Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Smartphone Xiaomi POCO M4 5G – 6.43″ -FHD ...
Voir le deal
127.92 €

LE TEMPS D'UN RP

Je veux le faire pour toi.

Patate Douce
Messages : 638
Date d'inscription : 25/10/2019
Région : Basse-Normandie
Crédits : idk

Univers fétiche : Réaliste, Fantastique.
Préférence de jeu : Homme
Narnia
Patate Douce
Mar 20 Sep - 23:08
https://images2.imgbox.com/dd/3e/8oKxK8Lh_o.gif

Sullyvan
Andrews

J'ai 38 ans ans et je vis à New York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis à la tête d'un empire Com' et tueur à gages et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je crois que je suis à mon puppy et les courbes féminines et je le vis plutôt bien.

Tu veux apprendre à me connaître ? Viens donc me chatouiller et tu retiendras mon nom.

Tom Hardy trouvé ici
Les semaines défilent bien trop rapidement jusqu'à la fameuse soirée. Mon costume est prêt. Celui de Puppy aussi. Je me traine devant le miroir, m'observant. La veille, nous étions allés dans un spa pour se faire dorloter. Nous devions être frais quand même. On s'était laissé maquillé pour ne pas être trop reluisant - ou gras, au choix - pour les photos. J'avais préparé le chèque au nom de moi (mais surtout le gang) et de la société. Se montrer généreux et prouver que j'avais une grosse paire à poser sur le front des cons. Parce que, on ne devait pas s'y tromper, repère de malfrats pétant dans des fringues faisant quatre cinq fois le prix d'un salaire modeste, ça pouvait vite faire oublier la crasse. Bref, je n'avais pas le choix d'officialiser mais je ne voulais pas non plus que Puppy se trompe sur la marchandise. C'était une collecte du gala qu'il avait choisi mais aussi un bel avertissement à quiconque voulant s'en prendre à lui. Ce que je ne conseille pas de faire deux fois.

Je siffle dans la baraque pour annoncer notre départ. Et je claque le cul de l'homme quand il apparait. - Je connais un endroit secret réputé pour être insonorisé, tu penses qu'on pourrait tenter ? Parce qu'il était vraiment canon et je re siffle pour le complimenter. Oui, je n'ai pas eu de cours pour être un homme vraiment civilisé. - En route ma beauté, allons charmer les grands méchants de cette ville. Et te mettre une fessée pour t'amuser à m'attendre quand je termine tard. Je n'ai rien dit encore mais je t'assure, que tu vas en recevoir une, un jour. Et ça va grandement te surprise. Je vais te faire passer l'envie de faire des heures supp'. Je tire sur sa veste pour obtenir un baiser. En vérité, je repoussais le moment d'inaugurer ce que nous étions sur mon bureau. L'envie de le résister - oui je me l'impose tout seul - était un besoin pour .. Comme le respecter et souligner que lui pouvait venir et s'imposer. Enfin, je sais pas mais c'était une connerie du genre, lui laisser son espace vital et être sur un même équilibre. Où est-ce que j'avais lu cette merde encore ? Qu'importe, c'était devenu aussi un défi personnel. Il demeurait encore plus bandant au boulot. Mais je ne suis pas certain qu'il le réalise. Tant mieux, après, je serais foutu s'il en joue.

Je pose mon soyeux fessier dans la limousine, donne une coupe de champagne à la moitié et trinque avec lui. - Est-ce que ça va aller ? Surtout, si tu te sens mal, on s'en va. Ne me fais pas le coup du, je suis un homme fort, je veux pas être un boulet ou je sais pas quoi dont tu es capable. T'as rien à prouver, à part dans notre lit à la rigueur et ça s'arrête là. Est-ce que tu veux qu'on revoit les noms ensemble ? J'embrasse sa tempe, profite d'être plus doux en privé avant d'arborer un visage bien plus sérieux publiquement. - Va falloir me faire un résumé de tes inventions douteuses mon ami aussi. Parce que j'étais encore septique sur certains débats.

Le trajet se fait tranquillement, jusqu'à s'immobiliser. - Merci d'être toi, je suis chanceux. Je l'embrasse de nouveau et on quitte l'habitacle. Je prends une grande inspiration, referme mon blaser et je lui offre mon bras pour qu'il pose sa main. - C'est notre moment. N'oublie jamais que je suis fier de toi. Un baiser sur sa joue et on se dirige vers les marches. C'est à son rythme que nous les montions, ignorant les possibles paparazzi. - Je suis là et je ne te lâcherais pas, promis. Pas une fois. Parce que moi aussi, j'avais peur .. De le décevoir, qu'on me l'arrache.

On fait une pause, puis se laisse guider vers le spot shooting. Je pose aussi sobrement que possiblement, plaçant ma main dans le bas du dos de mon partenaire. Un sourire subtil mais le regard froncé. Quelques crépitements et on se dirige vers l'entrée. On se fait alpaguer par une potin chieuse - que j'appelle comme ça. - Oui nous sommes ensemble, non on n'a pas encore prévu de se marier, ni d'avoir des enfants. Oui c'est surprenant Sullyvan Andrews est bisexuel mais je suis bien dans mes baskets et ça ne change strictement rien qui je suis, vous en faites pas. Bonne soirée. Je peux encore buter des gens de sang froid et manger des céréales, sans problèmes ! Voila, elle va pouvoir se torcher le cul maintenant. Et enfin, nous entrons, et découvrons une immense salle teintée de violet, bleu et de blancs et de musiques assez basses pour s'entendre parler. Je chope deux coupes et donne la seconde à Puppy. - Comment te sens tu ? Es-tu prêt à faire sensation ?   




Selenaë
Messages : 4075
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : république tchèque
Crédits : aslaug. (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Hélo
Selenaë
Dim 6 Nov - 19:59

Louis Dumas
J'ai 28 ans et je suis à New York, ville des USA. Dans la vie, je suis développeur web pour l'entreprise de Mr Andrews. Je suis fou amoureux et, coup de bol, il m'aime aussi, nous formons donc un couple au yeux de tous depuis peu.

tumblr_od3gqgYJZy1sgvb9bo2_500.gif


Olivier Dion (c)
h0neyydesign
Il sait, évidemment qu'il sait. C'est son entreprise, il sait toujours tout. Je suis resté tard, plusieurs fois, à l'attendre, malgré moi, malgré son avertissement, malgré son refus. Je ne l'ai pas aperçu, il finit plus tard, il s'en va par d'autres sorties, il s'échappe quand je suis concentré. J'hoche d'un signe de tête pendant que je savoure la caresse de sa main sur ma fesse. « Donc tu m'évitais bel et bien. » Je le taquine avant de répondre à son baiser. Notre relation évolue, elle change, je ne dis rien, je ne demande rien, mais j'apprécie de voir combien il est naturel pour lui de se tenir près de moi. Combien il m'accepte entièrement, je ne crois toujours pas en mon propre bonheur, mais je sens que cette soirée marque un tournant. La représentation officielle me fait peur, évidemment, mais je suis aussi excité comme une puce de voir ce qui nous attend. « Très bien, je serais sage pour quand tu rentreras ces soirs-là. » soufflai-je avant de l'embrasser à mon tour pour lui passer l'envie de répondre. Je ne veux pas le faire culpabiliser, parce que je sais combien c'est dur pour lui de tout concilier et c'est bien normal que je ne suis pas en haut de sa liste de priorité, mais parfois, le temps est long loin de lui, et bosser me donne au moins l'impression d'être utile.

Dans le limousine j'attrape une coupe de champagne et trinque avec lui, mais je ne fais que tremper les lèvres, je n'ose pas boire. J'ai trop peur de perde le peu de contrôle, pourtant ses mots... qu'est-ce qu'ils me font du bien. Je respire plus sereinement, je sais déjà que je vais faire tout mon possible pour cacher mes véritables sentiments, mais qu'il en ait conscience et qu'il veuille me protéger me fait quelque chose. Je souris et savoure la douceur de notre étreinte. « Ouais, j'veux bien. » Je passe en revue les noms que je connais en fonction des visages qui apparaissent sur son téléphone, je me suis entraîné. « L'accent français ne me sauvera pas tu penses ? Je suis sûr que j'peux les éblouir par mon passé mystérieux de français exilé loin de chez lui pour me sortir des situations. » Je comprends ses doutes, je ne suis pas convaincu par mes propres arguments, je tente toutes les échappatoires possibles.

A son bras, devant les paparrazis, au niveau des photos, devant les journalistes, j'essaie d'égaler son calme. Il est fier de moi, il l'a dit. Voilà à quoi je me raccroche, à lui. Il est fort et doué, j'espère ne pas le mettre dans l'embarras, je reste silencieux autant que je le peux. Je souris faiblement, mais ne peux m'empêcher de sourire plus largement à ses mots. « T'es vraiment un bon orateur, j'ai cru qu'elle allait se pisser dessus » je murmure sans trop me pencher vers lui. Je songe à cette femme pour éviter de penser à ce qui m'attend concrètement. Pourtant, notre bulle se perce et nous entrons dans la salle. Je ne peux plus échapper. « Pas vraiment prêt, non, mais allons-y. » Je ne serais jamais prêt, j'aime pas les projecteurs, j'ai rien d'une star, c'est vraiment un univers qui ne m'a jamais fait rêver... mais bon, voir Sullyvan dans un costume fait sur mesure le rend encore plus sexy, alors je continuerai à jouer le jeu juste pour lui. J'avance, d'un pas, puis deux. La coupe de champagne en main. Je boirai peut être, plus tard, pour l'instant, j'essaie de mener la danse.

Je regarde et certains visages me reviennent, certains noms jaillissent dans mon esprit, je suis bien préparé. « Ah, messieurs Andrews et Duma quel plaisir de vous accueillir ici. » Mon nom français est écorché, et je tremble. Je n'étais pas prêt du tout. Je souris. « Monsieur Bentley » le saluai-je poliment. « La soirée s'annonce grandiose. » annonçai-je, incapable de savoir quoi dire. J'ai envie de me serrer contre Sullyvan, j'ai envie qu'il parle, qu'il prenne la conversation en main, j'ai envie qu'il me serre la main, qu'il me murmure les phrases à dire dans l'oreille. J'inspire, je dois jouer le jeu. « La généreuse donation nous permettra d'investir dans de grands projets scientifiques très bientôt, je voudrai vous présenter ce jeune homme, tout juste sorti d'Havard qui semble très prometteur. » Et voilà, c'est lancé, sitôt arrivé, je ne veux pas me séparer de Sullyvan, j'acquiesce alors puis je tente. « C'était un honneur pour nous » j'essaie d'inclure Sullyvan au milieu pour qu'il vienne à ma rescousse « de participer à votre gala, je suis fasciné par les progrès scientifiques qui vont toujours plus vite de nos jours, je travaille dans la branche informatique, mais je suis persuadé que tout va ensemble. » Je ne vais pas survivre longtemps à cette vitesse là. Je sens déjà que je sue.
Je veux le faire pour toi.
Page 14 sur 14
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
Sujets similaires
-
» "Pour faire apparaître l’éléphant, il faut utiliser le flan sur la pierre magique."
» et si le doute s'installe, sera-t-il suffisamment fort pour nous faire changer d'avis ? (clionestra)
» (m) - Pour tester, un perso qui aime souffrir / faire souffrir
» Le saké pour le corps, le haïku pour le coeur- Santoka ❀Seolanne❀
» On avait pas dit pour le meilleur et pour le pire ? {Karly & William}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: