Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -61%
SEB Yaourtière multifonction : ...
Voir le deal
39.49 €

LE TEMPS D'UN RP

N'en doutez pas, on vit juste pour une poignée de rencontres [Gaïa]

Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Dim 27 Nov - 23:01

Christmas
Adler

J'ai 40 ans et je vis à Los Angeles, Etats-Unis. Dans la vie, je suis décoratrice d'intérieur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis tout juste célibataires et je le vis très mal.

Christmas est née et a grandi à Los Angeles dans une famille affiliée à un gang dont son père et son frère sont des membres actifs. Cet univers si particulier, elle le pratique et le connaît par cœur, elle est même prête à y construire sa vie. A 22 ans, elle se fiance d’ailleurs avec un membre. Mais ce dernier commet une grave erreur et est éliminé par la hiérarchie. Chris décide alors de quitter cette vie et coupe les ponts avec son père et son frère qu’elle tient pour responsables parmi tant d’autres. Pendant des années elle ne téléphone qu’à sa mère. Bien décidée à s’en sortir dans la légalité, elle devient décoratrice d’intérieur et commence à travailler dans les grandes maisons des riches de Los Angeles, souvent vers Hollywood. Elle rencontre alors Kyle qui est producteur et avec qui elle a un fils, Marlon. Elle est une acharnée du travail qui estime avoir bien réussi sa vie et compte bien que ça ne change pas. En octobre 2022, son père décède et Christmas accepte de se rendre aux obsèques pour faire plaisir à sa mère. Elle se retrouve alors propulsée dans un monde qu’elle s’était jurée de fuir à tout prix. Dans les jours qui suive, Kyle la quitte pour une autre femme avec qui il la trompe depuis des mois. Chris revient alors vivre chez sa mère le temps de trouver un nouveau logement.

crédit avatar : ethereal.

N'en doutez pas, on vit juste pour une poignée de rencontres.
***

Je devrais rentrer chez ma mère ou m’y faire reconduire. Je devrais passer une soirée au calme, auprès de mes proches, à me lamenter sur le décès d’un homme que je ne connaissais plus, ou à me confier, apaiser mon cœur. Je pourrais m’isoler et essayer d’appeler mon fils. Mais je crois que je ne pourrais pas garder la face en entendant la petite voix de Marlon. J’ai besoin de mon enfant mais j’ai surtout besoin qu’il garde de moi l’image d’une femme forte. Je lui expliquerai à quel point la situation que notre famille traverse me blesse, je ne lui cache jamais rien. Nous en parlerons, plus tard, lorsque j’aurais moi-même digéré la nouvelle. Alors, je reste avec Ashton, acceptant de passer le reste de la soirée en sa compagnie. J’accepte de me laisser guider où il veut bien m’emmener. Il y a bien longtemps que je n’ai pas suivi quelqu’un en fermant les yeux sur la destination. Partir avec un inconnu n’est pas la meilleure idée de ma vie, pourtant je ne suis pas inquiète. Les anges sont loyaux, ils n’auraient pas l’idée de faire du mal à l’une des femmes de l’entourage de l’un de leurs frères. Je ne me fais pas d’illusion, Holden doit toujours autant inspirer le respect. J’imite le brun et écrase la cigarette à moitié fumée dans le cendrier à disposition, première d’une nouvelle longue série, je le sais déjà. Un sourire étire mes lèvres alors que je l’accompagne jusqu’à sa Harley. Le passé n’est jamais bien loin et aime se répéter. Je devrais peut-être m’inquiéter de l’imaginer conduire après avoir descendu plusieurs verres de whisky, mais je décide de fermer les yeux sur ce détail important. Sans faire d’histoire, j’attrape le casque tendu. Je connais la mentalité des hommes du gang, il est inutile d’argumenter ou même de souligner le danger. Ils vivent pour le danger. Une fois les mèches rousses arrangées sous le casque, je remonte légèrement ma robe sur mes cuisses, dévoilant mes jambes sans honte pour mieux m’installer derrière Ashton. Glissant mes mains de chaque côté de son blouson de cuir, je hoche la tête contre son épaule lorsque je suis prête. Je regarde alors le paysage défiler sous mes yeux, regrettant un instant l’époque où j’enfilais un jean, un vieux tee-shirt d’Holden et une veste en cuir avant de rejoindre Sid pour rouler sans but. Chaque jour de ma vie aurait pu ressembler à l’instant présent. Je souris lorsque je réalise que le brun m’emmène vers Santa Monica. C’est étrangement exactement ce dont j’avais besoin, oublier mes problèmes dans un petit coin de paradis.

Il fait presque nuit quand nous descendons de la moto. Je marche tranquillement aux côtés de mon compagnon du soir. Le bord de mer est sublime, les gens ont l’air heureux. Un peu plus loin une fête foraine attire les adolescents du coin. Je me mets à rire lorsqu’il fait preuve d’une affreuse prétention. « Grâce à toi ? Rien que ça ? » J’arrête cependant de marcher  et laisse mon regard courir sur l’océan avant de reporter mon attention sur Ashton. « La vie semble toujours plus simple ici. » J’entraîne l’ange jusqu’à un banc où je me laisse tomber en tendant une main dans sa direction pour quémander une nouvelle cigarette, encore frustrée par la dernière. « Ce n’est pas du spleen en réalité. » Il y a bien une raison à ma déprime. Je reste cependant silencieuse sur ce qui me poussait à boire whisky sur whisky il y a quelques minutes. J’ai envie d’oublier Kyle. A nouveau, je détaille le brun. Est-ce que ce soir j’ai envie de cesser de penser à mon ex dans les bras d’un autre ? Est-ce qu’Ashton pourrait être cet autre ? Je secoue la tête, n’importe quoi… « Mais je suis contente d’être ici. » Un sourire accompagne mon aveux. « Et toi, comment comptais-tu occuper ta soirée avant de tomber sur une nana bien trop éméchée qui avait besoin de prendre l’air ? » Je croise les jambes en frottant ma cuisse tout en regardant toujours les vagues.
Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Lun 12 Déc - 23:09

Ashton Vortimer
J'ai 42 ans ans et je vis à L.A, USA. Dans la vie, je suis gérant d’un stand de tir, ancien militaire, proxénète et je m'en sors forcément bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, ce qui est bizarre.
N'en doutez pas, on vit juste pour une poignée de rencontres [Gaïa] - Page 2 Yd4u

Ashton est un homme charismatique. Il a le verbe haut, une silhouette large et impressionnante qu’il déplace avec assurance.
Ce cher Vortimer est aussi un type qu’on peut définir comme efficace. Il ne fait pas les choses à moitié. Il est le genre à exécuter une mission avec… enthousiasme.
La loyauté est une autre de ses qualités. Ashton est un maître dans l’art de l’hypocrisie, mais s’il donne sa confiance, s’il prête allégeance, il ne trahira jamais.
Du côté des défauts, le plus visible est la fureur qui émane de sa personne. Ashton est agressif verbalement. Son ton est brutal. Ses avis tranchés, piquant. Et ces gestes surtout témoignent de ce trait de caractère explosif. Violent. Comme s’il était constamment agacé, les émotions sur le fil, la nervosité attisée.  
Chris - je ne parviens pas à utiliser son vrai prénom, même dans mes pensées - semble habitée par un malaise moins évident que le deuil. Moins simple que la nostalgie. Il y a dans son intonation ou le reflet de ses yeux quelque chose de plus intense. Une forme de colère noire, violente. Son retour à L.A est-il dû à un autre problème que la disparition de son père ? Ou a-t-elle découvert d'autres mauvaises nouvelles en débarquant pour l'enterrement ? Je suis loin de me douter que son mariage vient d'éclater. Je l'imagine justement bien rangée auprès d'un homme respectable, riche, présentable. Le genre de bon chic bon genre trop propre sur lui pour être innocent, trop malin pour se faire piéger.
Un chanceux quoiqu'il en soit, d'avoir pour épouse la jolie rousse. À moins qu'elle soit libre - malgré des dizaines de prétendants - car trop indépendante, insaisissable ?

« Ce n’est pas du spleen en réalité. » 

« Ouais ? T'as l'air d'en vouloir à la terre entière. Si le frangin est pénible je veux bien essayer de lui faire la morale. » 

Mais je ne suis pas spécialiste de ces discours. Au contraire. À chacun ses emmerdes ! Pourquoi proposer un coup de main ? Pourquoi l'envie d'être utile à la belle ?
Rousse.
Je suis incorrigible.

Elle reprend la parole et la touche d'optimiste qu'elle articule me fait du bien. Même si elle ment, je suis content de l'avoir traînée ici moi aussi. Elle n'a pas tord en disant que tout à l'air plus simple dans ce coin du pays... À quelques kilomètres seulement de mon pieu, on se croirait dans un autre monde. Les gens sourient, patientent, dégustent, jouent et oublient leurs soucis comme s'ils n'en avaient jamais eu.

À sa question sur mon programme initial je hausse les épaules.

« Oh j'allais sans doute perdre quelques heures à cribler des vieilles cibles. » 

Elle sait ou comprendra que je tire comme d'autres font du sport. Un passe-temps courant chez les anges qu'elle a apparemment tant côtoyé. Peut-être a-t-elle entendu parler de mon stand au travers des conversations de la journée.
J'ajoute - en me penchant doucement vers elle pour allumer la deuxième clope offerte :

« Mais c'est pas plus mal, j'avais besoin de prendre l'air aussi. » 

Après avoir fiché une cigarette entre mes lèvres pour la soutenir dans sa rechute, je jette un regard à la Harley. Il y a peu d'agitation, elle ne craint rien ici...

« On marche un peu ? Ça fait longtemps que je n'ai pas vu l'océan. » 

Dis-je avec l'envie de me rapprocher des vagues. J'ai toujours adoré ce bruit quand elles s'écrasent sur la berge, murmures envoûtants qui me bercent.

« Tu as prévu de disparaître à nouveau ? Quitter le groupe définitivement ou passer de temps en temps ? Que je sache si on discute avec sérieux ou s'il vaut mieux rester léger. » 

Je souris et lui propose mon bras tandis que nos pas s'enfoncent légèrement dans le sable.
Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Dim 18 Déc - 18:17

Christmas
Adler

J'ai 40 ans et je vis à Los Angeles, Etats-Unis. Dans la vie, je suis décoratrice d'intérieur et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis tout juste célibataires et je le vis très mal.

Christmas est née et a grandi à Los Angeles dans une famille affiliée à un gang dont son père et son frère sont des membres actifs. Cet univers si particulier, elle le pratique et le connaît par cœur, elle est même prête à y construire sa vie. A 22 ans, elle se fiance d’ailleurs avec un membre. Mais ce dernier commet une grave erreur et est éliminé par la hiérarchie. Chris décide alors de quitter cette vie et coupe les ponts avec son père et son frère qu’elle tient pour responsables parmi tant d’autres. Pendant des années elle ne téléphone qu’à sa mère. Bien décidée à s’en sortir dans la légalité, elle devient décoratrice d’intérieur et commence à travailler dans les grandes maisons des riches de Los Angeles, souvent vers Hollywood. Elle rencontre alors Kyle qui est producteur et avec qui elle a un fils, Marlon. Elle est une acharnée du travail qui estime avoir bien réussi sa vie et compte bien que ça ne change pas. En octobre 2022, son père décède et Christmas accepte de se rendre aux obsèques pour faire plaisir à sa mère. Elle se retrouve alors propulsée dans un monde qu’elle s’était jurée de fuir à tout prix. Dans les jours qui suive, Kyle la quitte pour une autre femme avec qui il la trompe depuis des mois. Chris revient alors vivre chez sa mère le temps de trouver un nouveau logement.

crédit avatar : ethereal.

N'en doutez pas, on vit juste pour une poignée de rencontres.
***

Face à la mer, j’essaie de repousser les pensées sombres qui tentent de m’envahir. Kyle est certainement avec sa maîtresse, mon fils est chez ses grands-parents paternels, ma mère et mon frère sont certainement encore dans le petit bar aux allures bien trop conservatrices. Et je suis là, à observer le remous des vague, en compagnie d’un homme que je ne connais pas mais à qui j’ai choisi de confier une partie de ma soirée. Il propose de parler à Holden et ça me fait rire. Jaune, mais ça me fait rire. Je tourne doucement mon visage vers Ashton et lève un sourcil. « Si un jour, tu arrives à faire entendre raison à mon frère, je t’en supplie appelle-moi. Il faut que je vois ça. » Je pose un instant une main sur son bras pour accompagner mon regard complice. Holden est la pire tête de mule qui soit. Je ne crois pas avoir déjà vu une autre personne que mon père réussir à lui dire ses quatre vérités sans susciter chez mon jumeau des élans meurtrier. Je me demande à quel point l’ange qui me fait face est proche de ma moitié. Assez pour envisager de lui parler de moi et ne pas avoir peur de froisser l’ego du roux. Je préfère changer de sujet, j’ai décidé il y a longtemps de ne plus m’intéresser ou chercher à comprendre les relations qui se tissent au sein du gang. Je hoche doucement la tête lorsque le brun m’explique qu’il aurait sans doute passer son temps dans un stand de tir. Rien de bien étonnant, réponse plutôt cliché même. Mais les anges sont des clichés. Tout comme je suis le stéréotype de la fille qui essaie d’échapper à ses origines. Il assure finalement qu’il avait besoin de prendre l’air autant que moi et je suis contente d’apprendre que je chamboule sa soirée sur une note assez positive. La deuxième cigarette allumée entre mes lèvres me semble à nouveau salvatrice. C’est un soulagement provisoire, j’en ai conscience. Mais pour l’instant j’ai le besoin de ressentir la chaleur du tabac dans le fond de ma gorge et dans le creux de mes poumons. Cette fois j’aurais encore plus de mal à en revenir, je le sais déjà alors que je réfléchis aux bureaux de tabac qui peuvent être ouverts en pleine nuit à proximité de chez ma mère. Je souris à nouveau quand Ashton propose de faire quelques pas sur la plage. C’est beau la mer dans la demie obscurité des lampadaires. J’attrape son bras tendu et prends le temps avant de lui répondre. Les talons de mes bottines s’enfoncent dans le sable mais cela ne fait rien, il fait de toute façon trop froid pour les retirer et marcher pieds nus. « Ça dépend. » je commence finalement avec un sourire malicieux. « Tu as envie d’être sérieux ou léger ? » Je resserre ma prise sur son avant-bras. « Je ne vais pas disparaître tout de suite. » je finis par avouer. Je risque de croiser Ashton encore quelques fois. « Je ne peux pas partir tout de suite. Je vais rester chez ma mère pendant quelques temps. » Je ne sais pas pourquoi je fais preuve d’honnêteté. Sans doute parce que je n’ai plus rien à perdre. « Ensuite… » Ensuite, à vrai dire, je n’en sais rien. Je suis tentée de répondre catégoriquement que je vais disparaître. Et dans le même temps, j’ai envie de profiter de ma mère plus que lors de ces dernières années. « … je verrai. » Je soupire avant de porter la cigarette à mes lippes. « Ça change quelque chose ? » je demande en le regardant sous mes cils chargés de mascara waterproof.
Contenu sponsorisé
N'en doutez pas, on vit juste pour une poignée de rencontres [Gaïa]
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» ARANRUTH+EARENDIL Juste pour ton sourire. |et le mien aussi
» Le saké pour le corps, le haïku pour le coeur- Santoka ❀Seolanne❀
» On avait pas dit pour le meilleur et pour le pire ? {Karly & William}
» Juste amis ?
» (m) La vie est belle. Pour le meilleur et pour le pire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: