Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas

Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Jeu 11 Avr - 11:12

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
La découverte de ce distributeur était une bonne chose, ça allait leur permettre d’avoir des provisions en plus pour la longue route qui les attend, même si les aliments de ce type n’ont pas forcément la faveur de l’ex militaire. C’est plutôt pratique pour combler la fin, mais ça n’apporte rien en termes de nutriments et de vitamines, le genre de chose dont le corps à besoin pour bien fonctionner. Cependant et au vu des temps qui courent, Riley ne peut pas trop se permettre de faire la fine bouche, peut-être que dans un futur pas si lointain, l’un de ces paquets de chips lui sauvera la vie. Qui plus est, la carapace de métal et de verre aura protégé les divers aliments sous-vides des potentielles retombées radioactives.

— Pour être honnête je n’ai pas un très bon rapport avec ce de saletés, j’aurais préféré tombé sur un distributeur de boîtes de conserve rempli de légumes. Mais je ne vais pas cracher sur cette trouvaille.

Surtout que rien n’indique s’ils vont tomber à nouveau sur une telle source de nourriture, donc autant tout prendre et ce sera à eux de manger toutes ces cochonneries avec parcimonie. Silencieusement, la blonde observe le barbu éclater la vitre du distributeur et se pencher vers les victuailles se trouvant à l’intérieur. Mine de rien, ils font tout de même un bruit d’enfer et Riley espère qu’ils ne vont pas à nouveau se faire agresser par des goules ou pire, attirer par leur ramdam.  La demoiselle va donc mettre un peu le nez dehors et observer les alentours, détaillant chaque recoin, l’oreille tendue à la recherche du moindre bruit suspect, mais, en dehors des sons venant de l’intérieur du garage, tout semble calme. Cependant, ils feraient mieux de ne pas trop s’éterniser dans le coin et de mettre le cap vers leur prochaine destination. Revenant sur ses pas, la jeune femme découvre que le chien a eu le droit à ce qui ressemble à de la viande séché, récompense amplement méritée après avoir sauvé les fesses de Wyatt. Ce dernier se redresse justement, une canette en main et lui propose qu’elle prenne tout ce qu’elle veut et qu’il fera avec le reste.

— Non, rétorque-t-elle. On va partager équitablement, je ne vois pas pourquoi j’en aurais plus que toi.

Ne lui laissant pas le temps de répondre, Riley se détourne pour aller récupérer son sac et commencé à le remplir tout en veillant à partager chaque denrée de façon équitable. Pendant que le barbu visite l’atelier qu’elle a déverrouillé un peu plus tôt, elle sort le reste des sachets et autres canettes du distributeur et forme un petit tas à l’intention de Wyatt, qu’elle dépose sur ce qui devait autrefois faire office de comptoir.

— Voilà, comme ça personne n’est lésé !

Le malinois lâche un aboiement comme s’il voulait rappeler à Riley de ne pas l’oublier, la blonde se tourne vers lui avec un vrai sourire une main sur la hanche.

— Ne t’en fais pas, tu auras de quoi te mettre sous la dent, même si ce serait bien de te trouver des boîtes de pâté pour chien. Ce serait quand même meilleur pour toi que de la viande séchée venant d’un distributeur.
Peut-être y a-t-il une animalerie dans le coin et avec un peu de chance, elle n’aura pas été pillée et ils trouveront de quoi faire pour le chien… D’ailleurs, ce serait bien de lui trouver un nom, parce que le chien, c’est un peu nul comme nom de chien justement. Cependant, la jeune femme n’a pas bien le temps de réfléchir plus en avant que ça sur ce détail qu’elle entend Wyatt lâcher un “Jackpot”, signe qu’il a dû trouver quelque chose d’interessant. A la bonne heure, pour le moment lady luck semble être avec eux. Rejoignant le barbu, elle le découvre avec un jerrican en main et voit le sourire qu’il affiche.

— Ah ! Belle trouvaille je dois l’admettre, si c'est de l’essence il ne reste plus qu’à trouver une voiture en état de rouler.

L’ex militaire prend le temps de dévisser l’imposant bouchon du jerrican et se penche pour en renifler le contenu, c’est indéniablement de l’essence. Elle se redresse et hoche la tête à l’intention du détective, voilà qui fait avancer un peu leur affaire.

— Fouillons le reste de l’atelier, on trouvera peut-être des choses qui nous seront utiles pour plus tard.

Mieux vaut prévenir que guérir, une clé à molette sera peut-être leur saint graal dans quelques jours.



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Lun 15 Avr - 19:02

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown


– « Je suis certain qu’on pourra en trouver une qui tient la route parmi toutes celles qui errent là-dehors. »

Répondit-il à la jeune femme tout en la laissant dévisser le bouchon du jerrycan afin de sentir le contenu qu’il renfermait. Même s’il était déjà entièrement convaincu que le récipient renfermait le précieux sésame, il esquissa un sourire galvanisé quand elle hocha la tête pour le lui confirmer une bonne fois pour toutes. Écoutant sa proposition, c’est à son tour de hocher la tête en silence, étant parfaitement d’accord avec son idée. Cet atelier de réparation pouvait contenir bien plus que de l’essence en farfouillant minutieusement. Que ça soit des outils, des composants électroniques comme des piles voir carrément quelques couches de protection style gants de travail, masque et lunettes anti-poussière… Il y avait quand même de quoi renflouer leur stock. Laissant le bidon couleur rouille de côté pour l’instant, l’Américain commença à quadriller une zone de la grande salle, notamment celle où plusieurs rangées de casiers métalliques de couleur bleus étaient disposés. Certains avaient des cadenas, d’autres non. Ne souhaitant pas s’embêter avec ceux qui étaient verrouillés, Wyatt ouvrit un par un les casiers libres d’accès.

– « Alors… qu’est-ce qu’on a d’utile par ici… »

Se questionna-t-il intérieurement pendant qu’il analysait scrupuleusement le contenu de chaque casier qu’il ouvrait. Le premier ? Pas très encourageant : Un bleu de travail, des chaussures de sécurité complètement usée par le temps et des babioles sans grande importance. Quoique… En soulevant deux trois bulletins de salaire qui bloquaient sa vue, le barbu tomba sur un paquet de cigarettes à moitié plein. Réfléchissant brièvement à quand remontait sa dernière clope, il ne mit pas plus d’une poignée de secondes à mettre le paquet dans sa poche, jugeant que s’en griller une de temps en temps ne pourrait pas lui faire de mal, bien au contraire. Le casier suivant comporta quant à lui des éléments bien plus concrets : Un jeu de tournevis de taille et de forme différente pouvant servir à démonter ou monter à peu près n’importe quoi qui comportait ou nécessitait des vis. Ça pouvait servir pour démonter une batterie fonctionnelle d’un véhicule dont les roues étaient crevées par exemple… Les utilisations étaient multiples, raison pour laquelle Wyatt n’hésita pas une seconde avant de décider de le chaparder.

– « Hey ! Je me disais… Tant qu’on y est, si on a les outils et les matières premières pour le faire… Je me dis que bricoler une arme improvisée ne pourrait pas être déconnant. Qu’est-ce que t’en penses ? »

Demanda-t-il auprès de sa partenaire d’infortune tout en continuant de farfouiller dans les casiers restants à la recherche de quoi que ce soit d’utile pour la suite de leur périple. Il trouverait en effet dommage de ne pas profiter de ce lieu pour assembler, avec les moyens du bord et leur expertise variable dans le domaine, une arme un peu plus digne de ce nom qu’un minable cran d’arrêt, même pas assez solide pour se planter dans le crâne d’une de ces affreuses goules. Commençant à imaginer des armes beaucoup plus efficaces dans un coin de son esprit, les yeux de l’encapuchonné s’arrêtèrent sur un élément présent au fond du quatrième et dernier casier qu’il lui était possible d’ouvrir. Est-ce qu’il était en train de rêver ? Ou alors c’était son imagination qui était en train de le faire halluciner ? Clignant des yeux une fois, deux fois, puis trois… C’était bien réel. Elle était là, une magnifique batte de baseball couleur noir mat. Pile ce qu’il lui fallait. Attrapant sa nouvelle meilleure amie par le manche, il posa délicatement l’extrémité de celle-ci sur la paume de sa main gauche, voulant sentir le contact du carbone contre sa peau et se familiariser avec le poids d’un si bel objet.

Une légère vague d’excitation se diffusa dans son corps à mesure qu’il s’imaginait déjà en train de briser le crâne des futures goules qui souhaiteraient s’interposer entre eux et New York. Il avait presque envie de la garder intacte, tellement elle était belle ainsi. Mais comment se priver d’ajouter des améliorations alors que l’atelier regorgeait d’éléments pour donner encore plus de panache et de puissance destructrice à son nouveau jouet ? C’était plus fort que lui, il ne pouvait tout simplement pas résister à cette envie d’améliorer cette nouvelle arme, de lui donner une touche… Personnelle. Pour ce faire, il allait déjà devoir trouver le type de matériaux qu’il aimerait ajouter sur sa batte. Clous ? Moitié de lames de scie circulaire ? Chaînes ? Les trois à la fois ?! Non. Il ne devait pas divaguer, il devait se tenir à une conception bien précise dans sa tête et s’y tenir afin d’obtenir un résultat des plus impeccables. Gardant sa précieuse alliée dans sa main, il se détourna des casiers pour savoir ce qu’avait pu trouver Riley de son côté.

– « Tu as trouvé des trucs intéressants de ton côté ? »

Ses yeux cherchaient les siens, attendant qu’elle se retourne pour qu’elle découvre d’elle-même ce qu’il tenait dans ses mains et qui ne manquerait sûrement pas de la faire réagir. Pas sûr qu’elle soit autant emballée que lui quand il lui avouera qu’il allait modifier cette beauté pour la rendre encore plus mortelle qu’elle ne l’était déjà. Mais qu’importe, il avait déjà pris sa décision. Cette batte DEVAIT ÊTRE PIMPÉE.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Sam 20 Avr - 12:34

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
Riley ne sait pas si l’optimisme à toute épreuve dont semble faire preuve Wyatt est très admirable, ou à l'inverse totalement énervant. Admirablement énervant peut-être bien ? La jeune femme ne répond rien quant à cette nouvelle marque de confiance face au destin et renifle plutôt le contenu du jerrican et en effet, il semble bien contenir de l’essence. Ce qu’elle confirme au détective d’un hochement de tête, qui sourit comme un beau diable et elle doit se retenir de ne pas lever les yeux au ciel. Elle reste convaincue que cette trouvaille est déjà un petit miracle en soi et que tomber sur une bagnole en état de fonctionner, ça relève plus du mystique qu’autre chose. Mais d’accord, plutôt que de doucher le moral de son compagnon d’infortune, l’ex militaire propose plutôt qu’il fouille le reste de l'atelier. Certes, ils ne trouveront pas de véhicule là-dedans mais tout est bon à prendre quand il s’agit de leur survie. Voyant le barbu prendre en charge une zone de fouille de l’atelier, Riley s’occupe de l’autre côté, où elle découvre beaucoup d’outils dont l'utilité de certains lui échappe complètement. En revanche, elle met la main sur une caisse à outils presque complète qui pourrait leur être utile, ce sera un peu lourd à transporter c’est sûr, mais qui sait un tournevis plat leur sauvera peut-être la vie. Continuant de chercher, la blondinette fait un peu chou blanc, il y a beaucoup de bric-à-brac qui pourrait avoir une utilité à un moment ou un autre, cependant, ce surcharger n’est pas une très bonne idée.

— Ma foi, ce n’est pas une mauvaise idée, qui sait quand on va retomber sur un atelier aussi bien achalandé, si tu as des idées pour bricoler une arme improvisée vas-y. Je ne te serais pas d’une grande aide, la seule arme que j’ai déjà bricolé, c’était un lance-patate avec mes cousins et on avait un plan...

La jolie blonde grimace, ce n’était peut-être pas une bonne idée d’évoquer ça, non pas que ça le dérange que Wyatt découvre un tout petit pan de son passé, en soi ce n’est pas une information très importante. C’est juste… Disons que ça fait remonter des souvenirs ou les jours étaient plus simples et un peu plus heureux. Secouant doucement la tête, Riley continue de farfouiller ici et là, elle trouve tout de même deux paires de gants et plusieurs rouleaux de ruban adhésif, ainsi qu’un petit article qui lui arrache un sourire. Quand Wyatt l’interpelle pour lui demander si elle a trouvé des choses utiles, la blonde se détourne des tiroirs qu’elle vient de retourner et découvre le barbu avec une nouvelle amie.

— Oh ! Je ne pensais que trouverais une batte de baseball par ici.

Même si à bien y regarder, quand on observe plus attentivement les murs, l’on peut découvrir des affiches de joueurs de baseball qui y sont accrochés et si on regarde encore plus attentivement, il y a même les dates des prochains matchs notés sur un calendrier. Le patron du garage devait être très certainement un match.

— Tu vas la pimper, ou la garder intact ? Questionne la jeune femme en observant la batte.

C’est sûr qu’avec des clous en plus, ou tout autre chose qui puisse faire mal et être intégrer à la batte, lui ajoutera très certainement une dose de létalité en plus. Mais oh tiens, avant qu’elle oublie, l’ex militaire glisse sa main dans la poche de son blouson et en sort un petit objet.

— La voilà la voiture de tes rêves, dit-elle en lui tendant une petit hotwheels. Très fonctionnelle, elle roule, même pas besoin d’essence.

Bon, en tout cas, la customisation que compte faire Wyatt va sûrement lui prendre un peu de temps, de fait aller checker un petit coup les environs n’est peut-être pas une mauvaise idée. En restant prudente évidemment.

— Je te laisse à ton atelier bricolage, je vais aller voir dans le coin si je ne peux pas trouver un autre bâtiment ou il pourrait y avoir des choses utiles. Je ferais attention.

Autant optimiser son temps en faisant quelque chose d’utile.



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Mer 24 Avr - 18:37

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown


– « Moi non plus à vrai dire. Une chance que les anciens mécanos semblaient fans de baseball. Et carrément que je vais la modifier, avec tout ce qu’il y a dans l’atelier, je pense pouvoir obtenir un joli résultat final. »

Dit-il avec assurance tout en tâtant à nouveau le contact froid et rassurant du carbone métallique de ladite batte de baseball. Ces modifications allaient cependant lui prendre pas mal de temps, aussi devrait-il prévenir sa partenaire qu’elle pouvait vagabonder à sa guise non loin du garage pour potentiellement repérer d’autres petits points d’intérêt et ainsi multiplier leurs chances de se remplir les poches tout en faisant attention à ne pas s’encombrer. Car oui, c’est beaucoup plus difficile de taper son meilleur sprint quand on est chargé comme une mule. D’ailleurs, Wyatt allait devoir faire attention comment il allait transporter sa nouvelle arme contondante s’il ne voulait pas déchirer ses vêtements ou être obligé de la tenir constamment dans une de ses deux mains. Peut-être que la caler entre son dos et son sac serait suffisant ? Probablement. S’apprêtant à commencer de rassembler des matières premières susceptibles de faire de bons modificateurs de létalité, le new-yorkais se stoppa net au moment où sa coéquipière s’avança vers lui pour lui tendre… Une voiture miniature ?

– « Incroyable. Très beau modèle, je dois avouer. On sent que tes fouilles ont été plus productives que les miennes. Je vais la garder comme grigri, sait-on jamais. Merci. »

Avoua-t-il d’une voix qui mélangeait ironie et complicité tout en offrant un bref sourire espiègle à celle qui venait de se payer sa tête, chose à laquelle il ne s’attendait pas. Était-elle de bonne humeur à cause du jerrycan d’essence ? Ou bien était-ce l’arrivée de leur ami à quatre pattes qui commençait à déteindre positivement sur la jeune femme ? Quoi qu’il en soit, notre homme n’allait pas s’en plaindre. Il préférait de loin quelques taquineries par-ci par-là plutôt que des leçons de moral sur pourquoi le pragmatisme et la prudence exacerbée étaient les meilleurs atouts pour survivre depuis que ce monde avait viré au cauchemar. Écoutant ensuite les informations de Riley, il hocha la tête face à ces mots, estimant que c’était une bonne idée. Au même moment, le Malinois qui avait rejoint notre duo dans l’atelier venait de poser sa truffe près d’un seau rempli de saletés poussiéreuses, ce qui le fit éternuer à deux reprises avant de se rapprocher de nos compagnons, l’air de rien.

– « Et bah alors mon beau ? On s’enrhume ? Et si tu allais avec Riley ? Histoire de lui tenir compagnie le temps que je me dépatouille avec cette batte ! Tu veux bien ? »

Dit-il en direction du canidé qui se rapprocha des cuisses du barbu, permettant à celui-ci de lui offrir de brèves caresses entre les oreilles pour l’encourager. Il allait vraiment falloir trouver un nom pour cette brave bête afin d’arrêter de l’appeler par sa désignation. Cette petite scène d’éternuement donna d’ailleurs une brève inspiration à notre ancien détective privé qui souhaita partager ses suggestions avec sa voisine avant qu’elle ne s’en aille pour fouiller les bâtiments aux alentours.

– « J’aime bien Coal. C’est bref et moins générique que Rex. Mais si tu trouves mieux, n'hésite pas à me le dire. Soyez prudents tous les deux. »

Déclara-t-il avant de les laisser s’éclipser sans ajouter un mot de plus. Maintenant qu’il avait l’atelier de réparation pour lui tout seul, le spectacle allait pouvoir débuter ! D’abord, il s’empara de ce qui ressemblait à un petit poste de soudure alimenté par une petite bonbonne de propane. Secouant légèrement le conteneur cylindrique, il esquissa un sourire excité en sentant que celui-ci n’était pas encore vide. Les candidats maintenant… d’un côté, enrouler un amalgame de chaînes rouillées tout en surplombant l’extrémité de la batte avec toute une farandole de clous semblait alléchant… mais de l’autre… Scinder en deux parties une lame de scie circulaire aux dents toutes aussi tranchantes les unes que les autres pour pouvoir la souder sur la batte apparaissait également être une idée brillante ! Comment pouvait-il savoir quel choix était le meilleur ? Indécis, l’apprenti bricoleur rapprocha les matières premières de l’établi tout en essayant de se forcer à prendre une décision afin de ne pas perdre trop de temps.

– « Bon… J’ai tout ce qu’il me faut normalement… Il n'y a plus qu’à… »

D’un geste solennel, ou plutôt théâtral, l’encapuchonné disposa lentement et de ses deux mains la fameuse batte en carbone qui allait bientôt subir le même sort qu’un malade en attente de chirurgie. Mais elle allait être charcutée pour la bonne cause et de manière professionnelle… Ou presque. Ayant réussi à s’accorder sur l’élément principal qu’il allait ajouter à sa nouvelle arme, le new-yorkais enfila une paire de gants de soudure ainsi qu’une paire de lunettes pour éviter des risques inutiles avec les rejets d’étincelles ardentes qui risquaient de s’éparpiller au moment de l’alliage des deux métaux. En premier lieu, il coupa en deux de manière plus ou moins nette la fameuse lame de scie circulaire qu’il avait ramené. L’opération réussie, il devait dorénavant souder chacun des deux morceaux de part et d’autre sur l’objet contondant. Les choses commencèrent à se corser, notamment, car la minuscule flamme bleue qui sortait du chalumeau commençait à perdre en puissance. Elle ne pouvait pas mourir maintenant, il fallait qu’elle tienne encore quelques minutes pour qu’il puisse assembler les dernières pièces du puzzle !

– « Eeeet… Voilà ! Tu es… Magnifique. »

Un sentiment de fierté et d’accomplissement s’empara de lui pendant qu’il dévorait des yeux sa somptueuse batte à lame de scie… Le résultat était vraiment convaincant, quasiment au point qu’il ne serait pas contre chercher volontairement des goules pour pouvoir la tester en condition réelle. Mais était-ce bien sage ? Mmmh… Peut-être valait-il mieux de prendre son mal en patience.


Spoiler:


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Sam 27 Avr - 12:48

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
L’ex militaire ne s’attendait pas à ce que le barbu décide de garder la petite voiture trouvée un peu plus tôt, c’était plus une boutade que dans l'optique de transformer le jouet en talisman. Si Riley garde le sourire après avoir donné le petit véhicule, elle trouve que Wyatt est définitivement un drôle de gus. Mais si la hotwheels s'avère être vraiment magique et qu’il tombe sur un véhicule en état de rouler, la jeune femme ne pourra que s’excuser de ne pas avoir cru en la magie. Pour l’heure difficile d’imaginer pareil scénario, mais son collègue faut bien ce qu’il veut, ou plutôt, il peut bien croire en ce qu’il veut. En tout cas, n’ayant plus grand-chose à faire dans le coin, la jeune femme explique à l’ancien détective que pendant qu’il joue à Bob le bricoleur, elle va aller fureter dans le coin histoire de ne pas attendre en se tournant le pouce. Dans le même temps, leur ami à quatre pattes les avait rejoint dans l’atelier, reniflant un peu tout ce qui se passait, avant de tomber sur un seau un peu trop poussiéreux. La truffe des chiens est un outil très performant pour chercher des gens ou des choses, cependant, cette sensibilité n’est pas toujours un atout, surtout face à des moutons de poussière. Et ça de la poussière, ils vont en croiser un peu plus à mesure que le temps passe, étant donné que plus rien ne va être entretenu, qui va s’embêter à passer un coup de balai, ou un coup de chiffon.

— Bonne idée, un compagnon me sera d’une aide précieuse pour aller faire un tour dans le coin, qui sait ce qui peut encore se balader dans les parages, répond Riley avec une grimace en pensant aux goules.

Le chien pourra très certainement la prévenir si un ennemi devait être dans le coin, avec ses quelques blessures ça lui permettra de se préparer à l’attaque et de s’armer en conséquence. Mais avec un peu de chance, ce sera une promenade de santé. Du côté de Wyatt et en cas de problème, elle suppose que ça devrait aller, l’atelier regorge d'armes très potentiellement létales et il a aussi sa nouvelle meilleure amie la batte de baseball. Les yeux gris de Riley passe du visage du barbu à la tête du chien avant de revenir sur l’homme, qui propose donc de nommer officiellement le toutou. La jolie blonde ne sait pas trop, si ça se trouve il appartient à quelqu’un qui est peut-être à sa recherche, après tout, il semble bien nourris, n’a pas l’air blessé et à un beau poil, rien à voir avec les pauvres chiens errants qu’elle a pu apercevoir de loin par moment. L’ex militaire retient une grimace ne voulant pas penser à ça, c’est beaucoup trop triste…

— Je vais y réfléchir, dit-elle. Et euh… toi aussi fais gaffe.

Que ce soit elle en partant en vadrouille, ou lui en restant à l'intérieur de l'atelier par les temps qui court, n’importe quoi ou n’importe qui peut vous tomber dessus, même au toilette il faut maintenant être prudent. Quelle vie ! Après un dernier échange de regard, Riley quitte l’atelier, puis le garage avant de se retrouver dehors, elle ne sait pas trop l’heure qu’il est, mais la matinée semble déjà bien avancée. Bien que le ciel reste toujours d’un gris déprimant depuis que les bombes ont explosé, il varie quand même en fonction de l’heure qu’il peut être. Enfin, aller farfouille c’est bien gentil, mais par ou commencer ?

— Par où tu commencerais toi ? demande Riley au chien.

Ouaf !
Le voilà se mettant à trottiner, lui jetant un coup d'œil comme pour l'inviter à la suivre, visiblement le chien à une piste et l’ex militaire se demande si par hasard la boule de poil ne serait pas originaire de la ville. Ou alors il traîne sa truffe depuis assez longtemps dans le coin pour savoir où aller, il n’empêche que c’est un chien bigrement intelligent. Le duo passe par diverses petites ruelles, ce qui est en effet plus prudent que les grandes artères, avant de déboucher à nouveau sur un carrefour et pratiquement face à elle et le chien, elle aperçoit un Walgreens. Après une longue minute à renifler l’air, le chien reprend sa route et l'amène comme elle le pensait au drugstore, qui est comme beaucoup d’autres bâtiments de Wilmington, dans un sale état. Riley remarque aussi des corps, une vision devenue hélas assez habituelle. Des vieilles traces de sang séchés et des impacts de balles sur les murs, pas évident de savoir de quand ça date, si ça ne lui semble pas si récent que ça, la jeune femme va tout de même resté en alerte.

— Allons-y, qu’elle chuchote en dégainant son arme à feu.

Le chien se glisse sous une grille à moitié relevée et la blonde ne tarde pas à l'imiter, avec un peu moins de grâce et de souplesse compte tenu de sa jambe blessée. A nouveau, elle marche dans le sillage du poilu qui semble savoir parfaitement où il va et n’a pas l’air sur le qui-vive, le coin doit donc être calme, et comme ça ils font le tour du drugstore. Certes, ce n’est pas la séance shopping de ses rêves, mais ils glanent des choses utiles notamment au niveau de l'hygiène et de la santé, deux livres et quelques boites de conserves, et… Du parfum ! Riley se voit déjà parfumé à mort quelques goules puantes, elles risquent de ne jamais s’en remettre.

— Je trouve que Jackpot t’irait à merveille, dit-elle au chien en le gratifiant d’un long câlin, qui émet un ouaf enthousiaste. Mais difficile de savoir si c’est pour le nom ou les papouilles.

De retour à l’extérieur, la demoiselle se demande si elle doit continuer de fouiller le coin, quand elle entend un grognement qui lui fait dresser les cheveux sur la tête, le même que lorsqu’elle était dans le sous-bois. Autant dire qu’elle ne se fait pas prier et prend la clé des champs en compagnie de Coal/Jackpot, avec qui elle rebrousse chemin comme s'ils avaient le diable aux fesses, ce qui peut-être le cas, mais elle ne tient pas trop à le savoir. Le garage est en vue quand soudain le chien bifurque légèrement et se glisse dans une maison, très vite imité par Riley faisant confiance à l’instant canin de son ami et elle a bien fait. L’instant suivant une immense bestiole débarque tout griffes et toutes cornes dehors, hurlant ses grands morts.

— Merde, merde, marmonne l’ex militaire en se planquant du mieux qu’elle pouvait tout en ayant un visu sur cette situation qu’elle peut qualifier de totalement merdique.

Vu que la créature se trouve entre le garage et la maison ou elle s’est planquée, Wyatt a du entendre le ramdam et elle espère de tout coeur qu’il n’aura pas l’idée stupide d’attaquer cette chose avec sa batte de baseball, pimper ou non !

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 R



hrp:


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Dim 5 Mai - 18:55

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown


Ayant terminé d’observer sa création artisanale, Wyatt se permit quand même d’effectuer quelque dernier swing dans le vide avec sa batte modifiée afin de continuer à s’adapter à la prise en main de celle-ci et aux styles de coups qu’il pouvait adopter selon la zone qu’il souhaitait toucher. Un coup retombant à pleine puissance devait certainement s’enfoncer sans trop de difficultés dans le crâne de ces goules tandis qu’une attaque horizontale servirait plutôt à déchirer, déchiqueter la chair et les membres qu’il souhaiterait rendre infirme. Cessant son petit numéro d’entraînement, l’ancien détective privé pas encore reconverti en joueur de baseball de l’Apocalypse finit par quitter l’atelier, prenant bien évidemment le soin d’emporter avec lui les babioles qu’il avait trouvées. De retour au niveau de l’accueil du Isaac’s Garage, il constata que des vivres étaient disposés sur le comptoir juste à côté de son sac à dos. Il ne mit pas longtemps à comprendre que sa coéquipière d’infortune avait vidé équitablement le petit distributeur qu’il avait redressé afin qu’ils aient tous les deux la même quantité de ressources à grignoter. Appréciant son geste, il esquissa un fin sourire en la remerciant intérieurement.

Silencieusement, le barbu se mit à remplir son sac qui très vite se retrouva pas mal chargé, au point que la fermeture Éclair de ce dernier commençait à avoir du mal à bien coulisser correctement. Il était peut-être temps de se trouver un sac disposant de plus d’espace ? Quoique… L’idée de se retrouver chargé comme une mule ne l’enchantait guère. Vu qu’ils allaient être pas mal en mouvement, trop s’encombrer était un risque supplémentaire qu’ils pouvaient aisément éviter s’ils parvenaient à agencer correctement leurs affaires. Dès qu’ils réussiront à mettre la main sur un véhicule, leur espace de stockage deviendrait tout de suite beaucoup plus conséquent, mais pour l’heure… Ils allaient devoir se contenter de transporter tout ça à l’ancienne. N’ayant plus grand intérêt à rester dans ce bâtiment, Wyatt observa la rue depuis sa position, se demandant où pouvait bien être parti la jeune femme ainsi que le Malinois. Elle avait dit qu’elle allait vadrouiller dans les environs pour trouver d’autres endroits susceptibles de contenir du matériel intéressant. Attendre ici restait sans doute l’option la plus raisonnable et la plus discrète… Mais l’encapuchonné n’avait pas vraiment envie de poireauter.

– « Qu’est-ce que… »

Se mit-il à murmurer en sentant des petites secousses sur le sol qui faisaient trembler les détritus les plus légers dans lesquels il traînait. Qu’est-ce qui pouvait bien produire cela ? Un mini tremblement de terre ? Ça paraissait quand même peu probable. Essayant de comprendre la provenance de ces secousses qui continuaient de s’intensifier, Wyatt ne put réfréner sa curiosité et finit par mettre le nez dehors, essayant d’apercevoir ce qui pouvait bien être à l’origine d’un tel phénomène. C’est alors qu’une créature aussi impressionnante qu’effroyable apparu dans son champ de vision, à moins d’une dizaine de mètres devant lui. La surprise fût tellement brutale que notre homme resta tétanisé pendant quelques secondes, complètement abasourdi face à ce qu’il avait sous les yeux. Cette… Cette chose… Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? Elle devait bien au moins mesurer 2 mètres 75 de haut… Et ces griffes… Jusqu’où s’arrêtaient-elles ? Parvenant enfin à reprendre le contrôle de son corps, Wyatt se rua derrière la voiture la plus proche de sa position, priant pour que la créature cauchemardesque ne l’ait pas repéré. La fuite n’était clairement pas envisageable. S’il avait réussi à distancer des goules, il courrait droit au suicide s’il espérait pouvoir semer un tel monstre.

Restant donc bien à l’abri, notre homme prit une grande inspiration avant de se tourner, souhaitant observer les agissements de cette créature tout droit sortie des Enfers, afin d'essayer de comprendre ce qu’elle recherchait et s’il y avait possibilité de se déplacer en privilégiant la furtivité. Malheureusement, la bestiole semblait extrêmement alerte. Les grognements appuyés qu’elle émit suffirent à glacer le sang de notre New-Yorkais qui n’avait vraiment pas fière allure. Un point rassurant tout de même, c’est qu’il ne lui sembla pas apercevoir de sang ni au niveau de sa gueule ni au niveau de ses griffes… Ce qui signifiait qu’elle n’avait encore croisé personne, et par conséquent… Riley et Coal devaient être en sécurité de leur côté. Lui par contre, il fallait qu’il reste gentiment planqué derrière cette voiture sans faire le moindre bruit, estimant que les capacités auditives de cette « chose » devaient être bien plus développées que les siennes. Peut-être devait-il carrément ramper sous le véhicule pour se cacher ? Non… Si jamais il était repéré, c’en serait fini de lui.

– « Réfléchis, bordel… Réfléchis… »

Se répéta-t-il dans sa tête tout en essayant de trouver une idée ingénieuse afin de se sortir de ce pétrin. Puis, un bruit de moteur brisa sa réflexion, forçant l’homme à regarder en direction de la source du bruit. Deux hommes en moto-cross arrivèrent à toutes berzingue au niveau de la rue. Le monstre corné et aux griffes acérées fût immédiatement alerté lui aussi et se mit à grogner de plus belle, avant de se rapprocher à vive allure vers la moto qui arrivait. Quand le conducteur vit la bête débouler en plein milieu du passage, il paniqua immédiatement et tenta de prendre un virage à droite, mais bien entendu, il s’encastra dans un véhicule et les deux passagers furent propulsés violemment vers l’avant, le conducteur s’encastrant dans le pare-brise tandis que le passager vola sur un mètre dans les airs avant de s’écorcher sur le goudron de la route. Ayant assisté à toute la scène, Wyatt n’en revenait pas ses yeux. Le timing pour ces deux malheureux ne pouvait pas être aussi horrible.

Malgré cet accident, les deux hommes tentèrent tant bien que mal de se relever pour s’en sortir, mais la bête enragée était déjà sur leurs talons. Le premier, le conducteur, eut à peine le temps d’essayer de s’équiper de son arme que le monstre abattu ses deux griffes sur lui, lui transperçant le torse sans aucune difficulté, comme s’il découpait du papier. Face à cette scène, le deuxième homme se mit à vociférer de plus belle, complètement effrayé à l’idée de finir comme son ami alors même qu’il ne pouvait même pas tenter de s’enfuir, s’étant probablement cassé le pied durant sa cascade. Agacé par ces sons stridents, l’immense bestiole s’approcha de lui, bien décidé à le faire taire. De son côté, notre privé se sentait honteusement impuissant. Ce n’était pas dans sa nature de laisser des gens se faire tuer sous ses yeux… Mais il n’était tout simplement pas assez équipé pour venir à bout d’une créature aussi meurtrière que cette chose. Tout ce qu’il voulait, c’était retrouver la trace de ses deux compagnons et prendre la poudre d’escampette le plus vite possible. Encore fallait-il que cet horrible monstre ne détecte pas sa présence…


HRP:


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Mer 8 Mai - 13:19

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
C’est à se demander si quelque part dans un coin de cette bonne vieille amérique, le sol ne s’était pas ouvert en deux laissant ainsi un accès de l’enfer à la terre. Car plus Riley observe la créature, plus elle lui donne l’impression de venir tout droit d’en bas, sans doute à cause de ses cornes épaisses et biscornues, ses longues griffes acérées et ses yeux rouges et luisants. Il ne manque plus que les ailes pour compléter le tableau et en faire un vrai diable. Même si, quand elle observe plus attentivement et en laissant de côté la théorie biblique, le monstre a des airs de lézards, comme un mini godzilla mais avec des cornes. Hélas, elle aura beau observer la bestiole dans tous les sens, ça ne lui dit pas ce qu’il convient de faire dans ce genre de situation. La combattre c’est du suicide, ils ne sont pas équipés pour ça, ni assez nombreux, deux personnes de plus aurait pu faire l’affaire et encore… Quand elle regarde le cornu se mouvoir, il semble aussi fort qu’agile, de fait même avec de guss de plus, la blondinette doute beaucoup de leur chance de victoire. Reste encore la fuite, c’est moins suicidaire, mais tout aussi dangereux, elle a eu une chance de dingue de pouvoir prendre ses jambes à son cou la première fois, pas sûr que ça se reproduise une seconde fois.

Toujours accroupi derrière l’une des fenêtres d’un salon qui a connu des jours meilleurs, l’ex-militaire laisse juste dépasser ses yeux pour avoir le loisir de continuer à voir la bête évoluer. Elle cherche aussi à tenter de repérer Wyatt, le garage étant pratiquement en face de la maison dans laquelle elle s’est réfugiée avec Jackpot, s’il y a le moindre mouvement elle devrait le voir d’ici à moins que… A moins qu’il n’ait pris la clé des champs en voyant le cornu débarquer, l’instinct de survie l’aura fait abandonner ses deux coéquipiers. Bizarrement, si le barbu a vraiment pris la décision de sauver sa peau, Riley ne pourrait pas lui en vouloir, peut-être bien qu’elle aurait fait la même chose. Après tout, bien que ça commence à aller un peu mieux, surtout du côté de la blonde, qui ne s’est pas montrée très avenante au départ, ils ne se connaissent pour ainsi dire pas. Alors, pourquoi risquer sa vie pour une quasi inconnue et un clébard aussi mignon et futé soit-il.

Bon, ce n’est de toute façon pas en s’apitoyant sur son sort que ça va faire avancer les choses, il est impératif qu’elle trouve un moyen de détourner l’attention de la chose, pour qu’ils puissent mettre autant de distance que possible avec elle. Comment ? Dans un premier temps, fouiller le coin, bien qu’elle doute de trouver quoi que ce soit d’utile. Cependant, Riley n’a pas le temps de faire quoi que ce soit qu’un bruit de moteur attire son attention et la ramène vers la fenêtre, c’est là qu’elle aperçoit deux types à moto et roulant à toute vitesse. Ils finissent par apercevoir la bête, tente de prendre un virage mais sans vraiment de visuel sur la prochaine rue, ils s'encastrent dans une voiture et c’est l’accident. D’accord, d’accord ! C’est franchement terrible ce qui arrive aux deux motards, mais la voilà la diversion qu’elle attendait, la créature à toute son attention rivée sur les deux hommes, c’est le moment ou jamais ! Le coeur battant à tout rompre, le sang pulsant dans ses veines, la jeune femme remonte les brettelles de son sac à dos, accroupi autant que possible, Riley sort par la porte de devant pendant que le premier type ce fait embrocher comme de la viande. Jackpot sur ses traces, l’ex militaire traverse aussi silencieusement que possible la rue, faisant fi autant que possible du deuxième type gémissant de douleur à cause des blessures liées à l’accident et à cause de la bête qui va bientôt s’occuper de lui. Ce qu’il passe autour ne doit plus avoir d’importance, son unique objectif est de rejoindre l'espèce de chemin de terre qui longe le garage et la palissade d’une petite maison.

Quand enfin elle est sous le couvert de la végétation qui a envahi le chemin de terre, la blondinette pousse un soupir de soulagement, tremblante de la tête et aux pieds et complètement en âge sous la pression, elle va avoir besoin d’un bon remontant pour se remettre de ses émotions. Caressant le chien pour se calmer, elle croise les doigts pour que Wyatt l’ait aperçu durant son opération “j’me tire de cette baraque” et qu’il la rejoigne fissa. Le cornu semble prendre un certain plaisir à jouer avec le type blessé, tournant autour de lui tout en grognant dessus, avant très certainement de l’achever.



hrp:


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Lun 13 Mai - 19:02

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Wyatt avait beau se triturer la tête, aucun plan décent ne germait dans son esprit. Il était là, impuissant et coincé derrière cette fichue voiture, à regarder le terrible spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Des sentiments contraires se bousculèrent dans ses tripes, lui arrachant des frissons de dégoût, de frustration envers lui-même. Cet inconnu allait connaître le même sort que le premier… Sa vie allait s’éteindre, brutalement. Et il ne pouvait rien faire pour empêcher cela. L’ancien détective serra sa mâchoire inconsciemment tandis que ses mains se refermèrent sur elles-mêmes, là aussi pour tenter de juguler une forme de colère naissante. L’injustice de ce nouveau monde déchu dans lequel il faisait intégralement partie était parfois dure à avaler pour notre homme qui s’apprêtait à détourner le regard, préférant rester dos à la voiture pour que ça soit uniquement son ouïe qui lui permette de comprendre ce qui allait bientôt arriver. Mais au moment où il allait se retourner, il aperçut sur sa droite deux silhouettes qui venait de sortir d’une maison adjacente. Un chien et une femme… C'étaient ses compagnons d’infortune !

– « Ils sont là ! Parfait ! »

S’écria-t-il intérieurement, soulagé de constater qu’ils avaient réussi à se cacher mais surtout qu’ils n’étaient pas allés si loin que ça. Jetant un énième coup d’œil sur les agissements de cet affreux monstre corné, Wyatt fronça les sourcils en comprenant que la bête était en train de jouer, ou plutôt de torturer le malheureux blessé qui était incapable de se défendre face à un tel niveau de danger. Ignorant les supplices et les cris de douleurs du pauvre bougre, l’encapuchonné prit une grande inspiration avant de se mettre à cavaler le plus rapidement possible en restant accroupi. Il n’était donc pas très rapide, mais préférait rester le plus discret possible afin de ne prendre aucun risque d’être repéré. Heureusement, il ne mit pas longtemps à atteindre l’embranchement sur sa droite dans le but d'arriver lui aussi dans ce chemin de terre où la végétation qui avait repris ses droits donnait une couverture presque aussi efficace que celle de toutes les voitures abandonnées qui jonchaient les rues de Wilmington. Au moment où son regard se pose sur le visage de sa coéquipière, il va instinctivement se rapprocher d’elle, d’un pas ou deux afin d’être suffisamment audible tout en parlant à voix-basse.

– « Ne restons pas là. Il faut qu’on s’éloigne de cette chose. Le Christiana Care. Je propose qu’on aille prendre un bon temps mort là-bas. Si tu as une meilleure idée, je te suis. Mais faut qu’on avance, et vite ! Allez viens mon beau ! »

Dit-il à son compagnon à quatre pattes auquel il offrit une brève caresse entre les oreilles tandis que celui-ci semblait encore méfiant ou plutôt inquiet par rapport aux agissements sanguinaires de la monstruosité qui sévissait non loin derrière eux. Même s’il avait remarqué que Riley paraissait être dans tous ses états, ils ne pouvaient pas, ou plutôt ne devaient pas rester dans le périmètre d’un danger aussi colossal. Plus vite, ils mettraient de la distance avec cette abomination, meilleures seront leurs chances de survie. Wyatt avança donc à travers la végétation, remontant le chemin de terre d’un pas hâtif sans pour autant prendre beaucoup d’avance, comme s’il souhaitait que la blonde n’arrive à sa hauteur afin qu’elle s’habitue au rythme de fuite qu’il avait imposé malgré lui. Il espérait qu’elle ne lui en tiendrait d’ailleurs pas trop rigueur. Maintenant qu’ils avaient accepté de faire un bout de chemin ensemble, il était essentiel que chacun puisse donner son avis sur ce qui lui paraissait être la meilleure chose à faire ou l’option la moins risquée pour le groupe… Du moins, quand la situation n’était pas aussi urgente.

Notre trio remonta rapidement le chemin de terre, jusqu’à se retrouver au milieu d’une nouvelle artère principale. Trois choix s’offraient désormais à eux : L’ouest, le nord, ou bien l’est. Si le New-yorkais devait choisir, il opterait pour le nord, estimant qu’ils mettront bien plus facilement de la distance avec cette personnification du diable plutôt qu’en zigzaguant d’un côté ou de l’autre. Ils ne savaient rien des capacités d’un tel monstre. À quel point son odorat était-il développé ? Est-ce que son ouïe était trois fois, cinq fois, voir dix fois supérieure à celles des humains ? Il y avait beaucoup trop de facteurs inconnus dans l’équation, raison pour laquelle Wyatt était si enclin à l’idée de s’éclipser le plus loin possible de cette horreur. Mais peut-être que ça les éloignerait de leur destination ? En effet, ils devaient rejoindre l’hôpital qu’avait mentionné l’ancienne militaire quelques heures en arrière. Elle était la seule à connaître les chemins les plus rapides pour y parvenir. C’était donc à lui de la suivre, et pas l’inverse.

– « Je ne vois pas de panneau qui indique le chemin vers l’hôpital. Tu sais où est-ce qu’on doit aller ? »

Demanda-t-il en ralentissant momentanément sa marche, détournant également son visage vers celui de son interlocutrice au moment où celle-ci sembla essayer de se repérer avant de fournir une réponse à l’intéressé. Après quoi, ils continuèrent de progresser au milieu du goudron avec une vigilance exacerbée, jetant souvent des yeux derrière eux pour s’assurer de ne pas être suivi, scrutant avec méfiance des portes ou des fenêtres suspectes, sans doute, car l’adrénaline dans leur sang se substituait peu à peu à une sorte de paranoïa qui s’éteindra bien assez tôt dès lors qu’ils auront atteint le Christiana Care.

– « Je crois que tu vas pouvoir gribouiller une nouvelle page dans ton carnet. Bordel. C’était quoi cette merde ? Sa peau écailleuse… Ces griffes aussi longues que mon bras… Ces cornes. Je suis même pas sûr que nos flingues puissent l’égratigner. Pfiouuu… Ce n'est vraiment pas passé loin. »

Exprima-t-il à l’égard de sa partenaire d’infortune d’une voix encore un peu déboussolée alors que son cœur, lui, commençait gentiment à reprendre un rythme normal. Instinctivement, sa main gauche chercha à l’intérieur de son manteau poussiéreux, pour atteindre la poche interne du vêtement, pour en sortir le paquet de cigarettes qu’il avait trouvé dans les casiers du garage. Une clope lui ferait le plus grand bien, là, tout de suite. Mais pour ça… Encore fallait-il dégoter un briquet.

– « Fait chier… »

Jura-t-il à demi-mot tout en grommelant intérieurement contre lui-même. Il fallait toujours qu’il ait à la poisse à un moment où à un autre. C’était à croire que le monde souhaitait lui envoyer constamment des signes qu’il ne pourrait pas échapper à son destin de chat noir.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Mer 15 Mai - 14:10

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Riley ne pense pas avoir vécu pire moment dans sa vie, pire moment de frayeur, pire moment de stress, ce genre de moment où on se dit que cette fois la fin est plus proche que jamais et qu’elle risque d’être franchement moche. Il y a eu des bombes bien sûr, mais la peur qu’elle a vécu quand elles ont commencé à tomber n’était pas aussi viscérale, aussi primal que ce qu’elle vient de vivre avec cette chose. Se prendre une bombe sur le coin de la gueule à en théorie le mérite d’être assez direct pour ne pas en souffrir, pas le temps de penser ça fait boum et basta. Cependant, avec la bête à cornes, ce n’est pas la même chanson, d’autant que cette chose, avec ce qu’elle en a vu, prend un certain plaisir à jouer avec sa proie avant de l’achever et qui sait qu’elle d’autres horreurs elle peut bien pratiquer. C’est un petit miracle qu’elle ne se soit pas pissé dessus, elle a beau avoir un entraînement militaire qui l’a amené à garder un certain sang froid, aucun entraînement du monde n’aurait pu la préparer à ça, dans le fond elle peut dire qu’elle s’en sort pour l’heure plutôt pas mal. Fort heureusement, l’arrivée de Wyatt sur le chemin de terre lui fait dire que la situation devrait encore s’améliorer pour eux, ils vont pouvoir foutre le camp fissa et s’éloigner de cette bestiole des enfers, en espérant qu’ils ne vont pas la recroiser de si tôt. Les oreilles bourdonnantes à cause du stress et de son cœur pulsant si fort qu’elle l’entend battre jusque dans ses tympans, la blonde ne capte pas tout ce que le barbu lui dit, mais en comprend l’essentiel à savoir “ne restons pas là”. Très bon programme !

La jeune femme hoche donc la tête, incapable d’émettre le moindre son pour le moment, elle se contente donc de suivre le détective son esprit uniquement focalisé sur leur objectif, elle aura tôt fait de faire le tri dans ses idées une fois qu’ils seront plus ou moins à l’abri. Ayant une assez bonne vitesse de déplacement, le trio quitte bientôt le chemin de terre pour se retrouver dans une nouvelle artère qui semble bien calme après l’affreux qu’ils viennent de quitter et qui se trouve pourtant à quelques mètres de leur position. Riley ne peut s’empêcher de jeter un coup d'œil en arrière comme si la bête pouvait surgir d’un instant à l’autre, ce qui est sans doute une réelle possibilité et qui lui donne autant un léger tournis que la nausée.

— Euh...

L’hôpital ? C’est là qu’elle percute enfin, quand Wyatt l’a retrouvée avec le chien, il a dû faire mention du Christiana Care, c’est vrai qu’elle avait évoqué la possibilité d’y faire un tour pour peut-être glaner quelques articles de soin. Cependant, avec la bête qui va hypothétiquement rôder dans le coin, la jolie blonde n’est plus très sûre que de se rendre là-bas soit la meilleure idée du siècle. Elle indique tout de même une direction au brun, ils peuvent très bien se rendre sur place et s’ils jugent que ça craint un peu trop, ils iront faire une pause ailleurs, ce n’est pas comme si on pouvait leur refuser l’hospitalité maintenant. Ah, ah, ah… Hum… En tout cas, même si petit à petit, ils mettent une certaine distance avec ce monstre des enfers, ils restent malgré tout même hyper vigilants, chaque nouvelle maison qui s’invite dans leur sillage et peut-être un nouveau nid à emmerdes. Est-ce que ça peut être pire que le cornu ? Difficiles à dire, dans ce nouveau monde, les règles ne sont plus les mêmes que les précédentes et il semble que chaque jour, ils en apprennent une nouvelle, au détriment de la vie des autres et de leur santé mentale.  

— Ouais, je vais pouvoir la classer dans la case danger mortel, marmonne la jeune femme. Je savais déjà que le monde était parti en couille, mais là, on atteint des sommets en matière d’emmerdes.

Quant à savoir si leurs flingues auraient pu faire un peu de mal à cette bestiole, Riley n’a pas envie de rebrousser chemin pour tester cette théorie et elle espère ne jamais avoir à le faire. La blonde ne peut réprimer un frisson à l’idée de devoir affronter cette merde géante, ce qui lui donne très hâte de quitter le coin le plus tôt possible. Glissant une main dans la poche arrière de son sac, elle en extirpe une gourde dont elle boit une bonne rasade, tout en observant son compagnon d’infortune se rendre compte que sans briquet pas de clope.

— Tiens ! Dit-elle en sortant un briquet en argent d’une poche interne de sa veste. Par contre, c’est sentimental, donc faut que tu me le rendes après avoir allumé ton bâton de la mort.

En effet pas le briquet le plus pratique qui soit, il est même assez lourd, cependant, c’est toujours utile d'avoir sur soi que ce soit pour allumer une cigarette ou un feu de bois par exemple. L’objet de retour à sa place initiale, la blonde se rend alors compte qu’ils sont à proximité de l’hôpital et au lieu de s’y précipiter, la jeune femme s’arrête net et observe l’immense bâtiment d’un œil méfiant et aussi avec une certaine flemme. A-t-elle vraiment envie d’aller crapahuter là-dedans avec une jambe qui la lance de plus en plus et avec un monstre diabolique dans le coin ? Non pas vraiment.

— J’le sens pas, a révèle Riley tout en continuant d’observer le Christiana Care. Physiquement et mentalement, ça ne me dit vraiment rien, honnêtement j’ai juste envie de me poser quelque part et de glander pour le reste de la journée.

L’occasion aussi pour elle de faire le point sur tout ce qui vient de se passer et sur ses possessions actuelles. Se tournant plus franchement vers Wyatt, elle poursuit.

— On pourra toujours aller fouiner demain sur le besoin s’en fait sentir.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Jeu 16 Mai - 18:18

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

– « Je ne te le fais pas dire. J’espère qu’on ne recroisera pas une de ces horreurs avant longtemps. »

Aurait-il répondu à sa coéquipière tout en continuant d’avancer, les yeux concentrés sur l’environnement, souhaitant être le plus précautionneux possible dans leur avancée jusqu’à l’hôpital, ne sachant pas quand est-ce qu’ils y arriveront. Toujours sa cigarette intacte entre ses doigts, Wyatt s’apprête à la glisser dans sa poche au moment où une main lui tend ce qu’il lui manquait pour allumer son dû. Attrapant silencieusement le briquet en argent, le brun se mit à l’observer pendant quelques secondes, appréciant les possibles motifs présents sur celui-ci ou bien les marques d’usure liées au temps. Le fait que cet objet semble posséder une valeur sentimentale selon les dires de sa propriétaire aguicha beaucoup la curiosité du fumeur qui dut se mordre la langue pour ne pas l’importuner avec tout un tas de questions. Au lieu de ça, il plaça le bâton de la mort entre ses lèvres avant d’allumer l’extrémité de celui-ci grâce à la flammèche du briquet. Tirant une grande bouffée pour finir la combustion de la cigarette, l’encapuchonné rendit l’objet à Riley avant de prendre la parole.

– « Je pense que le cancer, c'est un peu tout en bas de la liste des trucs qui peuvent nous tuer maintenant, tu ne crois pas ? »

Essaya-t-il d’ironiser tout en lui offrant un sourire espiègle avant que son visage n’arbore très rapidement une expression neutre, concentrée. Même pas une poignée de secondes plus tard, notre trio s’arrêta devant l’imposante structure de béton qui trônait devant eux. Difficile d’estimer les dangers potentiels qu’un point d’intérêt comme celui-ci pouvait renfermer. Que ça soit tomber sur d’autres survivants, se frayer un chemin dans un labyrinthe de couloirs et de salles ou bien devoir affronter d’autres créatures mutantes coincées entre ces murs… Il y avait de quoi faire frissonner. Est-ce que décider d’entrer à l’intérieur afin de renflouer un peu leur stock de matériel médical en valait vraiment la peine ? Il fallait peser le pour et le contre. Wyatt tira à nouveau sur sa clope déjà bien entamée au moment où sa partenaire d’infortune lui fit part de son ressenti. Elle ne semblait pas du tout d’humeur à s’aventurer ici-bas. Son intuition, ou bien son sixième sens, appelez ça comme vous voulez, préférait visiblement remettre à plus tard cette opportunité d’exploration, d’autant plus qu’elle venait d’avouer ne pas être au top de sa forme pour ce genre de fouille.

– « Mmmh… Ce n'est pas comme si l’endroit allait s’envoler de toutes manières. Faire l’inventaire de nos sacs nous permettra également de savoir si on a vraiment besoin d’y aller. »

Répondit-il tout en venant planter momentanément ses yeux dans ceux de la blonde, essayant comme à chaque fois de lire au travers de ses prunelles. Il n’y voyait rien d’étrange ou de suspicieux, mais pouvait plus ou moins comprendre qu’entre les récentes blessures subies à cause des goules ainsi que cette horrible rencontre avec une bête cauchemardesque… Elle avait bien besoin de souffler, de se reposer. Venant briser cette communication non verbale, le Malinois se mit à pigner brièvement, venant immédiatement faire bifurquer l’attention de notre homme vers lui. Essayant de comprendre ce que l’animal tentait de lui dire, il fit l’hypothèse que celui-ci ne devait pas trop aimer l’idée qu’ils restent trop longtemps plantés devant le grand bâtiment, au milieu de la rue, comme des proies faciles. Wyatt offrit un sourire réconfortant à son compagnon canin avant de lui ébouriffer légèrement les poils au niveau des oreilles, pour le taquiner.

– « Allez viens mon grand, allons trouver un coin tranquille où on va pouvoir se poser. »

Le chien aboya en retour, visiblement convaincu par la proposition de son maître. Nos trois compères reprirent donc la route, à la recherche cette fois-ci d’un abri digne de ce nom dans lequel ils pourront tous se remettre de leurs émotions et peut-être partager un moment de cohésion leur permettant de renforcer l’esprit de corps et défaire les barrières de méfiance ou de suspicion qui pouvaient continuer de flotter entre eux. Marchant aux côtés de la jeune femme, le New-yorkais tira une ultime fois sur ce qu’il restait de sa cigarette, jetant le mégot encore chaud à même le sol pour venir l’écraser sous sa chaussure. Les effets de la nicotine ne tardèrent pas à se propager dans son organisme, offrant à son cerveau les éléments chimiques nécessaires pour qu’il envoie des signaux aux muscles et au système nerveux de faire redescendre la pression à un niveau raisonnable. L’esprit moins embrumé, ses yeux migrèrent naturellement vers sa coéquipière, observant son visage de profil avant que le chien ne vienne se glisser entre eux, souhaitant prendre quelques mètres d’avance à cause des dizaines et des dizaines d’odeurs qu’il ne pouvait s’empêcher de sentir çà et là autour d’eux.

– « Alors… On part sur Coal ? Ou est-ce que tu as une meilleure proposition à me faire ? Bien sûr, il faudra la soumettre à l’intéressé. »

Demande-t-il pour faire un brin de causette pendant qu’ils continuaient d’errer sur le goudron craquelé des routes principales de Wilmington, évitant souvent des voitures abandonnées ou accidentées qui s’étendaient à perte de vue le long des voies. Eux qui avaient réussi à trouver un peu d’essence grâce à leur bonne étoile, aurait-il autant de chance dans les jours à venir ? Trouver un véhicule fonctionnel marquerait une avancée signifiante pour leur objectif commun. Mais chaque chose en son temps. Une piqûre vive de douleur le tira de ses pensées. Observant l’état de son épaule droite qui avait subi une vilaine griffure à cause de son récent affrontement avec les goules. Il s’en était bien tiré grâce à l’intervention du vaillant malinois, mais toujours était-il que cette blessure, même superficielle, nécessitait d’être traité. Wyatt se promit de la traiter, même sommairement dès l’instant où ils auraient trouvé une maison dans laquelle faire une halte.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 3 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Contenu sponsorisé
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Page 3 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» La maison des horreurs || feat. Ananas
» Viens jouer avec moi... Feat. Ananas
» Frozen sleep for a nightmarish awakening -feat Ananas
» Trombinoscope d'un ananas
» La proposition {Ananas & Nash}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: