Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -36%
Karcher SC2 Upright Easyfix – Balai Nettoyeur ...
Voir le deal
89.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Selkie, Now you belong to Me (+18)

Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Ven 21 Juil - 19:06

Bryan
Steamgray

J'ai 25 ans et je vis dans les îles Shetlands, en ecosse. Dans la vie, je suis en train de faire des études dans la biologie marine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Selkie, Now you belong to Me (+18) - Page 6 Znsz
→ Issu d'une famille monoparental (sa mère)
→ Gentil, courtois, altruiste, il se sent pourtant mal à l'aise en société et préféré, de loin, rester seul à se promener.
→ Adore nager, ça depuis tout petit
→ Adore la plongée sous marine
→ Sa mère  croit en la magie et essaie d'initier son fils à des sorts et des incantations qu'il fuit comme personne.
→ En réalité, Bryan est bien à moitié triton royal (par son père) et à moitié sorcier (par sa mère).
→ Il se retrouve forcément embarquer par son cousin maternelle dans les fêtes et les évènements, comme ils ont le même âge, bien qu'il en aucune envie.
Repartir, la veille, avait été la chose la plus compliquée qu’il n’eut jamais à faire. Plus que de ranger sa chambre après avoir fait l’amour avec Blanche. Parce que ranger sa chambre avait eu ce goût de pathétique et de « stupide », alors que laisser le phoque était plus comme dire Adieu. Il n’avait pas eu le temps de dire Adieu à Blanche. Elle avait disparu comme le phare qui s’éteint un peu avant le lever du soleil. Le phoque, lui, avait été avec lui dans l’eau. Et même s’il ne pouvait dire où il était tout le temps, Bryan savait qu’il était quelque part. Il avait dû rentrer en sachant ça. Il avait toujours mal au cœur pour Blanche…. Mais il y avait aussi plus. La rencontre avec l’animal lui avait donné l’impression que … Que Blanche n’était pas réellement parti. Pourtant, rien n’aurait pu le dire. Il n’y avait rien sur la plage qui pourrait faire croire que la jeune rousse était venue … mais il s’était senti mieux. Peut-être parce qu’il avait fait le deuil de cette relation qui n’avait même pas eu le temps de commencer ?

La veille, il avait vécu une expérience unique … et ce n’était que mue par l’émotion et l’espoir qu’il était retourné au même endroit, à la même heure. Il se disait que la magie pouvait opérer plus d’une fois. Peut-être que le phoque serait encore là. Il jouerait encore avec lui. Ce n’était pas exactement un jeu, mais ça avait été sans violence, sans risque. Il n’avait même pas eu envie de prévenir les gardes mariniers de la proximité de l’animal avec la berge. Parce qu’il ne voulait pas risquer de ne plus le voir. Il avait descendu les escaliers menant à la petite plage avec rapidité. Aucun risque que son cousin ne débarque cette fois. La plage était pour la recherche, et Bryan avait tous les droits de venir. Alors qu’il arrive sur la dernière marche, plus occupé à regarder ses pieds que la plage, il « ressentit » quelque chose.

Il ne saurait trop l’expliquer, parce que ce n’était pas une sensation de vent, ou une odeur, c’était comme… Il ne pourrait pas le dire. Il avait relevé la tête parce qu’il avait eu besoin de relever la tête. Et il l’avait vu, là. Il se dit qu’il ne doit pas trop garder d’espoir. Qu’il peut bien rêver, après tout. On ne dit pas « à force d’espérer, ça arrive ». Alors, il s’approche doucement, sans rien dire, la regarde.

- Blanche, demanda-t-il doucement, tu es là ?

Ils n’étaient pas Dimanche pourtant. Ils n’étaient pas hier non plus. C’était … Un jour au pif. Il devrait être en colère, être énervé, se dire qu’elle l’avait … quoi ? Il ne sait pas. Mais après tout, il n’avait jamais été normal dans cette relation. Alors, il s’approche et il la prend dans ses bras. Avec douceur. Et puis quoi ? Si elle veut partir, elle en a le droit. Il préfère qu’elle en parle, mais tant pis. Il s’approche et frotte son nez au sien avant de sourire.

- Je suis tellement heureux de te voir. Comment vas-tu ? Est-ce que tu as eu des soucis ? Je …


Il se recule d’elle, toujours en la tenant par les épaules avant de rougir.

- Tu sais, si tu voulais qu’on en reste là, tu aurais pu me le dire, j’aurais compris. Je ne suis pas si … Fin, je me vante parfois mais je crois que je suis une bonne personne.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
maioral
Messages : 188
Date d'inscription : 28/01/2022
Région : Belgique
Crédits : fays

Univers fétiche : dystopie, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5312-prete-moi-ta-plume#106129
maioral
Lun 31 Juil - 21:58

Blanche
J'ai 36 ans, même si humainement j'en parais moins. Je vis dans les îles Shetlands, en Écosse. Dans la vie, je suis une selkie et passe la majorité de ma vie sous la forme d'un phoque et plus rarement comme une humaine. Je m'en sors plutôt bien et grâce à ma chance, je suis célibataire et cela ne me dérange aucunement.

Je vis la majeure partie de mon temps avec une échouerie (clan) de phoque que je considère comme ma famille. Ils sont ceux sur lesquels je me repose, à qui j'ai le plus de confiance.

Pour l'heure, je n'ai jamais connu que 3 autres selkies comme moi. Ma mère, qui a finalement disparue assez tôt, ainsi que deux autres selkies que j'ai seulement croisées sur les plages, puis plus jamais revues.

Dans ma jeunesse, une humaine avait déjà tenté de m'adopter sous forme humaine, c'était une des premières fois que je m'étais transformée. Je suis restée quelques jours auprès d'elle, voire même semaines à ses côtés, m'apprenant les rudiments de la vie humaine. Je suis cependant partie du jour au lendemain, l'appel de l'océan étant trop fort. Cette dame n'a jamais appris mon secret, mais il m'arrive d'aller la voir, de loin, pour savoir comment elle va.  
Blanche regardait les remous de l'eau et les vagues léchant le sable près de ses pieds nus. Elle souriait un peu bêtement à l'idée qu'elle recroise peut-être Bryan. Elle l'espérait du moins, tout en serrant ses genoux contre elle, l'air songeuse.

Ce fut la voix du garçon qui la ramena à la réalité, sans avoir aucune conscience du temps qui s'était écoulé. La rouquine tourna la tête pour apercevoir son amant. Ses propres yeux se mirent à briller. Il était là ! Un grand sourire naquit ses sur lèvres et elle se leva rapidement. La selkie frotta brièvement son short pour en retirer le sable, puis effectua un pas timide vers le jeune homme. Bryan, quant à lui, n'hésita pas à réduire la distance qui les séparait pour la prendre dans ses bras.

Blanche enroula ses bras autour de lui en réponse à son étreinte. Elle ferma les yeux, profitant de sa proximité avec lui, de sa chaleur, de ses émotions vives. Elle lui sourit à nouveau, pouffant quand le garçon frotta son nez contre le sien. Comme si... comme s'ils se connaissaient depuis toujours. Cette aisance et cette complicité étaient naturelles.

La jeune femme leva les yeux vers Bryan, fronçant légèrement les sourcils face à ses questions.

— Je suis heureuse aussi... Euh, non, dit-elle par rapport aux soucis qu'elle aurait pu avoir.

Bryan s'écartait pour la détailler. Blanche le regarda faire avec une certaine curiosité et plaisir.

— Je... Euh... Mais, non, dit-elle avec un sourire rassurant. Je... J'avais... des choses à faire.

Elle resta évasive, elle n'était de toute façon pas assez créative encore pour inventer une excuse. Et il était naturellement hors de question de lui avouer la vérité. Cela lui avait été formellement interdit... Sa mère, décédée bien plus tôt l'avait bien mise en garde contre la cupidité des hommes et de leurs désirs. Ne jamais leur faire confiance... Même si Blanche mourrait d'envie de raconter à Bryan sa si grande particularité.

À la place, la rousse prit la main du garçon pour l'inviter à se rapprocher de l'eau.

— Tu allais nager ? lui demanda-t-elle.

Hors rp:
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 3 Aoû - 12:25

Bryan
Steamgray

J'ai 25 ans et je vis dans les îles Shetlands, en ecosse. Dans la vie, je suis en train de faire des études dans la biologie marine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Selkie, Now you belong to Me (+18) - Page 6 Znsz
→ Issu d'une famille monoparental (sa mère)
→ Gentil, courtois, altruiste, il se sent pourtant mal à l'aise en société et préféré, de loin, rester seul à se promener.
→ Adore nager, ça depuis tout petit
→ Adore la plongée sous marine
→ Sa mère  croit en la magie et essaie d'initier son fils à des sorts et des incantations qu'il fuit comme personne.
→ En réalité, Bryan est bien à moitié triton royal (par son père) et à moitié sorcier (par sa mère).
→ Il se retrouve forcément embarquer par son cousin maternelle dans les fêtes et les évènements, comme ils ont le même âge, bien qu'il en aucune envie.
HRP – tant que tu t’amuses, c’est très bien (et en plus je trouve ça vraiment bien alors pas de pression !)

Voir Blanche avait retourné son esprit. Il se demandait ce qu’il devrait dire, ou faire, ou … ressentir. Il ne ressentait que le plaisir de l’avoir revu, à nouveau, ici et maintenant. Il ne sentait que la frayeur d’avoir imaginé le pire et la douceur de voir qu’elle va bien. Il n’y avait pas de colère en lui. Bryan n’était pas le genre à être en colère de toute manière. Il était content qu’elle n’ait pas eu de soucis. Après tout, il connait si peu de choses d’elle. Sa famille aurait pu lui en vouloir d’avoir découché … ou bien simplement avoir eu un appel de quelqu’un. Il se rappelle alors qu’elle n’avait pas de téléphone … mais repousse la pensée. Elle était là. Et il était heureux qu’elle le soit.

- Je comprends, fit-il avec un sourire, vraiment. C’est juste que … tu m’as manqué. Et comme je n’avais aucun moyen de … de te retrouver, j’étais …

Triste ? Désespéré ? Totalement au bord de la dépression pour une femme qu’il n’avait rencontré qu’une nuit et à qui il avait donné sa virginité –tout comme elle, il le sait- alors … Leur relation n’avait ni queue  ni tête. C’était presque de l’obsession qu’il avait ressenti pour elle ce matin là. Il voulait tout savoir d’elle. Il voulait la retrouver, l’embrasser, la faire rire, la sentir. Et maintenant qu’il était là, tous les sentiments violents étaient apaisés.

- Oui ! J’allais nager ! Hier j’ai fais la rencontre d’un être particulièrement magnifique et incroyable. Avec toi, ça fait deux jours de suite que l’incroyable se produit, dit-il en entourant une main de la jeune femme dans la sienne pour se rapprocher de ses équipements.

La veille, il avait tout son attirail. Maintenant, il n’avait que le strict nécessaire. Palme, masque et tuba. Et une serviette, bien sûr… il ne pourrait pas se permettre d’aller à la plage sans serviette… Il en avait tellement qu’il pouvait passer tout l’été sans faire machine lui … Ce qui était impressionnant… il avait plus de serviette pour la plage que de caleçon, et de chaussettes. Mais ce n’était qu’un détail dans tout le reste.

- Tu connais la légende sur les phoques ? Il existerait certains phoques qui, à l’image des sirènes, peuvent prendre forme humaine. Ils sont plus intelligents, puisqu’ils peuvent comprendre les humains et sont des protecteurs des eaux. Hier, j’ai vraiment eu l’impression que c’était l’un de ceux là. Je lui ai parlé de toi, et tu es là. Je suis sûr qu’il était magique.

Il serre un peu la main de la jeune femme avant d’ouvrir son gros sac pour en sortir ce qu’il faut. Il prenait toujours tout en double. Il laisse le tout sur le sable avant de la regarder.

- Blanche, tu acceptes de venir nager avec moi ? Je pars du principe que c’était oui, mais peut-être ne le voulais tu pas ?


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
maioral
Messages : 188
Date d'inscription : 28/01/2022
Région : Belgique
Crédits : fays

Univers fétiche : dystopie, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5312-prete-moi-ta-plume#106129
maioral
Dim 20 Aoû - 22:03

Blanche
J'ai 36 ans, même si humainement j'en parais moins. Je vis dans les îles Shetlands, en Écosse. Dans la vie, je suis une selkie et passe la majorité de ma vie sous la forme d'un phoque et plus rarement comme une humaine. Je m'en sors plutôt bien et grâce à ma chance, je suis célibataire et cela ne me dérange aucunement.

Je vis la majeure partie de mon temps avec une échouerie (clan) de phoque que je considère comme ma famille. Ils sont ceux sur lesquels je me repose, à qui j'ai le plus de confiance.

Pour l'heure, je n'ai jamais connu que 3 autres selkies comme moi. Ma mère, qui a finalement disparue assez tôt, ainsi que deux autres selkies que j'ai seulement croisées sur les plages, puis plus jamais revues.

Dans ma jeunesse, une humaine avait déjà tenté de m'adopter sous forme humaine, c'était une des premières fois que je m'étais transformée. Je suis restée quelques jours auprès d'elle, voire même semaines à ses côtés, m'apprenant les rudiments de la vie humaine. Je suis cependant partie du jour au lendemain, l'appel de l'océan étant trop fort. Cette dame n'a jamais appris mon secret, mais il m'arrive d'aller la voir, de loin, pour savoir comment elle va.  
Bryan avait l'air soulagé, et surtout compréhensif. Les humains étaient-ils tous aussi doux que lui ? En venant dans le monde des humains, Blanche avait pu remarquer à quel point il fallait parfois se justifier pour toutes sortes de choses. Avec leurs réflexions bien plus intenses, les hommes en venaient souvent à oublier leurs émotions, à les comprendre et leur faire confiance. Croire en ses intuitions semblait bien plus facile pour un animal qu'un humain. Blanche pensait qu'elle se trompait en pensant cela, à moins que Bryan soit exceptionnel sur ce pan-là. Cela expliquerait cette osmose entre eux, ce lien qui doucement se dessinait dans leurs jeux de regards et de sourires.

— Je suis là, maintenant, dit-elle pour le rassurer.

Et cela lui faisait plaisir d'avoir l'occasion de rester avec lui. De passer du temps à ses côtés, surtout s'il voulait les passer en mer. Elle aussi, elle avait envie de lui faire découvrir les recoins de l'île et le rythme de vie des animaux qui peuplaient les fonds marins.

Blanche serra la main de Bryan dans la sienne avec un sourire sincère. Ils s'approchèrent du rivage. Bryan déposa son sac dans le sable et s'agenouilla pour voir ce qu'il en ressortirait.

À mesure que le jeune homme parlait, la selkie plongea dans ses pensées, le regard un peu vide. Elle se força un peu à sourire et regarder Bryan pour l'admirer, et surtout ne pas lui donner l'impression qu'elle ne l'écoutait pas. Car que du contraire, elle prenait toujours plaisir à apprendre de nouvelles choses sur lui, ses hobbies ou même les coutumes humaines.

Son coeur battit la chamade quand elle comprit qu'il fit allusion au phoque. Blanche se rendit compte à quel point cela lui avait fait plaisir, lorsqu'il parlait ainsi d'elle, sans savoir qu'il s'agissait de sa forme première. Alors elle sourit, avec ce petit pincement dans sa poitrine, à l'idée qu'il ne put jamais savoir la vérité. Car sa mère lui avait déjà expliqué ce qu'il lui était arrivé, quand elle était encore en vie et qu'elle avait elle-même tenté de partager son secret... Un secret tellement lourd. Une expérience si traumatisante pour sa mère que Blanche n'avait jamais réussi à connaître l'histoire entière, tant ça lui avait coûté d'en parler.

Que Bryan jette ainsi le sujet des selkies sur la table la surprit. Ses sourcils se haussèrent légèrement et les yeux verts de Blanche scrutèrent son ami avec une émotion entre la joie et la crainte. Il connaissait son espèce ? Il... Il y croyait vraiment ?

— Tu... Tu y crois ? demanda-t-elle, un peu stressée. Vraiment ?

Les lèvres entrouvertes, comme si elle retenait son souffle, elle le regardait en cherchant à voir s'il était sérieux ou non. Mais comment pouvait-elle en être certaine ?

— Tu crois à la magie et... ce genre de choses ? précisa-t-elle.

Son regard descendit sur les affaires étalées au sol, avant de remonter vers Bryan.

— J'adore, avec plaisir ! répondit-elle à la question de Bryan.

Comment une selkie refuserait-elle d'aller nager ? Intriguée, elle prit un masque entre ses mains pour l'examiner de plus près. Elle en avait déjà vu sur les humains qui venaient parfois en mer, mais elle n'avait jamais eu l'occasion d'utiliser de pareils outils elle-même.
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 2 Sep - 19:29

Bryan
Steamgray

J'ai 25 ans et je vis dans les îles Shetlands, en ecosse. Dans la vie, je suis en train de faire des études dans la biologie marine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Selkie, Now you belong to Me (+18) - Page 6 Znsz
→ Issu d'une famille monoparental (sa mère)
→ Gentil, courtois, altruiste, il se sent pourtant mal à l'aise en société et préféré, de loin, rester seul à se promener.
→ Adore nager, ça depuis tout petit
→ Adore la plongée sous marine
→ Sa mère  croit en la magie et essaie d'initier son fils à des sorts et des incantations qu'il fuit comme personne.
→ En réalité, Bryan est bien à moitié triton royal (par son père) et à moitié sorcier (par sa mère).
→ Il se retrouve forcément embarquer par son cousin maternelle dans les fêtes et les évènements, comme ils ont le même âge, bien qu'il en aucune envie.
- Tu es là, sourit-il.

Elle était partie, et revenue… Et … Il ne sait pas comment l’expliquer, il apprécie d’être à ses côtés. La jeune femme était … douce et pure. Elle apaisait ce qui manque en lui. Il avait voulu lui faire l’amour dès qu’il l’avait vue, mais il voulait aussi la prendre dans ses bras, il voulait flâner en lui tenant la main, il voulait être terriblement et stupidement romantique au point que son cousin n’en vomisse des paillettes. C’était dire. Bref. Il sort ce qu’il faut de son sac et lui propose de nager après lui avoir parlé des selkies. Il regarde l’océan. Il regarde et écoute les vagues, sent le sel qui se percute contre les rochers.

- J’y crois, finit-il pas souffler, je crois que le monde est magique, que la magie existe. Il est juste dommage que la plupart des êtres humains soient stupides. Sans magie, nous détruisons des zones entières de coraux. Si on venait à apprendre que la magie, les selkies, les sirènes, ou même le kraken existe, au lieu de profiter de leur existence, l’humain voudra les attraper. Cela me dégoûte. Je préfèrerais être un poisson, dit-il en se relevant pour cacher son sac entre deux cailloux et s’approcher de la plage.

Il se déshabille pour être en caleçon de bain et propose son sac ouvert pour qu’elle puisse y mettre ses affaires. Il capte le regard sur le tuba et les masques.

- Si tu en as jamais mis pour de la plongée en basse océan, on pourra commencer plus prés, il ne faudra jamais que tu hésites à me dire ce qu’il te passe par la tête.

Parce que le danger, en mer, c’est de mal communiqué. C’est pour ça que les plongeurs ont des signes pour parler en plongée. Il y a bien sûr le célèbre « OK » qui est un signe avec les doigts en rond et trois doigts relevés. Avec beaucouuuup d’imagination, ça peut faire un « O » et un « K ». Puis, il y a le pouce en l’air qui, si toutes les personnes terrestres l’utilisent, ne veut clairement pas signifier la même chose selon le milieu. Dans l’eau, ça veut dire remonté. Cependant, comme il comptait aller faire une plongée de manière pas trop profonde, pour qu’il puisse lui parler quand ils remontent et profiter de sa présence plus que celle des poissons, ça ira.

- On peut aller sur les côtes, je sais où voir sans être trop profond. Il faudra juste faire attention, parfois des petits bateaux de pêcheurs, ou de trou du culs, s’approchent trop et on peut se faire blesser.

Il n’y avait jamais eu de mort, mais des peurs ça oui. Surtout l’autre enculé de Gordon Walter et son fils. Gordon était l’antagoniste de sa mère. Bryan n’avait jamais compris pourquoi sa mère, Moïra, détestait autant cet homme. Il n’y avait aucune raison. Ni même de bonne raison à avoir le poil qu’il se dresse dès que ce même homme le regarde. Il se sentait mal, comme oppressé. Son fils était un connard de base qui n’avait aucun intérêt pour l’humanité … et Bryan faisait en sorte d’éviter les deux… Sauf quand il se retrouvait coincé dans l’eau à côté de leur bateau … et que Gordon voulait absolument vérifier s’il n’avait pas blessé les jambes de Bryan en s’approchant. Connards.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
maioral
Messages : 188
Date d'inscription : 28/01/2022
Région : Belgique
Crédits : fays

Univers fétiche : dystopie, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5312-prete-moi-ta-plume#106129
maioral
Mar 12 Sep - 19:03

Blanche
J'ai 36 ans, même si humainement j'en parais moins. Je vis dans les îles Shetlands, en Écosse. Dans la vie, je suis une selkie et passe la majorité de ma vie sous la forme d'un phoque et plus rarement comme une humaine. Je m'en sors plutôt bien et grâce à ma chance, je suis célibataire et cela ne me dérange aucunement.

Je vis la majeure partie de mon temps avec une échouerie (clan) de phoque que je considère comme ma famille. Ils sont ceux sur lesquels je me repose, à qui j'ai le plus de confiance.

Pour l'heure, je n'ai jamais connu que 3 autres selkies comme moi. Ma mère, qui a finalement disparue assez tôt, ainsi que deux autres selkies que j'ai seulement croisées sur les plages, puis plus jamais revues.

Dans ma jeunesse, une humaine avait déjà tenté de m'adopter sous forme humaine, c'était une des premières fois que je m'étais transformée. Je suis restée quelques jours auprès d'elle, voire même semaines à ses côtés, m'apprenant les rudiments de la vie humaine. Je suis cependant partie du jour au lendemain, l'appel de l'océan étant trop fort. Cette dame n'a jamais appris mon secret, mais il m'arrive d'aller la voir, de loin, pour savoir comment elle va.  
Blanche avait retenu son souffle. Les selkies. Ce mystère de la nature qu'elle était. Cela sonnait comme une légende à laquelle peu d'hommes croyaient. Et pourtant... Elle était encore racontée de temps en temps, puisque Bryan était au courant. Étrange, surprenant, mais c'était agréable si le jeune homme connaissait ce mythe qui n'en était pas vraiment un...

La selkie avala sa salive, comme pour se donner un peu de courage. Bryan y croyait. Elle pourrait... mais elle ne devrait. Il le disait lui-même dans son discours... Que les hommes n'étaient pas dignes de ces cadeaux. Pourtant, le fait qu'il en parle lui-même lui donnait envie de croire qu'elle pouvait partager son secret. Elle devrait réagir. Elle aurait pu, elle aurait du. Ou pas.

Tant et si bien que Blanche préféra changer de sujet en se penchant sur le matériel de plongée, plutôt que de poursuivre sur le sujet délicat de la magie et de l'étrange créature qu'elle était. Elle attrapa un masque de Bryan, sorti tout droit de son sac. Blanche le tint de part et d'autre pour le placer devant ses yeux quelques secondes, sans l'attacher.

Elle papillonna des cils vers Bryan.

— Ça me va bien ? demanda-t-elle avec un sourire goguenard.

Elle éclata ensuite de rire, rien qu'à l'idée de bientôt le mettre "pour de vrai". Qui l'eut cru ? Qu'elle passerait dans l'autre bord ? Celui de l'humaine qui part observer son propre milieu de vie...

Bryan avait un air et un ton un peu plus sérieux. Blanche ravala son hilarité, non sans garder un petit sourire en coin. Discrètement, elle observa Bryan en train de se changer. Ne devrait-elle pas faire de même ? Elle hésita un instant, puis enleva son tee-shirt à son tour, ne portant plus qu'une petite brassière enfantine et un peu usée qui, encore une fois, était loin de cacher sa féminité. Du moins, le faisait-il de loin... Non mouillé.

Elle retira ensuite son short, un que Bryan lui avait gentiment donné quelques jours avant. Maintenant en sous-vêtements, Blanche posa les affaires qu'elle venait de retirer dans le sac, avec ses deux baskets élimées.

— Hum... D'accord, acquiesça-t-elle plusieurs fois aux propos de Bryan.

De ses doigts, elle mima un "ok" avec ce même air enfantin et taquin qu'elle avait eu plus tôt. Elle venait de mimer ce langage que certains plongeurs utilisaient entre eux, sans forcément tous les connaître.

— On commence où ? demanda-t-elle ensuite en mettant les deux mains dans le dos, le regard porté autour d'eux.

À son tour, elle réfléchit à quelques endroits où elle pourrait l'emmener. Il devait certainement y avoir des lieux sous les mers que Bryan n'avait jamais vus... et il lui tardait de les lui faire découvrir.

— Je dois prendre ça ? s'enquit-elle au dernier moment, en regardant à nouveau le masque et le tuba.

Non, vraiment... Rien qu'à l'idée de les mettre, elle était hilare.
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 14 Sep - 13:20

Bryan
Steamgray

J'ai 25 ans et je vis dans les îles Shetlands, en ecosse. Dans la vie, je suis en train de faire des études dans la biologie marine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Selkie, Now you belong to Me (+18) - Page 6 Znsz
→ Issu d'une famille monoparental (sa mère)
→ Gentil, courtois, altruiste, il se sent pourtant mal à l'aise en société et préféré, de loin, rester seul à se promener.
→ Adore nager, ça depuis tout petit
→ Adore la plongée sous marine
→ Sa mère  croit en la magie et essaie d'initier son fils à des sorts et des incantations qu'il fuit comme personne.
→ En réalité, Bryan est bien à moitié triton royal (par son père) et à moitié sorcier (par sa mère).
→ Il se retrouve forcément embarquer par son cousin maternelle dans les fêtes et les évènements, comme ils ont le même âge, bien qu'il en aucune envie.
Bryan n’avait pas du tout compris que la discussion sur les selkies avaient été important. Pour lui, il faisait la conversation sur un sujet qu’il apprécie… qu’il jalouse un peu. Il aimait tellement imaginer l’impossible. Combien de fois s’était il imaginé être un selkie a qui on avait perdu sa peau à la naissance ? N’étant pas dans ce monde, mais dans celui de la mer depuis le début ? Combien de fois avait-il espéré qu’on vienne le chercher ? Il ne pourrait pas le dire, mais il aurait aimé ça. Mais Blanche changea de sujet et il préféra ne pas y revenir. Parfois, ça ne plaisait pas aux autres d’imaginer l’impossible, c’est dommage mais il accepte. Il sourit et rit en regardant la jeune femme avec son masque.

- Cela te va parfaitement bien, tu es très belle.

Il se lève et le met un peu mieux alors qu’il sourit. Si seulement il pouvait nager sans avoir besoin de masque. Voir le fond marin avec plus de détail sans rien. Il peut voir bien, Bryan. Il pense qu’il s’est habitué à l’eau à force d’y plonger la tête … mais il continuait de devoir mettre le masque pour voir sans trouble. Il se change et fait pas attention à la jeune femme. Fin, il sait qu’elle est là, mais il ne fait pas attention à ce qu’elle porte. Il se retourne et il bug. Elle n’était pas prête à aller se baigner … et sa brassière…. Il l’observe et se sent mal à l’aise, il ne sait pas trop pourquoi ? Parce qu’elle allait mouiller ses sous vêtements, par parce qu’il était un pervers qui avait envie de se coller à elle pour l’embrasser et plus si affinité. Non. Non.

- Tu n’as pas de maillot ? Je peux te passer un short moulant…

Lui offrir, il lui offre, clairement, il prenait toujours tout en double, dont un short de maillot pour aller plonger comme il veut … Mais il n’avait jamais pensé à prendre une brassière pour une femme … Mhhhh… OK. A partir de maintenant, il gardera toujours des habits féminins dans le sac et un haut de maillot. Il s’approche et lui tend un t-shirt de maillot, c’était mieux que rien.

- Tu devrais mettre ça, tu seras plus à l’aise, dit-il en se retournant pour la laisser se changer, et je pensais passer sous la roche, il y a un endroit sympa à regarder et pas trop profond pour une première fois. Et oui. On va faire un test, voir si tu arrives à respirer avec … et sinon on avisera.

Il regarde la mer et sourit. Il aimait l’idée d’emmener la jeune femme dans son océan. De lui faire voir ce qu’il faisait pour se détendre, ce qu’il aimait, ce qui le faisait vibrer. Bien qu’elle aussi le fasse vibrer. Il se retourne doucement pour lui mettre le masque comme il faut sur ses cheveux, ayant fait de même avec le sien.

- On va s’amuser, promit-il.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
maioral
Messages : 188
Date d'inscription : 28/01/2022
Région : Belgique
Crédits : fays

Univers fétiche : dystopie, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5312-prete-moi-ta-plume#106129
maioral
Mar 7 Nov - 12:45

Blanche
J'ai 36 ans, même si humainement j'en parais moins. Je vis dans les îles Shetlands, en Écosse. Dans la vie, je suis une selkie et passe la majorité de ma vie sous la forme d'un phoque et plus rarement comme une humaine. Je m'en sors plutôt bien et grâce à ma chance, je suis célibataire et cela ne me dérange aucunement.

Je vis la majeure partie de mon temps avec une échouerie (clan) de phoque que je considère comme ma famille. Ils sont ceux sur lesquels je me repose, à qui j'ai le plus de confiance.

Pour l'heure, je n'ai jamais connu que 3 autres selkies comme moi. Ma mère, qui a finalement disparue assez tôt, ainsi que deux autres selkies que j'ai seulement croisées sur les plages, puis plus jamais revues.

Dans ma jeunesse, une humaine avait déjà tenté de m'adopter sous forme humaine, c'était une des premières fois que je m'étais transformée. Je suis restée quelques jours auprès d'elle, voire même semaines à ses côtés, m'apprenant les rudiments de la vie humaine. Je suis cependant partie du jour au lendemain, l'appel de l'océan étant trop fort. Cette dame n'a jamais appris mon secret, mais il m'arrive d'aller la voir, de loin, pour savoir comment elle va.  
Blanche était contente. Bryan souriait face à ses bêtises, partageait sa passion et ses connaissances, il lui donnait des conseils. Et il le faisait sans donner l'impression de vouloir quelque chose en retour. Tout semblait tellement simple avec lui. La selkie n'avait pas la sensation d'être étrangère à ce monde, quand elle était avec lui. Certes, il demeurait des interrogations, mais à ses côtés, elle se sentait en sécurité pour découvrir la vie humaine dans ses moindres détails.

Quand Bryan lui proposa des vêtements de plongée, Blanche pencha la tête sur le côté, à la fois intriguée et dubitative. Mais elle lui faisait confiance. Il avait probablement ses raisons de vouloir qu'elle se change.

— D'accord, dit-elle en prenant l'équipement plus adéquat.

Sans une once de gêne ou d'hésitation, elle retira sa brassière pour ensuite mettre le tee-shirt de plongée, puis fit de même avec le short. La selkie lâcha un "génial!" pendant que Bryan lui expliquait où ils iraient. Elle essayait de deviner de quel endroit il parlait exactement.

Enfin prête, elle se tourna vers Bryan.

— C'est mieux ? demanda-t-elle.

Elle baissa les yeux pour se regarder un peu, tout semblait bien mis ? C'était serrant, c'était bizarre. Mais elle avait l'allure d'une véritable plongeuse maintenant.

Il s'approcha d'elle, ajustant le masque et le tuba sur son visage. Blanche se laissa faire, docile et patiente. Elle sourit béatement, un peu hilare. Même complètement hilare car elle pouffa toute seule.

— C'est trop bizarre, avoua-t-elle en faisant allusion à l'équipement qu'elle portait.

Elle passa une main par-dessus pour sentir comment Bryan l'avait ajusté, puis son autre main vint glisser le long du bras du jeune homme. Ses doigts se faufilèrent dans les siens, complices.

— Je suis prête !

Blanche écouta ses dernières recommandations, alors qu'ils s'immergeaient doucement dans l'eau. L'effet des vagues sur ses jambes la rasséréna. Bientôt, il se retrouvaient à nager en plein océan. Bryan la guida dans les récifs voisins en toute connaissance du lieu. Elle le suivit, et s'émerveilla de voir son milieu de vie avec la vue d'un humain, tellement plus colorée et vivante.

Un moment parfait, pour le moment. S'ils faisaient seulement un peu plus attention au bateau qui s'approchait au loin...

Le couple sortit la tête de l'eau après un moment à nager et observer. Encore loin de la côte, ils se tinrent tous les deux à un rocher en reprenant de l'air frais.

— C'est... magnifique, reconnut Blanche qui redécouvrait la mer sous un autre angle.

Elle regarda Bryan avec une certaine intensité, le sourire radieux sur son visage. Ses yeux pétillants fixèrent alors les lèvres du jeune homme et elle réduisit la distance qui les séparaient pour apposer sa bouche sur la sienne.

— Merci, murmura-t-elle contre lui, ses lèvres frôlant encore les siennes.
Clionestra
Messages : 3752
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 18 Nov - 22:40

Bryan
Steamgray

J'ai 25 ans et je vis dans les îles Shetlands, en ecosse. Dans la vie, je suis en train de faire des études dans la biologie marine et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Selkie, Now you belong to Me (+18) - Page 6 Znsz
→ Issu d'une famille monoparental (sa mère)
→ Gentil, courtois, altruiste, il se sent pourtant mal à l'aise en société et préféré, de loin, rester seul à se promener.
→ Adore nager, ça depuis tout petit
→ Adore la plongée sous marine
→ Sa mère  croit en la magie et essaie d'initier son fils à des sorts et des incantations qu'il fuit comme personne.
→ En réalité, Bryan est bien à moitié triton royal (par son père) et à moitié sorcier (par sa mère).
→ Il se retrouve forcément embarquer par son cousin maternelle dans les fêtes et les évènements, comme ils ont le même âge, bien qu'il en aucune envie.
Une fois leurs nouvelles peaux misent, parce que c’était ainsi que Bran voyait ses maillots, protégeant ainsi leurs corps de l’eau froide, de la pression et des petites écorchures qu’une peau nue n’aurait eu de cesse d’avoir. Il lui laisse le temps de se changer, regardant ailleurs pour le moment avant qu’elle n’eut fini. Pour lui, c’était naturel de changer « de peau » pour nager. Selon où il allait, avec l’équipement différent, il n’avait pas le même accoutrement. C’était ça qui lui donnait aussi l’impression d’être une créature marine, au lieu d’être bêtement humain. Pas qu’il doute de l’être, bien que sa mère soit « une sorcière » il ne doutait pas un instant de son humanité … C’était simplement drôle d’imaginer pouvoir mettre un maillot comme une peau ou un masque et ensuite de changer totalement de statut. Cela l’amuse lui. Après tout, c’est ce qui compte non ?

- Tu t’habitueras vite quand tu comprendras l’intérêt de les porter, explique-t-il une fois tout bien positionné.

Il la laissa prendre sa main. C’était si naturel alors qu’ils s’étaient vus si peu. Même peu était un euphémisme. Celui du siècle. Il pense à toutes ses romances stupides qu’il avait vues au cours de sa vie. Même si peu friand de télévision, il préfère regarder l’océan, il avait vue son lot de film … Et ceux qui expriment la romance était particulièrement retord. Il fallait une seconde pour être amoureux, trois secondes pour vouloir faire des galipettes et la fin de la journée finissait en mariage. Presque la réalité, en soi. Donc. Il se moque de ses sentiments étranges et surtout de lui-même avec douceur pendant que son sourire se figeait sur son visage pour observer le contour du visage de Blanche. Elle était prête. Lui aussi.

- Allons-y.

Après les dernières recommandations, ils sont dans l’eau. Et il adore ça. Il ressent un plaisir intense quand son corps percute l’eau, que le sel remonte dans ses narines. Il se sentait comme une peau desséché que l’on ranimerait par ce contact. Il ne sentait jamais plus heureux que quand il était dans l’eau. La seule fois où il avait sentit cela avait été dans les bras de la jeune femme. Ce qui était assez étrange dans son esprit pour le repousser plus loin. Il lui fait le grand tour, lui montre des choses d’une main, l’attrape pour la diriger. Et il s’amuse, follement. Il s’amuse encore plus que toutes les autres fois où il avait été dans l’eau. Il finit par remonter contre un rocher. Il est content de voir que ça lui plait. Quand il la sent s’approcher, sa main presque automatique ses hanches qu’il rapproche de lui avec douceur pour mettre à peine plus de pression.

- Crois-moi, le plaisir est pour moi.

Il allait l’embrasser à nouveau avant que le bruit d’un moteur lui fasse relever les yeux. Non. Il cherche le bateau qui allait certainement raser les côtes pour une raison x ou y, il avait toujours de la chance avec ça … Surtout quand la chance s’appeler Gordon et Claude Walter. Il reconnait leur bateau entre mille. Si Claude Walter, fils, était qu’un horripilant petit con, le genre de gosse qui savait son père au dessus des lois de l’univers, et ne donnait à Bryan que des envies de petites claques derrière la tête, son père c’était bien différent.

Gordon Walter n’avait rien d’un homme bien dangereux. De petite stature, il semblait être un vieil homme qui avait laissé le temps coulé sur lui. Si on devait le relier à une activité, Bryan le verrait bien prof de littérature, ou de philosophie … mais cela, c’était en oubliant la folie qu’il pouvait lire dans son regard. Chaque fois que Gordon Walter le regardait, Bryan se sentait déraisonnablement mal. Il avait un frisson d’horreur et de malsain qui le tenait … Il savait que l’homme se disputait souvent avec sa propre mère pour récupérer un objet qui serait « essentiel » à sa collection. Sa mère était prête à tout pour le garder … Et Bryan pouvait parier que plusieurs fois, l’homme était rentré chez lui pour essayer de le voler sans réussir à le retrouver. D’un besoin instinctif, il se plaça devant la jeune femme pour la protéger.

- Tiens, tiens, on dirait que l’eunuque à trouver une jolie poupée pour réchauffer son lit, fit Claude d’une voix horripilante.

Bryan continua de cacher Blanche derrière lui alors que le père s’approcha du pont pour voir les deux personnes contre les rochers. Il venait souvent ici dans l’espoir de voir le petit dans sa véritable forme. Lui, il sait. Gordon Walter sait ce qu’était Bryan Steamgray. Il n’en a aucun doute depuis l’origine de leur rencontre. Cependant, cette foutue sorcière, qu’il n’avait pas le droit d’empailler, selon certaines lois ça ferait de lui un criminel, avait bien réussi à cacher et brider la beauté de la magie. Si lui voulait enfermer le gamin dans un grand bocal, au moins, il le laisserait être lui-même. Qui était le plus horrible des deux. Il pose un regard sur la rousse à ses côtés avant de faire un sourire que Bryan n’aime pas. Il sait ce qu’est cette femme. Il le sait comme il sent le lien qui bouillonne entre les deux nageurs. Un triton ou une sirène était normalement toujours accompagné de son protecteur. Bien que là, les rôles soient inversés, il suffit d’un instant à Gordon pour comprendre ce que Bryan ignore.

- Qu’est-ce qui t’arrive, paps, demanda le plus jeune en se rapprochant de son père.
- Rien, j’attendais que tu es fini, j’ai une course à faire, dit-il en commençant à masser son menton d’où une barbe fourni et blanche avait élu domicile.

Claude papillonne des yeux avant de regarder Bryan. Son père et l’espèce d’obsession presque sexuel qu’il avait pour Bryan avait été soufflé par autre chose. Il ne regardait plus la rousse derrière Bryan mais le jeune directement. Il voulait lui faire du mal. Parce que depuis toujours, son père ne s’intéressait qu’à ce blondinet inutile sans jamais le remarquer. Un vrai pervers. Il fait un sourire en se rapprochant du bord.

- Tu devrais au moins me laisser regarder la marchandise que tu as trouvé, continua-t-il avec une voix qui susurre plus qu’elle ne menace vers Blanche.
- Je t’interdis de l’approcher. Je te jure de te couper ce petit appendice que tu as entre les jambes si tu approches.

Tout comme son cousin, Claude était un coureur. Sauf qu’à la différence de son cousin qui avait mis le sexe comme un besoin vital au même niveau que l’eau et la nourriture mais avec le respect à autrui, Claude n’attendait pas d’avoir l’autorisation totale des femmes qu’il prend dans un coin. Et il ne toucherait certainement PAS à Blanche. Son père finit par dire qu’il devait s’en aller et le repousser.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
maioral
Messages : 188
Date d'inscription : 28/01/2022
Région : Belgique
Crédits : fays

Univers fétiche : dystopie, fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5312-prete-moi-ta-plume#106129
maioral
Ven 22 Déc - 22:19

Blanche
J'ai 36 ans, même si humainement j'en parais moins. Je vis dans les îles Shetlands, en Écosse. Dans la vie, je suis une selkie et passe la majorité de ma vie sous la forme d'un phoque et plus rarement comme une humaine. Je m'en sors plutôt bien et grâce à ma chance, je suis célibataire et cela ne me dérange aucunement.

Je vis la majeure partie de mon temps avec une échouerie (clan) de phoque que je considère comme ma famille. Ils sont ceux sur lesquels je me repose, à qui j'ai le plus de confiance.

Pour l'heure, je n'ai jamais connu que 3 autres selkies comme moi. Ma mère, qui a finalement disparue assez tôt, ainsi que deux autres selkies que j'ai seulement croisées sur les plages, puis plus jamais revues.

Dans ma jeunesse, une humaine avait déjà tenté de m'adopter sous forme humaine, c'était une des premières fois que je m'étais transformée. Je suis restée quelques jours auprès d'elle, voire même semaines à ses côtés, m'apprenant les rudiments de la vie humaine. Je suis cependant partie du jour au lendemain, l'appel de l'océan étant trop fort. Cette dame n'a jamais appris mon secret, mais il m'arrive d'aller la voir, de loin, pour savoir comment elle va.  
Blanche ne remettait pas en question les propos de son ami et amant. Ce qu'il disait, elle le croyait, c'était simple. Aussi clair que de l'eau de roche.

Main dans la main, ils affrontèrent les températures froides de l'eau sans un regard en arrière. Ils se laissèrent porter par les vagues avec une certaine ivresse. Blanche suivit Bryan en découvrant même une zone dans laquelle elle n'aurait jamais osé s'aventurer seule, même sous la forme d'un phoque. Et pourtant... c'était tellement beau et épanouissant.

Combien de temps cela leur prit-il ? Un temps considérable, mais qui filait à la vitesse de la lumière pour eux. Aussi rapide qu'un battement de paupière. Il s'agissait là de ces moments "hors du temps", où rien d'autre ne comptait si ce n'était l'instant présent, libre et éternel.

Un sentiment de gratitude étreignit la jeune femme. Juste heureuse d'être là, avec Bryan. Sa vie de phoque lui semblerait maintenant tellement plus fade en comparaison à ce qu'elle vivait à cet instant.

Elle remercia Bryan, du fond du coeur, alors que leurs corps se rapprochèrent comme deux aimants attirés l'un par l'autre. Leur baiser avait le goût salé de l'iode et de la liberté.

Et ainsi proche l'un de l'autre, la selkie avait bien envie de taquiner Bryan. Sauf que le battement d'un moteur de bateau leur parvint et Blanche fut surprise de voir que celui-ci était déjà aussi proche d'eux... Sous sa forme de phoque, elle aurait déjà senti les vibrations et entendu le vrombissement des machineries du monstre de métal bien avant... Elle aurait pu s'éloigner plus tôt, et ne pas le croiser.

Les bateaux représentaient tout ce qu'il y avait de plus terrifiant dans l'océan. Ils sentaient le pétrole et la mort. Dans leur sillon se répandait trop souvent le sang et les reflux toxiques de leurs outillages comme l'annonce d'une destruction ou d'une hécatombe prochaine.

Pour Blanche, le traumatisme était encore plus grand en sachant qu'elle avait perdu sa mère dans les parages d'une chaloupe comme celle-ci. Elle se figea comme un animal terrifié devant un danger de mort.

Bryan se plaça devant elle comme un rempart. Avait-il vu, deviné l'émoi de la selkie ou alors avait-il agi par pur instinct ou prévoyance ? Mais même derrière lui, Blanche ne se sentait pas en sécurité. Les bateaux de pêcheur raclaient les fonds marins dans leurs immenses filets, et rien, aucun poisson, aucun crustacé ne leur résistait. Les humains ne se contentaient pas de pêcher à la ligne et tuer au petit bonheur la chance. Non, ils amassaient toutes les vies qu'ils trouvaient, où ils le pouvaient. On ne passait pas aussi aisément à travers les mailles du filet et ça, Blanche le savait bien.

Sa sortie en mer de rêve virait au cauchemar. Le pire dans l'histoire, c'était qu'elle était incapable de bouger. Même si elle le voulait, elle savait qu'elle n'avait aucune chance, pas sous cette forme-là. La selkie se sentait terriblement vulnérable et son corps se tendait comme un arc prêt à se rompre.

Elle se tint au rocher et il lui sembla qu'il fallut une éternité à la chaloupe pour passer à côté d'eux. Deux hommes apparurent à leur bord pour discuter brièvement, stoppant même le bateau. Des échanges avec Bryan qui n'auguraient rien de bon. Blanche dévisagea les deux pêcheurs et elle avait la douloureuse impression de voir la cruauté incarnée dans ces deux êtres. Si elle avait eu connaissance d'un folklore évoquant le diable, elle les aurait décrit comme tels. Ils étaient effrayants, du haut de leur monstre de métal flottant.

Blanche les fixa longuement, alors que la chaloupe reprit sa traversée. La selkie était crispée, se tenant encore d'une main au rocher. Elle se sentait encore en danger, même s'ils s'éloignaient.

Timidement, elle posa sa main sur le bras de Bryan pour qu'il lui refasse face.

— J'ai... envie de rentrer, avoua-t-elle avec la gorge un peu nouée.

La mer était son élément, mais elle n'était pas dans sa forme originelle... Elle voulait la retrouver. Se sauver loin d'ici pour au moins deux bonnes semaines, se reposer dans son groupe de phoques, ses amis, ses semblables, ceux avec qui la vie était plus paisible de manière générale.

Ces émotions humaines lui faisaient bizarre, elles étaient si fortes. Elle ne les contrôlait pas aussi bien, elle continuait d'imaginer le pire. Elle se sentait désolée pour Bryan, mais son besoin de se sentir "chez elle" était plus fort, surtout après avoir rencontré ces deux hommes.

— Tu les connaiss ? demanda-t-elle en repensant à eux.

Elle regardait la chaloupe doucement rétrécir à l'horizon.


(désolé pour la longue attente ** :amen: )
Contenu sponsorisé
Selkie, Now you belong to Me (+18)
Page 6 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: