Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues qui tu veux, quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
» Death upon us [ Ft. Pyramid Rouge]
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 23:01 par Pyramid Rouge

» Madness or reality ?
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 22:02 par Senara

» il est bizarre ce sol il est palpable
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 20:01 par Ananas

» Le vent nous portera...
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 19:30 par Dreamcatcher

» PRÉSENTATION ¬ quand c'est fini, c'est par ici
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 19:25 par Lord Xan

» Saut de l’ange - Cheryl & Nemo
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 18:02 par Nemo

» On s'immerge dans la musique, comme dans un rêve mélodieux, pour s'évader d'une réalité assourdissante [Feat Houmous]
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 17:57 par Houmous

» De pluie et de sang • Dinamite
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 17:04 par Dinamite

» Les enfants de la lune. [PV Lulu] +18
Regarde moi -  feat Clionestra  - Page 2 EmptyHier à 16:19 par Ezvana

Le Deal du moment : -14%
Console Sony PS5 Slim Edition Standard Blanc et Noir
Voir le deal
474.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Regarde moi - feat Clionestra

Clionestra
Messages : 3755
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 22 Juin - 0:12

Richard
Berry

J'ai 46 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis chef d'entreprise et je m'en sors bien puisque je suis l'homme le plus puissant et le plus riche des environs. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt en attendant mon heure. J'essaie de préparer mon empire à mon oisillon.

→ Aime les oiseaux
→ Compte donner le monde à sa fille.
→ Offre souvent des choses avec des fraises à sa fille.
Richard faisait comme il pouvait. Il ne parlait pas beaucoup, sauf quand il la regardait droit dans les yeux. Il était silencieux. Il ne voulait pas crier. Il contre balançait les cris de sa fille. Il lui donnait sa main doucement et il la fit se nourrir. Il mimait comment manger, il faisait tout ce qu’il peut. Il le faisait mais avec un pas de recul avec sa fille. Un pas de recul émotionnel, qu’il ne savait même pas avoir. Il ne l’avait pas abandonné, il ne l’abandonnerait jamais. Bien sûr que non. Mais il ne pouvait pas le faire mieux que ça. Il ne savait pas quoi faire. Il lui avait donné à manger. Il avait fait ce qu’il faut. Il devait partir au pédiatre.

Il savait que sa fille n’aimait pas ça. Lui non plus, il n’aimait pas ça. Il était toujours à un centimètre de sa fille. Si sa fille le collait 99% du temps hors du pédiatre, et lui l’éviter…. Quand il était au pédiatre il la posait que quand c’était absolument nécessaire. Il montrait un visage froid et stoïque. Il ne montre aucun sentiment face aux autres. Il ne montre aucune faiblesse. Mais il scrute. Il regarde les autres avec jugement et haine. Il n’aime pas qu’on l’approche. Il n’aime pas qu’on touche sa fille. Ici, à l’extérieur, tout le monde était une menace pour sa fille. Et personne ne mérite de la toucher. Tout le monde devrait être au petit soin avec elle. Tout le monde devrait la voir comme l’instance supérieure. Parce qu’elle était au-dessus des autres. Elle était au-dessus de tout le monde.

Il ne sourit pas. Il reste ainsi pour tout. Il laisse voir son jugement et sa haine pour tout le monde. Il restait droit. Il ne parlait pas plus que nécessaire. Il gardait un regard sur sa fille. Il ne savait pas faire passer une expression d’un visage à l’autre. Le visage qu’il posait sur les infirmiers, il les posa aussi sur le visage de la jeune enfant. Mais il y avait quelque chose dans le fond de son regard. Il jugeait les autres indignes dans sa vie … Il jugeait Mila pas encore mûre pour prendre sa vie. Il récupéra sa fille après la séance. Il jeta un regard à une femme qui semblait chuchoter à son encontre. Il ne l’aime pas. Il n’aime personne. Il n’aime plus personne. Sauf elle. Il n’avait jamais aimé personne. Natalya. Et elle. Maintenant. Sa fille. Mais il ne savait pas comment faire autrement que ce qu’il était tout de suite. Il refuse d’y penser. Dès que Mila sera assez mûr, sa petite fraise, il la laissera vivre avec un empire, avec le pouvoir, avec la vie devant elle pour écraser les autres.

Il savait comment faire pour que sa fille dorme moins d’une heure à la sieste. Sa fille pouvait lutter des heures pour être avec lui. Il suffira de la réveiller pour la prendre dans ses bras et lui parler. Il pouvait le faire assez facilement. Pour ce qui était de l’éveil … Il n’était pas sûr de savoir quoi faire. Quand il lui parle de son entreprise, sa fille ne comprend pas. Oui, elle ne connait pas encore les mathématiques mais justement, il ne sait pas comment lui apprendre, lui. Il la ramène à la maison. La garde avec lui avant de la mettre dans son parc, dans son bureau.

- Papa doit passer des appels petite fraise, reste sage.

Elle était encore fatiguée mais elle n’allait pas dormir… pas alors qu’il avait assuré qu’il pouvait la tenir éveillé facilement. Il se mit contre le parc, passa une main à travers le parc et prit la liste. Il vira tous les hommes. Il n’aimait pas l’idée qu’un homme soit proche de sa fille. Et comme il était un homme aussi, il partait du principe qu’un homme ne serait jamais assez doux ou bien pour sa fille. Les hommes, ça dégage. Il n’y pense même pas à deux fois. Il lui restait deux numéros.

Il appela le premier sur la liste. La voix criarde et trop aigu de la première lui fit grincer des dents. Il regarda en l’air. Il s’excusa en disant avoir fait un faux numéro.

- On ne va pas finir sourd avant l’heure, n’est-ce pas ma beauté ? On va essayer la dernière, sinon on cherchera une autre personne plus loin. Même si je dois t’y amener tous les jours.

Il attrape son téléphone et tombe sur un répondeur. La voix de la femme lui plait. Elle semble plus ouverte. Plus grande. Il laisse un message. Donne son numéro de téléphone, explique la situation avec sa fille, lui explique que si elle est efficace il pourra doubler son salaire sans la moindre honte. Et raccroche. Puis, il s’approche de sa fille et la prends dans ses bras.

- C’est ton anniversaire aujourd’hui, ma petite fraise. Tu as cinq ans. Tu te rends compte ? Tu as 1826 jours, puisque tu as passé une année avec plus de jours. Alors j’ai un gâteau pour toi, et un petit cadeau.

Il se penche et sort un paquet sous son bureau. Il le donne à sa fille. C’était un livre en mousse, avec des couleurs. Plein de couleur. C’était apparemment le livre d’éveil le plus vendu ces 5 dernières années. Et quelque part, il savait que c’était une bonne chose. Il se disait que c’était bien. Il ne pouvait pas faire mieux. Il allait devoir travailler mais il garda un peu plus sa fille dans ses bras. Parce qu’il en avait envie. Il ne pouvait pas le faire avec les autres.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Pyramid Rouge
Messages : 818
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Jeu 22 Juin - 12:27

Mila
Berry

J'ai 5 ans et je vis à Boston, Etats-Unis . Dans la vie, je suis une fillette et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma malchance , j’ai perdue ma maman et je le vis plutôt pas bien.

-> se calme grâce à la musique
->aime son père plus que tout
-> a peur de l’abandon
-> souffre d’épilepsie
->n’aime pas décevoir son père
Toujours à moitié endormie à cause du gaz décontractant Mila peinait à émerger à nouveau sur la planète terre alors qu’elle avait la tétine dans la bouche et son doudou qui dégoulinait sur son thorax. La voiture ayant le même effet que le gaz la fillette était parfaitement silencieuse et heureuse car elle avait eu son papa près d’elle pendant toute la mâtiné. Au final c’est ça qui comptais. Alors elle fermait les paupières absolument sereine pour le moment. Toute engoncée dans son manteau elle avait l’air d’un petit esquimau avec ses joues toutes rouge. Une fois à la maison elle peinait toujours a émerger mais son papa était là et la tenait dans ses bras. Parfois, comme maintenant quand elle se tenait dans ses bras elle souriait tout a coup et le serrait fort tellement elle l’aimait en riant un peu. Elle était simplement heureuse comme ça, dans ses bras. Plus que de s’y sentir en sécurité il avait une odeur qui loin d’être identique a celle de sa mère était une odeur qui ne lui était pas étrangère et qui était partout dans la maison. C’était lui sa maison, et son doudou, a part eux deux rien d’autres ne comptais pour l’enfant.

Se laissant faire quand il la posa il garda une de ses mains proche d’elle pour qu’elle reste éveillée. Elle était mignonnement toute endormie et assise dans son parc elle pris un jouet et le mis dans la main libre de son père alors qu’il lui disait qu’il était temps d’appeler les numéros sur la liste du docteur. Pour Mila tout ça n’avait pas d’importance et elle était bien incapable de comprendre a l’heure actuelle toute la complexité de la situation présente. Même si elle ne répondait pas toujours a ce que disait son père elle aimait qu’il la regarde qu’il lui parle. Ce qui était sûr c’est que ça ne la laissait jamais indifférente. Quand il l’appela « ma beauté » elle souriait et ria un peu en le regardant l’air coquin sur le visage. Elle s’exclama.

-Baba !

S’accrochant à sa main elle fut tout a coup bien plus réveillée et commença à babiller bruyamment alors qu’il laissait le message. Semblant demander pleinement les bras elle s’accrochait a son bras tendu et essayait de grimper sur lui de la sorte. Évidemment elle n’y arriva pas, déjà peu dégourdi qu’elle était et surtout peu musclée. La femme qui s’occuperais d’elle aurait du travail… Elle tenta tellement le diable en voulant grimper sur le bras de son père qu’elle lâcha inopinément sa prise et tomba par terre dans son parc. Cela la secoua un peu et elle couina un peu sans vraiment pleurer plus effrayée qu’autre chose de ce qu’il venait de lui arriver. Son père la pris alors dans les bras et elle se calma tout de suite contente de pouvoir une fois de plus se blottir contre lui. Sur ses genoux accroché à sa veste de costume hors de prix elle souriait en le regardant et se mis a applaudir toute contente quand il lui confia qu’elle aurait un cadeau et un gâteau. Quand il lui donna le paquet Mila l’attrapa dans ses petites mains potelées et le secoua un peu dans tous les sens. Cela déchira un peu le papier et elle continua tout doucement avec l’aide de son père. Un livre d’éveil, il était en mousse et en tissus pour être sûr de ne pas blesser les petits comme elle. Il y avait un chien sur la couverture. Mila adorait les chiens et les chats. Elle le montra du doigt et regarda son papa.

-Nanimaux Paba.
En le regardant elle attendait son approbation elle espérait qu’il soit fière d’elle… A l’intérieur il y avait pleins d’autres animaux fais en laine et en tissus plus ou moins doux. Mila adorait son cadeau et continua a le tripoter avant de sentir son estomac gargouiller.


Pyramid Rouge
Messages : 818
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Jeu 22 Juin - 12:27

Diane
Argreaves

J'ai 56 ans et je vis à Boston, U.S.A . Dans la vie, je suis éducatrice spécialisée et je m'en sors plutôt bien . Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt avec obligation .

-A eu son fils à 22 ans
-Est veuve depuis 6 ans
-Travaille dans plusieurs structures.
-Allô ? Oliver c’est toi ?  

Oui c’est bien lui au bout du téléphone alors qu’elle est assise là devant son bureau de travail isolée des autres un instant. Au bout du fil elle la reconnaitrait entre mille cette voix souffreteuse et quémandeuse qu’étais celle de son fils. Évidemment comme a chaque fois il était dans des galères qui dépasse toute l’imagination que peu avoir cette pauvre mère. Un regard inquiet plissant les rides de son visage elle fit un 360° du regard pour balayer la pièce et vérifié que personne ne la voyais. Au bout du fil il ne lui dit qu’une chose : « Aide-moi… je te rappelle ». Elle s’exclama posa plusieurs questions mais rien l’interlocuteur avait déjà raccroché. Soupirant la femme ne mis que peut de temps a se reprendre. Cela faisait des années maintenant elle connaissait son enfant mieux que personne… Elle l’aimait mais il était adulte désormais. Retournant dans la salle d’éveils ou il y avait différents enfants avec des handicaps variés elle accomplissait son travail avec douceur et concentration. Pour ne pleinement plus pensés aux démons de sa vie elle avait laissé son portable dans son bureau. C’était la meilleure solution pour éviter d’être déconcentrée.
S’asseyant près d’une petite fille qui avait une trisomie 21 elle lui montra trois carte et lui demanda d’en choisir une. Devant ce jeu la jeune fille semblait toute contente et s’exécuta. Diane était souriante et ses longs cheveux gris toujours lâché lui donnait un air vraiment paisible. Il lui était aisé d’être accepté par les enfants ayant des handicaps quels qu’ils soient. Elle avait une bonne approche. Rangeant les cartes elle commença avec elle un autre exercice de stimulation intellectuelle et pris le temps de s’adapter à son rythme à elle.  A la fin de l’heure de travail  elle montra a nouveau les carte a la petite fille en lui demandant de choisir et elle réussi a choisir la carte qu’elle avait pris avant l’exercice. Diane souria un peu et  lui donna alors un petit sticker qu’elle colla sur son vêtements. L’enfant avait l’air fière et ça c’était la plus grande satisfaction qu’elle avait : aider un enfant a avoir confiance en lui. Retournant à son bureau elle constata l’appelle manqué et consulta immédiatement le message. Visiblement ce n’était pas Oliver. C’était une voix qui lui était inconnus.

« Bonjour, je suis monsieur Berry, je vous appelle concernant vos services d’éducatrice spécialisée. Ma fille de 5 ans, Mila ayant un retard mentale j’aurais souhaité échanger avec vous concernant la possibilité que vous preniez en charge son éducation à pleins temps. Évidemment si les choses se passent bien et que vous me donnez satisfaction je serais dans la mesure de doubler votre salaire. Rappelez moi au 06-15-18-98-76 pour discuter d’un éventuel entretien. Merci beaucoup au revoir. »

La voix de cet homme était dure, pleine, il n’y allait pas par quatre chemins, savait ce qu’il voulait et le disait sans trembler de la voix. Pourtant il ne semblait pas dans une situation facile. Diane fut intrigué et surtout elle avait sentit son estomac se remplir de papillon en entendant en fond la petite fille babiller. Notant le numéro, elle rappela. Par parce qu’elle était intéressée par le salaire mais parce que la proposition de s’occuper d’un seul enfant a plein temps lui plaisait. Dans la structure ou elle se trouvait actuellement, elle regrettait les limites de suivi que l’établissement imposait et était parfois responsable de grosses difficultés d’apprentissage des enfants… Cela l’intriguait, le poste était intéressant bien au-delà du salaire. Composant le numéro elle espérait que ce ne soit pas bidon comme appel. Mais vu la rigidité de l’homme il y avait peu de chance. Quand elle entendit décroché elle commença.

-Bonjour, monsieur Berry ? Je suis Diane Argreaves, vous m’avez laissé un message concernant l’éventuel prise en charge de votre petite fille de 5 ans atteinte de retard mentale : Mila. C’est bien cela ?  

Clionestra
Messages : 3755
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 22 Juin - 14:33

Richard
Berry

J'ai 46 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis chef d'entreprise et je m'en sors bien puisque je suis l'homme le plus puissant et le plus riche des environs. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt en attendant mon heure. J'essaie de préparer mon empire à mon oisillon.

→ Aime les oiseaux
→ Compte donner le monde à sa fille.
→ Offre souvent des choses avec des fraises à sa fille.
Il regarde sa fille, dans ses bras, l’aide à ouvrir son cadeau. Se demande ce qu’il pourrait lui offrir la prochaine fois. Même s’il compte lui offrir le monde, il n’était pas le genre à trop lui offrir. Il n’offre que les choses qu’il pense pouvoir être utile à sa jeune enfant. D’une manière ou d’une autre. Dans ses bras, il peut avoir le profil de sa fille. Il la regarde. Elle ressemble tellement à sa femme. Il y a quelque chose dans la ligne de son visage qui le frappe. Cela le frappe, il en tremble un peu… Il ne veut pas penser à sa femme. Il a tout compartimenté, tout oublier. Il sourit à peine quand sa fille lui parle de ses animaux.

- A. ni. Maux, dit-il en découpant les mots, oui. Ce sont des animaux. Oui, ma chérie.

Il n’avait jamais osé lui acheter un chien, ou un chat, ou un lapin. Il aurait trop peur que l’animal lui fasse du mal sans le vouloir. Et il n’aimait pas mettre à mort les animaux. Lui, il supporterait qu’on le griffe, mais rien ne grifferait jamais sa fille. Rien ne la blesserait. Alors pas d’animaux. Jamais. Alors qu’il tient sa fille, il reçoit un appel. Il observe son téléphone qu’il avait laissé sur le sol. Il repose sa fille, montre son doigt à sa fille et lui dit d’être calme le temps qu’il répond. Il peut travailler avec elle à proximité, sans soucis. Il sait aussi que bientôt la nounou va venir s’en occuper. Il répond. Agacé. Il n’aimait pas qu’on le rappelle, et il n’avait pas non plus retenu par cœur le numéro de sa nouvelle employée. Oui, il considérait que la femme ne pourrait pas lui dire non. Il y aurait toujours quelqu’un pour se faire employer. Puisqu’il paie bien. Il répond. Il aime bien la voix de l’inconnue. Cela apaisera Mila. Il lui laissa une main dans le parc.

- Oui. C’est bien cela. Le pédiatre, Monsieur Alcord, m’a donné vos coordonnées et m’a dit que vous seriez à même de l’aider. Pourrions-nous convenir d’un rendez-vous ?

Après un court appel, parce qu’il n’avait pas que ça à foutre tout de suite non plus, Richard pris un rendez-vous pour lui montrer la maison, et Mila, dans deux jours. Il raccrocha après avoir été poli mais froid et reposa un regard sur sa fille. Il doit travailler. Il touche la tête de sa fille, la nounou arrive, et elle se doit de s’occuper de Mila dans le bureau de Richard. Mila ne quitte jamais son champ de vision. Même pour se faire changer. La nounou pouvait le sentir… Elle pouvait sentir que le moindre geste de travers serait mal pris. Mais elle était très bien payé pour s’occuper de l’enfant, alors elle le faisait.

Deux jours plus tard, il avait annulé ses rendez-vous de la journée. Il avait tout prévu, hier et le jour d’avant pour pouvoir être libre aujourd’hui. Absolument tout avait été fait en avance. Il avait peur dormi. Pourtant, quand on sonna à la porte et qu’il envoya un homme de la maison ouvrir pour lui, Richard était comme toujours. Bien propre, bien habillé d’un costume  sur mesure et coiffé comme il le faut. Il n’y avait rien de moins qu’élégance et luxe quand on le voyait. Il avait fait habiller sa fille d’un collant rose, d’une petite robe qui montrait une grosse fraise sur le buste, elle était adorable. Quand l’homme de main apporta la nouvelle venue, il se leva et s’approcha bien droit avant de lui tendre la main, sa fille toujours dans son parc.

- Madame Argreaves, je suis ravi de pouvoir vous voir aussi rapidement. Je vous présente Mila, fit-il en montrant tout de suite sa fille.

Parce que tout le monde devrait pouvoir voir sa fille comme ce qu’elle est. Au-dessus des autres.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Pyramid Rouge
Messages : 818
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Jeu 22 Juin - 17:21

Diane
Argreaves

J'ai 56 ans et je vis à Boston, U.S.A . Dans la vie, je suis éducatrice spécialisée et je m'en sors plutôt bien . Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt avec obligation .

-A eu son fils à 22 ans
-Est veuve depuis 6 ans
-Travaille dans plusieurs structures.
-Bien-sûr. J’ai de la disponibilité disons… lundi ?

Il accepta sans broncher malgré la pointe d’impolitesse de riche dans sa voix empreinte de rigidité. Elle n’entendit pas l’enfant babiller cette fois-ci. Décidément cela l’intriguait. Ne le voyant pas de son coté du combiné elle avait pourtant la furieuse impression que seul sa voix suffisait a dépeindre quel personnage il était : un homme riche, soigné et strict aux émotions en cage et à la mine mélancoliquement triste depuis sa majorité. L’enfant, sous l’influence d’un tel homme serait a coup sûr une énigme intéressante a résoudre. C’était le propre de son travail de trouver un chemin de communication, différente et propre a chaque personne atteinte de handicap. Diane adorait cela, c’est bien pour cela qu’elle faisait se métier et qu’elle était douée dans son effectuation. La conversation s’acheva avec juste ce qu’il faut de cordial pour l’homme, en ce qui concernait la femme elle n’hésita à marquer sa politesse de respect de bonne humeur tout en restant dans un calme olympien. De cet appel elle commença à ériger quelques petites notes complémentaires de recherches pour savoir à qui elle avait à faire et elle ne fut pas déçue de constater que l’homme qui la voulait a son service n’était autre qu’un des plus grands possesseur d’entreprise des Etats-Unis. Les choses lui apparurent beaucoup plus claires et les éléments se rejoignait dans la toile de son esprit. Cela concordait avec les impressions qu’elle avait pu noter de leur discussion téléphonique : il restait cordial et peinait à donner la moindre trace de sympathie. Tout cela n’était que plus intéressant. Le week-end passa de fil en aiguille entre logistique et moments plus calme ou les hobbys étaient permis.
Lundi arrivant, Diane arriva vers la demeure avec sa vieille Mercedes des années 70’s qu’elle gara soigneusement sur le bas coté devant le portail qui menait a la cours et plus loin au manoir de l’homme, il y avait là a n’en pas douter un style parfaitement anglais et raffiné. Rien d’étonnant. C’est d’ailleurs du petit personnel qui s’occupait d’ouvrir et d’introduire les invités. Diane ses longs cheveux gris ne s’était pas plus apprêté que cela. Elle portait un jeans bleu assez foncé un débardeur gris camouflé sous un petit gilet fin et boutonné jusqu’à la naissance de ses clavicules marqué de maigreur. La femme n’était pas pour autant maigre, elle avait de larges hanches et des jambes un peu potelées et un léger ventre. Sa poitrine par contre n’était plus très développée. Pour finir elle portait un gilet plus épais une écharpe verte absinthe avec de petits pompoms et un manteau long, sur son épaule elle portait un sac en cuir empli de cahier. En arrivant dans la pièce le père semblait très heureux et lui tendit la main qu’elle serra en souriant respectueusement.

-Bonjour monsieur Berry, enchanté. Ravie de pouvoir vous rencontrer.

Mila dans son parc avait vu sa mâtiné se dérouler comme d’habitude alors elle était exténuée et ne réagissait pas trop à ce qui l’entourait alors qu’elle portait sa tétine. Un jouet dans la main elle leva le regard sur la dame qui s’approchait doucement du parc pour se baissa à son niveau un sourire bienveillant et attendris sur le visage. Elle était tout bonnement adorable.

-Bonjour Mila, je m’appelle Diane. Fit-elle en accompagnant ses mots de geste pour l’aider a comprendre. -Je suis là pour discuter avec ton papa de toi.
Mila regardait la dame mais grimaçait un peu comme quand elle ne comprenait pas trop ou qu’elle était stressée. Ayant pris la température avec la petite fille elle constata qu’elle avait des difficultés sociale. Rien de méchant. Également sans le dire elle pu voir un peu l’étendu globale de la petite fille. Se relevant doucement en regardant Richard toujours calme et souriante elle attendit qu’il lui permette de s’installer pour le faire et qu’ils se retrouvent face a face dans son bureau. Pas besoin de détailler la pièce pour voir que la maison tout entière embaumait le luxe.

-Bien, qu’attendez vous de moi exactement ?

Fit-elle sans détour et surtout sans complexe, elle n’allais clairement pas se plier plus bas que terre pour obtenir ce job. Sa voix néanmoins restait calme apaisée et apaisante. Mila n’avait pas arrêté de la regarder et elle avança a quatre pattes sur le rebord de son parc couinant en tendant les bras vers son père. Effectviement la fillette n’avait pas l’habitude des inconnus et encore moins qu’il soit doux alors elle avait de l’appréhension. Elle se mit a chouiner un peu définitivement stressée que la dame l’emmène ou n’importe quoi, tout ce qu’elle savait c’est qu’elle serait plus a l’aise avec un contact de son père.



Clionestra
Messages : 3755
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Jeu 22 Juin - 18:39

Richard
Berry

J'ai 46 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis chef d'entreprise et je m'en sors bien puisque je suis l'homme le plus puissant et le plus riche des environs. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt en attendant mon heure. J'essaie de préparer mon empire à mon oisillon.

→ Aime les oiseaux
→ Compte donner le monde à sa fille.
→ Offre souvent des choses avec des fraises à sa fille.
Richard, juger les autres ? Absolument tous les jours. Richard observait la jeune femme et décidait si elle en valait la chandelle. Méritait-elle de toucher à sa fille ? Il se le demande. Pas tout le monde ne mérite ça. Il s’approche de la jeune femme, lui tends la main, ne sourit pas. Pourquoi sourire ? Il la regarde et la juge. Son accoutrement, son odeur, ses yeux, sa manière de parler… au moins, elle n’avait pas la voix aiguë de l’autre crécelle. Il regarde sa vie, se doute qu’elle ne peut pas comprendre ce qu’il pense, regarde ailleurs. Son regard est toujours froid et vide quand il se pose sur une autre personne. Il ne fait pas l’effort d’y mettre de la chaleur. Natalya l’avait souvent disputé sur ça. Parce qu’il était incapable de faire un sourire simplement heureux ou tendre à une autre personne qu’à elle. Natalya le faisait sourire. Son âme chantait quand elle était avec lui… Et maintenant qu’elle était morte, il n’y avait plus que le silence glacial. Aucune harmonie ne venait faire vibrer son âme. Parfois, sa fille y arrivait. Malgré elle. Et Richard s’en voulait de sentir du bonheur alors que Natalya est morte par sa faute. Et ensuite il en voulait à sa fille de lui faire ressentir tout ça. Il ne dit plus rien, fait un pas pour s’éloigner de Mila et de l’inconnue. Il avait fait sa propre enquête, totalement illégal bien sûr, mais il était riche, et la richesse et le pouvoir lui donnaient des passe-droits. Il ne la lâcha pas des yeux quand elle parle à Mila. Pas une seconde, puis, il se déplace vers le bureau.

- J’attends de vous que vous l’aidiez. Le pédiatre à dit que vous étiez une bonne éducatrice pour les enfants souffrant d’un handicap. Ma fille souffre et elle doit être aidée pour avancer. Je vais lui faire l’école à la maison.

Il comptait déjà le faire, que le pédiatre lui aurait dit ou non pour cette histoire d’être propre. Sa fille allait faire ses études à la maison. Il prendrait autant de professeur qu’il le faut. Prendre le temps de vérifier tout chez chaque personne. Et il les regarderait faire. Le moindre faux pas était grave pour Richard. Lui, une fois que quelqu’un avait fait une erreur, il ne devait plus jamais la faire. Comme quand il avait changé sa fille pour la première fois, et qu’il l’avait fait saigner en la griffant avec sa chevalière. Chevalière qu’il n’a plus. Mais il ne l’a plus changé depuis. Jamais. Une erreur suffit pour tout foutre en l’air, et il ne comptait pas permettre des erreurs avec sa fille. Il laissa couler un regard glacial vers la femme.

- Vous devriez faire ce que vous savez faire. Je ne vais pas faire semblant d’être un expert alors que je ne sais pas du tout comment vous procédez. Vous aurez libre choix de faire tout ce que vous voulez. Vous aurez carte blanche, cependant dès qu’il s’agit de ma fille je dois et je serais dans la même pièce.

Il montre le bureau d’une main. Un très très grand bureau. Il regarde sa fille et se lève pour lui donner son livre d’éveil.

- Mila, calme-toi, regarde les animaux, fit-il en découpant les mots et en la regardant avec froideur avant de reporter son attention vers l’inconnue.

Il se mit entre Diane et Mila, malgré lui. Comme s’il voulait la protéger. Il n’aimait pas réellement l’idée d’une autre personne autour de sa fille, mais il en avait besoin. S’il voulait pouvoir donner le monde à sa fille, il faut que Mila puisse être apte à prendre le monde entre ses mains. Ce qui n’était pas gagné. Alors il regarde Diane.

- Qu’avez-vous besoin pour ça ? Je vous donnerais aussi la liste des employés qui s’en occupe et son planning.

Non parce que pour lui, c’était acté que la femme ne dirait pas non de s’occuper de sa petite fraise. Parce qu’il était puissant. Et donc elle aussi. Mila valait plus que tout le monde. Et il avait besoin qu’elle le comprenne, elle aussi. C’était si simple à comprendre et à penser dans son esprit.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Pyramid Rouge
Messages : 818
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Ven 23 Juin - 1:08

Diane
Argreaves

J'ai 56 ans et je vis à Boston, U.S.A . Dans la vie, je suis éducatrice spécialisée et je m'en sors plutôt bien . Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt avec obligation .

-A eu son fils à 22 ans
-Est veuve depuis 6 ans
-Travaille dans plusieurs structures.
« Faites votre travail, mieux que bien et en silence pour que je puisse jouir des bénéfices de celui-ci sans m’investir pleinement. » était une façon pour Diane de résumé la demande du père. Cela l’ennuya mais ne l’étonna pas vraiment compte tenu des relations qu’ils semblait avoir avec sa propre fille. Si la fillette avait des difficultés et besoin d’évoluer il en était de même pour ce père aux désirs strict et à l’émotivité sous contrôle. En silence la femme d’expérience écoutait et observait les fais et gestes de ses interlocuteurs. C’était troublant de voir un père si attentionné dans la théorie pour sa petite et pourtant si distant dans l’émotivité du réel. Le malaise de l’enfant ne diminuait pas et c’était pleinement visible, elle s’accrochait aux barreaux de son « parc »-qui soit dit en passant semblait être là plus comme une cage protégeant le père de contact intempestif quémandé par son enfant qu’autre chose- couinait et tendait ses bras vers lui. Même la femme qui était étrangère pouvait voir a quel point cette petite fille souffrait de manque de contact.

C’était le plus difficile les premiers contact car le lien n’avait pas encore de fondation solide qui permettait une transparence ou le doute n’avait aucune place. Dans son esprit Diane notait ce qu’il lui disait et ce qu’elle remarquait objectivement de la situation. Quant à la petite fille elle lâcha sa tétine et se mit a pleurer manifestement, laissant tomber le livre de son anniversaire, qu’elle aimait beaucoup mais dont elle ne voulait pas. Habitué aux cris, l’éducatrice ne sourcilla pas et ne fut pas le moins du monde dérangé, elle continuait de regarder pleinement l’homme dont elle remarqua la posture protectrice entre elle et la petite fille. Tout cela lui donnait plus encore envie de travailler avec cette famille. Elle commença alors à articuler ses réponses dans sa tête.

-Je vois ce que vous attendez de moi.

Qu’elle soit ses mains, sans affecte et sans émotions pour qu’il évite de la toucher pleinement. D’un coté elle comprenait qu’il n’ai pas les clés pour l’aider comme il le voudrait c’est-à-dire au mieux. Et quelque part c’était déjà bien qu’il s’en rende compte, mais d’un autre coté elle ne comprenait pas pourquoi il ne voulait pas toucher a ce point son propre bébé. Pour obtenir cette réponse elle aurait besoin d’observer leur quotidien. Elle ne commença pas a expliquer son CV car manifestement cet homme s’en foutais il avait déjà fait les recherches pour savoir que c’était elle qu’il voulait, ça elle l’avait compris.

- Je suis d’accord pour travailler avec vous sur le principe.
Car oui dans la tête de l’éducatrice elle n’est qu’une aide et ne fera pas tout le travail totalement seule. Également elle remettais d’une façon parfaitement discrète à leur place les exigences de monsieur, elle serait là parce qu’elle le souhaitait absolument pas parce qu’il avait un pouvoir sur elle.
-Néanmoins avant que nous commencions j’aimerais vous expliquer comment je fonctionne. Les enfant souffrant de handicap mentaux on besoins d’être compris dans leurs besoins avant de pouvoir répondre à quoi que ce soit. Comme en général leur moyen de communication ne passe pas par la parole il n’y a que l’observation qui puisse palier à cela et me permettre de comprendre pleinement comment communique Mila et donc comment en tant qu’éducatrice je pourrais l’aborder pour lui apprendre des choses.

Elle regardait Richard et uniquement lui et dans les yeux, très sérieuse. Elle fit une légère pause pour voir si il comprenait bien ce qu’elle disait, si elle était clair pour lui. Cela semblant être le cas elle continua sur le même ton : sérieux mais pleinement calme et hostilité aucune.

- Certains de mes confrères préfère bâcler cet étapes en lui donnant la forme d’un questionnaire… Mais ce n’est pas mon cas.Afin de pouvoir aider votre fille au mieux il va falloir que je puisse assister a son quotidien pendant une journée complète. Que ce soit avec vous, ou avec le personnel qui s’occupe d’elle si il y en a, il faut que je puisse observer comment votre famille fonctionne et comment l’extérieur agis sur elle pour mieux comprendre comment Mila communique et ce qui la gêne ou non. Après cela, je vous adressez mes recommandations la concernant et ce dont j’aurais besoin pour l’aider à donner le meilleur d’elle-même dans la tâche des apprentissages.

Achevant ses explications qu’elle pensait suffisamment complète pour qu’il comprenne sans se sentir jugé, incompris, ou pris de haut et ainsi lui donner la possibilité d’accepter l’aide dont il avait définitivement besoin. Mais si il la refusait c’était son choix et il était en pleine possession de pouvoir le faire quand il le voulait. Diane était intéressé, elle voulait aider cet enfant et son père mais si le père ne le souhaitait pas ce serait tant pis pour lui car la malédiction de son argent le consumerait toujours. A force de tout payer pour obtenir peut-être avait il oublier la sensation de frustration qu’on le contre dise, ce n’était pas a espérer. Dans son cas il y avait la possibilité que l’amour pour sa fille soit profondément sincère mais teinté d’inexpérience et de dévalorisation de ses moyens personnels pour agir avec sa petite. Dans ce silence Diane resta assise calme, droite, polie et mesuré et elle acheva en disant ceci.
-Si cela vous conviens alors nous commencerons demain.
Puis elle sourit toujours emprise de calme et de bienveillance douce.


Clionestra
Messages : 3755
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Dim 25 Juin - 19:53

Richard
Berry

J'ai 46 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis chef d'entreprise et je m'en sors bien puisque je suis l'homme le plus puissant et le plus riche des environs. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt en attendant mon heure. J'essaie de préparer mon empire à mon oisillon.

→ Aime les oiseaux
→ Compte donner le monde à sa fille.
→ Offre souvent des choses avec des fraises à sa fille.
Richard n’était pas un connard. Pas exactement. Il savait être sale petit enfoiré froid et distant … mais il était comme ça. Dans ses veines coulent de la glace carbonique. Il était froid. Natalya était la seule qui avait, un jour, réussi à fermer la valve du froid pour la remplacer par de la chaleur. Depuis 5 ans, il ne réussissait plus à vivre autrement que dans ce froid révélateur et apaisant. Être dans le froid, ainsi, était routinier, habituel, meilleur pour sa santé mentale. Il ne voulait pas devoir à penser à la chaleur qu’il avait aimé ressentir pendant le peu de temps qu’il avait passé avec elle. Alors oui, c’était un odieux connard quand il le voulait. Et on lui devait. Il était bien plus puissant que la plupart des gens.

Richard était un connard. Et la seule personne qui compte pour lui, c’était la petite chose pleurant dans son parc. Alors il penche le visage, remonte un sourcil réprobateur à sa fille et retourne s’occuper de la femme en face de lui. Il n’avait aucune envie de devoir supporter tout ça. Cela serait si simple s’il avait pu prendre un androïde sans émotion et à l’écoute. Il l’aurait programmé pour faire les choses.

- Bien, avait-il commencé à dire tout en continuant de l’écouter. Nous avons une chambre d’amis pour que vous puissiez voir une journée complète de ma fille.

Même s’il n’aimait pas l’idée… Il n’aimait pas l’idée de devoir avoir une femme qui le regarde pendant les quelques moments seuls avec Mila. Il aimait avoir sa tranquillité, le matin et le soir, qui lui permette de se rappeler de pourquoi il était encore en vie. Pour Mila. La seule raison qu’il faisait qu’il tenait encore debout. Et il allait devoir le perdre. Parce que même s’il doit lui montrer le quotidien de Mila, il savait qu’il ne pourrait pas être comme il l’était. Quand il était seul avec sa fille il était un peu moins froid. Un tout petit peu de rien du tout … pas grand-chose quoi.

- Vous aurez tout ce que vous désirez. Soyez bien claire, même si je doute que vous puissiez louper l’information, si vous avez besoin de quoi que ce soit, la réponse est oui.

Richard savait pouvoir faire la différence entre les demandes autres et les demandes pour sa fille. Et puis si la femme voulait quelque chose qui n’était pas pour sa fille, mais que Mila allait mieux, alors il ne voyait aucune raison pour ne lui laisser l’avoir. C’était aussi simple que ça. Richard, et sa richesse, pourrait facilement faire vivre trois ou quatre personnes dans le luxe le plus total sans qu’il n’en soit affecté le moins du monde. Alors il n’y avait rien de trop bien pour sa fille, rien de trop cher. Elle aurait le monde et plus encore.

- Cela me convient. J’avais un rendez-vous téléphonique dans l’après-midi, mais je vais le repousser.

Parce que … Là où était sa fille, il y était. Il ne la quittait jamais des yeux. C’est tout. Il rejeta un nouveau regard vers sa fille, sans sourire, avant de hausser un nouveau sourcil et prendre un nounours au loin pour le tendre à sa fille sans un mot, et sans la toucher. Il ne l’approchait que peu en face d’un regard inquisiteur.  


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Pyramid Rouge
Messages : 818
Date d'inscription : 23/12/2019
Région : Derrière toi.
Crédits : Jibaro- Love death & robots

Univers fétiche : Silent Hill/ Horreur
Préférence de jeu : Les deux
PYRAMID ROUGE
https://www.letempsdunrp.com/t4946-poupee-russe https://www.letempsdunrp.com/t4944-repertoire-pyramidale https://www.letempsdunrp.com/t6449-silent-hill-en-cours-de-recherche https://www.letempsdunrp.com/t3510p10-le-parallelogramme-incongrue
Pyramid Rouge
Ven 30 Juin - 14:37

Diane
Argreaves

J'ai 56 ans et je vis à Boston, U.S.A . Dans la vie, je suis éducatrice spécialisée et je m'en sors plutôt bien . Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt avec obligation .

-A eu son fils à 22 ans
-Est veuve depuis 6 ans
-Travaille dans plusieurs structures.
 Un petit sourire calme pavé sur ses lèvres souffrant d’un peu de sécheresse, Diane observait l’homme, son futur patron. C’était toujours délicat dans son métier car bien des fois elle devait reprendre ses propres patron. Mais jamais, non jamais Diane ne s’était laissé intimidé par la peur de se faire possiblement renvoyer en disant la vérité en face. Sous tout ses sourires bienveillants -qui soit dit en passant sont sincères- la plupart des parents d’enfants dont elle s’occupait étaient toujours très surpris par le ton qu’elle employait lorsqu’il s’agissait d’agir dans l’intérêt de l’enfant atteint de handicap. La petite fille continuait en vain de couiner pour obtenir l’attention de son père et ce qu’elle souhaitait plus que tout : qu’il la porte dans ses bras contre lui. La femme, remarquait cela un œil discret sur le comportement de l’enfant. Le laissant finir elle ne se fit pas prier pour embrayer sur la suite sans manquer de marquer que les choses serait faites selon son souhait à elle.

-Je vois, eh bien ne vous donnez pas la peine de repousser cet appel, je peux prendre en charge votre fille pendant votre appel ça me permettra de faire connaissance avec elle pour qu’elle m’explique comment elle se sent.  

C’était une perche. Une perche qu’il saisirait certainement et qui prouverait a quel point il est sur-protecteur. Ce qui en soi avait des qualités mais aussi des défauts… Rien qu’a voir l’incapacité de l’enfant a aborder une rencontre dans le calme et la joie elle était sûr de son coup. Elle ajouta alors avant même qu’il ne puisse montrer immédiatement son désaccord.


-Pour le matériel, ne vous en faite pas je dispose déjà de tout ce qu’il me faut. En ce qui concerne la chambre d’amis, vous me voyez honoré d’une telle mise à disposition. Dans l’immédiat néanmoins je préfère n’arriver, pour mon expertise,  que demain matin à l’heure ou commence la journée de Mila. Par la suite si nous décidons de travailler pleinement ensemble il sera  par contre certainement de rigueur que j’accepte votre offre. Elle posa son regard sur l’enfant avant de regarder son père dans les yeux pour lui dire.-Parce qu’il parait évident que cette petite fille à besoin de beaucoup d’attention.  

Effectivement dans son parc Mila continuait a s’épuiser à chouiner debout accroché aux barreaux de sa prison. Lâchant parfois les barreaux d’une main elle la passait tant bien que mal au milieu des barreaux en forçant sa tête contre la barre pour espérer attraper son père. Dans son entreprise tout a fait sous l’emprise de l’émotion la petite fille -déjà loin de la pleine maitrise des ses mouvements- se voyait embrouillée, si bien qu’a un moment elle lâcha de son autre main le barreau et comme ses jambes ne tenait pas bien debout elle s’écroula sur les fesses. Agacée et épuisé par ces efforts elle finit par se laisser tomber sur le dos et gigoter en pleurant des spasmes parcourant son corps. Diane conclut de cet évènement que sa venue serait une bénédiction car aussi bien pour le bien de l’enfant que pour celui de l’homme qui était son père elle mettrait des limites a ces mauvaises habitudes. Cet homme devait avoir un nombre incalculable de larbins pour faire son travail a sa place. Comment pouvait-il travailler avec son enfant en besoin de contact , enfermée juste assez loin de lui pour qu’elle ne puisse pas le toucher ? Diane avait hâte de se mettre au travail avec eux.

-Sur ce, je vais vous laisser, a quel heure dois-je me présenter demain matin ?  

Fit-elle le même sourire calme sur les lèvres alors qu’elle se relevait pour laisser de l’intimité a ce père et cette fillette qui définitivement était pleine d’angoisse. Prenant l’information elle salua chaleureusement l’homme puis la petite fille qui ne s’arrêtait pas de pleurer car visiblement en pleine crise de larmes. C’était courant chez les enfants souffrant de handicap qu’ils aient énormément de mal à sortir d’une colère ou d’une frustration tout seul. Enfin, elle s’en alla poliment avec le même calme avec lequel elle était arrivée, totalement impatiente de revenir demain pour commencer son œuvre.

Clionestra
Messages : 3755
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La grinch de mon coeur !

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
CLIONESTRA RANG GAGNE
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t5961-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche https://www.letempsdunrp.com/t5706p10-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-libres-ou-en-pause
Clionestra
Sam 1 Juil - 14:59

Richard
Berry

J'ai 46 ans et je vis à Boston, USA. Dans la vie, je suis chef d'entreprise et je m'en sors bien puisque je suis l'homme le plus puissant et le plus riche des environs. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuf et je le vis plutôt en attendant mon heure. J'essaie de préparer mon empire à mon oisillon.

→ Aime les oiseaux
→ Compte donner le monde à sa fille.
→ Offre souvent des choses avec des fraises à sa fille.
Il tique, Richard. Il tique et la plupart des gens non observateur ne le remarquerait même pas. Il tique parce que l’appel de demain était privé, important, confidentiel, et qu’il n’avait aucune envie d’en parler devant une parfaite inconnue. Hors, si elle voulait rester avec sa fille, cela sous entends qu’elle devait rester dans le bureau avec lui, pendant cet appel. Alors il tique. Il a un mouvement des sourcils. Un tic imperceptible pour la plupart. Il n’aimait pas ça. L’idée de devoir laisser sa fille avec une parfaite inconnue. Il réfléchit. La femme n’avait pas encore l’idée du protecteur qu’il pouvait être. Un protecteur bizarre, un peu bancal. Il fit par se pencher, trouvant la solution adéquate dans ce mouvement.

- Vous pourriez vous promenez dans les jardins intérieurs. Mila aime les oiseaux.

Ou aimait-elle les oiseaux parce qu’il en parler avec passion et pour montrer à sa petite fraise tout ce qu’il se passe. D’ailleurs, autour de la propriété, il y avait une quantité non négligeable de fraise en train de pousser. Tout le monde pouvait en prendre, vue la quantité, et c’était juste pour le plaisir de montrer à sa fille les fraises qui trainent. Et le jardin intérieur était visible depuis son bureau. Il pourrait faire son appel, laissé la femme rencontrer sa fille et les surveiller. Une pierre trois coups. Il note tout de même à lui allouer un budget pour elle, si elle accepte de prendre en charge Mila. Il nota de préparer la chambre au cas où, il n’avait pas qu’une seule chambre d’ami il pouvait en donner une à la femme si elle était utile à sa fille.

- Ma fille a besoin qu’on la surveille.

Et c’était ainsi qu’il montrait son attention. Il ne savait pas être doux. Il y avait quelques détails qui le dérider. Compter les fraises le matin, montrer comment avaler pour qu’elle le mime, lui parler des oiseaux ou des fraises, l’habiller. Parfois, il avait même lui aussi un mouchoir avec des fraises dans sa poche. Personne n’oserait faire le commentaire que l’austère chef d’entreprise avait un motif si fruité sur son cœur. Bref. Richard faisait preuve d’attention, à sa manière. Ne pas la lâcher des yeux, toujours faire attention. Même la nuit, il venait parfois dans la chambre pour vérifier qu’elle ne s’était pas échapper. Parce que. Mais son attention était sur la surveillance. Il ne savait pas faire preuve de mieux.

- Je me lève à 5 heures, tous les matins, expliqua-t-il, et ma fille se fait lever par son infirmier à 8 heures tapantes. L’infirmier lui fait sa piqure, puis on vient la changer. Je lui donne son pot de bébé par la suite. Demain, je n’ai que mon appel important mais d’ordinaire elle reste dans le parc pendant que je travaille et une nourrice se charge de s’occuper de la changer, la nourrir et la distraire.

Il se fiche que sa fille pleure et chouine pendant qu’il travaille. Il s’en fiche totalement. Cependant la voix de la nounou ne doit jamais se faire entendre. Sinon, il est agacé. Il fait un mouvement vers l’extérieur.

- Je vous présenterais les autres personnes avec qui vous aurez un lien. Il y a trois infirmiers pour le matin, deux nounous selon les disponibilités, la femme de ménage qui aide parfois, le pédiatre que nous allons voir souvent.

Et dans toutes les personnes qu’il cite, il ne se cite pas. Parce qu’il ne s’occupe que de lui donner sa popote le matin, sa popote le soir, et reste à proximité mais sans jamais la toucher avec des autres. Richard n’arrivait pas à toucher sa fille hors de la quiétée de la solitude. Ou pendant qu’elle est au pédiatre. Tout le monde pouvait dire que c’était le jour et la nuit. Quand Mila était chez un médecin, un infirmier, dehors, il la gardait sur son bras et laisser un regard assassin a quiconque osera la faire pleurer. C’était sa manière de lui montrer de l’attention. La seule qu’il connait. Il faisait même plus que ce que ses propres parents faisaient pour lui. Il ne se souvient même pas avoir eu une étreinte de la part de ses parents. Il était déjà au-dessus d’eux.


I'm born again.
I'm on the mend
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
because living well,
is the best revenge
ANAPHORE

Mes recherches
Contenu sponsorisé
Regarde moi - feat Clionestra
Page 2 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Réveille toi pauvre idiot. Regarde la putain. Regarde comme elle te regarde toi ft. Euros
» Le palais des courant d'air - feat Clionestra
» Never give up [ft. Clionestra]
» Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra]
» Sometimes it's chance that chooses for you (ft Clionestra)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: