Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Au fond du trou - Page 4 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Au fond du trou - Page 4 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Au fond du trou - Page 4 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Au fond du trou - Page 4 EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Au fond du trou - Page 4 EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Au fond du trou - Page 4 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Au fond du trou - Page 4 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Au fond du trou - Page 4 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Au fond du trou - Page 4 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le Deal du moment : -55%
Coffret d’outils – STANLEY – ...
Voir le deal
21.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Au fond du trou

Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Jeu 7 Sep - 16:10

Lya
J'ai 28 ans et j'erre à travers l'Europe de l'ouest Dans la vie, je suis débrouillarde et je m'en sors la plupart du temps. Sinon, grâce à la fin du monde, je suis seule et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


J'apprécie l'humour et la référence, rétorqué-je en souriant.

Décidément, il est vraiment sympathique ce Mad Max. Probablement plus qu'il ne le devrait en réalité. Je ne compte absolument pas lui causer le moindre tort, mais je sais que beaucoup d'autres ne s'en priveraient pas. Je trouve tellement triste de devoir penser ça de mes semblables, mais c'est une réalité qu'il serait stupide d'ignorer.

Je lui parle du calme et de la sensation de sécurité qui me maintiennent dans un état de paix proche de la béatitude. Je sais que cela ne durera pas. Je sais parfaitement que je ne pourrais pas rester ici. Je ne le veux pas d'ailleurs.

Je ne resterai pas, avoué-je avec franchise. J'ai bien compris que le fait de se réunir en communauté était plus dangereux qu'autre chose. J'en ai assez fait l'expérience pour l'ignorer… Et puis, rester ici reviendrait à m'attacher, autant à l'endroit qu'aux personnes qui y vivent et ça… C'est beaucoup trop risqué.

Fox me lança un regard en coin, le genre suppliant. Il ne fait pas attention à ce que je raconte, il attend simplement de nouvelles caresses.

Et puis, je ne suis pas une très bonne colocataire. Je râle toujours quand la lunette des toilettes est relevée… C'est casse pied.



Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Jeu 7 Sep - 20:58

Max
J'ai 26 ans et je survis où je peuxen Europe de l’ouest. Dans la vie, je suis survivant solitaire et je m'en sors puisque je suis vivant. Sinon, je suis seul et je le vis plutôt mal.

Avant que tout nous pète à la gueule, j’étais mécano et réserviste de l’armée. Aujourd’hui, ces deux activités me permettent de survivre.

Et moi, je te remercie pour cette comparaison flatteuse ! Dis-je en contractant mon biceps, certes existant, mais à mille lieux de ceux du personnage du film. Évidemment, c’était fait sur le ton de la plaisanterie.

Je buvais une gorgée alors qu’elle annonçait déjà ne pas rester. Je me tournais vers elle pour écouter ses explications et, il fallait bien le reconnaitre, elles étaient globalement justes… Malheureusement.

Tu as raison, c’est pour cela que je suis seul depuis quatre ans. Mis à part quelques matelots provisoires, comme toi et, plus rarement, quelques passagers, je n’ai pas eu grand monde à bord. Pourtant, avec huit cabines, sans compter celle de la timonerie et les deux de la proue que je n’ai pas encore rénovée, on pourrait être une vingtaine à bord et sans se marcher dessus.

J’avais essayé de recruter quelques personnes, mais cela avait souvent mal finit. Malgré tout, je ne perdais pas espoir de pouvoir, un jour, avoir quelques personnes de confiance avec moi.

Pour ce qui est de s’attacher à l’endroit ou aux personnes, je considère, pour ma part, que c’est une force. Encore faut-il s’attacher aux bonnes personnes pour les bonnes raisons.

Fox se levait pour se trainer et s’étaler entre nous deux, en quête de multiples grattouilles.

En effet, ce serait vite insupportable ! Gloussais-je.

Je prévois de quitter le fleuve pour rejoindre l’océan. J’ai encore du chemin et des provisions à faire. Temps que tu es là, cela me permettra de ne pas laisser le bateau seul quand je m’absente.

Je me relevais alors avant de lui tendre la main.

A table ? Je meurs de faim !
Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Ven 8 Sep - 14:58

Lya
J'ai 28 ans et j'erre à travers l'Europe de l'ouest Dans la vie, je suis débrouillarde et je m'en sors la plupart du temps. Sinon, grâce à la fin du monde, je suis seule et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


Tu ne manques certainement pas de place, je te l'accorde, confirmé-je en levant ma canette. Mais vivre en communauté me parait bien compliqué de nos jours. Entre les différentes envies qui mènent à la jalousie, les mésententes qui conduisent à des querelles trop fréquentes… Et puis, il n'y a plus ni lois, ni personnes pour les faire appliquer… L'humain est devenu un animal sauvage qui se laisse bien trop vite déborder par ses émotions.

Aujourd'hui, plus personne ne se soucie réellement de l'autre. Les gens sont devenus égocentriques et pensent uniquement à leur propre survie. La vie en communauté n'y change rien et c'est bien pour cela que tout finit constamment par éclater. Parfois, la menace vient de l'extérieur, mais bien souvent elle prend naissance au sein même des groupes. Autant s'en préserver.

J'étais déjà persuadée, avant tout ça, que l'humain n'était pas fait pour vivre en groupe. On est fait pour se croiser, partager un moment et puis se séparer. Les couples qui se séparent… Les amis qui prennent de la distance. Même les familles explosent.

Hobbes disait que "l'Homme est un loup pour l'Homme". On peut voir des centaines de sens à cette citation, moi, j'ai choisi la mienne. L'humain est une menace pour sa propre espèce, c'est même la plus importante. Vous pensez que j'ai perdu foi en l'humanité ? Vous avez parfaitement raison. L'humain me répugne au plus haut point, même si parfois – et je dis bien parfois – certains se distinguent.

Je peux comprendre ton point de vue au sujet de l'attachement… Mais personnellement, j'ai décidé d'arrêter depuis que j'ai compris que c'était mauvais pour la santé.

J'observe le chien qui décide de changer de place pour aller s'installer entre nous. Quel petit malin celui-là.

Mais c'est différent pour les animaux.

Il déclare ensuite vouloir rejoindre l'océan. Pour cela, il a besoin de trouver des vivres afin de remplir ses réserves. Logique. C'est beaucoup moins facile de trouver de la bouffe en pleine mer… Quoique, il suffit de pêcher… En revanche, pour l'eau et le carburant, c'est un peu plus compliqué.

Quoi, t'as pas peur que je disparaisse avec ton navire pendant que tu es à terre ? Je pourrais, tu sais ?

C'est totalement faux, mais j'ai envie de le taquiner un peu. J'attrape sa main et le laisse ensuite me guider jusqu'au repas qu'il vient de me promettre.



Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Ven 8 Sep - 20:49

Max
J'ai 26 ans et je survis où je peuxen Europe de l’ouest. Dans la vie, je suis survivant solitaire et je m'en sors puisque je suis vivant. Sinon, je suis seul et je le vis plutôt mal.

Avant que tout nous pète à la gueule, j’étais mécano et réserviste de l’armée. Aujourd’hui, ces deux activités me permettent de survivre.

C’est sûr que la vie en communauté n’est pas simple. Après, les disputes éclatent souvent pour des conneries. C’est pour ça que je trouve le bateau très bien. Il y a moins de risque de ne plus trouver de ressources avec une base qui se déplace. Cela dit, cela ne résout pas tout, on est bien d’accord.

Elle avait une vision sacrément noire de l’être humain, quoi qu’on en dise. Je n’allais pas essayer de lui faire changer sa vision des choses, tout comme je ne la forcerais pas à rester, mais c’était triste tout de même.

Oui, tu as raison, en partie du moins, je pense. Je n’ai pas dans l’idée de créer une colonie indéfinie. Mais c’est vrai que quelques années de stabilité pour un petit groupe soudé et actif, cela peut être bien. Après, je sais bien qu’aujourd’hui, on ne vivra pas jusqu’à quatre-vingts ans. J’ai vingt-six ans et déjà, je pourrais m’estimer heureux si j’atteins les quarante ou quarante-cinq ans.

Je pouffais lorsqu’elle rétorqua que l’attachement était mauvais pour la santé.

Tomber dans un piège aussi, c’est mauvais pour la santé, cela dit en passant. Et c’est pas ta solitude qui t’a aidé ! Raillais-je gentiment

On se retrouvait alors à grattouiller Fox tous les deux, la pauvre bête s’étirant dans tous les sens pour en avoir le plus possible. Je lui expliquais mon programme, avouant que de la savoir à bord pendant que je partais en chasse avait quelque chose de rassurant.
Elle paraissait surprise et me demanda si je ne craignais pas qu’elle se sauve avec mon bateau, ce qui me fit rire doucement.

Aucune chance, quand je quitte le navire, je pars avec une clé électronique qui est indispensable pour désactiver le coupe-batterie des moteurs électriques. Ce coupe-batterie est caché quelque part et bonne chance pour le trouver. Jusqu’à présent, le moteur diesel est HS et il n’y a pas de voiles. Te reste les rames, mais bon… Si tu veux y aller au moteur, il te faut du temps devant toi et je ne pars jamais très longtemps.

Je l’aidais alors à se relever et, avec le chien, nous avions pris la direction de la cuisine pour un vrai repas.

****

J+3

Eh merde ! Grognais-je alors que le courant venait de se couper.

Armé d’une lampe de poche, je quittais ma cabine où j’étais occupé à lire un bouquin sur les moteurs diesel au moment où un truc dans le circuit électrique avait craqué. J’allais donc au local technique, la précipitation me faisant complètement oublier de fermer ma porte à clé.

Il me fallut trente foutues minutes pour trouver le problème, à savoir, un fil dont la gaine était abimée et qui se trouvait juste sous une conduite d’eau percée.
Forcément, ça risquait de faire du vilain.
Je passais donc une demi-heure à réparer la conduite puis à remplacer le morceau de câble. Ceci fait, je pouvais maintenant retourner tranquillement à ma chambre pour reprendre ma lecture.

Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 10 Sep - 16:39

Lya
J'ai 28 ans et j'erre à travers l'Europe de l'ouest Dans la vie, je suis débrouillarde et je m'en sors la plupart du temps. Sinon, grâce à la fin du monde, je suis seule et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


C'est un bruit sourd et métallique qui m'a tiré de mon sommeil. Un son évoquant des outils que l'on cogne sur une carlingue en acier. Si cela m'a inquiété sur l'instant, sans parler du fait de me retrouver dans le noir complet, la réaction de Fox me rassura. Le chien s'est levé sans bruit, plus intrigué par le vacarme que réellement inquiet.

Sans doute est-ce Mad Max qui répare un truc… Genre, l'électricité. En attendant, je m'ennuie dans le noir, mais je n'ose pas bouger avec ma patte folle… Manquerait plus que je trébuche ou que je tombe sur un truc… Et puis, plusieurs minutes plus tard, le courant revient. Bravo Max… Sauf que je n'ai plus du tout sommeil. Alors je me relève pour aller discuter avec lui le temps que Morphée se rappelle à moi. J'arrive dans le couloir qui mène à sa cabine au moment où je le vois entrer à l'intérieur. Je m'approche pour le saluer, et au moment où je me poste devant sa porte je remarque de l'eau sur le sol.

Max ?

Ce n'est pas lui…

Je hurle.

L'homme face à moi porte le même genre de tenue de survie que lui, la même cagoule qui dissimule son visage… Mais il est bien plus imposant que Max. J'entends Fox aboyer… Ça vient de la cabine de douche. L'intru a dû l'y enfermer.

– Ferme-la, beauté. J'veux pas t'faire du mal, me dit-il de sa voix grave.

Je n'ai rien pour me défendre, hormis la béquille qui est censée me soutenir.

– J'veux juste des vivres… Quoi que cet endroit est plutôt sympa. Toi aussi, t'es pas mal…




Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Lun 11 Sep - 20:26

Max
J'ai 26 ans et je survis où je peuxen Europe de l’ouest. Dans la vie, je suis survivant solitaire et je m'en sors puisque je suis vivant. Sinon, je suis seul et je le vis plutôt mal.

Avant que tout nous pète à la gueule, j’étais mécano et réserviste de l’armée. Aujourd’hui, ces deux activités me permettent de survivre.

Clong ! Firent les fusibles du bloc de répartition électrique qui alimente le couloir et les cabines, plongeant de nouveau le tout dans une profonde obscurité.
Le bref sifflement de mes lunettes de vision nocturne me sembla produire un cri strident dans le soudain silence de la coursive, de même que le “clic” du bouton du laser.

Lya devrait très rapidement apercevoir un point rouge très lumineux sur la poitrine du type face à elle tandis que je suis appuyé contre une paroi, mon pistolet en main, les bras calés contre le métal.

La fille, tu recules ! Ordonnais-je d’un ton sec et d’une voix rendue caverneuse par mon masque respiratoire. “La fille”, parce que cela évite de révéler son identité. Le masque respiratoire car cela masque ma propre voix. Oui, cela peut sembler être trop pour une petite intrusion, mais n’ayant aucune envie d’abattre l’homme, je pars toujours du principe qu’il n’est pas à exclure que l’on puisse se recroiser. Autant éviter qu’il fasse une association entre ma voix, mon prénom et, surtout, mon bateau.

Mec, j’ai ta poitrine en ligne de mire. Baisse les yeux si tu ne me crois pas, à toi de voir si tu veux prendre le risque de découvrir ce qu’il y a au bout du laser.

Je lui laisse deux secondes pour analyser sa situation.

Tu mets les mains sur la tête et tu te mets à genoux !

‘Tain ! Râlait-il en obéissant. J’voulais juste à bouffer ! Puis, tu pourrais partager la donzelle, merde !

Tu es seul ? Demandais-je en ignorant parfaitement ses inepties, Fox aboyant comme un perdu depuis la douche.

Ouai ! J’te l’ai dis, je cherchais seulement à bouffer ! Dit-il, visiblement calmé.

Rien à foutre ! Tu te lèves et tu suis le laser vert qui est au sol, ça va te conduire aux escaliers et tu vas pouvoirs te barrer entier. Dès que tu es dehors, tu sautes sur ton bateau pneumatique. Ma voix distordue par le masque semblait faire son effet, de même que ce jeu de lumière qui pouvait laisser penser que j’étais plus nombreux.
Alors, le type se releva et suivit le laser vert, dans le noir, jusqu’à l’escalier. Je reculais au fur et à mesure de son avancée afin de ne jamais me retrouver à sa portée. Il grimpait alors vers l’extérieur.

Reste là toi et ne lâche pas le chien.

Je suivis l’homme à distance, restant dans l’ombre jusqu’à ce qu’il soit descendu dans son bateau en piteux état. Je passais dans la cuisine et fourrais quelques vivres dans un sac plastique. Majoritairement des crackers, deux conserves et une bouteille d’eau. Je passais alors le bras par-dessus le bastingage pour laisser tomber le sac dans son bateau.

Maintenant, tire-toi !

Dès qu’il se mit à ramer, je fonçais à la timonerie pour lancer les moteurs électriques et le pilote automatique pour finalement remettre le courant dans les cabines.

Lya, tu peux libérer Fox s’il te plaît ? Dis-je en retirant mon masque en arrivant dans le couloir face à elle. Il ne faut pas trainer dans le secteur, c’est probablement juste un éclaireur !


Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Mar 12 Sep - 9:32

Lya
J'ai 28 ans et j'erre à travers l'Europe de l'ouest Dans la vie, je suis débrouillarde et je m'en sors la plupart du temps. Sinon, grâce à la fin du monde, je suis seule et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


De nouveau, je me retrouve dans le noir… J'entends plusieurs bruits étranges et impossibles à identifier. Je ne sais même pas d'où ils proviennent. L'individu face à moi grogne. Lui non plus, il ne comprend pas. Au moins, on est deux… Une voix m'ordonne de me reculer… Où ça ? Mon dos touche déjà la paroi derrière moi. Alors je me décale, en suivant le mur qui mène à l'opposé de la sortie. Tous mes muscles tremblent, mon cœur bat si fort que je n'entends plus que des "boom-boom". Ma tête semble prise dans un étau… Je suis dans le brouillard total. Je prends sur moi pour ne pas flancher. Je sais que Max est là quelque part et qu'il maîtrise plus ou moins la situation… Et puis, l'intru n'essaye pas de se montrer davantage menaçant.

J'obéis aux demandes de Max, je ne bouge pas et j'attends son signal pour libérer ce pauvre Fox qui n'arrête pas de couiner et d'aboyer. Je reste silencieuse, de toute façon, je n'ai rien à dire. Je veille seulement à rester patiente jusqu'à ce que, enfin, Max me demande de libérer le chien. Il fonce directement vers l'extérieur en aboyant de toutes ses forces tandis que je me laisse tomber au sol. En réalité, ma jambe ne me soutient plus. Le soulagement vient toujours avec cet étrange relâchement du corps.

D'acc…D'accord… c'est tout ce que je parviens à lui répondre pour l'instant. Il me faut quelques minutes pour me reprendre et chasser la peur qui m'a enserrée les tripes.

De vieux souvenirs me reviennent en mémoire… des souvenirs pas très sympas, marquants, que je partage avec beaucoup d'autres femme. J'ai tellement eu peur de revivre ça… Et il n'est pas facile de chasser ce genre d'images de son esprit après une telle frayeur. Je ferme les yeux et je m'efforce de respirer calmement… Tout doucement je sens mes forces revenir. Alors je me relève et rejoint Max au poste de pilotage.

Tu faisais quoi avant la catastrophe au juste ? je lui demande, l'air de rien, avant de prendre place sur un fauteuil.







Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Mar 12 Sep - 14:55

Max
J'ai 26 ans et je survis où je peuxen Europe de l’ouest. Dans la vie, je suis survivant solitaire et je m'en sors puisque je suis vivant. Sinon, je suis seul et je le vis plutôt mal.

Avant que tout nous pète à la gueule, j’étais mécano et réserviste de l’armée. Aujourd’hui, ces deux activités me permettent de survivre.

J’étais remonté à la timonerie sans m’attarder en bas. Lya ne semblait pas avoir été blessée physiquement, elle pouvait donc patienter jusqu’à ce que l’on soit loin d’ici.
Depuis le poste de pilotage, j’avais poussé les moteurs électriques à trois quart de leur puissance, ce qui nous permettait d’atteindre une vitesse plus que suffisante pour semer n’importe quel poursuivant trop faiblement motorisé. L’idée, maintenant, c’était d’avancer pendant quelques heures afin de mettre un maximum de distance entre le type et nous.

Ce n’était pas la première fois que quelqu’un montait à bord de mon bateau et, jusqu’à présent, j’avais toujours réussi à repousser les envahisseurs sans verser de sang. Cependant, n’allez pas penser que j’hésiterais à faire le nécessaire si le besoin s’en faisait sentir.

Assez rapidement, Fox me rejoignait, complètement fou. Le pauvre n’avait pas dû être épargné. Il se rua sur moi pour lécher et je quittais la barre quelques instants pour vérifier qu’il n’était pas blessé. Par change, l’intru n’avait pas visiblement, de réel motivation violente.
Après un moment, c’est la jeune femme qui arrivait dans le poste de pilotage. Je l’accueillais d’un regard et il apparaissait clairement que cette histoire l’avait laissée un brin fébrile. Elle avait une sale tête. Tout en s’installant sur le fauteuil d’à côté, elle me demandait ce que je faisais avant la catastrophe. A peine était-elle assise que Fox se couchait devant elle, posant sa grosse tête sur ses pieds.

J’étais mécano de profession et sur mon temps libre, j’ai passé quelques années dans la réserve de l’Armée de Terre. Répondis-je calmement.

Je l’observais quelques instants en fronçant les sourcils.

Ça va aller toi ? Il ne t’a pas fait de mal ? Tu à l’air un peu sonnée… Demandais-je doucement. Et toi, tu faisais quoi avant tout ça ?

Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Mar 12 Sep - 15:18

Lya
J'ai 28 ans et j'erre à travers l'Europe de l'ouest Dans la vie, je suis débrouillarde et je m'en sors la plupart du temps. Sinon, grâce à la fin du monde, je suis seule et je le vis plutôt mal.

Informations supplémentaires ici.


Armée de terre hein … Ça doit aider, un peu, dis-je en m'adossant au siège.

Il me demande si je vais bien, enfin plutôt si cet intru m'a blessé.

Il ne m'a pas touché. J'ai juste eu… Peur. Tout bêtement, je pouffe, comme une idiote.

Je n'ai pas spécialement envie de rire et pourtant il m'est impossible de me retenir. Je me sens ridicule et parfaitement inutile.

J'étais barmaid ! rétorqué-je avant d'éclater de rire.

C'est sur que comparé à réserviste dans l'armée ou mécano… Enfin, c'était un boulot purement alimentaire. J'avais commencé à bosser là-bas avant mes dix-huit ans, après ma fugue et je n'ai jamais vraiment essayé de faire autre chose. Au fond, ce bar était mon seul refuge, le seul endroit où je pouvais être moi sans ressentir la moindre gêne.

J'me suis barrée de chez moi à dix-huit ans. J'avais des… ennuis avec mon beau-père. Le genre d'ennuis qui te filent la gerbe et qui t'empêchent de dormir.

Hors de question de développer davantage. Max est quelqu'un d'intelligent, je sais bien qu'il a compris de quel genre de "problème" il s'agissait. Des problèmes qui se sont malheureusement répétés après la fin du monde… Avec des inconnus, ces fameux bandits. Bref. Être une femme n'a jamais été facile, mais ça l'est d'autant plus en ce nouveau monde totalement dégénéré.

J'ai beaucoup de mal avec certains hommes, depuis… Ce type-là m'a fait… vraiment très peur. Mais non, je ne suis pas blessée.




Edward
Messages : 823
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Mar 12 Sep - 16:57

Max
J'ai 26 ans et je survis où je peuxen Europe de l’ouest. Dans la vie, je suis survivant solitaire et je m'en sors puisque je suis vivant. Sinon, je suis seul et je le vis plutôt mal.

Avant que tout nous pète à la gueule, j’étais mécano et réserviste de l’armée. Aujourd’hui, ces deux activités me permettent de survivre.

Je hochais la tête avec un léger sourire. Disons que dans certains cas, cela me permet d’avoir les bons réflexes.

Je suis soulagé d’apprendre que l’individu ne l’a pas touché. Même si elle m’a prévenu qu’elle ne resterait pas, je l’aime bien et ça me ferait profondément chier qu’il lui arrive des bricoles. Elle avoue tout de même avoir eu très peur, gloussant d’une façon peu convaincante. Je l’écoute alors qu’elle me raconte qu’elle était barmaid pour finalement éclater de rire.

Je suis obligé de regarder devant pour qu’on ne se prenne pas la berge, mais je l’écoute rire. Alors, elle reprend la parole, m’expliquant qu’elle a fuit son domicile à dix-huit ans, indiquant qu’elle avait eu des problèmes avec son beau-père, précisant que c’était du genre à vomir.
Je continuais de regarder devant moi, pensant comprendre de quoi elle parlait et j’en eu un frisson qu’il m’était impossible de réprimer.

Je vois… Ce fut ma seule réponse. Il ne servait à rien de s’épancher là-dessus, je n’avais pas particulièrement envie d’en savoir plus et je l’imaginais mal souhaiter entrer dans les détails. Elle concluait en confiant avoir du mal avec les hommes depuis lors, répétant qu’elle avait eu peur mais qu’elle n’avait rien.

Le plus important, c’est que tu n’aies rien. Après, pour l’aspect psycho, je ne pense pas pouvoir faire grand-chose… Avouais-je. Je peux te proposer un carreau de chocolat et un câlin ! Plaisantais-je en lui lançant un sourire.

J’imagine que faire confiance à un homme doit-être difficile après ça, oui… Je me tournais vers elle, affichant un sourire taquin. Je devrais me sentir chanceux d’être toléré sur mon bateau ! Pouffais-je.

Contenu sponsorisé
Au fond du trou
Page 4 sur 19
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 19  Suivant
Sujets similaires
-
» Suivre ses rêves ... ça peut mener au fond du trou aussi.
» trou de ver
» Le trou noir (absence jusqu'au 01/12)
» Au coeur de l'hiver, là où la neige ne fond jamais. [Paddy]
» On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: