Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
-37%
Le deal à ne pas rater :
Couette 2 places (220×240) – Polyester – Fabrication Française
29 € 46 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge

Pyramid Rouge
Messages : 422
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Pyramid rouge

Univers fétiche : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t4327-les-vagues-d-idees-pyramidales-ok-fev-2022 https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Mar 26 Oct - 14:25
2aff55591450511f951b7625ba89a0ea.jpg
Paulina

Gallinger
ID 197-PG

J'ai 30 ans et je vis à l’asile Brookhaven  dans le Colorado... Dans la vie, j’étais assistante dans un bureau et sur le point de toucher l’intégralité de l’héritage  de mon dernier parent -au détriment de mon frère -  selon son souhait…  décédé il y a peu , et je m’en sort mal. Sinon, à cause de mon innocence et mon inexpérience , je suis manipulable et enfermé à mon triste sort dans un nouvel asile.


???[

 superschool48 -Deviant Art
Rien de plus horrible, rien de plus triste que d’être un fantôme seul et triste parcourant le vide du monde à la recherche infinis et tortueuse de son propre corps. A la différence du fantôme d’un mort dont le corps est enterré, le sien est bien là quelque part, le cœur battant faiblement similaire à un frissons de paupières. Les larmes coulent de ses deux yeux. Car si une chose fonctionne toujours du coté de son œil borgne ce sont ses glandes lacrymales.Coup du sort à remarquer, un seul œil valide et pourtant les deux canaux lacrymaux pour pleurer, voilà tout le drame de Paulina Gallinger résumé en une  situation. Parfois, alors que sous cette forme la lune ne semblait jamais donner place au soleil  elle entendait des voix. Des voix s’agiter autour d’elle et surtout une seule et même voix. Une voix douce mais grave, une voix forte et pourtant si adaptable. Une voix qu’on ne peux pas oublier, une voix qu’on ne peux pas ne pas reconnaître.

- Scarlet ?

Fit la pauvre Paulina en regardant autour d’elle perdue vacillant dans l’air comme une petite flamme de gauche à droite les yeux pleins d’eau, les joues devenus cascades.

- Scarlet je vous en prie ! Sauvez moi ! Venez me chercher je suis perdue ! JE SUIS PERDUE !

S’agitant dans l’air en hurlant, la voix de Scarlet était comme un chuchotement, elle ne pouvait comprendre exactement ce qu’elle disait c’était un peu similaire à un écho lointain et lent. Les larmes devenaient de plus en plus grosses dans la paupière,  car la pauvre jeune femme dans son seul moment de lucidité se voyait et surtout se comprenais plus seule que jamais elle ne l’avait été…

- Je suis perdue...

Chuchota t-elle vaine d’espoir qu’on puisse l’aider. Elle avait vu de si affreuses choses, elle devait le dire, elle devait empêcher le malheur de recommencer. Quelque part cette mission dont elle en fit la sienne la motiva à retrouver son corps et pour une fois la jeune femme se sentait utile. Elle le serait, plus que jamais. Elle devait leur dire. Leur dire clairement. Ce ne serait pas facile avec la folie qui l’habite et l’empêche parfois d’avoir accès à la moindre goutte temporelle de lucidité et d’intelligence. Se relevant dans un petit nuage de sable relevé par le vent qui soufflait bien elle repris la route pleine d’ardeur de retrouver son corps avant qu’il ne soit peut-être trop tard.
Errant comme ça dans le désert d’Arizona il lui parut milles ans d’errance en seulement sept jours matérialisé sous la forme d’un coma pour son corps…
Aussitôt qu’elle vit Lake Country elle se sentit mieux et retrouver son corps ne semblait plus si improbable. Cependant la jeune femme avant de jeter dans son corps se décida d’aller à la prison ou Brodie était retenu prisonnier.  La bas, elle entra sans peine dans sa cellule. Il était assis là sur sa couchette trop petite pour lui, l’air triste et ce regard qui paraissait éternellement triste. En le voyant son fantôme si on peut appeler cela ainsi s’agenouilla face à lui et de ses deux mains elle avait saisi ses joue en le regardant dans les yeux sans qu’il ne le vois et elle prononça.

- Un jour vous sourirez à nouveau Brodie. Je vous le promet.

Un baiser sur le front et elle s’en alla le cœur lourd et sur le chemin de l’hôpital elle vit le cinéma. Cela lui arracha un sourire et curieuse elle y alla mais Matthew n’était évidemment pas là… Elle le chercha mais le jour se levait et il fallait absolument qu’elle rejoigne vite son corps…

Se réveilla dans un sursaut affreux elle se releva et  tira toutes les machines auxquels on l’avait relié pour la maintenir en vie. Des infirmières ne tardèrent pas à arriver pour s’occuper d’elle.

- Scarlet ! Je dois parler à Scarlet maintenant ! S’il vous plaît ! Appelez là maintenant ! Je n’ai pas beaucoup de temps s’il vous plaît !  

- Schuuuut Paulina, Paulina Paulina. Calmez-vous vous allez vous faire mal. Calmez-vous tout vas bien.

- Non vous ne comprenez pas s’il vous plait ! Non pas ça. NON !

Évidemment ce genre de réaction était toujours accompagné d’une intramusculaire qu’elle connaissait bien. l’Antipsychotique. Ce médicament inondant son cerveau c’était comme après des électrochocs on sentait son cerveau lourd comme une pierre et on peine ne serait-ce qu’a respirer convenablement et cligner des yeux régulièrement. Calme allongée dans son lit à  regarder le plafond tout ce qu’elle réussi a penser c’est : Noir. Casier. Main. Cris. Pleurs. Sang. Sirène. Cendre. SC-02. Droite. Escaliers. Rouge. Diable. Tournesol. Blanc. 696. Attachée. 150. Tandis que les infirmières tournent autour d’elle comme des piranhas affamés.

- Appelez madame Elkins. Vite.
Pyramid Rouge
Messages : 422
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Pyramid rouge

Univers fétiche : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t4327-les-vagues-d-idees-pyramidales-ok-fev-2022 https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Jeu 28 Oct - 21:09
1609025534-5555.jpg
Scarlet

Elkins

J'ai 44 ans et je vis à Lake Country dans le Colorado... Dans la vie, je suis Psychiatre en proie de devenir directrice de l’institut psychiatrique de Mount Massive et je m'en sors, à merveille. Sinon, grâce à mon charme et mon intelligence , je suis irrésistible.

I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 58T9
???

Zarnala-Deviant Art
- Quand elle à produit sa crise que vous a t-elle dit exactement s’il vous plait ?

Laissant les infirmières lui répondre elle remarque que l’encéphalogramme de la jeune femme s’agite et cela la questionne alors qu’elle exerce une rapide évaluation de l’état de sa patiente. Elle comprend alors de quoi il s’agit elle comprend que Paulina comme elle lui avait confié s’adonne réellement à sa forme de Walrider quand elle dort. Se mettant devant le moniteur relié à sa tête pour n’éveiller aucun soupçon elle écoute l’infirmière puis lui demande de partir. Caressant le visage de Paulina elle prend le temps de lui brosser ses long cheveux.

- Ah Paulina, ma douce Paulina quand est-ce que vous allez prendre soin de vous… Assisse sur le rebord du lit elle brosse ses cheveux avec un sourire.- Vous êtes si belle, vous le savez ? Mardi prochain,vous et Brodie serait transférés dans des appartements thérapeutique afin que je puisse m’occuper de vous de plus près.

Faisant une pause elle soupire. Elle remarque que lui parler la fait réagir et que son encéphalogramme s’excite.

-Revenez Paulina. Revenez vite je viens vous chercher mardi….

Comme d’habitude elle finit par lui caresser la tête délicatement, remettre son oreiller et ses cheveux avant de s’en aller et revenir chaque jour...

***

- Mon petit cœur, il faut se réveiller.

Collée au bord du lit à barreaux de sa fille, la mère sortie du lit semble pourtant malgré tout tirée à quatre épingles. Ses cheveux noirs sont lâchés mais à peine en pagaille, son visage sans maquillage étincelle malgré tout et dans son long kimono de soie elle semble déjà habillée. La main sur le ventre de sa petite elle lui sourit en la voyant se réveiller avec difficulté. Doucement dans des caresses terriblement douce elle la stimule à se réveiller en douceur puis finis par la prendre dans ses bras. Toute endormie elle se laisse faire ferveur et regarde sa mère avec des petits yeux verts pleins de fatigues.
Elle est affreusement attendrissante.
Ses petits cheveux sont blonds en pagaille sur son petit crâne.  
Une fois assise dans sa chaise haute, elle est affalée et peine à se tenir. Elle dort beaucoup, elle n’est pas propre et ne parle que très peu malgré les sollicitations de se parents... A bientôt quatre ans elle semble n’en avoir pas plus de deux au grand regret de Scarlet qui s’en veux plus à elle-même qu'a cette pauvre enfant dont elle est éprise. Rapidement Anìbal prend les devants et s’occupe d’elle avec beaucoup de maîtrise et de douceur. Devant son père elle semble plus ouverte et s’agite de joie à l’idée qu’il la prenne dans ses bras. Pendant ce temps Scarlet prépare le petit déjeuner tranquillement avant de regarder les dernières nouvelles qu’on lui a laissé par messages sur son téléphone portable. A la vue de cela Anibal soupire et grognerait presque.

- Qu’est-ce qu’il te veulent encore à la prison ou l'hôpital ? Ça ne leur suffit pas que tu vienne chercher Moore mardi prochain ? Tu es tout le temps fourré là-bas

- Anibal ne commence pas. On en à déjà parlé 100 fois, c’est mon travail. Et non, ce n’est même pas la prison. C’est à propos de ta nièce, tu te souviens elle s’appelle Paulina… Elle est tombée dans le coma après une grosse crise psychotique. Mais c’est vrai que tu t’en fiche.

Si ils avaient été face à face sans la petite elle aurait sûrement rajouté que c’était en partie sa faute si elle était dans cet état pitoyable. Sa phrase est piquante et acérée et ça suffit... Anibal à l’habitude et il préfère en sourire, maintenant qu'il à sa fille il n'est plus seul. Mais il riposte en douceur et plus pour essayer d'impliquer Scarlet dans la vie de leur enfant qu'autre chose...

- Ce soir la petite à rendez -vous avec le kiné tu te souviens ? J’aimerais bien que tu l’emmène Scarlet, ça lui ferait du bien de voir que sa mère aussi veut l’aider à évoluer et la soutiens.

- Je sais… Mais c’est encore trop dur, je n’arrive pas à supporter ses pleurs pendant les séances, ils me brise le cœur et sonne comme des reproches tu le sais… Je… je préfère la soutenir autrement.

Un silence pèse un peu. Scarlet bois un café et mange à peine les yeux vide. Elle sait qu’elle n’est pas la meilleure des mères, qu’elle devrait faire plus et ça la culpabilise déjà tant… Elle sait qu’Anibal sait. Elle sait qu’il comprend et qu’il supporte et en cela, ça lui rappelle pourquoi elle l’aime. Mais c’est dur parfois.

-Je sais que c’est dur, tu crois que c’est facile pour moi ? Mais c’est mon rôle de tenir sa petite main et d’être à ses cotés pendant ces moments difficile. C’est sûrement plus difficile pour elle que pour nous. Je sais que tu l’aime et qu’elle aussi, je sais que tu fais ce que tu peux et que tu t’en veux pour son handicap mais Scarlet tu ne pourra pas te cacher à ton travail éternellement...

Un silence fend l’air et l’enfant babille un peu en secouant maladroitement un jouet dans ses mains, quémandant l’attention de son père. Scarlet serre le poing et sur la table et finis par se lever pour aller rejoindre sa chambre afin de poursuivre sa préparation.

- Entendu...Je l’emmènerais je te le promet.

Quelques gestes élégants pour s’habiller et il est l’heure d’y aller. Un baiser sur le front de sa petite fleur, un pour son mari et sa présence s’évanouit dans la nature. A chaque départ elle à l’estomac noué car la petite se met à pleurer, elle n’est pas encore à l’aise à l’idée que ses parents s’éloignent d’elle…

Prenant la direction de la prison c’est aujourd’hui que se dégage les nuages d’un lourd passé pour Brodie et peut-être aussi Paulina si seulement elle se réveillait.  Arrivant sur le parking le vent souffle et elle prend le temps de se remettre du rouge a lèvre pour toujours contrôler l’intégralité de ce qu’elle peut en ce qui concerne son apparence.
Sortant de la voiture elle  marche pour rejoindre l’office ou elle doit encore signer les derniers papiers mais alors qu’elle traverse le grand parking, son téléphone sonne et elle s’arrête pour répondre voyant que c’est l’hôpital. Le regard allant dans tous les sens une expression de joie la caractérise et elle voit en relevant  alors les yeux :  Brodie, dehors l’attendant docilement avec son air si triste qu’on en dirait qu’il n’est tout simplement plus habité. Dans toute la tristesse de le voir ainsi elle lui sourit après avoir raccroché et elle ne le lâche pas des yeux. Lui souriant pleinement elle est heureuse de le voir dehors, de voir qu’elle a réussi à le sortir de là, de cet enfer qui n’en est qu’un autre parmi tout ceux qu’il à  dû vivre mais elle a réussi et maintenant plus jamais il ne connaîtrait d’enfer. Tant d’émotions se presse dans le cœur de la psychiatre. Bientôt, il sourira de nouveau, bientôt il sera guérit. Elle s’en faisait de nouveau la promesse.

- Bonjour Brodie vous-êtes prêt ?

Elle sait qu’il ne répondra pas ou pas grand-chose,  mais doit-on éviter de parler aux muets sous prétexte qu’il ne pourrons pas donner de leur voix pour répondre? Eh bien avec Brodie c’est le même principe même si il n’est pas muet. Il faut qu’il se sentent à nouveau vivant. Signant le dernier documents de sortie au gardien qui était a ses cotés elle le laisse partir et se retrouvant seul avec lui, cet homme devenu géant, elle  fouille dans le sac de toile large sur son épaule et y sort une très grande veste de laine dont s’écoule une étiquette dans le col intérieur.  Souriante elle le tend à Brodie.

- Tenez, c’est pour vous, je me doutais qu’il ne vous donnerez rien de bien chaud pour vous couvrir. Mais le vent est bien là.

Le laissant s’enquérir de ce cadeau elle se dirige à nouveau vers le voiture en se forçant à ne pas venir lui prendre la main. Elle aimerait le faire mais ce serait sûrement déplacé alors elle ne le fait pas. L’attendant pour aller à la voiture elle en profite pour lui annoncer la bonne nouvelle qu’elle à reçue.

- Paulina s’est réveillée de son coma tôt ce matin, nous pourrions aller la chercher . Vous sentez-vous capable Brodie de la revoir maintenant et de m’accompagner la chercher ? Si vous préférez ne pas être là ou que quelques chose vous gêne à l’idée de faire cela, quoi que soit il faut que vous me le disiez. On est pas obligé d’y aller maintenant entendu ?  

Jo'
Messages : 522
Date d'inscription : 21/08/2019
Région : Grand Est
Crédits : William Turner & Alfons Mucha

Univers fétiche : /
Préférence de jeu : Les deux
cat
Jo'
Ven 29 Oct - 8:38
mini_200802063244545047.png
Matthews Herald
J'ai 28 ans et je vis dans le Colorado, USA. Dans la vie, je suis sans emploi depuis le "licenciement technique" du Mount Massive Asylum et je m'en sors mal. Sinon, à cause de ma situation délicate, je suis célibataire.



?? :copyright: ??
Le café dépose un peu de sa mousse dans la tasse, une mousse factice produite par la compression mécanique d'un café bon marché par la machine à dosettes. Il fait encore nuit noire dehors, l'hiver rampe sur les talons de Matthews, s'infiltre dans son appartement. De l'autre côté de la table basse chante le billet d'informations - untel a été élu maire, unetelle a été poignardé par un alcoolique en sortant du bar, un autre encore raconte comment il a fondé sa concession d'automobiles d'occasion. Il n'y a aucune hiérarchie dans le pêle-mêle des nouveautés.

Mais quand passe le discours de Jérémy Blaire sur son hypothétique reconversion en sécurité médicale 4 ans après les faits, Matthews éteint le poste qui lui renvoie qu'il n'a toujours rien fais de concret pour soigner sa culpabilité. Mais que faire ? Sa famille est elle aussi menacée s'il parle, il ne peut décemment pas fuiter ce qu'il a vu à Mount Massive. Lorsque, il y a quelques années, il avait vu que l'asile avait changé de propriétaire, il était rassuré. En constatant que sa nouvelle détentrice n'était autre que la femme d'Anibàl, celui que Matthews sait être responsable des exactions déjà commises, il l'était beaucoup moins. C'est pour cela aussi qu'il visitait l'absente Paulina : se réparer une conscience sans se mettre en danger.

On est mardi. Matthews enfile un chandail sous son écharpe, égare quelques doigts dans ses cheveux pour les défaire de leur pli matinal, et saute dans sa voiture armé d'un sandwich - il ne sait rien du coma qui aura duré toute une semaine. Il en a pour quelques heures de route avant d'atteindre l'hôpital de sa Raiponce.

*

En arrivant en toute fin de matinée et rouillé par ces heures assises, le jeune homme ne prend pas attention aux voitures garées là. Il s'annonce au guichet comme il en a l'habitude, la dame à l'accueil le reconnaît bien sûr et s'habille d'une expression incommodée.

"Ah, Monsieur Herald ! Je me demandais quand vous arriveriez.
- Oui ? Euhm, je viens visiter Paulina Gallinger, comme toujours.
- Justement, j'espérais que ça se goupillerait autrement mais elle vient de quitter notre service.
- Quoi ? Mais pourquoi, et où est-elle à présent ? Avec qui ? Personne d'autre ne vient la voir !"

Comment oserait-on piller l'oiseau de sa cage ?

"C'est une information confidentielle, je suis navrée. J'aurais vraiment aimé que vous puissiez la voir avant qu'elle ne parte, vous venez de la louper."

Matthews fait volte-face et sort du complexe hospitalier comme d'une bourrasque, se répétant à bas mots "Merde, putain. Putain de merde." Il sait mal comment formuler ce qui se bouscule dans son esprit. Cette éprise papillonnante pour Paulina brisée. Les chances de se racheter une place au paradis déchirées. Mais surtout, que va-t-elle devenir ? Elle si fragile, friable même, incapable d'assembler deux idées, qui a bien pu penser qu'elle serait à même de changer d'environnement ? Peut-être est-ce un transfert ? Ainsi qu'une bête en cage, Matthews fait des allées et venues sur le parking de l'hôpital, incapable de se rassembler dans le calme nécessaire à la conduite.

Mais c'est alors qu'il l'aperçoit du coin de l'oeil sortant pas l'issue des urgences. Entre les images publiques d'elle et le portrait qu'il s'est gravé dans l'ascenseur la nuit où le Walrider s'est incarné, il la reconnaîtrait entre mille. Scarlet Elkins. A tous les coups, elle est fourrée là-dedans. Il la voit seule et ne connaît pas sa voiture, aussi ne peut-il pas même voir Paulina et Brodie patientant sagement dedans que quelque paperasse soit achevée. A pas de course, il se dirige vers elle pour l'intercepter avant qu'elle n'atteigne son véhicule.

"Eh ! Vous ! C'est vous qui avez emmené Paulina ?"


I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532433I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532434
"Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir" - Boris Vian
I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 76406_10
Jo'
Messages : 522
Date d'inscription : 21/08/2019
Région : Grand Est
Crédits : William Turner & Alfons Mucha

Univers fétiche : /
Préférence de jeu : Les deux
cat
Jo'
Ven 29 Oct - 8:39
captur21.png
Brodie Moore
J'ai 36 ans et je vis en prison, Colorado, USA. Dans la vie, je suis détenu et je survis. Sinon, grâce à mes névroses, je suis fou de mon ancienne supérieure et je le vis plutôt dans une souffrance extatique.

Elle est partout dans la voiture, si présente qu'il ose à peine toucher sa ceinture pour l'attacher - et d'ailleurs, il a du mal à la comprimer sur son torse. L'infirmier est devenu si sensible au toucher qu'il a arraché la moindre étiquette du gilet offert par sa douce - qu'il a, bien sûr, eu grand peine à accepter. Son odeur dans l'habitacle est partout, il a repéré un long cheveux noir  égaré de la tête de sa muse tout proche de son pied au sol, lui se sentant si épais assis côté passager craint que leurs épaules ne risquent de se frôler alors qu'elle plonge son bras pour empoigner le levier de vitesses. Qu'elle lui parle de Paulina le bouscule un instant. D'abord, il doit la resituer dans sa mémoire ; puis il avale la charge émotionnelle que les souvenirs qu'il a partagés avec elle soulèvent, entre leur baiser et l'horreur du moteur morphogénique ; enfin il lui faut élaborer un avis. D'une part, ajouter une personne dans cette voiture avec qui il a autant d'affect le tend énormément - le lieu clos en lui-même est déjà anxiogène pour le presque quadra. D'autre part, s'il refuse et qu'elle le dépose dans l'appartement pour retourner chercher Paulina, il va encore une fois être seul. Être seul sachant qu'il pourrait être avec Scarlet est un pire châtiment qu'être seul pour l'éternité.

Il consent donc à l'accompagner pour récupérer la douce éperdue.

*

Scarlet accompagne Paulina à la voiture mais a quelques rapides choses à régler qui la rappellent à l'intérieur. Aussi, pour leur propre sécurité, elle les enferme. Brodie en profite pour détailler son ancienne patiente : sa maigreur continue à lui donner des traits malades mais elle n'est plus aussi étique qu'elle l'était lorsqu'il la cachait ; elle est toujours très jolie mais ses yeux ont perdu une lueur. L'infirmier reconnaît pourtant très bien celle qui était enamourée de lui - l'est-elle encore ? - mais surtout celle qui l'apaisa lorsqu'il se transcendait dans les nanoparticules de ce qui aurait pu devenir le Walrider. Comment aurait été l'histoire si c'était lui, et non Billy Hope, qui s'était changé ? Ces considérations se viennent seule à son esprit et il parvient mal à les chasser : lorsqu'il voit Paulina, il ressent exactement ce qu'il traversait dans le spectre de Billy, cette forme d'intercommunication entre ceux et celles qui ont été transfigurés par Wernicke.

La sensation d'inconfort lui paraît atroce et il aurait aimé ne jamais la revoir, pour dire vrai.


I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532433I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532434
"Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir" - Boris Vian
I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 76406_10
Pyramid Rouge
Messages : 422
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Pyramid rouge

Univers fétiche : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t4327-les-vagues-d-idees-pyramidales-ok-fev-2022 https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Lun 8 Nov - 12:56
1609025534-5555.jpg
Scarlet

Elkins

J'ai 44 ans et je vis à Lake Country dans le Colorado... Dans la vie, je suis Psychiatre en proie de devenir directrice de l’institut psychiatrique de Mount Massive et je m'en sors, à merveille. Sinon, grâce à mon charme et mon intelligence , je suis irrésistible.

I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 58T9
???

Zarnala-Deviant Art
Il consent comme un mort consentirait. Silencieux il est là sur le siège avant, avec cet air entre souffrance permanente et mélancolie. C’est vraiment difficile de le voir ainsi mais quelque part elle ne peut s’en prendre qu’a elle-même. C’est son devoir de l’aider. Toujours souriante et positive elle lui sourit de temps a autre durant le trajet et lui parle un peu de ce à quoi il va avoir accès. Elle se doute qu’il s’en fiche ou que présentement ça ne l’intéresse pas car il se croit mort en quelque sorte mais c’est important de lui parler. De lui parler pour que quelque part sa conscience s’éveille et lui dise qu’il est bien vivant, cabossé mentalement mais bien vivant… La route jusqu’à l’hôpital est assez courte, voyant la discipline de Brodie elle ne s’inquiète pas qu’il s’en aille et le laisse patienter un peu le temps d’aller chercher Paulina.

- Je me dépêche. Je n’en ai pas pour très longtemps.

Encore une fois un sourire. Anibàl serait fou si il voyait Scarlet sourire autant de fois à une personne qui n’est pas lui ni leur fille. Si Brodie le savait ça … Se levant elle va, elle file à coup de talons aiguilles dans les couloirs signe tous les papiers de transfert avant d’arriver dans la chambre de la belle. La belle borgne. Elle est bien réveillée et peu sédatée, alors dans sa conscience inconsciente quand elle voit Scarlet elle sourit comme si quelqu’un venait la libérer d’ici, même si elle n’y ai pas mal mais surtout parce qu’elle sait qu’elle ne peut tout dire qu’à Scarlet. Tout ce qu’elle a vue. Venant doucement se serrer contre elle, Paulina à besoin d’être aimée profondément et choyée, toute frêle et folle qu’elle est. Scarlet l’accueil comme un parent le ferait et elle ne s’en veux pas car elle reste un peu sa nièce à elle aussi même si c’est  indirect. Lui caressant la tête délicatement elle lui sourit et lui tend a elle aussi un petit sac. Il s’agit d’un jolie manteau de couleur rose, un rose pâle très doux qui ira à merveille avec ses petites joues toujours bien rouges. Sur la capuche il y a brodé au bord un tube de poils blanc qui donne l’impression quand elle rabat la capuche sur sa tête qu’elle est un  petit esquimau. Elle a tellement maigris que ce manteau même dans la plus petite taille adulte possible lui est un peu grand.

Touchée elle sourit un peu de façon simplette heureuse d’avoir un présent et viens prendre la main de Scarlet pour la laisser l’emmener. Elle n’a aucune idée de quel jour ni quel heure il est… Elle sait qu’elle doit parler à Scarlet mais en fait la sédation lui brouille le cerveau et elle a retrouver son état de conscience inconsciente de non saine d’esprit.

- Allez , venez Paulina. Brodie est dans la voiture. Vous voulez le rejoindre en attendant que je signe les derniers papiers ?

La menant dans le couloir, elle bouge avec difficulté et marche lentement, elle secoue la tête les joues rouges l’air timide.. Scarlet veille à ce qu’elle ne tombe pas et la mène vers sa voiture elle-même la constatant timide. Lorsqu’elle voit le véhicule, Paulina reconnaît les cheveux blonds de Brodie au loin et elle s’éloigne en courant délicatement pour aller s’engouffrer dans la voiture derrière le siège conducteur pour revoir Brodie. Souriant à ce spectable, Scarlet marche paisiblement ne s’affolant pas et espérant que les retrouvailles serait stimulante pour les deux et galvanisante pour une guérison durable. Néanmoins avant d’atteindre sa voiture, une voix l’arrête semi colérique et paniquée. Se retournant, elle reprend son expression froide et sérieuse pour se retourner et replacer ses cheveux un peu déplacé par le vent qui piquait la peau pour mieux la congeler.

Voyant un jeune homme trottiner jusqu’à elle elle ne met pas longtemps à le reconnaître. Matthew. Le jeune affecté à la sécurité, sortie en même temps qu’eux tous de l’enfer de l’hôpital… Quelque part au fond d’elle elle lui en veux un peu, il a abandonné son mari et la laissé se faire massacrer et se débrouiller. Même si Scarlet était toujours prête à reconnaître que son mari était un sombre fils du p***… Aujourd’hui elle doit avouer qu’elle ne pourrait pas vivre sans lui, même si ça lui fait mal à l’ego.  Soupirant un peu elle profite de cette entrevue pour allumer une cigarette en quelques gestes toujours élégant. En fait elle est perplexe à ce jeune homme mais il semble épris de Paulina et est le seul avec elle a l’avoir visité sans relâche depuis des années. Et pour ça, elle ne peut pas le détester totalement. De plus elle ne le connais pas alors tout en restant prudente elle reste ouverte à le connaître.

- Bonjour, Monsieur Herald c’est ça ? Elle avait lu son nom sur le registre des visites de Paulina. Oui, c’est moi qui emmène Paulina. Loin de la surveillance de Murkoff et près de moi pour veiller sur elle...

Elle le regarde en rejetant a intervalles réguliers sa fumée, le toisant un peu, intimidante pour voir si il était plutôt hostile ou non. De marbre elle voyait qu’il semblait agacé de ne pouvoir la voir.

- Cela pose un problème peut-être ?


SPOILER:
Pyramid Rouge
Messages : 422
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Pyramid rouge

Univers fétiche : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t4327-les-vagues-d-idees-pyramidales-ok-fev-2022 https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Lun 8 Nov - 19:27
2aff55591450511f951b7625ba89a0ea.jpg
Paulina

Gallinger
ID 197-PG

J'ai 30 ans et je vis à l’asile Brookhaven  dans le Colorado... Dans la vie, j’étais assistante dans un bureau et sur le point de toucher l’intégralité de l’héritage  de mon dernier parent -au détriment de mon frère -  selon son souhait…  décédé il y a peu , et je m’en sort mal. Sinon, à cause de mon innocence et mon inexpérience , je suis manipulable et enfermé à mon triste sort dans un .


???[

 superschool48 -Deviant Art
De nouveau enfermée dans sa folie la pauvre Paulina ne fait plus que bégayer dans des râles difficiles ses mots. Mais en les disant elle ne comprend même plus leur sens. Étalée au fond de son lit elle est entre deux feux et semble réveillée mais le cerveau éteint. Effectivement, plus de problème plus de soucis, c’est juste paisible. Elle sait qu’elle doit parler. Qu’elle doit parler à Scarlet mais de quoi ? Pourquoi devait-elle lui parler ça elle ne s’en souvenait qu’à moitié. Tout ce qu’elle se souvenait c’est qu’elle avait eu peur. Mais avec ce liquide dans les veines c’est impossible de s’exciter, c’est impossible de penser sans oublier à la seconde suivante… En fait son maigre état de conscience s’est éteint et la revoilà dans la sagesse de la folie ; Maintenant inerte et calme des soignants tourne autour d’elle et s’atèles aux tâches quotidiennes de soins. Rapidement habillée d’un t-shirt blanc de la plus petite taille possible mais toujours trop grand et d’un pantalon gris, elle est calme et se laisse faire reprenant doucement un état d’éveil plus intense. Attendant sur son lit on lui à dit que Scarlet venait la chercher mais elle n’était pas capable de se réjouir car elle ne se souvenait pas de tout ses efforts qu’elle avait fait pour revenir à temps juste pour cela.


Elle était simplette-ment heureuse de tout et de rien. Seulement lorsque Scarlet s’avança elle ne pu s’empêcher comme un petit aimant attiré par ses bras de venir se serrer un peu tout contre elle comme si elle était un refuge…
L’étreinte est douce et agréable et elle se laisse emmener sans discuter d’accord pour tout ce qu’on voudras lui faire. Heureusement pour elle aucun mal présentement.  A la question de Scarlet elle refuse. Elle est timide et pourtant elle sent dans son estomac l’excitation de le revoir : Brodie Moore. Le chevalier des cendres qui l’a sauvée de tout. Sans lui elle serait morte, sans lui elle serait triste, sans lui elle serait seule dans ses voyages de corps intangible. Jamais elle n’oublierait son chevalier mais jamais il ne l’aimerait. Et pourtant, l’aimer pour elle-même lui suffit. Tout ses petits frémissements qui renaissent dans son cœur doucement sont comme un cadeau, un cadeau qu’elle chérie et qui la rend émue incapable de parler. Les mains un peu moites, elle se languit de le revoir juste pour le plaisir de son œil, voir qu’il est heureux ou même triste et avoir envie de lui offrir de petits bouquets de fleurs sauvages, de l’aide et de la douceur de vivre. Paulina aime le fait de l’aimer et c’est son petit secret. Scarlet l’a deviné mais jamais elle ne dit mot à ce propos.

S’approchant de la voiture, ses cheveux d’or se distingue et se sentant flotter vers lui elle se dépêche de le rejoindre dans la voiture. Assise sur le siège arrière son petit cœur s’emballe et rien que ça rien que ce sentiment de joie viens exciter ses neurones endormis. Lui souriant ses joues sont roses a cause du froid. Elle est très maigre mais elle est toujours belle, ses cheveux bruns sont devenus si longs qu’ils touche presque la banquette arrière. Le regardant simplement elle attend avec une impatience de gamine son premier regard sur elle.  Quand il la regarde elle a du mal à comprendre. Du mal à  comprendre pourquoi il ne réagit pas. Ça fait mal mais elle ignore cela, elle l’aime avec plaisir et rien ne pourrait arrêter cet amour. Ses yeux sont plus fin, tiré par ses traits fatigué ou par le temps. Il est encore plus beau qu’avant et son regard gèle sur place la jeune femme éprise. Elle peine à parler. Elle a tellement de chose à lui dire. C’est fou, sa respiration s’accélère et sa langue bouillit de vomir des mots mais c’est difficile car il n’a pas l’air heureux du tout de la voir, son air est plus triste encore que ce qu’elle voyait lorsqu’elle le visitait aussi invisible qu’une morte. Sa langue semble pétrifiée comme si son cerveau la bloquait volontairement pour éviter quoi que ce soit.

- Je suis contente de vous revoir.

Elle n’arrive a dire que cela en le regardant dans les yeux espérant retenir assez longtemps son regard pour qu’il lui sourit un peu, ou grimace simplement moins. Sans relâche elle sourit et ses petits frissons qu’elle a dans le cœur semble s’écrouler face à ce regard aussi froid qu’un glacier. C’est difficile de sourire maintenant mais elle continue et les larmes montent aux creux de ses paupières.  Elle se retient alors de toutes ses force car quand elle pleure, de son œil borgne ne coule qu’un liquide rougeâtre atroce qui fait mal. Elle ne veut pas qu’il la voit ainsi alors elle tourne le regard et comme une huître se referme sur elle même en boule cachant ses yeux dans ses bras posés sur ses genoux rabattu contre elle.

-Mon coeur, veut dire pardon et merci mais… mais…

Le cerveau s’embrouille, les larmes et la frustration de ne réussir à décrocher mot montent et  c’est difficile de suivre, vivement que Scarlet arrive...

-Mais ça n'apaisera rien des horreurs que vous avez vécu...
Jo'
Messages : 522
Date d'inscription : 21/08/2019
Région : Grand Est
Crédits : William Turner & Alfons Mucha

Univers fétiche : /
Préférence de jeu : Les deux
cat
Jo'
Mar 9 Nov - 9:02
mini_200802063244545047.png
Matthews Herald
J'ai 28 ans et je vis dans le Colorado, USA. Dans la vie, je suis sans emploi depuis le "licenciement technique" du Mount Massive Asylum et je m'en sors mal. Sinon, à cause de ma situation délicate, je suis célibataire.



?? :copyright: ??
Ah oui, ça il en est sûr. Ce cheveux foncé, ces lèvres rouges, une voix suffisante et un port de tête mondain : oui, c'est bien elle. Scarlet Elkins. Et elle aurait posé la main sur sa douce Paulina. Matthews enrage, il ne croit pas un mot de ce que lui dit la spécialiste, il est convaincu qu'elle va emmener sa frêle Raiponce pour poursuivre les expérimentations dans son coin, il est torturé par cette anguille qu'il sent poindre, il ne peut la séparer de l'image de cet époux atroce qui chapeautait la torture médicale de Mount Massive. Le jeune homme tourne nerveusement la tête pour sonder la silhouette de Paulina sur le parking mais, ne connaissant pas le modèle de voiture de Scarlet, il ne peut la deviner dans un véhicule. Cet échec retourne son attention vers la docteure.

"Evidemment que ça me pose un problème, profère-t-il dans ses dents sans toutefois lever la voix. Votre mari était dans les immondices jusqu'au cou ! Si vous pensez que je vous fais confiance..."

Il entame alors de l'appeler à défaut d'autre chose. "Paulina ! Paulina !!" Mais comme plus tôt, ce nouvel échec l'oriente à nouveau vers Scarlet tandis qu'il se figure sa douce est déjà loin. Il est un peu plus petit qu'elle perchée sur ses chaussures longilignes mais il approche son visage pour donner du relief aux menaces qu'il s'apprête à tonner.

"Ecoutez-moi bien, Elkins, j'ai pas l'intention de la laisser vivre ce que vous lui avez déjà fait traverser. J'ai pas l'intention de laisser quiconque vivre ce qui a été vécu à Mount Massive. Vous pouvez en être certaine."

Ce faisant, il tourne les talons sans demander son reste et s'engouffre dans sa voiture en claquant la porte avec violence, d'une façon telle que, ne voyant pas sa boucle de ceinture pendre de l'habitacle, il rompt le joint de la porte dessus. Ce détail, et le sifflement insupportable du vent par cette brèche durant ses nombreuses heures de route, ajoutent à son humeur massacrante. Il est flashé pour excès de vitesse.

*

La menace que l'histoire de Mount Massive se répète existe bel et bien en effet, mais Matthews se trompe de cible - ce n'est pas de Scarlet, désormais sur un chemin de repentance, dont il devrait s'inquiéter. C'est de Blaire et d'une poignée d'inconnus. Qu'à cela ne tienne, Matthews n'en sait rien, mais il le découvrira bientôt. Puisqu'il ne peut plus diriger son énergie coupable dans les visites qu'il rend à Paulina, le jeune homme mû par une angoisse qui lui fait oublier sa paranoïa décide d'enquêter avec ses faibles moyens. Il se rend dans un cyber café à plus de deux heures de chez lui où il donne un faux nom pour le registre et paye en liquide, prenant soin de couper son téléphone pour ne pas être tracé. Afin de contourner les restrictions du lieu, il change son IP et utilise un navigateur privé et de fil en aiguille, il dégringole les informations jusqu'en Arizona.

Evidemment, il ne s'agit pas là de documentation sur les expériences en cours qui sont jalousement gardées par les spécialistes de cyber sécurité de Murkoff Corp., mais des articles indépendants relatent de faits dont Matthews fait le rapprochement avec Mount Massive. Un cadavre retrouvé aux abords du désert dont les photos laissent voir des difformités qu'il reconnaît très bien. Un foetus perdu sans mère qui lui rappellent les comptes-rendus qu'il a lus dans le bureau d'Anibàl durant la nuit fatidique. Un couple de journalistes portés disparus, comme celui qui s'était introduit dans l'asyle et dont ceux qui étaient concernés avaient entendu parler plus tard. Des documents épars qu'il recoupe avec les rappels traumatiques qu'il subit encore au quotidien.

Et si ... ?

Et si le lieu d'expérimentation avait changé ? Et si en Arizona se cachait un secret encore plus lourd que celui de Mount Massive ? Et si c'était là-bas que Paulina était en réalité emmenée ? Matthews a besoin d'en avoir le coeur net. Il s'est décidé : il va se rendre dans le désert.


I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532433I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532434
"Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir" - Boris Vian
I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 76406_10
Jo'
Messages : 522
Date d'inscription : 21/08/2019
Région : Grand Est
Crédits : William Turner & Alfons Mucha

Univers fétiche : /
Préférence de jeu : Les deux
cat
Jo'
Mer 10 Nov - 8:22
captur21.png
Brodie Moore
J'ai 36 ans et je vis en prison, Colorado, USA. Dans la vie, je suis détenu et je survis. Sinon, grâce à mes névroses, je suis fou de mon ancienne supérieure et je le vis plutôt dans une souffrance extatique.

Brodie l'observe se comprimer en elle-même avec peine - quelque part, elle demeure sa patiente, elle aura toujours quelque chose d'une protégée ; et il ne peut pas ignorer ce qu'elle a fait pour lui dans le moteur morphogénique, alors qu'ils quittaient littéralement leurs corps pour devenir des identités nanomatérielles. Elle a été son point d'ancrage à cet instant et si Brodie ne sait rien de la capacité de Paulina à prendre sa forme de Walrider pour parcourir le monde, il ressent cet aspect étrange qu'ils partageaient à Mount Massive après avoir été transformés. Une sensation qu'une part d'eux est toujours languie sur un autre plan astral, et que ces parts respectives communiquent toujours entre elles. L'asile a créé un lien entre eux qu'il ne pourra jamais effacer mais qu'il a du mal à embrasser. Il rassemble le meilleur de sa lucidité pour enfin lui répondre et être moins injuste.

"Merci pour ce que vous avez fait dans le moteur."

La terreur de cet épisode se tient gravée dans chaque cellule de son corps qui se mets à vaciller. Ils n'avaient encore jamais rien échangé depuis la nuit de leur enfer, Paulina alors inconsciente et puis séparés par les institutions. Brodie ne peut s'empêcher d'évaluer son rétablissement par rapport à celui de son ancienne patiente et il constate avec trouble à quel point l'hôpital avait décidé de lui griller les neurones. Lui bien empâté dans sa dépression post traumatique aurait troqué un peu de sa lucidité persistante contre du repos.

Scarlet arrive enfin pour briser le silence et Brodie se range dans son coin de voiture pour se faire petit.

Spoiler:
*

Si les appartements thérapeutiques ne sont pas directement nichés dans l'asile, il faut tout de même à la fine équipe approcher ce lieu lourd de souvenirs lancinants. La simple traversée des bois de la réserve Mount Massive qui précède le bâtiment suffit pour l'infirmier à faire claquer ses dents neuves.

*

Tout un dégradé d'orange automne défile aux fenêtres. La radio plante - il n'y a pas de signal ici -, elle fait silence sur l'angoisse et j'ai la sensation que mon coeur, lui, fait un bruit assourdissant. Je le sens dans mes tempes et par à-coups diffus derrière mes tympans. M'éloigner de la fenêtre c'est approcher Mme Elkins, je ne peux pas. Non. Je dois rester collé à cette vitre qui se dresse en seul rempart contre les démons d'il y a quatre ans qui rampent sur le mucus humide de la forêt. Cette réserve. Ces arbres. Cette mousse. Ils en ont étouffés, des cris.

Je fais confiance aveugle à Mme Elkins et si elle m'emmenait au mouroir je ne serais pas moins abandonné à ses désirs mais je ne peux m'empêcher, à mesure que nous approchons, d'imaginer qu'elle nous amène là-bas pour nous punir. Nous torturer un peu. J'ai tué Vanda, elle a le droit de la venger - le sait-elle ? Mais Paulina ? Qu'a-t-elle bien pu faire, et que peut-elle encore faire ? Une épaisse sueur colle à mon dos et toute l'adrénaline de ma terreur prive mes mains d'irrigation qui deviennent moites et froides. Sans prévenir, la silhouette du bâtiment se découpe derrière un bosquet.

Des briques rouilles détaillent sur un ciel blanc de novembre l'enceinte principale avec ses deux tours comme autant d'yeux inquisiteurs ; coule à ses flancs les deux ailes de soin - à droite, celle des femmes où j'ai travaillé le plus clair du temps - ; il y a toujours la barrière de sécurité qui ne laisse entrer dans le parking privé que les employés, et le rond-point de béton lisse avec sa cascade au centre distribue toujours les voitures sur le terrain. Je préfèrerais faire une crise cardiaque sur l'instant plutôt que d'en voir plus. Cette angoisse me fait sentir claustrophobe et violent, il me semblerait que je sois prêt à décrocher la porte de ses gonds pour m'échapper.

*

Poing gauche serré avec force pour se contenir, visage enfoui dans sa main droite, Brodie fait de son mieux pour ne pas prendre une fuite déraisonnée - en déchirant la portière ou directement par le pare-brise, pourquoi pas, sa force lui offre bien des options. A quelques instants du non-retour, Scarlet comme si elle le pressentait bifurque dans une partie nouvellement construite de l'asile et qui n'a de ressemblance avec ce dernier que le nom sur l'acte de propriété. Emmitouflés dans une verdure luxuriante à la fois sauvage et travaillée, les appartements thérapeutiques n'ont pas le charme - et l'horreur - des briques anciennes mais ressemblent à des blocs de béton desquels ressortent fenêtres et portes. Rien ne ressemble à Mount Massive Asylum et Brodie se détend immédiatement.

Paulina et lui seront voisins et cette situation nouvelle le perd : il va bénéficier du meilleur confort de toute sa vie, incomparablement plus savoureux que ce qu'il avait même avant d'être engagé par Scarlet pour devenir son second, mais pourtant il n'est pas sûr que ce soit la bonne chose. Les émotions se mélangent.

Il n'espérait plus rien pour lui-même et attend la mort effective qu'il ressent déjà comme présente.
Il souffre d'être si proche de son enfer personnel, avec des personnes qui le lui rappellent sans cesse par leur simple présence.
Il veut être puni pour ce qu'il a fait à Vanda, puis à toutes ces femmes de l'asile qu'il a espéré soigner en les tuant - un appartement all inclusive n'est pas l'image qu'il se fait d'une punition.
Il ignore s'il est bon qu'il revoie Scarlet. La dernière fois qu'il a été aussi amoureux il a ...

Le changement est pour lui une plaie, quoique le petit deux pièces et son extérieur soient très coquets. Il reste mutique dans le fourmillement de ses idées agitées tandis que la docteure stationne avec habilité.


I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532433I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 16532434
"Le plus clair de mon temps, je le passe à l'obscurcir" - Boris Vian
I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 76406_10
Pyramid Rouge
Messages : 422
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Pyramid rouge

Univers fétiche : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t4327-les-vagues-d-idees-pyramidales-ok-fev-2022 https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Lun 29 Nov - 22:53
1609025534-5555.jpg
Scarlet

Elkins

J'ai 44 ans et je vis à Lake Country dans le Colorado... Dans la vie, je suis Psychiatre en proie de devenir directrice de l’institut psychiatrique de Mount Massive et je m'en sors, à merveille. Sinon, grâce à mon charme et mon intelligence , je suis irrésistible.

I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge - Page 3 58T9
???

Zarnala-Deviant Art
En rentrant dans la voiture, Scarlet ne peine pas à sentir le malaise qui s’y est installé. Paulina est recroquevillée derrière et Brodie à l’air encore plus malheureux qu’avant. Doutant un peu de son idée de les réunir pour qu’ils s’en sortent mieux ensemble et se soutiennent n’étaient peut-être pas une si bonne idée… Peut-être juste pas viable. Scarlet repense alors un peu à l’échange qu’elle a eu avec Matthew. Ou plutôt la colère parlé à laquelle elle a assisté. Regardant Paulina derrière recluse et silencieuse, sa tête bougeant un peu d’avant en arrière trahissant qu’elle se répétait toujours et encore les mêmes mots dans sa tête, cela fit sourire Scarlet de tendresse. Jamais elle ne ferait plus d’erreurs les concernant. Se dit elle en regardant aussi Brodie. Elle décide de ne rien dire à Paulina pour le moment en ce qui concerne Mattews. Continuant la route elle met un peu de musique, une musique joyeuse et entraînante des années 50’s. Ne mettant pas le son trop fort, cela viens un peu scinder le malaise de revoir l’hôpital… Scarlet en a l’habitude et s’est remis de ses peurs de voir ce bâtiment. Tout reconstruit, les souterrains disparus et enterré, l’hôpital n’avait plus rien a voir avec avant et elle le savait. Une fois dans la cour des bâtiments thérapeutiques, elle descend enfin de sa voiture.

- Vous êtes prêts ? Venez voir.

Fait-elle avec douceur et calme. Se levant du siège elle ouvre la portière arrière et détache Paulina qui semble perturbée et en difficulté de penser. L’aidant à se lever elle lui tiens la main et rejoins Brodie pour s’approcher des deux petits bâtiments. Ils ne sont pas grands mais chacun suffisant pour une personne. Il y a même deux petites boîtes aux lettres devant les deux petits chemins menant à la porte d’entrée. L’un des bâtiment a des portes plus hautes et un peu plus large. Un homme s’approche alors et Scarlet lui fait un signe de tête. L’homme se trouve juste devant eux et est habillé normalement. Un jeans et un t-shirt vert kaki ainsi qu’une veste zippé en sweat. Il n’est pas jeune mais il n’est pas vieux non plus. Il doit avoir une quarantaine d’années. Un air sympathique sur le visage il était assez grand et musclé.

- Je vous présente Rob. C’est lui qui sera toujours ici pour vous si vous avez besoin de quoi que ce soit en mon absence. Soit le soir et la nuit et le jour lorsque je suis astreinte à effectuer mon travail au sein de l’hôpital voisin.

L’homme fit un petit geste de la main aux deux patients. Scarlet l’avait recruté personnellement car il avait été lui aussi, dans d’autres circonstances victime des manigances de Blaire, ainsi son affiliation était inébranlable et il n’y avait aucune chance qu’il change de cap. Qu’ils se retourne contre eux. Et il n’avait pas l’air comme ça mais il était un réel rempart qui empêcherait quiconque de faire du mal aux deux patients.
- Il habite la petite maisonnette qu’il y a juste au coin ici.

Elle montre alors la fameuse maison qui est à quelques mètres. Suffisant pour laisser de l’intimité mais pas trop grand pour qu’il reste accessible a tout moment. Paulina à du mal a suivre et regarde un peu dans le vide crispée en serrant la main de Scarlet.

-Bonjour, je suis heureux de vous rencontrer.

Scarlet sourit et présente un peu chaque logement. Elle commence par celui de Paulina, entrant dedans elle montre à la jeune femme tout ce qui compose son nouvel espace. Le petit appartement est composé d’une kitchenette, d’un petit espace de vie avec lit, armoire, commode et un petit bureau et d’une salle de bain / toilette. Les murs sont décorés de petits tableaux gai. Scarlet avait été voir l’ancien appartement de Paulina pour lui rapporter quelques éléments personnels et familier. Une petite peluche de tigre jonchait son lit et divers petits objets qui venait de son appartement décorait la pièce. Elle avait récupéré certains de ses vêtements et lui en avait acheté de nouveaux pour qu’elle ai le choix. Ils étaient tous dans l’armoire. Paulina ne réagissait plus du tout à ce qui l’entourait. Quand Scarlet essaya de lui montrer une statuette que son père lui avait ramené de voyage et auquel elle tenait beaucoup, elle vit que la jeune fille restait de marbre face à cela. Elle regardait la statuette avec un air penaud et innocent. Triste, Scarlet soupira face au fait : Murkoff avait fait des ravages dans son cerveau. Elle espérait cependant pouvoir l’aider à évoluer. Guérir. Mais pouvait-on seulement guérir d’une destruction électrique massive des neurones ?

La laissant s’allonger un peu, Scarlet la laisse ici sous la surveillance de Rob qui viens s’asseoir près du lit et observe la jeune fille pour voir si elle dort ou si il peut essayer de la stimuler un peu.
Sur son visage se mure une expression un peu triste mais aussitôt sortie de l’appartement en compagnie de Brodie, elle se remit a sourire un peu pour lui. Le regardant avec un visage confiant elle lui caressa un peu l’épaule en passant devant lui pour l’emmener juste à coté. Elle ouvrit la porte en silence et l’ouvrit. Tout comme pour Paulina. Elle avait rapporté des choses qu’il aimait. Des choses qu’il avait chez lui avant de devenir un infirmier de Mount Massive. Avant tout ça. Il n’y avait pas grand-chose mais Scarlet avait pris soin d’essayer de créer un espace sécurisant pour lui. Lui présentant les pièces qui était en tout point similaire au logement de Paulina mais en miroir elle regarda par la fenêtre du petite appartement puis se tourna vers lui un regard très différent dans les yeux. Il y avait autant de douceur qu’elle était capable d’avoir sous la glace de son comportement d’acier.

-Alors, qu’en pensez-vous Brodie, cela vous plait?

Elle s’attend à ce qu’il ne réponde pas et elle soutient son regard sans le lâcher pour le … motiver ? À répondre. Lui laissant quelques minutes voir dans quels états ils étaient tous les deux la rendait folle de rage contre elle-même. Ils étaient sous sa protection et elle a échoué. Comment pourrait-elle être une bonne mère quand même ceux qui ne sont pas lier par son sang ne son pas en sécurité sous sa protection. Ne finissant pas de le regarder son air triste et sa pâleur rendrait jaloux n’importe quel cadavre du cimetière voisin. Bien consciente du syndrome qui s’est abattu sur lui elle fera tout pour le sortir de là. Elle viens prendre sa main avec la sienne qui est vivante pour qu'il sente la chaleur de sa main dans la sienne.
Pyramid Rouge
Messages : 422
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Pyramid rouge

Univers fétiche : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
Préférence de jeu : Les deux
cat
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t4327-les-vagues-d-idees-pyramidales-ok-fev-2022 https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Lun 29 Nov - 22:56
2aff55591450511f951b7625ba89a0ea.jpg
Paulina

Gallinger
ID 197-PG

J'ai 30 ans et je vis à l’asile Brookhaven dans le Colorado... Dans la vie, j’étais assistante dans un bureau et sur le point de toucher l’intégralité de l’héritage  de mon dernier parent -au détriment de mon frère - selon son souhait…  décédé il y a peu , et je m’en sort mal. Sinon, à cause de mon innocence et mon inexpérience , je suis manipulable et enfermé à mon triste sort dans un .


???[

 superschool48 -Deviant Art
Le temps dans la voiture se fait long. Ou non. Peut-être que c’est juste elle qui débloque ? Possible. C’est ce qu’elle pense, comment penser le contraire ? On ne peut pas c’est impossible. Impossible impossible. Que faire dans une situation pareil ? Se taire, fermer les yeux et répéter les mots. Répéter les maux. Les mots. Les maux.Les maux.Les maux ! Oui c’est ça les maux. Non. Les mots. Oui ceux-là.
Noir. Casier. Main. Cris. Pleurs. Sang. Sirène. Cendre. SC-02. Droite. Escaliers. Rouge. Diable. Tournesol. Blanc. 696. Attachée. 150.Noir. Casier. Main. Cris. Pleurs. Sang. Sirène. Cendre. SC-02. Droite. Escaliers. Rouge. Diable. Tournesol. Blanc. 696. Attachée. 150.Noir. Casier. Main. Cris. Pleurs. Sang. Sirène. Cendre. SC-02. Droite. Escaliers. Rouge. Diable. Tournesol. Blanc. 696. Attachée. 150.Noir. Casier. Main. Cris. Pleurs. Sang. Sirène. Cendre. SC-02. Droite. Escaliers. Rouge. Diable. Tournesol. Blanc. 696. Attachée. 150.Noir. Casier. Main. Cris. Pleurs. Sang. Sirène. Cendre. SC-02. Droite. Escaliers. Rouge. Diable. Tournesol. Blanc. 696. Attachée. 150.Noir. Casier. Main. Cris. Pleurs. Sang. Sirène. Cendre. SC-02. Droite. Escaliers. Rouge. Diable. Tournesol. Blanc. 696. Attachée. 150… Toujours pendant tout le trajet pour oublier. Oublier que c’est le bordel infinie dans la tête. Seulement une main. Non pas celle des maux… une vraie. Une douce main gantée, pas la froide et morte. Pas celle des mots. Pas celle-là non! Oui. Cette main elle attrape la folle, l’aide à se lever et bouger. C’est dur de bouger quand ça bouge autant dans la tête. C’est bizarre. Aujourd’hui les choses ne sont pas pareils. Elles ne le sont plus. Pourquoi ?! Qu’est-ce qui se passe bordel. Pourquoi tout est différent. Les maux. Les mots. c’est tout ce qui reste pour que les choses soient pareils.

En entrant en regardant partout c’est impossible de prendre conscience de quoi que ce soit le cerveau inondé d’informations nouvelles qui n’ont pas la place d’entrer dans la coupe qui est déjà pleine. Il faut la vider. Vite. NON ! Si on la vide on fait mal ?! Non. Pas a eux. Non. Les mots, les mots.Les mots.Les maux. LES MOTS ! Rien que les mots et il ne faut pas regarder non. Regarder c’est voir la différence avec d’habitude. Il manque quelque chose. Il manque quelqu’un. Il manque une odeur. Il manque quelque chose. Il y a quelque chose qui doit sortir c’est obligé. Il FAUT ! Que ça sorte. Mais quoi bordel ?! POURQUOI TOUT CHANGE ?! Non. Les choses ne changent pas. Il y a les mots. Rien que les mots auxquels il faut se rattacher.

La statuette ? Qu’est-ce qu’elle fout là ?! Elle était dans le passé non ? Bordel elle lui dit quelque chose mais elle a peur. Pourquoi tout est entre la différence futur et le passé ? Non pour l’instant impossible de se souvenir tandis qu’elle tremble comme une feuille. Le manque des médocs se faisant déjà ressentir. Le temps passe et elle là sur le lit le regard dans le vide se laissant allonger. Elle répète les mots et ça tic et ça toc dans sa tête, il faut qu’elle se souvienne. Il le faut. Pianotant dans le vide sur la couverture sur laquelle elle est allongé le plafond est la seule chose qui est pareil. Ouf il y a une chose pareil. Tout vas bien. Scarlet est là. Brodie aussi même si il est pas comme avant. Tout vas bien tout vas bien. Tout vas bien.
Fermant les yeux quelques minutes elle s’endort une dizaines de minutes pour laisser son inconscient lui rappeler le cauchemar. Se relevant dans un soupir immense elle semble tout de suite plus alerte. Tournant la tête vers un homme grand elle ne le connaît pas et se met à paniquer. Elle hurle de toute ses force et se met a sauter dans tous les sens comme un lapins en cage avec un renard.

- Bon sang mais vous êtes qui ?!

Fait-elle dans une expression toujours dans la peur et la faiblesse perpétuelle de son être tout entier. Rob reste calme et se présente mais elle ne connaît pas de Rob ? Bordel. Ou elle est ? Non. Elle n’a pas réussi a rentrer dans son corps, c’était un rêve. La voilà la voilà dans le désert enfermé par la femme aux yeux de glace… Tout a coup elle pense qu’on est mardi. Mardi. Le jour de la visite. Le jour du jeune homme. De Matthiew l’un des seul qui est resté. Rob essaye de s’approcher doucement mais Paulina se recroqueville au sol en protégeant sa tête et hurle à s’en époumoner.

- Je veux Matthew ! Matthew ou Scarlet ! Laissez moi !

Contenu sponsorisé
I can see it happening again, yet I can't stop it |Pyramid Rouge
Page 3 sur 9
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sujets similaires
-
» New world order | ft. Pyramid Rouge
» one day i'll call you daddy (pyramid rouge)
» Mais... Je n'ai pas le droit... (avec Pyramid Rouge)
» The Ballad of the Willow and the Hunter ft. Pyramid Rouge
» Une nouvelle famille - Madeleine, Lucie, Joël (avec Blue et Pyramid Rouge)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: