Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 Zénith ...
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Les pions peuvent être déplacés sur l'échiquier [Pv : Gaïa]

Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Dim 9 Oct - 19:06
Le contexte du RP
The walking dead

La place sur l'échiquier
Près de deux semaines après l'arrivée de J au Sanctuaire, le médecin des sauveurs commence à douter des intentions de Negan.
Face aux pénibles tourments du docteur, Negan organise un débat entre les deux toubibs.
S'il fait mine de se divertir, il a en fait besoin de savoir où se situent désormais ces deux personnes. Il lui est important de connaître la position de tous ses pions et il ne sait pas encore où il veut positionner ceux-là.

Contexte provenant de nos cerveaux qui débordent  sisi
Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Dim 9 Oct - 19:06

Negan
J'ai 42 ans et je vis au Sanctuaire, USA. Dans la vie, je suis Negan, leader des Sauveurs et je m'en sors comme un chef. Sinon, grâce à ma chance, je suis plusieurs fois marié et je le vis plutôt bien.

Du sang plein les mains, sadique, dangereux, intraitable, colérique, capricieux, autoritaire, comédien, imbu de lui-même, sans doute un peu fou, à jamais endeuillé ;
Derrière les actes horribles et les accès de violence, Negan aspire à faire survivre l'humanité face aux morts toujours plus nombreux à se relever.
Caché derrière un personnage détestable, tyran sanguinaire qui semble n'en faire qu'à sa tête, il tente en réalité d'établir des règles strictes mais simples pour que la communauté qu'il a créé subsiste et s'impose aux autres s'il ne peut les aspirer.
A la tête d'une organisation abusive, il parvient à déléguer un peu de son pouvoir et croit sincèrement avoir bâti la plus prospère des collectivités dans ce monde en perdition.
Le docteur traverse l’immense hall qui sert de marché avec ses nombreux stands où le troc et les décomptes se font avec beaucoup d’application. Dans sa précipitation il bouscule quelques ouvriers qui ne se privent pas de l’engueuler, ça ne le ralenti pas. Il n’a pas pour habitude d’être désagréable, William, il ne s’autorise pas à pester pour rien car il se sait bien placé. Ses compétences l’ont sauvé et le sauveront encore, il est en sûr, mais une épine s’est plantée dans son pied. Il aurait pu la retirer tout de suite, virer cette insignifiante douleur en ayant le courage d’approcher Negan. Mais il a laissé traîner.
L’aiguille s’est enfoncée, elle a même pris ses aises. William partage désormais son office médicale avec cette jeune femme qui devait juste passer quelques jours. C’était le bruit qui courait. Le brave médecin s’est demandé si des blessés en nombre n’allaient pas débarquer avec ce renfort : mais non. Les sauveurs n’ont pas subis d’attaque particulière et les soins restent gérables. Lui, seul, il tenait la baraque. Pourquoi Negan a-t-il permis à cette « J » de s’installer ?

Aux dernières nouvelles elle est installée dans un des secteurs ouvriers, à l’angle gauche des logements, où plusieurs femmes seules se sont regroupées. Le règlement au Sanctuaire interdit bien sûr la violence sous toutes ses formes ! Mais c’est le chaos dehors, et les femmes qui survivent n’ont pas envie de risquer leur intégrité physique auprès des hommes qui pourraient s’intéresser à elles. Il y a des choses qui ne changent pas, se dit Will. Mais cette brune est de trop dans le repère et alors qu’il s’apprêtait à faire le tour de l’infirmerie, J était déjà passée vers tous les patients !
Pour qui se prend-elle ?!!

Lorsqu’il arrive près des escaliers métalliques où la garde est montée – n’importe qui n’accède pas aux étages – le médecin n’est pas repoussé. Il compte parmi les plus respectés. Le soldat armé lui demande néanmoins s’il a rendez-vous avant de lui permettre l’accès.
Dix minutes plus tard, Negan en personne le reçoit dans ce qui lui sert de salle de réunion. La fameuse pièce où il rassemble ses lieutenants pour prendre les décisions qui permettent la survie du groupe.

« Eh bien, Billy. Parle. Tu imagines bien que je n’ai pas la journée à t’accorder ! »

« … Negan, je voulais simplement comprendre… Cette fille, J, est venue ici pour s’occuper de ta blessure et je crois savoir que tu es guéri… Va-t-elle rester ? »

Devant le visage fermé de son leader, le docteur se sent invité à poursuivre.

« Est-ce que je dois la compter comme une collègue ? Figure-toi qu’elle a touché aux médicaments pour "mieux organiser" le stock et qu’elle n’attend plus mes ordres pour s’occuper des blessés ! »

« Est-elle compétente ? »

La batte posée sur l’épaule paraît s’impatienter. Elle roule sur le cuir et Negan, le dos enfoncé dans le siège, ne laisse rien paraître de son opinion sur la question. William n’est pas bête : s’il a ramené la fille, c’est parce qu’il la considère utile. Mais le chef ne s’était jamais vraiment plaint de son docteur !

« Euh, oui. Assez. Mais elle est jeune, elle n’a pas du avoir beaucoup d’expérience dans le monde d’avant et ; »

« Et contrairement à toi, l’essentiel de son parcours médical s’est joué ici. Dans cette impitoyable et glauque réalité. Billy, tu es jaloux ? Tu as peur pour ta place ? Tu crois vraiment que deux médecins sont assez ? Tu crois que si je pouvais en mettre cinq, dans ton p*tain de bureau, je me gênerais ?! »

Le ton est monté mais la batte n’a pas frappé. Ni Will, ni même la table. Contrarié mais visiblement pas si occupé aujourd’hui, Negan réclame qu’on aille lui chercher la jeune femme. Pour patienter il offre à boire à son docteur et lorsque J est menée à sa table, il sourit en désignant une chaise.

« Bonjour J. Ça fait plusieurs jours qu’on ne s’est pas vus ! Tu attends que je me blesse pour venir me saluer ? »

Provocation gratuite, personne ne vient s’adresser à lui sans une bonne raison. Mais pour J, il ferait sans doute un effort. C’est même sûr et elle le sait, il n’en doute pas. Il attend qu’elle s’installe avant de désigner Willilam.

« Comment se passe la collaboration ? Il paraît que tu empiète sur le territoire de mon doc ! »

Curieux de savoir ce qu’elle est prête à avancer – excuses, arguments, attaques ou propositions – Negan fini par poser sa batte sur la table et joint ses mains sur son torse, jubilant presque du débat à venir. Il sait le médecin nerveux et fier de sa position.
En quinze jours, J n’a pas déçue dans son activité.
Mais sa répartie est-elle toujours affûtée ?
Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Lun 10 Oct - 0:16

Joy
Collins

J'ai 31 ans et je vis au Sanctuaire, Géorgie, Etats-Unis. Dans la vie, je suis médecin et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis probablement célibataire et je le vis plutôt mal mais c'est compliqué.

Avant la fin du monde, Joy était interne à l'hôpital à Atlanta. Depuis la fin du monde, elle survit dans différent groupe, utilisant son statut de médecin pour s'en sortir un peu mieux que les autres. Elle refuse désormais qu'on l'appelle par son prénom, c'est J maintenant. Elle vient de quitter son petit-ami et un groupe vivant dans un camping pour rejoindre les Sauveurs. Elle estime que Negan est le plus à même de la protéger. Tout n'est pas gagné et J sait qu'elle doit encore gagner sa place au Sanctuaire.

crédit avatar : vesna.

Les pions peuvent être déplacés sur l'échiquier.
***

Tu rigoles alors que Yassin te raconte une anecdote de son enfance. Le jeune homme a à peu près le même âge que toi et tu t’amuses de ses histoires tout en enroulant sa main d’un bandage. Ton rire est interrompu quand William t’appelle depuis le petit bureau que vous partagez. Vous ne vous connaissez pas encore très bien mais tu as le sentiment que le médecin ne t’apprécie pas vraiment, voire pas du tout. Peut-être a-t-il peur de perdre sa place ? C’est ridicule, au vu du nombre de personnes qui vivent ici, vous n’êtes pas trop de deux pour soigner tout le monde et il y a largement du travail pour chacun de vous. S’il peut y en avoir un peu plus pour toi, cela te convient, mais là n’est pas la question. « Il faut passer voir Tom et Sarah. » lance-t-il sans t’accorder le moindre regard en ouvrant un tiroir et commençant à fouiller à l’intérieur. « C’est déjà fait, j’étais réveillée tôt, je suis passée les voir de bonne heure. Ils vont beaucoup mieux, d’ici un ou deux jours ils seront sur pieds et pourront reprendre le travail ! » Tu te caches derrière le travail pour oublier tes nuits trop courtes et la douleur que tu ressens alors que Nate te manque. « Si c’est les antibiotiques que tu cherches, ils sont dans le tiroir de gauche. Je les ai déplacés à côté des antidouleurs, c’est plus logique. » William souffle et tu lèves les yeux au ciel. Il referme violemment le tiroir avant de marmonner un vague « Je reviens... » et de quitter le bureau. Perplexe, tu hausses les épaules avant de retourner à tes patients.

Quelques minutes plus tard, tu es à nouveau interrompue dans ta tâche. Un homme que tu as aperçu une ou deux fois vient t’informer que Negan te demande. Fort bien. Ça t’inquiète un peu. Tu le savais déjà mais depuis que tu es arrivée tu as pu constater à quel point le brun n’est pas tendre. La main de fer ne s’embarrasse pas du gant de velours. Tu te demandes ce qu’il peut te vouloir alors que tu fais ton travail correctement. Peut-être a-t-il besoin de tes talents de médecin. Ou peut-être compte-t-il te renvoyer au camping. Tu suis l’homme dans les couloirs et les étages. Tu as encore un peu de mal à te repérer à l’intérieur du Sanctuaire, mais tu ne t’en fais pas, cela viendra. On t’ouvre la porte et tu pénètres dans la salle de réunion. Tu hausses un sourcil quand tu vois que William est également présent. C’est quoi ce bordel ? Ton regard tombe sur le leader que tu n’as en effet pas vu depuis plusieurs jours et tu souris à sa provocation. « Bonjour. » Sourire assuré. « J’ai cru comprendre que tu étais assez occupé. Mais si on me laisse passer les escaliers, je trouverais sûrement des moments pour venir bavarder. » Tu prend place autour de la table. Assise en tailleur sur ta chaise, tu détaches tes cheveux. Un rictus arrogant étire tes lippes quand Negan reprend et tu envoie un regard moqueur en direction du médecin. Bah alors ? Besoin de venir pleurer sur l’épaule de papa parce que je te vole tes jouets ? « La collaboration se passe très bien. » Ce n’est pas toi qui cherche les ennuis après tout et tu tiens à ce que l’homme le sache. Tu retiens un rire sans pouvoir t’empêcher de sourire à l’évocation du territoire de ton collègue. « Je fais ce qu’on attend de moi. Je sais soigner, je soigne. Si j’avais su que m’occuper des patients était un crime ou qu’il fallait une accréditation particulière pour déplacer quelques boites d’antibiotiques, je me serais abstenue de le faire. » Tout en ironie alors que ton regard navigue entre les deux hommes. Tu as gagné le droit d’être ici, tu ne comptes pas le perdre. William peut d’ores et déjà considérer que tu ne te laisseras pas faire, tu ne lui permettras pas de ruiner ta réputation. Tu finis par soupirer et afficher un air contrit alors que tes yeux cherchent à nouveau ceux du chef des Sauveurs. « Désolée, tu as sans doute des choses plus importantes à gérer que l’ordre dans lequel nous voyons les patients ou le rangement de quelques boites de médicaments. » Tu souris plus doucement tout en essayant de te montrer plus mature et responsable que l’autre médecin. « Je suis sûre que William et moi allons parfaitement nous entendre. » Il y a intérêt. Soit vous vous entendez, soit tu lui voles sa place, il n’y a pas d’autres possibilités. Mais si au passage cette rivalité ridicule peut te permettre de te faire bien voir et de flatter l’ego de Negan, pourquoi ne pas en profiter ? L’air toujours innocent, tu poses ton coude sur la table, juste à côté de la batte, en attendant une réaction du brun et espérant qu’elle soit en ta faveur.
Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Lun 10 Oct - 21:18

Negan
J'ai 42 ans et je vis au Sanctuaire, USA. Dans la vie, je suis Negan, leader des Sauveurs et je m'en sors comme un chef. Sinon, grâce à ma chance, je suis plusieurs fois marié et je le vis plutôt bien.

Du sang plein les mains, sadique, dangereux, intraitable, colérique, capricieux, autoritaire, comédien, imbu de lui-même, sans doute un peu fou, à jamais endeuillé ;
Derrière les actes horribles et les accès de violence, Negan aspire à faire survivre l'humanité face aux morts toujours plus nombreux à se relever.
Caché derrière un personnage détestable, tyran sanguinaire qui semble n'en faire qu'à sa tête, il tente en réalité d'établir des règles strictes mais simples pour que la communauté qu'il a créé subsiste et s'impose aux autres s'il ne peut les aspirer.
A la tête d'une organisation abusive, il parvient à déléguer un peu de son pouvoir et croit sincèrement avoir bâti la plus prospère des collectivités dans ce monde en perdition.
« J’ai cru comprendre que tu étais assez occupé. Mais si on me laisse passer les escaliers, je trouverais sûrement des moments pour venir bavarder. »

Il est occupé Negan, toujours. Gérer la vie de son groupe est une tâche continue, s'ajoutent à ces missions de gestion de nombreux imprévus, des désagréments dont il se passerait bien. Certains ont néanmoins le don de le divertir et s'ils ne lui font pas prendre de retard ni ne coûtent trop de ressources : il peut les supporter. De toute façon ses seconds - familièrement appelés ses lieutenants - sont là pour le remplacer en cas d'arbitrage stupide entre sauveurs.

En dehors de ces occupations qui remplissent son emploi du temps, le chef du Sanctuaire a quelques créneaux pour son bon plaisir. Souvent en compagnie de ses épouses, il aime aussi arpenter les allées de l'établissement pour constater au plus près le quotidien des ouvriers. En un sens, Negan travaille sans arrêt.
J pourrait venir jusqu'à lui, s'il n'est pas irrité par un vrai problème, il la recevra.

« Va pour le bavardage, mais en attendant... »

En attendant il faut régler ce différend entre médecins. La jeune femme évoque la collaboration avec une exagération positive qui arrache un sourire au leader et une grimace au docteur. L'hypocrisie est flagrante et assumée, c'est très amusant.

« [...] Si j’avais su que m’occuper des patients était un crime ou qu’il fallait une accréditation particulière pour déplacer quelques boites d’antibiotiques, je me serais abstenue de le faire. »

« Tu aurais pu demander ! Ça fait deux ans que je gère mes affaires et... »

Le cuir se détache du fauteuil et interrompt aussitôt la plainte insupportable de William.

« Billy, Billy... Tes affaires ? Ces affaires sont à tous les sauveurs. D'accord ? Ils sont à disposition des médecins bien sûr. Des médecins, Billy. »

Alors que J s'est dénoué les cheveux en prenant une position qui trahi sa confiance et une manœuvre presque subtile de manipulation, Negan attrape sa batte et le barbelé qui y est enroulé rencontre la table brutalement.
Là, il est agacé. Là, il perd son temps et la charmante compagnie ne suffit pas à compenser.

« Désolée, tu as sans doute des choses plus importantes à gérer que l’ordre dans lequel nous voyons les patients ou le rangement de quelques boites de médicaments. »

Elle assure qu'un arrangement est possible mais le sujet n'est pas à prendre à la légère, la mésentente entre eux risque de coûter cher aux survivants qui ont besoin de soin. Le moindre écart côté santé ne peut être toléré, Negan veut être intransigeant là-dessus. Ses médecins peuvent se targuer d'être privilégiés au sanctuaire, mais les sanctions qu'il leur réserve sont proportionnelles à leur responsabilité.

« Que veux-tu, Billy ? Que je retire à J son rang de médecin ? Et où irait-elle, la jolie ? Sachant qu'en cas de problème à ton office - retard, mauvaise prise en charge ou autre, je serai le premier à te tomber dessus. »

« ... Eh bien, non mais, elle peut rester C'est juste que... Je croyais honnêtement qu'elle allait être, euh, dans ton cercle plus privé. Tu vois. »

Dit-il en adressant à son supérieur un regard entendu. Légèrement insultant, pour celui qui prône le respect des femmes mais qui ne s'est pas empêché d'en épouser cinq au Sanctuaire, dont trois qui concrètement l'ont fait pour sauver un proche. N'empêche, il déteste le sous-entendu très explicite qui le fait passer pour un pervers et manque totalement de considération pour la demoiselle concernée.

« Je vois. »

Il voit très bien, J en tant qu'épouse supplémentaire, il l'a imaginé dès son arrivée. Mais si la brune a abandonné le petit ami près des caravanes, Negan la suppose amoureuse. Du moins attachée à lui. C'est trop récent pour qu'il s'impose sur le terrain intime sans risquer de la froisser. Encore que, c'est lui qui décide ;
Il aime son aplomb et cette assurance qui la pousse à lui tenir tête. S'il la soumet il risque de mettre fin à ce petit jeu. Non, il veut que ce soit elle qui vienne à lui.

L'homme et sa batte se lèvent pour se rapprocher du médecin et l'envie de lui exploser la tête est tentante. Mais il se retient et le congédie d'un signe de tête fatigué.
William saisit l'opportunité et disparaît. Quand la porte se referme, le numéro un fait face à J.

« Si j'avais su qu'il allait être si grossier, je t'aurais évité d'assister à ça. Mes excuses. »
Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Mar 11 Oct - 14:05

Joy
Collins

J'ai 31 ans et je vis au Sanctuaire, Géorgie, Etats-Unis. Dans la vie, je suis médecin et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis probablement célibataire et je le vis plutôt mal mais c'est compliqué.

Avant la fin du monde, Joy était interne à l'hôpital à Atlanta. Depuis la fin du monde, elle survit dans différent groupe, utilisant son statut de médecin pour s'en sortir un peu mieux que les autres. Elle refuse désormais qu'on l'appelle par son prénom, c'est J maintenant. Elle vient de quitter son petit-ami et un groupe vivant dans un camping pour rejoindre les Sauveurs. Elle estime que Negan est le plus à même de la protéger. Tout n'est pas gagné et J sait qu'elle doit encore gagner sa place au Sanctuaire.

crédit avatar : vesna.

Les pions peuvent être déplacés sur l'échiquier.
***

T’affiches un petit air supérieur quand Negan accepte les bavardages et tu te tournes légèrement vers le médecin, sourire arrogant sur les lèvres. Ça commence mal pour lui, vous en avez tous conscience. Tu tentes de te montrer perspicace alors que tu as très bien compris que les traits d’esprit plaisent au leader. Les personnes déterminées et volontaires semblent lui plaire et tu tiens à rentrer dans le moule de ses préférences. Tu lèves les yeux au ciel sans parvenir à retenir un soupir exaspéré. Cette discussion avec William ressemble à une dispute d’enfants de six ans. Et même si tu n’avais pas envie de te faire bien voir, cela t’énerverait. Tu remarques que ton sarcasme à peine dissimulé fait mouche et tu prends tes aises en t’étalant sur la table. Tu sursautes violemment lors que la batte rebondit bien trop près de ton coude. Tu perds un instant ton sourire assuré et un rapide coup d’œil à ton homologue te fait réaliser que lui aussi vient de perdre une partie de sa maigre superbe. Tu retires ton bras de la table et préfères garder tes mains dans les poches arrières de ton jean. Tu oses essayer de calmer le jeu, assurer que vous pouvez régler vos problèmes seuls et que Negan peut se concentrer sur des affaires plus urgentes. Tu es soulagée que l’agacement du brun se porte à nouveau sur William et dans son dos tu adresses un sourire satisfait à ton agaçant collègue. Tu as conscience que ta place n’est pour l’instant pas en danger. Tu sais aussi que dans ce monde et dans cette petite société, le vent tourne vite et tu as intérêt à rester sur tes gardes. Tu hausses un sourcil alors qu’un cercle plus privé que tu aurais pu rejoindre est évoqué. Tu ignores de quoi il s’agit mais tu comptes bien trouver un moment pour poser la question. Le leader reste calme, la remarque ne doit pas être si déplacée que cela. Et cela t’intrigue. Finalement, lorsque l’ordre est donné, William quitte la pièce un peu trop précipitamment. Tu secoues discrètement la tête. Si l’ego de certains est devenu impressionnant par les temps qui courent, d’autres semblent avoir oublié comment conserver un minimum de fierté.

Tu souris lorsque Negan te fait à nouveau face. Toujours en tailleur sur ta chaise, tu lèves la tête pour accrocher son regard. « Ce n’est rien. Ce n’est pas toi qui t’es montré désagréable. » Tu n’es pas là pour défendre William non plus. Tu comprends cependant que la menace qui lui a été faite est valable pour toi aussi. Si tu te retrouves seule à l’infirmerie parce que le médecin aura trop agacé le chef des Sauveurs, il ne te fera pas de cadeau si quelque chose se passe mal. « Il finira par se calmer. » Pas par raison mais probablement par peur de s’attirer des ennuis s’il provoque une nouvelle scène comme celle qui vient de se dérouler. Tu regardes un instant la table abîmée par le barbelé qui entoure batte, ce n’est probablement pas la première fois qu’il rencontre le pauvre morceau de bois. « Comment va ton bras ? Besoin d’une nouvelle visite ou tu préfères le bavardage aujourd’hui ? » Puisque tu n’es pas congédiée, autant en profiter. « Alors comme ça tu as un cercle plus privé ? » Tu n’en doutes pas une seule seconde, le contraire serait même étonnant au vu de la hiérarchie si marquée au Sanctuaire. Les mains toujours sur tes fesses, tu hausses les épaules. « Pourquoi William pensait-il que j’allais le rejoindre ? » Si le brun ne veut pas te répondre, tu changeras de sujet mais cette histoire t’intrigue.
Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Jeu 13 Oct - 8:34

Negan
J'ai 42 ans et je vis au Sanctuaire, USA. Dans la vie, je suis Negan, leader des Sauveurs et je m'en sors comme un chef. Sinon, grâce à ma chance, je suis plusieurs fois marié et je le vis plutôt bien.

Du sang plein les mains, sadique, dangereux, intraitable, colérique, capricieux, autoritaire, comédien, imbu de lui-même, sans doute un peu fou, à jamais endeuillé ;
Derrière les actes horribles et les accès de violence, Negan aspire à faire survivre l'humanité face aux morts toujours plus nombreux à se relever.
Caché derrière un personnage détestable, tyran sanguinaire qui semble n'en faire qu'à sa tête, il tente en réalité d'établir des règles strictes mais simples pour que la communauté qu'il a créé subsiste et s'impose aux autres s'il ne peut les aspirer.
A la tête d'une organisation abusive, il parvient à déléguer un peu de son pouvoir et croit sincèrement avoir bâti la plus prospère des collectivités dans ce monde en perdition.
« Ce n’est rien. Ce n’est pas toi qui t’es montré désagréable. »

Il est désagréable, souvent, car inspirer la peur impose de sacrifier toute image sympathique. Negan sait pertinemment qu'il n'est pas une compagnie agréable. Il ne l'est plus. Depuis longtemps. Même dans le cercle privé ? Il veut se montrer parfois attentif, conciliant et même doux. Il arrive à se persuader qu'il accorde du respect et parfois de la tendresse à ses épouses mais la plupart de leurs échanges se déroulent sur fond de menaces, de sous-entendus risqués, de concessions peu équitables. Le temps où Negan était agréable date de l'époque où sa chère compagne était sa femme, et non une batte de baseball.

J a quand-même raison. Le plus désagréable durant cette mise au point était William. Cet abruti a intérêt à se tenir tranquille et permettre à la demoiselle de bientôt être considérée comme médecin au même titre que lui.

« Comment va ton bras ? Besoin d’une nouvelle visite ou tu préfères le bavardage aujourd’hui ? »

Demande la belle toujours assise comme une étudiante curieuse. Le sourire du leader ne s'efface pas, il dépose l'arme contre le mur derrière lui puis retire son blouson. Après avoir posé le fameux cuir sur le dossier d'une chaise à proximité, il tend son bras à J.

« La visite peut se faire ici. Et on bavarde en même temps. »

Dit-il sur l'intonation de la question, bien qu'il s'agisse d'une décision de sa part qui ne mérite pas débat.

Avant même de vérifier l'état de sa cicatrice, J continue de l'interroger. L'élève studieuse a de grands yeux sombres, intrigués. Mais Negan sait que les explications joueront en sa défaveur. Il ne veut pas qu'elle le prenne pour le roi des machos. Il se pense sincèrement mieux que ça : un mari certes influent voire menaçant, mais jamais violent. Il n'a jamais directement soumis l'une de ses cinq femmes... Jamais directement. Mais déclarer de but en blanc qu'il partage son logement avec tant d'épouses lui paraît peu judicieux.

« On a tous un cercle un peu plus intime. » Logique qu'il énonce en glissant sa langue sur sa lèvre inférieure. « Billy sait que mes proches sont des gens de qualité. Il a pensé que tu le méritais. Il n'a pas tort. »

Un compliment qui ne peut pas faire de mal même s'il trouve la jeune femme assez à son aise, seulement quinze jours parmi les sauveurs et elle ressemble à beaucoup de ces survivants qui ont aidé à bâtir le Sanctuaire.
Quoique. Elle apporte un air nouveau, une fraicheur qu'il aime savourer à petite dose pour ne pas consumer trop vite la dose venue du camp de caravanes.

« Tu as pu t'installer correctement ? Que penses-tu des avantages de cet endroit ? »

Mieux qu'avant, voilà ce qu'il veut entendre. Mais la docteur a la langue fourchue et il s'attend à ce qu'elle trouve à redire sur certains points, des détails qu'elle saura nuancer pour ne pas paraître insolente.

Negan décide de s'assoir à ses côtés, le bras toujours offert à celle qui lui a prodigué les derniers soins. Il aimerait aborder plusieurs sujets avec elle, divers et variés, du plus sérieux au plus légers. Pourtant le léger n'a plus tant sa place dans la réalité. Les morts qui se relèvent pour dévorer les vivants ont répandu non seulement la misère et la peur, mais ils ont aussi étouffé la candeur. L'innocence.
L'homme entrouvre les lèvres sans savoir ce qu'elles vont articuler, juste pour le plaisir de parler à J, mais la porte s'ouvre un peu brutalement :

Une jeune femme blonde, arme au côté, le rouge aux joues d'avoir couru et sans doute d'oser interrompre une réunion, se justifie en bégayant :

« Negan, l'une de tes épouses fait scandale près de la réserve et ; on a besoin de toi. »

Laura fait partie de ses lieutenants. Elle lui est totalement loyale et appartient aux sauveurs les plus efficaces. Pourtant son supérieur est très contrarié par cette apparition. D'abord parce qu'elle interrompt son moment avec J. Ensuite et surtout parce qu'elle déballe sur la table ce sujet qu'il voulait garder pour lui. Bien sûr, tous les résidents du Sanctuaire savent qu'il y a "les femmes de Negan", elles ont de la famille parmi les sauveurs, mais finalement peu en parlent. Un mot de trop pourrait engendrer des sanctions et jouer avec les nerfs du grand boss n'est pas un passe-temps conseillé.

« ... J'arrive. »

Elle s'attendait visiblement à ce qu'il l'accompagne, mais Laura accepte son choix et se retire en acquiesçant. Dos au mur, le sauveur numéro prend la décision et interroge son hôte :

« Tu as déjà vu la réserve ? Viens avec moi. »

Il ne peut pas rester bras croisés si l'un de ses femmes a un problème, encore moins si elle cause un problème.
Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Lun 17 Oct - 10:24

Joy
Collins

J'ai 31 ans et je vis au Sanctuaire, Géorgie, Etats-Unis. Dans la vie, je suis médecin et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis probablement célibataire et je le vis plutôt mal mais c'est compliqué.

Avant la fin du monde, Joy était interne à l'hôpital à Atlanta. Depuis la fin du monde, elle survit dans différent groupe, utilisant son statut de médecin pour s'en sortir un peu mieux que les autres. Elle refuse désormais qu'on l'appelle par son prénom, c'est J maintenant. Elle vient de quitter son petit-ami et un groupe vivant dans un camping pour rejoindre les Sauveurs. Elle estime que Negan est le plus à même de la protéger. Tout n'est pas gagné et J sait qu'elle doit encore gagner sa place au Sanctuaire.

crédit avatar : vesna.

Les pions peuvent être déplacés sur l'échiquier.
***

Tu sors enfin les mains de tes poches quand l’homme retire son éternel blouson de cuir et te présente son bras. « Évidemment, joignons l’utile à l’agréable. » réponds-tu alors que tu as parfaitement conscience que ton avis n’était pas attendu. Après lui avoir posé plusieurs questions, tu te penches enfin sur la blessure presque complètement guérie. Tu souris à ses paroles mais prends le temps avant de rebondir. « On va pouvoir retirer les points. Passe à l’infirmerie un peu plus tard, je te ferai ça. » Si William ne décide pas de faire du zèle et de s’en charger lui-même. Sans lâcher le bras de Negan, tu relèves le visage. « Deux petites semaines et tu estimes déjà que je suis une personne de qualité qui a sa place dans ton cercle privé. » Délicatement tu tapotes l’épiderme offert. « Tu te montres généreux. » D’autres diraient sans doute fou de te faire confiance si facilement. Le leader n’a pas tort mais ton passif ne joue pas en ta faveur. Qu’il reste dans l’ignorance, l’inverse te desservirait certainement. « Je regarderai à l’infirmerie s’il y a de quoi hydrater la cicatrice. » Ton dos retrouve le fond de ta chaise alors que tu réfléchis à ce que tu penses de cet endroit. Tu le compares régulièrement au camping. Tu lui trouves bien quelques désavantages, comme le manque de liberté de mouvement ou l’absence de Nate. Mais les avantages sont plus nombreux. Tu veux employer les bons mots tout en restant honnête. Tu as bien compris que c’est ton honnêteté et ton ambition qui t’ont ouvert les portes du Sanctuaire mais tu ne veux pas pour autant paraître ingrate. Ta main se perd à nouveau dans tes mèches brunes. « Je suis bien installée, j’ai des voisines sympathiques. Dans l’ensemble tout le monde est agréable. » Oh il y a bien quelques regards de travers, à l’image de ceux du médecin, mais tu préfères faire mine de ne pas les voir. « Je me sens en sécurité. » finis-tu par lâcher. « Merci pour ça. » Il n’y aura jamais suffisamment de merci dans ce monde pour ceux qui offrent la sécurité, il n’y en aura probablement jamais assez pour flatter l’ego de l’intransigeant Negan. Le brun s’assoit et tu te sens privilégiée. « On est un peu à l’étroit en bas cela dit. » La pulpe de tes doigts se balade sur sa peau pour adoucir tes critiques. « La forêt me manque sans doute un peu. » Tu hausses les épaules comme si ça n’avait pas d’importance. « Juste la forêt, l’extérieur, les grands espaces du moins, pas le camping. » précises-tu conscience qu’en ta qualité de médecin tu ne pourras jamais vraiment profiter de l’espace hors du grillage qui entoure le Sanctuaire. Tu conclues dans un sourire. « Je suis bien ici. » Et ton regard semble lancer un grâce à toi.

Tu as hâte de voir où la conversation va vous mener, sentant que l’homme n’est pas prêt à te renvoyer à l’infirmerie, mais la porte de la petite salle s’ouvre avec fracas, te faisant sursauter violemment. Tu portes une main à ton cœur alors que le bras du brun t’échappe. A regret. Cette pensée te frappe brusquement. Putain, Nate te manque… Tu ne prends pas le temps d’analyser ce qui se passe dans ta tête puisque les mots de la blonde te frappent tout autant. Le silence flotte un instant. La blonde finit par quitter la pièce et tu hausses un sourcil en direction de Negan. Choisissant de faire comme si de rien n’était, il t’entraîne à sa suite. « Euh… oui, d’accord. » Tu te racle la gorge en marchant à ses côtés pour effacer ces quelques secondes d’hésitation. « Une de tes épouses alors ? » Étonnant mais pas incroyable. Ici, l’homme peut, alors il fait. « Donc parmi tous les interdits ici, la polygamie ne l’est pas. Concept intéressant. » Tu commentes sur un ton moqueur sans avoir l’air de juger. Après tout, chacun fait ce qu’il veut et tu n’es pas encore familière de chaque détail de l’organisation du Sanctuaire. « Et tu en as combien ? Des épouses ? » Un sourire étire toujours tes lippes alors que c’est une réelle curiosité que tu exprimes là.

Une fois arrivés devant la réserve, tu repères bien vite l’épouse qui fait un scandale, semblant réclamer tu ne sais quoi pour tu ne sais qui, visiblement un membre de sa famille. Tu choisis de ne pas y prêter plus attention que cela, laissant le chef des Sauveurs gérer ses problèmes. Tu préfères glisser un coup d’œil vers la réserve qui déborde des ressources volées à d’autres groupes. On peut difficilement parler d’abondance depuis la fin du monde, mais ce que tu as sous les yeux est ce qui y ressemble le plus depuis bien longtemps. Une fois le drame géré tu te rapproches de Negan. Tu fronces les sourcils, un air amusé sur le visage. « Compliqué de gérer plusieurs mariages n’est-ce pas ? » Tu espères ne pas te montrer trop impertinente à railler ainsi sa vie privée. « Tout va bien ? » finis-tu par demander sur un ton plus neutre.
Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Lun 17 Oct - 15:09

Negan
J'ai 42 ans et je vis au Sanctuaire, USA. Dans la vie, je suis Negan, leader des Sauveurs et je m'en sors comme un chef. Sinon, grâce à ma chance, je suis plusieurs fois marié et je le vis plutôt bien.

Du sang plein les mains, sadique, dangereux, intraitable, colérique, capricieux, autoritaire, comédien, imbu de lui-même, sans doute un peu fou, à jamais endeuillé ;
Derrière les actes horribles et les accès de violence, Negan aspire à faire survivre l'humanité face aux morts toujours plus nombreux à se relever.
Caché derrière un personnage détestable, tyran sanguinaire qui semble n'en faire qu'à sa tête, il tente en réalité d'établir des règles strictes mais simples pour que la communauté qu'il a créé subsiste et s'impose aux autres s'il ne peut les aspirer.
A la tête d'une organisation abusive, il parvient à déléguer un peu de son pouvoir et croit sincèrement avoir bâti la plus prospère des collectivités dans ce monde en perdition.
Les yeux de Negan observent patiemment les doigts fins de J qui courent sur son avant-bras. Ses gestes restent professionnels, elle ausculte un patient et vérifie que les points de suture appliqués remplissent leur rôle. La cicatrisation est presque complète, le leader ne prête plus attention à cette plaie depuis plusieurs jours, il n'y a plus de douleur là, les attentions délicates de la brune éveille un autre ressenti.

Elle le dit généreux, il sait très bien pourquoi il se montre si conciliant avec la médecin. Sous ses airs naïfs, il est persuadé qu'elle a compris, elle aussi.
Dans ce nouveau monde, il suffit souvent de quelques minutes pour cerner une personnalité. La nécessité de survie a grossi les traits, renforcé les aptitudes, appuyé les défauts. Et les qualités.

« Je regarderai à l’infirmerie s’il y a de quoi hydrater la cicatrice. »

Où il devrait se rendre pour qu'on lui retire ses points. Il aime aussi faire venir le médecin directement dans ses appartements. Pas tant pour ses soins mais pour ses épouses. Il n'aime pas qu'elles se baladent trop librement dans le Sanctuaire, elles sont au cœur de bien des polémiques et souvent bien trop du genre à se donner en spectacle. Si elles sont officiellement libres de se déplacer où bon leur chante, Negan veille à ce qu'elles ne causent pas de désordre.
Le problème d'avoir offert ces places de choix à cinq filles a des conséquences. Ses épouses se sentent - justement - privilégiées au point d'en devenir exigeantes voire capricieuses. Il doit parfois leur rappeler leur part du marché ;

« La forêt me manque sans doute un peu. [...] Juste la forêt, l’extérieur, les grands espaces du moins, pas le camping. [...] Je suis bien ici. »

Grâce à moi ;
Il le sait et pourrait s'en vanter mais le regard qu'ils échangent lui suffit. J est déjà reconnaissante, il n'a pour l'heure pas besoin de plus de démonstration.

Le tête à tête est interrompu et Negan prend la décision d'emmener J avec lui. Impulsif, il l'entraîne car il ne voulait pas voir leur conversation prendre fin. Ce qu'implique la présence de la jeune femme pour les minutes à venir ne devrait pas poser de problème et s'il se trompe : il avisera. Il est tout puissant ici. Le plus gros risque, c'est de briser ce petit jeu avec la fille du camping. Il est prêt à le prendre, on est régulièrement déçu et peiné dans un monde si merdique ;
Negan se remet toujours. De tout.

« Une de tes épouses alors ? ... Donc parmi tous les interdits ici, la polygamie ne l’est pas. Concept intéressant. »

« Ce n'est pas vraiment ça. Je t'expliquerai. »

« Et tu en as combien ? Des épouses ? »

Autant qu'il a fallut en sauver, a-t-il envie de répondre, mais il se contente de la regarder en souriant. Entre fierté et insolence, jeu et mystère.
J, il la suppose du genre à s'offusquer. Caractérielle mais droite et juste. Elle pourrait le juger pour ses épouses mais... mais J est surprenante.
Il aime son côté imprévisible, ça le rend presque impatient d'avoir sa réaction.

Laura, J et Negan déboulent dans la réserve où les ouvriers semblent figés, rassemblés autour d'une jolie rousse. Visiblement très contrariée, la demoiselle réclame, ordonne, cri et pointe du doigt ceux qui - apparemment - doivent lui obéir.
L'époux déjà las prend une inspiration et de sa voix profonde, il réclame le silence :

« Qu'est ce qu'il y a Rosie ?!  »

« ... Negan ! Je, j'avais demandé un menu particulier pour ce soir mais nous avons soit-disant déjà eu assez de pâtes ! Ces gars ne veulent pas me ; »

« Rosie. Stop. Tu fais un caprice pour le menu de ce soir ? Tu crois vraiment qu'on peut perdre ce temps ? Cette énergie ?! »

Parti sans son blouson ni sa batte de baseball, le chef des sauveurs sait qu'il conserve une influence forte sur ses hommes. Les ouvriers n'osent pas protester et sentent qu'il va peut être même les aider. Quant à Rosie, elle baisse le regard, lâche les paquets de denrées dérobés et se rapproche honteusement de son époux.
Mais celui-ci n'a pas terminé.

« Ces gens travaillent. Ils vont finir plus tard à cause de toi. »

Elle cherche à se coller à lui, à enfouir son visage contre le torse du brun mais celui-ci recule et repousse même la rousse en direction des travailleurs.

« Ce soir on ne mange pas ensemble Rosie. Tu vas les aider à ranger. »

Il demande à Laura de veiller à ce que tout se passe bien. Rosie va mettre la main à la pâte et ça ne peut pas lui faire de mal. Elle passe ses journées à essayer les vêtements trouvés, flâner dans le salon qui leur est réservé.

Le sauveur en chef récupère son deuxième médecin pour s'éloigner de la réserve et regagner son étage.

« Compliqué de gérer plusieurs mariages n’est-ce pas ? ... Tout va bien ? »

« Rien n'est simple quand on est à la tête d'une communauté. Mais je pense m'en sortir comme un roi ! Tout va bien, J. Mais j'ai une proposition à te faire : »

Lentement le duo se retrouve dans la fameuse salle de réunion, le QG des lieutenants et leur boss. Ce dernier replace le cuir sur ses épaules et Lucille entre ses mains. Il s'approche de la nouvelle au point de pouvoir venir murmurer à son oreille.

« La forêt me manque aussi. Faisons un tour ce soir. »

Dehors, tout peut arriver. Et surtout les mauvaises rencontres. Negan ne peut pas abandonner les siens. Mourir stupidement serait catastrophique pour les sauveurs : mais il connait quelques chemins pas si loin, normalement surveillés et vides de rôdeurs.
La belle peut se sentir étouffé depuis son installation au Sanctuaire. Il veut qu'elle prenne l'air. Du recul. Il veut aussi qu'elle prenne conscience de sa chance un peu plus et sans doute comprendre à quel point sa sécurité dépend désormais de lui.

« Je passe te prendre à l'infirmerie en fin de journée. »

Dit-il en la gratifiant d'un clin d'oeil avant de sortir pour poursuivre sa journée de leader.
Gaïa
Messages : 256
Date d'inscription : 25/08/2017
Crédits : ethereal

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Femme
patrick
Gaïa
Jeu 20 Oct - 22:41

Joy
Collins

J'ai 31 ans et je vis au Sanctuaire, Géorgie, Etats-Unis. Dans la vie, je suis médecin et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis probablement célibataire et je le vis plutôt mal mais c'est compliqué.

Avant la fin du monde, Joy était interne à l'hôpital à Atlanta. Depuis la fin du monde, elle survit dans différent groupe, utilisant son statut de médecin pour s'en sortir un peu mieux que les autres. Elle refuse désormais qu'on l'appelle par son prénom, c'est J maintenant. Elle vient de quitter son petit-ami et un groupe vivant dans un camping pour rejoindre les Sauveurs. Elle estime que Negan est le plus à même de la protéger. Tout n'est pas gagné et J sait qu'elle doit encore gagner sa place au Sanctuaire.

crédit avatar : vesna.

Les pions peuvent être déplacés sur l'échiquier.
***

Tu t’étonnes de découvrir que la polygamie existe dans ce mini monde. Cela ne devrait pourtant pas être le cas. Depuis que le monde est monde, au gré des crises, des guerres et de la paix, le genre masculin a toujours cherché à dominer, à mépriser le féminin. Un homme et plusieurs épouses, n’est-ce pas là le cliché suprême de la misogynie ? Toujours le sourire aux lèvres, tu te retiens de lever les yeux au ciel quand Negan affirme qu’il t’expliquera comment fonctionnent les mariages au sein du Sanctuaire. Il ignore finalement ta question sur ses épouses et tu te laisses mener dans le dédale des couloirs en direction de la réserve. Tu ne peux pas t’empêcher de te dire que les Sauveurs sont largement en position de force. Leurs réserves sont largement supérieures à celles des groupes que tu as pu côtoyer au fil du temps. En raison de la politique de terreur qu’ils mènent sans merci, les voilà en tout point plus forts que n’importe qui. Cercle vertueux pour eux, enfer pour les autres. Et tu es contente d’avoir eu le courage de les rejoindre. Tout comme tu déplores l’absence de témérité de Nate. Tu laisses le brun régler les problèmes de sa femme, ou causés par sa femme, peu t’importe en réalité. Tu patientes sagement qu’il revienne vers toi. Quand il te fait à nouveau face, tu choisis de rester dans le registre de l’humour. Ta mine se fait plus sérieuse face à sa réponse. Negan est loin d’être le leader rêvé mais tu veux bien lui accorder que rien n’est simple lorsque l’on dirige une communauté. « Comme un roi… » reprends-tu avec un air malicieux. D’autres parleraient plutôt de dictateur ou de tyran. Toi, tu te fiches de la terminologie, du moment qu’un toit te protège une fois la nuit tombée et que tu te couches sans la faim.

Tu ouvres grand tes oreilles alors que l’homme s’apprête à te faire une proposition. Machinalement, ton regard se pose sur le coin de table abîmé alors que vous venez de regagner la petite salle de réunion. Tu frissonnes étrangement quand son souffle rencontre ton épiderme et que sa voix basse parvient jusqu’à ton oreille. Si ton corps te trahit par cette réaction inattendue, ton visage reste détendu. Les mots de l’homme sonnent comme une confidence. Il n’en est rien et tu le sais. Tu reconnais le joli stratagème pour s’assurer de te donner le sentiment d’occuper une place particulière, d’avoir la chance de partager quelque chose avec lui. Tu fais mine d’être heureuse de l’apprendre. Tu l’es en réalité surtout grâce à la suite de sa proposition. L’idée d’aller faire un tour dans la forêt t’électrise déjà, retrouver l’air frais te réjouit. La compagnie privilégiée te fait déjà plaisir. Sa phrase n'est pas interrogative. Que tu en aies ou non envie ce soir, la promenade s'impose. Cela tombe bien, tu ne réclames que ça. Sortir la nuit demeure pourtant dangereux. A moins d’être en danger imminent, plus personne n’envisage des escapades au clair de lune. Plus personnes sauf le confiant chef des Sauveurs. Tu as le sentiment que tu peux le suivre les yeux fermés, que tu peux lui accorder ta confiance aveugle et que tout ira bien. Negan peut te protéger des rôdeurs mieux que quiconque, c’est une certitude. Tu le regardes par dessous tes cils épais. « D’accord. J’ai déjà hâte. » affirmes-tu dans un sourire. Hâte de prendre l’air, hâte de discuter sous les étoiles, hâte de passer du temps en tête à tête, hâte d’en apprendre plus sur la structure du groupe alors qu’il est évident que des éléments t’échappent encore, hâte de découvrir le terrible Negan. Tu inspires fortement alors qu’il est encore proche de toi. Le parfum n’existe plus, il n’y a plus que les gens et leur odeur naturellement enivrante. « Je t’attendrais ! » ajoutes-tu alors que l’homme quitte la pièce à nouveau vêtu de sa veste en cuir et armé de sa batte. Bien sûr que tu l’attendras…

Légèrement perturbée, tu quittes à ton tour la salle de réunion. Tu te repères tant bien que mal dans les couloirs et regagne l’infirmerie. À peine arrivée, William te tombe dessus. Tu as l’impression qu’il t’attendait derrière la porte, prêt à se délecter d’une histoire dans laquelle le leader t’aurait sévèrement remise à ta place. « Alors ? » Il te lance seulement ce mot, sans vraiment te regarder, comme s’il essayait de te faire croire qu’il se fiche de la façon dont la conversation entre Negan et toi s’est terminée. Tu hausses les épaules, cela ne le regarde pas. Il n’y a pas de bienveillance dans l’attitude du médecin et tu estimes ne rien lui devoir. « Alors, nous avons des patients à soigner. » Sans attendre, tu le dépasses, consciente tout de même que tu ferais mieux de te contenir, que l’on ne te pardonnera pas si tu déclenches une guerre avec ton collègue. Et quoi qu’il arrive, tu veux donner l’impression d’être innocente, tu veux que si faute il y a, elle lui incombe. Tu te remets à ton boulot et la journée se poursuit trop lentement à ton goût. Même les anecdotes de Yassin ne suffisent pas à t’occuper l’esprit. Toutes tes pensées sont tournées vers la soirée si spéciale qui t’attend. Tu deviens de plus en plus fébrile à mesure que tu vois le soir tomber par la fenêtre. Quand le calme revient dans l’infirmerie, tu prétextes une volonté de mettre de l’ordre pour que William te fiche la paix et s’éloigne enfin. Comme promis, tu attends sagement dans le bureau. Tu tentes vainement de te donner un air plus présentable. Un air tel que celui que tu pouvais afficher avant que le monde bascule. Un air de femme accomplie et délicate. Un air qui crie un peu moins : je suis une survivante. Ce soir tu as envie d’être une femme avant d’être une survivante. Tu aimerais que Negan te regarde et voit Joy au fond du regard de J, qu’il ne voit pas seulement ton métier ou l’assurance que tu feins si bien qu’elle paraît réelle. Tu détaches une fois encore tes cheveux et lisses nerveusement des plis qui n’existent pas sur ton jean légèrement trop large.

Quand la porte de l’infirmerie s’ouvre enfin pour laisser le brun, ton être se réchauffe et tu te penches légèrement vers l’avant, inconsciemment attirée dans sa direction. « Bonsoir... » À peine plus haut qu’un murmure, et cette fois ta voix teintée d’amusement résonne également d’un brin de séduction. Nate te manque. Le cherches-tu dans la personne qui lui ressemble le moins ? Ou Negan parvient-il déjà à avoir cette influence, cet effet sur toi ? Tu ne veux pas y réfléchir alors que tu le suis jusqu’à l’extérieur. Une fois dehors, tu lèves ton nez vers le ciel et inspire longuement. Tes orbes sombres se perdent dans l’immensité de la nuit. « Merci. » De t’autoriser à sortir, de t’offrir cette parenthèse. Ton regard se pose à nouveau sur l’homme et tu hésites un moment. Tu te décides finalement à attraper son bras pour te laisser guider. La nuit est silencieuse, seuls se font entendre vos pas qui font craquer les feuilles mortes en ce frais mois d’octobre. « Ça s’est bien passé avec William. » précises-tu inutilement. Si cela s’était mal passé tu te doutes bien qu’il l’aurait su. Negan doit avoir des oreilles et des yeux de partout dans le Sanctuaire. Omniprésence à la fois inquiétante et rassurante. « Et toi, tu as bien régné ? » Ta question s’accompagne d’un clin d’œil. Les rois règnent et les sujets obéissent. « Tu emmènes souvent les gens profiter de la forêt par temps calme ? Ou peut-être que tu réserves cela à tes épouses... » Et peut-être que tu devrais cesser de chercher à le taquiner, cela va finir par te retomber dessus. Tu te crispes et serres un peu plus fort le bras de l’homme quand tu entends du bruit à ta droite. Doucement tu retiens ton compagnon alors que tes yeux cherchent l’origine du bruit dans l’obscurité.
Chouu'
Messages : 186
Date d'inscription : 09/08/2022
Région : Rhône-Alpes
Crédits : Chouu'

Univers fétiche : Réel
Préférence de jeu : Homme
patrick
https://www.letempsdunrp.com/t5278-le-bon-la-brute-et-le-truand-les-persos-de-chou https://www.letempsdunrp.com/t5273-toujours-plus-d-idees-que-de-temps-pour-les-jouer
Chouu'
Ven 21 Oct - 16:35

Negan
J'ai 42 ans et je vis au Sanctuaire, USA. Dans la vie, je suis Negan, leader des Sauveurs et je m'en sors comme un chef. Sinon, grâce à ma chance, je suis plusieurs fois marié et je le vis plutôt bien.

Du sang plein les mains, sadique, dangereux, intraitable, colérique, capricieux, autoritaire, comédien, imbu de lui-même, sans doute un peu fou, à jamais endeuillé ;
Derrière les actes horribles et les accès de violence, Negan aspire à faire survivre l'humanité face aux morts toujours plus nombreux à se relever.
Caché derrière un personnage détestable, tyran sanguinaire qui semble n'en faire qu'à sa tête, il tente en réalité d'établir des règles strictes mais simples pour que la communauté qu'il a créé subsiste et s'impose aux autres s'il ne peut les aspirer.
A la tête d'une organisation abusive, il parvient à déléguer un peu de son pouvoir et croit sincèrement avoir bâti la plus prospère des collectivités dans ce monde en perdition.
« Je t’attendrais ! »

A-t-elle assuré comme une promesse lorsqu'ils se sont quittés, plus tôt dans la journée. Bien sûr qu'elle va l'attendre, Negan n'en doute pas. J sait qu'elle a tout intérêt à le faire. Habitué à ce que ses sauveurs et ouvriers lui obéissent - par crainte surtout, mais quelles que soient leurs raisons - il ne s'attend pas souvent à être déçu. Ni si impatient. Elle l'attendra et il aime penser qu'il ne s'agit pas que d'un accord entre le roi et sa subalterne. Il aime se dire, tout le temps que dure cette journée sans elle, que J est réellement contente de l'attendre. Qu'elle a, comme lui, passé la journée à penser à leurs retrouvailles.

Mais le chef du Sanctuaire a eu beaucoup à faire. Les heures ont défilé sans lui laisser suffisamment de temps pour anticiper la sortie attendue. Il aurait aimé mieux préparer l'occasion, heureusement il ne lui doit rien et ne s'encombre pas de stress ou de culpabilité. C'est tout l'inverse. En plus de lui offrir le meilleur cadre de vie que ce monde pourri peut accorder, il la considère déjà comme une de ses favorites... elle devrait être aux anges.

Lorsqu'il entre dans l'infirmerie, il est heureux de ne pas avoir à croiser l'autre médecin. Il n'y a qu'elle qu'il veut voir ce soir.

« Bonsoir... »

« Bonsoir. »

Ils ont prévu de sortir. L'impression de faire le mur fait sourire le brun. Son cuir et Lucille toujours avec lui, il a pris soin de donner les consignes à ses lieutenants. Il ne sera pas absent longtemps, il n'est jamais loin de son fief. Mais s'il peut savourer une poignée d'heures en bonne compagnie et loin de ces gens qui dépendent de lui ...
J est pour l'instant encore libre, insoumise. Elle sera sans doute bientôt plus malléable et pourquoi pas asservie. Pour combattre les morts qui se relèvent, pour résister à cette horreur, pour survivre simplement : certains se conforment aux plus injustes et cruelles règles. Il espère au fond qu'elle ne ressemblera pas trop vite à toutes les autres.

Enfin à l'extérieur, Negan s'autorise à souffler. Le rôle qu'il endosse est pesant. Certes il lui confère probablement la place de choix, la meilleure, la plus enviable. Mais toutes ses responsabilités ont tendance à lui coûter cher. Trop peu de sommeil, tant de migraines. Jamais de pause.

La jolie brune prend son bras gauche tandis que la batte danse dans sa main droite. Il est si bien entouré ce soir, Negan.

« Ça s’est bien passé avec William. [...] Et toi, tu as bien régné ? »

« Très bien. S'il devait à nouveau venir se plaindre il faudra qu'on envisage une autre organisation de l'infirmerie. Mais dans l'intérêt de tous, j'ai à cœur que vous parveniez à collaborer. » Il lui rend son clin d’œil et acquiesce. « J'ai fait ce que j'ai pu. »

Réglé ses comptes avec son épouse capricieuse, fait relever ses soldats sur les points de surveillance situés tout autour du Sanctuaire sur un périmètre d'une vingtaine de kilomètres, accepté de mettre à l'essai une famille entière pour voir si l'intégration pourra se faire ... Il y a trois enfants. Il veut qu'ils se sentent en sécurité ici, pourvu que leurs parents se plient aux principes des sauveurs.

« Tu emmènes souvent les gens profiter de la forêt par temps calme ? Ou peut-être que tu réserves cela à tes épouses... »

« Hm, est-ce que j'ai loupé tant d'étapes dans notre vie ?! Es-tu la numéro six ? »

Amusé, il entend presque les questions de la docteur derrière cette remarque. Il essaye de ne pas la traduire avec trop d'égo. Si elle souhaitait entrer dans ce cercle ultra privé sans doute aurait-elle abordé le thème autrement. Mais elle est intriguée, J, et le Sauveur voudrait avoir le temps de construire quelque chose avec elle. Elle fait partie de ces rares personnalités qui parviennent à lui faire ressentir des choses du passé. Ces émotions plus ou moins mortes pour lui. Disparues. Enterrées avec Lucille.
Parfois une étincelle vient ranimer ce qu'il croyait éteint à jamais. C'est sans doute ce qu'il attend d'elle. Qu'elle permette aux braises de chauffer à nouveau, qu'elle alimente la flamme qui pourrait devenir feu ;

« Écarte-toi. »

Ordonne-t-il sans ménagement alors que deux rôdeurs hideux se dirigent vers eux bouches ouvertes, grognants pathétiquement leur appétit impossible. En prenant assez d'élan, Negan parvient à faire sauter la tête du premier d'un coup de batte sévère. Il repousse le second du plat de la main pour pouvoir abattre au mieux son arme fétiche sur un crâne moisi qui s'écrase jusqu'à la nuque.
Le sang a giclé, l'homme a soupiré, et déjà ces bruits attirent plus d'ennemis.

« Fait chier. »

Dit-il en s'essuyant le front d'un revers de manche. Il n'est pas inquiet. Peu de morts errent par ici. Mais toujours trop. Il faut constamment être vigilant. Il craint de ne pas pouvoir se balader tranquillement et ça l'emmerde. Contrarié, Negan ne sait pas vraiment garder pour lui ses humeurs. Il attrape la main de J et l'entraîne plus à l'ouest d'un pas forcé. S'ils prennent assez d'avance, ils auront l'occasion de profiter avant le nouveau coup de barbelés...

« Ça va ? » Finit-il par dire en ralentissant. Il passe un bras sur les épaules de la belle et, sourire retrouvé, ouvre le bal : « Je ne me souviens pas de ma dernière sortie du genre. Mes épouses n'apprécieraient pas. Elles n'aiment que leur cocon. L'extérieur fait peur... »

Mais pas à elle ? Alors qu'un arbre à moitié couché semble vouloir leur offrir une assise en hauteur, Negan aide J à grimper. Il se hisse à sa suite, dépose Lucille contre une branche et se positionne face à celle qui, depuis leur rencontre, ne cesse de l'intriguer.

« A quoi tu pense ? Mes épouses l'ont choisi. Si c'est ce que tu veux savoir. Je pense qu'elles sont satisfaites de leur situation. Et je ne les retiens pas. »

Mais si elles le quittent, l'accord tombe. Un traitement médical quotidien pour un père malade, la protection d'un enfant en bas âge ou la survie après trahison, tout simplement. Il y a toujours une contrepartie, le mariage est un échange de bons procédés. De concessions.

Le brun se rapproche de sa nouvelle docteur et voudrait pouvoir la sonder, mais sa part de mystère est bien protégée.

« ... Il faut que je te le dise. Si ça ne fonctionne pas avec William, je devrais faire un choix. Will est un bon médecin. Il l'a déjà prouvé. Sauf que si vous n'arrivez pas à partager le boulot... »

Il hausse les épaules, l'air de dire qu'il n'aura pas vraiment d'autres possibilités que de remercier sa nouvelle recrue. Qu'adviendra-t-il d'elle, alors ?
Sachez que Negan a sa petite idée. Et s'il la connait encore mal, il sait que la jeune femme a compris quel autre poste lui serait proposé pour conserver sa place au Sanctuaire et ne pas être renvoyée dans sa caravane.
... et il a hâte de savoir ce qu'elle en pense déjà aujourd'hui.
Contenu sponsorisé
Les pions peuvent être déplacés sur l'échiquier [Pv : Gaïa]
Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Une famille ne doit pas être parfaite, elle doit être unie.
» " Ni la tour de pierre, ni les murailles de bronze travaillé, ni le cachot privé d'air, ni les liens de fer massif, ne peuvent enchaîner la force de l'âme ". W. Shakespeare
» Everything goes on, but eventually... ∆ Gaïa
» les péripéties de gaïa
» scene one, take two (gaïa)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: