-20%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
39.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 The Anuirean Covenant (feat Jo')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 412
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Avatar : Mary Cassatt | Signature : Bob Ross

UNIVERS FÉTICHE : /
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo
cat

The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 4 Empty

captur19.png
Mélampe Hildegarde Gertrud
de Lanasthël

J'ai 24 ans et je vis où je peux, dans l'Anuire. Dans la vie, je suis fille aînée d'Aymeric Mosse Gawen de Lanasthël, Roi d'Anuire décédé d'une crise cardiaque et je m'en sors bannie du Royaume puisque j'ai convoité le trône.

Valla (Diablo) (c) Kyrie

Une flammèche rose scindait l'aube bleutée ce jour-là et chacun y vit ce qu'il y souhaitait.

Bastes l'âme de ses fils rejointes dans le firmament.
Krah le souvenir de son ami et guide.
Pour les paladins, peut-être quelque chose de l'ordre de la destinée.
Mélampe y voyait surtout la mécanique naturelle d'une aurore qui progresse et annonce l'heure du départ.

L'ambition a besoin d'oeillères.

*

L'héritière vit le jeune homme installé devant l'éboulis de pierres, mine basse caressée par la finesse de ses boucles blondes, mains recentrées sur ses genoux. Tout le monde entrait dans l'effervescence des préparatifs et trois chevaux étaient déjà sellés pour la route qui les attendaient - personne ne sachant conduire une carriole comme Adeluvior, on lui préféra une monte individuelle - mais Krah demeurait interdit face aux éboulis qui bouchaient la veine qui menait, quelques heures d'exploration derrière, au cadavre calciné de son ami. Mélampe tentait de rassembler le groupe, à plus forte raison qu'elle avait eu vent de la rixe nocturne entre les deux paladins dont elle ne savait pas encore quoi penser, et elle était venue le chercher.

Elle observa d'abord un silence caverneux puis s'asseya à son tour par respect pour l'endeuillé. Elle savait comme les mots étaient futiles dans la tempête d'une disparition mais, qu'il se rassure, ce n'était pas du réconfort qu'elle venait lui apporter : elle endossa une fois de plus ce qu'elle pensait être l'attitude attendue d'elle et orienta la visite de courtoisie en dialogue d'affaires. "La mort de votre ami vous dissuade-t-elle de poursuivre le chemin que vous aviez emprunté en me délivrant de la prison ?" Il la dévisagea le regard embué puis replongea ses pensées par-delà les roches. Mélampe y compris qu'il l'envoyait au diable, hocha la tête pour elle-même et se releva. Tandis qu'elle tournait les talons elle fut cependant interrompue par le discours du jeune garçon.

"Je ne fais pas partie de l'Ordre, vous savez, entama-t-il."

Ca, elle l'avait deviné en le voyant maladroit à l'épée et trop adroit avec les explosifs.

"Je suis fils de paysans, un rien-du-tout, un moins que ça, même."

L'héritière se suspendit à ses propos - lui qui avait soigneusement évité les questions à la prison, qui se murait dans la dérision à tout moment y compris alors qu'Ethos rendait son dernier souffle, avait craquelé sa fine armure depuis que son vieil ami était en proie au péril, et s'ouvrait désormais en grand. Il avait vraisemblablement besoin de s'épancher par toutes les fissures dont le deuil le nervurait.

"Mes parents sont morts en fièvre quand j'avais onze ans. Je volais pour manger d'abord, puis je montais de vrais guet-apens pour piller les riches avec des copains. Puisque je créais des problèmes j'ai finis enfermé dans un orphelinat où Adeluvior prêchait le Feu pour nous tous qui étions sans éducation. Il se servait de ses tatouages. J'ai vu qu'il faisait ça avec vous aussi."

Mélampe ne s'expliqua pas pourquoi elle s'en sentit honteuse, comme si elle avait volé la complicité des deux hommes, en les séparant d'ailleurs pour de bon - quoiqu'elle en dise, et bien qu'elle se le cache encore, elle se sentait responsable des risques encourus par l'équipée.

"Il m'a convaincu de mettre ma fourberie au service de quelque chose de plus grand. Et je suis devenu un genre d'homme de main pour lui. Pendant dix ans - la moitié de mon existence ! C'était le seul à voir en moi plus qu'un voyou."

L'héritière contempla le monde qui la séparait de Krah. A défaut de trouver le bon mot, elle tenta quelque chose de lénitif.

"Je ne sais quelle valeur vous y accordez, mais personne ici ne pense que vous êtes un voyou. Malvo et moi vous devons la vie."

Sa stature ramassée se redressa alors ; il se leva et au moment de se retourner affichait à nouveau le rictus narquois qu'il arborait avant d'être rongé par l'angoisse pour son ami. Bien sûr la peine n'avait pas disparu dans ce maigre lot de consolation, mais cette considération lui avait suffit pour se décider à continuer à se comporter en homme de bien, à poursuivre le projet d'Adeluvior qui s'était engagé dans cette résistance politique, et lui attribua assez de confiance pour qu'il remette ce masque rieur qui le protégeait de ses fêlures. "J'en suis, si vous gardez tout ça pour vous, clama-t-il fiérot avant de rejoindre les autres à la sortie d'Erüne."

Mélampe désormais seule au plus près de la mort d'Adeluvior s'autorisa enfin un sentiment. Sondant l'éboulement qui ne dégageait rien, elle murmura "Merci." et ce fut tout. On ne lui avait pas appris à se délier dans la mélancolie.

*

La petite fille pleurait sans discontinuer depuis maintenant trois jours, où elle avait également cessé de s'alimenter et refusait tout soin que voulaient lui prodiguer ses domestiques. On fut si inquiet qu'on appela le Roi en personne afin de gérer la crise qui souciait pour ainsi dire davantage que les conflits armés. Mélampe, douze ans, venait de perdre un ami à la faveur d'une pneumonie qu'il avait attrapée précisément en jouant dans les champs avec elle - ce qu'on lui avait par ailleurs interdit, puisque le petit garçon en question était un fils de palefrenier, et qu'une princesse n'avait rien à faire avec lui, a fortiori les pieds dans la boue. Aymeric ne tergiversa pas en méthodes d'éducation bienveillantes et régla le problème d'une fermeté glaciale qui ne laissait pas d'espace à l'opposition : une gifle fit entrer l'enfant en sidération qui stoppa net ses pleurs, il boucha son nez pour la forcer à ouvrir la bouche, et il enfonça si loin la nourriture dans sa gorge qu'un réflexe émétique la contrit à avaler.

Tandis qu'il gavait sa fille toujours suspendue à la brutalité tranquille de son père, il décida d'en profiter pour lui enseigner une leçon de gouvernance. "Ma fille, le peuple n'attend pas du Roi qu'il soit un ami, mais un pilier, et un toit. Vois-tu les pierres avoir de l'empathie pour les autres ? Se morfondre dans la peine ? Non. Par contre, elle ne cillent pas dans les tempêtes. Elles remplissent leur rôle. Est-ce qu'on leur en veut pour cela ? Nullement." Il fit une pause et Mélampe fut parcourue d'un frisson nauséeux, mais cette fois elle était calme car toute attentive au discours de son paternel. "Si un jour tu me secondes, fais ce qui est dans l'intérêt de ton peuple, toujours. Mais gouverne comme un homme et ne te laisse pas avoir par tes humeurs féminines. Puis-je te faire confiance ?" Le poids de la succession s'écroula dans la nuque de la jeune enfant qui, addicte à la fierté de son père, s'empressa d'acquiescer et mangea d'elle-même retenant ses larmes. "Fais ce que tu dois, pas ce que tu sens. Ta pire ennemie, c'est toi-même."

Ce jour elle appris à déguiser sa peine en colère, ses angoisses en curiosité et ses déceptions en motivations.


The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 4 CautiousDependableGalago-size_restricted
Revenir en haut Aller en bas
 
Houmous
Houmous
Masculin MESSAGES : 186
INSCRIPTION : 06/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Breaking Bad

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

patrick

The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 4 Empty

08166210.png
Malvo
J'ai 39 ans et je vis en Anuire. Dans la vie, je suis mercenaire des Impavides et je m'en sors de moins en moins bien.

Je suis un rescapé, quelqu'un qui avait de l'importance.


copyright: aenaluck


Ce matin-là, les préparatifs pour le voyage se firent rapidement. Le groupe de son Altesse n’avait plus réellement quoi que ce soit à faire dans ce coin et bien que la reconnaissance forçait une certaine forme de respect chez les locaux, il fallait avouer qu’ils attendaient certainement avec impatience l’occasion de pleurer leurs morts dignement et de lécher leurs plaies en l’attente de nouvelles épreuves. Malvo avait brisé son arme et en cela, il s’en trouvait en incapacité relative à s’acquitter de sa charge habituelle de chasseur de monstres. La raison pour laquelle son arme s’en était allée de son côté, il n’en discuta avec personne et on spéculait sur le sujet à voix basse alors qu’il passait suffisamment loin. Les quelques soldats restants de sa compagnie des Impavides le savaient particulièrement mais il n’était pas homme à plaisanter même dans ses meilleures humeurs alors lorsqu’il avait de bonnes raisons d’être maussade…

Comme il était agréable de voyager tôt le matin, dans la fraicheur du lever, la petite troupe ne prit pas outre mesure son temps avant de se lancer sur les chemins rocailleux. Malvo s’affairait à préparer les harnachements de quelque charrette alors que le Seigneur de ces terres vint à sa rencontre.

- Sieur Malvo, malgré le chagrin qui nous frappe, nous nous devons de reconnaitre vous devoir une fière chandelle, déclara-t-il tout d’abord avant de poursuivre vu qu’il ne recevait guère de réponse. Vous vivez vraiment en portant haut les couleurs des membres de l’Ordre… bien que force soit de constater que vous n’en fassiez plus partie. Nous n’avons point pu ne pas remarquer que vous aviez eu quelque souci avec votre épée la nuit dernière lors de vos « entrainements ». Nous voulions vous offrir une nouvelle alliée pour vous accompagner sur la voie. Puisse-t-elle vous accorder la victoire inlassablement car elle manqua de nous coûter à tous la vie, fit-il sombrement, prenant de la main de son suivant l’arme encore emballée dans son drap brunâtre avant de la présenter sans cérémonie.

Malvo se saisit de l’épée et en apprécia tour à tour l’équilibre, le tranchant, le poids et toute une variété d’autres propriétés que seuls les experts peuvent remarquer. Elle était effectivement bien ouvragée, sans surprise, bien qu’il soit de bon ton de le noter. Elle avait semblait-il, quelque chose de singulier en comparaison de sa prédécesseur. Outre le fait qu’elle ne porte le médaillon symbolique de l’Ordre sur le pommeau mais la face d’un ours rugissant, elle était plus lourde et les reflets sur le fil rendaient une teinte de rouille. Il hocha finalement de la tête, l’air satisfait et remercia l’homme en charge avant de poser le drap dans les rangements de voyage et de s’armer à nouveau. Malgré la lourde colère qui lui vrillait la tête, il adressa des remerciements polis, se figurant qu’il n’aurait pas le temps dans tout ce qu’il lui restait de vie de pouvoir la briser comme la précédente.

- Les minerais qui ont servi à la former sont tâchés du sang de notre communauté… Si vous n’aviez pas été là, ç’aurait été la dernière qui serait sortie des forges d’Erüne. Mon fils… Enfin, vous comprendrez que ce n’est pas une épée comme les autres mais qu’elle est le fruit ultime de nos sacrifices, acheva-t-il solennellement en retenant son chagrin.

- Je vous remercie sincèrement. En votre honneur, je l’appellerai « Gloire d’Attano », dit-il en posant une de ses lourdes mains sur son épaule.

Le convoi ne tarda pas à démarrer de ces terres maudites. Avançant, comme toujours, sans se retourner, Malvo marcha aux côtés de Mélampe. Il ne fit référence à rien de la nuit et se contenta pendant les heures qui suivirent de garder l’œil ouvert sur les menaces nombreuses qui pouvaient viser un convoi tel que le leur.

Alors que la journée était largement avancée et que le soleil atteignait son zénith, la décision fut prise de s’arrêter au bord d’un ruisseau pour laisser aux chevaux l’occasion de se reposer un peu et profiter de l’ombre quelques temps avant de se remettre en marche. Toujours alerte et en maitrise de lui-même, Malvo regarda autour pour s’assurer qu’il était propice de marquer une halte dans ce petit sous-bois. Alors qu’il mit pied à terre un détail le frappa. Une faible vibration faisait bouger l’herbe proche. Posant sa main sur le sol, il put sentir le phénomène avec plus de précision. L’intervalle régulier des ondes lui fit penser à quelque chose.

- Malvo, tu l’as remarqué ? demanda Titus qui s’approchait de lui vivement.

- Oui, il faut qu’on se cache dans les bosquets. Fais prendre le nécessaire et lâche les chevaux, ordonna-t-il directement en faisant de grand signe à l’ensemble de la troupe pour venir se dissimuler au mieux non loin de là.

Peu après, Titus se précipita à leur rencontre et vint se cacher au plus près d’eux, cachant toute partie métallique de son armure avec ses fourrures pour éviter au plus d’être visible. Malgré l’interrogation ambiante, Malvo resta silencieux jusqu’à temps que l’origine du bruit soit visible : une armée avançait en colonne sur la voie qu’ils empruntaient peu avant. Malvo fit signe à Mélampe de prendre le temps d’observer les oriflammes des porte-drapeaux en tête de ce grand groupe qui passait devant eux.

- J’ai l’impression que nos petites incursions ont commencé à attirer l’attention de vos admirateurs, princesse, fit-il, l’air cynique. Cette légion de l’armée royale est soit là pour nous, soit pour le Seigneur Vergile qui règne sur Valanne. Je ne sais ce qui est le plus souhaitable… Vous avez un autre plan de secours au cas où un incident de ce type venait à avoir lieu ? attendit-il, espérant ne pas avoir à se tailler un chemin à la pointe de sa nouvelle épée.

Revenir en haut Aller en bas
 
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 412
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Avatar : Mary Cassatt | Signature : Bob Ross

UNIVERS FÉTICHE : /
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo
cat

The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 4 Empty

captur19.png
Mélampe Hildegarde Gertrud
de Lanasthël

J'ai 24 ans et je vis où je peux, dans l'Anuire. Dans la vie, je suis fille aînée d'Aymeric Mosse Gawen de Lanasthël, Roi d'Anuire décédé d'une crise cardiaque et je m'en sors bannie du Royaume puisque j'ai convoité le trône.

Valla (Diablo) (c) Kyrie

La vue de la princesse était hachée par la végétation qui les abritait, le bosquet avait une odeur de terre mouillée et de faune sibylline grouillante. Elle tenta de reconnaître l'homme à la tête de ce détachement et fut frappée par l'image de son plastron. C'était un homme de guerre que son père réprouvait, assez mauvais stratège au demeurant, mais spécialiste de la terreur. Il était connu pour utiliser les méthodes les plus cruelles et le Roi ne l'envoyait que dans de rares excursions d'intimidation, mais connaissant l'inclination naturelle du Maréchal pour le sadisme efficace, il n'aurait pas été étonnant qu'il devienne une sorte de bras droit sous le nouveau gouvernement.

Etait-il ici pour elle ? Mélampe s'emmurait dans le silence pour y réfléchir. Il était présumable qu'ils se déplaçaient pour harasser Vergile, celle-ci étant en guerre tacite mais sempiternelle contre Faramond, et possédant suffisamment de troupes pour initier une menace. D'autre part, l'héritière avait fait parler d'elle à Pontblanc, des bruits de couloir auraient pu remonter au château, et quoiqu'elle eût pleine confiance dans le mutisme de Bastes, ce furieux général aurait pu faire chanter des villageois pour qu'ils bavent la direction prise par le groupuscule. Tout de même, toutes ces gentes pour deux paladins reprisés, deux paysans, et deux grands enfants ? Les supputations étaient trop hasardeuses pour se dessaisir du soutien - précieux et ambitieux - de Valanne.

"C'est une dérobade qu'il vous faut ? intervint alors Krah, arrogance plue au coin des lèvres."

*

Le jeune chapardeur prit cette fois la tête du groupe et ils quittèrent les sentiers à travers fougères léchant les jambes et dédale de troncs - une chose était certaine, la formation symétrique, rythmée et surtout montée de l'armée royale ne risquait pas d'accéder par ici. Leur escapade accoucha sur une cascade blanchie par l'écume de sa propre émulsion.

"S'ils ne l'ont pas rebouché, il y a un passage derrière la cascade. Le reste sera sans moi.
- Bah viens gamin, t'vas pas rester seul, si ?
estoqua le loyal Tili."

Krah insista pour ne pas suivre le groupe à Valanne et le boiteux décida de rester à ses côtés - si les choses tournaient mal, ils se feraient passer pour parents en quête aux champignons, ou quelque chose de cet acabit. Tili en voulait toujours à la princesse d'avoir été prête à condamner ceux qui avaient bravé les dangers de la mine et craignait de se trouver à ses côtés - il fomentait d'en parler lourd d'inquiétudes à Malvo, son capitaine des Impavides, une fois réunis seuls. Inexpérimentée, Mélampe n'avait pas perçu cette plaie de confiance dans cet homme autrement très apprécié du groupe et ne perdit pas de temps en boniments.

Ils se faufilèrent donc désormais quatre derrière le rideau d'eau pour s'éviter de rouiller - une faille s'y trouvait en effet creusée par les flots dans une pierre bien plus tendre et sage que les roches difficiles d'Erüne. La tanière défendue n'avait néanmoins plus rien de naturel. Ses flancs étaient renforcés par des tréteaux de bois, de larges coupes d'argile récupéraient l'eau douce qui gouttait depuis le plafond, aux endroits plus larges reposaient brouettes et charriots et le sol avait manifestement été tassé. Des cagettes vides et une poulie en dormance emportaient le regard vers une échelle qui menait à un petit plateau baigné d'une lumière diurne qui indiquait qu'on rejoignait l'extérieur par l'étage.

"Ils ont aménagé un chemin de ravitaillement, commenta Titus.
- Ils doivent se préparer à subir un siège, déduisit Mélampe.
- L'armée en aurait donc plutôt après Vergile.
- Ou bien le Maréchal pense qu'elle nous cache."


Lodeth arrêta le groupe dans sa réflexion.

" 'tendez, Vergile c't'une demoiselle ? C'est pas interdit de gouverner pour une dame ?
- Elle a survécu à ses trois époux, donc par la force des choses ...
éluda le paladin tout en installant l'échelle.
- Si j'avais su que c'était si facile ! plaisanta l'héritière."

Malvo restait fidèle à lui-même, posé, concentré et maussade. Il avait toujours ce calcul dans le regard, une affliction noble qui le voilait. Son collègue quant à lui tentait également d'éviter d'évoquer la douleur au foie qui le broyait chaque fois qu'il levait le bras. Mélampe espérait pouvoir confronter les deux hommes aux comportements dont elle avait eu vent. "La rivalité est la gangrène de ton armée. Deux amis se détesteront bien au-delà d'adversaires." C'était là les conseils de son père. Faramond était loin d'être un ami, et pourtant c'est lui qui fut fatal au Roi. "La haine, c'est toujours une forme d'amitié." Elle aurait aimé quelques compléments d'instruction et réalisa avec vertige qu'il y aurait des tonnes d'expertises paternelles dont elle ne verrait jamais la couleur. Elle chassa la solitude de son orphelinat en gravissant l'échelle.

*

La faille s'ouvrait en plein Valanne, dans une arrière-cour où une grange avait été apprêtée en hangar de vivres. Deux gardes, qui n'attendaient pas de livraison puisque le siège n'était encore qu'une hypothèse, et le ravitaillement une solution de secours attendant d'être sortie du chapeau, furent surpris de voir quatre individus aussi dépareillés y débarouler. Ils se regardèrent dans l'angoisse que le stratagème dissimulé fusse découvert et pointèrent leurs lances vers les vagabonds.

"Vous ! Comment êtes-vous entrés par ici ? s'écria l'un d'eux."

Mélampe tempéra.

"Pas de panique. Je ... J'ai des informations : un détachement de l'armée royale est en chemin dans votre direction et j'aimerais en informer sa Seigneurie."

L'autre suppléa son collègue.

"Répondez à la question !
- Un guide. Un guide nous a conduits par ici. Moi non plus, je ne m'entends pas avec le régent."


Ils hésitèrent à les envoyer au cachot plutôt qu'à accéder à leurs doléances, ce que la princesse vit dans leur regard.

"Imaginez que Dame Vergile apprenne que des informateurs soient venus l'avertir, mais que vous ayez décidé de maudire ceux qui ont fait le chemin jusqu'ici. Imaginez, désormais, que cette information soit déterminante pour la survie de Valanne. Je ne donnerais pas cher de votre peau. Alors que si vous nous y accompagnez, vous pourrez nous tuer au moindre faux pas : le pari est à votre avantage."

Les deux hommes concédèrent à annoncer l'arrivée d'un groupuscule en provenance d'Erüne, et Vergile les reçut.


The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 4 CautiousDependableGalago-size_restricted
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
The Anuirean Covenant (feat Jo')
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy-
Sauter vers: