Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Figurines Funko Pop : 2 achetées = la 3ème offerte
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

I need you more than I want to (chou)

Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Mer 7 Déc - 16:16

Tulio Duarte
J'ai 38 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis homme à tout faire pour une mafia italienne et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal puisque je suis amoureux.
I need you more than I want to (chou) - Page 2 8nyl

Tulio est né au Portugal mais a atterri aux USA durant son adolescence. Pour fuir ses responsabilités dans le meurtre d'un rival, il a sauté dans le premier bateau et a passé quelques jours de galère en Sicile. Là-bas, un mafieux l'a embauché comme petite main. Il l'a ramené aux États-Unis et a fait de lui son homme à tout faire. Courses, garde d'enfants... assassinats, et autres joyeusetés. Partagé en reconnaissance éternelle et soumission dérangeante, Tulio rêve de liberté sans être capable d'envisager sa vie loin de la mafia qui l'exploite.
Je n'ai jamais rien partagé d'aussi fort. Certains diront que je n'ai encore rien partagé avec Faith ! Et pourtant. Ces hasards merveilleux, nos regards puissants, ces quelques touchés magiques. J'ai l'impression de vivre le genre d'histoire qui n'arrive qu'à une minorité. L'étincelle exceptionnelle que les films tentent de narrer ; ces émotions superbes à l'écran que l'on sait faussées... Le cinéma est si fade. Les acteurs trop parfaits, leurs romances vides de sens.
Pour Faith, j'éprouve un sentiment nouveau. Je l'aime, sans doute. J'ai surtout envie de vivre avec et pour elle. Une prise de conscience folle et puissante, une réalité qui me rend heureux.

Après avoir rapidement ouvert la porte de sa jolie maison, la mère de famille se presse pour me faire entrer. Je comprends, mieux vaut que personne ne m'aperçoive. Et puis, peut être a-t-elle hâte qu'on soit enfin tous les deux ;
A peine ai-je refermé la porte derrière moi qu'une tornade poilue et sympathique vient me saluer. Une chance que j'apprécie les animaux ! Je m'accroupis à hauteur de Woody et le cajole en souriant.

« Salut mon beau ! Enchanté !!! »

Et je réalise que j'entre un peu plus concrètement dans sa vie. Mon coeur se rempli de joie et d'appréhensions. Je me redresse alors pour suvire la maitresse des lieux après avoir savouré un baiser volé.

« Je peux t’offrir quelque chose ? Je te laisse t’installer dans le salon. »

« Hm oui, je veux bien. Par exemple... »

Ses doigts dans la main, je l'empêcher de s'éloigner et me colle à son corps afin de chercher ses lèvres. Un baiser de plus. Ce qu'elle pourra me servir à l'infini. Mes lippes s'étirent en un sourire mutin et mes caresses déjà reprennent leur cheminement jusqu'à son dos. Je lutte pourtant et parviens à ne pas exagérer ;
La mettre mal à l'aise est la dernière chose à faire. Mais si la belle m'a emmené ici, c'est pour qu'on soit libre de nous découvrir... Non ?

« Excuse moi. Si tu bois quelque chose, je veux bien pareil. »

Je veux juste qu'on reste proche. Pas plus de vingt centimètres entre nous ou je sais déjà que je vais manquer d'air.

Sans perdre mon sourire, j'observe la large pièce. Tout est spacieux ici, mais c'est une famille nombreuse qui vit entre ces murs ! J'imagine les petits bouts courir entre les canapés. J'aperçois les photos ci et là en essayant de ne pas me sentir comme un intrus.
Ni un danger.
Puis mes orbes sombres retrouvent ceux, lumineux, de Faith. Et mes doutes se dissipent. J'oublie leur équilibre et ma culpabilité : j'ai besoin d'elle. J'ai envie d'elle.
Je ne suis plus rien, sans elle.

« T'es si belle... »

Dis-je sans y mettre les formes, tendant déjà les bras pour retrouver sa chaleur. Elle était parfaite, furieuse, quand nous avons eu un accident. Je l'ai découverte douce et patiente dans le parc avec les mômes. Et dans l'annexe de l'église, j'ai senti cette alchimie et la réciprocité de nos désirs pour la première fois ;
J'en veux plus.

« Tu crois que Woody peut garder notre secret ? »

L'adorable chien, plutôt que d'aller vivre sa vie, s'est posé à nos pieds et je ne peux m'empêcher de rire. Si j'ai l’approbation de cette peluche, que peut-il nous arriver ?
Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Sam 10 Déc - 12:27

Faith Graham
J'ai 36 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis mère au foyer et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis mariée et c'est compliqué.

(ça arrive)
crédit avatar : vesna.

I need you more than I want to.
***

De la honte, c’est ce qu’elle devrait ressentir, Faith, alors qu’elle embrasse Tulio dans la maison qui abrite l’amour que William lui porte, dans le salon où elle joue avec ses enfants nés d’une union honnête. Pourtant, c’est le bien-être qui se répand dans son corps et dans son esprit. Aussi inappropriée qu’elle soit, la présence de l’Européen dans son lieu de vie lui semble parfaitement naturelle. C’est comme si ce qu’il manquait à cet endroit, c’était un peu d’Italie et que désormais tout est réuni pour être parfait. Parfait dans le secret. Dans le regard de la blonde, il n’y a que de l’amour. Elle repousse tant qu’elle le peut l’introspection qu’elle va devoir faire. Elle garde cette torture pour plus tard, lorsque Tulio sera parti, lorsqu’elle sera seule avec ses pensées, quand son mari et ses enfants dormiront paisiblement, persuadés que la vie n’a jamais été aussi douce. Tant de péchés à confesser, déjà trop d’erreurs à assumer… Pour l’instant, cela n’a aucune importance. Les lèvres du brun contre les siennes, et les caresses volées sont les seules choses qui comptent. Faith rit quand au lieu de répondre à sa question et de la laisser se rendre à la cuisine, il la retient pour réclamer un nouveau baiser qu’elle lui rend comme si elle ne pouvait pas survivre sans. « Non. » souffle-t-elle tout proche des lippes offertes. Elle n’a besoin de rien quand il est en face d’elle, la couvre d’attention et la regarde comme si elle était la huitième merveille du monde. Sans doute est-il temps de rompre avec la petite tradition mise rapidement en place. Pas de verre aujourd’hui, mais tellement plus… La mère de famille se sent rougir quand Tulio la complimente. Elle détourne un instant le regard en se mordillant la lèvre. Elle sourit finalement en le fixant à nouveau et se rapprochant pour profiter de l’étreinte. Ses orbes parcourent chaque détail de son visage et elle lève une main jusqu’à ses boucles brunes qu’elle décoiffe sans scrupule. Il est beau, Tulio, cela ne fait aucun doute. Mais elle le trouvait sublime dans l’annexe de l’église avec son air débraillé, les cheveux tombant sur son front, le souffle court et les joues rouges d’avoir couru. La blonde se demande s’il sera tout autant magnifique, essoufflé après que leurs corps se soient rencontrés, entre sensualité et douceur. Sera, pas serait. Ses propres pensées la frappent de plein fouet. Elle fuit à nouveau ses iris bruns et regarde le labrador à leurs pieds. Elle hoche finalement la tête. Heureusement que l’animal n’est pas capable de comprendre ce qui se trame sous ses yeux et de le raconter. La blonde attrape finalement la main de l’Italien et l’entraîne jusqu’au canapé tout en évitant de regarder les photos de famille posées sur la cheminée. Sans le lâcher, elle s’assoit proche de lui, collant leur cuisse alors qu’elle incline le haut de son corps pour ne pas cesser de le regarder. Elle vole un nouveau baiser avant de reprendre la parole. « Est-ce que tu crois en Dieu ? » demande-t-elle en se souvenant de la croix tatouée sur son torse. Dieu qu’elle a envie d’écarter à nouveau les pans de cette chemise…  Elle sait que les Italiens sont très catholiques mais elle espère qu’il dise non, qu’il donne une autre signification à l’encre sur sa peau. Elle voudrait que l’un d’entre eux ne soit pas dans le péché, cela soulagerait légèrement sa conscience. « Tulio… ? Est-ce que… est-ce que c’est la première fois que cela t’arrive avec… avec… » Que cette situation est compliquée. Comme la raison ne parvient pas à l’emporter sur le cœur. « … avec une femme mariée ? » Elle redoute la réponse Faith, elle ne veut pas être qu’un jeu, elle veut représenter plus qu’un interdit. Elle ne veut pas être abandonnée une fois que les barrières seront tombées, une fois que la difficulté aura été dépassée. Elle veut vibrer dans son regard et entre ses mains. Elle veut vibrer quand leurs sentiments seront mis à nus et leurs cœurs offerts à l’autre.
Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Mer 14 Déc - 16:48

Tulio Duarte
J'ai 38 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis homme à tout faire pour une mafia italienne et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal puisque je suis amoureux.
I need you more than I want to (chou) - Page 2 8nyl

Tulio est né au Portugal mais a atterri aux USA durant son adolescence. Pour fuir ses responsabilités dans le meurtre d'un rival, il a sauté dans le premier bateau et a passé quelques jours de galère en Sicile. Là-bas, un mafieux l'a embauché comme petite main. Il l'a ramené aux États-Unis et a fait de lui son homme à tout faire. Courses, garde d'enfants... assassinats, et autres joyeusetés. Partagé en reconnaissance éternelle et soumission dérangeante, Tulio rêve de liberté sans être capable d'envisager sa vie loin de la mafia qui l'exploite.
Le chien est le seul témoin de l'alchimie entre Faith et moi. Le seul ici, le premier à qui nous permettons de voir ce qui nous arrive. Les rares passants qui ont pu nous croiser sur le trajet n'ont sans doute vu que deux silhouettes. Les gens sont indifférents, égoïstes, auto-centrés. Et cela me convient parfaitement, tant que la belle m'accorde un peu d'attention, quelques minutes volées dans sa vie si bien remplie...

Je la laisse nous entraîner jusqu'au canapé. Sans trop savoir si Faith a besoin de temps, de me parler ou de m'entendre, j'attends qu'elle mène l'avancée de notre relation.
Amusé de la voir se tenir au plus près de moi, rassuré quant à ses envies, je lui prends la main et l'observe avec un mélange de tendresse et de sérieux. Évidemment que les choses sont complexes à ses yeux... Mais je ne m'attendais pas à sa question :

« Est-ce que tu crois en Dieu ? »

Ça ne devrait pas être un problème, puisqu'elle même est si pieuse. Mais je crois comprendre l'inquiétude derrière sa question. La femme mariée se sent fautive, Dieu lui a demandé d'être fidèle à son mari. Elle culpabilise plus encore à l'idée d'entraîner un autre croyant dans sa chute ?

« ... J'ai grandi avec des pratiquants. On m'a demandé de croire en Dieu. J'ai eu des mésaventures... et de la chance, aussi. Je crois parfois que c'est grâce à Dieu. Quand j'ai besoin d'aide, il m'arrive de prier. » Je porte une main à sa joue. « Faith, je crois en Dieu parfois. Je crois en l'amour surtout. »

Entre parents. Entre amis. Entre amants. Les sentiments devraient primer sur les statuts, toujours. J'ai peur d'aborder mes émotions avec Faith, paradoxalement je suis sûr qu'elle sait.
Je tiens déjà trop à elle.

D'autres détails la dérangent et je penche le visage sur le côté en devinant ses propos avant qu'elle termine d'articuler. Est-elle la première femme engagée maritalement que je séduis ? Même Woody émet un léger grognement moqueur.

«  Crois-moi je n'ai jamais rien vécu de comparable. »

Des femmes mariées ont peut être gagné un jour mes bras mais je n'en avais pas idée ni ne m'en suis préoccupé. Il y a peu d'amantes que j'ai vues plusieurs fois. Et si on oublie une unique histoire sérieuse - bancale - je n'ai jamais projeté de revoir une seule maitresse. L'idée de construire quelque chose me paraissait suicidaire. Puis j’ai eu un accrochage avec une mauvaise conductrice.
Je ne peux pas envisager de me passer d'elle.

« Je ne me sers pas de toi, tu le sais ? Je tiens beaucoup à, nous. »

Pourquoi ces risques ? Ces contraintes ? S'il était facile de trouver du plaisir ailleurs je ne prendrais pas cette peine.
Mais c'est elle que je veux.

« Je sais que je bouscule tes engagements et j'en suis désolé... je ne veux pas te blesser. Jamais. Je sais juste que, nous ressentons la même chose. »

À ces mots ma main remonte sur sa cuisse et je me penche près de ses lèvres. Je m'en veux de la conduire au péché.
...
Mais que Dieu et ses promesses aillent se faire foutre, j'ai trop d'amour pour l'américaine.

Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Lun 19 Déc - 11:25

Faith Graham
J'ai 36 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis mère au foyer et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis mariée et c'est compliqué.

(ça arrive)
crédit avatar : vesna.

I need you more than I want to.
***

Faith a l’estomac noué quand elle interroge Tulio à propos de sa foi. Il répond doucement, avec calme, pour la rassurer. Comme s’il s’était donné pour mission de la rassurer, de faire en sorte qu’elle se sente bien à chaque fois qu’ils se voient. La blonde se rend vite compte que l’Italien est bien plus sceptique qu’elle vis-à-vis de la religion. Moins aveuglé, sans doute. Plus libre en un sens. Elle se mordille l’intérieur de la joue avant de sourire quand il caresse à nouveau son visage. Fermant les paupières un instant, elle penche la tête sur côté pour se reposer un peu plus sur sa main. Elle se redresse quand il affirme croire plus en l’amour qu’en Dieu. Faith déglutit. Il est encore trop tôt pour parler d’amour entre eux, n’est-ce pas ? Ils n’en sont qu’aux balbutiements d’une attraction qu’ils peinent à définir. Rien de plus… Elle sait qu’elle se ment mais c’est plus simple à supporter ainsi. Est-elle amoureuse de Tulio ? Elle préfère ne pas se poser trop longuement la question par peur de la réponse. Et le brun ? A quel point ses sentiments pour elle sont-ils développés ? Sûrement déjà bien trop. Cela réchauffe son cœur autant que cela l’effraie. Elle a besoin de lui et à la fois, elle ne veut pas ressentir ce besoin. Elle est censée être une épouse et une mère comblée, elle n’a pas à aller mendier de l’amour auprès d’un autre. La blonde voudrait lui voler un baiser mais elle poursuit, présentant ses autres doutes. Son sourire s’étire quand Tulio lui confie que c’est la première fois qu’il vit cela, tout comme elle. Il pourrait mentir, répondre ce qu’elle veut entendre pour s’assurer qu’elle continue à le désirer. Mais dans son regard, la mère de famille lit la sincérité de ses propos et elle choisit de le croire. Elle hoche doucement la tête à sa question, oui elle croit savoir qu’il ne se sert pas d’elle. Elle frissonne quand il se réfère à eux au pluriel, quand ils ne sont plus toi et moi mais nous. Faith est un peu tremblante lorsqu’elle pose sa main sur le haut de la cuisse du méditerranéen et ses joues sont légèrement rouges quand elle retrouve enfin sa voix. « Je tiens également beaucoup à nous. » Quand il présente des excuses, qu’elle entend à peine, en s’approchant à nouveau d’elle, la blonde est incapable de résister plus longtemps. Ses lippes dansent à nouveau contre celles du brun. Elle veut se perdre dans cette idylle. L’enfer ne lui semble pas si inappréciable si elle y est envoyée en compagnie de Tulio. Le baiser dans lequel elle s’égare n’a pas la même retenue que les premiers. Sa raison jetée aux oubliettes, elle le veut, ici et maintenant. Avec maladresse, elle glisse une de ses jambes au dessus de celle de l’homme afin de se retrouver face à lui sans cesser de l’embrasser. « Tulio... Aime-moi… » souffle-t-elle contre ses lèvres en plongeant dans son regard. Prouve-moi que j’ai raison de renoncer à toutes mes valeurs. Reste avec moi sur ce nuage. Je ne veux pas me réveiller. Je veux tes bras, tes lèvres, ton cœur, pour l’éternité.
Contenu sponsorisé
I need you more than I want to (chou)
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» miracle day (chou)
» l'alcool rend aveugle (chou)
» karma is a bitch (chou)
» haut les masques [chou]
» le soleil a rendez-vous avec la lune (chou)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: