Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-48%
Le deal à ne pas rater :
Réfrigérateur-congélateur CANDY 400L – No Frost – Classe E
569.99 € 1099.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen]

Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Mar 20 Juin - 17:08

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 Li2d
- Vous êtes loin d’être une illustre inconnue, Milady, commença-t-il doucement avant de se reprendre, ignorant ce qu’il pouvait ou non dire.

Pouvait-il lui dire qu’elle était dans ses pensées depuis si longtemps que ça en devenait une présence rassurante ? Pouvait-il lui dire qu’il n’avait jamais touché une femme parce qu’il ne voulait qu’elle ? Ou qu’il ne regardait les autres femmes que pour comparer la grande de sa bien aimée aux autres ? Sa femme était une déesse. Elle venait de l’Olympe. Elle était incroyable, chaque parcelle d’elle était d’une bonté incomparable. Il l’observa. Ouvrant plusieurs fois la bouche en cherchant les mots à dire. Mais il se tut à chaque fois. Il ne savait pas ce qu’il pouvait dire ou non. Est-ce que cela faisait de lui un homme étrange que de dire qu’il avait aimé une femme sans connaître le son de sa voix ? Il avait aimé son aura. Elle avait toujours cette aura. Mais quelque chose l’obscurcit, la rends triste, apeuré. Lui ? Est-ce que c’était lui qui lui faisait peur ainsi ? Est-ce que c’était lui qui donnait l’impression qu’il allait la frapper ou lui faire du mal ? Il était un soldat, un chevalier émérite. Un tueur. Il était fait pour ça. Il comprenait qu’on puisse avoir peur de sa présence… mais Gwendolyn était la seule femme à qui il voulait faire peur.

Il approcha sa main alors que le dessert avait été servi. Il approcha sa main de celle de la jeune femme et se mit à caresser sa peau, doucement. Il rougissait un peu. Complètement. De ce geste qu’il osait faire maintenant. Il ne savait pas quoi faire. Il la regardait dans les yeux, essayant de trouver son regard. Elle recula de sa chaise et il se figea. Il n’avait pas l’impression qu’elle le voyait vraiment. Il avait l’impression qu’elle était comme un soldat voyant son cauchemar sous ses yeux. Il se leva à son tour.

- Milady ? Milady ? Gwendolyn ? Je …

Il s’approcha d’elle. Que ferait-il normalement ? Face à un soldat, il le prendrait et le secouerait jusqu’à ce qu’il retrouve ses esprits. Mais il n’était pas face à un soldat. Alors il ne savait pas quoi faire. Il était désemparé et n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait faire. D’un coup, il eut une idée stupide. Digne d’un garçon élevé parmi les animaux et les loups … D’un garçon que l’on ne connait que peu et qui ne parle encore moins. Il s’approcha de la jeune femme et l’attrapa dans ses bras, avant de se mettre sur le sol à son tour, la jeune femme dans ses bras. Et il la serra contre lui.

- Ne panique pas. Je suis là. Je suis là, mon amour. Je suis là.

Et avec douceur, il caressa sa tête qu’il coinça dans son cou. Pendant ce temps, il avait fait signe à Park pour lui ramener le chien. Parce qu’il avait cru entendre le nom de l’animal, et que Riftan, lui, il savait qu’il aimait bien être entouré de sa meute. Il caressa la tête de la jeune femme, ainsi positionné dans un câlin étrange jusqu’à ce que la tête du chien apparaisse entre eux. Il se poussa et laissa le chien venir sur le torse de sa maîtresse pour japper de bonheur. Park, en très bon majordome, avait fait en sorte que personne n’entre dans la pièce tout le long.

- Je suis vraiment navré de vous avoir fait peur ainsi, Gwen… euh Milady. Je ferais un effort pour paraître moins euh… moi. Je suis navré.

Et doucement, il desserra son étreinte pour qu’elle puisse s’enfuir loin de lui si elle le désire.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 345
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Mer 21 Juin - 14:35

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
Deux bras l'enserrèrent et l'espace d'un instant, Gwendolyn crut que Maya était de retour, avec ses paroles apaisantes et sa voix douce et familière. Pourtant, la poigne se faisait bien plus ferme et quelque part, bien plus sécurisante que la main frêle de sa gouvernante. Qui était-ce ? Ce n'était pas son père, elle en était certaine. Ce n'était pas son père et c'est tout ce qui comptait pour le moment. Alors elle se blottit dans l'étreinte puissante qui la coupait du reste du monde. De la présence angoissante de son père, qui était encore quelque part par là.

"- Hunter", murmura t-elle d'une voix inaudible.

Elle tremblait comme une feuille morte. Elle n'était plus qu'une ombre terrifiée, qui attendait que la tempête passe. Pourquoi Hunter n'était-il plus avec elle d'ailleurs ? Le lui avait-on repris pour la punir ? Qu'avait-elle fait, encore ?

Son esprit se mit à dériver pour se protéger de la réalité bien trop dure à affronter. Elle entendit une voix rauque souffler quelques mots à son oreille. Ce n'était toujours pas son père. Elle était en sécurité. Pour le moment. Une main lui caressa les cheveux avec douceur. Mais Maya ne le faisait jamais. Personne ne le faisait jamais. Alors qui... ? Le noeud dans ses entrailles se resserra encore un peu. Hunter...

Puis il apparut, enfin. Avec son éternelle joie de vivre, avec son inépuisable énergie. Le petit chien lui bondit sur la poitrine, léchant affectueusement son visage et son cou. Gwendolyn respira enfin. La tension dans ses entrailles s'apaisa. Tout irait bien maintenant qu'il était là. Tout irait bien.

Alors son cerveau se remit lentement en marche, et elle réalisa qu'elle était allongée au sol, et que face à elle se tenait ni plus ni moins que le duc glacial en personne. D'un bond, la jeune fille fut de nouveau sur ses pieds, enserrant l'épagneul nain contre elle. Le duc se mit à débiter des excuses à tout va, sans pour autant avoir l'air le moins du monde désolé. Déboussolée, Gwendolyn l'observa avec une appréhension mêlée à de l'incompréhension. Elle secoua vigoureusement de la tête, sans réussir à le suivre. Elle ne comprenait plus rien. Son corps lui hurlait de fuir. Alors sans demander son reste, elle fuit.

Sans un regard en arrière, elle ouvrit la porte de la salle à manger à la volée et remonta précipitamment dans ses appartements. Elle voulait être seule avec Hunter, loin de tous ces gens étranges. Loin du fantôme encore bien présent de son père.

"- Milady, l'accueillit Mariana lorsque la duchesse pénétra brusquement dans la chambre.

- Vous pouvez vous retirer pour ce soir Mariana, je vous remercie", répondit Gwendolyn aussitôt, en prenant sur elle pour empêcher sa voix de trembler.

Avec un geste de la tête et une révérence, la femme de chambre quitta la pièce sans un bruit, la laissant seule dans sa prison dorée avec Hunter.

Sans ménagement, la jeune fille retira sa robe dont le corset et le col lui donnait l'impression de ne plus pouvoir respirer. Elle passa une robe de nuit bien plus confortable et s'écroula de tout son long sur le lit. Mariana avait allumé quelques bougies pour maintenir de la lumière dans la chambre, une attention qu'elle apprécia tout particulièrement. Elle n'aurait pas supporté de se retrouver seule dans l'obscurité, là tout de suite.

Comme pour la réconforter, Hunter la rejoignit sur le lit et se blottit contre elle, près de son coeur. D'un geste absent, la brunette se mit à caresser le pelage doux du petit chien. Ce faisant, elle ressassait inlassablement les évènements qui venaient de se produire. Elle avait cru voir son père, et s'était déclenchée une crise de panique. D'une manière ou d'une autre, il semblerait que le duc l'ait aidé à se calmer, mais elle n'avait retrouvé ses esprits que lorsque Hunter avait débarqué Dieu sait d'où. Et puis elle s'était enfuie. Elle avait honte. Terriblement honte d'avoir cédé ainsi à la panique alors même qu'elle s'était jurée de ne pas se démonter face à l'impassible duc. Elle venait de lui faire une démonstration probante de toutes sa faiblesse, lui offrant sur un plateau d'argent sa véritable nature. Une bonne à rien effrayée. Son père avait raison. Il avait toujours raison. Et le duc ne ferait plus qu'une bouchée d'elle maintenant qu'il connaissait la vérité.

Ce constat l'empêcha de fermer l'oeil de la nuit. Des heures durant, Gwendolyn fixa le plafond de son lit à baldaquins sans parvenir à fermer l'oeil le moins du monde. Hunter lui, s'était endormi depuis déjà belle lurette. Réalisant après plusieurs heures qu'elle ne s'endormirait pas cette nuit, la jeune fille s'extirpa du lit et récupéra le livre qu'elle avait ouvert plus tôt dans la journée et plus important encore, le message codé qui y était toujours glissé.

Elle s'installa sur le petit bureau encore éclairé par la chandelle qu'avait allumé sa femme de chambre, Gwendolyn se mit à fixer intensément le papier jauni par le temps. Les rouages de son esprit se mirent en action, traquant le moindre début d'indice sur le mystérieux message. Ainsi occupé, son esprit arrêtait de divaguer d'une pensée désagréable à une autre, et restait concentré sur une seule tâche, prenante, obsédante, addictive : découvrir le sens de cette nouvelle énigme. La brunette sentit l'adrénaline la gagner. Sa toute première véritable énigme, l'enjeu était bien plus intéressant que toutes celles qu'elle avait pu résoudre jusqu'ici ! Qu'importe ce que contenait ce message, elle se jura de le déchiffrer. Et jusqu'au petit matin, elle s'arracha les cheveux sur le morceau de papier, sans succès... pour le moment.
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 22 Juin - 23:47

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 Li2d
Il fit ce qu’il pu. Mais de toute évidence, ce qu’il pu n’était pas assez. Il laissa la jeune femme partir de ses bras. Observant sa fuite avec le cœur lourd. Qu’avait-il donc fait pour lui faire peur ainsi ? Au point de faire naître en son âme une crise d’angoisse pareille ? Et surtout, comment devait-il traiter une crise de panique pour une femme ? Ses soldats, il les secoue. Il les fait revenir sur Terre et le fait se concentrer sur lui… mais elle ? Elle n’était pas un soldat. Qu’est-ce qu’il avait bien pu faire ? Il resta au sol, mit sa main sur son visage et respira difficilement alors qu’il se leva. Il ne savait pas du tout comment il pourrait faire. Il avait bien sûr trouver une solution pour lui dire ce qu’il pensait d’elle … mais il ne pensait pas que ça serait aussi dur d’être avec elle alors qu’elle le déteste.

Il avait caché un code dans un de ses livres. Un code qui avait pour but qu’elle trouve la bibliothèque du château. Le message codé, si simplement qu’il en avait été frustré de ne pas être plus malin, était simplement une suite de gauche, droit, devant, derrière. Et le nombre de pas. Bien sûr, il avait calculé avec ses pas à lui, mais il pensait la femme assez intelligente pour trouver tout de même la bonne destination. Et dans la bibliothèque, il y avait un second exemplaire du livre dans lequel il avait glissé un code. Il y avait un autre code, qui l’emmènerait ailleurs, ainsi qu’une lettre… un poème.

Une version plutôt imagée et maladroite de la première fois où il l’avait vu. C’était le genre de poème court et simple. Qui n’était clairement pas écrit par un poète. Mais cela avait eu le mérite de lui faire prendre le temps. Tout le monde savait, ici, que s’il trouvait une lettre au nom de Gwendolyn, il avait l’obligation de la laisser en place. Il avait préparé ça avant de partir se marier … Se disant qu’il pourrait attendre de la voir découvrir son château ainsi … il ne s’attendait pas à ce que la jeune femme ne vienne pas… et qui soit absent tout ce temps. Les lettres et les codes ne devaient même plus y être.

Il l’avait laissé partir, et il se prenait littéralement la tête avec cette histoire. Pourquoi ne pouvait-elle pas simplement le croire ? Alors qu’il disait la vérité en la regardant dans les yeux. Alors qu’il faisait tout pour le prouver par ses actes et ses attentions. Etait-il si affreux ? Il n’avait même pas de cicatrice sur le visage. Il était …. Il partit se coucher.

Le lendemain matin, il se retrouve peigné, parfumé, bien habillé, il a dormi, peu… mais il a l’habitude de dormir peu. Il a l’habitude de dormir deux ou trois heures. Il sait comment faire pour gérer son sommeil. Alors, le matin, il est prêt. Il le croit. Il espère. Il ne sait pas. Il essaie de se dire que tout va bien se passer. Alors il approche la main de la porte et il toque. Il n’attends pas, cette fois, qu’elle lui dise de venir comme la dernière fois. Il se racle juste la gorge avec force. Il espère que ça suffira.

- Milady … êtes-vous prête pour la visite du château ? Nous pouvons repousser cette visite à plus tard si vous préférez, cela sera à votre convenance.

HRP – Si elle décide de faire la visite, bon il lui fait visiter personnellement, mais si tu ne préfères pas, il peut simplement être dans la bibliothèque. Je ne sais pas si j’avais le droit de dire pour le code, mais au pire on peut en faire deux. Et je t’enverrais le poème nul si tu le veux aussi ;)


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 345
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Sam 24 Juin - 22:40

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
HRP:

Il y avait un insigne là, qu'elle ne comprenait pas. Elle avait tourné et retourné le petit papier une bonne centaine de fois. Si elle avait espéré occuper son esprit jusqu'à en tomber de sommeil, c'était entièrement raté. Elle n'avait réussi qu'à se maintenir pleinement éveillée, le cerveau refaisant et défaisant des hypothèses les unes après les autres. Quand on toqua à sa porte, Gwendolyn releva brusquement le nez de son bureau. Quelle heure était-il ?

La voix du duc résonna de l'autre côté. La visite du château. Elle avait complètement oublié. Ou plutôt, elle n'avait pas réalisé que la matinée avait déjà été bien entamée. Mariana avait dû penser bien faire en la laissant dormir tant qu'elle ne la ferait pas appeler. Si elle avait su qu'elle n'avait pas fermé l'oeil de la nuit... Précipitamment, la jeune fille glissa le papier dans l'un des nombreux tiroirs vides du bureau et se racla la gorge avant de répondre.

"- Laissez moi un instant, j'arrive."

Elle saisit une robe au hasard dans ses malles qui n'étaient toujours pas défaites, et la passa à la hâte. Elle prit à peine le temps de vérifier que ses cheveux n'avaient pas trop mauvaise allure. Tant pis pour aujourd'hui, elle les laisserait détachés. Elle n'avait ni le temps, ni la patience de les coiffer en l'instant. Réveillé par le bruit, Hunter s'était sagement assis devant la porte en attendant que sa maîtresse termine de se préparer. Il les accompagnerait pour cette visite. Cette fois-ci, elle ne commettrait pas l'imprudence de le confier ailleurs.

"- Milord", salua t-elle le duc en ouvrant sa porte.

Elle prit le bras qu'il lui offrait, raide, et se laissa guider ainsi, Hunter sur ses talons. La vue du duc avait réveillé les souvenirs désastreux de la veille, mais Gwendolyn s'efforçait de se contenir. D'une oreille distraite, elle l'écouta lui présenter les pièces les unes après les autres.

Le domaine était plus modeste dans son ensemble que l'extravagant château de son père. Ici, aucun étalage de richesse, ni de trésors à proprement parler. Les pièces étaient sobrement décorées, simples, fonctionnelles, mais élégantes. A l'image de ses nouveaux appartements. Du goût. Indéniablement, quelqu'un avait du goût dans ces lieux. Etait-ce Park ? La jeune fille s'imaginait difficilement le duc en personne se charger de la décoration de son château. Cela ne seyait pas vraiment au personnage - surtout s'il avait tendance à s'absenter régulièrement pour des périodes s'étalant sur plusieurs années.

Ils passèrent ainsi de salle en salle, découvrant tantôt un cabinet, tantôt un salon. La bibliothèque était étonnamment grande pour la taille du château. Gwendolyn s'en réjouit intérieurement en marchant dans quelques allées choisies par le grand brun. Elle prit note de repasser plus tard faire un tour plus approfondi des étagères et des livres qu'ils contenaient. Après la dernière aile du château, le duc poussa même la visite jusqu'aux écuries, où la jeune fille reconnut la monture qui lui avait été prêtée lors de son trajet qui l'avait menée ici.

De temps en temps, Gwendolyn ponctuait les explications fournies par des hochements de tête ou des injonctions. Histoire de ne pas le laisser converser seul. Mais l'unique partie qui l'émerveilla réellement et qui lui arracha un sourire furent les jardins. Malheureusement pour elle, aucun labyrinthe ne se profilait à l'horizon. Mais les allées fleuries et les bosquets végétaux étaient bien entretenus et promettaient d'agréables sorties pour prendre l'air. Tant que ses effrayants loups restaient à distance, elle se réjouissait déjà de pouvoir flâner dans ces beaux jardins.

Le duc termina son tour en passant des jardins à la petite salle à manger dont elle avait fait la malheureuse connaissance la veille. En y remettant les pieds, Gwendolyn ne put s'empêcher d'exprimer ce qu'elle retenait depuis le début de cette visite.

"- Je tenais à m'excuser pour l'incident d'hier soir, Milord, fit-elle, la voix dure. Cela ne se reproduira plus."

Si cela ne se reproduirait réellement plus, elle n'en savait elle-même rien. Mais elle voulait croire que oui. Parce qu'elle ne lui ferait pas une nouvelle démonstration de sa faiblesse, et qu'elle ne retomberait pas dans la peur qui l'avait tenue par les entrailles auprès de son père. Plus jamais.
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Lun 26 Juin - 1:00

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 Li2d
HRP – Alors on peut dire que l’énigme de Riftan se trouve dans un des cadeaux avec un livre. Cela serait le genre NNN SS E O (pour les points cardinaux et le nombre de pas, genre trèèèès simple).
Et dans le second, ça sera une énigme dans un miroir qui dit : « La première fois que je t’ai vu, le soleil déclinait pour se coucher, et je n’ai jamais vue une femme aussi belle de toute ma vie ».)


Il attend Riftan. Patiemment, il attend à la porte. Il se déplace contre le mur opposé et il met un pied contre le mur pour se soutenir. Il tient sur un pied, il respire, doucement, tranquillement, parce qu’il a besoin de ça. Il ne laisse jamais rien paraître sur son visage, ou dans sa gestuelle. Il savait être le maître de lui-même. Il avait besoin d’être le maître de lui-même. Il se relève doucement quand il l’attend s’approcher, recompose avec son visage de marbre. Il se penche doucement pour lui faire une révérence. Il est doux dans ses gestes mais il reste stoïque. Il était aussi souple qu’un moulin. Alors il se relève, doucement, l’observe et lui propose d’y aller d’un geste courtois de la main. Il fit le travail, aussi stoïquement que possible. Il essaya de parler d’Anatol avec des grands mots, en dire le plus de bien possible, présenter son château et ses habitants avec le plus de motivation possible.

Parfois, il se laissait aller à la joie et à la fierté. Il reparlait de ce monde qu’il aime tant. Son monde. L’endroit qu’il préfère. Il aime Anatol. Mais il se souvient aussi que d’être aussi joyeux était bizarre sur lui. Son sourire était trop bizarre. Alors il ferme la bouche et essaie de se concentrer sur ce qu’il compte. Il voulait simple faire la plus grande joie à Gwendolyn, lui apportait la paix. La joie. Puis, il l’écoute et penche la tête.

- Ce n’est rien. Et j’espère que cela ne se reproduira plus, qu’il dit de cette manière froide dont il l’habitude avant de se figer d’un coup, je veux dire que si vous allez réellement bien !

Il paniquait. C’était la première fois, peut-être qu’elle verrait l’homme comme ça. Riftan n’était pas le genre de personne qui paniquer. Jamais en réalité. Il était le genre à composer avec ce genre de panique. Il devait être maître de lui-même. Il ne pouvait pas montrer ses sentiments. Il ne devrait pas pouvoir montrer ses sentiments … et pourtant. Pourtant … Il était en train de montrer de la panique.

- Vous pouvez faire des crises de panique, et je vous tiendrais encore, et je vous protégerais et vous défendrais contre les risques. Mais j’aimerais que vous n’ayez plus besoin de faire des crises de panique.

Il ne s’approche pas d’elle mais la regarde avant de regarder le chien au sol et de se pencher pour lui flatter à nouveau la tête d’une caresse douce et maîtrisé. Malgré sa grande main.

- On peut en parler, et vous aidez à aller mieux, si vous le désirez. Le mieux pour ça, c’est de parler à quelqu’un mais je comprendrais que vous ne voudriez pas de moi. Je sais gérer les crises de paniques et les peurs de mes soldats. Alors n’hésitez pas.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 345
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Lun 26 Juin - 16:17

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
Ses mots la glacèrent jusqu’au sang. Une menace, elle percevait une menace dans le ton du duc. J’espère que cela ne se reproduira plus. Bien sûr qu’il l’espérait. Qui voudrait d’une duchesse apeurée, incapable de tenir un repas sans se laisser gagner par l’angoisse ? Il allait lui retirer les fonctions qu’il lui avait proposé hier. Il allait peut être même la renvoyer chez elle. Et quelque part, cette perspective ne la réjouissait pas. Elle n’était pas mieux aux côtés de son père - le vrai, en chair et en os - qu’ici aux côtés de l’impassible duc.

Puis il se mit à bafouiller et Gwendolyn écarquilla grand les yeux. Elle ne le suivait pas. Était-il en colère ou voulait-il réellement son bien ? Elle ne savait pas. Elle ne savait plus. Il commençait sérieusement à jouer avec ses nerfs. L’instant d’avant, il la terrifiait, et l’instant d’après, elle voulait croire en sa sincérité. En dépit de son visage de marbre, elle voulait croire qu’il souhaitait réellement l’aider. Elle aurait voulu qu’il puisse lui apprendre à maîtriser ses peurs. Comme il l’avait si justement souligné, il était un soldat après tout. La panique, la peur, il devait en être coutumier. Pourtant, les mots restèrent coincés au fond de sa gorge. Quelque chose en elle rechignait encore à accorder sa confiance à cet illustre inconnu. Sur un sujet aussi sensible qui de plus est.

Alors Gwendolyn ne répondit pas, se contentant de dévisager le duc d’un regard soupçonneux. Perplexe, elle observa l’immense homme se plier pour aller caresser la tête de Hunter. Hunter qui lui, se laissait faire bien volontiers. Encore une fois, la jeune fille ne put s’empêcher de noter comme le petit chien avait accordé sa confiance à cet homme avec une facilité déconcertante. Devait-elle suivre son exemple elle aussi ? Elle n’arrivait pas à savoir.

« - Merci pour cette visite, finit-elle par lâcher.

La brunette le salua de la tête et s’apprêtait à tourner les talons mais s’interrompit.

« - Nous nous voyons demain pour la visite du village, se rappela t-elle. À demain donc, Milord. »

Et cette fois-ci, elle tourna définitivement des talons et retourna à ses appartements, Hunter sur les talons. Elle avait besoin de réfléchir. À cet étrange échange qu’ils venaient d’avoir. À cet étrange personnage qui lui faisait office d’époux. Au message codé aussi, qu’elle avait laissé en suspens ce matin dans sa chambre. Elle commencerait par là, le message codé.

Sans attendre, une fois de retour dans ses appartements, Gwendolyn s’attabla de nouveau à son bureau et ressortit du tiroir la petite feuille qui l’avait tenue éveillée toute la nuit. Mais au bout de quelques minutes seulement, elle dut se rendre à la réalisation qu’elle n’était toujours pas plus avancée. Le message gardait toujours jalousement tous ses secrets. Frustrée, la jeune fille mit le papier de côté et parcourut la pièce du regard, comme si la solution pouvait s’y cacher quelque part. Son regard fut attiré par le monticule de présents qui s’accumulaient encore sur la table voisine. Elle se leva de sa chaise et s’en approcha.

Elle se mit à trier entre les choses qui pourraient lui être utiles, celles qu’elle pourrait donner aux domestiques, et celles qu’elle apporterait à Park pour qu’il puisse décorer le château avec. Elle mit de côté toutes les fleurs qui avaient entièrement fanées depuis le temps que ces cadeaux devaient s’empiler là. Puis elle s’attaqua aux paquets rouges qu’elle avait commencé à ouvrir la veille. Ils avaient été ses préférés jusqu’ici. Et le reste n’y échappa pas non plus. Une broche élégante, un petit miroir de main, et surtout, un grand nombre de casse-têtes et de livres. L’un d’eux attira particulièrement son attention : la couverture semblait un peu plus ancienne, les énigmes promettaient d’être complexes. Elle ouvrit la première page et retint un hoquet de surprise.

De nouveau, une feuille pliée. Mais quelles étaient les chances ? Avec précaution, Gwendolyn déplia le papier. Une énigme, de nouveau ! Elle tourna les pages restantes du livre, à tout à hasard. Mais non, tout comme pour la précédente, cette énigme semblait bien avoir été placée là intentionnellement, sans relation avec les jeux présents dans le bouquin. Son regard s’attarda alors sur le message codée et cette fois-ci, un sourire triomphal éclaira ses lèvres. C’était presque trop facile. Mais elle devait essayer. En partant du point où elle avait récupéré le paquet, la brunette se mit à compter les pas en suivant les instructions on ne peut plus claires du message. Deux pas au Nord. Trois vers l’Est. Puis encore trois vers Nord… Minutieusement, elle compta ses pas jusqu’à se retrouver au beau milieu de la grande bibliothèque qu’elle avait visité quelques heures plus tôt. Heureusement qu’elle n’avait croisé personne sur son trajet, les domestiques auraient eu beau jeu de la prendre pour une folle.

Alors elle se référa de nouveau au bout de papier. H3. Quadrillage élémentaire, pour retrouver un espace précis sur l’étagère. Ses yeux parcoururent les étagères à toute vitesse jusqu’à tomber sur ce qu’elle avait déterminé être l’emplacement signalé. Elle tendit la main et tira un livre de la section. Bingo. Une enveloppe l’y attendait. Trépignant d’excitation, elle l’ouvrit d’un geste sec et en tira deux petites feuilles, l’une contenant des instructions similaires à celle qui l’avait menée jusqu’ici, l’autre affichant un charabia incompréhensible. En observant de plus près, elle déchiffra un mot : « soleil ». Cela ressemblait fortement à une écriture en miroir.

Empressée de tester son hypothèse, la jeune fille sortit en trombe de la bibliothèque jusqu’à trouver un miroir dans l’un des couloirs. Elle y accola le petit papier et put en déchiffrer le reste. Un poème. Écrit d’une plume maladroite, visiblement pas par un poète en tout cas. Elle ne put s’empêcher un sourire attendri. L’attention était adorable, l’exécution abominable. Qui donc aurait pu laisser un poème se perdre dans une bibliothèque ainsi ?

Puis la réalisation la glaça. L’enveloppe était à son nom. Cela ne pouvait donc qu’être l’œuvre d’une seule personne.

Toutes les interrogations qu’elle avait réussi à faire taire revinrent au galop. Et surtout, d’autres questions venaient s’y ajouter. La première qu’elle l’avait vu lui - ou dont elle se souvenait tout au moins - c’était dans cette grande salle de réception le jour même de leur mariage. Si ces quelques lignes étaient réellement écrites de la part du duc à son attention à elle, alors comment les interpréter ? S’étaient-ils déjà rencontré ? Était-il sincère en affirmant qu’elle n’était pas une inconnue ? Pourtant elle n’était pas folle, elle n’avait jamais rencontré cet homme, jamais. Il était un inconnu pour elle. Qu’est ce que tout cela signifiait donc ?

Elle sentit un frisson désagréable lui parcourir l’échine. Elle replia le papier et s’empressa de retourner à la bibliothèque où elle récupéra l’enveloppe avec les nouvelles instructions, y glissa le poème, et embarqua le tout dans ses appartements. Cette énigme avait soulevé plus de questions qu’elle n’en avait résolu.

Gwendolyn occupa le reste de son après-midi à prendre le thé avec sa nouvelle femme de chambre. Elle tenait à entretenir une bonne relation avec Mariana, et même si elle n’aimait pas l’idée, les mots du duc résonnait encore dans sa tête. Le meilleur moyen de se débarrasser de ses peurs est d’en parler. Si ce n’était pas avec le duc, peut être Mariana était-elle la personne qu’il lui fallait. Elle prit le temps de faire sa connaissance, savoir d’où elle venait, ce qui l’avait amené à travailler au château, ce qu’elle aimait faire dans son temps libre, toutes ces choses qui l’aidaient à mieux comprendre qui elle était. Gwendolyn fit de même en lui racontant brièvement son parcours de vie, le peu qu’il y avait à raconter. Elle omit volontairement de mentionner la relation tumultueuse qu’elle entretenait avec son père. Mariana l’écouta avec attention et ce simple fait lui fit le plus grand bien. Sa femme de chambre était définitivement de bonne compagnie.

Le lendemain matin, la duchesse était déjà prête lorsque Park vint la chercher pour la visite du village. Elle avait revêtu une tenue qui lui permettait de monter à cheval, le majordome l’ayant prévenu qu’ils feraient le tour à cheval. Elle se laissa donc guider jusqu’aux écuries où l’attendait la même monture qu’elle avait emprunté deux jours auparavant. Harnachée et prête à partir. Avec un remerciement pour Park, Gwendolyn mena le cheval jusqu’à la cour extérieure et se mit en selle. A peine venait-elle de s’asseoir qu’un claquement de sabots retentit dans son dos.

« - Milord, » le salua-t-elle sans se retourner.
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Mar 27 Juin - 18:27

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 Li2d
Il ne sait plus quoi faire, le débile. Il avait juste envie de trouver n’importe qui pour aller se défouler. Ou même un arbre. C’était pas mal de trouver un arbre pour frapper dedans jusqu’à ce que l’illumination apparaisse. Il n’avait jamais été un homme à parler aux femmes. Les seules femmes avec qui il parle sont les quelques dizaines qui sont dans ses soldats. Anatol était connu pour autoriser les femmes en tant que chevaliers. Malheureusement, la royauté refusait de leur donner le même rang et la même respect que pour les hommes, mais ici à Anatol les chevaliers de sexe féminin était toutes aussi respecter que ceux du sexe masculin. Parce que c’était ainsi. D’ailleurs, dans l’armée d’Anatol, il n’y avait pas que des chevaliers nobles. Il y avait aussi des anciens esclaves, des vagabonds dont on ne connaissait pas l’histoire. Bref. Anatol n’était pas exactement comme les autres pays du royaume. Parce qu’ils avaient des monstres à combattre et pas le temps de s’emmerder sur des détails pareils que le sexe de la personne ou sa famille. On s’en tape devant les monstres. Alors il la laisse partir et ne rajoute rien. Il est si bête.

Il prit une épée en bois et appelle le premier soldat disponible pour un entrainement … Le pauvre n’avait aucune chance contre Riftan, même sans son épée. Il pouvait totalement gagner contre n’importe qui. Il était pris dans la rage et la stupidité. Il ne savait vraiment rien y faire. Stupide. Stupide. Stupide. Putain de Stupide.

Le lendemain, il était à nouveau propre et prêt. Non. Il n’était tellement pas prêt. Il était propre, oui. Mais il n’était pas prêt. Il avait le cœur qui palpiter. Il avait l’impression que son cœur allait exploser. Il avait besoin de comprendre l’âme de cette femme s’il voulait l’attirer et pouvoir l’aimer comme il faut. Il voulait … Il voulait qu’elle comprenne le secret de ses traits. Le secret qu’il cache. Dont il n’a pas le choix de cacher. Il cache ses émotions pour protéger tout le monde … mais la vérité était inscrite dans son âme. Il ne savait pas comment il pourrait lui dire, l’expliquer, l’avouer. Il hésite. Il n’en sait rien. Il était stupide de croire qu’une fille si incroyable le remarquerait, lui. Alors il soupire, prends sa monture. La même qu’il prenait contre les monstres, un étalon qui avait plus de muscle que tous les autres, dont la robe noire cache à peine les cicatrices qui bardent son flanc. Une monture de guerre, la seule qu’il utilise. Il se sent déjà mieux avec elle. Avec sa monture, et ses chiens ou ses loups qui trainent partout. Il la voit au loin, et il se fiche. Il ne savait même pas comment l’aider, pour tout avouer. Il avance vers la jeune femme, se met jusqu’à sa hauteur, à peine avant elle plus exactement.

- Milady, allez-vous mieux ? fit-il en penchant la tête doucement, il va de soi que si vous rencontrez le moindre inconfort vous pouvez me le dire sans la moindre hésitation.

Tu parles, se dit-il intérieurement, cette femme avait fait une crise de panique à cause de lui, et elle semblait avoir peur de sa personne, comme si elle allait pouvoir lui avouer qu’elle était dans l’inconfort. Il avait envie de se fustiger et il prit le temps de lui montrer le château depuis l’extérieur, puis il s’approcha des premières maisons. Toujours, partout, des chiens en liberté et des chats étaient entourant les humains qui saluèrent leur chef. Riftan ne se voyait pas comme un duc, mais comme un chef. Et tout le monde le voyait de cette manière. Il s’arrêta devant un champ avec des moutons simplement là pour manger tranquillement. Il trouva un lieu sympathique, ouvert sur le soleil.

- Voulez-vous vous arrêtez quelques instants, Milady ?


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 345
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Ven 30 Juin - 17:39

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
Gwendolyn acquiesça sans un mot à la question du duc. Elle allait réellement mieux, au moins avait-elle dormi cette nuit. Et le thé en compagnie de Mariana lui avait fait le plus grand bien. Elle était désormais prête à affronter une nouvelle journée avec l’étrange personnage qu’était le duc. Donc oui, elle allait mieux, à défaut d’aller bien.

Le jeune homme réitéra qu’elle pouvait se confier à lui sans crainte, et la brunette se crispa légèrement sur son cheval. Oui, il le lui avait déjà répété. Non, elle n’était toujours pas du tout à l’aise avec cette idée. Elle fit volontairement ralentir le pas au hongre pour mettre un peu de distance entre le duc et elle.

La visite commença par un tour du domaine vu de l’extérieur, qui était, la jeune fille devait bien l’avouer, tout aussi charmant que vu de l’intérieur. Elle se prit à écouter les explications du duc avec attention. Si elle voulait reprendre les fonctions de la duchesse avec sérieux, elle se devait de bien connaître non seulement le domaine, mais également le duché en lui-même. Ses habitants, ses maisons, ses traditions.

Elle ne perdit donc pas une miette de ses explications, et laissa un regard curieux traîner sur tous les animaux qu’elle croisait ici et là. Anatol était visiblement très friand d’animaux, à l’image de son duc. Il était toutefois rassurant de constater que ses habitants avaient des goûts plus rationnels en terme de choix d’animaux de compagnie, qui se portaient davantage sur des chiens ou des chats plutôt que des loups.

Gwendolyn rendit leur joyeuse salutations aux premiers sujets qu’ils croisèrent. Si elle avait déjà ruiné son image auprès du duc, au moins pouvait-elle préserver celle qu’elle présentait à ses désormais nouveaux sujets. Ses sujets. La réalisation lui fit un drôle d’effet.

Et surtout, elle constata de nouveau à quel point les habitants semblaient ravis de voir leur seigneur passer par là. Elle s’était méfiée de l’ovation qui l’avait accueilli quelques jours plus tôt lors de son retour, suspectant une potentielle mise en scène pour flatter l’ego du jeune homme. Mais parmi toutes les hameaux qu’ils traversaient, les habitants sortaient pour saluer le duc, et les enfants lui apportaient d’adorables présents - généralement des bâtons ou des pierres censées représenter un animal ou un monstre selon leurs explications sans queue ni tête.

Gwendolyn les regardait faire, non sans se rappeler le poème qu’elle avait trouvé la veille. Et s’il était réellement ce qu’il prétendait être ? Un homme bon ? Qui n’en avait pas après son argent ? Mais il restait tout de même des zones d’ombre. Pourquoi l’avoir choisie elle, en prétendant qu’ils s’étaient déjà rencontrés alors qu’il était un parfait inconnu pour elle ? Avait-il fait une erreur en la prenant pour une autre ? Pourquoi l’avoir oublié durant ces trois dernières années alors ? Et pourquoi ce sempiternel air blasé et impassible ?

Soudain, au détour d’un chemin, le duc arrêta sa monture et proposa une halte dans un petit pré ensoleillé. La jeune fille approuva et mit pied à terre, avant d’attacher son hongre à un arbre un peu plus loin. Du coin de l’œil, elle observa le grand brun. Son visage était, sans surprise aucune, toujours de marbre.

Prudemment, elle refit le chemin inverse pour se retrouver au niveau du duc.

« - J’ai trouvé votre énigme », lâcha t-elle soudain d’une voix tendue.

Elle n’en dirait pas plus. Ne mentionnerait pas le poème, ni ce qu’elle en avait déduit. Elle n’était pas certaine d’avoir le courage de s’aventurer sur ce terrain là. Pourtant, elle n’avait pas pu s’empêcher de prononcer cette phrase qu’elle regretta aussitôt.
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 1 Juil - 18:19

Riftan
Calypse

J'ai 30 ans et je vis à Anatol, mon duché depuis que j'ai 14 ans. Dans la vie, je suis duc et général d'un cargaison de soldat et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je n'ai pas vue ma femme depuis trois ans. J'ai dû l'abandonné sans notre première nuit alors que je l'aime depuis 9 ans.

→ Seul héritier du duché.
→ Honoré par le roi pour ses prouesses contre les monstres.
→ Possède une épée fait dans le sang et les os d'un dragon noir.
→ A dû mal à exprimer ses sentiments sur son visage
→ Ne sait pas comment les exprimer en plus
→ Semble froid, glacial voir méchant quand on ne le connait pas.
→ Il possède pas mal de cicatrice de ses croisades.
→ Il dort peu.
→ N'a jamais eu le temps de s'occuper des femmes

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 Li2d
Il marchait, droit, le dos tendu, les muscles tendus. Il n’avait aucune idée de ce qu’il devait dire ou faire maintenant. Les champs et les rues de son duché se retrouvaient un peu en contrebas. Il savait ses loups dans la forêt, ses chiens dans le château. Il laissa un regard fier vers ses terrains, son royaume. Il n’était pas roi, prince, ou autre. Mais c’était son chez lui. Il avançait ainsi, fier de son fief et de ses environs. Il était le genre de personne qui ne pouvait s’exprimer, mais il avait une manière de caresser l’écorce des arbres, d’apprécier le vent sur son visage, ou simplement de porter le regard sur un endroit qui ne laisse aucun doute sur le respect qu’il a pour les environs. Mais il ne sourit pas. Il ne sait plus sourire. Le pré où ils s’arrêtent n’avait rien de particulier, c’était simplement un pré, mais même là, il se sentait chez lui. A la maison. Il était droit et respirer.

Jusqu’à ce qu’elle parle et qu’il ne dérape avec ses pieds. Il se retient à un arbre et tourne ses yeux paniqué vers elle. On dirait un nouveau né en face d’un monstre. Quoi ? Elle venait de dire …. Non. Oui. Fin. Il savait qu’un jour elle ouvrirait ses cadeaux… mais il avait espéré finir cacher dans un coin avant que cela n’arrive. Il l’observe en cherchant si elle avait découvert « tout ». Il porte sa main à son visage rouge de honte, se frotte la joue et le menton. Il ne sait pas quoi dire. Il finit par mettre son poing devant sa bouche pour se racler la gorge. Essayer de trouver une contenance qu’il n’avait pas. Ses joues étaient toujours rougi et il essayait tant bien que mal de ne pas donné l’impression d’être au bord de la panique.

- Humm, Je … Oui…. Je … je, il finit par prendre une fausse contenance, je sais que … que vous aimez les énigmes … mais … mais … je ne suis pas réellement … je … pas doué. J’espérais … fin, j’espérais te faire découvrir notre maison ainsi … mais … mais … je ne suis pas… doué.

Il finit par se frotter à nouveau le menton. Il ne savait plus exactement où se mettre. Il avait envie de se cacher. Lui, le grand Riftan, chevalier du roi, grand combattant contre les monstres … Il était devenu un enfant, un enfant apeuré qui n’arrive même pas à regarder une femme dans les yeux. Il préférait la colère, la neutralité, à l’amour qu’il ne savait pas gérer. Il jeta un regard vers la jeune femme, incapable de savoir ce qu’il devait dire de plus,  ou faire de plus.

- Mais vous n’êtes pas obligé de le faire, si vous ne voulez pas.  C’était pour … pour mieux vous habituez.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Jen
Messages : 345
Date d'inscription : 26/07/2022
Crédits : fleacircus.ig

Univers fétiche : Fantastique / Dérivés
Préférence de jeu : Les deux
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t5250-jen-et-ses-amis#104795 https://www.letempsdunrp.com/t5258-les-rps-de-jen https://www.letempsdunrp.com/t5253-mes-envies-de-rp-reel-fantasy https://www.letempsdunrp.com/t5248-merci-d-exister-je-pleure-de-joie-jen
Jen
Jeu 6 Juil - 19:57

Gwendolyn Thorne
J'ai 24 ans et je vis à Anatol. Dans la vie, je suis fille unique de noble et je m'en sors très mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mariée à un illustre inconnu et je le vis plutôt mal.

A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen] - Page 3 033845061b570dff5ff715b6d8233177

Fiche détaillée juste ici
Le duc dérapa soudain et Gwendolyn retint un hoquet de surprise en le voyant se rattraper de justesse à un arbre. Son pied avait-il glissé sur une flaque particulièrement piégeuse ? Elle allait s'enquérir si tout allait bien lorsque l'expression qu'elle vit sur son visage la cloua sur place.

Une expression. Il avait une expression sur le visage.

Et pas n'importe quelle expression. De la panique ? Sa petite glissade lui aurait-elle fait une telle frayeur ? Lui qui supposément partait combattre des monstres à tout bout de champ ? Non, impossible qu'un petit dérapage l'effraie à ce point. Alors quoi ? Inquiète, la brunette tourna la tête pour vérifier si quelque chose ou quelqu'un approchait. C'est alors qu'il prit la parole et l'hésitation dans sa voix lui fit définitivement oublier la panique qui l'avait gagnée à son tour. Il n'avait pas décelé une menace aux alentours. Il semblait simplement... particulièrement affecté par sa déclaration. La jeune fille le dévisagea avec curiosité, incapable de comprendre comment ce visage qui lui avait semblé figé dans le marbre pouvait se transformer ainsi en une seule phrase. Rougi, par la honte ? Des mouvements frénétiques, incontrôlés. Fébrile. Des yeux effarés. Malgré sa carrure, il semblait complètement dépassé par... Par quoi en réalité ?

Vu ainsi, il était nettement moins terrifiant. Il était même presque comique. Peut-être dans d'autres circonstances, aurait-elle ri. Mais en ce moment précis, elle était trop médusée pour réagir. Alors elle le laissa débiter des phrases sans queue ni tête jusqu'à ce qu'il retrouve un semblant de contenance. Il prit le temps de redescendre en pression avant de reprendre la parole.

La jeune fille leva un sourcil curieux en croisant le regard furtif du jeune homme. Elle n'était pas obligée de la faire ? C'était mal la connaître. Lui mettre une énigme sous le nez et lui dire qu'elle n'était pas obligée d'y trouver une solution...

"- Eh bien en réalité j'ai déjà résolu votre première énigme, commença Gwendolyn d'une voix perplexe. Elle était plutôt... élémentaire.

Elle s'en voulut immédiatement. Le duc n'en menait toujours pas très large. Elle ne savait rien de cet homme, et elle ne savait toujours pas si elle pouvait réellement lui accorder sa confiance, mais pour le moment il s'était toujours montré bon avec elle. Un peu trop même. Alors elle pouvait bien lui rendre la pareille, rien qu'une fois. Et puis c'était sincère. La deuxième énigme - ou plutôt la première si l'on considérait l'ordre dans lequel elle avait trouvé les papiers dans ses livres - était un véritable casse-tête. Rien à voir avec le cas d'école qu'avait été le jeu de piste à travers le château, bien qu'elle ne l'ait pas encore terminé par peur de trouver d'autres poèmes étranges du même acabit que celui qu'elle avait découvert à la bibliothèque.

Non, cette énigme-là, celle qui l'avait maintenue éveillée toute la nuit, était un vrai bijou. Et pas uniquement grâce à la complexité du code en lui-même, mais aussi par l'aspect vieilli très réaliste qu'il avait su donner au papier, et à l'emplacement improbable dans lequel elle l'avait trouvé. L'un de ses propres livres, dans sa propre malle. L'avait-il glissé durant leur voyage ? L'idée de le savoir entrain de fouiller dans ses affaires la dérangeait quelque peu, mais pour tout le travail qu'il avait fourni pour cette énigme, elle était prête à fermer les yeux. En toute franchise, elle avait rarement vécu quelque chose d'aussi excitant de toute sa vie.

- Enfin certes la première était facile mais je dois dire que je suis impressionnée par la deuxième, ajouta alors la duchesse avec empressement. Vous vous êtes surpassé. Pour tout vous dire, je n'en ai pas dormi de la nuit et j'en suis toujours au point mort."
Contenu sponsorisé
A Tale of Love, Monsters, and a little bit more [Clionestra x Jen]
Page 3 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» (f) the monsters in our minds
» Love doesn’t make the world go round. Love is what makes the ride worthwhile. (némésis)
» (m) True love, made love. - DC Comics (en cours)
» Riveria * But how am I supposed to love you when I don't love who I am ?
» SMS Riveria * But how am I supposed to love you when I don't love who I am ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: