Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

LE TEMPS D'UN RP

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen]

Clionestra
Messages : 3773
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Ven 12 Jan - 14:26

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 Li2d
Il n’attendait pas de la jeune femme qu’elle tombe amoureuse de lui. En réalité, la seule mission qu’il s’était imposé dans leur mariage, en plus de la fidélité qui était clairement si simple à tenir pour lui, était de la rendre heureuse. Pas amoureuse. S’il pouvait rêver d’un jour où son sentiment sera partagé, il n’en cherchait pas la réalisation. Il fallait plus de temps à la jeune femme que ce qu’il n’en faudrait à l’homme pour avoir des sentiments. Les femmes n’étaient pas comme les hommes. Oh, rien de sexiste en ce commentaire. Riftan pensait les femmes plus fortes, en tout point de vue. Et même si elles étaient amoureuses, l’amour avait sur elle une lumière nouvelle. Quand lui était incapable, encore plus que d’ordinaire, de parler ou d’exprimer quoi que ce soit. Ainsi, il ne demandait pas l’amour de la jeune femme. Mais il semblait plus juste qu’elle soit au courant de ce qu’il ressentait, ou en tout cas, ce qu’il avait vécu en la rencontrant, pour qu’elle comprenne qu’il était vraiment là pour elle. Il ne dirait pas qu’il mettrait le feu au monde pour elle, parce qu’il était un véritable gentil en son genre et qu’il ferait toujours en sorte de sauver tout le monde… mais il lui donnerait sa vie sans la moindre hésitation. Pour ses yeux clairs qui voient le monde, qui le structure et le découpe comme elle le fait avec les casse-têtes. Pour ce sourire qu’elle fait parfois, quand elle se sent à l’aise. Elle était si incroyable et il voulait pouvoir lui offrir un monde où elle vivrait pleinement heureuse. Même si c’était loin de lui. D’ailleurs, si la jeune femme le voulait, il divorcerait, mais avec la certitude que ça serait pour elle, son bien.

Et personne, pas même le roi qui lui avait pourtant proposé la main de sa fille en échange plusieurs fois, ne pourrait le faire divorcer de la jeune femme. Qu’importe que tout le monde pense que c’est une transaction. Qu’importe que tout le monde pense qu’il le faisait pour avoir de l’argent, inconscient de la véritable richesse de Riftan, qu’importe. Tant qu’elle, elle était avec lui, il se sentait heureux. Et si son bonheur, par la suite, était loin de lui, alors il laisserait faire. Il se penche pour récupérer le compliment avec modestie avant de regarder le jardin. Il l’aurait voulu plus fleuri encore, mais le climat n’autorise pas plus de couleur dans cette partie du monde. Il était un fin observateur, le petit, et comprenait très bien le malaise qu’il se mit doucement. Il aurait voulu lui dire qu’elle n’avait pas à s’obliger à chercher son bonheur, à lui, puisqu’inconscient encore de lui avoir parlé d’amour. Mais elle le coupa dans son élan mental, puisque la mise en place des paroles se faisait toujours dans son esprit avant d’être vocaliser. Il prit le papier qu’elle lui tendit et fronça les sourcils. Elle ne pouvait pas voir les différentes émotions qui traversèrent Riftan. Trop petite pour qu’elle transperce la couche habitué à ne rien montrer. Surprise, incompréhension, hésitation, réalisation, une nouvelle incompréhension. Il lui tend à nouveau le papier, n’ayant absolument rien compris à ce message.

- Je suis désolé, dit-il avec douceur, mais cette énigme n’est pas de moi. Je vous … je l’ai dis… Je ne suis pas assez malin pour faire quelque chose dans le genre.

C’était des énigmes niveau bac à sable qu’il avait fait. Et il rougit un peu, parce que la honte de se retrouver idiot devant la jeune femme était une GRANDE émotion, et secoua la tête pour essayer de reprendre contenance.

- Cependant, qu’il reprit doucement, le papier utilisé… Il ressemble à celui que l’on utilise pour cartographier les environs et faire des cartes. Plus solide et robuste que ceux les feuilles de correspondances.

Il essayait de trouver un moyen de l’aider. Il ne sait pas qui avait fait ça… mais il sait que ça ne ressemble pas du tout à ceux qu’il avait faits. Lui, c’était basique, et un peu partout dans son château parce qu’il avait voulu lui faire plaisir. La vanité de son geste ne s’en retrouvait que plus grande face à un vrai casse-tête. Il se courba, et il finit par dire simplement un :

- Je suis désolé.

Parce qu’il était incapable de l’aider. Parce qu’il était un peu bête et nul avec les mots. Parce qu’il l’avait regardait depuis 9 ans sans jamais lui adresser la parole, incapable qu’il était de se faire à l’idée qu’elle aurait pu le vouloir. Pour tout ça.

- Je peux vous montrer où l’on range les cartes, si cela peut vous aider… et faire une enquête pour savoir qui vous à fait cette énigme. Je doute qu’elle vienne de mon duché.

HRP – Je me suis permis de mettre un indice pour le papier. Je me suis dis que même sans rien savoir, il pourrait l’aider et que ça serait un peu cute. Mais n’hésite pas à dire que l’info sert à rien si tu préfères ça ;)


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 354
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Sam 13 Jan - 19:54

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
Gwendolyn guetta sur ce visage de marbre le moindre signe d'amusement. Mais ses traits restèrent indéchiffrables - évidemment. Mais quelle ne fut sa surprise lorsque le duc lui rendit soudain son papier en affirmant qu'il n'était pas de lui. La jeune femme écarquilla les yeux. Il paraissait parfaitement sérieux, comme d'habitude en réalité, mais elle ne doutât pas qu'il lui dît la vérité.

Cette réaction soulevait une question capitale: si Riftan n'était pas l'auteur de cette énigme, alors qui l'était ? Et surtout, comment ce papier s'était-il retrouvé dans un livre de la bibliothèque de son père ? Le marquis n'était pourtant pas connu pour son amour des casses-têtes, à moins que Gwendolyn n'ait manqué une facette de la personnalité de cet homme.

Mais avant qu'elle ne puisse formuler ses questionnements à voix haute, le duc lui fit part d'une analyse à laquelle elle ne s'était pas attendue. Un sourire naquit sur les lèvres de la jeune femme. Il était sacrément malin, comment n'avait-elle pas pensé plus tôt à se pencher sur le support même de l'énigme ?

"- Vous êtes brillant, souffla t-elle en détaillant le papier d'un regard neuf. C'est une excellente piste de départ.

Puis, remarquant l'air penaud du duc, Gwendolyn sentit un éclair d'incompréhension la traverser. Comment pouvait-il être navré alors même qu'il venait tout juste de faire un premier pas dans la bonne direction ? Sans lui, elle en serait toujours au même point mort. La duchesse s'approcha d'un pas et effleura faiblement son bras.

- Ne prenez pas cet air-là, protesta t-elle doucement. J'aime le regard neuf que vous apportez. En fait, j'aimerais que vous m'aidiez à résoudre cette énigme", ajouta-t-elle après une brève hésitation.

La jeune femme n'avait jamais travaillé en équipe. Elle avait toujours fait cavalier seul, et n'avait pas éprouvé le besoin d'être accompagnée. Mais pour la première fois, elle appréciait l'idée d'avoir un deuxième regard sur son travail et de ne pas être seule face à ce charabia.

Alors elle saisit entièrement le bras du duc, et se laissa mener jusqu'à la salle des cartes. Les doigts de sa main restée libre n'avaient de cesse de caresser le papier avec une curiosité renouvelée. Pourquoi une carte ? Pourquoi spécifiquement ce type de papier ? Peut-être le message n'était en réalité pas un mot, mais des coordonnées ? Mais de quels types ? Ou alors l'auteur de l'énigme était-il cartographe ? Ou n'était-ce qu'une pure coïncidence ? Déjà, son esprit se mettait à échafauder mille et une théories. Il ne s'apaisa que lorsqu'elle pénétra dans la salle des cartes, et que le duc entreprit de lui indiquer par où commencer.

Gwendolyn le remercia avec empressement avant de se mettre à examiner, toucher, rouler, dérouler, toutes les cartes qui lui passaient sous le nez. Il y avait là des territoires voisins qu'elle reconnaissait, d'autres qui lui étaient parfaitement inconnus. Elle ne put s'empêcher de se demander si Riftan avait voyagé dans chacune de ces contrées, s'il avait vu tant de terres qui lui étaient inconnues à elle. Comment était la vie, au-delà des frontières de son monde à elle ?

Soudain, une carte retint son attention. Il s'agissait d'une représentation très précise du domaine et des terres de son père. Cette carte-ci, elle la connaissait sur le bout des doigts. Malgré ses démons, ce lieu était le seul qu'elle ait jamais connu, celui dans lequel elle avait grandi. Gwendolyn ne put s'empêcher de passer un doigt nostalgique sur les contours du labyrinthe domanial, puis elle se figea.

"- Le papier..." murmura t-elle sans savoir si le duc était encore présent dans la pièce avec elle.

Elle compara de nouveau au toucher, puis au visuel, le papier de l'énigme et celui de la carte. Gwendolyn était loin d'être une experte en matière de papier, mais ils étaient étrangement similaires.

Après la vague d'excitation qui l'eut submergée, la duchesse ressentit une profonde déception. Après tout, quoi de plus normal que l'énigme vienne des terres de son père, puisque c'était là-bas qu'elle avait pris le livre dans lequel elle l'avait trouvé ?

"- Il faut croire que l'énigme vient tout droit du domaine de mon père, soupira t-elle pour elle-même. Quoi de plus prévisible."

Néanmoins, elle se resta optimiste. La piste du papier à carte avait éveillé de nouvelles pistes à explorer dans son esprit, et restreignait ses recherches au seul endroit qu'elle connaissait mieux que personne.
Clionestra
Messages : 3773
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Lun 15 Jan - 17:21

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 Li2d
Une excellente piste ? Il en doute un peu. Pas qu’il pense être à ce point stupide … mais normalement, le papier n’était pas un indice en soi dans les énigmes. Ou alors n’avait-il jamais vue d’énigme aussi complexe. S’il était assez doué pour la stratégie militaire mais cela s’arrêtait là. Il savait différencier les papiers pour les utiliser dans le cas, justement, où il devait mettre au point une stratégie militaire. Il se sentait un peu mal de ne pas pouvoir l’aider et du peu de ses connaissances. Cependant, et cela était la preuve que l’aura de la jeune femme était aussi puissant que son cœur, elle le rassura d’un geste doux. Même si elle ne le connaissait que depuis peu, il était heureux qu’elle le comprenne, ne serais-ce qu’un peu. Il avait simplement fallu qu’il lui dise pour son attraction pour elle… mais maintenant la jeune femme semblait à l’aise avec ça, non ? Il pencha la tête.

- Cela serait un honneur de vous aider.

Un honneur, un plaisir, une petite chose qui lui réchauffe le cœur. Parce que ça veut dire qu’elle ne le voyait plus comme une mauvaise personne ? Cela signifiait que leur relation avait vraiment évolué vers un « mieux » propice à être encore mieux. Cela lui plaisait. L’idée de lui venir en aide encore plus. Alors, il l’accompagna vers la salle des cartes. Il doutait de trouver quelque chose dans ses cartes, surtout si l’énigme venait de son ancienne demeure, mais pourquoi pas ? Après tout, certaines cartes étaient reproduites presque à l’identique pour être offerte et données, les passages secrets en moins. Riftan, il devait l’avouer, n’avait jamais offert les plans de sa ville, à personne, jamais. Parce que personne ne mérite son domaine, même en carte. Il essaya d’être le plus pédagogue possible pour lui présenter l’organisation de la salle. Il ne l’avait bien sûr par quitter, essayant de trouver une idée de carte qui aurait un rapport. Il trouva de vieilles cartes qui permettaient de faire le chemin entre les différentes zones et lui. Il rangea des cartes dans l’ordre des augmentations et nouvelles structures d’Anatol. Bref, il faisait sa vie et la regarder souvent à la dérobé pour essayer de comprendre comment l’aider. Quand elle parla, il s’approcha… restant tout de même assez loin de la jeune femme pour ne pas donner l’impression de la surplomber.

- Oui, dit-il sans savoir si cela aurait une quelconque importance pour elle qu’il lui réponde.

Il chercha dans la salle une zone délimité par des chiffres. Il y avait des chiffres et même si la pièce était un peu désordonnée il trouva ce qu’il désira. Le coin était fait de carte plus vieille, certaines datant de bien avant sa naissance. Il trouva les cartes de la demeure de la jeune femme d’il y a vingt ans, une de quarante ans et une de cent ans pour lui poser sur la table.

- Peut-être qu’il faut trouver ce qui a disparu ? En rapport au message, même si je ne le comprends pas. Pour les cartes de domaines, ou pire de demeures, il arrive souvent que la version que l’on offre enlève une partie des secrets. Les portes dérobées ou les raccourcis n’y sont pas marqués pour une raison évidente.

Riftan, lui, avait une carte biiiiien caché de son domaine avec toutes les sorties possibles et les anciennes constructions, pour pouvoir sauver son peuple au besoin. Il n’avait cependant pas besoin de la lire puisqu’il la connaissait sur le bout des doigts. Il devrait penser à la montrer à la jeune femme une prochaine fois, pour qu’elle apprenne les secrets du château et puisse se protéger au cas où. Il finit par montrer une carte qui était imposé sur le mur.

- Chaque seigneur possède son cartographe. C’est lui qui doit revoir les domaines, rajouter ce qu’il faut, enlever aussi et partir faire les cartes pour les armées. Le notre se spécialise dans la terre des monstres, mais il impose toujours sa signature avec son sceau pour préciser que cette carte a été faite sans censure pour son seigneur. S’il en fait pour un autre, sa signature sera légèrement différente, gardant les secrets. Cette carte, continue-t-il à expliquer à la jeune femme en lui montrant la carte de son ancienne maison d’il y a cent ans beaucoup plus petite que maintenant, a été certifié par le cartographe de mon aïeul.

Dans la famille de Riftan, il y avait toujours eu des espions. Il y avait toujours eu des personnes qui allaient dans les demeures des autres nobles pour en connaître les secrets. Le but étant de savoir ce qu’il se passe. Riftan et son père avant lui avaient arrêté d’envoyer les cartographes dans les maisons, pour les envoyer sur le champ de bataille. La politique était une guerre dont les deux se fichaient éperdument. Ils voulaient la paix de leur peuple, et personne ne viendrait les attaquer alors même qu’ils étaient la seule frontière entre la forêt de monstre et eux.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 354
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Jeu 25 Jan - 19:30

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
Gwendolyn ne cilla pas lorsque le duc lui présenta une carte complète - tous secrets exposés donc - du domaine de son père. Non seulement parce que la carte était ancienne, mais également parce que l'espionnage était monnaie courante dans leurs rangs. Il n'était donc pas étonnant que Riftan possédât une représentation des terres d'un domaine voisin, très certainement obtenue par ce biais. La jeune femme se rappela que son père lui-même envoyait régulièrement des espions aux quatre coins du royaume - de cela au moins, elle se souvenait avoir été intéressée, à cause du côté énigmatique et mystérieux des missions dont étaient affublés ces hommes.

Elle se pencha donc sur la carte vieille d'au moins un siècle, et se mit à observer. L'enceinte même du domaine était bien plus petite qu'aujourd'hui et les écuries faisaient elles aussi la moitié de la taille qu'elles avaient désormais. Gwendolyn s'amusa de retrouver le coeur historique du château familial qui lui, était resté inchangé. Son père avait un goût prononcé pour les traditions et en cela, il avait parfaitement conservé les pièces originelles du château dont il avait hérité. Même les extensions dont il avait commandité la construction bien avant la naissance de sa fille avaient été construites dans le respect du style d'origine de la bâtisse. Sur la carte que la duchesse avait sous les yeux, il ne manquait pas moins de deux ailes qui auraient dû se dresser fièrement de part et d'autre du domaine, et l'aile des domestiques lui paraissait également plus modeste que dans ses souvenirs.

Toute à ses contemplations d'un pan de sa propre histoire dont elle n'avait jamais connu l'existence, Gwendolyn mit de longues minutes avant de s'intéresser à l'extérieur du château, cet espace que pourtant, elle chérissait tant. Son regard fut alors attiré par l'emplacement où se trouvait le labyrinthe aujourd'hui. A la place du dédale végétal, était dessiné un symbole dont la signification lui échappait. Y avait-il eu un autre bâtiment à cet emplacement, qui aurait été rasé afin d'y faire construire le labyrinthe ? Gwendolyn fronça les sourcils. Si tel était le cas, elle n'en avait jamais entendu parler.

Soudain son coeur manqua un battement, puis deux. La duchesse se redressa précipitamment et fouilla avec frénésie dans sa poche pour en ressortir le papier plié de l'énigme.

"- Regardez ! s'exclama t-elle à l'attention du duc.

Ce disant, elle pointa tour à tour le symbole présent sur l'ancienne carte, puis ce même symbole qui apparaissait à nouveau sur l'énigme. Son regard pétilla d'un intérêt renouvelé.

- Ce n'est peut-être pas une coïncidence", s'emballa t-elle tout haut, toute retenue disparue.

Gwendolyn saisit avec empressement la carte à jour du domaine de son père, puis la superposa avec l'ancienne représentation, avant de se rapprocher de la fenêtre afin de voir en transparence à travers les deux cartes. Son regard se fit dubitatif. Si l'on en croyait ces deux cartes et leurs auteurs, le fameux signe inconnu se trouverait dans une zone sans issue à l'est du labyrinthe, zone qui dans les souvenirs de la jeune femme n'avait rien de notable et qui surtout, qui ne bénéficiait pas d'autant de lumière et de fleuraisons que le reste du lieu. Elle y avait pourtant souvent été, sans particulièrement apprécier la zone, mais elle n'y avait jamais rien vu de surprenant ou qui sorte du lot. Néanmoins, l'excitation qu'elle avait ressenti face à la découverte ne redescendait pas.

Si cela ne tenait qu'à elle, Gwendolyn se serait immédiatement rendue au château, dans le labyrinthe, et se serait mise à explorer avec une attention renouvelée ce fameux cul-de-sac. Mais cela impliquait de devoir retrouver son père, quitter le domaine d'Anatol dans lequel elle commençait enfin à prendre ses marques, et tout cela dans quel but ? Et puis, elle ne pouvait pas décemment demander au duc de la laisser repartir enquêter seule chez son père. Plus maintenant.

"- Je crois bien que la suite de ce mystère nous dirige droit dans le labyrinthe du domaine de mon père... commenta t-elle. S'il vous prenait l'envie un jour d'aller rendre visite à votre beau-père, faites-moi signe, ne put-elle s'empêcher de rajouter après une pause, sans savoir elle-même si elle plaisantait ou si elle était sérieuse.

Face à la fenêtre, la duchesse prit conscience du temps qui s'était écoulé. L'après-midi avait déjà bien été entamée, et le soleil commençait à décliner. Il était temps de libérer le duc et de le laisser retourner à ses obligations. Quant à elle... Elle ruminerait ces étranges découvertes en espérant y voir plus clair.

- Je vous remercie pour votre aide Riftan, cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas autant amusée."

Si son sourire à peine dessiné ne le laissait pas deviner, elle n'en pensait pas moins. Si le duc lui-même avait pris du plaisir à enquêter avec elle, elle aurait bien été incapable de le dire, mais il était certain qu'elle n'avait pas ressenti autant d'excitation face à une énigme depuis des lustres. Peut-être aurait-elle dû considérer de solliciter de l'aide extérieur plus souvent. Faire équipe n'avait pas que des mauvais côtés, visiblement. Mais encore fallait-il trouver le bon co-équipier. Cette pensée lui arracha un nouveau sourire, qu'elle dissimula habilement en se baissant pour récupérer Hunter qui s'était mis à somnoler sur un fauteuil baignant dans les derniers rayons du soleil.

Ce n'est qu'en sentant le doux contact de son pelage sous ses doigts que Gwendolyn réalisa que pour la première fois depuis son arrivée à Anatol, elle n'avait pas ressenti une seule fois le besoin de faire appel à Hunter de tout l'après-midi.
Clionestra
Messages : 3773
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 27 Jan - 18:13

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 Li2d
Il la regarde faire. Que pourrait-il faire de plus. Comme il l’avait si simplement exposé, il n’était pas le plus malin quand il était question d’intellectuel. Il n’avait pas réellement le besoin de comprendre. S’il pouvait savoir comment assiéger l’ancienne maison de sa Gwendolyn, il serait bien incapable d’en comprendre autre chose. Il ne pouvait pas faire plus que ça, d’ailleurs. Alors, quand elle s’exclame avoir trouvé, il s’approche pour voir s’il pourrait comprendre la révélation de la jeune femme. De manière assez étrange, il le peut. Il regarde la garde et le symbole. Il ne connaissait pas du tout la signification de ce symbole, mais il pouvait reconnaître deux mots identiques. Il hoche la tête. En effet, cela ne semble pas être une coïncidence, même s’il était sûr de ne pas avoir vue de bâtiment quand il avait rendu visite à la jeune femme. Il la laisse faire les vérifications qui s’imposent. Il avait souvent vue le labyrinthe des fenêtres. Il n’y était jamais allé à l’intérieur. Il ne pouvait pas savoir s’il pouvait y avoir un autre indice là-bas, comme une statue… mais… Le dessin des couloirs pourraient ressembler vaguement au symbole, lui aussi. Il écoute sa proposition. Il penche la tête.

- Vous ne voulez pas y aller le plus tôt possible ? s’étonne-t-il alors qu’il ne comprenait pas.

Il n’avait jamais réellement eu d’énigme comme ça à résoudre. Il était le genre de personne qui n’avait pas besoin de résoudre des énigmes. Parce que ça l’ennuie. Parce qu’il n’a pas le temps. Parce qu’il était simplement comme ça. Mais donc, il ne connaissait pas l’envie de finir une énigme, ou la passion. Pas avant maintenant. Ce qu’il lui plaisait n’était pas, d’ailleurs, l’énigme en lui-même que le bonheur qu’il pouvait voir dans les yeux de la jeune femme. Elle semblait heureuse. Alors, il voulait bien l’amener n’importe où. Il était, certes, un bourreau de travail, mais il l’avait déjà expliqué… il pouvait faire n’importe quoi pour elle.

- je crois que je ne me suis jamais amusé, souffla-t-il en y réfléchissant bien avant de faire une petite révérence pour lui dire qu’il avait bien entendu qu’elle voulait se séparer.

Il laisse la jeune femme prendre son chien. Il ne s’approche pas mais sourit un peu plus en voyant la boule de poil. Elle était … comme une peluche. Le chien ne ressemblait pas réellement aux animaux qu’il avait l’habitude de trouver. Les chiens abandonnés étaient plus souvent des gros chiens, dangereux quand ils sont mal éduqués et gros. La petite boule de poil était une étrangeté. Il se tourne vers elle et penche à nouveau la tête. Il le fait souvent quand il réfléchit sur une question dont il ne trouve pas la question. Il penche la tête et réfléchit donc.

- La semaine prochaine, qu’il murmure doucement, il y a le début des échanges de partenaires avec les propriétaires des mines de l’Est. De souvenirs, votre père possède des parts dans une des mines. Il ira certainement. Comme je n’appartiens pas au propriétaire, je n’y suis pas convié. Nous pourrions rendre visite à votre père, pile quand il n’est pas là, et nous serions hébergé le temps de faire un petit tour.

Il le propose doucement, en se demande si cela pourrait être une bonne idée. Et pour son planning à lui ? Il se demande sérieusement s’il le peut. Park pourra prendre une partie de son travail. Oui. Il en est sûr. Il pourra le faire et ça sera plus simple. Il aurait assez de temps pour laisser la jeune femme toute seule… Un jour, peut-être.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 354
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Mar 30 Jan - 15:28

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
La question du duc la prit de court. Si, bien sûr qu'elle voulait y aller au plus vite afin de poursuivre les investigations, mais ne comprenait-il pas qu'il ne s'agissait plus seulement de son bon vouloir à elle ? Non seulement elle ne pouvait pas envisager de faire le trajet seule, mais en plus, elle ne se sentait pas encore le courage de retourner faire face à son père. A force de voir comme le duc connaissait si bien ses habitudes, Gewndolyn avait oublié qu'il ne savait pas encore tout d'elle. Et visiblement, il ne savait rien de la relation houleuse qu'elle entretenait avec son père.

Sa remarque suivante manqua de peu de la blesser. Cet homme manquait décidément de tact. Elle-même venait de fournir un effort pour lui être plus agréable et lui en retour, lui assénait sans retenue qu'il ne s'était jamais amusé de toute son existence. Et cerise sur le gâteau, son visage restait invariablement de marbre, rendant impossible toute double lecture. Gwendolyn soupira intérieurement. Certes, elle ne le haïssait plus, mais c'était un bien drôle de personnage auquel elle avait été mariée.

Dépitée par la tournure qu'avait pris leur échange, la duchesse allait se retirer définitivement lorsque Riftan reprit la parole. Pour toute réponse, elle écarquilla les yeux de surprise. Il le savait donc, qu'elle ne souhaitait pas revoir son père. Et par dessus le marché, il lui offrait de l'y accompagner. Finalement avait-il pris goût au défi qu'ils s'étaient lancé ? Gwendolyn retrouva instantanément le sourire. Cet homme n'en avait pas terminé de la surprendre.

"- Ce serait avec joie, répondit-elle avec empressement. D'ici là, je prendrai mes fonctions de duchesse. Je pourrai alléger au moins une partie de votre travail afin que vous puissiez vous libérer pour quelques jours."

Elle le remercia d'un signe bas de la tête, ses bras encombrés par Hunter l'empêchant d'effectuer une révérence en bonne et due forme. Ce faisant, elle quitta la pièce, le coeur léger comme elle l'avait rarement connu.

Les jours suivants passèrent à grande vitesse, Madame Hamlet étant une instructrice particulièrement investie. Durant l'absence de Gwendolyn, elle avait pris ses fonctions très au sérieux et avait fait un excellent travail dont la jeune femme aurait le privilège de récolter les fruits. Elle fut notamment surprise par la grande autonomie et le pouvoir de décision qui était accordé à la duchesse d'Anatol. Ecartée de toute vie politique depuis sa plus tendre enfance, Gwendolyn devait travailler deux fois plus dur pour rattraper ses lacunes et espérer acquérir les connaissances nécessaires au bon exercice de sa nouvelle fonction. Elle dû donc se mettre à jour sur les relations qu'entretenait Anatol avec ses voisins, mais aussi les relations qu'entretenaient ces mêmes voisins entre eux, les enjeux connus du public et ceux qui étaient cachés, les choses essentielles à connaître sur chacun d'eux. La jeune femme fut abasourdie par la complexité des relations politiques, sans même parler des intrigues et autres réjouissances dont elle devait pourtant connaitre les rouages désormais. L'une de ses fonctions consistait en l'apparence en société et notamment à la cour, et si elle souhaitait préserver la bonne image d'Anatol auprès de la noblesse, elle devait être incollable sur ces sujets là. Gwendolyn se lança donc corps et âme dans l'étude de la politique et des usages de la cour, en tout cas celles que son père ne s'était pas embarrassé à lui inculquer. Comment aurait-elle pu savoir que la couleur d'une robe signifiait une humeur particulière, ou qu'il était inconvenant de porter une coiffe plus haute que celle de la maîtresse de maison ?

Alors lorsque fut venu le temps du départ promis par le duc, Gwendolyn l'accueillit comme une libération passagère. Durant les prochains jours, elle n'aurait plus à apprendre par coeur la longue lignée familiale de leurs voisins, ni n'aurait à répondre aux interrogations de Madame Hamlet sur la gestion du budget d'une réception. Cette escapade était finalement une bouffée d'air frais bienvenue.

Comme convenu, le duc l'attendait au pied de l'escalier central. Elle l'y rejoignit prestement, Mariana sur ses talons chargée de ses bagages et de Hunter.

"- Prêt ?" l'apostropha t-elle avec une joie non dissimulée.
Clionestra
Messages : 3773
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 4 Fév - 20:25

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 Li2d
Quand il avait dit ne jamais s’être amusé, il sous-entendait, bien évidemment, avant maintenant. Parce qu’il s’était réellement amusé avec la jeune femme… pour la bonne raison que la jeune femme était, donc, avec lui. Il ne pouvait que s’amuser. Inconscient d’avoir passé cette subtilité à la trappe dans sa réponse, il continue de lui parler de leurs projets de voyage. Il n’aimait pas particulièrement partir d’Anatol. Surtout parce que les attaques de monstres pouvaient reprendre n’importe quand et l’obliger à retourner sur le front comme après leur mariage… mais aussi parce que le reste du monde le débecte prodigieusement. Mais pour elle… Pour elle, il pourrait bien faire n’importe quoi. Même devoir s’habiller en pingouins –bien qu’il doute qu’il existe un costume de dandy qui aille à ses larges épaules- pour une soirée royale, tiens. Au moins, cela fera taire le roi qui demande si Riftan ne préfèrerait pas épouser la princesse à chaque lettre. Il verrait que Riftan ne pouvait avoir de sentiment que pour une personne, et c’était bien trop tard pour en changer.

Il fit une révérence à la jeune femme, pour la laisser faire ce qu’elle désire. Si elle désire apprendre, il la laisse faire. Si elle désire l’aider, prendre son travail de duchesse et le faire il la laisse. Il ne l’obligerait en rien. Il savait que les femmes avaient aussi le travail de faire des soirées ou des évènements, comme des repas de thés avec d’autres demoiselles. Bon. Quelque chose qu’il ne ferait jamais… et il se demande si Anatol était vraiment un bon endroit pour ce genre de chose. Il ne se pose pas trop de question. Il laisse Gwendolyn faire ce qu’elle désire et apprendre. Bien qu’il obligea chaque personne dans son domaine à rappeler à sa femme qu’elle avait le droit de ne rien faire aussi. Si elle voulait farniente dans un bain chaud, elle le pouvait.

Les jours s’écoulèrent simplement. Il travaillait. La regardait. Souriait. La regardait encore. Et parfois, il lui parlait. Sans sourire. Trop apeuré de faire quelque chose qu’il ne faut pas. Puis, il la regardait à nouveau. Il prenait des nouvelles, discrètes sans être un stalker non plus. Il voulait faire en sorte que ses journées dans ses murs soient parfaitement paisibles. Il ne voulait aucun souci. Très vite, les chevaliers prirent la partie d’aimer leur duchesse comme leur duc le faisait sans la moindre honte. Bien que cela soit à la manière de Riftan, donc avec plus de froideur que ce qu’il ne pourrait en avouer.

Il attendait dans un habit des plus pratiques. Pas beau. Juste pratique. Il n’y avait rien de différent à la tenue dans laquelle il était venu la chercher peu de temps auparavant. Il lui fit une révérence douce avant de lui tendre la main pour la faire monter dans le carosse.

- Je suis prêt.

Il était prêt pour elle. Le carrosse était le plus beau de ses biens. Il était pourtant plus lourd que la plupart, moins élégant. Chez lui, il ne servait à rien de l’élégance pour la protection. Il prit son cheval et se mit à côté de la jeune femme, dans le carrosse, lui dehors. Il préférait faire les chemins ainsi pour pouvoir protéger tout le monde. Il était peut-être le duc, mais il se faisait une mission d’être celui qui protège les siens… Mais il restait à proximité de la fenêtre ouverte pour pouvoir lui parler… parce qu’il en avait envie. Il n’avait pas reparlé de sa peur de son père, ou même de sa panique.

- Lorsque nous arriverons, fit-il, je mentirais en disant vouloir une discussion avec votre père pour de l’aide dans le financement d’un raid sur un nid de monstre. Bien évidemment, il n’en est rien. Mais je pense que cette discussion forcerait les employés à me laisser. Selon un espion que j’ai envoyé, votre père allait partir pour la réunion des propriétaires sous peu et nous devrions le manquer de peu.

Bien évidemment, le but était que la jeune femme ne croise pas son père. Ainsi, Riftan avait calculé que son père serait parti depuis au moins une demi-journée avant qu’eux-même n’arrive. Ainsi, ils seraient « seuls » avec les employés et les gardes restant, ainsi que les quelques personnes les accompagnants. Il n’avait pris que la femme de chambre de sa femme, qui était elle aussi dans le carrosse, ainsi que trois chevaliers. C’était largement suffisant alors que l’épée de Riftan se faisait plus lourde sur sa hanche. Il essaya de sourire mais la gravité de la situation (la peur que la jeune femme puisse être en danger pendant le voyage) le faisait froncer les sourcils en restant attentif autour de lui. Il regarde plusieurs fois la jeune femme sans oser rien dire. Il cherchait ses mots. Il n’était jamais réellement sur de comment discuter avec bien plus incroyable que lui.

- Vous … Qu’espèrez-vous trouver là-bas ? demanda-t-il alors.

Pour deux raisons. Il voulait savoir si ça pouvait être dangereux… et surtout, il voulait savoir ce qu’elle voulait y trouver au cas où elle ne le trouve pas. Si elle désire un trésor, et qu’elle n’en trouve pas, il pourrait lui fournir un trésor. Si c’était une portée de lapin, il pourrait aussi. Il n’y a pas grand-chose qu’il ne pouvait pas faire avec son statut et son argent.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 354
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Jeu 8 Fév - 15:27

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
En montant dans le carrosse prévu à son attention et à celle de Mariana, Gwendolyn s'abstint de préciser qu'elle aurait préféré faire le trajet à cheval à l'instar du duc. Malgré les douleurs musculaires qui l'avaient lanciné durant des jours, la jeune femme avait apprécié les longues heures passées à humer l'air de la forêt et le roulement apaisant du pas de sa monture - lorsqu'elle n'était pas trop occupée à se méfier de son nouvel époux, de son escorte, ou de sa horde de chiens. Bien des choses avaient changé depuis, et désormais, elle ne se méfiait plus ni des chiens, ni de sa suite, et encore moins du duc en personne. Mais justement parce qu'elle les tenait en estime désormais, elle ne voulait pas les insulter en refusant le carrosse qui lui était accordé. Et puis cette fois au moins, pourrait-elle profiter de l'agréable compagnie de sa femme de chambre.

Quelle ne fut sa surprise en réalisant que le duc avait pris le parti de rester à la fenêtre de ce même carrosse, engageant la conversation avec un naturel qui détonnait avec l'expression impassible de son visage. Gwendolyn avait fini par s'y faire et ne prenait plus cette apparente froideur personnellement, même si elle ne savait pas toujours ce qu'elle cachait réellement.

"- C'est une bonne idée, approuva t-elle tandis qu'il lui exposait le petit mensonge qu'il avait concocté.

Elle omit de lui mentionner qu'il s'agissait d'une couverture parfaite, puisque tous les employés de son père étaient eux aussi persuadés que le duc n'en avait qu'après la dot de Gwendolyn. Ils ne remettraient donc pas en question leur alibi, et les laisseraient passer une nuit ou deux sans poser aucune question. La jeune femme n'était pas enchantée à l'idée de devoir mentir éhontément à ceux qui avaient été ses seuls compagnons durant la majorité de sa vie, mais quelque chose lui soufflait que révéler la vraie raison de leur présence risquait de les compromettre. Tout particulièrement auprès de son père. Cette réunion de propriétaires tombait vraiment à point nommé.

- L'absence de mon père est un réel soulagement, reprit la duchesse d'une voix incertaine. Je vous remercie de vous en être assuré avant notre arrivée."

S'en suivit alors un long silence durant lequel Gwendolyn crut que Riftan allait prendre congé lorsque celui la questionna sur ce qu'elle espérait trouver sur place. La concernée haussa des épaules, le regard soudain plus vif.

"- A vrai dire je n'en sais rien. N'est-ce pas ce qui rend la chose encore plus excitante ?"

Que pouvait-elle bien avoir manqué dans ce cul-de-sac du labyrinthe ? Une inscription quelque part sur un banc qui lui aurait échappé ? Une statuette cachée dans les épais feuillages ? Une coffre, enterré à l'emplacement du symbole sur la carte ? Quelque chose de complètement différent auquel elle ne pourrait même pas penser ? Ou peut-être tout simplement rien, et ils étaient partis sur une fausse piste. Dans le pire des cas, cela lui aurait au moins permis de retourner passer quelques jours dans ces lieux qu'elle connaissait bien, entourée des quelques domestiques qui lui avaient manqué - la cuisinière en particulier, et le jardinier. Elle espéra de tout coeur que rien n'ait changé sur place durant ses quelques mois d'absence.

Le trajet se fit à un bon rythme et au crépuscule, le convoi s'arrêta finalement pour monter un camp de fortune pour la nuit. Le groupe était bien plus modeste que lors de son premier voyage, puisqu'ils n'étaient désormais plus que sept, en comptant le cocher, les trois chevaliers, Mariana, Riftan, et elle-même. Il ne fut pas nécessaire d'aller chasser, les provisions apportées suffisant largement à nourrir le groupe.

Assise sur un tronc couché aux côtés de Mariana qui n'en finissait plus de jouer avec Hunter, Gwendolyn mastiquait sa ration de pain et de fromage d'un air absent. La dernière question du duc la taraudait encore, et elle en était arrivée à se demander s'ils n'étaient pas partis trop précipitamment, sans prendre le temps d'évaluer leurs options. Peut-être était-elle entrain de faire perdre un temps qu'il n'avait pas au duc. S'ils ne trouvaient rien d'intéressant, Riftan se serait déplacé pour rien alors même qu'il était demandé sur tous les fronts à Anatol.

A pas silencieux sur le sol tapissé de mousse, Gwendolyn s'approcha du duc et s'éclaircit la voix pour signaler sa présence.

"- Et vous, qu'espérez-vous y trouver ? M'en voudriez-vous si nous avions fait tout ce chemin pour rien ?"
Clionestra
Messages : 3773
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 15 Fév - 18:59

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 Li2d
Il était resté silencieux. Autant pour son remerciement qu’il ne pensait pas mériter que pour ce qu’elle attendait de leur chasse aux trésors. Il ne savait pas quoi rajouter à cela. Il ne savait pas si cela rendait la chose « plus excitante ». Il ne ressentait pas l’évènement comme la jeune femme. Ce qui le faisait réagir, à l’intérieur de son âme, c’était la proximité de la jeune femme, et son bonheur. D’ordinaire, Riftan n’aurait pas pris le temps de faire une chasse aux trésors. Il n’avait pas le temps de faire la course pour quelque chose d’aussi incertain. Il ne pouvait pas se le permettre tout en comprenant que difficilement l’intérêt réellement. Il n’osa pas le dire à la jeune femme et resta simplement, donc, silencieux, pour le reste du temps. Les trois soldats parlaient un peu de tout et de rien, mais toujours dans des murmures pour rester alerte. Les soldats avaient appris à être des ombres pour leur duc comme le duc était une ombre pour eux. C’était ainsi qu’ils triomphaient des monstres et évitait les conflits la plupart du temps. Ils n’étaient pas comme on les décrivait parfois « des soldats froids et cruels qui aiment la chasse et le sang ». Certainement pas. Ils tuent quand il faut. Jamais par cruauté, toujours pas nécessité.

Au campement, il avait évité la chasse préférant porter les provisions dans une malle dans le carrosse. Plus stable, plus protégé et ça lui permettait de mieux protéger ses troupes. Il regarde parfois la jeune femme et tourne la tête quand il se rend compte qu’elle pourrait se sentir mal à l’aise. Même là, au milieu de la forêt, il trouvait qu’elle rayonnait et illuminait la scène comme le soleil le fait tous les jours. Elle rayonne et ses rayons l’atteignent parfois, lui dont l’âme était imparfaite et le caractère incertain. Il tourne la tête, essaie de s’occuper d’autre chose alors qu’elle s’approche pour lui parler. Cela l’étonne toujours quand elle s’approche. Qu’elle fasse le chemin vers lui. Après tout, elle ne l’aime pas. Et là, il ne parle pas du sentiment d’amour, mais même de celui d’amis ou de personne. La jeune femme devait toujours se sentir mal de sa manière de la courtiser aussi stupide qu’innocente. La question se posa et il réfléchit sans émettre le moindre mouvement de visage.

- Je n’espère rien, qu’il répond d’un ton sec et monocorde comme il en avait l’habitude. Et non.

Il observa un de ses soldats au loin qui s’étouffait avec un bout de bois qu’il mâchouillait. Le soldat fit un moulinet de la main pour exprimer une proposition à son duc. Cela signifiait « développe ». C’était une habitude que les soldats avaient de lui faire remarquer que personne n’était dans sa tête pour comprendre les subtilités de ses réponses. Riftan se tend un peu pour reposer les yeux sur la jeune femme avant de se racler lui aussi la gorge.

- Je veux dire… Je n’attends à rien. Je n’ai pas d’idée de ce que cette aventure vous proposera, cependant je sais que cela vous fait plaisir et vous plait, ce qui me plait. Et je ne pourrais jamais vous en vouloir, pour quoi que ce soit…

Il laisse un petit blanc, on pouvait clairement voir qu’il était en train de réfléchir à la manière de mettre les mots dans l’ordre pour exprimer la fin de son idée. Il n’était pas un bon orateur sans préparation, et il ne pense pas pouvoir être un jour prêt à parler à la jeune femme.

- Surtout que c’est moi qui est proposé de faire le chemin. M’en voudriez-vous si je vous impose de retourner chez vous pour ne rien trouver au final ?

Encore une fois, une autre personne aurait pu avoir un visage taquin, charmeur ou sarcastique à cette phrase. Lui, il n’exprimait rien de plus d’une réflexion simple et neutre. C’était sa faute, en réalité, s’ils étaient en train de faire le chemin vers la maison qui l’avait blessé. Il ne savait pas exactement tout… mais il savait qu’elle n’était pas heureuse de rentrer chez elle, mais heureuse de chercher son énigme. Il espérait qu’elle ne souffrirait pas de ce déplacement, qu’importe ce qu’ils découvriront (ou pas) dans ce labyrinthe.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 354
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Sam 2 Mar - 21:45

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 5 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
La première réaction de Riftan la fit tiquer. Elle fit son possible pour faire mine d'ignorer le petit jeu de communication silencieuse entre lui et son soldat. Visiblement, ce dernier semblait encourager le duc à développer un peu plus le fond de sa pensée - conseil sur lequel Gwendolyn le rejoignait entièrement. Il était difficile pour elle de savoir de quoi il en retournait exactement, lorsque les réponses qu'il lui accordait étaient si brèves. Bien qu'elle eut compris depuis le temps qu'il ne s'adressait pas à elle ainsi pour la blesser mais simplement car il avait pour habitude de communiquer de la sorte, la duchesse n'était pas contre un peu plus de matière pour entretenir la conversation. La perspective d'une vie entière d'échanges brefs et secs ne l'enchantait pas franchement.

D'un sourire imperceptible, elle remercia le soldat pour son intervention puis reporta son attention sur le duc. Elle lui laissa le temps de trouver ses mots, lui qui semblait si peu habitué à cet exercice. De nouveau, elle eut cette sensation qui l'avait envahie des semaines auparavant dans le pré du village. Un étrange mélange d'amusement mêlé à de l'attendrissement, comme on pourrait en ressentir face à un enfant qui fait des efforts pour bien faire un exercice. Mais il y avait autre chose encore, mêlé à tout ça, sur lequel elle ne parvenait pas à mettre de mot. La duchesse chassa d'un mouvement de tête le complexe maelstrom de sentiments qui l'avaient assailli. Ce n'était pas le moment de tergiverser sur ses propres états d'âme.

Face à elle, le duc continuait à arborer cet air impassible. Pourtant, Gwendolyn n'y vit aucune menace ni aucune malveillance. Bien au contraire.

"- Non, répondit-elle doucement. Je ne vous en voudrais pas."

Elle n'ajouta pas qu'elle n'était plus réellement certaine de pouvoir lui en vouloir pour des broutilles. Lui qui avait été si bon avec elle, qui s'était avéré être une source de joie inattendue, et qui, sous ses airs impénétrables, avait prouvé tant de fois qu'il ne la brusquerait jamais. Fut un temps, elle aurait sauté sur la moindre occasion pour l'accuser de tous les maux et se conforter dans l'illusion d'un mari malveillant. Gwendolyn n'avait jamais osé imaginer un jour pouvoir ne serait-ce qu'apprécier son époux, depuis la première impression désastreuse qu'il lui avait faite le jour de leurs noces. Mais Riftan était une énigme, l'énigme la plus difficile qui lui avait été donnée à ce jour - peut-être rivalisait-il uniquement avec l'énigme qu'ils cherchaient à résoudre ensemble en ce moment même.

Quoiqu'il en soit, la duchesse était déterminée à mieux le comprendre, à apprendre ce langage que seul lui semblait parler, et à percer à jour ce qui se cachait derrière cette carapace. Car elle en était persuadée désormais, Riftan n'était pas que cette façade de fer qu'il semblait arborer sans même plus s'en rendre compte. Comment en était-il arrivé là ? Qu'avait-il vu, qu'avait-il vécu pour se barricader ainsi au monde extérieur ?

Malgré son caractère, malgré l'évidente révulsion que la jeune femme lui portait, Riftan n'avait cessé de lui tendre la main. Il n'était pas la porte de prison qu'il semblait être au premier abord. Il n'était pas non plus un sanguinaire nerveux né dans le seul but de tuer des monstres. Mais qu'était-il alors ? Qui était-il au fond ?

Gwendolyn ressentait depuis quelque temps déjà le besoin de faire confiance à cet homme, peut-être même l'envie de lui faire confiance. Mais pour cela, il lui fallait clarifier une toute dernière chose avec lui.

"- Riftan, reprit-elle en prenant place à ses côtés, pourquoi êtes-vous parti ainsi des années durant, sans donner la moindre nouvelle ?"
Contenu sponsorisé
A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen]
Page 5 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Sujets similaires
-
» (f) the monsters in our minds
» Love doesn’t make the world go round. Love is what makes the ride worthwhile. (némésis)
» (m) True love, made love. - DC Comics (en cours)
» Riveria * But how am I supposed to love you when I don't love who I am ?
» SMS Riveria * But how am I supposed to love you when I don't love who I am ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: