Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyAujourd'hui à 1:17 par Clionestra

» Raven and Bones
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyAujourd'hui à 0:15 par Lobscure

» Silicon Heart ft. Lexis
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyHier à 22:47 par Lexis

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyHier à 21:46 par Manhattan Redlish

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyHier à 21:11 par Opale Or

» La librairie, une vie de dangers.
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyHier à 18:13 par Snardat

» Grimm | Personnages
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyHier à 1:46 par Grimm

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyHier à 0:52 par Lexis

» “Please. I love her.” (avec Leolyne)
Love, Death + Capitole - Page 5 EmptyHier à 0:47 par Léolyne

Le Deal du moment : -50%
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif ...
Voir le deal
69.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Love, Death + Capitole

Lojzo
Messages : 4377
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Sam 6 Mai - 19:21

Kyle Norton
J'ai 17 ans pendant encore quelques semaines et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis fils d'une famille de pacificateur et je m'en sors plutôt bien.

Troisième et dernier d'une famille de pacificateur, Kyle se la coule douce la plupart du temps. Il aime fumer, faire la fête et faire semblant de travailler, mais c'est principalement une couverture, un masque qu'il se façonne. Ce qu'il aime au fond de lui, c'est la liberté, la solitude et la montagne.
En savoir plus.

felix mallard (c) @alcara

Assise sur les genoux de Kyle, Septima était dangereusement proche, mais le coeur battant du garçon exprimait son excitation, pas sa peur. Il était décidément au tournant de sa vie, il le sentait, le voyait et tout son être vibrait de bonheur.

Il avait 17 ans et il était amoureux pour la première fois.

Le monde lui semblait plus beau, plus grand, plus coloré. Les papillons volaient avec plus de grâce, même s'il ne les voyait absolument pas, totalement concentré sur le visage de Septima qui était bien trop proche du sien. La rivière qui coulait chantait bien plus élégamment que d'habitude, seulement les battements de son coeur assourdissait tous les autres bruits. Pour Kyle, à cet instant précis, Septima était tout son monde. Elle le remplissait parfaitement et c'était le plus bel être du monde entier.

- Tu veux parler de ce genre de méthode ?

Kyle ne put répondre tout de suite, il respirait le même air que la brune, ses yeux ne savait plus où se poser, entre son regard brûlant ou ses lèvres si tentantes. Il avala sa salive avec difficulté avant de répondre d'une voix éraillée.

- Tu veux me torturer, avoue ? Tu veux que je cède ? J'ai cédé il y a longtemps.

L'aveu a quitté ses lèvres avant qu'il ne s'en rende compte et, pour éviter de s'enfoncer encore plus, pour éviter de parler trop comme il le fait toujours, il franchit la distance si étroite entre les deux et posa ses lèvres sur celles de Septima.

Ils se sont déjà embrassés, plusieurs fois, mais aucun des baisers n'avaient cette saveur-. Son coeur tambourina et tous ses sens s'éveillèrent. La texture, la douceur, la violence de l'envie, tout se mélange et Kyle aurait pu gémir d'extase, juste à cet instant. Il ne voulait plus s'écarter et ses mains quittèrent le sol pour emprisonner Septima dans une étreinte. Il ne serra pas fort, et même s'il l'avait fait, elle n'aurait eu aucun mal à s'en défaire. Il caressa son dos et embrassa ses lèvres. Il avait désespérément besoin de ça et jusque là, il n'en avait même pas eu conscience.

Si Septima l'avait trouvé collant autrefois, elle le trouverait maintenant insupportable. Il était incapable de faire autre chose que de l'admirer.
Asma
Messages : 715
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : deviantart

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
ASMARETH RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Dim 7 Mai - 6:17

Septima Numitor
J'ai 19 ans et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis vainqueur des Hunger Games et je m'en sors très bien.

Septième enfant d'une fratrie de neuf (d'où son prénom), elle est issue d'une grande famille de "Carrières". Elle dispose d'un talent tout particulier pour les nœuds, et aime les lames bien aiguisées.
En savoir plus.

(c)mel-graph

Il n'est pas l'heure de se lancer dans un cours de chimie. Pourtant, l'exemple que la petite brune a sous les yeux a tout d'un cas d'école. La façon dont ses yeux brillent et ses pupilles se sont dilatées ne font que corroborer les propos qu'il tient. Il est tombé sous son charme. Peut-être pense-t-il que c'est parce qu'il a cédé, comme il le dit lui-même, qu'il ressent tout cela. Mais de manière très cartésienne, c'est le contraire qui se produit. Des messages nerveux sont envoyés tous azimuts à son système limbique. Un grand cocktail chimique est à l’œuvre : adrénaline, endorphine, phénylétylamine, dopamine, sérotonine, et tant d'autres. Le splendide ballet de près de 200 molécules chimiques qui s'agitent, se mélangent et le font chavirer.

La sérotonine, en particulier, celle qui nous permet de raisonner et développer notre esprit critique, est désormais produite en bien moins grande quantité chez lui. Si tant est qu'il n'en ait jamais produit, quand on examine de près la récente succession de décisions qu'il a prises en présence de Septima. Moins de sérotonine et les défauts de l'autre sont gommés. Gommés au point qu'il parvient même à passer outre tout ce qu'il sait de la jeune fille, et ce que le monde entier sait de ce qu'elle a fait dans l'arène.

A l'inverse, son corps est saturé de dopamine, libérée en importantes quantités. Elle mobilise l'énergie, pousse à l'action en vue de la satisfaction d'un plaisir. C'est pour cela qu'il a comblé la très faible distance qui les séparait encore. Bien-être, plaisir, un goût de reviens-y, encore et encore. Le système de la récompense.

Tandis que ses mains coulent le long de son dos, Septima se cambre et se presse contre lui. Elle enroule ses bras autour de son cou et laisse ses mains remonter le long de sa nuque, puis ses doigts glisser dans sa tignasse brune. Leurs lèvres ne se sont pas quittées.

Elle aimerait dire qu'elle contrôle tout ce qui se passe, mais elle est aussi sujette que lui à tous les changements hormonaux qui se produisent en elle. La rupture de production de sérotonine en moins, peut-être. En dépit de tout le reste, sa capacité de raisonnement lui semble intacte. C'est d'ailleurs cette dernière qui lui dicte la suite. Parce qu'elle n'est ni le trophée d'un ado émoustillé qui pense ajouter une conquête à son catalogue, ni une pimbêche écervelée qui ne rêve qu'à se faire trousser dans un champ.

- C'est pas tout, j'ai des poireaux à acheter, s'exclame-t-elle soudain en se redressant.

Ni une ni deux, Septima se relève. Par habitude, elle époussette et rajuste les pans de sa robe. Elle ne saurait tolérer une tenue autre chose qu'impeccable. Elle repasse une mèche brune désordonnée derrière son oreille. Enfin, elle tend la main à Kyle pour l'aider à se lever à son tour.

Quand il la rejoint, quelque chose au plus profond d'elle-même gronde. Alors, sans hésitation aucune, elle passe de nouveau ses bras autour de son cou et l'attire à elle pour l'embrasser. Elle a beau connaître les rouages de la mécanique biochimique, cela ne l'empêche pas d'être victime de son implacable engrenage.
Lojzo
Messages : 4377
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Lun 8 Mai - 11:09

Kyle Norton
J'ai 17 ans pendant encore quelques semaines et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis fils d'une famille de pacificateur et je m'en sors plutôt bien.

Troisième et dernier d'une famille de pacificateur, Kyle se la coule douce la plupart du temps. Il aime fumer, faire la fête et faire semblant de travailler, mais c'est principalement une couverture, un masque qu'il se façonne. Ce qu'il aime au fond de lui, c'est la liberté, la solitude et la montagne.
En savoir plus.

felix mallard (c) @alcara

Il se redresse en même temps qu'elle, un peu surpris par sa réaction soudaine. Mais elle ne serait pas Septima si elle faisait exactement ce qu'on s'attend qu'elle fasse. Kyle sourit, parce qu'il se sent heureux, parce qu'il n'a plus peur, parce qu'il a confiance.

Il attrape la main tendue et la plus merveilleuse des jeunes femmes de toutes les districts confondus et se relève.

- C'est parti pour les poireaux alors ! lance-t-il gaiement en attrapant la main de Septima.

Elle le surprend - encore - en l'embrassant. Ça tombe bien, il avait précisément besoin de ce genre d'affection pour pouvoir mettre un pied devant l'autre. Il n'a pas envie de redescendre vers la foule, pas envie de croiser ses parents ou n'importe qui, mais il n'a pas le choix. Ils ont passé plus de temps que prévu sur ce promontoire improvisé et le soleil a continué sa course dans le ciel.

Il descend, prudemment sur les cailloux roulant et une fois en bas, il se demande comment agir. Peut-il reprendre la main de Septima ? Doit-il le faire ? Peuvent-ils se montrer à tous ? Il en meurt d'envie, tout comme il veut protéger ce secret de sa vie. C'est trop contradictoire dans sa petite tête d'ado amoureux.

Mais il n'a pas le temps de se poser plus de questions qu'une voix se met à hurler KYLE NORTON. Il se retourne rapidement pour voir sa mère, en colère, les poings sur les hanches. Septima n'est pas loin derrière lui, mais il avance, rapidement pour lui éviter cette humiliation. Sa mère ne lui laisse pas le temps de s'exprimer, qu'elle lui attrape le bras et le tire vers la ville.

Elle savait donc où il allait ? Il n'était pas libre comme il le pensait, elle le surveille, elle sait tout. Merde. Kyle se sent idiot, il croyait avoir défié le système or voilà qu'il apprend qu'il n'est qu'un enfant d'un district comme tous les autres. Honteux, il ne fait que rapidement le plus simplement aux questions de sa mère et il sent l'ivresse de l'après-midi passer, quand pourra-t-il revoir Septima ?

L'occasion se présente deux jours plus tard, ou plutôt, au coeur de la nuit. La première, sa mère a veillé, la seconde, elle s'est endormie. Arrivé au pied de la maison de Septima - le trou dans le grillage n'est toujours pas rebouché - il essaie de lancer des cailloux, mais vu qu'il vise extrêmement mal et qu'il n'est pas certain de la fenêtre de sa chambre, il s'arrête bien vite et tente de grimper. Il manque de se tuer au moins douze fois jusqu'à ce qu'une fenêtre s'ouvre.

- Oh bon sang, Septima, j'ai cru que j'allais jamais parvenir à te trouver.

Il est soulagé et, une fois de plus, il manque de lâcher le rebord de la fenêtre qu'il tient.
Asma
Messages : 715
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : deviantart

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
ASMARETH RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Lun 8 Mai - 14:13

Septima Numitor
J'ai 19 ans et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis vainqueur des Hunger Games et je m'en sors très bien.

Septième enfant d'une fratrie de neuf (d'où son prénom), elle est issue d'une grande famille de "Carrières". Elle dispose d'un talent tout particulier pour les nœuds, et aime les lames bien aiguisées.
En savoir plus.

(c)mel-graph

Cela fait plus de 48 heures que Septima n’a plus de nouvelles de Kyle. Il est peut-être mort, qui sait. La mégère qui l’a attrapé par le bras lorsqu’ils sont redescendus de leur promontoire rocheux avait l’air de fichtrement mauvais poil. Ce sont des moments tels que celui-là qui la confortent dans le choix qu’elle a fait. Se débarrasser une fois pour toutes de son fardeau familial.

Septima aurait pu s’interposer. Elle n’aurait d’ailleurs eu aucun mal à s’interposer. Elle est capable d’étrangler un adulte à mains nues. Ah, les joies de la psychothérapie. Sur le coup, elle s’est simplement dit que le garçon tenait possiblement quand même un peu à sa génitrice. Etonnant, cette sollicitude, de la part de la jeune fille. Peut-être bien qu’elle l’apprécie plus qu’elle ne veut bien le croire, finalement. Alors elle a continué son chemin comme si de rien n’était. Comme s’ils n’avaient pas passé l’après-midi ensemble. Comme si elle ne le connaissait pas. Eviter l’esclandre. Eviter le meurtre. C’est ce qu’il y avait de moins pire à faire.

Alors ces deux derniers jours, elle a retaillé ses bonzaïs, une énième fois. Elle a cuisiné ses poireaux. En aumônières. Elle a passé une nuit entière sur son piano. Elle a repeint un pan de son entrée. Elle est d’ailleurs encore revêtue d’une salopette en jean désormais arc-en-ciel quand on toque à la porte. Septima essuie ses mains pleines de peinture sur ses habits avant d’ouvrir. Une fois encore, il en aura mis, du temps, pour revenir.

- Ah, c’est toi.

Elle est… déçue ?

- Salut, Brutus, entre.

La petite brune tourne les talons et invite le mastard à la suivre au salon. Il semble hésiter un instant sur le seuil, mais voyant qu’elle ne s’arrête pas ni ne revient pas sur ses pas, il la suit en refermant derrière lui. Elle se laisse tomber sur la banquette d’un blanc immaculé. Du moins, qui était immaculé jusqu’à ce qu’elle pose les fesses dessus. Elle lui fait signe de s’asseoir.

- J’en n’ai pas pour long.

Les choses n’ont pas l’air de se présenter comme il le souhaiterait. A bien l’examiner, elle sent qu’il aurait préféré parler sur le palier et détaler rapidement. Il n’a pas peur d’elle, loin de là. Visez un peu le morceau. Brutus n’est pas un mauvais bougre au fond mais la parlote, ce n’est pas son truc. Et là, il a apparemment un truc à lui dire. Fidèle à lui-même, il attaque sans détour. Les pieds dans le plat.

- Enobaria ne fera pas de mentorat cette année. Elle a demandé un break.
- Mmmh.

Finalement, il a l’air de vouloir faire un détour. Septima ne comprend pas bien cette entrée en matière. Et alors, en quoi est-ce son problème ?

- L’orga’ voudrait que tu prennes sa place.

Ah, la réponse est là. La petite brune se lève soudainement et se dirige vers la cuisine.

- Je te sers un truc ? lance-t-elle en s’éloignant. J’ai de la Chartreuse.

Brutus la dévisage bizarrement. Il a l’air de se demander si elle est sourdingue ou si elle le fait exprès. Elle le fait exprès, mon gros, sans doute aucun. Faut dire qu’il la prend totalement au dépourvu.

- Tu m’as entendu ?

Septima revient au salon avec une bouteille remplie de liquide vert et deux verres à shot. Elle dévisse le bouchon métallique et remplit les deux petits verres à ras-bord. Elle vide le sien d’une traite.

- Septima ?
- Oui, oui, je t’ai entendu. Tu viens de me demander d’être mentor de ces foutus Jeux. Mais ils n’ont pas lieu avant au moins deux mois, alors t’as bien le temps de prendre un verre avec moi avant que je te réponde.

Un rictus moqueur étire la commissure de ses lèvres.

- Allez, tu ne vas pas me dire que tu vas regarder une pauvre jeune fille se saouler seule.

Deux bouteilles vides et une troisième entamée aux deux-tiers gisent sur la table basse du salon. Face à face, les deux Vainqueurs des Jeux ont le regard presque aussi vitreux l’un que l’autre. Aucun des deux ne s’est effondré. Si ça peut sembler cohérent du côté du marmule, que la petite brune soit encore éveillée relève presque du miracle. L’alcool a toutefois largement entamé ses capacités cognitives et son peu d’inhibition. Elle sourit bêtement tandis qu’il lui raconte une énième fois, à sa demande, la mort la plus ridicule de l’un des tributs qu’il a mentoré pendant les Jeux. Lorsque le silence retombe enfin sur le salon, il se lève pour prendre congé. Il tangue. La pièce avec lui. Septima en fait de même. Le résultat n’est pas bien plus brillant, même si elle tente de se convaincre du contraire. Elle ne sait même pas comment elle a réussi à monter l’escalier après avoir fermé derrière Brutus. A-t-elle fermé, d’ailleurs ? Ses vêtements pleins de peinture ont fini en tas au pied de l’escalier et elle s’est contentée de passer le premier débardeur venu avant de s’effondrer sur son lit.

Un raffut sans nom tire Septima des limbes de son sommeil éthylique. Quelque chose sur le toit de sa terrasse et le long de la gouttière métallique. Le raton-laveur le moins discret de l’univers. Ou bien quelque chose de plus gros encore… ou quelqu’un. La brune attrape le couteau papillon sur sa table de chevet et jette un œil par la fenêtre. Elle se pince l’arête du nez et, avec un soupir, lève le battant de la fenêtre à guillotine et passe la tête à travers.

- J’ai une porte, tu sais.
Lojzo
Messages : 4377
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Mar 9 Mai - 17:06

Kyle Norton
J'ai 17 ans pendant encore quelques semaines et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis fils d'une famille de pacificateur et je m'en sors plutôt bien.

Troisième et dernier d'une famille de pacificateur, Kyle se la coule douce la plupart du temps. Il aime fumer, faire la fête et faire semblant de travailler, mais c'est principalement une couverture, un masque qu'il se façonne. Ce qu'il aime au fond de lui, c'est la liberté, la solitude et la montagne.
En savoir plus.

felix mallard (c) @foolish blondie

Cette fois-ci, il va lâcher le rebord.

- Et bah j'ai pensé que c'était fermé et que tu n'entendrais pas vu que ta chambre est à l'autre bout, déjà j'suis hyper content d'avoir trouvé ta chambre et puis... euh Il s'arrête un instant et relève son visage vers elle tu peux m'aider ?

Il n'a plus de force dans les bras, ses muscles sont en compotes et ses mains sont moites. Il n'aime pas grimper, il l'avait déjà dit ? Il est fier déjà d'avoir réussi à se taire de lui-même avant qu'elle ne lui lance un regard... ah oui, elle lui a peut être bel et bien lancé ce regard noir pour qu'il se taise. On dira qu'il ne l'a pas vu à cause de la nuit.

- Bon non, t'as raison, je vais redescendre et passer par la porte.

Et il redescend rapidement, il glisse sur le dernier rebord - évidement - et tombe les fesses les premières sur l'herbe moelleuse. Heureusement, c'est pas mouillé de rosé, voyons les choses positives. Il se redresse tant bien que mal en se massant le derrière et ... il trouve la porte ouverte. Idiot, il aurait pu commencer par essayer.

L'odeur le prend à la gorge et il allume la lumière. Des pots de peintures, et une nouvelle couleur. Merde, elle a eu le temps de faire ça si rapidement ? Et dire que lui n'a pas strictement rien faire à part écouter des nouveaux sermons de la part de sa mère. Il lève les yeux au ciel, éteint la lumière et monte rapidement dans la chambre de Septima.

C'est seulement à cet instant qu'il réfléchit. Il est venu dès qu'il a pu, sans la moindre hésitation, mais il n'a pas songé à ce qu'elle pourrait penser elle. C'est la nuit, elle dormait sûrement. Ses hormones d'adolescent sont en folies et il inspire doucement pour se calmer avant d'ouvrir la porte.

- T'y crois ? Ma mère m'a enfermé dans ma chambre pour pas que je m'enfuis hier soir. J'me suis échappé dès que j'ai pu, mais désolé du coup de te réveiller. Rendors-toi, t'inquiète, je vais juste lire un de tes livres si tu veux bien.

Il ne sait pas trop quoi dire, il a juste envie de s'allonger à côté d'elle et de dormir à ses côtés, ou même juste la regarder dormir ça le dérangerait pas. Merde, il est vrais niais, il s'était moqué du vampire dans l'histoire débile d'ado, et voilà qu'il pense comme lui.

Il relève enfin la tête et croise le regard de Septima, c'est là qu'il voit ses yeux, ce n'est pas de la fatigue, y a autre chose. Kyle s'exclame alors.

- Mais t'as bu ! Même pas tu partages !

La deuxième phrase s'est rajoutée rapidement, vu le nombre de fois où elle s'est foutu de sa gueule, il ne voulait pas être moralisateur, juste montrer sa jalousie, il aurait voulu boire avec elle. Franchement, elle aurait pu l'attendre, elle savait qu'il allait venir, non ?
Asma
Messages : 715
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : deviantart

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
ASMARETH RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Mar 9 Mai - 18:46

Septima Numitor
J'ai 19 ans et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis vainqueur des Hunger Games et je m'en sors très bien.

Septième enfant d'une fratrie de neuf (d'où son prénom), elle est issue d'une grande famille de "Carrières". Elle dispose d'un talent tout particulier pour les nœuds, et aime les lames bien aiguisées.
En savoir plus.

(c)mel-graph

Même perché sur un rebord de fenêtre, il parle encore. Et longtemps en plus. C’est fou. A croire que ça ne fait pas si mal aux bras que ça d’escalader un pan de maison. Septima cligne plusieurs fois des yeux. Pas tant d’étonnement que pour masquer comme elle peut le fait qu’elle y voit trouble. Parce que c’est déjà bien assez d’un seul zozo accroché à son appui de fenêtre, elle n’a pas besoin d’en voir un deuxième.

Alors qu’elle s’apprête enfin à lui tendre un bras – il va enfin qu’elle se résolve à admettre qu’elle est un peu plus longue à la détente avec quelques grammes dans le sang –, celui-ci redescend. Alors qu’il était juste là, presque face à elle. Septima soupire. Elle est peut-être en train d’halluciner, somme toute. C’est l’explication la plus logique. La petite brune referme la fenêtre et se laisse retomber lourdement sur son lit. Et si ce n’était pas une hallucination ?

Elle rouvre les yeux et se redresse d’un bond. La chambre fait soudainement une violente embardée. Ah non, elle a simplement raté le bord du lit. Non, c’est de la désinformation. Septima ne rate jamais rien. C’est le lit qui s’est déplacé. Elle descendrait bien vérifier que ce n’est pas juste un tour de son esprit encore nettement plus embrumé qu’elle n’est prête à le reconnaître, mais là, tout de suite, elle n’a plus le courage d’affronter son escalier. Au lieu de cela, elle jette un coup d’œil rapide à sa tenue. Culotte débardeur. Pour le glamour, on repassera. Au moins le top est à l’endroit. Et propre. C’est toujours ça. La petite brune essaie tant bien que mal de mettre de rétablir un semblant d’ordre capillaire, de lisser sa frange et de repousser les mèches rebelles à l’arrière de son crâne. Le résultat laisse à désirer, mais avec un peu de chance, la pénombre sera son arrière. Pourquoi se donne-t-elle cette peine, d’ailleurs ? Certainement un des effets de l’alcool. Parce qu’elle n’a pas envie d’imaginer que ce soit autre chose que l’alcool qui lui fasse de l’effet.

Au bout de ce qui lui semble un temps infini, la porte s’ouvre enfin. Il parle. Encore. Sa mère qui l’a enfermé dans sa chambre. Septima plisse les yeux. Elle en aurait presque oublié qu’elle a face à elle un ado. Un vrai. Pas quelqu’un à qui on a volé son enfance pour le former au combat ou le destiner à mourir dans l’arène. Elle repense au film qu’ils ont regardé ensemble le premier soir. « Ce que l’on fait dans sa vie résonne dans l’éternité ». Pour lui tout cela n’est que du cinéma, comme les Jeux le sont pour toute cette plèbe derrière ses écrans géants. Dans son univers, la pire chose qui puisse lui arriver, c’est que sa mère le punisse en l’enfermant dans sa chambre. Visiblement, sa mère, aussi mégère soit-elle, est bien loin d’être de l’acabit de celle de la brune. Cette pensée la dégrise brutalement.

- T’es sérieusement venu me réveiller pour me dire de me rendormir ? Assène-t-elle sèchement.

Dire qu’elle se demandait quelle tête elle avait il y a quelques instants à peine. Elle se lève et tente quelques pas dans sa direction. Elle sent la moutarde lui monter au nez, surtout quand il reprend la parole. Parce qu’il la juge, en plus ? Il est bien placé pour ça, lui…

- T’avais qu’à être là, ajoute-t-elle sur le ton du constat.

Brutus était là, lui, se retient-elle d’ajouter. Ça, ce serait un coup particulièrement bas. Même pour elle. Elle est mesquine, mais elle est aussi beaucoup plus subtile que ça.

- Sur la table basse dans le salon, reprend-elle en roulant des yeux. Tu peux aller te faire le reste de la bouteille, si ça te chante…. Ou moi.

Visiblement, sa subtilité ne s’est jamais réveillée, elle.
Lojzo
Messages : 4377
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Mar 9 Mai - 19:52

Kyle Norton
J'ai 17 ans pendant encore quelques semaines et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis fils d'une famille de pacificateur et je m'en sors plutôt bien.

Troisième et dernier d'une famille de pacificateur, Kyle se la coule douce la plupart du temps. Il aime fumer, faire la fête et faire semblant de travailler, mais c'est principalement une couverture, un masque qu'il se façonne. Ce qu'il aime au fond de lui, c'est la liberté, la solitude et la montagne.
En savoir plus.

felix mallard (c) @foolish blondie

Il n'a pas le temps de regretter ses mots qu'elle se met à répondre, sèchement en plus. Il écarquille les yeux, un peu surpris. Bon, ok, il vient de la réveiller en pleine nuit, il mérite peut être. Il a une moue toute triste.

- Mais, euh, c'est qu'j'voulais t'voir, tente-t-il un peu hésitant.

Elle a raison, il n'avait qu'à être là, mais il essaie, bon sang, il n'a qu'une envie, c'est d'être là, avec elle, de la suivre partout, de ne plus avoir cette famille sur le dos, de ne pas avoir un futur de pacificateur, de ne pas ... il soupire, rien n'est de sa faute bien sûr. Il se laisse tomber sur un fauteuil - qui a un fauteuil dans sa chambre ? Il est bien content qu'il soit là en tout cas - et se passe une main sur le visage.

Et puis, elle parle, encore. Et là il rougit violemment. Il ne peut pas avoir compris ce qu'elle sous-entend. Elle est fatigué... et elle a bu. Oui, si, elle peut avoir dit ça. Mais c'est qu'il est puceau le Kyle et que soudain, il doute. Il est pas sûr de savoir faire et, s'il y a bien une personne qu'il ne veut pas décevoir, c'est Septima.

- Euh, ok !

Et il court chercher la bouteille. Il court comme il a jamais couru, parce qu'il a besoin de revenir vite et surtout parce qu'il a besoin de courage. En quelques secondes, il est de retour dans sa chambre, du moins c'est ce qu'il imagine, la bouteille à la main. Et il boit une gorgée, directement au verre.

- Ça arrache mais c'est bon, arrive-t-il à dire la gorge en feu.

Il ne connait pas cet alcool, il regrette d'avoir bu direct à la bouteille. Au moins, ça réchauffe. Il prend une grande inspiration et il enlève son pull. Et son jean, ça sert à rien c'est pas confortable, le reste, il le garde.

Puis il vient s'allonger à côté d'elle dans le lit. Il est maladroit, il n'ose pas trop prendre d'initiative, alors il lève le bras, comme pour tenter de le passer sous son cou, et la prendre contre lui. Mais il le repose et bouge un peu, il n'ose pas trop se coller à elle, il...

- Je... je voulais juste te prendre dans mes bras. souffle-t-il en comprenant que ça commence à la saouler.

Il n'a plus rien du gars je m'en foutiste qu'elle a rencontré l'autre jour, ça c'est son armure, mais elle a été brisée cette armure, en mille morceau et maintenant, il n'y a qu'elle dans son coeur qui gonfle. Alors, il prend une profonde inspiration et, cette fois-ci, il prend les devants.

Il attrape son visage et s'approche pour poser ses lèvres sur les siennes. Il a l'impression que ça fait mille ans qu'ils n'ont pas fait ça, son myocarde s'emballe et il se sent revivre. Le baiser n'est plus doux, il est maintenant passionné, il donne tout ce qu'il a, parce qu'il ne veut plus rien garder pour lui-même.
Asma
Messages : 715
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : deviantart

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
ASMARETH RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Mar 9 Mai - 21:40

Septima Numitor
J'ai 19 ans et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis vainqueur des Hunger Games et je m'en sors très bien.

Septième enfant d'une fratrie de neuf (d'où son prénom), elle est issue d'une grande famille de "Carrières". Elle dispose d'un talent tout particulier pour les nœuds, et aime les lames bien aiguisées.
En savoir plus.

(c)mel-graph

Il a choisi la bouteille. Pour le coup, Septima est Vexée. Avec un grand V. Le départ du garçon finit de la dégriser complètement. De dépit, elle pousse la porte du bout du pied - même pas assez fort pour la faire claquer - et se laisse retomber sur le dos sur son lit. Cette fois-ci, le lit a l'amabilité de ne pas essayer de se carapater. Petite victoire.

Elle est convaincue que c'est fini, qu'il est parti s'enfermer dans sa bibliothèque avec la bouteille. Elle lui a pourtant dit qu'on ne boit pas dans sa bibliothèque ! Mais soudain, il est de nouveau là. Depuis quand sa chambre est-elle devenue un moulin à vent, duquel on rentre et on sort n'importe comment à tout bout de champ ? À quand le retour au temps béni où elle était une terrifiante créature sanguinaire ? La petite brune se redresse sur un coude, la tête appuyée dans le creux de sa main.

Elle le regarde boire au goulot et se dessaper. Abasourdie, elle se contente de lui faire signe de lui passer la bouteille. Quand il accède a sa requête, elle en avale une longue gorgée pendant qu'il retire son pull. Il n'a pas l'air d'avoir compris le concept de "ou". C'était l'alcool "ou" la fille, pas l'alcool "et" la fille. Peut-être était-ce trop subtil ? La grammaire est un concept obscur pour certains...

Septima, pas au bout de ses surprises, le regarde s'installer dans son lit. On n'est plus franchement à ça près, à ce stade. Elle roule complètement sur le ventre pour mieux l'observer. Non, elle ne l'aidera pas. Oui, elle compte bien le laisser galérer un peu. Il avait l'air si sûr de lui, la première fois qu'il était venu chez elle et avait collé ses pompes sur sa table base. Quand elle le regarde hésiter sans trop savoir quoi faire de ses bras, Septima a l'impression de ne plus avoir à faire au même personnage.

Il semble enfin avoir fini par trouver quoi faire de ses mains. Et de sa bouche. Pour faire autre chose que de parler. Ce n'est pas trop tôt. Au fin fond des entrailles de la petite brune, la bête grogne.

Elle glisse ses doigts sous son t-shirt, remontant le long de son dos et le lui passe - un peu plus laborieusement que prévu - par-dessus la tête. Pourquoi est-ce que tout a l'air si facile et si peu ridicule dans les films ? Reprenant finalement l'initiative, elle bascule et s'installe sur les cuisses du garçon. Elle agit comme si elle savait parfaitement ce qu'elle faisait. Sauf qu'elle n'est en réalité pas bien plus avancée que lui. Après tout, elle a eu avec lui plus de contact qu'avec n'importe quel autre être humain... encore vivant pour pouvoir en parler. On le lui a expliqué un nombre incalculable de fois. Faire une clé d'étranglement ne compte pas comme un geste d'affection ou de promiscuité.

Est-ce qu'il faudrait lui en parler ? C'est ce que les gens normaux feraient, non ? S'arrêter quelques instants pour échanger sur la suite logique ? Septima n'est pas une personne normale. Le tout, c'est d'avoir confiance et assurance. Ça, elle n'en manque pas. Et puis, à bien y regarder de plus près, il existe quand même beaucoup de similarités avec la lutte gréco-romaine. Sauf qu'il n'y a pas d'arbitre pour dire quand mettre fin à une prise... et qu'il vaut peut-être mieux éviter le "jusqu'à la mort"... Encore que.
Lojzo
Messages : 4377
Date d'inscription : 19/09/2017
Région : ardèche
Crédits : i4sullyoon (ava)

Univers fétiche : fantasy, science-fi, réel.
Préférence de jeu : Les deux
Etoiles
Lojzo
Mer 10 Mai - 12:21

Kyle Norton
J'ai 17 ans pendant encore quelques semaines et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis fils d'une famille de pacificateur et je m'en sors plutôt bien.

Troisième et dernier d'une famille de pacificateur, Kyle se la coule douce la plupart du temps. Il aime fumer, faire la fête et faire semblant de travailler, mais c'est principalement une couverture, un masque qu'il se façonne. Ce qu'il aime au fond de lui, c'est la liberté, la solitude et la montagne.
En savoir plus.

felix mallard (c) @foolish blondie

Pour une fois, Kyle n'a rien à dire. Il se concentre sur le corps de Septima qui se colle au sien. Il ne s'intéresse qu'aux lèvres de la brune qui caressent les siennes. Il ne pense qu'à leurs doigts qui parcourent leur peau. Il se perd dans l'instant, la maladresse est toujours là, mais il y a comme un besoin primitif qui nait de l'intérieur. Kyle connait la théorie, on ne peut pas survivre à ce monde sans en savoir un minimum et les blagues des plus âgés ne tournent qu'autour de ça. Alors il essaie de faire au mieux.

Et ça marche. Parce que Septima y met du sien, parce qu'elle ne se pose pas de question, elle est sûre d'elle et il pioche dans sa force. Il se laisse porter par les éléments, les bruits, les mouvements. Son excitation parle pour lui et leurs souffles se mélangent. Son corps est traversé par des frissons et son esprit se met en veille.

***

Le matin les rappelle à eux et Kyle sourit. Il est toujours allongé dans le lit de Septima et il a bien dormi. Bien mieux que chez lui, oh, il sait qu'il va prendre cher en rentrant, mais il le referait, autant que faire ce peu.

- T'as pas b'soin d'poireaux aujourd'hui ? Tu veux que je ramène un petit-déjeuner ici ?

Il est idiot, mais amoureux, et il a envie de rester en sa compagnie. Peut être que, s'ils s'enferment dans cette maison, s'il ne sort plus jamais, ses parents finiront par l'oublier et le laisser tranquille. Kyle rêve d'un monde qui se composerait uniquement des diverses pièces de la maison de Septima. Il n'a besoin de rien de plus. Sauf d'une clope à fumer dans le jardin, mais ça, il préfère le taire pour l'instant.

Dans les films, les matins ressemblent à une magnifique photo travaillées, là, il sent qu'il a les cheveux dans la gueule et l'haleine d'un poney. Septima est belle bien entendu, mais elle aurait devrait aller se coiffer. Il sourit. Il s'en fiche, tant qu'elle s'en fiche aussi.

Et, si elle l'envoie, il va remonter avec un petit dej entier sur un plateau avec tout ce qu'il aura trouvé dans la cuisine.
Asma
Messages : 715
Date d'inscription : 01/04/2022
Crédits : deviantart

Univers fétiche : Dystopique, fantastique, mythologie, etc.
Préférence de jeu : Les deux
ASMARETH RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5038-protopl-asma https://www.letempsdunrp.com/t5166-repertoire-rp-d-asma#102871 https://www.letempsdunrp.com/t5030-proteiforme https://www.letempsdunrp.com/t5028-asma
Asma
Mer 10 Mai - 14:16
[

Septima Numitor
J'ai 19 ans et je viens du district 2 de Panem. Dans la vie, je suis vainqueur des Hunger Games et je m'en sors très bien.

Septième enfant d'une fratrie de neuf (d'où son prénom), elle est issue d'une grande famille de "Carrières". Elle dispose d'un talent tout particulier pour les nœuds, et aime les lames bien aiguisées.
En savoir plus.

(c)mel-graph

La petite brune souffle pour repousser les cheveux qui lui retombent sur les yeux et lui chatouillent les narines. Elle n'a aucun doute sur la question : son brushing est ruiné. Qu'il ose pourtant lui en faire la remarque. Il découvrira ce qu'est le talent si particulier des mantes religieuses…

Ne se souciant ni de son apparence ni de quoi que ce soit d'autre, elle se tourne et se love les yeux fermés contre le garçon qui a - déjà, de si bon matin ! - repris la parole. "Encore une minute" souffle une petite voix intérieure. Non, elle n'est pas prête à le laisser repartir. Ni pour aller chercher à manger à la cuisine, ni ailleurs. De nouveau, quelque chose gronde en elle, mais ce n'est toujours pas son estomac. L'alcool n'y est plus pour rien non plus. Dopamine. Adrénaline. Phényléthylamine. Elle connaît le topo.

- Ce sera toi, mon petit-déjeuner, lui répond-elle avec un sourire féroce.

Après tout, c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

*

- Il y en a pour un mois… et seulement dans le cas où c'est l'un des deux tributs du 2 qui gagne. Le temps d'y aller, les entraînements, l'arène, et une éventuelle tournée de victoire. Moins s'ils meurent rapidement.

Accoudée sur l'îlot central de la cuisine, Septima touille son thé d'un air absent. Pourquoi est-elle en train de touiller son thé, d'ailleurs ? Elle n'y a ajouté ni sucre ni lait. Ça lui occupe les mains. Ça lui donne surtout un prétexte pour ne croiser le regard de Kyle. Non pas qu'elle le craigne, mais il a le chic pour essayer de la culpabiliser. Non pas que ça réussisse. Mais c'est qu'il commencerait à devenir pas trop mauvais en manipulation, le bougre. L'élève apprend bien auprès du maître.

Elle n'a rien à dire de plus sur le sujet. Elle a dit oui, un point c'est tout. Septima croit en l'honneur. Elle croit en la valeur d'une parole donnée. Ce qui n'empêche pas la ruse et la fourberie, quand elles se justifient. Mais dans le cas d'espèce, elle ne reviendra pas en arrière. Elle ne sait plus à quel stade de quelle bouteille cela avait eu lieu, ce soir-là, mais elle avait fini par accéder à la requête de Brutus. Parce qu'elle était seule et sans attache. Parce qu'elle commençait à tourner comme un poisson dans un bocal, dans cette grande maison, seule. Parce qu'aller au Capitole était une distraction bienvenue dans sa routine monotone. Parce qu'elle aurait mis sa main à couper que son autre distraction aurait tôt fait de prendre ses jambes à son cou. Mais l'autre distraction est toujours belle et bien là. Installée dans son canapé et murée dans un silence que la petite brune ne parvient pas à interpréter. Comment aurait-elle pu savoir qu'elle parviendrait à ne pas faire fuir Kyle ? Pire, qu'il en redemanderait encore et encore. Au point qu'il a même sa propre brosse à dents dans la salle de bains.

Elle ne lui demandera pas s'il veut bien l'attendre tout ce temps. A leur âge, un mois représente une éternité. Mignon comme il est, il n'aura de toute façon pas grand mal à la remplacer. Surtout, ce sera sa dernière Moisson. Il sera officiellement "sorti de la zone de danger" - même si dans un district comme le leur, le danger est inexistant - . Ce qui veut dire que sans cette épée de Damoclès - aussi bidon soit-elle - au-dessus de la tête, les petites amourettes peuvent enfin laisser place à des histoires plus sérieuses. Parce qu'on ne peut commencer à envisager de se construire un avenir que dès lors qu'on a la certitude absolue qu'on ne mourra pas dans quelques mois, un an, deux ans…

Alors elle se contente d'être factuelle. Dans deux jours, c'est la Moisson. Dans deux jours, elle prend le train pour le Capitole avec les deux heureux imbéciles qui auront levé la main pour mourir dans l'arène, les yeux pleins d'étoiles. Au mieux, ils auront encore deux jours ensemble. Au pire, c'est ce qui lui fera office de discours de rupture.
Contenu sponsorisé
Love, Death + Capitole
Page 5 sur 11
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
Sujets similaires
-
» If nothing saves us from death, may love at least save us from life. ((Tommy x Eliza))
» Love doesn’t make the world go round. Love is what makes the ride worthwhile. (némésis)
» (m) True love, made love. - DC Comics (en cours)
» Riveria * But how am I supposed to love you when I don't love who I am ?
» SMS Riveria * But how am I supposed to love you when I don't love who I am ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Hunger Games-
Sauter vers: