Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Can't Get You Out of My Head (avec Rein)
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyAujourd'hui à 1:17 par Clionestra

» Raven and Bones
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyAujourd'hui à 0:15 par Lobscure

» Silicon Heart ft. Lexis
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyHier à 22:47 par Lexis

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyHier à 21:46 par Manhattan Redlish

» Apocalypse Rouge [PV Opale Or]
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyHier à 21:11 par Opale Or

» La librairie, une vie de dangers.
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyHier à 18:13 par Snardat

» Grimm | Personnages
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyHier à 1:46 par Grimm

» Un frère éloigné vaut moins qu'un voisin (avec Lexis)
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyHier à 0:52 par Lexis

» “Please. I love her.” (avec Leolyne)
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 EmptyHier à 0:47 par Léolyne

Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €

LE TEMPS D'UN RP

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas

Ananas
Messages : 677
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Dim 19 Mai 2024 - 12:32

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
“Ces horreurs”. Maintenant que Wyatt le dis, il est vrai qu’il n’est pas impossible que cette chose soit l’unique représentante de son espèce, autant dire que ça fait grimacer la jeune femme. Un seul de ces trucs c’est déjà une horreur alors elle n’ose imaginer ce que ça pourrait donner en bande, avec un peu de chance ce sont des créatures solitaires et avec encore plus de chance, peut-être peuvent-elles se battre entre elles. Pour le savoir Riley devrait étudier les cornus de plus près pour connaître leur mode de vie, ce dont elle n’a pas franchement l’envie, plus c’est loin, mieux c’est. D’ailleurs, maintenant qu’ils ont mis une certaine distance, son compagnon d’infortune estime qu’une petite clope pour se détendre ne lui ferait pas de mal. Question de point de vue parce que la cigarette ça n’a jamais été l’option la plus saine pour se détendre. Après avoir observé le briquet finement ouvragé, l’homme en fait allusion de manière ironique, une fois son bâton de la mort allumé et l’objet de retour entre les mains de sa propriétaire.

— Peut-être, mais ne sous-estime quand même pas ce genre de possibilité, si ce n’est pas aujourd’hui ça sera peut-être demain. En plus de ça, y' a plus sympa que de crever lentement d’un cancer, mieux vaut que ce soit rapide et sans trop de douleur.

Waouh ! Hier encore elle se demandait quel canapé acheter pour son chez elle. Plutôt quelque chose de classique ou de plus moderne comme un sofa d’angle ? Aujourd’hui elle se demande quelle est la meilleure façon de mourir sans trop souffrir. Parce qu’en soi c’est ça la grande problématique, on meurt tous un jour, mais de quelle façon ? Passer l’arme à gauche ne lui fait pas peur, c’est plus les possibles circonstances qui l’effraye. En tout cas, l’ex militaire avait bien saisi qu’il s’agissait d’un trait d’humour, mais elle est encore un peu trop sur les nerfs pour avoir envie d’en sourire, une cigarette ne lui ferait peut-être pas de mal dans le fond… Le Christiana Care, si en théorie allait fureter dans cet hôpital avait paru une bonne chose à la blonde dans un premier, dans la pratique est maintenant qu’ils se trouvaient non loin du bâtiment, cette idée ne lui plaisait plus des masses. Bien que la journée n’était pas finit, la jeune femme se sentait déjà lasse, entre les goules et la créature à cornes il y avait eu de quoi mettre ses émotions à rudes épreuves. Physiquement parlant ce n’était pas non plus le Pérou, elle fit part de son sentiment à Wyatt et lui proposa d’aller retourner l'hôpital dès le lendemain s’ils en avaient réellement besoin. Le barbu répondit par l'affirmative à cette proposition ce qui la fit légèrement soupirer de soulagement, elle avait vraiment hâte de se poser un peu.

— Mouais, le monde devient de plus en plus bizarre, alors si l’hosto s’est vraiment envolé demain, ça ne me surprendrait qu’à moitié, qu’elle répond en soutenant le regard de l’homme.

La conversation et cet échange de regard, ou elle se demandait bien ce que l’homme cherchait à trouver dans ses iris grises, fut interrompue par le chien qui n’avait pas plus l’envie que cela de rester dans le coin. C’est vrai qu’ils se trouvaient à découvert et qui sait, peut-être que leur ami à quatre pattes avait senti quelque chose de louche… Le regard de Riley se porta momentanément sur la façade de l’immense bâtiment qui lui faisait face, ses yeux sautant de fenêtre en fenêtre, tout en se demandant ce qui pouvait bien être enfermé là-dedans. De fabuleux trésors pour des voyageurs en quête de matériels utiles ? Ou bien elle ne sait quelles horreurs qui ont été créées à cause des bombes ? Chassant ses idées noires, la jeune femme emboite le pas au barbu et au chien qui ont repris la marche dans la perspective de se trouver un coin tranquille, et pourquoi pas un peu confortable, pour y passer le reste de la journée et de la nuit. Aaaaaaah le confort ! Évidemment, elle évite autant que faire se peut d’y penser, mais parfois l’ex militaire ne dirait pas non à un bain brûlant à la lueur des bougies, sur fond de musique chill avec un verre de vin à la main. To-ta-lement cliché pour sûr, mais ce serait follement délectable. Enfin, à défaut de tomber sur une salle de bain déjà prête pour un moment de pur détente, un coin pas trop moisi et délabré fera l’affaire. Riley commence donc à observer les bâtiments devant lesquels ils passent, tentant de trouver lequel serait le mieux pour s’y réfugier, jusqu’à ce que Wyatt brise le relatif silence pour lui demander son avis sur le prénom à donner au chien.  

— Ah… euh… Oui. J’avais aussi pensé à Jackpot comme il a l’air de nous porter chance jusque là. On pourra toujours lui soumettre nos idées quand il ne sera plus occupé.

Son regard passe du visage de Wyatt au chien devant eux qui renifle à gauche et à droite, comme s’il était simplement en promenade avec ses maîtres. Si on excepte les voitures abandonnées, le manque de passant, les bâtiments en partis bousillés, la route fissurée, on pourrait presque y croire ah, ah ! Les prunelles de la blonde reviennent alors sur son compagnon d'infortune, juste au moment où il se met à observer son épaule qui a sûrement connu des jours meilleurs.

— Faudrait pas que tu tardes à t’occuper de ton épaule, une griffure de goule ça doit être le genre de merde qui s’infecte rapidement.

Reprenant son inspection des bâtiments alentours, la jeune femme finit par apercevoir un petit immeuble de quelques étages, dans un plutôt bon état, avec un peu de chance l’intérieur ne sera pas trop mal. En plus de ça, l’immeuble en question possède des escaliers de secours extérieur, en cas de problème, ils pourront sans plus plus aisément se replier. D’un geste de la main, elle attire l’attention du barbu, lui demandant silencieusement son avis sur leur possible abri.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 51
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Jeu 23 Mai 2024 - 17:26

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Écoutant la proposition de sa partenaire pour trouver un nom pour leur compagnon canin, il ne put réfréner un léger sourire en entendant la justification de son idée, comme s’il y avait besoin de le faire. Cela dit, à mieux y réfléchir, Wyatt ne pouvait que corroborer la théorie de la jeune femme, notamment, car il fût le premier à être un témoin direct du facteur chance qui semblait émaner de cet animal. Mais ce n’était pas le tout de s’accorder sur un nom, ils devaient attendre que le principal visé leur accorde un peu d’attention afin qu’il accepte ou refuse sa future dénomination. Imaginant brièvement la scène dans un coin de son esprit, les lèvres de l’encapuchonné s’étirèrent une fois de plus, pendant quelques secondes, jusqu’à ce que la voix de Riley ne vienne le tirer de ses divagations. Celle-ci lui fit une remarque concernant la gravité potentielle qu’il encourait si jamais il ne s’occupait pas de son épaule blessée. Bien sûr qu’elle finirait par le remarquer. Même si elle était celle qui avait bien plus morflé que lui, ce n’était apparemment pas une raison pour que la blonde ignore l’état de santé de notre homme qui apprécia sa préoccupation.

– « Ouais, j’imagine bien. Dès qu’on aura trouvé un coin tranquille, je désinfecterai ça avec ce que j’ai. »

Lui aurait-il répondu d’un ton assuré tout en continuant d’observer leur environnement avec un œil averti. Bon nombre de bâtiments étaient dans un état catastrophique, partiellement voir complètement détruits. Des amas de gravats, de tôles et d’autres innombrables restes de la civilisation s’étalaient à même la route principale qu’ils arpentaient, à la recherche d’un toit ayant résisté aux dégâts de la bêtise ultime des hommes. C’est alors que Wyatt remarque le doigt pointé de sa coéquipière, l’obligeant à tourner les yeux vers le bâtiment qu’elle avait repéré. À première vue, le petit immeuble semblait avoir mieux résisté aux secousses que ses congénères à moitié délabrés. La structure extérieure était encore solide et les escaliers métalliques d’urgence semblaient, eux aussi, encore intacts. Optimiste face à cette première évaluation, il tourna brièvement son visage vers Riley pour opiner du chef face à elle, lui faisant comprendre sans l’usage de la parole qu’il était partant pour qu’ils inspectent ensemble l’intérieur de la bâtisse. Il n’eut besoin que de claquer des doigts pour faire comprendre au malinois qu’il était l’heure de revenir près d’eux pour qu’il participe également à cette inspection complémentaire et nécessaire pour s’assurer qu’ils n’étaient pas entrains de commettre une grave erreur.

Très vite, notre trio pénètre à l’intérieur de l’immeuble, se retrouvant ainsi dans une sorte de hall d’entrée assez basique. Un couloir devant eux semble se scinder en plusieurs directions, elles-mêmes menant probablement vers des appartements du rez-de-chaussée. Une cage d’ascenseur était par ailleurs visible, bien qu’elle soit complètement inutilisable en l’état. Pour monter aux étages supérieurs, ils n’auront d’autres choix que de passer par les escaliers, dont l’accès ne paraissait pas bloqué à en juger l’état de la porte qui menait vers eux. Malgré des décorations et des meubles renversés, l’apparence générale de cette entrée était curieusement préservée. Le silence qui y régnait ne suffit cependant pas pour que notre ancien privé décrète qu’ils étaient en sécurité ici. Observant d’un œil Jackpot qui laissait son flair dicter ses mouvements, il décida de prendre la parole, chuchotant pour ne pas trop se faire remarquer.

– « Je serais d’avis de commencer par sécuriser le rez-de-chaussée. Pas certain qu’on puisse rentrer dans tous les appartements par contre, mais on peut toujours essayer d’en sécuriser un maximum histoire d’être serein, qu’est-ce que tu en penses ? »


Il ne souhaitait en effet pas imposer son jugement de la sorte, préférant plutôt connaître le point de vue de la survivante qui l’accompagnait afin de savoir les idées et les suggestions qui pourraient différer des siennes afin qu’ils se mettent d’accord sur la meilleure tactique à adopter. Mais avant qu’il ne pût obtenir une réponse de la blonde, l’attention auditive de Wyatt se déporta à nouveau sur le canidé qui s’était stoppé au milieu du couloir, grognant de manière menaçante, le poil dressé. Immédiatement alerté, l’encapuchonné se rapprocha silencieusement de lui pour essayer de comprendre la raison d’un tel comportement. Ce qu’il découvrit manqua de lui ôter un haut-le-cœur. Pourquoi ne pouvaient-ils pas avoir un peu de répit, même en intérieur ? C’était trop demander ? Faisant face à cette nouvelle menace, notre homme attrapa lentement sa batte de baseball pimpée, essayant de ne pas faire de gestes trop brusques face à la créature qui leur faisait face.

– « Recule mon grand… Même si ce truc est répugnant… Je pense que je peux en venir à bouts. »

Dit-il en dévisageant l’énorme cafard, aussi long qu’une planche de skateboard et aussi gros qu’un… Bulldog américain ? Oui, mais bien dodu alors. Les antennes de l’insecte se mirent à frétiller avant qu’ils ne se mettent à frotter ses mandibules avec ses pattes avant. Combien de créatures avaient muté à cause des retombées radioactives ? Le monde devient de plus en plus bizarre, avait proclamé la blonde à ses côtés, et le New-yorkais commençait à partager son avis. Le chien avait rechigné à reculer, mais au moment où il le concéda, il se mit à aboyer, souhaitant avertir le gros insecte dégoûtant qu’il valait mieux qu’il s’en aille. Mais la créature n’interpréta pas du tout cet aboiement de la sorte, et il s’avança, pattes en avant, vers Wyatt qui l’attendait de pied ferme. Il avait juste à attendre qu’il soit à portée pour… SPLASH ! Sans prévenir, il asséna un violent coup retombant sur le dos du cafard mutant qui poussa un cri, ou plutôt un son qui semblait renvoyer un signal de douleur, de détresse. Préférant ne pas lui laisser le temps de contre-attaquer, ou bien de souffrir, c’est avec la même force et la même intention de tuer qu’il rabattit son arme customisée sur l’affreux insecte, mettant fin à son existence.

– « Saloperie… Je venais juste de la parfaire… Elle est toute salopée maintenant. ‘Chier. »

Grommela-t-il d’un air faussement frustré, même s’il n’avouera pas directement à la blonde qu’il était effectivement déçu que le premier adversaire terrassé par son nouveau jouet n’était autre qu’un vulgaire cafard boosté aux stéroïdes, ou plutôt aux radiations. Se retournant d’ailleurs vers elle, il allait enfin pouvoir obtenir la réponse à la question qu’il lui avait posée avant d’être interrompu de la sorte.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 677
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Mer 29 Mai 2024 - 11:35

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
Riley hoche doucement la tête, le plus tôt sera en effet le mieux, ce serait quand même dommage que le barbu perde un bras à cause d’une infection qu’il n’a pas prise au sérieux. Quand on voit l’état de décrépitude des goules, ça ne serait en effet pas improbable que laisser une griffure ou morsure prendre ses aises amène à un résultat catastrophique. Qui plus est pour l'aventure qui les attends, ils doivent être en aussi bon état que possible, un partenaire qu’elle va devoir traîner comme un boulet parce qu’il ne prend pas ses dommages corporels au sérieux c’est juste niet. Si dans un autre contexte elle aurait malgré tout fait en sorte de ramener le blessé en lieu sûr, dans le monde qui est le leur et où la règle principale est marche ou crève, pas sûr qu’elle en ferait autant. La seule chose qui mettrait ça de côté serait un haut taux d’affection vis-à-vis de l’autre et, jetant un coup d’œil à l’homme marchant à ses côtés, bien que le barbu lui apparaisse un peu plus sympathique, il n’est pas encore très haut dans thermomètre affectif.

La jeune femme finit par mettre ça de côté quand finalement elle aperçoit un petit immeuble qui, a première vu, pourrait faire l’affaire pour qu’ils y passent la nuit. Évidemment, ils doivent encore en inspecter l’intérieur, car si tout y semble calme, elle sait très bien que les apparences peuvent parfois être trompeuses. Si c’est trop dangereux que ce soit à cause d’ennemis ou de la structure du bâtiment qui est finalement plus bancale que prévu, ils n’auront cas poursuivre leur recherche. En espérant qu’ils trouvent rapidement un abri, ce n’est pas que l’ex militaire a peur de marcher de nuit, mais elle aura l’esprit plus tranquille d’avoir un toit au-dessus de sa tête. Après tout et même si ça ne s’est jamais présenté à elle fort heureusement, qui sait quelles saloperies se réveillent pour aller rôder en nocturne. Finalement le trio pénètre à l'intérieur du bâtiment, qui à première vue est plongé dans un calme absolu, Riley a beau tendre l’oreille elle ne perçoit aucun bruits suspects, ce qui ne va pas dire qu’ils peuvent estimer le périmètre sécurisé. La blonde sort même son arme à feu au cas où la situation viendrait à dégénérer…

En tout cas le plan de Wyatt lui semble être une bonne option, après tout un appartement leur sera amplement suffisant pour trois et au pire ils pourront fouiller le reste demain. Peut-être trouveront ils des articles intéressants, le coin semble avoir été bien préservé contrairement aux immeubles adjacents, donc avec un peu de chance, les personnes qui ont fuis cet endroit auront laissé quelques petites choses sur place. Cependant, l’ex militaire n’a pas le temps de répondre que l’attitude du chien leur fait comprendre qu’il y a anguille sous roches, les babines retroussées et les poils hérissés de l’animal laisse peu de place aux doutes. Suivant le mouvement, Riley se déplace de quelques pas pour découvrir ce qui contrarie autant le chien, autant dire que la chose qui se trouve dans le couloir lui arrache une moue de dégoût. Les cafards ! Ce n’est déjà pas sa tasse de thé en temps normal, mais là encore moins alors qu’il semble avoir littéralement quadruplé de taille. Bon sang, est-ce à cause des retombés radioactives que certains être vivants mutant de la sorte ? Les goules, les cornus, les cafards géants… Ce sera quoi la prochaine fois ?! Un SPLASH bien sonore la sort de sa torpeur d’écœurement, lui faisant découvrir la bestiole dans un triste état.

— Oh seigneur c’est tellement immonde… Qu’elle marmonne en regardant la créature maintenant morte.

Franchement, elle ne sait pas si elle préfère les goules à ce genre de saletés… Riley tourne ensuite la tête vers Wyatt, haussant un sourcil face à sa réaction.

— Tu devais bien te douter que tu aurais finis par la salir que ce soit à cause de ça….

Elle montre le cafard écrasé, son nez se fronçant à nouveau de dégoût, avant de reprendre.

— Ou a à cause d’une goule, ou tout autre ennemi, la garder propre va être un vrai défi si tu veux mon avis.

Bon ! En attendant, ils vont devoir vérifier le coin avant de pouvoir s’y établir aussi tranquillement que possible.

— Très bien, on va sécuriser le rez-de-chaussée, dit-elle en attrapant un balai qui traine dans un coin. Et si on s’en sens  le courage on fera aussi l’étage, mais si on arrive déjà à couvrir cette zone, je crois que ce sera déjà pas mal du tout .



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 51
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Mer 5 Juin 2024 - 16:22

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Il ne tendit qu’une demi-oreille aux propos terre à terre de sa coéquipière, n’ayant de toutes manières aucun argument logique pour la contredire. Évidemment qu’il savait que sa nouvelle arme de défense n’allait pas tout bêtement trôner et briller dans son dos pendant des jours et des jours… Mais disons que quitte à salir un si bel objet… Il aurait aimé que ça soit dans des circonstances… Mmh… Un peu plus héroïques que simplement écraser, déchiqueter un vulgaire gros insecte mutant. Laissant échapper un maigre soupir, l’ancien détective concéda la victoire au pragmatisme de la survie, encore une fois.

– « Je sais, je sais. Ce n'est que le début ! Tant qu’elle dure dans le temps, le reste m’importe peu. »

Dit-il en réponse à Riley qui venait de se saisir d’un balai avant de déclarer qu’ils allaient pouvoir commencer à sécuriser le rez-de-chaussée du bâtiment. Il était d’accord avec son plan et ne manqua pas de hocher la tête pour le démontrer. Ils allaient devoir progresser de manière méthodique, couloir par couloir… Porte par porte. Juste avant de s’enfoncer là-dedans, le New-yorkais se retourna silencieusement pour chercher des yeux une potentielle source d’informations présente dans le hall d’entrée. Dans ce genre de résidence, les boîtes aux lettres étaient la plupart du temps toutes rassemblées au même point afin de faciliter la remise et la collecte du courrier pour tous les résidents. Tombant sans trop de difficulté sur cette fameuse section, il se mit immédiatement à compter le nombre de boîtes… Dix-huit. Ce n’était pas excessif, mais pas négligeable non plus.

– « Mmmh… Je dirais qu’il doit y avoir six appartements par étages, donc ça nous laisse une bonne marge de manœuvre pour trouver le coin douillet dont on a besoin. Le flair du chien nous permettra de savoir si une porte est sans danger ou non. Allons-y ! »

Ayant assez perdu de temps, et désormais avec une stratégie plutôt potable, le trio commença à déambuler dans le premier couloir qui s’offrit à eux, révélant très vite la série de portes numérotées qu’il renfermait. Les numéros une et deux décidèrent de rester scellées, impossible de forcer la serrure. Wyatt aurait potentiellement pu utiliser son pied de biche, mais les deux survivants n’eurent besoin que d’échanger un regard silencieux pour s’accorder sur le fait de privilégier la discrétion malgré leur petit déboire avec le cafard de tout à l’heure. Le Malinois commença à renifler près du pas de la porte 3, avant de carrément s’asseoir devant, comme s’il attendait une réaction de la part des humains qui l’accompagnait. Face à cette scène, notre homme tenta d’ouvrir la porte… Qui n’était pas verrouillée ! Agréablement surpris, il resta quand même concentré et poussa celle-ci lentement vers l’avant en priant pour qu’elle ne grince pas. Une fois suffisamment ouverte, il s’immisça à l’intérieur de l’appartement, suivi de près par la blonde et Jackpot.

– « Vérifions toutes les pièces… On ne sait jamais… »

Murmura-t-il le plus bas possible en espérant que celle aux cheveux blonds ait entendu ce gage de sûreté qu’il venait de brandir. Le fait qu’ils aient pu s’introduire dans cet abri était déjà une belle aubaine, ce n’était clairement pas suffisant pour relâcher leur vigilance et se faire surprendre à leurs dépens plus tard. Inspectant d’un air analytique les éléments qui constituaient le salon, Wyatt ne sentit aucun détail nouer un nœud dans son estomac ou bien lui arracher un petit frisson. Aucune trace de passage récent, aucun signe de vie quel qu’il soit… Qu’en était-il des autres pièces ? Le barbu eut le temps d’apercevoir le dos de sa partenaire d’infortune avant qu’elle ne disparaisse dans une pièce adjacente. Aussi, ne voulant pas interrompre ses recherches, il marcha machinalement jusqu’à une énième porte, révélant ce qui était derrière. Une salle d’eau tout ce qu’il pouvait y avoir de plus ordinaire. La petite armoire à pharmacie dissimulée derrière un miroir qui trônait juste au-dessus du lavabo permit à l’homme de voir son reflet et Dieu qu’il avait vilaine mine. Entre les valises sous les yeux, son air bourru, l’état déplorable de sa barbe mal taillée et pour finir… La couche de poussière et de crasse qui recouvrait presque l’intégralité de son visage faisait peur à voir. Ce n’était cependant clairement pas le bon moment pour palier à tout ça. Juste avant de repartir, le brun prit quand même la peine d’ouvrir l’armoire à pharmacie, espérant un petit coup de pouce salutaire.

– « Voyons voir… »

Dit-il intérieurement pendant que ses yeux quadrillaient de long en large les minuscules étagères blanchâtres sur lesquelles étaient disposés pas mal de flacons, mais aussi des boîtes de médicaments, sans oublier un peu de bordel. Il allait devoir un peu trier s’il voulait uniquement chaparder ce qui lui serait utile. Mais au moment où il tendit le bras droit pour fouiller à l’intérieur, un nouvel éclair douloureux perfora son épaule droite, diffusant très vite une sensation de brûlure hautement désagréable, jusqu’à quasiment faire trembler tout son bras. Grinçant des dents pour supporter cela, Wyatt comprit qu’il ne pouvait visiblement plus trop attendre concernant la désinfection de cette plaie. Tenter d’ignorer une fois de plus cet avertissement corporel pourrait bien avoir des conséquences encore plus graves qu’il préférait grandement éviter. Gardant quand même son calme, l’ex-détective privé quitta la salle de bain pour se retourner dans le salon, où il retrouva d’ailleurs les deux autres.

– « Rien de mon côté. Et du vôtre ? Je pense qu’on est tranquille. »

Affirma-t-il à la hâte avant de poser à genou à terre afin de faciliter le retrait de son sac à dos qu’il laissa à même le sol pour commencer à trifouiller dedans. Il avait déjà un petit, très petit stock médical avec lui, mais comme il était du genre bordélique, c’était souvent périlleux pour lui de trouver ça au milieu des vivres et des vêtements de rechange. Après de longues secondes de quête, il sortit finalement ce qu’il cherchait : une bouteille d’alcool à 90 degrés pour désinfecter sa plaie ainsi qu’un reste de gaze antiseptique pas trop abîmé avec lequel il pourrait bander plus ou moins proprement sa blessure.

– « Désolé, je crois qui faut vraiment que je m’en occupe maintenant. Ça commence à piquer sévère, et j’aime pas ça. »


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 677
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Jeu 13 Juin 2024 - 22:37

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 4 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
La jeune femme ne rétorque rien, même si elle trouve le propos du barbu assez contradictoire avec ce qu’il a dit précédemment, ça doit surement avoir un rapport avec la logique masculine. Ou plutôt avec le fil de pensée masculine, il râle parce que sa batte de baseball a été sali, avant de finalement prétendre que ça n’a pas d’importance parce qu’elle lui a fait remarquer que la garder propre serait sûrement impossible. Ou alors elle l’a vexé en le mettant devant la réalité des choses ? Allez savoir.

— Tu pourras toujours la lustrer pendant nos phases de répit et si tu t'ennuies tant que ça.

Oui, oui, elle parle toujours de la batte. Un sourire un peu idiot nait sur son visage, c’est excatement le genre de remarque que son paternel aurait sortie, il a toujours eu le don de faire des blagues un peu graveuleuse. Ah ! Si on lui avait dit un jour que ses idioties lui manquaient, elle aurait sûrement ri au nez et à la barbe de la personne qui lui aurait rétorqué ça. N’ayant pas l’envie de se plonger que ça dans ses souvenirs, ni que Wyatt se demande si elle ne se paierait pas à nouveau sa tronche, Riley reprend un visage aussi neutre que possible et suit le brun du regard qui s’en va examiner les rangées de boîtes aux lettres. Bon, au dire de son compagnon de route, il n’y a pas tant que ça d’appartement à visiter, même si Riley serait plus partante pour seulement vérifier ceux du rez-de-chaussée. La journée est bien avancée maintenant et surtout, elle a le besoin impératif de reposer sa jambe blessée.

— J’espère qu’on trouvera ce coin douillet dont tu parles au rez-de-chaussée, dit-elle en suivant l’homme et son chien. Je ne sais pas si j’aurais le courage de faire également l’étage.

Balais en main, sûrement l’arme la plus puissante en ce bas monde après la bombe nucléaire, la blondinette se tient prête à sauter à la gorge de tout ce qui aura le culot de tenter de s’en prendre à leur groupe. Cependant, en dehors des deux premières portes qui restent obstinément fermées et ne voulant pas faire trop de bruit, rien ne vient les agresser.  Mieux encore, il semble que Jackpot leur ait peut-être trouvé un coin calme au vu de sa réaction, ce qui serait formidable étant donné le peu de motivation que ressent Riley à l’idée de devoir inspecter d’autres logements. Cependant, même si le Malinois semble leur montrer que tout semble ok dans cet appartement, la prudence reste de mise, la jeune femme se tient donc prête quand Wyatt abaisse la clinche et que la porte s’ouvre sans résister. S'avançant lentement mais sûrement à l'intérieur une fois que le barbu en eut franchi le seuil en premier, l’ex militaire prend quelques secondes pour observer son nouvel environnement, mais en dehors du légére odeur de renfermé et une couche de poussière bien visible sur les murs, tout semble être plongé dans le calme. C’est d’ailleurs saisissant de voir que rien n’a bougé et pour un peu, la jeune femme pourrait presque avoir l’impression que les bombes ne sont jamais tombées. C’est la truffe humide de Jackpot contre la paume de sa main qui la ramène à l’instant présent, passant devant comme une invitation muette à le suivre, Riley emboîte le pas au toutou laissant le brun fouiller dans son coin.

Le salon dans lequel ils ont pénétrés en premier donne également sur une petite cuisine ouverte, en plus de la pièce dans laquelle Wyatt s’est engouffrée, la jeune femme remarque également deux portes, l’une entrouverte lui indique une chambre, quant à la seconde le mystére plane encore. Riley va donc vérifier en premier la chambre à coucher, checkant sous le lit et dans les placards ou cas où, mais n’y trouve aucune menace, sortant de là elle pénètre dans pièce à la porte fermée qui s'avère être une seconde chambre, mais là encore RAS. Revenant dans le salon, Wyatt ne tarde pas à réapparaître à son tour, visiblement tout semble calme dans cet appartement et c’est pour le mieux, ils vont en avoir besoin pour recharger les batteries.

— Rien non plus, je n’ai pas encore pris le temps de fouiller de fond en comble, mais je doute qu’un monstre se cache dans les tiroirs d’une commode.

En tout cas, ça semble être l’endroit parfait pour se reposer, il surement judicieux de calfeutrer les fenêtres pour la nuit à venir histoire qu’il puisse allumer une ou deux bougies pour ne pas évoluer dans le noir le plus total. Imitant le barbu, Riley se déleste de son sac avant de se tourner vers l’homme et de poser sur lui un regard sévére, type, je te l’avais bien dis idiot qu’il ne fallait prendre cette blessure à la légére.

— Je vais regarder si par hasard l’eau fonctionne, même si elle est froide ça coute rien de se décrasser et je pense qu’avec nos blessures être propre pourrait aider.

La plupart des baraques dans lesquelles elle s’était réfugiés étaient souvent trop endommagés pour que les maisons soient encore fonctionnelles, mais là avec un peu de chance… Même s’il n’y a plus personne pour en garantir le bon fonctionnement, la plupart des stations d’épuration d’eau fonctionne assez bien seule, enfin elle suppose. La jeune femme tend la main et actionne le robinet, il y a d’abord un drôle de bruit, puis un filet de ce qui ressemble à de la boue se met à couler et enfin oui, oui, oui de l’eau, glacée mais de l’eau quand même.

— Très bien, tu peux aller faire un brin de toilette si tu veux, je gère ta blessure après et c’est non négociable, je suis… J’étais médecin dans l’armée, je ferais sûrement les choses mieux que toi.



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Contenu sponsorisé
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Page 4 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Sujets similaires
-
» Viens jouer avec moi... Feat. Ananas
» Frozen sleep for a nightmarish awakening -feat Ananas
» Trombinoscope d'un ananas
» La proposition {Ananas & Nash}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: