Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Hi Everyone
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyHier à 23:37 par Nemo

» Raven and Bones
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyHier à 23:25 par Lobscure

» Funambule feat Manhattan Redlish
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyHier à 21:32 par Charly

» PRÉSENTATION ¬ quand c'est fini, c'est par ici
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyHier à 20:43 par Mai Fong

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyHier à 20:41 par Ezvana

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyHier à 20:32 par Gäa

» We don't have to dance # Senara
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyHier à 15:02 par Senara

» Centaures - (Val & Dreamcatcher)
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyJeu 18 Avr - 23:39 par Dreamcatcher

» (m) souls don't meet by accident
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 EmptyJeu 18 Avr - 23:14 par Ananas

Le Deal du moment : -34%
-34% LG OLED55B3 – TV OLED 4K 55″ 2023 ...
Voir le deal
919 €

LE TEMPS D'UN RP

Funambule feat Manhattan Redlish

Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Lun 26 Fév - 22:18

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Depuis qu’il était entré dans sa vie, Ian s’était incrusté dans son esprit. IL était tout le temps-là, dans un coin de son esprit. Jusqu’à présent, il y avait une part de fantasmes, il y avait simplement ce torse nu qu’elle avait touché le soir au motel, ce membre tendu qu’elle avait senti contre elle, et bien entendu les rêves qu’elle avait fait. Mais ce soir… ce soir ils avaient clairement franchit une limite. Ils s’étaient embrassé. Et pas qu’une fois. Ils s’étaient embrassés sans retenu, sans culpabilité, répondant seulement à l’envie de l’un et de l’autre. Eli y avait vu l’unique occasion de pouvoir l’embrasser. Elle l’avait saisi, seulement… seulement ce baiser en avait engendrer d’autres, jusqu’à cette idée dingue monter chez elle, ou encore de faire ça sur la banquette arrière de la voiture d’Ian. La jeune femme avait balayé tous ses principes, simplement parce qu’avec cet homme, c’était différent. Plus elle apprenait à le connaitre, plus elle avait du mal à croire qu’il était été capable de tuer deux policiers. Ça ne collait pas avec l’homme bienveillant de l’autre soir.

Lorsqu’elle était rentrée chez elle, Tobby au téléphone, Eli ne pensait qu’Ian. Qu’à sa bouche, son corps, son membre tendu qu’elle avait osé caressé. L’idée était dingue, pas vraiment réfléchit, mais elle avait téléphoné. Eli n’avait pas moindre idée ce que ça allait donner, parce qu’elle n’était pas du tout une habituée de ce genre de pratique… mais elle avait besoin de lui dire et de lui faire entendre qu’elle le désirait. Lui et personne d’autre. S’il ne pouvait pas être ensemble et se toucher, alors peut-être qu’ils pouvaient tout de même se donner du plaisir. Prenant la réponse d’Ian à la rigolade elle dit : « -quoi ça te choque ? » avec un petit rire dans la voix. Elle avait très bien comprit pourquoi il lui avait dit cela. Parce que c’était une forte de torture. Mais elle avait envie de plus… Elle mit le téléphone sur hautparleur, puis elle laissa passer un soupire en entendant les mots d’Ian. Des mots qui avaient un certain effet sur elle.

Il semblait avoir compris… compris où elle voulait en venir. Ce qu’elle cherchait à faire. Elle n’était pas très assurée dans ses mots, ne voulant pas être trop provoquante ou bien qu’il prenne mal tout cela. Ce n’était pas du tout le but. Elle voulait seulement pouvoir passer un moment intime avec lui, même si c’était à distance. Elle retira la serviette lorsqu’il reprit la parole, et souffla un : « -je suis toute nue… » à voix basse, comme pour faire monter la pression d’un cran. Eli sourit lorsqu’il demanda la suite. « -on… on se fait du bien… » avait elle soufflé avant de se mordre la lèvre inférieure, comme par peur d’avoir dit une bêtise. « -et hem… moi non plus… » elle n’était pas vraiment du genre téléphone, mais ce soir, ils n’avaient pas le choix.

Elle laissa passer un silence, n’écoutant que la respiration d’Ian à l’autre bout fil. Puis elle ferma les yeux, glissant une main entre ses cuisses. Eli finit par reprendre la parole et dire : « -imagine mes lèvres dans ton cou… comme tout à l’heure. Je remonte sur ton menton… imagine aussi que tes doigts sont les miens… » à nouveau elle laissa passer un silence. « -je te caresse tout en t’embrassant… un lent va et viens… » l’imaginer à l’autre bout du téléphone, l’excitait terriblement. Elle était déjà tout humide et attendait seulement qu’il lui donne des instructions à son tour… Mais elle poursuivit d'abord: "-j'ai envie de jouer avec ma langue... déjà tout à l'heure j'en ai eu terriblement envie..." d'accord, c'était un brun provocateur cette fois-ci, et pourtant c'était la stricte vérité. Il y avait une forme de contrôle dans la fellation, qu'elle avait toujours aimé.

Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Mar 27 Fév - 10:36

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Si on lui aurait dit qu’il s’attacherait à une terroriste à en devenir au cours d’une infiltration, et que l’attirance physique serait telle qu’il serait incapable de s’abandonner dans les bras d’une autre qu’elle, il n’en aurait pas cru le moindre mot. Pourtant, c’était bel et bien ce qui s’était passé avec la jeune femme. Elle lui avait laissé l’opportunité de voir au-delà du masque. Ainsi, il avait pu découvrir une femme soucieuse des autres, douce et humaine derrière la carrure rigide qu’elle laissait paraître aux yeux de tous. Un contraste qui l’avait contraint de la percevoir comme une anomalie dans l’équation. Elle était si différente des autres, ou même de celui qu’il prétendait être. C’était pour cela qu’il s’était dévoilé lui aussi, qu’il avait baissé sa garde. Cela ne serait pas sans conséquences. Il en avait pleinement conscience. Mais plus les jours défilaient, et plus Ian s’attachait à cette femme qu’il considérait comme sa partenaire, sa coéquipière, dans l’Enfer de cette cellule. Il avait tenté de la haïr, en vain. Il avait suffi d’un baiser pour que la colère qu’il avait éprouvé des jours durant pour elle ne se dissipe. Il avait également suffi d’un baiser pour engendrer d’autres, trahissant tout le désir qu’il pouvait éprouver pour elle. Elle était omniprésente dans son esprit et avait une manière bien à elle de parvenir à mettre son corps en émoi en un seul regard, une seule caresse. Elle le rendait tout bonnement fou, que ce soir-là, Ian aurait été capable de la prendre au milieu de la rue, contre sa voiture, sans même envisager qu’ils puissent être surpris. Il s’en moquait. Tout ce qui importait, c’était elle. C’était son corps. C’étaient ses doigts autour de sa virilité tendue pour elle. Sans cet appel, la nuit aurait été si différente. Mais il était finalement rentré seul, avec pour seule compagnie une frustration accablante…

La douche n’avait pas suffi à apaiser ce sentiment, et s’était donc pensif et nostalgique de cet instant partagé avec Eli qu’il s’était laissé choir sur le matelas à même le sol de son studio. Puis la soirée prit une tournure tout autant surprenante qu’excitante lorsque la jeune femme l’avait appelé pour lui confier qu’elle avait envie de lui. Il n’avait pas fallu davantage pour que la virilité de l’agent ne se dresse à ces mots. Mais Eli avait décidé de ne pas en rester là en lui confiant que sans cet appel, ses doigts n’auraient pas été les seuls à caresser son intimité. Les paupières closes, sa main caressant son boxer serré, il la supplia de ne pas dire le moindre mot. C’était une torture que de l’entendre formuler un tel aveu. Cela la fit rire et il rouvrit les yeux en tournant la tête vers son téléphone posé aux côtés de sa tête « Non… Tu me fais juste te désirer encore plus » et ajouta « Je ne pensais pas ça possible ». Parce que comme il lui avoua par la suite, il était à l’étroit depuis qu’elle lui avait confié avoir envie de lui. Alors l’entendre lui avouer qu’elle aurait été plus entreprenante, ça ne faisait que durcir davantage sa virilité à l’étroit dans son boxer. Au fil des paroles de la jeune femme, Ian comprit le but de cet appel en cette fin de soirée et comprit davantage son hésitation. L’agent n’était pas familier du sexe par téléphone. En fait, c’était sa première fois et il le lui confia pour qu’elle comprenne que ce n’était pas par manque d’enthousiasme qu’il bafouillait, mais parce qu’il craignait d’être maladroit, tout simplement. Les paupières de nouveau close, il imaginait le corps nue d’Eli à ses côtés, avec une envie irrépressible de venir caresser son corps. « On se fait du bien. D’accord » répéta-t-il pour confirmer qu’il était en accord avec cette idée. Il rouvrit à nouveau les yeux et souffla « On va prendre notre temps » pour la rassurer. Ian était agréablement surprit qu’elle franchisse le pas avec lui. Qu’elle se sente suffisamment en confiance pour entreprendre une telle démarche… Si intime.

Ian ferma à nouveau les yeux, tentant de contrôler sa respiration et se concentra uniquement sur la voix de la jeune femme de l’autre côté du téléphone. Il retira son boxer d’un geste hâtif, se libérant ainsi de cette emprise, et se laissa guider par les mots d’Eli. Ses mains se refermant contre son intimité, se caressant lentement tout en sentant presque les lèvres de cette dernière sur sa peau. Il poussa un soupir de plaisir et léger gémissement qui s’accru en entendant l’aveu de sa partenaire. C’était provocateur. C’était grisant. C’était excitant. Peu de femme se laisserait tenter à une telle confidence. Il l’imagina descendre le long de son corps, son regard dans le sien, et ses lèvres remplacer ses doigts. Il émit un gémissement à cette pensée et souffla « Oh Eli… » et ajouta « Je suis à tes côtés, j’effleure ta peau de mes doigts pendant que j’embrasse ton cou, je goûte ta peau avec ma langue. Ma main continue son ascension, lentement, dans un effleurement, jusqu’à ta féminité… Je la caresse… Je veux… » et un soupir de plaisir lui échappa « Te faire languir… Et je glisse mes doigts à l’intérieur de toi… Mais je veux plus » rétorqua-t-il d’une voix qui trahissait le plaisir qu’il prenait à imaginer la scène « Je caresse tes seins de mon autre main…alors que je délaisse ton cou pour le reste de ton corps. Je descends lentement, ma langue traçant une ligne entre tes seins, le long de ton abdomen, ton nombril...jusqu’à… » et souffla un « Eli… » alors qu’il continuait de se caresser avec lenteur, et poursuivit « Ta féminité… Mes mains sur tes hanches, je … j’embrasse l’intérieur de tes cuisses, puis je remonte lentement jusqu’à ton intimité que je finis par caresser sensuellement… ». Elle voulait jouer ainsi, il détenait les mêmes armes de son côté.


Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Mer 28 Fév - 12:32

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


Comment ne pas avoir envie d’entendre ce genre de chose ? C’était grisant et à la fois tellement électrisant de savoir qu'il avait envie d'elle ainsi. Que ce désir était réciproque et sue en venait à être douloureux tellement c’était contenu. Eli ne savait pas si elle serait capable d’assumer ce qu'elle venait de lancer, d'assumer le lendemain. Comment croiser son regard sans repenser à ça… comment ne pas avoir envie de plus encore… en faisant cela de cette façon, la jeune femme avait la sensation de ne pas piétiner ses principes. D’accord, elle était agent, mais elle était aussi humaine. Et cela voulait dire avoir des envies, des désirs … elle n’avait pas désiré ainsi, depuis très longtemps.

Eli se lançait dans quelques chose de nouveau. Elle n’avait jamais fait ça. C’était différent, osé dans doute mais Ian confirma qu’il était d’accord. Il tenta même de se montrer rassurant. Cela la fit sourire. Elle commença alors à jouer, même si elle savait déjà que tout cela ne durerait pas des heures. Elle aima l’entendre de l’autre côté du téléphone. Lorsqu’il prit la parole, elle n’eut aucun mal à imaginer tout cela, se caressant comme si c’était lui, juste là avec elle. « - Oui… » souffla Eli d’une voix pleine de désir. La faire languir… elle gémit sous ses doigts. « - Moi aussi… » bien sur qu’elle voulait plus. « - Oh oui... descends… » souffla la jeune femme qui imaginait glisser une main dans ses cheveux pour le guider. A nouveau, elle laissa passer un soupir de plaisir, excitée par tout cela. « - J’ai envie de te sentir en moi… doucement, lentement… que je te sente aller… et venir… » sa voix trahissait le plaisir qu’elle prenait de son côté. « - Ton poids… ton souffle… » elle imprima un léger mouvement de bassin, accompagnant ses caresses.

Ils continuèrent ainsi durant de longues minutes, faisant grimper le désir, se donnant du plaisir. Puis elle souffla un : « - Je vais jouir… » dans un souffle déformé par le plaisir qui arrivaient. L’orgasme arriva et elle gémis son plaisir, imaginant toujours Ian avec elle, en elle. Le souffle court, elle regarda son téléphone. Elle l’avait entendu jouir également. Et elle avait aimé ça. Eli laissa passer un instant de silence, puis elle avait demandé : « Ca va ? » D’un voix douce et un peu un peu euphorique à la fois.



Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Mer 28 Fév - 13:59

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Jamais jusqu’alors, Ian ne s’était laissé tenter par une telle expérience avec une femme. C’était comme si l’envie l’un de l’autre était parvenue à son paroxysme, et qu’ils devaient succomber à tout prix. Tel un impératif vital.  Mais pour cela, ils n’avaient qu’une seule alternative pour ne pas briser leur interdit. L’intimité sans la proximité. C’était comme cela que Ian s’était retrouvé entièrement nu sur ses draps, dans l’intimité de son studio, ses doigts autour de sa virilité durcie, se caressant dans de long-et-viens en imaginant que c’était les lèvres et la langue de sa partenaire qui excitaient son intimité. Peu à peu, l’agent se laissa guider par le moment présent, par ce moment de partage avec Eli. Cet attrait de la nouveauté se mélangeait délicieusement à l’excitation et au désir qu’il éprouvait pour elle. Il se plut à l’imaginer à ses côtés, glissant ses doigts jusqu’à sa féminité avant de descendre le long de son corps, lentement, sensuellement, jouant avec son amante, jusqu’à parvenir jusqu’à son intimité qu’il caressa de sa langue. Ian se délecta de l’entendre soupirer de plaisir alors qu’il écoutait ses envies, ses désirs. « Te pénétrant avec une extrême lenteur pour que tu en savoures toutes les sensations, ondulant lascivement le bassin sans te quitter des yeux… » et ils continuèrent ainsi durant de longues minutes. Il se plaisait à détailles ses caresses, ses baisers, ses vas-et-viens en elle, puis Eli prononça ces trois petits mots qui ne fit que croître son plaisir, accélérant ses caresses et souffla un « Moi aussi… » et se laissa accabler de plein fouet par l’orgasme, gémissant en chœur avec sa partenaire. Il avait savouré son gémissement en sachant que c’était à lui qu’elle avait pensé tout le long de cette étreinte. Ian rouvrit lentement les yeux, s’accordant quelques instants, le temps de renouer avec la réalité et sourit en tournant la tête vers son portable « Très bien… Et toi ? ». Sourire aux lèvres, l’agent ajouta « C’était…nouveau, et j’ai vraiment aimé » et précisa « C’est parce que c’est toi… ». C’était parce que c’était Eli qu’il s’était autorisé à partager son intimité, à accepter de se donner à elle ainsi. Qu’il s’était octroyé ce plaisir solitaire en partageant avec elle. Que d’une certaine manière, il avait accepté de se montrer à nu, vulnérable. « Tout à l’heure, sans l’appel de Toby… Je ne serais pas rentré chez moi ». Sous-entendant qu’ils auraient brisés cet interdit qu’ils s’imposaient. Il n’y aurait eu aucun retour en arrière possible.

Le lendemain matin, lorsque Ian se présenta au Bureau, c’était un léger sourire aux lèvres qu’il tentait au mieux de dissimuler, accompagné d’un petit sac kraft et de deux gobelets de café fermement maintenu par leur porte-gobelets en carton. « Tu ne nous as rien apporté à nous ? » avait répliqué Robby qui jouait aux cartes avec le doc « Deux mots » « Va te faire foutre ? » ce qui fit froncer les sourcils à l’agent « Tu n’as pas été à l’école toi. Ça ne fait pas deux mots » « C’était peut-être une manière de parler » « Ne te trouve pas des excuses » et blablabla. Ian les laissa discuter ensemble, profitant de cette diversion pour monter jusqu’à l’antre de la jeune femme. Il prit soin de refermer la porte derrière eux, et se blottit dans son dos, se libérant les mains en même temps pour pouvoir les poser sur sa taille, et murmura à son oreille « Bonjour » tout en venant humer son odeur, puis se détacha aussitôt pour ouvrir le sachet « Brioche » et ajouta en levant son index « Je sais. Tu ne manges pas le matin et on avait dit qu’on devait arrêter les brioches. Mais tu dois manger » et ajouta « J’ai pensé au café » et prit place sur le tabouret, mangeant un morceau de brioche « Cette nuit… » « Réunion ! » cria Max à l’étage inférieur, ce qui le fit pousser un soupir. Il récupéra son café et s’avança plus proche de la jeune femme pour lui murmurer à l’oreille, avant de descendre les marches « Ça a seulement intensifié mon envie de toi ». Alors que le contraire aurait été souhaitable. Mais il savait maintenant, après cette nuit, que ça pourrait être tout bonnement sensationnel entre eux deux, dans l’intimité. Une osmose parfaite de leurs corps. Cette envie de donner et de se donner l’un à l’autre, sans concession, sans retenue. Ils finirent par descendre les marches, se plaçant légèrement en retrait du reste des membres qui se tenaient face à Toby « Bien le bonjour à vous tous. J’espère que la nuit a été bonne ». Ian préféra avaler une longue gorgée de son café que de se trahir en jetant un regard à Eli. C’était leur petit secret. Ça n’appartenait qu’à eux « Bref ! Trêves de politesse. Si je vous ai réuni aujourd’hui, c’est pour une grande nouvelle. J’ai longtemps réfléchi à ce 4 juillet et j’ai pris une décision. On veut frapper les esprits, marquer les mémoires, chambouler la société actuelle ». Il aimait s’entendre parler celui-ci « L’anthrax, c’est du déjà-vu. Il n’y a rien de spectaculaire dedans !  Puis la létalité n’est pas très forte. Nous l’avons constaté lors des attaques en 2001 » « Qu’est-ce que tu veux dire Toby ? » finit par demander Max « Attends ! Attends ! Un peu de patience ». Le sourire que ce dernier arborait ne présageait rien de bon. Ian avait fini par délaisser son gobelet et ne portait plus attention qu’au leader du groupe « Si je vous parle de Wuppertal-Elberfeld ? Vous pensez à … » et leva les mains à hauteur du torse, les encourageant silencieusement à répondre à sa question « Alors ? Alors ? » alors qu’il arborait le sourire enthousiaste d’un enfant le soir de Noël.

En entendant le nom germanique, Ian sentit son cœur rater un battement alors qu’il se recula d’un pas. Il ne devait rien laisser paraître et pourtant, ça lui était difficile à cet instant. Il inspira profondément et souffla « Le gaz sarin » « Oh ! Oh ! J’ai entendu la réponse quelque part par là-bas ! Ian ? ». Ce dernier releva son regard sur Toby et inspira de nouveau avant de répliquer « Le gaz sarin. C’est l’inventeur du gaz sarin en 1939 » « Nous avons un gagnant ! Applaudissons-le ! ». Le Doc et Robby applaudirent alors que Max et Jiminy étaient dans la confusion la plus totale « Indolore, incolore et volatile. On va tuer le plus grand nombre. N’est-ce pas excitant ?! ». L’agent n’était pas de cet avis, mais il se rappelait également qu’entre ces murs, il était O’Brien. Un adhérent aux convictions de l’homme qui se dressait devant eux. Il n’était pas le Ian Edwards qu’il laissait paraître aux yeux d’Eli lorsqu’ils n’étaient que tous les deux. O’Brien. Il se martela ce nom d’emprunt encore et encore. Il était un terroriste, lui aussi. Dans une tentative de reprendre contenance et d'adhérer à nouveau à sa funeste idée, il rétorqua « Je suppose que tu as déjà des probables vendeurs ? Dis-nous tout ! Quand et où ?! » « Tout à fait ! Vous voyez les autres ?! Je veux cet enthousiasme ! » et répondit ensuite « Des Syriens. Dans trois semaines. Je peux compter sur vous deux ? » et sentit le regard de ce dernier se poser sur Eli. Doutait-il encore d’elle après le Night-Club ?! « Oui. Nous ferons le travail » répliqua Ian en devançant la jeune femme qui devait être dans tous ces états en entendant ce changement brutal enclenché par Toby dans leur opération. Lorsque la CIA et le FBI appondront ça … « C’est tout pour moi, pour aujourd’hui. Ian ? Eli ? Vos comptes rendus de votre repérages d’hier, au plus vite sur mon bureau ». Il lui fit signe de la main pour lui signifier que ça serait fait et rejoignit la jeune femme « On monte sur le toit. Viens ». Elle avait sûrement besoin d’air frais.



Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Jeu 29 Fév - 10:52

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


C’était le seul moyen qu’elle avait trouvé de pouvoir assouvir cette envie de lui. De se donner à lui, sans pour autant franchir réellement la limite qu’ils s’étaient imposer. La CIA ne pourrait pas lui reprocher… enfin… là tout de suite, Eli n’en avait rien à foutre de la CIA et de ce qui pouvait l’attendre à la sortie de cette affaire. Elle avait seulement envie de s’abandonner à son désir, de s’accrocher à son imagination. Elle aimait ce qu’elle entendait dans la voix d’Ian, les frissons que cela faisait naitre chez elle. Elle pouvait y percevoir son désir et c’était terriblement excitant. Lorsqu’il évoqua le fait de rentrer en elle, la jeune femme en eut presque le souffle coupé, imaginant le poids du corps d’Ian sur le sien, ainsi que la grosseur de son membre. Son souffle s’accéléra alors qu’elle lui demanda d’en faire de même : « -accélères… » avait elle soufflé avant de se mordre les lèvres. La jouissance ne tarda pas pour l’un comme pour l’autre et Eli fut forcée de constater qu’elle avait adoré entendre Ian prendre du plaisir, ce plaisir. Avec elle… « -moi aussi… » pas la peine de mentir, ça lui avait plu également… vraiment… « -je ne te t’aurai pas laissé partir de toute façon… » avait elle ajouté avec un sourire sur les lèvres. Ça avait été compliqué de raccrocher, mais ils avaient aussi eut besoin de dormir… Tobby avait une grande annonce à faire le lendemain, et s’ils arrivaient l’un comme l’autre avec des cernes, cela serait louche.

Cela faisait déjà une demi-heure qu’elle était au bureau quant Ian arriva. Dos à la porte, elle avait seulement jeter un coup d’œil pour savoir si montait. Un léger froncement de sourcil en entendant la porte se fermer. Et puis se frisson qui venait presque de la paralyser sur place. Elle avait posé ses mains sur les siennes, à la base pour éviter qu’il ne s’approche trop. Finalement, elle l’avait retenu. Juste quelques secondes pour souffler un : « -salut… » il y avait déjà du désir dans sa voix. Eli se tourna pour lui faire face alors qu’il se détachait sagement. Un sourire amusé s’afficha sur ses lèvres : « -t’es sérieux ? » brioche. Son sourire s’élargit un peu plus encore. « -merci pour le café… » qu’elle prit entre ses deux mains. Puis elle le fixa du regard. Il allait vraiment évoqué cette nuit, là ? maintenant ? Ici ? Elle jeta un coup d’œil à la porte en entendant la voix de Max. « -on arrive ! » cria la jeune femme avant de sentir son cœur s’emballer comme un con à l’approche d’Ian. « -c’était pas vraiment le but… tu le sais… » avait-elle répondu en tentant de rester professionnel. « -recule sinon… » sinon ils n’allaient surement pas assister à cette réunion…

Elle inspira lentement avant de descendre, son café entre les mains, suivant Ian de prêt. Elle évita cependant de s’installer trop proche de lui. Elle cala ses fesses sur les bureaux de Max, juste à côté d’elle. Un regard, elle semblait également redouter cette annonce si importante. Lorsque Tobby prit la parole, Eli savait d’avance qu’elle allait devoir prendre sur elle. Pas possible de faiblir ou de s’offusquer. Un froncement de sourcil alors que son cerveau n’avait pas envie de comprendre. Pourtant, elle l’avait aussi la réponse. Seulement, elle restait coincée dans sa gorge. Heureusement qu’elle était assise finalement. Elle échangea à nouveau un regard avec Max. Puis elle regarda Ian qui prenait la parole. Quand et où… Un hochement de tête alors qu’Ian répondait pour elle. Il manquait le où mais ils verraient plus tard. Un nouveau hochement de tête pour le rapport et elle sursauta presque en entendant la voix d’Ian s’adresser à elle. « -ok… » elle gravit les marches avec lenteur, comme si la nouvelle l’avait assommé.

Une fois sur le toit, elle resta silencieuse et avala une grande gorgée de café. « -je… je l’avais pas vu venir ça… » avait elle alors avoué, enfonçant également un bon coup dans sa culpabilité et ses capacités d’agent. Elle ferma les paupières… de toute manières, que pouvait elle dire, Ian devait être d’accord avec cette idée… cela lui serra le cœur. Pourquoi est ce qu’elle s’attachait à lui alors qu’il était capable de cautionner ça. « -on va être très sexy le jour J, avec nos masques à gaz… » souffla la jeune femme, voulant faire comme si elle était détachée, même si elle ne devait surement pas tromper Ian.

Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Jeu 29 Fév - 13:05

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Est-ce que ça parviendrait à résoudre l’attirance qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre, et ainsi dissiper la frustration que cela engendrait ?! Ian n’en était pas certain. Mais ce soir, au téléphone avec la jeune femme, dans sa nudité plus complète, gémissant de plaisir en s’imaginant en elle, il ne souhaitait pas y penser davantage, et seulement se délecter de l’instant qu’elle lui offrait. Ils avaient aimé cet instant de partage, cette expérience nouvelle et si grisante. Ils étaient à milles lieux de leur interdit, de la cellule ou encore même de la CIA. Il ne pensait qu’à elle et ça lui allait parfaitement. Et sans l’appel de Toby, cette étreinte qu’ils s’étaient tous les deux imaginés auraient été physique. Il ne serait pas partit et sourit en l’entendant lui confirmer qu’elle ne l’aurait pas laissé partir, non plus « Je sais ». C’était une évidence. Sa main caressant sa virilité dans son jean, cette manière de répondre à ses baisers. Eli avait cherché ses clefs dans les poches de son jean pour qu’ils poursuivent sur la banquette arrière. Par conséquent, il ne faisait aucun doute qu’ils auraient succombés avec la même envie ce soir. Mais il y avait eu cet appel. Et ils s’étaient donnés l’un à l’autre d’une manière différente, qui ne dénaturait en rien l’acte charnel. Mais comme tout, il y avait une fin. A contrecœur, ils avaient dû raccroché pour pouvoir arriver au Bureau les idées claires le lendemain.

C’était reposé, mais également d’une humeur particulièrement joviale que Ian franchit le seuil du garage désaffecté, se hâtant jusqu’à l’antre de la jeune femme dont il ferma la porte derrière lui. Un peu d’intimité. Il déposa le café et les brioches à leurs côtés, son corps blottit contre le sien et posa ses mains sur ses hanches, souriant en sentant les siennes le rejoindre « Tu as bien dormi ? » murmura-t-il avant de se détacher d’elle pour prendre place sur le tabouret « Tu préfères les pains au chocolat ? Les croissants ? » répliqua-t-il sourire aux lèvres. L’orage des derniers jours s’était complètement dissipé depuis la veille au soir, depuis leur dispute en bas de son immeuble. Un nouveau sourire pour seule réponse à son remerciement, portant son propre gobelet à ses lèvres. Ian s’apprêtait à évoquer cette nuit, mais il fut interrompu en plein élan par Max. La réunion. Toby avait le don pour intervenir toujours au moment opportun… Il délaissa donc le tabouret, et se rapprocha d’Eli, bien décidé à finir sa phrase « Oui, mais c’est arrivé » répliqua-t-il sans se détacher, jusqu’à ce qu’elle ne lui demande « Je ne suis pas le seul » constata-t-il avec son petit sourire en coin qu’il cacha derrière une nouvelle gorgée de café.

L’annonce de Toby eut raison de l’effervescence du moment. L’agent n’avait plus envie d’exprimer le moindre sourire en cet instant. Le gaz sarin. Avec l’anthrax, des gens avaient encore la possibilité de survivre à l’issue de la contamination. Avec le gaz sarin… Tout le monde allait périr, et il n’y aurait aucun survivant… S’il n’avait pas été un agent infiltré, Ian l’aurait volontiers exécuté en cet instant précis. Mais il était un représentant de la loi et il avait une mission à accomplir. Ian laissa donc paraître le masque d’O’Brien, s’enthousiasmant pour ce tournant soudain et surprenant, ce qui semblait satisfaire tout particulièrement le dirigeant de leur cellule. Lorsque la réunion fut close et que le monde se dissipa, Ian proposa un tour sur le toit à la jeune femme. Il ne faisait aucun doute que la nouvelle l’avait chamboulé tout particulièrement. Elle n’était pas seule. Il la laissa monter les marches devant lui et prit soin de verrouiller la porte du toit à clef. Ian ne souhaitait pas être dérangé. Silencieux, le dos contre la porte, il écouta Eli. « Je… » et posa sa tête contre la porte en métal sur laquelle il était toujours appuyé. Un soupir et s’en détacha pour se rapprocher de la jeune femme « Je… » et déglutit avec difficulté. Ian ne parvenait pas à dire ce qu’il avait sur le cœur, tirailler entre ce qu’il était et ce qu’il devait paraître. Mais c’était Eli. La femme qui s’était mise à nue cette nuit, qui avait eu confiance en lui. Il constata au bout de quelques instants qu’il l’avait fixé sans mot dire, et finit par avouer « Je ne veux pas tuer tous ces gens… Eli… Je ne veux pas… Avec l’anthrax… Il pouvait s’en sortir, mais là… » et sentit sa gorge se nouer. Il prenait un risque pour sa sécurité à formuler un tel aveu, et il espérait de tout cœur que la femme qui se trouvait devant lui était digne de confiance, qu’il n’était pas en train de s’attacher à une chimère. Qu’elle ne le trahirait pas après cet aveu.



Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Ven 1 Mar - 9:09

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr



Eli savait parfaitement qu'il était inutile de faire comme si rien ne s’était passé. Il n'y avait pas que son appel et le plaisir qu'ils avaient prit ainsi, ensemble. Ils s’étaient également et surtout embrassés réellement et avec une envie non dissimulée. Ils avaient été à 2 doigts de faire n'importe quoi… alors aujourd’hui, impossible de jouer les distantes ou les amnésique. De toute manière, même si elle l'avait voulu, elle se serait trahi toute seule. Parce qu'il était venu se coller à elle, et faire renaître son désir en l’espace de quelques secondes. « -oui, et toi ? » Avait elle répondu en le regardant prendre place avec ses brioches. Eli aurait aimé que tout cela soit dans d'autres circonstances. « -la brioche c’est très bien… » un sourire presque tendre. Après l’opération, elle n’en mangerait sans doute plus jamais. Et voila qu'il évoquait la nuit dernière… le résultat n’était pas celui attendu. Clairement pas. Mais ils allaient devoir se contenter de ça. Ils ne pouvaient pas faire autrement. Eli avait un travail à faire. Et pour cela, elle devait garder la tête froide.

Ce qu’elle fit durant la réunion. L’annonce du changement de plan la glaça sur place. Ça allait être horrible. Impossible de merde la mission. Sinon… tous ces gens allaient mourir… elle fut la première à s’exprimer une fois sur le toit. Elle était sous le choc. Mais elle savait qu’elle devait se ressaisir. « -quoi ? Tu quoi ? » S’emporta Eli. Ian passa alors aux aveux. Il n’était pas en accord avec les nouvelles idées de Toby. Et pourtant jusqu’à présent ça ne lui avait jamais posé problème. Eli sentait bien le souci dans la voix d’Ian et pourtant… « -t’avais plutôt l’air d’accord en bas… » elle alluma une clope. Elle avait besoin de nicotine. « -t’es pas obligé de te ranger de mon côté tu sais. C’est pas parce qu’on a… » elle tira sur sa clope. « -enfin… bref… » elle n’avait pas envi d’une dispute là, tout de suite. Seulement se poser et réfléchir. Encaisser ce changement de plan, l’assimiler et faire avec. Elle n’avait pas le choix. Après quelques secondes elle souffla un: "-excuses moi..." elle se massa le front en même temps. "-je crois que Max a été aussi surprise que m... que nous..." elle avait envie de croire Ian quand il lui disait qu'il ne pouvait pas faire ça. Tuer tous ces gens. Elle regarda Ian quelques secondes. Est ce qu'il serait capable de l'aider à faire avorter ce projet qui prenait des empleurs de fou.


Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Ven 1 Mar - 11:29

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Ian n’avait pas envie de passer sous silence ce qui s’était passé entre eux la veille. Ces baisers et cette manière si singulière de se donner l’un à l’autre. Sur le trajet le menant au Bureau, il avait espéré qu’il en serait de même pour Eli et fut soulager de constater que pour une fois, ils en étaient en parfait accord sur la manière d’appréhender leur situation. Il avait aimé sentir ses mains sur les siennes, et qu’elle ne le repousse pas. Il s’était tout de même détaché parce qu’en ce lieu, les murs avaient des oreilles et l’agent ne souhaitait pas que cela s’ébruite parmi les membres de la cellule. Ça n’appartenait qu’à eux. Donc tout en prenant place sur le tabouret, sourire aux lèvres, il répliqua un « Moi aussi ». Après qu’il ait raccroché le téléphone, il y a avait eu un instant de flottement et s’était finalement laissé bercer par les bras de Morphée peu de temps après. Un nouveau sourire étira ses lèvres. Les brioches, ça lui convenait. A l’issue de cette opération, Ian n’était pas certain de s’adonner à nouveau à ce petit plaisir coupable de la brioche au beurre. Ça lui rappellerait bien trop les moments passés avec Eli, et ça risquait bien d’être douloureux à supporter. Parce que c’était aussi ça la réalité de leur étrange relation. Ils n’étaient pas du même côté de la loi, et ça finirait par les rattraper tôt ou tard…

Le discours de Toby le contraint à faire face à cette difficile réalité. Il était entouré de terroristes qui n’aspiraient qu’à tuer le plus de gens possibles. Peu importe que ça soit des innocents, des familles, des femmes et des enfants, des militaires qui se sont battus pour leur pays. Ils souhaitaient anéantir tout cela sans la moindre culpabilité. La seule qui n’adhérait pas à ses idées, c’était Eli et ce fut pour cela qu’il lui proposa de rejoindre le toit. Elle avait besoin d’air. Lui aussi. Il prit soin de refermer à clef pour qu’ils ne soient pas surpris en pleine conversation. Qu’ils ne soient pas dérangés. Et à l’abri des oreilles indiscrètes, Ian lui confia ne pas être prêt à tuer tous ces gens. Ce n’était pas O’Brien qui parlait, mais l’agent. Il avait besoin de se confier à la seule personne en qui il avait confiance, tout en continuait d’espérer silencieusement de ne pas commettre d’erreurs en le faisant. Même s’il sentait l’agacement de la jeune femme face à toute cette situation. L’agent encaissa difficilement son reproche. Oui, il était différent en présence des autres membres de la cellule… Et ça semblait déranger la porte-flingue de la cellule. La mâchoire serrée, il lui lança un sombre regard, désapprouvant le ton qu’elle venait d’employer avec lui « Ne commence pas Eli » répliqua-t-il et finit par s’éloigner tout se passant une main lasse sur le visage, se rapprochant du bord du toit, réprimant un petit rire nerveux « C’est comme ça que tu me perçois ? Que je me range de ton côté parce que tu me plais ? Comme si je cherchais à gagner des points pour te mettre dans mon lit ? » et laissa échapper un « Wouah ! ». Il n’en croyait pas ses oreilles. Eli avait donc si peu d’estime pour lui pour penser ça ? Il avait envie de quitter le toit en cet instant, de mettre de la distance avant qu’éclate de nouveau une dispute entre eux deux.

Mais contre toute attente, elle s’excusa. Cela le surprit. Dans ses souvenirs, c’était la première fois qu’elle entreprenait une telle démarche à son encontre. Elle venait de s’excuser. Il tourna la tête en sa direction, son regard croisa le sien. « Quand tu t’es opposée à Toby, il t’a tendu un piège au night-club. Si je m’oppose à Toby, je me retrouverais à genou devant lui, le canon d’une arme sur ma tête et il en sera finit de moi » lui fit-il remarquer. Elle avait oublié de ce dont était capable le gourou de cette cellule. Il laissa échapper un soupir de lassitude « Tu me penses vraiment capable de te mentir pour que tu tiennes davantage à moi ? » finit-il par demander en relevant la tête vers elle. Il observa la femme devant lui, chacun de ses traits et fit un pas vers elle, esquissant un petit sourire « Tu t’es excusée » et inclina la tête de droite à gauche « C’est la première fois ça ».



Charly
Messages : 3496
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Ven 1 Mar - 18:40

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


L’annonce de Toby avait totalement fait changer l’ambiance. Lorsqu’Eli était arrivée au bureau, elle était un peu sur son petit nuage. Mais entendre parler de changement de plan, de gaz Sarin… elle n’avait plus du tout envie de jouer avec Ian, ou encore de penser à s’envoyer en l’air. En arrivant sur le toit, elle surtout en train de réaliser qu’elle se laissait distraire. Ian venait vraiment trop perturber sa mission… Elle l’avait pourtant senti ce changement, elle savait que quelque chose allait arriver, mais elle n’avait pas pris le temps de sonder les autres, de poser ses idées… trop concentrée ou déconcentrée par cette relation avec Ian. Alors lorsqu’il prit la parole, forcement elle commença à s’emporter. C’était dans sa nature. Ian menaça tout de suite, autant sa voix que ses yeux. Elle préféra avaler du café et ensuite allumer une clope. Elle ferma les paupières en l’entendant lui répondre, et analyser ce qu’elle venait de dire. C’était pas vraiment leur plus gros problème non ?! Elle finit par s’excuser. Sans même s’en rendre compte en fait. Elle voulait seulement éviter une dispute et perdre du temps là-dessus. Ian était peut-être son seul atout au milieu de ce bordel. Même si elle détestait l’envisager ainsi.

« -je sais… » souffla la belle brune dans un murmure. Elle savait parfaitement ce qui attendait Ian si jamais il élevait la voix. « -non. » avait elle répondu ensuite. Elle avait parlé sur le coup de l’impulsivité, comme si il fallait qu’elle blesse quelqu’un pour se sentir mieux. N’importe quoi… seulement il allait devoir apprendre à conjuguer avec parce que c’était dans son fonctionnement. Les excuses elles, par contre, étaient bien plus rares. « -t’as pas vraiment besoin de ça de toute façon… » avait elle marmonné ensuite avant de porter ses clopes entre ses lèvres. Bien sur qu’il n’avait pas besoin de ça pour lui plaire… « -je sais… » avait elle marmonné à nouveau en regardant ailleurs. Elle se mordit les lèvres en jetant sa clope : « -t’habitues pas trop tu veux… » parce qu’elle ne ferait pas l’effort souvent. Parce qu’elle ne l’avait pas fait exprès. Parce qu’elle voulait seulement éviter une prise de tête inutile.

Elle croisa ses bras sous sa poitrine et demanda : « -qu’est-ce qu’on fait alors ? Si je peux pas le faire, et que toi non plus ? Qu’est-ce qu’on fait ? » elle espérait qu’il allait lui dire qu’il allait trouver une solution. Elle inspira un grand coup et ajouta : « -on ferait mieux de rentrer lui faire notre rapport. » ça lui permettrait peut-être de penser à autre chose. Elle se sentait tellement impuissante et inutile… Plus la moindre tension sexuelle. Elle devait se concentrer sur sa mission première. Et elle venait de prendre une toute autre envergure.



Manhattan Redlish
Messages : 3608
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Ven 1 Mar - 19:39

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 3 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Avec le temps, Ian avait constaté que la jeune femme avait un don certain pour s’emporter en toute circonstance. C’était sa manière de gérer une situation complexe qui la dépassait. Le conflit était sa façon d’extérioriser ce qu’elle éprouvait. Et depuis un mois, il était souvent la cible de ses affronts. Peut-être parce qu’elle le savait inoffensif ou alors c’était parce qu’il était le seul à se permettre de la contrer à chaque fois. Seulement, sur ce toit, il n’en avait pas envie. L’agent ne souhaitait pas une quelconque confrontation avec Eli. Pas aujourd’hui. Il venait déjà de mettre en péril son infiltration en lui dévoilant qu’il n’était pas prêt à tuer tous ces innocents, alors que c’était le cœur même de leur mission au sein de la cellule. Il n’était pas prêt à envisager une dispute avec la jeune femme parce que cette dernière doutait de la sincérité de ses propos. Il se montra rapidement menaçant à l’encontre de la porte-flingue du groupe afin qu’elle n’envenime pas la situation. Il était pas venu sur ce toit pour être jugé. Il avait seulement souhaité se confier à la seule personne en qui il avait confiance entre ces murs. Bien évidemment, son discours contrastait avec son comportement au moment de l’annonce de Toby, mais c’était uniquement une question de survie. Ce dernier n’aurait pas la même indulgence à son égard qu’il avait eu pu avoir pour Eli. Il n’était présent que depuis un peu plus d’un mois. Il n’était personne pour lui. Une balle et il en serait finit de lui et de tous ces innocents. L’agent n’était pas prêt à prendre ce risque. Elle savait. Ce n’était pas un secret d’État que leur dirigeant était un fou en puissance.

La réponse qui suivit le soulagea. Une certaine confiance avait fini par s’instaurer entre eux deux pour qu’elle le croit. Il n’avait pas fait cette démarche dans le but de lui plaire davantage, mais parce que c’était la vérité. Il sourit tout en l’entendant marmonné. Ça aussi, c’était une habitude chez Eli. Marmonner à tout va pour dire ce qu’elle n’avait pas envie de dire à voix haute. Il savait qu’il lui plaisait, et il en avait une fois encore la confirmation « Je sais » rétorqua-t-il donc avec douceur, avant de souligner qu’elle s’était excusée pour la première fois depuis leur rencontre. C’était une date à marquer d’une croix rouge. « Je suis incapable de m’y habituer. Pas avec toi ». Il ne faisait aucun doute qu’elle ne réitérait pas cette expérience-là. Son sourire se dissipa aussitôt qu’Eli eut posé sa question. Qu’allaient-ils faire ?! « Je… Je n’en sais rien ». En fait, si. Il savait. Il procéderait à l’arrestation de tout ce beau monde au moment venu. Quand elle s’éloigna, lassée de cette situation, Ian lui saisit délicatement le poignet, et l’attira à lui pour seulement la serrer tendrement dans ses bras « On va trouver. Tu n’es plus seule… » murmura-t-il à son oreille, avant de blottir sa tête contre la sienne. Au bout de quelques instants, Ian se recula avec lenteur et souffla « Viens, on va faire notre rapport et … On ira boire un café tous les deux en ville… A moins que tu veuilles rentrer chez toi… » et ouvrit la porte du toit, la laissa passer en première et retournèrent dans l’antre d’Eli pour se mettre au travail.


Contenu sponsorisé
Funambule feat Manhattan Redlish
Page 3 sur 26
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 14 ... 26  Suivant
Sujets similaires
-
» Le reflet- feat Jo'
» En apesanteur (feat m&m's)
» All that was me is gone [Feat Paddy]
» The Anuirean Covenant (feat Jo')
» L'ascension des dragons - feat. Mad Max

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: