Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Je servirai leur volonté | FoxDream
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 22:38 par FoxDream

» Toutes les histoires ont leur histoire - ft. Clionestra
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 21:32 par Clionestra

» {+18} Chance ou damnation ?
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 21:17 par Jambreaker

» (padmachou) Amitiés et confidences
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 16:33 par Maître des Univers

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 13:17 par Manhattan Redlish

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 13:03 par Lexis

» Bad feeling
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 9:18 par Lojzo

» hope it gives you hell
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyHier à 9:07 par Lojzo

» Love, Death + Capitole
Tonnerre sous les Tropiques - Clio EmptyDim 23 Juin - 23:37 par Lojzo

Le Deal du moment : -50%
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif ...
Voir le deal
69.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Tonnerre sous les Tropiques - Clio

Leonnor
Messages : 559
Date d'inscription : 23/08/2018
Région : IDF
Crédits : Joumana Medlej

Univers fétiche : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
Préférence de jeu : Les deux
Power Rangers
Leonnor
Jeu 20 Avr - 14:19
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

Deux individus aux antipodes en terme de moralité se retrouve liés par un but commun : retrouver un fils de dignitaire sur une île pas vraiment paradisiaque. Créatures étranges, flore luxuriante et dangereuse, survivre s'avère plus difficile que prévu.

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Leonnor
Messages : 559
Date d'inscription : 23/08/2018
Région : IDF
Crédits : Joumana Medlej

Univers fétiche : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
Préférence de jeu : Les deux
Power Rangers
Leonnor
Jeu 20 Avr - 14:20

Elias Aldeïd
J'ai 33 ans et je vis à partout et nulle part à la fois. D'hôtel en hôtel, de contrat en contrat, USA. Dans la vie, je suis tueurs à gages et je m'en sors bien avec mon compte aux îles caïman et mon portefeuille de crypto. Sinon, grâce à ma chance, je suis un tombeur/manipulateur et je le vis plutôt avec une certaine indifférence, tout est bon pour réussir une mission.

Informations supplémentaires ici.


Elias "Hound" Aldeïd ne se serait jamais engagé dans ce contrat merdique s'il n'avait pas eu une dette envers ce boss de mafia à la con. Michielli la lui avait bien mis à l'envers. On ne pouvait pas lui enlever. C'était supposé être une mission facile. Evidemment, rien ne se passait jamais comme prévu. Il appelait ça les aléas du métier. Toutefois, lorsqu'il avait pris le contrat qui consistait en une simple mission d'identification d'un ripou dans les rangs, il n'aurait pas imaginé se retrouver dans le viseur de la police. Enfin, il aurait pu l'imaginer mais il se croyait suffisamment malin pour parvenir à neutraliser le type avant qu'il ne soit trop tard. C'était la malchance réellement, et pas du tout la préparation à la va-vite qu'il avait faite, qui l'avait mené à se faire arrêter par une armada de flics qui avait déboulé de nulle part. Alors qu'il avait isolé la cible, comment aurait-il pu deviner que c'était le soir où ces derniers avaient décidé de passer à l'action ? L'homme s'était retrouvé dans une cellule miteuse à réfléchir au coup de fil qui lui serait le plus avantageux. Après 16 ans dans le milieu, et une jeunesse pourrie dans un quartier malfamé, on apprenait vite que la case prison n'existait pas lorsqu'on faisait appel à la bonne personne. Sauf qu'à cet instant précis, la personne qu'il avait en tête lui demanderait sans aucun doute de payer le prix fort. Ce qui dans son langage voulait dire se retrouver à faire une mission, complexe et chiante, gratos. Travaillant gratuitement à son sens, c'était franchement gaspiller son énergie.

Elias ne vivait que pour s'enrichir entre chaque mission. Le reste du temps qu'il avait de libre, il le passait à dépenser son pognon dans des choses dont il n'avait pas besoin juste pour se rappeler que maintenant il pouvait le faire. Pour être honnête, ça l'ennuyait profondément. Le type auquel il pensait était un politique aussi rusé et vicieux qu'on pouvait se l'imaginer. C'était aussi un des premiers gars à lui avoir confié régulièrement des missions. Il eut une pensée nostalgique pour son début de carrière.  Il se rappelait ses entraînements, ses cours dignes d'une école privée pour apprendre comment se comporter, comment être la bonne personne, comment trouver les bonnes informations, comment manipuler et lire les autres, comment tuer. Le FBI devrait sincèrement penser à demander des conseils au crime organisé pour former des types. Force était de constaté qu'il était bon dans ce qu'il faisait. Sauf que comme tout addict à quelque chose, il ne faisait rien d'autre et n'était enthousiasmé par rien d'autre. Il bossait comme un forcené à la recherche de quelque chose, à la recherche d'un frisson. La plupart des choses ne l'atteignait pas, il était distant, savait se forger l'identité qu'on attendait de lui, se convaincre pendant quelques heures, nuits, jours, semaines que c'était sa personnalité et recommencer à zéro. Un peu comme une page qu'on ne cesse de réécrire encore et encore. L'homme avait la sensation de ne plus avoir de personnalité, il était vide. Du moins, il se considérait vide si on oubliait les accès de colère qui le prenait parfois. Alors, il se mettait à taper frénétiquement dans son sac de frappe jusqu'à ce qu'il puisse extérioriser. Avec le temps, il ne ressentait plus rien d'autre que la colère ou le vide. Cherchant désespérément dans l'adrénaline une excitation qui ne se trouvait nulle part.

Pour en revenir à son propos premier, ce type avait le don de l'avoir mis dans des situations périlleuses et insondables sans même parfois en avoir conscience. C'était sa carte pour sortir de ce genre de galère, il n'en avait actuellement pas d'autres à cause de scandales politiques et aux détournements de fonds. Quel temps de merde pour avoir besoin de tirer les ficelles avec toutes ces histoires. Il soupira et après avoir hélé le policier le moins zélé de la Terre, il passa un coup de fil.

Voilà comment il se retrouva à tomber de Charybde en Scylla. Son objectif tenait une ligne, il fallait retrouver le fils, Samuel, qui après recherches, était parti pour faire la fête sur une île aux confins du Pacifique. La réputation de cette île était qu'on n'en revenait jamais le même si on en revenait. C'était une sorte de légende urbaine qui circulait avec l'idée qu'on voyait des choses qui nous transformait. Le peu de témoignages recueillis ressemblaient plus à des élucubrations de connards qui auraient trop consommés de drogue à Burning Man, ce qui rendait le tout abscond et peu crédible. Il était prêt à parier que le gamin était juste tombé dans une crevasse là-bas et qu'il s'était perdu ou une connerie du genre. Il accepta de partir à sa recherche, il monta dans le jet qui lui avait été réservé et arriva à l'héliport le plus proche de la zone. De là, il fallait prendre un bateau pour aller sur l'île. L'homme commença s'y diriger sans plus attendre, pas vraiment dans la fioriture lorsqu'il constate que deux silhouettes étaient à côté du dit véhicule. Il fronça les sourcils, ça y est, le début des emmerdes venaient de commencer. A cet instant précis, il n'avait pas idée d'à quel point il avait raison.

" Marioni veut que tu bosses avec elle. Pour être certain que tu fasses bien ta part du job et que tu te barres pas comme un voleur. Il m'a dit qu'il n'avait pas oublié l'épisode de Ryad en 2014." Elias grinça des dents. "Je bosse seul. Il devrait le savoir."
"Pas cette fois" lui rétorqua le gars laconique. Un soupçon d'énervement traversa ses lèvres bien qu'il n'en laissa pas plus paraître. L'autre lui avait collé un flic dans les pattes. "Si elle crève, je veux pas être tenu pour responsable."
" Vous devez revenir tous les trois sinon le deal est annulé. " Il soupira intérieurement. En plus de ça, on lui mettait des conditions.  Il pensait à quoi l'autre con ? C'était déjà chiant de devoir se débrouiller en milieu hostile alors en plus avec un boulet. " Il a dit que si tu respectais les conditions, il rajoutait 500 000 $ à ce qu'il te doit." Là où il fronçait encore les sourcils, il réussit à récupérer un peu de son calme. Marioni savait manifestement comment parler au moins un minimum son langage. Bien qu'il ne parvenait pas vraiment à comprendre pourquoi il avait une flic en chaperon ? Est-ce bien le choix de Marioni ou y avait-il autre chose à démêler de cette histoire ? L'explication lui avait paru un peu faible. Décidément, cette histoire sentait de plus en plus mauvais. Sur ces mots, l'homme salua d'une main et partit en direction du jet qu'Elias venait de quitter.

Il se concentra un peu sur la nana en face de lui. Plutôt jeune, pas trop mal physiquement, elle avait l'air athlétique, c'était déjà ça. Et puis, c'était une femme, ça serait sans doute pas trop dur de se la mettre dans la poche pour qu'elle soit arrangeante. Se montrant plus avenant, il se construit un sourire et une image plus agréable. " Tu es prête pour un séjour sur une île paradisiaque ? Pour un peu, ça pourrait être notre lune de miel." lâcha-t-il avec un sourire en coin. Cette première question permettrait sans doute de prendre la température de la conversation pour voir comment orienter la séduction. Pour l'instant, la femme ne laissait pas paraître grand-chose. "J'en oublie mes bonnes manières, je m'appelle Elias, et toi ?".








Clionestra
Messages : 3958
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 20 Avr - 15:42

Lilo
Anuenue

J'ai 29 ans et je vis à Hawaï la plupart du temps. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et franchement ça évite les emmerdes

Tonnerre sous les Tropiques - Clio 6k4w
→ Elle avait un frère et un père, tous les deux morts à l'armée.
→ Elle travaille depuis 10 ans dans la police, en tant que secrétaire au départ
→ Elle est demi-sexuelle
→ Elle n'a pas eu de relation depuis ses 20 ans et franchement ça ne lui manque pas
→ Elle ne tient pas particulièrement à la vie
→ Elle sait se battre, krav maga, boxe, karaté, judo, aïkido...
→ Elle parle anglais, logique, Hawaï, logique mais elle comprends l'italien et le français
→ Elle a une insensibilité congénitale à la douleur
Tonnerre sous les Tropiques - Clio 3whb
- Non
- Agent Anuenue, s’il vous plait.

Lilo Anuenue avait envie de hurler. Incapable de montrer son opinion sur son visage, intériorisant la rage qui la consumer de l’intérieur, elle tapait du pied sur le sol dans un rythme effréné.

- J’ai dit « non ». Il n’est pas question que j’emmène un homme à la moralité douteuse avec moi.
- Lilo, fit son ami avec un sourire simple cherchant à percer l’habituelle carapace de sa coéquipière, c’est un deal entre nous. Il viendra avec toi, trouvera Samuel, et reviendra… ou pas.
- Nous savons que vous pourriez réussir cette mission seule, agent Anuenue, mais pour cette fois, il vous faudra supporter de la compagnie.

Lilo Anuenue. Le prénom le plus donné pour les petites filles Hawaïenne après la sortie du film Disney … et un prénom qui voulait dire « Arc-en-ciel »… Lilo n’aurait pas pu être plus cliché que cela. Venant de l’île, elle avait commencé à travailler en tant qu’agent de liaison… puis elle était restée auprès de Jeremy… mais voilà. L’agent très spécial Walace était un sale con misogyne et Jeremy ne pouvait pas l’empêcher de foutre Lilo dans la merde. Tout. Le. Temps. A croire qu’envoyer une femme se faire tuer redorera son blason.

Sa nouvelle mission avait été de partir chercher un imbécile dans l’île mystérieuse. Elle n’en savait pas plus sur cette île que la plupart des gens. Elle n’avait jamais eu aucune envie d’y aller… et elle ne désirait même pas savoir les secrets qui entouraient cette île. L’agent Walace l’envoyait chercher un stupide gamin de riche qui avait voulu faire le fanfaron.

Elle avait accepté. Parce que bien que détestant les gens stupides, et autour d’elle il y en avait beaucoup, elle ne pouvait pas supporter que quelqu’un meurt si elle pensait pouvoir y faire quelque chose. Mais voilà qu’on lui collait Flynn Rider dans les dents. Et elle emmerde tout ce qui lui dise qu’à son âge elle aurait dû arrêter les Disney. Stupide tueur qui se penser irrésistible avec sa tête de mafieux. Elle soupira. Elle avait vu un film récemment sur Netflix. 365 jours. Syndrome de Stockholm. Le mec était canon, mais elle n’avait pas aimé. Parce qu’elle n’avait qu’un désir, secouer la nana. Ce n’est pas parce qu’un homme à un beau cul qu’il a tous les droits. Elle laissa un nouveau soupir, plus long, plus soutenu et lança un regard de mort vers l’agent Walace.

Aller chercher Samuel était une chose. Devoir se taper (métaphoriquement parlant parce qu’il était hors de question que ce tueur ne la touche même du regard) était une autre.

- S’il m’emmerde, je le tue, lâcha-t-elle avec un regard noir vers son boss.
- Tu pourras le tuer à la fin de la mission si tu le désires, mais avant de revenir.

Ouais. Même s’il était un tueur, si l’homme ne l’attaquait pas ou ne la menacer pas ….Elle avait dû mal à le tuer. Elle verrait bien de toute manière. L’avenir lui dira.

Le jour du départ, elle était habillée de la plus simple des manières. Un pantalon cargo, ceux avec pleins de poches pour y glisser pleins de choses utiles, kaki et un débardeur noir. Elle avait laissé les plaques militaires de son frère et son père autour de son cou. Elle avait une casquette noire, ainsi que plusieurs de rechanges dans le sac kaki et plein de poche lui aussi, qu’elle avait à ses pieds. Elle avait lu les rapports de missions, des gens qui étaient revenus, et elle avait prit ce qu’il fallait. Walace avait fait un commentaire sur les femmes qui prenaient toujours « trop » de choses et Jeremy avait dû lui tenir le bras pour qu’elle ne l’émascule pas.

Maintenant, elle était calme et pouvait voir l’homme arriver. Il était charmant… OK. Elle pouvait lui reconnaître ça. Mais il avait la tête d’un salaud et elle savait ce qu’il avait fait. Elle fronça les sourcils quand il parla de lune de miel. Et d’île paradisiaque. Elle lança un regard à Jeremy qui fit un haussement d’épaule.

- Vous savez où l’on va au moins ? s’enquit-elle alors.

Il fallait bien vérifier s’il était vraiment consentant à mettre sa vie en jeu pour ramener un gamin. S’il était là pour s’amuser, il pouvait repartir tout de suite et aller mettre son cul au vent pour faire l’avion. Elle soupira, fit un léger tic d’agacement avec sa bouche.

- Je suis l’agent Anuenue.
- Mais tout le monde l’appelle Lilo, parce que si tu écorches son nom de famille, elle t’écorche, fit Jeremy.

Il vit le regard de la brune et partit, non sans faire un baiser sur sa joue. Elle aurait tellement préféré partir avec lui… D’ailleurs, c’était ce qui était prévue. Mais ce sagouin avait trouvé l’amour en une semaine et ne pouvait plus quitter sa copine actuelle. Elle jurait que s’ils n’étaient plus ensemble à son retour, elle jetterait des œufs sur sa voiture toute neuve. Elle observa le « brave » meurtrier en face d’elle et, oh, magique nouvelle, elle laissa passer un autre soupir entre ses lèvres.

- Vous pouvez m’appeler Lilo, et nous n’allons pas nous amuser, ni faire les fous, cette île regorge de choses que l’on ignore et il y a des chances pour qu’on n’en revienne pas.

Bon. Cela la ferait à peine chier, Lilo, de ne pas revenir. Elle avait confiance en ses moyens mais … pas une grande raison de vivre. Sauf celle de tuer Jeremy.

- est-ce que vous attestez venir de votre plein gré, sans contrainte, ni menace ? reprit-elle.

Parce que bon… Elle n’aimait pas l’homme et son faux charme de pacotille …MAIS elle ne voulait pas non plus amener un homme forcé se faire trucider par une île tout aussi meurtrière que lui.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Leonnor
Messages : 559
Date d'inscription : 23/08/2018
Région : IDF
Crédits : Joumana Medlej

Univers fétiche : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
Préférence de jeu : Les deux
Power Rangers
Leonnor
Sam 22 Avr - 0:54

Elias Aldeïd
J'ai 33 ans et je vis à partout et nulle part à la fois. D'hôtel en hôtel, de contrat en contrat, USA. Dans la vie, je suis tueurs à gages et je m'en sors bien avec mon compte aux îles caïman et mon portefeuille de crypto. Sinon, grâce à ma chance, je suis un tombeur/manipulateur et je le vis plutôt avec une certaine indifférence, tout est bon pour réussir une mission.

Informations supplémentaires ici.


Elias avait ricané discrètement en entendant dire que la jeune femme allait le tuer. Qu'elle essaie et qu'on rigole un petit coup. C'était le genre de petite distraction dont il avait besoin. Elle ne réalisait certainement pas à quel point, il pouvait être dangereux. Une lueur d'amusement passa dans ses yeux lorsqu'elle lui répondit aussi sérieusement. Apparemment, on était du côté de la loi mais pas de ceux qui savent comprendre le second degré.

" Lilo, tout est affaire de point de vue. On peut trouver de l'amusement de manière surprenante vous savez. Il suffit de savoir garder son esprit d'enfant." Toujours avec son petit sourire énervant. Il sentait que la faire tourner en bourrique serait un amusement supplémentaire dans cette mission qui s'annonçait tout sauf amusante. Il affichait souvent un air désinvolte, une manière de se protéger de ce qu'il voyait tous les jours. Même si la flic ne semblait pas voir les choses de la même façon.

"SI j'avais pu je serais allé à Bali mais tous les avions étaient complets." rétorqua-t-il avec un air narquois. C'était tout ce qu'elle aurait comme réponse. Il n'allait quand même pas commencé à se montrer sérieux alors que voir son air circonspect valait le détour. " Allons-y" reprit-il avec un ton étonnamment sérieux par rapport à ce qu'il était juste avant. Il monta dans le bateau et ne proposa pas de l'aider sentant qu'elle allait juste le regarder de travers. Ce n'était visiblement pas avec ce genre de miel qu'on attirait cette abeille en particulier. Il prit le parti de se mettre aux commandes du bateau pour les emmener vers l'île. L'île ne se trouvait pas à plus de quarante-cinq minutes en bateau de la petite île où ils étaient précédemment. C'était étrange de se dire que tant de mystère entourait un endroit qui en fin de compte semblait proche.

"Pour répondre à votre questions Lilo, je sais où nous allons. D'ailleurs, j'espère que vous savez prendre soin de vous parce que je n'ai pas prévu de jouer la baby-sitter. Quoiqu'en dise Marioni, ce n'est pas vraiment mon cœur de métier." Quoique d'un côté, s'il avait voulu faire taire un enfant de manière définitive il aurait pu le faire. Enfin, pour être honnête, il n'avait jamais eu de contrat qui visait une personne mineure. Les rares fois où ça s'était présenté, il avait toujours refusé. Ce n'était simplement pas du tout dans ses principes. Croyez-le ou non, même après quinze ans dans le métier, il avait toujours suivi un code moral strict. Evidemment, il ne le mentionnait pas ou rarement. C'était plus facile de paraître sans foi ni loi, ça attirait plus de personnes ayant plus de moyens. Le chemin s'était passé relativement dans le silence. Cependant Elias zieutait régulièrement la jeune femme pour essayer de la jauger. Or celle-ci ne lui renvoyait qu'un mur. Cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas retrouvé face à une personne qui lui semblait indéchiffrable. D'ailleurs, elle ne montrait pas grand intérêt à sa présence. D'ordinaire, son charme fonctionnait pourtant bien. Il fit vrombir le moteur une dernière fois avant de se stationner juste à côté de l'île. Il repéra sur le rivage des bouts de planche et de coques de bateau différents écrasés contre la plage. Il fronça les sourcils alors qune rame cassée tapait frénétiquement contre le rebord du bateau. Se tournant vers la jeune femme, il lança :

"Il est encore temps d'aller à Bali au lieu de mettre le pied ici. Sûre de ne pas avoir envie d'un petit hamac et d'un cocktail noix de coco." En finissant sa phrase, il avait commencé à arrimer le bateau juste à côté d'un crâne d'animal, manifestement assez gros, qui paraissait aussi blanc que de la neige immaculé. Charmant, un véritable comité d'accueil.










À partir de l’adresse
Clionestra
Messages : 3958
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 22 Avr - 18:02

Lilo
Anuenue

J'ai 29 ans et je vis à Hawaï la plupart du temps. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et franchement ça évite les emmerdes

Tonnerre sous les Tropiques - Clio 6k4w
→ Elle avait un frère et un père, tous les deux morts à l'armée.
→ Elle travaille depuis 10 ans dans la police, en tant que secrétaire au départ
→ Elle est demi-sexuelle
→ Elle n'a pas eu de relation depuis ses 20 ans et franchement ça ne lui manque pas
→ Elle ne tient pas particulièrement à la vie
→ Elle sait se battre, krav maga, boxe, karaté, judo, aïkido...
→ Elle parle anglais, logique, Hawaï, logique mais elle comprends l'italien et le français
→ Elle a une insensibilité congénitale à la douleur
Tonnerre sous les Tropiques - Clio 3whb
Lilo analysait l’homme devant elle. Il la prenait pour une petite chose. Il allait certainement le regretter amèrement. La seule chose agaçante, que Lilo connaissait bien sûr elle, c’était qu’elle ne pourrait pas le laisser mourir, même si sa voix lui donnait envie de le pousser par dessus bord. N’était-ce pas avoir une âme d’enfant que de pousser quelqu’un dans un danger, sans remarquer le danger ? Malheureusement, donc, elle était assez mature qu’elle ne pourrait pas innocemment le mettre en danger. Parce qu’elle avait une foutu responsabilité morale face à l’homme. Elle l’ignora pour Bali, et décida qu’elle allait l’ignorer pour absolument TOUT ce qui n’avait pas un rapport à la mission.

Pour sa santé mentale.

Elle maudit son ami. Lâcheur, traitre, sale menteur et faux-frère. Jeremy devrait se prendre le petit doigt de pied dans les murs TOUS LES MATINS jusqu’à son retour. Au moins ça ! Elle ne laissa rien transparaître de ses pensées alors qu’elle s’assit à distance de lui. Cela serait si simple de lui donner un joli petit coup de pieds dans son derrière si ferme, pouf, il tombe à la flotte, elle a rien vue. Elle soupira.

- Je sais prendre soin de moi. Et je ne m’attendait pas à ce qu’un meurtrier puisse avoir une quelconque responsabilité morale. Je dirais même que pour le moment, je ferais attention à ne pas me faire poignarder.

Un mec qui se la pète autant, montrant son « meilleur jour » alors qu’il n’était rien qu’une épine dans son pied. Elle n’en voulait pas. Mais elle, elle le sauverait s’il le fallait. Elle plongea la main dans son pantalon et en sortit un petit paquet de skittles. Elle en avait assez pour tout une vie dans toutes ses poches … mais l’homme l’agaçait déjà tellement qu’elle se sentait en manque de sucre. Elle décida que l’homme n’avait qu’un intérêt statistique pour Walace, et l’envie de la faire chier un peu plus, et ferma les yeux pour réfléchir. Bien sur, elle resta consciente de la présence de l’homme et de sa localisation en rapport à elle, mais elle avait besoin de visualiser ce qu’elle savait.

Pas grand chose.

Walace devait vraiment détester qu’elle lui ai cassé le nez … mais c’était qu’une fois, et il l’avait vraiment enquiquiner jusqu’à la rupture de ses émotions. Alors … bon… Une fois arrêter, elle sauta avec son sac sur le dos et sa casquette sur la tête. Avisant celle de l’homme, elle ignora à nouveau ses commentaires. Elle n’aimait pas la noix de coco.

- Vous voulez une casquette ?

Cela prouver, s’il le fallait, qu’elle, elle faisait attention à l’homme et l’aiderait au besoin. Question mortalité, elle gagnait haut la main. Mais ce n’était pas trop dur face à un meurtrier. Puis, elle soupira, s’approcha, et tendit un poignard à l’homme qui pouvait se glisser dans la ceinture.

- Il s’appelle « revient » si tu le perds je te découpe.

Oui, elle avait en profusion de menace qu’elle pouvait donner. Et on pouvait voir la profondeur de son amitié pour les gens à ce qu’elle leur souhaiter ou ce qu’elle menacer. Tout de suite, l’homme était une épine dans son pied qui se penser … quoi ? indispensable. Elle avait fait plus de survie à Honolulu que la plupart des flics. Elle savait nager comme personne, surfer, elle connaissait les méthodes pour survivre dans tous les milieux. Elle ne voyait aucun intérêt à la présence de l’homme … sauf l’espoir qu’il ne meure ici, ou qu’elle le tue juste avant la fin. Ce qu’elle ne ferait pas. On la connait. La topographie de l’île était inconnue car, quand ils essayent de prendre une photo vue du ciel, des nuages obscurcissaient toujours. Cependant, le gamin avait eu le temps d’envoyer une vidéo de lui contre une falaise.

- Cherchons les montagnes.

Et elle commença à s’avancer, non sans avoir sorti son spray marqueur pour noter la position du bateau à l’intérieur de la foret ou les arbres semblaient être plus grand que des immeubles. Elle se mettait dos à lui, mais elle ne lâchait pas sa vigilance pour autant.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Leonnor
Messages : 559
Date d'inscription : 23/08/2018
Région : IDF
Crédits : Joumana Medlej

Univers fétiche : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
Préférence de jeu : Les deux
Power Rangers
Leonnor
Mer 26 Avr - 0:00

Elias Aldeïd
J'ai 33 ans et je vis à partout et nulle part à la fois. D'hôtel en hôtel, de contrat en contrat, USA. Dans la vie, je suis tueurs à gages et je m'en sors bien avec mon compte aux îles caïman et mon portefeuille de crypto. Sinon, grâce à ma chance, je suis un tombeur/manipulateur et je le vis plutôt avec une certaine indifférence, tout est bon pour réussir une mission.

Informations supplémentaires ici.


Il arque un sourcils devant la sollicitude de la jeune femme. Qu'est-ce qu'il a bien pouvoir faire d'une casquette, et puis pourquoi elle lui tendait une casquette ? Elle en avait tout un paquet dans son sac ou bien. Il regarde la lame damassée qui lui fait face. Ricane un peu en l'entendant se disant que cette jeune fille aboie beaucoup mais ne mord pas pour autant. Il connait bien ce genre de profils, ça se donne des grands airs mais sous la carapace y'a pas grand-chose d'autre qu'une petite fille que son papa n'aimait pas trop. Typique, ennuyeux. Il attrape la lame qu'il commence à soupeser un peu.

"Belle facture mais la lame est légèrement déviée." Il a hésité un instant à la laisser tomber parterre mais il s'est rappelé à la dernière seconde que le respect ça pouvait servir même si on était en terre sauvage. "Je vous la rends, croyez bien que je n'ai pas besoin d'un coupe-saucisson." Il hoche la tête. Peut-être qu'elle pense qu'il est inutile mais on ne le surnomme pas Hound pour rien. Sa spécialité, ça n'est pas le meurtre mais la traque. Donner le coup fatal, c'est assez facile mais trouver quelqu'un ça, ça demande tout un art, toute une expertise et un ensemble de compétences. L'homme commence à la suivre bien qu'il doute que le gosse y soit encore. La vidéo dont elle parle avait déjà plusieurs jours. S'ils s'y trouvaient encore autant dire qu'il n'était plus tellement en capacité d'avoir une conversation. Néanmoins, autant se rendre au dernier endroit où il avait montré des signes de vie. Pendant qu'elle marche vers la montagne, il se permet d'intervenir.

" Il faut localiser un flanc de montagne qui est exposé à la mer. Dans la vidéo, on voit des traces d'érosion typiquement liée à des vagues. En plus, en fond on entend le bruit de l'océan. Il a du vouloir faire le cake pour impressionner ses potes. Après, je parie que ça n'est pas une zone très élevée à moins qu'il soit complètement débile. Ce qui j'avoue, vu son père n'est pas totalement en dehors de la zone du possible. Je pense qu'il faut quand même commencer par localiser une falaise en bordure de sable. Un endroit où il serait facile de pouvoir monter." Sans carte, ça rend les choses plus compliquées, les abords paraissent assez peu mystérieux mais ça ne l'empêche pas de commencer à observer la végétation. Pendant qu'ils marchent, il constate qu'il y a quelque chose d'étrange avec la végétation. " Cette île est étrange, il y a des espèces qui ne vont pas du tout ensemble. Comme si un jardinier fou avait décidé de faire vivre ensemble des espèces exotiques et des espèces qui préfèrent les climats tempérés. Ça n'a aucun sens que ça pousse. En plus.." Il s'arrête pour tendre l'oreille et vérifier ce qu'il est sur le point d'affirmer. "Vous avez déjà entendu une île qui soit aussi silencieuse ? Je n'aime pas ça Lilo. Mon instinct me dit que c'est pas une bonne chose." Plus il s'enfonce dans la forêt et plus celle-ci se densifie. Elle s'éclaircit parfois de manière totalement irrationnelle. C'est comme si cet endroit avait été désigné par un dieu fou. Il tourne la tête à l'entente d'un bruit. C'est un bruit lancinant comme si on trainait sur une très très longue distance quelque chose. Immédiatement, un autre bruissement dans les feuilles se fait entendre. Le bruit vient de devant eux. Alors qu'ils allaient arriver dans une clairière, il met une main sur l'épaule de Lilo pour l'arrêter. Ils sont encore à couvert. " Quelque chose n'est pas loin et c'est gros. Restons à l'abris pour le moment." fronçant les sourcils, il attrape le fusil semi-automatique qu'il a emmené, c'est un petit calibre utilisé pour la guérilla urbaine. Il a l'avantage d'être facile à transporter et efficace dans ce qu'il faisait. "Je propose qu'on contourne la clairière."




Clionestra
Messages : 3958
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Mer 26 Avr - 3:34

Lilo
Anuenue

J'ai 29 ans et je vis à Hawaï la plupart du temps. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et franchement ça évite les emmerdes

Tonnerre sous les Tropiques - Clio 6k4w
→ Elle avait un frère et un père, tous les deux morts à l'armée.
→ Elle travaille depuis 10 ans dans la police, en tant que secrétaire au départ
→ Elle est demi-sexuelle
→ Elle n'a pas eu de relation depuis ses 20 ans et franchement ça ne lui manque pas
→ Elle ne tient pas particulièrement à la vie
→ Elle sait se battre, krav maga, boxe, karaté, judo, aïkido...
→ Elle parle anglais, logique, Hawaï, logique mais elle comprends l'italien et le français
→ Elle a une insensibilité congénitale à la douleur
Tonnerre sous les Tropiques - Clio 3whb
Il l’agace, Flynn Rider, avec son sourire agaçant et sa manière de lui rendre son poignard. Bon, elle espérait qu’il se casse la figure dans une crotte de bison. Pas sûr qu’il est des bisons ici, mais il méritait au moins ça. PAM puis SPLASH. Lilo pourrait faire avec l’odeur pour le bonheur pour le voir à son état naturel. Elle aurait pu lui montrer les dents, elle préférait lui montrer son cul. Foutu responsabilité. Elle aurait dû pouvoir le pousser par dessus la balustrade, ou là, pouf, à la flotte. Pour peu qu’il ne sache pas nager, elle aurait dû aller le sauver. Mince. Dommage. Elle n’a pas pris de maillot.

Ruminant les différentes qu’elle pourrait avoir de le faire disparaître de son horizon immédiat, elle remit ses affaires dans son sac. Il ne voulait pas de casquette, tant pis pour lui. Qu’il se tape une insolation et commence à délirer sur le fait que le ciel est vert. Sauf qu’elle est trop gentille. Elle se dit qu’une insolation, ça fait mal. Et bon…

- Il faut être complètement débile pour venir dans cette île, précisa-t-elle quand il parla du jeune.

Non parce que … sur dix personnes, une en revenait complètement allumé de la tête … et parfois, des gens se disent « oh, bah tiens, si j’allais foutre ma vie en jeu dans une roulette russe ? Avec une île c’est mieux qu’un barillet ». Grr. Des débiles. Et Lilo se sentait tout aussi débile d’être là, présente dans l’île que tout le monde voit comme un cauchemar. Cette île faisait tellement peur aux organismes des pays que personne n’avait mis la main dessus en la revendiquant … C’était dire. Personne n’avait mit de barrière pour la même raison. Bon. Un montagne à côté de la mer. Elle pouvait trouver ça et arrêter de vouloir trouver Samuel, juste pour pouvoir lui botter le cul.

- Selon les photos rapportés des survivants, l’île semble comporté tous les écosystèmes connus dont des plantes qui n’ont plus poussés sur Terre depuis des millions d’années. Comme si … L’île faisait poussé le tout comme un travail de sauvegarde.

Il y avait un jardin, dans un manga, dont elle a totalement oublié le nom faut pas pousser mémé dans les orties, qui parle d’un jardin divin où Dieu aurait mis toutes les espèces connus du monde … Donc. Cette explication en valait une autre pour le moment. Elle observa l’homme encore un instant et fit un soupir.

- J’ai déjà entendu une île aussi silencieuse, à côté d’Hawaï, il y a une centaine de petites îles. La plupart sont plus petites que New York. L’île Ehaeha. L’île souffrante. Il n’y pousse que de la végétation pouvant supporter le souffre qui s’échappe du sol. Il n’y a jamais d’animaux. J’ai dû traquer un homme là-bas.

Se prendre du souffre dans la tête, toute une journée, et ça malgré le masque, lui avait valu les remontrances de son supérieur. Mais ce n’était qu’un détail. L’homme qui avait couru se réfugier dans l’île n’avait aucune idée de ce qu’il l’attendait et il était à moitié mort quand elle l’avait trouvé. Heureusement, elle prenait tout en double et avait donné un autre masque à gaz avant qu’il ne sombre … pour ensuite aller en prison… mais ça c’était pas son problème. Elle ne répondit pas sur son instinct. Son instinct avait dû lui crier depuis qu’il avait quitté la terre ferme, la première fois. Elle entendit le bruit et se figea. Elle était comme sa mère, elle pensait que les esprits existaient et pouvaient être honoré. Mais ici, il ne semblait n’y avoir plus personne.

Elle fit un signe de tête pour dire qu’il l’avait entendu, contournant la clairière en passant par le tour. Sauf qu’elle l’arrêta aussi, l’homme et lui montra avec des gestes l’arbre qui était « devant » eux. Il y avait une marque sur l’arbre. Elle lui montra le marqueur qu’elle avait dans la main. Il y avait deux possibilités à la situation. Un. Ils avaient tourné en rond et se retrouvait devant un arbre qu’elle avait déjà marqué. Cela ferait d’eux des imbéciles. Deux. L’arbre avait, d’une manière ou d’une autre bouger, ce qui ferait de toute cette situation, quelque chose de magique. Et la magie n’existait pas … n’est-ce pas ?

Elle lui attrapa le bras, lui faisait un signe pour se taire, avant de s’approcher de la clairière. Là, il y avait un arbre énorme. Deux troncs partaient du centre de la clairière et se retrouvait en un tronc emmellé. Puis des branche partait vers le haut, créant pratiquement une tête. D’autres branches allaient en arrière et semblaient tellement lourde qu’elle était tombé mollement sur le sol. Si on regardait bien, les branches sur le sol était un arbre au tronc blanc et aux feuillages violets… Comme si un monstre arbre géant de marron et de vert venait de tirer un arbre au tronc blanc aux feuilles violets dans la clairière. Elle tourna les yeux encore. Elle ne voyait rien. C’était ne construction de sa pensée. Elle le savait. Il n’y avait pas réellement un monstre arbre qui avait déraciné une victime arbre. Elle frisonna. C’était juste des images qu’elle voyait. Attrapant encore le bras de l’homme elle le poussa vers l’autre côté de la clairière alors que le vent faisait bougé les feuilles du visage. Oui, bon. Ok. Cette île était bien pire que Ehaeha.

- Trouvons Samuel et cassons-nous, fit-elle le plus bas possible vers son partenaire de fortune. D’ailleurs, est-ce qu’il y a des choses importantes que je devrais savoir sur toi pour cette mission ?

Elle arriva dans une autre clairière, remarqua un autre arbre marqué et décida de le ranger pour troquer son marqueur par un poignard. Il pouvait avoir une arme s’il veut, rien ne vaudra jamais pour elle une bonne arme blanche. Elle aimait la lame la petite dame.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Leonnor
Messages : 559
Date d'inscription : 23/08/2018
Région : IDF
Crédits : Joumana Medlej

Univers fétiche : ça dépend de quel pied je me suis levé ce matin
Préférence de jeu : Les deux
Power Rangers
Leonnor
Lun 3 Juil - 2:21

Elias Aldeïd
J'ai 33 ans et je vis à partout et nulle part à la fois. D'hôtel en hôtel, de contrat en contrat, USA. Dans la vie, je suis tueurs à gages et je m'en sors bien avec mon compte aux îles caïman et mon portefeuille de crypto. Sinon, grâce à ma chance, je suis un tombeur/manipulateur et je le vis plutôt avec une certaine indifférence, tout est bon pour réussir une mission.

Informations supplémentaires ici.



Elias n'aurait pas voulu s'ennuyer. Ça aurait quand même été trop bête de se retrouver sur une île vierge avec des rumeurs folles et qu'aucune ne soit fondée. Oui, complètement ennuyeux. Toutefois, il commençait se demander si c'était une bonne idée. Parfois dans la vie, il fallait faire attention à ce qu'on pouvait souhaiter car ça pouvait très, trop, rapidement se retourner contre soi. Il avait eu une mauvaise intuition lorsqu'il avait posé le pied sur l'île. Son impression ne s'améliora pas avec l'explication qu'en donna Lilo. Un travail de sauvegarde ? Comme une sorte d'Amazon de l'Amazone ? Tiens c'était une bonne blague ça, il aurait du la sortir à Lilo, nulle doute qu'elle aurait été impressionnée par son esprit. Alors qu'il continuait à discuter, et c'était presque étonnant d'entendre la jeune femme converser avec lui alors qu'elle lui semblait très hostile. Enfin, hostile n'était peut être pas le bon mot mais elle paraissait complètement immunisé à ses charmes. Indifférente peut-être ? C'était bien une première pour Elias qui avait toujours eu l'impression que c'était trop facile. Jusqu'à ce moment présent, il n'y avait pas plus réfléchi que cela. En soit, pour les besoins de la mission, il n'y avait pas de raison de coucher avec elle. Mais cela aurait pu être utile de pouvoir la manipuler un peu histoire de couvrir ses arrières au cas où. Elias n'était pas un joueur en équipe et cette pensée l'illustrait bien.

Il contempla la scène qui s'offrait à présent devant eux. Difficile de dire ce que c'était supposé représenter. L'homme n'était pas spécialement versé dans l'art de la symbolique. Simplement, parce que pragmatiquement, ça n'avait que bien peu d'intérêt dans sa sphère professionnelle. Même si on ne pouvait pas dire qu'il y ait un site pour expliquer les nouvelles tendances en management ou les nouvelles compétences à acquérir. Pour lui, c'était juste deux arbres. En revanche, il ne reconnu pas l'espèce qui se trouvait au sol.

"Je ne connais pas cette…" il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il se retrouva entraîné de l'autre côté de la clairière avec elle.  " Comme quoi ? Tu veux savoir si je suis scorpion ? Je n'ai pas pour habitude de révéler des informations si elles ne sont pas nécessaires à la mission. Si j'estimais que c'était capital que tu le saches, tu serais déjà au courant Lilo." répondit-il avec un ton légèrement condescendant. " Tu penses que je suis un boulet que tu dois te traîner ?" Ils étaient à présent cachés derrière l'arbre. Il entendit de nouveau un frémissement. "Je suis sans aucun doute la raison qui fera que tu vas revenir vivante de cette île. Je suis compétent, j'effectue ce type de mission depuis une quinzaine d'années et je commence à en avoir assez d'être considéré comme un risque." Après tout, qu'est-ce qu'elle en savait la fliquette  de ce qu'ils savaient faire. C'était sans doute ça qui l'avait rendu un peu moins affable avec elle. Il avait mis le doigt dessus en se rappelant que dès le début de la conversation, il avait eu l'impression qu'on le considérait comme un poids. Son ego n'avait pas apprécié. Pendant qu'il était en train de râler, il perçut encore un bruissement, ça ressemblait à des bruits de pas. Mais sur une cadence irrégulière en trois temps. Les pas venaient dans leur direction. " Mettons nous en marche vers ces putains de falaises." Sans lui laisser, ce coup-là le temps de répondre, il se remit en marche. L'air embaumait un mélange de souffre et de jasmin dans cette partie de l'île. Au loin, on percevait également les embruns marins. Ils parvinrent enfin à sortir de la zone boisée. "J'ai un très bon sens de l'orientation mais tu n'as pas l'impression que nous avons passé le même arbre plusieurs fois. Je sais que ça peut paraître stupide mais c'est comme si la forêt avait bougé. Je n'aime pas cet endroit."

Clionestra
Messages : 3958
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Lun 3 Juil - 19:23

Lilo
Anuenue

J'ai 29 ans et je vis à Hawaï la plupart du temps. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et franchement ça évite les emmerdes

Tonnerre sous les Tropiques - Clio 6k4w
→ Elle avait un frère et un père, tous les deux morts à l'armée.
→ Elle travaille depuis 10 ans dans la police, en tant que secrétaire au départ
→ Elle est demi-sexuelle
→ Elle n'a pas eu de relation depuis ses 20 ans et franchement ça ne lui manque pas
→ Elle ne tient pas particulièrement à la vie
→ Elle sait se battre, krav maga, boxe, karaté, judo, aïkido...
→ Elle parle anglais, logique, Hawaï, logique mais elle comprends l'italien et le français
→ Elle a une insensibilité congénitale à la douleur
Tonnerre sous les Tropiques - Clio 3whb
Elle tenait son arme dans sa main, elle jouait avec pour en sentir le métal frais. Elle se sentait un peu plus à l’aise avec l’arme ainsi. Elle avait envie d’en prendre une autre arme. Et de la planter dans le dos de l’homme. Elle était toujours agacée par la stupidité. Et l’homme lui démontrait par A + B qu’elle aurait dû le jeter par-dessus bord. Elle avait envie de le secouer. Et de partir. Ouais. Son agacement n’était pas réellement bien placé. Ce n’était pas Elias qui lui donner des envies de serrer les dents jusqu’à les faire éclater. C’était cette île. Elle avait quelque chose de … De mauvais. D’étrange. Elle avait l’impression qu’une brume d’étrangeté avait élu domicile dans son horizon et ça la dérange. Vraiment. Et l’homme aussi, ça la dérange. Ils se retrouvent plus loin. Protégé par les arbres qui bougent. C’était étrange. Elle se sentait plus en sécurité dans les arbres mouvants que dans la prairie … Elle aurait préféré être loin, mais au choix … voilà.

Elle essaie d’en apprendre plus sur lui, mais il fait son … Son quoi ? Son connard. C’est le mot qu’elle donne à un mec qui l’agace. Elle avait envie de lui tapoter la tête pour lui dire qu’elle s’en tape. Elle préfère pincer ses lèvres, respirer et lui répondre.

- Je m’en fiche de ton astrologie. Je parle d’allergie, de capacité, de tes préférences pour dormir, sol ou arbre. Parfois on ne dit pas tout. Par exemple, je n’ai pas eu le temps de te dire que j’ai une insensibilité congénitale à la douleur.

Elle avait ça depuis toujours. Elle ne pouvait pas sentir la douleur. Elle ne pouvait pas sentir la fraicheur ou la chaleur. Elle ne pouvait pas sentir la douleur. Elle ne pouvait pas sentir grand-chose. Même l’attirance sexuelle elle ne la ressentait pas. Elle ne ressentait rien, et elle lui dit. Pour qu’il soit au courant. Et savoir que même avec deux balles dans le buste, une jambe cassée ou une épaule déboitée, elle pourrait continuer de courir pour lui mettre son arme entre les deux yeux s’il la trahit.

- Et oui, je pense que tu es un boulet, et un meurtrier, et que certainement tu aimerais bien partir sans faire ce que tu dois en me laissant ici, alors j’ai dû mal à faire confiance. Et j’aime savoir comment je vais me faire poignarder dans le dos.

Bien que ça soit elle qui délire sur le fait de le poignarder dans le dos… mais ça, il n’a clairement pas besoin de le savoir. Elle se fige un peu. Se demandant pourquoi elle est si honnête, si sincère. Et elle pense à nouveau à ce nuage qui la dérange. Un nuage de vérité ? Cela serait le plus logique qu’elle puisse trouver. Un nuage qui demande à dire la vérité, à avouer les pensées.

- On vient de se rencontrer, et ton passé parle pour toi, tu ne peux pas me demander de te faire confiance, continua-t-elle avant de se mordre la lèvre.

Mince, elle venait de le rencontrer, il voulait quoi ? Oh, pauvre petit meurtrier presque sauver le cul par une raison débile, elle allait lui mettre sa vie entre ses mains. Elle se pince l’arrêt du nez et respire. Un boulet. Ouais, c’était un boulet. Elle le regarde et le pousse alors qu’une branche était apparue dans les jambes d’Elias. Elle l’attrapa et se retrouve contre lui. Un putain de cliché romantique. Elle observe l’homme et la racine qui rentre dans la terre pour disparaître à nouveau.

- Ce n’est pas « comme si », c’était clairement ça. La forêt, elle bouge, et je pense qu’elle ne veut pas de nous.

Enfin, de nous … Elle dirait plus, de lui. Parce qu’elle avait plus l’impression que les arbres étaient cléments avec elle. Elle poussa Elias pour le remettre sur le chemin. Ouais, fallait se bouger, et surtout pas se séparer, et se faire confiance jusqu’à retrouver le gamin et sortir de cet enfer.

- Mon boss m’a demandé de te tuer à la fin, ce que je ne compte pas faire. Je te sauverais et te protègerais comme je le peux. Et ce qui est sûr, c’est que je ne te fais pas confiance pour me garder en vie.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Contenu sponsorisé
Tonnerre sous les Tropiques - Clio
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le tonnerre s’abattra - Arthécate & Nemo
» I want to fight for her ft. Clio et Gäa
» Le froid est pour moi le prix de la liberté. [ft. Clio]
» Deuxième étoile à droite puis tout droit jusqu'au matin. [ft. Clio]
» « Il est préférable d’avoir moins de tonnerre dans la bouche et plus d’éclairs dans la main » Proverbe Apache

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Océanie-
Sauter vers: