-42%
Le deal à ne pas rater :
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
124.99 € 215.36 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 
Mad Max
Mad Max
Féminin MESSAGES : 177
INSCRIPTION : 06/05/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Centre-Val de Loire
CRÉDITS : Mad Max

UNIVERS FÉTICHE : Historique / Fantastique / City Gang
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4512-partenaires-pour-des-liens-romances-dans-un-univers-medieval-antique#92811
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

55oc.png
Elias Wayland
J'ai 22 ans et je vis à Detroit, Etats-Unis. Dans la vie, je suis policier ainsi que pilote de course à mes heures perdues et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 5duf

The angry, the empty, the lonely, the tricked. We are all museums of fear.

Audacieux et persévérant, Elias est un homme qui ne recule que rarement face à l’adversité ou la difficulté pour parvenir à ses fins. Il croit à la justice. Et à l’égalité. Ses parents lui ont inculqué des valeurs qu’Elias chérit et s’efforce chaque jour de suivre. Seulement, son tempérament belliqueux, combiné à un sarcasme et une impétuosité incontrôlable, lui fait parfois défaut et l’écarte de temps à autre de cette voie qui lui est destinée depuis sa naissance.

Il rêve beaucoup, Elias. C’est un gamin un peu trop distrait, qui aime le calme de son esprit...autant qu’il se délecte de l’adrénaline qui court dans ses veines lorsque le danger rôde près de lui. Serviable, il aime se rendre utile, et fuit autant que possible l’impuissance. Mais on lui reproche parfois d’être sans attache, d’être trop instable, trop...solitaire. Imprévisible. Seulement, Elias est bien trop borné, et arrogant, pour changer de comportement.



Cette fois-ci, la froide et impassible physionomie d’Elias se décomposa en plusieurs fragments. Il y avait d’abord une lueur d’incrédulité illuminant son regard. Ses lèvres, figées par le désespoir, formant une simple ligne continue et serrée. Puis enfin, sa mâchoire, contractée dû à son impatience grandissante. Devant lui, la demoiselle avait de nouveau repris ses gémissements infernaux face auxquels le policier se retrouvait réduit dans un silence complètement déconcertant, tant il ne parvenait pas à trouver un seul mot pour faire taire ses geignements. Pas une seule phrase de réconfort ne traversa son esprit. Il n’y avait qu’un vent incertain, soufflant dans son crâne comme si son cerveau avait subitement pris la fuite. Elias considérait qu’il avait fait de son mieux. Il lui avait offert un chocolat chaud, boisson qu’elle n’avait même pas touché, puis une serviette, tissu qu’elle n’avait même pas utilisé. Que pouvait-il faire d’autres ? Elle n’était qu’une jolie étrangère, accoutumée de la plus étrange des façons. Dotée d’un caractère...qui semblait, manifestement, difficilement supportable.

Il avait un rapport à remettre, Elias. Un foutu rapport qui, à son plus grand dam, devenait de moins en moins réalisable au fil des minutes. Ronald se moquerait, dans tous les sens du terme, de son excuse, si l’officier lui expliquait la vérité…. Non, le policier ne pouvait décemment pas avouer à son supérieur qu’il avait été confronté à une donzelle éperdue, qui lui avait assuré être issue d’une lignée dont il avait oublié le nom et qui sanglotait plus qu’elle ne respirait. Elias effleura son visage d’une main lente, presque agonisante. Le regard de l’étrange Nephtys, si tel était réellement son prénom, se faisait dorénavant implorant. Elle braquait sur lui ses beaux iris ambrés. Sans savoir comment s’en défaire, il s’était retrouvé pris au piège de ses supplications, lesquelles étaient à ses yeux dépourvues de sens. S’étonnait-elle réellement qu’il ne croit pas un traître mot de son baragouin ?

L’officier tourna son visage en direction des quelques curieux passant non loin d’eux, certainement attirés par les gémissements de la jeune femme...puis progressivement, ses prunelles retrouvèrent leur point d’ancrage ; Nephtys. Décidé à briser le silence, Elias suivit ce que lui murmurait son esprit.

Abandonnant toute expression de surprise, le policier prit la parole, une sérénité, qui lui était familière, gagnant de nouveau son regard ainsi que son visage. “ Bon, si vous voulez que je vous croie...il va d’abord dans un premier temps falloir que vous retrouviez votre calme, je ne connais pas votre situation mais je suis certain que céder à l’angoisse ne vous aidera pas à la régler.”affirma-t-il, d’une voix calme et maîtrisée, qui reflétait parfaitement le contrôle total et infini qu’il avait de lui-même lorsqu’il avait les idées claires. Bon sang, son esprit était-il en train de lui assurer que la seule solution pour faire son travail...se résumait à envisager la possibilité que Nephtys raconte la vérité ? Oui, certainement. “ Dans un deuxième temps, il va falloir que vous m’expliquez d’où vous venez et pourquoi il est compliqué pour vous d’y retourner.”

Bien sûr qu’il ne croirait pas une seule de ses explications si elle acceptait de lui en offrir…son instinct lui dictait que s’il avait réussi à convaincre Nephtys, l’histoire qu’il s’apprêtait à entendre serait trop farfelue pour appartenir au monde réel. Mais Elias était déterminé à feindre un intérêt profond pour cette fameuse vérité à laquelle la jolie créature s’accrochait désespérément...




    yu18.png 48mz.png pmvt.png
    you remind them what hell looks like
    Remember what you must do when they undervalue you, when they think your softness is your weakness, when they treat your kindness like it is their advantage. You awaken every dragon, every wolf, every monster that sleeps inside of you...and you remind them what hell looks like when it wears the skin of a gentle human.+ aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas
 
Azylth
Azylth
Féminin MESSAGES : 137
INSCRIPTION : 21/04/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy/Romance/Historique/City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4475-fiche-de-presentation
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

6b0691f81483a826eecf4765481b4b7a.jpg
Nephtys

de la Lignée du Serpent à Tête Bleue

J'ai 17 ans et je vis à Ankmar, capitale de mon royaume baigné de soleil. Dans la vie, je suis la princesse héritière et je m'en sors parfaitement bien. Grâce à ma lignée et à ma beauté, je suis très célèbre et je le vis très bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis une fille terriblement capricieuse et superficielle au premier abord. Mais ce n'est que la carapace que je me suis forgée pour pouvoir contrer ma solitude et la pression que je ressens au quotidien. Je suis la princesse héritière. Je n'ai pas le droit à l'erreur. Je suis une mutante et même si je ne suis pas très puissante, je peux utiliser l’énergie solaire qu’absorbe mon corps pour modifier les choses grâce à ma volonté. Le plus souvent, je revêts la forme d’un léopard géant, espèce typique de la région, non pas pour me défendre mais parce que j’adore me prélasser au soleil avec ce corps couvert de fourrure.



Un nouveau silence accueillit ses paroles et Nephtys crût bien qu'elle allait se remettre à pleurer de façon incontrôlable. Pourquoi ne la croyait-il pas ? Elle ne gagnait rien à mentir pourtant ! Ce n'était pas de sa faute si le policier était sceptique au point que c'en était maladif. La situation devenait de plus en plus critique et la princesse gravit un autre échelon sur l'échelle du désespoir. Au fur et à mesure qu'elle lui expliquait sa version des faits, elle avait la très forte impression que le visage pâle la prenait pour une idiote, ou pire : une folle.

Une idée désagréable émergea dans son esprit. Peut-être faudrait-il qu'elle lui mente réellement pour qu'il daigne enfin accorder un peu de crédibilité à son discours ? Nephtys savait parfaitement mentir, ce n'était pas le problème. Le problème c'était qu'elle avait besoin que l'homme en uniforme soit aussi perdu qu'elle pour que le monde retrouve un semblant de normalité. La princesse n'avait pas toujours conscience de son égoïsme, surtout quand elle se focalisait entièrement sur elle-même. Et quand elle s'en rendait compte, ce n'était jamais vraiment de sa faute, évidemment. A chaque fois c'était à cause de quelque chose d'autre, d'un évènement extérieur, qu'elle se comportait comme la fille capricieuse qu'elle était.

Le policier se passa une main sur le visage et tout son geste trahissait un long soupir refoulé. Nephtys le vit, et évidemment, le prit mal. S'il en avait marre, il pouvait toujours partir et elle se trouverait un autre guide. Mais au lieu de l'envoyer paître comme elle le redoutait, il lui demanda de se calmer... et envisagea même le fait d'écouter sa version. Nephtys hocha vivement la tête, certaines de ses longues tresses glissant de ses épaules. Elle allait bien sûr tout lui expliquer. Agacée par son visage tout mouillé, elle utilisa enfin la serviette qu'il lui avait offert pour s'essuyer les yeux avant de renifler une dernière fois et de prendre la parole à son tour.

- Je viens d'Ankmar, la capitale. Je devais partir avec mon père pour aller visiter les Îles du Sud. Je suis allée au temple de Râ pour chercher quelque chose avant le départ et là... Tau..., enfin une prêtresse... Elle marqua une pause, incertaine. Enfin je ne sais pas trop. Il y a eu un... un trou dans la réalité, tout noir et... et après je me suis réveillée ici. Je ne comprends pas ce qu'il s'est passé. Et je ne sais même pas où je suis...
Si au départ son ton était confiant, sa vois commença à diminuer lorsqu'elle parla de la faille. Tout c'était passé tellement vite qu'elle même avait beaucoup de mal à y croire... Et c'est avec un ton hésitant, qui s'était propagé jusque dans son regard, qu'elle finit son court récit.

Revenir en haut Aller en bas
 
Mad Max
Mad Max
Féminin MESSAGES : 177
INSCRIPTION : 06/05/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Centre-Val de Loire
CRÉDITS : Mad Max

UNIVERS FÉTICHE : Historique / Fantastique / City Gang
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4512-partenaires-pour-des-liens-romances-dans-un-univers-medieval-antique#92811
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

55oc.png
Elias Wayland
J'ai 22 ans et je vis à Detroit, Etats-Unis. Dans la vie, je suis policier ainsi que pilote de course à mes heures perdues et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 5duf

The angry, the empty, the lonely, the tricked. We are all museums of fear.

Audacieux et persévérant, Elias est un homme qui ne recule que rarement face à l’adversité ou la difficulté pour parvenir à ses fins. Il croit à la justice. Et à l’égalité. Ses parents lui ont inculqué des valeurs qu’Elias chérit et s’efforce chaque jour de suivre. Seulement, son tempérament belliqueux, combiné à un sarcasme et une impétuosité incontrôlable, lui fait parfois défaut et l’écarte de temps à autre de cette voie qui lui est destinée depuis sa naissance.

Il rêve beaucoup, Elias. C’est un gamin un peu trop distrait, qui aime le calme de son esprit...autant qu’il se délecte de l’adrénaline qui court dans ses veines lorsque le danger rôde près de lui. Serviable, il aime se rendre utile, et fuit autant que possible l’impuissance. Mais on lui reproche parfois d’être sans attache, d’être trop instable, trop...solitaire. Imprévisible. Seulement, Elias est bien trop borné, et arrogant, pour changer de comportement.



Seul le tressaillement de ses sourcils, de temps à autre, avait marqué sa surprise. Toutes les informations que la demoiselle venait de lui offrir, s’entremêlaient dans son esprit, formant un nœud serré et d’apparence impossible à défaire. Elias s'attendait à diverses réponses. Il s’était armé de toute sa patience pour rester de marbre face aux récits les plus loufoques qui avaient germé dans sa tête. Mais ce que venait de lui narrer l’inconnu...différait de tout ce qu’il avait pu imaginer. Prêtresse. Temple. Trou dans la réalité. Ankmar. Plus il s’interrogeait sur la signification de ces mots, et plus ils perdaient de leur sens. L’officier de police analysait la moindre parcelle du visage de Nephtys. Il cherchait un indice. Une preuve de son mensonge. Un comportement qui la trahirait...mais il ne décela rien d’autre que de l’hésitation et de la crainte. Ce n’était pas un café dont il avait besoin. Mais une bonne dose de vodka pour supporter cette maudite journée. Avait-elle seulement une fin ? Elias commençait à perdre lentement espoir.

Il prit une lampée de son café, lequel était dorénavant froid. Il attendit que le liquide s’écoule doucement dans son être, pour réfléchir à la situation et au récit que venait lui narrer la jeune femme. Son esprit rationnel refusait de croire que la magie se trouvait être la cause de ce capharnaüm. C’était tout simplement impossible. La fantaisie n’était qu’un résidu de croyances déformées au fil du temps et des époques, emplies de mythes et de légendes, pourvues de créatures fabuleuses et d’êtres imaginaires...pourtant, n’avait-il pas ressenti une...sensation anormale, en début d’après-midi, lorsque le bleu du ciel avait soudain pris une teinte sombre et grisâtre ? Lorsqu’un grondement avait résonné dans tout Detroit ? Lorsque l’atmosphère elle-même l’avait étouffé, comme si tout l’oxygène s’était envolé ? Bordel. C’était tout ce qui lui venait en tête. Quel beau bordel...Et Elias tenait à s’en extirper le plus rapidement possible.

“ Qu’est-ce que vous voulez dire par un trou dans la réalité ? ”la questionna-t-il, s’interrogeant réellement sur la teneur de ces propos en particulier. Pas qu’il croyait en ses dires mais...l’expression avait capturé son attention. Peut-être qu’en apprendre davantage l’aiderait à clarifier la situation, du moins, il l’espérait profondément. De nouveau, son regard balaya alentour. La clarté immaculée des murs, combinée à l’insupportable odeur de médicaments, commençait à lui donner la migraine. Le policier se leva, irrité par l’environnement. “ Bon, attendez, on va en discuter dehors. Je vais voir si vous pouvez sortir. Attendez-moi ici. ”Sur ces mots, Elias s’éloigna de cette femme qui semblait être un véritable amas de mystère et de...bizarreries. Il retrouva rapidement l'accueil. Il s’informa sur l’état de santé de Nephtys, puis, soulagé d’apprendre qu’elle n’avait aucunes séquelles, retourna auprès de cette dernière pour lui partager la nouvelle.

“ Vous pouvez sortir. Je vais vous conduire à un hôtel. Et en chemin vous m’expliquerait plus en détail votre...situation. Ça vous convient ?”proposa-t-il, alors que le policier s’emparait de leurs déchets pour les jeter dans une poubelle, bien trop pressé de retrouver la douce brise de l’extérieur.




    yu18.png 48mz.png pmvt.png
    you remind them what hell looks like
    Remember what you must do when they undervalue you, when they think your softness is your weakness, when they treat your kindness like it is their advantage. You awaken every dragon, every wolf, every monster that sleeps inside of you...and you remind them what hell looks like when it wears the skin of a gentle human.+ aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas
 
Azylth
Azylth
Féminin MESSAGES : 137
INSCRIPTION : 21/04/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy/Romance/Historique/City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4475-fiche-de-presentation
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

6b0691f81483a826eecf4765481b4b7a.jpg
Nephtys

de la Lignée du Serpent à Tête Bleue

J'ai 17 ans et je vis à Ankmar, capitale de mon royaume baigné de soleil. Dans la vie, je suis la princesse héritière et je m'en sors parfaitement bien. Grâce à ma lignée et à ma beauté, je suis très célèbre et je le vis très bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis une fille terriblement capricieuse et superficielle au premier abord. Mais ce n'est que la carapace que je me suis forgée pour pouvoir contrer ma solitude et la pression que je ressens au quotidien. Je suis la princesse héritière. Je n'ai pas le droit à l'erreur. Je suis une mutante et même si je ne suis pas très puissante, je peux utiliser l’énergie solaire qu’absorbe mon corps pour modifier les choses grâce à ma volonté. Le plus souvent, je revêts la forme d’un léopard géant, espèce typique de la région, non pas pour me défendre mais parce que j’adore me prélasser au soleil avec ce corps couvert de fourrure.



Nephtys acquiesça, hésitante, sans lâcher le policier des yeux. Même s'il avait dit qu'il allait revenir dans pas très longtemps, elle ne pouvait pas s'empêcher de stresser à l'idée d'être seule. L'homme en uniforme disparut au coin d'un angle et la princesse le perdit de vue. A présent seule, elle se rendit enfin compte à quel point l'atmosphère du lieu était étrange et ça la rendait assez mal à l'aise. Tout était trop blanc, trop vide, contrairement aux murs du palais décorés de peintures et de mosaïques colorées. La jeune femme compta les secondes, qui passaient trop lentement à son goût, puis décida de retirer son bracelet serpent une énième fois pour le tripoter nerveusement. Elle aurait bien voulu réveiller Tjuha pour se sentir un peu moins seule mais elle sentait que son serpent était profondément endormi par le cruel manque de soleil de ce royaume. Elle même commençait à être très fatiguée...

Soudain, elle l'aperçut revenir. Il était réapparut à l'endroit même où elle l'avait perdu de vue.
-  Vous pouvez sortir. Je vais vous conduire à un hôtel. Et en chemin vous m’expliquerait plus en détail votre...situation. Ça vous convient ?
Nephtys hocha prestement la tête, secouant ses longes tresses ébène et se leva de sa chaise pendant que le policier jetait les déchets, son serpent dans une main, son sac dans l'autre. Elle le suivit dehors sans un mot, soudain consciente de son gros manque d'énergie. Mais elle continua quand même de lui expliquer sa "situation", refusant de se reposer sans être sûre que cet homme pourrait l'aider. L'homme en uniforme appela un taxi une fois à l'air libre puis une fois qu'il eut terminé, Nephtys se remit à lui raconter ce qu'il s'était passé chez elle, sans trop comprendre pourquoi il s'amusait à parler à une petite boite :
- Je ne sais pas comment expliquer ça. C'est apparu d'un coup et Tau pensait que c'était quelque chose qu'elle avait créé. C'était comme une tâche noire qui flottait... et... et ça faisait peur..., finit-elle par avouer d'une toute petite voix, se trouvant soudain pitoyable, serrant maladivement son bracelet entre ses mains. Si seulement Tjuha pouvait vite récupérer... Les yeux de la princesse vinrent à nouveau s'humidifier légèrement, mais surtout parce que le voyage d'un royaume à l'autre l'avait épuisée. Et parce que pleurer l'avait également épuisée.



Revenir en haut Aller en bas
 
Mad Max
Mad Max
Féminin MESSAGES : 177
INSCRIPTION : 06/05/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Centre-Val de Loire
CRÉDITS : Mad Max

UNIVERS FÉTICHE : Historique / Fantastique / City Gang
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4512-partenaires-pour-des-liens-romances-dans-un-univers-medieval-antique#92811
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

55oc.png
Elias Wayland
J'ai 22 ans et je vis à Detroit, Etats-Unis. Dans la vie, je suis policier ainsi que pilote de course à mes heures perdues et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 5duf

The angry, the empty, the lonely, the tricked. We are all museums of fear.

Audacieux et persévérant, Elias est un homme qui ne recule que rarement face à l’adversité ou la difficulté pour parvenir à ses fins. Il croit à la justice. Et à l’égalité. Ses parents lui ont inculqué des valeurs qu’Elias chérit et s’efforce chaque jour de suivre. Seulement, son tempérament belliqueux, combiné à un sarcasme et une impétuosité incontrôlable, lui fait parfois défaut et l’écarte de temps à autre de cette voie qui lui est destinée depuis sa naissance.

Il rêve beaucoup, Elias. C’est un gamin un peu trop distrait, qui aime le calme de son esprit...autant qu’il se délecte de l’adrénaline qui court dans ses veines lorsque le danger rôde près de lui. Serviable, il aime se rendre utile, et fuit autant que possible l’impuissance. Mais on lui reproche parfois d’être sans attache, d’être trop instable, trop...solitaire. Imprévisible. Seulement, Elias est bien trop borné, et arrogant, pour changer de comportement.



Une brise agréable chatouillait ses joues, alors qu’Elias s’éloignait à grand pas du sombre bâtiment de l’hôpital. L’atmosphère à l’extérieur était un peu étouffante. Mais l’air y était bien plus respirable qu’à l’intérieur de l’établissement qui se trouvait dorénavant dans son dos, à son plus grand soulagement. Portable apposé contre l’oreille, l’officier appela un taxi, surveillant vaguement la silhouette de la jeune femme, qui déambulait toujours avec ce drôle de déguisement sur lequel venaient se refléter les rayons du soleil. Il glissa son cellulaire dans sa poche. Les explications de Nephtys ne l'aidaient en rien à clarifier la situation, pire, ça embrouillait davantage son esprit. Il y a avait temps de...mystère, autour d’elle, autour de ses affirmations. Cette créature était un coffre-fort ambulant. Quels autres secrets renfermaient-elle ? Elias n’était pas certain de désirer le découvrir, au risque de perdre complètement la raison.

Il s’arrêta à la lisière de la route, les mains croisées sur son torse. A ses côtés, la voix de l’étrangère sembla diminuer, comme si elle menaçait de se briser d’un instant à l’autre. Le policier se tourna légèrement vers Nephtys. Cette dernière s’accrochait toujours désespérément à cet étonnant bracelet doré et des larmes apparaissaient une énième fois aux coins de ses yeux. L’expression si sévère d’Elias s’adoucit. Qui qu’elle soit, cette femme semblait être...entièrement et complètement dans la nasse. “ Ça va aller, ne vous en faites pas.”s’entendit-il prononcer, d’une voix qui ne lui ressemblait pas. La délicatesse de son timbre le surprit, aussi l’officier reprit-il une certaine distance en retrouvant de nouveau son calme froid ordinaire. Une voiture d’un jaune éclatant s’arrêta à leur hauteur. “ Voilà notre taxi.”Il ouvrit la portière, invitant Nephtys à grimper en première pour finalement se glisser à sa suite dans le véhicule.

Seulement, ce ne fut pas l’adresse d’un hôtel qu’Elias offrit au chauffeur...mais la sienne. L’aura angoissée qui frétillait autour de Nepthys était bien trop frappant pour que l’officier ne l’abandonne dans une chambre, vouée à la solitude, condamnée à affronter seule ses tourments...Non, il ne pouvait décemment pas faire une telle chose, qu’importe que cette femme soit...une surprenante enquiquineuse. Il ne pouvait pas la larguer n’importe où, comme un vulgaire déchet jeté sur le bas-côté. Non, il ne pouvait pas. Quand bien-même son instinct lui soufflait qu’il regretterait amèrement de l’héberger. “ Donc pour résumer la situation...vous affirmez venir d’une...autre réalité ? D’un autre univers ?”demanda-t-il, jamais il n’aurait cru poser cette question un jour...les mots sonnaient étranges dans sa bouche. Elias ne croyait pas à la vérité de Nephtys. Il décelait une véritable détresse sur son visage mais...l’idée qu’elle puisse venir d’ailleurs était pour lui inconcevable. Son regard s’était porté vers la route, observant sans réellement voir la kyrielle de buildings défilant tranquillement dans son champ de vision.




    yu18.png 48mz.png pmvt.png
    you remind them what hell looks like
    Remember what you must do when they undervalue you, when they think your softness is your weakness, when they treat your kindness like it is their advantage. You awaken every dragon, every wolf, every monster that sleeps inside of you...and you remind them what hell looks like when it wears the skin of a gentle human.+ aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas
 
Azylth
Azylth
Féminin MESSAGES : 137
INSCRIPTION : 21/04/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy/Romance/Historique/City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4475-fiche-de-presentation
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

6b0691f81483a826eecf4765481b4b7a.jpg
Nephtys

de la Lignée du Serpent à Tête Bleue

J'ai 17 ans et je vis à Ankmar, capitale de mon royaume baigné de soleil. Dans la vie, je suis la princesse héritière et je m'en sors parfaitement bien. Grâce à ma lignée et à ma beauté, je suis très célèbre et je le vis très bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis une fille terriblement capricieuse et superficielle au premier abord. Mais ce n'est que la carapace que je me suis forgée pour pouvoir contrer ma solitude et la pression que je ressens au quotidien. Je suis la princesse héritière. Je n'ai pas le droit à l'erreur. Je suis une mutante et même si je ne suis pas très puissante, je peux utiliser l’énergie solaire qu’absorbe mon corps pour modifier les choses grâce à ma volonté. Le plus souvent, je revêts la forme d’un léopard géant, espèce typique de la région, non pas pour me défendre mais parce que j’adore me prélasser au soleil avec ce corps couvert de fourrure.


Même s'il y avait une énorme différence de température entre chez elle et ici, Nephtys se sentit également beaucoup mieux une fois dehors. La brise qui venait glisser sur sa peau douce la faisait frissonner de temps à autre. Comparé aux températures du désert, la princesse trouvait celles-ci bien basses... Mais la fraîcheur avait le mérite de la distraire un peu de ses pensées sombres. Elle abandonna un instant son bracelet serpent pour se passer les mains sur les bras et essayer de se réchauffer un peu tandis qu'elle la suivait près du bandeau noir qui s'étalait par terre à perte de vue.
- Ça va aller, ne vous en faites pas.
Le ton était surprenament... délicat et attentionnée. Nephtys tourna ses yeux vers lui, à la fois surprise et pleine d'espoir. Est-ce que... Peut-être...
- Voilà notre taxi.
Le changement était radical et la princesse crut avoir rêvé. Elle se contenta de hocher la tête, détournant les yeux vers la chose roulante qui s'arrêta devant dans un vrombissement qu'elle trouvait inquiétant. Le policier l'invita à rentrer dedans et elle hésita quelques secondes avant d'apercevoir une autre personne assise plus à l'avant. Après une courte délibération intérieure, elle en déduisit que même si l'engin faisait peur, il ne devait pas être dangereux. Elle grimpa dedans et s'installa tranquillement à l'arrière, testant un instant le confort des banquettes tandis que l'homme en uniforme s'installait à côté d'elle et fermait la porte.

Quand la voiture démarra à nouveau, la princesse se tendit, prête à bondir dehors. Mais après quelques instants... elle se surprit à trouver les balancements réguliers de l'habitacle assez reposants. Malgré le bruit du moteur, elle avait envie de fermer les yeux et de se laisser aller.
- Donc pour résumer la situation...vous affirmez venir d’une...autre réalité ? D’un autre univers ?
La voix de son guide n'arriva pas à rompre la chappe de sommeil qui commençait lentement à s'installer sur elle, la recouvrant petit à petit de son voile doux et rassurant.
- Je ne sais pas. Je vous l'ai déjà dit. Je viens d'Ankmar, c'est tout..., lui répéta-t-elle d'une voix où venait pointer la lassitude et la fatigue.
Alors qu'elle finissait de parler, la princesse sentit une agréable chaleur se diffuser dans tout son corps. Elle profita d'abord de cette merveilleuse sensation chaleureuse avant de se rendre compte qu'elle venait d'elle. Ses paupières se relevèrent un peu pour tomber sur ses cuisses caramel qui étaient à présent légèrement lumineuses, comme si elles étaient recouvertes de micro paillettes dorées.

Le temps de cligner à nouveau des paupières, Nephtys s'était changée en chat. Les particules solaires que renfermait son corps et qui circulaient librement à l'intérieur étaient douée d'une certaine forme d'intelligence. Et, d'après certaines des prêtresses de Râ, chaque particule pouvait même avoir une conscience propre de temps à autre, même si elles semblaient la plupart du temps agir toutes ensemble, comme un système doué de volonté et séparé en milliers de petites parcelles.
Les particules qui vivaient à l'intérieur de Nephtys avaient décidé que, pour l'instant, le mieux pour le corps était de revêtir la forme qui perdrait le moins de chaleur. Les particules ne pouvaient pas risquer de voir leur propriétaire rentrer en hibernation. Alors elles avaient agi de leur plein gré, sans que la princesse ne les ai sollicitées.

A présent, elle était un chat noir au poil court de petite taille, aux oreilles douces et aux yeux ambrés. Nephtys ne sembla pas s'en rendre vraiment compte sur le moment et son instinct de chat, cherchant toujours plus de chaleur, la poussa à ramper timidement vers la cuisses d'Elias pour venir s'y blottir. La princesse cacha sa tête entre ses pattes et commença à somnoler.

Revenir en haut Aller en bas
 
Mad Max
Mad Max
Féminin MESSAGES : 177
INSCRIPTION : 06/05/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Centre-Val de Loire
CRÉDITS : Mad Max

UNIVERS FÉTICHE : Historique / Fantastique / City Gang
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4512-partenaires-pour-des-liens-romances-dans-un-univers-medieval-antique#92811
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

55oc.png
Elias Wayland
J'ai 22 ans et je vis à Detroit, Etats-Unis. Dans la vie, je suis policier ainsi que pilote de course à mes heures perdues et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 5duf

The angry, the empty, the lonely, the tricked. We are all museums of fear.

Audacieux et persévérant, Elias est un homme qui ne recule que rarement face à l’adversité ou la difficulté pour parvenir à ses fins. Il croit à la justice. Et à l’égalité. Ses parents lui ont inculqué des valeurs qu’Elias chérit et s’efforce chaque jour de suivre. Seulement, son tempérament belliqueux, combiné à un sarcasme et une impétuosité incontrôlable, lui fait parfois défaut et l’écarte de temps à autre de cette voie qui lui est destinée depuis sa naissance.

Il rêve beaucoup, Elias. C’est un gamin un peu trop distrait, qui aime le calme de son esprit...autant qu’il se délecte de l’adrénaline qui court dans ses veines lorsque le danger rôde près de lui. Serviable, il aime se rendre utile, et fuit autant que possible l’impuissance. Mais on lui reproche parfois d’être sans attache, d’être trop instable, trop...solitaire. Imprévisible. Seulement, Elias est bien trop borné, et arrogant, pour changer de comportement.




Elias flottait toujours dans cette bulle...de confusion, de surprise et de mépris. Et aucun des mots prononcés par Nepthys ne parvenaient à percer les parois de ce globe, lequel s’agrandissait au fur et à mesure, plongeant l’officier dans un océan d’incertitudes où sa raison...ramait vainement pour remonter à la surface. Mais son esprit n’était pas prêt à accepter la vérité de la jeune femme. Le monde tangible, tel qu’il le connaissait, était dépourvu de magie, de fantaisie ou de...trou noir. Même le nom de sa terre d’origine ne résonnait pas en lui. Ankmar ? Où diable était-ce ? Elle avait parlé de capitale, mais… de quel pays ? À en voir son accoutrement, ses longues tresses noires, sa peau de miel...elle avait l’Egypte dans la peau. Alors pourquoi n’avait-elle pas parlé du Caire ? Bon dieu. Il perdait complètement la tête.

Elias inclina légèrement son visage pour apercevoir la mine épuisée de Nephtys. La fatigue semblait peu à peu la gagner, poussant le policier à la scruter plus que de raison comme s’il cherchait à découvrir tous ses secrets...lorsqu’une douce lumière, crépitante et chaude, enveloppa les cuisses de la jeune femme. L’officier cligna des yeux. Sa physionomie se décomposa totalement, morceau par morceau. La stupéfaction envahit ses traits. Son corps. Tous ses muscles se figèrent sous le choc. Il ne comprenait pas. C’était impossible. Irréel. Et pourtant...et pourtant, la silhouette de Nepthys disparut sous ses yeux habités par l’effroi. Là où se trouver jusqu’alors la jeune femme...siégeait dorénavant un petit chat, au poil sombre comme la nuit.

“ Bordel de merde.”Les mots lui échappèrent brusquement. Son regard sondait intensément le félin, sans réellement le voir. Sa vision de la réalité venait d’être percutée de plein fouet et Elias ne réussissait pas à se sortir de cette...transe, provoquée par ce bouleversement inusité. Nephtys venait de caramboler brutalement l’ordre naturel de l’univers. Même lorsque l’animal se blottit contre ses cuisses, le policier n’esquissa pas le moindre geste, complètement et totalement incapable de réagir. En vérité, il n’était pas certain de pouvoir réagir avant longtemps. Très longtemps. Son esprit rejouait les événements précédents, avec cet éblouissement soudain puis...la brusque disparition de Nephtys. Et l’apparition de ce chat. Un chat. Une mignonne petite boule de poil noire.

“ Tout va bien là dedans ? ”Elias redressa lentement la tête, croisant finalement le regard du conducteur dans le reflet du rétroviseur. Son cerveau fonctionnait à moitié. Toutes ses connexions nerveuses...Avaient disjoncté. Mais il parvint à formuler une phrase. D’une voix blanche mais...au moins réussit-il à émettre des sons. “ Serait-il possible de prendre la direction du commissariat, s’il vous plaît ?”Le commissariat. Il devait expliquer la situation à son supérieur, au risque d’être condamné à l’internement. Et puis, c’était le seul lieu qui lui permettait de se raccrocher à la réalité, sa réalité, sans dissolution magique, sans princesse issue d’une lignée quelconque et d’un monde parallèle au sien.

Le véhicule prit la direction indiquée. Durant tout le trajet, Elias garda ses mains contre son corps, refusant de toucher la bête qui s’était réfugiée contre lui, enveloppée à présent dans un profond sommeil. Le taxi s’arrêta devant un bâtiment familier, qui le réconfortait, par sa simple présence. Il baissa les yeux vers le chat. Incertain. Indécis. Le policier inspira profondément avant de venir soulever la drôle de bestiole, s’évertuant à montrer un semblant de délicatesse. “ Tu as pas intérêt à faire de connerie, c’est clair ?”marmonna-t-il à l’attention du chat alors qu’il quittait la voiture. Il paya le chauffeur, lequel s’apprêtait à lui poser la même question qui brûlait le cerveau d’Elias. Où était passée la fille ? Mais l’officier lui intima de reprendre sa route, ne souhaitant pas expliquer une situation qu’il ne parvenait pas lui-même à élucider. Elias se dirigea vers le poste de police, pressant l’animal contre son torse pour ne pas l’échapper...les heures suivantes allaient être un véritable bordel.

Après une demie-heure passée à se justifier, à exposer différentes théories, Ronald Hopkins n’avait toujours pas bougé de son siège. Les deux se dévisageaient, silencieux. L’un sentait que son cœur s’apprêtait à exploser. L’autre...l’autre ne dévoilait simplement aucune émotion. Installé dans le cabinet du sergent, Elias s’évertuait à paraître...confiant. Mais difficile de faire une telle chose lorsqu’il affirmait que le chat déposé sur son bureau, était en vérité un femme. Complètement frappée. Mais une femme tout de même. “ Wayland, qu’est ce que tu as consommé putain ? Pourquoi tu me fais perdre mon temps avec des stupidités pareilles ? Tu te crois où exactement, dans un navet d’Hollywood ?”La voix de son supérieur gronda subitement dans la pièce, si bien que même son bureau parût tressaillir de peur.

L’expression de Ronald était dorénavant déformée par l’agacement. Un air qu’Elias ne connaissait que trop bien…son regard vira vers le félin, le fusillant littéralement, et discrètement tandis qu’Hopkins se levait pour ouvrir la porte. “ Sors d’ici Sabrina et emmène ton chat magique avec toi.” La mâchoire de l’officier tressauta légèrement. Il se leva, tournant finalement le dos à l’animal pour affronter son supérieur. “ Écoutez sergent, je sais que c’est irréel, mais...Fous le camp Wayland, je veux plus entendre parler de cette histoire !”Oh, comme Elias approuvait silencieusement les paroles de Ronald. Lui non plus, il ne voulait plus entendre parler de cette histoire. Lui non plus, il n’acceptait pas l’éventualité que la magie puisse exister. Mais il n’était pas fou, quoi qu’il commençait peu à peu à s’interroger sur sa santé mentale…




    yu18.png 48mz.png pmvt.png
    you remind them what hell looks like
    Remember what you must do when they undervalue you, when they think your softness is your weakness, when they treat your kindness like it is their advantage. You awaken every dragon, every wolf, every monster that sleeps inside of you...and you remind them what hell looks like when it wears the skin of a gentle human.+ aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas
 
Azylth
Azylth
Féminin MESSAGES : 137
INSCRIPTION : 21/04/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy/Romance/Historique/City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4475-fiche-de-presentation
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

6b0691f81483a826eecf4765481b4b7a.jpg
Nephtys

de la Lignée du Serpent à Tête Bleue

J'ai 17 ans et je vis à Ankmar, capitale de mon royaume baigné de soleil. Dans la vie, je suis la princesse héritière et je m'en sors parfaitement bien. Grâce à ma lignée et à ma beauté, je suis très célèbre et je le vis très bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis une fille terriblement capricieuse et superficielle au premier abord. Mais ce n'est que la carapace que je me suis forgée pour pouvoir contrer ma solitude et la pression que je ressens au quotidien. Je suis la princesse héritière. Je n'ai pas le droit à l'erreur. Je suis une mutante et même si je ne suis pas très puissante, je peux utiliser l’énergie solaire qu’absorbe mon corps pour modifier les choses grâce à ma volonté. Le plus souvent, je revêts la forme d’un léopard géant, espèce typique de la région, non pas pour me défendre mais parce que j’adore me prélasser au soleil avec ce corps couvert de fourrure.



La princesse était tombée dans un sommeil de plomb que rien ne pouvait perturber. C'était en partie à cause du maque de soleil. Mais c'était surtout parce que Nephtys était comme ça. Elle s'endormait comme une masse et pourrait dormir tranquillement même si elle se trouvait au beau milieu d'un concert de métal. Son esprit endormi frôla la limite de la conscience tandis qu'elle était transportée jusqu'au bureau du commissaire, mais une fois posée dessus, ce fut à nouveau le noir total. Un néant que même les explications fiévreuses d'Elias et les répliques furieuses de son chef ne parvenait pas à dissiper.

Nephtys aurait pu dormir comme ça jusqu'au surlendemain. Mais il se trouvait que les particules en avaient décidé autrement. Dans le bureau du commissaire, la température ambiante était acceptable. Le corps était posé sur une surface plane. Et il captait un doux rayon de soleil qui rentrait par la vitre juste à côté et tombait directement sur sa poitrine, lieu de départ de toutes les particules. Leur foyer. Il était situé au niveau du sternum chez tous les mutants. Les conditions dans le bureau du commissaire étant défavorables à l'entrée en hibernation de leur hôte, elles décidèrent de rendre au corps sa forme originelle. Au moment où personne ne le regardait, le chat redevint Nephtys. Il l'avait toujours été, bien sûr, mais à présent, elle était la vraie Nephtys, Nephtys la vraie.

Le passage d'un corps à un autre ramenait presque toujours l'esprit dans une sorte de légère conscience du réel. Et si la princesse n'avait pas fait tomber le pot à crayon du commissaire ainsi qu'un cadre, son bloc note et plusieurs papiers et prenant soudainement plus de place sur le bureau, elle ne se serait jamais réveillée de sitôt. Mais le bruit criant des stylos s'éparpillant sur le sol et du verre brisé ainsi que celui, plus léger, des feuilles qui planaient doucement jusqu'au sol la tirèrent de sa torpeur, juste assez pour qu'elle réalise qu'elle n'était pas dans l'endroit où elle s'était endormie. Nephtys papillonna des yeux puis se releva sur un coude, toujours allongée langoureusement sur le côté à la manière des chats. Dans cette position, sa courte robe verte et or suivait la courbe de ses hanches, mettant en valeur la finesse de sa taille.

Nephtys posa immédiatement son regard ambré sur les deux hommes en face d'elle. Le premier qu'elle aperçut, près de la porte, lui était inconnu. Et elle ne voyait que le dos de la deuxième. Son cœur accéléra drastiquement lorsqu'elle comprit deux choses : elle était seule et à moitié endormie avec deux hommes qui avaient pu lui faire tout un tas de trucs. Et elle ne les connaissait pas. Face à la première prise de conscience, la deuxième paraissait futile. Tellement peu importante. Mais à présent qu'elle avait trouvé en Elias une sorte de point de repère, le voir disparaître l'angoissait profondément. Mais cette inquiétude fut de courte durée. Car quand le deuxième homme se retourna, elle vit que c'était bien celui qui l'avait raccompagnée de l'hôpital. Toujours dans un silence et un immobilisme oppressant, ses yeux passaient de l'un à l'autre, à la fois inquiets et perdus.

- Pourquoi... m'avez-vous allongée sur un bureau ?
Cette phrase stupide murmurée d'une voix incertaine fut la seule chose qui put franchir ses lèvres. Elle s'était adressée au policier qu'elle connaissait, ignorant pour l'instant le deuxième. Et ce n'est qu'une fois qu'elle eut prononcé ces quelques mots qui décrivaient la situation étrange dans laquelle elle se retrouvait que Nephtys réalisa qu'elle était bel et bien allongée sur un bureau. Et de façon sacrément aguicheuse en plus... Se rendant compte que la situation n'était pas loin d'être critique, la princesse pivota rapidement en position assise non sans que sa robe ne se soit relevée un peu plus pour dévoiler encore plus de sa peau caramel. A présent, ses jambes pendaient dans le vide et ses mains étaient posées sur ses cuisses, accrochées l'une à l'autre. Son regard, quant à lui, n'avait pas cessé ses allers retours intrigués.

Revenir en haut Aller en bas
 
Mad Max
Mad Max
Féminin MESSAGES : 177
INSCRIPTION : 06/05/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Centre-Val de Loire
CRÉDITS : Mad Max

UNIVERS FÉTICHE : Historique / Fantastique / City Gang
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4512-partenaires-pour-des-liens-romances-dans-un-univers-medieval-antique#92811
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

55oc.png
Elias Wayland
J'ai 22 ans et je vis à Detroit, Etats-Unis. Dans la vie, je suis policier ainsi que pilote de course à mes heures perdues et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 5duf

The angry, the empty, the lonely, the tricked. We are all museums of fear.

Audacieux et persévérant, Elias est un homme qui ne recule que rarement face à l’adversité ou la difficulté pour parvenir à ses fins. Il croit à la justice. Et à l’égalité. Ses parents lui ont inculqué des valeurs qu’Elias chérit et s’efforce chaque jour de suivre. Seulement, son tempérament belliqueux, combiné à un sarcasme et une impétuosité incontrôlable, lui fait parfois défaut et l’écarte de temps à autre de cette voie qui lui est destinée depuis sa naissance.

Il rêve beaucoup, Elias. C’est un gamin un peu trop distrait, qui aime le calme de son esprit...autant qu’il se délecte de l’adrénaline qui court dans ses veines lorsque le danger rôde près de lui. Serviable, il aime se rendre utile, et fuit autant que possible l’impuissance. Mais on lui reproche parfois d’être sans attache, d’être trop instable, trop...solitaire. Imprévisible. Seulement, Elias est bien trop borné, et arrogant, pour changer de comportement.




Les iris rivés sur Ronald, Elias se hâtait de trouver les bons mots pour parvenir à convaincre son supérieur. En vain. Comment convaincre un homme de sa trempe, lorsque l’officier essayait encore de se convaincre lui-même ? Dans son esprit, il retournait une myriade de phrases, il assemblait des syllabes, il mélangeait des termes, des lettres, sans pour autant former une seule fois un discours cohérent. Parce que lui-même, il se trouvait insensé. Mais ses yeux...ses yeux ne l’avaient pas trompé. Nephtys s’était métamorphosée en chat. Comment ? Seigneur, il n’en avait pas la moindre foutue idée. Mais elle l’avait fait. Et maintenant...maintenant il se traînait une boule de poil endormie, sans se douter un seul instant du bordel qu’il venait de laisser dans son sillage.

Lorsqu’Elias aperçut la tension s’intensifier sur le visage d’Hopkins, le policier pressentait qu’il ne lui restait que quelques secondes avant que Ronald ne le prive de son badge. C’est alors que le sergent tourna la tête...et, à en voir son expression, l’officier crut qu’il avait entrevu un spectre. Ronald Hopkins. Si sévère. Si confiant. Si...hautain. Avait dorénavant pâli, devenant aussi fade que le blanc morne et terne des murs hôspitaliers. Sa haute et large stature s’était immobilisée. Et ses cheveux...blonds, coupés courts, semblaient presque s’être dressés sur son crâne. Le policier resta, un court moment, ahuri par l’expression de son supérieur, lui qui d’ordinaire arborait cet air terriblement arrogant...toute présomption avait fui son regard.

Puis, doucement, il revint à la réalité et, comme Ronald une seconde plus tôt, Elias glissa un coup d'œil en direction du bureau...et c’est alors qu’il remarqua l’absence du chat, et la présence de Nephtys. Allongée lascivement sur le côté, dans une position valorisant la ligne délicate et harmonieuse de ses hanches ainsi que la finesse de sa taille. Ses jolies jambes dénudées. Ses grandes pupilles, où flambait un brasier véhément, qui fascinaient, n’importe qui. Elle était revenue. Comment ? Encore une autre question qui venait s’ajouter à la longue, très longue liste… Sa voix, à peine un murmure, flotta doucement dans le bureau. Elias bâtit à son tour des paupières, puis scruta de nouveau son supérieur. La demoiselle hypnotisait manifestement et véritablement n’importe qui, dépossédant alors le grand Sergent Ronald Hopkins de tous ses moyens. Elias se rembrunit. L’officier gardait respectueusement son regard au bon endroit, à l’inverse de son supérieur. Il franchit la courte distance qui le séparait de Nephtys et s’empara de sa longue veste sombre, laquelle gisait sur le dossier du fauteuil.

“ Je ne savais pas où vous poser. Je ne pensais pas que vous reviendriez.”rétorqua-t-il simplement et sincèrement, tandis qu’il déposait son manteau sur les épaules de la jeune femme. Il attacha les deux pans du vêtement à l’aide d’un bouton. Ca ne dissimulait pas grand chose...mais au moins Ronald sortit-il de son mutisme, relevant enfin son regard jusqu’alors trop intrusif. Le policier demeurait près de l’étrangère, se plaçant volontairement entre elle et le sergent, sa haute silhouette ombrageant la sienne. Bien qu’Elias ne souhaitait aucunement l’avouer à voix haute...il était véritablement soulagé que la demoiselle soit de nouveau parmi eux. Ainsi, Ronald Hopkins avait pu assister au spectacle auquel le policier avait assisté plus tôt. Ainsi, il ne serait plus le seul fou à envisager l’existence de la magie. “ Qui êtes-vous ?”l’interrogea Ronald d’une voix autoritaire, retrouvant son rôle de flic sévère, intransigeant, et surtout pragmatique. Il retourna à son bureau puis s’installa sur le large fauteuil.

Elias présenta une chaise à Nephtys, avant de s'asseoir sur celle flanquée à côté. L’interrogatoire qu’allait subir la jeune femme promettait d’être long...et, cette fois-ci, elle n’avait aucune échappatoire possible. Jamais Ronald Hopkins ne la laisserait filer entre ses longues griffes. “ D’où venez-vous ? Et comment avez vous réussi à faire ça ?”enchaîna-t-il, employant toujours ce même timbre tranchant. Le policier scruta rapidement la demoiselle, à la recherche d’une quelconque trace de crainte ou d’angoisse sur son visage, qui lui servirait de signal pour se mêler à la conversation...il savait, par expérience, que Ronald Hopkins pouvait être terrifiant avec ses yeux perçant et sa mâchoire rongée par une barbe claire et courte, mais fournie.





    yu18.png 48mz.png pmvt.png
    you remind them what hell looks like
    Remember what you must do when they undervalue you, when they think your softness is your weakness, when they treat your kindness like it is their advantage. You awaken every dragon, every wolf, every monster that sleeps inside of you...and you remind them what hell looks like when it wears the skin of a gentle human.+ aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas
 
Azylth
Azylth
Féminin MESSAGES : 137
INSCRIPTION : 21/04/2021
ÂGE : 20
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : /

UNIVERS FÉTICHE : Fantasy/Romance/Historique/City
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

https://www.letempsdunrp.com/t4475-fiche-de-presentation
tea

Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

6b0691f81483a826eecf4765481b4b7a.jpg
Nephtys

de la Lignée du Serpent à Tête Bleue

J'ai 17 ans et je vis à Ankmar, capitale de mon royaume baigné de soleil. Dans la vie, je suis la princesse héritière et je m'en sors parfaitement bien. Grâce à ma lignée et à ma beauté, je suis très célèbre et je le vis très bien.

Informations supplémentaires ici.
Je suis une fille terriblement capricieuse et superficielle au premier abord. Mais ce n'est que la carapace que je me suis forgée pour pouvoir contrer ma solitude et la pression que je ressens au quotidien. Je suis la princesse héritière. Je n'ai pas le droit à l'erreur. Je suis une mutante et même si je ne suis pas très puissante, je peux utiliser l’énergie solaire qu’absorbe mon corps pour modifier les choses grâce à ma volonté. Le plus souvent, je revêts la forme d’un léopard géant, espèce typique de la région, non pas pour me défendre mais parce que j’adore me prélasser au soleil avec ce corps couvert de fourrure.



Nephtys vit le regard du bonhomme qu'elle ne connaissait pas la reluquer de long en large. En temps normal elle aurait sûrement beaucoup apprécié être observée à sa juste valeur mais actuellement, la situation la mettait simplement très mal à l'aise. Mal-être qui se traduit pas un mutisme spontané et une rigidification de ses membres.
- Je ne savais pas où vous poser. Je ne pensais pas que vous reviendriez, lui annonça le policier en s'approchant d'elle pour recouvrir ses épaules de sa veste sombre.
Nephtys accepta le cadeau avec gratitude et le laissa sagement fermer le bouton du devant tandis que son regard, toujours aussi incertain, repassait sur le deuxième individu.

- Qui êtes-vous ?, l'interrogea soudain le blond d'un ton brutal.
Nephtys se rigidifia un peu plus, impressionnée par la force vocale de l'homme mais surtout très indignée.
Elias lui présenta une chaise où elle s'empressa d'aller s'asseoir. Rester assise sur le bureau de ce rustre ? Sans façons.
Alors que les questions lui pleuvaient dessus sans interruption apparente, la princesse se mit a tripoter la veste qu'Elias lui avait donnée, à défaut de triturer ses longues tresses. Elle était douce et chaude. Peut-être qu'elle pourrait lui demander s'il pouvait la lui prêter encore un peu quand ils sortiraient d'ici...

Nephtys attendit patiemment que Ronald la ferme enfin pour prendre la parole d'une voix dégoulinante de mépris pour cet homme qui l'avait ouvertement maté et qui lui parlait depuis tout à l'heure d'un ton qu'elle trouvait fort désobligeant.
- Je sais que ce n'est pas donné à tout le monde mais quand on ne connait ne serait-ce que les bases de la politesse, on commence par se présenter soi-même. Son regard ambré était planté dans celui du commissaire sans présenter la moindre once d'hésitation. Ca vaut pour vous aussi, glissa-t-elle peut-être un peu moins sèchement au policier dont elle ne connaissait toujours pas le nom.
Nephtys foudroya quelques instants de plus le commissaire du regard avant de le prendre de court et de se présenter en premier. Pour l'enfoncer un peu plus et prouver que sa première remarque était totalement vraie : ce type était un véritable rustre.

- Je suis la princesse Nephtys de la lignée du Serpent à Tête Bleue. Je viens d'Ankmar, mais ne vous fatiguez pas à chercher, vous ne connaissez pas, siffla-t-elle d'un ton amère même si cette fois-ci, Ronald n'y était pour rien. J'ai réussi à "faire ça", comme vous dites, parce que je suis une personne spéciale. Ca ne s'explique pas autrement.
Sa tirade achevée, Nephtys croisa ses bras sur sa poitrine par dessous le manteau pour afficher publiquement son agacement. Que le commissaire ose lui faire une remarque désobligeante. Ce sera sa première et sa dernière. Elle avait encore un atout dans sa manche pour le mettre au pas.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max) - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Voir le monde de ses yeux est mille fois mieux que n’importe quel rêve (ft Mad Max)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Village Hentaï
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy-
Sauter vers: