Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» De l'amour à la haine, il n'y a qu'un pas (avec Rein)
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 19:10 par Clionestra

» Deux duchés et une duchesse (avec Rein)
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 18:27 par Clionestra

» Une Famille de Loups et de Rats
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 13:03 par Snardat

» « Connais ton adversaire, connais-toi, et tu ne mettras pas ta victoire en danger. »
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 11:47 par Stormy Dream

» "Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour" - Ft. Charly
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 11:17 par Manhattan Redlish

» La Cour des Miracles (ft. Apothesis)
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:40 par Raton

» Pause plus ou moins longue - Nemo
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyHier à 17:24 par Clionestra

» Le ciel est un océan suspendu (Val & Dreamcatcher)
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyHier à 1:58 par Val

» Vermines & Rage
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 EmptyHier à 0:17 par Snardat

Le Deal du moment : -39%
Pack Home Cinéma Magnat Monitor : Ampli DENON ...
Voir le deal
1190 €

LE TEMPS D'UN RP

Catch me if you can (FT. Winnie)

Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Jeu 14 Sep 2023 - 21:53

Paloma Murillo
J'ai 30 ans et je vis à Bâton Rouge, Lousianne, Etats-Unis. Dans la vie, je suis Enseignante au primaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et pas prête d’être en couple mais je le vis plutôt bien depuis quelques temps.

Paloma est d’origine mexicaine et elle est fière de ses racine. Elle aime sa cuisine, sa culture, elle enfile la téquila comme si c’était de l’eau. Si sous ses airs angélique de professeur le jour on lui donnerait Jésus sans confession, le soir elle est loin de la prof douce et angélique. Elle s’habille pour mettre en valeur sa silhouette. Elle danse, drague, s’amuse bref elle vit son célibat et elle le vit bien. Douée pour tomber sur des meds qui lui ont labouré le coeur, elle se dit malchanceuse en amour. Elle croit en l’amour, elle croit au coup de foudre. Elle est romantique comme pas une et elle espère vraiment tomber sur son prince charmant. Mais encore faut-il qu’il montre patte blanche et qu’il arrive à l’apprivoiser.
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 Tumblr_inline_oxf50n3O7J1ts1epz_250

« Catch me if you can »


J’aimais bien ces sorties de copines où on n’avait rien à penser ou même juste se retrouver entre nous à soit nous plaindre de notre vie de célibataires, que je me fasse taquiner parce que “tu es une éternelle romantique Paloma” ou comme ce soir, tenter de trouver un amant du soir pour nous bercer dans l’illusion de “l’amour”. Même en dansant, en ondulant sous les lumières de la piste de danse, je ne me doutais pas que LUI était là sinon je ne pense pas que j’aurais été me trémousser les fesses sur ces trois chansons. C’était réveiller le prédateur, le chasseur, le charmeur ça! Mais… n’est-ce pas ce que je voulais au fond? Me faire conquérir? Que quelqu’un se batte vraiment pour être avec MOI. Avec Paloma la fille à la fois douce, sensible et empathique que celle plus séductrice, plus à l’aise dans son corps et sa sexualité? Qu’il ne soit pas comme la plupart qui voit juste la “bomba latina” à foutre dans son lit? Je ne sais pas, peut-être inconsciemment, sans vraiment me l’avouer à moi-même. Même penchée sur le bar à presque hurler ma commande je n’avais pas vu celui qui avait ouvert une certaine attention sur lui. Non. Je ne le vis que quand je relevais le regard pour chercher qui me fixait avec autant d’insistance en me disant que c’était normal vu l’endroit. Mais non… il était là. Oui j’étais surprise, vraiment. Cependant, je jouais la carte séductrice comme il l'avait fait lui-même. Alors que mes copines me taquinaient je jouais la carte la plus innocente du monde avouant que ce n’était pas ma faute s’il prenait mon bonsoir pour autre chose. En entendant sa voix je manquais de m'étouffer avec ma gorgée, remontant mon regard vers lui. Mais non… Tu n’étais pas supposé entendre ça toi! Tu n’étais même pas supposé être si près! En même temps… j’avais un peu couru après. Ce n’est pas ce que je voulais? Remise de ma surprise et souriant à sa répartie, je revis là un peu le charmeur que j’avais eu face à moi mais cette fois j’étais bien prête à jouer le jeu… et j’étais quand même pas mal dans ce rôle-là.

- Je suis confuse de l’ambiguïté de la question M. Hunter… dis-je mon regard dans le sien. Vous pouvez m’appeler Paloma si je peux vous appeler Maxwell…

Je joue à son jeu, après tout, j’ai quand même commencé et disons que Mme. La boisson m’aide joyeusement à baisser mes barrières ou mes réticences. Mon regard reste dans le sien alors qu’il dit à mes copines de se calmer et que je croise les bras pour m’appuyer sur la table. Je passe une langue sur mes lèvres pour réprimer une envie de rigoler à la réplique de mon amie. Toujours appuyée sur mes bras mon regard dans le sien il me propose même de débattre autour d’un verre. Si mes amies me poussent à y aller et que Kelly me pousse du coude, je baisse le regard sur sa main tendue et remonte mon regard vers le sien, mon sourire s’élargissant légèrement. Je pris mon sac à main, mon verre et posai ma main dans la sienne.

- Je crois qu’il y a matière à débattre effectivement.

Je me lève gracieusement et fais un salut du bout des doigts à mes copines. Je le suis donc alors que mon côté rationnel se demande ce que je fous avec le père d’une élève et que mon côté diablesse la fait taire. Arrivant à une table plus discrète je me glissais sur une chaise posant mon verre sur la table et revenant m’appuyer sur la table tourné vers lui me perdant dans son regard sombre comme la nuit et totalement hypnotisant.

- Je ne pensais pas que le “très bientôt” serait aussi rapide.

Au fond, si j’étais honnête avec moi-même, j’étais même plutôt contente qu’il l’ai fait. Je pense que j’aurais été déçue s’il était resté là sans bouger. Je plissai des yeux légèrement en le regardant toujours incapable de le mettre dans un case précise. Je pensais qu’il était plus du genre à se tenir dans ces bar mondain où un verre coûtait la peau des fesses.

- Tu es quelqu’un de surprenant tu sais. Je ne pensais pas que tu étais le genre à venir dans un bar comme ici.

Réalisant ma bourde, j’ouvris la bouche de stupeur ayant peur de l’avoir offusqué. Merde… il y a de ces moments où je n’avais pas de filtre et c'est à ce moment ci qu’il fallait que se soit fait!

- Oh… euh… Je suis désolé! Je ne voulais pas dire que… enfin… tu sais… que tu étais… tu sais…

* Snob* terminais-je dans ma tête.

- Parce que je viens souvent ici et je ne t’ai jamais vu et….

Mais putin Palo! Ta gueule! Il va te croire alcoolo à la fin! Je voulais mourir, me fondre dans le plancher et couler jusque chez-moi.

- Désolé… je peux être maladroite.

Mais il m’arrivait quoi à la fin? Pourquoi c’est maintenant que j’avais l’air conne? Mal à l’aise je replaçai une mèche derrière mon oreille cherchant une meilleure explication mais mon cerveau décida de me laisser patauger dans ma merde. Il allait tellement me trouver stupide! C’est pas possible à la fin!
Winnie
Messages : 2682
Date d'inscription : 31/01/2019
Région : Les Hauts de France
Crédits : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

Univers fétiche : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
Préférence de jeu : Femme
Pokémon 2
https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre https://www.letempsdunrp.com/t3703-m-pas-cheres-pas-cheres-les-p-tites-idees-de-rp-1-6 https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silence-a-la-fois-denys-gagnon
Winnie
Ven 15 Sep 2023 - 17:24




Maxwell "Max" Hunter
J'ai 41 ans et je vis à Batôn Rouge (Louisianne), Etats-Unis. Dans la vie, je suis directeur financier pour le compte d'une grosse société bancaire et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis coureur de jupons, lasse de ne plus avoir de stabilité sentimental et je le vis plutôt très mal puisque ce n'est pas ainsi que j'imaginais ma vie.

Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 B82e8709a9c99806080aa0a1ce42c578560d8f5d
Max n'a pas toujours été ce que la rumeur prétend de lui. Il fut un temps où il était même quelqu'un de totalement différent. Quelqu'un qui aurait donné sa vie pour une femme. Or, cette femme a cru bon de le jeter parce qu'elle le trouvait trop "gentil", avant de venir lui coller une gamine entre les bras en prétextant qu'elle était sa fille. C'est peut-être le cas! Mais Max ne peut s'empêcher de penser que cette femme est suffisamment sournoise pour obtenir beaucoup d'argent sans lever le petit doigt. Elle n'était pas comme ça quand ils étaient en couple! Il faut croire que le changement est plus commun qu'on ne le pense. En tout cas : aujourd'hui il joue son rôle de père comme il peut (pitoyablement) et n'envisage plus un test de paternité pour s'assurer de son lien avec cette enfant. Emmy est sa seule famille (depuis le décès de ses parents) et il fait tout son possible pour être un bon père pour elle. Quant à sa mère : leurs échanges se limitent au strict minimum. Ni plus. Ni moins.
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 8716806b9b41dea556719d641c5820540e2ceb11
Qu'il en soit ainsi. J'appellerai la jeune femme par son prénom désormais. Et ce quelque soit le lieu ou le moment de la journée. Mais pour l'heure, je lui propose de débattre en privé quant à la raison de mon apparence si attirante. Le costume est-il véritablement l'arme la plus fatale que je possède pour séduire une femme? Elle consent à y répondre en ma compagnie, se saisissant dès lors de cette main que je lui tendais. A la bonheur! Je lui offre un sourire charmant en guise de ma gratitude, avant de saluer courtoisement ses camarades de soirée. Ensuite, je prends la direction d'une table vide, un peu en retrait de la foule, où je lui tire une chaise afin qu'elle puisse y prendre place. Ce n'est que lorsqu'elle est confortablement installée sur cette dernière que je lui baise la main, libérant ainsi celle-ci de mon emprise, de sorte de pouvoir m'installer à cette table également. C'est à ce moment précis que la jeune femme me formule une pensée pour le moins très amusante, d'ailleurs.

"_ C'était une attente on-peut-plus-claire, Paloma. Je lui indique à sa suite, charmant, ne lâchant pas ses prunelles des miennes. Vous vouliez me revoir très bientôt et je ne trouvais pas meilleure opportunité que cette soirée pour exaucer votre souhait."

Attendre un rendez-vous? Du suicide. La jeune femme aurait largement eu le loisir de réfléchir sur la question, au point de m'éconduire dès que j'aurai eu l'opportunité de lui proposer. Je ne regrette donc pas mon audace d'avoir pris les devants dès ce soir, quand elle me partage une remarque que je fais semblant de ne pas comprendre. Il faut bien que je la laisse s'embourber un peu toute seule dans ces préjugés! Je ne l'aide donc pas à en réchapper, même si j'éprouve une certaine peine à la voir se débattre ainsi dans ses bafouillages.

"_ Ne t'excuses pas. Je la rassure immédiatement, le rire aux lèvres. Je n'ai aucun problème avec l'image snob qui se dégage de ma personnalité. Et pour être tout-à-fait honnête avec toi, cet endroit n'est pas vraiment le genre de lieu où j'aime passer du bon temps."

La faute étant sûrement la catégorie de femmes fréquentant ce genre d'endroit. Une pensée que je tais, sachant que la jeune femme est coutumière du lieu sus-nommé.

"_ Peut-être me laisseras-tu un soir l'opportunité de te faire découvrir mon univers?"

L'invitation est lancée en tout cas. Il ne reste plus qu'à savoir si elle va s'en saisir ou la laisser tomber. En attendant cette intéressante réponse, je reviens sur le sujet pour lequel je l'ai arraché à cette soirée entre copines.

"_ Tu es très en beauté ce soir. Je souffle de prime abord suavement, approchant mon visage du sien comme pour lui faire une confidence. J'ai conscience que je ne dois pas être le seul homme dans ce bar à te l'avoir dit, mais je suis totalement subjugué par cette robe. Que dis-je? Par ta personne! Tu es si extraordinaire que j'ai le sentiment d'avoir perdu beaucoup trop de temps dans les bras de ces autres femmes. As-tu des projets pour cette nuit? J'aimerai beaucoup connaître ton point de vue quant à la question de l'effet du costard sur la gente féminine, dans un lieu un peu plus calme que ce bar."

Je sais. Cela ressemble à s'y méprendre à une invitation sexuelle. Ce qui n'est pas le cas! Il y a bien un sous-entendu évident sur le sujet, mais pas que. La jeune femme est pompette! Elle n'est plus en total capacité mentale de réfléchir correctement à la question! Je préfère de ce fait jouer la carte de la prudence, là où je redoute qu'elle crie au viol dès qu'elle aura dessaoulé. Je lui propose donc de partir parce que -je l'avoue- le vieux que je suis à bien envie de se poser pénard chez lui, en compagnie d'une femme charmante. Mais en tout bien tout honneur, attention! Seule elle peut décider de changer la donne si elle est encore en mesure de réfléchir consciemment aux conséquences de ces actes. Le cas échéant, je lui prêterais mon lit pendant que je dormirai dans mon immense canapé.



@Disney lover








Winnie l'ourson
♪ Tout petit, tout doux, tout rond et tout mignon. Entouré de tous ces compagnons. ♪



KoalaVolant
Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Sam 16 Sep 2023 - 18:23

Paloma Murillo
J'ai 30 ans et je vis à Bâton Rouge, Lousianne, Etats-Unis. Dans la vie, je suis Enseignante au primaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et pas prête d’être en couple mais je le vis plutôt bien depuis quelques temps.

Paloma est d’origine mexicaine et elle est fière de ses racine. Elle aime sa cuisine, sa culture, elle enfile la téquila comme si c’était de l’eau. Si sous ses airs angélique de professeur le jour on lui donnerait Jésus sans confession, le soir elle est loin de la prof douce et angélique. Elle s’habille pour mettre en valeur sa silhouette. Elle danse, drague, s’amuse bref elle vit son célibat et elle le vit bien. Douée pour tomber sur des meds qui lui ont labouré le coeur, elle se dit malchanceuse en amour. Elle croit en l’amour, elle croit au coup de foudre. Elle est romantique comme pas une et elle espère vraiment tomber sur son prince charmant. Mais encore faut-il qu’il montre patte blanche et qu’il arrive à l’apprivoiser.
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 Tumblr_inline_oxf50n3O7J1ts1epz_250

« Catch me if you can »



J’étais contente qu’il ai foncé et soit venu m’arracher à mes copines tel le chevalier sur son cheval blanc. Oui je sais je suis une romantique et bien que je garde ce côté un peu secret, j’étais entrain de me dire que Maxwell, savait. Je ne savais pas comment, mais il savait. Si tout allait bien, rapidement ma maladresse fit foirer ce moment alors que je tentais de rattraper le coup mais force d’admettre que j’avais l’air complètement idiote. J’avalais difficilement quand il avoua être à l’aise avec l’image de snob qu’il projetait.

- Bien… même si tu ne passes pas du temps dans ce genre d’endroit… tu es quand même tombé sur moi.

Dis-je le ton enjôleur avec un petit sourire. Qui sait sur qui je serais tombé si ce n’était pas lui. Je me ferais sûrement chier à écouter les bobards habituels de mec désespéré de mec qui ont envie de me foutre dans leur lit en se disant les meilleurs amants du monde. Quand il me fit l’invitation dans son monde, je mis mon menton dans ma main en plissant les yeux de malice.

- Serait-ce un rencard? dis-je mielleuse, J’aimerais bien que tu me fasse découvrir ton univers.

C’était comment dans son monde de paillettes, de richesse et de glamour? J’étais une fille simple qui a été élevée avec des gens simples et qui se contenter de bonheur simple.Si plusieurs cherchaient la richesse et l’opulence, dans mon cas pas vraiment. Enfin je ne serais pas contre un peu plus d’argent mais pas à ne plus savoir à quoi en faire. Quand il me complimenta je souris doucement toujours le menton dans ma main mais je sentis mon souffle se couper quand il s’approcha de moi. Son regard m’hypnotisa complètement, son aura semblait m’envelopper totalement alors que je buvais ses paroles. Je haussai légèrement les sourcils quand il me dit que j’étais extraordinaire et qu’il avait perdu du temps dans d’autres bras. Mais… on ne se connaissait pas! Il ne savait rien de moi sauf mon métier et que j’étais bénévole. Est-ce qu’il aurait questionner sa fille pour en savoir plus? Ce ne serait pas impossible mais qu’est-ce qu’une enfant de 5 ans pouvait bien dire? Mes questionnements furent coupées quand il me demanda si j’avais des projets pour la suite de la soirée. Je rebaissai ma main et me rapprochai légèrement moi-même glissant mes doigts sous le revers de son veston.

- Si par projet tu parles d’être avec mes copines, danser et probablement me faire draguer par je ne sais quel mec un peu lourdaud alors oui j’ai des projets mais… je remontai ma main jusqu’au col de son veston, mes doigts effleurant à peine sa peau, un peu comme un souffle, j’aimerais bien te donner mon avis dans un endroit plus calme.

Je laissai mes doigts glisser le long de son veston pour me redresser et me lever tout aussi gracieusement que la première fois, passant mon bras sous le sien pour quitter ce bar devenu soudainement trop bruyant. Montant dans sa voiture je me surpris à caresser le siège sous moi ne me rappelant pas avoir monter dans une voiture aussi luxueuse. Quand il se mit en route je lui fis un sourire et tournai mon regard sur le paysage qui défilait sous mes yeux. On était dans ce quartier que je connaissais, qui grouillait et vibrait au son de la musique Louisianaise pour entrer lentement dans un quartier plus calme, plus riche. N’ayant jamais été dans cette partie de la ville je me penchai pour observer les grandes maisons, les immeubles immenses. Je regardais les passants se balader avec un petit sourire. Cependant je me demandais s’ils verraient que je n’étais pas de leur monde, comme un petit rat des champs. L’idée même que Maxwell me trouve banale et ennuyeuse, me fit serrer le cœur. Quand Maxwell se stationna, je compris qu’on était arrivé et je descendis de la voiture relevant le regard sur l’immeuble. Mon dieu! Ça devait couter une blinde demeurer ici! Je le suivis donc toujours silencieuse, posant mon regard partout où je pouvais le poser jusqu’à l’ascenseur. Même la cage métallique était dorée et je laissai mon index glisser sur une paroi en me demandant si c’était vrai ou du toc simplement. Non, ça devait être du toc. Quand les portes ouvrirent je glissai ma main dans celle de Maxwell et le suivit toujours observatrice de cet environnement inconnu. Clairement les murs n’étaient pas en carton, les voisins devaient veiller à leurs occupations sans se préoccuper de leur voisins. Un peu comme cette vieille dame qui devait revenir d’une promenade avec son chien minuscule sous le bras à qui je fis un sourire poli mais qu’elle me fit perdre en quelques secondes. Son regard s’étant posé sur moi comme si j’étais un insecte à écraser sous sa chaussure. Comment il faisait pour vivre ainsi lui? Je parlais à tout le monde sur mon étage moi. On entra donc et j’enlevai mes talons me faisant perdre de précieux centimètres à ses côtés alors que la lumière fût. Putin… mon appartement entrait deux fois dans le sien! Je ne bougeai pas tout de suite, un peu surprise - ou pas - de l’immensité de l’endroit. Je bougeai lentement en posant mon sac sur le comptoir de la cuisine et fit un tour visuel. C’était grand, bien décoré et tellement propre que j’étais certaine qu’on pouvait manger sur le plancher.

- C’est… grand et de très bon goût je dois l’admettre.

Je lui fis un sourire gentil et vis les étagères dans le salon et me dirigeai vers celle-ci laissant mes doigts courir sur les reliures des livres, celle des disques compacts et des DVD tentant de comprendre l’homme à travers ses goûts. J’osais à peine respirer de peur de briser quelque chose. Continuant mon petit tour du salon, je vis la vue du balcon à travers la grande porte patio. C’était magnifique! Les lumières criardes et clignotantes de la basse villes, les phares des voitures zigzaguant dans les rues.

- Tu as une vue magnifique de la ville Maxwell. Moi, ma vue donne sur la rue en bas, beaucoup moins spectaculaire.

Il allait tellement me trouver banale, c’est pas possible! Il pouvait avoir toutes les plus belles femmes de Bâton Rouge et plus de son milieu que moi. J’étais fade, et tellement différente de ce monde. J’allai m’asseoir sur le canapé, immense ceci dit, ramenant mes jambes sous moi et tapant une place à mes côtés. Aussitôt qu’il fut assis, son parfum me saisit au nez et je senti mon cœur s’affoler dans ma poitrine. Il était si près que je n’avais qu’à étirer le cou pour aller prendre ses lèvres. Mes iris restaient accrochés aux siennes comme pour éviter de me noyer dans ce tourbillon d’émotions à la fois diverses et intenses. Me mettant à genoux sur le canapé, et remontant légèrement ma robe moulante, je me plaça à califourchon sur lui et fit sauter le bouton de son veston, mon regard toujours dans le sien.

- Si tu veux avoir mes arguments sur l’effet costard, je dois avoir des comparatifs.

J’allais l’embrasser, glissant mes mains sous le veston pour le faire glisser de ses épaules. Je rompis le baiser, juste assez pour donner envie et desserrai sa cravate, mon regard plongeant dans le sien. Je laissai tomber la cravate sur le sol et fit sauter le premier bouton de chemise. En le voyant ouvrir la bouche - pour protester vu mon état probablement - je posai un index sur celle-ci.

- Je sais ce que je fais, je ne suis pas si imbibé que tu le crois. J’étais sérieuse, j’avais une bonne endurance à l’alcool même si j’étais toute menue, j’en ai envie autant que toi je pense et je vais me rappeler de tout demain matin.

Je fis sauter un autre bouton d’une main, mon doigt toujours sur sa bouche.

- Je ne m'enfuirais pas. Je vais être là à ton réveil demain. j’enlevai un doigt de sa bouche, puis toi aussi il me faut tes arguments si c’est la robe qui me rend si extraordinaire.

Je lui fis un sourire, taquine, légèrement moqueuse et cette fois je l’embrassai un peu plus longuement. Ce baiser était différent. Pas un baiser Hollywoodien mais différent par les émotions intenses qu’on semblait partager. Différent même au point où je pris son visage entre mes mains. Différent où je sentais mon coeur tambouriner à un rythme irrégulier. Différent au point que mon corps se collait un peu plus au sien et que je me sentais devenir bouillante. Mon souffle était irrégulier, rapide au point que je pressais mes lèvres un peu plus sur les siennes, mes doigts voulaient toucher sa peau. Je voulais la sentir sous mes doigts, la toucher, la caresser même. Fiévreuse et passionnée, je tirai sa chemise de son pantalon pour finir de faire sauter les boutons, me retenant de ne pas simplement écarter les pans de celle-ci et que les boutons arrachent. Je rompis le baiser le souffle court, le cœur battant, les joues rouges et brûlantes. Je fouillai son regard, passant mes mains encore une fois sous sa chemise et lui enlever laissant mes doigts glisser sur sa peau et je dois dire que le costard n’a pas tout à jouer dans ça.

- Je crois que je vais devoir en découvrir plus pour avoir un avis éclairé. je me penchai vers son cou que j'embrassais remontant à son oreille, la mordillant doucement au passage avant de lui chuchoter, J’ai vraiment envie de toi Max…

Je me redressai lentement et plongeai mon regard dans le sien, pressant un peu mon entre-jambe contre la sienne que je sentais sous moi. Là s’il me dit que pas lui, je pourrais clairement le traiter de menteur.

Winnie
Messages : 2682
Date d'inscription : 31/01/2019
Région : Les Hauts de France
Crédits : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

Univers fétiche : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
Préférence de jeu : Femme
Pokémon 2
https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre https://www.letempsdunrp.com/t3703-m-pas-cheres-pas-cheres-les-p-tites-idees-de-rp-1-6 https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silence-a-la-fois-denys-gagnon
Winnie
Mar 19 Sep 2023 - 17:44




Maxwell "Max" Hunter
J'ai 41 ans et je vis à Batôn Rouge (Louisianne), Etats-Unis. Dans la vie, je suis directeur financier pour le compte d'une grosse société bancaire et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis coureur de jupons, lasse de ne plus avoir de stabilité sentimental et je le vis plutôt très mal puisque ce n'est pas ainsi que j'imaginais ma vie.

Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 B82e8709a9c99806080aa0a1ce42c578560d8f5d
Max n'a pas toujours été ce que la rumeur prétend de lui. Il fut un temps où il était même quelqu'un de totalement différent. Quelqu'un qui aurait donné sa vie pour une femme. Or, cette femme a cru bon de le jeter parce qu'elle le trouvait trop "gentil", avant de venir lui coller une gamine entre les bras en prétextant qu'elle était sa fille. C'est peut-être le cas! Mais Max ne peut s'empêcher de penser que cette femme est suffisamment sournoise pour obtenir beaucoup d'argent sans lever le petit doigt. Elle n'était pas comme ça quand ils étaient en couple! Il faut croire que le changement est plus commun qu'on ne le pense. En tout cas : aujourd'hui il joue son rôle de père comme il peut (pitoyablement) et n'envisage plus un test de paternité pour s'assurer de son lien avec cette enfant. Emmy est sa seule famille (depuis le décès de ses parents) et il fait tout son possible pour être un bon père pour elle. Quant à sa mère : leurs échanges se limitent au strict minimum. Ni plus. Ni moins.
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 8716806b9b41dea556719d641c5820540e2ceb11
Elle marque un point, en effet : m'être perdu dans cet endroit m'a offert l'occasion de la retrouver hors de son lieu de travail. Je ne sais simplement pas jusqu'à quel point cela contribuera-t-il à ma chance, là où pour l'heure toutes mes tentatives aient portées leurs fruits. Je suis en tête-à-tête avec elle dans ce lieu où elle passait la soirée en compagnie de ces amies et mon invitation à lui faire découvrir ultérieurement mon monde vient d'être accepté. A la bonheur! Je souris à la pensée que nous allons être amené à nous revoir, bien que je ne m'omette pas la question qui ait précédée cette acceptation.

"_Ce rendez-vous sera ce que tu veux qu'il soit, Paloma."

Je lui assure avec sensualité, ne cessant de dévorer son regard du mien. Il peut tout autant être une rencontre entre deux adultes apprenant à se découvrir, qu'un rencard -comme elle la si bien nommée elle-même- entre deux adultes souhaitant approfondir leur relation. Le tout étant de savoir ce que mademoiselle désire. Et si j'en crois mon instinct -ces actes, surtout- je pense que la seconde option est la plus envisageable. Est-ce consciemment ce qu'elle désire cependant? J'en doute. L'alcool semble prendre possession de la jeune femme, au point que je l'invite chez moi, n'omettant pas qu'il puisse être possible que nous dormions séparément. Une précision à ce propos, d'ailleurs. Je donne sans doute l'impression d'avoir inviter toutes mes conquêtes à mon domicile, mais la vérité est très loin de cette déshonorante apparence. Je n’amenais jamais ces dernières dans mon intimité. Je détestais l'idée seule. Je les invitais par conséquent dans une suite d'hôtel, où nous passions notre temps à baiser, là où pour le reste tout n'était que rendez-vous dans des lieux communs, où j'apprenais à les découvrir dans un cadre bien moins sexualisé. Paloma est une exception, par conséquent. Une exception parce qu'elle est exceptionnelle à mes yeux, à mon cœur. Et que je n'ai pas envie de la conduire là où toutes les autres sont passées. J'ai envie qu'elle puisse découvrir mon intimité, de sorte qu'elle ait confiance en mes sentiments. Une proposition qu'elle accepte également, me narrant son autre option dans le détail, avant de m'entraîner à l'extérieur. Parfait! Je l'emmène sans un mot jusqu'au voiturier, avant de prendre la direction de mon véhicule, où j'ouvre la portière de sorte qu'elle s'installe sur le siège passager. Je note d'ailleurs mentalement chacune de ses réactions, aussi enfantine puisse-t-elle être. Pas pour mieux lui en parler ultérieurement, non! Pour me faire une petite idée de son immersion dans le luxe qui se dégage de ma vie. Elle ne vante pas ma chance d'être riche, déjà. Elle se contente simplement d'admirer les buildings des beaux quartiers, me donnant l'impression de se sentir toute minuscule. Il ne faut pas! Elle a sa place en ces quartiers autant que je n'y ai la mienne! Une remarque je garde sous silence, tandis que je stationne mon véhicule sur ma place de parking attitré. Ensuite, je la mène jusqu'à l’ascenseur, afin que nous regagnions mon étage sans effort. Et sans la moindre parole! Cette exubérance de richesse la rendrait-elle muette? Dois-je m'inquiéter quant à l'éventualité que cela puisse la faire fuir? ME fuir? Je m'en inquiète, quand sa main se fond dans la mienne. Je lui souris en la serrant tendrement, puis prend la direction de mon loft, de sorte que nous puissions nous poser tranquillement. Je n'ai -là encore- aucune idée précise de la suite des évènements. Je m'imagine lui offrir à boire, avant que nous discutions réellement de son point de vue quant à mon costume dans mon capital séduction. Rien de plus. C'est donc avec surprise que je la découvre prendre ses aises dès que nous ayons franchis la porte d'entrée, sous le regard méprisant de ma voisine.

"_ Un problème, Madame Bukater? Je l'interroge alors froidement, agacé qu'elle puisse porter un jugement sur mon invité.
_ Non, non."

Elle se renfrogne, tandis que je referme la porte sur elle. Je déteste les personnes qui jugent les autres sur leur apparence, leur richesse. Paloma est simple mais c'est cette simplicité qui fait son charme. Autant que son comportement, qui ne manque pas de me séduire toujours plus.

"_ Merci. Je souffle chaleureusement, au compliment qu'elle me fait quant à la décoration de mon loft. Bien que ce ne soit pas moi qui m'en suis chargé. J'avoue à la suite, rangeant rapidement les quelques affaires qu'Emmy a laissé traîner. C'est toujours agréable de découvrir que l'on a bon goût."

Et s'il lui faut une preuve : elle l'est. Je ne peux avoir plus de bon goût que de craquer devant sa beauté captivante. Je l'observe ensuite évoluer dans mon intimité, pendant qu'elle tente d'en découvrir plus sur ma personne par le biais de mes disques/DVD. Ai-je de bons goûts musicaux, cinématographiques? Je ne le saurais pas tout de suite, je crois. La jeune femme préfère taire ces appréciations quant à ses découvertes, afin d'admirer la vue que donne ma baie-vitrée sur toute la ville.

" _ Le cadre de la tienne n'en demeure pas moins charmante, j'en suis assuré."

Je la rassure aussitôt, tendrement, à la comparaison de sa vue à la mienne. C'est vrai que celle dont je profite ait bien plus impressionnante que ne doit être la sienne. Mais elle est au cœur de la ville, au cœur de la vie. Elle doit assister à un spectacle tout aussi captivant que n'est celui-ci. Ceci étant dit, la jeune femme prend place dans mon immense canapé, avant de m'intimer à en faire pareille d'une tape sur le siège. Une invitation qui ne manque pas de me faire doucement rire, pendant que je m'installe -naïvement- à ces côtés. Pourquoi naïvement? Parce que je pensais avoir le temps de lui proposer un verre, lorsque je la vois me chevaucher, de sorte de rendre plus intime cet échange. Une attention à laquelle je ne saurai résister -je ne suis qu'un homme après tout!-, bien qu'une partie de moi veuille rester encore le cerveau pensant de notre duo. Je la désire! Là n'est pas le problème! J'ai simplement peur qu'elle me reproche d'y avoir céder, quand elle ne se souviendra pas elle-même de m'avoir entrepris. Ce que je doute, tant elle me semble bien éméchée.

"_ Paloma. Je proteste, à bout de souffle, dès que nos lèvres se désunirent, son doigt sur ma bouche. Peut-être pourrions-nous... prendre notre temps?"

Une question -sans doute totalement inaudible- que la jeune femme rejette en bloc, m'assurant qu'elle a autant vie que moi et qu'elle se rappellera de tout au petit matin. Vraiment? C'est étonnant! J'en suis à me demander comment un si petit bout de femme peut tenir à ce point l'alcool, quand l'un de mes boutons de chemise saute.

Misère.

Ma future maitresse a tous les arguments imparables pour que je cède à la tentation de lui faire l'amour, y compris l'audace nécessaire à sa réalisation. Je ne peux donc m'empêcher de répondre favorablement à ce nouveau baiser -langoureux de surcroît- tandis que mes mains s'emparent de ces hanches. J'ai envie d'elle. Violemment. Et si la jeune femme pouvait en douter, la dureté de ma virilité contre son entrejambe ne saurait la tromper davantage. Elle veut mon point de vue quant à l'impact de sa robe dans son capital séduction? Pas de problème. Je remonte l'une de mes mains jusqu'à la fermeture éclaire de cette dernière, afin de dénuder le haut de son torse.

"_ Tu vas obtenir toutes les réponses nécessaires à l'obtention de l'opinion que tu souhaites te faire, Paloma. Je t'en fais la promesse."

Et je suis un homme de parole, n'en démontre mes lèvres affamées s'attardant sur sa mâchoire, son cou ainsi que ses épaules. Les mains de retour sur ses hanches, je l’agrippe solidement, puis nous lève du canapé afin de la porter jusqu'au mur le plus proche, où je la dépose au sol pour faire glisser sa robe jusqu'à ses chevilles.

"_ Cette robe est merveilleuse mais tu es encore plus exquise sans." Je souffle contre ses lèvres, les capturant à nouveau de ma bouche dans un baiser passionné bien que bref. Que préfères-tu? De longues préliminaires avant que nous passions aux choses sérieuses, ou que nous allions directement dans le vif du sujet avant que je ne t'offre des préliminaires pour remettre le couvert juste après?"

Les deux options me conviennent. Je me sens suffisamment vorace de son corps pour lui faire l'amour encore et encore. Je ne veux juste pas la décevoir en prenant moi-même une mauvaise décision. En attendant son choix, je fais glisser les bretelles de son soutien-gorge, pour embrasser ses clavicules, tout en dénudant ces seins que ma langue ne tardent pas à venir titiller avec avidité.



@Disney lover








Winnie l'ourson
♪ Tout petit, tout doux, tout rond et tout mignon. Entouré de tous ces compagnons. ♪



KoalaVolant
Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Mer 20 Sep 2023 - 23:14

Paloma Murillo
J'ai 30 ans et je vis à Bâton Rouge, Lousianne, Etats-Unis. Dans la vie, je suis Enseignante au primaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et pas prête d’être en couple mais je le vis plutôt bien depuis quelques temps.

Paloma est d’origine mexicaine et elle est fière de ses racine. Elle aime sa cuisine, sa culture, elle enfile la téquila comme si c’était de l’eau. Si sous ses airs angélique de professeur le jour on lui donnerait Jésus sans confession, le soir elle est loin de la prof douce et angélique. Elle s’habille pour mettre en valeur sa silhouette. Elle danse, drague, s’amuse bref elle vit son célibat et elle le vit bien. Douée pour tomber sur des meds qui lui ont labouré le coeur, elle se dit malchanceuse en amour. Elle croit en l’amour, elle croit au coup de foudre. Elle est romantique comme pas une et elle espère vraiment tomber sur son prince charmant. Mais encore faut-il qu’il montre patte blanche et qu’il arrive à l’apprivoiser.
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 Tumblr_inline_oxf50n3O7J1ts1epz_250

« Catch me if you can »



Je venais d’accepter un rencard… non un rendez-vous que j’espérais galant avec lui parce que oui j’étais curieuse mais aussi parce qu’il semblait vraiment sincère et je voulais croire qu’il l’était totalement. Donc pour toute réponse je lui offrit un grand sourire ravi tentant de ne pas me mettre des images en tête pour mettre la barre trop haute. C’est donc avec plaisir que j’acceptais de le suivre autre part pour discuter avec lui. Bien que je ne sois jamais venu dans ce quartier, je le découvrais et je ne pouvais m’empêcher de rêver. Les maisons étaient magnifiques, les immeubles tellement hauts qu’on aurait pu toucher les étoiles. C’était presque un autre monde où je me sentais comme le petit rat des champs. Un lieu où je sais, peut-être, que je n’avais pas ma place. Ce n’était pas moi tout ça de toute façon. J’étais silencieuse certes mais j’observais beaucoup. Même le hall de son immeuble était tellement immaculé qu’avoir pu voler je l’aurais fait pour ne pas salir le plancher. Je ne sortais pas de mon mutisme non pas parce que je ne voulais pas parler ou faire quelconque reproche, j’étais -en quelque sorte - impressionnée. Glissant ma main dans celle de Maxwell, c’est un peu comme si quelque part je tenais à être rassurée que je ne rêvais pas ou qu’il voulait toujours de moi pendant cette soirée. Chose que je sentis quand il serra ma main alors que je lui jetai un regard en coin. Est-ce qu’il lisait mes pensées ou j’étais à ce point transparente? Même son appartement me coupa le souffle. C’était tellement grand! Le complimentant sur la décoration je fis un petit rire quand il avoua que ce n’était pas lui qui s'était occupé de la décoration. Ouais bien je m’en serais douté en fait. Pas que je juge, moi aussi avoir le fric qu’il avait je ferais appel à une designer. Mais vu mon maigre salaire d’institutrice je me retrouvais dans un appartement deux fois plus petit, des meubles d’occasions. Une bibliothèque clairement moins en ordre que la sienne, mes manuels de cours qui traînaient sur la table… enfin un petit appart.

- Bien je t’assure que tu as bon goût Maxwell.

Je lui fis un petit sourire parcourant ses rayons laissant mes doigts glisser sur les reliures, les boîtiers. Beaucoup de trucs pour enfant, donc il tenait vraiment à l’épanouissement de sa fille. Des livres plus classiques et certains plus populaires. Des films qui dataient un peu mais pas moins bons. Et si je lui glissais quelques DVD de James Bond tient. Mais que dire de la vue magnifique! Donc quand il me rassura sur la propre vue de mon appartement je haussai un sourcil. Ah ouais… Si c’est pour voir des gens qui se disputent au milieu de la nuit, des voitures qui passent avec la musique à fond quand ce n’est pas des pétarades de moteurs… Ouais on peut dire que c’est charmant. Cependant je ne voulais pas en débattre et paraître de la fille qui fait pitié. Au fond, je l’aimais mon petit appart et son voisinage. Donc une fois installé et Max à mes côtés, je fus prise d’une pulsion mais pas une pulsion à me jeter dessus comme une affamée.. enfin si un peu mais c’était guidé par… par je ne sais pas c’était différent en fait. TOUT était différent en ce moment. Lui qui semblait vouloir protéger ma vertu, son regard qui n’était pas celui que j’avais vu la première fois, mes émotions qui étaient si vives, si intenses! Le défaisant de son veston, de sa cravate j’arrêtais ses protestations un doigt sur sa bouche. Je trouvais des arguments disons… plus convaincants pour empêcher toute protestation là où je savais que j’avais toute ma tête… enfin assez pour être consentante ceci dit. Aussitôt ma dernière phrase dite, il s’empara de mes hanches me faisait hoqueter de surprise contre ses lèvres et lentement ma fermeture éclair glissa dénudant mon buste alors qu'il me promis que j’aurais réponse à l’opinion que je souhaitais. Est-ce que j’en parlais comment j’aimais qu’il dise mon nom? C’est pas possible que je sente les frissons chaque fois! Je soupirais et fermais les yeux alors qu’il dévorait ma peau pendant que je glissais mes doigts dans sa chevelure d’ébène complètement étourdie de tout ce tourbillon de plaisir qui montait dangereusement. J’eus tout juste le temps de m’agripper à son cou et nouer mes jambes à sa taille alors qu’il se levait pour aller un peu plus loin faisant glisser la robe à mes pieds. Robe que je poussai du bout du pied pour éviter d'atterrir face première sur le sol. Ce compliment!! Je n’étais pas juste belle, pas juste canon, pas juste mignonne ou jolie. Non j’étais exquise! Pas que je sois une vantarde mais jamais de ma vie on ne m’avait dit un compliment pareil. Avec son bref baiser passionné, je me retrouvai au mur alors qu’il m’offrit le choix de la suite. J’avais le cerveau à mille à l’heure et bien trop en bouillie pour réfléchir correctement. Mon soutien-gorge prit le même chemin que la robe alors que je forçais mon cerveau à réfléchir alors qu’il allait s’attaquer à ma poitrine et que je soupirais fortement. Mais merde donne-moi une chance de te répondre tu es injuste là! Une main se glissait dans ses cheveux se crispant légèrement, l’autre sur son épaule également.

- Max… soupirais-je Max… attends… parvins-je à dire entre deux souffle, Regarde-moi…

Aussitôt dit, aussitôt fait. Je peinais à reprendre une respiration normale, mon cœur voulait sortir de ma poitrine et j’étais presque sûre qu’il l’entendait. Je pris son visage entre mes mains et fouillait son regard m'assurant qu’il était sérieux. Je n'avais pas l’habitude qu’on me demande vraiment ce que je voulais. On me promettait la meilleure nuit de ma vie, on me jetait dans un lit et… basta. Mes pouces caressaient ses joues lisses alors que mon cerveau me hurlait de parler maintenant pour éviter qu’il croit que j’avais changé d’avis. Mais j’étais… surprise voilà!

- Tu… tu es le premier qui me demande ça…

Dis-je, plongé dans ses abîmes sombres que je fouillais. Mon cœur se gonflait de joie en fait qu’il me le propose, c'était tellement différent que ça me déstabilisait. IL me déstabilisait. Ce n'était pas Maxwell le tombeur. Ce n’était pas l’homme qui se cachait derrière le masque du charmeur à deux balles. J’avais devant moi Maxwell l’homme dans toute sa simplicité et sa vulnérabilité que ça me touchait complètement.

- D’habitude on me promet la meilleure nuit de ma vie et on me jette dans un lit et… enfin… ce n’est pas totalement la meilleure nuit de ma vie quoi. Disons que… ça calme un besoin.

Hé merde… j’ai le chic pour plomber une ambiance! C’était à mon tour de me sentir vulnérable et à moitié à poil comme j’étais je ne pouvais pas être plus vulnérable qu’en ce moment. Mon regard était toujours accroché au sien de peur qu’il me repousse ou arrête là. J’espère qu’il ne voyait pas la pauvre fille qui se tapait le premier venu pour assouvir ses plus bas instinct alors que non pas du tout. Je crois que je mourrais de honte s'il venait à croire ça. Je baissai le regard mal à l’aise de nous refroidir ainsi cherchant les mots pour… pour je ne sais pas en fait. Je le relevais lentement vers lui comme une gamine prise en faute et lui fit un sourire contrit. Pourquoi je ne lui ai pas juste dit “Allons droit au but” au lieu d’hésiter comme ça? N’importe quelle fille aurait répondu ça, surtout torse nu comme il était… Putin qu’il était à tomber! Mais j’avais quoi à tout faire foirer aussi? Je n’étais pas comme ça d’habitude! D’habitude je me laissais porter par mes envies, mes pulsions et là une question et je suis complètement perdue. Il me faisait quoi? Je me hissai sur la pointe des pieds et allais l’embrasser pour lui assurer que j’en avais toujours envie et peut-être aussi cacher mon malaise. Je laissai mes mains glisser sur son torse les paumes plaquées à celui-ci sentant son coeur pulser contre ma main. Je le relâchai me remit lentement sur mes pieds.

- Je suis désolé… je plombe l’ambiance alors que tout allait bien et… Je… Tu…

Génial! Prise deux de bafouillage! Il allait vraiment finir par me croire idiote! J’avais envie de m’enfuir… non je n’avais pas envie de m’enfuir. J’avais envie de lui, j’avais envie de me sentir aussi exquise qu’il le disait. J’avais envie pour une fois, une seule fois dans ma vie, de ne pas me sentir comme la nana canon du bar qu’on saute pour mieux s’en vanter à ses potes le lendemain.

- J’ai envie de toi Maxwell… très envie de toi. Je… euh…

Mais merde!!! Allez met des mots quitte à avoir l’air cucul! Au pire il se foutra de ta gueule.

- J’ai envie de me sentir aussi exquise que tu le dis…

Voilà! C’était dit et je me dis que je devais avoir l’air complètement idiote! Il allait se foutre de moi c’est clair. Tant qu’il ne me faisait pas coucher en croyant que j’étais trop imbibé,là je crois que je meurs de honte et que je me cache à jamais de lui.


Winnie
Messages : 2682
Date d'inscription : 31/01/2019
Région : Les Hauts de France
Crédits : (c) google image (avatar & gifs profil/signature)

Univers fétiche : City, Science-Fiction et Fantastique. (Si possible dans un contexte inventé, j'y suis plus à mon aise)
Préférence de jeu : Femme
Pokémon 2
https://www.letempsdunrp.com/t2809-mes-multiples-personnalites-sur-ltdrp https://www.letempsdunrp.com/t2787-mon-repertoire-de-rps-oui-je-suis-vachement-originale-dans-le-titre https://www.letempsdunrp.com/t3703-m-pas-cheres-pas-cheres-les-p-tites-idees-de-rp-1-6 https://www.letempsdunrp.com/t2780-l-ecriture-est-parole-et-silence-a-la-fois-denys-gagnon
Winnie
Jeu 28 Sep 2023 - 18:58


 

Maxwell "Max" Hunter
J'ai 41 ans et je vis à Batôn Rouge (Louisianne), Etats-Unis. Dans la vie, je suis directeur financier pour le compte d'une grosse société bancaire et je m'en sors plus que confortablement. Sinon, grâce à ma malchance, je suis coureur de jupons, lasse de ne plus avoir de stabilité sentimental et je le vis plutôt très mal puisque ce n'est pas ainsi que j'imaginais ma vie.

Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 B82e8709a9c99806080aa0a1ce42c578560d8f5d
Max n'a pas toujours été ce que la rumeur prétend de lui. Il fut un temps où il était même quelqu'un de totalement différent. Quelqu'un qui aurait donné sa vie pour une femme. Or, cette femme a cru bon de le jeter parce qu'elle le trouvait trop "gentil", avant de venir lui coller une gamine entre les bras en prétextant qu'elle était sa fille. C'est peut-être le cas! Mais Max ne peut s'empêcher de penser que cette femme est suffisamment sournoise pour obtenir beaucoup d'argent sans lever le petit doigt. Elle n'était pas comme ça quand ils étaient en couple! Il faut croire que le changement est plus commun qu'on ne le pense. En tout cas : aujourd'hui il joue son rôle de père comme il peut (pitoyablement) et n'envisage plus un test de paternité pour s'assurer de son lien avec cette enfant. Emmy est sa seule famille (depuis le décès de ses parents) et il fait tout son possible pour être un bon père pour elle. Quant à sa mère : leurs échanges se limitent au strict minimum. Ni plus. Ni moins.
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 8716806b9b41dea556719d641c5820540e2ceb11
J'ai bon goût, en effet. Preuve en est la jeune femme comme je le précisais précédemment. Mais la qualité de mon intérieur, ainsi que la vue imprenable sur la ville, n'est pas véritablement ce qui intéresse mon invitée. Elle s'installe rapidement sur le canapé comme s'il s'agissait du sien, avant de me faire signe de la rejoindre. Pourquoi pas? Je ne m'attends tout simplement pas à être pris d'assaut par l'institutrice éméchée, bien décidée à nous conduire tout deux jusque dans le cœur de ma chambre. Je résiste, bien entendu! Je n'omets pas ma décision de partager cet instant de plaisir avec une partenaire en pleine possession de ces esprits! Mais Paloma n'entend pas les choses de cette oreille. Elle m'assure qu'elle se souviendra de tout au petit matin, allant même jusqu'à préciser qu'elle sera également encore présente au réveil. Je suis ravie de l'apprendre, mais! Non. Tais-toi. Si elle dit être parfaitement en mesure de tenir l'alcool, c'est qu'elle a déjà exploré par le passé ces capacités limites sur la question. Je me laisse enfin convaincre de partager un délicieux moment en sa compagnie -mon érection y aidant sûrement- après quoi je la mène jusqu'au mur où j'ai bien envie de la posséder fougueusement. Et je pourrais m'y atteler directement du reste! Sauf qu'une partie de moi m'effraie sur l'éventualité que la jeune femme puisse ne pas apprécier cette manière de faire. Nous n'en resterions pas là! Ce serait une façon de soulager nos appétits de sorte d'apprécier plus sereinement les préliminaires à suivre! Sauf qu'il est possible que ma partenaire ne le perçoive pas ainsi! Je me renseigne de ce fait sur la question -au risque de gâcher le moment, quand même-, avant de me trouver pris au dépourvu par sa réaction. Que lui arrive-t-il? Pourquoi tient-elle tant à ce que je me focalise sur son regard plus que sa bouche dont je suis vorace? Aurait-elle fini par prendre conscience de la gravité de la situation? Attention! Je ne dis pas qu'il y a quelque-chose de grave dans le simple fait de prendre du bon temps avec un quasi-inconnu! Il est coutumier que des êtres s'éprennent pour s'oublier le jour suivant! Mais peut-être est-ce ce qu'elle redoute me concernant? Je me rappelle violemment à quel point elle peut se fier aux apparences, aux rumeurs. Elle sait donc par ricochet que je suis un riche donateur, toujours au bras d'une nouvelle femme. Peut-être craint-elle être la prochaine sur la liste interminable de mes conquêtes? Si c'est le cas : je peux lui promettre dès à présent que je ne suis déjà plus l'homme qu'elle semble connaître. Une initiative que je suis prêt à prendre -quitte à souffrir par la suite de ces moqueries- lorsqu'elle m'explique ce qui la tourmente. Ce n'est que "ça"? Tu es tombé sur une belle brochette d'abrutis dans ce cas. Je me retiens de lui souffler, sentant -,par le biais de ces attentions sur mon visage en coupe entre ses mains- qu'elle a besoin que je l'écoute plus que je ne la rassure. C'est courant que des mecs ne prennent que leur plaisir dans un lit. C'est même tellement répandu que nous passons tous pour des putains d'égoïstes. Mais il existe des exceptions. Et c'est l'exceptions que je suis qui la trouble aussi violemment. Je lui souris, attendrie par la mignonnerie qui se dégage de son comportement, avant de venir moi-même lui caresser la joue de mon pouce.

"_ Je comprends ton sentiment de déstabilisation. Je lui confis tendrement, de sorte qu'elle cesse de se flageller pour son attitude. Il y a bien plus de salauds que de princes charmants de nos jours. Peut-être même en a-t-il toujours été ainsi? Mais je t'assure que ce ne sont pas des paroles en l'air me concernant. Bon, je ne vais pas te promettre d'être le coup du siècle puisque toi seule peut en être l'unique juge. Je ris à cette dernière phrase, afin de détendre l'atmosphère. Mais je te promets que tes attentes et tes envies seront mes ordres. Mon plaisir ne résidera que dans l'obtention du tien. Si quelque chose ne te convient pas, si tu estimes que je vais trop vite, il ne faut pas que tu hésites à m'interrompre comme tu l'as fais."

Je ne prétends pas qu'il me sera forcément facile de me couper dans le feu de l'action, ne serait-ce que pour apporter des ajustements à mes caresses. Mais si c'est ce dont elle a besoin pour prendre totalement son pied, alors qu'il en soit ainsi! En attendant, je continue de caresser sa joue avec douceur, ses lèvres venant s'emparer des miennes en un bref baiser, avant de s'excuser d'avoir gâché ce moment. Il n'est pas gâché à mon sens. Nous sommes parvenus à faire ce que bon nombre de couples -même mariés- n'arrivent pas toujours à faire : exprimer nos émotions. C'est donc plutôt positif quand on sait l'évolution que je souhaite donner à notre histoire. Une remarque que je m'apprête à formuler à haute voix, quand la jeune femme m'exprime son envie de moi. Je le sais! J'ai compris directement qu'elle ne tentait pas de mettre un terme à ce qu'elle avait elle-même initiée entre nous. Je ne comprenais simplement pas -au début- le message qu'elle tentait de me passer. Maintenant que j'ai toutes les cartes en main, je peux répondre à son désir de se sentir aussi exquise que je ne l'ai décrite précédemment.

"_ Tes désirs sont des ordres."

Je souffle chaudement, les yeux brûlants du désir qu'elle vient de raviver par cette simple demande. Il n'est plus question de baiser contre le mur tel que je le prévoyais! Il est question de traiter cette femme comme la déesse qu'elle est à mon coeur. Et c'est en ce sens que je la soulève de terre à nouveau, ses cuisses enroulant naturellement ma taille, afin de la conduire dans ma chambre à l'étage.

"_ Dis Siri. Je dis dès que nous y sommes, tout en la déposant sur le rebord du matelas. Allume la lampe de chevet."

La voix robotique s'y exécute instantanément, nous offrant ainsi un éclairage tamisé bien plus pratique pour admirer sa beauté dans la pénombre de la nuit. Ce détail étant désormais réglé, je l'invite d'un geste à s'étendre sur le matelas, avant de venir m'emparer de son sous-vêtement que je fais glisser jusqu'à ces chevilles. Elle n'en aura plus besoin pour les prochaines heures. Je l'en déleste donc, avant de grimper à mon tour sur le lit, où je viens capturer ses lèvres en un baiser langoureux, pendant que ma main droite s'aventure sur son torse. Je découvre chaque parcelle de sa peau sous ma paume. Je n'omets d'ailleurs pas ses seins que je cajole dans cette aventure. Ensuite, je m'attarde sur son ventre plat, afin de le faire tressauter de plaisir. Tu aimes n'est-ce pas? Les mots seraient bien superflus en cet instant. Ses soupirs suffisent amplement à me convaincre de descendre jusqu'à son mont de Vénus. Ce que je fais du reste, tandis que ses cuisses s'entrouvrent naturellement pour faciliter ma découverte. Elle est trempée. Mes doigts sont inondés dès lors qu'ils frôlent son clitoris. Je le fais doucement tourner entre mes doigts, mesurant toutefois l'intensité de cette attention. Je n'ai pas envie qu'elle jouisse trop vite! Pas contre ma langue qui la musèle! J'ai envie qu'elle se montre encore plus exquise qu'elle ne l'est déjà. Ce qu'elle fait, se cambrant spontanément à mes caresses. C'est parfait. Tu es parfaite. Elle l'est tant que je délaisse son bouton de rose pour la pénétrer d'un premier doigt. Puis un second. Je m'active ensuite en son sein, accentuant la pression en direction de son point G. Là encore, le but n'est pas de lui offrir un orgasme. Je me réserve ce luxe de ma langue. Ma langue qui quitte sa bouche accueillante, afin de se plonger dans son cou que je mordille et suçote un peu. Ensuite, je descend jusqu'à sa poitrine, où j'inflige le même délicieux traitement, sans cesser de la doigter. Ce n'est que lorsque je me sens avide de son nectar que je les retire pour venir laper de ma langue ses lèvres intimes. Je n'ai pas oublié de couvrir de baisers son ventre d'ailleurs! Je ne m'y suis juste pas trop attardé, pour le moment. Ravi du goût de sa cyprine, je titille de ma langue son clitoris gorgé de désir, en un mouvement rotatoire. C'est maintenant je veux la faire jouir! C'est maintenant je veux qu'elle prenne son pied! Et ça ne sera que la première fois de cette très longue nuit car je compte bien la contenter de mon appendice douloureusement comprimé dans mon boxer et pantalon, lorsque mon besoin de m'unir à elle ne pourra plus être mit entre parenthèses. En attendant, je continue de lécher ce petit amas de chair sensible, guidé par les soupirs de ma partenaire. J'approche du but. Le souffle est plus court. J'intensifie les mouvements pour qu'elle n'ait aucun échappatoire, jusqu'à obtenir mon Graal : son orgasme. Je lape le fruit de mes efforts, puis ne tarde pas à remonter jusqu'à son visage, détendu de béatitude.

"_ Je t'ai observé. Je murmure à son oreille, surexcité par mon propre désir de jouir pour elle. Je n'ai jamais assisté à plus merveilleux spectacle que ton plaisir. Serai-je fou d'espérer que cela ne sera pas la dernière fois quand tu me quitteras au petit matin?"

La chose est dite. Elle n'est pas à mes yeux, à mon cœur, le simple coup d'un soir. Acceptera-t-elle d'en faire de même avec moi?



@Disney lover








Winnie l'ourson
♪ Tout petit, tout doux, tout rond et tout mignon. Entouré de tous ces compagnons. ♪



KoalaVolant
Disney lover
Messages : 418
Date d'inscription : 05/07/2020
Région : Québec
Crédits : Groovyicons (tumblr)

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Les deux
Code lyokko
https://www.letempsdunrp.com/t5943-mon-monde-et-leur-multiverse https://www.letempsdunrp.com/t5924-le-monde-fantastique-du-rp#120239 https://www.letempsdunrp.com/t6103-le-chaudron-a-idees https://www.letempsdunrp.com/t3994-parce-que-si-le-rp-payait-je-serais-riche
Disney lover
Ven 29 Sep 2023 - 21:19

Paloma Murillo
J'ai 30 ans et je vis à Bâton Rouge, Louisiane, Etats-Unis. Dans la vie, je suis enseignante au primaire et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et pas prête d’être en couple mais je le vis plutôt bien depuis quelques temps.

Paloma est d’origine mexicaine et elle est fière de ses racines. Elle aime sa cuisine, sa culture, elle enfile la téquila comme si c’était de l’eau. Si sous ses airs angélique de professeur le jour on lui donnerait Jésus sans confession, le soir elle est loin de la prof douce et angélique. Elle s’habille pour mettre en valeur sa silhouette. Elle danse, drague, s'amuse, bref elle vit son célibat et elle le vit bien. Douée pour tomber sur des mecs qui lui ont labouré le cœur, elle se dit malchanceuse en amour. Elle croit en l’amour, elle croit au coup de foudre. Elle est romantique comme pas une et elle espère vraiment tomber sur son prince charmant. Mais encore faut-il qu’il montre patte blanche et qu’il arrive à l’apprivoiser.
Catch me if you can (FT. Winnie) - Page 2 Tumblr_inline_oxf50n3O7J1ts1epz_250

« Catch me if you can »



Je me sentais tellement idiote et ridicule! Son visage entre mes mains lui expliquant, ou du moins tenter de lui expliquer, que plusieurs m’avaient promis la meilleure nuit de ma vie mais qu’au final… c’était bien loin de leur “promesses”. Pas que je lui donnais ce contrat personnellement mais je voulais croire - un peu de moins - qu’il pouvait être meilleur que la bande de gros cons qui m’avait servi d’amants et de petits copains pour d’autres. Je savais que j’étais jolie et que sauter la nana mignonne du bar serait un trophée de plus sur leur tableau. Jolie oui mais pas complètement conne. Cependant lui il m’avait dit “exquise”, c’était tellement gratifiant que l’espace d’une fugace réponse je me demandais ce que ça faisait se sentir exquise. Mais avant je devais expliquer pourquoi j’interrompais le tout alors que je fouillais son regard m’assurer de son sérieux et je voulais tellement y croire. Pourquoi lui plus que les autres? J’en sais trop rien en fait. Peut-être parce qu’il m’avait fait voir un côté de lui plus vulnérable, plus humain? En fait je crois oui que c’était ça mais c’était tellement peu que j’avais envie de gratter un peu sa carapace pour assouvir ma curiosité. Quand son pouce vint caresser ma joue, je sentis ma nervosité disparaître lentement, fermant les yeux une micro-seconde comme si j’étais un chaton en manque de câlins. Je les ouvrit lentement et quand il affirma que moi seule pourrait être juge de sa performance je ris doucement en souriant tout aussi doucement. Mes attentes et mes envies seront ses ordres? Mais tu étais où toi toutes ses années?!

* Dans d’autres bras il te l’as dit tout à l’heure!*

Je hochai lentement la tête me disant qu'une fois dans le feu de l’action je pouvais l’arrêter… il faudra qu’il fasse vraiment un truc moche pour que je l’arrête. Cependant dire que je voulais me sentir aussi exquise qui le disait, me rendit une fois de plus nerveuse en me disant qu’il allait me trouver complètement ridicule. Non, pas du tout même! Son regard s’alluma du même désir qu’il y a quelques secondes. Me prenant une nouvelle fois dans ses bras, mes jambes se nouèrent autour de sa taille, j’allais embrasser la ligne de sa mâchoire durant notre ascension. Me posant sur le rebord du lit, je relevai un regard vers lui et… Dieu il était parfait! C’est pas possible d'être aussi beau même en torse! Je m’étendis donc lentement sur le lit à son invitation et la dernière barrière de tissu quitta mon corps allant quelque part sur le plancher alors qu’il grimpa sur le lit mon cœur ratant des battements. Répondant à son baiser, je frissonne sous la chaleur de sa paume qui glisse sur moi. Je ne reste pas immobile comme une huître non plus! Je glissai mes mains sur ses bras, remontant à ses épaules. Du bout des doigts je dessinais les muscles de ses pectoraux en soupirant langoureusement contre ses lèvres. Arrivant à mon ventre, un violent frisson de plaisir me traversa, faisant même pulser mon intimité où sa main se dirigeait. Une main alla se poser sur son bras alors que ses doigts s’occupèrent de mon bouton de plaisir me faisant légèrement arquer le dos sous lui. J’étais de nature assez réceptive mais maintenant s’il continuait à se rythme, j’allais finir par jouir! Mais non! Il se guidait vraiment sur mes réactions! Hé merde… Alors je n’avais pas fini! J’allais être complètement épuisée s’il faisait ça une partie de la nuit!

* Comme si j’allais m’en plaindre tiens!*


Quand il entra un doigt en moi je gémis doucement crispant légèrement les doigts sur son bras, mon autre main allant se perdre dans ses cheveux. Mon corps lui ondulait lentement au rythme des vagues de plaisir qui me frappaient. Je soupirais et gémissais de plaisir comme j’étais capturée de ses lèvres et sa langue. En plus il embrassait comme un Dieu! Il avait tout pour lui, c'est pas possible! Je fis un hoquet de surprise en me cambrant un peu plus sous lui,mes doigts s’enfonçant un peu plus dans son bras quand il toucha… il avait touché quoi merde? Je me sentais devenir encore plus trempée que je ne l’étais. C’était possible ça? Il libéra ma bouche et partit en escapade alors que je lâchai un simple

- Oh mon dieu!

Ses doigts continuant leur manège, alors que je me sentais totalement étourdie de ce plaisir complètement inconnu. Faites qu’il n’arrête pas seigneur! Je tentais de me relever sur mes coudes mais c’était tellement enivrant que je n’y arrivait même pas. Mes mains se refermèrent fermement sur la couverture n’ayant plus rien à quoi m’accrocher et ne voulant pas trop me noyer dans cette marée déferlante. Quand sa langue s’occupa de mon intimité plus que gorgée de plaisir, je poussai un petit cri de plaisir me cambrant encore plus si c’était dieu possible. Mes cuisses se serraient ou se détendaient autour de son visage. Mes mains tordaient la pauvre couverture qui n’avait rien demandé. Sa langue alla s’attaquer à mon clitoris m’enfonçant la tête dans les oreillers. Une main relâcha les draps pour aller se perdre dans sa tignasse noire. Mon souffle est plus irrégulier, rapide et ponctué de cris qui commençait à monter dangereusement. J’allais assourdir la voisine, c'est clair! Je “l’encourageais” de continuer, entre deux souffles, de “Continue Max” entre deux cris. Le plaisir montait dangereusement jusqu’à cette apothéose qui me fit lâcher ce long cri final de plaisir alors que mon corps retombait mollement sur le matelas et que mes doigts se relâchèrent de la couverture et de ses cheveux. J’ai inondé le lit… c’est sûr que je l’avais fait. Je ne pense pas avoir été aussi mouillée de ma vie! Je tentais de reprendre une respiration normale alors qu’il remontait à mon visage pendant que je souris doucement. Encore tremblante, je l'entends me murmurer à l’oreille qu’il m’avait observé me faisant sourire un peu plus. C’est sûr que tu l’as fait sinon tu aurais été bien con de ne pas le faire. Je sentais la bosse dure contre ma cuisse faisant pulser mon entre-jambe encore plus fort. Hé oh! On se calme en bas, laissez-moi me remettre un peu. À sa question, je tourne la tête vers lui, les yeux encore brillant de cet orgasme qui avait pris possession de mon corps. Avant de lui répondre, je souris tendrement en passant mes doigts dans ses cheveux ébouriffés par ma faute et finit par me mordre la lèvre.

- Bien… Si tu veux encore voir le merveilleux spectacle de l’exquise personne que je suis… je ne pense pas qu’il y ait d'autre option.

Mon sourire s’élargit doucement avant de m’étirer pour aller quérir ses lèvres. Je relevai la jambe, juste un peu pour faire pression sur son entre-jambe qui me donnait douloureusement envie. Fiévreusement je défis sa ceinture, fis sauter le bouton de son pantalon, pressant un peu plus mes lèvres contre les siennes pour éviter qu’il me fuit et descendit sa fermeture éclair.

- Et si tu te débarassais de son pantalon que je te découvre moi aussi.

Alors qu’il le faisait, je me redressai en le regardant et me mordant la lèvre. Ouais… le complet ne faisait pas tout dans la séduction et à la bosse qu’il avait, j’allais avoir bien du plaisir. Mais avant… c’était mon tour. De l’index je lui fis signe de venir me rejoindre pendant que je me mettais à genoux pour revenir à ses lèvres qui étaient… tellement addictives! Je le poussai doucement pour qu’il s’étende à son tour. Je relâchai ses lèvres pour aller embrasser sa mâchoire, son cou pendant que je passais entre ses jambes.

- À mon tour de découvrir… murmurais-je en mordillant son oreille.

Et je le découvris de mes lèvres,le goûtait de ma langue. Je laissai glisser mes mains sur son corps parfait. Je voulais moi aussi lui faire perdre la tête, le rendre dans un état où sa seule envie serait d’unir nos deux corps. Bon en soi, je n’aurais pas tellement de difficulté à le faire mais je voulais moi aussi lui donner du plaisir. C’est dans ce genre de moment que je regrettai de ne pas m’avoir attaché les cheveux alors qu’il me descendait dans le visage. J’arrivai enfin à mon but et je me redressai légèrement, mon regard sur lui, ma main glissant et pressant son membre qui était… du béton tellement il était gonflé d’excitation. Doucement je passai mes doigts sous l’élastique de son boxer et l’en débarassai le laissant tomber quelque part sur le plancher. Je donnai quelques coups de langue, allai mordiller ses cuisses pour le faire languir. Même ma main évita l’objet de ma tentation. Après quelques minutes de supplice - qui ont dû lui paraître une éternité - j’allais refermer mes lèvres autour de son mât de chair pour entamer de longs et lent va et vient. S’il y avait une chose que j’aimais bien, c’était de voir un homme prendre son plaisir et lui… il m’offrait tout un spectacle! J’enroulais ma langue autour de celui-ci, j’alternais les rythmes et la pression de mes lèvres et ma main qui suivait le mouvement. Je gémissais longuement contre son membre alors qu’il était tout au fond de ma gorge. Je n’allais pas jusqu’à le faire jouir. Je supposais - peut-être à tort - qu’une fois qu’il aurait joui qu’il ne serait pas capable de reprendre. Je le relâchais donc après de longues minutes à m’activer sur lui pour remonter lentement à sa bouche que je pris avec passion.

- À mon tour de te donner un choix. Est-ce que tu veux prendre le contrôle ou tu préfères que ce soit moi?

Peu importe comment il voulait, tant que je pouvais enfin le sentir en moi! Est-ce que j’avais autant désiré un partenaire? Rapidement comme ça, non. Pas aussi intensément du moins. Il y avait quelque chose émanant de lui qui me déstabilisait certes et me rendait plus taquine, coquine et aventureuse.
Contenu sponsorisé
Catch me if you can (FT. Winnie)
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» please forgive me (winnie)
» Winnie - Broken isn't the same as unfixable...
» I may as well try and catch the wind
» Winnie -It's a trust fall, baby....
» Loin des yeux , près du cœur...(winnie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: