Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» De l'amour à la haine, il n'y a qu'un pas (avec Rein)
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyAujourd'hui à 19:10 par Clionestra

» Deux duchés et une duchesse (avec Rein)
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyAujourd'hui à 18:27 par Clionestra

» Une Famille de Loups et de Rats
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyAujourd'hui à 13:03 par Snardat

» « Connais ton adversaire, connais-toi, et tu ne mettras pas ta victoire en danger. »
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyAujourd'hui à 11:47 par Stormy Dream

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyAujourd'hui à 11:17 par Manhattan Redlish

» La Cour des Miracles (ft. Apothesis)
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyAujourd'hui à 0:40 par Raton

» Pause plus ou moins longue - Nemo
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyHier à 17:24 par Clionestra

» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyHier à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] EmptyHier à 0:17 par Snardat

-45%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go /1 To
1099.99 € 1999.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18]

Dracoola
Messages : 583
Date d'inscription : 20/04/2018
Région : Québec city
Crédits : Frimelda et Google

Univers fétiche : LOTR/ Fantasy / City / Historique
Préférence de jeu : Homme
Power Rangers
https://www.letempsdunrp.com/t6011-listen-to-them-the-children-of-the-night-what-music-they-make#121946 https://www.letempsdunrp.com/t6012-i-want-you-to-believe-to-believe-in-things-that-you-cannot#121948
Dracoola
Lun 21 Aoû - 15:08
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 8VlyWud

Page est une chanteuse d’un groupe alternatif les Computers Tulip. Pour filmer leur tout premier vidéoclip, ils décident de se rendre dans le Grand Canyon en Arizona. Mais faute d’expérience, ils finissent par se perdre et Page est séparée de son groupe par une vilaine tempête de sable. Effrayée et cherchant à se réfugier, elle s’abrite dans une sorte de caverne naturelle et c’est là qu’elle fait la rencontre d’une autre âme infortunée…


Contexte provenant de la loterie


LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | FRIMELDA

Dracoola
Messages : 583
Date d'inscription : 20/04/2018
Région : Québec city
Crédits : Frimelda et Google

Univers fétiche : LOTR/ Fantasy / City / Historique
Préférence de jeu : Homme
Power Rangers
https://www.letempsdunrp.com/t6011-listen-to-them-the-children-of-the-night-what-music-they-make#121946 https://www.letempsdunrp.com/t6012-i-want-you-to-believe-to-believe-in-things-that-you-cannot#121948
Dracoola
Lun 21 Aoû - 18:23

Page Valentine
J'ai 35 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis soliste pour le groupe Computer Tulips. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 509d1987102c222470c918d67efd1cc2614832b0

Page n’a pas une bonne relation avec sa mère. Elles ne se sont pas parlé depuis janvier 2017.

Elle a commencé à se mettre du eye-liner autour des yeux à l’adolescence et elle n’a jamais arrêté depuis même si selon sa mère ça lui donne un look de raton-laveur.

Page est beaucoup dans l’apparence. Elle est peut-être superficielle, mais il ne s’agit que d’une façade parce qu’elle a peur de ne plus exister si elle n'est pas dans le regard des autres.

Elle utilise l’écriture de ses chansons comme une forme de thérapie et c’est pourquoi beaucoup de ses chansons parlent de ses ex.

Les gens qui l’intimidaient au secondaire ont fait un groupe Facebook pour se moquer d’elle. Quand elle l’a appris elle s’est fait un faux compte et elle met volontairement des photos peu flatteuses d’elle-même.

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 4392638218cafbf0c8164362536399fb370e1d04

Avril Lavigne @ Tumblr

Oh, misery! I sure could use some

company





J’avais regardé le paysage défiler à travers la fenêtre en silence. Sept-heures de route pour se rendre de Los Angeles au Grand Canyon en Arizona. Sept heures infernales à entendre Jeannette et Austin s’embêter pour des broutilles. Et il y avait Dan qui ne disait pas un mot au volant. Normal, il était encore furax contre moi. On s’était engueulé parce qu’il trouvait que j’étais une pétasse égocentrique et moi je pensais qu’il était un menteur et de surcroît un voleur parce que j’avais réalisé qu’il utilisait les maigres revenus du band pour son compte. Pour se payer des escortes en plus, c’était difficilement justifiable à mes yeux. Le band n’avait pas à payer pour ses fantaisies de gros porcs. À 35 ans si je faisais un bilan de ma vie, il y avait eu des bons coups et des mauvais. À chasser le succès, on pouvait parfois se perdre dans la foulée et ça m’avait pris un moment avant de retrouver la vraie Page et la raison pour laquelle j’avais débuté cette aventure. Et puis alors que je songeais à faire d’autre chose de mon existence on avait eu notre premier succès pour la chanson « You are disgusting ». C’était moi qui l’avais écrite et ça parlait de mon ex qui se coupait les ongles d’orteils et qui se mettait les retailles dans la gueule comme si c’était des bonbons. J’avais du mal à croire que j’étais resté avec pendant quatre ans. Et tandis que mes amis du secondaire fondaient leur famille et achetaient des maisons à trois étages, moi je travaillais dans un restaurant populaire de LA à me faire cracher dessus par des célébrités. Le pied. C’est pourquoi quand nous avons atteint le Billboard je voulais pleurer de joie ! Enfin, tous ses efforts avaient payé ! Et là, on était en route pour filmer un vidéoclip pour la chanson. On avait choisi le canyon pour illustrer l’état de mon respect pour mon ex après qu’il m’est trompé avec Rébecca ma collègue du resto. Sec et aride. Bref, j’avais prévu un costume génial pour l’occasion, des shorts et une camisole en PVC. On travaillait avec une compagnie de production locale « Canyun see ». C’était les meilleurs pour les plans de drones aériens de tout l’Arizona.

J’avais déjà hâte que des fans fassent des montages de moi sur Tiktok. C’est tout ce que je voulais dans la vie. Ça me ferait moins sentir comme une ratée face aux mamans d’Instagram qui montrait leur troisième enfant avec leur mari qui ressemblait à des modèles de maillot de bain. J’aurais enfin quelque chose à moi. On arrivait en milieu d’après-midi à la boîte de production l’où on devait rencontrer Vinny un petit mec bedonnant avec le front qui reculait de plus en plus. Il nous expliquait qu’on devait se contenter de faire du repérage aujourd’hui parce qu’il annonçait tempête. C’était donc dans la van de Vinny que nous nous dirigions vers le canyon. C’était beau et impressionnant comme paysage, c’était fou ce que la nature pouvait façonner avec la force du vent et de l’eau. Tandis que Vinny prenait des photos de moi dans mon costume de petit cuir Dan observait l’horizon avec un air inquiet. Un énorme nuage beige se dirigeait vers nous à une vitesse impressionnante. Trop loin des autres je n’arrivais pas à les rattraper qu’ils partaient déjà avec la van. Paniquée et choqué par cette trahison soudaine j’avais cherché à me réfugier. C’est là que j’aperçus une ouverture entre deux rochers. Sans réfléchir je m’y glissai, le plastique de mon accoutrement faisant un couic couic bien sonore qui ponctuait ma panique. Je n’arrivais pas à croire qu’ils m’avaient abandonné. J’avais fermé les yeux essayant de couvrir mon nez et mes yeux pour ne pas avaler du sable. J’entendis un son d’explosion et puis la tempête était sur moi. Le sifflement violent du vent et du sable qui était projeté dans tous les sens me terrifiait. Recroquevillé sur moi-même je priais pour survivre à cette expérience…



LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | FRIMELDA

Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Lun 21 Aoû - 22:47

Mike “Vespa” Wilson
J'ai 33 ans et je vis à New River, Arizona, USA. Dans la vie, je suis Pilote d’hélicoptère de secours militaire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fils unique de parents de la classe moyenne, j’ai eu une enfance sans trop d’histoire. Après deux ans sur les bancs de la fac, je me suis engagé dans l’Air Force à 20 ans. Rapidement, je me suis orienté vers l’univers des hélicoptères pour en devenir pilote. Pendant 10 ans, j’ai donc escorté des navires, déployé des hommes, apporté un soutien armé, évacué des unités d’élite, porté secours à des équipages en détresse, etc. Je me suis retrouvé une fois, après un crash, en territoire ennemi. C’était lors de ma dernière opération, au Moyen-Orient. J’ai dû survivre seul pendant plus de deux semaines pour essayer de rejoindre un point de récupération. À mon retour, j’ai demandé à être réaffecté au service de secours civil de l’armée américaine. Maintenant, je pilote les hélicoptères qui vont chercher les promeneurs inconscients dans le canyon ou le désert, voir dans les montagnes.

Foxtrot Charlie huit deux deux un à Tour de Falcon, à vous !
…gggrzzzssshh !
Foxtrot Charlie huit deux deux un à Tour de Falcon, à vous ! Répondez, putain !
…trot……..deu…un !...ou enten..pas…garçon… !
Foxtrot Charlie huit deux deux un à Tour de Falcon, Je file droit sur la tempête. Coordonnées 36°06 Nord par 113°17 Ouest. Je….ccrrrrrrccrggggrrrrrrrzzzzzzsssssshhhhh !

Bordel !
Hurlais-je en relâchant le bouton de ma radio.
On m’avait demandé de déposer une équipe médicale d’urgence avec son matériel à Littlefield, au nord-est du grand canyon. J’étais donc partie de Phoenix avec mon copilote et l’équipe mais, une fois sur place, quelques problèmes se cumulèrent. Mon équipier se blessa gravement en descendant de l’appareil, ce qui obligea l’équipe que l’on venait de décharger à le prendre en charge en se rendant à l’hôpital.
Par la suite, on m’ordonna de rallier au plus vite mon point de départ, car on avait besoin d’un pilote expérimenté pour une opération particulière. J’avais eu beau dire qu’une tempête se déchainait sur le trajet sans aucun moyen de la contourner et, qu’en plus, il me fallait trois heures pour revenir…
Les ordres sont les ordres fiston !

Au travers de ma visière solaire, de l’autre côté du pare-brise, la tempête me faisait face et je filais droit dessus.
Une bonne grosse tempête de sable de merde !
Elle montait plus haut que mon hélico n’irait jamais et elle devait faire dans les cent kilomètres de large. Avec des réservoirs pleins, j’aurais contourné sans problème, mais, restrictions budgétaires oblige, on ne m’avait donné que le nécessaire pour faire l’aller-retour, petite marge offerte par la maison.

Ça va danser sévère Mike ! Me dis-je à moi-même.

Alors, la danse fût très sévère. L’appareil était balloté dans tous les sens et se faisait poncer par le sable. Évidemment, les pédales répondaient de moins en moins bien au fur et à mesure que ce foutu sable venait se nicher dans les turbines, dans les rotors, dans le moindre interstice.
Il me fallait me rendre à l’évidence, poursuivre, c’était du suicide pur.
Ma seule chance, c’était d’essayer de me poser au mieux pour me mettre à l’abri en espérant retrouver un appareil en état pour rentrer.
Hélas, les instruments étaient complètement détraqués et je ne voyais strictement rien. Aussi, mon atterrissage fut plus une sorte de crash contrôlé qu’un délicat posé.
En termes plus clairs, l’hélicoptère était foutu, mais j’étais entier et juste légèrement égratigné.
Couché sur le flanc, je passais à l’arrière pour attraper deux sacs d’urgence et une petite bonbonne d’oxygène. À la réflexion, j’en pris une deuxième que je fourrais dans un des sacs avec une radio de plus. Il me fallut me contorsionner pour sortir de l’engin et, une fois dehors, la bouche et le nez cachés par le masque respiratoire, je mis un sac sur mes épaules avant de courir, l’autre à la main.

Mon salut ne pouvait venir que des formations rocheuses, aussi m’y engouffrais-je dès que possible. Même si le sable volait toujours en tourbillons continus, le vent y était moins fort. Entre le masque et ma visière, ma vue n’était pas extraordinaire, mais au moins je protégeais mes yeux et mes voies respiratoires.
Alors, mon pied cogna dans quelque chose de mou, me faisait perdre l’équilibre. Je me ramassais lamentablement avant de me tourner pour voir sur quoi j’avais cogné.

Bordel de merde !

Une personne était là, à moitié recouverte par le sable. Sans intervention, elle y passait. Je déposais mes sacs pour tirer la bouteille d’oxygène supplémentaire que j’avais emporté. Je l’activais et collais le masque sur la figure de la personne. Je ramenais ensuite les deux sacs devant sa tête et la mienne après avoir sorti une couverture de l’un d’eux. Finalement, je m’allongeais dans le dos de la victime avant de nous couvrir. Les sacs nous protégeaient au cas où des pierres ne passent et j’avais un bras par-dessus la personne pour bien maintenir la couverture.
Il ne restait plus qu’à attendre…

Dracoola
Messages : 583
Date d'inscription : 20/04/2018
Région : Québec city
Crédits : Frimelda et Google

Univers fétiche : LOTR/ Fantasy / City / Historique
Préférence de jeu : Homme
Power Rangers
https://www.letempsdunrp.com/t6011-listen-to-them-the-children-of-the-night-what-music-they-make#121946 https://www.letempsdunrp.com/t6012-i-want-you-to-believe-to-believe-in-things-that-you-cannot#121948
Dracoola
Jeu 24 Aoû - 2:21

Page Valentine
J'ai 35 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis soliste pour le groupe Computer Tulips. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 509d1987102c222470c918d67efd1cc2614832b0

Page n’a pas une bonne relation avec sa mère. Elles ne se sont pas parlé depuis janvier 2017.

Elle a commencé à se mettre du eye-liner autour des yeux à l’adolescence et elle n’a jamais arrêté depuis même si selon sa mère ça lui donne un look de raton-laveur.

Page est beaucoup dans l’apparence. Elle est peut-être superficielle, mais il ne s’agit que d’une façade parce qu’elle a peur de ne plus exister si elle n'est pas dans le regard des autres.

Elle utilise l’écriture de ses chansons comme une forme de thérapie et c’est pourquoi beaucoup de ses chansons parlent de ses ex.

Les gens qui l’intimidaient au secondaire ont fait un groupe Facebook pour se moquer d’elle. Quand elle l’a appris elle s’est fait un faux compte et elle met volontairement des photos peu flatteuses d’elle-même.

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 4392638218cafbf0c8164362536399fb370e1d04

Avril Lavigne @ Tumblr

Oh, misery! I sure could use some

company





J’oscillais entre la conscience et le vide réconfortant derrière mes paupières. Mes poumons me donnaient l’impression d’être en feu et je sentais une sorte de brûlure dans ma poitrine. C’était souffrant et cela m’empêchait de respirer. Puis je sentis que l’on déposait quelque chose sur mon visage et j’inspirais goulûment l’oxygène qui entrait dans mes voies respiratoires. Quand je tentais d’ouvrir les yeux, je réalisai que je me trouvais face contre terre avec un mec au-dessus de moi et un genre de couverture pour nous protéger du sable. Le vent hurlait et j’étais complètement terrifié, j’avais du sable dans tous les recoins de mon corps et mes yeux piquaient. Confuse et soulagée de ne pas être seule face aux éléments je m’étais blottie contre l’étranger. Je ne savais combien de temps cela avait duré, une heure peut-être deux, mais je sentais que la tempête se calmait. J’avais jeté un regard par-dessus mon épaule, vers le mec lambda qui m’avait sauvé la vie. C’est seulement là que je réalisais que j’avais failli y passer, Ben merde, à l’aube de mon vedettariat. Si j’étais superstitieuse, j’aurais pris cela comme un signe. Mais j’étais têtue et bon même si mes co-musiciens étaient prêts à me laisser pour morte dans un désert il fallait avouer qu’on faisait du sacré bon son quand on le voulait. Jeannette jouait de la batterie comme si sa vie en dépendait, Austin était peut-être le genre de connard qui laissait ses mégots de cigarettes sur le comptoir et qui ne se lavait pas les dents avant un show, mais il savait jouer de la basse comme personne et Dan… C’tait Dan. Je le détestais, il me détestait et quand on était sur la scène c’était électrique… le genre de chimie étrange qu’on ne trouvait pas deux fois. J’allais les faire payer cher, mais je n’étais pas encore prête à les laisser tomber. Pas après 12 ans de larmes, de sueur et de soirées à se partager un joint en cherchant l’inspiration pour le hit qui allait nous faire décoller. J’avais osé un regard en dehors de la couverture je remarquai que les particules de poussières s’étaient pour la plupart déposées sur le sol. Le soleil se couchait déjà à l’horizon et la nuit ne tardait pas à tomber. Ben merde, on n’était pas sorti de l’auberge. Jugeant qu’il était sécuritaire de me lever et de retirer mon masque je m’empressai de le faire non sans peu de difficulté puis je me retournai vers mon héros en kaki encore allongé. Ne sachant trop quoi faire ni quoi dire j’avais lancé :

– J’suis désolé. Habituellement, je ne couche pas le premier soir…

C’était débile… C’était un calembour à propos du fait que nous étions couchés sur le sol. Bien collés l’un sur l’autre… BREF. De l’humour à la Page, quoi. Le genre de connerie qui rendait ma mère complètement folle. La moindre allusion au sexe pour elle était synonyme de débauche. C’était bien pour cela que nous nous parlions plus. Le style de vie que je menais à Los Angeles… C’était le genre de chose qu’elle racontait à son pasteur le dimanche durant la confesse. Gêné et réalisant que j’avais probablement affaire à un premier répondant (l’uniforme hein) je déclarais reconnaissante :

– Merci de ne pas m’avoir laissé crever… C’est apprécier. Euh… Je te revaudrai ça ? J’ne sais pas trop c’est quoi le protocole quand on vient de se faire sauver le cul.

Bah oui, brillant, je devais avoir l’air conne dans mon petit short en PVC et mes talons à trois étages. Il devait se dire que je faisais des études en philosophie à Oxford avec cette dégaine. Une perle de la société. Mais bon j’étais habitué de sortir du lot c’était ce qui avait fait ma marque de commerce. Il y avait une raison pourquoi les gens raffolaient de MANIA. Ah oui. MANIA c’était mon nom d’artiste, mon alter ego. Une véritable poupée alternative avec les cheveux platine, les vêtements déchirés, les bas résille et les colliers à clous. Quand elle entrait sur scène, je prenais le placard et elle chauffait les planches. MANIA, c’était ce qui nous avait propulsés sur Tiktok et j’avais déjà quelques fans qui raffolait de son look emo-nostalgique et de son vibe d’ex-amante écervelée. Et j’adorais performer pour eux, je n’en avais rien à faire du regard des autres, comme quoi parlez-en en mal ou en bien tant qu’on en parle… J’avais essuyé ma main sur ma cuisse avant de la tendre à l’inconnu.


LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | FRIMELDA

Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Jeu 24 Aoû - 21:03

Mike “Vespa” Wilson
J'ai 33 ans et je vis à New River, Arizona, USA. Dans la vie, je suis Pilote d’hélicoptère de secours militaire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fils unique de parents de la classe moyenne, j’ai eu une enfance sans trop d’histoire. Après deux ans sur les bancs de la fac, je me suis engagé dans l’Air Force à 20 ans. Rapidement, je me suis orienté vers l’univers des hélicoptères pour en devenir pilote. Pendant 10 ans, j’ai donc escorté des navires, déployé des hommes, apporté un soutien armé, évacué des unités d’élite, porté secours à des équipages en détresse, etc. Je me suis retrouvé une fois, après un crash, en territoire ennemi. C’était lors de ma dernière opération, au Moyen-Orient. J’ai dû survivre seul pendant plus de deux semaines pour essayer de rejoindre un point de récupération. À mon retour, j’ai demandé à être réaffecté au service de secours civil de l’armée américaine. Maintenant, je pilote les hélicoptères qui vont chercher les promeneurs inconscients dans le canyon ou le désert, voir dans les montagnes.

Ca gigote et le vent semble être tombé.
Finalement, on se relève tranquillement, dégoulinant de sable rouge, avant d’enlever nos masques. Je récupère les deux bouteilles pour les fermer tandis que la jeune femme m’adresse ses premiers mots.
Je ne peux retenir un petit rire.

Le premier soir, ça ne me dérange pas, mais pas le premier après-midi !

Je me frotte pour essayer de virer un maximum de sable, rangeant ensuite bouteilles et couverture dans les sacs. Finalement, elle me remercie pour mon aide, cherchant visiblement à respecter un protocole spécifique lié à mon uniforme.
J’enlève donc mon casque, afin, déjà, de me présenter convenablement. Afin de détendre un peu l’atmosphère pesante, je me mets au garde à vous et effectue un salut parfait.

Capitaine Mike Wilson, alias Vespa, Pilote secouriste de l’Air Force ! Lançais-je d’un ton tout militaire et bien monocorde. Puis, je me relâche et complète avec un sourire. Mais tu peux m’appeler Mike !

Un coup d’œil à ma montre et je me rends compte que le temps nous est compté. Devenant plus sérieux, je jette un regard circulaire à notre refuge et aperçois une cavité dans la roche, formant comme une petite grotte.

Bon, il n’est plus l’heure d’espérer des secours. On va devoir passer la nuit ici. Dis-je en indiquant la cavité. J’ai tout ce qu’il faut, de ce côté, pas de soucis. Par contre…

J’observais sa tenue et mon regard d’expert en survie me suggérait qu’elle était assez peu adaptée à une nuit dans le désert.

Ta tenue, c’est pas génial… Bon, on va se débrouiller. Déjà, tu n’es pas blessée ? Tu n’as rien ?

S’il fallait faire des soins, autant le faire de jour. A la lumière d’une lampe, ce serait plus compliqué. A l’inverse, installer un campement dans le noir ou avec une faible lumière, je savais faire. Comme tout pilote, j’étais formé de manière intensive à la survie en situation difficile. De plus, j’avais de l’expérience en la matière.

Dracoola
Messages : 583
Date d'inscription : 20/04/2018
Région : Québec city
Crédits : Frimelda et Google

Univers fétiche : LOTR/ Fantasy / City / Historique
Préférence de jeu : Homme
Power Rangers
https://www.letempsdunrp.com/t6011-listen-to-them-the-children-of-the-night-what-music-they-make#121946 https://www.letempsdunrp.com/t6012-i-want-you-to-believe-to-believe-in-things-that-you-cannot#121948
Dracoola
Sam 26 Aoû - 16:18

Page Valentine
J'ai 35 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis soliste pour le groupe Computer Tulips. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 509d1987102c222470c918d67efd1cc2614832b0

Page n’a pas une bonne relation avec sa mère. Elles ne se sont pas parlé depuis janvier 2017.

Elle a commencé à se mettre du eye-liner autour des yeux à l’adolescence et elle n’a jamais arrêté depuis même si selon sa mère ça lui donne un look de raton-laveur.

Page est beaucoup dans l’apparence. Elle est peut-être superficielle, mais il ne s’agit que d’une façade parce qu’elle a peur de ne plus exister si elle n'est pas dans le regard des autres.

Elle utilise l’écriture de ses chansons comme une forme de thérapie et c’est pourquoi beaucoup de ses chansons parlent de ses ex.

Les gens qui l’intimidaient au secondaire ont fait un groupe Facebook pour se moquer d’elle. Quand elle l’a appris elle s’est fait un faux compte et elle met volontairement des photos peu flatteuses d’elle-même.

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 4392638218cafbf0c8164362536399fb370e1d04

Avril Lavigne @ Tumblr

Oh, misery! I sure could use some

company





Il avait ri dévoilant ses belles dents blanches et droites et je m’étais surprise à me demander quelle sorte de dentifrice il utilisait pour avoir cette couleur. Il devait se les laver à l’eau de javelle, ce n’était pas possible. Il avait répondu que le premier soir ça ne le choquait pas en revanche le premier après-midi. J’avais souri, il n’était pas coincé, je pouvais apprécier cela. Je le regardais ranger son équipement d’un air dubitatif. Le mec était venu dans le désert charger comme une mule. Et heureusement parce que sinon j’y passais. Il avait retiré son casque et j’étais prise au dépourvu par ses lèvres charnues qui entraient en contraste avec son nez cassé et ses traits sérieux. Il me fit un salut comme dans l’armée et je lâchai un rire mal à l’aise.Wtf. Je rangeai ma main tendue en prétendant essuyer mon petit short. Puis il se présentait et je fronçais les sourcils en entendant « Vespa » ce n’était pas le nom d’une guêpe ? J’étais chanceuse d’être tombée sur un secouriste en pleine tempête. C’était presque un miracle pour être honnête. Mike, donc. Il était plus grand que moi d’une tête, sa peau était tannée par le soleil et il avait des pattes d’oies sur le bord de ses yeux comme s’il avait passé sa vie à plisser des yeux pour regarder directement dans le soleil. Pensant qu’il serait intelligent de me présenter à mon tour je fis un semblant de salut maladroit avant de dire :

– Euh Page… Je n’ai pas de rang et je viens de Los Angeles.

Oui bon c’était pas hyper génial comme situation. Mike semblait observer les environs avec attention et je m’étais mise à regarder moi aussi ne sachant trop ce que l’on cherchait. Puis il déclarait que l’on devrait sans doute passer la nuit ici et mon estomac s’était noué. Passer la nuit, au milieu des coyotes et des scorpions, super. Ça changeait du lit et de la douche que nous avions réservée à l’hôtel. Je ne pouvais pas croire à ce qui m’arrivait. C’était surréel. Puis, le pilote d’hélicoptère avait osé critiquer ma tenue et irrité par son commentaire, mais surtout épuisé de ma journée j’avais lâché sur un ton sarcastique :

– Ah bon ? Je pensais qu’être à moitié nue dans le désert était un passage obligé ! Je vais relire mon guide touristique, je me suis gourée.

Je me sentais un peu mal de me défouler sur lui, mais j’en avais marre. Juste quand le vent tournait dans notre direction quelque chose de débile comme ça arrivait. J’avais continué sur un ton penaud :

– Ça va. Je n’ai rien, merci…

Je m’étais laissé tomber contre la paroi rocheuse et je grimaçais en sentant le sable froid entré en contact avec ma peau. Puis je ramenai mes genoux contre moi et déposai mon menton sur ceux-ci avec une mine déconfite. Mike pouvait s’occuper de la situation, j’allais me contenter de bouder dans mon coin.


LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | FRIMELDA

Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Sam 26 Aoû - 20:31

Mike “Vespa” Wilson
J'ai 33 ans et je vis à New River, Arizona, USA. Dans la vie, je suis Pilote d’hélicoptère de secours militaire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fils unique de parents de la classe moyenne, j’ai eu une enfance sans trop d’histoire. Après deux ans sur les bancs de la fac, je me suis engagé dans l’Air Force à 20 ans. Rapidement, je me suis orienté vers l’univers des hélicoptères pour en devenir pilote. Pendant 10 ans, j’ai donc escorté des navires, déployé des hommes, apporté un soutien armé, évacué des unités d’élite, porté secours à des équipages en détresse, etc. Je me suis retrouvé une fois, après un crash, en territoire ennemi. C’était lors de ma dernière opération, au Moyen-Orient. J’ai dû survivre seul pendant plus de deux semaines pour essayer de rejoindre un point de récupération. À mon retour, j’ai demandé à être réaffecté au service de secours civil de l’armée américaine. Maintenant, je pilote les hélicoptères qui vont chercher les promeneurs inconscients dans le canyon ou le désert, voir dans les montagnes.

Malgré la situation compliquée dans laquelle nous étions, je ne pus retenir un rire lorsqu’elle se présenta à son tour en exécutant un salut étrange.

Page ! Tu sais que le salut militaire, c’était pour rire hein ? Raillais-je, amusé avant de faire un tour d’horizon. Je lui expliquais alors très brièvement que nous allions passer la nuit ici. En effet, s’aventurer de nuit dans le désert est de loin la pire des idées, surtout mal équipé…ou mal habillée.
En parlant d’habit, il m’apparut rapidement que ma remarque à ce sujet était mal passée. Elle me répondit sur la défensive, d’un air accusateur.

Oh ! Non, ne le prends pas comme ça, j’imagine bien que tu n’es pas venu exprès te perdre ici dans cette tenue. Hum…Bon…

Je déposais les sacs dans la cavité avant de sortir de l’un d’eux, une bobine de cordelette militaire. Ceci fait, je décrochais mon harnais et mon ceinturon, laissant tomber mon matériel de survie personnel et mon équipement de pilote. Ceci fait, je fis glisser les deux zip qui fermaient ma combinaison de vol pour l’enlever.
J’étais maintenant vêtu d’un simple pantalon kaki, d’un t-shirt et d’une veste kaki. Je retournais auprès de Page, qui s’était assise en boule contre une paroi rocheuse et je déposais ma combinaison devant elle.

Tiens ! Tu seras mieux là-dedans, même si cela risque d’être un peu grand. Pour les chaussures, en revanche, il va me falloir réfléchir.

Ensuite, j’installais ma cordelette devant la cavité afin de pouvoir y suspendre une bâche qui viendrait fermer notre abri. Ceci fait, j’allumais un petit feu avec des brindilles et quelques rares branches dans le but de faire chauffer deux rations de l’armée.

Tu viens te mettre au chaud ? La température va tomber très vite.

Dans l’abri, les sacs étaient contre le fond, ouvert afin que j’accède à notre matériel. Les couvertures, elles, étaient roulées dans un coin. C’était sommaire, mais au moins, nous avions à boire et à manger, de la lumière et de quoi nous tenir chaud.

Que faisais-tu dans le coin ? Demandais-je par curiosité et afin de faire la discussion.

Dracoola
Messages : 583
Date d'inscription : 20/04/2018
Région : Québec city
Crédits : Frimelda et Google

Univers fétiche : LOTR/ Fantasy / City / Historique
Préférence de jeu : Homme
Power Rangers
https://www.letempsdunrp.com/t6011-listen-to-them-the-children-of-the-night-what-music-they-make#121946 https://www.letempsdunrp.com/t6012-i-want-you-to-believe-to-believe-in-things-that-you-cannot#121948
Dracoola
Jeu 31 Aoû - 2:21

Page Valentine
J'ai 35 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis soliste pour le groupe Computer Tulips. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 509d1987102c222470c918d67efd1cc2614832b0

Page n’a pas une bonne relation avec sa mère. Elles ne se sont pas parlé depuis janvier 2017.

Elle a commencé à se mettre du eye-liner autour des yeux à l’adolescence et elle n’a jamais arrêté depuis même si selon sa mère ça lui donne un look de raton-laveur.

Page est beaucoup dans l’apparence. Elle est peut-être superficielle, mais il ne s’agit que d’une façade parce qu’elle a peur de ne plus exister si elle n'est pas dans le regard des autres.

Elle utilise l’écriture de ses chansons comme une forme de thérapie et c’est pourquoi beaucoup de ses chansons parlent de ses ex.

Les gens qui l’intimidaient au secondaire ont fait un groupe Facebook pour se moquer d’elle. Quand elle l’a appris elle s’est fait un faux compte et elle met volontairement des photos peu flatteuses d’elle-même.

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 4392638218cafbf0c8164362536399fb370e1d04

Avril Lavigne @ Tumblr

Oh, misery! I sure could use some

company





Il avait ri, encore une fois. Bien heureuse de voir que l’un de nous deux pouvait se permettre de rire. Ce n’était pas mon cas. J’étais assise dans mon coin et je refusais de le regarder. Rien de personnel. J’avais froid. Je n’étais quand même pas très habillée et puis j’avais faim. J’avais grignoté en route pour le canyon, mais là j’avais un gros creux et puis en plus j’avais la gorge et les yeux irrités. Mon mascara et eye-liner avait coulé sur mes joues et j’étais certaine que je devais ressembler à un clown en dépression. Et c’était pas loin de la réalité. J’avais envie de trois choses : chaleur, un bon gros burger et une canette de coke. Pas tellement réaliste au vu de la situation, mais une fille pouvait rêver. Je continuais à fixer mes pieds nus, j’avais peint mes ongles d’orteils en un vert émeraude et sincèrement je regrettais mon choix de couleur. J’avais l’impression d’avoir les doigts de pieds de Shrek et c’était… pas cool. J’avais entendu mon sauveteur se rapprocher de moi puis il me tendait sa combinaison. J’avais levé la tête et avait hésité un moment avant de saisir le vêtement. Il était gentil, il m’avait sauvé la vie et moi j’agissais en pétasse.Super. Sans un mot, je m’étais levé et avais enfilé la combinaison. C’était… un peu trop grand au niveau des bras et des jambes, mais j’étais déjà plus au chaud. Je lui avais souri, un peu penaude. Je l’avais observé fermer l’entrée de la cave avec une sorte de bâche en plastique avant de le voir rassembler des brindilles. Décidant que je serais plus utile à mettre ma main à la pâte plutôt que de mater son cul je m’étais également mise à la recherche de combustible pour un feu. Je tombais sur un morceau de bois pourri et quelques branches. Puis, j’avais ramené mes trouvailles auprès de lui, hissant en sentant les cailloux pointus contre mes pieds. Putain. Il m’offrait de venir le rejoindre près du feu et je m’asseyais face à lui en me blottissant dans sa combinaison. J’avais soupiré de soulagement en sentant la chaleur des flammes contre ma peau. Il me demandait ce que je faisais dans le coin. Je débattais pendant un moment l’idée de lui mentir puis je me dis que je n’avais rien à perdre. Il n’avait probablement jamais entendu parler des Computers Tulips. Ce n’était pas comme si j’étais aussi connu que Pink ! Ou Katy Perry.

– Du repérage pour un vidéoclip, on devait le tourner demain en après-midi. Sauf que c’est probablement mort maintenant…

J’avais baissé la tête un instant en ravalant ma déception, pas maintenant Page. Il avait fait un effort pour commencer une discussion, autant la continuer.

– Et toi ? Ça t’arrive souvent de trébucher sur des beautés comme moi où je suis ta première ?

Comique. Ça le ferait sourire et l’on pourrait parler d’autres choses. Je pourrais éviter de penser au fait que j’allais peut-être manquer ma chance de débuter ma carrière. Pas de signature avec une maison de disque. Pas de fiestas avec des acteurs connus ni de soirées tapies rouges. Adieu, vie de luxe et de plaisir factices et bonjour la vraie vie. Une chance comme celle-là ça n’arrivait pas deux fois.


LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | FRIMELDA

Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Jeu 31 Aoû - 22:53

Mike “Vespa” Wilson
J'ai 33 ans et je vis à New River, Arizona, USA. Dans la vie, je suis Pilote d’hélicoptère de secours militaire et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Fils unique de parents de la classe moyenne, j’ai eu une enfance sans trop d’histoire. Après deux ans sur les bancs de la fac, je me suis engagé dans l’Air Force à 20 ans. Rapidement, je me suis orienté vers l’univers des hélicoptères pour en devenir pilote. Pendant 10 ans, j’ai donc escorté des navires, déployé des hommes, apporté un soutien armé, évacué des unités d’élite, porté secours à des équipages en détresse, etc. Je me suis retrouvé une fois, après un crash, en territoire ennemi. C’était lors de ma dernière opération, au Moyen-Orient. J’ai dû survivre seul pendant plus de deux semaines pour essayer de rejoindre un point de récupération. À mon retour, j’ai demandé à être réaffecté au service de secours civil de l’armée américaine. Maintenant, je pilote les hélicoptères qui vont chercher les promeneurs inconscients dans le canyon ou le désert, voir dans les montagnes.

Aller ! Prends ça ! Insistais-je devant son air hésitant à prendre ma combinaison. Elle finit par s’en emparer avant de l’enfiler. Évidemment, c’est trop grand pour elle, mais ça lui évitera de mourir gelée pendant la nuit. Je lui rendais son sourire avant de m’activer pour nous préparer un abri pour la nuit.
Elle m’aidait, en ramassant pas mal de bois, jusqu’à ce que je l’invite à me rejoindre auprès du feu.

Elle m’expliqua alors qu’elle était venue en repérage pour tourner un clip, avec d’autres personnes donc. Je comprenais du coup beaucoup mieux le côté inadéquat de sa tenue. Il était cependant intéressant de savoir que des gens savaient qu’elle était là. Avec un peu de chance, ils signaleraient sa disparition et nous pourrions être secourus rapidement. Je n’en parlais cependant pas, histoire de ne pas risquer de faux espoirs.

Oh ! Sympa ça ! Quel style de musique ? Demandais-je en souriant.

Oui, j’avais l’air parfaitement détendu et, pour cause, je n’étais pas particulièrement stressé. Après tout, entre deux semaines seul et sans ressources au milieu d’un pays ennemi et probablement quelques jours, équipé, à quelques heures d’une ville et dans mon pays… La difficulté de survie n’était pas la même.
Donc, oui, j’étais plutôt serein, attentif et vigilant, mais serein.

Elle me posa ensuite une question qui me prit de court. Je l’observais avant de lui répondre.

J’ai souvent trébuché, mais tu es la première beauté sur qui cela m’arrive ! Lui répondis-je en lui lançant un clin d’œil.

Je remuais le contenu des deux rations de chili con carne, mais notre feu était tellement minuscule qu’il allait falloir être patient. Par-dessus les flammes, j’aperçus ses pieds nus, me souvenant de l’avoir entendu jurer plusieurs fois. J’attrapais donc la trousse de secours avant de lui faire signe d’approcher.

Viens là ! Il faut que je regarde tes pieds. Entre les blessures, la chaleur et les saletés…Il vaut mieux être prudent.

Dracoola
Messages : 583
Date d'inscription : 20/04/2018
Région : Québec city
Crédits : Frimelda et Google

Univers fétiche : LOTR/ Fantasy / City / Historique
Préférence de jeu : Homme
Power Rangers
https://www.letempsdunrp.com/t6011-listen-to-them-the-children-of-the-night-what-music-they-make#121946 https://www.letempsdunrp.com/t6012-i-want-you-to-believe-to-believe-in-things-that-you-cannot#121948
Dracoola
Ven 1 Sep - 1:39

Page Valentine
J'ai 35 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis soliste pour le groupe Computer Tulips. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 509d1987102c222470c918d67efd1cc2614832b0

Page n’a pas une bonne relation avec sa mère. Elles ne se sont pas parlé depuis janvier 2017.

Elle a commencé à se mettre du eye-liner autour des yeux à l’adolescence et elle n’a jamais arrêté depuis même si selon sa mère ça lui donne un look de raton-laveur.

Page est beaucoup dans l’apparence. Elle est peut-être superficielle, mais il ne s’agit que d’une façade parce qu’elle a peur de ne plus exister si elle n'est pas dans le regard des autres.

Elle utilise l’écriture de ses chansons comme une forme de thérapie et c’est pourquoi beaucoup de ses chansons parlent de ses ex.

Les gens qui l’intimidaient au secondaire ont fait un groupe Facebook pour se moquer d’elle. Quand elle l’a appris elle s’est fait un faux compte et elle met volontairement des photos peu flatteuses d’elle-même.

Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18] 4392638218cafbf0c8164362536399fb370e1d04

Avril Lavigne @ Tumblr

Oh, misery! I sure could use some

company





Il m’avait écouté avec attention, pas le choix c’est pas comme s’il pouvait faire autre chose. J’avais répondu honnêtement à sa question sans hésiter :

– Pop Punk. Les Computers Tulips, tu ne connais probablement pas…


Il n’avait pas l’air de savoir comment utiliser Tiktok et YouTube sans vouloir l’insulter. Il avait le visage d’un mec qui avait découvert l’électricité hier. Il était beau, mais pas d’une manière flagrante. C’était le genre de beauté subtile qui se voyait qu’autour d’un feu. Il avait pas ri à ma vanne de merde il s’était contenté de me mettre un vent en me fixant comme si j’avais trois têtes. Sympa. Puis il avait répondu avec un délai et je m’était dit qu’il était peut-être un robot et que sa 5G captait mal dans la caverne. Puis il m’avait fait un clin d’œil et j’avais lâché presque automatiquement :

– Est-ce que tu es en train de faire un AVC ?


Puis j’avais rougi. Merde qu’est-ce que je venais dire ? Mais heureusement, il ne s’en formalisait pas. Il semblait bien détendu pour un mec isolé dans le désert. Enfin, j’imagine que c’est mieux que de céder à la panique, mais tout de même. Il pourrait avoir l’air un peu troublé par sympathie pour moi. C’est qu’on se sentait seul à appréhender l’idée de passer la nuit avec un inconnu. Bon, c’est vrai que le mec avait l’air d’avoir fait l’armée. Il devait être habitué à bien y penser. Contrairement à moi il devait être un de ces mecs bizarres qui ne faisait qu’un avec la nature et qui se promenait pieds nus 24/7. Juste à penser à des pieds noirs de terres j’avais envie de gerber. Remarque, je ne devais pas être loin derrière avec mes pieds pleins de sables. Et voilà que l’autre là demandait à voir mes pieds. Je lui avais lancé un regard plein de jugements avant de venir me poser près de lui. J’avais posé sans plus de cérémonie mes pieds sur ses cuisses.

– Tiens fais-toi plaisir. Enfin… Excuse-moi je suis épuisée je dis des conneries… Merci, j’imagine.

Ouf. Mike devait regretter de m’avoir sauvé à ce rythme-là. Je n’étais pas tellement agréable. C’était ma frustration, je la projetais sur lui alors, qu’il n’avait rien demandé le pauvre


LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | FRIMELDA

Contenu sponsorisé
Kiss me just like the world is ending, give me one last perfect memory - Ft. Ed [/!\ -18]
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Never ending Story
» Perfect Convergence (tw)
» (F) we can have our happy ending (terminée)
» nessaleth || ending scene
» kiss me hard before you go ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: