Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyAujourd'hui à 1:17 par Clionestra

» Raven and Bones
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyAujourd'hui à 0:15 par Lobscure

» Silicon Heart ft. Lexis
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyHier à 22:47 par Lexis

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyHier à 21:46 par Manhattan Redlish

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyHier à 21:11 par Opale Or

» La librairie, une vie de dangers.
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyHier à 18:13 par Snardat

» Grimm | Personnages
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyHier à 1:46 par Grimm

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyHier à 0:52 par Lexis

» “Please. I love her.” (avec Leolyne)
Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 EmptyHier à 0:47 par Léolyne

Le deal à ne pas rater :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz – i7-12650H – ...
999.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Never give up [ft. Clionestra]

Clionestra
Messages : 3942
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Mar 12 Sep - 20:27

Nathan
Moyes

J'ai 27 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis kinésithérapeute dans la rééducation et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 Oyxo
Depuis la mort de son meilleur ami, Will, Nathan est en dépression. S'il arrive bien à le cacher à sa famille, il n'arrive cependant pas toujours à le ressentir. Il a été pendant deux ans le kiné de Will avant que celui-ci ne décide de mettre fin à ses jours en Suisse. Depuis, il n'arrive plus à voir les handicaps comme des obstacles à surmonter, mais comme une inévitable chute vers la mort.

Il a une petite soeur, Mary, qui a quatorze ans, et qui est né avec une malformation du dos. Depuis la mort de Will, il a peur qu'elle ne fasse pareil,  surtout qu'il sait qu'elle n'est pas heureuse. Ils vivent avec leur grand-père.

Nathan fait des combats sauvages quand sa colère dépasse sa tristesse et qu'il n'arrive plus à rien contrôler ...mais d'habitude personne ne le remarque.
Il l’embrasse et profite de cette peau douce sous la pulpe de ses doigts. Il caresse cette peau délicate. Il ne la prendrait jamais pour une personne fragile. Elle était plus forte que lui, elle était bien plus forte que n’importe qui. Elle avait vaincu, elle avait combattu, et elle vivait en offrant au monde sa vision de cette Terre. Elle était incroyable. Elle était un ange. Les anges avaient détruit Sodome et Gomore. Comme elle, elle détruisait la tristesse et la colère. Parce qu’en l’instant, il ne ressentait ni colère, ni tristesse. Juste une envie agréable et une chaleur reposante. Dans son cœur et sur son corps. Il sourit un instant quand il parle de sortir du jacuzzi. Oui. Ne pas le salir. Dommage. Cela lui plait la sensation de l’eau qui claque entre leur corps si proche. Il avait un nouveau fantasme, tiens. Faire l’amour dans un jacuzzi.

Il la regarde. Il voit son sérieux dans son regard, et quelque chose de plus. Du désir ? Il ne sait pas. Il avait envie d’elle aussi. Tellement. Il avait envie de l’avoir contre lui, qu’elle lui fasse oublier cette vie merdique et tout le reste autour. Qu’elle fasse de son esprit de la mélasse alors qu’elle l’embrasse. Il avait besoin de ça. Et il ne savait pas pourquoi elle, elle en avait besoin, mais il accepta le fait qu’ils avaient clairement besoin l’un de l’autre. Qu’ils avaient besoin d’être ensemble. Vitalement. Il l’embrasse une fois, à nouveau. Une seule fois, avant de faire un petit sauf pour se retrouver au milieu du jacuzzi et fermer les jambes de la jeune femme derrière son dos.

- Je vais te porter.

Et il le fit, il prit de l’élan avec ses jambes, et à la force de ses muscles, il souleva la jeune femme contre lui et se remit debout. Il laissa un peu de temps pour que le plus gros de l’eau tombe de leurs corps, pour ne pas totalement inondé le lit. Il regardait que la jeune femme, et il reprit un baiser pour laisser le temps. Il avait mis ses deux mains sous ses fesses pour la soutenir contre lui. Il finit par faire un geste pour éteindre le jacuzzi sans la quitter pour autant, avant de sortir de l’eau complètement. Il regarde la jeune femme à travers la lueur des fausses bougies. Sa peau semble encore plus délicieuse de cette jolie couleur qui se reflète. Il s’approche d’elle, et sans crier, il l’embrasse à nouveau avec ardeur.

- Lit ou canapé ? demanda-t-il pour savoir.

Ou table, ou mur, ou même douche, ou dehors sur la terrasse. Là, tout de suite, il n’avait pas réellement de limite à son imagination sexuelle. Il avait envie d’elle. Elle avait envie de lui. Et l’idée de le faire même debout, maintenant, le faisait se tendre un peu plus. Il voulait lui faire du bien. Il voulait se faire du bien. Il voulait … elle. Simplement. Et lui, il ne pensa pas à avoir de regret, ou à demain. Pas un instant. Il laissait venir son corps. Il oubliait tout. Il avait décidé qu’il devait lui rendre une partie de ce qu’elle lui avait offert avec son amitié. Il allait lui rendre en douceur et en amour. Tout simplement. Parce que.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Mer 13 Sep - 8:04

Billie Hartings
J'ai 25 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon  inintérêt complet pour la chose et mon "handicap", je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 777216627196b298ce668e3bb58e6b09

Je hochais la tête alors qu'il m'annonçait qu'il allait me porter. Je serrais mes bras un peu plus fort autour de son cou. Je passais mes jambes autour de lui, m'accrochant de mon mieux. C'était agréable de se sentir ainsi, d'être portée, comme protégée, par la puissance d'un homme. Il ne faisait qu'augmenter mon désir, mon envie de le garder à mes côtés.

Je déposais de légers baisers dans son cou alors qu'il quittait le jacuzzi et allait l'éteindre. Je ne pouvais pas poser mon pied à terre. Je n'arriverais pas à tenir ni à me déplacer sans lui. Je restais accrochée à lui, comme à ma bouée de sauvetage.

- Le canapé.... ou même le sol de la terrasse.

Je me moquais de l'endroit. Je voulais uniquement être avec lui. Pas le lit, nous risquions de le tremper et de passer une mauvaise nuit ensuite. Alors que tout ce que je voulais c'était qu'elle soit longue et délicieuse.

Je repris ses lèvres avec envie alors qu'il tournait son visage vers le mien. Je ne me lassais pas de ses lèvres, de leur douceur. Je le sentis me déposer sur le sol de la terrasse. Nous étions dans la pénombre de la nuit, les étoiles brillant au dessus de nous, les petites bougies nous éclairant. C'était parfait. Il était absolument parfait.

Je laissais mes mains passer sur son torse alors que je restais assise contre lui sur la terrasse. Je le caressais vraiment, cherchant à faire naitre le désir en lui. Ce n'étaient plus les gestes experts dessinant sur sa peau. Ce n'étaient pas les effleurements des mains le soignant. J'avais envie de lui. J'avais envie de lui faire du bien et je lui montrais.

Je défis le haut de mon maillot de bain avant de le repousser un peu plus loin. Je m'allongeais sur la terrasse, l'attirant contre moi. Je pressais mes seins nus contre sa torse, ondulant du bassin contre le sien. Une de mes mains le tenait par la nuque pour l'attirer plus près de moi, le serrer contre mon corps alors que je ne cessais de l'embrasser avec envie.




Clionestra
Messages : 3942
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Mer 13 Sep - 19:31

Nathan
Moyes

J'ai 27 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis kinésithérapeute dans la rééducation et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 Oyxo
Depuis la mort de son meilleur ami, Will, Nathan est en dépression. S'il arrive bien à le cacher à sa famille, il n'arrive cependant pas toujours à le ressentir. Il a été pendant deux ans le kiné de Will avant que celui-ci ne décide de mettre fin à ses jours en Suisse. Depuis, il n'arrive plus à voir les handicaps comme des obstacles à surmonter, mais comme une inévitable chute vers la mort.

Il a une petite soeur, Mary, qui a quatorze ans, et qui est né avec une malformation du dos. Depuis la mort de Will, il a peur qu'elle ne fasse pareil,  surtout qu'il sait qu'elle n'est pas heureuse. Ils vivent avec leur grand-père.

Nathan fait des combats sauvages quand sa colère dépasse sa tristesse et qu'il n'arrive plus à rien contrôler ...mais d'habitude personne ne le remarque.
Il la garde contre lui. Le corps de la jeune femme entourant le sien. Il la regarde et se demandant comment il avait pu attendre autant. Non… Il le sait… elle était simplement « autre chose » avant. Avant, elle était une inconnue, puis une patiente, puis une amie… et maintenant ? Elle était la femme qu’il désirait le plus au monde. Il ne sait pas si c’était son abstinence ou la jeune femme, mais il devait se faire violence pour ne pas devenir brusque et … quémandant. Il voulait faire ça bien, mais il avait envie d’elle avec une telle force qu’il en avait mal. Il savait qu’il ne pouvait pas la poser, mais il n’y pensa même pas. S’il la tenait contre lui, c’était un besoin, pour lui, pas une nécessité. Il avait besoin de la tenir. Et cette proximité l’empêchait de devenir un espèce d’animal.

Sauf que la jeune femme ne l’aidait pas. Le canapé … ou le sol de la terrasse. Il avait déjà remarqué que le sol était certainement assez mou pour s’y poser. Les fausses bougies faisaient des ombres et des lumières sur le sol. Il y avait là quelque chose de romantique. Plus que l’intérieur qui avait été éteint. Il voulait la voir. Le sol. Le sol était parfait. Et il ne pourrait pas bouger bien plus. Il se rattraperait sur la localisation, il se le promit. Il gémit un peu en la sentant le caresser. Il aimait ça. Il aimait ses mains. Il la regarde se découvrir, il la trouve encore magnifique, dans ce geste franc et clair qui donnait les indications sur ce qu’elle voulait vraiment. Il avait une érection contre elle, et il remercie le destin d’avoir mis deux « barrières » entre eux, pour qu’il ne passe pas pour un animal.

Alors qu’il l’embrasse, la plaquant sur le sol, il attrape ses deux jambes, sans le moindre mouvement ou réaction à sa jambe amputée, il passa la main sur sa peau pour remonter vers ses fesses, sur le tissu, et remonter le long de ses flancs. Il voulait la toucher.

- Je vais te caresser, dit-il entre ses lèvres, ta poitrine…

Il précise pour qu’elle ne soit pas surprise. Avec douceur, se forçant à parler pour ne pas être trop brusque, il posa ses mains sur la poitrine de la jeune femme. Il entoure la forme doucement. Il laisse sa main parcourir la rondeur. Il avait l’impression que ses seins avaient la forme parfaite pour ses mains. Il fit une petite pression, rien de douloureux juste pour lui faire sentir sa main. Il continuait de l’embrasser alors qu’il cherchait des doigts les tétons de la jeune femme pour les taquiner.

- Je veux te manger, dit-il alors en relevant la tête pour attendre son aval avant de venir prendre ses seins entre ses lèvres pour lui donner d’autres sensations.

Et pendant tout ce temps là, il essayait de ne pas penser à l’entre jambe de la jeune femme, mouillé par le jacuzzi et donc déjà moite, à proximité de sa propre excitation. Il ne voulait pas être un animal. Mais il n’arrivait pas à s’enlever des images peu orthodoxes. Il la voulait. Il voulait être en elle. Il voulait la voir crier, gémir, en demander plus. Il voulait qu’elle soit un animal. Et cette idée le fit sourire. L’idée que la jeune femme puisse être aussi en manque que lui. Aussi en besoin. Mais Nathan, même en étant en manque, même en étant en colère, même en étant triste, il ne ferait jamais du mal à une autre personne. Jamais. Encore moins à ceux qu’il aime. Alors il se bride pour ne pas arracher leurs maillots. Il se bride en profitant des délicieux petits bruits qu’ils pouvaient faire ensemble. L’harmonie était dans le mélange de leur bruit.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Jeu 14 Sep - 7:34

Billie Hartings
J'ai 25 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon  inintérêt complet pour la chose et mon "handicap", je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 777216627196b298ce668e3bb58e6b09

Je bougeais le bassin alors qu'il passait ses mains sur moi. Je me rapprochais de lui, cherchant davantage de contact. Je voulais le sentir contre moi, en moi. La barrière de nos vêtements était en trop. J'avais besoin de lui.

J'esquissais un petit sourire en l'entendant me dire ce qu'il allait faire.

- Tu n'as pas besoin de le dire.

Qu'il le fasse juste, c'était tout ce que je voulais. Qu'il me touche, qu'il m'embrasse, qu'il me prenne... c'était tout ce dont j'avais besoin en cet instant. Je le voulais lui tout entier.

Je laissais mes mains voyager sur son corps de mon côté. Je continuais de remuer contre lui, gémissant de plaisir alors que ses mains caressaient mes seins. Les miennes descendaient dans son dos, allant se poser sur ses fesses musclées. Je n'en pouvais plus de cette barrière entre nous alors je fis glisser son maillot de bain, posant mes mains sur sa peau nue.

Je ne pouvais déjà plus répondre alors qu'il continuait de me dire ce qu'il allait faire. Je ne pouvais que gémir de plaisir et d'envie. Je me tendis un peu plus, lâchant un gémissement plus fort alors qu'il venait me dévorer comme il l'avait dit.

Je n'arrivais plus à me retenir, je n'en pouvais plus. On prendrait peut être davantage le temps de se découvrir plus tard. Mais là je ne pouvais pas tenir. J'avais besoin de le sentir en moi. C'était peut être la période d'abstinence de quelques mois que je venais de traverser. Ou peut être ses mains beaucoup trop expertes aussi bien pour les massages que pour les caresses. Ou peut être tout simplement parce que c'était lui, que ça faisait des mois finalement que j'attendais ce moment, que j'avais envie de lui.

Je relevais sa tête au bout d'un moment, attirant son visage vers le mien.

- Prends moi s'il te plait....

Je l'embrassais avec envie alors qu'une de mes mains descendaient entre nous. Mon maillot de bain était toujours là, beaucoup trop frustrant, beaucoup trop humide et pas que de l'eau du jacuzzi. Mais j'avais réussi à lui enlever le sien. J'effleurais doucement son membre, le caressant légèrement du bout des doigts.

- Je n'en plus plus... j'ai besoin de toi Nathan...


Clionestra
Messages : 3942
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 14 Sep - 13:12

Nathan
Moyes

J'ai 27 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis kinésithérapeute dans la rééducation et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 Oyxo
Depuis la mort de son meilleur ami, Will, Nathan est en dépression. S'il arrive bien à le cacher à sa famille, il n'arrive cependant pas toujours à le ressentir. Il a été pendant deux ans le kiné de Will avant que celui-ci ne décide de mettre fin à ses jours en Suisse. Depuis, il n'arrive plus à voir les handicaps comme des obstacles à surmonter, mais comme une inévitable chute vers la mort.

Il a une petite soeur, Mary, qui a quatorze ans, et qui est né avec une malformation du dos. Depuis la mort de Will, il a peur qu'elle ne fasse pareil,  surtout qu'il sait qu'elle n'est pas heureuse. Ils vivent avec leur grand-père.

Nathan fait des combats sauvages quand sa colère dépasse sa tristesse et qu'il n'arrive plus à rien contrôler ...mais d'habitude personne ne le remarque.
Parler pour ne pas être un sauvage. C’était le plan. Si elle lui dit de ne pas le faire, il ne lui rester que son maillot comme barrière à ce qu’il avait envie de faire … Il avait tellement envie de la prendre. Il avait l’impression que, tout comme la colère qui explose et doit ressortir, il avait contenu son envie d’elle jusqu’à maintenant, et que ce désir explosait maintenant entre les mains de la jeune femme. Il avait l’impression d’être en pièce, d’être un morceau de lave qui coule sur elle, et il l’embrasse pour apaiser le feu qui le consume. Il brûle pour elle. Il la désire comme jamais auparavant. Il n’a même pas peur de cette explosion, parce qu’il sait qu’il la gérera pour ne pas qu’il la blesse elle. Mais sans ce qu’il dit, il avait peur de ne pas se retenir.

Il ne pouvait pas se retenir alors qu’elle le déshabille, et qu’avant que sa tête n’analyse le tout, il était déjà en train de virer le maillot de ses jambes. Ouais… il n’avait aucune résistance. Pas la moindre petite résistance. Même de loin. Il se retient à la jeune femme, il la tient contre son corps… Il touche sa poitrine, il l’embrasse, la caresse, il retient des grognements bestiaux alors qu’il veut lui faire l’amour… mais qu’il ne restait plus qu’un tissu entre eux. Pas de paroles, que des actes. Plus de tissus. Sa dernière résistance céda quand elle lui demanda clairement. Il l’embrasse, il la caresse, et il gémit de la caresse. Alors, il baisse sa main, s’assoit sur le sol alors qu’il fait courir ses mains le long de son corps pour attraper l’élastique de son maillot et le descendre sur ses jambes. Il relève ses jambes pour le faire, et il embrasse les deux sans hésitation pour finir de virer ce bout de tissu inutile. Il se remet sur elle, après ses doux baisers. Il se frotte à elle pour l’habitué à la présence de sa verge contre son corps. Il fait deux trois allers retours sans rentrer en elle, pour qu’elle se détende… puis, quand il fit sûr qu’il n’y aurait pas de regret, il rentra en elle.

Mais il ne voulait pas la soumettre. Il n’aimait pas l’idée qu’il la laisse sur le sol et la prenne… même s’il était un animal… Même s’il avait envie de lui faire cela avec violence. Utilisant ses muscles pour la faire jouir rien qu’à son entrée. Même s’il était totalement déconnecté de la réalité et qu’il ne se souvenait plus de son nom. Même s’il savait qu’il en avait besoin, il ne pouvait pas se résoudre à lui faire ça. Alors, tout en entrant en elle, il attrapa les mains de la jeune femme pour qu’elle se retrouve toujours avec lui en elle, mais sur lui. Et il continua de prendre sa poitrine entre ses lèvres, faisant rouler ses tétons entre sa langue tout en faisant des mouvements de bassin. Il n’avait plus rien à dire. Il voulait jouir en elle. Il voulait la faire sienne et la marquer de son passage. Il voulait qu’elle crie pour lui dans la nuit fraiche. Et les mots n’avaient pas d’emprise. Il ne pouvait plus parler alors qu’il se sentait à sa place, maintenant, avec elle contre son corps. Leur cœur et leurs corps battant à l’unisson une mélodie intime. Ce moment n’était qu’à eux, même si violent et brusque, si quémandeur et créer par une pulsion de besoin, c’était leur moment. Le début de leur moment.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Sam 16 Sep - 10:54

Billie Hartings
J'ai 25 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon  inintérêt complet pour la chose et mon "handicap", je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 777216627196b298ce668e3bb58e6b09

Je poussais un gémissement d'envie et de frustration mêlé alors qu'il venait enfin me retirer mon maillot de bain. J'étais désormais nue contre lui. Je voulais maintenant le sentir davantage, l'avoir tout contre moi, toucher chaque parcelle de sa peau et la sentir contre la mienne. C'était un besoin viscéral désormais. J'en avais envie. Je n'arrivais plus à penser qu'à ça. Je ne pensais plus à ma jambe amputée. Il ne semblait pas plus y porter attention. Il caressait mes jambes et je ne pouvais m'empêcher de gémir.

Il semblait en avoir autant envie que moi. Je pouvais voir le désir brûler dans ses yeux. Je ne l'avais jamais suspecté. J'avais toujours cru n'être qu'une patiente à ses yeux, au mieux maintenant une amie. Je ne pensais pas qu'il puisse m'envisager ainsi. Il y avait toujours eu des taquineries entre nous mais je n'aurais jamais pensé qu'il y ait un fond de vérité parmi tout ça.

Je remuais contre lui alors qu'il venait frotter son membre contre moi. Il me frustrait encore plus. J'avais envie de lui crier de me prendre, de me faire sienne complètement. Je n'en pouvais plus de ce jeu, de le voir prendre son temps. Je ne voulais pas prendre mon temps, pas maintenant. Je le prendrais peut être ensuite, quand mon corps et le désir qui brûlait en lui se serait apaisé. Je pourrais être plus tendre, profiter du reste de la nuit pour l'embrasser et le caresser, prendre mon temps de le découvrir, d'être plus tendre. Mais là je ne pouvais pas, j'avais besoin qu'il vienne apaiser ce feu qui brûlait en moi, qu'il comble ce besoin que j'avais de le sentir en moi.

Je poussais un râle de plaisir en le sentant venir enfin répondre à cette envie. Je remuais contre lui, cherchant à le sentir davantage. Je me redressais quand il tira doucement sur mes mains. Je m'installais sur lui, bougeant mon bassin au rythme du sien. C'était meilleur que ce que j'avais espéré et attendu avec impatience. J'avais le sentiment d'être à ma place et pas seulement de prendre du plaisir comme avec mes anciens partenaires. J'avais trouvé ma place au creux de ses bras et je ne voulais plus les quitter.

Je relevais son visage pour venir l'embrasser avec envie. Je m'accrochais en lui, bougeant de plus en plus fort. Je me laissais emporter, sentant la chaleur grandir de plus en moi avant qu'elle ne finisse par exploser. Je me laissais allé contre lui, restant sur lui, le serrant dans mes bras alors que je sentais que lui aussi se détendait après avoir atteint l'extase. Je posais ma tête sur son épaule, caressant doucement son dos sans rien dire, retrouvant lentement mes esprits.




Clionestra
Messages : 3942
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 16 Sep - 12:32

Nathan
Moyes

J'ai 27 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis kinésithérapeute dans la rééducation et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 Oyxo
Depuis la mort de son meilleur ami, Will, Nathan est en dépression. S'il arrive bien à le cacher à sa famille, il n'arrive cependant pas toujours à le ressentir. Il a été pendant deux ans le kiné de Will avant que celui-ci ne décide de mettre fin à ses jours en Suisse. Depuis, il n'arrive plus à voir les handicaps comme des obstacles à surmonter, mais comme une inévitable chute vers la mort.

Il a une petite soeur, Mary, qui a quatorze ans, et qui est né avec une malformation du dos. Depuis la mort de Will, il a peur qu'elle ne fasse pareil,  surtout qu'il sait qu'elle n'est pas heureuse. Ils vivent avec leur grand-père.

Nathan fait des combats sauvages quand sa colère dépasse sa tristesse et qu'il n'arrive plus à rien contrôler ...mais d'habitude personne ne le remarque.
Il avait envie d’elle avec une force qu’il n’avait jamais ressentie avant. Il sentait la moindre parcelle de son propre corps se couvrir de frisson à chaque respiration de la jeune femme dans ses bras. Dans. Ses. Bras. Il avait besoin d’elle. Il avait envie d’elle. Il voulait s’unir à elle dans le bienêtre, la pureté de ce moment partagé à deux. Il voulait pouvoir l’embrasser encore et encore sans avoir à parler, plus jamais. Sans avoir à penser, à pleurer, à se battre. Il voulait que ses muscles ne se souviennent plus de comment lever la main, seulement pour s’engouffrer dans ses cheveux et l’embrasser encore plus. Il l’avait toujours trouvé belle, mais derrière le filtre de la bienséance professionnelle, cette réflexion n’était pas à allé plus loin. Puis, il l’avait trouvé magnifique, mais derrière le filtre de la colère, cette réflexion avait été occultée. Et elle était toujours là. Malgré le professionnaliste, qui était perdu depuis longtemps entre eux, et la colère qui lui vrillait les pensées, elle était belle. Qu’il le pense consciemment ou pas. Il y avait quelque chose chez elle de différent, de puissant, de beau mais d’une autre manière que l’esthétique. Son âme était une œuvre d’art qu’il ne pouvait s’empêcher de vouloir regarder, même quand toute la sienne, d’âme, désire imploser, il ne peut se résoudre à risquer de déteindre sur elle.

Il l’embrasse, il la prend sur ses genoux pour la voir en face de lui. Il était brusque et violent, mais il ne voulait pas faire de leur union un combat. Il ne voulait pas faire de ce moment un autre moment de soumission par la force. La jeune femme était la gagnante de son combat, parce qu’il ne comptait absolument pas essayer de mettre son autorité dans leur échange. Il pouvait dire ce qu’il veut, et il le fit, en lui disant qu’il aimait son corps, il disait quelques propos un peu obscène, mais toujours empli de considération pour la jeune femme.

Nathan n’avait jamais été le genre d’homme a étranglé sa partenaire ou à l’insulter en lui faisant l’amour. Encore moins avec Billie qui le chevauche. Non. Il articulait comme il pouvait des onomatopées de bien être, il disait qu’il aimait lécher ses seins, il disait qu’il aimait l’embrasser, il disait qu’il la voulait encore plus, plus fort, plus profond, mais pas une fois il ne l’insulta ou fut violent avec elle. Et ce corps qui ondule sous lui, il l’aime. Il ne veut pas le meurtrir, il veut le découvrir. Doucement, tendrement. Il se laisse aller en elle, oubliant les considérations comme les risques d’un tel acte. Il n’avait pas le sida, il le sait puisqu’il avait fait des tests il y a un an pour donner son sang en étant sûr qu’il était sain, et n’avait pas couché depuis. Et si la jeune femme tombait enceinte ? Il embrasse tendrement son cou. Il ferait ce qu’il faut, comme elle le souhaite. Il ne la laisserait pas. Jamais. Il embrasse son cou et calme son cœur qui bat fort.

- Je ne t’ai pas invité dans l’espoir de te faire l’amour, dit-il une fois qu’il réussi à articuler sans lui dire qu’il aime son corps ou ce qu’ils font, je tiens à te le dire.

Il n’avait pas été ami avec elle dans l’espoir qu’ils fassent l’amour. Il n’avait pas fait ça pour ça… Mais ça serait mentir que de croire qu’il n’appréciait pas. D’ailleurs, à peine s’était-il reculer pour se « séparer » d’elle, qu’il se sentait déjà l’envie de revenir en elle, de la toucher. Sa poitrine se levait au rythme de son cœur. C’était si … Si incroyable. Elle avait la pureté dans sa transpiration. Il la regarde et lève sa main, pour remonter son visage vers lui. Il la regarde en silence. Il caresse sa joue. Se dit qu’il n’aimait pas l’idée d’utiliser ses mêmes mains pour se battre, même s’il en avait besoin. Qu’elle méritait autant de pureté que ce qu’elle lui donnait … mais il est égoïste. Il était égoïste parce qu’au lieu de se lever, de lui dire que c’était une erreur et de la protéger de lui, il s’approche et l’embrasse à nouveau dans une douceur qui ne laissait pas de doute à ses pensées. Il n’était pas là pour son corps. Il la voulait. Il voulait cette femme dans sa vie. Il voulait qu’elle soit là pour le soigner, pour apaiser son cœur meurtrie. Il la voulait dans le lit avec lui. Pour faire l’amour, mais pour dormir, pour pleurer. Il voulait qu’elle reste dans ses bras. Et une autre pensée égoïste lui rappela qu’elle avait besoin d’elle pour se déplacer sans sa prothèse. C’était si égoïste … Il la regarda avec une lueur désolé dans le regard.

- Je crois qu’on est sec, fit-il pour appuyer sur le fait qu’ils pouvaient aussi se déplacer dans le lit.

Egoïste, il l’avait dit. Il l’était. Il ne pouvait simplement pas … Il ne savait pas comment faire pour ne pas être un lâche égoïste. Il ne savait pas l’être. S’il essaie de la protéger de lui, alors c’est lui qui sera détruit. Comme un vase qui se brise, l’âme de Nathan était brisée. S’il la laissait partir, ça serait comme piétiné les bouts sur le sol de son âme… et personne n’avait jamais réussi à recoller un vase en poussière. Il attend son aval pour attraper ses fesses et la plaquer contre lui pour la soulever comme si elle ne pesait rien. Ce qui était le cas. Elle ne pesait rien du tout. Il portait bien lourd dans son esprit. Elle, elle allégeait sa peine et ses peurs. Elle était la perfection dans un bout de femme pure. Pouvait-elle seulement imaginer cela ? Pouvait-elle le comprendre ? Le ressentir ? Pouvait-elle savoir qu’il y avait en elle la magie qui fait battre son cœur plus fort, même sans excitation –ce qu’il était toujours mais il savait faire la différence- ?


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Sam 16 Sep - 18:44

Billie Hartings
J'ai 25 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon  inintérêt complet pour la chose et mon "handicap", je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 777216627196b298ce668e3bb58e6b09

- Techniquement c'est moi qui t'ai inventé à faire ce week end...

Je lui souris doucement pour le rassurer. Je savais bien que ce n'était pas un séducteur qui m'avait sorti le grand jeu uniquement dans l'espoir de me mettre dans son lit, même si on était pas arrivé jusqu'au lit. Je le connaissais assez pour savoir que ce n'était pas son genre. Je le voyais mal avoir des histoires sans lendemain. Je pouvais me tromper, mais je le voyais plus du genre à vouloir prendre soin d'une femme, une vraie relation exclusive. C'était plutôt mon style de papillonner de mec en mec. Et le fait qu'il veuille me rassurer sur le fait qu'il n'avait pas fait tout ça volontairement, confirmait qu'il n'était pas ce genre de mec.

Je fermais les yeux sous la caresse de ses lèvres, me laissant emportée par la douceur de son baiser. J'étais toujours installée sur ses genoux et je n'avais aucune envie d'en bouger pour le moment. Je voulais rester blottie contre lui et ne pas bouger de là. Je sentais même que j'étais déjà foutu, que malgré tout ce que je ne cessais de me répéter, j'étais complètement accro à cet homme. Je n'arriverais pas à le repousser demain. Je ne pourrais pas ne plus le voir et me passer de ses bras ou de ses baisers.

Je ris alors qu'il faisait remarquer que nous étions sec désormais.

- C'est vrai. On devrait peut être aller jusqu'au lit. J'ai peut être changé d'avis à propos de cette idée de massage...

Parce qu'au début l'idée d'être aussi proche de lui, de me retrouver dans une situation aussi ambiguë me mettait mal à l'aise. Mais maintenant tout était différent. Nous avions dépassé ce stade. Désormais je voulais profiter de tous les moments de tendresse possibles avec lui. Et je sentais que la randonnée ne serait peut être plus d'actualité.

Je m'accrochais à ses épaules alors qu'il venait me plaquer contre lui pour se lever. Je le serrais jusqu'à ce qu'il me dépose dans le lit. Je lui souris et l'attirais brièvement à moi pour lui voler un baiser.

Pendant qu'il allait chercher les huiles, j'en profitais pour défaire les draps, allumer les petites lampes de chevet pour créer une ambiance tamisée. Je me rallongeais ensuite sur le ventre, le regardant arriver vers moi en souriant.

- Tu sais que tu es très beau Nathan...?


Clionestra
Messages : 3942
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 16 Sep - 20:50

Nathan
Moyes

J'ai 27 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis kinésithérapeute dans la rééducation et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 Oyxo
Depuis la mort de son meilleur ami, Will, Nathan est en dépression. S'il arrive bien à le cacher à sa famille, il n'arrive cependant pas toujours à le ressentir. Il a été pendant deux ans le kiné de Will avant que celui-ci ne décide de mettre fin à ses jours en Suisse. Depuis, il n'arrive plus à voir les handicaps comme des obstacles à surmonter, mais comme une inévitable chute vers la mort.

Il a une petite soeur, Mary, qui a quatorze ans, et qui est né avec une malformation du dos. Depuis la mort de Will, il a peur qu'elle ne fasse pareil,  surtout qu'il sait qu'elle n'est pas heureuse. Ils vivent avec leur grand-père.

Nathan fait des combats sauvages quand sa colère dépasse sa tristesse et qu'il n'arrive plus à rien contrôler ...mais d'habitude personne ne le remarque.
Techniquement c’était vrai, et cette idée l’avait fait sourire. Elle l’avait invité parce qu’elle avait gagné, et non pas parce qu’il l’avait invité. Il avait planté ses yeux rieurs vers elle avant de lui demander si elle, elle l’avait invité dans l’espoir de le mettre dans son lit. Mais tout, dans la façon dont il la touchait ou riait, prouver qu’il en connaissait déjà la réponse. Il la releva pour l’amener jusqu’au lit dans une délicatesse assez contraire à leur empressement de s’unir de l’instant d’avant. Il la lâcha, pas trop longtemps, pour aller chercher les huiles qu’il avait amenées. C’était si étrange. Alors qu’il posa le sac sur le coin du lit, il était totalement obnubilé par le corps qui lui faisait face. La jeune femme avait un postérieur des plus tentant, et il dû mettre toute son énergie à ne pas venir l’embrasser dans une action purement poussé par des pulsions. Ce n’était peut-être pas une bonne idée de se laisser ainsi, à découvert, de dos, à lui. Surtout pas quand l’animal en lui était toujours tapi sous la surface et voulait encore plus. La phrase fit écho à ses pensées et il la regarda. Il avait envie de dire qu’il ne l’était pas. Il était quelconque. Il avait des muscles pour son travail, et il n’était pas moche, mais il n’y avait pas la pureté que la jeune femme dégageait … Sa beauté à lui était superficiel, la sienne transpirait par ses pores comme un délicat halo. Il sourit simplement.

- Je le suis beaucoup moins que toi, Billie, fit-il doucement alors qu’il se rapprocha pour embrasser sa joue, se penchant pour cela à travers le lit.

Il regardait son visage, elle était étendu sur le lit, sur le ventre, et lui il était sur le côté en train de mettre son visage proche du sien. Son corps nu caché par le bord du lit, heureusement. Il fit un nouveau sourire.

- Une autre chose que j’aimerais te dire. Je sais masser sans avoir d’envie sexuelle. Je peux te masser sans montrer le moindre désir. Je veux que tu en es bien conscience, parce que je vais te caresser, partout. Je vais te masser. Et il faut que je sache si tu préfères que je bride tous les émotions et désirs, ou si tu préfères que je les laisse se dévoiler.

Il y avait trois sortes de massages. Les massages qu’il faisait pour les os, qui faisait claquer les os dans des cracs souvent peu ragoutant, les massages des muscles, qui faisait du bien et il pouvait masser une femme de la tête aux pieds sans rien ressentir … et il y avait les massages pour elle, désormais. Elle pouvait autant avoir un massage professionnel, un massage qui caresse ses muscles et les délie pour qu’elle se sente mieux, qu’un massage avec un Nathan excité et prêt à la masser d’une manière trèèèèèès peu professionnelle. Dans des zones que l’on ne touche pas d’ordinaire. Avant de continuer son entreprise pour lui faire du bien, il voulait être sûr de ce que la jeune femme désirer.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Dim 17 Sep - 9:55

Billie Hartings
J'ai 25 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis artiste peintre et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon  inintérêt complet pour la chose et mon "handicap", je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Never give up [ft. Clionestra] - Page 11 777216627196b298ce668e3bb58e6b09

Je levais les yeux en l'entendant me répondre.

- Et toi tu es beaucoup trop modeste.

Il était musclé, juste comme il fallait, ni trop ni pas assez. Mais il n'y avait pas que ça. Il avait un beau visage, un sourire qui l'illuminait complètement et un regard doux et tendre à la fois. Il m'avait plu dés le premier jour. Mais c'était mon kiné et je n'avais pas vraiment le droit de le séduire.

Je fronçais un peu les sourcils alors qu'il me parlait de massages. Il précisait qu'il était parfaitement capable d'être purement professionnel dans son massage. Il cherchait à savoir si j'avais bien envie que ce soit un massage sensuel ou non. Vu ce qu'on venait de faire, la réponse me semblait plutôt évidente pourtant.

Je me redressais pour venir m'asseoir en face de lui et caresser tendrement sa joue.

- Je ne doute pas que tu sais être parfaitement professionnel. Mais ce n'est pas mon cas. C'est pour ça que j'avais refusé le massage tout à l'heure. Parce que je savais que pour moi ce serait plus qu'un simple massage, j'avais déjà envie de toi. Mais je pensais que ce n'était pas le cas pour toi. Je préférais éviter d'être dans ce genre de situation mais maintenant...

Je lui souris doucement en disant ça. Maintenant les choses étaient différentes. Je savais que mon envie était réciproque. Je n'étais pas la seule à ressentir tout ça et j'en étais heureuse.

- J'ai envie de passer la nuit avec toi Nathan. Je ne veux pas que tu brides quoi que ce soit. Moi j'en serais incapable je te préviens.

Je ne pourrais pas être professionnelle comme lui était capable de le faire. J'avais envie de lui et je ne pourrais plus le cacher désormais.

Je venais retirer ma main de sa joue pour la passer sur ses épaules. Je me collais contre lui pour l'embrasser, un baiser tendre bien loin de la fougue que nous ressentions tout à l'heure. C'était l'idée que je me faisais de cette nuit ensemble. Un moment tendre entre nous, à apprendre à se découvrir. Une nuit entière avec lui, à oublier tout le reste, à oublier le cancer qui me rongeait de l'intérieur, c'était tout ce que je voulais.
Contenu sponsorisé
Never give up [ft. Clionestra]
Page 11 sur 17
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 17  Suivant
Sujets similaires
-
» nj - never give up
» (f ou m) I want it now, give me your heart and your soul
» Lisden ♔ And if you were drowned at sea, I'd give you my lungs so you could breathe
» rather than love, than money, than fame, give me truth.
» Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: