Le Deal du moment : -40%
-40% sur Nike React Infinity Run Flyknit 2
Voir le deal
95.97 €

Partagez
 
 
 

 On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
DonJuanAuxEnfers
DonJuanAuxEnfers
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 05/02/2020
RÉGION : Planète Terre
CRÉDITS : Startgirl

UNIVERS FÉTICHE : Réel/Science-Fiction/Surnaturel/Fantastique/Disney/Autre
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3573-permettez-moi-de-vous-present https://www.letempsdunrp.com/t3830-quel-capharnaum#81139 https://www.letempsdunrp.com/t3829-l-esprit-a-des-facettes-et-l-ame-a-des-versants-a-c
patrick

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

"Zootopie est un endroit unique. C’est une ville dingue, magnifique et atypique dans laquelle nous célébrons nos différences." Gazelle

Zootopie, grande mégalopole dans lequel mammifères et prédateurs vivent en parfaite harmonie. Mais qu'en est-il lorsque le duo le plus adorable des forces de l'ordre, Judy Hopps et Nick Wilde ?

Contexte provenant de cette recherche


« Si c’était à recommencer, je te rencontrerai sans te chercher. »
©Crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
DonJuanAuxEnfers
DonJuanAuxEnfers
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 05/02/2020
RÉGION : Planète Terre
CRÉDITS : Startgirl

UNIVERS FÉTICHE : Réel/Science-Fiction/Surnaturel/Fantastique/Disney/Autre
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3573-permettez-moi-de-vous-present https://www.letempsdunrp.com/t3830-quel-capharnaum#81139 https://www.letempsdunrp.com/t3829-l-esprit-a-des-facettes-et-l-ame-a-des-versants-a-c
patrick

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

NICK-WILDE.jpg
Nick Wilde
J'ai 28 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail et mes escroqueries, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. ROhxh4PeUMNxl8p_i9U44pxWZZQ

Nicholas Piberius Wilde, dit Nick Wilde.
Ancien criminel en col blanc et faussaire. Ses vieilles habitudes le tentent encore. Pourtant il s'est fait la promesse de ne pas recommencer ses escroqueries.

Sa relation avec sa partenaire Juddy Hopps, demeure jonchée de taquinerie et de chamaillerie. Son petit passe-temps préféré ? L'embêter jusqu'à ce qu'elle pète les plombs et devienne aussi rouge que les carottes de ses parents.

Sa fourrure rousse, son ventre et son museau de couleur crème, le bout de ses pattes, de sa queue et de ses oreilles auburn enivrent toutes les renardes de Zootopie.
Ses  yeux vert émeraude et la truffe aubergine attendrissent chaque victime de ses escroqueries.
Même si ses vêtements (chemise hawaïenne verte, cravate bleu foncé striée de rose et un pantalon beige) laissent à penser qu'il se complaît dans la paresse, ce n'est qu'une façade afin d'endormir la confiance de ses proies.

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Giphy


Nicholas Wilde :copyright: DK

Les premières lueurs de l’aube chassent les rayons d’argent de l’astre de la nuit. À pas de loup Zootopie s’éveille de son sommeil. Les animaux nocturnes regagnent peu à peu leurs antres. Les battements d’ailes de ma voisine chauve-souris tentent de m’extirper des bras de Morphée. Soudain mon radio-réveil s’active. La douce voix de Gazelle s’élève. Si beaucoup de mammifères et prédateurs apprécient sa chanson, Try Everything, elle a le don de m’agacer dès le matin même. Un grognement de mécontentement si caractéristique de mon espèce m’échappe. Affamé je me lèche les babines avant de bailler. Mes pattes cherchent à tâtons l’interrupteur de ma chambre. Les faisceaux lumineux perturbent l’opacité nuptiale à laquelle mes yeux étaient habitués. L’eau froide de la douche parvient néanmoins à me réveiller. L’eau ruisselle le long de mon pelage roux. Mes oreilles baissées laissent l’eau qu’elles retiennent s’écouler. D’un mouvement furtif, je m’ébouriffe le poil. Ils se redressent sur eux-mêmes alors que mon téléphone portable retentit. L’officier d’accueil Benjamin Clawhauser m’envoie l’un de ses montages : il a remplacé la tête de l’un des tigres danseurs qui accompagne Gazelle, dans son clip, par la sienne. Sans réfléchir, ma patte se plaque contre mon visage. Un soupir d’exaspération m’échappe. Alors que mon ancien associé, Finnick, m’envoie à son tout un message. La proposition qu’il me soumet est alléchante. Si je n’étais pas un renard, je refuserais immédiatement. On ne peut pas combattre sa nature, non ? J’ai pourtant promis à Judy d’arrêter mes arnaques et escroqueries en rentrant dans la police de Zootopie. D’un geste las, je verrouille mon portable. Pendant que je revêts mon uniforme, Finnick m’envoie un nouveau message « C’est une affaire en or » m’écrit-il. Sans le vouloir, ma curiosité se retrouve piquée. Quelques minutes plus tard, je me retrouve, lunette de soleil sur la truffe, face à mon ancien associé.

- « Alors… Cette affaire en or ? » Demandais-je en attrapant sans aucune gêne l’une des glaces à l’eau qu’il vendait. D’une oreille distraite je l’écoute alors que la grande horloge de la ville sonne. Si je ne suis pas au bureau dans quinze minutes, Judy va me lapider à coup de carotte. J’accumule déjà les retards depuis trois jours.

- « J’ai eu une idée de génie Nick ! Tu travailles dans la police maintenant, non ? » Mais il est sérieux ? Le regard que je porte à mon uniforme trahit toute forme de sarcasme, si bien qu’il s’empresse de poursuivre « Tu vas désactiver les caméras de sécurité, pendant ce temps je… »

- « Oh ! Je t’arrête tout de suite Fin. Primo ce n’est pas une idée de génie, mais de malade. Secondo, j’ai arrêté. Trouve quelqu’un d’autre ! » Le repris-je fermement avant de m’éloigner.

- « On ne change pas sa nature Nick ! » Me crie-t-il pendant que je continue de lécher ma glace.

Sur le chemin qui me mène au poste de police, mon téléphone sonne. Cette fois ce n’est pas Clawhauser, mais le chef Bogo. Curieusement je ne décroche pas. Il me laisse un message vocal. Sa charmante voix grave incendie mes tympans. « Nicholas Piberius Wilde, si vous n’êtes pas dans mon bureau dans dix minutes vous finirez à la circulation pour le restant de l’année ! » Il pense réellement m’impressionner avec sa voix de Monsieur Je Contrôle Tout ? S’il croit que je vais me hâter pour lui, il se fourre la patte jusqu’au coude. Deux minutes avant l’heure fatidique, je pousse la porte du poste. Clawhauser me salue, un donut dans la gueule.

- « Tu as un peu de chantilly ici Ben ! » Lui indiquais-je en lui montrant ma joue gauche avant de continuer ma glace d’un air nonchalant.

- « Merci Nick ! Change pas t'es le meilleur ! » Dit-il d’une voix tout enjouée.

- « Je sais, merci ! » Répondais-je en relevant mes lunettes de soleil d'un air vaniteux.

En arrivant dans le bureau du chef, la grande aiguille pointe sur le numéro six. D’un air fier et narcissique, je le regarde sous les yeux exaspérés de Judy, avant de m’asseoir à ses côtés.

- « Pile à l’heure chef ! »

- « Vous avez vingt minutes de retard Wilde. Asseyez-vous. » Lâche-t-il froidement. « Bon vous deux ! Maintenant que toute l’équipe est enfin complète ! Vous allez interroger l’ancienne Maire, Bellwether, à la prison de Zootopie. » D’un geste sec il nous tend son dossier d’incarcération.

Pendant que nous feuilletons ce dernier, je continue ma glace.

- « Le Maire, Mayor Lionheart, tiendra une conférence de presse avant son jugement. Je veux un dossier solide. Et… Wilde si vous continuer de lécher cette glace, vous n’aurez plus qu’à vous admirer avec ! »

- « Beau jeu de mot chef ! Moi-même je n’aurais pas fait mieux ! » Si je ne finis pas étriper avant la fin de la journée, c’est un miracle.

- « S’il y a une erreur, je vous enverrais la rejoindre. Maintenant, sortez de mon bureau ! »

Sa porte claque. Mes lunettes retombent sur ma truffe alors que je la regarde comme si de rien n’était.

- « On commence par quoi ? » Lui demandais-je d’un air détaché et serein.



« Si c’était à recommencer, je te rencontrerai sans te chercher. »
©Crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 913
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

9r74.gif
Judy Hopps

J'ai 24 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis Lieutenant de police et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail, ma persévérance et mon courage, je suis célibataire et ça me va plutôt bien car je n'ai pas de temps pour ça..


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Tenor

Quand j’étais enfant, je pensais que Zootopie était un endroit parfait dans lequel tout le monde s’entendait bien et où chacun pouvait être ce qu’il voulait. Il se trouve que la vie est un petit peu plus compliquée qu’un slogan inscrit sur un autocollant. La vraie vie est embrouillée. Nous avons tous nos limites. Nous commettons tous des erreurs. Ce qui veut dire, si on voit le verre à moitié plein, que nous avons tous beaucoup en commun. Et plus on essaiera de se comprendre les uns les autres, plus chacun de nous sera exceptionnel. Mais il faut essayer. Peu importe à quelle espèce d’animal vous appartenez, du plus énorme des éléphants à notre premier renard, je vous implore d’essayer. Essayez de rendre le monde meilleur. Regardez en vous-même et reconnaissez que ce changement commence avec vous. Il commence avec moi. Il commence avec nous tous.

Je m'appelle Judith Laverne Hopps, je suis le tout premier lapin à avoir rejoint les forces de police car je n'ai jamais abandonné mon rêve. Celui de participer au changement, à l'amélioration du monde ! Aujourd'hui, j'ai grandis, j'ai réalisé mon rêve mais je n'aurais pu y arriver sans l'aider d'un rusé renard Nick Wilde. Bien que Nick soit fourbe, sarcastique, égoïste, flemmard, gourmand... Quoi ? Oh pardon.... c'est grâce à son aide que j'ai pu réaliser mon rêve. Maintenant mon acolyte et surtout mon ami nous devons faire face aux clichés et stéréotypes des lapins et des renards. Mais ce n'est pas grave, Nick est la dose de confiance en moi qui me manquait, quant à moi, et bien je présume que je suis la conscience qu'il n'a jamais eu. Si on se complète ? Plus que ça ! Je sais parfaitement que je suis le ying de son yang. Je suis le cerveau et il est... heu....bhein....Il est Nick.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Bd2a444d8c91e6d72d13c7f0b24f1aef


Judy Hopps :copyright: Google


Je me suis réveillée bien avant mon réveil, comme toujours ! Je ne sais même pas pourquoi je me suis achetée un réveil au final, puisqu'il ne me sert à rien. Puis c'est un super réveil, à l'effigie de Gazelle ! C'est décidément la plus grande star du monde entier !
Une fois debout, je file à la douche en me débarrassant de ma chemise de nuit sur le chemin. Mon appartement est minuscule et à la limite d'être insalubre. Ma chambre est à la fois ma chambre et mon salon, quant à ma salle de bain, vous devez bien vous douter qu'elle fait aussi office de toilette. L'eau tiède sur mon pelage d'argent me fait oublier la précarité de mon appartement. N'ayant rejoint Zootopie depuis même pas un an, je ne peux pas encore me permettre de prendre un super appartement. Je n'ai aucune économie et mes parents ont à peine de quoi élever mes 275 frères et sœurs alors je ne me vois pas leur demander de m'envoyer de l'argent. Non, je vais m'en sortir toute seule, il faut que je reste positive !
Mes oreilles se dressent sous la douche alors que je pense à ma nouvelle vie, je suis une lapine indépendante et débrouillarde, je peux être fière de moi. Je bombe le torse alors que l'eau marque les courbes de mon corps. Je me savonne, le cœur plein d'espoir et les yeux brillants d'excitation nouvelle.

"Chaque jour peut être un jour meilleur que le précédent ! Il n'en tient qu'à moi d'en faire un jour meilleur !"

"Le jour meilleur s'est pas encore levé ! La ferme, y'en a qui essayent de dormir !"


Mes oreilles se baissent instinctivement et mes bras cachent mon corps comme si j'avais peur d'être vue. En réalité, il s'agit d'un de mes super voisins antilopes. Ces deux là, je vous jure que si je n'avais pas un mental d'acier, je les aurais soit tués, soit ils m'auraient poussé à rentrer chez moi à Lapinville pour être cultivatrice de carottes jusqu'à la fin de ma vie.... Je les hais autant que je les apprécie. Mais d'abord je les hais.

Je coupe tout de suite l'eau de la douche et enfile une serviette autour de moi. Nos murs sont aussi fin que du papier, ils entendent toujours ce que je fais ou ce que je dis, parfois j'ai même peur qu'ils entendent mes pensées.

"Haha, t'es ridicule Judy, personne ne peut lire dans les pensées !"

"Bhein heureusement, parce que ce que je suis en train de te dire n'est pas joli joli, brouteuse de carotte !"

Je lève un doigt, prête à en découdre, je suis lieutenant de police non mais ! Le torse de nouveau bien bombé, j'allais défendre mon honneur quand tout à coup je me suis à quoi bon ?! Il est bien trop tôt pour faire quoi que ce soit et je peux comprendre que mes voisins aient envie de dormir en silence, bien que si les murs sont aussi épais que du papier, je n'y suis pour rien.

De retour dans ma chambre, je fais mon lit et enfile mon uniforme avant de réviser mon serment d'allégeance en tant que gardien de la paix pour que jamais je n'oublie que mon devoir est de protéger et servir chaque habitant de Zootopie. Une fois fait, je suis allée prendre un bon petit déjeuner car tout le monde sait que c'est le repas le plus important de la journée ! Et quand on a besoin de force pour courir après les criminels, il ne vaut mieux pas l'oublier !
Pain beurré, tasse de chocolat au lait, donnuts à la fraise et un jus de carotte pour les vitamines. Si ça c'est pas un petit dej de championne !  Une fois mon bidou prêt à exploser, je vérifie ne rien avoir oublié puis me voilà partie. Je ferme doucement la porte de mon appartement pour ne pas m'attirer les commentaires méchants de mes voisins. Ceux qui vous diront que les antilopes sont adorables n'auront jamais eu Bucky et Pronk en guise de voisins....
Je quitte mon immeuble et avant d'aller au commissariat, je fais toujours le tour du quartier en courant pour m'échauffer un peu et garder la forme. Courir alors que le soleil ne pointe même pas encore le bout de son nez, ça fait du bien, je m'épargne la chaleur, je suis tranquille car il n'y a personne dans les rues et si parfois je fatigue et décide de marcher un peu, personne ne sera là pour le voir et pour me juger. Par personne, je veux bien sûr parler de Nick. Nick qui a l'audace de me traiter de sac à patate quand lui-même ne fait jamais d'exercice ! Ce feignant n'a jamais suer en ma présence mais quand il a le malheur de me voir un peu essoufflée ah là c'est sûr que je vais en prendre pour mon grade ! Rien que de parler de Nick ça m'énerve et me pousse à cavaler plus vite.

"Saleté de renard ! Tu manges encore Judy ? Attention ou tu risques de cacher le soleil Judy ! Ohoh, mission dans le quartier de la Tundra, attention, risque de chute de Judy ! Grrrrrrrrrrr ! Je le déteste !"

Je pense que j'ai dû faire deux ou trois fois le tour du quartier à force de piquer une crise imaginaire contre Nick, si ça continue, je vais être en retard ! Aussi, c'est en trottinant que je me rends au commissariat. Sur la route, je reçois un message de Clawhauser, je m'arrête le temps de l'ouvrir puis quand je vois que c'est encore l'un de ses montages mal fait, je ricane avant de lui répondre en vocal.

"C'est pas très gentil de me faire maronner avec ton corps de rêve quand moi je suis obligée de suer sang et eaux pour garder la ligne."

Je rigole encore. Bien sûr, je n'ai dit ça que pour lui faire plaisir. Benjamin est facile à satisfaire, sa gentillesse le rend presque benêt aux yeux des gens mais je sais qu'il est de des agents les plus loyaux de tout Zootopie. Je reprends ma course et il ne me faut même pas dix minutes pour pousser les portes du poste de police. Une seule bouffée m'apprend que la plupart de mes coéquipiers mâles sont déjà présent. En effet, je peux dire que ça sent littéralement le fauve dès l'accueil du post mais bon, c'est une odeur à laquelle je dois m'habituer. Il n'y a pas beaucoup de femmes agents de police, pour le plus grand regret de mes narines sensibles. Ma truffe s'agite doucement alors que je m'approche de Ben.

"Le chef est arrivé ?"

Il avale un donnut et me réponds de sa voix enjouée que l'on connait si bien.

"Ouaip ! Il vient d'arriver dans son bureau, je crois qu'il s'est levé du mauvais pied, il n'a pas voulu toucher à un seul de mes donnuts !"

Je garde les oreilles baissées et roule des yeux.

"Tout le monde n'a pas envie de donnuts en permanence, Ben."

Il prend un air grandement choqué, comme si je venais de dire la pire hérésie de tout les temps ! Je me sens obligée de m'excuser sur le champ.

"Pardon Ben, c'est pas ce que je voulais dire ! Tout le monde adore tes donnuts, mais tu connais le chef !"

Il se radoucit.

"Oui, il est plus du genre café serré !"

Je souris faussement.

"Oui. Voilà. T'as tout compris. Bon. À plus, Ben."

Je me claque le visage avec ma main avant de partir dans le bureau du chef Bogo. Je frappe à la porte puis entre.

"Hopps, toujours à l'heure, c'est merveilleux. Où est donc votre criminel récidiviste et retardataire d'acolyte ?!"

Le chef me regarde de toute sa hauteur, narines dilatées, yeux exorbités... Nick a toujours le don pour choisir les jours pour être en retard.

"Heu...je...Je..."

"Vous l'ignorez c'est ça ?"

Le chef n'attend même pas ma réponse qu'il prend son téléphone pour laisser un message sur le répondeur de Nick. Je fronce tout de suite les sourcils en le maudissant dans ma tête. Les oreilles baissées de honte et de colère, je tape vigoureusement de la patte au sol avec impatience.

Je finis par m'asseoir et c'est à ce moment précis que sa majesté Nicholas nous fait l'honneur de sa présence ! Je le fusille du regard mais bien sûr, il n'en a que faire, ses lunettes de voyous sur le nez et sa glace à l'eau dans la bouche, il s'avance vers nous comme si le fait de l'attendre était la seule chose à faire.

"T'es encore en retard, Nick tu m'avais promis de devenir un citoyen modèle !"

Dis-je en le regardant, regardant sa glace, puis le regardant encore en espérant que le message soit passé mais de toute évidence non.

"Pourquoi faut-il un dossier plus solide que celui la, on avait des preuves irréfutables que l'adjointe au maire rendait des carnivores sauvages pour qu'on les chasse de Zootopie."

Je n'ose pas regarder Nick à ce moment-là me rappelant que moi aussi, j'ai douté de lui... Jamais je ne me le pardonnerais.

"Je ne vois pas ce qu'on pourrait ajouter dans le dossier ? À moins que vous voulez qu'on examine son passé ? Peut-être était-elle une psychopathe depuis bien plus longtemps !"

Tout à coup, l'excitation de cette nouvelle mission fait émerger des dizaines de questions dans ma tête. Je me lève, confiante, oreilles dressées et torse bombé.

"Ne vous en fait pas, chef, le dossier sera prêt pour le discours du maire !"

La porte claque derrière nous et je soupire avant de lancer un nouveau regard assassin à Nick pour bien qu'il culpabilise ! Mon regard de "Je peux vraiment pas compter sur toi !". Depuis que j'ai un renard en guise de coéquipier, chacun de mes regards, de mes soupires et sourires a une signification ! Je pensais pas être capable d'exprimer autant de chose avant de faire la rencontre de ce renard roux et rusé.

"Le mieux à faire est sans doute de remonter la vie de l'adjointe au maire Bellwether, peut-être qu'on découvrira des plans de son projet abominable, ou pire, d'autre plans en préparation qu'elle n'a jamais eu le temps de réaliser ! Il faut qu'on creuse son passé, un mouton sans histoire ne peut pas virer de bord de façon aussi radicale sans qu'il ne se soit passé quelque chose dans sa vie ! C'est à nous de trouver les raisons de ce changement !"

Je suis tellement excitée par notre mission que j'en oublie ma colère contre Nick. Je commence déjà à bondir vers la sortie puis je finis par me retourner, voyant que Nick est toujours près de la porte du chef.

"Grouille-toi Nick ! Enfin une mission intéressante !"


[/color]


Revenir en haut Aller en bas
 
DonJuanAuxEnfers
DonJuanAuxEnfers
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 05/02/2020
RÉGION : Planète Terre
CRÉDITS : Startgirl

UNIVERS FÉTICHE : Réel/Science-Fiction/Surnaturel/Fantastique/Disney/Autre
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3573-permettez-moi-de-vous-present https://www.letempsdunrp.com/t3830-quel-capharnaum#81139 https://www.letempsdunrp.com/t3829-l-esprit-a-des-facettes-et-l-ame-a-des-versants-a-c
patrick

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

NICK-WILDE.jpg
Nick Wilde
J'ai 28 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail et mes escroqueries, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. ROhxh4PeUMNxl8p_i9U44pxWZZQ

Nicholas Piberius Wilde, dit Nick Wilde.
Ancien criminel en col blanc et faussaire. Ses vieilles habitudes le tentent encore. Pourtant il s'est fait la promesse de ne pas recommencer ses escroqueries.

Sa relation avec sa partenaire Juddy Hopps, demeure jonchée de taquinerie et de chamaillerie. Son petit passe-temps préféré ? L'embêter jusqu'à ce qu'elle pète les plombs et devienne aussi rouge que les carottes de ses parents.

Sa fourrure rousse, son ventre et son museau de couleur crème, le bout de ses pattes, de sa queue et de ses oreilles auburn enivrent toutes les renardes de Zootopie.
Ses  yeux vert émeraude et la truffe aubergine attendrissent chaque victime de ses escroqueries.
Même si ses vêtements (chemise hawaïenne verte, cravate bleu foncé striée de rose et un pantalon beige) laissent à penser qu'il se complaît dans la paresse, ce n'est qu'une façade afin d'endormir la confiance de ses proies.

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Giphy


Nicholas Wilde :copyright: DK

- « Un citoyen modèle ? Tu penses sincèrement que ce genre de personne existe à Zootopie ? » Carotte m’amuse. C’est dingue comme elle est encore naïve. Alors que je descends légèrement mes lunettes sur le bout de ma truffe, mes yeux roulent d’eux-mêmes alors que je termine ma glace devant le regard effaré du Chef Bogo.

D’une oreille distraite je l’écoute nous expliquer les tenants et aboutissants de notre prochaine mission. D’un air presque désintéressé, je regarde Judy. Elle semble tout excitée par cette nouvelle situation. A cet instant je l’imagine bien gambader au beau milieu des champs de carotte. Sans pouvoir refreiner un petit rictus, les yeux noirs de notre supérieur hiérarchique me fixe intensément.

- « Vous trouvez cela drôle Monsieur Wilde ? »
- « Pas du tout Chef ! »
- « J’espère sinon vous irez faire le pitre avec vos parcmètres ! » Grogne-t-il en se levant afin de nous raccompagner.

Alors que la lourde porte en bois claque derrière nous, la voix agacé de Judy s’élève tandis que je me cure les dents avec mon bâton de bois.

- « Je suis là, c’est le plus important non ? » Lançais-je avant de recevoir une pluie de reproches.

C’est étrange mais chaque de ses expressions me dérobe un petit sourire amusé. Si un jour on m’avait dit que je serais dans la police de Zootopie, jamais je n’aurai pu le croire. Mieux encore… Qu’un lapin de Lapinville serait ma coéquipière ! Alors que Judy file en direction de la sortie, Ben nous regarde l’air attendrie.

- « On vous a déjà dit que vous formeriez un beau couple tous les deux ? »

A peine ai-je entendu ses paroles que je m’étouffe. C’est une blague ? Si nous étions de la même espèce peut-être mais là… Je ne sais pas qui serait le premier à rejoindre le cimetière. Même une simple colocation se transformerait en une apocalypse programmable. Vous imaginez un peu la scène ? C’est simple… Nous serions pires que les deux antilopes qui lui servent de voisin. Tout le quartier serait averti de nos disputes, à défaut du commissariat.

- « Eh Judy tu as entendu ce que Ben vient de dire ? » Evidemment qu’elle l’a entendu. Ce n’est même pas une question. C’est certain. J’aime juste la taquiner. Surtout de bon matin. « A tout à l’heure Ben ! » Glissais-je en lui prenant un beignet à la framboise avant de rejoindre ma partenaire. 

- « Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai faim ! Tu en veux un morceau ? » Lui demandais-je d’un ton désinvolte en montant dans notre voiture de fonction.

Sur la route, je laisse toujours Judy conduire. De toute manière je suis bien trop occupé à dévorer ce beignet. 

- « Tu veux que l’on commence par où ? Sa famille ? Elle doit avoir des milliers de frères et sœurs ! Cela va nous prendre des années pour tous les interroger ! » Lui demandais-je en relevant mes lunettes d’un air plus sérieux cette fois-ci. « Tu fais la tête ? » Pourquoi je lui pose la question ? La réponse est positive, c’est certain. Parfois je me demande comment elle fait pour me supporter. « Tu sais que tu es adorable lorsque tu boudes ! Attention tu as un petit de mignonnerie qui s’échappe de ta truffe toute rose ! »



« Si c’était à recommencer, je te rencontrerai sans te chercher. »
©Crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 913
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

9r74.gif
Judy Hopps

J'ai 24 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis Lieutenant de police et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail, ma persévérance et mon courage, je suis célibataire et ça me va plutôt bien car je n'ai pas de temps pour ça..


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Tenor

Quand j’étais enfant, je pensais que Zootopie était un endroit parfait dans lequel tout le monde s’entendait bien et où chacun pouvait être ce qu’il voulait. Il se trouve que la vie est un petit peu plus compliquée qu’un slogan inscrit sur un autocollant. La vraie vie est embrouillée. Nous avons tous nos limites. Nous commettons tous des erreurs. Ce qui veut dire, si on voit le verre à moitié plein, que nous avons tous beaucoup en commun. Et plus on essaiera de se comprendre les uns les autres, plus chacun de nous sera exceptionnel. Mais il faut essayer. Peu importe à quelle espèce d’animal vous appartenez, du plus énorme des éléphants à notre premier renard, je vous implore d’essayer. Essayez de rendre le monde meilleur. Regardez en vous-même et reconnaissez que ce changement commence avec vous. Il commence avec moi. Il commence avec nous tous.

Je m'appelle Judith Laverne Hopps, je suis le tout premier lapin à avoir rejoint les forces de police car je n'ai jamais abandonné mon rêve. Celui de participer au changement, à l'amélioration du monde ! Aujourd'hui, j'ai grandis, j'ai réalisé mon rêve mais je n'aurais pu y arriver sans l'aider d'un rusé renard Nick Wilde. Bien que Nick soit fourbe, sarcastique, égoïste, flemmard, gourmand... Quoi ? Oh pardon.... c'est grâce à son aide que j'ai pu réaliser mon rêve. Maintenant mon acolyte et surtout mon ami nous devons faire face aux clichés et stéréotypes des lapins et des renards. Mais ce n'est pas grave, Nick est la dose de confiance en moi qui me manquait, quant à moi, et bien je présume que je suis la conscience qu'il n'a jamais eu. Si on se complète ? Plus que ça ! Je sais parfaitement que je suis le ying de son yang. Je suis le cerveau et il est... heu....bhein....Il est Nick.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Bd2a444d8c91e6d72d13c7f0b24f1aef


Judy Hopps :copyright: Google


Non ce n'est pas le plus important, Nick ! Le plus important c'est que tu te pointes à l'heure et que tu prennes ton nouveau travail plus au sérieux ! T'es un gardien de la paix maintenant, tu dois servir et protéger Zootopie, est-ce que tout ça te parle ou bien est-ce que tu t'en cognes comme de ta première glace à l'eau ?!
C'est ça que j'avais envie de lui dire mais je n'avais pas envie de me disputer avec lui pour la énième fois cette semaine. Je me contente de claquer une nouvelle fois mon visage avec ma main tout en continuant de bondir vers la sortie. Et c'est là que je l'entends. La réflexion de Benjamin..... Mes oreilles se dressent de toutes leur hauteur et mon pelage rosit. Moi et Nick ? En couple ? Ce serait une erreur de la nature ! Je suis un lapin et c'est un renard ! En dehors de défier toutes les lois de la chaine alimentaire, ça serait encore une fois, contre nature ! C'est comme si un mouton se mariait avec un loup ! C'est du n'importe quoi ! Je suis sûre que Nick trouve ça aussi ridicule que moi ! Parce que oui, je trouve ça ridicule, même si mon regard est fuyant et que je me gratte nerveusement le bras en essayant de ne pas rougir plus que je ne le fais déjà.

"Non... Non je n'ai rien entendu. Aller, grouille-toi !"

Bon ok j'ai menti ! Mais de petits mensonges comme celui-ci ne font de mal à personne ! Ce ne sont pas vraiment des mensonges c'est plus.... Au et puis on s'en fiche ! Alors que je me glisse derrière le volant de notre voiture de fonction, je lance un regard désapprobateur à Nick.

"T'es sérieux, t'as chipé un beignet à Ben ?! Va tout de suite le lui rendre, Nick. Tu sais très bien qu'il doit être en train de pleurer en regardant un clip de Gazelle."

Et cette fois, je ne compte pas céder, hors de question de démarrer la voiture tant que Nick n'ira pas rendre son beignet à notre bon gros Benjamin. Je lui lance mon regard de "Attention Nick, je suis ta supérieure et je n'hésiterai pas à m'en servir." suivis d'un sourire malicieux. Je croise les bras et mon acolyte finit par se plier à ma volonté. C'est tellement rare que ça en est presque jouissif. C'est à contre cœur qu'il va rendre son dû à notre guépard préféré puis il revient en maugréant. Je souris d'autant plus.

"Ça va, je t'en prendrais sur la route !"

Et nous voilà partis.


***


Après l'escale pâtisserie, nous voilà devant une immense bergerie. Garé sous l'ombre d'un arbre, nous passons inaperçus et regardons la propriété de loin.

"Bon, c'est là qu'elle a grandi. On devrait peut-être commencer par questionner ses parents ? Et si ça se trouve, elle n'a pas tant de frères et sœurs que ça !"

Nick est le roi des clichés ! Parce que je suis un lapin j'aime forcément les carottes et j'ai trente frères et sœurs ! Sornette ! J'aime les carottes oui, mais comme tout le monde et puis je n'ai que vingt-huit frères et sœurs ! ... .... Je voudrais l'étrangler.

"Les parents de l'adjointe du maire sont des vieux moutons alors est-ce que je peux compter sur toi pour bien te comporter ?"

Je le regarde sérieusement avant de lui chiper le dernier beignet, au chocolat en plus, et de le manger sous son nez.

"Parche que tu chais que tu as kendance à te chonduir chomme un vérikable bouffon !"

Lui dis-je la bouche pleine. En réalité, Nick me fait toujours rire, il est le seul à réussir à me faire sourire en toute circonstance, mais son problème c'est qu'il ne prend jamais rien au sérieux. Je sais bien que c'est une façade pour ne pas paraitre vulnérable mais à force c'est pénible. Parfois, j'ai l'impression que même moi, il ne me prend pas au sérieux. On finit par sortir de la voiture, j'arrange mon uniforme, ma casquette et mon insigne puis je vérifie l'état de Nick. Je soupire mais ne dis rien puis je marche d'un pas décidé jusqu'à la porte des Bellwether, je tape puis quand on me demande qui c'est, je m'annonce.

"Agent Judy Hopps et Nick Wilde de Zootopie, madame."

Je bombe le torse alors que la porte s'ouvre sur un petit mouton qui marche avec une canne. Je comprends donc que c'est la maman.

"Bonjour madame, nous sommes désolés de vous déranger mais nous aurions quelques questions au sujet de votre fille."

Je regarde Nick l'air de dire "Tu vois, moi je ne fais pas partis des clichés qui sous entendent qu'ils ont plusieurs enfants !". Mais avant même que je ne savoure ma victoire, la dame me dit.

"Bien sûr, mais laquelle, j'ai seize filles et dix-huit garçons..."

J'en reste bouche bée, et je n'ai pas besoin de me retourner pour sentir le "Je te l'avais dit, Carotte." de Nick. Je sens son regard de vainqueur me bruler le dos même à travers ses lunettes. Et son sourire satisfait ! Grrrrrrrrrr je le déteste !

Nous finîmes par entrer et nous installer dans le salon en attendant que le patriarche fasse son entrée, la mère nous propose des collations que nous refusons mais elle insiste et nous devons donc attendre qu'elle clopine jusqu'à la cuisine. Maintenant que nous sommes seuls, je sais déjà ce qui m'attend. Je soupire et me murmure à Nick.

"C'est bon, vas y, dis le..."



Revenir en haut Aller en bas
 
DonJuanAuxEnfers
DonJuanAuxEnfers
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 05/02/2020
RÉGION : Planète Terre
CRÉDITS : Startgirl

UNIVERS FÉTICHE : Réel/Science-Fiction/Surnaturel/Fantastique/Disney/Autre
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3573-permettez-moi-de-vous-present https://www.letempsdunrp.com/t3830-quel-capharnaum#81139 https://www.letempsdunrp.com/t3829-l-esprit-a-des-facettes-et-l-ame-a-des-versants-a-c
patrick

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

NICK-WILDE.jpg
Nick Wilde
J'ai 28 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail et mes escroqueries, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. ROhxh4PeUMNxl8p_i9U44pxWZZQ

Nicholas Piberius Wilde, dit Nick Wilde.
Ancien criminel en col blanc et faussaire. Ses vieilles habitudes le tentent encore. Pourtant il s'est fait la promesse de ne pas recommencer ses escroqueries.

Sa relation avec sa partenaire Juddy Hopps, demeure jonchée de taquinerie et de chamaillerie. Son petit passe-temps préféré ? L'embêter jusqu'à ce qu'elle pète les plombs et devienne aussi rouge que les carottes de ses parents.

Sa fourrure rousse, son ventre et son museau de couleur crème, le bout de ses pattes, de sa queue et de ses oreilles auburn enivrent toutes les renardes de Zootopie.
Ses  yeux vert émeraude et la truffe aubergine attendrissent chaque victime de ses escroqueries.
Même si ses vêtements (chemise hawaïenne verte, cravate bleu foncé striée de rose et un pantalon beige) laissent à penser qu'il se complaît dans la paresse, ce n'est qu'une façade afin d'endormir la confiance de ses proies.

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Giphy


Nicholas Wilde :copyright: DK

Elle n’a rien entendu… Judy pense sincèrement que je vais avaler ce mensonge comme si de rien n’était ? Absolument pas ! Je sais lorsqu’elle tente de me carotter. D’un geste si significatif, j’abaisse mes lunettes sur le bout de ma truffe en roulant les yeux vers le ciel. Alors que je m’apprêtais à croquer à pleine dent dans ce beignet si savoureux et sucré, la voix de mon acolyte s’élève de nouveau. Instinctivement mes oreilles pointues se dressent. Quoi ?! Je dois vraiment rendre cette gourmandise à Benjamin ? Visiblement Judy semble sérieuse. Instinctivement je grogne de plus belle.

- « Tu parles… Il ne remarquera rien. Ce n’est pas comme s’il avait dévalisé la boulangerie ce matin ! » Grommelais-je en regardant ce beignet me faire de l’œil. « C’est bon… Pas la peine de me faire tes yeux autoritaires… » Ajoutais-je en déclipsant ma ceinture de sécurité afin de lui obéir.

Est-ce que j’ai le choix ? Pas vraiment. Résigné je traîne la patte jusqu’à l’accueil du commissariat. Mais avant de lui rendre, je ne peux m’empêcher de lui en croque un morceau. Juste un. Un tout petit. Le glaçage à la vanille sent si bon qu’il serait criminel de lui résister.

- « Eh Ben ! » Lançais-je en dissimulant l’objet du délit derrière mon dos. « J’ai une question pour toi ! » Et là je vous laisse admirer mes talents de renard. « Comment s’appelle le petit du mouton ? » Benjamin lèvre les yeux au ciel alors que sa patte avant se pose contre le bois du guichet l’air circonspect.

- « Hmm… Un agneau ? » Répondit-il alors que je replace discrètement le beignet dans sa boîte. « Ah non je sais !! Un moutonien ? » Lâche-t-il fièrement alors que le fou rire s’empare de moi. Difficile de ne pas rie après tout.

- « Ahaha ! Non mais c’est bien trouvé ! » D’un simple mouvement de la tête horizontale, j’émets ma désapprobation « Un bèèèh bèèèh ! » Au même moment le chef Bogo sort de son bureau et se dirige vers le hall d’entrée. « Bon aller, je file ! Ne change rien, t’es le meilleur Ben ! » Renchérissais-je en claquant mes des doigts dans sa direction, les pouces levés l’air victorieux.

Puis, l’air plus que naturel je retourne auprès de Judy. En montant dans le véhicule je me lèche les babines et retire rapidement mes quelques miettes de mon uniforme.

- « Je crois que la pâtisserie c’est la prochaine à droite ! » Glissais-je d’un ton arrogant en me penchant vers Judy.

Une fois son compte en banque dévalisé et un beignet entre les dents, nous filons en direction du domicile des parents de Bellwether.

***

Judy se gare sous l’ombre d’un arbre fleuri. Si je m’écoutais, je m’allongerais aux pieds de celui-ci, une glace à l’eau dans la patte tout en m’apprêtant à m’endormir.

- « Mais bien sûr et les lapins cultivent des pâquerettes pendant que les rhinocéros grignotent des rondins de bois ! » Ajoutais-je d’un ton purement ironique.  
Soudain les propos de Judy m’extirpent de mes pensées. Sans rien ajouter, elle me dérobe le dernier beignet, au chocolat en plus.

- « Bien me comporter ? » Répétais-je à sa suite l’air sarcastique. « Dis celle qui a du chocolat plein les dents ! » Le petit sourire victorieux qui se dessine sur mon visage m’amuse alors que je m’approche d’elle. « Attention Carotte, tu en mets partout. » Elle parle la bouche pleine de sucre en me regardant l’air défiant alors que j’abaisse mes lunettes sur le bout de ma truffe et remonte les manches de mon uniforme.

Fièrement Judy pousse la porte des patriarches. Elle bombe le torse comme la première fois lorsque nous nous sommes rencontrés, du haut de son tut-tut ambulant. Alors que sa mère nous annonce qu’elle a seize filles et dix-huit garçons, un large sourire victorieux étire la commissure de mes lèvres. Si je suis le Roi des clichés, Judy est la Reine de l’Optimisme. Comment a-t-elle pu sincèrement penser qu’ils avaient peu d’enfants ? Sans rien ajouter, nous nous installons dans le salon alors que la maîtresse de maison se retire. Durant quelques secondes je ne dis rien. Juste assez pour savourer cet exquis moment. Comme c’est jouissif de démontrer à Madame Je Sais Tout qu’elle avait tort.

- « De quoi parles-tu ? » Demandais-je faussement en relevant mes lunettes sur mes oreilles velues. « Je t’avais prévenu Carotte ! » Clamais-je fièrement en la regardant l’air conquérant et fier. « Tu as beaucoup trop foi en eux… Pourquoi ne pas accepter la véritable nature de tous ces animaux ? Les vaches broutent de l’herbe et les antilopes galoperont toujours ! » C’est dingue… Même après tout ce que nous avons vécu, Judy demeure toujours aussi optimiste.



« Si c’était à recommencer, je te rencontrerai sans te chercher. »
©Crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 913
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

9r74.gif
Judy Hopps

J'ai 24 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis Lieutenant de police et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail, ma persévérance et mon courage, je suis célibataire et ça me va plutôt bien car je n'ai pas de temps pour ça..


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Tenor

Quand j’étais enfant, je pensais que Zootopie était un endroit parfait dans lequel tout le monde s’entendait bien et où chacun pouvait être ce qu’il voulait. Il se trouve que la vie est un petit peu plus compliquée qu’un slogan inscrit sur un autocollant. La vraie vie est embrouillée. Nous avons tous nos limites. Nous commettons tous des erreurs. Ce qui veut dire, si on voit le verre à moitié plein, que nous avons tous beaucoup en commun. Et plus on essaiera de se comprendre les uns les autres, plus chacun de nous sera exceptionnel. Mais il faut essayer. Peu importe à quelle espèce d’animal vous appartenez, du plus énorme des éléphants à notre premier renard, je vous implore d’essayer. Essayez de rendre le monde meilleur. Regardez en vous-même et reconnaissez que ce changement commence avec vous. Il commence avec moi. Il commence avec nous tous.

Je m'appelle Judith Laverne Hopps, je suis le tout premier lapin à avoir rejoint les forces de police car je n'ai jamais abandonné mon rêve. Celui de participer au changement, à l'amélioration du monde ! Aujourd'hui, j'ai grandis, j'ai réalisé mon rêve mais je n'aurais pu y arriver sans l'aider d'un rusé renard Nick Wilde. Bien que Nick soit fourbe, sarcastique, égoïste, flemmard, gourmand... Quoi ? Oh pardon.... c'est grâce à son aide que j'ai pu réaliser mon rêve. Maintenant mon acolyte et surtout mon ami nous devons faire face aux clichés et stéréotypes des lapins et des renards. Mais ce n'est pas grave, Nick est la dose de confiance en moi qui me manquait, quant à moi, et bien je présume que je suis la conscience qu'il n'a jamais eu. Si on se complète ? Plus que ça ! Je sais parfaitement que je suis le ying de son yang. Je suis le cerveau et il est... heu....bhein....Il est Nick.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Bd2a444d8c91e6d72d13c7f0b24f1aef


Judy Hopps :copyright: Google


Eh bien le voilà, le fameux, je te l'avais dit. Grrrr ce qu'il peut m'énerver ! Je roule des yeux avec mépris en me promettant de lui clouer le bec un jour ! Nick remonte ses lunettes de soleil pendant que nos hôtes sont en train de nous ramener des rafraichissements. Nick me vend son speech sur le fait que les animaux sont ce qu'ils sont et que rien ne pourrait les détourner de leur nature. Aussi, avec un regard farouche et provocateur, les sourcils froncés, je lui lance :

"Et les renards mangent les lapins ?"

Et toc. Que va nous répondre Monsieur Cliché hein ? Moi je veux croire que nous pouvons tous changer pour être de meilleures versions de nous même. Je suis un lapin mais je ne passerai pas ma vie à cultiver et manger des carottes ! Benjamin est un guépard dont les mots régime et sport lui sont totalement et absolument inconnu... Mes abrutis de voisins étudient la psychologie et Gazelle ne passe pas son temps à brouter de l'herbe mais se représente sur toutes les scènes de Zootopie et du monde entier ! Si Nick croit toujours que notre destin est régi par notre espèce, c'est qu'il n'a toujours rien compris à la beauté et aux opportunités que nous offre Zootopie !

Je croise les bras en attendant la réponse de Nick, je le toise du regard, le genre de regard qu'il est bien le seul à déchiffrer et qu'il n'ose pas soutenir car là il sait que tout ce qu'il peut dire pourra être retenu contre lui. Mon acolyte sait que j'avais peur des renards en étant enfants, depuis qu'un gamin de ma classe m'avait griffé en étant enfant. Mon père m'avait même offert une bombe anti renard quand j'ai emménagé à Zootopie mais.... C'est Nick qui m'a fait réaliser que tous les renards ne sont pas des chasseurs sans cœurs, que tous les lapins ne sont pas des cultivateurs de carottes et qu'un mouton pouvait être un dangereux psychopathe ! Nick est bien plus sage et réfléchis que la plupart des gens que je connais..... Alors pourquoi est ce qu'il peut se montrer aussi.... énervant, stupide, irréfléchis, immature, égoïste, bourré de cliché ! Judy... Feignant, je m'en foutiste, calculateur ! Judy ! Pardon.... Je me suis laissée emporter.

Mme Bellwether finit par revenir avec son mari, ils s'assoient sur un canapé en face de nous et nous demande.

"Je suppose que vous êtes là pour notre fille Dawn ?"

J'hoche la tête, surprise d'apprendre que l'ex-adjointe du maire s'appelle Dawn Bellwether. Je regarde Nick en arquant un sourcil pour voir s'il est aussi surpris que moi mais je constate que pour l'instant notre conversation ne l'intéresse pas le moins du monde. Je roule des yeux, agacée.

"Oui, c'est ça. Nous aurions quelques questions à vous poser à son sujet."

"Pourtant nous avons déjà répondu aux questions de la police quand ils l'ont arrêtés."

Se dépêcha de me répondre le patriarche. Je laisse tomber mes oreilles le long de mon crane et je joins mes mains entre elles.

"Je le sais bien monsieur Bellwether, seulement, Nick et moi sommes là pour essayer de comprendre comme un mouton inoffensif a pu se transformer en ennemi public numéro un. Est-ce qu'enfant elle présentait déjà une aversion pour..... les carnivores ?"

Leur regard s'est posé sur Nick l'espace d'un instant. Nick est clairement un carnivore, un carnivore reconnu et crains par de nombreuses proies. Poules, cochons, moutons, canards, lapins.... rien ne peut échapper aux griffes d'un puissant renard. Mais Nick n'est pas comme ça, plus personne n'est comme ça. Nous sommes des animaux évolués maintenant, nous nous respectons, tolérons et aimons les uns les autres. Sous la bienveillance du Maire Lionheart, je suis sûre que Zootopie sera un modèle de solidarité, de tolérance, d'égalité et de diversité !

"Heu....Je... Non pas que je sache, elle a toujours été plus trouillarde que ses frères et sœurs cela dit. Elle pensait que les carnivores redeviendraient des animaux sauvages. Mais, je pense que c'est surtout à cause de ses frères qui lui racontaient des histoires terrifiantes pour lui faire peur."

Je note tout ça dans mon calepin.

"Donc vous dites qu'à part les histoires de vos fils, elle n'a jamais vraiment eu de soucis avec un carnivore, quel qu'il soit ?"

Les deux parents se regardent puis la mère baisse les yeux.

"Elle non, mais notre fils, Shely, est mort dans un tragique accident impliquant des carnivores.... Ça a été une véritable épreuve pour notre famille et nous avons mis du temps à nous en remettre."

Je regarde Nick l'air de dire "On tient quelque chose !". Je leur pose une dernière question avant de laisser la place à mon coéquipier qui a peut-être quelques questions à leur poser.

"Excusez-moi, où sont vos petits coins ?"

"A l'étage."

"Merci."

Je les laisse planté là et je monte rapidement. En fait, je fouille, clairement. Le cœur battant la chamade car je sais que ce que je fais n'est pas bien, mais je fouille quand même. Dans la chambre des enfants, des parents, de la salle de bain. Je fouille partout ! Mais mes oreilles captent du mouvement dans les escaliers, mon cœur palpite encore plus et je bondis rapidement jusqu'aux toilettes. Je fais mine d'en sortir et me retrouve nez à nez avec Nick.

"Qu'est-ce que tu fais ici ?! Pourquoi tu n'es pas en bas à leur poser des questions ?!"

Je fronce les sourcils en le regardant de toute ma hauteur, autrement dit, lui arrivant jusqu'à un peu plus haut que la taille.



Revenir en haut Aller en bas
 
DonJuanAuxEnfers
DonJuanAuxEnfers
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 05/02/2020
RÉGION : Planète Terre
CRÉDITS : Startgirl

UNIVERS FÉTICHE : Réel/Science-Fiction/Surnaturel/Fantastique/Disney/Autre
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3573-permettez-moi-de-vous-present https://www.letempsdunrp.com/t3830-quel-capharnaum#81139 https://www.letempsdunrp.com/t3829-l-esprit-a-des-facettes-et-l-ame-a-des-versants-a-c
patrick

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

NICK-WILDE.jpg
Nick Wilde
J'ai 28 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail et mes escroqueries, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. ROhxh4PeUMNxl8p_i9U44pxWZZQ

Nicholas Piberius Wilde, dit Nick Wilde.
Ancien criminel en col blanc et faussaire. Ses vieilles habitudes le tentent encore. Pourtant il s'est fait la promesse de ne pas recommencer ses escroqueries.

Sa relation avec sa partenaire Juddy Hopps, demeure jonchée de taquinerie et de chamaillerie. Son petit passe-temps préféré ? L'embêter jusqu'à ce qu'elle pète les plombs et devienne aussi rouge que les carottes de ses parents.

Sa fourrure rousse, son ventre et son museau de couleur crème, le bout de ses pattes, de sa queue et de ses oreilles auburn enivrent toutes les renardes de Zootopie.
Ses  yeux vert émeraude et la truffe aubergine attendrissent chaque victime de ses escroqueries.
Même si ses vêtements (chemise hawaïenne verte, cravate bleu foncé striée de rose et un pantalon beige) laissent à penser qu'il se complaît dans la paresse, ce n'est qu'une façade afin d'endormir la confiance de ses proies.

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Giphy


Nicholas Wilde :copyright: DK

Judy s’énerve si rapidement que la taquiner est devenu mon activité favorite. Arrêter des criminels est devenu secondaire. Elle est si adorable quand elle essaye d’être en colère. Parfois elle saute sur mon bureau, juste pour pouvoir gagner quelques centimètres, et s’énerver. Comment voulez-vous que je la prenne au sérieux ? C’est si drôle de la voir gesticuler dans tous les sens, tel un ver de terre coupé en deux.

- « Mais toi tu es belle à croquer Carotte. » Rétorquais-je en lui léchant sa joue. Son pelage gris dégouline à présent de ma bave alors qu’un fin sourire de vainqueur étire le coin de mes lèvres. « Et très appétissante. » Je me lèche les babines en l’observant.

Judy sait que je ne lèverai jamais la patte sur elle. Je suis peut-être un renard, mais je ne porte pas tous les défauts du monde pour autant. S’il y a bien un herbivore qui sait que je ne ferai pas de mal à une mouche, c’est elle. Mine de rien je l’admire. Elle parvient toujours à outre passer les clichés et mauvaises premières impressions. Alors que le couple Bellweather revient dans la pièce principale, deux verres de grenadines dans chaque patte, nous reprenons une attitude plus professionnelle. Ou presque. En vérité c’est Judy qui mène l’interrogatoire. De toute manière ils ne me parleraient pas. Après tout pourquoi un mouton fréquenterait un renard ? Les parents de l’intéressé nous content l’histoire de leur famille et du décès de Shely. Scrupuleusement Judy note tous les détails susceptibles de nous intéresser dans son calepin, euh calapin, comme j’aime le surnommer. Soudain une envie pressante gagne Mademoiselle Laverne. Je lui jette un regard incompréhensif en haussant un sourcil. Depuis quand Judy va-t-elle aux toilettes en plein interrogatoire ? Rapidement je comprends sa demande. Elle doit avoir ses coquelicots. Madame Bellweather lui indique qu’ils se trouvent à l’étage. Sans attendre plus longtemps, elle décampe à vive allure.

- « Excuser là… Une envie pressante, sans doute. » Renchérissais-je rapidement en continuant d’écouter leur récit. Mais qu’est-ce que j’en ai faire de leur exploitation ? Feignant de les comprendre, je hoche la tête verticalement. Mais qu’est-ce qu’elle fabrique ? Elle est tombée dans le trou des toilettes ? Possible. Après tout… C’est elle qui a tiré la chasse lorsque nous nous sommes échappés du centre. Quand je pense qu’elle m’a aussi entraîné dans cette aventure grâce à l’enregistrement de son stylo. « Merci pour tous ces renseignements, nous n’allons pas vous déranger plus longtemps. Je vais aller chercher ma collègue. » Sans aucune autre forme de procès je grimpe les escaliers. Une fois arrivée à destination, je tombe truffe à truffe avec Judy.

Du haut de ses trois carottes et demi, Judy me toise le ton accusateur. Elle pense sincèrement m’impressionner ? Elle se fourre la patte dans l’œil, si c’est le cas. D’un air plus que fier, je me penche vers elle et lui retire les quelques miettes de donuts qui restaient sur son uniforme.

- « Ton pipi s’est bien passé ? »

Le ton ironique que j’emploi se mêle aux mouvements de mes narines. Son odeur naturelle embaume toutes les pièces de la maison. Judy compte réellement me faire croire qu’elle est allée uniquement aux toilettes ? Mais que croit-elle ? Que je suis une poule et que je vais m’envoler avec mes ailes sur son prétexte totalement faux ? Je hoche la tête horizontalement en fermant les yeux alors que ma patte rencontre abruptement mon museau humide.

- « La dernière fois que tu t’es mise à fouiller, nous nous sommes retrouvés avec deux boucs à nos trousses et un ancien wagon garni de tétanos. Tu t’en rappelles ? »

Je me souviens encore de ce jour où nous nous sommes retrouvés piégé dans le musée de Zootopie. Judy s’était blessée à la patte. Elle m’avait ordonné d’apporter les preuves à Bogo mais comme d’habitude je ne lui ai pas obéi. J’ai refusé de m’enfuir sans elle. Il était hors de question que je la laisse face à ces deux brutes de bouc enragés et à cette psychopathe de Belleweather. Bellweather, Bellweather… C’est plutôt Mocheweather que ses parents auraient dû l’appeler. C’est à cause d’elle que tous les prédateurs de Zootopie se sont retrouvés dans une peur constante. Si je n’étais pas un minimum civilisé, j’irais volontiers la dévorer. Rien qu’en y pensant, mes poils se dressent.

- « Qu’est-ce que tu pensais trouver ? Des glaces à l’eau de contrebande ? Ce n’est pas ici que nous trouverons quoi que ce soit… Et si nous allions inspecter son ancien bureau ? » Parfois je n’ai pas forcément de mauvaise idée. « Je sais Carotte. Ce n’est pas la peine de me remercier. » Affirmais-je d’un ton plus que fier alors que nous redescendons dans le salon. « Merci beaucoup. Désolé pour ce dérangement. Bonne journée. »

Une fois à l’abri des regards et oreilles indiscrets, je me détourne vers mon acolyte. « Non mais qu’est ce qui ne tournes pas rond ?! Une escapade dans l’ancienne station de métro ne t’a pas suffi ? Et si ses parents étaient des moutons sanguinaires ? Tu imagines un peu. Tu aurais fini à la cocotte et moi rôti ! » Râlai-je tout en refusant de lui avouer que je n’aimais pas ne plus l’avoir dans mon champ de vision. Il aurait pu lui arriver n’importe quoi. Mais non… Il faut toujours que Judy joue les Indiana Jones.

Puis nous rentrons à Zootopie. Je ne sais pas si Judy désire que nous allions immédiatement à la Mairie ou après notre débriefing à Bogo. Après semble être la meilleure idée, sinon il risque encore d’être de mauvaise humeur.



« Si c’était à recommencer, je te rencontrerai sans te chercher. »
©Crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Cheval de Troie
Cheval de Troie
Féminin MESSAGES : 913
INSCRIPTION : 08/02/2020
ÂGE : 26
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Bazzart

UNIVERS FÉTICHE : Réel - Disney - Fantasy - Surnaturel - Mythologie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Narnia

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

9r74.gif
Judy Hopps

J'ai 24 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis Lieutenant de police et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail, ma persévérance et mon courage, je suis célibataire et ça me va plutôt bien car je n'ai pas de temps pour ça..


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Tenor

Quand j’étais enfant, je pensais que Zootopie était un endroit parfait dans lequel tout le monde s’entendait bien et où chacun pouvait être ce qu’il voulait. Il se trouve que la vie est un petit peu plus compliquée qu’un slogan inscrit sur un autocollant. La vraie vie est embrouillée. Nous avons tous nos limites. Nous commettons tous des erreurs. Ce qui veut dire, si on voit le verre à moitié plein, que nous avons tous beaucoup en commun. Et plus on essaiera de se comprendre les uns les autres, plus chacun de nous sera exceptionnel. Mais il faut essayer. Peu importe à quelle espèce d’animal vous appartenez, du plus énorme des éléphants à notre premier renard, je vous implore d’essayer. Essayez de rendre le monde meilleur. Regardez en vous-même et reconnaissez que ce changement commence avec vous. Il commence avec moi. Il commence avec nous tous.

Je m'appelle Judith Laverne Hopps, je suis le tout premier lapin à avoir rejoint les forces de police car je n'ai jamais abandonné mon rêve. Celui de participer au changement, à l'amélioration du monde ! Aujourd'hui, j'ai grandis, j'ai réalisé mon rêve mais je n'aurais pu y arriver sans l'aider d'un rusé renard Nick Wilde. Bien que Nick soit fourbe, sarcastique, égoïste, flemmard, gourmand... Quoi ? Oh pardon.... c'est grâce à son aide que j'ai pu réaliser mon rêve. Maintenant mon acolyte et surtout mon ami nous devons faire face aux clichés et stéréotypes des lapins et des renards. Mais ce n'est pas grave, Nick est la dose de confiance en moi qui me manquait, quant à moi, et bien je présume que je suis la conscience qu'il n'a jamais eu. Si on se complète ? Plus que ça ! Je sais parfaitement que je suis le ying de son yang. Je suis le cerveau et il est... heu....bhein....Il est Nick.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Bd2a444d8c91e6d72d13c7f0b24f1aef


Judy Hopps :copyright: Google


Mon regard est intense et pesant, je jauge Nick en silence en attendant sa réponse. Toujours les bras croisés, je me demande ce qu'il va bien pouvoir me sortir encore comme ânerie. Puis la voilà, celle que j'attendais... Je roule des yeux, ça n'a duré qu'une seconde ! Une seconde d'inattention pendant laquelle, Nick en a profité pour lécher ma joue de sa langue rapeuse. J'ai de la bave qui dégouline sur mon pelage ! Je le regarde ahurie, les yeux grands ouverts, l'air de dire "Attend.... T'es sérieux ?!" Puis quand mon cerveau s'est remit en marche, je lui ai bondi dessus et refermé mes frêles petites pattes autour de son cou. Ok, il me faudrait plusieurs minutes pour le tuer de cette façon et y mettant toute ma force.... Mais je sais que je lui coupe quand même la respiration, suffisamment pour que ça soit désagréable et je l'espère, flippant. Grrrrrr !!!! Ce que je ne donnerai pas pour pouvoir lui crever les yeux ! Qui a dit que les lapins étaient des petites créatures inoffensives ?! Que je lui crève les yeux à lui aussi ! Nick a le don de.... Grrr il me rend tellement..... Arggggh je le déteste !!!!
Et pendant que je pense à toute l'aversion que j'éprouve pour ce satané rouquin, je continue de serrer son cou entre mes mains, si bien que je n'entends pas les parents de l'adjointe au maire revenir. Heureusement, la mère eut la brillante idée de se racler la gorge, ce qui nous poussa, mon idiot d'acolyte et moi, à tourner un regard gêné et presque irréel vers eux. Tout de suite, Nick et moi avons repris bonne figure, mes oreilles baissées, mon visage sérieux, je discute avec les parents tout en lançant un regard à Nick, celui qui veut dire "Bhein bravo ! On passe pour quoi maintenant ? T'es vraiment pas croyable." À peine ai-je finis de le fusiller de mon regard, que j'essuie les derniers résidus de salive de ma joue avec le dos de ma patte.

Je commence l'interrogatoire en prenant bien soin de poser les bonnes questions et de tout bien noter dans mon calepin ou calapin comme le surnomme l'autre abrutit, je roule des yeux en entendant la voix de Nick dans ma tête "Bhein alors Carotte, toujours à écrire des cochonneries dans ton calapin, c'est pas très joli joli." Grrrrr ! Reste concentrée Judy ! J'hoche la tête en essayant de garder toujours mon sérieux puis quand je pense en avoir entendu suffisamment, je fais mine de vouloir me rendre au petit coin. J'ai eu la naïveté de croire que mon acolyte saurait tenir le reste de l'interrogatoire mais c'était sans compter sur le je m'en foutisme de Nick Wilde. Bon. Pour sa défense, les Bellwether n'avaient vraiment pas l'air enclin à répondre à la moindre des questions que Nick leur auraient posées. Je trouve ça triste de voir que pour certains individus les mentalités n'ont pas changés.... Ils pensent toujours que Nick pourrait être susceptible de leur faire du mal mais c'est faut. S'ils le connaissaient aussi bien que moi, ils sauraient que pour Nick, il n'y a que les glaces à l'eau qui compte dans la vie. Rien d'autre n'a d'importance pour lui.... Moi ? Mouais, peut-être, sûrement... mais en tout cas, je suis bien en dessous des glaces à l'eau.

Je gravis les marches de leur maison et je commence à fouiller partout. Heureusement que les moutons ne sont pas réputés pour leur odorat car j'ai vraiment laissé mon odeur dans toutes les pièces de la maison ! Aussi, quand j'entends du bruit dans l'escalier, mon cœur se met à palpiter, les lapins sont cardiaques alors vaut mieux pas s'amuser à me faire des frayeurs tout les quatre matins !
Quand je fais mine de sortir des toilettes et que je tombe sur Nick, je fronce les sourcils. Aujourd'hui ce n'est clairement pas ma journée et non ce n'est pas parce que j'ai mes coquelicots ! Je me tape le front rien qu'en imaginant Nick me dire ça.

Le regard noir, le torse bombé, je regarde Nick de toute ma hauteur mais lui ne me prend pas au sérieux, il ne me prend jamais au sérieux et ça commence à devenir vraiment pesant. Il essuie des miettes sur mon uniforme et me demande si j'ai fait un bon pipi..... Ma truffe s'affole, mes oreilles sont dressées au max et mon poil se hérisse tellement je bouillonne de colère.

"Nick ! Je suis ta chef, d'accord ! Et en tant que telle, tu dois me respecter ! Pourquoi est-ce qu'il faut toujours que..... Tu ne prennes jamais rien au sérieux ! T'es fatiguant, décevant et pénible ! Nick, pourquoi il faut tout le temps que tu sois..... comme ça !"

Je tends les mains vers lui comme si le "comme ça" était clairement visible sur lui alors que non, c'est sa façon de se comporter, d'appréhender la vie, les choses, les gens, il est tellement... insupportable, sa nonchalance a le don de me rendre folle ! On est sur une affaire importante, la première vraie affaire officielle et importante de ma carrière et Nick se comporte comme si on devait retrouver un doudou volé. Parfois, je me demande pourquoi est-ce qu'il a tant voulu rejoindre la police de Zootopie si ce n'est pas pour vouloir faire régner la justice et défendre ses concitoyens...

Dépitée, je laisse Nick derrière moi avec un mouvement de patte las, je n'ai pas envie de me remémorer quoi que ce soit avec lui. Je soupire en descendant les marches vers le salon, les oreilles baissées. Ce qui me fait le plus mal, c'est de me dire que j'ai dit tout ça pour rien et que Nick ne changera jamais. Les seuls moments où je l'ai vu parfaitement sérieux c'est dans des moments de pure vulnérabilité, comme lorsqu'il m'a parlé de son enfance... J'aurais tellement voulu connaitre le petit Nick.... Le Nick adorable, drôle et pas du tout persécuteur de pauvre petit lapin sans défense qui veut seulement se rendre utile. Je soupire de nouveau avant de dire au revoir au Bellwether et de les remercier pour leur coopération et leur hospitalité.

"Agent Hopps !"

La mère me rattrapa avant que nous quittions leur propriété. Un rapide coup d'œil à Nick puis elle me prit à part.

"Agent Hopps, pensez-vous que ma petite fille soit véritablement le monstre que tout le monde décrit ? Nous n'avons pas eu le droit de la voir ou de lui parler depuis qu'elle a été arrêtée, nous ne savons même pas si elle va bien...."

Le ton de sa voix me fit tressaillir le cœur. Pauvre mère inquiète qui voudrait juste que son bébé rentre à la maison. Pauvre famille qui s'apprête à perdre leur deuxième enfant.... Bien qu'elle ne soit pas morte, elle ne risque pas de sortir un jour... Je me mordille la lèvre poilue avec mes dents de devant. Je ne sais pas quoi lui dire... Aussi, j'ai décidé d'être honnête.

"Je...Je ne pense pas que Dawn soit un monstre... Je pense que les monstres sont ceux qui agissent pour des mauvaises raisons ou à des fins maléfiques. Votre fille... a certes commis des choses affreuses, mais elle l'a fait pour que plus jamais une famille n'ait à connaitre la douleur de perdre l'un de leur membre. Je pense qu'elle l'a fait par amour et par aveuglement et non par pure méchanceté. Alors non, je ne pense pas que votre fille soit un monstre, je pense juste qu'elle devait être une jeune femme en souffrance qui a pris des mauvais chemins."

Et sans que je ne m'y attende, la mère me prit dans ses bras et me serra fort.

"Merci, agent Hopps, merci de croire en elle et merci d'avoir apaisé le cœur d'une vieille femme."

Je rougis tellement je suis gênée. Ce n'est pas le genre de situation auxquelles je suis habituée.

"Heu....Je....Je vous en prie madame, ce n'est rien."

"Une dernière chose, savez-vous si....si nous pourrons la voir un jour ?"

Je me triture les pattes en baissant mes oreilles.

"Je n'en sais rien. Une fois que l'affaire sera bouclée, je parlerai de vous au chef Bogo et j'essaierai de voir ce que je peux. Je vous le promets !"

De nouveau, elle me prend dans ses bras et je souris, cette fois je m'y attendais un peu plus. Je la laisse ensuite rentrer chez elle et je rejoins Nick dans la voiture.
Et le voilà qu'il me fait la morale. Non mais je rêve ! Je l'ignore en fronçant les sourcils, préférant me concentrer sur la route jusqu'à Zootopie.

"Des moutons sanguinaires ?! Tiens, c'est plus des brouteurs d'herbe inoffensifs pondeurs d'enfants ?!"

Dis-je d'un ton froid et sarcastique en bougeant ma petite tête derrière le volant pour accompagner le pique je viens de lui lancer. Puis je suis entrainée au combat, ça aussi il a tendance à l'oublier puisqu'il ne voit en moi qu'une petite chose fragile qu'il faut protéger, puisqu'il ne me respecte pas. Grrrr.... Je crispe mes pattes autour du volant et je serre les dents. Cette fois, il m'a vraiment énervée et je ne suis pas prête de redescendre aussi facilement.

Je finis par me garder devant le commissariat. Je sors de la voiture sans attendre Nick et je claque même ma portière. Benjamin me salue mais je ne lui adresse pas un mot. Je préfère ne pas lui parler que de laisser écouler mon venin sur lui qui est bien la dernière personne à mériter que l'on se défoule sur elle.
Je frappe à la porte du Chef Bogo avant d'entendre sa grosse voix rauque :

"Qui va la ?"

"Agent Hopps au rapport chef."

"Entrez Hopps, l'agent Wilde n'est pas avec vous ?"

"Si....Il arrive."

Le chef arque un sourcil et ses gros naseaux hument l'air. Je ne sais pas si son odorat est aussi développé que celui de Nick ? Ou bien est-ce juste son instinct qui l'est ? Je n'en sais rien et je m'en cogne pas mal pour l'instant.



Revenir en haut Aller en bas
 
DonJuanAuxEnfers
DonJuanAuxEnfers
Autre / Ne pas divulguer MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 05/02/2020
RÉGION : Planète Terre
CRÉDITS : Startgirl

UNIVERS FÉTICHE : Réel/Science-Fiction/Surnaturel/Fantastique/Disney/Autre
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t3573-permettez-moi-de-vous-present https://www.letempsdunrp.com/t3830-quel-capharnaum#81139 https://www.letempsdunrp.com/t3829-l-esprit-a-des-facettes-et-l-ame-a-des-versants-a-c
patrick

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

NICK-WILDE.jpg
Nick Wilde
J'ai 28 ans et je vis à Zootopie. Dans la vie, je suis policier et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon travail et mes escroqueries, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. ROhxh4PeUMNxl8p_i9U44pxWZZQ

Nicholas Piberius Wilde, dit Nick Wilde.
Ancien criminel en col blanc et faussaire. Ses vieilles habitudes le tentent encore. Pourtant il s'est fait la promesse de ne pas recommencer ses escroqueries.

Sa relation avec sa partenaire Juddy Hopps, demeure jonchée de taquinerie et de chamaillerie. Son petit passe-temps préféré ? L'embêter jusqu'à ce qu'elle pète les plombs et devienne aussi rouge que les carottes de ses parents.

Sa fourrure rousse, son ventre et son museau de couleur crème, le bout de ses pattes, de sa queue et de ses oreilles auburn enivrent toutes les renardes de Zootopie.
Ses  yeux vert émeraude et la truffe aubergine attendrissent chaque victime de ses escroqueries.
Même si ses vêtements (chemise hawaïenne verte, cravate bleu foncé striée de rose et un pantalon beige) laissent à penser qu'il se complaît dans la paresse, ce n'est qu'une façade afin d'endormir la confiance de ses proies.

On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Giphy


Nicholas Wilde :copyright: DK

Toute cette gentillesse et compassion me hérisse le poil. Comment Judy peut-elle sincèrement penser que Dawn Bellweather n’est pas un monstre ? Elle est devenue exactement comme ceux qu’elle n’estime pas. C’est à cause de ce genre de personne que tous les habitants de Zootopie pensent que nous sommes les animaux les plus dangereux. Elle les a chassé et traqué sans aucune pitié. C’est elle le véritable prédateur. D’une oreille attentive j’écoute leur conversation. Soudain elles se dressent sur ma tête, comme si elle pressentait un danger. « Merci de croire en elle. » Sans le vouloir un relent de dégoût gagne mes babines. Dégoûté par ce que je viens d’entendre je regagne notre voiture. J’abaisse mes lunettes sur le bout de ma truffe en m’installant côté passager. Lorsque Judy revient, je ne lui adresse même pas un regard, rien. Quant à sa réflexion, je n’ai même pas envie de lui rétorquer quoi que ce soit.

Sur la route un silence pesant s’installe entre nous. Je réponds simplement par des onomatopées semi compréhensifs. Ce que je viens d’entendre me replonge dans de désagréables vieux souvenirs. Je me souviens encore de son réflexe, une fois la conférence de presse achevée, elle a posé si rapidement sa patte sur son spray anti-renard… A présent j’ai presque l’impression d’avoir entendu le même discours. Alors non je ne lui parle pas. Je ne la taquine même pas sur sa force de bébé chat. Je n’en n’ai même plus envie. Une fois devant le commissariat, Judy claque fortement la portière de la voiture. Honnêtement ses humeurs m’indiffèrent totalement. Si Madame est de mauvais poil, ce n’est pas mon problème. Pendant qu’elle s’éloigne de moi, je profite de l’occasion pour aller me dégourdir les pattes autour du pâté de maison. Au détour d’une ruelle je tombe de nouveau nez-à-nez avec Finnick. Il me toise du haut de ses trois pommes en claquant la portière de son vieux van.  

- « Alors Nick, tu as réfléchi à ma proposition ? » Il s’adosse au mur en me tendant une nouvelle glace à l’eau. Faible que je suis, j’accepte sa gourmandise sucrée. « On n’échappe pas à sa nature Nick. Tu reviendras tôt ou tard dans les affaires, je le sais autant que toi. » Lâche-t-il en insistant de nouveau.

J’ai à peine le temps de répondre quoi que ce soit que mon téléphone sonne de nouveau. La douce voix énervée du Chef Bogo se fait entendre sans même que j’active le haut-parleur.

- « Le devoir t’appelle ! » Ajoute Finnick d’un air moqueur.
- « Tu n’as pas des glaces à l’eau à vendre ? » Rétorquais-je en lui piquant une seconde. « Sans rancune l’artiste ! » Répondais-je d’un ton tout aussi narquois que le sien.

Sur le chemin du retour, et sans que je ne le veuille, la proposition de Finnick s’infiltre dans mon esprit. Parfois mon ancienne vie me manque. J’aimais concevoir et ruser. Aujourd’hui je suis réduit à être le coéquipier d’un lapin ambulant, qui n’hésite pas à prendre parti pour la « pauvre Dawn Bellweather. » Ce n’est pas elle qui a subi les regards craintifs de tous les habitants. Ce n’est pas elle qui est discriminé par sa nature. Désillusioné je passe, la queue basse, devant un Benjamin Clawhauser se goinfrant de donut. Heureusement il ne perd jamais son sourire et sa joie de vivre. D’un pas nonchalent j’arrive enfin dans le bureau du Chef Bogo, mes deux glaces dans chaque patte. Son sourcil se soulève alors qu’il pose le lourd dossier devant nous. Il ne prend même plus la peine de me dire quelque chose, il sait que tout ce qui m’importe dans la vie ce sont ces délicieuses sucreries

- « Maintenant que l’équipe est enfin au complète ! » Commence-t-il sans que je n’adresse le moindre regard à ma coéquipière aux grandes oreilles. « Où en êtes-vous de l’enquête sur Bellweather ? Le Maire vient de m’appeler, il veut que tout ceci soit bouclé rapidement ! »

Je laisse Judy parler, sans rien ajouter de plus. De toute manière qu’est-ce que je pourrais ajouter ? Que je l’ai léché et qu’elle a tenté de m’étrangler avec sa force de chaton ? Patiemment j’attends que cet entretien se termine tout en savourant l’objet de ma gourmandise. Puis nous quittons son bureau. Je n’ai toujours pas envie d’adresser la moindre parole à mon acolyte. On ne sait jamais ce qu’un renard pourrait faire à un lapin, non ? Résigné je décide de filer me reposer quelques minutes dans la salle de repos. Soudain je me heurte à une masse plus que volumineuse. Le loup blanc Cromeyer me domine de toute sa hauteur.

- « Oh Nick, c’est toi ! Je ne t’avais pas vu, désolé ! Alors comment se passe l’enquête sur Bellweather ? Elle pense toujours que nous sommes de dangereux psychopathes ? »
- « Je crois que cela ne changera jamais ! »
- « Ahahaha c’est certain ! J’espère qu’elle croupira au fond d’une prison pour le restant de ces jours ! »

J’ignore totalement où Carotte est passé. Honnêtement, cela m'indiffère. Elle n'a qu'à aller réconforter l'autre mouton, entre herbivore ils doivent se comprendre non ? Et puis...Elle sera contente, je ne suis plus dans ses pattes.



« Si c’était à recommencer, je te rencontrerai sans te chercher. »
©Crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
On est peut-être évolué, mais au fond on est toujours des animaux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers autres :: Disney-
Sauter vers: