Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyAujourd'hui à 9:20 par Manhattan Redlish

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyHier à 20:54 par Ezvana

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyHier à 8:55 par Senara

» Raven and Bones
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyJeu 18 Juil - 23:49 par Lobscure

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyJeu 18 Juil - 17:54 par Opale Or

» Silicon Heart ft. Lexis
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyJeu 18 Juil - 13:00 par Lexis

» Le sang des rois
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyJeu 18 Juil - 8:57 par Telanie

» Activité réduite
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyJeu 18 Juil - 4:22 par Raton

» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 EmptyJeu 18 Juil - 0:56 par Clionestra

Le Deal du moment : -22%
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming ...
Voir le deal
139.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly]

Manhattan Redlish
Messages : 3927
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 10 Sep - 13:46

Seth Hobbes
J'ai 40 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis professeur d'université et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux et je le vis plutôt bien .



Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 A59aa0ae310a9719f9d4a4c3394d53829e9935ccIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Tumblr_inline_pmdqzzUegm1uy9est_250
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 0a518bfd473fe8a07b604f1e7e763759c1139cf4
Avatar : Dopamine / Gif : Tumblr


Lorsque le livre se posa sur la table dressée entre elle et lui, il la couvait amoureusement du regard alors qu’elle évitait soigneusement de lever la tête en sa direction. Abigail devait être lassée de parler encore et encore de son ouvrage, de signer encore et toujours les mêmes mots sur la page de présentation, d’adresser des sourires de convenance des heures durant. Quand ce fut le moment pour la jeune femme d’inscrire la dédicace, il prononça son nom et ne la quitta pas du regard alors qu’elle relevait la tête avec une extrême lenteur, comme si elle n’était pas certaine d’être toujours en lien avec la réalité. Son esprit ne lui jouait pas de tour. Il était bel et bien devant elle, et patienta jusqu’à croiser son regard. Seth lui sourit aussitôt en entendant ces trois mots. Il les avait déjà entendu de sa bouche, mais dans des circonstances diamétralement différentes de celles-ci. Il resserra son emprise sur ses doigts en sentant sa main sur la sienne, comme pour s’assurer qu’il était réel, que son corps était chaud et que son sang coulait bel et bien dans ses veines. Puis elle le lâcha brutalement et le sourire du trentenaire disparu aussitôt en sentant que le choc était plus difficile à encaisser que ce qu’il aurait imaginé « Abigail… Je suis là » souffla-t-il avant d’être poussé par une inconnue qui semblait proche de l’autrice, et l’éloigna de lui, à contrecœur. Seth baissa son regard sur le livre qu’il lui avait tendu quelques minutes auparavant, et releva ses yeux sur Abigail qui disparaissait dans l’arrière-boutique, et décida de la suivre « Monsieur, je vous prie de… » « Laissez-nous » rétorqua-t-il avec aplomb sans quitter du regard la jolie blonde, et le détourna sur l’inconnue avec plus de froideur « S’il vous plaît ». La femme observa tour à tour les deux protagonistes, et quitta la pièce en ajoutant un « Je serais à côté si besoin ».

À son départ, Seth prit soin de refermer la porte derrière eux et se rapprocha de la jeune femme, posant sa main sur sa joue « Tu m’as tellement manqué… », sans faire davantage de pas, sans se rapprocher davantage. Son retour d’entre les mors était sûrement bien assez difficile à accepter pour Abigail, et il le comprenait aisément. Il avait vécu la même expérience avec Inaya… « Je peux tout t’expliquer, mais pas ici… » et souffla un « Tu es si belle ». Ses sentiments n’avaient pas changé durant les deux années écoulées. Il était toujours aussi fou d’amour pour elle, et jamais ça ne changerait cela. Il retira lentement sa main de son visage, et la glissa dans la sienne, entrelaçant ses doigts aux siens « Je sais que ça doit te faire un choc de me revoir devant toi, tu as peut-être même tournée la page de notre histoire, mais laisse-moi une chance de t’expliquer. Je disparaitrais de nouveau si c'est ce que tu désires ». Il s’approcha et déposa ses lèvres sur son front avec douceur, et s’éloigna pour ouvrir la porte « Tu acceptes de m’accompagner ? ».


Charly
Messages : 3805
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Dim 10 Sep - 14:28

Abby Davis
J'ai 35xx ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis dépanneuse informatique   et je m'en sors plutôt moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien (enfin mieux que ma mère en tout cas) .
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 72deb5ac0f47ca12_r_gifIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Reese-witherspoon-madeline
crédit: Samounette

Il avait resserré ses doigts sur les siens. Le regard d’Abby s’était figée et elle avait retiré sa main. Parce que son cerveau venait d’entrer en mode protection. Qu’il voulait rejeter tout ça pour lui éviter de souffrir. Parce que c’était impossible. Elle avait vu son corps au sol, elle avait vu l’homme haut dessus de lui arme au poing. Elle avait assisté à l’enterrement, la CIA lui avait remit ce foutu drapeau qu’elle avait eut envie mainte fois de brûler en hurlant. Seth était mort. Mort depuis deux ans maintenant. « -c’est impossible… » avait elle soufflé pour lui répondre, avant que son éditrice ne vole à son secours et l’éloigne. Une fois dans une autre pièce, elle entendit de nouveau sa voix. Elle se boucha les oreilles en fermant avec force les yeux. C’était impossible. Elle était en train de devenir folle. Abby ouvrit les yeux lorsque Tasha posa sa main sur son bras, l’interrogeant du regard. A nouveau la petite blonde tourna la tête avec lenteur pour regarder cet homme surgit du passé. Cet homme qu’elle avait tant aimé et qu’elle aimait encore à en crever. « -ça va… je… j’arrive… » voulant ainsi dire que ça ne serait pas long et surtout que ce n’était pas un détraqué. Qu’elle le connaissait. Tasha l’observa encore quelques secondes, avant de hocher la tête et de sortir.

Abby eut un léger mouvement de recule lorsqu’il approcha. Il était mort ! « -tu es mort… » souffla la jeune femme qui ne parvenait toujours pas à croire qu’il soit ici. Pourtant, elle lova sa joue dans sa main, fermant les paupières, laissant ses larmes couler sur ses joues. Elle avait envie de se blottir contre lui, de se fondre dans son corps pour ne faire plus qu’un. Que jamais plus il ne la quitte. Elle voulait son odeur, sa peau… pourtant, elle était incapable de faire le moindre geste. Seulement pleurer et manquer d’air. Ses larmes redoublèrent lorsqu’il lui fit ce compliment. Pourtant elle avait sourit malgré son chagrin. Il était vivant… « -quoi… » souffla Abby à voix basse, comme si elle était à l’agonie. « -non… » comment pouvait il croire cela. Elle ferma les yeux en sentant ses lèvres sur son front. Puis elle fixa la porte et souffla un : « -non… » avant d’enfin le regarder lui. Vraiment le regarder. Il n’avait pas changé… enfin si, il avait prit quelques rides. Quelques cheveux blancs aussi peut-être. Elle le trouva toujours aussi beau. « -je peux pas… pas maintenant… » elle sentit soudain la panique grimper en flèche. « -je… » elle combla l’espace entre eux, une main sur la joue de Seth, l’autre sur son torse. Son cœur battait. « -j’ai l’impression que c’est totalement irréel… » souffla Abby avant de lever les yeux sur lui. « -ce soir… à mon hôtel… je dois… je peux pas partir comme ça. » elle agrippa les vêtements et de poser sa tête contre son torse. « -j’ai peur… j’ai tellement peur de te voir si disparaitre si je te lâche ou si je te laisse partir… »
 
Manhattan Redlish
Messages : 3927
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 10 Sep - 14:46

Seth Hobbes
J'ai 40 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis professeur d'université et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux et je le vis plutôt bien .



Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 A59aa0ae310a9719f9d4a4c3394d53829e9935ccIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Tumblr_inline_pmdqzzUegm1uy9est_250
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 0a518bfd473fe8a07b604f1e7e763759c1139cf4
Avatar : Dopamine / Gif : Tumblr


Pour Abigail, pour son oncle, pour ses amis, pour Inaya, pour la CIA, pour les lecteurs de la jeune femme… Seth était mort en service deux ans auparavant, sur ce trottoir, en tentant de sauver la vie de la femme qu’il aimait. Durant quelques minutes, son âme avait quitté son corps et son cœur avait cessé de battre. Sans la réactivité des ambulanciers et des médecins, il serait sûrement dans ce cercueil scellé, six pieds sous terre. Pourtant, aujourd’hui, Seth se trouvait bel et bien devant la jeune femme qui ne parvenait pas à réaliser qu’il était en vie. Impossible. Ce fut le mot qu’elle prononça une fois encore avant d’être entrainée par cette femme, dont il ignorait tout, jusqu’à l’arrière-boutique. Il aurait pu patienter ici quelques minutes, le temps qu’elle reprenne ses esprits et réalise qu’il n’était pas un mirage, mais en posant son regard sur le roman corné de toute part, il se dit qu’ils méritaient tous les deux une fin différente de celle du livre qu’elle avait écrit. Le trentenaire la suivit donc jusqu’à l’arrière-boutique, conviant la femme qui accompagnait Abigail de les laisser seuls, et prit le soin de refermer la porte derrière elle afin de leur accorder un peu d’intimité. Il fit un pas vers elle, elle se recula d’un pas, et son cœur se serra aux mots qu’elle prononça « Je sais… » murmura-t-il avant de venir poser sa main sur sa joue. La voir ainsi pleurer lui fit mal. Ce mensonge l’avait tant fait souffrir, l’avait dévasté. Tout autant que lui qui avait dû se tenir à distance sans avoir le droit de lui révéler qu’il était toujours de ce monde.

Si le trentenaire était présent aujourd’hui, c’était pour elle, pour être avec elle. Toutefois, si c’était trop difficile pour Abigail, il saurait disparaître de nouveau si tel était sa volonté. Il ne s’en offusquerait pas. Mais en entendant sa réponse, il comprit qu’elle ne voulait pas le voir disparaître et acquiesça simplement de la tête. Le beau brun lui proposa de quitter cet endroit pour se trouver seul l’un avec l’autre, mais elle refusa. Son cœur se serra, et souffla un « Je comprends », puis fronça les sourcils alors que la jolie blonde vint combler l’espace entre les deux corps, sa main sur sa joue et l’autre sur son torse « Je suis là, je suis en vie ». Il acquiesça à sa proposition de la rejoindre à son hôtel ce soir pour discuter. Abigail avait donc quitté New York. Pour un autre homme ? Pour s’éloigner de cette ville et de leurs souvenirs ? Il entoura son corps de ses bras alors qu’elle vint se blottir tout contre lui, serrant sa chemise comme si sa vie en dépendait « Je reste avec toi » et lui fit lever la tête en douceur, ses doigts sous son menton « Prends le temps qu’il te faut, je reste à tes côtés et on rentrera ensemble à ton hôtel. Est-ce que ça te conviens ? » et déposa ses lèvres sur les siennes avec douceur, puis approfondit rapidement le baiser auquel il mit fin au bout de quelques minutes, lorsqu’on vint frapper à la porte « Tout va bien Abby ?! ».


Charly
Messages : 3805
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Dim 10 Sep - 15:11

Abby Davis
J'ai 35xx ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis dépanneuse informatique   et je m'en sors plutôt moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien (enfin mieux que ma mère en tout cas) .
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 72deb5ac0f47ca12_r_gifIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Reese-witherspoon-madeline
crédit: Samounette

Abby n’avait imaginé cette scène. Parce qu’elle l’avait vu mourir. Enfin… elle avait comprit qu’il était mort, la CIA avait lourdement insisté là-dessus. Seth Hobbes était décédé lors d’une mission de sauvetage. Balle en pleine tête, impossible de voir le corps. Elle était tellement submergée par le chagrin qu’elle avait écouté, cru, fait confiance… pourtant en le voyant ici, bien vivant, elle se rendait compte de son erreur. C’était à la CIA qu’elle avait fait confiance. Cette même CIA qui avait fait croire à la mort d’Inaya… Abby n’en croyait pas ses yeux. Seth se tenait là, devant elle, sa main touchait sa joue… il lui parlait… Il lui demandait de lui accorder une chance de lui expliquer. Il évoquait l’idée ridicule qu’elle ait pu l’oublier ou avancer. Abby était incapable de répondre quoi que se soit pour le moment. Même si elle avait des tas de questions. Elle tentait seulement d’imprimer dans son esprit qu’elle n’était pas devenu folle et que Seth était bien vivant.

Alors qu’il allait ouvrir la porte, elle refusa de le suivre. Elle donnait une unique séance de dédicace. Impossible de partir maintenant. Tasha allait la tuer. Elle ne pouvait pas faire ça à tout ces gens qui avaient pleuré avec elle sur cet homme… sur cet homme qui était pourtant bien vivant. En vie… pourquoi ? Comment ? Pourquoi aujourd’hui et non deux ans plus tôt ?! Elle huma son parfum lorsqu’il la serra contre lui. Son cœur se liquéfia sur place. Il était là… elle ne rêvait pas… Abby hocha la tête avant de dire : « -j’en ai encore pour… pour au moins trois heures… » cela voulait dire qu’il avait sans doute autre chose à faire qu’attendre ici. Mais il l’embrassa et Abby sentit ses jambes se dérober sous elle. La petite blonde agrippa le haut de Seth un peu plus fort. « - ce soir… au Soho grand hôtel… à vingt heures. » lorsque son éditrice ouvrit la porte, Abby se précipita sur elle pour chercher dans ses poches une de ses cartes. D’une main tremblante, elle raya le numéro de Tasha, pour venir y inscrire le sien. Puis elle tendit la carte à Seth, les mains toujours aussi tremblante. « -tiens… » elle ne lâcha pas la carte : « -c’est mon… enfin tu sais… je t’attendrais… » comme elle l’avait déjà fait durant ces deux longues années. Elle ne voulait pas qu’il reste ici. Elle avait besoin de se concentrer, de terminer ce qu’elle était venue faire. De plus elle avait besoin de temps pour assimiler la nouvelle.

A vingt heure, elle était encore à signer des autographes. Un regard pour son téléphone. Stop ! Elle se leva et expliqua à Tasha que c’était terminé. Elle devait partir. Sans en dire plus, Abby prit ses affaires et grimpa dans un taxi. Elle n’avait pas le numéro de Seth, peut-être qu’il n’en avait pas d’ailleurs. Elle descendit du taxi en courant, déboula dans le hall de l’hôtel de luxe le souffle court, cherchant Seth du regard. Espérant qu’il soit venu, qu’il soit encore là surtout.

 
Manhattan Redlish
Messages : 3927
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 10 Sep - 15:29

Seth Hobbes
J'ai 40 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis professeur d'université et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux et je le vis plutôt bien .



Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 A59aa0ae310a9719f9d4a4c3394d53829e9935ccIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Tumblr_inline_pmdqzzUegm1uy9est_250
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 0a518bfd473fe8a07b604f1e7e763759c1139cf4
Avatar : Dopamine / Gif : Tumblr


Si pour la jeune femme, tout cela semblait irréel, il en était de même pour le trentenaire qui peinait encore à réaliser que c’était bien face à Abigail qu’il se trouvait en cet instant précis. Lorsque son supérieur hiérarchique lui avait tendu son passeport en lui souhaitant bon vent pour cette nouvelle vie qui s’offrait à lui, il avait tenté, en vain, de se faire une raison. Il ne reverrait plus la femme qu’il aimait. Mais la douleur de la savoir si loin était bien trop insoutenable pour respecter les consignes de son ancien employeur. Et aujourd’hui, dans cette arrière-boutique exiguë, Seth rencontrait encore quelques difficultés à se dire que c’était bien Abigail face à lui, que c’était sa peau qu’il caressait en cet instant, que c’était son corps qui se retrouva blottit tout contre le sien. Il huma son parfum et savoura sa présence au creux de ses bras. Trois heures à patienter. Pour seule réponse, Seth déposa ses lèvres sur les siennes, ses mains sur ses hanches pour la retenir à lui alors que la jolie blonde s’accrochait à sa chemise. Ils se détachèrent l’un de l’autre au moment où l’inconnue frappa à la porte de la pièce « J’y serais ». Maintenant qu’il était revenu jusqu’à elle, il était hors de question pour lui de disparaître de nouveau. Un regard pour la femme qui venait de les interrompre, puis un pour Abigail qui lui tendit sa carte d’une main tremblante. Il se saisit de la carte, ainsi que de ses mains tremblantes « Je suis là avec toi » et retira ses mains des siennes, glissant le petit carton dans la poche de son pantalon de costume. Il quitta la librairie après un dernier regard pour la femme qu’il aimait, et arpenta les rues de la Grosse Pomme durant ces trois heures. Il marqua un arrêt chez un traiteur japonais, puis chez un fleuriste, et avait patienter en silence dans l’hôtel où Abigail lui avait donné rendez-vous.

Assis à proximité de l’entrée de l’hôtel, Seth leva la tête à chaque arrivée et chaque départ des résidents. Il avait regardé plusieurs fois sa montre, dans l’espoir qu’elle n’avait pas choisi d’annuler leur tête-à-tête au dernier moment, en se disant que l’idée était saugrenue. Pour autant, il savait, au fond de lui, qu’il se trompait en pensant ainsi. Elle viendrait. Un sourire étira les lèvres du trentenaire en la voyant surgir hâtivement dans le hall d’entrée, et s’approcha d’elle « Je suis là » et lui tendit les fleurs, le même bouquet qu’il lui avait offert en rentrant de Baltimore « J’ai pensé à toi en les voyant », puis leva le sac qui occupait son autre main « J’ai pensé au dîner ». Qu’est-ce qu’elle lui avait manqué ! « Je te suis » et la talonna jusqu’à sa chambre, se délestant du sac de sushi sur la table basse, ainsi que de sa veste de costume qu’il déposa sur le canapé, et retroussa ses manches de chemise « Tu as quitté New York depuis longtemps ? » demanda-t-il en observant la chambre d’hôtel, tout en s’avançant jusqu’à Abigail, la saisissant par la taille pour l’attirer à lui et l’embrassa avec une envie non dissimulée.

Charly
Messages : 3805
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Dim 10 Sep - 16:06

Abby Davis
J'ai 35xx ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis dépanneuse informatique   et je m'en sors plutôt moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien (enfin mieux que ma mère en tout cas) .
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 72deb5ac0f47ca12_r_gifIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Reese-witherspoon-madeline
crédit: Samounette

Trois heures… peut-être les trois heures les plus longues de sa vie. Trois à heures à devoir continuer de sourire et signer encore et encore ce livre qu’elle avait écrit par amour. Par amour pour lui. Pour cet homme qui venait de surgir du passé. Malgré ces deux années loin de lui, à faire au mieux son deuil, elle l’aimait toujours autant. Elle le sentait là, dans son cœur qui s’emballait alors qu’il prenait ses mains pour les empêcher de trembler et lui confiait qu’il serait au rendez-vous.

Ce rendez vous pour lequel, elle était en retard. Une angoisse folle avait prit possession de ses tripes alors qu’elle demandait au taxi de rouler plus vite. Et si Seth était parti ? Si il s’imaginait qu’elle avait oublié ou pire… alors c’était en courant, le souffle court qu’elle était arrivée dans le hall de l’hôtel de luxe. Dans ce lieu qui n’était pas fait pour elle, mais dans lequel on lui avait réservé une chambre parce qu’elle était devenue un auteur à succès. Paniquée, elle chercha et d’un coup, elle le vit. Il était là. Elle s’approcha en essayant de ne pas pleurer. « -t’es venu… » souffla Abby comme si elle en avait douté. En posant sur regard sur les fleurs, en entendant sa phrase, elle fut submergée et répondit malgré tout : « -seulement en voyant les fleurs… » un sourire en le voyant lui parler comme tout était totalement normal. Il avait prit à manger. Japonais. Bien sûr !

Silence dans l’ascenseur. Elle mourrait sur place. Elle voulait le toucher, le sentir, l’embrasser encore et encore. Et pourtant, elle avait encore cette crainte de se réveiller et de se rendre compte qu’il n’était pas là. Une fois dans sa chambre, enfin dans sa suite, puisqu’il y avait salon et balcon terrasse, Abby retira son pull. Et ainsi elle réalisa qu’elle n’était sans doute pas du tout à son avantage. Elle releva le visage sur Seth. Question totalement bateau, comme s’il n’avait pas disparu durant deux années en lui faisant croire qu’il était mort. Alors qu’il entourait sa taille et embrassait ses lèvres, Abby sentit monter en elle une vague de colère. « -non… » souffla la jeune femme alors qu’elle venait de l’embrasser en retour. « -non Seth… » elle recula légèrement. « -attends… » elle se pinça les lèvres, comme pour être certaine qu’elles venaient de toucher celles de Seth. « -ça fait… ça fait deux ans… et tu… » elle recula d’un pas. Puis se passa les deux mains dans les cheveux en se dirigeant vers la fenêtre. « -ça fait deux ans… deux ans que je te pleure, que je survie sans toi… et tu… et tu penses pouvoir débouler comme ça sans la moindre explication, en sous entendant que j’ai refais ma vie et que je t’ai oublié ? » elle ouvrit la bouche, la referma avant de crier : « -tu t’es fais passé pour… j’étais là à ton enterrement, j’ai consolé ton oncle, j’ai eu envie de me jeter dans cette tombe pour te rejoindre ! Et toi tu… » elle avait besoin d’explication. Et vite ! Comment pensait il qu'elle allait réagir? Il la connaissait pourtant assez, pour savoir que la colère prendrait le dessus sur le raison.


 
Manhattan Redlish
Messages : 3927
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 10 Sep - 16:28

Seth Hobbes
J'ai 40 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis professeur d'université et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux et je le vis plutôt bien .



Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 A59aa0ae310a9719f9d4a4c3394d53829e9935ccIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Tumblr_inline_pmdqzzUegm1uy9est_250
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 0a518bfd473fe8a07b604f1e7e763759c1139cf4
Avatar : Dopamine / Gif : Tumblr


En ne la voyant pas arriver à 20 heures, comme cela était convenu, Seth aurait pu rentrer à son appartement en constatant qu’elle avait finalement tourné la page, mais il n’en fit rien. Il avait foi en l’amour qu’ils se portaient mutuellement, malgré son absence de deux ans. Il resta donc à patienter dans le hall de l’hôtel quelques minutes supplémentaires, son bouquet dans une main et le sac du traiteur japonais dans l’autre. Il éprouva toutefois un certain soulagement en la voyant surgir à quelques mètres de lui, et vint à sa rencontre tout en acquiesçant aux mots de cette dernière. Bien sûr qu’il était venu. Il lui tendit les fleurs et sourit aux mots qu’elle prononça, le rament deux ans auparavant et répliqua donc « Pas une minute s’est passée sans que je ne pense pas à toi ». Elle avait été omniprésente dans son esprit. Loin des yeux, mais si près du cœur, que chaque jour était plus difficile que le précédent. Parce qu’il tentait de se résonner en se disant qu’il devait avancer, tourner la page, alors qu’en fait, il voulait seulement vivre cette vie qu’ils avaient programmé tous les deux, dans cette maison près d’un lac. Ils montèrent jusqu’à la luxueuse suite de la jolie blonde, constatant que la vente de son livre avait donné une certaine aisance financière à cette dernière. Il était heureux pour elle. Elle n’était pas restée ces deux dernières année à se morfondre sur sa disparition et avait réappris à vivre. Maintenant, il espérait seulement qu’elle ne lui apprendrait pas qu’elle s’apprêtait à se marier avec un autre homme, et qu’ils comptaient acheter cette maison perdue au milieu des bois avec lui.

Sa question concernant New York resta sans réponse. Il l’accepta. Elle n’avait peut-être pas envie de discuter de sujet bateau dans ce genre avec lui alors qu’il revenait soudainement d’entre les morts. Il aurait poursuivre sur sa lancée, mais au lieu de cela, il opta pour une approche différente, et vint l’embrasser avec une envie certaine. Abigail répondit à l’appel de ses lèvres, tout en le repoussant en même temps. Elle ne voulait pas. Il se recula donc d’un pas, appréhendant la suite de la conversation. Il baissa les yeux quand elle évoqua sa disparition durant deux ans. Il avait disparu deux ans et revenait soudainement dans sa vie, comme si de rien n’était. Sa réaction était légitime. Ses mains sur ses hanches, il releva ses yeux bleus sur la jeune femme qui se laissa gagner par la colère « Je sais tout ça Abby ! J’étais présent à mon propre enterrement et on m’a interdit de te prévenir ! Comment crois-tu que je me suis sentie à l’arrière de cette voiture à te voir me pleurer ?! ». Ce fut à son tour de hausser le ton brusquement « Bien sûr que j’ai envisagé que tu ais refait ta vie, sinon je serais un sacré enfant de salaud d’espérer que tu ne retomberais pas amoureuse en me sachant mort ! ». Il fit quelques pas sur place et se retourna ensuite pour faire face à Abigail « J’ai disparu pour te protéger de la moindre représailles. C’était le seul moyen ! Cooper m’a fait comprendre que je ne devrais plus jamais te revoir, mais ça m’ait impossible comme tu vois, parce que je crève d’amour pour toi et que l’idée même que je puisse vivre cette putain d’existence sans toi, ça me tue ! ». Une main dans ses cheveux courts et se rapprocha de sa veste de costume, hésitant à quitter cette suite et à disparaître de nouveau « Je n’ai jamais voulu de ça Abigail ! Je n’ai jamais voulu te faire souffrir, te faire croire que j’étais mort, mais je t’ai promis une vie sereine, sans danger, alors j’ai fais ce qu’il fallait pour ça… ».


Charly
Messages : 3805
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Dim 10 Sep - 17:06

Abby Davis
J'ai 35xx ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis dépanneuse informatique   et je m'en sors plutôt moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien (enfin mieux que ma mère en tout cas) .
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 72deb5ac0f47ca12_r_gifIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Reese-witherspoon-madeline
crédit: Samounette

Les choses auraient pu se passer différemment. Abby aurait pu répondre à son baiser, se presser contre lui, lui retiré sa chemise… mais il y avait un hic. Ce n’était pas des retrouvailles de quelques mois ! Cela faisait deux ans qu’il avait disparu. Que techniquement, il était mort ! Pas partie en voyage, mort ! Alors elle l’avait repoussé. Doucement. Mais repoussé tout de même. La colère ne fut pas longue à montrer le bout de son nez. Abby restait Abby. Et elle était comme en veille depuis bien trop longtemps. Elle avait besoin d’explications. Elle avait du mal à terminer ses phrases tellement la situation était dingue. « -quoi ?! » lâcha la jeune femme en ouvrant des grands yeux. Effarée, elle était effarée. Il était là ce jour-là ! Caché. « -on t’a… » elle garda la bouche ouverte, comme si l’info avait du mal à faire son chemin. La CIA… « -Cooper est un le plus gros connard que je connaisse… » jura Abby en se parlant à elle-même. « -pourquoi tu n’as pas… » non, c’était idiot. S’il avait surgit de nulle part…

Abby l’écouta s’emporter à son tour. « -comment peux-tu pensé cela une seule seconde ?! Je suis morte avec toi le jour où j’ai dû déposé cette rose sur ce cercueil ! Sans avoir pu voir ton visage une dernière fois, sans avoir pu t’embrasser ni te dire adieu ! » elle l’écouta tout en faisant des va et vient, les bras croisées comme pour se protéger. « -Cooper t’as fait comprendre… » elle détestait ce type. Il y avait de l’ironie dans la voix d’Abby. Pas pour Seth, mais pour tout cela. « -ne pars pas ! » supplia Abby en le voyant faire demi-tour et se diriger vers sa veste. Elle l’écouta à nouveau, mourant une nouvelle fois au fond d’elle. Il avait fait ça pour elle ?! Elle avait la sensation d’étouffer, alors sans chercher à en savoir plus, elle se précipita sur lui, entoura son visage ses mains et l’embrassa à pleine bouche. C’était lui son oxygène. « -je t’aime… » souffla la jeune femme en collant son front contre celui de Seth. « -je t’aime, je n’ai jamais cessé de t’aimer. » elle recula son visage, lui sourit malgré les larmes qui étaient de retour. « -je n’ai pas refais ma vie, parce que sans toi… c’est juste survivre. » elle l’observa, le couvant du regard avec amour. « -je déteste la CIA, je déteste Cooper et je déteste ce qu’ils nous ont fait. » elle déglutit : « -mais tu es là… et je… » elle ferma les paupières. « -pardonnes moi… je n’ai pas changé tu vois… je suis toujours capable de m’emporter contre toi… pardon… je t’aime… je t’aime tellement… »

Manhattan Redlish
Messages : 3927
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Devientart

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 10 Sep - 17:38

Seth Hobbes
J'ai 40 ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis professeur d'université et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis amoureux et je le vis plutôt bien .



Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 A59aa0ae310a9719f9d4a4c3394d53829e9935ccIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Tumblr_inline_pmdqzzUegm1uy9est_250
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 0a518bfd473fe8a07b604f1e7e763759c1139cf4
Avatar : Dopamine / Gif : Tumblr


Après avoir disparu de la surface de la Terre durant deux années, il était légitime qu’Abigail veuille des réponses à ses questions. Ce fut sans grand étonnement que cette dernière se laissa emporter par la colère, sûrement bien trop longtemps enfouie au fond d’elle, et il ne tarda pas non plus à répondre tout en haussant la voix à son tour. Parce que c’était ainsi qu’ils fonctionnaient, que ça avait toujours été ainsi, et que ça le serait toujours. Seth lui avoua donc qu’il avait été présent à ses propres funérailles, confortablement installé sur la banquette arrière de la berline, mourant un peu plus à chaque seconde avec elle, en se disant qu’elle vivrait constamment avec ce mensonge sur sa mort. La nouvelle interpella la jeune femme qui ne se serait jamais doutée que l’homme qu’elle aimait n’était pas présent dans le cercueil sur lequel elle pleurait, mais quelques mètres plus loin, le cœur battant toujours dans sa poitrine. « Peut-être, mais il m’a sauvé la vie. Sans lui, j’aurais été réellement dans ce cercueil ». Une manière comme une autre de lui rendre la pareille en obéissant à ses consignes, aussi douloureuses puissent-elles être. « Parce que je ne pouvais pas arriver ainsi en criant : Surprise ! Je suis toujours en vie, mais je dois quitter cette ville pour éviter que vous vous fassiez tous buter par ma faute ! » rétorqua-t-il en haussant la voix, irrité par la question irréfléchie d’Abigail. Il aurait aimé que tout cela se déroule autrement, que Tom ne soit jamais mort et soit présent aux côtés de Kim et de leur petite fille, il aurait aimé être présent chaque jour durant ces deux dernières années aux côtés de la femme qu’il aimait, mais personne ne choisissait. La vie faisait des choix et ils les subissaient, pour une raison ou une autre.

Alors en le pensant mort ce jour-là, l’idée qu’Abigail ait pu refaire sa vie lui avait traversé légitimement traversé l’esprit. Pour autant, cette idée semblait inepte aux yeux de la jeune femme qui était morte avec lui le jour de son enterrement. Il eut mal en entendant ces mots. Il n’avait jamais voulu la faire souffrir d’une manière ou d’une autre « Je n’ai jamais voulu ça Abby ! Si j’avais été réellement mort, j’aurais voulu que tu tombes amoureuses de nouveau, que tu tournes la page, que tu sois heureuse de nouveau ! Parce que c’est ce que tu mérites ! D’être heureuse ! ». Si aujourd’hui, elle lui avait annoncé avoir refait sa vie avec un autre homme et être pleinement heureuse avec lui, alors il aurait disparu à nouveau et l’aurait laissé vivre sa vie. Parce que son bonheur était tout ce qui lui importait. Un regard pour la jeune femme qui prit conscience à quel point Cooper avait pesé dans sa décision de quitter New York. Il désobéissait en revenant dans cette ville, en lui révélant qu’il était toujours en vie, et il s’en moquait. Parce qu’il voulait seulement être avec elle. Il se dirigea jusqu’à sa veste de costume, et tourna la tête vers elle lorsqu’elle devina l’idée qui lui traversa l’esprit. Oui, il avait envisagé quitter cette suite d’hôtel et sa vie de nouveau, mais elle n’était pas prête à le laisser partir de nouveau.

Seth lui confia que s’il avait disparu ce jour-là, c’était pour la protéger elle et uniquement pour cette raison. Il avait disparu par amour pour elle. Ces quelques mots eurent raison de leur dispute alors qu’Abigail se précipita jusque dans ses bras, ses mains entourant son visage et ses lèvres se posant sur les siennes avec fougue. Il entoura aussitôt sa taille de ses bras et lui rendit son baiser avec tout autant d’envie. Son front contre le sien, il sentit son cœur se gonfler d’amour pour la jolie blonde à ces trois petits mots « Je t’aime aussi et ça n’a jamais cessé non plus ». Il posa ses mains sur son visage, essuyant ses larmes de ses doigts et lui sourit avec douceur « Je suis là maintenant et je ne te quitte plus jamais ». Il sourit aux mots qui suivirent et l’embrassa avec envie avant de souffler « Je suis fou de toi» avant de l’embrasser de nouveau. Il lui fit fougueusement l’amour, puis plus tendrement par la suite, redécouvrant le corps de son amante comme si c’était une première fois. « On n’a pas mangé les sushis… » constata-t-il alors qu’il serra Abigail contre lui sous les draps qu’ils venaient de froisser à plusieurs reprises et se mit à rire doucement « On commandera au roomservices. Apparemment, tu as gagné à la loterie » et baissa son regard sur elle « Je ne me suis pas présenté au fait. Je suis James Carter dorénavant, professeur de géopolitique à l’université de New York. Une université différente de la dernière fois pour des raisons… logistiques » et déposa ses lèvres sur les siennes « Tu as quitté New York ? ».



Charly
Messages : 3805
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
lune 2
Charly
Dim 10 Sep - 18:02

Abby Davis
J'ai 35xx ans et je vis à New York. Dans la vie, je suis dépanneuse informatique   et je m'en sors plutôt moyen. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien (enfin mieux que ma mère en tout cas) .
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 72deb5ac0f47ca12_r_gifIl y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly] - Page 9 Reese-witherspoon-madeline
crédit: Samounette

« -je suis désolée mais je n’irais pas lui faire un câlin » râla Abby avec mauvaise foi. Elle était en colère contre le directeur de la CIA. Comment pouvait on regarder quelqu’un dans les yeux et mentir ainsi. Sécurité ou pas. « -il aurai pu tout aussi bien nous faire disparaitre tous les deux ! » avait elle ajouté, comme si cette idée n’avait traversé l’esprit à personne. Et si elle avait mit fin à ses jours ? Deux ans qu’il était mort. Deux ans que l’idée lui frôlait l’esprit parfois. Elle nota qu’il était lui aussi énervé, usant de l’ironie. C’était… c’était presque un retour à la normale. « -ça ne fait que deux ans Seth ! Deux années ! C’est une durée atroce parce que ça fait 730 matins et 730 nuits à me lever et me coucher sans toi à mes côtés. 730 jours où je n’ai cessé de penser à toi, de te perler comme si ton fantôme était là avec moi. Et pourtant, deux années ce n’est rien pour t’oublier. » un léger rire ironique. Si il savait où elle habitait… elle ne risquait pas de rencontrer qui que se soit.

« -plus jamais. » avait supplié Abby alors qu’ils s’embrassaient à nouveau. Non, elle ne survivrait pas. Maintenant qu’il était là, bien vivant, il allait pouvoir mettre en œuvre sa promesse. Une vie simple et heureuse ensemble. Abby justifié la dispute. Elle n’avait pas changé. Et leur osmose non plus. Bien vite ils firent l’amour avec passion. Plusieurs fois… il lui avait tant manqué… « -ça se réchauffe… » souffla Abby au sujet des sushis en souriant, caressant le torse de Seth. « -je n’ai pas choisi l’hôtel. C’est Tasha, que tu as rencontré tout à l’heure, mon éditrice, qui s’occupe de tout ça. Je n’avais pas la moindre envie de venir à New York. Elle a cru que ça aiderait mon chagrin sans doute… » elle leva le menton vers Seth. « -James… » reprit la jolie blonde. « -j’imagine que je vais devoir m’habituer… » puis un froncement de sourcil : « -tu travailles à New York ? Depuis combien de temps ? » elle se leva, enfilant la chemise de Seth et un petit culotte, avant de rejoindre les sushis qui les attendaient. « -tu viens… » un sourire tendre. Elle s’installa à table, tout en ouvrant les boites. « -j’ai quitté New York six mois après… après t’avoir perdu. » elle prit ses baguettes. « -tu tiens à ton travail ? » demanda la jeune femme. « -je te dis ça parce que je n’habite plus New York et que je n’ai pas l’intention de revenir m’installer ici. » elle lui sourit avec douceur. « -je… je l’ai acheté… notre maison au bord du lac… » elle lui sourit à nouveau. « -je veux plus qu’on se quitte… »
Contenu sponsorisé
Il y a des secrets qui peuvent tuer [Ft Charly]
Page 9 sur 10
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Sujets similaires
-
» Les pions peuvent être déplacés sur l'échiquier [Pv : Gaïa]
» "Il n'y a pas de hasards, que des rendez-vous" [ft Charly]
» (m/f) N'avez-vous jamais rêver de tuer Hitler ?
» Tomber amoureux est un véritable parcours du combattant [ft Charly]
» "Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer, et c'est toi." - Ft Charly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Archives :: Archives :: Univers réel-
Sauter vers: