Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Marche noire au bord du gouffre (feat. Azylth)
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 17:56 par Houmous

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 16:55 par Charly

» Dusk till dawn ((stormy dream))
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 16:12 par Mad Max

» Moi et mon petit style.
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 13:46 par Frida K.

» Au-delà des mirages, le monde est nôtre [ ft Frida K.]
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 13:35 par Frida K.

» Jusqu'à la fin des temps - feat Nemo
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 12:03 par Nemo

» TOPS-SITES ¬ votez pour ltdr
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 11:46 par Gäa

» La coloc magique
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 10:51 par Dinamite

» Wine isn't the only thing that gets you drunk (avec Edward)
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate] - Page 5 EmptyAujourd'hui à 3:46 par Scarlett Thompson

Le Deal du moment : -33%
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur ...
Voir le deal
99.99 €

LE TEMPS D'UN RP

A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate]

Edward
Messages : 827
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Sam 12 Aoû - 17:10

Elias
J'ai 36 ans et je vis à Bourg-Jet, Royaume de Chiron. Dans la vie, je suis Officier Pilote de Thermoplaneur dans l’Armée Volante et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais le devoir avant tout.

Patriote et professionnel, j’aime avant tout que les choses soient bien faites, avec honneur et respect. La guerre, c’est déjà assez sale comme ça ! Je suis, malgré tout, profondément humaniste mas également déterminé.

Toujours allongé, je tournais vers Héléna un regard faussement courroucé.

Non mais ! Moquez-vous donc ! Lui lançais-je avant de la bousculer gentiment d’un coup de coude dans la hanche.

Je l’ai plusieurs fois envisagé, mais le travail… J’aime voler, j’adore cela, vraiment. Alors, à chaque fois que j’avais l’opportunité de donner des leçons, d’essayer un nouvel appareil ou de tester une nouvelle technologie, je me portais volontaire. Tant est si bien que, à la longue, le temps passe. Aujourd’hui, je me dis qu’il est peut-être temps de trouver un meilleur équilibre entre ma passion et mon désir de fonder une famille.

Je me redressais lorsqu’elle parla de la situation de mon père et des prétendantes que cela pouvait m’apporter.

Mon père avait horreur des mondanités militaires. Il considérait que ce n’était pas compatible. Par ailleurs, il était opposé au fait de mélanger sa vie personnelle et sa vie professionnelle. Il disait, par exemple, qu’on ne voyait pas les chirurgiens organiser des soirées dans leurs salles d’opérations, alors il était pour lui idiot que les militaires fassent des soirées à la caserne. Il était très…borné mon père, même face à sa hiérarchie. Il était surnommé Le Loup par ses hommes et même par les commandants et généraux. Il s’est pris un blâme pour avoir dit au Roi qu’il était ignorant lors d’une conférence stratégique… Personne n’a osé lui infliger plus. Avais-je raconté pour répondre à la partie facile de sa réflexion.

Euh ! Merci… Enfin, d’après Eric, lors de mon premier repas avec vous, vous vouliez que je m’habille parce que vous me trouviez moche… Affirmais-je, parfaitement conscient que le petit avait imaginé cela tout seul. Vous n’êtes pas mal non plus, puisque l’on parle de ça. Lâchais-je sans faux semblant. Je tirais de nouveau sur ma pipe, levant le nez au ciel et fermant les yeux.

Cela dit, vous êtes bien trop madame-je-sais-tout pour me plaire ! Dis-je dans un demi sourire.


Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 13 Aoû - 17:07

Héléna Rosenberg
J'ai 30 ans et je vis à Ashaam, petit village au sud de Gravenhaven, capitale du Grand empire sudique. Dans la vie, je suis herboriste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à la guerre qui s'éternise, je suis veuve et je le vis plutôt mal. Je vis dans une petite maison de campagne avec mon fils Éric et notre chien Pallfall, que nous surnommons Pall.

Informations supplémentaires ici.


Je dois bien avouer qu'il m'était bien difficile de comprendre son point de vue. Après tout, mon époux aussi était un grand passionné d'aviation et, pourtant, il avait bien pris le temps de fonder une famille. Personne ne lui avait demandé de renoncer à cette passion qui le tenait bien occupé et souvent loin de nous.

Il me parla ensuite de son père et de son mode de vie plutôt particulier. Néanmoins, cette fois, il semblait plutôt aisé de comprendre et d'accepter les arguments de ce dernier. Même si, je ne trouvais guère de rapport avec le point que je venais de soulever. Mais qu'importe, je préférais de rien ajouter. Après tout, rien de tout cela ne me regardait réellement.

Je vous demande pardon ? m'offusquais-je lorsqu'il évoqua les évènements s'étant déroulés le soir où il avait trafiqué ma voiture. Je compris néanmoins qu'il plaisantait, malgré tout ce qu'il ajouta par la suite.

Et vous êtes beaucoup trop nonchalant pour me plaire, raillais-je avant de me relever pour rappeler Éric. Allez, en route. Nous avons déjà bien assez traîné.

Cette seconde nuit, nous eûmes beaucoup moins de chance que la veille. Pas de gentille vieille dame vivant sur le bord de la route. Pas de repas chaud. Nous décidâmes de laisser Éric dormir dans la voiture tandis que j'installais un camp de fortune à l'extérieur.

Je ne sais pas si allumer un feu serait une bonne idée, dis-je en observant le ciel s'assombrir.


Edward
Messages : 827
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Dim 13 Aoû - 17:50

Elias
J'ai 36 ans et je vis à Bourg-Jet, Royaume de Chiron. Dans la vie, je suis Officier Pilote de Thermoplaneur dans l’Armée Volante et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais le devoir avant tout.

Patriote et professionnel, j’aime avant tout que les choses soient bien faites, avec honneur et respect. La guerre, c’est déjà assez sale comme ça ! Je suis, malgré tout, profondément humaniste mas également déterminé.

Je ne me retiens pas de rire devant son air offusqué lorsque je parlais de ce qu’Eric m’avait dit.
Le reste, c’était un mélange de vérité et de plaisanterie. De vérité car il fallait reconnaître que je la trouvais agréable à l’œil, mais également parce que je trouvais cette femme forte et humaine, deux qualités qui m’ont toujours beaucoup plus.
De plaisanterie aussi, parce que je ne voulais pas qu’elle pense que je tentais quoi que ce soit. Notre situation ne nous le permettait pas et, de toute façon, j’étais convaincu de l’échec de la moindre ambition.

Vous voyez ! Encore un truc que vous savez ! Moquais-je en réponse à sa taquinerie.

Plus tard, alors que nous étions arrêtés un peu à l’écart de la route pour passer la nuit, la fraicheur nocturne s’installait lentement, mais surement au fur et à mesure que les étoiles sortaient de leur sommeil. Nous avions partagé un peu des provisions qu’Héléna avait emporté avant qu’elle ne couche le petit dans l’auto, bien enroulé dans une couverture.

Non, je vous le déconseille fortement. Nous faisons de nombreux repérages aériens tout le long de la frontière. Un feu pourrait être considéré comme un mouvement de troupes. A l’inverse, cela pourrait alerter les vôtres aussi.

Nous n’avions pas quarante solutions pour nous tenir chaud, il allait falloir se serrer les coudes… Au sens propre.
Je lui fis signe de venir contre moi.

Me regardez pas comme ça ! De toute façon, dans trois jours vous serez enfin débarrassée de moi !

Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 13 Aoû - 19:39

Héléna Rosenberg
J'ai 30 ans et je vis à Ashaam, petit village au sud de Gravenhaven, capitale du Grand empire sudique. Dans la vie, je suis herboriste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à la guerre qui s'éternise, je suis veuve et je le vis plutôt mal. Je vis dans une petite maison de campagne avec mon fils Éric et notre chien Pallfall, que nous surnommons Pall.

Informations supplémentaires ici.


Évidemment que nous ne pouvions pas allumer de feu. Cela me paraissait même si logique que je me sentis un peu bête d'avoir posé une telle question. Je pris appui sur la malle de l'auto, la main du le menton. À dire vrai, je craignais moins le froid que l'obscurité. Je n'ai jamais vraiment aimé le noir… Enfin, plus précisément, la noirceur de la nuit lorsque je me trouvais dehors. Visiblement, Élias dû mal comprendre le sens de ma question puisqu'il me fit signe de venir m'installer près de lui… Je le dévisageais un instant, clignant des yeux en signe d'incompréhension avant de simplement éclater de rire. J'ouvris la malle et en tira deux couvertures plutôt épaisses.

Je suis étonnée qu'un homme du nord craigne d'avoir froid une nuit d'été dans le sud… Plus particulièrement un soldat...Mais tenez, je vous en prie… raillais-je tout en déposant la couverture près de lui. Ne soyez donc pas si étonné, voyons. Vous l'avez dit vous même : "j'ai la solution à tous les problèmes."

Un peu plus loin, je trouvais une place sur un rocher assez plat pour m'offrir un siège plus ou moins confortable. Nous nous trouvions à plus de quinze kilomètres du village le plus proche, en pleine campagne Andréenne. Au loin, se dessinaient le massif des Andres dont les montagnes s'étiraient jusqu'à l'ouest. La vue du coucher de soleil était des plus plaisantes à dire vrai. Un véritable paysage de carte postale qui se dessinait devant nous, mais qui apportait aussi son lot d'inquiétudes. Au loin, on pouvait les entendre… Les voix des hommes qui, comme nous, dressaient leur camp pour la nuit.

D'après vous, où se sont-ils installés ? demandais-je, inquiète sans pour autant oser l'interroger sur l'origine de ces soldats.







Edward
Messages : 827
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Dim 13 Aoû - 22:45

Elias
J'ai 36 ans et je vis à Bourg-Jet, Royaume de Chiron. Dans la vie, je suis Officier Pilote de Thermoplaneur dans l’Armée Volante et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais le devoir avant tout.

Patriote et professionnel, j’aime avant tout que les choses soient bien faites, avec honneur et respect. La guerre, c’est déjà assez sale comme ça ! Je suis, malgré tout, profondément humaniste mas également déterminé.

Oh ! J’avais entendu dire que les nuits Andréennes étaient particulièrement froides, même en été… Avouais-je, en me grattant la tête, un peu gêné.

Je l’observais extraire deux grosses couvertures de la malle et m’en apporter une avant de me rappeler ce que j’avais dit sur son compte. Je m’en souviens. Et pour la lumière, vous n’aviez que le feu en option ? Ironisais-je, amusé.
Si faire un feu était proscrit, utiliser une petite lampe alors que nous étions sous le couvert des arbres ne posait pas de problème. En tout cas, pas tant que l’on ne pointait pas ladite lampe vers les nuages.

La couverture sous le bras, je clopinais à ses côtés lorsqu’elle me demanda mon avis sur les hommes que l’on entendait au loin. Je me tenais debout, observant le lointain.

Ils ne sont guère à plus de quatre kilomètres, cinq tout au plus. A l’est du village probablement…

Une évidence me frappait, me faisant froncer les sourcils.

Pour moi, ce sont des troupes de chez-vous Héléna… Si les troupes étaient chironnaises, nous aurions croisé des réfugiés sur la route…

Je poussais un soupir en tirant sur ma pipe, vérifiant que j’avais toujours bien mes papiers sur moi. Nous risquons d’avoir un barrage à passer demain…Si nous ne sommes pas contrôlé dans la nuit.

Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Dim 13 Aoû - 22:58

Héléna Rosenberg
J'ai 30 ans et je vis à Ashaam, petit village au sud de Gravenhaven, capitale du Grand empire sudique. Dans la vie, je suis herboriste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à la guerre qui s'éternise, je suis veuve et je le vis plutôt mal. Je vis dans une petite maison de campagne avec mon fils Éric et notre chien Pallfall, que nous surnommons Pall.

Informations supplémentaires ici.


Je m’en souviens. Et pour la lumière, vous n’aviez que le feu en option ? me demanda-t-il, sourire aux lèvres.
Et bien, j'ai une lampe à huile mais je suppose que le problème sera le même et que nous nous ferons repérer, rétorquais-je légèrement piquée dans ma fierté.

Soupirant en l'écoutant me dire que les soldats ne se trouvaient guère loin de notre campement de fortune, je tentais de ne surtout pas imaginer ce qu'ils me feraient s'ils s'apercevaient de la supercherie. Malgré moi, je frissonnais et pourtant, je n'avais pas froid du tout. L'idée même que l'on m'arrête devant mon fils me terrorisait… Qu'adviendrait-il de lui si tel était le cas ?

Mieux valait ne pas y songer.

Je préférerai les éviter… Avec un peu de chance nous pourrons les contourner…

J'adressais une prière intérieure à mon ange gardien… Enfin, en admettant que j'en aie bien un. C'était une chose que j'aimais tout particulièrement imaginer… qu'il existait quelque part un être invisible qui nous protégerait, Éric et moi.

Nous devrions dormir… soufflais-je comme pour me convaincre que tout irait bien. Vous avez bien vos papiers sur vous, n'est-ce pas ?



Edward
Messages : 827
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Dim 13 Aoû - 23:19

Elias
J'ai 36 ans et je vis à Bourg-Jet, Royaume de Chiron. Dans la vie, je suis Officier Pilote de Thermoplaneur dans l’Armée Volante et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais le devoir avant tout.

Patriote et professionnel, j’aime avant tout que les choses soient bien faites, avec honneur et respect. La guerre, c’est déjà assez sale comme ça ! Je suis, malgré tout, profondément humaniste mas également déterminé.

Oui, à moins que ce soit une lampe à huile avec laquelle on peut diriger la lumière, on peut oublier.

Je la voyais se tendre, comme moi, à l’idée que des soldats n’étaient pas loin. Allions-nous être embêtés durant la nuit ? Pourrions-nous les éviter le lendemain ? Autant que questions pour lesquelles je n’avais pas de réponse.
Je haussais les épaules. Peut-être en passant par l’ouest du village ? Cela nous fait faire un détour de plusieurs kilomètres sans certitude, mais, c’est probablement la meilleure option.

Un lointain ronflement se faisait entendre, encore plus à l’est, mais pas dans la même direction.

Ah ! Ça, c’est un avion de chiron. Je pense que quelque chose se prépare sur la frontière à cet endroit, l’ouest sera effectivement la meilleure direction à prendre.

Pour répondre à sa dernière question, je sortais mes papiers de ma poche avant de les y glisser de nouveau. Une fois rentré, je les ferais encadrer pour me souvenir de la je-sais-tout sudique ! Plaisantais-je pour détendre l’atmosphère.
Dormez, je vais veiller un moment. S’il y a des soldats dans le périmètre, passé minuit ils resserreront autour du camp. Peu importe les armées, on fait tous pareils, à la nuit tombée, à part les éclaireurs, on reste à portée visuelle. S’il y en a qui approche, je vous réveille, c’est promis.

****

Héléna ! Réveillez-vous ! Chuchotais-je en lui secouant doucement l’épaule. Il y a deux éclaireurs qui approchent.

Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Lun 14 Aoû - 11:32

Héléna Rosenberg
J'ai 30 ans et je vis à Ashaam, petit village au sud de Gravenhaven, capitale du Grand empire sudique. Dans la vie, je suis herboriste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à la guerre qui s'éternise, je suis veuve et je le vis plutôt mal. Je vis dans une petite maison de campagne avec mon fils Éric et notre chien Pallfall, que nous surnommons Pall.

Informations supplémentaires ici.


Même si Elias semblait prendre la situation avec calme et philosophie, ce n’était nullement mon cas. Sa réaction, toujours empreinte de sa nonchalance habituelle, aurait très bien pu me rassurer dans une toute autre condition… Si nous n’étions pas en guerre. Si nous n’appartenions pas aux deux camps ennemis. Si je ne risquais pas l’exécution en cas de découverte de nos mensonges. Quelque part, il n’y avait rien de plus étrange que notre situation actuelle. A une autre époque, nous aurions très bien pu traverser tout le pays ensemble sans avoir à subir de contrôle d’identité, sans craindre de finir sur l’échafaud… Cette guerre était ridicule… Comme toutes les guerres d’ailleurs.

Mais, quoiqu’il en soit, nous étions bien obligés de faire avec. Toujours aussi inquiète, je me laissais glisser sur le sol afin de m’enrouler dans ma couverture. M’endormir ne fut pas chose aisée, mais j’y parvins néanmoins… Jusqu’à ce qu’Elias ne me réveille.

Pardon ? demandais-je hébétée tandis que des bruits de pas parvinrent à mes oreilles.

Je me redressais aussitôt, inquiète… Devrais-je aller réveiller Eric ? Non… Pourquoi le ferais-je ? Si l’on nous contrôlait maintenant, nous pourrions encore passer pour une famille en voyage, l’enfant dormant dans l’auto, les parents dehors. Enfin, ça c’est ce que j’imaginais même si les papiers d’Elias comprenaient un nom différent du mien. Rapidement, je pus apercevoir les lumières des lampes des éclaireurs, celles-là même qui vinrent nous éblouir l’instant suivant.

– Que faites-vous ici ?

J’allais répondre lorsque je me souvins de l’importance mesurée de la parole des femmes. Si je prenais la parole, nous pourrions immédiatement paraître suspects aux yeux des militaires…



Edward
Messages : 827
Date d'inscription : 08/08/2023
Crédits : Ma tronche (presque)

Univers fétiche : Médiéval Fantastique (mais pas que)
Préférence de jeu : Homme
Cités d'or
Edward
Lun 14 Aoû - 12:03

Elias
J'ai 36 ans et je vis à Bourg-Jet, Royaume de Chiron. Dans la vie, je suis Officier Pilote de Thermoplaneur dans l’Armée Volante et je m'en sors plutôt bien. Sinon, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais le devoir avant tout.

Patriote et professionnel, j’aime avant tout que les choses soient bien faites, avec honneur et respect. La guerre, c’est déjà assez sale comme ça ! Je suis, malgré tout, profondément humaniste mas également déterminé.

La jeune femme, tirée de son sommeil, eu besoin de quelques secondes avant de comprendre ce qu’il se passait.
De mon côté, je prenais grand soin d'exagérer mon état tandis que la peur se lisait dans les yeux de la blonde. Lorsque les éclaireurs arrivèrent à notre niveau, nous éblouissant de leur lampe, je m’attendais à ce que la sudique prenne la parole. Cependant, rien.

A la question posé, il fallait une réponse. Convaincante, ce serait l’idéal. Sauf que Madame je-sais-tout ne semblait pas décidée à desserrer les lèvres.
Finalement, me revient en mémoire la place de la femme dans cet empire. Aussitôt, prenant ma voix la plus maladive possible, je pris les devant.

Bonsoir messieurs ! Dis-je en écartant ma couverture pour montrer mes blessures, largement visibles. Nous allons vers le nord pour fuir les combats du sud. Une bombe est tombée sur mon garage, je suis mécanicien et cette brave dame m’a recueillie.

Prenant les devant, je sortais mes papiers que j’avais pris soin de chiffonner et d’abimer afin qu’ils ne fassent pas trop…récents.

Hélias Neumann Messieurs et elle c’est… Confusion admirablement interprétée, grandement aidé par le fait que je ne connaissais pas son nom. Pardonnez moi Héléna, vous savez, depuis que j’ai pris mon toit sur la tête, j’ai des trous de mémoire…

Arthécate
Messages : 1325
Date d'inscription : 14/07/2023
Crédits : Lorène Barioz

Univers fétiche : Med-Fan, même si je peux jouer sur n'importe quel contexte
Préférence de jeu : Femme
Totally Spies
https://www.letempsdunrp.com/t5885-petites-idees-en-vrac https://www.letempsdunrp.com/t5870-salut-c-est-moi
Arthécate
Lun 14 Aoû - 14:58

Héléna Rosenberg
J'ai 30 ans et je vis à Ashaam, petit village au sud de Gravenhaven, capitale du Grand empire sudique. Dans la vie, je suis herboriste et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à la guerre qui s'éternise, je suis veuve et je le vis plutôt mal. Je vis dans une petite maison de campagne avec mon fils Éric et notre chien Pallfall, que nous surnommons Pall.

Informations supplémentaires ici.


Je restais silencieuse tandis qu'Élias tentait maladroitement d'expliquer sa situation aux soldats. À première vue, ces derniers ne semblaient pas vraiment douter des propos du "mécanicien". Du moins, jusqu'à ce que ce dernier ne butte sur mon nom qu'il connaissait finalement pas.

Rosenberg. Je m'appelle Héléna Rosenberg, déclarais-je en veillant à rester calme, tendant mes propres papiers au soldat.
– Ce nom me dit quelque chose, lança le plus âgé des deux, même s'il ne semblait n'avoir que la vingtaine. Seriez-vous de la famille d'Ernest Rosenberg ?
Oui, Ernest était mon époux.
– J'ai appris son décès, veuillez accepter toutes nos condoléances. Votre mari était un homme bien, dit l'homme avant de me rendre mes documents.
Je vous en remercie, sincèrement.
– Vous vous rendez donc dans le nord ? Nous demanda le second éclaireur.
En effet, nous y avons de la famille.
– Dans ce cas, vous devriez éviter Hamberg. Des troupes Chironnaises y sont stationnées depuis quelques jours et bloquent le pont.
C'est précisément la route que nous voulions emprunter.
– Si j'étais vous, je passerai plutôt pas Brumjoy. C'est un peu plus loin, mais c'est plus sûr. Soyez prudents surtout.
Merci infiniment messieurs.
– Avec plaisir.

Les deux hommes s'éloignèrent finalement. Je poussais un profond soupir de soulagement, remerciant, par la même, l'ange qui veillait sur nous.

Et bien, au moins ce contrôle nous aura permis d'éviter quelques problèmes.

****

Le jour suivant fut pluvieux et déprimant. Nous dûmes traverser un village en ruines dont les pierres et les poutres fumaient encore. Sur la route, nous croisâmes de nombreux réfugiés qui, comme nous, allaient vers le nord.

Est-ce pareil de l'autre côté de la frontière ? demandais-je à Élias tout en veillant à ne point rouler sur les pauvres gens dont, certains, marchaient sur la route.


Contenu sponsorisé
A frôler les nuages, on finit dans les patates [PV Arthécate]
Page 5 sur 20
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 20  Suivant
Sujets similaires
-
» Bienvenu dans l'appartement 4B. [ft Arthécate]
» (M)On finit tous, un jour, par enterrer quelqu'un (en cours)
» À l'encre des fées, les rêves murmurent aux nuages...
» « Il est préférable d’avoir moins de tonnerre dans la bouche et plus d’éclairs dans la main » Proverbe Apache
» On s'immerge dans la musique, comme dans un rêve mélodieux, pour s'évader d'une réalité assourdissante [Feat Houmous]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction-
Sauter vers: