Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:17 par Snardat

» Je ne suis pas seule dans ma tête (Recherche)
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:05 par Rein

» Ces esquisses qui trottent dans ma tête...
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyHier à 23:57 par Rein

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyHier à 23:03 par Manhattan Redlish

» Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyHier à 17:26 par Mr.Wolf

» Dust And Shadows
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyHier à 16:43 par Invité

» Recherche lien H/H
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyHier à 15:59 par stitch

» De métal et de griffe. [PV Mandrin] [+18]
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 EmptyHier à 9:47 par Mandrin

Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EV6.5 : où trouver le ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas

Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Mer 21 Fév - 12:02

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
Riley lève les yeux au ciel en soupirant bruyamment. Elle a l’impression d’avoir annoncé à un gosse capricieux que non, le père Noël n'existe pas et que ce sont papa et maman qui se saignent pour offrir des cadeaux à leur sale morveux. Oui, elle n’a jamais été très fan des enfants, c’est juste pénible, passablement bruyant et en plus ça coûte un maximum, de quoi faire un énorme trou dans le porte-monnaie. D’ailleurs, avoir des mômes par les temps qui courent ne doit pas être évident, ils sont déjà irritables quand ils avaient tout ce qu’ils voulaient, alors maintenant, elle n’ose imaginer les crises qu’ils doivent faire. La jeune femme est bien heureuse de ne pas avoir développer ce truc qu’on appel l’instant maternel.

— Écoute monsieur tête de mule, je t’expose de simples faits et la réalité qui en découle, que ça te plaise ou non, trouver une voiture qui fonctionne et avec de l’essence va relever d’une putain de chance.  Et pour le bateau ou même une montgolfière, si tu aimes varier les plaisirs, ça va relever du miracle et je crois pas que Dieu soit trop avec nous en ce moment.

Donc si le barbu veut absolument rejoindre Philadelphie, il devrait s’enfoncer dans le crâne que la solution la plus simple, mais certes la plus longue, reste d’y aller pieds. Sans garantie de ne pas clamser sur la route évidemment. On a jamais dit qu’être un survivant d’un monde post-apocalypse c'était évident, on est pas dans un jeu vidéo après tout. L’homme continue de lui poser des questions et si elle admet qu’elle va plus ou moins dans la même direction que lui, la jolie blonde garde pour elle sa destination finale. Car ce n’est pas parce ce type semble se tenir tranquillement, qu’elle va soudainement lui donner sa confiance et se jeter dans ses bras, avant qu’ils n’aillent cueillir ensemble des fleurs. Hum, si tenté qu’il puisse rester des fleurs quelque part… Toujours est-il que pour l’heure, moins elle lui en révèle, mieux elle se porte. Enfin, n’étant pas encore devenue idiote malgré les radiations, elle comprend rapidement que le brun va très certainement lui demander de l’accompagner sur un bout de chemin. Ce qu’elle lui demande forcément et ce qu’il vient rapidement à lui confirmer. Voyager à deux a en effet cet aspect plus sécuritaire qu’être en solo, chacun veillant sur l’autre et s’aidant en cas d’emmerdes, et sans doute dormir un peu mieux en sachant que la solitude n’est plus pour quelque temps. Encore faut-il faire confiance à son binôme et avec ce type, ce n’est pour l’heure pas gagner du côté de Riley. Bras croisés, la jeune femme le laisse déballer son petit discours pour tenter qu’elle accepete de l’accompagner, ne serais-ce que jusque ce fameux garage, ou il éspere pouvoir y trouver quelque chose d’utile.

— Non en effet, la première impression n’a pas été dés plus fameuse, comprends donc ma méfiance à accepter de marcher à tes côtés.

Riley plisse les yeux, observant à nouveau le barbu, tentant de déceler quoi que ce soit de louche chez lui, cependant et comme elle n’est ni mentaliste, ni télépathe, elle ne découvre pas grand-chose de cette analyse. Si elle veut vraiment savoir s’il est digne de confiance ou non, elle va devoir l’accompagner et continuer d’observer, un pari risqué si finalement il décide de retourner sa veste.

— Pas d’échanges futiles type la pluie et le beau temps, ou le passé c’était mieux avant, on ne parle que si nécessaire. Si je sens le moindre truc louche chez toi, je te largue sans autre forme de procès.
La blonde se décolle du mur, lui faisant signe de passer devant.

— Moi c’est Riley et qu’on se le dise, je suis pas enchantée.



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Lun 26 Fév - 18:51

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Décidément, il était tombé sur un mur de pragmatisme et de rigidité. Tendant une demi-oreille face au sermon railleur et pessimiste de celle aux yeux bleu-gris, Wyatt garda un air neutre à l’extérieur, même s’il ne se retint pas de soupirer dans son for intérieur. Il avait déjà vu ce genre de profil et ce bien avant que toute la civilisation moderne ne s’écroule. Que ça soit pendant ses années de service au sein de la N.Y.P.D ou même quand il était devenu détective privé, le brun était devenu de plus en plus doué pour construire des archétypes psychologiques chez ceux qui croisaient sa route. De ce fait, une question émergea dans un coin reculé de son esprit. La femme qu’il avait en face de lui avait-elle toujours été ainsi ? Le chaos, la désolation ambulante ainsi que l’omniprésence du danger n’avaient-ils pas eu raison d’elle ? Il refusait d’y croire, pas sans en apprendre plus sur elle et son parcours depuis qu’ils avaient appris à vivre dans ce cauchemar sans fin.

– « Je sais que c’est probablement peine perdue. Mais ça ne coûte rien d’essayer. Au moins ça. »

Finit-il par lui répondre avec un ton tout aussi neutre, ne cherchant pas à la provoquer ou plutôt à l’agacer davantage avec son souhait de réussir à trouver un véhicule fonctionnel ainsi que quelques litres d’essence. Comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’elle mentionna sa grande méfiance à l’idée de s’associer, même temporairement, avec lui pour qu’ils puissent se rapprocher de leur destination semi-commune. Un léger pincement au cœur, Wyatt se contenta de hocher la tête en silence, sachant pertinemment qu’essayer d’arrondir les angles avec des mots ne changerait rien à sa situation actuelle. Il se laissera également toiser, croisant brièvement le regard perçant de celle à la chevelure blonde avant que celle-ci n’ouvre à nouveau la bouche, pour lui dicter les conduites à ne surtout pas adopter auprès d’elle sous peine d’être congédié sur le champ. Comprenant qu’elle venait d’accepter, sans doute à contrecœur, sa proposition, le barbu ne put s’empêcher d’esquisser un fin sourire gratifiant qui s’effaça très vite quand sa nouvelle partenaire d’infortune lui révéla son prénom.

– « Détecti-… Euhm… Wyatt. Je m’appelle Wyatt. Je serais muet comme une tombe, Ne t'en fais pas. Ravi de faire un bout de chemin avec toi Riley. On part quand tu veux. »

Même si ça faisait trois semaines que l’Ancien Monde avait volé en éclats, il fallait bien avouer que certaines habitudes continuaient d’avoir la vie dure, notamment vis-à-vis des codes de présentation, ce qui expliquait le léger ratage du New-Yorkais qui préféra vite passer à autre chose, enfilant son sac sur son dos, il constata qu’elle venait de se décoller du mur avant de lui faire signe de manière non verbale de passer devant. Hochant la tête pour lui signifier qu’il avait compris, Wyatt ouvrit donc le pas et quitta en premier la maison, se retrouvant dans la fameuse cour de la propriété avec le grillage en contrebas, celui-là même qu’il avait escaladé hier soir à la hâte. Son ouïe le renseigna quant au fait que la blonde était sur ses talons, les yeux certainement rivés sur lui pour se préparer à la moindre mauvaise surprise. Tant pis, ça ne le dérangeait pas d’être surveillé de la sorte. Plus vite, il lui montrerait qu’il pouvait être digne de confiance, mieux ce sera. Avançant tranquillement jusqu’au portail, il s’arrête devant celui-ci pour se tourner vers sa surveillante.

– « Il est loin d’ici, ce garage ? Je veux bien ouvrir la marche, mais il va falloir que tu me donnes les directions à prendre. »

Expliqua-t-il auprès d’elle avant de resserrer les bretelles de son sac, préférant garder celui-ci sur son dos cette fois avant qu’il ne se mette à escalader une nouvelle fois l’armature métallique, passant de l’autre côté sans trop de soucis. Attendant qu’elle le rejoigne, il en profita pour inspecter brièvement la rue dans laquelle ils se trouvaient. Tout semblait calme pour le moment. Pas de bruit de moteur au loin, pas de cris de supplice résonnant entre les bâtiments encore debout… À moins que… Non, juste quelques colonnes de fumée qui s’élevaient bien au-delà de leur position actuelle. L’aube venant à peine de pointer le bout de son nez, le duo fraîchement formé allait pouvoir profiter d’une possible progression sans encombres jusqu’à l’endroit mentionné par celle aux yeux bleu-gris. À moins qu’elle ne souhaite s’affairer à d’autres besognes qu’elle jugerait plus importantes comme trouver des vivres ou de l’eau potable ? Pour le savoir, il tendit l’oreille, attendant les directives de celle à qui il devait montrer patte blanche pendant une durée indéterminée, gardant ses yeux ancrés vers son visage jusqu’à ce qu’elle s’exprime.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Mar 5 Mar - 11:03

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
Riley se retient de râler à nouveau en écoutant le barbu et son optimisme pour le moins déroutant. Bientôt il va lui dire qu’à côté du garage ou ils vont trouver pleins de voitures en état de fonctionner et pleines à rebords d’essence, il y aura un hôtel quatre étoiles ou ils pourront se reposer tranquillement avant de reprendre leur route. Bon ok, elle exagère un peu, peut être même beaucoup, cependant et contrairement à lui, la jeune femme est plus d’avis qu’il y a risque que d’essayer peu leur couter cher. Qui sait ce qui va se mettre sur leur route après tout, entre les survivants qui ont vrillé, ceux tellement désespérés qu’ils feraient n’importe quoi pour un peu de vivres et… Enfin, pour ça elle n’est pas bien sûr d’elle, mais l’ex militaire et persuadée qu’il y a des monstres ou autres créatures s’en approchant qui rôdent autour des habitations. Sans pour autant et pour le moment venir investir les paysages urbains des villes, mais pour combien de temps ? Après, la blonde se fait peut-être aussi des films, entre le stress, la peur, la colère, la tristesse et de devoir user de son instinct de survie en permanence, y a de quoi devenir un peu parano. La jeune femme se contente donc d’un simple regard, mais qui en dis long sur qu’elle pense réellement de tout ça. En revanche, elle ne se gêne pas pour lui dire que oui, elle n’a pas spécialement confiance en lui.

— Et même si tu m’avais fait bonne impression, ça n’aurait rien changé.

A ce niveau là et dans tous les cas, le brun partait perdant. En temps normal Riley ne donne pas sa confiance si facilement mais avec la catastrophe, elle est encore plus réticente à l’offrir, une guerre nucléaire ça change les hommes et pas forcément en bien. Cependant et durant une nouvelle analyse visuelle de l’homme qui lui fait face, la jeune femme doit bien admettre qu’avoir un coéquipier durant une partie du chemin qu’elle va devoir effectuer serait un bon point. Sa méfiance et la possible sécurité de marcher à deux se disputent quelques secondes dans son esprit, et c’est finalement la sécurité qui l’emporte. Pour le moment. Parce que si elle sent quoique ce soit de louche chez lui, elle prend la clé des champs, lui collant une balle dans la rotule au besoin, histoire qu’il ne se prenne pas l’envie de la suivre. Evidemment, elle lui dicte quelques consignes à tenir avec elle, se décolle du mur et se présente de manière tout à fait succincte. Son prénom, il n’a pas besoin d’en savoir plus.

— Détective Wyatt, hein, très bien, soit donc ravi si ça peut te faire plaisir, il y aura un de nous deux d’heureux dans cette histoire.

Riley Anderson, un vrai petit rayon de soleil ! D’un signe, la blonde lui demande de passer devant, ce qu’il fait sans rechigner et bien vite elle lui emboîte le pas, tout en gardant une certaine distance de sécurité. A l’extérieur le jour pointe tranquillement le bout de son nez, même si le lever du soleil n’a plus grand-chose à voir avec ceux qu’elle avait connus avant la catastrophe.

— Non pas très loin, je dirais une bonne demi-heure en marchant bien, il se trouve en direction de l’est.

La blonde enrubanne le bas de sa tête d’un foulard qui a connu des jours meilleurs, cache ses yeux sous des lunettes de motards teintés, avant de rabattre sa capuche sur ses cheveux tressés. Elle pourrait utiliser son masque à gaz qui pendouille à sa ceinture, mais elle préfère conserver le filtre pour une situation ou elle en aura vraiment besoin. Disons que Wilmington ne lui semble pas trop craignos.

— On doit trouver le Isaacs garage, le plus gros point d'intérêt qui se trouve à proximité c’est l’hôpital Christiana Care… Le truc c’est que tout ça se trouve en centre ville.  

Elle ne va pas plus loin dans ses explications, Wyatt sera assez futé pour comprendre qu’ils risquent d’y croiser de potentielles emmerdes.



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Jeu 14 Mar - 18:50

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Écoutant les informations fournies par sa coéquipière temporaire, Wyatt hocha la tête silencieusement, retenant les points d’intérêt qu’elle avait nommé ainsi que le temps approximatif qu’ils mettraient pour atteindre leur destination : le Isaac’s Garage. Avec de la chance, pour ne pas dire un miracle, il pourrait potentiellement trouver un véhicule là-bas. Même si l’ancien détective privé se voulait optimiste, il allait avoir du mal à lutter contre le pragmatisme froid et cinglant de celle aux yeux gris. Il pouvait déjà l’entendre piailler des railleries bien servies dès le moment où ils pénétreront dans l’enceinte du garage automobile complètement vidé de quoi que ce soit d’utile. Soupirant intérieurement, il chassa cette funeste prémonition tout en continuant de marcher, en direction de l’Est, l’œil toujours sur le qui-vive pour parer à toute éventualité. Très vite, il décida de rabattre sa capuche sur sa chevelure tout en remontant le tissu abîmé jusqu’à l’extrémité de son nez, souhaitant se protéger de la qualité plus que discutable de l’air environnant. Il avait d’ailleurs remarqué que Riley possédait avec elle un masque à gaz fonctionnel. L’avait-elle récupéré sur une dépouille ? Son intuition semblait pointer vers une autre piste. Mais pas question de fouiner dans son passé pour le moment, pas tant qu’elle n’aura pas fait un micro-pas vers lui.

– « Cet hôpital… le Christiana Care c’est ça ? Tu y es déjà allé ? Il reste peut-être encore du matos utile. »

Dit-il sans s’arrêter de marcher et sans tourner la tête vers la jeune femme, ne souhaitant pas affronter son regard dédaigneux qu’il pouvait déjà sentir peser sur sa nuque alors même qu’elle n’avait pas encore ouvert les lèvres pour lui répondre. Peut-être devait-il lui couper l’herbe sous le pied ? Se raclant brièvement la gorge, il reprit vite la parole.

– « Quoique… Si on suit ton raisonnement, ces deux bâtiments seront certainement dépouillés et sans intérêt. On aura vite la réponse pour le garage, on ne doit plus être très loin. »

Aurait-il affirmé avec une légère pointe d’amertume discernable dans le timbre de sa voix. Bien sûr, celle-ci n’était pas dirigée vers son interlocutrice, mais bien vers la très forte probabilité qu’ils ne trouveraient pas l’ombre d’un véhicule fonctionnel dans le garage… Même si ce n’était pas en leur faisant perdre du temps qu’il réussirait à remonter dans l’estime de Riley, Wyatt ne pouvait tout simplement pas se défiler et suggérer un nouveau plan, ce n’était pas son genre. Il comptait bien s’accrocher à son optimisme passager tant que celui-ci décidait de faire un bout de chemin avec lui. Clignant des yeux pour quitter ses pensées, le duo arriva à un carrefour à quatre voies. Au milieu de celui-ci trônait une ambulance couchée sur le côté et dont les portes arrière semblaient toujours scellés. Intrigué par ce détail, il préféra garder ça pour lui, estimant que sa partenaire d’infortune n’aurait aucun mal à remarquer cela elle aussi. Il allait se fier au jugement de sa geôlière concernant le degré d’intérêt à fouiller tel ou tel bâtiment, tel ou tel véhicule, histoire de ne pas prendre des initiatives contre-productives.

– « Je crois que j’aperçois l’enseigne du Isaac’s Garage… Enfin ce qu’il en reste. »

Informa-t-il à celle aux cheveux blonds tout en pointant du doigt la bâtisse qui se dressait à plusieurs dizaines de mètres de leur position. À partir de maintenant, il allait opter pour une approche beaucoup plus feutrée, estimant que la discrétion était le meilleur moyen de progresser dans les zones dites « du centre-ville » plutôt que de manifester sa présence sans se soucier des potentielles menaces qui lorgnent potentiellement autour et n’attendent que le moment opportun pour agir. Ainsi donc notre encapuchonné commença à zigzaguer entre les multiples carcasses de voitures laissées à l’abandon, prenant bien le soin d’avancer semi-accroupi afin de réduire au maximum son indice de visibilité. Une fois à moins de quelques mètres de l’entrée du garage, Wyatt resta caché derrière une voiture, observant à travers les vitres fissurées ou complètement détruites de celle-ci le bâtiment pour repérer n’importe quoi de suspect. Visuellement, rien ne semblait indiquer un quelconque danger. Mais en tendant l’oreille…

– « Hey… Toi aussi, tu entends ça… ? »

Demanda-t-il à voix basse tout en se tournant momentanément vers sa coéquipière qui avait décidé de se rapprocher un tant soit peu de lui lorsqu’elle avait compris qu’il avait choisi d’adopter une tactique discrète. En continuant de miser sur leur perception auditive, le duo réussirait à entendre des râles plus ou moins prononcés et dont l’écho s’échapperait du garage en piteux état. Qu’est-ce qui pouvait bien faire un bruit pareil ? Pas un humain en tout cas… Ça sonnait beaucoup trop lugubre, voire décharné pour que ça soit un râle de douleur ou bien quelqu’un qui serait sévèrement déshydraté. Une vague de méfiance s’installa sur les épaules du barbu qui était désormais tiraillé entre la prudence et la curiosité. Si ça te tenait qu’à lui, il s’aventurerait quand même à l’intérieur du bâtiment en ruines, quitte à faire face à ces dangers inconnus… Mais il n’était plus le seul opérateur de l’équation. Conscient de cela, il tourna une nouvelle fois ses yeux vers le visage glacial de celle qui le précédait, souhaitant connaître son avis.

– « Qu’est-ce que tu suggères… ? On rebrousse chemin ? On tente une diversion ? Ou bien… »

Il laissa la dernière option en suspens, se doutant qu’elle comprendrait très bien ce qu’il envisageait dans celle-ci. En attendant qu’elle lui réponde, Wyatt prit le soin de sortir son cran d’arrêt qu’il garda fermement ancré dans sa main droite sans pour autant déplier la lame pour l’instant, l’effet de surprise pouvant toujours s’appliquer dans leur situation actuelle. Ils allaient vite devoir se décider cela dit, car même s’ils étaient à couvert au milieu d’un énième cimetière de bagnoles, ça ne voulait pas non plus dire qu’ils étaient à l’abri de menaces extérieures pouvant provenir des hauteurs ou bien de derrière eux. Voilà pourquoi notre homme croisa une énième fois son regard dans celui de Riley, qui prit finalement la parole.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Dim 17 Mar - 12:28

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
Destination validée, il ne restait donc plus qu’à s’y rendre et si en théorie ça ne semble pas si difficile que ça, dans la pratique, c’est évidemment bien plus compliqué que simplement se pointer au garage et espérer y trouver une voiture plus au moins fonctionnelle et de l’essence. Cependant, à défaut de tomber sur le saint Graal, peut-être que le duo pourra y dénicher quelques articles intéressants, car après tout, même si beaucoup de lieux ont été pillés dans la précipitation, il est possible que certaines choses soient oubliées. Ça et les caches de matériels que des gens ont mis en place, faute de ne pas pouvoir tout emporter car déjà bien chargés, ou dans l’incapacité de tout prendre à cause d’ennemis potentiels. Bref, bien que la plupart du temps partir à la recherche de fournitures soit souvent synonyme d’échec, il faut tout de même savoir garder l'œil, ne sait-on jamais que Lady Luck décide de vous sourire. Wyatt tout en continuant d’ouvrir le chemin finit par lui demander si elle s’est déjà rendu dans ce fameux hôpital et émet la possibilité qu’il reste là-bas du matos utile. Riley a plus d’espoir pour l’hôpital que pour le garage étrangement, quand les bombes sont tombées et que les pillages ont commencé, les hôpitaux n’étaient pas les premiers touchés, non les gens préférèrent voler de l'électroménager, des bijoux ou des vêtements. Vachement utile une télé et une machine à laver sans électricité, les fringues à la limite pourquoi pas, mais le reste… Toujours est-il qu’elle n’a de toute façon pas bien le temps de répondre, que l’homme enchaîne rapidement déclarant que suivant la logique de l’ex militaire, il ne devrait plus y avoir grand-chose. Autant dire que la jolie blonde fronce les sourcils, mécontente.

— Alors pourquoi tu perds ton temps à parler si tu fais les questions et les réponses ?! Parle donc avec toi-même dans ta tête et économise ton souffle au lieu de débiter des âneries.

Sérieusement ! Est-ce qu’il se rend compte qu’il jette de l’huile sur le feu avec ce genre d’attitude ?! Pourquoi lui demander son avis s’il a déjà une réponse à ses questionnements ?? D’autant qu’ils auraient un peu plus de chance avec l’hôpital qu’avec le garage, dans le sens ou le premier bâtiment a une superficie bien plus grande que le second, alors il y a plus de chance que certaines fournitures y aient été oubliée. Enfin chaque chose en son temps, d’abord le Isaac’s Garage et ils aviseront ensuite le Christiana Care, en fonction de leur découverte et de ce qui pourra potentiellement leur tomber sur le coin du nez. Arrivant à un carrefour à quatre voies, il est difficile de ne pas noter l’ambulance vautrée en plein milieu dudit carrefour, Riley l’a rejoint rapidement et à pas feutrés, tend la main pour ouvrir les portes arrière et suspend son geste... Une odeur nauséabonde semble provenir de l’intérieur du véhicule bien qu’il soit clos et en observant un peu, la jeune femme remarque au sol des traces brunes comme si quelque chose avait coulé de l’intérieur de l’ambulance. Du sang ? Peut-être. Mais comme elle n’a pas envie de vérifier ses dires, l’ex militaire se contente de rejoindre Wyatt et enfin, ils arrivent en vue du garage qui a sans doute connu des jours meilleurs. Difficile de dire d’ici s’ils y trouveront quoi que ce soit, pour ça, ils vont devoir s’approcher un peu plus et si de prime abord tout semble calme, les apparences sont parfois trompeuses. Imitant son compagnon temporaire d’infortune, Riley se baisse au maximum pour être la moins visible possible et suit sans un bruit l’ancien détective. Après tout un tas de zigzagues, le Isaac’s Garage est à portée de main hélas, il semble y avoir anguille sous roche au vu des drôles de râles provenant de l'intérieur du bâtiment.

— Oui, j’entends, dit-elle dans un souffle. C’est mauvais signe...

Sans déconner Riley ! Merci pour cette perle de sagesse. Soupirant contre elle-même, la blonde se redresse un petit peu pour tenter d’analyser leur environnement et voir s’ils peuvent mettre au point un plan, du type diversion. Ce que Wyatt suggère en plus de la possibilité de rebrousser chemin, ce qui serait le plus sage, mais qui ne plaît pas forcément à l’ancienne militaire. Farfouillant dans son sac, la jeune femme en déniche un carnet donc elle tourne rapidement les pages, avant de le tendre au barbu pour qu’il prenne compte des informations qui y sont noter.

— J’ai déjà entendu ces sons, cela provient de créatures qui étaient autrefois humaine, je crois. Des goules qu’on les appels, j’ai déjà eu à faire à elles, mais seulement lorsqu’elles étaient en solo, jamais en groupe.

Elles sont rapides, féroces et vous attaqueront dès qu’elle vous voit, donc soit vous vous défendez, soit vous prenez vos jambes à votre cou et il va falloir courir vite, très vite. Seul avantage, elles sont plutôt stupides. Riley note que le barbu s’empare de son cran d’arrêt sans pour autant le déplier, elle secoue doucement la tête de gauche à droite, lui faisant ainsi comprendre que face à ces choses ça ne sera pas suffisant.

— Essayons de changer d’angle de vue avant de décider quoi que ce soit, finit-elle par chuchoter. Voir uniquement le garage de face ne va pas nous aider.

À nouveau, la jeune femme se déplace aussi silencieusement que possible, toujours sous le couvert des voitures abandonnées. Si le changement d’angle ne lui apporte pas d’idées de plan, en revanche, ça confirme qu'il s’agit bien de goules, au travers des vitres brisées, sans doute, est-ce par là qu’elles sont entrées. On peut les voir évoluer à l’intérieur de la bâtisse, intérieur dont il ne semble pas rester grand-chose, toujours qu’elles sont plutôt calmes pour le moment.

— À quel point tu sais courir vite ?

Par là, Riley entend que lui ou elle fera assez de bruit pour les attirer en dehors du garage, détaler comme un lapin pendant que l’autre fouille pour espérer y dénicher quoi que ce soit d’utile. Ce n’est pas le plan le plus génial du monde, mais ça reste un plan comme un autre.


Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Dim 24 Mar - 19:53

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Pendant qu’il écoute les dires de sa coéquipière, celle-ci sortit un petit carnet qu’elle feuilleta brièvement avant de s’arrêter à la page qu’elle cherchait. Tendant l’objet au barbu, il s’empare de ce dernier avant de parcourir les informations qui y sont gribouillées. Celles-ci corroborent les éléments divulgués à l’oral, permettant à Wyatt d’en apprendre beaucoup sur l’aspect et le comportement de ces créatures, des goules donc. Peu à peu, des souvenirs remontent dans un coin de son esprit, notamment une ou deux nuits ou il avait été pris en chasse pendant plusieurs minutes par ce qu’il pensait être des humains complètement fous… À cause de la pénombre environnante, il n’avait pas bien pu discerner ce à quoi il avait véritablement affaire. Une chance qu’il ait réussi à leur échapper à chaque fois. Mais cette fois-ci… Ils allaient devoir trouver un moyen de les éloigner, ou bien se résoudre à les affronter.

– « Des goules hein… Tu dis qu’elles étaient humaines avant ? Hmm… Les radiations ont dû leur griller la cervelle… Et elles sont devenues… Ces monstres. »

Avança-t-il comme constat tout en rendant le carnet à sa propriétaire, ayant terminé d’enregistrer les détails qu’il contenait. C’est à ce moment que sa partenaire d’infortune lui fit un signe négatif de la tête tout en fixant la lame qu’il gardait refermé dans sa main. Une arme blanche de ce type ne suffirait pas à les repousser ? Diable… C’est en fronçant à moitié les sourcils sous la frustration passagère que Wyatt rangea son cran d’arrêt, analysant ensuite son environnement pour essayer de trouver une arme de fortune, de préférence contondante afin de maximiser les dégâts engendrés par la force brute. La voix de Riley l’obligea à bifurquer son attention vers elle, notamment, car elle venait de proposer qu’ils bougent à nouveau afin d’obtenir un angle de vue différent sur le garage délabré ce qui leur permettrait d’avoir une idée plus précise du nombre de menaces à l’intérieur ou bien de la diversité de leurs options pour tenter une diversion.

– « OK, je suis juste derrière toi. »

Dit-il en hochant la tête, avançant tout près de celle aux yeux bleu-gris tout en continuant de rester le plus discret possible grâce aux voitures abandonnées qui jonchaient le goudron. Après quelques secondes de déplacement, le duo s’arrête à maintenant moins de 3 mètres de l’entrée du garage, et à cette distance, les râles des goules étaient encore plus audibles, si bien qu’un léger frisson parcouru l’échine de notre ancien détective, ce dernier n’ayant toujours pas trouvé quoi que ce soit qui pouvait lui faire office d’arme si jamais ils se faisaient repérer. Plissant les sourcils pour concentrer sa vue à travers les carreaux brisés du bâtiment, Wyatt essaya de déterminer avec plus ou moins d’exactitude le nombre d’individus à l’intérieur. Une… Deux… peut-être trois. Selon les râles qu’il entendait et les différents bruits de pas qui frottaient lourdement contre le sol, remuant bouts de verre et détritus, l’encapuchonné estima qu’il n’y avait pas plus de trois goules à l’intérieur du garage. Ce n’était pas très conséquent dit comme ça… Mais il fallait tout de même rester concentré afin qu’ils ne se mettent pas en danger inutilement.

– « Tu veux que l’un de nous joue l’appât c’est ça ? J’aime pas trop ça mais c’est une idée à envisager… Je pensais à essayer de détourner leur attention en lançant une brique ou quelque chose dans une vitrine qui tient encore debout… Je sais pas à quel point ils sont sensibles au son. Mais ton plan paraît plus judicieux. »

Avoua-t-il à demi-mot, posant à nouveau ses yeux dans ceux de la jeune femme, acceptant l’idée que son plan avait plus de chances de fonctionner que celui qu’il proposait lui. Remarquant qu’il n’avait pas répondu à sa question, il s’empressa de le faire, ne lui laissant pas le temps de répondre à ce qu’il venait de dire.

– « Je ferais diversion. Je pense pouvoir détaler suffisamment vite pour pas que ces choses me rattrapent. Et si c’est le cas… Je ferai en sorte de te retrouver au garage, peu importe les moyens. »

D’un timbre résolu et déterminé, une fine étincelle émana dans ses yeux pendant qu’il attendait la réponse de celle aux cheveux blonds. Après quelques secondes de réflexion, l’ancienne militaire accepta qu’il se charge de ce rôle, ce qui soulagea légèrement Wyatt, ayant enfin une occasion de prouver sa valeur et montrer qu’il pouvait être utile. Certes, il allait volontairement se mettre en danger… Mais c’était un petit prix à payer si ça pouvait remonter un tant soit peu l’estime de son acolyte.

– « Bon… Je m’attends pas à ce que tu nous dégote un véhicule qui démarre du premier coup… Mais même un fond d’essence dans un vieux jerrycan suffira à me plaire. Reste planquée jusqu’à ce que tu sois sûre que toutes les goules aient quitté le garage. »

Prenant une grande inspiration, le barbu reposa une dernière fois son regard sur le visage à moitié camouflé de Riley avant de hocher la tête vers elle, lui faisant comprendre qu’il était prêt et qu’il lui faisait confiance pour la suite. Ensuite, l’ancien détective se releva pour se diriger vers la voiture la plus proche du garage, et son choix se porta sur un véhicule qui avait fini sa course dans une bouche à incendie juste à côté de celui-ci, une aubaine ! Une fois à niveau, il frappa des poings à plusieurs reprises sur le capot de l’appareil, les vibrations des chocs répétés faisant grincer le métal et se répercutant dans la rue comme dans le garage. Très vite, l’ampleur des râles changea par des cris alertés, voire furieux tandis que les bruits de pas se transformèrent en marche rapide.

– « C’est ça, ramenez-vous les affreux ! Allez, par ici ! »

Cria-t-il tout en tapant une dernière fois sur le capot de la voiture. Les goules ne mirent pas longtemps à quitter le garage, dévoilant leur chair atrophiée, putride ainsi que leur visage complètement rongé par les radiations. N’ayant pas le temps pour être dégoûté, Wyatt attendit que la troisième et dernière goule soit bien à l’extérieur avant de se mettre à détaler comme un marathonien. Il allait miser sur un sprint rapide, effréné pour essayer de mettre en distance les créatures le plus vite possible. Hors de question de se retourner pendant qu’il courrait, c’était le meilleur moyen de se prendre un obstacle ou de ralentir son allure, il devait juste se baser sur le degré d’intensité des râles qu’il entendait dans son dos. Continuant de détaler comme un lapin, l’ancien privé s’engouffra dans une ruelle sur sa droite, espérant semer ses poursuivants grâce à la petite avance qu’il avait. Hélas après quelques mètres seulement, il se rendit compte qu’il était tombé dans un cul-de-sac… Le pire scénario possible. Le seul passage possible pour avancer était bloqué par une benne à ordures coincée spécifiquement sur laquelle était tombée des décombres de bâtiment adjacents, rendant tout passage impossible à moins de réussir à pousser suffisamment la benne pour créer un passage étroit dans lequel il serait possible de se faufiler.

– « Bordel… C’est pas possible… »

Pourquoi fallait-il qu’il se retrouve dans des situations désastreuses ? Était-il le seul à avoir autant de poisse aux dés ? N’ayant clairement pas le temps de maudire sa mauvaise fortune, le grand brun tenta de dégager les décombres voir de pousser la benne à ordures afin de se créer un passage mais un cri guttural le fit presque sursauter, l’obligeant à se retourner. Les goules l’avaient rattrapé… Deux d’entres elles du moins… Où était donc passé la troisième ? Peut-être avait-elle pris du retard sur ses congénères ? Ou alors, elle avait été attirée par un autre bruit ? Quoi qu’il en soit, Wyatt ne pouvait plus fuir, il allait devoir se battre. Serrant les poings, il garda son sang-froid du mieux qu’il put et réussit à arracher une tige en fer suffisamment longue des débris qui surmontait la poubelle. Avec ça, il avait au moins une chance d’en emporter une. Les goules se jetèrent sur lui et il stoppa la première avec un puissant coup horizontal, tenant la tige comme une batte qu’il écrasa avec violence contre la joue de la créature, celle-ci n’ayant visiblement pas les réflexes suffisants pour esquiver. L’immondice fût projetée sur le côté et ce petit temps de répit permit à l’encapuchonné d’esquiver de justesse le deuxième affreux qui avait tenté de se jeter sur lui pour le plaquer au sol. Profitant de cet échec, il garda la goule au sol en écrasant son pied contre son dos avant de planter la tige de fer dans sa tête, transperçant son crâne et ce qu’il restait de son cerveau.


Il eut à peine le temps de savourer cette victoire que l’autre goule s’était déjà relevée et profita du fait d’être dans le dos du privé pour se jeter sur lui. Se retrouvant au sol, Wyatt réussit néanmoins à retomber sur le dos et tenta d’immobiliser les bras de son assaillant, ayant lu dans le carnet de sa coéquipière que ces choses n’hésitaient pas à griffer violemment leurs proies. Malheureusement, il n’avait que deux mains, et même s’il était parvenu à bloquer un bras de la goule, elle réussit de son autre main à l’entailler au niveau de l’épaule. Un pic d’endorphine jumelée à de l’adrénaline déferla à ce moment dans les veines de notre damné qui essaya du mieux qu’il put de se dégager de l’emprise de cette horrible créature. C’est alors qu’un aboiement féroce se fit entendre et qu’un chien, un somptueux malinois dans la fleur de l’âge réussit à se faufiler entre la benne à ordures et les décombres avant de se jeter, la gueule en avant sur le cou de la goule. N’en croyant pas ses yeux, le barbu profita de ce soutien inespéré pour réussir à se dégager de l’emprise de l’immondice, se relevant très vite sur ses pas avant de foncer récupérer sa tige encore plantée dans le crâne de l’autre saloperie.

– « RECULE LE CHIEN ! »

Cria-t-il en direction de son sauveur à quatre pattes qui comprit immédiatement l’ordre qui venait de lui être donné, relâchant son emprise sur la goule et observant les agissements de notre homme qui flanqua un coup tombant en plein sur le crâne du monstre. Sonné, celui-ci s’effondra net sur le sol et n’eut le temps que de laisser échapper un dernier râle de douleur avant que Wyatt ne transperce à son tour son crâne à l’aide de la tige métallique. Haletant, déboussolé, il lui fallut bien plusieurs dizaines de secondes pour reprendre son souffle. Cette confrontation était un véritable fiasco… Et il avait de la chance, beaucoup de chance que ce chien ait choisi de lui venir en aide plutôt que de s’occuper de ses affaires. Énormément redevable et reconnaissant envers l’animal, qui d’ailleurs se tenait là, assit sagement et le visage légèrement incliné sur le côté, il prit une énième inspiration pour essayer de faire retomber la pression avant de s’exprimer.

– « Et bah mon vieux… Je suis bien content que tu passais par là. Si t’avais pas été là… Je pense que y aurait pas que mon épaule qui aurait douillé. »

Avoua-t-il tout en inspectant son épaule gauche qui avait été sauvagement entaillée. La plaie ne semblait pas trop profonde mais avait quand même transpercée ses vêtements pour atteindre sa chair. N’ayant rien pour désinfecter ni pour faire un bandage, il ne pouvait que remettre à plus tard l’inspection de cette blessure, d’autant plus qu’il devait dorénavant rejoindre Riley au niveau du garage, espérant qu’il ne lui soit rien arrivé de son côté.

– « Alors mon grand… Tu veux venir avec moi ? On fait une bonne équipe non ? »

Dit-il en direction de son nouvel ami canin, celui-ci lui répondant par un aboiement énergique avant de remuer la queue de manière frénétique, montrant son excitation et son engouement à l’idée de suivre cet homme qu’il venait d’épauler sans attendre quoi que ce soit en retour.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Mar 26 Mar - 17:08

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
Les goules maintenant bien en vue, ne restait maintenant plus qu’à mettre sur pied un plan si le duo ne souhaite pas faire machine arrière et autant dire que leur option sont très limitées. La seule option qui vient en tête de Riley, c’est celle de la diversion, pas la plus plaisante, ni la plus sécurisante, mais au moins devrait elle avoir le mérite de se montrer efficace. Elle en vient donc à poser une question bien précise au détective, qui en déduit rapidement que l’un d’eux joue à l’appât pendant que l’autre fouillera le garage. Wyatt lui explique dans la foulée qu’il envisagé d’envoyer une brique ou autre chose de lourd dans une vitre fragilisée, pour détourner l’attention de ces choses mais… En théorie ce serait le plus simple et le plus safe pour tous deux de faire ça, cependant, rien ne leur garantit que les goules s’éloigneront assez pour leur laisser le champ libre. Toujours est-il que si l’ancien détective ne se sent pas de jouer au joggeur, ça ne dérange aucunement la blonde de s’en occuper, elle est sportive et a su garder une certaine forme malgré les événements récents. Elle est aussi bien plus svelte que lui et pourra certainement filer un peu plus vite que lui. Cependant, elle n’a pas bien le temps de se proposer, après tout il s’agit de son plan en plus de ça, que le barbu recommence à faire les questions et les réponses. Quand ils seront plus au calme, elle aura deux mots à lui toucher à ce sujet là, pour l’heure, il est bien déterminé à mener cette mission à bien.

— Très bien, je te laisse te charger de jouer à l’appât dans ce cas, éloigne les autant que possible pour que j’ai le temps de tout bien fouiller.

Au cas où l'ex militaire sort son arme, ne sait-on jamais que ça tourne rapidement au vinaigre pour Wyatt et qu’elle doit lui venir en aide. Les yeux gris bleu de la jeune femme se reporte sur son compagnon d’infortune, l’un de ses sourcils se levant légèrement.

— C’est bien de voir que tu as encore les pieds sur terre, trouver un véhicule qui démarre ça relève du miracle. Pour le reste, on verra bien ce que je trouve et tu devrais t’en contenter que ça te plaise ou non.

Un dernier échange de regard, le détective hoche la tête vers elle lui signifiant qu’il est prêt à partir, hochement de tête qu’elle lui rend, une façon comme une autre de lui souhaiter bonne chance. Riley est assez rude, mais ce n’est pas non plus un monstre sans cœur, encore plus quand la personne avec qui elle fait équipe va prendre un gros risque pour peut-être des clopinettes. Le barbu finit par se redresser pour courir vers une voiture ayant fini sa vie en plein dans une bouche à incendie, le capot lui servant de tambour, qui dans les alentours maintenant déserts fait un bruit d’enfer. Tout le quartier a dû être alerté, alors, il ne reste plus qu'à espérer que les goules ne soient pas complètement bouchées et ne repèrent leurs proies que grâce à leur vision. Ce qui n’est pas le cas, vu que les trois mousquetaires se mettent à râler, furieuses de tout ce vacarme et sortent pour dire deux mots à leur voisin trop bruyant. La première. La deuxième. Et enfin la troisième avec quelques secondes de retard sur ses amies, finissent par disparaître, poursuivant un Wyatt ne s’étant pas fait prier pour prendre ses jambes à son cou. La blonde attend encore quelques instants, concentrés sur les bruits environnants, ne sait-on jamais que ce raffut est attiré des gens ou autre chose… Mais rien, seul le sifflement léger d’une brise lui répond, comme pour lui signifier que c’est sans danger pour le moment.

Son arme toujours en main, Riley file rapidement vers le garage et s’arrête devant les vitres brisées, avant de compter jusqu’à cinq dans son esprit avant de glisser un coup d'œil à l’intérieur. En dehors du merdier qui règne dans ce qui devrait faire office de hall d’accueil, ce qui lui saute au nez, c’est l’odeur écœurante des goules qui y flotte malgré la ventilation naturelle. Elle va donc éviter de respirer en grand par le nez et se contente de la bouche, malgré tout la puanteur lui parvient, elle va donc faire en sorte de ne pas trop s’éterniser. La zone d'accueil étant à moitié déglinguée, la fouille se fait rapidement, mais ne donne rien de probant, ça aurait bien été étonnant qu’elle trouve une voiture en état de rouler et avec le plein d’essence de fait.

— Hein Wyatt, qu’elle marmonne.

Rejoignant la porte qui doit très certainement mener sur la zone ou les voitures sont réparées et bichonnées, l’ex militaire découvre une chaîne qui en bloque l'accès. Il ne manquait plus que ça. D’un autre côté, ça veut dire qu’elle aura peut-être une chance d’y trouver quelque chose de potable. D’ailleurs, les goules ont dû jouer un rôle important dans la “protection du garage”, personne n’a dû oser s’approcher de ce lieu pour le piller. Tsss, si elles reviennent, la jeune femme pensera à les remercier chaleureusement. Toujours est-il que pour la chaîne elle ne pourra pas y faire grand-chose, en revanche la poignée à laquelle est reliée devient branlante, avec un ou deux coups de pieds ça devrait sauter.

Un !

Deux !

Ah bah non trois ! La poignée se détache laissant le libre accès à la zone de réparation dans laquelle elle ne découvre hélas aucune voiture, en revanche, il semble y avoir pas mal de matériel qui pourra être utile. Cependant, ne serait-il pas judicieux et plus sympathique qu’elle attende Wyatt pour fouiller et qu’en dehors de l’essence qu’elle pourra trouver, ils partagent le reste ? Retournant sur ses pas pour voir si le barbu ne serait pas de retour, l’ex militaire à la mauvaise surprise de voir revenir l’une des trois goules, comme si elle rentrait tranquillement au bercail après une journée de travail. La pensée fugace qu’il est peut-être arrivée des bricoles au détective lui traverse brièvement l’esprit, mais pas le temps de s'appesantir là-dessus, elle doit s’occuper de son invitée qui arrive bien vite vers elle. Retournant à l’intérieur du garage, les yeux bleus gris de Riley cherchent de quoi se défendre, car il est juste hors de question de gâcher des munitions et puis, elle aimerait au maximum éviter de faire plus de bruit qu’il n’y en à déjà eu. Elle met la main sur un marteau, avant de bazarder son sac dans un coin de la pièce pour ne pas être gênée, juste au moment où la créature la rejoint.

— T’aurais mieux fait de pas revenir mocheté !

Crie mécontent de la goule qui se jette sur Riley, qui réussit à esquiver une fois, deux fois, avant de mettre un coup de marteau, puis un autre projetant la créature au sol. Evidemment, la blonde tente de lui asséner le coup fatal en visant le crâne, mais la goule lui donne un coup de griffe à la cuisse qu’elle sent bien passer, la faisant reculer de quelques pas, laissant ainsi au monstre le temps de se remettre sur pieds. Bien énervée, la monstruosité fonce sur elle à une vitesse vertigineuse, envoyant valser la blonde dans le décor, qui n’a cette fois pas réussi à esquiver l’attaque et perdant au passage son marteau. L'atterrissage est brutal et douloureux et elle voit passer trente six chandelles devant ses yeux, avant de reprendre un peu ses esprits et d’avoir tout juste le temps de coller un coup de pied à la goule pour la repousser. Enervée au possible, Riley s’empare d’un bout de verre traînant là, qu’elle plante dans l’épaule de son adversaire, nouveau coup de pied, puis le bout de verre s’enfonce, une fois, deux fois, trois fois, puis une quatrième fois dans le crâne du monstre qui s’immobilise définitivement.

— Game over bicth !

La jeune femme reste de longues minutes prostrée, tentant de reprendre son souffle et son calme, ce qui a pour effet de lui rappeler qu’elle s’est blessé, à la cuisse, à la main à cause du bout de verre mais aussi au front au vu du sang qui dégouline. Ah ! Elle aurait mieux fait de viser l’efficacité avec son arme à feu, plutôt que la précaution. Des bruits de pas la ramènent à la réalité et cette fois, hors de question d’être mesuré, pistolet en main, elle prête à tirer sur n’importe quoi ou n’importe qui qui viendra lui chercher des noises.

— Oh c’est toi…

Wyatt. Elle range son arme, avant que ses yeux ne viennent se poser le chien se tenant juste à côté de l’ancien détective. Un sourire se dessine sur le visage de la blonde à la vue de l’animal, d’autant plus que les toutou ont toujours eu sa préférence.

— Je vois qu’on s’est fait un ami.

Peu farouche, à moins qu’il ne sent qu’elle n’est pas un danger, le chien vient vers elle et Riley le gratifie d’une caresse de sa main valide.

— Je t’ai attendu pour fouiller, ça me semblait plus juste que je n’empoche pas tout ce qui est intéressant.



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Jeu 28 Mar - 18:44

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Wyatt s’étant à peu près remis de sa récente confrontation contre ces affreuses créatures auparavant humaines, il n’eut pas trop de mal à refaire le chemin inverse, ayant juste besoin de tourner à gauche en sortant de la petite allée puis continuer tout droit jusqu’à arriver devant le garage qui serait sur sa droite. Marchant à un rythme assez soutenu, il ne peut s’empêcher de se demander où a bien pu disparaître la troisième goule ? Avait-elle trouvé une autre cible ? Ou bien alors… Fronçant les sourcils en imaginant le pire scénario, le grand brun accéléra la cadence, souhaitant se rendre au Isaac’s Garage le plus vite possible, ayant un mauvais pressentiment.

– « Allez mon beau, on va rejoindre Riley ! Elle a peut-être besoin de nous ! »

Dit-il à l’encontre du malinois qui était toujours en train de lui suivre, bifurquant parfois çà et là pour faire travailler son flair et repérer probablement une source de nourriture ou alors un danger potentiel. Dressant les oreilles suite aux dires de son nouveau « maître », le chien accéléra lui aussi la cadence pour rester aux côtés de l’ancien détective qui aperçut très vite la fameuse enseigne complètement délabrée de la bâtisse qui l’intéressait. Sans se faire prier davantage, il pénétra dans l’enceinte du garage, se retrouvant lui aussi dans le hall d’accueil, ou plutôt ce qu’il en restait. Et quel accueil il venait d’obtenir ! Voilà que sa coéquipière venait de le braquer de son arme à feu, obligeant notre homme à lever brièvement les mains à hauteur de sa taille pour calmer le jeu et lui laisser le temps de réaliser que ce n’était que lui.

– « J’espère que ça ne va pas devenir une habitude… »

Ironisa-t-il sans avoir eu le temps de réfléchir à ce qu’il venait de dire, les mots étant sortis d’eux-mêmes. Mais la situation ne se prêtait clairement pas à faire de l’humour, notamment, car l’état général de celle aux cheveux blonds était particulièrement déplorable. Du sang perlait le long de son front, une de ses mains était ensanglantée et pour couronner le tout, elle semblait également arborer une vilaine griffure sur l’une de ses cuisses. Immédiatement, le barbu comprit qu’elle s’était battue contre la troisième et dernière goule, celle-ci ayant préféré retourner au garage, tombant nez à nez avec notre warrior qui avait passé un sale moment. Mais même dans cet état, la demoiselle remarqua la présence du canidé qui regarda d’abord Wyatt pour savoir s’il pouvait s’approcher d’elle ou non. Hochant la tête, l’animal se dirigea vers la blessée pour la renifler, se laissant bien évidemment caresser au passage.

– « On peut dire ça, oui. Il m’a tiré d’un sacré merdier. Sans son aide, j’aurais probablement fini dans le même état que toi. »

Expliqua-t-il tout en réduisant légèrement la distance entre eux, les sourcils froncés pendant qu’il estimait l’ampleur ou plutôt la gravité des blessures de sa partenaire d’infortune. La plus préoccupante se situant, selon lui, au niveau de la cuisse, mais impossible d’en être sûr à cent pour cent. Tendant l’oreille face aux mots de l’ex-militaire, il hocha la tête comme pour lui témoigner sa gratitude avant de reprendre la parole.

– « J’apprécie le geste. Mais je pense que les fouilles pourront attendre non ? Tu perds pas mal de sang, Riley. »

Il essayait d’être rationnel, de prioriser la santé de sa nouvelle alliée, car c’était la chose qui lui parut le plus important dans leur situation actuelle. Ils auraient tout le temps de quadriller la zone dans laquelle étaient réparées les voitures après s’être occupé des blessures de la jeune femme. Même le Malinois semblait d’accord avec lui, puisque l’animal sniffa à plusieurs reprises la cuisse, puis léchouilla du bout de sa langue la main ensanglantée de Riley, geignant faiblement pour signifier à sa façon qu’il n’aimait pas l’état dans lequel elle se trouvait.

– « Ne t'inquiète pas mon beau. On va s’occuper d’elle. Est-ce que tu as de quoi bander tes plaies dans ton sac ? Car je n'ai rien dans le mien. Au moins ça, après, je te laisse tranquille si tu veux. »

Il savait qu’il y avait un potentiel risque qu’elle se braque si jamais il se montrait trop insistant envers elle. Mais son inquiétude était justifiée, il ne pouvait tout simplement pas faire comme si ce n’était que des égratignures. Il était même prêt à ce qu’elle s’occupe de sa cuisse si jamais elle acceptait de prendre un moment pour se soigner. Après un duel de regards qui ne dura pas plus d’une poignée de secondes, l’ancienne militaire concéda finalement raison au barbu avant de lui indiquer qu’elle possédait bel et bien des morceaux de gaze stérile, mais probablement pas suffisamment pour en appliquer sur toutes les zones. Ne souhaitant pas fouiller dans son sac, même en lui demandant la permission, Wyatt préféra le ramener jusqu’à elle pour la laisser trifouiller toute seule.

– « Je suis sûr qu’il doit y avoir une trousse de soin ou un kit de secours dans la zone qu’on va fouiller après. Comme ça tu pourras refaire le stock, tu n'auras rien perdu. »

Dit-il pour essayer d’arrondir les angles, ne sachant pas trop si son élan de positivité serait perçu agréablement ou négativement par son interlocutrice qui venait de trouver ce dont ils avaient besoin dans son sac. Le hall d’accueil avait beau être dans un état pitoyable, notre homme réussit quand même à trouver une chaise en un seul morceau. Ni une ni deux, il redressa le mobilier en plastique et le pointa du doigt tout en zieutant momentanément son acolyte, histoire de lui faire comprendre sans un mot qu’elle pouvait s’asseoir si elle le désirait. De son côté, il retira son sac de son dos avant d’ouvrir celui-ci à la recherche d’une bouteille qui contenait encore un peu d’eau. Ça ne serait pas aussi efficace que du vrai désinfectant, mais ça aura au moins le bénéfice de « nettoyer » un tant soit peu les plaies avant d’y appliquer des compresses. Bouteille en main, il se rapprocha de la blonde avant de la poser à côté d’elle.

Quelques secondes après, le chien se mit à aboyer faiblement dans un coin du hall, semblant gratter sur quelque chose. Essayant de comprendre pourquoi il agissait ainsi, Wyatt lui demanda ce qu’il avait trouvé, analysant ce qu’il avait sous les yeux. Écarquillant peu à peu les yeux en comprenant ce qui était devant lui, il félicita la bête tout en lui offrant une affectueuse caresse entre les oreilles. L’animal venait en effet d’indiquer un petit distributeur automatique de friandises et boissons couchée sur la face de verre étant donné que le dos de l’appareil était visible actuellement. Ça voulait donc dire qu’il allait devoir soulever la machine de quatre-vingt-dix degrés afin que le côté vitrine soit accessible et qu’ils puissent tous les deux en profiter et remplir leurs sacs avec de quoi grignoter. Enfin tout ça… C’était dans le meilleur des cas. Si ça se trouve, la plupart des canettes ou bouteilles s’étaient percées et la nourriture emballée avait peut-être subi un coup, elle aussi. Il n’allait pas tarder à le savoir. Trouvant la meilleure prise possible avec ses deux mains, il adopta la posture qu’il avait apprise lors des entraînements physiques qu’il avait suivis quand il était à l’école de police pour soulever une charge lourde et dans un effort conséquent, réussit à faire pivoter le distributeur d’un seul essai.

– « Il pèse bien son poids le salopard… Mais… On dirait que ça valait le coup ! Bien joué mon beau ! »

S’exclama-t-il d’un air enjoué tout en félicitant une nouvelle fois son nouvel ami à quatre pattes qui secoua vivement la queue sous l’exaltation d’un futur très proche dans lequel il pourrait se mettre quelque chose sous la dent, mais également grâce aux compliments qu’il venait de recevoir. Avant de mettre un grand coup de pied de biche dans la vitre qui les séparait de ces trésors, Wyatt se retourna une nouvelle fois vers son alliée, voulant savoir où est-ce qu’elle en était, et surtout si elle avait besoin d’un coup de main. S’il ne s’exprimait pas au moment où leurs regards se croisaient, il en conclurait qu’il pouvait continuer de vaquer à ses occupations en attendant qu’elle ait terminé. Dans le cas contraire, il n’hésiterait pas à se rapprocher d’elle pour l’assister du mieux qu’il le pouvait.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Ananas
Messages : 660
Date d'inscription : 31/05/2023
Région : Nord de la France
Crédits : Icone (myself) dessin (unknown)

Univers fétiche : City, fantasy, licence (Mass Effect, Dragon Age, Detroit Become Human, A plague tale, Cyberpunk 2077, FF7), fantastique, SF
Préférence de jeu : Femme
ANANAS RANG  GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t5685-livres-de-personnages https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5674-mes-petites-idees https://www.letempsdunrp.com/t5670-presentation-d-un-ananas-roti-au-beurre
Ananas
Mar 2 Avr - 12:39

Riley
Anderson

J'ai 28 ans et je vis ici et là depuis les bombes. Actuellement je suis à Wilmington, dans le Delaware. Dans la vie, j'étais médecin militaire et je m'en sortais bien ou pas, tout dépendait de la mission en cours. Sinon je suis célibataire et je le vis plutôt sans y penser ce n'est pas une priorité.

Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Af8f762aed2b01d9cfefd7d395964f0e
UC
« J’espère que ça ne va pas devenir une habitude… » Riley hausse un sourcil, regardant le barbu l’air de dire, ça va dépendre de toi, il est clair que s’ils devaient à nouveau se séparer pour x raisons, la jeune femme resterait sur ses gardes. De fait, il n’est pas impossible qu’elle le braque à nouveau, après tout elle n’est pas devin et ne voit pas encore au travers des murs, ça pourrait être lui, comme n’importe qui d’autres. Fort heureusement pour Wyatt, la blonde ne tire pas tout azimut et sait  garder son sang froid dans ce genre de situation. Malgré ses quelques blessures, difficile pour elle de ne pas remarquer le chien qui accompagne l’ancien détective et de le caresser, une fois que l’animal comprend qu’elle n’est pas un danger.

— Mon état n’est pas si déplorable que ça, j’aurais pu m’en sortir encore moins bien, tout le monde n’a pas la chance d’être secouru par un valeureux toutou.

L’ex militaire sourit au chien, avant de se plonger dans une courte réflexion, d’une façon ou d’une autre, elle va devoir trouver un moyen de renforcer sa tenue, une attaque de goule comme celle-ci peut passer une fois, mais plus… Riley a beau être solide et bien se démerder sur le terrain, la plupart du temps, elle n’est pas non plus invincible, il est très important qu’elle s’en rappelle pour ne pas jouer à la tête brûlée. Sortant de ses pensées, elle précise à son compagnon d’arme qu’elle l’a attendue pour fouiller le garage, geste visiblement apprécié par l’homme, mais qui semble avoir pour l’heure une autre préoccupation.

— Une perte abondante n’est pas forcément le signe que les blessures sont graves, même si je ne compte pas resté à me vider de mon sang évidemment.

L’hémoglobine aurait fini par coaguler à un moment ou à un autre et même si la perte de sang peut sembler quantitative, notamment au niveau de sa cuisse, la blonde sait que ce n’est dans le fond pas grand-chose. Quand elle était encore dans l’armée, des blessures vraiment graves et vraiment sanglantes, elle en a eu son lot et les siennes, c’est du pipi de chat comparé à ce qu’elle a déjà dû gérer. Parfois c’était même un véritable merdier pour réussir à faire quoi que ce soit avec le matériel qu’elle avait à disposition. Il semble que de toute façon, le chien et le barbu ne lui laissent pas d’autre choix que de se soigner, ce n’est pas comme si elle comptait rester dans cet état de toute manière. Oui elle est bornée, souvent casse pied, mais pas complètement obtu non plus. Après un rapide échange de regard avec Wyatt, elle hoche la tête, oui elle a ce qu'il faut dans son sac.

— Votre inquiétude à mon propos est totalement inutile, rétorque tout de même la jeune femme. Je ne comptais évidemment pas rester blessé, ce serait contre productif, surtout avec la route et les potentielles altercations qui nous attendent.

Rapidement, le brun revient avec le sac de la blonde, qu’elle remercie d’un hochement de tête.

— Peut-être, dit-elle au sujet de la possibilité de trouver une trousse soin. Sinon, on peut toujours tenter de fouiller l'hôpital, il n’est pas si loin que ça du garage et on fera une pierre deux coups.

Ah ! Finalement, il semble qu’elle soit mieux équipée que prévu en terme de soin, en tant qu’ancien médecin militaire le contraire aurait été étrange, même si dans la précipitation de son départ, elle aurait très bien pu partir avec peu de matériel médical. Enfin, elle ne pourrait pas ouvrir un dispensaire, mais elle a de quoi faire pour se soigner elle et c’est déjà plus que bien. Le remerciant à nouveau pour la chaise, puis pour la bouteille qui lui sera peut-être utile, mais qu’elle ne compte pas vider pour autant. Prenant place sur la chaise après avoir retiré au préalable son pantalon, lui donnant ainsi un meilleur accès à sa principale blessure, Riley prend donc le temps de rincer, puis désinfecter la plaie, avant d’y déposer une compresse puis de bander brièvement. Ça devrait faire l’affaire et elle a de toute façon encore besoin de bandage pour sa main, la petite blessure au front elle se contente de la rincer, étant surement la plus anodine de ses contusions. Pendant ses soins, elle entend bien évidemment le raffut que fait Wyatt et elle se demande bien ce qu’il trafic et espère aussi que ça en vaut la peine. Un truc lourd visiblement et qui semble être de bon augure ! Maintenant à peu près rafistolé, la jeune femme rejoint le barbu après que ce dernier lui ait jeté un coup d’oeil, sans doute pour savoir ou elle en était.

— Alors, j'espère que tout ce bazar en valait le coup ? Qu’elle demande en rejoignant le chien et le brun.



Voir la vie en jaune
En
jaune
ananas
Mr.Wolf
Messages : 49
Date d'inscription : 26/04/2021
Région : Calvados
Crédits : Lornaka

Univers fétiche : Post-Apocalyptique, Réaliste; Sci-Fi, Cyberpunk
Préférence de jeu : Homme
Valise
https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Mr.Wolf
Mar 9 Avr - 18:54

Wyatt Houxton
J'ai 32 ans et je survis actuellement à Wilmington dans l’état du Delaware. Avant les bombes, j’étais un détective privé et j’étais ici pour une enquête. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, j’ai pour objectif de rejoindre New York afin de retrouver ma maison familiale et faire mon deuil.

Plus d'infos à venir selon mes péripéties.

Artist Unknown

Il avait souri faiblement quand elle prétexta qu’elle n’avait pas eu la chance d’avoir été assisté par un valeureux allié de type canin. Aurait-il détecté un soupçon d’envie ou de jalousie au travers de sa petite raillerie ? Peut-être, dans tous les cas, il allait la laisser se soigner tranquille, comprenant vite qu’elle n’aurait pas besoin d’aide concernant les étapes à suivre. Et puis, ça lui laissait du temps pour flâner auprès de son nouvel allié, encore mieux ! D’ailleurs… Si ce chien comptait désormais rejoindre leurs rangs, ne valait-il pas mieux prendre deux minutes pour tenter de lui trouver un nom ? Wyatt n’avait rien contre le fait de continuer de l’appeler mon beau pour l’instant, mais il avait du mal à réfréner cette envie qui commençait à prendre de la place dans un coin de son palpitant. Pour l’heure, il décida de faire taire cette idée, occupé à soulever ce fichu distributeur couché sur le ventre et qui refusait de se laisser piller sans y verser un peu de sueur. Encouragé par les halètements répétés ainsi que le frétillement incessant de la queue du malinois, l’ancien privé réussit enfin à faire pivoter le dispensaire. Félicité par un aboiement solennel, il caressa brièvement la tête de son compagnon à quatre pattes avant de se retourner vers Riley qui venait justement de terminer son atelier bandage.

– « Je pense bien que oui. À en croire ce qu’il y a derrière cette petite glace, on va pouvoir refaire un peu le plein niveau provisions. Enfin, tout dépend de ta relation avec les sucres rapides qu’on trouve dans ces cochonneries. »

Dit-il d’un air ironique tout en adressant un bref regard joueur à son interlocutrice, ne sachant pas trop si elle allait prendre sa remarque dans le bon sens ou plutôt se braquer sans qu’il puisse avoir le temps de dire ouf. N’attendant pas sa réponse pour agir, le grand brun se servit de son pied de biche comme d’un club de golf, brisant sans la moindre difficulté la barrière vitrée du distributeur. Après quoi, il s’abaissa au niveau de la vitrine et observa parmi les denrées disponibles celles qui avaient le plus d’éclat. Certaines cannettes avaient mal vécu les secousses puis le choc final sur le carrelage du sol, quelques sachets s’étaient déchirés, déversant leur contenu dans l’appareil. Mais globalement, il restait encore pas mal de coupe-faim à disposition ! Esquissant un fin sourire en s’imaginant avoir autant de veine si ce n’est plus quand ils fouilleront l’atelier seulement à quelques mètres derrière eux, Wyatt commença à attraper tout ce qui lui passa sous la main, prenant évidemment le soin de faire attention à ses manipulations pour éviter toute coupure inutile.

– « Barre chocolatée, sachet de chips, beef jerky, cannettes de sodas en tout genre… Qu’est-ce qui te fait le plus envie mon beau ?! Tu as bien mérité une récompense ! »

Surveillé de près par les yeux curieux ou plutôt envieux du berger malinois, il n’allait quand même pas le laisser poireauter trop longtemps, d’autant plus qu’il était aisé de comprendre au travers de ses prunelles qui débordait d’amour ainsi que du léchage répété de ses babines que le chien n’avait pas eut grand-chose à se mettre sous la dent depuis un petit moment. Souhaitant mettre fin à son calvaire, Wyatt se saisit d’un sachet de viande séchée avant de déchirer l’ouverture de celui-ci. L’odeur qui s’en échappa le rassura, ça semblait préservé. Sans attendre une seconde de plus, il déversa le contenu du sachet juste à côté des pattes avant de son compagnon canin qui se mit immédiatement à picorer sans demander son reste. Il aurait sans doute pu lui donner un vrai festin en agrémentant ce substitut de viande avec des chips mais… Il ne voulait pas non plus trop gâter l’animal. Le secret de la récompense était dans la mesure. Sentant une autre paire d’œils lorgner par-dessus son épaule, l’homme se rappela soudain la présence de la blonde qui devait sûrement avoir envie, elle aussi, de récupérer des forces, surtout après la confrontation qu’elle venait d’essuyer. Réalisant son erreur, il prit juste une canette de soda en main avant de se lever pour lui laisser le champ libre.

– « Prends ce que tu préfères. J’embarquerai ce qu’il reste. »

Lui confia-t-il en posant ses iris noisette dans l’acier bleu des siennes. Même si elle avait accepté qu’ils fassent route commune pour une durée indéterminée, Wyatt préférait continuer de jouer la prudence, raison pour laquelle il préférait qu’elle choisisse en premier ce qu’elle désirait emporter avec elle, notamment au niveau de la quantité partagée. De toute façon, il avait encore quelques conserves dans son sac, donc il n’était clairement pas dans le rouge niveau bouffe. En attendant qu’elle remplisse le sien, lui se rapprocha de la porte enfoncée qu’elle avait désignée au moment où il était rentré à la hâte dans le garage. La chaîne brisée au sol devant ses pieds lui tira un léger frisson d’excitation. Si personne avant eux n’avait pris la peine de briser ce métal… Ça voulait dire qu’ils allaient être les premiers à découvrir l’état de l’atelier de réparation et par extension… Son contenu ! Est-ce que la chance allait continuer de lui sourire ? Il allait bientôt connaître la réponse à cette question.


Ne pouvant pas patienter davantage, l’Américain pénétra dans l’atelier et n’y découvrit malheureusement aucune voiture. Il devait se faire une raison… Concédant à contrecœur que le réalisme de sa partenaire d’infortune l’avait emporté pour cette fois sur son optimisme empli de naïveté, il secoua légèrement la tête pour ne pas se laisser abattre, bien destiné à trouver quoi que ce soit d’utile qui compenserait cette logique désillusion. Aussi surprenant que ça pouvait paraître, les deux gros rideaux de fer qui permettait aux véhicules de rentrer et de sortir après réparation avaient tenu le coup. Le toit du bâtiment en revanche… C’était une autre histoire. Au moins un tiers de la structure, c'était effondré, tandis que le reste du plafond était parsemé de trous de taille variable, comme du gruyère. Malgré les décombres qui jonchaient le sol, la plupart des installations des casiers à outil étaient distinguables. Plissant les yeux en croyant reconnaître quelque chose, Wyatt les écarquilla en confirmant ce qu’il avait vu.

– « Jackpot ! »

S’exclama-t-il, galvanisé par cette trouvaille tout en se rapprochant à la hâte du jerrycan couleur rougeâtre qui traînait sur un bidon couleur rouille. Immédiatement, il eut le réflexe de secouer le conteneur avant de tendre l’oreille. Le son du liquide épais qui se balança à l’intérieur apporta encore plus de baume au cœur à notre privé qui réussit malgré à lui à contenir cette émotion, ne voulant pas non plus se donner en scène pour si peu. Au lieu de ça, il se retourna pour chercher sa coéquipière du regard, souhaitant lui montrer ce qu’il avait déniché.


Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas - Page 2 Mdq7

You’re going to learn a lot of things, But it might be easier to keep living, if you didn’t learn them, if you didn’t know them. You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. You’ll understand one day. And then you’ll realize for the first time that you have many burns.
Contenu sponsorisé
Through hell, we thrive, and rebuild we will -feat Ananas
Page 2 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» La maison des horreurs || feat. Ananas
» Viens jouer avec moi... Feat. Ananas
» Frozen sleep for a nightmarish awakening -feat Ananas
» Trombinoscope d'un ananas
» La proposition {Ananas & Nash}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: