

» hope it gives you hell
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 18:58 par the pretty reckless

» Prête moi ta main
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 18:56 par Beloved

» Ruthless Creatures (tw en description + 1er poste)
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby - Page 3 EmptyAujourd'hui à 18:07 par KRWN

Le Deal du moment : -44%
Philips Hue – Lot de 3 ampoules ...
Voir le deal
99.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby

LarkoDim
Messages : 1652
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : @ubbevans (Av.)

Univers fétiche : City/Surnaturel/Fantasy
Préférence de jeu : Homme
Scooby Doo
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5271-cerveau-mono-cellule-et-idee-en-vracs https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Lun 14 Aoû - 16:03

Aayden J. Sachs
J'ai 32 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis hockeyeur pro et serveur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt correctement… Je crois...

Patine depuis toujours, aussi loin que remonte ses souvenirs ¤ Atteint de TDAH. Il prend des cachets et est encore suivi aujourd’hui ¤ Il a un dossier médical assez épais… De fractures, fissure et autre. Par chance, il n’a encore perdu aucune dents. ¤ Possède une branche de la famille qui est française ¤ Travaille dans une café/thé librairie quand il ne patine pas ¤ Possède un frère et une sœur avec qui les rapports sont assez conflictuels ¤ Il a une meilleure amie qu’il considère comme sa petite sœur, de quatre ans sa cadette ¤ Accro à la caféine, la théine et le chocolat ¤ Adore danser et chanter, le cinéma et les balades dans la natures ¤ A un chien nommé Pablo ¤

Fc. Marco Ilsø
Av by. Skeyde
Oui … Lisa a mis le temps, mais elle y est arrivée. Puis avec le recul, l'avoir aidé t'avais permis d'oublier un temps ta rupture, occupant ainsi ton esprit à faire en sorte que ta meilleure amie ne stresse pas, qu'elle se concentre sur elle et rien d'autre, son couple, son travail et de faire comme avant, pour ne rien chambouler. Mais c'est fini tout ça. Tu ne peux plus détourner le regard, te voiler la face sur la douleur que tu ressens maintenant que tu es face à la patineuse. Tu n'avais jamais réalisé à quel point ton corps la réclame, tes mains, tes lèvres. Mais tu ne peux plus…

Et elle est pourtant là. Face à toi. Toujours aussi inquiète, te demandant pour tes cachets. Tu es là, à chercher le contact avec ta jambe comme un appel à l'aide, un soupçon d'espoir que les morceaux peuvent être recollés. Pourtant… Tu as toujours cette crainte, ces paroles prononcées par tes amis… Et si c'était vrai ? Et si au final, les trois ans passés vous ont tellement changés que rien ne serait plus comme avant et que tu t'accroches juste à un souvenir d'elle ? Tu soupires et hoches la tête.

- Je… J'ai pris c'matin ouais… Faut…Faudrait qu'j'r'tourne voir mon psy pour… Réadapter l'traitement mais… j'm'y tient… J'te jure…

Parce que parfois, tu as ces moments où tu cries, tu t'enfermes, tu as un trop plein d'émotions en même temps, une sensibilité qui explose le plafond et une impulsivité explosive avec les larmes qui vont avec. Et tu ne voulais pas ça ce soir, pas devant elle, pas en public. Puis vient la question qui fâche. Tu réponds doucement, lentement, le temps de mettre de l'ordre dans tes idées. Tu viens boire une gorgée d'ice tea, peut-être que le sucre te calmera un peu. Tu relèves les yeux vers elle et hoches la tête avant de reposer ton verre, tapotant sur la base.

- Ou… Ouais… j'ai pas… j'ai pas compté les années en vrai… J'étais trop… focus ailleurs… M'en suis réellement rendu compte avec… une notif facebook à la con… t'sais rappelez vous vos souvenirs où… c'genre de truc qu'ils font parfois… m'enfin…

Elle a pas besoin de savoir ce qui s'était passé dans les détails, quelle photo t'a ramené à vous, quand, pourquoi, comment… Tu inspires et serres les dents, appréhendant la réponse.

- Et… Et toi?

Tu attrapes de nouveau ton verre pour boire, pensant pouvoir te donner une certaine contenance… Ne pas perdre le contrôle…


Recherches sans idées fixes ¤ Jusqu'à ce que la mort nous sépare

~
:heart1:  :heart1:
We can get high, we can get high, touching the sky
Never gonna come back down
We can run wild, shooting stars now, faster than sound
Build a kingdom in the clouds
~
Elsy Lullaby
Messages : 3761
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby En ligne
Lun 14 Aoû - 17:11

Cornelia Hardt
J'ai 22 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis patineuse artistique et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, toujours amoureuse de Lui, manquant de Lui et je le vis plutôt mal.

Elle sait qu'elle est adoptée depuis qu'elle a huit ans et l'a bien pris. • À douze ans elle a eu des propositions de coachs après une première place sur un podium. • Elle rêve d'une médaille olympique. • Elle a un grand frère, Caleb. • Victime d'une mauvaise chute à l'âge de dix-neuf ans, elle a pensé pendant quelques semaines qu'elle ne pourrait plus avoir le même niveau qu'avant. • Au fond, elle est toujours amoureuse de son ex, goalie de l'équipe des crocodiles, dix ans plus vieux qu'elle.
Il dit qu'il a pris son cachet ce matin, oui, mais qu'il doit retourner voir le psy pour réadapter le traitement bien qu'il s'y tienne. Elle fronce les sourcils en l'observant. Pourquoi le réadapter ? Est-ce que ce qu'il prend n'est pas suffisant ? Est-ce que ses crises sont devenues plus violentes ou est-ce qu'avec le temps il a développé une accoutumance à son médicament ? Elle ne sait pas si c'est possible mais, puisque ça le faisait avec d'autres médicaments, elle imagine que ça doit être le cas pour ça aussi. Elle ne s'y connaît pas vraiment, pas suffisamment. Moins qu'elle le devrait. Moins qu'elle le voudrait.

"- Il faut augmenter la dose ?" qu'elle demande en l'observant, son regard rivé sur ce poignet qu'il vient de torturer avec ses doigts.

Elle s'inquiète naturellement, consciente que cet aveux révèle des problèmes sous-jacents et probablement même son manque d'aide réelle. Si le médicament n'est pas suffisamment efficace, cela veut potentiellement dire que ce genre de choses arrivent souvent. Qu'il souffre régulièrement en l'absence d'un traitement efficace. Et savoir cela n'est pas pour plaire à la jeune patineuse, loin de là. Et elle aimerait comprendre pourquoi ça n'est pas suffisant, pourquoi ça n'est pas efficace, pourquoi, maintenant, il a besoin de revoir son traitement. À l'époque, quand ils étaient ensemble, il semblait que ça fonctionnait plutôt bien, elle en avait eu l'impression. S'était-elle trompée à ce point ?

"- Ah… toi aussi tu l'as eu…"

Il parle d'une notification Facebook et Cornelia baisse la tête. Elle croit voir de quoi il parle, parce qu'elle a eu la même ce matin, lui laissant un goût amer. Un petit rappel de leur passé. Un petit rappel de leurs sourires éclatants au cours d'une promenade il y a trois ans. C'était juste un peu avant leur séparation. Deux semaines avant, exactement. Elle se posait déjà des questions, alors, mais quiconque verrait la photo ne se serait jamais douté que ce couple était sur le point de se séparer en prenant le cliché. Elle-même à l'époque n'était pas encore sûre d'aller au bout, quoique déjà fortement préoccupée par l'idée d'être un frein dans la vie de son petit ami.

Mais finalement, elle avait eu beau le quitter, ça n'était pas pour autant qu'il avait avancé. Il s'était concentré sur autre chose, oubliant sa vie, et elle croit comprendre que c'est parce qu'il était focalisé sur Lisa qu'il n'a pas pensé à lui-même tout ce temps. Qu'il n'a trouvé personne, au point d'être aujourd'hui au même point, finalement, que lorsqu'elle l'a quitté. Elle accuse le coup, essayant de ne pas penser à ce pincement au cœur qui s'éternise et lui donne la nausée.

Il veut savoir à son tour si elle a quelqu'un et elle secoue la tête. L'idée même qu'elle puisse l'avoir remplacé lui semble stupide. Comment l'aurait-elle pu ? Comment le pourrait-elle, quand il hante encore tous ses rêves ? Quand il demeure dans tous ses fantasmes ? Quand c'est encore à lui qu'elle pense, encore de lui dont elle rêve, chaque fois que ses propres mains parcourent son corps pour combler le manque, lui rappelant ses baisers, la caresse de ses mains sur sa peau, sa présence ?

"- Non, non, personne."

Pas depuis trois ans, pas depuis lui, mais elle ne le précise pas. Elle se contente de garder la tête basse et glisse un regard sur son poignet encore un peu rougit, pinçant les lèvres au passage. Et finalement, elle se lève. Elle contourne la table pour venir s'asseoir avec lui sur la banquette, cuisse contre cuisse, jambe contre jambe et prend son poignet dans sa main, le tournant et le retournant pour l'observer sous toutes les coutures avant de le regarder, lui. Elle déglutit.

"- Tu… tu es stressé, en ce moment ? Je veux dire… ces derniers temps ?"
LarkoDim
Messages : 1652
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : @ubbevans (Av.)

Univers fétiche : City/Surnaturel/Fantasy
Préférence de jeu : Homme
Scooby Doo
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5271-cerveau-mono-cellule-et-idee-en-vracs https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Lun 14 Aoû - 18:36

Aayden J. Sachs
J'ai 32 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis hockeyeur pro et serveur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt correctement… Je crois...

Patine depuis toujours, aussi loin que remonte ses souvenirs ¤ Atteint de TDAH. Il prend des cachets et est encore suivi aujourd’hui ¤ Il a un dossier médical assez épais… De fractures, fissure et autre. Par chance, il n’a encore perdu aucune dents. ¤ Possède une branche de la famille qui est française ¤ Travaille dans une café/thé librairie quand il ne patine pas ¤ Possède un frère et une sœur avec qui les rapports sont assez conflictuels ¤ Il a une meilleure amie qu’il considère comme sa petite sœur, de quatre ans sa cadette ¤ Accro à la caféine, la théine et le chocolat ¤ Adore danser et chanter, le cinéma et les balades dans la natures ¤ A un chien nommé Pablo ¤

Fc. Marco Ilsø
Av by. Skeyde
Est-ce qu'il faut augmenter la dose de tes médicaments, tu n'en es pas sûr. Changer de molécules peut-être, mais sans l'avis de ton psychiatre… Tu ne peux rien faire. Tu ne sais même plus depuis combien de temps il faut le faire, toi qui repousse le rendez-vous médical depuis quelque temps maintenant. Tu ne te rappelles pas de la dernière fois où ça allait bien, où tu n'étais pas en train de réfléchir à combien de cachet tu prenais le matin. Avant, tu le faisais machinalement, comme un mécanisme bien huilé, dans un emploi du temps strict. Mais depuis quelques mois, rien ne va, tout se mélange.

C'est peut-être pour ça qu'il faut y aller, avant de te sentir submergé, encore une fois, comme il y a quatre ans après la rupture avec Karine. Puis tu te rends compte que la notification, Cornelia aussi l'a eu. Elle baisse la tête, tout comme toi, se rappelant peut-être aussi de ce cliché, pris en forêt. L'une de vos balades en pleine nature pendant un week-end en amoureux. Toi, à ce moment-là, tu ne pensais à rien d'autre que la faire sourire, la faire rêver, partir un peu de la ville et lui faire oublier ses tracas, son stress, sa blessure, sa famille, juste être vous deux l'espace d'un instant.

Tu pensais que ça irait, que ça la rassurerait, l'aiderait… Avant de l'entendre dire qu'elle doit partir, te laisser ta liberté. Avant de te fourvoyer en pensant lui rendre la sienne aussi, la laisser partir, par amour… Pour ne pas l'étouffer, te faire passer pour l'ex toxique qui refusait de quitter celle qui l'aimait et qui tenterait tout pour qu'elle reste… Non. Tu as accepté, comme une évidence, pensant bien faire, faire au mieux pour elle avant de penser à toi. Et maintenant, vous êtes là… Tu essayes de ne pas cracher ta gorgée quand tu entends qu'elle n'a personne elle non plus. Tu reposes ton verre et baisses les yeux. Tu étais confus. Pas rassuré, pas heureux. Personne pour la traiter comme une reine ? Personne pour l'aider avec ses entraînements ? Personne ? Si tu y étais arrivé, pourquoi pas un autre ? Cela te rend triste et inquiet.

Tu ne peux pas revendiquer une nouvelle fois la place, ce serait injuste au vu de votre rupture, non ? Vous aviez fait ça justement pour que chacun de son côté s'accordent avec quelqu'un de son âge, non ? Tu grimaces, te reprenant à te frotter le poignet avant de manquer de paniquer en la voyant lever. Pourquoi ? Tu avais dit ou fait quelque chose de mal ?

- Corny ?

Tu écarquilles les yeux en la suivant du regard, bouche bée. Elle ne quitte pas le café, non. Elle vient à tes côtés, se collant presque à toi, prenant entre ses doigts ton poignet. Tu frissonnes violemment, ta peau contre la sienne, comme si ton corps reconnaissait sa moitié. Tu la laisses faire doucement, la voyant tourner ce pauvre poignet endoloris, rougis par tes tortures. Tu serres les deux, le coeur tambourinant dans ta poitrine, frappant dans un rythme effréné à faire un écho dans ta tête.

- Je.. J'ai eu… des jours meilleurs on va dire…

Que tu murmures doucement en réponse, le regard baissé, honteux. Oui. Parce qu'après l'avoir revu, tout le passé est remonté à la surface, t'étouffant presque. Te rappelant alors pourquoi tu l'aimais tant, ta Princesse, ta petite patineuse, ta petite douceur, celle qui pouvait te faire sourire et passer ses doigts sur ta nuque pour te calmer. Celle qui avait le droit de passer ses ongles sur ton dos au point de te faire saigner. La seule et unique. Tu la regardes de ta hauteur, fermant les yeux alors que son parfum revient à toi. Tu déglutis un peu, alors que tu ne contrôles plus rien… Ta main se tourne, paume vers le ciel et tes doigts cherchent les siens, tu colles ton front contre sa tempe, inspirant profondément… Tu sais que c'est mal.. Que si elle te repousse, ton coeur se brisera, encore… Mais c'est plus fort que toi… Tu as besoin d'elle… Comme si la distance de ces trois années n'avaient servie à rien..


Recherches sans idées fixes ¤ Jusqu'à ce que la mort nous sépare

~
:heart1:  :heart1:
We can get high, we can get high, touching the sky
Never gonna come back down
We can run wild, shooting stars now, faster than sound
Build a kingdom in the clouds
~
Elsy Lullaby
Messages : 3761
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby En ligne
Lun 14 Aoû - 19:11

Cornelia Hardt
J'ai 22 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis patineuse artistique et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, toujours amoureuse de Lui, manquant de Lui et je le vis plutôt mal.

Elle sait qu'elle est adoptée depuis qu'elle a huit ans et l'a bien pris. • À douze ans elle a eu des propositions de coachs après une première place sur un podium. • Elle rêve d'une médaille olympique. • Elle a un grand frère, Caleb. • Victime d'une mauvaise chute à l'âge de dix-neuf ans, elle a pensé pendant quelques semaines qu'elle ne pourrait plus avoir le même niveau qu'avant. • Au fond, elle est toujours amoureuse de son ex, goalie de l'équipe des crocodiles, dix ans plus vieux qu'elle.
Il torture encore son poignet rougit, alors elle se lève, cette fois, pour venir à côté de lui, presque instinctivement, sans l'avoir vraiment réfléchit. Elle a froncé les sourcils une fois, lui a demandé d'arrêter dans un second temps et, puisque ça ne marche pas, elle change de technique. Elle fait ce qu'elle a toujours fait quand ils étaient ensemble. Trouver une meilleure solution. Comme prendre son poignet entre ses doigts pour l'empêcher de continuer à le triturer comme il le fait. Pour l'empêcher de se faire encore du mal. Parce qu'il n'osera pas recommencer si elle a sa main au milieu. Le Den qu'elle connaissait ne l'aurait pas fait.

"- Tu vas te faire mal..." qu'elle souffle.

Il a eu des jours meilleurs a-t-il dit. Elle ne comprend pas pourquoi ça ne va pas, ce qui ne va pas en ce moment, mais elle sait qu'elle n'aime pas ça, en revanche. Qu'elle n'aime pas le voir dans cet état d'anxiété, au point de se ravaler l'épiderme, d'y laisser une traînée rougeâtre d'avoir tant serré. Oui, elle-même s'est gratté une ou deux fois depuis le début du rendez-vous. Mais pas comme ça. Pas... à ce point. Et elle se questionne, Corny, essayant de comprendre ce qui peut le mettre dans un tel état. Les problèmes avec la défense côté gauche dans l'équipe ? Probablement pas. Certes, c'est préoccupant, mais de là à se qu'il se fasse mal, pas vraiment. C'est plutôt le soucis du coach que le sien, en plus. Alors elle ne comprend pas. Elle passe en revu ses hypothèses. La grossesse de Lisa ? Est-ce qu'il ressent encore du stress d'avoir autant attendu une bonne nouvelle pour sa meilleure amie ? Ou est-ce que pour une raison ou une autre, Andreas ou Lisa a des ennuis ? A moins que ce ne soit avec sa famille ? Cornelia ne les connait pas, puisqu'il n'a jamais voulu les lui présenter, par peur du comportement qu'ils auraient avec elle. Elle sait au moins que ce sont des gens... particulier. Peut-être capables de le faire stresser à ce point.

Son regard navigue entre son poignet et lui deux ou trois fois, avant de rester rivé sur son poignet, réalisant à quel point elle marche au bord du vide à présent. A quel point il est près d'elle. Mais c'est sa faute. C'est elle qui, tout en ayant voulu lui rendre sa liberté il y a trois ans, s'impose maintenant dans son espace vital. C'est elle qui s'est rapprochée de lui. Elle dont le cœur bat la chamade. Elle qui réalise ses erreurs d'autrefois. Parce qu'elle l'a quitté pour rien, il y a trois ans. Il n'a pas avancé. Elle non plus, mais c'est le cadet de ses soucis. Ce qui compte, c'est que lui en est toujours au même point qu'il y a trois ans. Rien de ce qu'elle lui souhaitait, rien de ce qu'elle avait espéré pour lui, ne s'était produit. Elle l'avait juste perdu dans cette entreprise et il n'y avait rien gagné.

Leurs doigts qui se rencontrent quand il tourne la main, presque instinctivement, se refermant les uns sur les autres. Sa grande main de goalie emprisonnant la sienne plus petite, plus délicate. Non pas qu'elle veuille la retirer. C'est même la dernière chose qu'elle veuille maintenant, alors que son cerveau n'est plus tout à faire capable de penser tant ils sont proches l'un de l'autre, la tête du hockeyeur posée contre sa tempe, leurs lèvres à quelques centimètres à peine, si biens qu'elles se frôleraient si Cornelia tournait la tête. Il suffirait de quelques centimètres. Rien de plus.

"- Den..." elle murmure.

Et puis merde. Elle tourne la tête, oubliant les conséquences, préférant les faire taire, en même temps que sa main libre glisse sur l'arrière de la tête du goalie, se perdant dans ses cheveux. Leurs lèvres qui se rencontrent, se retrouvent. L'explosion dans son cœur. L'impression de respirer de nouveau. Elle ne l'embrasse pas non, elle s'en abreuve. Elle s'en énivre. S'oxygène. Comme on retrouve l'air après la noyade. C'est plus fort qu'elle. Elle ne peut pas s'arrêter. Elle ne veut pas s'arrêter. Et elle se glisse sur lui, s'assaillant sur ses cuisses. Sa main lâche celle du goalie, l'autre ses cheveux, et elle passe ses bras autour de son cou, s'agrippant à lui plus qu'elle ne s'y accroche.

"- Mon coeur..." souffle-t-elle contre ses lèvres, avant d'avoir réfléchit.

Elle n'a pas le droit de faire ça, elle le sait. Elle est la pire personne qui soit. Elle n'a pas le droit de l'appeler comme ça, de le revendiquer, alors même qu'elle l'a elle-même abandonné, quand bien-même c'était pour son bien. Elle n'a pas le droit de faire ça et encore moins le droit d'espérer qu'il ait attendu trois ans après elle, sans que ses sentiments aient évolués. Pourtant, c'est exactement ce qu'elle fait. De ses mains, de ses lèvres, de toute sa personne. Elle le revendique.
LarkoDim
Messages : 1652
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : @ubbevans (Av.)

Univers fétiche : City/Surnaturel/Fantasy
Préférence de jeu : Homme
Scooby Doo
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5271-cerveau-mono-cellule-et-idee-en-vracs https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Lun 14 Aoû - 22:10

Aayden J. Sachs
J'ai 32 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis hockeyeur pro et serveur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt correctement… Je crois...

Patine depuis toujours, aussi loin que remonte ses souvenirs ¤ Atteint de TDAH. Il prend des cachets et est encore suivi aujourd’hui ¤ Il a un dossier médical assez épais… De fractures, fissure et autre. Par chance, il n’a encore perdu aucune dents. ¤ Possède une branche de la famille qui est française ¤ Travaille dans une café/thé librairie quand il ne patine pas ¤ Possède un frère et une sœur avec qui les rapports sont assez conflictuels ¤ Il a une meilleure amie qu’il considère comme sa petite sœur, de quatre ans sa cadette ¤ Accro à la caféine, la théine et le chocolat ¤ Adore danser et chanter, le cinéma et les balades dans la natures ¤ A un chien nommé Pablo ¤

Fc. Marco Ilsø
Av by. Skeyde
Te faire mal ? C’est déjà fait mine de rien. Physiquement, moralement, le cœur qui se remettait doucement après la grosse rupture. Cœur que la petite brune à tes côtés avait recollé avec patience pendant un an avant de te le rendre encore plus fragilisé il y a trois ans. Mais elle en avait pris bien soin tout de même. Et là, la revoir aussi proche n’aide pas. T’es là, à essayé de lui retendre, ce petit organe battant aux fissures encore visible, que tu n’as pas pu combler pendant ces trois dernières années. Que tu n’as pas osé offrir encore une fois, par peur.

Tu prends une grande inspiration, là, le front collé à sa tempe. Tu prends une grande inspiration et grimace en entendant ton nom qui sort de ses lèvres. Tu comprends que, peut-être, tu es allé trop loin alors que tu es incapable d’ouvrir la main pour laisser la sienne partir. Tu grimaces quand même, t’apprêtant à reculer pour la laisser respirer, expliquer ton comportement et fondre en excuse. Tu t’apprêtes peut-être à recevoir une gifle, une gueulante, la voir partir comme une furie et repartir penaud chez toi en te morfondant pendant des jours… Mais tu n’as pas le temps d’ouvrir les yeux que tu sens sa main dans tes cheveux.

Cela t’arrache un nouveau frisson, violent, te parcourant de la nuque jusqu’au bas du dos avant de sentir ses lèvres contre les tiennes. Le souffle coupé, tu fermes de nouveau les yeux, rendant comme tu pouvais ce baiser. Tu sens qu’elle vient sur tes genoux, t’obligeant à lever la tête pour ne pas rompre l’instant, alors que tu manques de lui mordre la lèvre, entendre vos dents se cogner sous l’envie, le manque, mais vos corps savent. Tes lèvres savent accueillir leurs jumelles, comme si elles ne s’étaient jamais quittées pendant trois ans. Tu as tes mains sur ses hanches, que tu serres doucement avant de reculer, tentant de reprendre ton souffle alors que tu te figes doucement, ton coeur qui semble s’arrêter au surnom.

Ce surnom... Qu’elle et elle seule pouvait utiliser. Tu fermes les yeux avant de la serrer dans tes bras, nichant ton nez dans son cou, abandonnant toute ta raison, abandonnant tout ce que tu pensais, te fichant un instant d'où tu étais…

- Princesse...

Que tu souffles en retour avant de reculer pour poser ton front contre le sien, souriant doucement, reprenant à ton tour ses lèvres contre les tiennes, la collant à toi, envieux de combler ce vide entre vous. Mais le bonheur est de courte durée. Tu recules d’un coup, rouge comme une tomate, les mains tremblantes. Les yeux sont écarquillés et tu respires assez fortement. Tu grimaces, regardant la jeune femme sur tes genoux avant de faire un geste des yeux vers le bas, vers ce qui t’empêches de continuer, ce qui te gêne. Tu retires tes mains de ses hanches et déglutis. Tu murmures.

- Bou… Bouge pas s’t’eu plait… C’est pire sinon…

Oh que tu as honte de toi-même à cet instant. Pourquoi ici et maintenant ? Heureusement que tu es plus ou moins en survêtement, sortant de ton entraînement de hockey, mais quand même… Au moins une chose est sûre… Si la petite patineuse craignait de plus te faire autant d’effet, ton corps venait de te trahir et prouver le contraire.


Recherches sans idées fixes ¤ Jusqu'à ce que la mort nous sépare

~
:heart1:  :heart1:
We can get high, we can get high, touching the sky
Never gonna come back down
We can run wild, shooting stars now, faster than sound
Build a kingdom in the clouds
~
Elsy Lullaby
Messages : 3761
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby En ligne
Lun 14 Aoû - 22:39

Cornelia Hardt
J'ai 22 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis patineuse artistique et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, toujours amoureuse de Lui, manquant de Lui et je le vis plutôt mal.

Elle sait qu'elle est adoptée depuis qu'elle a huit ans et l'a bien pris. • À douze ans elle a eu des propositions de coachs après une première place sur un podium. • Elle rêve d'une médaille olympique. • Elle a un grand frère, Caleb. • Victime d'une mauvaise chute à l'âge de dix-neuf ans, elle a pensé pendant quelques semaines qu'elle ne pourrait plus avoir le même niveau qu'avant. • Au fond, elle est toujours amoureuse de son ex, goalie de l'équipe des crocodiles, dix ans plus vieux qu'elle.
Princesse. Son cœur implose. Princesse. Son surnom, celui qu'il lui donnait du temps où ils étaient ensemble, celui qu'elle ne pensait pas entendre de nouveau un jour. Celui qu'elle n'aurait supporté dans la bouche d'aucun autre et qu'elle n'aurait pas non plus supporté de l'entendre dire à une autre... Elle frissonne. Y'a tellement de choses dans ce surnom. Un passé. Des souvenirs. Des espoirs. Des questions. Se pourrait-il que, pendant ces trois ans, lui non plus n'ait pas tourné la page ? Ça n'avait évidemment pas été ce qu'elle espérait, ce qu'elle lui souhaitait, en partant. Mais se pourrait-il, malgré tout, que ça soit le cas ? Qu'il ne l'ait pas plus oublié qu'elle ? Que lui aussi, finalement, n'air pas pu passer à autre chose ? Qu'elle n'avait pas été la seule à trop l'aimer pour pouvoir avancer ? Elle voulait le croire. Elle voulait désespérément le croire.

Il pose son front contre le sien, leurs lèvres se rencontrant de nouveau, se retrouvant délicieusement, les laissant se goûter de nouveau, se redécouvrir, retrouver la sensation de les avoir les unes contre les autres. Elle entrouvre ses lèvres, le bout de sa langue passant sur celles d'Aayden pour réclamer un accès qu'elle n'est plus en droit de demander et qu'elle veut pourtant. Un accès qu'il refuse, brusquement, l'air soudainement gêné, ses mains tremblants de manière incontrôlable, ses yeux écarquillés, dont elle suit le regard, comprenant ce qui se passe avant qu'il ne parle. Elle se mord la lèvre inférieure. Le tissus du survêtement cache un peu les raisons de son embarras mais pas assez pour qu'elle ne comprenne pas exactement dans quel état il est. Dans quel état elle vient de le mettre.

"- Hé... C'est pas grave..." elle murmure, le souffle moins court que celui de Den, mais de guère. "C'est naturel."

Une réponse normale à un stimuli. Rien de plus. Il n'a pas à en rougir. Il n'en aurait pas rougit avant. Et, s'il lui demande de ne pas bouger, pour ne pas empirer la situation, elle n'en fait qu'à sa tête, ondulant volontairement du bassin au contraire, se rapprochant de lui autant que possible, comme si elle voulait se fondre en lui. Au fond, avec lui, elle a toujours aimé jouer avec le feu. Toujours aimé découvrir ses limites, voir jusqu'ou elle pouvait les repousser. Elle s'était découvert avec lui des comportements qu'elle n'aurait jamais soupçonné autrefois.



Y aller. Elle fait un signe équivoque en direction de la porte. Là, maintenant, il n'y a aucune chance pour qu'elle laisse échapper tout ce qu'elle rêve de posséder de nouveau depuis trois ans. Elle avait essayé de lui rendre sa liberté, essayé de le laisser avancer, persuadée qu'elle était un boulet à son pied et le freinait dans son existence. Force était de constater qu'elle ne l'était pas. Il n'avait pas plus avancé sans elle, ces trois dernières années. Maintenant, que ces considérations aillent donc se faire foutre. Elle le voulait. Elle l'avait toujours voulu. Et s'il voulait encore d'elle, il n'y avait aucune chance qu'elle le repousse cette fois.
LarkoDim
Messages : 1652
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : @ubbevans (Av.)

Univers fétiche : City/Surnaturel/Fantasy
Préférence de jeu : Homme
Scooby Doo
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5271-cerveau-mono-cellule-et-idee-en-vracs https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Mar 15 Aoû - 15:43

Aayden J. Sachs
J'ai 32 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis hockeyeur pro et serveur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt correctement… Je crois...

Patine depuis toujours, aussi loin que remonte ses souvenirs ¤ Atteint de TDAH. Il prend des cachets et est encore suivi aujourd’hui ¤ Il a un dossier médical assez épais… De fractures, fissure et autre. Par chance, il n’a encore perdu aucune dents. ¤ Possède une branche de la famille qui est française ¤ Travaille dans une café/thé librairie quand il ne patine pas ¤ Possède un frère et une sœur avec qui les rapports sont assez conflictuels ¤ Il a une meilleure amie qu’il considère comme sa petite sœur, de quatre ans sa cadette ¤ Accro à la caféine, la théine et le chocolat ¤ Adore danser et chanter, le cinéma et les balades dans la natures ¤ A un chien nommé Pablo ¤

Fc. Marco Ilsø
Av by. Skeyde
Tu essayes de reprendre le contrôle, respirant comme tu pouvais. Elle a vu elle aussi, elle a compris ce qui se passait, ce qui t’arrivait. Tu déglutis un peu quand elle dit que ce n’est pas grave et que c’est naturel. Alors oui. Vu sa position, son emplacement et le baiser que vous venez d’échanger, oui, ton corps n'a juste pas compris et a réagit comme il l’aurait fait en temps normal. Mais la petite en a décidé autrement, elle décide de se coller à toi, un peu plus proche et frissonne de nouveau, sentant la chaleur de son corps contre le tient, le frottement te rendant fou.

Tu te mords le poing pour ne pas gémir un peu trop fort, vous faire remarquer, ta main libre lui agrippant la cuisse par réflexe pour la stopper dans son élan. T’avais presque oublié comment elle pouvait être dans ces moments-là, titillant tes nerfs, ta limite et te forçant quelques fois à sortir de tes retranchements, que ce soit pour la suivre dans sa folie ou pour la stopper, attendre patiemment le moment le plus opportun pour te venger.

- Prin… Princesse… On est pas…

Mais tu ne finis pas ta phrase. Tu n’arrives pas à lui dire que vous êtes un peu dans un lieu public. Heureusement que votre table est un peu éloignée, au fond, loin des regards, mais quand même. Tu écarquilles les yeux un peu plus quand elle vient murmurer à ton oreille avant de sentir ses dents sur ta peau. Tu expires profondément, fermant les yeux, lui empoignant les fesses pour la rapprocher de toi. Tu grognes et poses ton front sur son épaule pour essayer de te calmer l’espace d’un instant. Il faut réfléchir vite. Tu redresses la tête, le regard brûlant d’envie et murmure à ton tour.

- Ok… On va faire dans l’ordre… Toi… Dans ma voiture… Maintenant… Je vais rapidement payer… Et t’as jusqu’à c’que j’t’rejoigne pour choisir où on va avant qu’on finisse par l’faire sur un parking… Sauf que j’ai rien pour m’protéger dans la bagnole. Tu penses pouvoir y arriver ?

Tu n’as pas le temps d’attendre sa réponse, tu sais qu’elle sera positive et fait signe de se lever, le temps de fouiller dans tes poches pour lui tendre ta clé. Tu profites un peu pour respirer, reprendre un peu tes esprits, il faudra bien pour conduire. Tu te lèves difficilement, payant plus que nécessaire, t’en fichant bien de la monnaie rendu et salue rapidement les serveurs en sortant pour rejoindre ta voiture. Tu t’installes rapidement, les mains sur le volant, le regard concentré, essayant de ne pas croiser le sien avant de craquer complètement. Tu inspires un grand coup.

- Alors ? J’vais où ?


Recherches sans idées fixes ¤ Jusqu'à ce que la mort nous sépare

~
:heart1:  :heart1:
We can get high, we can get high, touching the sky
Never gonna come back down
We can run wild, shooting stars now, faster than sound
Build a kingdom in the clouds
~
Elsy Lullaby
Messages : 3761
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby En ligne
Mar 15 Aoû - 16:27

Cornelia Hardt
J'ai 22 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis patineuse artistique et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, toujours amoureuse de Lui, manquant de Lui et je le vis plutôt mal.

Elle sait qu'elle est adoptée depuis qu'elle a huit ans et l'a bien pris. • À douze ans elle a eu des propositions de coachs après une première place sur un podium. • Elle rêve d'une médaille olympique. • Elle a un grand frère, Caleb. • Victime d'une mauvaise chute à l'âge de dix-neuf ans, elle a pensé pendant quelques semaines qu'elle ne pourrait plus avoir le même niveau qu'avant. • Au fond, elle est toujours amoureuse de son ex, goalie de l'équipe des crocodiles, dix ans plus vieux qu'elle.
On est pas... On est pas quoi ? Pas ensemble ? Plus ensemble ? Elle sait. Elle sait, c'est elle qui a émit l'idée, elle qui a pensé bien faire, elle qui voulait le libérer, lui permettre d'avancer, de se défaire du boulet, du frein, qu'elle représentait dans sa vie, dans son existence. Alors elle sait, oui, qu'ils ne sont pas ensemble. Mais elle ne veut pas l'entendre. Si elle n'avait pas déjà les lèvres occupées à lui mordiller l'oreille, elle le ferait pour sûr taire d'un baiser, écrasant leurs lèvres les unes contre les autres. Mais ses mots semblent suffisants. Ils semblent suffisants parce qu'il arrête de parler et la rapproche de lui en grognant, après avoir saisi fermement ses fesses. Avant de la regarder d’un regard brûlant qui ne fait qu’attiser le feu qu’elle ressent déjà en elle.

Elle hoche la tête comme il parle d’aller payer pendant qu’elle rejoint la voiture, ce qui lui laisse le temps de décider d’où ils vont exactement, si elle ne veut pas qu’ils finissent par le faire sur un parking. Avec les vitres teintées, ils pourraient. Et il peut voir un éclat illuminer ses yeux comme il le mentionne, d’ailleurs, tandis qu’elle se souvient parfaitement de la banquette arrière du véhicule en question.

"- Ok."

Elle ne se fait pas prier pour se redresser, sortant rapidement de la pièce comme si elle voulait la fuir, se dirigeant à grandes enjambées vers la voiture sur le siège passager de laquelle elle atterrit rapidement, claquant la portière derrière elle. Ok. Réfléchir. Faire les choses dans l’ordre, un minimum, même si c’est difficile. Elle s’empare de son téléphone, se souvenant qu’elle a dit à ses parents qu’elle ne rentrerait “pas trop tard”. Il n’y a pourtant aucune chance qu’ils la voient avant au moins plusieurs heures. Alors elle envoie un rapide message pour prévenir qu’elle ne sait pas quand elle va rentrer, probablement pas avant le lendemain. Ils savent qu’elle devait “prendre un verre”. Ils se douteront probablement des raisons qu’elle a de ne pas rentrer… Mais peu importe.

Elle distingue déjà sa silhouette qui avance en direction de la voiture, alors même qu’elle n’a pas vraiment décidé de l’endroit où aller. Encore que. Elle ne peut pas le ramener chez ses parents, ils lui arracherait la tête avant qu’elle n’ait atteint sa chambre avec lui. Non, pas de ça sous leur toit. Non pas qu’ils lui aient un jour interdit de ramener Den à la maison ou de dormir avec lui mais… Le contexte était très différent. A l’époque, elle n’avait pas besoin de traverser toute la maison avec une putain d’envie, les jambes autour de la taille du goalie. Alors chez lui, ça semble le plus logique. Mais elle farfouille dans son sac à main, à la recherche de son portefeuille.

"- ..."

Elle continue de fouiller son sac à main, évitant soigneusement de le regarder, mettant enfin la main sur ce qu’elle cherche et qu’elle ouvre précipita ment. Le petit emballage est bien là, dans une des poches du portefeuille, un peu délavé par le temps, le design un peu effacé, mais encore bon. Elle le saisit entre deux doigts pour le sortir, posant son bazar par terre sans plus de cérémonie avant d’enfin le regarder, l’emballage entre ses doigts.

"- Banquette arrière ?" propose-t-elle, serrant ses cuisses l'une contre l'autre en même temps.

LarkoDim
Messages : 1652
Date d'inscription : 14/06/2022
Région : Occitanie
Crédits : @ubbevans (Av.)

Univers fétiche : City/Surnaturel/Fantasy
Préférence de jeu : Homme
Scooby Doo
https://www.letempsdunrp.com/t5186-la-colocation-des-enfers https://www.letempsdunrp.com/t5197-listing-d-un-anxieux https://www.letempsdunrp.com/t5271-cerveau-mono-cellule-et-idee-en-vracs https://www.letempsdunrp.com/t5185-larkodim-une-plume-fragile-au-service-d-un-esprit-etrange
LarkoDim
Mar 15 Aoû - 17:27

Aayden J. Sachs
J'ai 32 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis hockeyeur pro et serveur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt correctement… Je crois...

Patine depuis toujours, aussi loin que remonte ses souvenirs ¤ Atteint de TDAH. Il prend des cachets et est encore suivi aujourd’hui ¤ Il a un dossier médical assez épais… De fractures, fissure et autre. Par chance, il n’a encore perdu aucune dents. ¤ Possède une branche de la famille qui est française ¤ Travaille dans une café/thé librairie quand il ne patine pas ¤ Possède un frère et une sœur avec qui les rapports sont assez conflictuels ¤ Il a une meilleure amie qu’il considère comme sa petite sœur, de quatre ans sa cadette ¤ Accro à la caféine, la théine et le chocolat ¤ Adore danser et chanter, le cinéma et les balades dans la natures ¤ A un chien nommé Pablo ¤

Fc. Marco Ilsø
Av by. Skeyde
Ordre donné, un simple ok en réponse. Tu n’as pas le temps. Même pas le temps d’envoyer un message par téléphone, l’esprit trop embrouillé pour faire le vide et réagir comme il faut. Tu démarres à peine, sachant que, si elle choisit chez ses parents ou chez toi, le début du chemin est le même. Tu la regardes faire du coin de l’œil, ne comprenant pas de suite ce qu’elle cherche dans son sac avant de manquer de piller à un feu rouge, la voyant tendre devant tes yeux l’emballage argent. Deux mots qui sortent de sa bouche. Deux.

Tu inspires profondément avant de tourner au vert pour aller vous cacher dans un parking perdu, le temps de tout verrouiller et de la rejoindre à l’arrière, comme deux adolescents en quête de frisson et d’envie… À sa deuxième remarque, tu te contentes de sourire, ayant en mémoire la possibilité que le tiroir où tu rangeais les préservatifs soit encore remplis d’une boite à peine entamée…. De quoi vous suivre jusqu’au bout de la nuit et au lever du jour…

------------------------------------------------------

Le réveil est compliqué. Le corps endolori, un poids sur le ventre, incapable de bouger, le dos en charpie. Tu ouvres à peine un œil, essayant de voir ton environnement. Mais il n’y a pas grand-chose à décrire. Les vêtements sont étalés un peu partout, des bouteilles d’eau vidées, une boite en carton dans un coin qui ne mérite pas qu’on s’y attarde plus de trente seconde et des paquets de bonbons, barres de céréales, peau de bananes réunis dans un sac plastique qui fait office de poubelle de secours. Tu grognes un peu, essayant de bouger, mais te rends bien compte que la petite chose allongée sur toi a décidé de faire la plus grande grasse matinée de sa vie.

Tu souris un peu, lui caressant le dos avant d’essayer d’attraper ton téléphone pour regarder l’heure. Il doit être près de dix heures et tu écarquilles les yeux en voyant le nombre hallucinant de notification manqué. Tu te facepalms et essayes d’attraper un écouteur sans fils pour écouter les messages vocaux que tu as pu louper. Andreas… Andreas… Lisa… Lisa… Lisa… Lisa… Encore… Toujours… Tu soupires et les écoutes un par un, vérifiant l’heure, te rendant compte qu’elle avait voulu passer par là pour vérifier que tout allait bien. Tu ne te rappelles pourtant pas d’avoir entendu la porte s’ouvrir. Peut-être que sans le vouloir, tu avais laissé ta clé dessus… C’est possible.

Entre la précipitation et une patineuse dans les bras, en train de dévorer tes lèvres, tu n’as pas dû faire attention. Tu soupires et te pinces les lèvres avant de prendre un selfie rapide, montrant juste le dos du crâne de la brune sur toi, l’envoyant à ta sœur de cœur et ton meilleur ami dans votre conversation de groupe.

Aayden a écrit :

Tout va bien. J’suis en vie, j’ai pas pu écrire avant, j’étais pas seul.

C’est dit, c’est envoyé. Tu reposes ton écouteur plus loin et ton téléphone sur le côté avant d’entendre une petite voix. Tu souris un peu en baissant le regard, embrassant ta partenaire sur le front.

- Bonjour, Princesse.


Recherches sans idées fixes ¤ Jusqu'à ce que la mort nous sépare

~
:heart1:  :heart1:
We can get high, we can get high, touching the sky
Never gonna come back down
We can run wild, shooting stars now, faster than sound
Build a kingdom in the clouds
~
Elsy Lullaby
Messages : 3761
Date d'inscription : 13/09/2017
Crédits : Nobody

Univers fétiche : Vie réelle / HP / Twilight / University
Préférence de jeu : Femme
LULLABY
https://www.letempsdunrp.com/t3385-lullaby-you-re-in-my-head-always-always-always-ok-mai-2023#71962
Elsy Lullaby En ligne
Mar 15 Aoû - 17:58

Cornelia Hardt
J'ai 22 ans et je vis à Hambourg, Allemagne. Dans la vie, je suis patineuse artistique et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire, toujours amoureuse de Lui, manquant de Lui et je le vis plutôt mal.

Elle sait qu'elle est adoptée depuis qu'elle a huit ans et l'a bien pris. • À douze ans elle a eu des propositions de coachs après une première place sur un podium. • Elle rêve d'une médaille olympique. • Elle a un grand frère, Caleb. • Victime d'une mauvaise chute à l'âge de dix-neuf ans, elle a pensé pendant quelques semaines qu'elle ne pourrait plus avoir le même niveau qu'avant. • Au fond, elle est toujours amoureuse de son ex, goalie de l'équipe des crocodiles, dix ans plus vieux qu'elle.
La nuit a été comme qui dirait… intense. D'abord sur la banquette arrière, au beau milieu du parking qu'ils avaient trouvé, trop pressés pour attendre d'être arrivés chez Den. Puis chez lui, rencontrant d'abord le canapé du salon après avoir claqué la porte, avant de finir dans la chambre du goalie pour y terminer la soirée à s'aimer comme au premier jour, se retrouver, réparer ce qu'elle avait bêtement brisé en voulant pourtant bien faire. Et ça avait été bon. Ça avait été mieux que ça. Bien mieux. Suffisamment intense pour qu’il ait quelques griffures dans le dos ce matin, quelques suçons dans le cou et sur la naissance de ses seins, pour elle. Suffisamment intense pour que leurs corps emmêlés se sentent douloureux quoique enfin comblés, soulagés de cette tension trop longtemps contenue.

Elle ouvre un œil paresseusement, remarquant directement qu’il est déjà tard, bien plus tard que l’heure normale de son lever. D’ordinaire, elle est du genre à se lever aux aurores pour lire, écrire, promener son chien et aller courir mais, aujourd’hui, elle s’était endormie pour la deuxième fois au moment où elle se serait habituellement levé, dormant jusqu’à maintenant d’un sommeil profond, réparateur, plein de rêves qu’il avait peuplé. Comment pouvait-elle être dans ses bras et encore manquer de lui au point de le rêver ? Elle l’ignorait. Mais elle l’avait fait.

”- Bonjour…”

Mon coeur. Mais elle n’ose pas. Elle a conscience qu’ils doivent parler, maintenant que la tension est un peu retombée, qu’ils sont capables de se regarder sans avoir envie de se sauter dessus, encore qu’en posant le regard sur ses lèvres, elle se fait violence pour ne pas les embrasser, après les avoir pourtant usé toute la nuit. Conscience qu’ils doivent s’expliquer, mettre des mots sur tout ça. Qu’il mérite qu’elle lui raconte ce qui s’est passé trois ans en arrière et… qu’elle ne veut plus de ça.

Princesse. Entendre ce surnom dans sa bouche à présent, bien que la nuit ait passé, que la tension semble s’être calmée, fait naître en elle un petit frisson. Elle voudrait l’entendre encore et encore, toujours. Il lui arrache un petit sourire et, cette fois, elle vient quémander ses lèvres, les frôlant des siennes, réclamant qu’il l’embrasse à nouveau.

”- Bonjour mon coeur…” souffle-t-elle encore, contre ses lèvres. ”Tu as bien dormit ?” qu’elle demande presque trop naturellement, comme s’ils étaient capables de reprendre leurs habitudes aussi simplement que ça. Peut-être qu’ils le sont. ”Ton dos, ça va ?”

Elle sait qu’elle le lui a blessé pendant la nuit, se souvenant parfaitement d’y avoir planté ses ongles quelques fois quand elle était plaquée au mur et même encore après, dans le lit. Elle ferme les yeux, une légère rougeur apparaissant sur ses joues en même temps, avant de se redresser dans le lit, tirant la couverture pour cacher son corps nu et prenant appuie sur son coude pour le regarder, sa main passant sur sa joue.

”- Tu as des choses de prévues aujourd’hui ou… ?”
Contenu sponsorisé
Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby
Page 3 sur 8
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Sujets similaires
-
» SMS Aaynelia • Nothing's gonna hurt you baby
» nothing's gonna hurt me with my eyes shut
» love is an excuse to get hurt and to hurt (ft. Elizabeth)
» SMS Aaynelia • We could just fly away
» Crash through the surface, where they can't hurt us.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: