Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Funambule feat Manhattan Redlish

Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Sam 20 Avr - 16:19

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 27 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

« -je sais… mais je crois que j’en ai besoin… » avait elle coupé. Ça devenait presque évident. Ou en tout cas une sorte de pause. Des vacances pourquoi pas ! Cette mission durait depuis trop longtemps, elle avait besoin de se retrouver. De se mettre en pause un moment. « -peut-être seulement arrêter l’infiltration pendant un moment… » ce n’était que des hypothèse. Mais elle avait besoin d’y réfléchir. « -quoi ? Non, j’ai pas dit ça. » elle capta que si. « -enfin si… je dis juste que ça sera pas viable si on garde tout les deux nos vies exactement comme elles le sont actuellement. » Elle n’avait pas envie de se prendre la tête avec lui, encore moins d’arrêter quoi que ce soit avec lui. Pas maintenant. « - à cause de moi. » elle savait qu’elle avait besoin d’une pause, de s’éloigner de tout ça. Il y avait également les mots de Brennan qui avaient germé dans son esprit. Instable… Elle devait changer quelque chose. Un hochement de tête. Oui, ils verraient le moment venu. Une fois bien vivant tout les deux… ce qui restait encore à voir. « -je sais que tu t’es fais plaisir, ta queue t’a trahit tu te rappelles ? » elle lui sourit : « -ou alors c’est peut-être ta gêne juste après que je t’ai senti durcir… » elle lui sourit de façon taquine. Comment avoir envie d’arrêter quoi que ce soit ?

Elle aurait presque pu prédire qu’Ian allait dire cela. « -heu… non. » s’amusa Eli. Elle était plus que sérieuse. C’était le seul moyen qu’elle voyait. Doc était dans sa bulle, et il la croyait incapable de comprendre quoi que se soit. Donc… la seule option était Robby. « -je sais, mais on a des consignes. On peut pas laisser les bombes être armées correctement. Parce qu’on pourra pas couvrir toutes la zone. Parce qu’il y en a trois et qu’on est que nous deux… » elle avait retourner cela dans son esprit dans tout les sens, elle s’était fait des nœuds au cerveau à force. « -on dois comprendre comment ça marche, obtenir des plans… » ça aiderait les équipes de déminages… Elle serra les dents : « -c’est pas l’agent de terrain qui parle là ! » et ça l’agaçait. « -tu restes pas loin. En couverture. Je serais armée. » elle ne se baladait plus sans arme de toute manière. « -si tu as une meilleure idée je t’écoute, va s’y ! » elle recula dans sa chaise et avala un nouveau morceau de pizza. « -elle est vachement bonne ! » commenta Eli comme si la conversation était des plus classique. « -de toute manière, techniquement, t’as pas ton mot à dire… » lâcha Eli. A la base c’était sa mission. Il était là en renfort. Donc il pouvait dire ce qu’il voulait, elle avait fait son choix. « -je t’en parle pour que tu sois pas loin en soutien. » sous entendant qu’elle aurait pu la jouer autrement.

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Sam 20 Avr - 16:56

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 37-2
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 16
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 22

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


Par le passé, la jeune femme lui avait déjà fait part de la fatigue qu’elle éprouvait en raison de cette dernière opération particulièrement difficile. Ian ne fut pas donc pas surprit de l’entendre évoquer la possibilité de prendre quelques semaines pour elle « Tu devrais en parler avec Brennan. Je suis certain qu’il ne sera pas contre l’idée que tu puisses prendre du temps pour toi ». Surtout lui qui se considérait comme le père spirituel d’Eli. Il allait donc devoir agir en tant que tel et accepter que son agent ait besoin de toi pour elle, pour se reposer, se refaire une santé après cette opération pour le moins éprouvante. « On pourrait partir tous les deux quelques temps, quand toute cette histoire sera derrière nous ». Ce n’était pas la première qu’ils abordaient également ce sujet, de partir. Une plage, du soleil et surtout l’éloignement avec le travail. Seulement une semaine. Peut-être deux. À moins qu’Eli ne fasse le choix de mettre un terme à leur relation maintenant. C’était également une conversation qu’il n’aurait pas pensé abordé de la sorte et si tôt. Il réprima un petit rire amusé « Si, mon ange. Tu l’as dit », et elle se remémora les paroles qu’elle venait de prononcer. « On prendra le temps d’y réfléchir et de faire quelques ajustements si on souhaite continuer notre histoire. Rien ne presse ». En tout cas, pour Ian, ce n’était pas une urgence. Pour le moment, il était avec elle et il savait que s’ils en avaient réellement envie, ils parviendraient à faire des concessions l’un et l’autre pour maintenir un équilibre dans leur vie personnelle. « Tu repenses à ce que t’as dit Brennan ? » osa-t-il. Pour ne pas obscurcir davantage cette journée et l’état d’esprit de la belle brune, Ian revint sur leur première transaction et baissa son regard sur son entre-jambe avant de le relever sur Eli « Mon dieu… Je ne savais pas où me mettre. La mettre par contre… » et esquissa un petit sourire en coin « Je fais le malin maintenant, mais ce soir-là… Mon dieu… Je ne pensais pas qu’elle allait réagir ainsi… Enfin si… Non… Attends… Si, bien sûr que j’allais réagir parce que tu étais nue et que tu es … une déesse, mais… Je ne devais pas. Oui voilà ! Ma queue n’obéit pas aux ordres, juste à … toi » et ajouta « Tu pourrais avoir pitié de moi et me faire taire quand même » répliqua-t-il avant de lui rendre son baiser.

L’ambiance fut tout autre trois jours plus tard, dans l’appartement de la belle brune, après que cette dernière lui annonçait son idée saugrenue pour s’approcher des bombes. Son regard se durcit en entendant sa réponse presque provocatrice. Sa réponse était sans appel. Il ne la laisserait pas se rapprocher de Robby. « J’espère que la CIA sera sur place pour venir nous prêtait main forte ! » répliqua Ian tout en portant sa pizza à ses lèvres « Tu t’entends Eli ?! Tu ne veux pas non plus qu’il te fasse un tutoriel sur comment élaborer une bombe de cette ampleur ? » et finit par lâcher sa pizza dans la boite tout en s’avançant jusqu’au rebord de sa chaise, marmonnant pour lui-même « Si, c’est ce que tu veux », et ça ne lui plaisait pas le moins du monde. Il adressa un regard froid à sa partenaire quand elle sous-entendit que ce n’était pas l’agent qui s’exprimait actuellement « Ce sont les deux Eli ! » la corrigea-t-il sans pour autant lui donner tort. Bien sûr qu’il n’avait pas envie de la voir se rapprocher d’un homme aussi dangereux que Robby et qui ne cachait pas ses intentions à son égard. « Tu ne penses pas que ma présence ne va pas lui paraître suspecte ? Le garage n’est pas un palace Eli. Je serais vite à découvert ». Il n’avait plus d’appétit. Son idée ne lui plaisait pas et elle ne semblait pas être prête à entendre raison. « J’irais. J’irais les prendre en photo dans la nuit ». Il prenait le risque de se faire repérer, mais c’était toujours mieux que l’idée saugrenue de la belle brune.

La remarque que fit ensuite la jeune femme le crispa aussitôt, sentant sa mâchoire se contracter à ses mots « Tu n’as quand même pas dit ça ?! » répliqua-t-il « J’ai mon mot à dire parce je suis ton coéquipier dans cette mission à la con et qu’on est ensemble Eli, je suis ton mec même si ça t'emmerde ». Ian finit par se lever, faisant quelques pas sur place et posa ses mains sur sa ceinture « Qu’est-ce que tu veux dire par-là ? Que je devrais te remercier de me mettre dans la confidence ? Tu te fous de ma gueule Eli ?! » et passa sa main sur sa barbe mal rasée tout en remuant tel un lion en cage. Il finit par fixer Eli « Tu ne le feras pas et j’en ai rien à foutre que je n’ai pas mon mot à dire ! Je n’ai pas envie que ce fils de pute pose les mains sur toi, que… Pour une raison ou une autre, je ne peux pas intervenir et qu’il se montre plus fort que toi … que tu parviens pas à prendre le dessus et qu’il … » et serra la mâchoire si fort en imaginant le pire « Tu ne le feras pas. Fin de la conversation ».

Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Sam 20 Avr - 18:34

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 27 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

Son rire fut un peu acide. « -soit il est d’accord parce qu’il pense que c’est bon pour moi. Soit il me renvoi directement au front, parce qu’il pense que m’éloigner de toi est bon pour moi. » les deux options étaient envisageable. Même si son supérieur lui avait quasi donné son approbation, et que dans le font, elle n’en avait besoin… Eli n’était pas des plus convaincue par tout ça. Eli avait ensuite sourit en regardant par la fenêtre. Partir ? ensemble ? Elle avait tellement peur qu’Ian réalise que finalement, elle n’avait rien de si extra ordinaire que ça, une fois hors de l’infiltration. « -peut-être oui… » ils verraient bien. L’idée principale était déjà de survivre. « -t’as envie de me voir en maillot de bain c’est ça ? » avait elle ajouté avec un coup d’œil, histoire qu’il ne prenne pas mal son peut-être. « -oui je crois que les réponses doivent attendre la fin de la mission… » impossible de se projeter si loin. Impossible de prendre la moindre décision… « -un peu oui… » Elle se mit à rire par la suite. « -tu parles, tu n’as même pas essayé de tenter ta chance. » c’était agréable d’avoir tout de même de bons souvenirs de cette infiltration. Puis elle le laissa s’enfoncer tout seul, se contentant de sourire en le regardant. « -oh non, j’aime bien quand tu rames comme ça… » s’amusa la belle brune.

« -bien sur qu’ils seront sur le terrain aussi ! Mais imagine Robby décide de modifier l’emplacement, où on les perds au milieu de la foule… on peut pas prendre le risque de compter seulement sur la chance ! » parce que clairement c’était ça. Prier pour que les équipes fassent leur job, que tout se déroule au mieux. Il y avait trop de vie en jeu. « -et pourquoi pas ! Il adore parlé de ces trucs ! » avait ajouté. « -roh arrête, tu sais très bien que je meurs pas d’envie de me retrouver en tête à tête avec lui ! » elle en était convaincue, Ian ne pensait pas comme un agent là. « -non, tu penses à ma sécurité avant la mission. » conclusion, il pensait en tant que mec qui la baisait, pas en tant qu’agent. Il ne la voyait pas comme une agent en disant cela. « -et bien tu n'as qu’à t’inviter dans la conversation ! Comme ça tu seras proche. » ça n’était pas débile comme idée. La suivante par contre : « -il nous faut des explications. » prendre des photos ne suffiraient pas.

Eli savait que ce qu’elle venait de dire n’allait pas plaire. Mais c’était la vérité. « -si. Parce que là, tu ne me vois pas comme ton égale sur le terrain, mais comme un petit cul à protéger. » encore une fois, ils revenaient sur ce besoin de la protéger. « -quoi ?! Pourquoi tu dis que ça m’emmerde ? On dois seulement savoir faire la part des choses et ce n’est pas ton cas là tout de suite ! Admets le bordel ! » elle avait presque laissé passer un rire en disant cela. Et voilà qu’ils se prenaient la tête. Ouh la, les mains à la ceinture… « -quoi ? Non ! Tu vas vraiment me faire une scène pour une idée sérieux ?! » elle l’observa faire des aller et retour, passer sa main dans sa barbe, perdre son sang froid et prendre une décision ferme et sans appel. « -pourquoi ne veux pas envisager trois secondes que je puisse avoir le dessus sur lui ? » à chaque fois les scénarios étaient noirs de chez noirs. Eli se leva et s’approcha : « -il ne posera pas ses mains sur moi. Mon corps t’es réservé, à toi. Même si tu es une putain de tête de con. » elle se rapprocha de lui et ajouta : « -très bien je le ferais pas, seulement si tu me trouves une meilleure idée d’ici demain matin. On a… toutes la nuit pour réfléchir. » avait elle conclue alors que ses yeux faisaient un aller-retour entre les yeux et les lèvres d’Ian, et que son index s’était glissé sous son menton Malgré le sujet de merde, les disputes avaient toujours fait naitre de la tension sexuelle entre eux…

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Sam 20 Avr - 20:09

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 37-2
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 16
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 22

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


Il n’était pas nécessaire de disposer d’une boule de cristal pour savoir que l’agent Brennan le percevait comme nocif pour la jeune femme. Un écorché par la vie qui noyait ses blessures d’antan dans du bourbon, dont les bouteilles s’accumulaient dans son appartement qu’il désertait la majeure du temps pour son travail. Il espérait qu’avec le temps, ce dernier parviendrait à le percevoir autrement… Mais en entendant Eli envisageait la possibilité qu’il la renvoie en mission dans l’unique but de l’éloigner de lui, il commençait à fortement douter de cette hypothèse « Il me déteste tant que ça ? » répliqua donc Ian avec une certaine légèreté pour ne pas aggraver son état d’esprit. En réalité, il espérait que ce dernier comprendrait que la belle brune était épuisée et qu’elle avait besoin de repos, et pourquoi pas de vacances en tête-à-tête qui ne semblait pas enthousiasmer plus que cela l’intéressée. Enfin, ce fut son idée première. Mais elle évoqua le maillot de bain et l’agent esquissa un sourire qui en disait long sur ses pensées peu chastes qui lui traversaient l’esprit « Tu n’as pas idée ! » et renchérit « Je vais me délecter de voir la mine renfrognée de tous les hommes de la plage quand ils comprendront que tu es avec moi » et haussa les sourcils, jubilant par cette simple pensée. Mais en attendant qu’ils puissent envisager ce genre d’excursions, ils devaient accomplir cette mission et en sortir vivant, autant l’un que l’autre « Plus que quelques jours à atteindre ». D’ici peu, tout allait s’accélérer et ils seraient bientôt libérés de cette infiltration. « Rappelle-toi que tu es un bon agent Eli. D’accord ? ». Au moins, il en était ressorti un point positif de cette infiltration : Eux deux. L’attirance avait été presque immédiate. Son corps l’avait trahis ce soir-là dans le motel. Ce qui les faisait rire aujourd’hui, dans l’habitacle de son SUV en se remémorant cette première transaction « Je crois que je n’avais pas envie que ça passe ainsi entre nous… Si ça devait se produire. Parce que ce soir-là, tu étais une terroriste ». Ce qu’avait négligé son intimité qui avait réagi brusquement au corps nu de la belle brune contre le sien. « Ah ! Ah ! Très drôle » répliqua Ian tout en souriant, approchant son visage du sien pour lui rendre son baiser.

Cette conversation lui semblait soudainement bien loin maintenant qu’Eli lui avait exposé son idée de se rapprocher de Robby trois jours plus tard. Ian était contre et avait su le lui faire savoir. Toutefois, la jeune femme ne l’entendait pas de cette oreille et envisageait le pire pour le jour de l’attentat. Un soupir lui échappa. Une part de lui savait qu’elle avait raison, mais il n’avait pas envie de l’imaginer seule avec le pyromane, qui représentait un réel danger « On pourrait les tracer… Je… Je n’en sais rien. Tu ne penses pas qu’ils vont se rendre compte de quelque chose si on modifie les bombes ?! ». Surtout le Doc qui passait ses journées sur ses merveilles, comme il se plaisait à les appeler. « Et il aimerait encore plus te prendre Eli ! » rétorqua aussitôt Ian avec colère « Pourtant, c’est toi qui a eu l’idée Eli ». Ian connaissait son goût pour l’adrénaline, pour le danger. Est-ce qu’elle était prête à risquer d’être brisée pour cela ?! Il espérait avoir tort de penser ainsi. Sans grand étonnement, Eli lui reprocha de ne pas penser comme un agent en cet instant. Pourtant, c’était en partie lui qui réagissait à son idée farfelue de se jeter dans la gueule du loup… « Pourquoi ça te semble si insensé que je veuille te protéger d’un type qui cherche seulement à te baiser ?! ». Ça lui semblait pourtant si logique de vouloir la protéger, même s’il avait suffisamment conscience qu’elle était capable de se défendre par elle-même. Eli le lui avait prouvé à maintes reprises ces derniers mois. « Mais bien sûr ! Connaissant Robby, il va tout de suite saisir l’occasion que je vous accompagne » répliqua-t-il sur un ton sarcastique. Il ne faisait aucun doute que ce dernier l’enverrait paitre. « On trouvera un autre moyen ».

Les paroles qui suivirent ne furent pas au goût de Ian qui se raidit aussitôt sur sa chaise « Tu sais que c’est faux ! J’ai confiance en toi, je te confierais ma vie, je te l’ai déjà dit Eli. Mais là, on parle de Robby. Le genre de mec qui a sûrement des photos de toi placardé dans sa chambre ! ». Une idée qui le faisait frissonner de dégoût. Échauffé, Ian finit par se lever, tournant tel un lion en gage tout en lui rappelant qu’il était à la fois son équipier, mais également son petit-ami, qu’il lui en déplaise. « Parce que je ne peux pas le faire, parce que je tiens à toi et que j’ai peur de te perdre bordel de merde ! Et je sais qu’on a dit qu’on devait séparer les deux, mais désolé, face à un type comme Robby, c’est difficile pour moi de le faire. Pas après ce qu’il t’a dit la fois dernière ! ». Il finit par poser les mains à hauteur de ceinture « Non, non. Ce n’est pas une simple idée. Je te connais maintenant Eli ». Il ne faisait aucun doute qu’elle avait sûrement hésité à le lui en parler. Il marchait encore et encore, presque sur place, il ne parvenait pas à rester calme face à la simple idée qu’Eli puisse se retrouver seule avec cet homme. « Parce que c’est un homme et parce que je sais que tu as peur de lui la dernière fois… Il pense que tu n’attends que ça, qu’il te coince. C’étaient ses mots. Tu penses une seconde qu’il te laissera avoir le dessus ?! ». Il était enragé, il était dangereux et n’avait aucune pitié. Il ne voulait pas que la jeune femme puisse avoir le dessus sur lui, alors il ferait tout pour la neutraliser et jouer avec elle…

Ian cessa de gesticuler en se rendant compte que la jeune femme approchait de lui peu à peu « Je suis terrifié à cette idée Eli… » finit-il par lui avouer. Qu’il puisse poser les mains sur elle et qu’il puisse la briser… Il l’observa, sentant toujours les muscles de sa mâchoire danser sous sa peau. Il détourna le regard en l’écoutant, et finir par la regarder de nouveau en sentant son index sous son menton. Il ne parvenait pas à apaiser sa colère contre la jeune femme, contre Robby, contre cette infiltration à la con. Le regard qu’il adressa à cette dernière était sombre et d’un geste, il se saisit de son poignet avec douceur, contrastant avec ce qu’il éprouvait « Je suis désolé, mais pas ce soir Eli, pas après cette conversation », et ajouta « Tu l’as dit, je suis une putain de tête de con... ».

Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Sam 20 Avr - 21:33

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 27 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

« -je ne pense pas qu’il te déteste. » répondit Eli d’un ton posé. « -il s’imagine seulement être capable de me protéger et mieux savoir que moi, ce qui est bon pour ma propre vie. » sauf qu’elle n’avait plus vingt ans et qu’elle lui avait bien fait comprendre qu’elle tenait à Ian et qu’elle n’était pas prête à laisser passer le peu de bonheur auquel elle avait droit. Ian évoqua un possible voyage, rien que tout les deux. L’idée n’était pas déplaisante. Même s’ils étaient deux accros au boulot et que prendre des vacances n’étaient pas dans leurs habitudes. « -faudrait déjà que j’en achète un… » elle sourit : « -un truc une pièce, qui fait combinaison ! » renchérit la jeune femme en riant. « -juste pour éviter de déformer le tien. » un nouveau rire : « -tu serais capable de me faire l’amour sur la plage devant tout le monde pour éviter de partager ! » oui, finalement l’idée de vacances à la plage était séduisante. « -oui… plus que quelques jours. » et tout cela serait terminé. Elle pourrait alors y voir plus claire. Un hochement de tête. D’accord, elle allait tenter d’encrer cela dans un coin de son esprit. « -et tu l’étais tout autant » c’était cette idée qui leur avait sans doute éviter de s’envoyer en l’air dans ce motel. « -oui c’est drôle ! »

Mais Ian ne riait plus du tout alors que trois jours plus tard, elle lui faisait part de son idée. C’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour se rapprocher des bombes et pour tenter quelque chose. « -j’en sais rien ! » elle avait eut une idée, cela ne voulait pas dire un plan détaillé et surtout sans faille. Elle soupira et évita avec soin de corriger Ian. Robby voulait la posséder. Ça n’avait rien avoir. Ce n’était pas une histoire de physique ou d’attirance. C’était une sorte d’obsession. Pas la peine d’en rajouter une couche, elle avait parfaitement compris qu’Ian était contre son idée. « -parce que je n’arrive pas à trouver une autre solution ! » comme si elle avait la moindre envie de se retrouver en tête à tête avec l’autre dingue ! De risquer de se faire violer. « -Ian… » souffla Eli comme si cela pouvait apaiser quoi que ce soit. « -j’entends ce que tu me dis, je le comprends aussi. » un nouveau soupire. « -très bien ! » ils allaient trouver un autre moyen.

« -je sais très bien de quel genre de dégénéré nous parlons… j’ai conscience des risques. » elle n’était pas débile non plus ! Seulement Ian pensait comme un petit ami et non comme un agent de terrain. Il ne la voyait pas comme une collègue ou une co équipière. « -mais que je m’approche de Robby ou non tu risques de me perdre ! ça fait partie du boulot ! » il semblait l’oublier bien souvent. Elle serra les dents pour éviter de lui balancer qu’avant qu’ils ne baisent, il se faisait bien moins de souci. Ça n’allait rien arranger de lui dire cela. Elle serra un peu plus les dents avant de lâcher un : « -ce n’est qu’une idée… » en détachant avec lenteur chacun des mots. « -la confiance règne… » marmonna la jeune femme. Il s’imaginait qu’elle allait agir dans son dos… elle était de mauvaise foi, parce qu’elle l’avait envisagé. Mais s’était ravisée. Parce qu’elle savait parfaitement qu’il avait le pardon compliqué. Qu’ils faisaient équipe et qu’elle ne souhaitait pas le trahir. Pas lui. Eli finit par soupirer. Pas la peine de lui rappeler qu’elle avait eut peur. Elle détestait ce sentiment.

Elle décida de se lever et de tenter d’apaiser les choses. Sans compter que les disputes, ça avait toujours généré du désir entre eux. Le truc là de ses mains qui se posent sur sa ceinture. Plus d’une fois elle s’était imaginée qu’il la défaisait… Proche de lui, elle jouait sur les mots. Elle finit par mettre ses lèvres en avant, hochant lentement de la tête. Pas ce soir… « -bien… » avait elle soufflé. « -comme tu voudras… » avait elle ajouté avant de faire deux pas en arrière. Un léger haussement d’épaules, puis elle s’était retournée pour prendre la direction de la chambre, retirant son t-shirt au passage. Trois jours qu’ils ne s’étaient pas envoyé en l’air… et il ne restait que trois jours avant que possiblement l’un d’eux ne crève. Mais il préférait rester avec sa colère. Parfait… Elle retira son jean et se glissa sous les draps en portant seulement un débardeur. Puis elle dégaina son téléphone et l’appli de rencontre avec laquelle elle communiquait avec Brennan. Elle envoya un message pour lui dire qu’il fallait trouver une solution. Et vite. Qu’ils avaient besoin d’un vrai plan d’action.

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Sam 20 Avr - 22:28

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 37-2
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 16
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 22

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


Ian n’était pas certain que les paroles qui se voulaient rassurantes le soit réellement. Brennan ne le détestait pas, il considérait seulement qu’il était nocif pour Eli, suffisamment pour la contraindre de rester éloigner de lui. Il aurait pu s’exaspérer que cet homme décide pour eux, mais n’en fit rien, concluant seulement par un « J’espère parvenir à lui donner tort ». Ian voulait prouver au père spirituel de la jeune femme qu’il pouvait être un homme bien et qui pouvait la rendre heureuse, contredisant ainsi tous ses pronostics concernant leur relation. Cela pouvait commencer par des vacances sur une île, rien que tous les deux. Loin de leurs obligations professionnelles respectives. Puis il devait bien avouer qu’il n’était pas contre l’idée de la contempler à longueur de journée, dans un bikini qui ne laissait aucune place à l’imagination. Enfin, en ce qui le concernait. Il se mit à rire en entendant Eli évoquer un maillot de bain une pièce, telle qu’une combinaison, afin qu’il ne passe pas son temps à bander pour elle « Hors de question ! J’irais à la plage nu comme un vers si c’est ce qui t’inquiète » et acquiesça « Pour rappeler à tous ces bons hommes que tu es avec moi et seulement avec moi ». Il était capable de tout mettre en œuvre pour décourager les probables prétendants de l’approcher, notamment de lui faire l’amour sur la plage. Mais avant cela, ils avaient une mission à accomplir. Plus que quelques jours, comme le confirma Eli. Toutefois, ils ne garderaient pas que de mauvais souvenirs de cette infiltration « C’est ce qui t’a fait craquer ».

Trois jours plus tard, l’agent infiltré ne bafouillait plus quand il s’agissait de désapprouver l’idée de la belle brune. « Il va peut-être falloir y réfléchir également avant de te jeter dans la gueule du loup ! ». Les rires ne résonnaient plus dans la pièce. Ian sentait avant tout la colère l’accablait au fur et à mesure de leur conversation. « On finira bien par trouver, mais je ne veux pas que tu te retrouves seul avec lui » avait-il renchérit alors qu’Eli n’avait pas d’autres idées en tête que de celle de passer du temps en compagnie de Robby qui allait se délecter de son changement soudain de comportement. Il risquait d’y voir une invitation à davantage, et ça ne plaisait pas le moins du monde à l’agent du FBI. Il entendit Eli souffler son prénom. Un appel au retour au calme. Qui fut vain. Ian n’avait pas la moindre envie de retrouver un semblant de calme. Pas en évoquant Robby et son envie de posséder la jeune femme. « Alors oublie cette idée ! » avait-il répliqué aussitôt. Elle comprenait mais continuait de s’accrocher à cette ineptie sans nom.

« Comprends alors ma réaction quand tu me dis que tu vas copiner avec ce malade » répliqua-t-il en sachant que l’agent n’était pas le seul à s’exprimer dans cette pièce. Le petit-ami avait également voix au chapitre. Tout simplement parce qu’il avait peur de la perdre, comme il lui hurla presque. Mais contrairement à lui, la belle brune parvenait à se détacher de ses sentiments et à faire preuve de plus de pragmatisme qu’il en était capable. « Tu me prends pour un con en plus ?! » répliqua-t-il donc « Tu ne crois pas que j’ai conscience de tout ça ? Mais là, on ne parle pas de se jeter devant un innocent pour prendre une balle à sa place. Non. Là, je te parle d’un homme qui n’aura aucun état d’âme à te violer s’il en a l’occasion et je te perdrais. Pas physiquement, non. Mais émotionnellement, psychologiquement. Tu entends ?! » et il ne voulait pas que Robby ait une occasion de la détruire de la sorte. Il lui adressa un sombre regard en l’entendant marmonner « Comme si tu n’y avait pas songé une seconde ». Les mains à hauteur de sa ceinture, la mâchoire crispée à son paroxysme, Ian ne parvenait pas à retrouver un semblant de quiétude, pas même quand Eli s’approcha de lui pour tenter d’apaiser la tension entre eux… à sa manière. Il refusa ses avances. Tout simplement parce qu’il était toujours en colère contre cette dernière, contre son idée saugrenue. Néanmoins, sa réaction lui fit froncer les sourcils. Bien. Elle abdiquait aussi facilement ?! Les mots qui suivirent le fit réagir tout autant et l’observa pendant qu’elle se rendait jusqu’à la chambre. Elle avait retiré son t-shirt…

Ian se retrouva à fixer la porte de la chambre depuis presque deux minutes, et leva la tête au plafond « Et merde… ». Cela faisait trois jours qu’il ne l’avait pas touché, qu’il ne l’avait pas fait sienne. Et dans peu de temps, ils pourraient mourir l’un et l’autre dans cet attentat. Il se passa une main sur le visage et se dirigea jusqu’à la chambre, récupéra le téléphone qu’elle avait entre les mains, le jetant presque au sol « On s’en fout » et prit possession de ses lèvres avec envie, retirant précipitamment ses vêtements un par un, et déclara un « Retourne-toi » dans l’élan, puis la pénétra d’un coup de rein abrupte. Il approcha ses lèvres de son oreille « Tu as joué avec moi femme » répliqua-t-il avec un sourire « Bien… Comme tu voudras… Tu savais que je n’allais pas me barrer comme ça ». Son torse contre son dos, il donna un premier coup de rein, entrant plus profondément en elle « Il n’y a que moi qui a le droit de te prendre ainsi », et redonna un coup de rein avant de se redresser sur ses genoux, ses mains sur ses hanches, et poursuivit ses vas-et-viens avec plus fougue, avant de convier silencieusement Eli à venir blottir son dos contre son torse. Il laissa ses doigts s’aventurer jusqu’à sa féminité, alors que son autre main caressait sa poitrine, remontant jusqu’à son cou qu’il embrassait entre deux gémissements. Il poursuivit les vas-et-viens avec violence, accélérant le rythme jusqu’à atteindre la jouissance qui le fit crier de plaisir, et se laissa tomber au milieu des draps, à bout de souffle et humide de sueur. Il tourna la tête en sa direction et se rapprocha de cette dernière « Je t’ai excité en te criant dessus, c’est ça ? » répliqua-t-il en reprenant peu à peu son souffle.


Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Dim 21 Avr - 12:31

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 27 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

« -si tu as une meilleure idée je t’écoute monsieur je fais mieux que tout le monde ! » renchérit Eli alors qu’il critiquait ouvertement ce qu’elle venait de proposer. Ce n’était qu’une idée, pas un plan. Donc oui, elle n’avait pas réfléchit à tout ! C’était pour cela qu’elle lui en parlait ! Pour qu’ils puissent voir ensemble les options. Mais il était trop buté et borné ! Il s’emportait tout de suite en sous entendant presque qu’elle n’avait qu’une envie, tenter le diable ! « -je n’ai pas envie de me retrouver seule avec lui Ian bordel ! Je veux éviter que des innocents meurent ! » est ce qu’il pouvait avoir un tout petit peu d’ouverture d’esprit et penser en agent plutôt qu’en protecteur. Il lui avait montrer à bien des reprises qu’elle était capable de se défendre. Eli réalisa qu’elle n’aurait pas du lui dire que Robby lui faisait peur. Elle avait montré une faiblesse et Ian jouait là-dessus.

« -putain Ian ! Je t’ai pas dit que j’allais grimper sur ses genoux et écarter les cuisses pour avoir des infos ! » il s’imaginait quoi ! C’était clairement ce qu’elle entendait lorsqu’il parlait de copiner. « -et puis au passage on se fera des couettes ! » ironisa Eli qui avait pourtant le regard noir. Elle était agent de terrain pas prostituée ! Depuis l’arrivée d’Ian dans la cellule, sa relation avec Robby s’était dégradée. Mais à la base, ils parvenaient à s’entendre, à communiquer. Peut-être qu’elle serait capable de faire revenir cette espèce d’entente et d’en apprendre plus sur les bombes fabriquée. Quand ils étaient ainsi, campé l’un comme l’autre sur leurs opinions, la communication était compliqué. Voir même impossible. « -on parle également de millier d’innocents qui vont être réduit en bouillies. » elle regarda ailleurs : « -tu m’as dit que tu serais présent pour me protéger, jamais loin. C’est le moment où jamais. Au moins ce moment sera maitrisé. » elle savait ce qu’elle risquait. C’était mieux d’aller au-devant du danger plutôt que d’attendre en tremblant. Elle plissa les yeux pour le dévisager. D’ordinaire elle bossait en solo. « -tu m’excuseras, je n’ai pas l’habitude de rendre des comptes à qui que se soit. Ni à un co équipier, ni à un petit ami. » ça n’excusait pas forcement sa conduite, seulement elle lui en parlait ! C’était déjà bien ! Elle lui en parlait avant ! Et il était pas content !

Qu’est-ce qu’il pouvait l’agacer ! Et en même temps qu’est ce qu’il pouvait lui donner envie de lui arracher son t-shirt quand il laissa la colère sortir de lui ainsi. Elle tenta de lui faire comprendre. Il la repoussa. Eli n’était pas prête à mettre son amour propre à la poubelle. Elle n’allait pas le supplier de la baiser. Alors elle recula, et décida de gagner la chambre, non sans retirer son t-shirt avant de passer la porte. Juste pour le faire chier. Juste pour le tenter. Pour lui faire comprendre qu’il passait à côté de quelque chose.

Eli pianota sur son téléphone, et dans son esprit une idée étrange se profilait. Et si Ian n’était plus capable de la voir comme un agent de terrain ? Comme une femme au service de son pays, capable de survivre dans bien des conditions difficiles. Une femme qui avait défié la mort plus d’une fois. Et si il ne voyait plus qu’une petite chose fragile à protéger parce qu’elle avait osé baisser les armes… Putain, elle ne voulait pas être considérer ainsi ! Non ! Jamais ! C’était lui qui lui avait pourtant dit qu’elle était un bon agent et qu’elle ne devait pas le perdre de vu bordel ! Eli leva un regard sombre vers la porte de la chambre lorsqu’Ian déboula. Elle eut l’impression de voir un fauve. Un regard pour son téléphone et resta stupéfaite par son baiser. « -attends tu me fais quoi là ?! » râla Eli juste pour la forme alors qu’elle se redressait sur les coudes. Elle ne détacha pas son regard des abdos bien dessinés, des bras musclés… Elle aimait cette espace de rage animal qui émanait de lui. Eli se redressa pour venir l’embrasser avec envie, avant de retirer son débardeur. Elle obéit, cambra les reins, les deux mains sur les matelas. Elle laissa passé un cri lorsqu’il entra en elle. Elle pencha légèrement la tête sur le côté alors qu’il lui parlait à l’oreille. « -continue… » lui souffla Eli. Elle sourit. Non, elle n’était sur de rien. Elle espérait qu’il ne partirait pas en la laissant là avec sa frustration. Elle gémit bruyamment sous le premier va et vient. « -oui… » souffla Eli. « -je suis rien qu’à toi… » ajouta-elle avant de mordre les lèvres. Elle n’aurait jamais cru apprécier ce genre de repos à la limite de la domination. Pourtant elle adorait l’entendre lui parler ainsi. Encore une fois, il y avait une espèce d’aura animal qui l’excitait vraiment. « -continue… » souffla Eli alors qu’elle se redressait et passait ses bras autour du cou d’Ian, se cambrant un peu plus encore. « -oui.. oui… oh c’est bon… » elle adorait ces rapports qui lui faisait tout oublier. Qui la faisait crier son plaisir au point que le voisin donna des coups contre le mur. « -encore… encore… » gémit Eli en reposant les deux mains sur le matelas, le dos cambré. « -oh tu vas me faire jouir… oui… » il fallut encore quelques coups de reins puissant pour déclencher l’orgasme et la faire crier son plaisir.

La belle brune se laissa tomber sur le ventre, détendant ses jambes, le visage dans l’oreiller. La souffle court, les cheveux en bataille, elle ouvrit les yeux pour regarder Ian. Plus de regard noir, mais ce sourire d’après l’amour. Satisfait, heureux. Elle le laissa se rapprocher. « -ouais… » avoua Eli avec un sourire. « -c’est… je crois que c’est tes mains là… » elle avait le souffle court. « -quand tu les mets à ta ceinture, genre je suis le patron… » elle se foutait un peu de sa gueule, même si c’était la vérité… Elle se pinça les lèvres et ajouta : « -je cru pendant… cinq petites minutes, que je t’excitais plus… »

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 21 Avr - 13:25

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 37-2
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 16
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 22

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


« Je n’ai jamais prétendu que mes idées étaient meilleures, mais la tienne est stupide et dangereuse » répliqua Ian dont la colère émanait de lui, par sa manière de se tenir, de la regarder. C’était leur première dispute depuis qu’ils étaient ensemble, et elle était à la hauteur de ses prédécesseuses. Lorsque ça concernait le pyromane, Ian ne réfléchissait plus rationnellement. Il se laissait conduire par la peur qu’il éprouvait, par le danger qu’il représentait. « Je sais qu’il y a des vies en jeu ! » répliqua-t-il avec agacement. Il n’était pas non plus déconnectée des réalités de leur mission. Seulement, il ne voulait pas faire courir des risques inutiles à la jeune femme, alors qu’il était certain qu’ils pourraient trouver une alternative à son idée. Ils devaient seulement trouver… Dans un laps de temps relativement court. C’étaient dans ces moments-là que Ian éprouvait une certaine lassitude vis-à-vis de cette mission d’infiltration, qu’il souhaitait que tout cesse au plus vite. Il la fustigea du regard en entendant les paroles d’Eli alors qu’elle interprétait, une fois encore, ses propos « Arrête ! Ne dit pas ça ! » répondit-il d’une voix menaçante « Je n’ai jamais sous-entendu que tu allais jouer la pute pour obtenir des informations. Ne déforme pas mes propos Eli ! ». Il détestait lorsqu’elle faisait ça. Il passa ses mains dans ses cheveux, luttant pour ne pas renchérir au ton ironique de la belle brune, et finit par poser ses mains sur sa ceinture tout en la fixant de son sombre regard. Il n’appréciait pas la tournure de leur conversation. « Tu crois que je l’ai oublié ?! Tu ne penses pas que ça me bouffe au quotidien cette histoire ?! ». Seulement, maintenant qu’il était attaché à la jeune femme, il était difficile de se dire qu’il risquait de la perdre au profit de tous ces gens, tout cela parce que quelques dégénérés avaient souhaité tuer des innocents pour faire entendre leurs voix… La folie n’avait donc aucune limite. « Et si Toby ou Max m’appellent ou m’envoient en course ? Qu’est-ce que je fais ? Je décline et je leur explique que ma copine risque de se faire prendre par ce barge et que je veux rester là, juste au cas où ?! » répliqua-t-il sur un ton ironique. Pourquoi avait-il fallu qu’elle ait cette idée ?!

Tellement accablé par la colère qu’il éprouvait, Ian ne répondit pas aux avances de son amante. Il n’avait pas l’esprit à cela. Enfin, c’était ce qu’il pensait jusqu’au moment où elle ôta son t-shirt en se rendant jusqu’à la chambre. Une invitation implicite à la rejoindre. Homme : 0 – Femme : 1. Il lutta toutefois par l’appel de son corps nu contre le sien, mais finit par abdiquer. Il se saisit de son téléphone « Je viens te baiser » et jeta le portable au sol, ôtant ses vêtements avec hâte jusqu’à se retrouver aussi nu qu’elle et la pénétra d’un coup de rein abrupte, peu importe qu’elle n’ait pas été préparée à l’accueillir en elle. Il aimait l’entendre crier ainsi et lui rappela qu’elle avait joué avec lui, elle devait en assumer les conséquences. Il se montra dominant dans ses paroles, dans ses actes également, et Eli semblait apprécier qu’il agisse ainsi avec elle « Oui, rien qu’à moi » et ponctua sa phrase d’un nouveau coup de rein, et poursuivit ses vas-et-viens avec cette même violence, se laissant enivrer par les encouragements de son amante qui ne cachait pas son plaisir. Le voisin ne semblait pas partager le même enthousiasme, mais Ian l’ignora. Il n’en avait rien à foutre de réveiller l’immeuble par leurs cris. Tout ce qu’il voulait, c’était l’entendre crier elle, l’entendre gémir sous ses coups de reins. Lorsque la belle brune reposa ses mains sur le matelas, l’agent se saisit de ses hanches et accentua ses vas-et-viens, comme s’il était capable de la pénétrer plus profondément à chaque fois, et ils finirent par crier sous l’orgasme.

Sa peau était en sueur, le souffle court et son cœur tambourinait contre sa poitrine, mais Ian ne pouvait s’empêcher de sourire. La colère s’était dissipée sous leur étreinte charnelle. Il émit un petit rire alors que la jeune femme se moquait ouvertement de lui « Vas-y ! Moque-toi de moi ! » et vint caresser son dos, déposant ses lèvres sur l’épaule de cette dernière. Il releva son regard sur elle, et fronça légèrement les sourcils « La dispute a été particulière, Robby … Je n’avais pas la tête à ça, et ça arrivera sûrement encore, mais ne pense un instant que c’est parce que je ne te désire plus » et déposa ses lèvres sur les siennes, approfondissant son baiser, puis mit fin au baiser « Tu m’exciteras toujours. Tu es mon fantasme » et tout en embrassant son cou, répliqua « Belle » « Sensuelle » « Dangereuse » « Qui aime crier son plaisir » et s’arrêta de l’embrasser pour la regarder dans les yeux « Qui aime que je la domine aussi, je me trompe ? » et se mit à sourire, avant que ce dernier ne s’efface doucement. Il laissa ses doigts danser le long de son dos, et finit par demander « J’ai l’impression d’être le seul à avoir peur de te perdre, à vouloir te protéger… et que ça te dérange. Pourquoi ? »


Charly
Messages : 3632
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Dim 21 Avr - 16:19

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 27 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

« -j’en suis consciente Ian bordel ! » s’emporta Eli. Bien sur qu’elle savait que ça n’allait pas être une balade de santé ! Que s’était dangereux pour elle ! Pour sa propre vie ! Mais visiblement il n’avait pas mieux à lui proposer ! « -alors trouve moi une solution moins dangereuse et mon débile ! » puisque visiblement c’était ce qu’il pensait de son idée. « -et bien c’est pourtant ce que ça laisse sous-entendre ! Le viol ne fait pas partie de mes fantasmes ! » précisa Eli avec la même colère que lui dans la voix et dans le regard. Elle voulait avancer dans cette putain d’affaire. Elle voulait sauver toute ces vies ! Elle voulait que ça se termine ! Si le seul moyen était de passer deux heures à écouter Robby parlé des bombes et de le saigner à la sortie, alors oui, elle était prête à le faire. Mais Ian ne semblait pas capable d’imaginer qu’elle serait en mesure de se défendre. « -tu les envois se faire foutre ! Tu sais bien faire ça non ?! » rah qu’est ce qu’il pouvait la sortir de ses gongs quand il le voulait. Elle voulait seulement lui parler de son idée. Pas qu’ils se prennent la tête encore une fois.

Cependant, comme à chaque fois que cela se produisait, Eli ressentit une terrible envie de lui. Elle tenta de lui faire faire comprendre, mais il décida de décliner l’invitation. Elle ne chercha pas plus loin. Cela lui fit pourtant monter des idées. Les choses avaient donc changé. Maintenant qu’elle avait ce statut de petite amie, il ne voyait qu’une chose. Il devait la protéger. Il ne la désirait plus comme avant. Les barrières étaient levées… le désir n’était plus au rendez-vous. Ça lui fit mal de penser cela. Alors forcément, lorsqu’il débarqua dans la chambre et qu’il lui balança au visage ces mots crus, Eli ne pu que sourire. Oui, elle aurait pu être offusqué ou bien encore lui dire de se barrer. Seulement, elle réalisait qu’elle aimait ça. Sa façon abrupte de s’adresser à elle, la puissance de ses mains sur ses hanches, la vigueur de ce coup de rein pour la pénétré d’un seul coup. C’était peut-être un moyen de se rassurer, d’être certain qu’elle était avec lui, qu’elle ne voulait que lui. Elle lui confirma tout en gémissant, elle n’était qu’à lui. Il n’y avait que lui qui pouvait la prendre de cette façon, aussi bestialement et lui faire crier des encore et des plus fort.

L’orgasme fut délicieux. Eli était à bout de souffle, allongé sur les draps. La colère avait été chassé par le désir et le plaisir. Ils étaient à nouveau reconnecté l’un à l’autre. « -quoi j’y peux rien, à chaque fois il y a une petite voix dans ma tête qui dit : va s’y retire la… » elle lui sourit, une étincelle de malice dans les yeux. « -j’ai bien fait de retirer mon t-shirt alors… » avait elle ajouté après la confirmation d’Ian. Il la désirait toujours. Toujours et encore. Elle sourit en écoutant ses compliment, savourant la caresse de ses lèvres sur sa peau. Puis elle hocha lentement la tête : « -et bien pour tout t’avouer, je… oui… je me rends compte que j’aime vraiment ça… ce que j’ignorais avant toi… Mais c’est peut-être aussi parce que c’est toi… » elle porta son pouce à ses lèvres, et médita tout ça quelques secondes en jouant avec son ongle. « -je suis pas certaine de réagir comme ça avec n’importe quel mec qui me lance un : je viens te baiser. » elle lui sourit avant de rire et de l’embrasser.

Elle le vit peu à peu perdre son sourire. Et la question sérieuse arriva. Eli changea de position, se couchant légèrement de côté afin de pouvoir mieux voir Ian. « -j’ai peur de te perdre. » commença-t-elle. « -seulement… je m’interdis d’y penser. Parce que je ne veux pas que l’histoire se répète » elle baissa les yeux quelques secondes avant de caresser la joue d’Ian. « -j’ai tout fait pour protéger Jeb… la seule chose que je n’ai pas faite, c’est lui faire confiance. Pour moi, il était incapable de comprendre le danger qui le guettait… et… et c’est à cause de ça qu’il est mort. Il en avait marre de la surveillance. C’est parce qu’il ne voulait plus que je contrôle ses moindres faits et gestes qu’il a été imprudent et qu’il… et qu’il est mort. » voilà pourquoi elle se sentait toujours coupable et ça jusqu’à la fin de sa vie. « -tu es un agent entrainé, tu es un ex militaire… tu es conscient des risques et du danger. Je sais que je dois te faire confiance. Je n’ai pas d’autre choix. Et c’est ça que je te reproche. A vouloir me protéger ainsi, c’est comme si tu ne me faisais pas confiance. Que tu t’imagines que je vis au pays des bisounours… Seulement la peur n'aide pas. Elle crée des doutes, elle invente des histoires... elle paralyse aussi..." elle retira sa main: "-tu t'imagines que je ne tiens pas à toi parce que je ne me fais pas de souci pour toi?"

Manhattan Redlish
Messages : 3754
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
lune 2
Manhattan Redlish
Dim 21 Avr - 16:56

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 37-2
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 16
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 27 22

Avatar : TAG / Gif : Tumblr


Les sourcils au milieu du front, Ian tenta de dissimuler au mieux la surprise qui s’afficha sur son visage au moment où Eli lui donna raison. Elle savait que c’était une idée stupide et dangereuse, et pourtant, elle tentait de le convaincre que c’était la seule possibilité qui s’offrait à eux pour approcher les bombes et les comprendre. « Je pourrais discuter avec lui. Je veux dire, à ta place ». Bon, il n’était pas certain que le pyromane accepte de passer du temps en sa compagnie. Aussi dangereux était-il, Robby était suffisamment perspicace pour se douter qu’il y avait une attirance entre les deux agents, et depuis le début, ça irritait ce dernier. Il n’accepterait donc peut-être pas la compagnie de Ian dans son antre… Puis si Eli lui proposait à son tour de découvrir les bombes, il risquait de se montrer intrigué par cet intérêt soudain de ses deux équipiers, et de les exécuter comme il l’avait fait par le passé avec Byron et Jiminy… Pour autant, Ian n’était pas prêt à accepter de laisser la belle brune seule en sa compagnie « Non, c’est ce que tu as pensé, mais ce n’est pas ce que j’ai dit Eli ! ». Ils ne parvenaient plus à s’écouter, à communiquer. Il avait l’impression d’être le seul à anticiper le pire, et Eli semblait avoir réponse à tout, ce qui avait le don de l’agacer tout autant « Oui, mais j’ai appris des meilleurs ! » répliqua-t-il avec sarcasme tout en la désignant de la main. Contre toute attente, ce fut la belle brune qui apaisa le dialogue en venant jusqu’à lui et pour la première fois, il refusa ses avances. Évoquer son probable viol par Robby n’attisait pas réellement son désir. Ce n’était pas elle. C’était cette infiltration qui en était la cause…

Néanmoins, Eli ne manquait pas d’imagination pour attiser son envie et il la rejoignit rapidement dans la chambre. Toujours empreint de colère, il se montra cru dans ses mots et violents dans ses gestes, lui faisant l’amour en la dominant de tout son être, se délectant de l’entendre crier son plaisir, jusqu’à en déranger le voisinage. À bout de souffle, Ian se rendit compte qu’il n’éprouvait plus aucune colère à l’encontre de qui que ce soit. Seul le moment qu’ils venaient de passer avait son importance. Eli plus particulièrement. Il émit un petit rire en imaginant cette petite voix lui marteler de lui retirer sa ceinture « La prochaine fois, écoute-là » lui confia-t-il, comme un conseil pour l’avenir. Il ne ferait aucun doute qu’il perdrait rapidement de vue la raison de leur dispute. « Ça aurait été dommage de ne pas le faire ». Sans ça, Ian serait sûrement rentré à son studio pour la nuit, au lieu de lui faire l’amour comme il venait de le faire. La question qui suivit intrigua l’agent qui tenta de trouver les mots pour rassurer la belle brune. Il avait refusé ses avances. Pour autant, ça ne signifiait pas qu’il n’était plus attirée par elle, plus excitée, plus désireux de s’envoyer en l’air sur un coup de tête. Un peu comme ce soir. Leur étreinte avait permis également à Ian de découvrir que la belle brune aimait qu’il se montre dominant et cru à son encontre. C’était une expérience nouvelle pour eux deux, et il avait aimé cela tout autant que son amante « Je n’ai jamais fait ça avant, mais j'en avais envie, avec toi » avoua-t-il avec un sourire, puis émit un petit rire en repensant à la manière dont il avait fait une entrée en la matière. Il lui rendit son baiser et ajouta « J’espère que la question ne se posera pas concernant les autres types ». Il avait envie d’être le seul à pouvoir lui parler ainsi et qu’elle aime ça.

Le sourire de Ian se dissipa peu à peu et il fit le choix de revenir sur un sujet aussi sensible que sérieux. Il retira sa main du dos d’Eli lorsqu’elle changea de position pour lui faire face, et finit par poser ses doigts sur la cuisse de cette dernière. Elle avait peur de le perdre… Il éprouva un certain soulagement. Cela signifiait qu’il n’était pas le seul à éprouver cette crainte, qu’il n’était pas plus attacher qu’elle dans cette relation. Il aimait quand elle caressait ainsi sa joue et continua de l’écouter. « C’est la faute de ces types Eli… Tu ne l’as pas tué. Tu as tenté de le … » et comprit. Eli avait tenté de le protéger, ça l’avait étouffé et il avait fini par être tué malgré tout. « …protéger… ». Ian finit par froncer les sourcils. Il avait peut-être bien fait d’enclencher une telle conversation finalement « Eh ! Eh ! Eli » et ce fut à son tour de poser sa main sur sa joue « J’ai confiance en toi, en tes capacités. Mais… J’ai juste peur que ton goût pour l’adrénaline te mène à ta perte. Mais si tu me dis que maintenant, tu seras plus prudente, alors… Alors ok » et lui sourit avec douceur, avant que ce dernier ne disparaisse aussitôt en entendant la question de cette dernière, retirant sa main pour s’allonger sur le dos, le regard rivé sur le plafond de la chambre, les mains jointes sur son torse « Je… Oui… Quand on a ce genre de disputes au sujet de cette peur, de cette envie de te protéger, j’ai l’impression que je tiens plus à toi, que toi à moi… » et poussa un soupir « Je comprends que tu puisses ne pas accepter que je m’inquiète autant pour toi, parce que ça n’a pas empêché Jeb de se faire tuer, seulement comprends aussi que j’ai perdu tous les gens à qui je tenais, et que je n’ai pas envie que l’histoire se reproduise. Pas maintenant que je suis en âge de pouvoir te protéger » terminant ces derniers mots en posant son regard sur elle.


Contenu sponsorisé
Funambule feat Manhattan Redlish
Page 27 sur 37
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28 ... 32 ... 37  Suivant
Sujets similaires
-
» Le reflet- feat Jo'
» La sauvage et le paumé ▬ Feat DonJuanAuxEnfers
» All that was me is gone [Feat Paddy]
» I might look like a baby but I'm 40 Feat. Pupper
» Regarde moi - feat Clionestra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Archives :: Archives :: Univers réel-
Sauter vers: