Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -25%
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent ...
Voir le deal
18 €

LE TEMPS D'UN RP

le soleil a rendez-vous avec la lune (chou)

Gaïa
Messages : 211
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Mer 19 Oct - 21:51
Le contexte du RP
Vancouver - 25/10/2022.

La situation
Un service d'urgence c'est agité et rythmé par le roulement régulier entre l'équipe de nuit et celle de jour. Dans l'équipe de nuit, il y a Joseph. Dans l'équipe de jour, il y a Poppy. Deux soignants qui se cherchent du regard et se délectent des queqlues mots échangés deux fois par jour.

Contexte provenant de nos esprits. A la base, je voulais juste jouer Blake Lively, puis on a dévié...
Gaïa
Messages : 211
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Mer 19 Oct - 21:59

Poppy
Clarkson

J'ai 33 ans et je vis à Vancouver, Pays. Dans la vie, je suis infirmière urgentiste et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je prends la vie comme elle vient.

Poppy, Pop ou Pops, pour les intimes, c'est un véritable rayon de soleil. Toujours heureuse, elle ne se plait jamais. Parfois, elle râle dans un coin de sa tête mais elle ne verbalise jamais son énervement pour des futilités. Elle se dit que la vie est courte et qu'il vaut mieux garder son énergie pour les choses qui en valent vraiment la peine. Elle est la dernière d'une fratrie de quatre enfants et elle a toujours été chouchoutée. Elle est maman de jumeaux de deux ans, Madonna et Michael, les goûts musicaux que voulez-vous..., qu'elle élève seule, le père s'étant tiré en apprenant sa grossesse. Elle est infirmière urgentiste et est véritablement passionnée par son métier. Dans ce quotidien mouvementé, Poppy garde le cap apportant chaque jour autant de bonheur qu'elle le peut à ses patients et ses collègues.
crédit avatar : bambi eyes.

Le soleil a rendez-vous avec la lune.
***

« Entre Soraya ! » Poppy s’efface un instant pour laisser la jeune femme pénétrer dans l’appartement. « Les enfants viennent tout juste de se réveiller, ils sont encore en pyjama mais déjà bien en forme. » Elle rigole en entraînant la baby-sitter à sa suite. Les jumeaux sont comme elle, matinaux et toujours contents. Il est encore tôt et Vancouver s’éveille doucement. L’infirmière est quasiment prête à partir pour une longue journée de boulot et Soraya va s’occuper de préparer les petits pour les emmener à la crèche avant de commencer également sa journée et de revenir chercher Mike et Donna un peu avant la fin du service de leur mère. « Les petit-déjeuners sont sur la table de la cuisine et leurs vêtements sont prêts dans la salle de bain. » Poppy sait que c’est du boulot pour elle chaque matin et est extrêmement reconnaissante que l’étudiante puisse venir garder les enfants en début et fin de journée. Alors que la baby-sitter assure qu’elle gère, la brune embrasse ses enfants. « A ce soir mes amours, je vous aime très fort. » Elle se glisse hors de la chambre puis enfile son manteau et attrape son sac sans se soucier du fait qu’il ne ferme plus et sort de l’appartement pour rejoindre la fraîcheur du petit matin.

Après de longues minutes de transports en commun, l’infirmière arrive enfin aux portes de l’hôpital. Après un rapide passage à son casier puis au vestiaire, elle pousse enfin la porte des urgences déjà encombrées à cette heure matinale. Le service ne dort jamais dans une si grande ville. Poppy salue les secrétaires d’un clin d’œil et sourit quand son regard tombe sur un patient bien connu. « Ben alors Monsieur Geller ? Vous êtes encore là ? » Le vieil homme est un habitué du service et s’il amuse à chaque fois le personnel, la brune se sent un peu attristé par ses nombreuses chutes. De sa petite voix chevrotante, Monsieur Geller entreprend de lui expliquer ce qu’il lui arriver. « Bonjour Poppy, j’attends de faire une radio parce que figurez vous que cette fois, c’est sur les jouets du chien que j’ai trébuché... » Il y a comme une lassitude dans son ton et Pops prend le temps de l’écouter, comme toujours. « On a appelé votre fille ou c’est moi qui m’en charge ce matin ? » Alors qu’il hausse les épaules, l’infirmière reprend. « Vous savez quoi Monsieur Geller ? Je vais aller trouver mes collègues de la nuit, récupérer les informations importantes et je reviens m’occuper de vous ! »

Les lippes toujours étirées d’un sourire, Poppy rejoint la petite salle où le personnel s’occupe de la relève. Tout le monde n’est pas encore arrivé et le sourire de la brune s’étire quand elle voit Joseph. Elle ne saurait pas dire ce qui lui plaît chez l’anesthésiste. Toujours est-il qu’il lui plaît et que ça lui fait plaisir de le voir deux fois par jour ! D’ailleurs elle ne l’a pas vu ces derniers temps et il commençait à lui manquer. Si elle pouvait, elle aimerait le croiser en journée et échanger un peu que quelques mots sur les patients. « Bonjour ! Comment ça va ? » lance-t-elle d’une voix sûrement trop enjouée pour un homme qui vient de travailler toute la nuit. « C’est moi qui suis en avance ou les autres qui sont en retard ? » Tout en détaillant Joseph du regard, elle se dirige vers la machine à café. « Je t’en fais un ou juste avant de dormir c’est pas le moment ? » Elle attrape une tasse, tout en continuant de faire la conversation. « Alors la reprise ? Comment s’est passée la nuit ? »
Chouu'
Messages : 143
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Ven 21 Oct - 15:17

Joseph Climber
J'ai 43 ans et je vis à Vancouver, Canada. Dans la vie, je suis infirmier anesthésiste et je m'en sors assez pour élever ma fille dignement. Sinon, grâce à ma malchance et ma surcharge de travail, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, disons que j'essaye de ne pas y penser.

Ainé de sept enfants. Frère modèle et disponible. Joseph consacre sa vie à son métier ou ses proches. Il travaille de nuit depuis longtemps mais voilà quatre ans qu'il est papa d'une petite adoptée, elle a aujourd'hui dix ans.
Positif, investi, généreux, facilement manipulé et déterminé, Jo est un bon quarantenaire que les années n'ont pas rendu terne. Au contraire, malgré la fatigue, il reste optimiste.
Lorsqu'il est arrivé la veille avant dix huit heures, Joey n'a pas eu le plaisir de croiser tous les effectifs du jour. Il a vu le médecin de garde, un chirurgien hautain qui prend à peine le temps de dire bonjour - ou plutôt bonsoir. Il a aperçu les deux stagiaires dernièrement arrivées - elles m'aiment bien, pense-t-il quand elles viennent le rencontrer déjà débarrassées de leur blouse presque à chaque relève. Il a pris les consignes auprès de son homologue, une vieille anesthésiste proche de la retraite qui a un humour fort sympathique.
Mais il n'a pas eu l'occasion de saluer Poppy. Il se demande encore si c'est un surnom, mais ses collègues l'appellent ainsi. Il aime bien ce prénom, c'est pétillant, comme elle.

Leur dernière "rencontre" ne date pas d'hier. Il ne l'a pas vue depuis la veille de son départ à Los Angeles. Il pensait la croiser lors de la reprise mais elle a du partir vite, à moins qu'elle soit en congé et... Et il est déçu. Ce qui est stupide. Ils ont à peine le temps d'échanger trois politesses au moment du changement de groupe, il ne sait rien d'elle si ce n'est que son sourire et son regard radieux lui plaisent beaucoup.

La nuit touche à sa fin, Joseph est épuisé mais satisfait. Toutes ses interventions se sont bien déroulées et il s'est senti utile auprès de quelques patients angoissés, de leurs proches aussi.

En quittant le vestiaire, l'infirmier se rend en salle de relève où il a des consignes à donner à miss Harper, comme tous les matins.
Et puis, ce qu'il espérait arrive enfin.

« Bonjour ! Comment ça va ? »

" Hey ! Ça va, tu nous emmènes le soleil ? "

« C’est moi qui suis en avance ou les autres qui sont en retard ? [...] Je t’en fais un ou juste avant de dormir c’est pas le moment ? »  

Un coup d’œil à sa montre permet à Joseph d'obtenir une réponse à sa première question. Elle est légèrement en avance, moins que le stressé du groupe qui est là depuis vingt minutes, mais plus que la majorité de son équipe ce matin. De ce qu'il sait, elle a une vie de famille, difficile d'être toujours ponctuel dans ces cas là, il en sait quelque chose.

D'un signe de tête il confirme pour le café et s'arme de sa tasse en se rapprochant d'elle.

« Alors la reprise ? Comment s’est passée la nuit ? »

A-t-elle remarqué qu'il était absent la semaine passée ou est-ce une question générale sur la prise de service de la veille ? Il hausse les épaules en savourant bientôt l'odeur rassurante du café.

" Un peu dure, il y a eu un carambolage à la sortie de la ville, au nord. Cinq voitures accidentées, douze blessés dont deux graves. Ils sont en chambre trois, tu verras. Sinon, ça a été. Les bobos habituels ! "

Il a sommeil mais moins que d'habitude. Le décalage horaire cumulé un rythme de travail bizarre a de quoi perturber. Mais le repos peut attendre. Puisque Poppy a quelques minutes d'avance, il voudrait en profiter pour discuter. Pourtant il ne sait pas faire, Joey, surtout qu'un infirmier du genre trentenaire beau gosse et ses chaussures en cuir pointues s'invite entre eux avant qu'il ai pu amorcer une conversation.

" Salut Poppy, tu fais le tour des patients avec moi ? "

Son sourire digne d'une publicité dentaire et son rasage parfait provoque un geste nerveux à Climber. Il se frotte le menton grisonnant, pensif.
Il ne peut pas embêter la jeune femme alors qu'elle prend son service. Le parfait infirmier part déjà, persuadé que la belle va le suivre. Joseph s'écarte alors et d'un signe de la main il l'invite à démarrer sa journée, avec ce binôme de rêve - John - que toutes les filles dans la pièce semblent vouloir suivre.

" ... À ce soir ?! "

Lâche-t-il un peu fort dans l'espoir que cela oriente la réponse de Poppy en sa faveur. À moins qu'elle ai pitié et daigne lui tenir compagnie durant les cinq minutes qu'il lui reste avant de pouvoir prendre le chemin du retour au domicile ;
Il ferait des heures supplémentaires, Joseph, juste pour bosser avec elle.
Gaïa
Messages : 211
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Sam 22 Oct - 18:29

Poppy
Clarkson

J'ai 33 ans et je vis à Vancouver, Pays. Dans la vie, je suis infirmière urgentiste et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je prends la vie comme elle vient.

Poppy, Pop ou Pops, pour les intimes, c'est un véritable rayon de soleil. Toujours heureuse, elle ne se plait jamais. Parfois, elle râle dans un coin de sa tête mais elle ne verbalise jamais son énervement pour des futilités. Elle se dit que la vie est courte et qu'il vaut mieux garder son énergie pour les choses qui en valent vraiment la peine. Elle est la dernière d'une fratrie de quatre enfants et elle a toujours été chouchoutée. Elle est maman de jumeaux de deux ans, Madonna et Michael, les goûts musicaux que voulez-vous..., qu'elle élève seule, le père s'étant tiré en apprenant sa grossesse. Elle est infirmière urgentiste et est véritablement passionnée par son métier. Dans ce quotidien mouvementé, Poppy garde le cap apportant chaque jour autant de bonheur qu'elle le peut à ses patients et ses collègues.
crédit avatar : bambi eyes.

Le soleil a rendez-vous avec la lune.
***

Elle rigole, Poppy quand Joseph lui demande si elle amène le soleil. Elle secoue la tête pour agiter les cheveux autour de son visage tout en s’assurant de la présence d’un élastique autour de son poignet pour la suite de la journée. « Et oui ! T’as vu un peu ce talent. » Elle aime rire et surtout, elle aime voir les lèvres des autres s’étirer en même temps que les siennes. « Non en vrai, aucune idée, il fait encore nuit. Mais tu devrais probablement voir le soleil en te réveillant et en profiter plus que moi ! » Les joies des services de douze heures. Elle récupère la tasse entre les mains de son collègue pour lui faire le café promis alors qu’il lui donne quelques informations sur la nuit. La brune hoche la tête en notant les précisions dans un coin de sa tête. « J’irai voir. Les bobos habituels, ok. J’ai vu Monsieur Geller, je vais finir par connaître ce vieux mieux que mon grand-père… Je crois que c’est la troisième ou quatrième fois qu’on le récupère depuis le début du mois, et depuis le début de l’année, il y a longtemps que j’ai perdu le fil… » Elle soupire en tendant son café à Joseph. Poppy s’apprête à lui demander si sa semaine de vacances était agréable quand John entre à son tour dans la petite salle du personnel. L’infirmier la salue sans prêter attention à Joseph et l’invite déjà à faire le tour des patients. Il s’en va déjà et l’infirmière marmonne un vague « Salut John… » avant de rire et de reporter son attention sur son aîné. « Il est au taquet lui ce matin. » Encore plus qu’elle. La jeune femme a bien conscience que John a un faible pour elle. Manque de chance pour lui, c’est le collègue aux horaires décalés qui a la préférence de Poppy. Alors qu’il a probablement toute une vie bien rangée et organisée en dehors du boulot. La brune n’a jamais su choisir les hommes disponibles ou qui en valent la peine. Elle fronce les sourcils et sourit quand Joseph assume qu’elle va aller faire le tour des patients dès maintenant. « Eh oh ! » rigole-t-elle. « T’as déjà hâte de te débarrasser de moi ? » Elle fait néanmoins quelques pas vers la porte pour parler à John. « J’arrive. Juste le temps de boire mon café, ok ? Commence sans moi, je te rejoins ! » L’occasion est trop belle, il est hors de question qu’elle ne profite pas de ces quelques minutes en compagnie de celui qu’elle cherche tant le reste du temps. La brune pose sa tasse avant de se hisser sur la table d’un geste souple. Elle aimerait Poppy, qu’ils aient une vraie conversation, une de celles dans lesquelles les mots s’éternisent et le temps passe trop vite. Une conversation qui passionne, qu’on refuse d’écourter et qu’on se promet de finir autour d’un verre lors d’un jour de repos. Mais elle ne sait pas vraiment quoi dire, parce que c’est si rare qu’ils se retrouvent seuls. Elle se dirige finalement vers sa première intuition. « C’était bien ces vacances ? J’ai cru que tu étais malade avant qu’Harper me dise que tu avais pris quelques jours. » Sans se départir de son sourire, elle hausse les épaules comme si cela avait peu d’importance, alors qu’elle s’est réellement inquiétée.
Chouu'
Messages : 143
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Dim 23 Oct - 9:42

Joseph Climber
J'ai 43 ans et je vis à Vancouver, Canada. Dans la vie, je suis infirmier anesthésiste et je m'en sors assez pour élever ma fille dignement. Sinon, grâce à ma malchance et ma surcharge de travail, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, disons que j'essaye de ne pas y penser.

Ainé de sept enfants. Frère modèle et disponible. Joseph consacre sa vie à son métier ou ses proches. Il travaille de nuit depuis longtemps mais voilà quatre ans qu'il est papa d'une petite adoptée, elle a aujourd'hui dix ans.
Positif, investi, généreux, facilement manipulé et déterminé, Jo est un bon quarantenaire que les années n'ont pas rendu terne. Au contraire, malgré la fatigue, il reste optimiste.
Poppy a déjà croisé le vieux Geller et Joseph lève les yeux au ciel à son évocation. C'est si frustrant de voir ces personnes âgées presque à chaque relève : l'inquiétude des pro n'empêchera pas la prochaine chute et pourtant, à chaque fois, ils le couvrent de conseils, d'attentions, d'encouragements. L'homme est maladroit, ses jambes ne le portent plus, son caractère en revanche n'est toujours pas décidé à éprouver la peur et son courage déraisonnable inspire tant de respect à l’anesthésiste. Ce papi veut vivre, malgré les risques, et Joey aime penser qu'il a tout compris.

Il jette d'ailleurs un regard en direction du couloir où ce patient habitué attend qu'on vienne le récupérer. Il n'y a pas eu trop de casse cette fois encore.

« Salut John… »

John, qui interrompt le partage d'une tasse de café, n'a pas l'air d'être un mauvais bougre. Au contraire. Et c'est décevant pour le grand brun. S'il était pénible, mauvais ou laid, ça lui éviterait d'en être jaloux. Sauf qu'il semble doté de toutes les qualités et puisqu'il a aussi bon goût : il apprécie Poppy. En vrai, ils iraient peut être bien ensemble. Ont-ils déjà un passif ? A-t-elle des ambitions le concernant ?
Joseph avale une gorgée trop chaude de café pour calmer ses pensées.

Croyant que la belle et le beau du service jour vont s'éloigner côte à côte, il commence à se retourner quand son infirmière préférée bloque cette fuite :

« T’as déjà hâte de te débarrasser de moi ? »

" Jamais ! "

Dit-il spontanément avant de le regretter. Il n'aura jamais hâte de la fin de ces échanges péniblement courts. Ravi de pouvoir en profiter encore une poignée de minutes, il suit la belle jusqu'à la table où elle se hisse et reste planté devant elle, amusé par son attitude positive. Comme toujours.
En l'interrogeant sur ses vacances, il a l'impression qu'ils sont de repos tous les deux et qu'ils peuvent se permettre de discuter des heures durant ;

" C'était cool oui, j'ai profité de ma sœur et sa famille, ils habitent à Los Angeles alors je ne les vois pas assez...  "

Dans l'idéal, il aurait du temps à l'infini pour ses frangins, ses neveux, ses parents, sa fille. Pour Poppy, aussi. Mais le temps est une denrée rare et moqueuse, un principe qui s'écoule de manière régulière en donnant néanmoins l'impression d'éclipser en accéléré tous les bons moments pour ralentir durant les contraintes les moins intéressantes.

Le regard plongé dans son café, Joseph pense qu'il est l'heure de passer aux confidences. Le genre confidence professionnelle, évidemment. Mais tout ce qu'il pourra confier à cette femme aidera à les faire se connaître enfin. Il est impatient de lui faire cette annonce :

" Au fait ! J'ai fait une demande pour changer de groupe. J'veux dire : de cycle. "

Parce que dans un monde parfait, sa demande est acceptée et on le met dans l'équipe de Poppy. Mais rien n'a été validé et il reste la possibilité qu'il soit intégré à l'autre groupe de jour... Encore beaucoup de suspens avant de pouvoir se réjouir.
Partager cette requête ça lui fait quand-même du bien et il sourit sans doute trop largement en se perdant dans les yeux de la brune.

" Je n'ai toujours pas eu de réponse mais... "

Cela permettrait à Joseph d'avoir plus de temps avec sa fille adorée, mais est-ce une si bonne option pour découvrir l'infirmière ? Ne devrait-il pas enfin oser l'inviter ? Il reste encore toute cette journée de travail pour elle, la nuit prochaine pour lui et encore douze heures avant qu'ils soient de repos ;
Là encore, il l'imagine mariée, comblée, très occupée lorsqu'elle n'est pas l'infirmière solaire qui vient le relever.

Il dépose sa tasse à côté de la jeune femme comme pour s'assurer qu'il peut attraper à deux mains le peu de courage qu'il a :

" Je m'disais, si jamais ça te dit, jeudi, on pourrait aller boire un verre. "

Nerea pourra rester avec ses grands-parents si besoin...
Gaïa
Messages : 211
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Dim 23 Oct - 11:03

Poppy
Clarkson

J'ai 33 ans et je vis à Vancouver, Pays. Dans la vie, je suis infirmière urgentiste et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je prends la vie comme elle vient.

Poppy, Pop ou Pops, pour les intimes, c'est un véritable rayon de soleil. Toujours heureuse, elle ne se plait jamais. Parfois, elle râle dans un coin de sa tête mais elle ne verbalise jamais son énervement pour des futilités. Elle se dit que la vie est courte et qu'il vaut mieux garder son énergie pour les choses qui en valent vraiment la peine. Elle est la dernière d'une fratrie de quatre enfants et elle a toujours été chouchoutée. Elle est maman de jumeaux de deux ans, Madonna et Michael, les goûts musicaux que voulez-vous..., qu'elle élève seule, le père s'étant tiré en apprenant sa grossesse. Elle est infirmière urgentiste et est véritablement passionnée par son métier. Dans ce quotidien mouvementé, Poppy garde le cap apportant chaque jour autant de bonheur qu'elle le peut à ses patients et ses collègues.
crédit avatar : bambi eyes.

Le soleil a rendez-vous avec la lune.
***

Poppy sourit face à l'intonation de son collègue. Elle se rend bien compte qu'il essaye seulement de ne pas la vexer et qu'il s'adresse de la même façon à tout le monde. Mais elle prend tout de même ce jamais qui semble venir du cœur pour elle. Parce qu'elle aimerait que Joseph n'ait jamais envie de la voir partir. Elle voudrait qu'il ait envie de la découvrir autant qu'elle en rêve. Elle rigole alors, les mains plaquées sur la table tout en faisant la conversation, prononçant des mots banals. "Los Angeles et ta famille, c'est super ça ! Ça a dû te détendre, j'espère que tu as réussi à oublier un peu les patients." Poppy, elle imagine Joseph comme un acharné du travail et elle est presque sûre qu'il aura été incapable de décrocher complètement. Peut-être qu'elle se trompe mais ça lui fait plaisir d'imaginer l'infirmier dévoué corps et âme à son métier. Ça lui donne une aura plus attirante encore. Et la petite brune, elle aime un peu trop se faire des films. Dans son film préféré, elle a réussi à inviter le brun, il est tombé amoureux d'elle, il aime ses enfants et ils mènent une vie parfaite. A ce film qu'elle regarde presque tous les soirs avant de dormir et parfois dans la journée, l'infirmière peut désormais ajouter une séquence à Los Angeles. "Je n'y suis jamais allée." ajoute-t-elle comme s'il ne se passait rien de plus dans son esprit.

Les doigts de la jeune femme pianotent nerveusement sur la table lorsque l'homme reprend la parole. Et ce qu'il annonce vient réchauffer le cœur de Poppy. Elle sent son sourire qui s'étire alors que ses yeux commencent à pétiller. Elle se racle la gorge pour éviter d'en faire trop. La demande de l'infirmier pourrait être refusée. Il pourrait être affecté à une autre équipe ou un autre service, et ils arrêterait de se croiser. "Ça y est tu en as assez du cycle de nuit ?" Il n'y a pas de méchanceté dans les propos de Poppy, bien au contraire, elle a toujours admiré ceux qui ont le courage de travailler pendant que les autres dorment. Mais elle sait aussi que c'est un rythme que l'on garde un temps mais que l'on finit par abandonner. Bosser la nuit, c'est pénible et compliqué. Elle hoche la tête, contente qu'il ait eu envie de lui en parler alors qu'il n'a pas encore reçu de réponse. "J'espère pour toi que cette demande va être acceptée ! Avec un peu de chance, on va peut-être enfin bosser ensemble." Elle sourit l'air de rien tout en regrettant immédiatement sa spontanéité et l'emploi des mots chance et enfin. La brune est déjà fébrile. Elle fronce les sourcils quand dans le regard de son homologue elle peut lire le doute et le stress, peut-être l'appréhension. Elle s'apprête à lui demander si tout va bien alors qu'il dépose sa tasse à côté d'elle mais il est plus rapide qu'elle pour se remettre à parler. Les émotions se bousculent alors dans l'esprit et le corps de Poppy. Son cœur se met à battre fortement dans sa poitrine et ses joues se teintent probablement de rouge. Elle a chaud tout à coup et à l'impression de ne plus sentir son corps. Il n'y a plus que son cerveau qui lui hurle Joseph t'a invité à aller boire un verre. Joseph t'a invité à aller boire un verre. Joseph t'a invité à aller boire un verre. Poppy pose lentement ses mains sur ses cuisses et commence à frotter son pantalon. "Oui…" souffle-t-elle dans un sourire. Elle passe une main dans ses cheveux tentant d'ignorer les pensées qui tentent de se frayer un chemin dans sa tête et qui la poussent à se demander si Joseph a l'habitude d'inviter des collègues juste pour aller boire un verre, ou s'il l'invite juste elle pour le plaisir de la voir sans sa blouse d'infirmière et apprendre à la connaître. "Oui, ça me ferait vraiment plaisir." Elle réfléchit déjà à son organisation et choisit de laisser d'ores et déjà échapper une information. "Je m'arrangerai avec ma babysitter." Elle est maman et essayer d'entrer dans sa vie c'est aussi essayer d'entrer dans celle de ses enfants. Et Joseph est-ce qu'il en a, des enfants ? "Jeudi, c'est noté pour moi !"
Chouu'
Messages : 143
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Dim 23 Oct - 15:12

Joseph Climber
J'ai 43 ans et je vis à Vancouver, Canada. Dans la vie, je suis infirmier anesthésiste et je m'en sors assez pour élever ma fille dignement. Sinon, grâce à ma malchance et ma surcharge de travail, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, disons que j'essaye de ne pas y penser.

Ainé de sept enfants. Frère modèle et disponible. Joseph consacre sa vie à son métier ou ses proches. Il travaille de nuit depuis longtemps mais voilà quatre ans qu'il est papa d'une petite adoptée, elle a aujourd'hui dix ans.
Positif, investi, généreux, facilement manipulé et déterminé, Jo est un bon quarantenaire que les années n'ont pas rendu terne. Au contraire, malgré la fatigue, il reste optimiste.
« Ça y est tu en as assez du cycle de nuit ? »

Réagit-elle de façon logique suite à ses déclarations. Au fond, Joey s'est habitué à ce rythme de vie. Rentrer se coucher quand la plupart des travailleurs prennent le chemin du boulot, quand les élèves se préparent pour l'école et que le soleil brille bientôt dans le ciel. Il s'est fait à l'idée qu'à chaque fois qu'il enfile sa blouse, les chanceux qui ne sont pas hospitalisés retrouvent leur foyer, leurs femmes et enfants pour une soirée au chaud. Ensemble.
Il estime que la solidarité au sein du groupe vient aussi de ce décalage. Privés des leurs pour aider des inconnus, les membres du personnel soignant de l'hôpital se soutiennent et affrontent ensemble les évènements. C'est certainement similaire de jour, mais la nuit il y a ce petit quelque chose en plus. La lune pour seule lumière naturelle extérieure, les activités illégales en arrière plan, les sommeils agités.

" Je pense qu'il sera plus pratique pour moi d'avoir des horaires normaux. "

Si bosser douze heures au milieu de malades et autres blessés est considéré comme une situation normale.
Il sourit à sa collègue qui fait le même constat que lui en ce qui concerne une éventualité idyllique : travailler côte à côte. Il se contente de hocher la tête pour confirmer sans savoir mettre des mots sur ce qu'il ressentirait dans ce cas là. Poppy a l'air d'envisager cela comme une chance et si le terme est un peu fort, Joseph le prend comme un très bon signe.

Mais on ne peut pas se contenter de se fier aux signes alors... alors l’anesthésiste l'invite.

"Oui… [...] Oui, ça me ferait vraiment plaisir."

Son visage s'illumine tant il est content d'entendre cette double acceptation. Il panique déjà à l'idée de mal choisir l'établissement où ils pourront enfin prendre le temps de parler mais tant pis, quitte à faire une erreur, il espère pouvoir rattraper ses maladresses en se faisant compagnie sympathique ;
Quelque chose lui dit qu'il n'était pas le seul impatient d'en arriver là. Il aura le temps d'appréhender, de craindre la déception dans le regard de la belle, pour l'instant il veut juste savourer !

Même si, forcément, rien n'est parfait.

"Je m'arrangerai avec ma babysitter."

" Oh je, oui, bien sûr. Je ne savais pas que tu avais des enfants. "

Peut être un seul, mais il a toujours redouté qu'elle ait une vie de famille très remplie. C'est évident, en fait. Elle est radieuse, encore si jeune, intelligente, pétillante ! ... une femme pareille a forcément un conjoint fou amoureux et des bambins ultra bien tombés.
Si elle a accepté, il a désormais peur que ce soit juste pour décompresser sur un jour de repos, se changer les idées, couper quelques heures durant avec le stress du quotidien.

Joseph craint soudain de n'être qu'une récréation, sans projection.

"Jeudi, c'est noté pour moi !"  

Mais il est positif, et néanmoins très heureux de savoir qu'ils vont pouvoir discuter. Poppy lui plait vraiment bien qu'ils ne sachent rien l'un de l'autre ! Comment peut-il entretenir tant d'espoirs avec si peu d'informations ? Il se dit que la jeune femme est une personne de confiance. De qualité, même. Le genre dont il pourrait tomber amoureux mais ; mais il sera sans doute bientôt l'ami de brigade, le collègue sympa, et il est capable de s'en réjouir, Joseph.
Il serait vraiment honoré de devenir l'ami de cette fille. Et puis, tant qu'il reste des zones d'ombres concernant sa vie privée, il peut bien imaginer ...

" Joey ! Tu prends le bus 17 non ? On y va ?! "

De l'autre côté de la salle, l'infirmière a passé son sac en bandoulière et lui désigne sa montre avec inquiétude. Louper le bus qui ramène à la maison, ce n'est jamais agréable car cela rime avec des minutes de sommeil en moins... Difficile, quand la journée de gens a normalement déjà commencé ! Quand sa "nuit" est finie, le grand brun court jusqu'au soir pour rattraper ce qu'il n'a pas pu faire ;

" File Judith ! Je prendrai le prochain, tant pis. A ce soir. "

Aujourd'hui il est trop content pour s'occuper de l'heure qu'il est. Il sourit à Poppy et fait tourner son café dans la tasse, histoire qu'il refroidisse un peu.

" Jeudi, c'est noté pour moi aussi. Mais si c'est compliqué dans ton organisation, on peut faire autrement. Je peux m'adapter et ; attends. "

Il extrait son portable de son jean et après avoir ouvert le répertoire sur l'ajout d'un contact, il le tend à celle qui est toujours assise sur la table :

" Ça t'embête de me laisser ton numéro ? "

Hm, on a vu meilleur méthode d'approche mais Joseph n'a pas la prétention de se croire bon séducteur...
Gaïa
Messages : 211
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Mer 26 Oct - 21:31

Poppy
Clarkson

J'ai 33 ans et je vis à Vancouver, Pays. Dans la vie, je suis infirmière urgentiste et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je prends la vie comme elle vient.

Poppy, Pop ou Pops, pour les intimes, c'est un véritable rayon de soleil. Toujours heureuse, elle ne se plait jamais. Parfois, elle râle dans un coin de sa tête mais elle ne verbalise jamais son énervement pour des futilités. Elle se dit que la vie est courte et qu'il vaut mieux garder son énergie pour les choses qui en valent vraiment la peine. Elle est la dernière d'une fratrie de quatre enfants et elle a toujours été chouchoutée. Elle est maman de jumeaux de deux ans, Madonna et Michael, les goûts musicaux que voulez-vous..., qu'elle élève seule, le père s'étant tiré en apprenant sa grossesse. Elle est infirmière urgentiste et est véritablement passionnée par son métier. Dans ce quotidien mouvementé, Poppy garde le cap apportant chaque jour autant de bonheur qu'elle le peut à ses patients et ses collègues.
crédit avatar : bambi eyes.

Le soleil a rendez-vous avec la lune.
***

Poppy hoche la tête d’un air entendu. Bien sûr que les horaires de jour sont plus pratiques et facilitent grandement la vie. En tant que maman célibataire, elle serait bien incapable de travailler la nuit. Le visage de Joseph s’éclaire quand elle accepte l’invitation et elle se retient de descendre de la table et de se mettre à sautiller de partout comme une gamine. Elle va enfin pouvoir appeler sa sœur et lui raconter que le bel infirmier dont elle parle régulièrement s’est finalement décidé à l’inviter. Son sourire s’élargit. « Je ne t’ai jamais parlé de mes enfants ? » Certes ils ne se voient que quelques minutes pour évoquer les patients. « Je parle tout le temps de mes enfants, c’est pour ça. Les collègues ne doivent plus en pouvoir. » Elle rigole en balançant ses jambes dans le vide. « J’en ai deux. Des jumeaux, un garçon et une fille. Et je t’assommerai avec tout ça jeudi soir. » ajoute-t-elle avec un clin d’œil. « Et toi ? Tu as des… en… fants ? » demande-t-elle à moitié interrompue par une autre infirmière de nuit qu’elle salue d’un geste de la main. Elle si heureuse, Poppy, ce matin qu’elle ne lui en veut même pas de couper ainsi la conversation. Et alors que le brun choisit de prendre le bus suivant, l’infirmière lève un sourcil. « Sûr ? Tu n’es pas pressé de rentrer aujourd’hui ? » Elle se penche en arrière sur la table pour dire au revoir à Judith avant de reporter son attention sur Joseph. Elle se sent rougir et elle imagine que ses yeux sont brillants. « Jeudi c’est bon. » assure-t-elle avec un nouveau sourire. « Non. Non, ça ne m’embête pas. » Elle attrape le téléphone tendu en tapote son numéro accompagné d’un Pops le soleil a rendez-vous avec la lune (chou) 2600, puis rend l’objet à son propriétaire avec un nouveau clin d’œil. « Envoie-moi un message pour me dire où on se retrouve jeudi ! » L’idée de pouvoir ajouter le numéro de l’infirmier dans ses contacts l’excite grandement. « Ou envoie-moi un message, si t’as envie… ou… si tu… t’ennuies… » Elle bafouille. « Enfin envoie-moi un message ! » Le rouge au joue, elle se cache derrière sa tasse et voudrait se noyer dans son café. Elle se racle la gorge tout en regardant autour d’elle. « Hum… J’imagine que je devrais aller faire le tour des patients. » Poppy n’est pas pressée de partir travailler. « Repose-toi bien, bonne nuit et bonne journée. » Enfin elle descend de la table et termine son café avant de rincer sa tasse. Dans l’encadrement de la porte, elle se retourne vers Joseph. « A ce soir ? » Le ton interrogatif, attendant qu’il confirme ses espoirs.
Chouu'
Messages : 143
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Jeu 27 Oct - 10:36

Joseph Climber
J'ai 43 ans et je vis à Vancouver, Canada. Dans la vie, je suis infirmier anesthésiste et je m'en sors assez pour élever ma fille dignement. Sinon, grâce à ma malchance et ma surcharge de travail, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, disons que j'essaye de ne pas y penser.

Ainé de sept enfants. Frère modèle et disponible. Joseph consacre sa vie à son métier ou ses proches. Il travaille de nuit depuis longtemps mais voilà quatre ans qu'il est papa d'une petite adoptée, elle a aujourd'hui dix ans.
Positif, investi, généreux, facilement manipulé et déterminé, Jo est un bon quarantenaire que les années n'ont pas rendu terne. Au contraire, malgré la fatigue, il reste optimiste.
Quand elle l'interroge sur sa paternité, Joseph est presque ravi de l'intervention de sa collègue qui coupe la parole de la belle infirmière. Cela lui évite de répondre par l'affirmative. Pas qu'il ai honte de sa princesse bien au contraire ! Mais apprendre que Poppy est mère l'a angoissé, il ne veut pas griller toutes leurs chances d'éventuelle relation si à son tour la brune craint que Joey ne soit pas disponible.
Sa réflexion tordue lui fait estimer qu'il peut attendre jeudi pour parler de Nerea.

« Sûr ? Tu n’es pas pressé de rentrer aujourd’hui ? »

" Je ne sais pas c'est bizarre, moins que d'habitude... Tu devrais venir en avance plus souvent. "

Suggère-t-il avec un clin d’œil entendu.
La jeune femme enregistre son numéro de téléphone dans le portable de l’anesthésiste et celui-ci ne peut s'empêcher de vérifier que tout est bien pris en compte, qu'il n'y a pas eu de bug - comme souvent avec ce vieil appareil capricieux. Le petit soleil près du nouveau numéro le fait sourire et tandis que la miss Clarkson se perd dans ses réclamations, Joseph pose d'une voix sereine et rassurante :

" Oui. Je vais t'envoyer un message. "

Inutile de rougir de la sorte, sauf qu'il apprécie la voir dans cet état ! Comme s'il était capable de l'embarrasser - dans le bon sens du terme. Est-elle à ce point impatiente de leur soirée ou est-ce une maladresse d'ennui ? Décidément, il réfléchit trop.
Il range ses affaires alors que les minutes qui s'écoulent vont bientôt sonner leur séparation. Inévitable. Habituelle.
Cette fois au moins, ils ont réussi à prévoir une vraie rencontre, la première en un sens, et ça lui donnera le sourire pour le reste de la semaine.

Elle se retire pour prendre son service avec ses collègues et lui, la fatigue le rattrapant, gagne doucement la sortie.

« A ce soir ? »

" A ce soir. "

Poppy et Joseph se croiseront encore lors de deux relèves, très brièvement, l'un éreinté pour l'autre surchargé à peine arrivé dans l'hôpital. Le cycle de travail est comme souvent intense et ils n'auront l'occasion d'échanger que des formalités avant d'être aspirés par leurs tâches professionnelles ou le repos mérité ;

Le jeudi cependant, alors qu'ils sont de repos tous les deux, Joseph fait enfin partir un message :

12h05
" Bonjour Poppy ! J'espère que tu as pu te reposer. On se retrouve à l'entrée du parc Vanier, vers dix-neuf heures ? "
12h07
" C'est Joseph, au fait.  angel  "
Gaïa
Messages : 211
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Mar 1 Nov - 15:45

Poppy
Clarkson

J'ai 33 ans et je vis à Vancouver, Pays. Dans la vie, je suis infirmière urgentiste et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je prends la vie comme elle vient.

Poppy, Pop ou Pops, pour les intimes, c'est un véritable rayon de soleil. Toujours heureuse, elle ne se plait jamais. Parfois, elle râle dans un coin de sa tête mais elle ne verbalise jamais son énervement pour des futilités. Elle se dit que la vie est courte et qu'il vaut mieux garder son énergie pour les choses qui en valent vraiment la peine. Elle est la dernière d'une fratrie de quatre enfants et elle a toujours été chouchoutée. Elle est maman de jumeaux de deux ans, Madonna et Michael, les goûts musicaux que voulez-vous..., qu'elle élève seule, le père s'étant tiré en apprenant sa grossesse. Elle est infirmière urgentiste et est véritablement passionnée par son métier. Dans ce quotidien mouvementé, Poppy garde le cap apportant chaque jour autant de bonheur qu'elle le peut à ses patients et ses collègues.
crédit avatar : bambi eyes.

Le soleil a rendez-vous avec la lune.
***

« Mike, lâche ta sœur ! » Les jumeaux se chamaillent alors que Poppy termine de préparer le repas. Les mains prises, la jeune femme ne peut qu’observer son fils qui s’amuse à tirer les cheveux de sa sœur. « Mike ! » La petite main laisse enfin aller la mèche brune mais la fillette continue d’hurler. « Il t’a lâchée Donna… » L’infirmière ferme un instant les yeux au dessus de sa planche à découper. « Je sais que vous avez faim, ça arrive, mais il faut se calmer maintenant. » Et vivement la sieste surtout… Sur le plan de travail, son téléphone vibre et elle se penche pour regarder le message qui s’affiche sur l’écran verrouillé. Bonjour Poppy ! J'espère que tu as pu te reposer. On se retrouve à l'entrée du parc Vanier, vers dix-neuf heures ? Un sourire étire ses lippes alors qu’un deuxième message apparaît. C'est Joseph, au fait. angel Le sourire s’agrandit. Elle ne les attendait plus, ces messages, Poppy. Elle pensait que Joseph lui écrirait plus tôt. Elle avait l’impression que comme elle il avait hâte qu’ils continuent à discuter. Elle espérait échanger quelques messages avant le rendez-vous qu’ils se sont fixés. Pendant plusieurs jours, elle a été déçue à chaque vibration de son téléphone de ne pas voir de numéro inconnu s’afficher. « Maaaaamaaaaaan ! » Poppy souffle en laissant son téléphone. Ce n’est pas toujours facile d’élever des jumeaux seule. Elle laisse son couteau et ses légumes de côté pour attraper les mains des enfants et les guider jusqu’au canapé. En quelques clics sur la télécommande de la télé, Netflix diffuse le dessin animé préféré des petits. Les mères parfaites critiqueraient sans doute ce geste mais au moins Poppy bénéficie de quelques minutes de calme pour finir de préparer son repas, répondre à Joseph et appeler Soraya. Elle décide d’ailleurs de contacter d’abord la baby-sitter afin d’être sûre de pouvoir se libérer avant de confirmer sa présence à son collègue. « Salut Soso, comment ça va ? » Elle rince son couteau. « Tout va bien. Dis-moi, tu es libre ce soir à partir de dix-neuf heures ? » Elle met ses légumes dans la poêle. « Un rendez-vous… » Sel, poivre. « Super merci, à ce soir Soraya ! » Elle raccroche et tapote une réponse pour Joseph. Salut ! Je suis reposée et en pleine forme, j’espère que toi aussi ! C’est parfait pour moi. A tout à l’heure  le soleil a rendez-vous avec la lune (chou) 2600 L’éternel soleil accompagne son message. Elle enregistre le numéro de l’infirmier dans son répertoire avant de terminer la cuisson de son plat.

Poppy noircit ses cils de mascara lorsque la baby-sitter arrive. Elle rigole en laissant l’étudiante entrer et retourne dans la salle de bain pour finir de se préparer. Quelques boucles dans ses cheveux, les bijoux qu’elle ne porte jamais au boulot, du rouge sur ses lèvres, elle se trouve jolie Poppy en ce début de soirée. Elle cherche à se mettre en valeur, sans trop en faire. Elle aimerait que Joseph la trouve jolie aussi, alors que sa tenue est bien différente de la blouse habituelle qu’elle porte à l’hôpital. Elle cintre sa robe pull et enfile des bottines à talons en attrapant un sac à main qui ferme cette fois. Elle embrasse ses enfants avant de partir. « Je t’appelle quand je rentre Soraya, commande ce que tu veux pour le repas, fais comme chez toi, tu as l’habitude. Et ne t’emballes pas pour moi, c’est un collègue de travail, j’y vais à l’aveugle ! » La brune rigole à nouveau en sortant de son appartement. Elle vérifie l’heure sur son téléphone dans l’ascenseur, elle n’est vraiment pas en avance cette fois. Elle ouvre à nouveau la conversation avec Joseph. J’aurais quelques minutes de retard, vraiment désolée… Attend-moi je suis bientôt là ! Elle grimace. S’il te plaît  le soleil a rendez-vous avec la lune (chou) 2600 Une fois arrivée, son bonnet enfoncé sur la tête et les mains dans les poches de son manteau, la jeune femme cherche son collègue du regard. Elle sent ses joues rougir en l’apercevant, elle s’avance alors en se disant qu’elle peut mettre les rougeurs sur le compte du froid. « Salut ! » Elle se mordille la lèvre en arrivant à sa hauteur et en levant les yeux vers les siens. Elle sourit en sentant son regard s’illuminer. Elle a envie de tendre les mains en direction de l’homme mais garde les poings serrés dans ses poches. « Tu vas bien ? Je suis contente de te voir. » finit-elle par déclarer. « Ça change de l’hôpital ! »
Contenu sponsorisé
le soleil a rendez-vous avec la lune (chou)
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» "Il n'y a pas de hasards, que des rendez-vous" [ft Charly]
» (m) rendez-vous en Enfer | en cour.
» (m/f)(groupe) On s'était dit rendez-vous dans dix ans...
» Lotus | avec Mélodie de la Lune
» “La célébrité vous donne l'impression que tout le monde vous connaît, mais en réalité, vous ne connaissez personne.”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: