Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Funambule feat Manhattan Redlish
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyAujourd'hui à 21:32 par Charly

» PRÉSENTATION ¬ quand c'est fini, c'est par ici
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyAujourd'hui à 20:43 par Mai Fong

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyAujourd'hui à 20:41 par Ezvana

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyAujourd'hui à 20:32 par Gäa

» Hi Everyone
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyAujourd'hui à 19:54 par Mai Fong

» We don't have to dance # Senara
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyAujourd'hui à 15:02 par Senara

» Centaures - (Val & Dreamcatcher)
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyHier à 23:39 par Dreamcatcher

» (m) souls don't meet by accident
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyHier à 23:14 par Ananas

» QUESTION ¬
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 EmptyHier à 23:07 par winter

Le Deal du moment : -40%
Tefal Ingenio Emotion – Batterie de cuisine 10 ...
Voir le deal
59.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Funambule feat Manhattan Redlish

Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mar 12 Mar - 19:51

Dwayne McCarthy
J'ai 36 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_olpoq48qhT1reeh25o4_250

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


« -très bien. »
Même si Dwayne doutait clairement que l’agent en face de lui ait vraiment la tête froide lorsqu’il était en présence de Griffins. Il ne savait pas ce qui s’était vraiment passé entre eux, mais ça foutait la merde. Pour le moment, il était exclus de donner la véritable identité de Griffins à l’agent du FBI. L’un comme l’autre devaient rester concentré. Et non penser à s’envoyer en l’air toutes les quatre secondes. « -cela la rends complice. » même si en réalité, il n’en était rien. Dwayne savait parfaitement pourquoi la jeune femme avait prit le volant. Elle avait ainsi pu donner l’emplacement du cadavre. Il pencha la tête sur le côté. « -enfin un peu de franchise. » même si cet aveu était mince. « -ne vous inquiétez pas pour mon sommeil. Nous parlons de vous et non de moi. » il leva les yeux en entendant l’insulte. Ça aussi c’était mince. Il en avait clairement l’habitude. Ce mot, beaucoup l’employait pour le qualifier. « -vous avez confiance en elle ? » non mais c’était le pompon ! « -je vais faire comme si je n’avais pas entendu. Et éviter de consigner cela dans mon rapport. » laissant sous-entendre que ça valait mieux pour Ian. « -et vous pensez la rallier comment ? » Dwayne était curieux de savoir comment l’agent comptait s’y prendre.

Dwayne plissa les yeux quelques secondes. « -elle vous a sucé plus que la bite visiblement, votre cerveau est parti avec. » c’était petit, et il allait surement prendre un poing dans la gueule avec une telle réflexion. « -si vous hésitez, ça ne sera pas son cas. » il était temps de faire entendre raison à Edwards et de lui ouvrir les yeux. Dwayne lâcha donc l’information compromettante. Griffins avait du sang sur les mains. Et visiblement, elle ne s’était pas montrée sincère là-dessus. Ian sembla tomber des nues. « -non, la véritable question est : qu’est ce qu’elle ne vous a pas dit. » voilà, autant bien clarifier les choses. C’était Griffins qui n’avait pas joué carte sur table. Sympa la confiance réciproque… « -Elionor Griffins. Elle a exécuté son propre père à l’âge de 17ans. » boom ! Dwayne évita avec soin de sourire, ravi de son petit effet. « -elle a plaidé la légitime défense. S’en ai tiré avec pas grand-chose. Mais ça ne change pas le fait qu’elle a été capable de presser la détente d’une arme à feu et de loger une balle entre les deux yeux de son propre père. » un léger froncement de sourcils : « -drôle de confiance entre vous deux, vu que visiblement vous n’étiez pas au courant. » oui, il était ravi de son petit effet. Il en profita pour se lever, il était temps de partir : « -prenez cette information en compte Edwards la prochaine fois que vous aurez envie de la sauter. » sur ces belles paroles, il quitta l’appartement, laissant l’agent du FBI à ses sombres pensées.

Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Mar 12 Mar - 20:23

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Ian se serait bien passé de la visite de son agent de liaison cette nuit. Et pourtant, la soirée s’était si bien déroulée. Ian s’était plu à flirter quelque peu avec la jolie brune après deux semaines à faire croire à tout le monde, et notamment à eux-mêmes, qu’ils n’étaient que des amis. Ce qui était nullement le cas. Il le savait. Elle aussi. Il avait même apprécié la compagnie des deux autres terroristes. Et l’agent McCarthy avait tout balayé d’un revers de main par sa seule présence. Il aurait préféré cette rencontre dans d’autres circonstances. En étant sobre, tout d’abord. Enfin, cela ne l’empêcha pas de boire quelques verres au fil de la conversation. Apparemment, Dwayne avait reçu pour consigne de tout mettre en œuvre pour l’éloigner d’Eli et il ne semblait avoir aucune limite. « Je sais ! » répliqua-t-il donc avec aplomb alors que le jeune homme trouvait pertinent de lui rappeler que la jeune femme était complice dans le meurtre de Byron « Je suis du FBI » répliqua-t-il ensuite dans un murmure, et reprit « Elle ne l’a pas fait pour le faire disparaître, mais pour savoir où il serait jeté. Sans elle, on le chercherait encore ». Un détail qu’avait semblablement oublié l’agent de la CIA. Mémoire sélective. Ça promettait. « Je vous emmerde » renchérit-il par la suite en fixant ce dernier. Il croyait quoi ?! Que c’était facile d’avouer à son agent de liaison qu’il était en train de s’attacher à la jeune femme ?! Non, pas vraiment. Il aurait préféré que tout cela soit passé sous silence… Il lui lança un regard noir en écoutant ce sombre crédit répliquer sur son sommeil. Mais qu’est-ce qu’il en avait à foutre ?! Les mains sur ses hanches, il fixa l’agent « Pourquoi ça ?! Ça fait mauvais genre d’avoir confiance en une terroriste pour la CIA ? Même si cette terroriste peut s’avérer être un élément crucial pour le bon déroulé de l’opération ? ». Comme si aucun agent de l’Agence de Langley ne s’était attaché à l’ennemi ou en était tombé amoureux au cours d’une mission. Ils étaient tous humains ! Il se passa une main lasse sur le visage en poussant un soupir, et reposa sa main à hauteur de sa ceinture « Je ne pense pas avoir besoin de fournir beaucoup d’efforts. C’est même elle qui est parvenue à me rallier à elle, à sa manière de voir les choses ». Est-ce qu’il allait comprendre qu’elle n’était pas l’Homme à abattre dans cette histoire ?!

Ian n’était pas d’un naturel violent. Il n’avait jamais levé la main sur un autre individu sauf lorsqu’il y était obligé. Un peu comme là. À peine son agent de liaison venait de finir sa phrase qu’il sentit son poing s’écraser contre la mâchoire de ce dernier, le faisant chuter de sa chaise. L’infiltré se recula d’un pas en secouant sa main « Je vous avais prévenu ! ». Il lui avait dit de ne pas parler d’elle ainsi « On n’a jamais couché ensemble et elle ne m’a pas sucé comme vous dites » sauf dans son esprit, mais ça, il n’avait aucunement besoin de le savoir « J’ai assez d’années d’expériences pour savoir où je mets les pieds ». Il fronça ensuite les sourcils, ne comprenant ce qu’il voulait dire par là. Comment pouvait-il savoir qu’elle n’hésiterait pas à le tuer au moment venu ?! Et le couperet tomba. Ian eut soudainement la nausée. Elle avait du sang sur les mains… « Crachez-le morceau » répliqua-t-il en serrant des dents. Il tomba dénue au moment où Dwayne lui confia qu’Eli avait tué son père à l’âge de dix-sept ans. Perturbé, Ian tituba en reculant, le visage déformé dans une grimace d’incompréhension « Qu’est-ce… » et posa son dos contre le mur face à l’agent de liaison « Son propre père… Elle… Elle ne… Elle ne m’a rien dit… » et releva un sombre regard sur ce dernier « Je lui mens. Pourquoi pas elle ?! » répliqua-t-il dans une ultime tentative pour la défendre. Il peinait à croire ces révélations. La mâchoire serrée, il fusilla du regard son agent qui quitta le studio. Quant à Ian, il se laissa glisser contre le mur, les mains dans les cheveux et les genoux contre son torse. Elle avait tué son propre père…

Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mar 12 Mar - 21:32

Dwayne McCarthy
J'ai 36 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_olpoq48qhT1reeh25o4_250

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

« -arrêtez de lui trouver des excuses. Gardez ça pour le jour de son jugement. » même si ça ne pèserait pas lourd dans la balance. Enfin, même si il n’y aurait pas de jugement pour Griffins, vu qu’elle était de la maison. Mais ça, Edwards ne devait pas le savoir. Pas encore. C’était les ordres. « -ce n’est pas à moi et encore moins à vous d’en décider. » non, les ordres venaient d’en haut. Si leurs supérieurs ne voyaient pas l’intérêt d’impliquer plus la soit disant terroriste, il en serait ainsi. Ça allait venir. Dwayne n’en doutait pas. « -et puis, elle peut être utilise sans réchauffer votre lit. » il donna un coup de menton en direction du matelas au sol. L’agence aurait pu faire un effort tout de même au niveau du logement. « -écoutez, tout ce qu’on vous demande c’est de ne pas succomber à ses charmes et de garder votre queue au chaud. Pour ce qui est du reste, si vous tenez à la convertir, alors soit. Ça ne la sauvera pas pour autant. » il fallait qu’Edwards se met ça en tête.

Bon, il l’avait envisagé. Il n’avait pas bougé, pas chercher à esquiver. Mais ça faisait mal quand même. Dwayne se passa une main sur la mâchoire, avant de se relever et de rajuster sa veste. « -joli crochet du droit. » commenta l’agent de liaison. « -j’ose espéré pour vous que c’est la vérité. » Dwayne décida de faire sa petite révélation. Et il ne fut pas déçu de l’effet produit. Avec cette information en sa possession, Edwards serait peut-être un peu plus lucide et moins enclin à bander en voyant la belle brune. « -posez lui la question. » et sur ces belles paroles, Dwayne quitta l’appartement en toute discrétion. Il fit son rapport le lendemain, juste après avoir fait un debrief avec l’agent de liaison d’Eli Walsh, qui comme lui était allé faire son petit tour à l’appartement de son agent, durant la nuit.


Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Mar 12 Mar - 22:15

Ezékiel Brennan
J'ai 53 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, tout simplement.


Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_inline_pm10pr9X171rqyqrl_250
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 QNX4
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 6a79b2d170191a1277cbf8d323db1571

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


S’il avait préféré le baseball au basket-ball, Ezékiel ne patienterait pas depuis une heure dans l’appartement de son agent, attendant patiemment qu’elle rentre à son domicile. Mais voilà, il avait vu ce match et il se souvint de ce moment précis où il s’était saisit de la télécommande pour stopper l’image sur le baiser entre les deux agents. Il avait bien évidemment poussé un soupir et s’était interrogé sur le déroulé des pensées de son agent à cet instant précis. Il avait fait le choix de passer cet évènement sous silence, puis il y avait eu ce rapport l’informant que les plans de la cellule venaient brusquement de changer. Il n’était plus questions de rendre malade quelques citoyens. Il voulait exécuter de sang-froid des milliers de personnes grâce au gaz sarin. Il fallait donc que ses agents aient l’esprit clair. C’était une nécessité pour l’opération, pour l’avenir des États-Unis. Le 4 juillet ne serait jamais un jour funeste pour les américains, à l’image du 11 septembre. Il avait donc demandé à l’agent de liaison de l’agent Edwards de tout mettre en œuvre pour contraindre ce dernier à s’éloigner de l’agent Griffins. L’opération devait devenir leur seule raison de se lever le matin. Bien sûr que Brennan n’avait pas la conscience tranquille en relisant une énième fois ce dossier qu’il avait confectionné de toute part pour décrédibiliser l’agent du FBI aux yeux d’Elionor. Surtout après la perte de son époux… Elle réapprenait à s’attacher, mais il devait tuer tout ce qui était en train de naître entre eux pour protéger le pays de Toby et de son équipe. Appuyé contre l’établi de la cuisine, le rapport indiquant le nom de Ian O’Brien sous la main, Ezékiel releva les yeux sur la porte qui venait de s’ouvrir « Bonsoir Elionor » répliqua-t-il d’une voix calme « On doit parler ». Oh non… Il n’était pas ravi de ce qu’il allait s’apprêter à faire pour tuer ses sentiments pour l’autre agent avant qu’ils ne prennent trop d’ampleur. Il se détacha de l’établi pour servir deux cafés, amenant le rapport avec lui, sous le bras. Il déposa les deux tasses sur la table à manger et prit place sur la même chaise que Ian, sans en avoir conscience, détacha la veste de son costume trois pièces et croisa élégamment les jambes « Je vous avais demandé de garder vos distances avec Ian O’Brien. Pourquoi vous ne m’avez pas écouté ? » et poussa un soupir, tout en reposant les deux pieds au sol, se penchant en avant pour se rapprocher de la jeune femme qu’il avait pris sous son aile il y a plusieurs années auparavant « C’est un terroriste, et aussi charmant qu’il puisse être, il n’est pas bon pour vous, pour votre vie ». Il n’y avait aucune colère dans sa voix. Il n’avait jamais aimé ressentir ce sentiment de toute manière. Ça n’apportait rien de bon à une communication. « Qu’est-ce qui se passe entre toi et cet homme, et je veux que tu sois sincère avec moi Elionor ». C’était le protecteur, le mentor qui prenait la parole en cet instant. Il voulait qu’elle se confie à lui pour comprendre. Il avait besoin de comprendre.

Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mar 12 Mar - 22:41

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Lorsqu’ils s’étaient retrouver en tête à tête, alors que Max et Jiminy avaient quitté le bar, Eli avait bien vite décidé de mettre fin à la soirée. Ian avait voulu danser. Elle aurait aimé dire non, mais elle en avait été incapable. Elle s’était laissée entrainer sur la piste, et avait glisses ses deux bras autour du cou d’Ian. Sa tête à quelques millimètres de la sienne, Eli avait fermé les yeux en entendant sa confidence. Elle lui manquait… La jeune femme ne répondit pas. C’était mieux ainsi. Ils avaient déjà jeter assez d’huile sur le feu durant la soirée. Il n’y avait plus de garde-fou, seulement eux deux en train de danser, corps contre corps. « -au contraire, tu m’as facilité la tâche. » comment lui en vouloir de ce petit moment d’impro, même si certaines des paroles d’Ian l’avaient troublé. Lorsqu’il recula son visage, Eli se retrouva en proie à une horrible torture. Elle fut à deux doigts de le supplier d’arrêter de la regarder ainsi. Heureusement, Ian décida à son tour qu’il était temps pour eux de rentrer. Un hochement de tête en détachant ses bras. Ils s’étaient souhaités une bonne nuit, et elle avait prit un taxi pour rentrer. Seulement il était encore dans sa tête…

Lorsqu’elle passa la porte de chez elle, Eli verrouilla la porte avant de se figer. Hé merde… elle n’avait pas la moindre envie d’avoir une conversation sérieuse avec Brennan. Pas ce soir. Pas maintenant. Elle voulait seulement aller se coucher. Mais elle savait parfaitement qu’elle ne pouvait pas le mettre à la porte. « -vous m’attendez depuis longtemps ? » demanda la jeune femme avant de retirer sa veste. Elle avança jusqu’à la cuisine et le laissa faire du café, comme s’il était l’heure de prendre le petit déj’. Sans rien ajouter d’autre, elle prit place, et attendit. C’était lui qui voulait parler, pas elle. L’homme qui venait de prendre place en face d’elle n’était pas n’importe qui. C’était lui qui l’avait recruté, des années plus tôt. Il avait toujours été présent pour elle. Compréhensif aussi malgré le caractère de feu de la jeune femme. « -j’ai gardé mes distances. » répliqua Eli d’un ton las et posé. Elle aurait pu prendre des paris sur le sujet qui allait être abordé. Bien sur qu’il était venu lui parler d’Ian.

La belle brune croisa les jambes avec élégance. Elle croisa également les bras, signifiant ainsi qu’elle n’était pas ouverte au dialogue. « -je ne crois pas vous avoir demandé votre avis. » Eli aimait le côté protecteur de Brennan, mais elle n’était plus la gamine qu’il avait recruté. Et elle était assez grande pour mener sa vie comme elle l’entendait. « -rien. » c’était un mensonge. Un tout petit mensonge qui tenait en un mot. Elle savait d’avance que c’était peine perdu que de jouer à ce petit jeu là avec Brennan. Alors elle avait regardé ailleurs, avait poussé un long soupire et avait déclaré en se passant un main dans les cheveux : « -je… je l’apprécie. C’est tout. » elle fixa son agent et ajouta : « -ce que vous venez de me dire, je le sais déjà. J’en suis parfaitement consciente. » seulement… seulement elle avait bien du mal à lutter. "-il semble changer d'avis. Et il n'est pas le seul. Maxet Jiminy aussi sont déconcertés. Je pense... je pense pouvoir m'en servir pour limiter un maximum les dégâts." ou comment tenté de changer le sujet de la conversation.


Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Mer 13 Mar - 12:30

Ezékiel Brennan
J'ai 53 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, tout simplement.


Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_inline_pm10pr9X171rqyqrl_250
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 QNX4
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 6a79b2d170191a1277cbf8d323db1571

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Des jours durant, Ezékiel avait songé à avouer à sa protégée que l’homme par lequel elle avait été séduite, n’était nul autre qu’un agent du FBI infiltré. Mais lorsqu’il avait évoqué cette idée à voix haute en réunion, le directeur de l’Agence avait refusé. Le passif d’Elionor le contraignait à se montrer plus prudent que d’ordinaire. Il voulait s’assurer qu’elle était toujours capable de mener à bien une opération. Les rapports de l’agent Edwards n’étaient ainsi pas compromis en ignorant qu’elle était également de la Maison. Un détail qui laissait Brennan perplexe, mais sur ce point, il préféra se taire. C’était à lui et à l’agent de liaison d’Edwards de gérer cette situation. Moins le Directeur en savait, et mieux tout le monde se portait. Ils avaient donc choisi cette nuit pour intervenir auprès de leur agent mutuel. Cela faisait donc une bonne heure qu’Ezékiel attendait dans la cuisine d’Elionor lorsque cette dernière rentra enfin à son domicile. Pas de sourire ou de paroles de convenance à son arrivée. Il n’était pas présent pour sympathiser. Le sujet était sensible et important, de surcroît. Un coup d’œil sur sa montre et acquiesça « Un peu plus d’une heure ». Il s’afféra à préparer le café pour eux deux et prit place à table, toujours accompagné de prêt par le dossier qu’il gardait sous la main et qui n’indiquait aucun détail sur son contenu. D’un geste posé, Ezékiel sortit son portable, chercha quelques secondes dans ses fichiers et fit glisser le petit appareil jusqu’à l’agent Griffins. On pouvait distinctement discerner Ian et Elionor s’embrasser à pleine bouche au match de basket-ball « Je n’appelle pas ça prendre de la distance ». Il attendit quelques instants et récupéra son portable pour le glisser dans la poche intérieure de son costume.

Loin était le temps où Ezékiel s’offusquait du ton employé par sa protégée lorsqu’elle s’adressait à lui. Il plissa légèrement les yeux – Une habitude chez l’agent lorsqu’il réfléchissait à ce qu’il devait dire – et rétorqua « Vous pensez que ça m’empêche de vous le donner ? ». Il décroisa ses jambes pour se rapprocher de la jeune femme. Il n’était plus son supérieur en cet instant, mais son mentor. Celui qui l’avait recruté et qui avait pris soin d’elle ces dernières années durant. Il resta à la fixer en entendant son mensonge. Il n’était pas question de rien ici. Bien au contraire. Sinon il serait tranquillement au fond de son lit à dormir, au lieu de passer sa nuit en compagnie d’Elionor pour lui faire entendre raison. « J’apprécie mon voisin. J’apprécie l’épicière en bas de ma rue. Toutefois, je ne l’ai embrasse pas comme ça. C’est un peu plus que ça Elionor » et continua de la fixer. Un certain soulagement l’accabla. La jeune femme avait conscience de l’homme qu’il était. Elle n’avait pas totalement perdu la raison. « Je ne suis pas venu ici pour Max et Jiminy et tu le sais ». Ezékiel s’enfonça à nouveau dans sa chaise, croisa ses jambes avec une certaine élégance et prit une gorgée de café « Je connais ton passé, je sais que tu te sens toujours responsable pour Jebédiah… Et crois-moi, j’aurais aimé que ça soit un homme bien ce Ian O’Brien… Parce que ça veut dire que tu es encore capable de retomber amoureuse » et leva sa main pour la devancer, souriant légèrement « Je n’ai pas dit que c’était encore le cas, mais tu m’as comprise ». Il baissa à nouveau la main pour entourer sa tasse chaude de ses doigts, et reprit « Mais il ne l’est pas… ». Son sourire s’était aussitôt dissipé et arborait une mine plus grave. Il délaissa son café pour se saisir du dossier à ses côtés et l’ouvrit sur la première page. Tout n’était que fiction, mais cela était nécessaire.

Le nom d’emprunt, le prénom et la photographie de Ian O’Brien y figurait, au même titre que son casier judiciaire pour homicide. Avec Dwayne, ils avaient poussé le vice sur l’identité des deux officiers. Deux pères de famille, mariés « Il a dû sûrement t’en parler, qu’il avait tué deux flics en uniforme » et tourna la seconde page « Il t’a aussi parlé de son ex-femme qui l’a quitté. Lucy Brown » et afficha des clichés de radiographies, ainsi qu’un faux certificat médical « Est-ce qu'il t’a expliqué qu’il la battait. À plusieurs reprises ? À chaque fois qu’il était ivre ? » et l’observa « Je suppose que tu sais pour son alcoolisme. Tu as sûrement dû le voir avec la gueule de bois ou en train d’enfiler des verres au cours d’une soirée comme ce soir ? ». Il poussa le dossier vers elle, afin qu’elle en prenne connaissance d’elle-même. Au fond de lui, Ezékiel culpabilisait. Il s’en voulait de lui faire subir une telle chose. De salir les états de services d’un ancien militaire décoré. Oui, il buvait. Mais jamais Ian Edwards ne s’était montré violent tout le long de sa carrière ou auprès de son ex-femme qui le décrivait, encore aujourd’hui, comme un homme gentil. Mais la mission était plus importante, et Elionor devait garder l’esprit clair. Elle devait se focaliser uniquement sur les bombes, sur la cellule, et non sur son coéquipier auquel elle était en train de s’attacher. S’il venait à périr au cours de la mission, elle risquait de ne pas s’en remettre cette fois-ci. Pas après son père. Pas après Jebédiah…


Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mer 13 Mar - 16:58

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Une heure… ça faisait une heure qu’il était là, en train de l’attendre. Et elle n’avait même pas la télé ! Ce qu’il avait à lui dire devait vraiment avoir son importance pour que Brennan soit rester. Ce qui faisait penser à Eli qu’elle n’était pas prête de se débarrasser de lui, et qu’elle n’allait pas aller se coucher aussi rapidement que prévu. Ian… bien sur que c’était Ian O’Biran le sujet. Et surtout la relation qu’elle pouvait entretenir avec lui. Lorsqu’elle posa son regard sur l’image, elle soupira, et vint coller son dos dans sa chaise. « -qu’est ce que vous voulez que je vous dise ? » sérieusement ?! « -la caméra s’est braquée sur nous. Une fois. Puis elle est revenue. Je me suis dis que c’était la meilleure option pour éviter de passer plus de temps à la télé… » il y avait de ça à la base. Même si ce geste avait également été poussé par l’envie de pouvoir enfin embrasser Ian, de connaitre le gout de ses lèvres, de savoir ce que cela faisait de l’embrasser. Ça leur avait également permis de se réconcilier. Enfin, de mettre carte sur table.

Un fixa Brennan du regard, avant de soupirer à nouveau. Bien sur qu’il avait son avis à donner. Bien sur qu’elle comprenait qu’il se faisait du souci. Il pouvait sans doute se vanter de la connaitre par cœur. Il l’avait recruté. Il avait été témoin de la scène d’horreur de la mort de Jeb, il avait été là pour la serrer contre lui alors qu’elle s’effondrait. Brennan était bien plus qu’un agent de liaison. Et si il était là ce soir, ce n’était pas seulement pour la mission. Mais avant tout pour elle. Ok… elle avoua apprécier Ian. A nouveau elle regarda ailleurs. Qu’est-ce qu’il voulait entendre ? Qu’elle avait des sentiments pour Ian ? Qu’elle avait du mal à les gérer, à les encaisser, à le contrôler ?! Elle était au courant qu’Ian n’était pas le type bien par excellence. « -oui, ba j’aurai au moins essayé… » railla Eli avant de regarder son café. Elle avait toujours la même sensation quand ils se retrouvaient en tête à tête ainsi. D’être une ado impétueuse, réprimandé par son proviseur. Elle avait cette sensation de n’être qu’une gamine de 18ans… toujours cette gamine de 18ans qu’il était venu chercher en prison pour l’intégrer à son équipe.

« -Brennan s’il vous plait… » demanda Eli alors qu’il évoquait son mari décédé. Un sourire et un petit rictus avant qu’elle n’ouvre la bouche pour la refermer. Amoureuse ? Il la croyait naïve à ce point ? Mais il prouva encore une fois la connaitre aussi bien que si elle était sa propre fille. Elle posa son coude sur la table, et glissa ses doigts dans ses cheveux, fermant les yeux. « -je sais… » elle savait parfaitement qu’Ian n’était pas un homme bien. Elle en était consciente mais putain, son corps en avait décidé autrement. Elle avait tellement de mal à réprimer cette envie de lui. Sans compter cette sorte de douceur qui était tapie dans l’ombre, son sourire… Eli ouvrit la bouche mais son regard se posa sur le dossier. Puis ses yeux remontèrent jusqu’à Brennan. Un frisson la parcouru, comme si d’avance, elle savait qu’elle n’allait pas aimé ce qu’elle allait découvrir.

« -oui » elle était au courant pour les deux flics. « -oui. » Elle était également au courant pour l’ex-femme, qu’Ian avait trouvé avec un autre homme. Son meilleur ami… « -je suis déjà au courant Brennan… » coupa Eli qui ne voyait pas l’intérêt de reparler de ça. La mâchoire serrée, elle regarda ce que Brennan étala devant elle. La révélation lui glaça le sang. Et pourtant, elle avait du mal à le croire. Ses yeux firent un aller-retour entre les radios et son supérieur. « -je… on a parlé de son problème avec l’alcool oui. » elle avait la bouche pâteuse : « -pour ce qui est du reste je… » elle avait vraiment du mal à la croire. « -je n’ai pas eu cette version des faits. » elle baissa les yeux et décida de se lever pour faire des aller et retour dans le peu d’espace qu’offrait son appartement. « -écoutez… ce baiser c’était pour notre couverture. Ça a parmi de cacher nos visages. Et de faire en sorte que la caméra nous lâche. » elle tentait de garder le contrôle. Brennan n’avait jamais aimé lorsqu’elle s’emportait. Elle se gratta la tête avant de soupiré et de s’immobiliser. « -écoutez, j’ai trop de respect pour vous pour vous prendre pour un imbécile. » à quoi bon mentir à Brennan ? « -vous avez raison il y a quelque chose chez cet homme qui m’attire et je… » elle se mordit les lèvres : « -et croyez-moi ça me… rahh… » elle grogna pour bien lui signifier que ça l’énervait. « -je sais que je dois prendre de la distance. Je sais que la mission est la priorité. Mais je… » elle bloqua sa respiration avant de la relâché quelques secondes plus tard. « -vous n’avez jamais ressenti ça ? Une attirance que vous n’expliquez pas ? J’aurais aimé qu’il en soit autrement croyez-moi. Ça me simplifierait la vie. » un léger rire ironique accompagna cette aveux. « -je… » elle croisa ses bras comme pour se faire un câlin. « -je n’ai pas ressentit ce genre de chose, cette sorte de connexion depuis… » un haussement d’épaules : « -depuis Jeb… et pourtant… il est tellement différent de lui. » elle regarda Brennan et ajouta : « -je vous écoute. Vous avez une solution miracle ? Une méthode de sophrologie bidon ? un pierre de protection ?! » et puis elle capta : « -vous voulez me retirer le dossier ? » elle vrilla : « -vous pouvez pas faire ça ?! Ils n’ont pas accepté lorsque je l’ai demandé, alors c’est trop tard, je vais jusqu’au bout ! »


Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Mer 13 Mar - 17:30

Ezékiel Brennan
J'ai 53 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, tout simplement.


Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_inline_pm10pr9X171rqyqrl_250
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 QNX4
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 6a79b2d170191a1277cbf8d323db1571

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


D’une patience rare, l’agent Brennan aurait pu patienter toute la nuit si cela avait été nécessaire. Parce qu’il devait lui parler. C’était important. L’opération avait pris une tournure inattendue avec la nouvelle stratégie de la cellule, et la relation qu’elle entretenait avec l’agent Edwards, qu’elle connaissait sous l’identité d’un ancien prisonnier du nom d’O’Brien, risquait bel et bien d’y porter préjudice. Trop de vies étaient en jeu pour accepter que la jeune femme puisse s’attacher de la sorte à son coéquipier. Seule la mission avait son importance. Elle le savait. Cela faisait bientôt dix-sept ans qu’Ezékiel était venue la chercher au fond de sa cellule pour la faire intégrer la CIA. L’Agence de Langley était devenue le centre même de son existence jusqu’à Jebédiah, et il l’était de nouveau devenue à sa disparition. Pourtant, il n’appréciait pas incarner ce rôle. Il n’avait jamais aimé lui mentir, et encore moins en apprenant que la jeune femme tenait à cet homme… Cela relevait presque du miracle en connaissant son passé avec les hommes. Son père. Son mari. Et il devait réduire tout cela à néant pour qu’elle s’implique corps et âme dans la mission. Oui, il n’était en accord avec cette décision, avec ce mensonge. Parce que c’était Elionor. Elle était comme la fille qu’il n’avait jamais eu… « C’est moi Elionor. O’Brien t’avait embrassé. Tu aurais pu te satisfaire de cela. Mais non… » et la fixa tout en plissant légèrement les yeux. Elle était en train de lui mentir ouvertement. Ou de se mentir. Il n’allait pas la disputer pour autant. Elle n’était plus en âge de se faire sermonner comme une adolescente, même si parfois son ton laisser à penser qu’il était le père et elle, l’adolescente rebelle. Il esquissa tout de même à sourire en constatant sa vaine tentative de changer de sujet de conversation « Pas avec moi ».

Ezékiel avait conscience de lui faire du mal en évoquant feu son époux, mais c’était nécessaire. Cet échange n’était pas satisfaisant pour lui non plus. Bien au contraire. Il assistait à un renouveau chez Elionor. Une femme capable de s’attacher à nouveau à un homme, de délaisser son armure pour lui, et voilà qu’il venait tout balayer d’un revers de main parce que seule la mission importait. Il n’aimait cette manière de percevoir le métier d’agent, mais il avait signé. Elle aussi. Malheureusement… Être un agent, ça avait plus de charme dans les films Hollywoodien. La réalité était moins attrayante. Il aurait pu sourire dans d’autres circonstances, alors qu’elle avait ouvert et refermé la bouche. Oui, après dix-sept, il savait devancer ses réactions. Quelle qu’elles soient. « Et pourtant, tu n’as pas envie de l’entendre » répliqua-t-il de sa voix profonde. Il décida donc de sortir la pièce maitresse pour parvenir à la dissuader de poursuivre sa relation avec l’agent du FBI. Il ouvrit le dossier kraft qu’il avait créé de toute pièce pour correspondre au profil de l’infiltré dessiné par Dwayne. Un tueur de flics. Un homme alcoolique. Un homme violent avec sa femme. Au vu de son passé, Elionor ne pouvait pas rester insensible à de telles révélations. C’était l’effet recherché…. A son grand désarroi. Il aurait aimé que ça se déroule autrement pour les deux agents « Il vous apprécie. Il n’ira pas se vanter qu’il battait régulièrement sa femme quand il était trop ivre ». Ezékiel percevait bien que ces nouvelles informations la chamboulait.

Toujours assis sur sa chaise, les jambes croisées, Ezékiel referma le dossier avec lenteur et observa la jeune femme faire des aller-retour dans son modeste appartement « Elionor… » souffla-t-il alors qu’elle revenait à évoquer de nouveau ce baiser. Son agent finit par avouer que Ian lui plaisait. Il esquissa un sourire en soufflant un « Je t’en remercie », et l’écouta poursuivre. Elionor tentait de réprimer cette attirance tant bien que mal, et surtout avec plus de mal que de bien au vu de ses mots. Cela lui faisait mal de devoir lui mentir ainsi au nom de la mission. Pour une fois qu’elle éprouvait ce genre de sentiments pour un autre homme après Jebédiah. Et lui ?! Il venait tout anéantir… « Oui. Ça s’est déjà produit par le passé » avoua-t-il avec douceur. Bien sûr qu’il avait déjà connu cette attirance inexplicable qui embrouillait l’esprit et qui mettait le corps en émoi. Il aurait aimé lui dire que l’homme auquel elle était en train de s’attacher n’était pas si différent de son défunt époux, qu’elle ne connaissait que l’homme infiltré, celui qui avait été créé de toute pièce par la CIA. Que l’homme derrière était bien différent. Mais il n’en fit rien. Ça viendrait à anéantir tout son plan de l’éloigner de lui pour les prochaines semaines « Il y a quelque chose qui vous a attiré chez lui… Ces choses-là ne s’expliquent pas, et je t’aurais laissé continuer si je ne pensais pas qu’il était un danger pour toi. S’il te brise le cœur d’une manière ou d’une autre, tu ne te relèveras pas cette fois-ci. Tu n’oseras plus t’attacher à aucun homme… Ta protection est ma priorité Elionor. Ça l’a toujours été ». Il reprit une gorgée de café, détournant un instant le regard de la jeune femme, et haussa les épaules « Commotion cérébrales, trois côtes cassées, une épaule démise, un poignet brisé… C’est ce qu’il a fait endurer à sa femme » et ajouta « Ça devrait être suffisant pour que tu le gardes à distance ». Il ne fallut pas une seconde de plus pour qu’Elionor change soudainement de comportement. D’un geste lent, Ezékiel se leva et posa ses mains sur les épaules de la jeune femme « Je ne te retire rien du tout. La CIA n’est pas au courant pour Ian O’Brien. Tout ira bien. Tu dois seulement te concentrer sur la mission, la mener à bien et t’en sortir indemne » et posa sa main sur sa joue en lui adressant un sourire « Inspire, respire. Tu ne fais pas les cours de méditation que je t’ai dit de faire ? » et ajouta « Cet homme n’hésitera pas à te tuer quand il saura. Rappelle-toi bien de ça. Ils sont tous fait de la même étoffe. Tu ne peux avoir confiance qu’en toi-même Elionor ».


Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mer 13 Mar - 18:04

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Elle détestait cet espèce de don qu’avait Brennan de lire en elle. Depuis le temps, il la connaissait par cœur. Il l’avait même presque un peu formaté au départ. Même si ça s’était vite soldé par un échec. Eli avait un caractère qui se domptait assez difficilement. Sans compter les sales coups de la vie. « -il fallait forcement que vous soyez devant la télé ce soir-là… » finit elle par soupirer. Il avait raison. Elle en avait voulu plus. Bien plus… il n’avait vu que ce baiser échangé, pas ce qui s’était déroulé ensuite dans les couloirs, contre ce mur, dans le creux de son ventre et de ses reins… Encore une fois Brennan devançait ses réactions. Non, elle n’était pas amoureuse. Cela la fit presque rire jaune. En tout cas, elle luttait pour ne pas tomber amoureuse. « -si ! si ! Je me le répète en boucle lorsque je suis avec lui. Que c’est un terroriste. Un assassin… mais… » mais il n’était pas que ça. Il y avait cette partie douce, celle qui se dissimulait… il y avait cet homme sensible, compréhensif… Elle ne voulait pas le dire, pas l’entendre, pas le voir peut-être, mais Ian avait des points communs avec Jeb… et ça lui faisait mal lorsqu’elle pensait à ça… le dossier que Brennan mit sous son nez lui donna un frisson. Ian était un homme capable de battre sa femme… Eli ne voulait pas entendre ça. Elle ne voulait pas le croire. Parce que là, ça faisait remonter bien d’autre chose. Des souvenirs de son père… l’alcool, la violence physique… cet homme qu’elle avait tué à l’âge de 17ans pour sauver la vie de sa mère. « -je lui mens, pourquoi pas lui… » elle avait le cœur au bord des lèvres… la belle brune n’avait pas révélé son véritable passé. Elle lui avait seulement dit qu’il ne la connaissait pas.

Eli finit par déposer les armes. Ce n’était pas n’importe qui qu’elle avait devant elle. C’était Brennan. Il savait quand elle allait mentir avant qu’elle ne mente ! « -alors vous comprenez que je suis dans la merde. » finit elle par lâcher. Si Brennan lui disait la vérité, qu’il avait déjà ressentit ce genre de chose pour quelqu’un, alors il pouvait comprendre à quel point c’était compliqué de lutter. « -vous n’êtes pas censé protéger mon cœur. » répliqua Eli. « -« -et qu’est ce que ça peut faire au final ? Je m’en sortais très bien sans homme jusqu’à présent et il a fallu que… » elle grogna de nouveau. « -taisez-vous… » supplia la jeune femme alors que c’était le visage de sa mère à l’hôpital qui s’imposait à elle. « -s’il vous plait… » et puis d’un coup, elle capta. On voulait lui retirer l’affaire seulement parce qu’elle s’était rapprochée d’Ian ! Oh non putain ! C’était hors de question ! Elle en chiait depuis trop longtemps pour qu’un autre finisse le travail. Eli plissa les yeux pour le dévisager. La CIA n’était pas au courant ? Elle en doutait. « -C'est de la merde votre truc. » en parlant de la méditation. Ça ne l’aidait en rien. Elle était incapable de s’asseoir trois minutes et de ne penser à rien. Un non de la tête : « -vous ne le connaissez pas… » oui, elle voulait restée aveugle, croire qu’il y avait du bon chez Ian. Qu’elle n’était pas assez naïve pour s’éprendre d’un criminel…  Elle inspira et expira avec lenteur. « -je peux pas m’éloigner de lui comme ça. Il va trouver ça louche. De toute manière, on avait déjà conclu une sorte de distance à respecter. » elle releva les yeux sur Brennan : « -je ne perds pas de vue la mission. J’ai… j’ai seulement hâte que cela se termine. Et se termine bien. Tout ces gens… »  

Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Mer 13 Mar - 18:24

Ezékiel Brennan
J'ai 53 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis, tout simplement.


Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 Tumblr_inline_pm10pr9X171rqyqrl_250
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 QNX4
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 6 6a79b2d170191a1277cbf8d323db1571

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Ce n’était pas un exercice aisé auquel se soumettait Ezékiel ce soir. Il aurait préféré lui avouer que l’homme dont elle était en train de s’éprendre était un agent, au même titre qu’elle. Qu’elle était en sécurité avec lui. Qu’elle pouvait lui faire confiance. Mais il n’en fit rien. Si elle l’apprenait, alors elle risquait de succomber davantage et comme toute relation naissante, elle n’aurait que lui à l’esprit. Or, ce n’était pas envisageable. Pas avec le risque que la cellule faisait peser sur la ville et sa population. Il avait besoin d’un agent entièrement focalisé sur la mission à accomplir. Au risque qu’elle le haïsse à l’issue de l’opération, lorsqu’elle apprendrait que cet homme qu’elle avait embrassé lors de ce match de basket-ball était un allié… « J’aime le basket-ball » répliqua-t-il pour justifier sa présence devant la télévision le jour où elle avait embrassé Ian à pleine bouche devant des milliers de téléspectateurs. Pour cette dernière, ce n’était qu’une diversion. Pour Ezékiel, ça avait la saveur de tellement plus. Ce n’était pas encore de l’amour, mais ça s’en rapprochait dangereusement. Son cœur allait devoir patienter encore quelques semaines avant de succomber pleinement aux charmes de l’agent du FBI. « Mais ça te fait mal de le savoir » répliqua-t-il pour elle. Son rôle n’était pas aisé. Il n’avait jamais aimé lui mentir, et encore moins alors qu’il avait l’étrange impression qu’elle était capable de s’attacher de nouveau après Jebédiah. Elionor disait l’apprécier. Pour Ezékiel, c’était davantage. Pourquoi ?! Parce qu’elle s’obstinait à vouloir défendre cet homme contre vents et marées. Peu importe ses mises en garde. « Il ignore que tu lui mens » corrigea-t-il alors pour elle.

Contre toute attente, Elionor décida d’arrêter de se battre contre son seul allié dans cette pièce. Son mentor, de surcroît. Elle décida de lui avouer que ce dernier lui faisait ressentir bien des choses. Des sensations qu’elle pensait oubliées, disparues à jamais avec feu son mari. Il n’en était rien. Il avait déjà vécu cela par le passé, et ne cacha pas son sourire en l’entendant jurer « Oui. Mieux que quiconque ». Lui aussi avait été séduit au cours d’une infiltration. Lui aussi était tombé amoureux. Lui aussi avait dû lutter contre cela. Il comprenait donc parfaitement ce qu’éprouvait la jeune femme. « Tu es en train de tomber amoureuse… » souffla-t-il plus pour lui que pour elle. Ça rendait la tâche bien plus ardue pour lui. « J’aimerais le protéger, crois-moi Elionor » répliqua-t-il de manière plus audible. « Tu trouves ?! Ce n’est pas l’impression que j’ai en te voyant » rétorqua-t-il avec cette même douceur dans la voix. « Je sais que ça te fait ressurgir des souvenirs de ton passé Elionor… Mais tu dois comprendre quel genre d’homme il est… » renchérit-il. Pour ces mêmes violences, elle en était venue à tuer son père. C’était pour cela qu’il avait fait ce choix concernant Ian. Un homme alcoolique et violent. Rien de tel pour qu’elle s’impose une distance. Il se rapprocha d’elle pour la rassurer. La CIA ne comptait pas lui retirer la mission. Le Jour J ne serait tarder. Une main sur son visage, l’autre sur son bras, il sourit « Tu devrais m’accompagner un jour. Ça te ferais le plus grand bien. Ça ne fait aucun doute ». Il la taquinait. Ezékiel se recula d’un pas tout en l’observant silencieusement. Elle le défendait une fois encore. « Tu as vu quelque chose chez lui. Je me trompe ? » et baissa la tête dans un soupir. La jeune femme ne l’aidait vraiment pas. Il releva son visage sur elle en l’entendant respirer plus profondément « Alors respecte-là. Tu dois l’oublier » et acquiesça « Bientôt Elionor. Dans deux mois, tout ça sera derrière toi » et regarda l’heure « Tu veux que je reste encore un peu ou ça ira ? ».



Contenu sponsorisé
Funambule feat Manhattan Redlish
Page 6 sur 26
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 16 ... 26  Suivant
Sujets similaires
-
» Le reflet- feat Jo'
» En apesanteur (feat m&m's)
» All that was me is gone [Feat Paddy]
» The Anuirean Covenant (feat Jo')
» L'ascension des dragons - feat. Mad Max

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: