Le deal à ne pas rater :
Cdiscount mobile : Forfait 100 Go sans engagement pendant 12 mois à ...
8.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 The Anuirean Covenant (feat Jo')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 385
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 23
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Avatar : Mary Cassatt | Signature : Bob Ross

UNIVERS FÉTICHE : /
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo
cat

The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 3 Empty

captur19.png
Mélampe Hildegarde Gertrud
de Lanasthël

J'ai 24 ans et je vis où je peux, dans l'Anuire. Dans la vie, je suis fille aînée d'Aymeric Mosse Gawen de Lanasthël, Roi d'Anuire décédé d'une crise cardiaque et je m'en sors bannie du Royaume puisque j'ai convoité le trône.

Valla (Diablo) (c) Kyrie

Alors même que la pression quittait péniblement la princesse, l'importunité de Bastes et l'inactivité de Malvo la piquèrent d'une amertume. Ces deux hommes qui avaient manqué de clarté avec elle s'attendaient à ce qu'elle se saisisse d'une décision qu'elle ne jugeait sienne : ce n'était pas elle qui irait affronter ces monstres là et elle se voyait mal envoyer le retraité paladin pour le faire à sa place, pas plus qu'elle n'avait l'intention de laisser le Seigneur penser qu'elle lui devait quoi que ce soit. Heurtée dans son égo et plongée dans l'incertitude de ses rapports politiques avec Malvo, Mélampe se saisit du problème à bras le corps et se posta, désormais plus froissée qu'impressionnée - mais surtout confortée par la surveillance du paladin -, aux pieds du vil (et vilain) Bastes.

"Seigneur je pense qu'il y a quelque chose que nous gagnerions tous deux à éclaircir. Je ne suis pas sous vos ordres, nous sommes associés, et vos questions rhétoriques tempèrent mal votre ton sommateur. Le marché a été conclus quoi qu'il arrive. Du reste, cet homme n'est pas à mes ordres non plus, aux dernières nouvelles."

Elle insista sur ces mots perforant du regard l'expression inchangée de Malvo.

"Mais si c'est une preuve de notre droiture en affaires qu'il vous faut, faisons de votre requête un nouveau marché. Nous irons chasser vos bêtes si vous remplumez nos deux amis souffrants, et que vous acceptez de nous équiper entièrement. Armes, armures, et quelques bagages."

L'autre homme s'inséra.

"Bastes on n'a pas à-
- Réfléchissez,
l'interrompit Mélampe sans lâcher du regard le dédain du chef des lieux. Vous avez tout sur place : minerai, forge, ça ne vous coûtera pas grand-chose. Nous, nous allons jusqu'à payer de nos vies. Il me semble que vous gagnez au change.
- Faisons cela. Nous vous équipons et logeons et vous nous débarrassez de ces horreurs."


Bastes eut ce jour-ci une soudaine facilité à demander qu'on l'aide.

*

Au dehors, Malvo et Mélampe furent harponnés par les questions de leurs confrères à qui ils résumèrent la conversation.

"La princesse ne peut décemment pas prendre le risque de se faire tuer, nota Adeluvior. J'irai avec vous dans ces mines.
- Pardon mais vous me paraissez vieillissant,
jugea l'héritière sans trop faire cas de le vexer.
- J'ai mon utilité ..."

Sur ces mots et alors qu'il aidait Tili et Lodeth à quitter la carriole, ses manches remontèrent sur ses bras - des tatouages tels que n'en avait jamais vu Mélampe y serpentaient, léchant son coude et grimpant sûrement encore plus haut. Tribaux, runiques et figuratifs, ils semblaient réciter un poème illustré sur les membres madrés du doyen. Il esquissa un sourire tranquille et la jeune femme remis pour plus tard ses questions. L'Ordre était un groupe fort mystérieux.

Ce qu'elle ne remis pas à plus tard en revanche, c'était la conversation qui s'imposait d'elle-même avec Malvo. Quelque peu isolés du reste du groupe, elle fit peu cas du trouble récent qu'elle l'avait vu traverser et s'engagea des deux pieds sur un tapis épineux.

"Que faites-vous au juste ? lui demanda-t-elle à demi-voix. Titus, Adeluvior et Krah sont venus me chercher pour porter le coup d'Etat, c'est cristallin. Lodeth et Tilli feront ce que vous voulez qu'ils fassent. J'imagine bien qu'en l'échange de soins à vos amis vous vous engagerez dans notre chasse aux monstres, soit. Mais où en êtes-vous avec ma position ?"

Elle tentait vainement de le sonder. Du même temps, le second de Bastes indiqua à Titus chez qui crècheraient les compagnons - Erüne n'avait pas d'auberge, pas plus qu'elle n'accueillait bras ouverts ses visiteurs. On racontait même qu'il était plus hospitalier de dormir dans leurs mines que dans leurs lits ... mais cette rumeur datait d'avant la prolifération du bestiaire, évidemment.

"La première fois que je vous ai parlé de mes ambitions vous m'avez sauté à la gorge, littéralement. Pourtant vous nous avez suivis jusqu'ici. Vous m'avez accompagnée pour les négociations et vous vous êtes tourné vers moi pour prendre une décision qui vous était offerte. Je vous porte grande confiance mais il me semble que j'ai le droit de savoir. Si vous avez l'intention de nous quitte une fois Lodeth et Tilli saufs, dites-le moi."

La nuit tombait durement et chacun était inconfortable de cette journée de calèche et de deuil. Mélampe sentait sur ses épaules jusqu'au poids physique de la pression qu'elle ressentait et l'électricité ambiante était palpable depuis leur départ. Tous avaient grand besoin de repos pour se rassembler, ce que Titus et Adeluvior, installant les plus fragiles en premier, avaient bien compris. La princesse néanmoins n'avait pas l'intention d'en démordre, elle qui avait bien assez peur de l'échec pour croire au hasard, et qui chassait l'incertitude avec rigidité.


The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 3 CautiousDependableGalago-size_restricted
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Houmous
Houmous
Masculin MESSAGES : 169
INSCRIPTION : 06/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Breaking Bad

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

tea

The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 3 Empty

08166210.png
Malvo
J'ai 39 ans et je vis en Anuire. Dans la vie, je suis mercenaire des Impavides et je m'en sors de moins en moins bien.

Je suis un rescapé, quelqu'un qui avait de l'importance.


copyright: aenaluck


Malvo prit le temps de rassurer ses hommes pour le moment. Lorsque Mélampe lui demanda de le suivre pour lui parler quelques instants, il accepta, bien entendu. Il ne s’attendait pas réellement à devoir se justifier sur ses intentions ou devoir lui prêter formellement allégeance à vrai dire. Il la regarda un long moment, silencieux. Ce n’était plus la même jeune femme que celle qu’il avait ramassé sous un tronc d’arbre, encore tremblante d’avoir manqué d’être dévorée par une salamandre géante. Elle avait de l’aplomb, de l’assurance… et ne manquait pas d’en jouer. Elle dissimulait certainement de grands doutes et un questionnement constant de ses choix mais elle s’en sortait admirablement pour le dissimuler, ainsi que le font tous les dirigeants.

- Je dois avouer n’en rien savoir, princesse, dit-il dans une pique amusée pour faire remarquer le changement qu’il percevait. Mes hommes sont libres de faire ce qu’ils veulent et quant à moi, je pensais pouvoir rester avec vous pour vous protéger le temps qui me semblait correct. Après tout, je vous dois ma vie dans la mesure où si vous n’aviez pas été dans ma cellule, je n’aurais jamais pu profiter de votre fuite pour sauver ma peau, expliqua-t-il plus sérieusement. Pour le moment, je n’ai rien de mieux à faire et j’ai le sentiment que nos destins sont désormais liés. De toutes manières, j’ai déjà fait mon temps chez les Impavides, éluda-t-il finalement pour qu’elle ne prenne pas trop attention à sa confidence.

Il la regarda un peu pour jauger sa réaction. Il avait ses propres raisons de choisir de la suivre. Peut-être que s’il se donnait suffisamment de mal à l’aider à monter sur le trône, elle lui permettrait d’exercer sa vengeance… Il n’y comptait pas trop. Les gens qui avaient comploté contre l’Ordre était trop insidieux pour se laisser être du mauvais côté de l’Histoire… Dans les premiers temps qui avaient suivis le drame, il avait voulu se venger lui-même, seul. Malheureusement, les pistes s’étiolaient les unes après les autres et il se sentait de plus en plus être observé. Il savait que l’élimination systématique d’éléments gênants de l’Ordre avait à voir avec les troubles politiques récents. Après tout, les dirigeants du Temple du Feu étaient à même de tutoyer le Roi et les plus grands marchands du Royaume.

- Ne réfléchissez pas trop : je suis avec vous tant que vous me traiterez avec respect. Je resterai le temps qui vous sera nécessaire et je m’en irai pour reprendre ma route si cela s’avère profitable pour nous deux un jour, acheva-t-il dans l’objectif futile de la rassurer avant de s’en retourner à s’occuper de ses affaires.

Il veilla à accompagner ses deux hommes jusqu’à la demeure qui leur était attitrée. Les deux gaillards se retrouvaient à tailler leur nid dans la demeure d’une famille de mineurs. Le père allait au charbon avec son plus grand fils tandis que la mère s’occupait des enfants et travaillait à tenir le logis et à filer du tissu avec d’autres femmes. Malgré leur air peu accueillant, ce semblait être des gens honnêtes et soigneux. La propreté des lieux dans lesquels un soldat blessé était soigné avait une importance capitale dans sa remise sur pieds. Il le savait d’expérience… Il prit le temps de les remercier et de leur offrir quelques pièces qu’il avait encore sur lui, en guise de remerciements. Il se rendit compte que ces pièces avaient dû être faites à partir de minerais récupéré sous leur logis, pour ainsi dire. Ils semblèrent apprécier l’attention.

A son tour, Malvo s’en alla rejoindre la demeure qui lui était attribuée à Adeluvior et lui. Les loger ensemble avait d’avantage à voir avec leur mission qu’une volonté particulière de séparer le groupe, il le savait, mais il n’empêchait qu’il était tout de même tendu à l’idée de vivre quelques temps avec le vieillard. Avoir vu ses tatouages, cela lui faisait de l’effet. Il était teinté d’une aura de mystère comme l’étaient les membres de ce groupuscule qui avait fait don de son corps complètement.

- Malvo, nous sommes tous amis dans ce groupe, lui dit-il de but en blanc alors qu’ils marchaient sur le chemin. Je sais que vous vous faites du souci à l’idée que je vous suive dans les souterrains et que je fasse usage de mes tatouages à mon grand âge mais j’ai confiance. Je dirais même que j’ai foi en les flammes qui coulent dans nos veines pour nous rendre plus forts que les abominations, justifia-t-il en attendant avant de pousser la porte.

Il avait dû longuement prendre le temps de réfléchir au moment qu’il choisirait pour mourir. On apprenait très tôt aux aspirants de l’Ordre que l’usage de la source pour en appeler aux forces du Feu éternel était la preuve formelle de la réalité de la divinité de leur foi. Malheureusement, comme une luciole qui brille plus intensément, les guerriers sacrifiés vivaient deux fois moins longtemps. Il ressentait le besoin de lui éviter de devoir venir mettre le pied sur le front mais il savait que cela aurait été lui voler une mort glorieuse véritablement digne d’un combattant de sa trempe. Il n’y pouvait rien et ne devait que se résigner à les plaindre, lui et Krah, s’ils venaient à ne pas ressortir ensemble des entrailles d’Erüne.

Après avoir frappé à la porte, un vieillard courbé et solitaire vint leur ouvrir. Il les scruta un moment en tremblotant, campé sur sa canne. Il semblait mâchouiller quelque chose répétitivement et clignait difficilement des yeux. Sa voix était faible et on sentait la raideur de son corps à sa posture. Marchant à petits pas, peut-être pour ne pas se trouver être déséquilibré, il avança à l’intérieur de l’unique pièce de sa modeste demeure. Plusieurs couchettes de pailles étaient déjà en place qu’il montra, son bras se mouvant d’une manière lente et mécanique. Sa main tremblait intensément alors qu’il pointait où nous installer et déposer nos affaires. Nous l’en remerciâmes chaleureusement en refermant la porte d’entrée derrière nous.

Revenir en haut Aller en bas
 
Jo'
Jo'
Féminin MESSAGES : 385
INSCRIPTION : 21/08/2019
ÂGE : 23
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Avatar : Mary Cassatt | Signature : Bob Ross

UNIVERS FÉTICHE : /
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t4055-a-nouveau-jo
cat

The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 3 Empty

captur19.png
Mélampe Hildegarde Gertrud
de Lanasthël

J'ai 24 ans et je vis où je peux, dans l'Anuire. Dans la vie, je suis fille aînée d'Aymeric Mosse Gawen de Lanasthël, Roi d'Anuire décédé d'une crise cardiaque et je m'en sors bannie du Royaume puisque j'ai convoité le trône.

Valla (Diablo) (c) Kyrie

La bougie éclairait une pièce toute en lambris dans laquelle reposait un lit et un couchage de paille drapée à même le sol. Naturellement, Titus ôta ses bottes devant la literie de fortune et laissa le sommier à la princesse.

"Vous feriez mieux de prendre le lit, protesta-t-elle sans grande conviction. Votre dos a davantage besoin de récupération que le mien.
- J'ai l'habitude de pis, je vous laisse le matelas de bon coeur."


Elle concéda à s'y asseoir et observa distraitement la flamme malingre qui gambillait sous les assauts des courants d'air filtrant dans la maison. En ce premier temps d'introspection depuis ce qui lui paraissait être une éternité, Mélampe était pensive.

"Un problème princesse ? s'enquit Titus déjà installé aussi confortablement que possible.
- Je me disais, prétexta-t-elle pour évincer la question, que j'étais assez soulagée que nous ayons été installés ensemble. Je n'étais pas gaillarde à l'idée de dormir seule dans une maison d'inconnus.
- C'est moi qui ai demandé à être alité à vos côtés, pour ces mêmes raisons.
- C'est aimable."


En vérité, la jeune femme remuait dans son esprit le poids du manteau qui s'accrochait sur ses épaules. Après l'immensité de son errement à quêter des alliés, des semaines d'emprisonnement et l'abandon de ses espoirs de survie, la liberté et le coup d'Etat étaient venus d'eux-mêmes aussi salvateurs et inspirés qu'accablants. Mélampe chaussait les bottes ambigües d'être décisionnaire tout en étant protégée, et réalisait qu'elle devait camper sa hiérarchie avec autant rigueur et d'amitié que possible.

"Qu'est-ce qui pousse un chevalier de l'Ordre à retrouver en catimini une vraie-fausse princesse exilée dans l'espoir de lui proposer un coup d'Etat ?"

Titus, n'étant pas au fait des élaborations intérieures de l'héritière, fut cueilli par la question à laquelle il donna l'air de songer un instant.

"... il y a des affaires que je n'ai pas pu régler avec votre père. Maintenant qu'il est trop tard, je fais de mes remords quelque chose de productif.
- Des affaires ?"


Elle n'avait aucune connaissance de griefs ou arrangement entre son père et l'Ordre, ou du moins entre son père et un paladin de l'Ordre. Il lui aurait semblé qu'un dignitaire de leur foi aurait été plus à même de discuter - alors quoi ? Le chevalier ne lui donna pas plus de lumière.

"Avec ce que nous prévoyons de chasser, cette nuit pourrait être l'une de mes dernières - si vous me le permettez, j'aimerais en profiter dès maintenant, indiqua-t-il poliment pour lui réclamer le silence. Nous avons tous une bonne raison de vous voir en lieu et place du Marcéhal Faramond, princesse."

Etais-ce le fait d'apprendre que son père avait été empoisonné par un Maréchal des plus fidèles qui rendait la jeune femme méfiante ? Ou la Providence qui lui envoyait toutes ces bonnes âmes lui semblait-elle tout simplement louche ? Titus se retourna vers le mur et Mélampe s'allongea à son tour.

La flammèche dressée sur sa colonne de cire jaspait le regard ambré de l'héritière et qui s'égarait distraitement dans le dos du paladin, celui-ci lasuré d'un affrontement passé qui la peina ; avant toutefois qu'il ne remarque son insistance et ne la prenne pour de l'impudeur, l'héritière souffla d'un coup sec la bougie et les plongea dans le noir complet. Le bon coeur des réponses de Malvo et Titus la rassuraient quelque peu et elle trouva le sommeil bientôt.

*

Les jours passèrent et toute Erüne finit par reconnaître ces visiteurs incongrus comme des camarades. Lodeth et Tilli avaient repris des couleurs, la cheville de Krah se remettait à son rythme et il pouvait à nouveau marcher - quant à Malvo et Mélampe, il avaient plus ou moins récupéré la morphologie d'avant les privations de leur cellule. Ils avaient appris que la dureté de l'accueil de la région était surtout liée à une vie d'isolement roide et de deuil sévère : les pierres ne sont pas tendre, au sens propre et figuré ; pas plus que la forge où les flammes absorbaient parfois des vies. Bastes avait eu sept garçons et une petite fille, mais personne n'avait revu les aînés partis mineurs il y a des mois, et Mélampe fit le rapprochement entre son étonnant appel à l'aide et les disparitions de la progéniture. Le Seigneur admettait être vulnérable parce qu'on lui avait volé la chair de sa chair tandis qu'il gardait jalousement sa petite sous la coupelle d'une paternité de fer. Quant à son second, il proposa au groupe de partir chasser le monstre avec eux, avançant le judicieux argument qu'ils auraient besoin de quelqu'un sachant se repérer en sous sol.

De son côté Adeluvior instruisit l'héritière sur l'histoire que comptaient ses tatouages et qui reproduisaient un épisode des contes sacrés du Feu Eternel. Les formes tribales en arabesques liaient des motifs plus figuratifs et représentaient le Feu unissant les destins. De ses poignets à ses épaules pouvait-on déchiffrer - à condition d'avoir bon guide comme il l'était - ces instant où l'incendie tout destructeur qu'il était pouvait faire naître une vie nouvelle, ainsi que l'on défriche les bois pour y faire pousser dans leurs cendres de quoi se nourrir. "L'arbre qui se meurt ; devient terreau pour future fleur, récitait-il lissant des doigts l'encrage qui correspondait à ce verset." Et il parût évident que cet homme sur la pente déclinante de sa longévité souhaitait en effet disparaître en terreau et non en stérile statue.

Faire quelque chose de bon pour fermer les yeux sur ce que nous avons été de meilleur.


The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 3 CautiousDependableGalago-size_restricted
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
Houmous
Houmous
Masculin MESSAGES : 169
INSCRIPTION : 06/01/2019
ÂGE : 24
RÉGION : Grand Est
CRÉDITS : Breaking Bad

UNIVERS FÉTICHE : Fantastique, SF
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

tea

The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 3 Empty

08166210.png
Malvo
J'ai 39 ans et je vis en Anuire. Dans la vie, je suis mercenaire des Impavides et je m'en sors de moins en moins bien.

Je suis un rescapé, quelqu'un qui avait de l'importance.


copyright: aenaluck


Malvo passa plusieurs jours à prendre du repos et à se préparer pour pouvoir aller chasser le monstre dans les souterrains. Il prit le temps d’interroger quelques témoins plus ou moins directs de la présence de ses nouveaux amis. A ce qu’on disait, les créatures qui hantaient les mines craignaient la lumière et la fuyaient comme la peste. Du fait de cette particularité et de leur surprenante mobilité, les descriptions variaient et tantôt on les comparait à des chevreaux aux trop nombreuses pattes, parfois à de grosses araignées et enfin, à des hommes marchant à quatre fers, le dos tourné au sol. L’ancien paladin savait qu’on découvrait encore de nouveaux monstres.

Il passa le reste de ce temps de préparation à manier à nouveau l’épée et à l’affuter lentement et précautionneusement. Il ne s’agissait pas de se trouver bloqué quand il s’agirait d’abattre le jugement. On le trouvait parfois auprès de sa demeure d’accueil à frapper inlassablement un pantin qu’il avait confectionné pour l’occasion. Il répara également son armure et se débrouilla pour que sa tenue soit la moins encombrante possible.

Il constitua un petit groupe qui s’imposait de lui-même : Titus, le vieil Adeluvior et un guide, le second du Seigneur Bastes. Ce dernier s’appelait Amun, un nom bien exotique pour un habitant des terres isolées d’Erüne qui se justifiait du fait qu’autrefois, il était fils d’un courtisan de la Reine de la lointaine Tokel-num. Malvo était curieux d’en savoir plus mais il ne poussa par sa question plus loin, respectant les réserves de l’homme. Ils prirent le temps de recueillir toutes les informations possibles qui pourraient leur indiquer comment stopper l’invasion de nuisibles et permettre aux mineurs de se remettre au travail.

*****************************************************

Musique:
 

Le jour venu, Adéluvior était en train de parler avec la princesse du sens séculaire de ses tatouages. Il fut surpris de sentir la main de Malvo, amical et résigné, se poser sur son épaule. Le vieil homme tourna légèrement la tête et planta son regard dans celui de son camarade avant de se retourner et regarder vers le sol.

- Alors il est temps de partir ? demanda-t-il, rhétoriquement, avant de se relever. Ce fut un plaisir, jeune fille. J’espère que vous garderez la bonté et la curiosité qui animent votre cœur lorsque vous serez arrivée au trône, lança-t-il, en douce épitaphe.

Il tapota son cadet sur l’épaule avant de s’éloigner à pas lents. Il semblait l’encourager à prendre le temps de parler à la jeune princesse avant de partir pour ne peut-être pas. Pour ne pas gâcher l’opportunité, il vint s’asseoir sur la place encore chaude en retirant son épée de son côté et en la déposant non loin, soigneusement.

- Nous allons nous mettre en route. Si jamais tout ne se passe pas comme prévu… Bref, vous savez quoi faire, éluda-t-il, la mort dans l’âme. Combattre des créatures inconnues est toujours très risqué mais en compagnie d’Adeluvior, je suis certain qu’au moins l’un d’entre nous reviendra…

Sans prendre plus de temps, il s’en alla. Le fait de mourir sans pouvoir subir les rites funéraires était un grand tabou parmi les paladins. Il était d’usage qu’un autre des membres de l’Ordre puisse être prévenu pour s’occuper de récupérer la dépouille dans le cas où l’un d’entre eux venait à périr dans l’exercice de ses fonctions. Malvo n’y avait pas réellement réfléchi, peut-être saisissant chaque fois jusqu’ici avoir de réelles chances de l’emporter sur l’ennemi. Malheureusement, le doute était cette fois-ci de mise, les proies étant inconnues, en nombre indéterminé et la situation difficile à évaluer de l’extérieur. En d’autres termes, il percevait le danger évident à venir combattre sur son propre terrain une proie inconnue.

Alors que la petite escouade arrivait à hauteur de l’entrée de la mine, une petite foule s’était amassée pour les regarder débuter leur quête. Les regards avaient quelque chose d’inquiet et on sentait bien que peu dans la foule les croyait en mesure de l’emporter. Après tout, ils n’étaient pas les premiers à aller au-devant du danger. De ceux qui étaient revenus, ils étaient nombreux à noyer encore leur terreur dans l’alcool et à rester parfaitement inopérants pour la communauté. Un triomphe semblait trop improbable certainement…

La petite troupe s’avança à un pas prudent dans les premières galeries jusqu’à atteindre un premier semblant de barricade. Deux cadavres humains avaient pourri ici dans l’attente d’être tirés pour avoir le droit à une véritable sépulture. Ils se regardèrent un moment avant qu’Amun n’explique que personne n’avait accepté de descendre pour venir récupérer leurs dépouilles. Ils avaient été tués, comme nombre d’autres, pour mettre en place une barrière protégeant la ville quelques mètres plus hauts d’une invasion nocturne. Les paladins se mirent à desceller le chemin pour pouvoir descendre plus bas encore. De l’autre côté du passage, à la lumière des torches, ils purent sentir une puanteur encore inconnue de leurs nez. Un fumet miasmatique hantait les couloirs et de vagues bruits de mouvements insectoïdes se faisaient entendre, raisonnant au loin.

Une fois la barricade remise en ordre, ils continuèrent leur marche jusqu’à atteindre une première caverne largement creusée au sein de la montagne. Les minerais encore visibles dans les parois avouaient la présence du précieux cuivre et de petites pointes de fer. Les outils abandonnés en ces lieux laissaient un sentiment de malaise grandissant. Un silence glaçait le sang des courageux aventuriers au fil de leur découverte de la catastrophe. Titus, le premier, releva une trace de sang séchée sur le sol et resta un instant à réfléchir et à observer aux alentours.

- Hum… Du sang mais aucun cadavre… Ça va être moche cette affaire, souffla-t-il simplement.

- Pourquoi… ? demanda Amun, que la curiosité torturait.

- Il y a plusieurs possibilités… Réfléchis simplement à pourquoi des monstres emporteraient avec eux des cadavres, offrit-il comme seule réponse.

Une torche dans la main et sa lourde épée dans l’autre, Malvo continua à avancer, suivi de près par Adeluvior. Rapidement, les deux autres leur emboitèrent le pas. Les tunnels latéraux commencèrent à se multiplier à partir du premier palier qu’ils avaient rejoint plus tôt. Le capitaine du groupe ordonna de resserrer la formation et que chacun garde un œil sur une direction différente.

- Mais qu’était-ce donc que ça… murmura Adeluvior. J’ai vu une petite chose glabre et blanchâtre fuir dans une galerie.

- A quoi est-ce que ça ressemblait ? osa finalement demander Amun d’une voix tremblante.

Il n’eut en réponse qu’un vague haussement d’épaule du guerrier sacrifié. Ils arrivaient dans une autre caverne, plus vaste cette fois-ci. Sur les conseils d’Amun, ils se mirent à fouiller pour essayer de trouver un quelconque signe de la marche à suivre à partir de ce point de leur exploration. Ils n’avaient, pour ainsi dire, aucune idée de comment s’y prendre. Par où les monstres avaient envahi la mine ? Où s’étaient-ils installés une fois la fumée des premières batailles retombées ? Comment les abattre efficacement et rapidement ? Autant de questions auxquelles il leur faudrait répondre s’ils souhaitaient s’en sortir.

Alors qu’ils se trouvaient dans cette grande pièce, un petit pleur léger se fit entendre. Titus fit un signe du menton pour pointer la direction d’où venait le léger bruit et s’en approcha bravement. Une caisse semblait en être la source et il l’ouvrit brutalement en pointant son arme vers son occupant sans la moindre pitié.

- Ah !!! Ne me tuez pas, je vous en supplie ! beugla le misérable dans la caisse.

Malvo projeta sa main sur le visage du gaillard pour le réduire rapidement au silence avant de se tourner sur lui-même pour voir si le hurlement avait attiré l’attention sur eux. Il sembla que tout était calme alors il lui fit signe de rester calme avant de le relâcher.

- Je m’appelle Attano, je suis un des gamins de Bastes. Il faut que vous m’aidiez ! Ils vont finir par revenir ! chuchota-t-il. On n’est pas en sécurité ici… Il faut qu’on parte pour la surface.

- Qui ça, « ils » ? demanda Adeluvior pour en avoir le cœur net.

- Les créatures, par le Feu ! Elles vont revenir et elles vont nous tuer jusqu’au dernier si elles nous entendent parler ! Elles se repèrent au son et font de petits bruits avec leurs pattes sur les parois. Elles détestent la lumière et vous attaqueront dès que vos torches s’éteindront…

La petite troupe se regarda un instant à la lumière de ces révélations.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


The Anuirean Covenant (feat Jo') - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
The Anuirean Covenant (feat Jo')
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy-
Sauter vers: