Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -24%
PARISOT ZODIAC Lit adulte 140 x 190 cm – ...
Voir le deal
99.99 €

LE TEMPS D'UN RP

You're delightfully mine ft Maddy'N

Maddy'n
Messages : 460
Date d'inscription : 10/10/2019
Région : IDF
Crédits : Pop-Gun

Univers fétiche : Fantasy / Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
Maddy'n
Dim 24 Avr - 18:31
WohnnId.png
Ezio Moretti
J'ai 30 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis propriétaire d’une galerie d’art, mais aussi trafiquant d’oeuvre d’art et de certaines autres choses peu légales et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à mon sourire charmeur et mon sens des affaires, je suis marié et je le vis bien, cela me retirant une épine du pied.

You're delightfully mine ft Maddy'N - Page 5 Tumblr_inline_pnc6ezmBJF1s4mm58_250

+ Il est le fils d’une musicienne de renom et d’un homme possédant plusieurs galeries d’art en ville. Sa famille est certainement l’une des plus riches de la ville. + Né en Sicile, il y possède une maison secondaire. + Il parle couramment italien. + Il a une petite soeur. + Il gère tout un réseau de trafic d'œuvres d’art, et quelques petites choses. + Il lui arrive de peindre à ses heures perdues (qui ne sont pas si nombreuses). + Il ne sait absolument pas cuisiner, tout ce qu’il mange lui a toujours été préparé. + Il aime être entouré, recevoir de l’attention. + Il est allergique au lait et au nickel. + Il fait beaucoup de sport, notamment en extérieur pour pouvoir respirer et se sentir un peu plus libre.  


Mariano Di Vaio :copyright:️ .nephilim (avatar) & unknow (gif)
Je n'aurais pas vraiment utilisé le terme lune de miel puisqu'à l'entendre, notre mariage semblait être un échec. Mais je ne cherche pas à le contredire, après tout, il était libre de voir cela comme il le souhaitait. Et puis, il ne tiendrait qu'à nous de faire en sorte que ce moment y ressemble. « A part les gros mots en italien... C'est dans mes cordes oui. Je ferais tout le nécessaire avant de partir, personne ne nous dérangera. Et si c'est le cas, tu pourras gueuler autant que tu veux. Pas de soucis, j'assumerais les conséquences. » D'autant plus que c'était mon idée, alors j'avais intérêt à assurer. Je hoche légèrement la tête, je comprends. Je devais montrer que cette discussion n'était pas que du vent avant de pouvoir espérer qu'il me fasse confiance. « Je suis un des être des êtres les plus fourbes de ce monde. Mais obtenir ton coeur par la mesquinerie et la tromperie ne m'intéresse pas. Rassure toi. » Si je devais faire les choses avec lui, je les ferais bien. On était deux dans la même barque désormais, il fallait bien qu'on arrive à se faire confiance. « J'ai bien compris que tu n'étais pas du genre à effacer l'ardoise si facilement. » Des semaines de mariage, et il me reprochait encore certains de mes mots ou de mes gestes des premiers jours. Mais le mariage, c'était un marathon de plusieurs années, et non un 100m de quelques secondes. On allait devoir se battre pour que ça marche, faire des concessions, mais rien qui ne m'inquiétait vraiment en somme.

Tête hochée lentement. « Oui, tu l'auras. Aucun soucis là dessus. Je te le laisserais avec tout le nécessaire pour que tu puisses faire des annotations à ta guise. » Et je répondrais à toute ses questions le soir venu, en espérant tout de même qu'elles ne soient pas trop nombreuses. Lui ne s'en souvenait pas, mais on avait déjà dû négocier certains termes, et je n'avais pas envie d'avoir une conversation en double. « Je sais que tu travailles, et que tu fais du sport, je sais qu'au quotidien, tu sais comment t'occuper de toi, mais seulement dans ce qui concerne ton ancienne vie. Ce soir, c'était la première fois que tu te prenais en main dans cette vie avec moi, que tu prenais des décisions pour notre couple, publiquement. Cela fait partie des choses que j'attends de toi. » Que notre image émane aussi de lui. « Effectivement en dehors de Minerva, je ne connais pas vraiment le personnel, et je suis incapable de comprendre les différents mode du four. Chacun ses talents mon cher. Mais au moins, je sais que tu ne m'as pas menti quand tu m'as dis que tu serais un bon hôte de maison. » Léger sourire qui se dessine, il en fallait bien un de nous deux capable de gérer ça, sinon on courrait à la catastrophe. « Je gueule souvent, mais ça n'a rien de personnel. Mais si je comprends bien... Plus de bisous moins de fessées ? » Je joue légèrement des sourcils. Avais-je précisé que ce genre de sous-entendus risquaient de se faire très présent maintenant que je le savais sensible à mon charme ?

A ma grande surprise, il ouvre la couverture pour me faire une place. Sans trop chercher à comprendre, je me décide à m'allonger à ses côtés, le corps lui faisant face. « C'est notre première nuit ensemble. Tu n'as pas peur que je te saute dessus ? » Car après tout, cela pourrait l'aider à se détendre, notamment sur une certaine région érogène de son corps. Mais au lieu de ça, il se décide enfin à aborder notre première soirée. « Tu étais avec tes amis, à boire, à vous amusez. Tu es venu draguer une confrère, suite à un défi de tes amis, qui t'as méchamment rejetée. Elle est partie, tu es resté, et tu as commencé à discuter avec moi. Tu m'as dit que tu devais te marier prochainement, mais que ça t'ennuyait, et que c'était pour cela que tu espérais que cette soirée allait te faire bouger. Tu es reparti, puis revenue, pour m'embrasser, car c'était le nouveau défi que tes amis t'avaient lancé. Tu as continué à me parler, à me dire que tu ne voulais pas de la vie qui t'attendait, qu'il y avait encore d'autres choses que tu voulais découvrir. Je t'ai dis que j'avais peut-être une proposition à te faire, et tu as accepté de me suivre et m'écouter. Dans la voiture, on a commencé à discuter de notre arrangement. Tu as dit que tu étais partant, tu as voulu ajouter des règles pour te protéger, pour protéger ce que tu avais déjà, mais tu espérais que ça serait moins... Terne qu'avec Mina. Nous en avons discuté une bonne partie de la nuit, pour que tu sois sûr de toi. Et, au levé du jour, ou presque, nous sommes allés faire acté notre mariage. Après ça, nous avons rebu ensemble, et nous sommes allés nous coucher. Après... Il me semble que tu te souviens de ce qu'il s'est passé. »
Patate Douce
Messages : 633
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
Narnia
Patate Douce
Dim 12 Juin - 22:07
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Andrew Moretti

J'ai 28 ans et je vis à New York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis maitre des écoles  et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à l'alcool, je suis marié à l'Enfer et je le vis comme un animal en cage.


Les p'tites infos :

Qui est Eline ?

Nick Bateman by recherche random google
Je sentais que je faiblissais, ses mots raisonnent en moi, sa bonne volonté tend à me faire baisser ma garde. C'est effrayant. Et pourtant ça me soulage de savoir qu'il peut baisser les armes et se montrer plus humain. Je ne sais pas encore comment tout va se dérouler mais je le crois en ses mots, plus que dans les miens d'ailleurs. Avais-je tort ? Etais-je si désespérant ? En tout cas, quand il m'explique notre soirée.. Je sais qu'il dit la vérité. Je voulais fuir Mina .. Ce quotidien parsemé de faux semblants. Alors oui, j'ai dû le prendre comme mon unique échappatoire. Et je n'ai pas gérer. Voila ma fausse ancienne fiancée disparue, époux d'un sublime italien aux affaires sombres et des relents de désirs incontrôlés pour sa personne. Moi qui voulait bousculer mon quotidien, c'est chose faite. Je ne trouve rien à redire, ca me paraissait plausible. Je me contente d'hocher la tête tout en le remerciant pour cette discussion et de me coucher une bonne fois pour toutes.  

minicoeur

Cette semaine pré-vacances m'avait paru interminable. Mes élèves paraissaient intenables. Trois semaines sans devoir venir à l'école, il y avait de quoi être excité. Et je n'avais pas lutté, quand chaque fois que leur concentration se faisait la malle, je leur suggérais de faire des jeux de société. On travaillera en revenant.

J'avais annoncé à mes collègues que je m'en allais en Italie, sans donner davantage de détails. Enfin, certains m'avaient questionné sur ce revirement marital et je n'avais fait que retorquer que nous avions qu'une Vie prétextant le coup de foudre. A tel point, que chaque soir, je faisais consciencieusement les valises aidé de Minerva. Vol de nuit, comme le désirait Ezio et ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Je n'avais pas osé lui dire que ça allait être mon premier vol hors de notre pays.

Avais-je la trouille ? Un peu. Mais nous serions que tous les deux et le personnel sur ce vol. Jet privé me montrant davantage sa richesse. Et j'avais doucement rire de cet étalage. Enfin, il ne s'était pas vanté mais paraissait horrifié quand je pensais que nous allions nous mélanger au commun des mortels. C'est donc dans un luxueux avion que j'entre. Je me pose dans un fauteuil, et m'attache dès qu'on nous le demande. Et une fois à bonne hauteur, nous pouvons enfin être libre de nos mouvements.

Repas apportés, et ça tombe à pic, tant je meurs de faim. C'est sur une grande tablette que je tape Italie. On va où exactement ? Y'a quoi à visiter ? On va voir ta famille ? Tu voudrais faire quoi ? C'est loin de Paris ? Tu es prêt à n'être qu'à moi ?





Maddy'n
Messages : 460
Date d'inscription : 10/10/2019
Région : IDF
Crédits : Pop-Gun

Univers fétiche : Fantasy / Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
Maddy'n
Jeu 16 Juin - 21:47

Ezio Moretti
J'ai 30 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis propriétaire d’une galerie d’art, mais aussi trafiquant d’oeuvre d’art et de certaines autres choses peu légales et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à mon sourire charmeur et mon sens des affaires, je suis marié et je le vis bien, cela me retirant une épine du pied.

You're delightfully mine ft Maddy'N - Page 5 Tumblr_inline_pnc6ezmBJF1s4mm58_250

+ Il est le fils d’une musicienne de renom et d’un homme possédant plusieurs galeries d’art en ville. Sa famille est certainement l’une des plus riches de la ville. + Né en Sicile, il y possède une maison secondaire. + Il parle couramment italien. + Il a une petite soeur. + Il gère tout un réseau de trafic d'œuvres d’art, et quelques petites choses. + Il lui arrive de peindre à ses heures perdues (qui ne sont pas si nombreuses). + Il ne sait absolument pas cuisiner, tout ce qu’il mange lui a toujours été préparé. + Il aime être entouré, recevoir de l’attention. + Il est allergique au lait et au nickel. + Il fait beaucoup de sport, notamment en extérieur pour pouvoir respirer et se sentir un peu plus libre.  


Mariano Di Vaio :copyright:️ .nephilim (avatar) & unknow (gif)
Ca avait été une semaine intense, le temps de mettre de l'ordre dans mes affaires, d'expliquer à touxes celleux qui avaient pour habitude de me déranger que je ne voulais pas le moindre appel, pas le moindre message et qu'iels devraient attendre mon retour pour avoir mon attention, à moins qu'iels ne veulent de très gros problèmes. Toutes les consignes avaient été transmises, au personnel de maison, à mes collaborateurs, et ce pour respecter fidèlement le deal établi avec Andrew. Cette semaine, ce n’était que lui et moi, qu’importe les difficultés rencontrées. Et je m’attendais déjà à ce qu’elles soient nombreuses. Dans un premier temps, parce que cela faisait des années que je n’avais pas prit de véritablement vacances, coupés de toute activité professionnelle, et que je pouvais mettre ma main à couper que certain.es ne mettraient que quelques heures à braver le seul interdit que j’avais établi, mais en plus, parce que tout le personnel de maison avait été renvoyé le temps de ce séjour. Et là, Andrew ne savait vraiment pas dans quoi il s’embarquait. Même si avec nos moyens, il était envisageable d’organiser tous nos repas à l’extérieur. Je pense d’ailleurs qu’il n’a pas conscience de la fortune qui est la nôtre pour avoir envisagé que l’on prenne un vol commercial pour nous rendre en Italie. Hors de question. C’était les mots exactes que j’avais prononcé à cette idée, avant de lui expliquer que le jet avait déjà été réservé, et que l’aller comme le retour se feraient avec. Après tout, puisqu’on avait les moyens, pourquoi s’embêter ?

Valises préparées minutieusement avec l’assistance de Minerva, je lui avais confié la maison avant que nous ne partions. Avec elle, je savais que tout resterait en ordre jusqu’à mon retour. Embarquement fait dans la soirée pour pouvoir voler de nuit et dormir afin de ne pas être trop en difficulté à notre arrivée en Italie, nous sommes sans surprise confortablement installé alors que les dernières vérifications se font avant de nous permettre de nous envoler. Le décollage se fait dans le plus grand calme, pendant que je feuillette le journal, à défaut de pouvoir regarder quoique ce soit sur mon téléphone. Une lecture rapidement interrompue par l’arrivée de nos dîners ainsi que la multitude de questions de la part d’Andrew, plus curieux que je ne l’aurais cru. « Respire. Une question à la fois. » Parce qu’à m’en poser dix d’un coup, j’allais forcément en manquer, volontairement ou non. « Nous allons sur l’île d’Ischia, du côté de Naples. Juste ici… » J'agrandis la carte jusqu’à pouvoir apercevoir la petite île le long des côtes et lui indiquer. « Nous y avons une villa le long des plages. L’île en elle-même est plutôt charmante, mais si tu veux vraiment faire du tourisme, il faudra aller à Naples. Ce n’est pas très loin, moins d’une heure en bateau. » Et puis ça valait le coup. « Je ne nous ais pas prévu de programme particulier. Je ne voulais pas que tu penses que je ne sais pas laissé de place à la spontanéité. » Pas d’agenda à suivre pendant une semaine, coupé, comme tout le reste. « Paris ? Tu voudrais y aller ? Il nous faudrait bien deux heures en avion pour le faire alors il faudrait prévoir d'y rester plusieurs jours pour que ça vaille le coup. » Mais pourquoi pas, pendant de prochaines vacances, si celles-ci se déroulent pas trop mal. « Je pourrais te retourner la même question, mais non n’allons pas tarder à le savoir. » Intimes ou non, ce séjour marquerait certainement un sacré changement dans notre relation. Serions nous finalement suffisamment compatibles pour permettre à ce mariage de tenir ou bien avons nous réellement fait une énorme erreur en nous mariant de cette façon ?
Patate Douce
Messages : 633
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
Narnia
Patate Douce
Lun 25 Juil - 22:30
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Andrew Moretti

J'ai 28 ans et je vis à New York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis maitre des écoles  et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à l'alcool, je suis marié à l'Enfer et je le vis comme un animal en cage.


Les p'tites infos :

Qui est Eline ?

Nick Bateman by Twitter
Je bois ses paroles pour ne rien louper. J'enregistre l'endroit qu'il m'indique sur la carte. Nous allons sur une ile. Ca me fait doucement rire. Symbole de l'exil, de se couper du monde, ainsi il allait vraiment jouer le jeu. Encourageant à me montrer plus indulgeant avec lui. Mais pas totalement. L'objectif est de réussir à le percevoir autrement qu'un manipulateur et criminel. Je viens vraiment de penser à ça ? Mais c'était en tout cas - noble ou non - mon intention, le voir comme mon époux. Ca me fait rougir et grimper en chaleur. Du grand n'importe quoi. Je retiens également que nous allons pouvoir faire du bateau. Je glisse une nouvelle question pour savoir s'il sait conduire et je n'en doute pas que oui. A part les tâches du quotidien, tout ce qui touchait au luxe, je n'en doute pas il maitrise. Je rigole quand il parle de spontanéité. Et je réalise que ça lui pouvait possiblement lui paraitre comme un véritable défi de passer ses vacances avec moi, suspicieux et sans pouvoir gérer ses affaires. Mais je suis certain, ça peut que lui faire du bien. Et si véritablement, nous devions nous unir, ca sera un weekend off et deux à trois semaines de vacances minimum dans l'année. M'enfin, chaque chose en son temps. Je confirme mon envie d'aller à Paris mais cela semble être compliqué niveau logique alors oui ça sera une prochaine fois que j'annonce, à condition que je ne sois pas mort d'ici là. Silence instinct de survie. Il ne répond pas à ma dernière question et je comprends qu'il était autant dans le flou que moi. Est-ce que je venais de le déraciner et peut-être même déstabilisé ? Nous allions nous plonger dans l'inconnu et me sentir possiblement à égalité avec lui me rassurait.

L'avion se pose sur le tarmac, les pilotes et les hôtesses nous invitent à sortir et nous souhaitent un très bon séjour. Je les remercie et porte une de nos valises. Je suis Ezio nous guidant jusqu'à une voiture. Pas de chauffeur, juste lui et moi. Nos bagages rangés dans le coffre, je prends place côté passager et le laisse mener la danse pour le moment. Moi qui voulait profiter du paysage, je réalise que je me suis endormi quand il me secoue gentiment - un truc qu'il sait faire, étonnant - et je peste contre moi-même. Je prends quand même le temps de faire un tour pour observer les horizons et respirer l'air italien puis je fais face à une sublime bâtisse. J'ai encore du mal à me dire que nous allions passer la semaine ici. A nouveau, il me suggère de le suivre pour me faire une visite guidée. Endroit digne du paradis. Je fais le mec qui a tout vu tout vécu mais intérieurement, je suis comme un gosse dans une salle d'arcade. Une bonne dizaine de minutes, faisant un stop dans notre chambre puis prendre place dans la cuisine. - Et maintenant on fait quoi ? Œillade en coin avant d'ouvrir le frigo.. Rempli. - C'est de la triche ça Moretti .. Tu me prives de mon plaisir de faire les courses. Moue faussement boudeuse. - Pour la peine, tu vas devoir cuisine pour moi, tu peux garder tes fringues. Je suppose que l'ambiance peut s'alléger entre nous pour me permettre de le taquiner.

J'ouvre le mini bar - enfin le très grand - pour extirper une bouteille de vin. Je répète le nom mais je crois que mon accent est ridicule. - Va falloir me donner des cours d'italien Moretti. Est-ce que je tente de faire le mafieux ? Tout aussi ridicule. Deux verres parfaitement brillants se remplissant de notre breuvage et je lui tends le second. - Bonnes vacances.






Maddy'n
Messages : 460
Date d'inscription : 10/10/2019
Région : IDF
Crédits : Pop-Gun

Univers fétiche : Fantasy / Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
Maddy'n
Mar 23 Aoû - 20:22

Ezio Moretti
J'ai 30 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis propriétaire d’une galerie d’art, mais aussi trafiquant d’oeuvre d’art et de certaines autres choses peu légales et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à mon sourire charmeur et mon sens des affaires, je suis marié et je le vis bien, cela me retirant une épine du pied.

You're delightfully mine ft Maddy'N - Page 5 Tumblr_inline_pnc6ezmBJF1s4mm58_250

+ Il est le fils d’une musicienne de renom et d’un homme possédant plusieurs galeries d’art en ville. Sa famille est certainement l’une des plus riches de la ville. + Né en Sicile, il y possède une maison secondaire. + Il parle couramment italien. + Il a une petite soeur. + Il gère tout un réseau de trafic d'œuvres d’art, et quelques petites choses. + Il lui arrive de peindre à ses heures perdues (qui ne sont pas si nombreuses). + Il ne sait absolument pas cuisiner, tout ce qu’il mange lui a toujours été préparé. + Il aime être entouré, recevoir de l’attention. + Il est allergique au lait et au nickel. + Il fait beaucoup de sport, notamment en extérieur pour pouvoir respirer et se sentir un peu plus libre.  


Mariano Di Vaio :copyright:️ .nephilim (avatar) & unknow (gif)
Le vol passe bien plus rapidement que je ne l’aurais imaginé dans ces conditions. Habitué aux voyages d’affaires, je profitais souvent de ces moments pour me concentrer dessus sans être dérangé par de nouveaux appels, de nouveaux mails, d’incessants va et vient dans mon bureau. Mais cette fois, j’étais privé de mon téléphone ou de ma tablette, je n’avais donc pas d’autre choix que de passer le temps autrement. Et il s’avérait que contre toute attente, Andrew était plutôt de bonne compagnie quand il y mettait du sien. Je réponds à ses questions, et en apprends également plus sur lui, sur ses envies. Une envie de découvrir Paris que je note dans un coin de ma tête ainsi que ses envies pour les prochains jours. Du calme, des activités qu’il ne peut pas faire à New-York, mais aussi du tourisme dans les plus beaux endroits de Naples. Tout cela est dans mes cordes et ne m’inquiète pas vraiment. Ce qui m’inquiète, c’est lui. Enfin, nous. Dix jours à se côtoyer plus que nous ne l’avions fait depuis notre mariage, c’était une épreuve. Et à ce stade, seulement deux options pour nous : ça passe ou ça casse.

Pour l’instant, ça passe, au moins le temps du vol, et jusqu’à l’arrivée à la villa. Mais aussi parce qu’il avait dormi sur la route. Ce qui était dommage, car il y avait de beaux paysages à observer sur le chemin jusqu’à celle-ci. Des paysages que je redécouvre après avoir passé des années à les ignorer, toujours trop obnubilé par mon téléphone ou un contrat. Vraiment, j’aurais dû prendre de vraies vacances il y a des années de cela. Arrivée à la villa, je secoue doucement Andrew pour qu’il se réveille. Il était tant pour lui de commencer à profiter de ses vacances. Et ce par une visite des lieux. Comme le laisse penser la bâtisse de l'extérieur, l’endroit est immense. De nombreuses chambres et des salles de bain luxueuses pour accueillir toute ma famille ou des amis, une immense salle de réception et cuisine. Une piscine, un jacuzzi, et des jardins parfaitement entretenus et fleuris. Cet endroit respirait autant le luxe que notre maison à New-York. Et il était d’ailleurs étrange de la voir si vide.

Notre visite s’étant terminée par la cuisine, Andrew ouvre le frigo avant de m’interpeller. Je hausse les épaules en m’approchant pour regarder ce qui s’y trouve. Je n’avais rien demandé, mais je suppose que le personnel commençait à bien me connaître maintenant. « Pour une fois, ce n’est pas moi. Mais je suppose que le personnel a anticipé notre venue malgré tout. Mais si tu prends vraiment plaisir à faire les courses, pourquoi ne le fais-tu pas à NY ? » La question est on ne peut plus sérieuse. Après tout, il en avait le droit. « Si je les retire, on sait très bien ce que tu vas manger. » Son menton entre mes doigts, je lui fais un grand sourire, soufflant ces mots très proche de ses lèvres. Et s’il voulait commencer à jouer sur ce terrain, nul doute que j’allais lui apporter quelques difficultés, notamment physique. Je l’avais fait bander une fois, je pouvais très bien recommencer. Je relâche son visage pour me concentrer sur le frigo. Je n’ai aucune idée de ce que je vais pouvoir préparer… Poulet à l’italienne avec des pâtes ? Je suppose. Je sors le nécessaire tandis que Monsieur fouille le bar à la recherche d’une bouteille de vin. Je grimace en entendant son accent qui me fait mal au coeur avant de me rapprocher de lui pour venir chercher mon verre. « Il va falloir effectivement, parce que ton accent me fait mal au coeur. C’est pas possible de rester comme cela. » Je saisis le verre qu’il me tend et trinque avec lui. « J’aurais plutôt dit à notre lune de miel. » Je souris en coin, tentant de le provoquer un peu. Même si ce n’était pas l’idée initiale, ça y ressemblait après tout. Une gorgée de vin bu, je repose mon verre, prenant appuie sur le plan de travail. « Si tu veux manger par contre, il va falloir que tu m’aides. Je n’ai jamais rien utilisé qui se trouve dans cette cuisine. » Et la seule chose que je savais faire correctement était de faire cuire des pâtes.
Patate Douce
Messages : 633
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
Narnia
Patate Douce
Mar 18 Oct - 20:30
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Andrew Moretti

J'ai 28 ans et je vis à New York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis maitre des écoles  et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à l'alcool, je suis marié à l'Enfer et je le vis comme un animal en cage.


Les p'tites infos :

Qui est Eline ?

Nick Bateman by Twitter
Je lui explique qu'on ne m'avait pas vraiment laissé le choix de me faire servir, que j'étais devenu le Monsieur de et que ça ressemblait visiblement à de basses besognes dont je devais oublier. - Je pense qu'une à deux fois par semaine, on ira dormir chez moi, pour être des gueux. Parce que ça me gonflait franchement d'être un assisté là. Aussi, ce sentiment de voler le taff de quelqu'un m'empêchait d'insister et étant le nouveau centre de l'attention de la maisonnée, je ne voulais pas trop commettre d'impair. L'ambiance se mue en plus légère et sexy, le sourcil s'arque à sa modestie. Mais je n'avais rien à retorquer. Il est vrai qu'une part de moi, avait envie de juste le voir nu dans un tablier. Et possiblement croquer ses fesses. Mais l'autre celle qui n'oubliait pas comment ma Vie avait changé et comptait bien résister davantage. - Que de la gueule que je lance, faut croire qu'un pourcentage prenait le dessus. Et je n'en menais pas large, le sentant si rapproché de moi. Dans un univers alternatif, je pense qu'on aurait déjà baisé dans cette grande cuisine. L'idée me fait rougir. L'air devient plus respirable quand il quitte mon espace vital et je fuis jusqu'à me remettre derrière le comptoir pour l'observer nous concocter de quoi se sustenter. En est-il capable ? Les verres en main, on trinque, je tire la langue quand il se "plaint" de mon accent. Mais je ne pouvais que lui donner raison, parce que je n'ai jamais été vraiment fort en langues. Un sourire nait quand il ose parler de lune de miel, bon au moins, il nous voyait comme un couple et moi un peu (beaucoup). Je souffle faussement quand il me demande de l'aide, je bois une gorgée et je viens me mettre à côté de lui. Il me lit la recette et nous cuisinons à quatre mains. - Tu viens souvent ici ? Parce que ça semble peu utilisé alors que c'est grandiose. La maladie des riches de profiter de rien, faut croire. - Ou bien .. ta famille ? Et j'admets avoir un frisson, au souvenir d'elleux surtout sa soeur, qui en savait sur mon ex fiancée mais qui tenait sa bouche. Ou c'est moi qui suis toujours dans le déni. L'envie de le questionner à ce sujet mais je crains de ruiner ses efforts et parler de travail est exclue alors, je le laisse m'indiquer où mettre la musique avant de retourner à place de commis. - Quel est l'évènement que tu as vécu et apprécié de toute ta Vie ?




Maddy'n
Messages : 460
Date d'inscription : 10/10/2019
Région : IDF
Crédits : Pop-Gun

Univers fétiche : Fantasy / Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
Maddy'n
Sam 29 Oct - 19:59

Ezio Moretti
J'ai 30 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis propriétaire d’une galerie d’art, mais aussi trafiquant d’oeuvre d’art et de certaines autres choses peu légales et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à mon sourire charmeur et mon sens des affaires, je suis marié et je le vis bien, cela me retirant une épine du pied.

You're delightfully mine ft Maddy'N - Page 5 Tumblr_inline_pnc6ezmBJF1s4mm58_250

+ Il est le fils d’une musicienne de renom et d’un homme possédant plusieurs galeries d’art en ville. Sa famille est certainement l’une des plus riches de la ville. + Né en Sicile, il y possède une maison secondaire. + Il parle couramment italien. + Il a une petite soeur. + Il gère tout un réseau de trafic d'œuvres d’art, et quelques petites choses. + Il lui arrive de peindre à ses heures perdues (qui ne sont pas si nombreuses). + Il ne sait absolument pas cuisiner, tout ce qu’il mange lui a toujours été préparé. + Il aime être entouré, recevoir de l’attention. + Il est allergique au lait et au nickel. + Il fait beaucoup de sport, notamment en extérieur pour pouvoir respirer et se sentir un peu plus libre.  


Mariano Di Vaio :copyright:️ .nephilim (avatar) & unknow (gif)
Je hausse légèrement les épaules à la réponse d’Andrew. « Tu sais que c’est ta maison aussi maintenant ? Tu as le droit de refixer les règles. » Si demain il voulait congédier une partie du personnel pour pouvoir faire lui même les courses, ou certaines corvées, ce n’était pas moi qui allait l’en empêcher, à partir du moment où ça n’interférait pas sur mes habitudes ou mon quotidien. Je me garde de lui dire, mais moi, je ne savais quasiment rien faire dans tout ce qui concernait la maison, alors j’étais obligé de faire appelle à du personnel pour, mais lui, je savais qu’il n’avait pas été éduqué comme moi, je savais qu’il n’avait pas grandi en assisté, et qu’il n’avait pas besoin de tout le luxe dans lequel je vivais. Nous venions de deux mondes différents et je suppose que maintenant, il fallait réussir à forger le nôtre, de façon à ce qu’il soit équilibré. Ca semble un peu mieux parti ici, alors que je suis moins à cran que dans notre quotidien, me permettant même de répondre à ses provocations. Je retire mon haut que je laisse sur un tabouret, avant de lancer à Andrew un regard lourd de sous-entendu. « Tu disais ? » Si monsieur voulait me provoquer, qu’il s’y amuse, mais moi, je pense que j’avais bien moins de scrupule à franchir la ligne de la déraison.

Sur le plan de travail, je dépose tout ce qui pourrait nous servir pour préparer le repas, peut-être même un peu plus que nécessaire. Je ne suis pas certain de la recette, alors il y avait peut-être des choses en trop, ou des choses qui manquaient. Mais je suppose qu’on aurait le temps de regarder ça plus attentivement, après avoir savouré un bon verre de vin local, d’un domaine qui me fait comprendre qu’il allait avoir besoin de leçon d’italien s’il ne voulait pas être trop ridicule avec les noms locaux. « Au moins une fois par an. Parfois, deux si le travail me le permet. La maison m’appartient mais il arrive que mes parents et ma soeur en profitent également de temps en temps pour les vacances. » Je l’avais acheté pour avoir un endroit où souffler, où me couper du monde quand le poids sur mes épaules devenait trop lourd à porter, mais finalement, je ne décrochais jamais complètement de mes responsabilités, même ici. C’était la première fois, et uniquement parce que Andrew était là pour m’y obliger. Je le laisse mettre un peu de musique pour égayer la maison, bien trop calme à être ainsi habitée que par deux personnes. « Si je te réponds sincèrement, tu promets de ne pas te moquer ou me juger ? » Je sais que la question a pour but d’apprendre à me connaître, mais je sais aussi que lui et moi ne vivons pas dans le même monde. Ce qui pour moi pouvait être extraordinaire pourrait lui sembler banal, ou l’inverse. « J’ai fugué une fois quand j’étais ado, après une énorme dispute avec mon père. Je me suis retrouvé dans la rue sans rien pendant deux jours, à squatter le canapé d’inconnu, et je crois que c’est l’expérience la plus libératrice que j’ai eue de toute ma vie. Enfin, ça a été dur mais… Je sais pas, pendant deux jours, j’avais juste à être moi. » Ca peut sembler étrange comme choix, mais c’était sûrement la seule fois où la pression m’avait lâché, la seule fois où je n’avais pas à jouer le rôle d’un fils parfait. C’était ce que j’avais de plus authentique comme expérience. Deux jours à galérer dans le quotidien des gens normaux, dans un quotidien que je n’avais jamais connu. « Et toi ? A part avoir épousé l’Apollon que je suis ?  »

Contenu sponsorisé
You're delightfully mine ft Maddy'N
Page 5 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Sujets similaires
-
» All the earth is mine
» Because you're mine. ft Leonnor
» "Whatever our souls are made of, his and mine are the same."
» You're mine, by magic [PV Chocohuete]
» (f ou m) Be mine and your innocence, I will consume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: