Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

-28%
Le deal à ne pas rater :
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 couverts – L60cm
279.99 € 390.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

You Are My Sunshine [Val et Oskar]

Val
Messages : 390
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
Code lyokko
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t5013-un-concept-un-perso-tous-les-univers-ou-presque-ok-mai-2023#100895 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Ven 12 Avr - 14:34

Sigmar Hensen
dit « Siggy »

J'ai 27 ans et je vis pour l'instant à côté deBâton Rouge , en Louisiane, aux USA. Dans la vie, j'ai étudié l’ethnologie sociale, puis contre toute attente j'ai quitté les miens et mon avenir tracé pour me transporter jusqu'à San Diego, en Californie. Là, après une période difficile où j'ai tenté de vivre en vendant mes dessins, portraits et caricatures (et ai fini par offrir mon corps), j'ai intégré l'équipe du Lorenzo's, une pizzeria minuscule tenue par Larry, un phénomène de 82 ans paternel et volubile. Je suis devenu livreur de pizzas en rollers et je m'en sortais pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis désormais fiancé et je le vis bien.

A ajouter ? Je suis l'aîné de quatre enfants, né dans le Nevada dans une petite ville du nom de Sweet Home, la mal nommée. Mon père était -et est sans doute toujours- chirurgien, chef du secteur orthopédie de l'hôpital local, et ma mère femme au foyer. Nous avons été élevés d'une main de fer dans la plus stricte observance des commandements de Dieu ! Jusqu'au jour où j'ai avoué que je suis... homosexuel.
- 18:

@Mandrin @Oskar


You  are  my  sunshine
code par Summer's Desire pour Epicode
Sigmar Hensen, Sheridan Roje & Camille Grant

TW : Racisme - Homophobie - suprémacisme blanc, évoqués


- Avec moi, parce que tu m'aimes trop ? Je suis déjà parfait, pas besoin de m'accessoiriser ?

Dieu que je l'aime ! Si j'avais le sens de l'humour, mais je crains de l'avoir perdu en trouvant l'amour, je rirais aux éclats et lui répondrais « Prétentieux va ! Mais ce n'est pas faux... ». Au lieu de cela, je rougis à nouveau comme une midinette, me conspuant intérieurement de cette sensiblerie manifeste et nouvelle ? Cela dit ? Étais-je différent quand je n'étais que « le fils préféré » de mon père ? Je pense que dans ma position, le petit Markus aurait crié, hurlé, bataillé, porté ces affronts à la connaissance de tous, fait de cette « préférence » une honte indicible ? Comme il a abondamment -d'après ma sœur Belle- explicité et commenté son départ et l'odieuse attitude de mon père envers son Emma ? J'idéalise peut-être mon petit frère, si lui avait été le « fils préféré » il se serait peut-être contenté de souffrir et de protéger les autres, comme je l'ai fait... Ce faisant, il n'aurait peut-être jamais séduit Emma, ne l'aurait pas engrossée, ne serait pas père ? Des conjectures que tout cela, refaire le passé ne sert même pas à apaiser les âmes, celles qui ont pris des coups restent marquées, au mieux peuvent-elles cicatriser, même obtenir avec le temps une cicatrice qui ne se voit plus... mais ne pas voir ne signifie pas ne pas savoir, ne pas sentir.

Sheridan est parfait et je l'aime trop ! Là, il a tout juste. Mais ce n'est pas pour cela que je refuse d'utiliser ce qu'il m'a offert, je vois dans ces objets non comme il le dit un moyen de multiplier le plaisir, de jouer, mais un avilissement ; pour celui qui domine comme pour l'autre. Comment lui faire comprendre sans le blesser ? Et pourquoi me préoccuper de ne pas le blesser LUI alors que MOI le suis, simplement par les souvenirs que ces jouets véhiculent ? Je lui ai dit lors de notre rencontre que je m'étais prostitué, c'est un mot, et dans un mot tous ne mettent pas le même sens, le même ressenti, la même douleur...

Pour moi, avec l'éducation que j'ai reçue, dans l'environnement où j'ai grandi, le prostitué -ou la- restent des parias, d'abjectes créatures livrées au démon qui les poussent à forniquer avec n'importe quelle âme aussi déchue que la leur... Je n'ai jamais pu m'en défaire, et cela m'a d'autant plus perturbé que j'aime le sexe, j'en ai besoin pour vivre et certains clients étaient presque devenus des amis... Comment lui expliquer que j'aime quelque chose qu'on m'a présenté comme une abomination ? Une preuve tangible de l'emprise de Satan sur ton imparfaite personne ? D'autant que je n'ai jamais rien regretté ! Ni les parties de jambes en l'air tarifées ni les autres, je suis un être physique et avide de sensualité, peut-être un de ces incubes que mon père -lui-même ignoble par son comportement mais porteur de la vérité suprême en tant que pater familias- décrivait comme de monstrueuses exaltations de la luxure interdite par Notre Seigneur ?

Je pourrais pousser la réflexion en me demandant pourquoi une divinité qui me semble-t-il quelque part dans la bible dit « Croissez et multipliez-vous » escompte interdire les relations sexuelles ? S'il a doté l'espèce humaine de genre, et assorti l'acte prohibé de plaisir, n'est-il pas illogique qu'il le pare aussi du péché ? En tout cas, je suis resté trop longtemps exposé à ces niaiseries pour m'être libéré de leur néfaste emprise... Forniquer hors mariage est péché, forniquer dans le mariage dans un autre but que la reproduction est péché, alors que dire de vendre son corps, ou de pousser les autres à une jouissance qui devrait ne pas être, puisque le péché ne devrait pas procurer de satisfaction ? À moins d'être déjà damné dés la naissance ?

Bon dieu ! Aimer un homme et se torturer à refuser l'ultime accomplissement de l'amour parce qu'on a été trempé dans une amertume et un désespoir causés par un supposé péché universel !

Je me secoue, rejetant ces pensées débiles ! Je n'ai pas quitté les miens à la fin de mes études pour retomber dans les stupidités dont ils entravaient leurs vies ?

- Ce sont de bonnes raisons... Je remonte à l'assaut, mais je suis déterminé à ce qu'il comprenne... - Dan... Pour moi ces trucs salissent ceux qui y touchent ? Est-ce que tu peux comprendre ? Je sais que c'est idiot mais c'est plus fort que moi.

Lui ne semble marqué par rien, à ce que j'ai compris, sa mère aimait l'amour autant que moi et n'a jamais fait de la fidélité une nécessité ? J'aurais souhaité grandir dans ce genre de milieu ! La liberté, la pureté de l'amour dénué de toute autre notion, mon père à moi aurait vu sa mère comme la grande catin à abattre ! La prostituée des écritures, une Lillith mère de tous les hommes de mauvaise fame...  Je serais donc l'amant d'un demi-démon ? Cette idée me plaît, elle confère à Dan une unicité qui m'émoustille...

Bref, je me laisse aller à des conneries dont je devrais avoir honte ! Je me laisse bercer, par son corps et sa voix...

- ...Bien sûr on peut se passer de tout, mais je serais d'avis qu'on ne se prive pas non plus. Comme la musique, tiens... Notre ami s'en occupe.Il ne faut pas que tu sois jaloux de lui. Ni de Camille, ni de personne. Tu vois ce corps sous tes doigts ? C'est ton royaume. Tu en es le prince.

Je n'en suis pas le prince, j'en suis l'humble servant, je rejette la tête en arrière savourant en effet l'étrange musique qui donne à nos ébats une connotation sauvage et rythmée... Je me fiche de Camille en ce moment, je me fiche de tous et toutes, je veux sentir en moi tout son être, fusionner avec lui, comme cette Lillith effacée de la Bible qui aurait été accrochée par le dos à Adam avant de recevoir une vie propre... Je me veux Sheridan et je veux que Sheridan soit moi ! Puis...

- Qu'est-ce que c'est ?  

Stoppé dans mon élan je reste pantois, mes délires mystico-érotiques s'évaporent dans l'air... Le hurlement est suivi d'autres, qu'est-ce qu'ils fichent là-bas ? Il n'est pas en train de la découper ? Ou l'inverse ? Ont-il été attaqués en position vulnérable comme nous pourrions l'être ? Je prends le bras de Dan, le serre d'une main anxieuse, avons-nous eu tort de nous exposer ainsi ? Quelque chose, ou quelqu'un rode-t-il dans le parc ?

- Oh mon Dieu !

Ce ne sont pas les termes que je m'attendais à entendre dans sa bouche ? Mais Dieu à mon avis se contrefout de nous, Camille et la fille sont aussi des pécheurs ? Encore que... Sont-ce les hommes ou Dieu  qui ont introduit cette ridicule notion de péché ? J'en reviens là, très confusément, une vague pensée chassée par d'autres...

J'enfile en hâte mon pantalon, mes chaussures je ne sais pourquoi...

- On va voir !

J'entends sans le comprendre ses paroles, tout entier porté au secours du couple là-bas qui semble en difficulté, peu m'importe qu'il s'agisse de Cam et que je sois -effectivement- jaloux de l'attention qu'il génère chez mon amant...

- J'ai déjà tué pour toi, s'il le faut, je recommencerai.

Ma mémoire imprime, ma raison ne décrypte pas. J'ai déjà fait trois pas et me retourne, me suit-il ? Que pourrions nous prendre s'ils sont en danger pour chasser l'agresseur -ou les- ? Je n'ai jamais été très doué avec les armes, je dois être un des rares américains à n'avoir dans aucun tiroir le pistolet qui me sauverai d'un cambrioleur ou accroché au mur le fusil destiné à repousser une hypothétique attaque de voyous...

Mais Dan est fort et intelligent ! Et moi pas vraiment sans ressources malgré mon physique trompeur.

-  Qu'est-ce que c'est ? Tu penses ? Pourquoi les attaquer eux et pas nous ? Ils sont dans la vieille maison, Cam' a menti en disant se coucher tôt, j'ai vu la fille...

Pour moi cela sous-entend qu'ils auraient dû être épargnés ? protégés par les murs ?

A moins que ça ne soit justement dans ces murs qu'on les attendait ?

You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 Bcdf4a10





Follow the dream spirit
and live your dreams peacefully
(c) Heaven
Oskar
Messages : 331
Date d'inscription : 07/03/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : Targui himself

Univers fétiche : Pas de préférence, avatars réels par contre
Préférence de jeu : Homme
Sabrina
https://www.letempsdunrp.com/t4980-dis-moi-qui-tu-es-je-te-dirais-peut-etre-qui-je-suis https://www.letempsdunrp.com/t5135-carnet-de-reves#102392 https://www.letempsdunrp.com/t4979-que-suis-je-venu-faire-ici
Oskar
Mer 17 Avr - 16:27

Camille Grant
J'ai 22 ans et aprés un déracinement volontaire de deux ans, je suis revenu dans la demeure familiale à côté de Bâton Rouge , en Louisiane, aux USA. Dans la vie,  depuis ma plus tendre enfance, je vis entouré d'artistes. Ma mère était danseuse classique et a interrompu sa carrière à ma naissance, ma grand-mère était une célèbre tragédienne de théâtre et mon « grand-père » son second époux, de quinze ans son cadet a connu un succès fulgurant au cinéma en tant que jeune premier. Seul mon père, trader et fils d'un riche banquier dénotait dans ce milieu, ça n'a pas eu d'importance bien longtemps puisque après leur divorce mes parents sont partis, chacun de leur côté, laissant à qui en voudrait l'enfant pourtant chéri et comblé pendant ses deux premières années d'existence...



A mon tour je suis monté sur les planches, après avoir étudié la danse, le cinéma, les effets spéciaux. Actuellement, je suis danseur peint dans un cabaret luxueux de Californie. Enfin... j'étais, je me suis mis en congés, d'une durée indéterminée, s'ils me virent je suis suffisamment à l'aise financièrement pour voir venir et attendre. Je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma très grande chance, je suis célibataire et je le vis à merveille, espérant le rester jusqu'à la fin de ma vie !

FC : Nils Verberne - à découvrir sur @Lithunium.snow

A ajouter :
@Mandrin @Val









Diane-Mary Desoffrey
J'ai 25 ans. Je suis revenue à Bâton Rouge , en Louisiane, aux USA après avoir fait des études sur la Côte Est. Dans la vie,  je tiens un magasin de souvenirs, tout particulièrement d'articles "vaudou" plus ou moins réalistes.
Accessoirement, je suis aussi... la Mambo Mary, prêtresse qui officie pour les fidèles de la région.



Financièrement je m'en sors pas trop mal surtout depuis que j'ai revu Camille Grant. Sinon, grâce à ma très grande chance, je suis célibataire et je le vis à merveille, dans ma famille, aucune femme n'a l'idée saugrenue de se marier, elles restent indépendantes !

FC : Sira Kanté

A ajouter :


You  are  my  sunshine
code par Summer's Desire pour Epicode
Sigmar Hensen, Sheridan Roje & Camille Grant


Mes mains continuent de battre la mesure... La mesure de quoi ? Je sens comme des milliers de mouches qui piqueraient mon corps pour y pondre ! Un corps -assurément peu vivant ?- sinon qu'y feraient ces insectes ?! Je sens... des serpents nager dans mes veines et mes artères, répandant leur poison en mordants les cellules sanguines... Je sens, quelque chose d'immonde et insidieux, roder autour de ma cervelle mise à nuit par ma boîte crânienne ouverte comme un œuf à la coque ! La douleur, la peur, que dis-je ? La terreur de me voir de dessus, dans un trou et une boîte ! Un enterrement d'homme seul, pas même mes chats, puis... mes yeux fermés se rouvrent pour voir cinq fourrures emmêlées et sanglantes, et je hurle plus encore !

Qu'avons-nous fait ? Je n'ai pourtant rien pris ? Elle ne m'a pas donné de filtre ou d'herbes à avaler ? Pas même dessiné sur le corps avec une peinture additionnée de je ne sais quelle substance ? Comment puis-je en être là ? Comme un bateau sur un fleuve qui déborde, sans amarres, sans gouvernail, offert aux flots, qui dérive et prend des coups, sans direction logique sinon suivre le cours de la rivière, celui d'aujour'hui, peut-être qu'à la décrue il se trouvera en plein champs, dans le marais, ou posé je ne sais où au milieu d'une ville ?

Je m'accroche à l'âme de la prêtresse que je sens proche, elle me suit, tente de me rattraper ! Je crie encore, éperdu, ma tombe se creuse, le cercueil tombe, des griffes avides essaient de me saisir ! Je vois les visages ou du moins ce qu'il en reste ! Cette Pamela que j'ai refusé d'épouser malgré ses filets tendus avec l'aide de sa mère ! Elle avait la fortune Grant -ou plutôt Auffray- dans le viseur... Ce type qui m'a martyrisé une partie de mon école primaire avant que je ne fabrique de lui une effigie que nous torturions, Mary, son petit frère et moi... Pourquoi ?! Je n'ai jamais fait de mal à personne d'innocent ! Tous les gens auxquels j'ai causé du tort -volontairement ou pas- avaient -parfois beaucoup- des choses à se reprocher ? Ils se trouvent à me harceler et à tirer mes restes vers le bas... vers l'enfer ?

Mais ne comprennent-ils pas qu'il est sur terre !

A nouveau je hurle !

Je n'ai pas mérité ça ! Cela dit je suis certain que tous les damnés arrivent devant Saint-Pierre en le jurant et prennent l'ascenseur vers le royaume de feu en le clamant ! Mais non ! J'en suis sûr ! Je ne suis pas mauvais ! Et puis, je dois vivre ! Je n'ai pas fini mon parcours ! Ce n'est pas pour moi, les gens ont tellement besoin de merveilleux ! C'est ce que je leur offre du merveilleux ? Mes mises en scène, mes sketchs, mes tableaux vivants, mes décors, mes maquillages ?!

J'offre du rêve et on me donne le cauchemar ?

« Mary ! Empêche-les ! Arrête-les ! Ils vont m'emporter ! Ils vont m'emporter ! Mary ! Ils m'arrachent la peau ! Ils veulent me dépecer ! Maryyyyyy !  »

Je me sens secoué, son âme l'est aussi...

Camille ! Camille reviens ! Tiens bon ! Camille!

Je n'entends plus rien, je me tords pour  me soustraire aux milliers de doigts à griffes qui me labourent la couenne ! Pas comme ça ! Pas comme ça !



You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 Vodou-healer-photo-story-bod.18035158.fill-1000x500-c100



Envoûté ! Possédé ! Il me l'a dit pourtant ! Il décrivait une absence totale d'entrain, d'appétit, de joie ! Des cauchemars, des idées noires, une voix qui ne cessait de l'enjoindre à cesser de lutter et qui l'entraînait à la suivre, là-bas dans l'autre monde ! Quelle folle je suis ! Je ne l'ai pas suffisamment pris au sérieux ! Je le vois se contorsionner, hurler, appeler mon nom et celui de Lianne !

Lianne ? Pourquoi Lianne ?

Elle a été son soutien toute son enfance et une partie de son adolescence mais Lianne réprouvait son attachement à la Religion ? Elle n'a jamais cru en rien si ce n'est en l'acharnement, elle en a usé je le reconnais et a surmonté de durs moments, elle a perdu sa fille partie avec un moins que rien et qui lui vouait une rancune sans limite d'avoir autorisé son premier mariage, comme si les mères d'aujourd'hui pouvaient empêcher une jeune femme d'épouser qui elle voulait ! Elle a perdu un premier mari dont je ne sais rien, Camille non plus, un second l'acteur Humphrey Grant de quinze ans plus jeune qu'elle, puis la santé et a mené un combat dantesque contre la maladie !

Oui, Lianne était une femme forte, si elle avait « cru » elle aurait pu être une puissante mambo, c'était un caractère dur et strict, sûr de ses convictions que n'arrêtaient ni la morale, ni la bienséance, ni rien d'humain ! Elle se fixait un objectif et l'atteignait ! Qui qu'il lui en coûte, et quoi qu'il en coûte à son entourage.

Le Camille que j'ai connu enfant était comme elle ? Quand et comment est-il devenu ce jeune homme pusillanime qui sombre là, sous mes yeux !

- Camille ! Camille écoute-moi, suis ma voix, ne te laisse pas distraire ! Tiens bon ! Camille, guide ton âme jusqu'à mes mots ! Écoute le tambour, écoute le loa ! Écoute le son de mes mots, de mes pas ! Ne laisse rien ni personne te déstabiliser, regarde-les, mets des noms sur leurs visages, nous saurons qui combattre !!

Je continue à danser, mais mes mains tout en mimant les gestes rituels sortent du grand sac fourre-tout que j'ai apporté avec moi des flacons, des senteurs, des pommades... Il me faut le ramener, je n'ai pas pris l'exacte mesure de sa souffrance, de sa faiblesse, de l'emprise de celui ou celle qui l'appelle et le mine !

- Camille ...

Je m'arrête net, la porte s'est ouverte avec fracas, deux énergumènes affolés sont là, bouche bée et les bras ballants ! Du moins c'est l'impression que j'ai !

- Qu'est-ce que vous fichez là ! Vous allez tout foutre en l'air ! Vous ne voyez pas qu'il est maléficié !

Prestement je m'approche de mon ami et lui fait respirer le contenu d'une petite bouteille, le diable en lui doit y être sensible ! Je me suis trompée d'approche, ce n'est pas un botono puissant qui l'a maudit, j'ai invoqué son loa, offert le sacrifice, je ne me demande pas un instant ce que les deux arrivants pensent de la pièce ? Les symboles tracés au sol sur le carrelage dont j'ai retiré le tapis roulé dans un coin, l'oiseau qui se vide de son sang épinglé au papier peint défraîchi... Je ne pense qu'à Camille...

Qui peut vouloir tant de mal à un homme, sinon un guédé en colère ? Il n'a cessé d'appeler Lianne et me suppliait de le sauver... Elle est morte depuis plus d'un an, tous ont cru qu'il ne se remettait pas de cette mort parce qu'il l'aimait avec passion... Une sorte de dépression...

Il est là, pantelant, ses mains ont quitté le tambour, il est au bord du coma !

-  Camille ? Poukisa Lianne ta ka fache sou ou? (*)

Je me tourne vers les deux autres et aboie presque :

- Puisque vous êtes là ! Soutenez-le ! Bondye dwe ede l!   Je traduis aussitôt -  Il faut que le Bondie l'aide ! Pour cela je dois le ramener dans le monde de la vie...

Il est temps pour Papa Legba de lui ouvrir les portes... C'est un loa capricieux, Camille se voyait passant celle du succès, il semble qu'il ne lui ait pas ouvert la bonne ! Mais j'ai confiance dans le blond, quoi que Lianne lui veuille, quelle que soit la raison de sa colère, elle ne pourra pas vaincre à la vois un loa puissant et la volonté de son petit-fils !

Pour la première fois je me demande à quoi je ressemble pour ses deux amis incroyants... Ma peau n'est pas plus sombre que celle de Dan dont il m'a parlé plusieurs fois, Siggy lui doit me trouver d'un noir d'encre mais il paraît qu'il s'en fiche ? Avec un fichu sur la tête, une longue robe blanche rituelle, des peintures sur le visage et les bras nus, des colliers, bracelets, gris-gris...

Oh, et puis quelle importance !



~~~~~~~~~~~~
(*) - Camille ? Pourquoi Lianne pourrait-elle t'en vouloir ?

Un peu de vaudou en bref et très simplifié:





Prendre son envol
et tout oublier

Mes persos joués : ici
Mandrin
Messages : 119
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5089-welcome-to-the-motel#101913
Mandrin
Ven 26 Avr - 22:11

Sheridan Roje
Je suis citoyen américain ans et je vis à La Nouvelle-Orléans, USA. Dans la vie, je suis conducteur de calèche et je m'en sors pas mal du tout. Sinon, grâce à ma chance, je suis fou amoureux et je le vis plutôt bien.

On m'a donné tous les surnoms possibles sur la base de mon nom existant, alors n'hésitez pas, créez votre propre sauce ! Vous gagnerez peut-être un prix si vous arrivez à me faire rire !
Je suis notamment reconnaissable à ma cicatrice au visage, souvenir d'une époque où j'ai tenté ma chance comme cascadeur et très vite regretté. J'étais ado, on fait tous des erreurs.
J'ai laissé tombé la comédie et l'escrime à ce moment-là, pour me consacrer au ranch de ma mère et à un apprentissage d'artisan, mais en arrivant en Louisiane, en construisant ma propre famille, j'ai renoué avec ces vieilles ambitions.

Oh, je ne cherche plus à faire carrière sur vos écrans. Quoique j'ai déjà fait un peu de figuration pour un petit clip de métal que vous n'avez sans doute pas vu. Non, surtout, je transporte les touristes en calèche dans la vieille ville pendant que le guide raconte l'Histoire ancienne, et à force de tout entendre encore et encore, je commence déjà à connaître tout ça par coeur.

The usual suspects
:l: @Oskar @Val :l:

Dans la lumière tremblante, Dan assailli par l'odeur du sang et des herbes voit la femme rouge, et dans sa voix il entend les ordres de sa compagne de captivité. La liberté mérite tous les combats. Et il ne doute pas que Camille se bat en ce moment. Est-il vraiment besoin de crier dans sa direction ? Un homme qui sombre se bat toujours, même s'il s'est de sa propre volonté jeté à l'eau ! Pourtant les voilà qui l'entourent tous les trois, comme s'il avait besoin de leurs voix dans sa tête, lui qui est déjà si affreusement hanté. Qu'est-ce qui lui arrive ? Dan ne pose même pas la question. Il n'a pas connu cette même chute mais il a été hanté lui aussi. Et s'il a surmonté cette mauvaise passe, s'il s'en est sorti le cerveau presque intact, c'est parce que Camille, au lieu de le mettre à la porte, l'a invité à passer du temps chez lui et à parler au calme, et à se conduire en être humain, jusqu'à ce que les démons renoncent.

Des démons, c'est ça qu'il y a ici ? Dan s'en fiche bien. Il est dévoré par la haine envers ces entités, quelles qu'elles soient. Une envie de détruire, de brûler, d'écraser entre ses mains. Il ferme les yeux pour la faire taire, ce ne sera pas possible ce soir, ce ne sera pas si simple. Sa voix basse se superpose aux incantations de la fée de sang et trouve même un rythme en accord avec le sien. Il lui semble - mais ça n'a pas de sens - qu'il a déjà fait cela, il y a très longtemps, dans d'autres vies.

"Camille, tu es fort. Tu as chassé mes démons. Quand mon propre frère m'a tourné le dos, tu m'as rendu courage. Tu nous as accueillis dans la demeure de tes ancêtres. Tu es notre protecteur, notre ange gardien. Bats-toi pour nous, et nous nous battrons pour toi."

Son frère. Ce mot a fait déborder ses yeux soudainement, une envie de pleurer lui a coupé la parole. Démuni, perdu, il se tourne vers Siggy pour le serrer contre lui, protection contre la destruction du monde. Dire qu'il y a quelques minutes, ils ressentaient tout ce qu'il y a de plus libérateur et de plus beau ! Et ce sentiment existe encore, et un jour Camille le ressentira lui aussi. Il faut y croire, il faut s'y accrocher. Impossible, au contact de son Siggy solaire, d'arborer autre chose qu'un sourire.

"Tu es plus fort que les maléfices, Camille. Tu m'as délivré du mien. Ta place est là avec nous. Témoin à notre mariage."

Il avait presque l'impression de lui reprocher son état et il ne voulait surtout pas faire une telle chose. Imaginer son ami sombrer dans les ténèbres avec le souvenir de sa voix en train de lui faire un reproche... Ce serait une horrible injustice. Son moral faisait des dents de scie, il était beaucoup trop atteint par les phénomènes à l'oeuvre ici même s'il y évoluait comme un aveugle dans un labyrinthe.

"Et si un jour ils sont plus forts que toi, sache que je comprends. Je comprends." Sa main se posa sur les cheveux de Camille, cherchant à capter son attention. Où était-il parti ? A quelle distance ? Les voyait-il encore ? N'aurait-il pas fallu appeler une ambulance ? Il fallait qu'il réprime sa panique, il ne voulait surtout pas la transmettre. "Parlons pas de ça. Rassure-nous, qu'on puisse se rhabiller, d'accord ?"

Son regard errait sur la scène, il commençait à peine à en percevoir consciemment les détails. Il fallait que cette femme en charge des événements lui donne des instructions. Il revivait son évasion des mains de la mafia, et il ne s'en rendait même pas compte. Tout ce qu'il percevait, c'était l'ombre alentour, et la nécessité d'arriver jusqu'au soleil. Et il avait besoin de son langage corporel pour communiquer à son amoureux dans quel état il était lui-même : il aurait été incapable de le décrire, il le percevait à peine.

"Qu'est-ce qu'il a ? Il y a des esprits mauvais ici, hein ? Comment je peux m'y prendre pour leur faire mal ? Je peux donner mon sang au besoin. J'en manque pas."
Val
Messages : 390
Date d'inscription : 27/02/2022
Région : France, Ile de France
Crédits : /

Univers fétiche : Avatars réels, mais tous types
Préférence de jeu : Homme
Code lyokko
https://i.servimg.com/u/f90/20/28/18/45/tm/espoir11.jpg https://www.letempsdunrp.com/t5103-carnet-de-notes-de-val#102055 https://www.letempsdunrp.com/t5013-un-concept-un-perso-tous-les-univers-ou-presque-ok-mai-2023#100895 https://www.letempsdunrp.com/t4965-bonjour-bonsoir
Val
Jeu 16 Mai - 16:52

Sigmar Hensen
dit « Siggy »

J'ai 27 ans et je vis pour l'instant à côté deBâton Rouge , en Louisiane, aux USA. Dans la vie, j'ai étudié l’ethnologie sociale, puis contre toute attente j'ai quitté les miens et mon avenir tracé pour me transporter jusqu'à San Diego, en Californie. Là, après une période difficile où j'ai tenté de vivre en vendant mes dessins, portraits et caricatures (et ai fini par offrir mon corps), j'ai intégré l'équipe du Lorenzo's, une pizzeria minuscule tenue par Larry, un phénomène de 82 ans paternel et volubile. Je suis devenu livreur de pizzas en rollers et je m'en sortais pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis désormais fiancé et je le vis bien.

A ajouter ? Je suis l'aîné de quatre enfants, né dans le Nevada dans une petite ville du nom de Sweet Home, la mal nommée. Mon père était -et est sans doute toujours- chirurgien, chef du secteur orthopédie de l'hôpital local, et ma mère femme au foyer. Nous avons été élevés d'une main de fer dans la plus stricte observance des commandements de Dieu ! Jusqu'au jour où j'ai avoué que je suis... homosexuel.
- 18:

@Mandrin @Oskar


You  are  my  sunshine
code par Summer's Desire pour Epicode
Sigmar Hensen, Sheridan Roje & Camille Grant

TW : Racisme - Homophobie - suprémacisme blanc, évoqués


-  Puisque vous êtes là ! Soutenez-le ! Il faut que le Bondie l'aide ! Pour cela je dois le ramener dans le monde de la vie...

- Tu es plus fort que les maléfices, Camille. Tu m'as délivré du mien. Ta place est là avec nous. Témoin à notre mariage.

Je reste estomaqué, pantelant sur le seuil tandis qu'elle m'indique d'un geste péremptoire de fermer la porte ? Une porte ouverte peut-elle empirer les choses ? J'ai l'impression que la pièce est sombre, parce qu'ils ont allumé des bougies en non l'électricité, l'odeur est mêlée d'encens et de celle du sang de ce pauvre poulet qui agonise ! Je me mords les lèvres à les en faire saigner moi aussi, rien ne m'a préparé à ce que je vois. En me baladant dans les rues, que ce soit à Bâton-Rouge ou à la Nouvelle-Orléans, j'ai vu dans des vitrines des accessoires vaudous, de ceux qu'un vieux vendeur m'ayant croisé avec « le Auffray » m'a dit être « pour les touristes »... Abandonnant pour moi son sabir mi-créole mi-français, lui aussi réservé aux visiteurs de la ville, il m'a expliqué dans un anglais parfait que -si l'on pouvait obtenir des résultats à partir de n'importe quel objet, gri-gri ou autre réceptacle- le recours à ceux-ci était bien moins fréquent que la croyance commune. « Pour guérir » avait-il dit « il faut un prêtre ou une prêtresse qui connaît les choses essentielles, des plantes, d'autres ingrédients et surtout, la foi ». il avait souri et ajouté que la foi, n'avait pas besoin de poupée de ficelle tressée, même avec des cheveux du malade mêlés à la fibre...  J'avoue que si ses confidences m'avaient intéressé, je les avais trouvées instructives, avant ce soir je n'avais pas pris la mesure du type de « maladies » dont il parlait.

Je regarde la fille dont la robe blanche fait ressortir le teint, je me fais à nouveau la réflexion qu'elle est jolie, pourtant la nature de sa relation à Camille devient bien floue ? Est-il vraiment hétérosexuel ? C'est bien le moment de demander me crie en moi ma conscience !

-  Le ramener dans le monde des vivants ? Tu veux dire qu'il est … mort ?  

J'ai la certitude d'ouvrir une bouche bée, et de donner de moi une impression de stupidité sans nom ! Mais … Camille mort ? Il y a quelques mois, rien qu'à la description qu'en faisait Dan, je me sentais haïr Cam, puis, au fil des semaines, j'en suis venu à ne plus savoir ce que je ressentais réellement pour lui, mais en tout cas, même au sommet de ma crise identitaire et dévoré par la jalousie, jamais je n'ai imaginé son décès ! Camille est plus jeune que moi, sur scène il déborde de vie, de plaisir, de volonté de se parfaire ! S'il y a dans ce monde un homme dont l'avenir est loin d'être absent c'est lui !

Elle relève la tête, elle était en train de lui faire boire une sorte de potion, en récitant je ne sais quoi, je ne comprends pas le créole moi ! Elle passe les mains sur son corps à lui, sur le sien à elle, elle a l'air de parler à quelqu'un d'invisible...

- Il n'est pas passé encore mais la porte est ouverte, elle soupire, respire, recommence à incanter je ne sais quoi...   - Il y a un vent mauvais qui l'attire de l'autre côté, son loa doit l'aider mais c'est un fin matois, il monnaye ses dons très cher...

Je ne sais qu'approximativement ce qu'est un loa, et qu'un dieu puisse faire payer son intervention ? Remarque, est-ce que « mon » dieu ne se fait pas payer ? Quand tu vas à l'église et que le prêtre en matière de pénitence te donne des devoirs du soir ? Prières ? Actes de contrition ? Et tout ce qu'un religieux pervers peut imaginer !? Certes, je suis un apostat, un damné, une créature de l'enfer... J'avoue avoir oublié la liste exhaustive de mes péchés...

- Qu'est-ce qu'il a ? Il y a des esprits mauvais ici, hein ? Comment je peux m'y prendre pour leur faire mal ? Je peux donner mon sang au besoin. J'en manque pas.  

Mes yeux s'ouvrent tout grand de stupéfaction ! Du sang ? Jamais ! Son sang est mien ! Toute sa personne, je la veux entière, je sais, c'est égoïste, mais je suis sûr qu'on peut sauver Camille sans perdre Sheridan ! Je soupire quand elle ne répond pas, occupée à discuter sans doute avec le « loa », Camille respire plus régulièrement et plus visiblement. Je pose enfin la question qui me taraude, avant d'être ici je n'ai jamais été possessif, ni jaloux, ni puritain ? Est-ce que cet endroit fait ressortir le mauvais de chacun ? Mon aimé a dit « esprits mauvais » ? y a-t-il dans cette maison des esprits mauvais qui te transforment en ce que tu as de plus méprisable ? Malgré toi, parce que tu ignores leur présence ?

- C'est la maison ? C'est pour ça qu'il redoutait de revenir ? Il disait dans l'avion qu'il avait peur de cet endroit parce qu'il n'y avait pas de bons souvenirs ? Tu crois que ça affecte tout le monde ?

Elle relève les yeux comme importunée, elle est toujours avec Camille, elle dessine sur son corps des trucs qui ressembleraient à des runes de jeux vidéos fantasy... Dans un murmure elle lâche, comme craintive :

- Je crois que c'est Lianne...  

Lianne ? Camille parle d'elle avec amour et dévotion ? C'est Lianne qui est en train de le tuer ? Et qui accessoirement fait remonter du fond de ma mémoire des horreurs, m'empêchant de profiter du tête à tête avec Sheridan, de la quiétude de l'endroit ?

Est-ce que je crois aux fantômes ?

Je ne me suis jamais posé la question.

- Mais... elle est morte ?

Elle fait oui de la tête. Elle est morte, bien sûr, et elle veut Camille avec elle ? Non, c'est impossible, je dois devenir totalement frappé...

You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 3e01d4707278f540103ee844f3d3f621





Follow the dream spirit
and live your dreams peacefully
(c) Heaven
Mandrin
Messages : 119
Date d'inscription : 12/05/2022
Crédits : j'me débrouille

Univers fétiche : euuuh aventure, fantastique, city, histo, steampunk...
Préférence de jeu : Homme
Tournesol
https://www.letempsdunrp.com/t5089-welcome-to-the-motel#101913
Mandrin
Hier à 8:03

Sheridan Roje
Je suis citoyen américain ans et je vis à La Nouvelle-Orléans, USA. Dans la vie, je suis conducteur de calèche et je m'en sors pas mal du tout. Sinon, grâce à ma chance, je suis fou amoureux et je le vis plutôt bien.

On m'a donné tous les surnoms possibles sur la base de mon nom existant, alors n'hésitez pas, créez votre propre sauce ! Vous gagnerez peut-être un prix si vous arrivez à me faire rire !
Je suis notamment reconnaissable à ma cicatrice au visage, souvenir d'une époque où j'ai tenté ma chance comme cascadeur et très vite regretté. J'étais ado, on fait tous des erreurs.
J'ai laissé tombé la comédie et l'escrime à ce moment-là, pour me consacrer au ranch de ma mère et à un apprentissage d'artisan, mais en arrivant en Louisiane, en construisant ma propre famille, j'ai renoué avec ces vieilles ambitions.

Oh, je ne cherche plus à faire carrière sur vos écrans. Quoique j'ai déjà fait un peu de figuration pour un petit clip de métal que vous n'avez sans doute pas vu. Non, surtout, je transporte les touristes en calèche dans la vieille ville pendant que le guide raconte l'Histoire ancienne, et à force de tout entendre encore et encore, je commence déjà à connaître tout ça par coeur.

The usual suspects
:l: @Oskar @Val :l:

Comment expliquer à Siggy ? Tout ça semble une conclusion logique de ce que Camille a toujours été, ce qu'il a toujours projeté dans le secret de leurs conversations. Mais ces échanges sont restés des confidences abstraites, oscillant entre une explication psychologique sans réelles certitudes et des craintes plus diffuses, jamais une véritable dénonciation des forces occultes. Et Sheridan n'avait jamais été plongé dans ce monde-là, sa mère avait mis un point d'honneur à l'élever dans une vision du monde rationnelle, les pieds fermement plantés dans la terre et rien au-dessus, rien au-dessous.

"Il avait l'impression d'être mort depuis longtemps. C'est la première chose dont on a parlé quand on s'est rencontrés."

Dan parle à voix basse, comme s'il avait peur d'être entendu. Et la sorcière en fait de même. Il est tellement soulagé qu'elle soit présente, elle ancre ces folies dans la réalité. Elle est le pont entre les deux mondes, qui leur permettra d'atteindre Camille là où il est, où qu'il soit. Le nom de la grand-mère est évoqué, ça ne le surprend pas du tout. Il ajoute, la voix hachée :

"Et il était hanté par la pensée de sa grand-mère. J'aurais dû me douter que c'était pas juste... métaphoriquement."

Un sentiment de culpabilité et d'injustice l'abat quelques instants. Il a tout vu depuis le début, Camille lui a tout dit, avec une confiance qu'un simple inconnu n'aurait pas dû mériter. Et il n'a rien fait du tout. Il n'a même pas posé de questions. S'il s'était douté que quelque chose de concret hantait le danseur... il y avait aussi des gens à qui s'adresser, là-bas en Californie, des gens qui trempaient dans la sorcellerie et les mystères de l'au-delà, ou simplement un prêtre ? A ses yeux, les prêtres étaient des charlatans, dans le monde des vivants comme dans celui des morts. Il aurait au moins dû chercher une personne de confiance auprès de qui se renseigner. Tenter quelque chose... même quelque chose de stupide, ça aurait toujours été mieux que rien.

"Je sais pas si c'est la maison ou des fantômes ici ou autre chose. Siggy, il faut qu'on l'aide. Je ne peux pas le laisser comme ça."

Siggy, c'est tout ce qu'il a de magique, cet amour entre eux, ce coup de foudre qui les a réunis dans le simple éclair du premier regard. C'est tout ce à quoi il peut faire appel, l'étincelle qui rallume son espoir à chaque seconde, l'étoile qui le guide dans la nuit. Leur attraction prend bien des formes, et celle de leurs ébats a cédé la place à celle qui les renforce dans l'adversité, ce sentiment à la fois doux et guerrier d'appartenir à quelque chose de plus vaste que les fautes de sa propre vie, d'être davantage que lui-même. Il est ce que Siggy voit en lui, et il en tire un courage que ses propres mésaventures ne lui donneraient jamais.

"Je peux faire quelque chose pour son loa ? Je me propose, dites-lui, s'il vous plaît. Je n'ai pas de religion, mes mains sont libres."

Il ne sait pas s'il est légitime ou si ce genre de pacte existe, mais sa volonté est bien présente et une entité qui évolue dans le monde de l'esprit doit pouvoir la percevoir, et en faire quelque chose. Il l'espère de tout coeur. Siggy et lui, ils sont forts. Comparés à Camille, ils sont capables d'endurer la lutte. S'il faut aller le chercher sur le champ de bataille, il n'hésitera pas, même s'il est aveugle à cet univers. La sorcière elle-même semble effrayée, mais un aveugle ne peut pas avoir peur de ce qu'il ne voit pas.

A moins que ce soit une faiblesse ? Il n'a pas de foi particulière, il l'a dit, pas de foi religieuse, aucun intérêt pour les mondes invisibles. Mais il croit intensément dans le bien qu'il peut faire pour ceux qu'il aime. Sans ça, il n'aurait pas cherché à continuer sa vie après avoir été arraché aux siens. Il n'aurait pas retraversé le désert. Et Camille était avec lui à chaque pas de cette route. Tout cela ne peut pas être arrivé pour rien. Cette conviction brûle dans son âme en ce moment, et il ne connaît pas le doute.


You Are My Sunshine [Val et Oskar] - Page 2 Sfcu0
Contenu sponsorisé
You Are My Sunshine [Val et Oskar]
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Michaela + Jesse ― A good laugh is sunshine in the house
» we light the sunshine
» Sunshine.foxy ❤ mes personnages
» Once upon a time... La barbe Bleue (Oskar) ft Dreamcatcher
» Sunshine.foxy ❤ pense, crois, rêve et ose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: