Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Pour mon peuple ft. Ehlana EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Pour mon peuple ft. Ehlana

Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Ven 12 Avr - 9:48
Le contexte du RP
Mise en situation


Pour mon peuple ft. Ehlana 35a54687151732be7c27bb127be015e9

La situation

La princesse d'un petit pays se voit dans l'obligation d'épouser un prince en aimant une autre, pour éviter à son peuple de mourir dans une guerre qui envahit petit à petit le continent. Car le prince et la princesse possèdent un puissant pouvoir, héritage de leur lignée depuis des générations et des générations, qui en entrant en symbiose les rendra encore plus puissants. De quoi leur assurer de pouvoir protéger leur terre respective et peut-être de gagner contre l'ennemi.

Encore faut-il que les deux jeunes gens arrivent à s’entendre pour entrer en symbiose et là rien n’est gagné…



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Ven 12 Avr - 10:11

Madelina Amalia
Rutherford

J'ai 23 ans et je vis à Palon, la capitale du royaumed’Ivreonada. Dans la vie, je suis princesse et je m'en sors comme je le peux, le poids de mon statut et des responsabilités qui en incombent pèse sur mes épaules trop frêle. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée à un prince et je le vis très mal, je ne veux pas de ce mariage, mais je n'ai hélas pas d'autres choix. Mon peuple compte sur moi.

Pour mon peuple ft. Ehlana F64e1f3710565f996113ac1c3bf58898
La nuit avait été courte, bien trop courte aux yeux de la princesse. Elle avait eu cette impression qu’il avait suffi d’un battement de cils pour que l’aube colore le ciel d’un bleu plus doux et que le soleil réchauffe le monde de ses rayons bienfaiteurs. Si d’habitude elle est toujours prompt à se lever et à commencer sa journée, en ce début de matinée, Madelina n’a qu’une envie, rester terré au fin fond de son grand lit. Cependant, ses dames de compagnie ne lui laissent pas ce loisir, puisqu’elles arrivent comme à chaque fois pour la tirer de son sommeil si elle a encore les yeux clos, ouvrir les rideaux pour laisser la lumière matinale pénétrer son immense chambre et l’aider à se préparer. Toujours pleines d’entrain, les demoiselles à son service le sont encore plus ce jour et c’est avec une joie non dissimulée qu’elles aident la jeune femme à se vêtir de ses plus beaux atours. Oui, car aujourd’hui Madelina ainsi que son père et sa mère, respectivement roi et reine du royaume d’Ivreonada, vont voyager tous ensemble pour rejoindre la région voisine. À cette occasion, la jeune princesse va faire la rencontre de celui qui deviendra son futur époux et leur fiançailles pourra devenir officielle et être annoncés à leur peuple respectif. Voilà… Voilà pourquoi elle ne tenait pas à ouvrir les yeux. Voilà pourquoi elle ne voulait pas voir le soleil se lever. Madelina ne veut pas de ce mariage arrangé, elle ne veut pas épouser un parfait inconnu. C’est sans doute stupide, mais malgré son rang ou ce type de pacte est légion, elle avait encore l’espoir infime de faire un mariage d’amour, comme ses parents ont eu la chance de le faire.

Hélas, la guerre qui envahit petit à petit le continent, condamnant chaque hameau, chaque village, chaque ville et chaque royaume conquis à passer sous le drapeau impérial, avait complètement étouffé cet espoir. Son devoir, sa responsabilité et d’aider son peuple et si pour cela, elle doit épouser ce prince, alors elle le fera même si elle n’en veut pas. Fin prête l’on propose à Madelina un petit-déjeuner qu’elle grignote à peine, son estomac bien trop tordu par le stress de cette rencontre pour qu’elle puisse avoir de l’appétit. La jeune femme ne sait pas à quoi s’attendre. Et si ses parents la confient à un homme mauvais qui la rendra malheureuse ? Fuir ne sera jamais une option, mais vivre dans la tristesse, le désarroi n’est pas un sort enviable… Il n’y a pas vraiment de solution qui s’offre à elle, juste le maigre espoir que tout ira bien et que les choses ne sont pas aussi noires qu’elle l’imagine. Impossible de reculer. La jeune femme se redresse donc et suivit de ses dames de compagnie, elle traverse les couloirs du château saluant chaque habitant se trouvant sur son passage, habitants qui lui souhaite un heureux voyage. Si seulement ils savaient ce qu’il en est vraiment. Mais Madelina sourit, il est impératif de garder la face, qu’ils croient tous que tout va bien, la guerre est déjà un sujet d’inquiétude, elle ne peut se permettre d’en ajouter un sur la table.

Dans la cour du palais, la jeune princesse rejoint la voiture qui doit l'emmener vers la gare royale, là où ses parents se trouvent déjà et l'attendent en vue de cet important voyage. Après un dernier salut à ses gens, la demoiselle disparaît dans le véhicule qui la rapproche un peu plus du moment fatidique, de cette rencontre qui lui fait si peur. Bientôt, Madelina ne tarde pas à apercevoir l'aéronef, une merveille d'ingénierie, savant mélange de magie et de technologie, grâce à cet incroyable engin voyager devient beaucoup plus facile. Le seul exemplaire pour l’heure est au service de la famille royale, mais dans un futur qu’ils espèrent tout proche des aéronefs plus petits seront construits à grande échelle. Cependant, avec cette guerre qui approche, rien ne garantit que ce projet pourra voir le jour. Enfin pour l’heure, la voilà arrivée à sa première destination ou elle est accueillit par ses parents ainsi qu’un bon nombre de soldats pour garantir sa sécurité. Le roi pose une main réconfortante sur l’épaule de sa fille, il la sait très impacté par cette décision et fait de son mieux pour la rassurer, il aurait aimé que cela se passe autrement pour son unique enfant, mais certaines circonstances oblige parfois les hommes comme lui à prendre des décisions qui ne lui plaisent pas.

Il est maintenant temps pour Madelina d’aller à la rencontre de son destin et de rencontrer celui avec qui elle va devoir partager sa vie. Alors, oui, une fois dans l’intimité de sa cabine, la jeune princesse pleure de tout son saoul, espérant ainsi qu’une fois dans cet autre royaume, ses larmes se seront taries.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Ehlana
Messages : 63
Date d'inscription : 02/03/2018
Région : ARA
Crédits : .

Univers fétiche : Fantasy, SF, historique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Ehlana
Ven 12 Avr - 21:05

Damian Brewer
de Norethos

J'ai 27 ans et je vis à Cenester, la capitale du royaume de Norethos. Dans la vie, je suis le prince héritier et je vis la pire période de ma vie. Sinon, grâce à ma malchance, je dois épouser la princesse du royaume voisin et je le vis très mal, même si je fais bonne figure.
Le petit matin commençait à peine à prendre ses quartiers, mais la ville bruissait déjà doucement des travailleurs se préparant pour leur journée de labeur. Malgré son statut, Damian passait inaperçu dans ses rues peu habituées aux nobles, aidé par ses atours passe-partout. La veille, son ami Larsen avait pris les commandes de la soirée et s'était astreint à traîner Damian dans toutes les tavernes qu’il connaissait. Ce qui représentait un certain nombre d'établissements, dont le prince avait perdu le compte au fur et à mesure. Il avait bu, mais moins que son comparse qui avait presque terminé la nuit au bas du dernier tabouret sur lequel il avait posé ses nobles fesses. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais l'alcool aidant, Damian avait fini par convenir que s'il devait y avoir une nuit comme celle-ci, la veille du pire jour de sa vie convenait parfaitement.

Portant à moitié Larsen, Damian l’avait aidé à retrouver son lit dans lequel il passerait sûrement la journée à cuver l’alcool. Il avait pris ensuite le chemin pour retourner au palais, préférant les petites rues qui allongeaient son trajet plutôt que les grandes artères qui l’auraient amené à destination rapidement. Il avait besoin de ce temps seul pour recouvrer ses esprits et se rappeler à quelle vitesse son avenir s’était obscurci. Il avait cette impression tenace qu’hier encore, il avait toute la vie devant lui : un rôle à jouer dans la guerre qui se profilait, des amis prêts à le soutenir dans ce combat et une compagne… On lui avait enlevé l’un de ses éléments et son petit monde s’était écroulé comme un château de cartes. D'aucun aurait pu croire qu’il dramatisait et se comportait comme un enfant, mais les implications et les résultats que sous-entendaient cette union étaient aussi lointaines de ces convictions personnelles que les montagnes Vipigen.

Malgré les détours, il arrive à destination trop vite. Sa mère se lamentait toujours en soupirant que jeunesse devait bien se faire, tout en espérant tout bas qu'elle passe à son fils plus tôt que tard, et sa pensée devait avoir contaminé le grand majordome qui accueillit son retour d’un regard désapprobateur. Mais il tint sa langue, comme tout le monde depuis que la décision avait été prise de lier leur royaume à leur voisin. Car personne, même pas lui, ne croyait qu’il allait reculer devant son devoir ou s’enfuir pour y échapper. Aussi tous étaient prompts à passer sous silence la façon qu’il avait eu, ces dernières semaines, de protester. Finalement, il revenait toujours et c’était ce qui importait.

Sans se retourner, Damian rejoignit ses appartements. Il ne restait que quelques heures avant l’arrivée de la délégation royale. Largement de quoi s’allonger une heure, faire ses ablutions, changer ses vêtements puant par d’autres propres, remplir son estomac et rejoindre ses parents.

Ses derniers avaient également enfilé les tenues des grands jours, à l’instar de leur fils. Sa mère afficha un grand sourire en le voyant et Damian se pencha pour l’embrasser délicatement sur la joue. Il échangea un signe de tête fort virile avec son paternel, sans plus de cérémonie. Sa génitrice, comme toutes les femmes, babilla pour combler le silence qui s’installa immédiatement. Damian n’écouta que d’une oreille, ne répondant que quand il sentait qu’une intervention de sa part était nécessaire, mais le bavardage eut le mérite (ou pas) de faire passer le temps plus rapidement. Un serviteur vint les prévenir que la délégation était en route pour le palais Cenester. Le destin prenait trop ses aises à son goût. Damian donna son bras à sa mère qui l’accepta gracieusement et tous deux suivirent le pas de leur royal père ou époux.

Tout était à sa place lorsqu’ils arrivèrent tous les trois sur l’esplanade. Les gardes dans leurs armures rutilantes, quelques-uns des ministres de son père et eux-mêmes, engoncés dans leur rôle. Damian s’arrêta un pas derrière son père et sa mère serra une dernière fois son avant bras avant de s’avancer pour se tenir à côté du roi de Norethos.

La mascarade allait pouvoir commencer.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Sam 13 Avr - 12:11

Madelina Amalia
Rutherford

J'ai 23 ans et je vis à Palon, la capitale du royaume d’Ivreonada. Dans la vie, je suis princesse et je m'en sors comme je le peux, le poids de mon statut et des responsabilités qui en incombent pèse sur mes épaules trop frêle. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée à un prince et je le vis très mal, je ne veux pas de ce mariage, mais je n'ai hélas pas d'autres choix. Mon peuple compte sur moi.

Pour mon peuple ft. Ehlana F64e1f3710565f996113ac1c3bf58898
Bien que le trajet fût pour le moins assez court, la jeune princesse eut tout de même le temps de cacher qu’elle avait pleuré, il aurait été fort malvenu qu’elle rencontre la famille royale de Norethos avec les yeux bouffis. Si Madelina redoute ce face-à-face qui va sceller à jamais son destin, elle garde en tête qu’elle se doit d’honorer son rang, son statut et qu’elle va devoir se montrer courageuse et forte. Ce qui lui est pour l’heure difficile, la jeune femme ne peut empêcher son corps de trembler légèrement d’appréhension, fort heureusement, elle se calme un peu à la vision de ses parents. Pour l’heure, ils sont encore là avec elle, peuvent la soutenir, cependant, elle sait aussi que ça ne va pas durer, une fois le mariage conclu, elle se retrouvera seule dans un royaume qu’elle ne connaît pas. N’ayant jamais été aventureuse, ni très courageuse, autant dire que du point de vue de la demoiselle, elle a beaucoup de mal à vivre cela sereinement.

L'aéronef atterrit et la délégation d’Ivreonada reprend à nouveau leurs véhicules pour rejoindre le palais ou doit les attendre la famille de Norethos. N’ayant jamais franchi les frontières d’Ivreonada, ni vraiment explorer son royaume à dire vrai, Madelina étant surtout restée au palais, elle est donc très curieuse malgré tout de ces nouveaux paysages qui s’offrent à elle. La jeune femme en oublie, le temps du trajet, cet immense problème que sont ses fiançailles, se laissant émerveillé par la beauté du décorum, il est juste dommage qu’elle ne puisse pas y flâner pour s’en imprégner un peu plus. Hélas, cette agréable petit bulle d'ébahissement dans laquelle elle s’était réfugiée pour fuir la réalité, vole en éclats lorsque le véhicule s’arrête et qu’elle se doit d’en sortir. Encore une fois, refuser de suivre ses parents ferait très mauvaise impression, ils ont besoin d’allier avec la guerre qui approche, la princesse se doit donc de garder la face quoi qu’il arrive.

Complètement emprisonnée par le stress, Madelina ne se rend pas compte que Cenester, la capitale du royaume de Norethos est un endroit magnifique et où il semble faire bon vivre. Plus tard, peut-être quand la pression de tout ce cérémonial sera retombée, pourra-t-elle se rendre compte que malgré cette situation qu’elle qualifie de catastrophique, il reste de la beauté dans ce monde qui peut mettre du baume au cœur à quiconque s’y attarde. Tout comme pour le royaume voisin, la délégation d’Ivreonada forme un cortège impressionnant, la famille royale évidemment, leur protection rapprochée, des soldats et quelques conseillers qui seront sûrement très utiles pour les pourparlers entre les deux rois. Rois qui échangent d’ailleurs avec amabilité et distinction quand ils sont enfin face à face, le ton se veut léger pour l’heure, la problématique de la guerre et de l’envahisseur viendra assez tôt sur la table.

— Madelina mon enfant, venez je vous pris que nous vous présentions, lui demande son père avec affection et une petite pointe d’autorité ne lui laissant pas vraiment de choix.

La princesse prend la main que lui tend son royal père et avec la grâce et la déférence que lui impose son statut, la jeune femme s’avance face au roi et à la reine de Norethos, avant de leur offrir une révérence parfaite. Elle se redresse ensuite quand on le lui permet et sourit délicatement à ces deux personnes qu’elle va devoir bientôt considérer comme sa nouvelle famille.

— C’est un grand honneur que de vous rencontrer, dit-elle au roi et à la reine sans vraiment les voir.

Madelina fait juste ce qu’on lui demande, de manière automatique, elle n'éprouve aucun plaisir à tout ce cirque. Si un dragon venait à l’enlever comme dans les histoires qu’elle lisait plus jeune, elle lui en serait éternellement reconnaissante.

— Cenester est un bien bel endroit, termine-t-elle toujours avec politesse.

Que de mots qui sonnent si creux, mais que peut-elle bien dire d’autres à des gens qu’elle vient seulement de rencontrer. En tout cas, elle a pour l’heure survécu à ce premier face-à-face avec le roi et la reine, reste maintenant le prince qui ne doit pas se trouver bien loin.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Ehlana
Messages : 63
Date d'inscription : 02/03/2018
Région : ARA
Crédits : .

Univers fétiche : Fantasy, SF, historique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Ehlana
Dim 14 Avr - 15:51

Damian Brewer
de Norethos

J'ai 27 ans et je vis à Cenester, la capitale du royaume de Norethos. Dans la vie, je suis le prince héritier et je vis la pire période de ma vie. Sinon, grâce à ma malchance, je dois épouser la princesse du royaume voisin et je le vis très mal, même si je fais bonne figure.
Si la justice devait un jour être personnifiée, Damian allait concourir pour obtenir la première place. Il avait conscience de tout ce qui l’entourait, mais son esprit était en même temps à cent lieues de l’esplanade. Son cœur battait à ses oreilles, mais ce n’était pas de peur. C’était comme s’il comptait les secondes jusqu’à ce que tout soit scellé. Damian pourrait tourner les talons, c’était une possibilité, mais les pensées parasites n’avaient pas assez de consistance pour qu’il les mette à exécution. Au lieu de cela, il se tenait droit et raide, fidèle au poste.

Un battement, deux battements, trois battements… Des têtes, des corps entiers. Il n’a rien à faire pour l’instant. Son père s’avance, sa mère en très léger retrait à mesure qu’ils échangent les banalités d’usage avec leurs homologues. Damian n’accorde qu’un regard vaguement intéressé aux têtes couronnées étrangères. Son regard glisse sur eux sans s’attarder puis se fixe sur la princesse. Difficile de se tromper. Un très léger tic agite ses lèvres avant de retrouver leur docilité. Le jour et la nuit. Damian s’ébroua mentalement. Au jeu des comparaisons, toutes les femmes étaient perdantes, même avec toute la bonne volonté du monde. Quel âge pouvait-elle avoir ? Plus jeune que lui, très certainement. Elle lui paraissait petite et chétive, mais peut-être pensait-il cela car une autre se superposait à la princesse. Damian prit conscience que les ronds de jambes royaux étaient terminés, la jeune fille s’était avancée et avait ouvert la bouche, déversant les mots qu’elle avait dû préparer pour l’occasion. Damian n’y comprit rien, il perçut seulement le timbre de sa voix, lui aussi complètement différent.

Quoi qu’il en soit et quoi qu’elle ait dit, sa mère en paraissait ravie. Damian était fils unique et sa génitrice, bien qu'elle aimât son seul enfant tendrement, avait toujours désespéré de ne pas avoir de fille. Avec ce mariage, son rêve allait devenir en partie réalité. Madelina aurait pu parler une langue étrangère ou avec un affreux accent, sa mère n’aurait pas réagi différemment. Prise d’un excès de joie, elle prit les mains de Madelina dans les siennes quelques instants, pour lui transmettre ainsi toute l’affection qu’elle aurait très certainement pour sa future fille dans un futur proche.

- Bienvenue à Norethos et Cenester, Madelina, salua-t-elle en retour. Nous espérons de tout cœur que vous apprécierez votre vie ici.

Elle tapota les mains dans les siennes avant de lui rendre sa liberté et commença à se tourner vers son fils, toujours en retrait. Ça allait donc être à son tour, le premier rôle masculin allait faire son entrée sur scène. La reine termina son demi-tour et tendit la main vers Damian, autant pour l'introduire visuellement que pour l’inviter à s’avancer. Tous les regards étaient maintenant braqués sur lui. Son père, vigilant ; sa mère, souriante ; les soldats de la garde royale, attentifs ; ses futurs beaux-parents, inconnus et indéchiffrables à ses yeux. Ce n’était ni la première fois ni la dernière fois que Damian se retrouvait en première ligne d’une rencontre politique. Toute son éducation avait tourné vers cette finalité. Il s’avança, sans laisser transparaître aucune peur ou hésitation. Il s’inclina brièvement mais avec déférence devant le couple royal face à lui, les salua sur le même ton puis se tourna vers la princesse.

- Bienvenue à Cenester, princesse. Damian de Norethos.

Sa mère avait déjà épuisé le quota de contact physique autorisé, aussi Damian se garda d’en faire plus. Dans cette situation, Larsen aurait trouvé mieux à dire pour détendre l’atmosphère et mettre à l’aise la princesse. Mais il n’était pas là et Damian n’avait rien à ajouter à ses salutations. Le silence ne dura que quelques secondes, sa mère prit rapidement le relais avant qu’il ne devint trop pesant.

- Ses messieurs sont certainement pressés de pouvoir échanger en privé, nous vous avons donc préparé une collation, si le coeur vous en dit, invita-t-elle Madelina et la reine étrangère. Nous pourrons vous faire visiter vos appartements ensuite, pour que vous puissiez vous installer et vous reposer. Nous avons également organisé un bal ce soir, pour que vous rencontriez les gens de la cour.

Ce qui représentait une journée bien chargée. Damian ne se sentait pas concerné, hormis pour le bal prévu dans la soirée, mais sa mère doucha très vite ses espérances.

- Accompagne nous, Damian.

Son tic au coin des lèvres revint le titiller une nouvelle fois. Voilà qu’il était mis dans le même panier que les femmes, à boire le thé, manger des pâtisseries et parler chiffons ! Il échangea un regard lourd de sens avec sa mère avant de se tourner vers Madelina, sans chaleur. Il lui offrit son bras, en même temps que les deux rois faisaient de même avec leur épouse respective.

- Princesse.

Définitivement, la journée allait être très longue.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Lun 15 Avr - 12:18

Madelina Amalia
Rutherford

J'ai 23 ans et je vis à Palon, la capitale du royaume d’Ivreonada. Dans la vie, je suis princesse et je m'en sors comme je le peux, le poids de mon statut et des responsabilités qui en incombent pèse sur mes épaules trop frêle. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée à un prince et je le vis très mal, je ne veux pas de ce mariage, mais je n'ai hélas pas d'autres choix. Mon peuple compte sur moi.

Pour mon peuple ft. Ehlana F64e1f3710565f996113ac1c3bf58898
Madelina pouvait savourer cette bien maigre victoire. Celle de ne pas avoir flanché devant le roi et la reine de Norethos. Celle de ne peut avoir pleuré et supplié qu’on lui évite ce mariage. Droite, elle est restée droite, sa voix n’a pas vacillé et elle a su se montrer affable comme on le lui a si bien appris. Derrière elle, ses parents aussi doivent se sentir soulagés que leur fille ait tenu bon. Jeune femme fragile et douce, elle a souvent le sentiment qu’elle n’est pas à la hauteur de son statut de fille du roi d’Ivreonada, elle manque souvent de cette luminosité ou de cette énergie qu’on les autres demoiselles de son rang. La jeune femme se sent en effet comme un petit oisillon qui a peur de prendre son envol et préfère rester dans sa cage par sécurité. Alors, oui, pour les autres, une rencontre officielle entre deux royaumes est un exercice facile, cependant pour elle, c’est un immense gouffre qu’elle vient de franchir. Ce n’est pas pour autant qu’elle doit se reposer sur ses lauriers, beaucoup d’épreuves liées à son devoir l’attendent encore. Toujours est-il qu’après ces quelques mots bien banals aux yeux de Madelina, qu’elle ne fût pas sa surprise, face à la réaction si enjouée de la reine de Norethos. Tellement heureuse qu’elle prit ses mains dans les siennes lui souhaitant la bienvenue et espérons qu’elle apprécierait sa vie dans la capitale. Toujours prise sous le coup de l’étonnement, les yeux légèrement écarquillés, la princesse la remercia d’une petite voix, de sorte qu’il y ait peu de chance qu’elle l’ait entendue. La jeune femme s’était attendue à beaucoup de choses, mais pas à un accueil si chaleureux et un peu hors cadre du protocole habituel. Est-ce que cela voulait dire que la reine de l’autre royaume était sincèrement enchantée de son arrivée ? Il était un peu tôt pour le dire, mais cela mit un peu de baume à son cœur, dans le fond, tout n’était peut-être pas si noir.

Ce fut ensuite au tour du prince d’entrée en scène, d’un geste élégant geste de la main, sa mère l’invita à s’avancer laissant à Madelina le temps de se composer un sourire aimable et polie. Il salua d’abord le roi et la reine d’Ivreonada comme il convient de le faire, avant de se tourner vers elle et qu’elle se prenne une vraie douche froide. La chaleur que lui avait procurée l'accueil de la reine vient de s’envoler, laissant à la princesse la sensation désagréable d’un frisson piquant sa peau pâle, son sourire vacille légèrement, mais elle garde le cap. C’est déjà ça.

— Merci, Votre Altesse, s’entend-t-elle dire par automatisme.

Elle n’allait tout de même pas se contenter de le regarder bêtement, mal à l’aise de cette attitude qui lui semble un peu hostile et de ses yeux si noirs, pas franchement avenant. Sa déclaration est suivie de quelques secondes l’un blanc encore plus gênant que le comportement princier, heureusement bien vite rattrapé par la reine de Norethos toujours si prompt à la bonne humeur et la gentillesse.

— Ce sera avec grand plaisir, répond la mère de Madelina qui vient prendre place auprès de sa fille. Nous avons grande hâte de découvrir le palais de Cenester dont on nous a si souvent vanté la beauté et l'architecture si impressionnante. Ainsi que de faire, évidemment, la rencontre de vos gens durant le bal, merci beaucoup pour ce délicieux accueil.

Passer un moment entre femmes, voilà une idée qui convenait parfaitement à la jeune princesse, son père ne la gênait pas évidemment et elle n’avait rien contre le roi de Norethos. En revanche, le prince était une autre affaire, pour l’heure, il ne lui laissait pas une belle impression, qu’elle ne fût donc pas sa déception quand sa mère lui demanda d'accompagner ces dames. Égale à lui-même, c’est-à-dire froid comme un glaçon, il lui offrit son bras sur lequel elle posa à peine la main, c’était plus un effleurement qu’autre chose. Madelina n’est pas tactile de base et elle a encore moins envie de l’être avec le prince, alors hors de question de se reposer sur lui. Cependant, elle se doit tout de même de faire des efforts pour tenter d’entamer un échange, aussi banal et basique soit-il, elle ne peut attendre de la mère du prince qu’elle leur sauve constamment la mise. Alors, la princesse fait défiler toutes les informations qu’on a pu lui fournir sur le palais, le royaume, la reine, le roi et le prince…

— Je… J’ai ouï dire que vous étiez un bretteur hors pair Votre Altesse, déclare prudemment la jeune femme, coulant un bref regard vers le visage du prince. J’ai toujours trouvé cela très impressionnant, si vous le permettez pourrais-je assister à l’un de vos entraînements ?

D’accord, c’est certes une demande un peu maladroite, mais personne ne pourra lui reprocher de faire l’effort de se montrer avenante et de vouloir se rapprocher un peu du prince, aussi froid soit-il avec elle.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Ehlana
Messages : 63
Date d'inscription : 02/03/2018
Région : ARA
Crédits : .

Univers fétiche : Fantasy, SF, historique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Ehlana
Mer 17 Avr - 16:00

Damian Brewer
de Norethos

J'ai 27 ans et je vis à Cenester, la capitale du royaume de Norethos. Dans la vie, je suis le prince héritier et je vis la pire période de ma vie. Sinon, grâce à ma malchance, je dois épouser la princesse du royaume voisin et je le vis très mal, même si je fais bonne figure.
Il ne fallait pas beaucoup d’imagination pour deviner que les deux reines étaient sur la même longueur d’onde. L’une comme l’autre n’avait pas eu besoin de parler ou de se concerter pour prendre la rencontre en mains. Nul besoin d’être devin pour constater que leurs enfants, même s’ils faisaient honneur à leur rang, n’étaient pas ravis d’être à cet endroit à cet instant. Il fallait donc donner un coup de pouce aux événements et dans leurs esprits, cela voulait dire multiplier les occasions de garder les deux jeunes gens ensemble. Aucun doute qu’au bout du compte, ils remarqueraient à quel point l’autre était formidable et ferait un partenaire de vie idéal.

Mais bien entendu, l’être humain était plus difficile à manipuler que ce qu’elles voulaient bien croire. La situation échappait à tout contrôle. Damian voyait les rouages dans la tête de sa mère, qui souriait à son homologue, ravie de découvrir une alliée fiable dans son entreprise de mariage heureux.

- Quelle charmante idée ! Je suis certaine que Damian pourra nous raconter mille anecdotes sur l’édification du palais. N’est-ce pas mon chéri ? Et bien sûr, continua-t-elle, vous devez absolument visiter les jardins. Ils embaument divinement à cette période de l’année. Damian nous accompagnera avec joie, n’est-ce pas ?

Le teint du-dit Damian devait verdir à vue d'œil, sans répondre. Dans quelle pétrin sa mère le mettait-il ? Tout ça pour un mariage voué à l’échec ! Damian devait mobiliser toute son habileté et son self-control pour ne pas lever les yeux au ciel. Après le thé, voila qu’il allait aussi devenir architecte et jardinier. Il n’y avait pas de sot métier, mais tout de même, il avait été formé à être politicien et soldat, pas à parler de vieilles pierres et de fleurs.

Les yeux fixés sur les dos devant eux, le couple qu’ils formaient malgré eux emboîta le pas sur les deux couples royaux. L’esplanade n’était pas immense, au contraire du hall dans lequel ils pénétrèrent. L’espace était épuré, toutes les petites mains du palais avaient été confinées à l’abri des regards le temps de leur passage, ce qui faisait paraître le lieu plus imposant qu’il ne l’était en réalité. De grandes ouvertures faisaient entrer la lumière du soleil de manière uniforme sans éblouir et les fleurs fraîches à profusion dont sa mère se vantait quelques minutes auparavant apportaient des touches de couleurs qui cassaient l’austérité. Rien d’extravagant. Hommes et femmes se séparèrent rapidement, sauf Damian, condamné à jouer le dandy de salon. Le prince mit une seconde de trop à suivre le pas des reines et il s’était subtilement raidi. Des discussions autrement plus importantes allaient avoir lieu et il ne serait pas présent pour apporter son point de vue. Il enrageait intérieurement. Il ravala son aigreur et reprit son chemin. Damian ne paraissait pas prêter plus d’attention que nécessaire à la princesse, mais il avait calqué la longueur de son pas à celui de la femme à son bras sans même y penser. Sa petite voix fluette le ramena à l’instant présent, loin de la guerre. Il baissa ses yeux noirs vers elle, un peu surpris par la proposition.

- En effet, mais n’est-ce pas un peu trop violent pour vous ?

Il n’y avait pas de jugement de valeur dans sa question. Il y avait des femmes dans l’armée et certaines cognaient aussi fort que les hommes, mais il avait beaucoup de mal à faire coïncider le bruit des épées qui s’entrechoquent, la poussière et le sang avec la silhouette délicate de la princesse. Qui plus est après avoir organisé des visites guidées des couloirs aseptisés du château et des jardins fleuris. Mais enfin, elle devait mieux savoir que lui ce dont elle était capable ou pas.

- Si vous trouvez l’occasion de vous échapper de l’attention de nos mères, vous pourrez y assister si vous le souhaitez.

Le temps ne lui donna cependant pas l’occasion de maintenir cette ébauche de conversation. Ils arrivèrent finalement dans un grand salon baigné de lumière. De grandes portes-fenêtres avaient été ouvertes et permettaient à la brise matinale de rafraîchir juste ce qu’il fallait la pièce et une profusion de nourriture suffisante pour nourrir une petite famille pendant une semaine avait été préparée. Sa mère avait encore une fois vu trop grand et s’était laissée emporter par son enthousiasme maternel. Jamais ils ne pourraient manger autant. Damian laissa la princesse s’engager dans le salon en première, ce qui rompit le semblant de contact physique entre eux. Les deux reines les devançaient de peu et Damian remarqua un peu trop tard la configuration du salon. Ici, peu de possibilité : deux fauteuils dans lesquels les deux reines prenaient gracieusement place et en face, un canapé pour deux personnes. Quelqu’un avait échangé sa génitrice contre un démon en robe. Il attendit d’être le dernier debout avant de s'asseoir. Des servantes s’attelaient déjà à demander ce qu’elles désiraient, discrètes et efficaces.

- Demandez ce que vous voulez, ne soyez pas timide, ma chère, commença sa mère à l’attention de Madelina. Et après, parlez nous de vous. Vous pardonnerez sans doute notre curiosité, mais nous souhaitons sincèrement apprendre à vous connaître, termina-t-elle pour mettre à l'aise sa belle-fille.

Avec un peu de chance, il n’aurait pas à participer à la conversation plus que nécessaire. Perte de temps effective, mais un moindre mal.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Jeu 18 Avr - 14:39

Madelina Amalia
Rutherford

J'ai 23 ans et je vis à Palon, la capitale du royaume d’Ivreonada. Dans la vie, je suis princesse et je m'en sors comme je le peux, le poids de mon statut et des responsabilités qui en incombent pèse sur mes épaules trop frêle. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée à un prince et je le vis très mal, je ne veux pas de ce mariage, mais je n'ai hélas pas d'autres choix. Mon peuple compte sur moi.

Pour mon peuple ft. Ehlana F64e1f3710565f996113ac1c3bf58898
Il est incroyable de constater, alors que les deux reines ne doivent pas se connaître plus que ça, de la complicité qui vient instantanément de naître entre les deux femmes pour prendre les choses à bras-le-corps. Puisqu'il semble que leur enfant respectif ne semble pas plus enclin que ça à faire le monde effort, se contentent d’appliquer à la lettre le protocole appris sur le bout des doigts. Une très bonne chose cela va sans dire, mais ce n’est pas assez pour deux jeunes gens qui vont très prochainement être fiancés et mariés quelque temps après. Madelina adore sa mère, à un profond respect et de l’admiration pour elle, quant à la reine de Norethos, elle semble tout à fait charmante et gentille avec elle. Mais tout de même, elles devaient bien s’attendre à ce que le prince et la princesse ne se tombent pas dans les bras, et même si la jeune femme avait été instantanément sous le charme, ça n’a pas l’air d’être le cas de son homologue. Homologue dont le teint à l’air de légèrement verdir, alors qu’il écoute sa royale mère exprime son souhait qu’il raconte quelques anecdotes sur la construction du palais et puis tiens, qu’il vienne avec ces dames visiter les jardins. Clignant des yeux, Madelina ne sait pas si elle doit rire, ou plaindre le prince qui va être traîné dans les prochains jours par sa très chère maman. La jeune princesse se contente de garder un visage neutre au possible.

— Mille anecdotes dites vous, répond la mère de la princesse avec ravissement. Vous piquez ma curiosité, je dois dire et nous serons enchantées d’écouter toutes ces histoires sur votre magnifique palais. La visite de vos jardins est également une magnifique idée, quel plaisir de déambuler entre les fleurs et de pouvoir en apprécier toutes les senteurs.

Certains pourraient croire que la reine d’Ivreonada en fait beaucoup trop afin d’avoir une bonne entente avec Son Altesse royale la reine de Norethos. Mais ce n’est même pas le cas, sa mère prend toujours plaisir à découvrir de nouvelles choses et elle est toujours prompte à faire diverses activités entrant évidemment dans le cadre de son statut. Et au vu du tempérament de la mère du prince Damian, les deux femmes devraient parfaitement s’entendre au contraire, pour l’heure de leurs deux rejetons, qui n’ont pas fini d’en voir. Le jeune couple, bien qu’ils étaient encore loin de pouvoir avoir ce qualificatif, finit donc par suivre leurs parents en quittant l’esplanade pour se retrouver dans un immense hall que Madelina ne prend pas le temps d’admirer. La demoiselle est en effet bien trop absorbée par ses pensées, cherchant à tout prix un sujet de conversation quelconque, mais pas trop stupide ou superficiel, et qui puisse intéresser à minima le prince. Ses entraînements au combat, c’est un peu banal, mais ça devrait faire l’affaire dans un premier temps. Elle tressaille légèrement quand il pose ses yeux noirs sur elle, mais elle découvre qu’au moins elle ne sait pas trompée.

— Pas plus qu’un tournoi entre guerriers et guerrières.

Madelina avait souvent eu l’occasion d’assister à ce genre d'événement, notamment pour son anniversaire ou chaque année était organisée un tournoi en son honneur. Sa mère s’était souvent amusée à lui dire que certains gagnants avaient espéré un chaste baiser sur la joue de sa part, autant dire que ça lui avait donné des sueurs froides, elle qui est si peu tactile. La princesse coule un nouveau regard vers le prince, qui lui explique qu’elle pourra y assister si elle arrive à échapper à leur mère. Ce qui manque de lui arracher une grimace, elle espère quand même qu’elle aura quelque temps libre ou elle aura l’occasion d’être un peu seule, dans le cas contraire le séjour risque d’être furieusement long. Les voilà donc arrivée dans un très beau salon à la douce lumière matinale et à la fraîcheur des plus agréable et au milieu de la pièce, difficile de ne pas remarquer l’abondance de nourriture. N’est-ce pas un peu beaucoup pour quatre personnes ? Vu la configuration de la pièce, il y a peu de chances que les deux rois viennent les rejoindre. À l’image des deux reines, Madelina prend place sur un canapé à la taille parfaite, juste assez grand pour être proche de l’autre, sans pour autant dépasser les limites de la décence. Une fois bien installée, la régente de Norethos l’invite à demander ce qu’elle désire, puis à parler d’elle, puisqu’ils sont visiblement curieux de la connaître. La princesse se retient de jeter même un bref coup d'œil vers le prince pour avoir sa réaction, se doutant que de toute façon, elle pourrait dire qu’elle chevauche des dragons tous les quatre matins, il s’en fiche pas mal.

— Merci de votre gentillesse Votre Altesse, vous êtes évidemment toute pardonnée, il est normal que vous souhaitiez en savoir plus après tout.
À l’image de votre mère, nous aimerions aussi en découvrir plus sur vous Damian, intervient la reine d’Ivreonada avec un sourire charmant. On nous a évidemment beaucoup parlé de vous, mais nous souhaiterions avoir votre point de vue sur qui est le prince de Norethos.

Évidemment, il aurait été étrange qu’elle ne pose pas elle aussi la question à son futur beau-fils. Après avoir demandé quelques denrées et de quoi se rafraîchir, l’estomac de Madelina ne se montrant toujours pas coopératif, la jeune femme cherche quoi dire, elle ne se trouve pas spécialement intéressante et a les activités banales d’une princesse.  

— Je ne sais pas où commencer, veuillez m’en excuser.
— Prends ton temps mon enfant, rien ne presse, parler de soi est moins évident qu’il n’y paraît.

D’un hochement de tête, la princesse remercie sa mère, heureuse qu’une personne qui la connaisse et la comprenne soit là avec elle.

— J’aime peindre, c’est une activité que je trouve apaisante, j’apprécie l’art floral même si mes compositions ne rivalisent pas avec celles de nos fleuristes royaux, finit par expliquer Madelina avec un sourire timide. Je joue de la harpe et je chante, je pratique l’étude des étoiles et je m'intéresse depuis quelques années à l'ingénierie agricole, il me tient à cœur de pouvoir aider d’une façon ou d’une autre mon peuple et j'espère pouvoir en faire plus pour eux à l’avenir. Et… Et un jour, j’aimerais pouvoir un peu voyager si… si le contexte finit par s’y prêter.  

Madelina ne sait pas trop si c’est ce que la reine voulait entendre, mais elle a fait de son mieux.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Ehlana
Messages : 63
Date d'inscription : 02/03/2018
Région : ARA
Crédits : .

Univers fétiche : Fantasy, SF, historique
Préférence de jeu : Les deux
Valise
Ehlana
Mer 24 Avr - 15:17

Damian Brewer
de Norethos

J'ai 27 ans et je vis à Cenester, la capitale du royaume de Norethos. Dans la vie, je suis le prince héritier et je vis la pire période de ma vie. Sinon, grâce à ma malchance, je dois épouser la princesse du royaume voisin et je le vis très mal, même si je fais bonne figure.
Personne ne pourrait jamais dire que la vie, quand on était prince (ou princesse), était particulièrement difficile. Toutefois, tout n’était pas toujours simple ou compatible avec ses préférences personnelles. Avec les années et l’expérience, Damian avait appris à compartimenter son esprit dans certaines situations, ce qui se traduisait par une part de son attention tournée vers son ou ses interlocuteurs et une autre qui pensait à tout autre chose. Cela l’avait sauvé plus d’une fois de réunion interminable ou malaisante, comme cette fois où un éleveur l’avait gratifié d’une explication passionnée, complète et détaillée sur la mise à bas chez les chèvres ou, comme aujourd’hui, d’écouter des détails sur la vie de quelqu’un qu’il ne voulait pas apprendre à connaître. Les choses seraient plus simples de cette manière. Mais il était coincé sur ce bout de canapé, avec son café dans les mains (cela l’aiderait à se maintenir éveillé, il n’avait dormi qu’une heure après tout) et trois femmes autour de lui qui péroraient. Larsen aurait adoré cette situation. Il serait également le partenaire idéal pour une passe d’armes. Les deux hommes se connaissaient depuis toujours, avaient grandi ensemble, s’étaient entraînés ensemble et avaient compté les points depuis tout ce temps. Il ne serait pas difficile de le convaincre pour un petit duel, il ne manquerait pas l’occasion de se mettre en avant ou d’essayer de le mettre en mauvaise posture devant sa toute fraîche fiancée. Le tout était de ne pas doucher trop vite les espoirs de son ami et tant qu’il pouvait se défouler une matinée avant que le devoir ne le rappelle trop vite à son côté, Damian aurait tout gagné.

La souveraine de Norethos s’était tournée à moitié vers la seconde quand celle-ci avait encouragé sa fille après sa question. Ce n’était jamais une question simple, surtout qu’on était un peu timide ou réservée. Mais elles étaient tranquillement en famille maintenant et la présence discrète des serviteurs s’oubliait facilement. Elle trempa ses lèvres dans sa tasse de thé, gardant un œil discret sur son fils, tout en écoutant la réponse que Madelina formulait. Des activités sommes toutes classiques chez une jeune fille, sauf peut-être l’apprentissage de l’agriculture. Ingénierie agricole, rectifia-t-elle pour elle-même. Ce n’était pas tout à fait la même chose. Voilà quelque chose qui sortait de l’ordinaire et d’une belle manière. Si Madelina avait tant à cœur le bien-être de son peuple, elle ferait une héritière parfaite de sa charge. On dépréciait trop souvent le rôle d’une reine dans une société qui comptait surtout sur les hommes pour régler tous les problèmes, mais la souveraine n’avait pourtant jamais renoncé à faire valoir ses idées pour que les choses s’améliorent, même si elle était une femme. Elle offrit donc un gentil sourire à Madelina pour la remercier de sa réponse franche.

- Voilà une étude et une raison pour le moins noble de cœur ma chère. Et bien sûr, nous serons tout prêt à entendre vos suggestions quand le temps sera venu. N’est-ce pas Damian ?

Sa mère s’était tournée vers lui et le fameux Damian tourna son regard vers elle. Il savait qu’elle savait qu’il n’écoutait qu’à moitié la conversation. Mais il savait aussi qu’elle savait qu’il avait suffisamment prêté attention à la discussion pour lui répondre sans paraître gêné le moins du monde.

- Bien sûr mère. Étant donné la situation, il est plus qu’utile d’augmenter nos rendements de production pour faire des réserves et nourrir la population en cas de besoin.

Ce n’était donc pas aujourd’hui que la reine de Norethos allait piéger son unique enfant. Damian décrypta facilement le sourire en coin de sa mère avant que celle-ci ne reporte à nouveau son attention sur sa belle-fille.

- Vous verrez mon enfant, mais Norethos offre de nombreux paysages magnifiques et différents que vous apprécierez sûrement de découvrir… pendant votre lune de miel par exemple.

Ou comment remettre en avant le sujet interdit. Reine de Norethos 1 - Damian 1.

- Cela fait… oh tellement longtemps que ce royaume m’a accueilli, mais je n’en suis toujours pas lassée. Mais enfin, je parle, je parle, et je ne te laisse pas la parole, Damian. Nos invitées veulent aussi te connaître

- Nous pourrions vous écouter des heures sans nous lasser mère, répliqua-t-il galamment et sa mère eut un petit rire de gorge en réponse. Damian se tourna à demi vers les deux invitées avant de reprendre. J’ai fait mes classes militaires ici, à la garnison de la capitale. Comme votre fille l’a découvert, je suis bon bretteur, je monte également à cheval, même si rien ne vaut le confort d’une voiture. J’étais encore récemment affecté à la garnison de la frontière nord de l’empire, d’où j’ai été rappelé il y a quelques semaines. J’espère pouvoir développer les usines d’armement mécanique maintenant que je suis de retour à Cenester.

Son cheval de bataille. Il n'en rajouta pas plus, au plus grand soulagement visible de sa génitrice.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Jeu 25 Avr - 16:56

Madelina Amalia
Rutherford

J'ai 23 ans et je vis à Palon, la capitale du royaume d’Ivreonada. Dans la vie, je suis princesse et je m'en sors comme je le peux, le poids de mon statut et des responsabilités qui en incombent pèse sur mes épaules trop frêle. Sinon, grâce à ma malchance, je suis fiancée à un prince et je le vis très mal, je ne veux pas de ce mariage, mais je n'ai hélas pas d'autres choix. Mon peuple compte sur moi.

Pour mon peuple ft. Ehlana F64e1f3710565f996113ac1c3bf58898
Dans les prochains jours, son cœur risque d'être malmené assez souvent et tout ça à cause du stress, de la peur de dire quelque chose qu’il ne faut pas, ou de faire quelque chose qu’il ne faut pas. La jeune princesse ne veut absolument pas porter l'opprobre sur sa famille et son royaume parce qu’elle se sera montrée maladroite. Si la reine et le prince de Norethos semblent pour l’heure ne pas lui tenir rigueur de son côté sans doute trop délicat et trop doux, la demoiselle préfère rester sur ses gardes, elle n’est de toute façon pas encore prête à baisser la garde et à se sentir comme si elle était chez elle. Tout lui paraît encore trop nouveau, trop différent, le décorum, l'atmosphère, les petites mains qui opèrent efficacement et discrètement, même la boisson qu’elle boit à petites gorgées a un goût autre. Bien qu’elle se prête au jeu, qu’elle fasse ce qu’on lui demande, Madelina n’a pas envie que tout ça lui devienne familier, elle n’a pas envie de quitter son royaume pour un autre, elle n’a pas envie de ce prince qui semble si froid. Si pour l’heure, elle arrive à jouer à la comédie, à garder ce masque de parfaite petite princesse, l’idée de devoir faire ça toute sa vie lui donne un haut-le-cœur. D’un autre côté, une petite voix plus rationnelle lui murmure qu’elle dramatise un peu la situation, elle vient juste d'arriver, avec du temps et de la patience tout ça lui deviendra sûrement familier. S’accrocher, elle doit juste s’accrocher. Terminant sa réponse, cette dernière est accueillie positivement par la reine de Norethos, qui arrive à faire un peu rougir la jeune femme qui est autant flattée que gênée. En-tout-cas, au vu du sourire de sa mère, Madelina a répondu comme il fallait, même si dans ce genre de questionnement, il n’y a pas vraiment de bonnes ou de mauvaises réponses.

— Les idées de Madelina vous seront alors bien utiles, notre production ne s’est jamais aussi bien portée depuis lors, et nous serons ravies de pouvoir échanger avec vous le moment venu, répond la reine d’Ivreonada avec grand sérieux. Nous avons encore du temps devant nous, mais, mieux vaut prendre les choses à bras-le-corps dès maintenant.

Plusieurs royaumes ont été pris au dépourvu, car ils ont négligé la possibilité que la guerre arrive à leur porte et quand finalement cela s’est produit, ils n’étaient pas prêts. Certains disent qu’ils ont mis la charrue avant les bœufs, mais Ivreonada n’a pas attendu que les rumeurs d’une possible attaque soient confirmées pour commencer à se préparer. Évidemment, il reste beaucoup à faire, mais en cas de besoin, ils pourront tenir un siège.

— Je… Je suis en train d’améliorer encore les procédés déjà mis en place, si je peux vous aider à mon petit niveau le moment venu, je le ferai avec plaisir, répond la princesse avec un sourire toujours aussi timide.

Bien qu’elle redoute la suite, bientôt le peuple de Norethos deviendra également le sien et il est hors de question de se tourner les pouces sous prétexte qu’elle ne veut pas de ce mariage, la guerre est l’affaire de tous. La conversation se poursuivant, Madelina reste évidemment attentive au propos de la reine de l’autre royaume, hochant la tête quand elle évoque les nombreux paysages magnifiques et différents qu’elle appréciera de découvrir pend… Plait-il ?!

— Oh euh… hum…oui…

Oui quoi ?! Les jolis paysages ? La lune de miel ? Les deux ? Le visage de la demoiselle se colore d’un rouge, qui s’étend du cou en passant par les oreilles et en se fondant ensuite dans la racine de ses cheveux, autant dire que la pauvrette ne sait plus où se mettre. Naïve mais pas sotte, elle est au courant qu’après son mariage, il y aura une lune de miel, cependant entre la théorie et la pratique il y a un pas, voire même un gouffre. Autant dire que lorsque c’est au tour de Damian de Norethos de prendre la parole, Madelina trouve soudainement les pieds du prince absolument fa-sci-nant ! En voilà des bottes bien lustrées. Bon, au vu de la pagaille interne que l’évocation de la lune du miel a provoqué chez la jeune femme, c’est un petit miracle qu’elle ait réussi à capter l’essentiel des activités du prince. Il est plus que notable que c’est le jour et la nuit entre Damian et Madelina.

— Il est rassurant de voir, au-delà de votre ma formation militaire, que vous prenez très au sérieux l’effort de guerre auquel nous devons tous consentir et que vous avez dors et déjà à cœur de faire le nécessaire pour assurer la défense de votre royaume. Certains de vos homologues ne sont pas aussi concernés que vous à ce sujet. N’est-ce pas appréciable ma fille ?
— Oui, votre droiture est des plus estimables, répond simplement la jeune femme, non qu’elle s’en fiche, mais elle ne voit pas ce qu’elle pourrait ajouter d’autres aux propos de sa royale mère.

De prime abord, l’on pourrait croire que la réponse du prince ne leur apprend pas grand-chose, en dehors de l’accomplissement de ses classes, de son aptitude à manier l’épée et de son désir de s’investir dans la guerre. Cependant, si l’on prend les choses sous un angle différent, Damian de Norethos apparaît alors comme un jeune homme fiable, sérieux et dévoué pour son peuple, des qualités que la reine d’Ivreonada apprécie beaucoup et que son mari estimera également grandement.

— Ceci étant dit très chère, reprend la reine d’Ivreonada en se tournant vers sa comparse. Prendre un petit bol d’air frais dans vos jardins, serait, je crois tout à fait fort à propos…

Elle coule un regard malicieux vers son enfant, dont les joues sont encore cramoisis.

— Et je dois dire avoir grande hâte d’avoir tant de beauté sous les yeux, termine-t-elle avec un sourire aimable.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Contenu sponsorisé
Pour mon peuple ft. Ehlana
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Répertoire d'Ehlana
» On arrête pas un peuple qui danse
» † Dans nos cerveaux ribote un peuple de démons †
» (m/m) Piraterie et Phaleines le peuple des mers [ Recherche en cours ]
» Ecrire pour t'exister... Te lire pour me subsister. {Cheval de Troie & Nash}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy-
Sauter vers: