Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-39%
Le deal à ne pas rater :
Balai serpillière plat avec seau pliable à 19,99€
19.99 € 32.78 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra]

Beloved
Messages : 3947
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Sam 27 Nov - 15:18
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Il est là, coincé dans son fauteuil... Il a l'impression que sa vie s'est arrêté, qu'il est mort ce jour là. Le James d'autrefois n'est plus. Elle, elle est tout l'opposée, si pleine de vie, comme un écho de ce qu'il était là. Elle est là pour l'empêcher de sombrer définitivement. Y arrivait elle?

Contexte provenant de cette recherche
Beloved
Messages : 3947
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Sam 27 Nov - 15:51
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Je profitais de la vue, regardant la forêt qui s'étendait tout autour de la maison. J'écoutais distraitement ma mère qui me parlait, préférant me perdre dans ma contemplation que de l'écouter.

"La nouvelle arrive aujourd'hui. J'aimerais que tu sois un minimum agréable avec celle là. Ca devient de plus en plus difficile de trouver du personnel qui accepte de s'occuper de toi. Alors si tu pouvais la garder au moins quelques mois avant de la faire partir en courant, j'apprécierais."

Je soupirais alors qu'elle me ressortait le même bla bla qu'à chaque fois. Je n'y étais pour rien moi si les filles qu'elle engageait étaient toutes plus connes et désagréables les unes que les autres. Mais je sentais qu'elle s'agaçait. Elle se retourna pour regarder vers la porte d'entrée alors qu'on venait de sonner. Elle fixa bien vite son regard sur moi et je pouvais sentir toute la lassitude qu'elle ressentait.

"James... je peux avoir ta parole?"

- Je ne peux rien te promettre. Si c'est une idiote je ne pourrais pas faire semblant de la supporter. Mais je veux bien être gentil, si tu acceptes de réfléchir sérieusement à mon idée.

Je savais qu'elle n'accepterait pas. Ce n'était pas une option envisageable pour elle. Pourtant elle devrait. Elle était épuisée, à bout de nerf. J'étais un poids, un poids beaucoup trop lourd sur ses épaules. Il était temps qu'elle s'en décharge.

"Bon... et bien si elle doit nous quitter, croisons les doigts pour qu'elle ne nous fasse pas un procès en partant."

Elle se détourna, me laissant seul sur la terrasse. Je les entendais parler ou plutôt ma mère parler.

"Bonjour mademoiselle. Entrez je vous prie."

J'entendis des bruits de pas et quelques formules de politesse suivi par le bruit de la porte se refermant.

"Comme je l'ai dit dans l'annonce je cherche quelqu'un pour tenir compagnie à mon fils pendant la journée. Une infirmière passe matin et soir pour assurer les soins médicaux et les soins d'hygiène. Ce ne sera pas de votre ressort. Mais l'une des infirmières viendra quand même vous formez et vous donnez les consignes en cas d'urgence. Vous, vous serez là pour répondre à ses besoins dans la journée, lui préparer et lui donner les repas, lui tenir compagnie..."

Et essayer de me supporter, voir satisfaire le projet secret de ma mère, à savoir me convaincre de laisser tomber le mien. Je les entendis se balader dans la maison. Ma mère lui montra la cuisine et lui donna une carte et les clés d'une voiture de fonction pour qu'elle puisse faire toutes les courses qu'elle voulait. Elle lui expliqua même qu'il y avait un van dans lequel me transporter si jamais on voulait aller faire un tour ensemble. Oui... youpi... comme une cheval ou un boeuf qu'on promenait. Comme si j'allais me laisser faire.

Elle lui montra la chambre, lui expliquant que normalement elle n'aurait pas à y aller vu que l'infirmière se chargeait de me lever et me coucher. Elle montra ensuite mon bureau, lui expliquant qu'elle ne devrait pas y mettre les pieds. Puis elle arriva au niveau de la terrasse, non loin de moi. Ma mère baissa le ton, essayant sûrement d'être discrète. J'étais tétra mais pas sourd non plus.

"Il... il peut être assez difficile... essayez de ne pas le prendre pour vous et ne vous laissez pas faire. Et si il va trop loin, n'hésitez pas à me le dire d'accord? Allez je vous présente. James!!! Voici ta nouvelle dame de compagnie, comment vous vous appelez déjà mademoiselle?"

J'attrapais la paille dans ma bouche et l'actionnais pour faire pivoter mon fauteuil vers elle. Je la fixais de haut en bas, ne me gênant pas pour la regarder. Plutôt jolie, elle avait fait un effort là dessus. Mais ce n'était pas parce qu'elle me foutait une fille agréable à regarder que ça allait changer quelque chose.

- Pas besoin de retenir son prénom maman. Vu qu'elle ne va pas rester, comme les précédentes, on devrait plutôt les appeler par leur numéro. Enchanté donc numéro sept.


Clionestra
Messages : 486
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Sam 27 Nov - 18:43
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


Laetitia souriait simplement en écoutant le message de son ami juste avant d’arriver.

- N’oublie pas, tu vas t’occuper d’un adulte, un adulte, j’espère que tu as laissé tes pastilles de couleur à la maison, bonne chance Letty.

Le message était court et concis. Son ami l’était aussi. Il ne faisait pas de longues phrases, de longues déclarations, ou même de longues messages. Cependant, elle était obligé de sourire. Elle avait prit ses pastilles de couleur dans le sac. Elle n’était peut être … et bien, habitué à s’occuper d’un adulte, mais si un enfant en avait besoin, elle aurait de quoi l’amuser au moins. Laetitia était habitué aux enfants, elle était pédopsychiatre … mais les adultes étaient pour la plupart des grands enfants, alors elle ne stressait pas vraiment.

Pas vraiment, était la nuance et la subtilité. Elle avait tout de même un peu d’appréhension. Après tout, elle avait loué un appartement sur un coup de tête, avec des maigres économies, pour venir prendre un travail dont elle n’était même pas sûr qu’on la garde. Malgré tout, elle était confiante. L’avenir ne pouvait que sourire aux personnes croyant de tout son coeur au bonheur non ?

Elle s’approcha de la maison et sonna. La panique, qu’elle chassait de son esprit, était là … telle un nuage au dessus de sa tête qui attendait de voir si on allait lui balancer des éclairs, de la pluie ou de la neige … bien que les trois ne soient pas agréables, elle voterait pour la pluie… Elle demandait la pluie. Laetitia avait pris le temps de bien s’habiller, de bien se maquiller, de bien paraître. Elle porter donc une robe beige, tombant à ses genoux et des mocassins. Elle n’avait fait qu’un chignon pour aller avec. Les enfants avaient prit l’habitude de la voir en kigurumi, un sweat moltoné ou tout autre accoutrement parfait pour les faire sourire. Cependant, elle se sentait aussi tout à fait à l’aise. Elle souriait à son employeuse.

Elle la suivit. Observa les lieux. Elle se demandait bien qu’est ce qu’il pouvait faire dans le bureau … cela s’appelait le syndrome de Barbe rouge… Ou bleu… elle ne savait plus trop la barbe… mais l’histoire de cet homme qui laissa sa femme dans une maison en lui disant de ne surtout pas aller dans une pièce… et bien sûr elle y alla. Dire de ne pas aller quelque part donner du mystère … et déraisonnablement envie. Heureusement, même si elle était curieuse, elle savait aussi ne pas le montrer, et elle ne fit qu’un signe de la tête.

Elle allait s’avancer pour se présenter, après avoir répondu à la mère, mais l’homme ne lui en laissa pas le loisir. Oh… Il aurait eu le droit à une pastille rouge pour méchanceté lui. Elle lui sourit cependant.

- Sept ? Cela me va bien, c’est même mon chiffre porte-bonheur. Et faisons donc cela, Monsieur James aura le droit à ma présentation quand il comprendra que je ne compte pas disparaître.

Elle fit un sourire à la mère, agrémenter d’un clin d’œil… Si l’homme voulait la vexer ou lui faire du mal, avec des paroles, il pouvait toujours essayer. Elle avait été rodé question remarques désobligeantes et méchantes … que cela soit avec sa soeur Prudence, pour qui Letty n’était jamais assez bien, ou par les idiotes à l’école qui l’a trouvé trop ronde à une époque.

- Monsieur James, je suis Sept votre nouvelle dame de compagnie. Enchanté.

Combien de temps l’homme tiendrait-il à ne pas savoir une information qu’il avait lui même repousser ? Letty se le demandait bien, et elle avait même envie de faire un pari avec elle même. Elle vota pour sept jours… après tout, le chiffre sept pourrait peut être réellement lui porter chance cette fois ? De plus, et elle n'avait pas le choix de faire cela dans son cerveau formaté, un enfant qui refuse de connaître une personne à plus peur de l'abandon que de la rencontre. Si James ne voulait pas apprendre à la connaître tout de suite, il suffira qu'elle lui donne envie, c'était aussi simple que ça.


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 3947
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Dim 28 Nov - 17:54
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Je ne voulais pas d'elle. Ni d'elle ni d'aucune des autres. Je ne voulais personne en réalité. Je tolérais les infirmières parce qu'elles n'étaient pas trop connes. Elles n'étaient que deux. Elles faisaient bien leur travail. Elles ne se forçaient pas à faire la conversation pour me parler de trucs à la con. Elles n'avaient pas ce sourire absolument horripilant qu'avait cette fille. Elles étaient douces, posées, discrètes. Et elles me foutaient la paix surtout!!!

Mais cette fille, avec son sourire faux figé sur son visage, sa façon de me parler comme si elle réprimandait un gamin, c'était agaçant... Agaçant et insultant en même temps. Je n'étais pas un gamin. J'étais un adulte. J'avais toute ma tête. J'étais pleinement conscient de ce que je faisais et je savais exactement ce que je voulais pour ma vie. Et je ne voulais pas d'une idiote qui me traitait comme un gamin ou un demeuré.

Je la regardais froidement un instant avant de porter le regard sur ma mère.

-Tu peux chercher sa remplaçante déjà.

J'actionnais ma manette et commençais à quitter la terrasse pour aller loin de la garce.

"James s'il te plait reviens. Laeticia, je vous présente James. James, c'est Laetitia."

- Je m'en fous. Elle dégage. Je vais dans mon bureau.

Je continuais d'avancer, traversant le salon. Je m'arrêtais devant la porte du bureau et la laissais s'ouvrir avant d'entrer dans la pièce. J'attendis qu'elle se referme derrière moi pour m'installer à mon bureau et me mettre au travail.

Pendant ce temps ma mère restait avec la fameuse Laetitia. Elle la regarda d'un air gêné avant de parler.

"Je suis désolé. Il peut être.... assez pénible quand il s'y met. Mais si vous êtes toujours d'accord j'ai préparé votre contrat. Il est par là."

Elle l'escorta vers la table de la salle à manger. Dessus se trouvait un contrat stipulant les conditions de son embauche. Elle y avait noté ses horaires, son salaire plus que généreux ainsi qu'une clause particulière.

"C'est une clause de confidentialité. Vous ne devez révéler à personne, pas même à vos proches que vous travaillez pour James. Vous ne devez jamais parlé de son état de santé ou quoi que ce soit de personnel. Vous travaillez pour une personne lambda mais personne ne doit savoir qu'il s'agit de lui. Et même si vous n'acceptez pas de travailler pour nous je devrais vous faire signer cet accord de confidentialité."

Elle soupira en s'asseyant face à la jeune femme.

"Mais j'aimerais que vous restiez. Ca devient de plus en plus difficile de trouver des personnes voulant travailler pour lui. Il est... il n'est plus le même depuis qu'il est dans ce fauteuil. Il est plus renfermé, plus agressif. Il est en colère et... il le fait payer à la terre entière. J'ai vu que vous aviez un diplôme en psychologie alors je me suis dit que peut être... vous pourriez peut être l'aider."



Clionestra
Messages : 486
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 28 Nov - 20:34
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


Non mais …Le goujat. Elle le pensa mais souriait toujours cependant. Ce n’était pas un monsieur un peu coincé qui allait lui faire perdre son sourire. Elle résista à peine à lui tirer la langue quand il partit en la laissant seule avec sa mère. Elle aurait tout le loisir de lui tirer la langue, s’il avait la technique de la fuite. Elle sourit alors que la mère la présenta alors, en utilisant son prénom. Dommage, elle aurait préféré le laisser mariner dans sa soupe de questions. Elle sourit encore à la mère quand elle lui dit de venir pour signer des papiers.

- Je suis d’accord. Il me faudrait bien plus qu’une personne de mauvaise humeur pour m’enfuir. Ne vous en faites pas.

Si elle comprenait bien, la mère avait bien plus besoin d’elle que ce qu’elle elle n’avait besoin d’un travail. Si elle comprenait bien, la mère désirait de l’aide de tout son coeur, de toute son être … sinon, pourquoi ne serait elle pas tout de suite mise à la porte ? Elle avait envie d’aider.

- Ne vous en faites pas,  je ne dirais rien à personne. La seule personne au courant de mon travail est l’homme qui m’a trouvé cet emploi.

Elle avait dit à sa soeur et à ses parents qu’elle avait un nouveau travail, mais elle n’avait pas parlé d’un homme en situation de handicap… de toutes façons, personne n’avait assez posé de question pour savoir la vérité. Savoir qu’elle ne doit rien dire était un plus, il allait falloir qu’elle se fasse violence pour ne pas en parler par habitude.

- Ne vous en faites pas. J’ai rencontré des personnes bien plus méchantes, cruelles et apeurées que votre fils. Il a le mérite de savoir exactement ce qu’il dit, et comment le dire, alors je serais faire avec.

Un enfant ne sait pas ce qu’il dit. Il ne sait pas comment blesser, mais il blesse malgré lui. Inconscient de la douleur, de la souffrance, du risque de la mort … L’homme dans son bureau n’était plus un enfant … Il pourrait faire mal … mais Letty avait déjà l’impression qu’elle trouverait un moyen pour entamer une discussion.

- Je ferais mon possible pour l’aider.

Letty ne précisa pas que son diplôme était spécialisation pédopsychiatrie … elle n’était pas bête non plus au point de ne pas savoir la différence. La mère la laissa, et elle se retrouva devant la porte fermé du bureau. Elle s’assit en tailleur sur le sol, devant la porte. Elle sortit de son sac ses pastilles et sourit. Elle en prit une et se la colla sur l’intérieur de son poignet.

- Monsieur James, que devrais-je faire pour que vous m’acceptiez ? Dégager n’est pas une option. Et je pense que vous savez que votre mère ne compte pas me virer. Je viendrais tous les jours, dans les horaires demandées, mais vous pouvez ou prendre ça comme une corvée, souffrir de ma présence, ou l’accepter et que notre collaboration nous apporte mutuellement quelque chose.

Elle parlait à une porte. Littéralement. Elle parlait à une porte, mais elle avait l’habitude. Elle pourrait s’assoir ici tous les jours, dire bonjour à la porte et attendre une réaction. Encore une fois, elle l’avait déjà fait… bien que l’enfant de l’autre côté de la porte avait juste un petit problème de confiance dans les adultes, et non un handicap, et une colère sans limite apparente.


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 3947
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Jeu 2 Déc - 17:43
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Je m'installais à mon bureau, allumant les différents écrans qui me permettaient de travailler. Je ne tardais pas à retrouver le morceau sur lequel j'étais entrain de travailler. Je me concentrais dessus, me plongeant dans la musique pour oublier tout le reste. Ca marchait plus ou moins en fait. Ca finissait toujours par avoir tendance à faire remonter des souvenirs douloureux, par me faire prendre conscience de tout ce que j'avais perdu, de tout ce que je ne pouvais plus faire. Chienne de vie!! Je me retrouvais coincé dans ce fauteuil à la con, incapable de faire quoi que ce soit seul. Je ne pouvais même pas me gratter le nez si j'en avais envie!! Et il aurait fallu qu'en plus je garde le sourire, que je sois gentil et aimable avec le défilé de cruches qui venaient pour s'occuper de moi. Je savais que celle ci ne ferait pas exception à la règle. Avec son sourire et à la con et sa façon de me réprimander comme un gosse. J'étais dans un fauteuil, mon corps ne m'obéissait plus mais mon cerveau n'avait strictement rien. J'étais tout à faire capable de comprendre ce qui se passait autour de moi, inutile qu'elle me parle comme à un débile. J'avais choisi de l'envoyer et j'avais mes raisons.

Je n'entendis pas ma mère partir. J'étais trop plongé dans ma musique pour entendre quoi que ce soit d'autre. Je ne captais qu'elle était partie qu'en entendant l'autre se mettre à parler devant la porte. Je n'entendis pas la première partie de son discours. Je ne l'entendis parler que du fait que je devais choisir entre souffrir de sa présence ou aller vers une collaboration qui pourrait nous apporter mutuellement. Oh oui!!! J'avais déjà tellement hâte de pouvoir élever mon esprit et mon âme au contact de cette personne tellement incroyable. J'avais attendu ça toute ma vie, qu'elle vienne y apporter tout un tas de paillettes pour l'illuminer.

Je me retournais et ouvris la porte pour venir la rejoindre. Je la fixais durement, nullement impressionné par son petit discours. La vérité c'était que j'étais plutôt terriblement énervé et fatigué, las de ce genre de comportement. Je voulais juste qu'on me foute la paix, était ce donc si difficile à comprendre?

- Mademoiselle... que les choses soient bien claires entre nous. Vous êtes là pour répondre aux besoins que je ne peux pas satisfaire seul. Vous arrivez le matin, vous me préparez mon petit déjeuner et me le donnez. Vous restez ensuite à ma disposition le reste de la matinée au cas où j'aurais besoin d'aide pour vider mes poches, me gratter le nez, me donner des anti douleurs ou autre. Le midi nous recommençons, vous me préparez le déjeuner et vous me le donnez. L'après midi vous restez à nouveau à me disposition en cas de problème et cela jusqu'à ce que ma mère rentre et qu'elle prenne votre relai. C'est tout ce que j'attends de vous et tout ce pour quoi vous êtes payée. Si vous pensez que vous et moi nous pourrions devenir amis vous vous trompez lourdement. Le seul bénéfice qui sortira de tout ça c'est un salaire pour vous et quelqu'un de disponible pour m'éviter de mourir de faim pour moi. Est ce que vous m'avez bien compris?

Et je me promettais que si jamais elle se remettait à me parler comme à un gamin en réponse je lui roulais dessus avec mon fauteuil. C'était déjà assez humiliant d'avoir besoin de quelqu'un pour faire tout ça, je n'avais pas besoin qu'elle remue plus profondément le couteau dans cette plaie qui était entrain de me tuer à petit feu.


Clionestra
Messages : 486
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Ven 3 Déc - 13:06
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


Elle attendit, assise à même le sol. Elle se demandait bien comment elle pourrait lui parler. Elle avait déjà eu, dans son travail, à s’occuper d’enfants handicapés … cependant, ce n’était pas aussi grave que de la paraplégie, et c’était des enfants qui n’attendait en réalité qu’un peu d’amour. Elle avait eu aussi plusieurs handicaps mentaux et des enfants avec des difficultés mentaux tout simple. Elle ne voulait pas se concentrer sur les enfants avec l’homme, mais elle avait plus de facilité à se planter dans le coeur d’un enfant que celui d’un homme. Elle ne savait pas réellement comment réagir autrement. Elle se demandait combien petits autocollants il lui faudrait pour faire un coeur sympas en rouge. Il ouvrit la porte. Elle releva ses yeux et les planta dans ceux de l’homme sans bouger pour autant de sa position assise.

- J’ai compris. Mais ce n’est pas parce que j’ai compris que j’ai envie de me faire traiter ainsi et que je l’accepte. Si vous ne voulez pas que nous soyons amis, sachez que ça me dérange. Pourquoi voulez vous tant que ça que notre collaboration soit déprimante, malaisante et sans rire ?

Elle l’observait. Elle sait pourquoi. C’était évident et sur deux roues. Même si elle avait déjà rencontré des gens bien plus heureux, joyeux, et avenant qui avait subi la même chose que lui, ou quelque chose de similaire. Qu’est ce qu’il faisait que lui, là, était comme ça ? Elle se releva simplement pour s’approcher de la table. Elle lissa sa robe d’un geste simple. L’homme pouvait bien lui rouler dessus, il serait en tort.

- Ne pouvez vous pas me voir comme une alliée, au lieu que comme une ennemie ? Bien que j’ai besoin d’un salaire, c’est la vérité, je ne viens pas que pour ça.

Elle avait l’impression que l’homme pensait qu’elle n’était là que par besoin financier. Ou alors pour l’enquiquiner ? Elle était là pour être une aide. Elle soupira. Si l’homme ne voulait pas d’elle, elle ne pourrait rien y faire pour le moment … le temps aplatirait certainement la situation. Elle se demanda comment aller les enfants dont elle avait le dossier avant. Elle se demandait s’ils allaient bien. Elle n’avait pas l’autorisation de garder contact avec eux, après que leur dossier a été donné à un confrère. Elle secoua doucement la tête pour chasser les visages de ses anciens patients. La seule personne qui comptait pour le moment, c’était James.

- Puis-je faire quelque chose pour vous aider ?

Elle se nota à elle-même de prendre un livre la prochaine fois. C’était peut être une idée qui pourrait la sauver de longues minutes de solitude.


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 3947
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Ven 3 Déc - 17:38
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Bordel qu'est ce qu'elle pouvait être horripilante. Bien sur que je n'avais aucune envie d'être ami avec elle. Et je me foutais bien de savoir si elle désirait l'être ou non. Si ça la dérangeait tant que ça, elle pouvait bien partir. Ma mère en trouverait une autre, puis encore une autre, jusqu'à ce qu'elle finisse par abandonner et qu'elle m'aide à mettre à exécution mon plan. Alors bien sur que non je ne pouvais pas la voir comme une alliée. Elle était une des raisons qui faisait que je ne pouvais pas faire ce que je voulais de ma vie. Elle était une des choses qui me forçait à rester ici, vivant, enchainé à cette vie méprisable. Elle était le rappel constant de ma condition parce que si j'avais toujours été l'homme que j'étais autrefois, jamais elle n'aurait eu besoin de mettre les pieds ici. Elle était là pour me rappeler que je ne pouvais plus rien faire seul et que j'avais besoin d'elle. Et ça me suffisait pour la détester.

Je la foudroyais un peu plus du regard alors qu'elle me demandait si j'avais besoin d'aide.

- Si j'ai besoin de vous, je vous le demanderais. Pour le moment, attende que l'infirmière arrive pour qu'elle vous explique tout ce dont vous avez besoin de savoir pour effectuer votre boulot.

Et en attendant elle pouvait s'éclater à trainer sur les réseaux sociaux, à se plaindre à sa meilleure amie de son boulot horrible qu'elle venait d'accepter ou envoyer des sextos à son petit ami. Je n'en avais vraiment rien à foutre de ce qu'elle pouvait faire. Et je préférais perdre le peu d'usage de mon corps qui me restait plutôt que de lui demander de l'aide.

- Oh et je suis désolé de vous décevoir si je contrarie vos grands idéaux sur ce métier, si vous pensiez pouvoir venir en aide à un peu handicapé, me redonner le sourire et le goût de vivre et devenir ma nouvelle meilleure amie au passage. Ca n'arrivera jamais. Je veux juste que vous me foutiez la paix, mettez vous ça dans le crâne.

Je me détournais, refermant la porte derrière moi. Je la laissais pleurnicher dans son coin si elle en avait envie. Mais qu'elle ne vienne surtout pas me prendre la tête à nouveau. Je n'avais aucune envie de faire ami ami et ce n'était pas prêt de changer.

Une heure plus tard une des infirmières arriva en souriant. Elle alla se présenter à la jeune femme.

"Salut je suis Maria. Je m'occupe de James avec ma collègue Anita, même si c'est moi qui vient le plus souvent."

Elle la regarda un instant avant de soupirer.

"Laisse moi deviner... il t'a fait le coup de l'odieux personnage. Je ne veux pas qu'on sympathise ou quoi. Je veux juste qu'on me foute la paix et qu'on me laisse ruminer dans mon coin."

Clionestra
Messages : 486
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Lun 6 Déc - 18:33
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


Horripilante ? Elle ne se serait pas défini ainsi… un homme cependant en chaise roulante aurait bien sa place à côté du mot dans le dictionnaire. Elle lui tira la langue silencieusement quand il a eu le dos tourné. Elle fit un geste en mettant sa main contre son front dans un salut militaire.

- Oui, chef.

Se moquait-elle de lui ? Pas le moins du monde. Mais si l’homme ne voulait pas de relation amicale entre eux, alors il lui suffisait de le voir comme un sergent de l’armée … tiens, elle avait envie de regarder à nouveau Cadet Kelly. Peut être le ferait-elle une fois revenu à la maison.

Elle sourit quand il démolit son idée de départ, le fait d’aider son prochain. Elle sourit parce qu’assez étrangement, et avec une force que l’homme semblait totalement ignorer, plus il la repoussait, plus elle avait envie de le voir sourire, de lui faire avoir tort, et d’être son ami. Sa soeur lui disait souvent qu’elle avait une âme de masochiste … Cet homme lui montrait douloureusement que Prudence avait raison. Elle lui tira la langue. Ok. S’il ne voulait pas d’aide, elle avait bien d’autres méthodes pour donner un coup de main.

Elle prit son téléphone, et son sac, et commença à sortir des études sur les nouvelles sortes de psychiatrie pour les enfants. Elle lista plusieurs idées en mettant des noms comme « Emma », « Louis » et d’autres. Elle pensait souvent à ses patients, et ne voulait pas s’empêcher de chercher comment les aider malgré qu’elle n’en ai plus le droit.

Une heure plus tard, une jeune femme arriva.

- Enchanté, je suis Letty. En effet, pour le moment, je le laisse croire qu’il a gagné, le temps de trouver une idée pour lui prouvé qu’il a perdu d’avance.

Dit elle avec un sourire radieux vers la jeune femme et en lui tendant la main. Elle avait d’ailleurs réfléchit à plus d’une idée pendant ce temps. Elle ne savait pas exactement comment, elle ne pouvait pas faire comme avec un enfant et lui proposer une sucette pour qu’il se calme, mais elle trouverait. Elle avait d’ailleurs commandé à son libraire préféré plusieurs autres ouvrages de psychologie pour l’aider.

Elle n’était pas le genre de personne à penser tout savoir de la psychologie de tout le monde, et ça malgré son master et son doctorat. Elle savait qu’il y avait beaucoup de choses qu’elle ignorait … de plus, la plupart des gens qu’elle avait rencontré la prenait plus pour une assistante sociale que pour la psychiatre qu’elle pourrait être … Elle gagne moins d’argent ainsi, mais elle aide plus de monde, c’est ce qu’elle se dit en tout cas.


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 3947
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Ven 10 Déc - 18:38
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Oui chef... est ce qu'elle pouvait faire encore plus agaçante? Je n'allais vraiment pas la supporter longtemps celle là. Elle me sortait déjà par les yeux. J'allais en parler dés ce soir à ma mère. Il fallait qu'elle fasse plus attention en engageant le personnel. Ne se trouvait il donc pas dans cette ville à la con une personne qui sache se tenir correctement, qui fasse son boulot sans rien dire et qui ne décide pas de tenter de jouer la carte de la meilleure amie, la petite fille parfaite qui sourit sans cesse à la vie? Je n'aimais pas ce genre de fille. Je ne les avais jamais aimé avant et je les aimais encore moins maintenant. Je n'avais pas envie de sourire. Je n'avais aucune raison de sourire dans cette vie de merde et je ne voulais pas que quelqu'un se mette en tête de m'y forcer.

Je me concentrais sur ma musique, m'immergeant complètement dedans pour oublier tout ce qui me contrariait avec en tête de liste la petite chieuse de la pièce d'à côté.

Maria était arrivé entre temps. Il avait amorcé la discussion avec la jeune femme avant de très vite se mettre à soupirer. Connaissant le caractère de son patient, elle sentait que la cohabitation entre eux n'allait pas durer très longtemps. Soit elle craquait face à son caractère, soit il finissait par hurler sur sa mère pour la virer quand il ne la supporterait plus. Et ça risquait de ne pas tenir bien longtemps.

- Ce n'est pas une histoire de perdre ou de gagner. Si tu le prends comme ça, à vouloir lui imposer les choses, ta façon de voir les choses... je suis désolée de te le dire mais tu as perdu d'avance. Tu vas finir épuisée de lutter en vain et lui... il serait encore plus en colère que ce qu'il n'est déjà. Ce n'était pas un gamin qui boude sans raison. Il a ses raisons, d'excellentes raisons même d'être en colère. Il n'a pas besoin qu'on lui fasse la moral. Tu risques de te heurter à un mur de plus en plus épais sinon.

Elle haussa vaguement les épaules avant de laisser tomber le sujet. La jeune femme ferait comme elle voudrait. Si elle voulait jouer à celui qui gagne avec James, elle allait perdre. Elle se détourna pour sortir un classeur d'un placard et le lui montrer.

- Là c'est les médicaments qu'il doit prendre tous les jours, on fait une croix dans la colonne quand on les lui a donné. Ceux là c'est en cas de besoin, douleur, fièvre... tu as tous les protocoles de noter en cas de problème dans ces pages là. Et ici tu as tous les numéros de téléphone en cas d'urgence, le mien, celui de la mère de James... Tu as des questions?



Contenu sponsorisé
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra]
Page 1 sur 4
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Clionestra
» Avant la tempête (Ok fév 2022)
» Avant, j'étais schyzo
» Le calme avant la tempête [Kate/Luci]
» Clionestra Ralentis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: