Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Apocalypse technologique: Échange de Groupe
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 20:14 par Nash

» Funambule feat Manhattan Redlish
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 19:50 par Charly

» La Folie du Prince
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 19:21 par Ezvana

» « Even on the darkest night, I will be your sword and shield, your camouflage. »
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 19:03 par Touriste

» « Connais ton adversaire, connais-toi, et tu ne mettras pas ta victoire en danger. »
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 18:59 par Stormy Dream

» Get out of my head !
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 18:30 par Aloy

» If these wings could fly
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 16:24 par Aloy

» Recensement 2024
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 16:10 par Scarlett Thompson

» Welcome to the Puppet Show - ☽ Rein ☾
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 EmptyAujourd'hui à 16:09 par Rein

-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Le Temple Maudit [Val]

Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo En ligne
Jeu 27 Avr - 15:28
grosse déprime

Ambriel Bladeheart
Le contact de son bras posé autour de mes épaules ne me provoque même plus de frisson. C’est dire à quel point je ne suis pas dans mon état normal, d’habitude j’aurais repoussé ce contact, cette proximité. Mais là… Sa chaleur contre mon corps me redonnerait presque l’envie de me sentir vivante. Sans réfléchir davantage, je pose ma tête contre lui, les yeux humides. Je commence à perdre la bataille, je vois l’espoir s’envoler au loin.
Sa voix glaciale me fait l’effet d’une douche froide. Je fixe le haut de la grotte avec horreur, à l’emplacement du trou que j’avais réussi à atteindre. Le trou n’existe plus. Seule une paroi sombre et humide nous enserre. « On va crever ici… » Je murmure d’une voix brisée en portant ma main sale contre ma bouche. Je suis à deux doigts de fondre en larmes. Pourtant je ne craque pas, je ne veux pas être un fardeau pour Ange, qui vit ça depuis de nombreuses années, complètement seul. Soudain, je me rends compte à quel point cet homme est fort et courageux. Il a réussi à survivre et à rester sain d’esprit, à continuer d’y croire, alors que j’y suis depuis… plusieurs heures ? Jours ? Il a raison… Le temps ne veut plus rien dire dans cette prison infernale.

Je fronce les sourcils quand sa voix résonne. Des ombres ? « Est-ce que ça voudrait dire qu’il existe plusieurs réalités dans cette grotte ? À quoi ressemblaient-elles, ces ombres ? Des fantômes ? L’image de quelqu’un dans un reflet ? » Je ne pense pas que cela puisse nous aider en quoique ce soit, mais récolter le maximum d’information pour peut-être parvenir à comprendre ce qu’il nous arrive, ne fait de mal à personne. Et puis, nous n’avons plus que ça à faire.

Pleine de désespoir et de désillusion, je m’empare de mon téléphone portable. Si je ne peux plus jamais voir mes amis ou le monde extérieur, je veux m’imprégner de tout ce que j’ai connu. J’ouvre ma galerie de photos et les fait défiler. On ne voit plus grand-chose à cause de l’écran brisé, sans doute lors de ma chute. Chute qui n’a servit à rien du tout, d’ailleurs. J’aurais pu y passer pour rien. J’ouvre une photo me représentant entourée de mon groupe d’amis. Je ris un peu, emplie de nostalgie et de tristesse. « Voici tous les gens auxquels je tiens. J’ai toujours été affable avec eux. Je le suis avec tout le monde, pas étonnant que je sois seule. Je ne sais même pas si l’un d’eux me cherche à l’heure qu’il est. » L’envie d’entendre leur voix une dernière fois est si intense qu’elle me pousse à composer le numéro de l’un de mes plus vieux amis. Les brisures de l’écran camouflent l’icône du réseau. Étant donné que le temple s’est déplacé, peut-être que je pourrais contacter quelqu’un ? J’appuie sur le bouton haut-parleur, ne souhaitant pas bouger. Plusieurs sonneries s’entonnent, laissant présager un infime espoir. Après quelques secondes, je tombe sur la messagerie. Prise d’une violente panique mêlée d’espoir et d’incompréhension, je me redresse vivement et laisse un message totalement incompréhensible sur la boîte vocale de mon ami. Je ne sais pas s’il l’aura, je ne sais pas s’il me croira, mais c’est déjà une chance immense !
Une fenêtre m’informant que ma batterie est faible s’affiche sur l’écran. « Merde ! » Il ne manquait plus que ça. Je verrouille l’appareil et le pose devant nous. « Il va nous appeler. Il va nous sauver, tu vas voir. »
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Val
Messages : 378
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
Code lyokko
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t5013-un-concept-un-perso-tous-les-univers-ou-presque-ok-mai-2023#100895 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Sam 29 Avr - 22:03

Ange Asselin
J'ai vu le jour en 1886 mais j'ignore quel âge j'ai aujourd'hui. Je parais environ 25 ans et je vis actuellement je ne sais pas où. J'ai été vu pour la dernière fois le 8 juillet 1906, je venais d'entrer dans un temple jailli des profondeurs de la terre pour en dessiner de magnifiques peintures et sculptures. J'accompagnais mon père et une équipe d'archéologues sur le site.



Je suis perdu... Entre deux mondes, j'entends parfois des choses que je ne vois pas, j'en vois qui ne sont pas ! Non ! Je ne suis pas fou, on nous l'avait dit mais nous n'avons pas voulu croire les « indigènes ». Le temple est maudit, il avale les hommes disaient-ils ! Mon père partait d'un rire tonitruant, comme lorsqu'à de rares fêtes familiales il se laissait aller à boire un peu trop ! Maudit ! Allons donc !



Je suis entré. Et ne suis jamais ressorti, j'ai passé une heure, deux ? Peut-être plus à dessiner dans la salle principale tout près de l'entrée. Il m'a bien paru que la luminosité baissait, mais la nuit tombait. C'est quand les ténèbres m'ont empêché de continuer que j'ai voulu sortir... La porte n'existait plus ! Le lendemain, mon père est entré à son tour avec des hommes du chantier, ils ont appelé, crié, fait un tour rapide, moi, j'attendais sur leur passage « Père ! Vous avez pu ouvrir ! Sortons vite ! » mais il n'a rien vu ni entendu... Ils m'ont traversé pour ressortir, me laissant abasourdi et désespéré.

Depuis, la porte ne s'est plus jamais ouverte. A trois reprises, elle a pris une teinte claire et lumineuse comme si le soleil se ruait à l'intérieur, mais l'écran de lumière ne pouvait pas être franchi.

Il y a quelques heures ? Quelques jours ? Qu'en sais-je ? Elle a de nouveau surgi, béante de lumière, mais aussi infranchissable qu'une vitre opaque impossible à briser ! Derrière, j'ai vu des ombres, j'ai entendu des murmures, moi, je suis toujours là...

Prisonnier !

avatar : Adam Lundberg - copyright: Nino-Yap


TOUS CEUX QUI ERRENT NE SONT PAS PERDUS ?

Ambriel Bladeheart  & Ange Asselin

2020–  Août













 « On va crever ici... »

Je me rapproche un peu plus. Je ne sais pas si ça la consolerait mais... si elle dit vrai sur son époque, je n'ai pris en cent ans qu'environ cinq ans d'âge visible... Après, est-ce un bien ou un mal ? Je dirais un bien ? Ça donne au moins l'espoir de revoir le monde extérieur un jour sans être grabataire ? A moins qu'une fois dehors je ne tombe en poussière ? J'aurais... cent trente six ans. Un âge suffisamment vénérable pour -ailleurs qu'ici- avoir laissé la place à mes descendants !

Je ne réponds rien, que lui dire ? Prendre un ton compatissant pour dire « Mais non voyons ! » Dans notre situation ce serait ridicule, elle ne fait qu'exprimer mes craintes. Encore que, plutôt que de mourir moi, je crains de ne jamais plus jamais revoir l'horizon ! Mais c'est sans doute aussi ce qu'elle a voulu dire.

 « Est-ce que ça voudrait dire qu’il existe plusieurs réalités dans cette grotte ? À quoi ressemblaient-elles, ces ombres ? Des fantômes ? L’image de quelqu’un dans un reflet ? »

Mes ombres... Existent-elles seulement ? J'essaie de les visionner, se ressemblaient-elle toutes ?

«  Les premières étaient des silhouettes, peut-être même de véritables humains mais … comme à travers une vitre sans tain insonorisée... J'ai cru voir mon père et ses hommes le lendemain... enfin ce que je pensais à l'époque le lendemain de mon emprisonnement... Longtemps elles sont restées comme des formes humaines, denses et structurées quand tu les voyais de loin et qui s'atomisaient dès que tu approchais... J'aurais dit que la promiscuité les diluaient, j'ai même dû en traverser, ma main se tendait, elles ne m'entendaient pas et ne semblaient pas me voir, elles étaient comme moi, erraient apparemment sans autre but que trouver une issue ou un semblable. »

A l'énoncer, je me dis que ça glace le sang. C'est un peu comme si nous étions des milliers aveugles et sourds à chercher quelque chose d'impossible à trouver !

«  Comme pour toi, il y avait cette lumière... Comme un changement de la nature des murs qui s'ouvraient et devenaient brillants d'un feu étrange, une ombre ensuite se matérialisait, un instant, avant de rejoindre un... autre plan. Oui, tu as raison, c'est comme si nous étions séparés par un trait de pensée, ou un instant de temps qui nous décalent... Toi, j'ai cru que tu disparaîtrais aussi... »

Mais elle est restée, pourquoi ? Peut-être y a-t-il des endroits ou des époques, des poches d'humanité où es plus anciens ont vu « tomber » ainsi un puis deux, puis dix compagnons ? Peut-être cet œil qu'elle a cru voir expérimente-t-il les effets d'un repeuplement ? Est-il possible qu'il y ait des civilisations perdues dans ce labyrinthe ? Des êtres qui ont reconstruit une hiérarchie, un groupe social ?

Elle sort de sa poche ce rectangle qu'elle s'entête probablement à raison à appeler un téléphone... et fait défiler des images...  « Voici tous les gens auxquels je tiens.... Je ne sais même pas si l’un d’eux me cherche à l’heure qu’il est. » Je tends la main vers l'objet, regarde intensément la photo, là, au fond à droite, un homme brun me fait face, il est habillé d'étrange manière, il se détache du groupe, un peu à droite des autres. Est-il l'un d'eux ou bien a-t-il été capturé par l'objectif ? Je ne peux décrocher mon regard... «  Tu as de la chance, moi je n'ai que mes souvenirs.... Qui est-ce ? »

Je la vois composer une série de chiffres en passant son doigt sur la surface en verre, j'entends ce bruit bizarre, une sorte de sonnerie musicale, puis un message en anglais, elle répond à cette voix qui ne semble pas l'avoir entendue ? J'ai un sourire perdu, je ne comprends rien à tout cela... Pour moi un téléphone, c'est une opératrice qui vous demande qui vous voulez joindre et vous met en relation...  Elle bredouille des tas de phrases, essaie d'expliquer, je sens sa peur et son manque de contrôle d'elle-même... Elle ne sait pas mais … je suis heureux qu'elle soit restée. Bien sûr elle n'a pas eu plus le choix que moi, mais j'ai maintenant la peur qu'elle ne soit plus là à l'un de mes réveils ! Glissée comme les autres « ombres » dans une dimension à la fois proche et lointaine.

 « Merde !...  Il va nous appeler. Il va nous sauver, tu vas voir. »»

J'essaie de comprendre ? De mettre ce mot si vulgaire dans sa bouche en corrélation avec le « il va appeler » qui est comme un flambeau d'espoir allumé dans notre nuit ! «  Pourquoi « merde » ? S'il nous trouve c'est merveilleux non ? »

A condition qu'il ne vienne pas nous rejoindre... ¨Prisonnier lui aussi !

« L'homme sur la photo, tout à l'heure, tu l'as vu aussi ? On dirait... »

On dirait moi ! Moi, à une époque que je n'aurais jamais dû connaître, moi à l'âge que j'ai aujourd'hui et non à celui que j'aurais eu si je n'étais pas tombé dans ce piège ? Est-ce que j'ai continué à vivre dehors ? Est-ce que ce type est mon petit-fils ? Arrière-petit-fils ? Ou bien le sosie que paraît-il nous avons tous ? Est-ce pour cela qu'elle ne s'est pas évaporée ? Parce que je fais partie de son présent ? Enfin pas « moi » mais un autre « moi » ?

 « Tu penses vraiment qu'on peut sortir ? »

J'ai les yeux qui brillent, pour la première fois depuis … combien de temps ? Je l'ignore complétement.


Le Temple Maudit [Val] - Page 4 Angeam11



Que de questions ! :





Follow the dream spirit
and live your dreams peacefully
(c) Heaven
Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo En ligne
Dim 7 Mai - 13:43
Désespoir puis lueur d’espoir

Ambriel Bladeheart
J’écoute d’une oreille un peu vague les dires d’Ange. Je sens peu à peu ma raison et mes espoirs s’envoler. Ça ne me ressemble pourtant pas du tout. Moi qui suis généralement toujours très positive et ouverte sur un tas de choses, me voilà tombée dans les abimes du désespoir. Comment vais-je pouvoir m’en sortir ?
Mon sang se glace de plus en plus quand ses mots traversent mon cerveau jusqu’à les comprendre. On croirait le scénario d’un mauvais film d’horreur, sauf qu’en l’occurrence c’est la vie que je mène actuellement. J’en tremble intérieurement. « Si ça se trouve, nous ne sommes pas seuls à être les pantins de ce monstre. Nous ne pouvons simplement pas nous voir. » Je me serre encore plus contre lui, comme pour lui prouver que je suis bien là, que je ne partirai pas, malgré moi. « Je suis là t’inquiète pas. Et si jamais, pour une quelconque raison je disparais et retrouve le monde extérieur, je passerai l’entièreté de ma vie à te chercher et à te faire sortir d’ici. Je te le promets. » Je sens mes yeux se remplir de larmes. Je me rends soudainement compte qu’Ange est la dernière personne que je verrai, que cette prison sera le dernier endroit que je visiterai. Que je me trouve actuellement dans ma tombe.

Alors que je regarde la photo de mes amis que je la montre à Ange, celui-ci me désigne un homme qui m’est totalement inconnu. Je ne l’avais jusqu’ici jamais remarqué. Qui est-ce ? Je fronce les sourcils. Je n’ai jamais supporté les personnes inconnues qui partageaient les photos de groupe. À cet instant, je l’aurais aperçu et j’aurais insisté pour que l’on reprenne une photo. Il n’était pas là avant, j’en suis persuadée. Mais comment est-ce possible ? En le regardant de plus près, certains de ces traits me rappellent quelqu’un. Mais qui ? Je finis par hausser les épaules et compose le numéro de l’un de mes amis.

Je ris légèrement à la question de mon nouvel ami. J’en viens à oublier que nous sommes d’époques complétement différentes. « Excuse-moi, je me rends compte que je jure depuis que je suis arrivée ici, tu dois me prendre pour une sacrée cinglée. Plus sérieusement, on a un problème. Mon téléphone n’aura bientôt plus de batterie… Et au moment où la batterie arrivera à 0%, nous serons totalement perdus. À jamais. » Si j’avais su que ma batterie de téléphone aurait été un jour aussi vitale, je ne l’aurais pas gâchée à jouer à des jeux, à naviguer sur les réseaux… Comment peut-on devenir superficiel à ce point, quand tout ce qui compte, c’est de rester en vie ?
Quand il reparle de la photo sur laquelle figure l’homme inconnu, je le regarde droit dans les yeux. Lui aussi l’a remarqué. Pourquoi lui, plus que quelqu’un d’autre ? Soudain, un flash bondit dans mon esprit. « C’est toi ! C’est totalement toi ! Ange, cet homme n’a jamais été sur cette photo avant aujourd’hui, j’en mets ma main à couper. » Mais alors, qu’est-ce que ça voudrait dire ? Que le passé se réécrit ? Mais s’il est présent sur la photo, c’est qu’il a pu sortir ? « Est-ce que tu penses que ça voudrait dire que l’on va sortir d’une façon ou d’un autre ? » Paradoxalement à quelques minutes auparavant, je sens mon énergie remonter en flèche, passant d’un sentiment à son contraire. « On va sortir Ange ! » Je me jette dans ses bras, de bonheur, d’espoir renaissant. Je l’embrasse sur sa joue poussiéreuse, oubliant que ce geste est totalement hors de son époque.

Citation :
Lancé de dés :
Au prochain post :
1- Le téléphone sonne et l’ami d’Ambriel répond, confus
2- Le téléphone sonne et l’ami d’Ambriel répond, localise l’appel et part à leur rencontre
3- Le téléphone sonne et l’ami d’Ambriel répond mais la batterie s’éteint sans savoir s’il a pu les localiser
4- Le téléphone ne sonne pas et la batterie s’éteint
@ Nemo


Vous pouvez retrouver mes personnages ici, n'hésitez pas à m'envoyer un petit message si jamais l'un d'eux vous attire ~
Mes recherches et toutes les infos qui vont avec : ici ~

Rythme : Aléatoire
Univers : Réel - Science-fiction - Post-Apo


Maître des Univers
Messages : 1079
Date d'inscription : 11/02/2017
Région : L'Univers
Crédits : 64pxs

Maître des Univers
Maître des Univers
Dim 7 Mai - 13:43
Le membre 'Nemo' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 4 faces' : 2
Val
Messages : 378
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
Code lyokko
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t5013-un-concept-un-perso-tous-les-univers-ou-presque-ok-mai-2023#100895 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Mar 23 Mai - 19:55

Ange Asselin
J'ai vu le jour en 1886 mais j'ignore quel âge j'ai aujourd'hui. Je parais environ 25 ans et je vis actuellement je ne sais pas où. J'ai été vu pour la dernière fois le 8 juillet 1906, je venais d'entrer dans un temple jailli des profondeurs de la terre pour en dessiner de magnifiques peintures et sculptures. J'accompagnais mon père et une équipe d'archéologues sur le site.



Je suis perdu... Entre deux mondes, j'entends parfois des choses que je ne vois pas, j'en vois qui ne sont pas ! Non ! Je ne suis pas fou, on nous l'avait dit mais nous n'avons pas voulu croire les « indigènes ». Le temple est maudit, il avale les hommes disaient-ils ! Mon père partait d'un rire tonitruant, comme lorsqu'à de rares fêtes familiales il se laissait aller à boire un peu trop ! Maudit ! Allons donc !



Je suis entré. Et ne suis jamais ressorti, j'ai passé une heure, deux ? Peut-être plus à dessiner dans la salle principale tout près de l'entrée. Il m'a bien paru que la luminosité baissait, mais la nuit tombait. C'est quand les ténèbres m'ont empêché de continuer que j'ai voulu sortir... La porte n'existait plus ! Le lendemain, mon père est entré à son tour avec des hommes du chantier, ils ont appelé, crié, fait un tour rapide, moi, j'attendais sur leur passage « Père ! Vous avez pu ouvrir ! Sortons vite ! » mais il n'a rien vu ni entendu... Ils m'ont traversé pour ressortir, me laissant abasourdi et désespéré.

Depuis, la porte ne s'est plus jamais ouverte. A trois reprises, elle a pris une teinte claire et lumineuse comme si le soleil se ruait à l'intérieur, mais l'écran de lumière ne pouvait pas être franchi.

Il y a quelques heures ? Quelques jours ? Qu'en sais-je ? Elle a de nouveau surgi, béante de lumière, mais aussi infranchissable qu'une vitre opaque impossible à briser ! Derrière, j'ai vu des ombres, j'ai entendu des murmures, moi, je suis toujours là...

Prisonnier !

avatar : Adam Lundberg - copyright: Nino-Yap


TOUS CEUX QUI ERRENT NE SONT PAS PERDUS ?

Ambriel Bladeheart  & Ange Asselin

2020–  Août













 « Si ça se trouve, nous ne sommes pas seuls à être les pantins de ce monstre. Nous ne pouvons simplement pas nous voir. »

Elle est... je ne trouve pas de qualificatif... Ce qu'elle énonce le plus simplement du monde c'est ce que je me suis tu tout ce temps. Moi, je n'ai jamais vu le « monstre » dont elle a parlé mais je ne peux que la croire, pour une jeune personne elle n'est pas le moins du monde influençable ni peureuse, ma sœur... J'ai le cœur qui se serre, ma sœur si Ambriel vient vraiment de l'année 2020 est morte depuis longtemps ! Elle aurait plus de cent trente ans... Donc elle a raison, il est fort possible que « quelque chose » ou « quelqu'un, mais quel quelqu'un » s'amuse à nos dépens et à ceux d'autres malheureux.

 «  Je suis là t’inquiète pas. Et si jamais, pour une quelconque raison je disparais et retrouve le monde extérieur, je passerai l’entièreté de ma vie à te chercher et à te faire sortir d’ici. Je te le promets. »

Je réponds à sa … caresse ? Cela y ressemble, et la réconforte de ma présence... Mais je ne crois pas un instant que si nous venions à être séparés l'un se retrouverait dehors. J'ai fini par accepter mon sort, je suis prisonnier, j'erre par des couloirs qui semblent s'étendre à l'infini... J'ai le souvenir d'avoir lutté, bataillé...

Elle doit sortir de cet enfer...

La pensée tout à coup s'impose à moi ? ELLE doit sortir ? Pourquoi pas « nous devons » ? Je reprends ce téléphone et regarde la photo, et l'homme sur la photo … Comment cela peut-il être moi ?

 « Plus sérieusement, on a un problème. Mon téléphone n’aura bientôt plus de batterie… Et au moment où la batterie arrivera à 0%, nous serons totalement perdus. À jamais.  » J'écoute, j'entends, batterie, être enfermé « à jamais »... Pour moi, ça ne veux rien dire mais elle me le confie comme un impératif alors j'écoute et j'approuve. Je suis sur une photo prise centre trente six-ans après ma naissance ?  A côté de gens qui la connaissent elle mais n'ont jamais entendu parler de moi ? Dans ma tête, quelque chose s'impose que je ne sais pas définir. ELLE doit sortir, si je suis là à ses côtés, c'est pour que plus personne ne reste prisonnier ? Pourquoi ai-je tout à coup cette certitude ?

Les murs tremblent encore une fois, tout à coup, j'ai une impulsion irraisonnée.

«  Viens ! »

Je la saisis, ou plutôt lui attrape la main, peu importe que nous soyons sonnés, blessés, qu'elle pense avoir réussi à joindre quelqu'un, comment ce quelqu'un nous retrouvera-t-il si sa « batterie » s'éteint comme elle le craint ou si le temple bouge encore !

J'ai l'impression d'avoir déjà parcouru en courant des couloirs, il y a longtemps, j'étais seul la première fois, j'en mettrais ma main au feu ! Je la fais presque tomber en la tractant dans l'urgence, elle va me prendre pour un fou, mais le temps avance ! Nous devons être à un endroit précis pour sortir...

Pour... qu'elle sorte...

J'arrive dans une salle de taille moyenne, les murs luisent étrangement comme recouverts d'une substance luminescente, je me dirige vers un endroit précis et lui montre des traces sur le mur !

Ah ! Suspens ? ! :





Follow the dream spirit
and live your dreams peacefully
(c) Heaven
Maître des Univers
Messages : 1079
Date d'inscription : 11/02/2017
Région : L'Univers
Crédits : 64pxs

Maître des Univers
Maître des Univers
Mar 23 Mai - 19:55
Le membre 'Val' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'RÉUSSI / ÉCHOUÉ' :
Le Temple Maudit [Val] - Page 4 JewgFj1
Nemo
Messages : 472
Date d'inscription : 10/02/2022
Crédits : Re°

Univers fétiche : Réel - fantastique - futuriste
Préférence de jeu : Les deux
NEMO
https://www.letempsdunrp.com/t4994-le-monde-de-nemo https://www.letempsdunrp.com/t5305-fourre-tout-du-poisson-clown#105985
Nemo En ligne
Sam 24 Juin - 20:11
Liberté ?

Ambriel Bladeheart
Alors que mon esprit embrouillé vadrouille encore dans mes pensées les plus sombres, légèrement parsemées d’une lueur d’espoir, tout s’enchaîne à une vitesse phénoménale.
Des tas de choses semblent se dérouler dans le cerveau de mon nouvel ami. Quand je le regarde, je comprends étrangement que ce qui va suivre ne va pas me plaire du tout. Il se lève comme si sa vie en dépendait et me tire le bras quitte à me l’arracher. Mon corps s’étale au sol de tout son long, mais la force d’Ange me fait me relever au plus vite, emportant avec moi des rangées de poussière. « Ange ! Qu’est-ce qu’il se passe ? » Je crie et tente de reprendre contenance. Le jeune homme pressé me mène jusqu’à l’entrée de notre prison. Il pointe du doigt des marques étranges sur un mur luisant, comme recouvert d’une substance molle. Dans d’autres circonstances, cela m’aurait dégoûtée et j’aurai tout fait pour ne pas y mettre un cheveu. Pourtant, à cet instant je regarde Ange et comprends. C’est ça, la solution ! Je ne sais pas comment il l’a découvert, comment il l’a compris, mais il en est certain. Nous allons sortir !
Je plonge, les paupières à-demi fermée pour contenir mes doutes, mon bras droit tendu vers l’avant, l’autre tenant fermement Ange pour qu’il me suive et ne se perde plus jamais.

Je ne sais pas trop ce qu’il se passe pendant ces quelques secondes. Une lumière aveuglante m’éblouit, des cris retentissent à m’en faire fondre les oreilles. J’ouvre les yeux et m’effondre au sol en me prenant la tête dans mes paumes. Je suis dehors, il fait très froid. « Ange !! On est sorti ! » Je crie, les larmes aux yeux en me retournant. Mais personne ne se trouve dans mon dos. Je l’appelle, d’une petite voix cassée, une mauvaise intuition plantée dans le crâne. Je tourne sur moi-même plusieurs fois en l’appelant de plus en plus fort, mais il n’est pas là.
Ange ?
Il n’est plus là. Mes poings se cognent contre le mur du temple maudit et ma bouche laisse s’échapper des phrases incompréhensibles.
Des bras m’entourent alors et me serrent fort. C’est Alex, l’ami que j’avais réussi à appeler. Il me demande de me calmer et m’embrasse sur le front. « Mon Dieu, j’y crois pas… Cela fait un mois que tu as complètement disparu ! Et tu sors de cette fichue grotte ? J’y crois pas… »
Un mois ?
J’ai pourtant eu l’impression d’être restée seulement quelques heures, au pire une journée entière. Comment était-ce possible ? Mais cela voudrait dire que…
« Alex ? As-tu vu un homme un peu débraillé aux cheveux longs sortir d’ici ? Ça faisait… Plus de cent ans qu’il était enfermé là… » Alex me regarde, un peu décontenancé. Il se met à rire, simplement heureux de me retrouver. « Allons, tu délires, personne ne vit plus de cent ans. Tu as dû halluciner, rien de plus. »

*

Assise dans la voiture d’Alex, mes yeux se perdent dans le vague, sur le gris de l’asphalte. Mon ami me parle, mais je n’écoute pas. L’esprit plongé dans mes souvenirs, j’essaie de déceler un indice qui me conforterait dans l’idée qu’Ange n’était pas réel. Mais c’est impossible. Il était bien là, j’en suis sûre.
Alex me propose de brancher mon téléphone, ce que je fais. L’écran s’allume sur la photo que je lui avais montrée, dans le temple. Cette photo, avec l’homme qui lui ressemble en tout point.
L’œil cette fois plein d’ambition, je pose mon regard vers le ciel. Je trouverai cet homme. Et je trouverai les réponses à mes questions.
@ Nemo


FIN DU RP
Contenu sponsorisé
Le Temple Maudit [Val]
Page 4 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Sujets similaires
-
» La clé du temple (ft. LarkoDim)
» Le rubis maudit
» (m/f) scooby-doo à la recherche du temple perdu. (en cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: