Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

We didn’t choose this life, we’re just living it. (Gäa et Senara)

Gäa
Messages : 97
Date d'inscription : 04/06/2022
Région : Seine Maritime
Crédits : Bandit rouge

Univers fétiche : Crossover, fantasy, city, apocalypse, jeux vidéo etc...
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5159-gaa-eternal-peace-is-probably-overrated#102809 https://www.letempsdunrp.com/t5181-l-agenda-de-gaa https://www.letempsdunrp.com/t5156-gaa-peace-love-and-rock#102794
Gäa
Mar 19 Juil - 20:43

Klaus Hargreeves
J'ai 17 ans et je vis à Dallas, Texas. Dans la vie, je suis un héro super sexy et je m'en sors bien grâce à ce cher papa. Sinon, grâce à ma chance ...malchance, les deux ?, je suis médium enfin façon de parler et je le vis plutôt pas bien.

Je suis numéro 4, mais aussi The Séance ou Klaus grâce à notre très chère mère robotique, pas flippant.

Je peux voirs les morts, youpi la joie, ça me fait peur ! ils viennent me harceler, alors je prend de quoi camoufler mes pouvoirs, c'est à dire tout ce qu'il y a de plus légal "se râcle la gorge".

Un peu trop excentrique, je le vie très bien.

Je n'arrive pas à contrôler mes pouvoirs, alors mon père m'enferme dans un mossolé, pour me forcer à apprendre ... Papa de l'année !
Je n'avais autant trembler de toute ma vie, je pouvais même sentir les frissons parcourir mon corps, ce qui n'avait vraiment rien d'agréable. J'avais allongé Ben sur la banquette arrière, enfin j'avais fait comme je pouvais, à présent j'appuyais fort sur ses plaies, pour stopper l'hémorragie. Claquant parfois des dents, j'eu à nouveau un frisson, ce était en train de me rendre complètement parano, jusqu'à ce que j'entende "Klaus" , oh non ! c'était loin d'être le moment, puis je devais rester concentrer sur Ben. C'était long et j'avais la nausée, je commencé même à voir des points noirs, ce qui me fit encore frissonner, lorsque j'aperçus des nouvelles silhouettes "Allez Ben reviens ... Ont a pas fini de parler tout les deux hein ? Hein Ben se serait ... Me laisse pas tout seul" , c'était égoïste, mais j'avais peur tout seul. Pas que je n'étais pas habitué à la solitude, non ... Mais avoir un frère blessé à l'arrière d'une voiture volée, bien disons qu'il y avait mieux ... De plus, j'avais peur que cette bande de c*nnards sans nom ne revienne. Soupirant, je pouvais à nouveau sentir des frissons parcourir mon corps, et cette fois-ci je pouvais entendre des "Klaus" de plus en plus présent. Il était hors de question que je ne relève la tête, je ne voulais pas voir de cadavre en décomposition, j'en avais marre, je voulais me boucher les oreilles, mais je ne pouvais pas abandonner Ben ... Ce que c'était long ... Et si l'aide ne venait jamais ? Papa nous avait-il abandonné ?

Au bout d'un long moment, j'entendis le bruit d'une voiture, déglutissant difficilement, je reconnu la voiture des Hargreeves. J'eu un soupire de soulagement "Ben ! Ben ! l'aide est la ! l'aide la !" dis je tout en sortant de la voiture, mettant sans doute relevé trop vite, car je pouvais voir des points noirs, mais en voyant la silhouette de Luther, j'étais tellement soulager, que je ne pouvais que courir vers lui. Chose que je n'aurais jamais cru faire, mais dont j'avais besoin, c'était de lui sauter dans les bras, j'avais eu peur, en faite, j'étais toujours mort de peur, et ça faisait du bien de voir Luther. J'eu du mal à trouver mes mots aux paroles de Luther "Je ... Je ... Je sais pas ont a était enlevé par des fous furieux !!!! je te jure ! ils connaissent des tonnes de choses sur nous, il y avait plein de photo de nous dans la maison c'était ..." je repris mon souffle "Ben il lui on mis une ceinture avec des .... Des piques, tu c'est des malades, ils connaissaient bien son pouvoir, il est dans la voiture j'ai ... J'ai fais ce que je pus je te juuuuure". En faite j'étais en train de parler, mais mon flot de parole allait bien plus vite que mes pensées. Luther rejoignant Ben avec moi, je regardais celui-ci, tout en me rongeant les ongles, frissonnant et claquant des dents. Ben dans la voiture familiale, ont pourraient rentrer à la maison, oh oui, ont pourraient rentrer à la maison. Mais pour le moment, j'étais toujours la, sans vraiment être la ... Il n'y avait pas à dire, mais dans les bois, ça pouvait grouiller de fantômes, non je ne pouvais pas regarder, je ne voulais pas les entendre, alors cette fois-ci je fis en sorte de plaquer les mains contres les oreilles, avant de me rappeler mon poignet, ainsi que mon bras, j'eu alors un grognement. Heureusement Luther repris la parole et j'hochais la tête à ses paroles, même si entendre le numéro quatre, était comme une barrière entre nous ... Je me sentais triste d'un coup, mais je monta dans la voiture pour aider Ben, numéro six ... Nous étions que des numéros. Dans la voiture, je pris la paroles "Papa nous a recherché ? Et ... Et vous ?" , car oui, qu'est ce qui c'était passé de leur côté ? Ben eu un léger grognement "Ey on rentre à la maison Ben" je voulais sourire, mais pour le moment j'en avais pas le courage, j'étais pris d'une grande lassitude, heureusement Luther était la, oui, lui il était venu..
Senara
Messages : 110
Date d'inscription : 04/06/2022
Région : Bourgogne-Franche-Comté
Crédits : vocivus

Univers fétiche : Réel, fantasy, science-fiction, animes
Préférence de jeu : Les deux
tea
https://www.letempsdunrp.com/t5165-my-rainbow-s-dreams https://www.letempsdunrp.com/t5222-les-disgressions-de-senara https://www.letempsdunrp.com/t5157-senara-my-mind-is-up-and-away
Senara
Ven 16 Sep - 11:36

Luther
Hargreeves

J'ai 17 ans et je vis à Dallas, au Texas. Dans la vie, je suis le leader de la Umbrella Academy et je m'en sors très bien grâce à mon père. Sinon, grâce à ma malchance, je suis amoureux de ma sœur et je le vis plutôt bien.

We didn’t choose this life, we’re just living it. (Gäa et Senara)  - Page 3 Vs0f
►  C'est l'un des enfants adoptés par Sir Reginald Hargreeves dans le but de « sauver le monde ».
→ Il est doté d'une force surhumaine.
► Il possède deux alias : Spaceboy et Numéro Un.
→  Il est très proche d'Allison depuis son enfance et est finalement tombé amoureux d'elle.
► Luther est le membre le plus responsable de la Umbrella Academy.
→ Il a toujours voulu rendre fier son père.
C’était complètement fou de faire ça. Il était complètement fou de faire ça. Son père allait probablement le réprimander encore plus sévèrement maintenant qu’il empruntait la voiture familiale pour aller chercher ses frères au lieu de le prévenir. Luther devrait probablement faire marche arrière et montrer une fois de plus qu’il était un bon petit soldat, mais le discours de Sir Réginald résonnait encore en lui, de même que la voix paniquée de Numéro Quatre. L’heure n’était plus aux demandes ni à la tergiversation. L’heure était à l’action. Et justement, c’était son point fort, là où il excellait probablement le mieux. Les clés de voiture en main, il ne prit même pas le temps de s’habiller en superhéros. Seul comptait qu’il retrouve ses frères, autres membres de son escouade, et qu’il les ramène sain et sauf – du moins vivants, puisqu’ils avaient l’air en très mauvaise posture – démontrant par là que contrairement à ce que son père pensait et disait, il était tout à fait apte à être le leader de la Umbrella Academy. Luther devait prouver qu’il savait prendre des décisions et protéger les siens. Restait juste à savoir s’il cherchait plus à le prouver à son père ou à lui-même. Toujours est-il qu’une fois qu’il fut au volant, il écrasa la pédale d’accélération et partit dans la direction donnée par Pogo. Il ne prévint personne, pas même Allison. C’était son combat, d’une certaine façon, et de manière plus raisonnée, Klaus et Ben devaient être secourus le plus rapidement possible. Il n’avait donc pas le temps de rassembler le reste de l’équipe.

Roulant depuis plusieurs dizaines de minutes, Luther était perdu sur une route sur laquelle il n’avait croisé aucune voiture en sens inverse. Il commençait à désespérer et à se demander s’il ne s’était pas trompé de chemin, s’il n’avait pas mal compris ou s’il arrivait trop tard, lorsqu’il finit par apercevoir ce qu’il lui sembla être un véhicule à moitié dans le ravin, prêt d’une cabine téléphonique. Braquant le volant presque au dernier moment, Luther se gara à proximité et se dépêcha de sortir de l’habitacle. Là, il eut déjà la surprise d’être étreint par Numéro Quatre. Un peu hébété, il ne réagit pas vraiment et préféra se concentrer sur les évènements qui les avaient conduits ici. Klaus lui expliqua alors avec agitation que des personnes, qui en savaient manifestement beaucoup sur eux, les avaient enlevés et emprisonnés. Numéro Un fronça même les sourcils lorsque son frère mentionna la ceinture à piques avec laquelle ils avaient maintenu Ben captif. Il n’était pas sûr de tout comprendre car cela faisait beaucoup d’informations à traiter et à intégrer, sans compter les répercussions que de telles révélations ouvraient, mais ce dont il était certain, c’était que Numéro Six avait besoin de soins immédiats et que leurs ennemis étaient sûrement déjà sur leurs traces. « Je te crois Quatre, calme-toi, ça va aller. » tenta de tempérer Luther, plus à l’aise dans un combat que dans ce genre de situation délicate. Il regretta d’ailleurs immédiatement de ne pas avoir emmener Allison. Elle aurait su trouver les mots, elle. Elle aurait su le conseiller. « On va déjà commencer par s’occuper de Six. » déclara-t-il sur un ton qui se voulait ferme mais rassurant. En effet, Luther tâchait d’être organisé et de ne pas céder à la colère qui l’habitait. Il n’était pourtant pas d’une nature violente ou vindicative, mais voir ses frères dans cet état... Non. Ça le mettait hors de lui, surtout qu’on les avait eus à la déloyal. Il n’empêche que si venir leur porter secours sans demander d’aide lui avait paru être une bonne idée sur le moment, il comprenait désormais que ce n’était pas la meilleure qu’il ait eue dans sa vie. L’état de Six était alarmant, Quatre était au bord de l’hystérie et des fous furieux étaient à leurs trousses... Ça faisait beaucoup pour un adolescent de dix-sept ans, tout superhéros qu’il puisse être. Sans les autres, il était comme amputé, chacun ayant une place bien précise dans leur dynamique. Après tout, ce n’était pas pour rien que Sir Réginald avait décidé de monter une escouade plutôt que de leur donner des missions différentes et personnelles. Mais voilà, il était venu seul et devait donc se débrouiller de la même manière : seul. D’ailleurs, agir sans attendre les ordres de son père était une première pour lui. D’habitude il ne faisait rien sans son consentement, craignant de le décevoir et lui obéissant aveuglément. A présent, Il espérait juste être à la hauteur de la confiance et du rôle qu’on lui accordait.

Numéro Un fit l’allée et venue entre les deux voitures pour aller chercher la trousse de soin et stopper au maximum l’hémorragie, le temps de retourner auprès de leur père. Klaus aussi était blessé, mais ils devaient aller au plus pressant. Alors malgré l’état de ce dernier, les efforts du leader se concentrait sur le plus meurtri des deux. Ben, toujours inconscient sur la banquette arrière, était pris en charge par un Klaus mal en point tandis que Luther conduisait aussi vite que possible en direction de la Umbrella Academy. Concentré sur la route, il entendit son frère lui demander s’ils les avaient recherchés. « Bien sûr ! » s’exclama-t-il vivement, comme si l’inverse était inconcevable. Du moins, pour lui. En se rendant compte que deux de ses frères manquaient à l’appel, Luther avait fait le tour des lieux, plusieurs fois, pour être sûr de ne pas les avoir ratés. Puis Sir Réginald avait récupérer ses enfants restants et les avait ramenés à la maison, arguant que les deux autres reviendraient par leurs propres moyens. Mais pensait-il vraiment ce qu’il disait ? « Papa... Je suis sûr qu’il essaie de vous trouver. » Mais un doute transparut dans voix. Se reprenant, il espéra que Quatre n’avait pas remarqué son hésitation. Il reprit ensuite avec entrain, histoire de noyer le poisson. « L’important c’est que vous ayez réussi à vous enfuir et à nous contacter. Maintenant tout ira bien. Ce n’est l’histoire que de quelques minutes. » affirma-t-il en accélérant davantage et en zigzaguant entre les véhicules pour arriver au plus vite chez eux.

Devant le manoir, leur père les attendait sur le seuil de la porte. Il avait dû savoir ce qu’il se passait, d’une manière ou d’une autre. Luther sentit une angoisse montée depuis ses tripes jusqu’à sa gorge, mais il en fit abstraction. Peu importaient les foudres que Sir Réginald ferait s’abattre sur lui du moment que ses frères étaient en sécurité. Il s’empressa d’ailleurs de sortir Ben de la voiture et de l’amener à son père. « Il fait une hémorragie ! » s’exclama-t-il. Pour l’instant, Luther évitait les commentaires désagréables de son paternel, mais il ne doutait pas qu’il viendrait dès que la situation se serait calmée. Une fois Quatre et Six soignés et en convalescence, sa réprimande viendrait, il n’avait aucun doute là-dessus. Il espérait juste que d’avoir réagi si promptement et d’avoir permis à ce que l’histoire se finisse bien, la sentence ne serait pas trop rude. Suivant les indications de son père, Ben fut posé sur un brancard dans une pièce stérilisée, tandis que Klaus était pris en charge pas Pogo et leur mère. Ne pouvant rien faire de plus, l’adolescent finit par retourner dans sa chambre. Quelques minutes plus tard, on toqua légèrement à sa porte. Allison était là, et sa simple présence allégea le poids écrasant qu’il ressentait sur ses épaules et sur son cœur. Oui, tout ira bien maintenant, pensa-t-il en répondant à son sourire.


Seuls les fous et les solitaires peuvent se permettre d’être eux-mêmes. Les solitaires n’ont personne à qui plaire et les fous s’en foutent complètement de plaire ou pas.
by wiise
Clionestra
Messages : 668
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : moi

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Jeu 22 Sep - 14:06

Ben
Hargreeves

J'ai 17 ans et je vis à Dallas, Texas. Dans la vie, je suis membre de la Umbrella Academy et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis seulement le sixième enfant et je le vis plutôt mal.

→ On le surnomme Horreur ou Six.
→ Il possède une créature d'une autre dimension, qui se montre comme des tentacules sortant de son ventre.
→ Il est une personne assez introvertie, ne se mélangeant que rarement avec les autres membres de la famille. Pourtant, il aimerait les aider et être un frère pour eux tous.
→ Ses pouvoirs effrayent souvent les gens, ce qui le blesse.
Il était dans les choux complet … Cependant certaines informations arrivaient à faire un petit bonhomme de chemin dans son esprit embrumé « Papa... Je suis sûr qu’il essaie de vous trouver. ». Qui avait pu dire une absurdité pareille ? Certainement l’optimiste de la famille, numéro un, qui continue de penser que cette famille pouvait être normale. Ils avaient un père tortionnaire qui aimer à faire souffrir ses enfants pour la science et le profit et une mère robot qui n’avait d’amour que le programme dont on l’avait dôté… et un singe. N’oublions pas le singe. C’était bien d’avoir un singe.

Dans son délire, entre réalité les yeux fermés et sommeil, Ben imagina une maison de singe. On pourrait appeler ça l’armée des douze singes. Pourquoi douze ? Parce que ça sonnait bien. Dans son esprit décomposé par la douleur, Ben n’arrivait pas à se rappeler qu’un film existait déjà. Pourquoi pensait-il à cinq d’un coup ? Singe, cinq, ça devait être la sonorité du mot. Certainement. Pas d’autres raisons à ça.

Il avait mal. Puis, il avait froid. Il avait mal et froid. Il avait malroid. Il allait faire breveter le mot. Il avait l’impression d’être fou à penser à tout ça sans réussir à sortir de son inconscience. Est-ce que Klaus pensait ainsi ? Ou était-ce à cause de la bestiole d’une autre dimension dans son ventre, souffrante aussi, qu’il avait le cerveau en bouilli ?

D’un coup, sans préambule ou attente il ouvrit les yeux. Il était seul dans sa chambre. Il observa les outils amenés pour le soigner qui trôner sur la table. Sa mère était passé par là. Il y avait encore le délicat arome de son parfum qui tenait l’air. Un robot. C’était pourtant la seule personne que Ben arrivait à imaginer être sa mère. Il l’avait pensé, dysfonctionnelle. Se relevant, il grimaça sans faire l’effort de cacher sa douleur. Il était torse nu et avait un bandage parfaitement mis autour de son buste et remontant jusqu’à ses épaules. Ouais. Sa mère était passé par là et l’avait saucissonner. Il était conscient que marcher et partir trouver ses frères était la fausse bonne idée, mais il était déjà en train de jeter ses pieds à l’extérieur du lit avant de finir sa pensée. Il eut quelques secondes de perte d’équilibre alors qu’il releva la tête.

Il venait d’entendre une porte claquer. Le genre, porte du bureau de leur paternel juste après une remontrance. Ses frères devaient avoir fini de se faire disputer par leur père. Il observa rapidement l’horloge dans sa chambre. Il était incapable de dire combien de temps il avait dormi, ou combien de temps ils avaient été portés disparu, ou … même combien de jours. Dormait-il depuis si longtemps ? Il devait aller voir comment se porte ses frères. Klaus était blessé et l’image de la douleur marquant les traits de son frère ne l’aidait pas à se concentrer sur sa propre situation.  

Il sortit alors de la chambre et se rendit vers les escaliers. Il vit Vanya dans les couloirs. Il lui fit un sourire pour lui dire que tout va bien. Il pouvait lire dans ses yeux qu’elle n’était pas d’accord. Il posa une main simple sur son épaule et continua le chemin vers le salon. Il n’avait aucune envie de descendre les escaliers. Il grimaça. Il préfèrerait tellement avoir les pouvoirs de Cinq en l’instant. Il finit par arriver au salon pour voir ses frères dans les canapés. Ils étaient dos à lui. Il s’approcha et se jeta dans le canapé dans une roulade. Finissant étaler, les pieds en l’air entre eux deux.

- Sur une échelle de un à dix, à combien je vais me faire disputer par papa pour mettre fait blesser ? demanda-t-il simplement en étirant son corps pour éviter la douleur.

Certainement que des médicaments lui avaient été administré pour ne rien sentir de la souffrance. Il observait, la tête à l’envers, ses frères en se demandant pourquoi il était ainsi. Il n’était pas le genre à se jeter à l’envers sur un canapé. Il était le genre discret, timide, que l’on n’entende pas et que l’on oublie. Il avait envie de se faire oublier, lui et ses tentacules démoniaques… Il ne voulait pas que se souvienne de lui … et pourtant, il était là, en ce moment-même en train de se demander s’il arriverait à se faire aimer par ses frères, au moins un peu. La réciproque étant déjà véridique, il adorait Klaus et Numéro Un. Heu … Luther ? Il adorait Klaus et Luther. C’était bizarre la vie, il fallait se faire blesser pour décider de changer. Balançant ses pieds il se rassit comme il faut entre les deux et observa les deux autres.

- Sinon  … ça va vous ? dit-il en réalisant que peut-être, personne ne le voulait plus ouvert.

Tout le monde devait bien être heureux qu’il ne soit que l’oublier de la situation non ? Il devrait peut-être repartir s’enfermer dans sa chambre, lui et son être d’une autre dimension dans l’estomac.



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Contenu sponsorisé
We didn’t choose this life, we’re just living it. (Gäa et Senara)
Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» I choose violence.
» They didn't die in vain (the last centurion)
» You are a gift I didn't expect [PV The Lullaby]
» Cause I didn't mean to hurt him • Patate Douce
» Magic is not a practice. It is a living, breathing web of energy ☆

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers science-fiction :: Superheroes-
Sauter vers: