Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyAujourd'hui à 9:38 par Mandrin

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyAujourd'hui à 9:02 par Senara

» Fire and Immortality (avec Léolyne)
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:04 par Léolyne

» If these wings could fly
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyHier à 23:27 par Jay'

» CADMOS - mille empereurs sans aucune terreur
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyHier à 23:23 par Jay'

» the tortured poets department
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyHier à 23:18 par Jay'

» Hi Everyone
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyHier à 23:08 par Frida K.

» Funambule feat Manhattan Redlish
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyHier à 22:21 par Charly

» PRÉSENTATION ¬ quand c'est fini, c'est par ici
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 EmptyHier à 21:39 par yellamo

Le deal à ne pas rater :
Display One Piece Card Game Japon OP-08 – Two Legends : où la ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Funambule feat Manhattan Redlish

Charly
Messages : 3509
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Ven 23 Fév - 18:57

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

Pas ici. Bon, ça voulait dire qu’il comptait quand même lui expliquer pourquoi il faisait la gueule. Enfin, ça laissait un petit espoir qu’il l’aide à y voir plus claire. Elle lui décocha un regard sombre avant de s’intéresser à nouveau au match. Enfin de faire semblant. La caméra du kiss cam se braqua sur eux. Tout était là pour faire chier ! Et Ian qui faisait non de la main, comme un gamin, comme si l’embrasser le dégoutait ou était inenvisageable. Il y a quelques jours de ça, il ne pensait certainement pas ainsi ! Mais qu’est ce qu’elle avait fait pour qu’il change d’avis ainsi ? Elle avait beau chercher dans sa tête, et ça depuis quelques jours déjà, elle ne trouvait pas. Lorsque la caméra revint sur eux, elle ne put s’empêcher une réflexion, ce a quoi il prononça son prénom presque comme une supplique. Alors elle décida de prendre les choses en mains. Merde ! Ils n’allaient pas passer encore pendant quinze minutes à la télé ! Elle l’embrassa alors à pleine bouche. Pas besoin de réfléchir, pas besoin de se forcer, l’envie monta toute seule à peine son visage proche de celui d’Ian. C’était peut-être la seule fois où elle pourrait l’embrasser. Et elle se démerderait à l’expliquer à la CIA si jamais il l’emmerdait avec ça. Lorsqu’elle recula son visage, elle baissa les yeux. Si elle le regardait à nouveau, caméra ou pas, elle allait à nouveau combler la distance entre eux…

Elle donna des directives afin de revenir à la réalité. Ils avaient du boulot techniquement. A peine le match reprit, elle se leva, sans vraiment attendre Ian, gagnant le couloir. Un regard à gauche, un regard à droite. Elle ne savait même plus part où elle devait commencer. Elle était complètement ailleurs, troublé par ce baiser. La suite se fit rapidement. Elle se retrouva coller au mur. Elle répondit au baiser d’Ian avec la même envie. Ses hanches se moulant aux siennes, ses mains glissant sous son tshirt, dans son dos. S’il descendait dans son cou, elle ne répondait plus de rien. Mais heureusement, une voix se fit entendre non loin. Eli tourna la tête sur le côté, alors qu’Ian levait une main. Elle avait le souffle court, son cœur battait à une vitesse folle. Elle eut envie de fermer les yeux lorsqu’il bafouilla. Il ne fallait pas qu’ils se regardent… non… stop… elle posa ses deux mains sur le torse d’Ian, dans l’idée de le faire recouler ou de mettre une sorte de barrière. « -je sais… » avait elle répondu en regardant ses deux mains sur ce torse musclé bien trop visible sous le t-shirt. « -je sais… » elle tentait de se convaincre. « -tu.. tu devrais… » elle voulait dire reculer. Mais ne parvenait pas à faire sortir ce mot ou encore légèrement pousser Ian pour qu’il se détache. Parce qu’elle n’en avait pas la moindre envie… Dieu que c’était dur… une véritable torture. Heureusement, cette fois-ci, il fut plus résistant quelle et fit un pas en arrière, puis un autre. « -ouais… ouais je vais… » elle indiqua le côté droit. « -et toi… » du gauche. Voilà. Quelques minutes l’un sans l’autre et ça irait… ça passerait.

Elle se détacha du mur avec lenteur, comme si c’était quelque chose de douloureux. Puis elle fit trois pas un peu précipité, comme si elle devait fuir, avant de se calmer, dans sa démarche, comme dans son souffle. Aux premiers toilettes croisées, elle s’y précipita pour se passer de l’eau sur le visage. Putain de kiss cam… Elle se regarda dans le miroir. Elle ne comprenait plus rien. Il avait pourtant eut l’air incapable de l’embrasser juste avant. Et voilà qu’il en voulait encore… Ils allaient vraiment devoir avoir une discussion… Eli sortie des toilettes après s’être mise en mode boulot. Ils avaient un job à faire. Et il fallait vraiment qu’elle le fasse convenablement. Lorsqu’elle rejoignit Ian une grosse demi-heures plus tard, elle la joua détachée. « -on devrait partir… à moins que… à moins que tu veuilles voir la fin du… du match… » elle non. Mais c’était lui qui avait payé les places après tout. « -tu me diras combien je te dois d’ailleurs. » et pourquoi tu faisais la gueule aussi au passage…

:yata:
Manhattan Redlish
Messages : 3621
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Ven 23 Fév - 19:51

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Pas la fin du monde… Tels avaient été les mots employés par Eli pour le convaincre de l’embrasser. Si elle savait. Ce n’était pas par absence totale d’envie qu’il n’avait pas déposé ses lèvres sur les siennes, ou alors que très brièvement, mais parce qu’au contraire, elle était et resterait une convoitise à ses yeux. Peu importe leurs discordes et les mésententes. Il la désirait toujours autant et était suffisamment lucide pour savoir que ce baiser ne serait en rien suffisant pour faire taire cette envie qu’elle avait su faire naître chez lui dès le premier jour. Cela ne ferait que compliquer une situation qui n’avait nullement besoin d’être complexifiée. Et pourtant, il avait savouré ses lèvres, le goût de sa langue et avait répondu à ce baiser avec tout autant d’ardeur qu’Eli. Sans les applaudissement qui avaient finis par retentirent autour d’eux par la suite, ils en seraient presque parvenus à oublier qu’ils n’étaient pas seuls entre ces murs. Quand elle se recula, il rouvrit les yeux comme s’il reprenait pied avec la réalité et ne la quitta pas du regard, caressant sa bouche de son pouce comme pour en mémoriser les contours. Ils devaient partir. Eli se précipita presque hors des gradins pour rejoindre le couloir, et l’imita peu de temps après. Arrivé à l’abri des regards et de la moindre caméra, Ian la plaqua contre le mur pour reprendre possession de ses lèvres une fois encore, sa langue cherchant la sienne pendant que son corps se moulait parfaitement à celui de sa partenaire. Il émit un soupir de plaisir en sentant ses mains caresser sa peau, frissonnant à ce contact. L’agent pouvait sentir chaque battement de son cœur tambourinait contre sa cage thoracique et sa respiration s’accélérait sous le désir qu’elle lui faisait éprouver. Sans l’intervention du gardien des lieux, il aurait sûrement laissé ses mains la déshabiller et peu importe que toute une foule se trouvait derrière eux, il l’aurait fait sienne contre ce mur, comme si sa vie en dépendait, que c’était leur dernier jour sur cette Terre. Mais cet homme les avait interpelé, brisant cette bulle qui s’était constituée tout autour d’eux. Le corps en émoi et la gorge rauque de plaisir, Ian s’abstint de parler. Il n’était pas certain d’y parvenir. Il leva seulement la main et reporta son attention sur la belle qui se trouvait contre son corps, ses mains sur son torse, comme si elle tentait de le repousser sans jamais y parvenir.

Ils devaient se mettre au travail. Enfin, ils ne parvenaient qu’à le dire pour le moment, parce qu’en cet instant, Ian n’avait qu’une unique envie et c’était la femme qu’il avait plaqué contre le mur. Mais c’était interdit. Ils ne devaient pas succomber… Ce fut à son tour de murmurer un « Je sais » en devinant aisément la fin de sa phrase. Il devait se reculer. L’agent dû se faire violence pour parvenir à faire un pas, et même un second pas en arrière. Aucun d’eux ne parvenait à formuler la moindre phrase complète. Il acquiesça tout en désignant du pouce la direction qu’elle lui indiqua. Un dernier regard pour la jeune femme et se hâta à son tour. Lorsqu’il fut sûr et certain d’être seul, Ian posa son dos contre le mur, s’autorisant un instant pour reprendre ses esprits et posa sa tête contre le mur, avant de frapper le placo de sa main « Quel con ! » murmura-t-il contre lui-même. Tout venait de voler en éclats en l’espace d’une fraction de seconde. Un baiser et il avait été incapable de résister à la tentation. Il finit par reprendre sa marche et rejoignit Eli à la voiture plus d’une demi-heure après qu’ils se soient séparés. « Non ! » avait-il répliqué peut-être avec trop d’empressement et s’en rendit compte par lui-même. Une main dans la nuque, il souffla « Non… Ce n’est pas une bonne idée ». Il monta derrière le volant et tourna la clef de contact « Rien ». Maintenant, il avait un travail. Ainsi, il pouvait justifier son refus qu’elle lui rembourse quoi que ce soit. Dans un silence pesant, Ian conduisit jusqu’à l’immeuble de la jeune femme. Il descendit de la voiture, les deux mains dans les poches de son jean « Bon… Eh bien… Bonne soirée. A demain ».

Charly
Messages : 3509
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Sam 24 Fév - 8:24

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

Eli était plus perturbé par le comportement d’Ian que par le fait qu’elle ait embrassé un criminel devant tout le monde. Rien à foutre de la CIA là tout de suite. S’ils venaient la faire chier, elle trouverait un moyen de justifier ce geste. Ou elle les enverrait se faire foutre. C’était aussi une possibilité. Son supérieur en avait l’habitude après tout. Et puis ce n’était qu’un baiser ! Enfin… un baiser qui l’avait complètement bouleversé et déclenché un bordel monstre. Parce qu’il avait engendré un autre baiser qui lui avait été bien plus dangereux encore. A l’abri des regards… Eli se félicita presque d’avoir opté pour un jean ce soir. Si elle avait été habillée autrement, en robe par exemple, ils auraient été capable d’aller bien plus loin, même au milieu de ce lieu public. Parce que c’était totalement incontrôlable. Et ça l’était plus encore parce qu’ils s’interdisaient tout ça depuis le départ. Mentalement, elle remercia aussi le concierge finalement. Malgré la frustration que cela avait engendré, ils étaient parvenus à se détacher l’un de l’autre et à se remettre au boulot. Enfin… pas sans difficulté…

L’endroit était immense, mais ils avaient déjà étudier les plans et prévu de ne quadriller qu’une zone. Celle qui les intéressait, celle qui était stratégique. Donc il fallut une bonne grosse demi-heure pour faire le repérage, avant qu’ils ne se retrouvent à point de rendez-vous. En le voyant, Eli décida de la jouer cool, détachée aussi un peu. Elle fut surprise du ton employé par Ian pour lui répondre et garda la bouche ouverte une second de trop, avant de lâcher un : « -tu sais quoi, va te faire foutre… » sans la moins violence dans la voix, un peu comme si elle lâchait l’affaire. Elle voulait rentrer chez elle. Elle aurait bien prit un taxi, mais il était plus que tard. Alors les dents serrées, elle monta dans la voiture, claqua la porte et fixa un point invisible devant elle tout le long du trajet. Une main devant la bouche, coude sur le genou. L’autre pianotait sur sa cuisse comme si grâce à ce geste, elle parvenait à tout contenir à l’intérieur.

Arrivée devant chez elle, il coupa le moteur et descendit de la voiture plus vite qu’elle. Eli poussa un long soupir avant de sortir à son tour. Elle referma la porte avec lenteur, l’accompagnant jusqu’au bout, avant de laisser passer un petit rire ironique. « -ça serait pas à grand-chose de couper le moteur et de descendre de la voiture, seulement pour me dire ça. » il allait vraiment la jouer à nouveau gros con ? Elle lui tourna le dos et fit deux pas pour rejoindre l’immeuble, mais elle stoppa sa marche. Une grimace, puis elle bougea la tête de gauche à droite, comme si elle voulait faire craquer son cou. Enfin elle se retourna et dit : « -du coup tu comptes continuer dans ton rôle du gros connard encore longtemps ? On se parle plus ? On communique plus sur rien ? C’est quoi ton problème bordel Ian ? » elle voulait comprendre. Elle prit bien soin de rester à bonne distance de lui et ajouta : « -je sais pas ce qui se passe, je sais pas ce que j’ai fais ou pas fait, mais j’essaie de faire profile bas. Tobby semble m’avoir à nouveau à peu prêt à la bonne sauf qu’il pense que c’est ma faute si tu agis comme un con. Alors… putain explique moi ! » elle n’avait pas l’intention de bouger tant qu’il n’avait pas fournit d’explication. Il fallait qu’il réponde par ce qu’elle n’allait pas résister bien longtemps à le regarder là, planter comme ça. Parce qu’elle éprouvait toujours cette attirance pour lui, et que c’était bien pire maintenant qu’elle avait gouter ses lèvres, sentit le poids de son corps contre le sien, et surtout le désir qu’il avait pour elle.

Manhattan Redlish
Messages : 3621
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Sam 24 Fév - 11:46

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Sa réponse avait été probablement trop abrupte, empressée, voire même maladroite, mais il était inenvisageable qu’ils assistent à la suite du match de Basket-ball. Pas maintenant qu’il connaissait la saveur de ses lèvres et le contact de sa langue contre la sienne. Pourtant, il avait œuvré pour que ça ne se produise pas. Le public aurait pu se satisfaire de ce bref baiser qu’il lui avait donné, mais non. Il avait fallu que la jeune femme prenne possession de ses lèvres avec une envie à peine dissimulée. Ian avait été capable de se satisfaire d’un seul et unique baiser, et sans l’intervention du gardien, il l’aurait fait sienne contre ce mur, dans ce couloirs, à proximité de la foule en délire derrière eux. Au moment où ses lèvres s’étaient posées sur les siennes, leur interdit, leur dispute, la tirade de son agent de liaison, la CIA… Tout cela avait été balayé d’un revers de main et n’avait eu plus aucune importance à ses yeux. Seule elle comptait, ses mains qu’ils voulaient sentir sur sa peau encore quelques instants, ses lèvres contre les siennes. Il voulait l’entendre gémir sous ses coups de reins. Oui, sans l’intervention du concierge, Ian n’aurait plus répondu de rien. Pourtant, devant son véhicule, en entendant Eli lui répondre avec une certaine lassitude dans la voix, il se demandait s’il en avait été réellement ainsi pour elle ? L’effervescence de ce moment s’était donc d’ores et déjà dissipé ? Parce qu’en ce qui le concernait, il rencontrait quelques difficultés à renouer avec la réalité. Même si le comportement de la jeune femme l’aidait à lui rappeler les racines de leur conflit. La mâchoire de nouveau serrée, il monta derrière le volant et conduisit jusqu’à son immeuble dans un silence de plomb. Ian eut toutefois la politesse de sortir de son SUV pour lui souhaiter une bonne soirée. Il pensait bien faire en tentant une approche polie, mais il s’était fourvoyé, une fois encore « Je suis poli ! Je ne vois pas en quoi ça pose un problème ». Oui, ça le dépassait en cet instant.

Alors que la jeune femme mettait fin à leur conversation en se rapprochant de son immeuble, Ian en fit de même en contournant le véhicule. Mais contre toute attente, Eli avait décidé de le confronter. Il rebroussa donc chemin, remontant sur le trottoir qui longeait son véhicule et fronça les sourcils. Il émit un petit rire nerveux en l’entendant l’interroger sur les raisons de son changement brutal de comportement. Au fil des mots que prononça sa partenaire, Ian se sentait bouillir à l’intérieur et finit par faire un pas vers elle au moment de prendre parole pour lui apporter les réponses qu’elle semblait tant méconnaitre « Parce que je t’ai vu avec cet homme au restaurant ! » avait-il crié pour être sûr et certain qu’elle entende, et reprit plus bas « Parce que je t’ai vu avec cet homme au restaurant… On avait passé une belle nuit, une matinée agréable. J’ai lâché prise moi aussi avec toi. Je t’ai dévoilé une part de moi que je n’aurais pas dû… Je sais qu’on devait prendre de la distance, mais … » et serra la mâchoire en détournant brièvement le regard qu’il posa à nouveau sur elle « Je ne pensais pas que tu serais si rapide pour tourner la page et mettre en application tes prodigieux conseils ». A nouveau ce petit rire nerveux « J’ai été un con qui s’est fait manipuler. Qu’est-ce que tu veux ?! C’est moi le plus naïf de nous deux » et se rapprocha de son véhicule pour finalement revenir à nouveau sur ses pas, se rapprochant un peu plus de la jeune femme « Tu n’en as eu tellement rien à foutre de moi que pas un message, pas un appel. J’aurais compris que tu ne veuilles pas contacter Toby, ou encore Max, mais moi bordel de merde ! Mais rien… Tu as disparu des radars et tu m’as laissé sur le bord de la route Eli, tu entends ?! Pourtant tu sais que tu me plais et… Qu’est-ce que ça peut te foutre après tout.». Oui, il était amer et acerbe en cet instant. Il se tut une seconde et repris « Tu me plais et… cette histoire… C’est pour ça que je n’ai pas voulu t’embrasser devant la caméra. Parce que tu me plais et que même si je suis en colère contre toi, que j’ai envie de te haïr, je n’y parviens pas complètement ! Parce que ce baiser que tu m’as donné… Je n’ai pas voulu que ça cesse et sans ce concierge, je t’aurais prise contre ce mur… Et on ne peut pas. Et tu m’emmerdes d’être … d’être toi ! Parce que ça aurait été plus facile si tu n’avais pas été là et d’un côté, je n’ai pas envie que tu disparaisses. Mais la manière dont tu m’as traité… C’est non. Tu comprends ?! Tu ne peux pas dormir dans mes bras, prendre le petit-déjeuner avec moi, et dîner avec un autre type le soir venu ! » avait-il répliqué avec colère sans remarquer qu’il s’était rapproché d’elle, et que maintenant, il voulait seulement l’embrasser de plus belle, l’emmener dans son appartement…


Charly
Messages : 3509
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Sam 24 Fév - 12:34

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr

Eli pouvait rentrer chez elle sans rien dire de plus, mais elle ne voulait pas laisser la situation ainsi. Elle ne pouvait pas le supporter. Ça devenait trop lourd, et ça occupait bien trop ses pensées. Alors elle avait ouvert sa gueule et confronté Ian. Elle voulait qu’il lui explique son comportement. Ils venaient de s’embrasser de façon magistrale, alors il lui devait bien ça ! La réponse qu’il lui hurla la figea un peu plus encore sur place. Elle fut forcé de chercher dans sa mémoire de quoi est ce qu’il était en train de lui parler. Et puis elle percuta. Il l’avait vu avec son agent de liaison. Putain… quelle était probabilité pour qu’il assiste à ça ?! Une belle nuit, une matinée agréable… c’était exactement la même chose pour elle. Eli aussi avait lâcher prise. « -tu es surtout le con qui n’est pas capable de s’exprimer et de venir me demander des explications ! » il s’était fait un beau film ! « -pourquoi tu m’en as pas parlé au lieu de faire la gueule ?! » oui, clairement, dans l’attitude d’Eli, elle n’avait rien à se reprocher. « -c’est ce que tu penses de moi ? Que je suis capable de te manipuler ? » elle le fixa du regard alors qu’il faisait le tour de sa voiture pour visiblement se tirer : « -tu penses que tout ce qui s’est passé durant cette nuit et cette matinée, c’était seulement un rôle ? Je suis sacrement bonne actrice alors… » un nouveau petit rire ironique en regardant ailleurs. Non mais sérieusement ?!

Elle le dévisagea quand il évoqua l’absence de message ou d’appel. Elle avait raison, il avait été blessé par son silence. « -j’avais besoin de mettre de la distance Ian ! » cria la jeune femme. « -ça veut pas dire que… » elle se pinça les lèvres avant de reprendre : « -ça voulait pas dire que ça comptait pas. » mais forcement, s’il l’avait vu au resto avec un autre mec… si elle avait été à sa place, peut-être aurait elle réagit de la même façon après tout. « -ce type c’était un contact. Rien de plus. » elle aurait pu dire son ex mais clairement Ian ne l’aurait pas cru. « -tu veux que je te fasse confiance mais t’es pas capable de le faire non plus. » c’était la triste réalité. « -et toi aussi tu me plais… » elle avait dit cela en fermant les yeux, comme si c’était un triste constat. Elle releva les yeux et fronça les sourcils comme si ça pouvait l’aider à comprendre. « -je comprends que tu te sois fait des idées. Et je suis… je suis désolée. Je sais pas quoi dire d’autre en fait. Parce que… parce que j’ai pas à me sentir coupable. Ce type c’est personne et finalement toi et moi… » Ian n’avait aucun droit d’être jaloux ou possessif. « -j’aurai aimé que tu m’expliques tout ça plus tôt… maintenant tu me détestes, non pire encore tu me haies… » elle croisa son regard, il était si proche d’elle maintenant. D’une voix bien plus faible elle souffla : « -je t’ai pas manipuler… avec toi je… j’arrive pas à tricher. » clairement pas et c’était un réel problème pour l’agent et la vraie Eli. « -tout à l’heure, je me suis dit que c’était peut-être la seule occasion que j’avais de pouvoir t’embrasser. Alors… j’aurai peut-être pas dû mais je l’ai fait. Et je sais que ça complique les choses et que putain… j’ai maudit le concierge quelques secondes. » elle devait bien l’avouer. « -et là je sais qu’il faut que je recule et que tu rentres chez toi. Parce que… je n’ai pas eu assez de toi et que je risque de faire une très très grosse connerie. » Elle recula d’un pas. « -je crois que… c’est plus sage oui… » elle recula à nouveau alors qu’elle avait seulement envie qu’il la retienne.

Manhattan Redlish
Messages : 3621
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Sam 24 Fév - 16:29

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Pas une seconde avait envisagé la possibilité d’une confrontation ce soir, au beau milieu de la rue qui bordait l’immeuble de la jeune femme. Pas après ce qui s’était déroulé au stade. Ces baisers. Dont la seule évocation mettait à nouveau son corps en émoi. Pourtant, Eli semblait obtenir les réponses à ses questions. Pas demain. Mais bel et bien ce soir. Qu’il en soit ainsi. Toutefois, pas une seconde, Ian n’aurait envisagé se laisser entraîner de la sorte par la colère et les ressentiments qu’il éprouvait à l’égard de la jeune femme. Il venait de hurler la cause de tous ses maux des derniers jours. Il l’avait vu en compagnie d’un autre homme, dans ce restaurant à quelques rues de son appartement, et contre toute attente, ça avait été douloureux pour lui. Il ne méritait pas ça. Pas après la belle nuit qu’ils avaient passé ensemble et cette matinée si douce qui avait suivie. « Parce que je n’ai jamais eu ce droit Eli ! » avait-il rétorqué avec aplomb. Il ne voulait pas devenir son nouveau Robby. Celui qui s’ingérait dans sa vie personnelle en l’interrogeant au moindre contact avec un autre homme. « J’ai considéré que tu avais pris ta décision nous concernant, que… que tu avais trouvé la manière de me garder à distance ». Ce qui s’était finalement produit. Jusqu’à aujourd’hui tout du moins… « Je n’en sais rien Eli ! » avait-il clamé ensuite alors que cette dernière semblait presque s’offusquer qu’il puisse envisagé qu’elle avait manipulée. L’agent n’était plus certain de savoir à qui il pouvait faire confiance ou non. Il abandonna l’idée de retourner à sa voiture et de partir, rebroussant chemin pour se rapprocher de la jeune femme qu’il fixa quelques secondes « Je… Je n’en sais rien » souffla-t-il « J’ai envie de croire que tu étais sincère. Crois-moi. Je ne désire que ça ». Mais il avait vu cet homme avec qui elle conversait dans ce restaurant. Il avait attendu un message ou un appel de sa part les jours qui suivirent, mais rien. Il avait été blessé par son silence, parce qu’il pensait que sa relation avec sa partenaire était différente de celle qu’elle avait avec les autres membres du groupe. Il s’était fourvoyé. « Un message ! Je te demandais juste un message pour que tu m’assures que tu allais bien Eli ! Un putain de message » avait-il crié à son tour, agitant son bras tout en désignant le sol de son doigt. Il ne voulait qu’un message. Une preuve qu’elle ne l’avait pas oublié.

Un soupir de lassitude lui échappa alors qu’il fit quelques pas sur place, tel un lion en cage et reporta son attention sur Eli qui reprit parole. Il baissa la tête un court instant, puis releva ses yeux sur la femme face à lui « C’est l’impression que ça m’a donné pourtant ». C’était ce qu’il avait ressenti, ce qu’il avait éprouvé face à son silence. D’autant plus après qu’il l’ait surpris avec un autre homme dans le restaurant. « Un contact… Tu ne m’as jamais parlé que tu rencontrais un contact pour le travail… Comment aurais-je pu savoir ». Il émit un petit rire nerveux par la suite tout en lui lançant un sombre regard « Oh ! Parce que tu n’aurais pas réagis ainsi si tu m’avais vu avec une femme dans un restaurant avant de disparaître durant plusieurs jours sans la moindre nouvelle ? S’il te plaît. Nous sommes les mêmes sur bien des points. Ne me mens pas ». Il ne faisait nul doute qu’elle aurait réagit ainsi, elle aussi. Peu importe le discours qu’elle lui tenait ce soir, dans cette rue, en cette fin de soirée. Il suffisait de constater son comportement lorsqu’il s’était rapproché de Debby quelques jours auparavant. Ça n’avait pas été à son bon goût. En quoi c’était différent ce soir ? Il finit par se taire un instant. Il lui plaisait aussi… Et c’était ça qui compliquait tant leur relation. Cet homme n’était personne pour elle. Eli le lui confirma une fois encore. Ian se rapprocha d’elle « Parce que moi aussi, je ne suis personne » souffla-t-il sans la quitter des yeux « Et je ne te hais pas. J’aimerais. Ça simplifierait bien des choses, mais je ne te hais pas ». Non, c’était même une certitude. Et pourtant, ça serait si simple pour la suite de son opération.

Face à l’aveu de la jeune femme, Ian déglutit avec difficulté alors qu’il sentait son cœur prendre un rythme plus soutenu. Elle n’arrivait pas à tricher avec lui. « C’est tout ce que je voulais entendre… Parce que je n’ai pas envie que tu triches avec moi… pas toi ». Tout simplement parce qu’il avait perdu. Il s’était attaché à elle. Et il avait l’étrange sensation que c’était réciproque. Il esquissa un maigre sourire « Je l’ai maudit aussi, tu sais » avoua-t-il à son tour alors qu’il sentait son regard vaciller entre ses prunelles noires et ses lèvres qui lui avaient laissé un souvenir impérissable. Il se sentir lentement déglutir à nouveau en entendant l’aveu d’Eli. Elle n’avait pas eu assez de lui. Ne la quittant pas du regard, il la laissa faire un pas, puis un deuxième. D’un geste, il se pencha pour lui saisir le poignet et l’attira à lui, posant ses lèvres sur les siennes comme si sa vie entière dépendait de ce seul baiser. Il la plaqua contre la portière du SUV derrière lui, son corps se moulant parfaitement au sien, sa langue cherchant avidement la sienne, alors qu’une de ses mains se frayaient un chemin sous sa chemise pendant que l’autre caressait sa joue. Son cœur battait à tout rompt alors que sa respiration s’accélérait sous le désir qu’il éprouvait pour elle. Il délaissa ses lèvres pour venir embrasser son cou avec sensualité, caressant sa peau de sa langue, jusqu’à qu’il ne grogne de frustration en entendant son portable sonner. Il tenta d’omettre la sonnerie, et reprit possession de ses lèvres alors que sa main remontait le long de son dos, puis redescendait jusqu’à ses reins, faisait cet aller-retour inlassablement, jusqu'à ce que finalement ses deux mains ne se rejoignent à hauteur du jean d'Eli, prêt à défaire son bouton ici et maintenant. De nouveau la sonnerie de son portable retentit. Sans quitter les lèvres d’Eli, il se saisit du portable et ouvrit les yeux pour voir apparaître le nom de son interlocuteur sur l’écran. Toby. Il se détacha avec lenteur et posa son index sur ses lèvres avant de décrocher « Oui Toby ? » et alors qu’il écoutait ce dernier lui parlait, il embrassa de nouveau la jeune femme, plus doucement, ne se reculant que pour répondre un « J’ai déjà déposé Eli chez elle. On passera demain en début d’après-midi » et embrassa à nouveau Eli, et de nouveau, mit fin au baiser « Non, ça s’est bien passé » et déposa une fois encore ses lèvres contre les siennes tout en écoutant leur leader parler, approfondissant quelque peu le baiser jusqu’à ce qu’il ne fronce les sourcils et se recule légèrement « Oui. Bien sûr. On se voit demain matin. Bonne soirée Toby ». Il fixa l’écran un instant après avoir raccroché et rangea le petit appareil dans la poche arrière de son jean, puis releva son regard sur la jeune femme « Il a une annonce de la plus haute importance à nous faire demain… On doit tous être présents. Il va… Il va sûrement t’appeler » et se recula d’un pas « Je… Il… Oh que c’est une torture… » et passa ses deux mains sur son visage « Je suis désolé Eli... Je ne peux pas...J'en ai envie... mais... ». C'était difficile pour lui de prendre cette décision. Mais c'était un choix qu'il devait faire pour eux deux. Elle était une terroriste. Il était un agent. C'était impossible. Mais il la désirait tant... que ç'en était douloureux de prononcer de tels mots. Il la voulait elle. Pas une autre. Pourquoi ne s'étaient-ils pas rencontrés dans une autre vie ?! Pourquoi avait-il fallu qu'elle soit membre de la cellule ?! Il reprit le volant et roula jusqu'à son appartement avec presque une certaine hâte.


Charly
Messages : 3509
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Sam 24 Fév - 21:23

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


« -et donc tu as préféré faire des suppositions. C’était plus facile d’imaginer que j’étais une pétasse sans cœur ? » le discours qu'il lui tenait la prouvait une chose: ils avaient bien merder, mais alors bien bien merder côté attachement. Ian s’était sentit blessé et surtout rejeté. Pire : manipulé ! Il n'aurait jamais dû ressentir cela. « -putain mais tu t'entends ? Comment est ce que tu as pu t’imaginer ça ? » côté confiance ils n'assuraient pas non plus. « -bah alors fais-le ! » c’était si compliqué de croire qu'elle était sincère ?! « -qu’est-ce que tu veux que je te dise… j’avais besoin d’être seule. J’avais besoin de faire le point. Entre le bordel dans le nigth club et ensuite le reste de la soirée avec toi je… ouais j’ai eu besoin de solitude. » elle leva les yeux et marmonna : -« je voulais pas passer pour la nana qui s’attache plus qu’elle le dois… » elle en avait déjà trop fait lorsqu’il était malade. « -je suis pas dans l’obligation de te donner un planning détaillé de toute ma vie ! » Putain il l’avait vu avec son agent… ça aurait pu très mal finir.

« -oh non crois moi, je serais rentré pour savoir qui était cette pouffe et faire une belle scène en plein milieu du resto ! Bien plus mon genre ! » Roh qu’il avait le don le la mettre en rage. Mais elle finit par avouer qu’avec lui c’était différent. Qu’elle ne trichait pas. Qu’elle en était incapable. Elle en vint même à lui donner des explications sur ce baiser qu’elle lui avait donné devant la caméra. Sur cette unique chance que ça se produise. Et que clairement c’était une idée débile puisqu’elle n’en avait pas eu assez. Mais elle tentait de rester forte et elle avait reculer d’un pas, puis d’un autre en lui demandant de rentrer chez lui.

Seulement, Ian ne l’entendait pas comme ça. Le cœur d’Eli loupa un battement lorsqu’il saisit son poignet. Comment ne pas répondre à ces lèvres avides alors que son corps tout entier ne disait que ça ! Elle fit glisser ses mains sous son t-shirt. « -on devrait pas… » parvint elle à articuler sans aucune conviction dans la voix, sans chercher à le repousser pour autant. « -oh non pas ça… » souffla-elle alors qu’il s’aventurait dans son cou. « -je peux pas résister à ça… » est ce qu’elle se cherchait des excuses ? Son regard croisa celui d’Ian lorsqu’il avait poser ses mains sur la fermeture de son jean. « -on devrait monter… » avait elle suggéré la voix pleine de désir. Mais le téléphone d’Ian décida de sonner et Eli plissa les yeux en voyant Ian décrocher. Tobby… pourquoi avait il décroché ? Elle décida de jouer, et embrassa son menton, puis son cou. Ellle lui rendit ses baisers et finit par glisser une main dans le pantalon et se saisir de son membre tendu. Elle ouvrit de grands yeux alors qu’Ian parlait à Tobby tant bien que mal. Il lui avait bien menti question taille … elle embrassa de nouveau Ian, se laissant griser par ce moment totalement dingue, retirant sa main. Et puis Ian recula. « -qu’est ce qui se passe ? » Demanda Eli. Une annonce… « -ok… » souffla Eli en glissant une mèche de ses cheveux derrière son oreille, soudainement assez mal à l’aise. Son téléphone sonna à son tour. Elle décrocha et fit volt face, direction son appartement au plus vite.

La conversation fut brève. Là tout de suite, elle s’en foutait de savoir qu’il avait une grande annonce à faire. Elle écoutait à peine. Elle ne pensait qu’à ses lèvres rougit et gonflés pas les baiser d’Ian. Sans compter ce membre impressionnant, tendu entre ses doigts. Elle expédia la conversation, et finit par jeter son téléphone sur le lit, comme souvent. Une douche. Il lui fallait une douche. Elle était comme hanté parce qu’il venait de se passer. Et puis elle se souvint qu’il lui avait confié s’était fait du bien en pensant à elle. En serviette de bain, elle récupéra son téléphone, hésita quelques secondes en se mordant la lèvre inférieure, puis composa le numéro. Celui d’Ian. Évidemment. Il était sans doute rentré depuis le temps. Lorsqu’il décrocha elle fut incapable de dire quoi que se soit sur le coup. Puis elle finit par les dire ces mors qui ma torturait : « -j’ai envie de toi... »


Manhattan Redlish
Messages : 3621
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Sam 24 Fév - 21:57

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Au jeu de l’attachement, ils étaient échec et mat autant l’un que l’autre. Ils avaient tenu de beaux discours durant des semaines, sans parvenir à en tenir la moindre promesse… Enfin si, une seule. Et celle-ci les poussait dans une frustration extrême. Mais pour le moment, Ian était à milles lieux de penser alors qu’ils se disputaient au beau milieu de sa rue parce qu’Eli avait choisi de le confronter ce soir. Elle avait été incapable de patienter un jour de plus pour obtenir des réponses. Il aurait pu fuir le conflit et passer sous silence ses interrogations, mais n’en fit rien, préférant laisser exprimer toute la colère qu’il gardé renfermer en lui ces derniers jours. « Qu’est-ce que j’aurais pu faire d’autres ?! Tu as disparu de la circulation durant presque une semaine Eli ! ». Une fois encore, ils ne parvenaient plus à vibrer à la même fréquence et peinaient à se comprendre. « Sur l’instant, c’était une évidence ». Comment pouvait-elle croire que cette idée saugrenue avait germé seule, dans son esprit. C’était elle qui avait demandé à ce qu’ils prennent de la distance, et c’était elle qui s’était retrouvé au fond de ce restaurant à dîner avec un autre homme. « Je le fais ! » avait-il crié par la suite. Lui, il n’aurait souhaité qu’un message de sa part. Mais il semblerait que ça avait été une tâche plus ardue qu’il ne l’aurait soupçonné pour sa partenaire « Tu aurais pu me le confier. Tu sais que je t’aurais laissé l’espace nécessaire pour que tu fasses le point. Seulement, tu as préféré gérer seule plutôt que de me faire confiance ». Ce n’était pas la première fois que la jeune femme considérait qu’elle n’avait besoin de personne pour veiller sur elle. Toutefois, elle avait dorénavant un partenaire au sein de cette cellule, et il avait pensé jusqu’alors que leur relation était différente. Il fronça les sourcils en l’entendant marmonner « C’est ce que j’ai essayé de faire et tu vois où ça nous mène à vouloir faire croire au monde entier, et à nous aussi, qu’on est plus fort que ce qu’on peut éprouvait l’un pour l’autre ? ». Le seul résultat était qu’ils étaient en train de se disputer, alors que tout aurait pu se dérouler différemment « Putain ! Dois-je te rappeler qu’on bosse ensemble maintenant ! ». Elle était belle leur équipe !

Peu importe les beaux discours que pouvaient lui tenir Eli, si les circonstances avaient été différentes et les rôles inversés, il ne faisait aucun doute qu’elle aurait réagit ainsi. Enfin, elle lui donna tort à sa manière. La jeune femme aurait pénétré dans le restaurant pour le confronter. Il resta interdit devant cette révélation, et finit par demander « Vraiment ?! ». Est-ce qu’elle se foutait seulement de sa gueule ou était-elle réellement sincère ?! Et de fil en aiguille, ils en vinrent à parler de ces baisers échangés, de cette unique chance de pouvoir l’embrasser, et cette sensation de ne pas avoir eu suffisamment de lui. Et pourtant, elle se recula. Un pas après l’autre. Mais Ian ne l’entendait pas de cette oreille et l’attira à lui, la plaquant contre la portière du SUV, son corps se moulant parfaitement au sien. Il frissonna au contact de ses mains sous son t-shirt, savourant le contact de ses doigts sur sa peau « Rien à foutre » murmura-t-il tout en continuant de l’embrasser avec une envie certaine. Il délaissa ses lèvres pour son cou qu’il goûta de sa langue, souriant contre sa peau en l’entendant lui avouer que c’était son point faible. Quant aux mains de l’agent, elle s’afférait à lui ôter son pantalon « Ouvre la voiture… mes clefs sont dans ma poche… » souffla-t-il d’une voix rauque par le plaisir, entre deux baisers. Ils auraient sûrement poursuivi leur étreinte à l’arrière de son SUV, en bas de chez Eli si son téléphone n’avait pas sonné. Toby. Il n’avait d’autres choix que de décrocher. Lorsque c’était son interlocuteur qui conversait, Ian embrassait encore et encore la femme contre lui, fermant les yeux en sentant les lèvres de cette dernière s’aventurer dans son cou. C’était aussi le point de non-retour pour lui. Il posa un regard perplexe sur Eli en sentant ses mains s’aventurer dans son jean pour venir saisir son membre tendu. Un sourire à sa réaction de surprise en constatant qu’il avait menti sur la taille de son anatomie. Sous les doigts d’Eli, il lui était plus que difficile d’écouter Toby et de lui répondre, de réprimer des soupirs de plaisir. Il avait seulement envie de lui dire de poursuivre, de prononcer son nom. Maintenant, la jeune femme prenait toute l’ampleur du désir qu’il éprouvait pour elle. Il ne mentait pas sur ce point. Il se recula pour mettre de la distance entre eux. L’appel de leur leader venait de le ramener à la réalité. Il avait une opération à mener à terme…

Lorsqu’il eut franchi le seuil de la porte de son studio, Ian retira tour à tour ses vêtements pour se précipiter jusqu’à la douche et tira l’eau froide, lui tirant un petit cri de surprise. C’était sa seule issue, sinon il risquait de rebrousser chemin, de frapper à sa porte et de se ruer sur elle à peine aurait-elle ouvert la porte, bien décidé à la faire jouir sous ses coups de reins. Il enfila un débardeur et un boxer, et posa ses mains de chaque côté du vasque de la salle de bain, croisant son reflet dans le miroir « Tu es dans une sacré merde mon vieux ! ». C’était peu dire. Il prit un verre d’eau et décida de se laisser choir sur le lit, fixant le plafond quelques minutes quand son téléphone sonna. Il se redressa sur ses coudes, récupéra le téléphone au sol. Il décrocha sans prêter attention au nom affiché « O’Brien » et entendit seulement une respiration. Il souffla « Eli… » comme si c’était une évidence. Les mots qu’elle prononça fit accélérer son cœur et raviva ce qu’il avait tenté de dissiper avec l’eau froide « J’ai envie de toi aussi… tellement envie de toi… » souffla-t-il « Tout à l'heure… tes doigts… » et baissa ses yeux sur son boxer. Sa virilité avait repris vigueur rien qu’au souvenir de ses caresses « Mais on a dit que… » et grogna de frustration en enfonçant sa tête dans son oreiller, poussa un long soupir, et finit par avouer « Il te suffit d’un mot Eli… » et il venait. Ce soir. Immédiatement.


Charly
Messages : 3509
Date d'inscription : 24/04/2018
Région : Haut de France
Crédits : Bones_Obsessor

Univers fétiche : City, HP
Préférence de jeu : Femme
Lune
Charly
Lun 26 Fév - 10:01

Elionor Griffins
J'ai 35 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent de la CIA et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien .

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 248b791fe69efebb4ddcb20ddab9ce8dFunambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Gal-gadot-icegif-9

Avatar : Mars / Gif : Tumblr


« -Envoyer un message, appeler toi ! Prendre des nouvelles tout simplement. Venir me confronter directement ! » elle aurait préféré oui. Plutôt que des suppositions et un silence. La conversation n’était pas simple, mais au moins Eli avait des réponses. Elle savait d’où venait le problème. « -oui ! » avait répliqué avec aplomb. Oui, elle serait rentrée dans ce restaurant sans réfléchir, guider uniquement par l’idée de se faire cette pétasse qui tournait autour d'Ian. C’était délirant, et totalement déplacé. Mais elle était quelqu’un d’impulsif…

Quelques minutes plus tard, Eli se retrouvait plaqué contre la voiture, à rendre ses baisers à Ian avec la même envie folle de plus encore. Elle tenta de se résonner, de résister sans vraiment trop de conviction. Son esprit disait non, mais son corps lui, disait encore… encore plus de lui, de ses mains, de ses lèvres… rien à foutre de leur interdit, de la Cia, de ce qui pouvait se passer dans quelques mois. C’était ici et maintenant qui comptait. Et souffla un : « -d’accord… » en cherchant les clés d’Ian dans ses poches. Mais le téléphone mis fin à leur moment d’égarement. C’était Tobby. C’était finit.

Ils rentrèrent chacun de leur côté, frustrée bien entendu mais également tiraillé sur ce qui s’était déroulé. Elle ne regrettait pas. Et se fut aussi pour cela qu’elle lui téléphona. Lorsqu’il prononça son nom, elle ferma les yeux avant de lui confier son problème. « -je savais que tu mentais… » avait elle répondu avec un sourire. « -je sais… » elle savait parfaitement ce qu’ils s’étaient dit. Ce qui entraînait autant de frustration. « -tu es couché ?" Demanda-t-elle. Eli laissa passer un silence, hésitant encore, puis elle finit par ajouter : « -si j’avais pu… tout à l’heure, j’aurais pas utilisé que mes doigts… » elle laissa à nouveau passer quelques instants, et ajouta : « -je t’imagine, torse nu, et un peu trop à l’étroit… » elle sourit en disant cela : « -je porte qu’une serviette de toilette…".



Manhattan Redlish
Messages : 3621
Date d'inscription : 26/04/2018
Crédits : Icon : Sunny.

Univers fétiche : City
Préférence de jeu : Homme
Lune
Manhattan Redlish
Lun 26 Fév - 11:01

Ian Edwards
J'ai 41 ans et je vis à Washington. Dans la vie, je suis agent du FBI et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma chance, je suis divorcé et je le vis, tout simplement.

A venir ...

Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pagerzrQsI1qbwrnuo2_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 Tumblr_pxusvts1Xy1qbwrnuo4_540
Funambule feat Manhattan Redlish - Page 2 C202be52356cb81fc4b0c8e06452ce742f15c72e

Avatar : Chubby-Dumpling / Gif : Tumblr


Au fond de lui, Ian savait qu’elle avait raison. Il aurait pu faire la démarche de la contacter, mais il n’en avait rien fait, et se justifia par un « Je crois que… » et poussa un soupir en baissant brièvement la tête avant de relever ses yeux sur elle « Que j’avais peur de ta réponse ». Et si Eli lui avait confirmé qu’elle avait bel et bien rencontré un autre homme ? Qu’elle était prête à prendre ses distances définitivement avec lui ? Que cette nuit qu’ils avaient passée ensemble, n’était finalement rien ? Le déni permettait de garder espoir dans certaines situations. Ian avait conscience que ça avait été stupide d’agir de la sorte, mais c’était sa manière de se protéger de cet attachement qu’il ne parvenait pas à contrôler, et qui compliquait tout… Oui, ça compliqué vraiment tout. Sa vie, son opération, son rôle dans la cellule, sa relation avec les autres membres. Et pourtant, il n’avait pas envie de dire « stop ». Et en entendant la réponse d’Eli, il n’était pas le seul à s’attacher. Sinon pourquoi lui affirmer qu’elle aurait pénétrée dans ce restaurant pour confronter l’inconnue si les rôles avaient été inversés ? Ian ne put retenir un petit sourire satisfait se dessiner sur ses lèvres « Il faut croire que je ne suis pas le seul à ne pas être prêt à tourner la page ». La preuve en était que quelques minutes plus tard, Ian avait plaqué sa partenaire contre la carrosserie de son SUV, l’embrassant avec avidité. Elle voulait monter. Il n’était pas certain d’attendre jusque-là. Il la laissa donc se saisir de ses clefs, mais Toby appela à ce moment-ci. La banquette arrière attendait. Pas la jeune femme qui avait glissé ses mains dans son jean pour venir caresser sa virilité, le torturant. Une de ces délicieuses tortures dont il en savourait chaque instant. Eli avait ainsi pu prendre pleinement la mesure du désir qu’il éprouvait pour elle. Toutefois, la réunion programmée le lendemain par leur dirigeant afin de leur annoncer une nouvelle importante, avait eu raison du moment.

La frustration était à son paroxysme quand Ian se laissa tomber dans son lit. Seul. Puis Eli avait appelé et à son souffle, il avait reconnu la jeune femme. Le portable à côté de son oreille, les mains jointes sur son débardeur, il lui avoua à quel point lui aussi avait envie d’elle. Un sourire étira ses lèvres « J’ai dis que je ne pouvais pas, pas que je ne voulais pas ». Sans sa conscience professionnelle à la con, il l’aurait accompagné jusqu’à son appartement et l’aurait pris sauvagement contre sa porte d’entrée. Un mot suffisait pour qu’il revienne jusqu’au pied de son immeuble. Un froncement de sourcil et tourna machinalement la tête vers son portable « Oui… » répondit-il avec une légère hésitation dans la voix. Ce qu’elle lui confia par la suite lui fit fermer les yeux avec violence, pendant qu’il bougeait légèrement le bassin en sentant sa virilité se tendre davantage « Eli… Je t’en prie… » la supplia-t-il. Elle le torturait en le laissant imaginer la jeune femme à genoux devant lui, dans cette ruelle, sans l’appel de Toby. Inconsciemment, sa main se glissa jusqu’à sa virilité qu’il caressa au travers de son boxer. De nouveau, Ian tourna le visage vers son téléphone, comprenant peu à peu où elle voulait en venir. A défaut de pouvoir s’enivrer du plaisir de leurs ébats physiquement, Eli leur proposait une alternative surprenante et pourtant si excitante. Ian retira son débardeur qu’il jeta au pied du lit « C’est peu dire… Je… » et se mit à sourire. Il n’en revenait pas de faire ça avec la jeune femme. Il ferma les yeux pour se concentrer sur l’instant, l’imaginant à ses côtés de lui et souffla un « Je bande depuis que tu m’as avoué avoir envie de moi Eli… » et inspira profondément en l’imaginant nue sous sa serviette « Que je te retire pour dévoiler ton corps nu et prends place sur toi, mes lèvres contre les tiennes… ». Sa voix était peu assurée. Il n’était pas familier d’un tel exercice. C’était sa première fois ainsi. Mais ils en avaient tous les deux besoins. Ils en avaient tous les deux envies. Puis un silence suivit de sa part. Seule sa respiration résonnait dans la pièce, et finit par rétorquer d'une voix peu assurée «Qu'est-ce... qu'est-ce qu'on fait maintenant ? », et avoua «Je... Je n'ai jamais fait ça avant... » et réprima un petit rire nerveux.



Contenu sponsorisé
Funambule feat Manhattan Redlish
Page 2 sur 29
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 15 ... 29  Suivant
Sujets similaires
-
» Le reflet- feat Jo'
» En apesanteur (feat m&m's)
» All that was me is gone [Feat Paddy]
» The Anuirean Covenant (feat Jo')
» L'ascension des dragons - feat. Mad Max

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: