Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyAujourd'hui à 10:18 par Manhattan Redlish

» Vermines & Rage
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyAujourd'hui à 1:11 par Snardat

» Eyes contact (ft Clionestra)
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyHier à 23:45 par Clionestra

» Recherche lien H/H
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyHier à 23:11 par Raton

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyHier à 22:47 par Lulu

» Love isn't soft, like those poets say. ... (avec Gina)
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyHier à 20:24 par Clionestra

» La honte n'est pas là où elle devrait être ! [PV Lullaby] +18
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyHier à 18:02 par Elsy Lullaby

» Un Orque du Mordor
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyHier à 14:15 par Snardat

» Sugar in my teeth, demons in my dreams
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 EmptyHier à 11:20 par Senara

Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra]

Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Mer 1 Nov - 0:46

Leatitia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, je ne travaille plus en ce moment pour rester auprès de James. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec un homme parfait et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 Za90

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait. Grâce à l'amour de sa vie, elle a ouvert une association "Far too young" pour aider les enfants en détresse.

Elle ne peut plus avoir d'enfants mais James la rassure, ils adopteront.
- Mhhh, fit-elle dans une moue adorable, entre mon téléphone et toi, je sais clairement vers qui va ma préférence.

Elle sourit, son téléphone pouvait aller se faire empaillé. La sonnerie de Paul, qui était différente de toutes les autres, était identifiable et sonnerait même la nuit ou dans un cinéma. Il était l’urgence dans son téléphone. Paul n’étant pas le genre à téléphoner sans raison. Et ce n’était pas Paul. Donc, pas d’urgence. Elle écoute sa proposition. Elle bougonne de devoir s’occuper de son appel, comme une enfant qui refuse de sortir de son lit pour aller à l’école.

- D’accord, accepta-t-elle tout bas avant de se déplacer pour attraper son téléphone et voir l’appel en absence.

Elle voit le nom de Gordon, encore. Elle ne sait pas ce qu’il veut … Mais l’existence de cet homme avait eu assez de lui pourrir la vie. Elle enlève sa notification, vérifie qu’elle n’a pas de message, parce qu’après tout s’il lui envoie un SMS elle serait ce qu’il veut sans avoir à attendre sa voix de … Elle referme son téléphone et elle le jette encore plus loin sur ses affaires pour grimper à nouveau sur James, passant une jambe en travers des jambes de James, elle se colle à lui sans la moindre gêne. Elle devrait. Non. Elle ne devrait pas. C’était la première fois que, dans une relation, elle se sentait assez à l’aise pour être ainsi. Elle faisait attention à son ventre, logique, mais elle aimait être contre lui. Ne faire qu’un avec lui, en câlin ainsi tendre et doux.

- Si tu veux, je pourrais continuer pendant ta séance de kiné pour prévoir des visites. Tant que je peux être avec toi. Je n’ai aucune envie de te lâcher ce matin, et je ne sais pas si j’arriverais à te lâcher dans l’après-midi… Tu crois que ton kiné accepterait que tu fasses tes exercices en me gardant dans tes bras ?

Bien sûr, elle rigole en disant cela. Elle sait que ce n’est pas possible, et mieux pour l’homme qu’elle ne soit pas en train de le coller… Mais … Elle se relève un peu, toujours clairement sur lui. Elle réfléchit en le regardant. Elle avait envie de … De rester dans ses bras, de vieillir avec lui, de vivre avec lui, de rire, de crier, de chanter. Elle avait envie de tout et de rien. Elle voulait faire plein de chose qu’elle n’avait jamais faite en couple parce que trop occupé à vouloir des enfants. Elle voulait être simplement en sa présence. A force de réfléchir, elle avait franchement monté sa jambe sur lui et l’entourer, à peine relever mais sans s’appuyer sur lui. Elle le regarde et pose son nez contre le sien.

- Parfois, je me réveille dans la nuit… Et j’ai une seconde où je me dis que j’ai rêvé tout ça, que je ne suis pas ta copine, que je ne te connais même pas, que je suis encore seule et triste. Une petite seconde, puis j’entends ta respiration ou ton cœur qui bat … et tout s’envole dans un bonheur que je ne connais pas. Alors je t’aime.

Elle l’embrasse et se recouche sur lui, sans mettre tout son poids ce qui n’était clairement pas la position la plus agréable, avant de rajouter.

- Et ce matin, je te grimpe dessus parce que j’ai envie d’être proche de toi.

Et elle, ce n’était pas du tout un sous-entendu … C’était juste qu’elle était littéralement grimpé sur lui…


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Mer 1 Nov - 16:10
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec une femme merveilleuse et je le vis plutôt bien, je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie.


Je fronçais un peu les sourcils en voyant qu'elle regardait à peine son téléphone avant de le reposer pour retourner se blottir contre moi. Ca ne devait pas avoir bien grande importance pour qu'elle le laisse de côté ainsi. J'étais quasiment certain, qu'à moins qu'il n'y ait une grande urgence, elle ne quitterait pas le creux de mes bras de la journée. Je ne m'en plaignais pas. J'aimais l'idée de l'avoir comme ça contre moi. Qui que ce soit, j'étais heureux de passer avant lui, ou elle. C'était égoïste mais j'étais ravi de savoir que j'étais celui qui avait la place la plus importante dans son coeur et dans ses priorités.

- Je crois que j'aurais beaucoup de mal à faire mes exercices avec toi dans mes bras. On est déjà pas mal limité par la cicatrisation de mon ventre. Si tu me colles, je ne pourrais plus rien faire.

Je ris doucement en disant ça. L'idée de rester collé à elle était plaisante mais je ne voulais pas négliger pour autant ma récupération. Je me défonçais lors de mes séances de kiné mais je savais pourquoi. Plus je bosserais là bas et plus vite je pourrais récupérer. J'étais tellement heureux des progrès que je faisais, je ne voulais pas m'arrêter en si bon chemin. Et même si j'aimais l'avoir dans mes bras, je n'allais pas mettre de côté ma récupération pour ça. L'espoir de pouvoir remarcher un jour était trop important.

- Tant que c'est dans ce sens là ça va. Que tu te réveilles triste et qu'ensuite tu réalises que ce n'est pas un rêve, qu'on est réellement ensemble.

J'inspirais doucement avant de me lancer dans mon douloureux récit.

- Les premiers temps... après l'accident... il m'arrivait de me réveiller en pensant que j'avais tout rêvé. Que mon accident n'était qu'un mauvais rêve dont je venais de me réveiller. Puis je tentais de bouger un bras et... et je me rendais compte que ce n'était pas un rêve, que c'était bien la réalité.

Je me tournais un peu, venant embrasser son front tendrement.

- Mais maintenant, grâce à toi, c'est réellement un mauvais rêve. Je me réveille le matin. Je te sens contre moi. Et je ne pense plus un seul instant au passé. Je me réveille heureux et plus vivant que jamais.

Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 4 Nov - 0:43

Leatitia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, je ne travaille plus en ce moment pour rester auprès de James. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec un homme parfait et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 Za90

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait. Grâce à l'amour de sa vie, elle a ouvert une association "Far too young" pour aider les enfants en détresse.

Elle ne peut plus avoir d'enfants mais James la rassure, ils adopteront.
Sur lui, elle profite de sa chaleur, de son contact, de son cœur qui bat. Elle est attentive à sa douleur, elle n’avait aucune envie de lui faire mal … mais elle était aussi diablement contente de pouvoir être ainsi proche. Elle avait envie de passer sa main sous son t-shirt depuis si longtemps qu’une petite voix lui dit qu’elle pourrait essayer … il n’a plus ce qui le gêne. Elle s’arrête juste avant. Elle laisse le temps à James de le faire comme il l’entend. Parce qu’elle l’aime et qu’elle veut qu’il soit à l’aise avec son corps. Même si elle a diablement envie de le toucher. Alors, elle lui grimpe dessus. Une méthode comme une autre pour avoir ce qu’elle veut sans prendre quoi que ce soit à son homme. Elle sourit un peu. « Son homme ». Cela lui plait bien. Elle aime bien. Ça sonne bien. Elle fait une fausse moue boudeuse quand James lui dit qu’il ne pas la garder dans ses bras pendant le kiné, avant qu’elle ne se tende encore pour embrasser sa joue. OK. Pas de soucis. Tant qu’elle peut le coller là, prendre son énergie pour recharger ses batteries, elle le fera alors ! Elle l’écoute parler, continue à caresser son cœur avec une douceur infini. Ce n’était pas grâce à elle. Si elle devait expliqué cette situation à quelqu’un, elle avait été le coup de pied dans la machine à snack pour faire tomber son dû. Elle n’était pas le moyen, ni l’outil, ni la personne qui avait le droit à son gain à la fin. Elle n’était qu’un coup de pied mit comme il faut, où il faut, et cette image l’a fit sourire un peu plus. Maintenant, il était heureux. Il pouvait la sentir. Il pouvait la tenir et l’embrasser. Il pouvait la réchauffer.

Oh. Elle l’aurait aimé sans tout ça. Elle l’aimait en entier pour sa tête et son cœur. D’ailleurs en pensant à ça, elle passe son doigt du torse jusqu’au cou de James avant de passer par sa joue pour caresser ses lèvres, remonter le long de son nez pour en brosser en sourcil avec délicatesse. Elle aimait tout de cet homme. Mais elle aimait surtout les choses invisibles. Les choses que personne n’avaient vue avant. Si une autre personne qu’elle l’avait vue, il ne serait pas célibataire, il n’aurait pas été seul, il y aurait toujours eu quelqu’un à sa place. Elle caresse ce visage qu’elle aime tant, voulant incruster ses reliefs dans la pulpe de ses doigts.

- On va construire notre propre rêve et personne ne nous réveillera. Je te le promets.

Elle pense à Gordon. Elle ne sait pas ce qu’il veut, toujours, mais il ne pourra jamais briser le bonheur qu’elle ressent. Elle continue de faire courir ses doigts sur James, le toucher, le caresser, suit des lignes imaginaires qu’elle seule peut voir. Elle aimerait pouvoir faire ça toute sa vie. Le toucher dans le lit, le long de lui, le jour à peine levé sur une nouvelle journée. Le monde dehors. Eux, ici. Et le reste elle s’en fou. Elle s’en fou de tout. Même si elle était le genre à se battre pour la veuve et l’orphelin, là, elle s’en fou. Ils finirent par mettre un film sans bouger du lit, ou à peine pour des besoins vitaux et des changements de place. Quand le matin laissa place à l’après-midi, qu’il fallait manger et se lever pour se préparer, elle se releva. Elle baragouina des choses incompréhensibles sur l’additivité d’un corps d’homme parfait. Elle se lève et sans la moindre hésitation, elle commence à se déshabiller avant d’arriver à la douche en pliant les habits de James. Elle voulait rien faire de la journée elle. Elle plie tout se douce et revient à midi pour revenir contre James et le prendre dans ses bras. Elle cache sa tête dans son cou.

- Voilà, on se lève on se prépare, je te fais un câlin et j’ai juste envie de rester comme ça le reste de ma vie. Tu es addictif mon cher James. Un danger pour les frêles et jeunes femmes comme moi.

Elle embrasse son cou avant de finir de se préparer et qu’il fasse les appels qu’il voulait faire avant de partir. Elle attrape son téléphone et voit un SMS de Gordon. « Rappelle-moi ». Plutôt se faire arracher les dents sans anesthésie et avec une pince à épiler. Elle ne répondrait pas. S’il veut dire quelque chose, il le dira. Cela faisait un moment qu’il essaie mais elle ne voulait surtout pas savoir pourquoi. La justice la préviendrait s’il y a quelque chose à savoir d’important. Elle prépare le repas, faisant réchauffer des restes et mettant la table alors qu’elle se mit à chantonner doucement. Elle chantonnait la chanson de James de la veille. Elle était toujours dans sa tête. Elle n’avait jamais quitté son cœur. Alors pendant que James s’occupait elle chantonnait même si elle n’avait retenu que trois ou quatre phrases dans tout ce qu’il avait dit. Elle n’avait jamais été super intelligente. Pourtant, elle aimerait tellement connaître cette chanson là par cœur, sur le bout des doigts.

- D’ailleurs mon amour, réalisa-t-elle d’un coup alors qu’elle s’arrêta de chanter subitement, tu as choisi une ville ? Que j’ai regardé les maisons mais je n’ai pas pensé à la ville.

Il y en avait plusieurs à proximité de l’agence, des villes, ou des villages, ou des hameaux, même quelques lieux dits, habitables ou constructives. Elle doute qu’il ait envie de faire une maison sur plan. Cela repousserait de beaucoup leur aménagement ensemble. Et rien que l’idée de se prendre la tête sur des plans données une migraine à cette chère Letty. Elle, elle voulait une maison où elle pourrait entrer en courant, sauter dans les bras de son James et l’embrasser sans aucune pensée pour les voisins. Ouais. Elle devrait parler du vis-à-vis avec James … mais le connaissant, lui et sa quête de la tranquillité, il devait déjà y avoir pensé sans elle.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Sam 4 Nov - 11:18
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec une femme merveilleuse et je le vis plutôt bien, je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie.


C'était une matinée peut être simple de base. Nous étions simplement resté dans le lit à nous faire des calins. Nous avions regardé un film, toujours l'un contre l'autre. C'était simple, mais c'était des moments que j'avais cru ne jamais pouvoir vivre, ou du moins pas comme ça. Rien ne m'empêchait de rester dans le lit à regarder un film avec elle. Mais je n'aurais pas senti sa main parcourir mon torse et me caresser doucement. Ca aurait été horrible. Ca l'était pour moi. Je ne supportais pas de vivre comme ça, de l'avoir contre moi sans pouvoir la sentir. J'aurais préféré mourir que de continuer à vivre ça. Alors cette matinée pourtant toute simple avait une importance toute particulière pour moi. Je n'aurais jamais cru pouvoir vivre ces moments là. Cette épreuve m'avait au moins permis ça. Je savourais davantage ces moments simples. Je ne les considérais plus comme acquis comme autrefois. J'avais conscience qu'ils étaient précieux.

On finit par faire une pause en début d'après midi pour aller nous préparer. Je ne devais pas oublier que j'avais ma séance de kiné qui approchait dans l'après midi. Je l'avais laissé se doucher la première avant d'y aller à mon tour. Elle profita de ma douche pour préparer le repas. Je la rejoignis, un petit sourire aux lèvres. C'était ça que je voulais tous les jours. La retrouver dans la maison, comme maintenant, s'activant et chantonnant doucement. Ces petits moments du quotidien qui me donnaient envie de venir l'embrasser et la serrer dans mes bras.

- J'ai surtout regardé qu'on ne soit pas trop loin du siège de ton association. On est à moins de 20min de route de ton association et à peu près autant de mon kiné. Et ce sont des endroits assez sécurisé et isolé. Ce n'est pas parce que toi tu ne m'as pas reconnu que c'était le cas pour tout le monde.

Je lui fis un petit sourire malicieux en disant ça. J'avais toujours eu ce problème avec toutes les filles qui étaient venu travailler pour moi. Elles n'avaient pas tardé à me reconnaitre et ça avait rapidement posé problème. Je détestais déjà l'idée d'avoir quelqu'un s'occupant de moi au quotidien, c'était encore pire quand la personne en question était une fan limite hystérique. Letty avait gagné pas mal de point déjà en agissant normalement avec moi.

- Je n'ai pas envie d'être embêté. Je veux que ce soit notre petit cocon à nous.

Je m'installais à table, la remerciant pour le repas avant de commencer à manger.

- C'est vrai que j'aurais du en parler dans mes critères mais ça me semblait évident. Depuis que je suis connu c'est un peu un critère obligatoire.

Je ne pouvais pas me permettre de vivre collé aux autres.

- Je termine de manger et j'appelle les agences justement. Et après direction le kiné.

Un programme bien rempli pour l'après midi mais elle allait me suivre et j'étais heureux de pouvoir rester avec elle encore un peu plus.

- Tu restes ici aussi ce soir? Ou tu préfères rentrer chez toi?

L'option une étant bien sur ma préférée. J'étais peut être addictif mais elle l'était tout autant.

Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 4 Jan - 21:17

Leatitia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, je ne travaille plus en ce moment pour rester auprès de James. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec un homme parfait et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 Za90

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait. Grâce à l'amour de sa vie, elle a ouvert une association "Far too young" pour aider les enfants en détresse.

Elle ne peut plus avoir d'enfants mais James la rassure, ils adopteront.
Pas trop loin de son association. Cela c’était une bonne idée. Même si avec Paul, ils seront souvent sur le terrain aussi. En passant par eux, des familles pourront proposer leur maison et leur service en tant que famille d’accueil. Et c’était ce qu’il fallait. Beaucoup de famille était refusé pour des histoires stupides, pendant que d’autres (qui avaient leurs autorisations depuis des millénaires) ne la méritait plus. Donc, avec la voiture de Paul, d’abord, puis la sienne qui viendrait une fois qu’elle aurait économisé (sur sa vie qu’elle ne prendrait pas encore l’argent de James !) ils pourront aller n’importe où. Même si c’est loin. Quand elle était en présence de James, elle pourrait aller jusqu’au bout du monde, revenir, changer la courbure des montagnes. Avec lui, elle se sentait maîtresse du monde. Elle se sentait apte à interagir, à mouvoir les choses. Même Gordon, se dit-elle en observant rapidement son téléphone. Elle devait mettre un terme à ça. Quand James sera à sa séance, elle s’éclipsera et répondra à Gordon … Et elle lui dira ne plus jamais lui parler, de ne plus jamais s’approcher et de mourir de préférence. Elle n’était pas violente, mais Gordon était son ennemi, son némesis. Et pas d’ennemies to friends pour elle. Gordon pouvait rôtir en enfer. Il était la seule ombre à son tableau et elle comptait bien s’en débarrasser. Elle ri, un peu, cache sa bouche de sa main alors que ses yeux deviennent rieurs.

- Je te demande pardon, j’oublie parfois que tu es célèbre.

Tout le temps, en faite. Ce n’était pas qu’elle ne cherche pas à se souvenir … C’est juste que, pour elle, il avait toujours été James. Que James. L’enquiquineur James. Le bourru James. L’incroyable James. Mais jamais, il n’avait été le célèbre James. Il n’était qu’un homme comme tous les autres, avec un passé plus sombre mais c’était tout. Et elle oubliait toujours que les gens le verra, lui, le chanteur. Elle réfléchit. Les photos c’est cool pour la promo mais est-ce que ça risquait la tranquillité de James ? Elle prendrait une photo d’halloween avec un masque, voilà ! Elle lui sourit.

- Je comprends fais ce qui est le mieux mon amour, je te fais confiance. Je n’ai pas réellement l’habitude de craindre d’être reconnu alors je te suis.

Une seule fois… Une fois elle aurait voulu ne pas être reconnue. Une seule et unique fois. Et cette fois était passé, maintenant. Fin… Une fois qu’elle aurait mis le feu au cadavre encore chaud de Gordon.

- Je serais ravi de rester encore.

Elle aimerait rester avec lui tous les soirs. Quand elle était dans son appartement, elle avait envie de le voir, de le toucher, de lui parler, de lui envoyer des messages, de lui envoyer plein de réels sur instagram, et ça même si elle sait qu’il ne les verra pas avant qu’elle ne lui montre. Elle voulait … Elle voulait être auprès de lui. Alors… S’il veut qu’elle soit là tous les soirs, elle le sera. Elle aimerait rester avec lui. Tout le temps. Elle ne l’avait juste pas proposé de peur de l’étouffer avec son amour grandissant. Ils mangent doucement. Puis, James appelle pendant qu’elle prépare les affaires. Ils vont au kiné où elle …. Elle décide de ne pas appeler Gordon. A la place, elle se pose dans un coin et elle lit alors que plusieurs fois son regard remonte vers James. Il était incroyable. Il était le seul homme qu’elle pouvait voir. Quand elle pense qu’il avait été jaloux d’un homme alors qu’elle n’avait d’yeux que pour lui. Cela la fit rire encore alors qu’elle posa son livre pour le regarder. Elle jette un regard sur son téléphone en se demandant si elle pouvait faire quelques achats. Allant dans des sites de lingeries, elle observa rapidement ce que les femmes mettaient pour être « attirante ». Elle rougit et repose son téléphone. Elle n’était clairement pas assez belle pour se permettre ça. Jamais. Une fois finit, elle sautille jusqu’à lui et l’embrasse.

- Tout s’est bien passé mon amour ?


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Ven 12 Jan - 16:58
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec une femme merveilleuse et je le vis plutôt bien, je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie.


- J'oublie parfois que tu n'as pas conscience de tout ça. Tu m'as connu à un moment où je n'étais plus sur le devant de la scène. Et tu ne m'avais même pas reconnu à l'époque. Mais, arrivera un moment, où les gens vont commencer à me reconnaitre à nouveau, où je ne pourrais plus vivre en reclus. Il vaut mieux s'y préparer.

Et il allait falloir qu'elle s'y prépare elle aussi. Parce qu'elle ne serait pas épargnée à ce moment là. Quand je sortirais de l'ombre, que je réintégrerais mon groupe, qu'on recommencera les concerts, les tournées, les interviews... les journalistes allaient vite refaire leur apparition. Ils risquaient même d'être encore plus acharnés qu'avant. Ils allaient vouloir savoir pourquoi j'avais disparu autant de temps, pourquoi je revenais en fauteuil roulant. J'étais certain que mon histoire allait faire couler beaucoup d'encre. Et ils voudraient connaitre celle qui partageait ma vie. Moi, l'irréductible célibataire, voilà que je revenais après des mois de disparition et en plus je revenais au bras d'une inconnue. Ils allaient vouloir savoir qui elle était. Il allait falloir qu'elle s'y prépare. Je n'étais pas certain qu'elle y soit préparé encore.

Je pris rendez vous pour aller visiter les maisons qu'on avait repéré. Puis vint rapidement l'heure de mon rendez vous chez le kiné. Je tentais de me concentrer sur ma séance mais je ne pouvais m'empêcher de jeter des regards discrets vers Letty. Je ne pouvais me lasser de la regarder, de l'admirer. Je fronçais les sourcils à un moment donné, la voyant rougir. Je me demandais ce qu'elle pouvait bien être en train de regarder pour se mettre à rougir comme ça.

Je la questionnais un peu plus tard. J'avais insisté pour m'asseoir à l'avant de la voiture avec elle, j'arrivais à le faire alors je ne m'en privais pas. J'avais attendu qu'elle charge mon fauteuil diabolique à l'arrière et qu'elle me rejoigne pour lui poser la question qui me brûlait les lèvres.

- Tu regardais quoi pendant ma séance?

Je lui expliquais rapidement alors que je voyais son regard se faire interrogatif.

- Je t'ai vu rougir à un moment donné alors je me suis demandé, ce que tu pouvais bien regarder pour rougir ainsi. Ne me dis pas que tu es tombé sur des photos de moi en petite tenue.

Je ris légèrement en disant ça. Je n'avais jamais fait de photo dénudées de moi, la plupart étaient des photomontage. Torse nu oui mais jamais plus que ça.
Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Lun 15 Jan - 15:06

Leatitia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, je ne travaille plus en ce moment pour rester auprès de James. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec un homme parfait et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 Za90

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait. Grâce à l'amour de sa vie, elle a ouvert une association "Far too young" pour aider les enfants en détresse.

Elle ne peut plus avoir d'enfants mais James la rassure, ils adopteront.
Etre reconnu dans la rue, ça ne l’avait jamais inquiété. Vraiment. Et elle ne pensait pas que ça pourrait l’inquiéter. La jeune femme ne se disait pas qu’elle allait avoir des soucis… Au pire, on lui dira qu’elle ne mérite pas son amoureux… Mais ça, elle le sait déjà. Elle n’avait jamais été « célèbre » et elle n’arrivait même pas à voir la popularité de son amoureux. Elle ne le visualisait pas. Certainement, qu’un jour, elle aurait un déclic. Si elle va à un de ses concerts par exemple. Elle se rendra compte. Et encore. Même là, elle ne verra que le fait que son James est devenu connu, qu’il mérite ce moment et qu’elle est heureuse. En tout cas, elle le pense ainsi pour le moment, puisqu’elle ignore la véritable popularité de James… C’était compliqué de se dire que l’on est aimé par une personne que la plupart connaisse mieux que soi. Elle ne connaissait pas l’ancien James. Elle ne l’avait jamais connu et le connaîtrait peut-être jamais. Elle ne connaissait pas l’homme qui apprends à chanter, fini dans les tabloïds et fait des polémiques. Elle, elle ne lit même pas les tabloïds donc ne pense pas du tout au fait que son image pourrait être utilisé à son insu dans ce genre de magazine. Elle ne pense qu’au fait qu’elle est amoureuse de l’homme à ses côtés.

Une fois le kiné finit, ils remontent en voiture et … Elle vire pivoine quand il lui demande de but en blanc ce qu’elle était en train de regarder. Elle ouvre la bouche, sans allumer le moteur parce que son rougissement faisait battre fort son sang dans ses oreilles. Elle se demande si elle doit lui mentir… mais lui mentir ne servirait à rien… et surtout ça serait un mensonge alors qu’elle ne le désirait pas… mais le dire était un peu pathétique… Et ça lui enlèverait la surprise si elle arrive à trouver une petite tenue qui lui convient. Mais aussi, si elle ne lui dit pas, elle avait peur qu’il se fasse des films.

- Je devrais fouiller internet pour trouver des photos de toi alors, s’il y en a, qu’elle commence à dire bien que le léger rose était toujours sur ses joues, mais non. Ce n’est pas ça… Je te cherchais une surprise… Mais… Il s’avère que j’ai trouvé des idées qui était… heu… un poil au-dessus de mes recherches… un peu trop… heu… sexuelle ? Même si je cherchais une idée un peu sexy mais… Mais … Je veux dire, je ne serais même pas le mettre alors je me suis dis que c’était trop.

Elle avait plus baragouiné la fin de la phrase alors qu’elle avait réussi à calmer son cœur pour mettre en marche le moteur. Elle ne sort pas encore la voiture et elle se retrouve vers lui, franchement.

- Je te montrerais si tu veux. Même si ça enlèvera la surprise, j’imagine… mais au moins je saurais ce que tu aimes. Ou apprécie… Et puis comme c’était sur internet, ça risque de ne pas du tout donner pareil sur moi. Je n’ai pas le corps de toutes ses femmes. Je suis plus petite et plus ronde. D’ailleurs, je ne pourrais même pas participer aux Miss, je n’ai pas les bonnes mensurations. Bref.

Et elle démarre en rougissant avant de lui attraper la main pour lui dire qu’elle le « boude » en rigolant, de l’avoir mis dans une situation où elle devait s’expliquer. Elle ne lui en voulait pas, cela pouvait se voir à son doux sourire. Mais ça l’amuse. De faire une petite moue. Et puis… S’il lui dit ce qu’il aime comme tenue sexy, ça lui évitera de se prendre la tête sur toutes les possibilités. Non… parce que le string qui se mange là, elle s’en ait toujours pas remise. Et clairement, elle trouvait ça pas hygiénique, ni même jolie, ni rien… mais si James aime, elle pourrait essayer, une fois. Mais ce n'était clairement pas les possibilités qu'elle avait sélectionné pour lui faire plaisir ! Elle avait trouvé des choses mignons et qui reste sexy. Mais ça la fait tout de même rougir.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Lun 15 Jan - 18:08
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec une femme merveilleuse et je le vis plutôt bien, je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie.


Je me retenais de rire alors qu'elle m'avouait ce qui l'avait fait rougir comme ça. Il n'y avait qu'elle pour être aussi mal à l'aise d'avoir regardé de la lingerie. Et vu à quel point elle était gênée, je me doutais qu'elle n'était pas tombée sur des choses très conventionnelles. IL y avait vraiment de tout dans le domaine de la lingerie. Dés qu'on tombait sur des sites un peu trop osés, on pouvait vite se retrouver avec des tenues qui tenaient un peu trop du BDSM.

Mais je ne voulais pas rire. Je ne voulais pas la vexer. C'était déjà terriblement mignon de voir qu'elle voulait me faire cette surprise. Elle n'était peut être pas complètement prête à ce que nous fassions l'amour, moi en tout cas je ne l'étais pas, mais nous en prenions le chemin. Le fait qu'elle veuille faire ça, ça me touchait. Elle voulait faire des efforts, me faire plaisir. Mais ça me gênait un peu malgré tout. Je n'avais aucune envie qu'elle se force, qu'elle ne cherche que mon plaisir et qu'elle s'oublie en chemin. Je savais qu'elle avait souffert dans le passé. Alors je voulais que ce soit tout pour elle, au moins les premiers temps. Je voulais qu'elle puisse ressentir du plaisir. Le mien viendrait forcément avec. Bon dieu ça faisait tellement longtemps que j'attendais de pouvoir lui faire l'amour. Je ne me posais même pas la question, bien sûr que j'aimerais ça.

- Tu es adorable tu sais?

Je lui souris doucement, prenant sa main pour y déposer un léger baiser. Je ne voulais pas trop la distraire alors qu'elle était entrain de conduire.

- On regardera ensemble. Je te montrerais ce que j'aime bien. Puis tu achèteras ce qu'il te plaira pour me faire la surprise comme tu en avais envie. Mais tu sais je suis plutôt ordinaire dans mes goûts.

Elle pouvait être tranquille de ce côté là. Je ne lui demanderais jamais de porter des choses trop osées. Les combinaisons en cuir ou pire en latex ce n'était pas mon truc.

- Je ne suis pas vraiment fan des strings. Une jolie culotte en dentelle fine, je trouve ça beaucoup plus joli. Des jolis sous vêtements, en dentelle, ça me suffit amplement. Et je sais que tu seras merveilleuse dedans. Tu es beaucoup plus belle que toutes ces Miss à mes yeux.

J'en avais eu des femmes comme ça, je n'allais pas mentir. Mais elles n'avaient jamais réussi à faire battre mon coeur comme Letty y arrivait. Je ne l'échangerais pour rien au monde.

Clionestra
Messages : 3836
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 20 Jan - 21:37

Leatitia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, je ne travaille plus en ce moment pour rester auprès de James. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec un homme parfait et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 30 Za90

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait. Grâce à l'amour de sa vie, elle a ouvert une association "Far too young" pour aider les enfants en détresse.

Elle ne peut plus avoir d'enfants mais James la rassure, ils adopteront.
Il voulait rire, en plus. Le bougre d’âne. Elle fait semblant de faire une moue boudeuse, bien qu’elle ressentait plus de gêne dans cette situation qu’une réelle envie de bouder. Elle essaie. Au moins, elle avait ça pour elle. Et si ça devait faire rire l’amour de sa vie, alors elle l’accepte. Elle ne se vexait pas aussi facilement. D’ailleurs, elle n’était pas blessée par James. Même les mots du début, qui n’était clairement pas agréable pour elle, ou ceux qu’il lui avait dit pendant leurs disputes… tout ça avait été oublié. Elle n’en gardait que le meilleur. Elle finit par pincer les lèvres.

- Adorable, j’accepte. Comme un lapin ? Mais sexy …, elle eut un frisson, attend toi à ce que je sois adorable le reste de notre vie, mon amour, mais certainement pas sexy.

Bah … rien que d’imaginer devoir mettre le machin tout en cuir qui doit certainement être super désagréable, et à donner en offrande au diable, elle ne se sentait pas « sexy ». Quand elle s’imagine dedans, elle visualise très clairement un cochon que l’on aurait fringué en habit sexy… Elle sourit attentive à la route et à son homme.

- Oh, je ne suis pas fan des strings non plus. Je ne comprends pas comment cela peut être agréable. J’en ai essayé une fois, et ça m’a suffit pour toute ma vie, j’avais toujours envie de me remettre ma culotte. Je préfère clairement tes caleçons, qu’elle réponds avec l’innocence d’une sainte.

Ouais, elle avait toujours un truc avec l’idée de lui piquer ses affaires. Pas sa faute. Cela la passionne. Et cela ne lui était jamais arrivé. Elle se rappelle de sa sœur, qui racontait qu’elle piquait les pulls de son mari avant même qu’il ne soit marié… Cela doit être un truc de famille, ou de fille, qu’importe. Cela lui arrive. Elle aimait bien rentrer dans la chambre de James et prendre un caleçon et un t-shirt pour le rejoindre dans le lit. Si elle devait emménagé déjà avec lui, même pas sûr qu’elle apporte de pyjama pour continuer à avoir la raison (qu’elle avouerait sans mal) parfaite pour lui piquer ses affaires, héhé. Elle finit par faire un sourire doux, pas rougissant par gêne mais par émotion.

- Merci, James. De me trouver belle. Mais j’aimerais que ça te plaise encore plus. J’aimerais… Je ne sais pas exactement. Je sais que je ne suis pas… que je n’ai pas eu une évolution normale de ma sexualité, dirions-nous, et j’aimerais… fin… J’aime apprendre avec toi.

Parce qu’elle avait déjà appris plus d’une chose depuis qu’ils avaient commencés. Ouais. Clairement. Elle avait appris quelque chose. Déjà, elle avait appris que les caresses intimes avec la langue pouvaient être clairement excitantes et pas du tout dégoutante. En plus, elle a appris qu’elle pouvait aimer ça, même si elle stresse toujours à l’idée de faire un faux pas, ou qu’elle ne soit pas à la hauteur. Leurs rares fois ensemble pour ce genre d’acte, elle avait aimé. Elle avait surtout aimé James, pour tout avouer. Elle avait aimé lui. Toujours. Elle se gare, parce que le temps file avant de se tourner franchement vers lui.

- Si un jour, je peux faire quelque chose… quelque chose qui te ferait plaisir, mettre quelque chose ou un rendez-vous, et que je n’y ai pas pensé, n’hésite pas à me le dire. J’adore être avec toi et apprendre tout ça, je me sens heureuse et joyeuse… Alors, il faudra que tu me le dises, sinon je te ferais la tête…

Mais en disant ça, elle fait sa fausse moue boudeuse (qui clairement était adorable à nouveau, mais très fausse) pour venir faire un bisou esquimau sur son nez. Ouais. Elle l’aime. Plus que tout. Plus que sa propre vie ou même son propre bonheur. Plus que son travail ou le soleil. Elle l’aime comme elle n’avait jamais aimé personne. Et cette réalisation ne l’effrayait même pas. Elle était tout simplement heureuse d’être avec lui.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4825
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
ETOILES 2
Beloved
Sam 27 Jan - 17:39
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec une femme merveilleuse et je le vis plutôt bien, je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie.


- Et toi il va falloir que tu t'habitues au fait que je te trouve sexy.

Parce qu'elle l'était à mes yeux. Elle pouvait se dénigrer tant qu'elle le voulait, ça ne changerait rien à ce que moi je voyais. Elle était adorable certes, mais aussi belle et terriblement sexy. Je savais qu'elle piquait mes tee shirts et mes boxers parce qu'elle se sentait bien dedans. Elle n'avait pas conscience que je la trouvais sexy quand elle faisait ça. Des exs l'avaient fait elles aussi, mais dans une attitude purement calculée, parce qu'elles savaient que ça les rendait sexy de s'habiller ainsi. Le petit look débraillé et négligé post nuit de sex, avec le tee shirt qui dévoilait juste ce qu'il fallait de leurs longues jambes... C'était ce que j'aimais encore plus chez Letty. Rien n'était calculé chez elle. Elle était simple, naturelle, toute en spontanéité. Elle ne cherchait pas à plaire mais elle me séduisait un peu plus à chaque instant.

- Ce que tu fais est déjà parfait. Je n'ai besoin de rien de plus tu sais. Les moments qu'on passe ensemble me suffisent amplement.

Elle était tout ce dont j'avais besoin. Les tenues affriolantes et tout ça, c'était parfaitement accessoire. Elle, son sourire, il ne me fallait rien de plus.

Je me penchais pour embrasser doucement ses lèvres avant que nous ne descendions de la voiture.

Le reste de la soirée se passa dans une bonne ambiance. On prépara le diner à quatre mains. Je prenais plaisir à pouvoir refaire des choses aussi simples que de coupes quelques tomates pour faire une salade. Nous avions mis un peu de musique en fond sonore et je me plaisais à fredonner dessus. Puis nous dinèrent ensemble. Un vrai diner où nous mangions chacun normalement, sans que l'un de nous deux soit obligé de nourrir l'autre. Je me sentais enfin comme une personne normale, une personne digne d'elle. Le fait que j'ai encore besoin de mon fauteuil pour me déplacer était bien peu en comparaison de tout ce que je pouvais faire à nouveau.

On termina la soirée dans notre lit, l'ordinateur sur mes genoux alors qu'elle venait se blottir contre moi. J'ouvrais google avant de me lancer à la recherche d'un site de lingerie. Je finis par m'arrêter assez rapidement sur un ensemble, plutôt simple, mais qui devrait lui donner une bonne idée de ce que j'aimais.

- Voilà, je trouve ça sexy. Et si en plus je l'imagine sur toi...

Je lui fis un petit sourire avant d'aller mordiller son cou.

- Tu serais sublime dans quelque chose du genre.

Spoiler:

Contenu sponsorisé
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra]
Page 30 sur 31
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31  Suivant
Sujets similaires
-
» Diana avant Dodge
» Never give up [ft. Clionestra]
» Une dernière romance avant le trépas.
» Avant j'étais schizo, maintenant nous allons mieux.
» (Vous devez préciser un titre avant de pouvoir envoyer votre message)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: