Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -59%
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont ...
Voir le deal
21.99 €

LE TEMPS D'UN RP

Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. Mais gare à ce qu'elle pourrait attirer

Calypso*
Messages : 49
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Ven 1 Juil - 18:01
Le contexte du RP
Mise en situation


Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. Mais gare à ce qu'elle pourrait attirer CompassionateReflectingCob-max-1mb


Des rêves plein la tête, chantonnant gaiement, c'est ainsi que ce groupe d'amis poursuit son périple pour un voyage qui s'annonce merveilleux. Aucun ne se doute qu'ils ne ressortiront jamais de la forêt qu'ils sont en train d'arpenter à bord de leur minibus et que jamais ils n'atteindront leur destination, à savoir New York.
Se laissant emporté par la bonne humeur animant le véhicule et ses passagers, le conducteur aperçoit tardivement le cerf majestueux qui se dresse devant lui et l'évite de justesse, mais n'est plus assez réactif pour éviter la herse qui crève chacun des pneus du minibus. Bloquée sur place, constatant qu'il n'y a pas de réseau, la bande n'a guère d'autre choix que de chercher de l'aide à pied. Elle va finir par arriver aux abords d'un village rustique perdu dans cette immense forêt de Pennsylvanie, semblant venir d'un autre temps, sans la technologie contemporaine, à priori.
Ce qui aurait dû être un départ pour le paradis n'est en réalité qu'un aller simple pour l'enfer.

Calypso*
Messages : 49
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Lun 4 Juil - 19:27
Thalia Alvarez
feat. Kiernan Shipka

140093_0580-1.jpg?fit=383%2C430&ssl=1
Prénom et nom : Thalia Alvarez, prénom et nom qui reflètent ses origines espagnoles du côté maternel, sans rien laisser paraître de ses racines américaines du côté de son père. Qu'importe, elle est fière de ce qu'elle est et porte autant dans son cœur l'état qui l'a vue naître que celui qu'elle n'a eu l'occasion de visiter qu'à quelques reprises.

Âge : Née au mois de mars, en 2004, elle vient tout juste de dépasser la majorité.

Orientation sexuelle et situation amoureuse : Hétérosexuelle, elle ne s'intéresse qu'aux garçons, mais à vrai dire il y en a peu qui attirent réellement son attention. Ses yeux peuvent regarder un peu trop longuement de beaux garçons, sans pour autant qu'elle souhaite en apprendre davantage sur eux. Les sportifs qui n'ont rien dans le crâne, très peu pour elle. Elle aime ceux qui ont de l'humour mais qui savent également faire preuve de sérieux et qui sont en mesure de tenir une conversation poussant à la réflexion.
Célibataire, elle a connu quelques histoires mais elles n'ont pas perduré dans le temps mais qu'importe, elle en garde de bons souvenirs. Elle ne recherche pas son âme sœur, estimant que ça se fera tout seul si elle doit tomber sur elle. Sinon tant pis, elle finira vieille fille avec une vingtaine de chats pour lui tenir compagnie, ça lui va très bien !

Études/métier : Intelligente et observatrice, elle n'a pour autant jamais souhaité viser un poste prestigieux. Elle ne mise pas son bonheur sur la richesse ou la considération que peut lui apporter un travail, appréciant les choses simples de la vie. Ne se prenant pas la tête, elle ne s'est inscrite à aucune école pour la rentrée prochaine, préférant tester des petits boulots dans divers secteurs professionnels afin de trouver un domaine dans lequel elle resterait quelques années, avant de changer très probablement.

Caractère :

Thalia est la fille qui peut passer aussi inaperçue que l'homme invisible qu'être bruyante comme une fusée qui décolle. En effet, elle sait se faire toute petite quand la situation le justifie, mais sa nature réelle montre plutôt d'elle l'image d'une demoiselle pleine d'entrain, dynamique et dont le rire est communicatif. Se montrant assidue dans son travail ou les tâches qu'on peut lui confier, elle ne manque pour autant pas d'humour et n'est pas vraiment le genre de fille coincée. Bien sûr, même si elle se moque du regard des autres, il lui arrive d'être gênée dans certaines situations, mais généralement elle dissimule assez bien ce sentiment. Sociable et ouverte d'esprit, elle apprécie faire de nouvelles rencontres et découvrir des cultures inconnues ou des modes de vie différents du sien. Elle a le cœur sur la main avec les gens qu'elle aime. Elle ne se prend pas la tête pour des futilités et sait où sont ses priorités ; sa famille et ses proches notamment. Elle se rend toujours disponible pour être à leur écoute, et il lui arrive même de mettre en œuvre cette qualité avec de parfaits inconnus, des individus dont personne d'autre ne semble se soucier.
Bien qu'elle puisse se montrer désinvolte, elle n'en demeure pas moins intelligente et observatrice. Elle apprécie au même titre que les blagues pourries les discussions profondes ou les débats constructifs. Elle aime enrichir sa culture générale et se montre curieuse du monde qui l'entoure. Et pas seulement. Parfois, sa curiosité déborde sur le versant personnel dans ses relations à autrui. Elle sait néanmoins qu'il y a des limites à ne pas franchir.
Depuis son plus jeune âge, elle adore lire et dévore plusieurs romans par mois, souvent des histoires fantastiques, fantaisistes ou policières. Elle a fini par développer un côté un peu rêveur, s'imaginant parfois à la place des personnages, évoluant dans un monde où règnerait la magie et des créatures inconnues, ou alors s'imaginant résoudre l'enquête du siècle. Il lui arrive de s'improviser Sherlock Holmes dans la vie d'ailleurs, dès que quelque chose « d'étrange » ou « d'inexpliqué » se produit, ou lorsqu'un de ses amis cherche à obtenir des renseignements sur une situation voire... sur quelqu'un. Elle est douée à ce jeu-là ! Mais n'allez pas imaginer une Joe Golberg en puissance, loin de là, elle est aussi innocente qu'un agneau.
Pour autant, cela ne veut pas dire qu'elle se laissera faire si on la cherche. Elle sait répliquer là où ça peut faire mal si besoin.
Enfin, un peu à l'image de ce qu'il peut se passer dans sa tête quand mille idées fusent, elle a tendance à être bordélique et maladroite.

Histoire :

Fille d'une infirmière dont elle a visiblement hérité du caractère et d'un comptable, Thalia est née dans la ville de Jasper, dans l'Indiana. Elle a grandi dans cette même ville, d'abord aux côtés de son aînée, Alba, âgée de quatre années de plus qu'elle, avant que ne vienne les rejoindre la petite dernière, Camilla, trois années après.
Elles n'ont jamais manqué de rien, tant sur le plan affectif que matériel. Des parents aimants mais sachant poser un cadre, un niveau de vie confortable, aucune menace à l'horizon. L'enfance parfaite, en somme. Évidemment, quelques disputes sont à recenser au sein de la fratrie, mais rien qui ne sorte des querelles ordinaires entre sœurs, n'entachant jamais la complicité et la confiance qui les ont toujours unies, malgré leurs différences. Alba a toujours été la plus sérieuse des trois, bien qu'elle sache aussi faire preuve d'humour, et la moins avenante. Camilla a rapidement montré un caractère assez similaire à celui de Thalia, bien qu'elle s'avère moins posée qu'elle et moins consciencieuse au niveau scolaire. Quant à Thalia, elle n'a eu de cesse d'entendre de la part de ses grands-parents maternels qu'elle a régulièrement au téléphone qu'elle est le portrait craché de sa mère à son âge. Physiquement certes, mais également du point de vue de sa personnalité.

Au niveau scolaire, sans chercher à le vouloir, Thalia a toujours fait partie des meilleurs de sa classe sans avoir nécessairement besoin de passer des heures et des heures à relire ses bouquins. Dotée d'une excellente mémoire et ayant développé une certaine curiosité intellectuelle, les apprentissages lui ont presque toujours été faciles. Elle n'a jamais eu besoin de se forcer pour en apprendre davantage sur des matières ou concepts particuliers, son intérêt naturel pour la culture générale l'incitant d'elle-même à se renseigner davantage sur ces derniers.
Dans la même idée, bien qu'elle n'ait jamais été populaire et n'a jamais souhaité l'être, elle a toujours été entourée, n'étant absolument pas timide, n'hésitant jamais à aller vers les autres.

Des moments difficiles, elle en a vécu comme tout un chacun, notamment lors de son adolescence, mais elle a toujours su repartir vers le haut. Elle n'a jamais été du genre à se morfondre. Tout comme il est assez difficile de la blesser par des remarques acerbes, préférant en rire ou parfois répliquer avec la même acidité comme cela peut être le cas avec sa cousine Lexie avec laquelle elle ne s'entend pas forcément, quand bien même elle adore son oncle et sa tante. C'est d'ailleurs grâce à eux qu'elle va prendre part à ce voyage organisé par sa cousine et quelques-uns de ses amis. Ayant manifesté le désir d'un jour se rendre à New-York et sachant qu'il y avait encore une place dans le minibus et la villa louée, ils lui ont gentiment proposé de se joindre à leur fille. Elle n'a pas hésité une seule seconde avant d'accepter, tant elle ne s'attendait pas à cette proposition. Ce n'est qu'ensuite qu'elle a imaginé la réaction qu'a dû avoir sa cousine en apprenant la nouvelle. Les SMS venimeux que Lexie lui a envoyés lui ont confirmé qu'elle n'était pas enchantée par cette nouvelle mais Thalia lui a promis de ne pas être un poids lors de ce voyage, quitte à faire les choses seules de son côté. Alors qu'elle s'attend à réaliser l'un des projets qui lui tenait à cœur, elle va tomber dans les ténèbres qui lui ont jusqu'à aujourd'hui été inconnues.
Calypso*
Messages : 49
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Lun 4 Juil - 19:33
Jared Skelton
feat. Diego Barrueco

140093_0580-1.jpg?fit=383%2C430&ssl=1
Prénom et nom : Jared, un prénom soigneusement choisi par sa mère qui attendait cet enfant avec hâte. Quelle cruelle ironie quand on connait sa signification et ce que recouvre sa naissance. Il ne sait pas s'il peut dire qu'il est réellement affilié à sa famille, mais il porte le nom de Skelton. Comme si en ces lieux, un patronyme avait une quelconque importance...

Âge : Il est né en décembre 1996, lors de l'hiver le plus meurtrier qu'a connu le village ces dernières décennies, tel un signe annonciateur des événements qui suivraient cette naissance pourtant attendue. Il a donc vécu 25 années mais il ne les compte plus, son anniversaire étant un jour comme un autre à ses yeux et nullement signe d'une bénédiction. Selon lui, l'âge n'a plus réellement d'importance à Nightbrook. Il sait qu'il restera figé dans cette seule réalité qui lui est permise jusqu'à la fin de sa vie, sans pouvoir se raccrocher à un quelconque projet, comme si la définition même d'avenir lui était finalement inconnue.

Orientation sexuelle et situation amoureuse : L'amour est un sentiment qui lui demeure inconnu. Il lui est arrivé d'éprouver un attachement profond et sincère, qui était peut-être les prémices de ce sentiment aussi salvateur que destructeur, mais cette personne lui a été violemment arrachée. Son cœur, déjà prisonnier de barreaux de fer qu'elle avait difficilement franchi, s'est dès lors complètement refermé derrière un rempart de béton et de glace.
Le vide dans son âme restera ainsi jusqu'à sa mort, il en est persuadé. Il ne ressent même pas une quelconque attirance pour qui que ce soit. Toutefois, s'il était encore en mesure d'éprouver du désir, celui-ci naîtrait de la vue d'une femme uniquement.

Études/métier : Des études ? Il n'y a pas énormément de possibilités au sein du village et il ne faut pas s'attendre à étudier dans une prestigieuse université car les quelques bâtiments dédiés à l'éducation détonnent à peine des autres. Il n'a nul but, du moins la plupart du temps. Alors quel intérêt de passer des heures à lire des encyclopédies plus ou moins anciennes ? Il fait partie de ceux qui n'ont pas vraiment de tâches dédiées, filant un coup de main là où le besoin s'en fait ressentir, plus particulièrement auprès du bétail, dont la compagnie lui est plus supportable que celle d'une grande partie de ses semblables.

Caractère :

Il ne reste presque rien du Jared des premières années, cet enfant jovial et taquin dont le rire pouvait s'entendre au quotidien. Il est devenu ce pour quoi il est destiné finalement, un être froid et distant, avec très peu d'attache, qui ne semble pas se préoccuper du sort des autres la plupart du temps - peut-être davantage par résignation que réelle indifférence -, sauf de ses proches, avec lesquels il se montre loyal - hormis à quelques moments -, mais il n'est pas du genre à le montrer, demeurant constamment ou presque sur la réserve. Peu loquace, il peut se contenter de vous observer d'un regard qui glace le sang sans vous répondre si vous lui adressez la parole. Il juge votre attitude, jaugeant s'il peut se permettre de vous accorder le peu d'attention et d'intérêt dont il paraît capable. Il paraît dès lors arrogant, mais il ne l'est pas en réalité. S'il y a peut-être un aspect de son enfance qui ne s'est pas complètement évanoui, c'est la curiosité qui l'anime, celle du monde, de concepts qu'il ne connait pas, tout en le frustrant profondément de se savoir piégé ici. Aussi, pourra-t-il se montrer ambivalent s'il découvre une personne avec laquelle il pourrait trouver un intérêt à converser, pouvant s'ouvrir un peu plus, avant de se braquer et de se montrer agressif. Cela dit, cette situation se produit peut-être deux fois par an, trois maximum, et il sait qu'elle ne sera qu'éphémère. Que cette personne qu'il aurait peut-être pu apprécier avec le temps disparaîtra de sa vie aussi vite qu'elle y est entrée. C'est pourquoi il ne cherche nullement à éprouver une quelconque sympathie pour elle, quand bien même il a pu apprécier leurs rares échanges. Jusqu'à présent, il n'a eu aucun mal à le faire, tant son cœur est emprisonné et bloqué à l'idée de s'attacher un tant soit peu à quelqu'un.
À l'inverse, il est du genre rigide, quand il se fait une idée négative de l'autre, il a du mal à remettre en question son jugement.
Vaillant, il n'exprime aucune peur. À juste titre en même temps. Que pourrait-il craindre ici ? Il fait partie de ceux qui font peur et dont on ne parle pas.
Les gens de passage qui ont la chance, ou la malchance, de le croiser le qualifient souvent d'être « étrange », se sentant mal à l'aide en sa seule présence. Il l'est assurément, possiblement plus que beaucoup d'habitants dont l'attitude questionne les étrangers, mais ils ignorent sa nature. Et tout ce qui se cache au sein de ce village. Personne ne devrait pour autant le juger, car rien ne certifie qu'ils ne seraient pas devenus comme lui à sa place. Voire pire. Il n'a pas choisi son destin, ne l'a accepté que par résignation et non par conviction, forgeant ainsi sa façon d'être avec autrui, tandis que quelques-uns de ses rares semblables y ont pris goût. Qui dit que ceux qui le critiquent ne seraient pas tomber dans ce travers, eux aussi ?

Histoire :

Les habitants du village savent qui il est. Mais ils n'en parlent pas, ou uniquement lorsque les fenêtres et portes de leur maison sont closes et après qu'ils se soient assurés que nul curieux n'écoute à travers les murs. Il peut y avoir des murmures, des regards inquiets qui lui sont jetés, mais cela va rarement au-delà de ça.

Son histoire, celle qui peut éventuellement se dire, est simple. Jared est né la veille de Noël en 1996. Sa naissance a été vécue comme une bénédiction par ses parents, très investis jusqu'alors dans la vie du village. Son père faisait alors partie des dirigeants du village, ceux qui prennent les décisions importantes, tout en prenant compte l'avis de l'ensemble des habitants. Quant à sa mère, elle était polyvalente, s'occupant à la fois des cultures et assistant régulièrement le médecin du hameau de par les connaissances médicales qu'elle avait acquises grâce à son propre mère décédée quelques années plus tôt. Rien ne laissait présager que ce bonheur deviendrait malédiction. Il n'aurait pas dû y en avoir un de plus, et pourtant...

Les premières années de vie de Jared furent des plus banales. Il apprit d'abord à marcher, puis à parler, à l'image du développement standard d'un enfant. Quand il eut l'âge de rejoindre les bancs de l'école - du village bien sûr -, il apprit également à lire, à écrire et à compter. Des livres, pour beaucoup, écrits par des habitants du coin, très peu d'ouvrages extérieurs, encore moins ceux permettant de s'évader vers un ailleurs.
Il était curieux de savoir ce qu'il y avait de l'autre côté de ces bois immenses dans lesquels le bourg qui l'avait vu naître et grandir était englouti. Voltaire disait « on ne peut désirer ce qu'on ne connait pas », mais cet adage ne se vérifiait pas avec lui. Ainsi, il questionnait très souvent ses parents aux alentours de ses six ou sept ans, ne percevant pas, à cet âge, la gêne qui émanait d'eux à ce moment-là. D'abord ils lui avaient expliqué que cette sylve était infinie. Il y crut durant un temps, puisqu'il essaya à quelques reprises de s'en échapper sans jamais y parvenir, ayant l'impression de tourner en rond. Quand ses parents découvrirent ses quelques fugues, il fut sévèrement réprimandé. Ils lui expliquèrent alors que jamais ils ne devaient s'y aventurer seuls et encore moins chercher à s'en échapper, car il y avait des animaux sauvages et dangereux dans le coin.
Ce n'est qu'à l'aube de ses dix ans qu'il comprit la vérité. Que son monde, déjà limité par ce mode de vie particulier, s'effondra. Que l'amour qu'il pouvait lire dans les yeux de ses géniteurs se transforma en terreur et désespoir. Que le petit garçon joueur et souriant qu'il était disparut à jamais pour laisser place à un être froid et peu loquace.
Personne ne le vit verser la moindre larme quand on découvrit le corps sans vie de son père, mutilé, alors qu'il n'était âgé que de treize ans. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il n'en a pas versé, mais l'Homme se contente bien souvent de qu'il voit, ou ne voit pas, sans se questionner davantage. Ce meurtre a fait beaucoup de bruit, sans pour autant que le coupable ne soit réellement cherché. Parce qu'il était tout désigné, sans que cela ne fut toutefois dit à haute voix...

Sans objectif dans la vie sauf à certains moments précis, sans que ce ne soit vraiment les siens cela dit, il se contente de vivre au jour le jour, sachant qu'il n'a nul avenir, si ce n'est d'attendre la fin, une fin qui lui est encore lointaine. Il file des coups de main quand cela lui chante, malgré les quelques regards inquiets qu'il perçoit et les silences parfois gênant. Il lui arrive de passer du temps avec les rares personnes qu'il apprécie, mais le peu de satisfaction qu'il tire de ces instants se dissipe dès qu'il se retrouve à nouveau seul, avec ses démons. Ou plutôt son démon.
Blume
Messages : 71
Date d'inscription : 15/04/2020
Crédits : deviant art by GUWEIZ

Univers fétiche : horreur, survival/apocalyptique
Préférence de jeu : Femme
tea
Blume
Lun 4 Juil - 19:36
June Edwards
feat. Kristine Frøseth


Prénom et nom : June Edwards

Âge : 23 ans

Études/métier : June travaille en tant que serveuse en parallèle de ses études de psychologie. Des études requérant un réel investissement et travail fourni, et un job épuisant et laborieux, avec une grande flexibilité dans les horaires, et ce pour une paye de misère.

Orientation sexuelle et situation amoureuse : June est une jeune femme hétérosexuelle, sortant avec Ethan Miller. Ils se sont rencontrés par le biais de leurs amis, et sont ensemble depuis bientôt un an. Dès leur rencontre, le jeune homme n’a cessé de séduire June grâce à de nombreuses petites attentions, de mots et de gestes tendres, et cette dernière est vite tombée sous le charme. Ils ont flirté durant plusieurs mois avant de se mettre ensemble, durant lesquels Ethan n’a cessé d’avoir d’yeux que pour June, la traitant avec soin et douceur telle une princesse. Seulement, lorsqu’ils se sont mis ensemble, seuls les premiers mois ont été magiques. Ceux qui ont suivi ont pris une autre tournure. Très vite, l’intérêt d’Ethan envers June s’est amoindri, ce dernier étant moins à l’écoute, moins présent, moins attentionné et affectueux. Si June, en dépit de ses études et son travail, essaie toujours de se libérer pour le voir, ce dernier a toujours quelque chose de prévu avec Logan, ou avec les autres garçons de leur groupe d’amis. Ils partagent de moins en moins de choses ensemble, et se voient principalement le plus lorsque la bande se réunit au complet pour sortir, à défaut de se voir que tous les deux. Si cela affecte la jeune Edwards, Ethan lui en revanche semble s’en soucier comme d’une guigne, agissant comme si rien n’était. De plus, ce dernier demeure un séducteur sans scrupule, jouant constamment le don Juan avec les femmes, armé de son sourire ultra-bright à en faire rougir les mademoiselles et de son regard d’un bleu turquoise clair enjôleur, le tout sur un visage d’ange. Ses cheveux châtain clair toujours ébouriffés et sa carrure sportive attirent également le regard des femmes, au plus grand bonheur de celui-ci qui joue constamment de ses atouts, en dépit qu’il soit en couple.
Actuellement, le couple bat de l’aile. Tandis qu’Ethan cherche constamment l’attention féminine, June ferme les yeux et ne lui reproche rien. Elle continue de supporter tout en ne laissant rien paraître.




Caractère : June est une personne particulièrement aimante et attachante, avec sa douceur et son côté attentionné, son regard affectueux, son sourire radieux et son optimisme déroutant. Peu de personnes possèdent une gentillesse aussi authentique, aussi sincère que celle de June, un cœur aussi pur qu'elle et une bonté d'âme aussi impressionnante que la sienne. Elle est effectivement pleine d'attention envers autrui, très attentive aux moindres désirs de ceux qui l'entourent, très attachée aux valeurs humaines telles que l’altruisme et l'honnêteté, la politesse et le respect. Il n'existe pas plus généreuse qu'elle et elle serait prête à tout donner pour quelqu'un à qui elle tient. Elle ne demande presque rien, elle fait tout sans ne rien jamais demander en retour, elle pense faire ce qui est bien et cela la satisfait pleinement. Elle a toujours été comme cela, simple, ne souhaitant rien de plus que ce dont elle a besoin alors qu'elle mériterait bien plus.
A l'écoute, elle est une amie fiable et loyale qui garde mieux les secrets qu'une tombe, qui donne des conseils utiles et qui tente d'aider par tous les moyens les personnes qu’elle affectionne. De nature bienveillante, sensible et empathique, la jeune femme n’aime pas voir la tristesse chez les autres, et ignore toujours sa propre douleur pour soulager celle des autres.
Au-delà de sa gentillesse et sa simplicité, June est dotée d’une force d’esprit redoutable et un sang-froid à toutes épreuves. Elle ne se laisse pas abattre par les évènements négatifs dans la vie et garde toujours la tête sur les épaules. Pourtant sensible, elle ne laisse rien paraître facilement et garde toujours ses ressentis pour elle, refoulant ses émotions. Ayant grandi avec le rôle de grande sœur protectrice à la maison, elle a appris ainsi à être stoïque en toutes circonstances afin de pouvoir toujours rassurer et consoler sa cadette.
Néanmoins, June est de nature tellement pacifique qu’elle supporte parfois bien des écarts de comportements qui outrepassent pourtant les limites. Elle ferme souvent les yeux sur des propos déplacés ou des attitudes fort inconvenantes, afin de ne pas créer de conflits ou contrarier lesdites personnes. Elle prend beaucoup sur elle et paraît ainsi pour une personne faible. Pourtant, ce n’est pas que la jeune femme s’avère être faible, mais elle fait toujours passer le bonheur des autres avant le sien. De ce fait, elle pardonne beaucoup et généralement à tort, ne sachant nullement être rancunière.
Son calme olympien et sa patience sans limites se sont notamment démontrés plus d’une fois lors de ses journées en tant que serveuse dans des bars ou en restauration, lorsque les clients lui manquaient de respect, la pressaient dans son service, lui tenaient des propos incongrus et sexistes et allaient parfois jusqu’à renverser volontairement le contenu d’un verre ou casser la vaisselle pour la regarder nettoyer, sous leurs rires gras et leurs regards satisfaits. Et pourtant, June ne s’est jamais laissée démonter et a toujours gardé la tête froide, pourvue d’un self-control incontestable, en demeurant toujours parfaitement professionnelle, ce qui ne serait pas donné à tout le monde.
June n’est pas une jeune femme timide, elle aime discuter et rire avec les gens, leur transmettre de la positivité, sans toutefois être extravertie et exubérante. Elle reste toujours à sa place et ne se permet jamais de s’immiscer dans la vie des gens. En ce qui la concerne, elle est assez réservée, ne parle pas d’elle et est d’une modestie implacable.
Elle aime également encourager, supporter et soutenir les gens qui en ont besoin.
En somme, June est une personne difficilement détestable, si ce n’est qu’à défaut de s’exprimer et s’affirmer, elle se contient beaucoup et accepte souvent l’inacceptable, paraissant ainsi sûrement d’un point de vue extérieur, de par sa gentillesse exacerbée et son indulgence, comme étant une « bonne poire ». Or, hormis cet aspect répréhensible de sa personnalité, June n’en reste pas moins une jeune femme rayonnante, serviable et affectueuse avec un grand cœur.


Histoire : June est née et a grandi dans une petite ville en Indiana, avec des parents aimants et une cadette du nom de Caissie, née lorsqu’elle avait dix ans. Elle a d’ailleurs rapidement noué un lien fort et fusionnel avec cette dernière, devenant toutes les deux au fil du temps des sœurs indécollables, partageant toutes leurs confidences.
La jeune Edwards a vécu dans un cadre de vie paisible et normal, avec une mère fleuriste à son compte et un père technologue en assainissement de l'eau. Cela dit, ses parents ne sont pas toujours parvenus pas à joindre les deux bouts, travaillant pour le roi de Prusse et effectuant des heures et des heures supplémentaires pour subvenir à tous les besoins de leur petite famille.
De ce fait, depuis que June est en âge de travailler, soit à partir de ses seize ans, elle a enchaîné divers petits jobs en dehors de ses heures d’école et durant chaque vacances. Jusqu’à maintenant, elle continue de travailler, pour aider ses parents, financer ses études et pour ses plaisirs personnels. Employée de fast-food, agent d’entretien, serveuse, caissière…ce n’est pas l’expérience professionnelle qui manque sur son CV.
La jeune femme réalise des études de psychologie, passionnée par l’analyse du comportement humain et ayant pour vocation de contribuer à l’épanouissement personnel et psychologique des gens. D’aussi longtemps que June s’en souvienne, elle a toujours voulu exploiter cette discipline où on étudie le mieux l'être-humain, son âme ainsi que son corps. La manière de penser et de réagir d'une personne quelconque, peut lui susciter tout intérêt. Elle aime avoir la capacité de comprendre les choses, écouter et aider, et tout ce qui s'y rattache.
Elle oscille donc entre ses études et le travail, et le rythme est on ne peut plus difficile et épuisant. Bien que souvent fatiguée, la jeune femme s’en sort plutôt bien, sa volonté inflexible et sa détermination inébranlable lui permettant de parvenir à jongler entre le rythme scolaire et professionnel sans flancher.
Forcément, June n’est pas forcément toujours la plus présente pour les sorties avec ses amis, son copain ou sa famille, mais elle essaie toujours de se libérer de temps en temps et de leur consacrer du temps.
Ces derniers temps, elle s’est encore plus tuée à la tâche afin de pouvoir payer son voyage avec son groupe d’amis à New-York. Ça n’a pas été de tout repos, mais après l’effort vient le réconfort, et la jeune femme estime qu’elle mérite bien des vacances après tant d’acharnement et de labeur.
Complètement pressée et enjouée à l’idée du voyage, la jeune femme est loin de se douter de la tournure cauchemardesque que vont prendre ces vacances…

Calypso*
Messages : 49
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Lun 4 Juil - 19:52
Les principaux PNJ


Le groupe d'amis :


Filles :

> Lexie Peterson, cousine de Thalia : 23 ans. Étudiante en droits.
Maligne • Frivole • Hautaine et sûre d'elle • Ambitieuse • Organisée • Opportuniste, voire arriviste • Aime être meneuse • Peut être aussi franche que hypocrite • Rancunière • Têtue • Dépensière

> Erin Brown, la meilleure amie de Lexie : 23 ans. Étudiante en sciences économiques et sociales.
Intelligente • Sociable • A de l'humour • Honnête en général • Perfectionniste • Influençable • Peut se montrer arrogante sous l'influence de certaines personnes • Impatiente • Conformiste


Garçons :

> Ethan Miller, petit ami de June et meilleur ami de Logan : 23 ans. Étudiant en commerce international.
Sportif de haut niveau et grand joueur de baseball • Fier et sûr de lui, le jeune homme possède une confiance en lui inébranlable • Sociable mais hypocrite • Très dragueur et don Juan, en quête constante d'attention féminine • Charmant, souriant et rieur • Fourbe et tchatcheur, il baratine aisément, doté d'une force de persuasion implacable • Courageux et regorgeant d'énergie • Colérique, impulsif et bagarreur • Possessif • Tête brulée, fonce tête baissée sans réfléchir

> Logan Crawford, le meilleur ami d'Ethan, sexfriend de Lexie et grand frère d'Aaron : 24 ans. Employé dans le garage de son père, espère le reprendre un jour.
Créatif • Aventureux • Clément • Bavard • Aime les blagues débiles • Égocentrique • Bruyant • Impulsif • Immature • Fainéant • Râleur

> Günther Salzmann : 21 ans. Étudiant en informatique.
Bienveillant • Consciencieux • Respectueux et serviable • Ouvert d'esprit • Patient • Timide et un peu passif • Peureux • Peut manquer de franchise par peur de blesser • Naïf

> Jayden Wilson : 23 ans. Footballeur américain dans l'une des équipes de la National Football League.
À l'écoute • Courageux • Cultivé • Humble • Protecteur • Sportif • Méfiant • Froid de prime abord • Peut être lunatique • Réservé • Jaloux

> Aaron Crawford, petit frère de Logan : 20 ans. Officiellement, étudiant en chimie. Officieusement, ne se pointe même plus à l'université.
Déterminé • Charismatique • Débrouillard • Décontracté • Perspicace • Manipulateur • Mythomane • Moqueur • Procrastinateur pour ce qui ne lui tient pas à cœur • Cynique


PNJ du village :

À venir
Calypso*
Messages : 49
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Mar 5 Juil - 21:05
jmij.jpg
Thalia Alvarez
J'ai 18 ans et je vis avec mes parents et mes deux sœurs dans l'Indiana. J'ignore encore que je ne les reverrai probablement plus jamais. Dans la vie, je ne sais pas encore ce que je veux faire, alors je compte, ou plutôt comptais, faire des petits boulots par-ci par-là afin de trouver un domaine dans lequel je m'épanouirais quelques années avant de changer. Je m'en sors bien et me contente de toute façon de pas grand chose. Sinon, je suis célibataire et je le vis très bien.

Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. Mais gare à ce qu'elle pourrait attirer Tumblr_photdwVufa1rqz9syo4_540

→ Thalia est une fille dynamique, sociable et ouverte d'esprit. Elle ne se prend pas la tête pour des futilités. Elle est très intelligente et observatrice. Par contre, elle est du genre bordélique et maladroite.

→ Rêveuse, elle adore lire et s'évader dans des histoires qu'elle s'imagine dans sa tête. Elle adorerait vivre dans un monde baigné de magie.

→ En lien avec ce trait de sa personnalité et sa curiosité, elle aime s'improviser enquêtrice, ayant tendance à voir des choses étranges là où il n'y en a pas.
Whenever, wherever
We're meant to be together
I'll be there, and you'll be near
And that's the deal, my dear


Cette chanson diffusée par le casque que j'ai sur les oreilles me donne envie de me lever et de danser, tant le rythme est entraînant. Pourtant, je reste sagement assise sur mon siège, me contentant de suivre le rythme avec mon pied. J'ai promis de ne pas me faire remarquer durant ce voyage, si je ne respecte déjà pas cette promesse alors que nous ne sommes même pas arrivés, je sens que ma cousine va péter un câble. Planquée vers le fond du minibus, livre à la main, je relève parfois la tête pour observer tous ces inconnus à qui je n'ai adressé que des salutations. Des quelques interactions que j'ai pu épier, leur bande me paraît assez hétérogène. Peut-être sympathiserais-je avec l'une ou l'autre personne. Mais peu importe si je n'ai pas l'occasion de faire davantage leur connaissance. J'aime faire de nouvelles rencontres sauf que pour le coup, c'est surtout visiter New York qui m'intéresse. Nous habitons finalement pas si loin de cette ville, elle n'est pas au bout du monde, mais je n'ai jamais eu l'occasion de m'y rendre. C'était l'opportunité et j'économise sans doute des frais en partant en groupe même si ma cousine a bien entendu opté pour une location de luxe, une villa. J'avoue, c'est cool, j'ai hâte de voir de mes yeux cette grande baie vitrée qui donne sur une splendide piscine, cette cuisine dernier cri et la décoration harmonieuse qui agrémente le tout. Toutefois, en réalité, je suis quelqu'un qui peut se contenter du minimum. J'ai déjà dormi à la belle étoile, ça ne me dérange pas du tout. Contempler le ciel et les étoiles est un spectacle que j'apprécie beaucoup, qui n'est cependant pas au goût de tout le monde j'en conviens.

J'entame un nouveau chapitre quand mon portable lance la chanson suivante, tout aussi plaisante que la précédente, bien qu'elle ne s'accorde pas du tout avec ma lecture. Il s'agit d'un roman policier très bien ficelé dans son intrigue, mettant en lumière une affaire particulièrement sordide. Rien de surprenant venant de cet auteur que j'adore et dont j'ai toute la collection. Il sait manier sa plume et propose des histoires travaillées, dont le dénouement n'est jamais celui auquel on pense.
Une fois de plus, malgré ma lecture passionnante, je relève la tête, alors que je perçois des éclats de rire. Mes camarades de voyage commencent à chanter ou plutôt, à brailler. Je ne peux m'empêcher de sourire. J'aime me mêler à ce genre d'ambiance bon enfant. Je suis tentée de me joindre à eux et à leur bonne humeur mais un regard en direction de Lexie coupe court à ce désir. Comme si elle l'avait senti, elle me jette un regard dédaigneux. C'est surtout qu'elle me connaît. On a beau ne pas s'apprécier, on est en mesure d'anticiper pas mal les réactions l'une de l'autre en fonction des situations ou des paroles adressées. Nous avons passé pas mal de temps ensemble pendant nos vacances quand nous étions jeunes. Pas par choix cela dit, du moins pas pour la voir elle mais plutôt mon oncle et ma tante. Il arrivait à ses parents d'avoir des voyages d'affaires, ainsi elle débarquait chez nous pour la moitié des vacances. À l'inverse, j'allais quelques fois chez eux, afin de changer d'air, bien que nous vivons dans le même état. Ils m'emmenaient parfois en camping avec eux. Ils ont beau avoir de l'argent, ils n'ont jamais eu besoin de vivre dans l'excès et de démontrer leur richesse. Dommage que Lexie n'ait pas hérité de ce trait de personnalité, la simplicité. Je ne me rappelle pas que nous nous soyons appréciées un jour. J'ignore d'où lui vient son aversion pour moi. Il me semble toutefois qu'elle est née par jalousie, quand ses parents avaient tendance à beaucoup me chouchouter quand j'étais chez eux et à m'offrir des attentions qu'elle n'avait peut-être pas en temps normal. C'est qu'elle était déjà capricieuse à cette époque. Elle n'a pas vraiment changé sur ce point, elle aime toujours être le centre du monde. Notre relation s'est encore envenimée par la suite, de par nos divergences de caractère, nos centres d'intérêts éloignés. C'est stupide, je n'avais jamais eu quelconque animosité contre elle dans le passé. D'ailleurs j'ai beaucoup subi au début, entre ses moqueries et les conneries qu'elle faisait et dont elle m'accusait. J'ai commencé à mettre le holà à mon adolescence, répondant à ses piques avec adresse et désinvolture. Elle, au contraire, avait plutôt tendance à prendre la mouche. Elle y réfléchissait dès lors à deux fois avant de me balancer son venin. Cela dit, bien que nous ne nous apprécions pas, nous ne sommes pas là à nous insulter constamment dès que l'une d'entre nous ouvre la bouche. Nous savons aussi rester courtoises l'une envers l'autre. Cela dépend d'ailleurs davantage d'elle que de moi. Si elle s'adresse à moi correctement, je fais de même. Et je ne me montre jamais virulente quand c'est moi qui lance la conversation. Elle eh bien... Ça dépend de son humeur je dirais !

Sans plus attendre, après avoir adressé un sourire à l'un des garçons dont j'ai croisé le regard, je replonge dans mon bouquin afin de ne plus prêter attention aux joyeux lurons. Je lis encore quelques chapitres, avant de refermer mon roman, préférant regarder la route que nous suivons tandis que nous découvrons la Pennsylvanie. Ou plutôt l'immense forêt que nous traversons. Il me semble que nous la parcourons depuis un moment déjà et nous n'en voyons pas la fin. C'est le genre de paysage que je me plais à admirer, tant je trouve la nature belle. Sans compter que c'est le type d'environnement propice pour le développement de l'imagination ! Peut-être que cette forêt abrite des créatures méconnues, ou des petits lutins prêts à jouer des mauvais tours aux voyageurs qui s'aventureraient dans ces bois, ou encore est-elle le refuge d'une sorcière qui attire les âmes perdues pour les dévorer ! Non, je n'ai rien fumé et je sais bien que tout ceci n'est que fictif, mais est-ce vraiment mal de s'imaginer vivre de telles aventures ? C'est une capacité que perdent beaucoup de gens en vieillissant, adoptant un mode de vie routinier, métro boulot dodo, le genre de quotidien dans lequel je m'ennuierais à mourir, si je n'y mettais pas quelques grains de folie. Je ne tarde pas à fermer les yeux et à me laisser bercer par la musique qui continue de défiler dans mes oreilles, plus calme que celles au début de ma playlist. Je reste ainsi pendant plusieurs dizaines de minutes. Ce n'est que lorsque je sens le véhicule changer brutalement de direction et que j'entends des cris que je les rouvre brusquement, sursautant de frayeur, les battements de mon cœur ne tardant pas à s'accélérer. J'enlève hâtivement mon casque, alors que la panique gagne l'ensemble des passagers. Le véhicule subit une légère secousse quand nous roulons sur un obstacle que je n'ai pas identifié. Il poursuit sa route quelques mètres, sans le même dynamisme qu'auparavant, avant que le conducteur ne l'arrête et se recule dans son siège, poussant un soupir pour évacuer sa peur.

« Que s'est-il passé ? » que je me hasarde à questionner.

« Il y avait un cerf au milieu de la route, on l'a évité mais on a visiblement abîmé la caisse. » me répond l'un des mecs.

« Putain fais chier, on a crevé je crois ! » poursuit le conducteur.

« Au moins l'animal n'a rien. »

Visiblement, au vu du regard qu'elle me jette, Lexie aurait préféré que ce pauvre herbivore se fasse percuter si cela nous avait permis de continuer notre trajet. Nous nous regardons les uns les autres, indécis. Le conducteur se lève finalement et je fais de même. Nous sortons du minibus et c'est là que j'aperçois une herse en plein milieu de la route.

« Bordel de merde, quel est le taré qui a foutu ça ici ?! »

Cela questionne, en effet. Ce n'est pas un chemin qui semble très fréquenté, mais tout de même. Toutefois, je ne m'inquiète pas, au contraire, cela suscite ma curiosité.

« Il n'y a plus de réseau j'ai l'impression. »

Tout le monde, ou presque, s'empresser de checker son téléphone. Il risque d'y avoir une vague de suicide...

« Putain t'as raison ! C'est pas possible que de nos jours t'aies pas du réseau partout ! Comment peut-on se démerder sans téléphone ?! » se plaint ma cousine.

Qu'est-ce que je disais... Je m'abstiens néanmoins de tout commentaire.

« Il va falloir qu'on cherche de l'aide à pied. » indique à juste titre Erin.

« Ça a l'air désert dans le coin ! Si ça se trouve on sera mort de faim ou de soif avant d'en avoir trouvé. » désespère Lexie. « Sinon vous avez qu'à chercher de l'aide et Erin et moi on vous attend ici. »

Je ne peux m'empêcher de sourire en coin.

« Moi je dirais qu'il vaut mieux rester groupé. C'est peut-être un tueur en série qui a placé ce piège ici. »

Elle me fusille du regard, visiblement ma raillerie ne lui plaît pas.

« J'espère bien que tu seras sa première victime. »

Je ne m'offusque nullement de sa réplique, j'éclate de rire au contraire.

« À ta place j'allumerais un cierge. En général, ce sont les plus quiches qui meurent les premières dans les films d'horreur. »

Lexie se renfrogne tandis qu'une partie du groupe s'esclaffe. Il me semble qu'elle murmure une insulte à mon égard, mais je m'en contrefiche. J'en conviens, on repassera pour le fait de ne pas me faire remarquer. Sans plus attendre, j'impulse le mouvement et me mets en route. Visiblement, ma plaisanterie a tout de même convaincu la râleuse de rester avec les autres.
Blume
Messages : 71
Date d'inscription : 15/04/2020
Crédits : deviant art by GUWEIZ

Univers fétiche : horreur, survival/apocalyptique
Préférence de jeu : Femme
tea
Blume
Sam 9 Juil - 4:30
jmij.jpg
June Edwards
June a 23 ans et vit dans une petite ville en Indiana, avec ses parents et sa petite soeur de treize ans, Cassie. Dans la vie, elle est étudiante en psychologie et travaille également actuellement en tant que serveuse. Elle jongle entre ses études et son travail, mais s'en sort plutôt bien. Sinon, grâce à sa chance, June est en couple avec Ethan Miller. Cela dit, elle ne le vit pas forcément bien, car son couple n'est pas au beau fixe.

Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. Mais gare à ce qu'elle pourrait attirer 2obm

→ June est une jeune femme adorable, avec le cœur sur la main. Elle est bienveillante, souriante et loyale.

→ Elle est pourvue d'un stoïcisme remarquable, et d'un sang-froid à toutes épreuves. Elle ne se laisse pas facilement démonter et sait garder la tête froide, même lors de situations difficiles.

→ De nature pacifique, la jeune femme se dispute rarement et ne se trouve jamais dans des situations conflictuelles avec autrui. Or, elle supporte parfois plus que ce qu'elle ne devrait supporter, en terme de propos ou de comportements, et prend beaucoup sur elle afin d'éviter les conflits.
New-York. Un rêve d'enfant qui se réalisait. June ne tenait pas en place, elle ne cessait de penser à ce voyage qui se réalisait enfin.
New-York, la ville qui ne ressemblait à aucune autre ville. Unique, spéciale, un peu mystérieuse et particulièrement envoûtante. Explosion des pupilles garantie. A chaque instant, à chaque moment du jour ou de la nuit, il y avait indéniablement quelque chose de beau à voir ou à découvrir. Partout, tout le temps, par tous les temps, New York était belle. Son esthétique ne pouvait pas laisser indifférent. À New York, le voyage se trouvait au coin de la rue. Avec ses communautés du monde entier, son multilinguisme et ses quartiers ethniques, la métropole américaine était l'une des villes les plus cosmopolites de la planète. De ce fait, June imaginait déjà des balades avec ses amis, ou en amoureux - si Ethan retrouvait le sens du romantisme d'ici là -, à travers les quartiers métissés de New York, la ville-monde, de Little Odessa à Harlem, en passant par Little Senegal, Chinatown, El Barrio, Little Ireland…Un régal ! En parlant de régal, elle salivait déjà à l'avance de cette profusion de bouffe, saine ou moins saine, chère ou moins chère, à New-York. Elle se voyait avec le groupe rire aux éclats sur un banc dans un parc en dégustant des cupcakes ou des parts de pizza, ou acheter des hot-dogs à un coin de rue et s'en délecter en regardant les passants et l'agitation de la ville.
Combien de fois avait-elle également imaginé Times Square, qui faisait partie de sa liste des lieux primordiaux à voir et visiter — après tout, ce n'était pas tous les jours qu'elle allait à New-York. Ce carrefour mythique, alias un véritable lieu de pèlerinage où se croisaient plusieurs millions de touristes et de new yorkais, quel que soit le moment de la journée. June pouvait facilement prédire Erin et Lexie réaliser leur meilleur selfie ensemble, avec l'un de leurs deux Iphone 13, parmi les néons, les écrans géants et les enseignes lumineuses sur les façades des gratte-ciel. Cette pensée fit d'ailleurs sourire la jeune Edwards. Il n'y avait pas de doute, elle trépignait d'impatience. Elle avait hâte de s'asseoir sur les marches du TKTS pour admirer la vue de Times Square, aller voir une comédie musicale à Broadway, mais aussi grimper au sommet de l'Empire State Building, admirer la ville du One World Trace Center, se balader au Central Park et caresser des écureuils, et pourquoi pas, parmi ses idées les plus folles, survoler New-York en hélicoptère...si elle parvenait à convaincre quelqu'un, ce qui était moins sûr, évidemment.
Sa jovialité et son euphorie étaient perceptibles, se ressentaient et se voyaient comme le nez au milieu du visage. Elle chantait avec le reste du groupe, un sourire heureux aux lèvres, ses épaules et ses bras bougeant de manière rythmée. Logan avait eu la merveilleuse idée de diffuser au volume maximum Empire State of Mind de Jay-Z et Alicia Keys. Ainsi, à chaque refrain, le groupe s'époumonait joyeusement :

« In New Yooork
Concrete jungle where dreams are made of
There's nothin' you can't do
Now you're in New Yooork
These streets will make you feel brand new
Big lights will inspire youu
Let's hear it for New York
New York, New York »


Ce voyage s'annonçait en perspective inouï, June n'en doutait nullement. Bien que tous différents, ils formaient au final une bande soudée et complice. Certes, certains avaient plus d'affinités avec d'autres, mais cela ne posait problème à personne. Du moment qu'ils discutaient et riaient tous ensemble, c'était le principal.
June estimait, sans aucune prétention, qu'elle méritait ce voyage. Elle avait travaillé dur pour mettre l'argent de côté et obtenir en prime des congés. Les dernières semaines s'étaient avérées bien plus laborieuses, et la fatigue l'accablait de plus en plus. Sans omettre les cours qui devenaient plus intensifs, à l'approche des examens. Elle avait rudement bossé, scolairement comme professionnellement parlant. Bien qu'elle ne s'était pas plainte une seule fois, ses parents n'avaient cessé de la réprimander, de manière bienveillante, qu'elle se tuait à la tâche et en faisait trop, et que son corps ou son mental ne finiraient par ne pas suivre. Or, ils s'étaient trompés, la jeune femme avait tenu jusqu'au bout, animée par la force d'une détermination et d'une volonté féroces. Malgré leur inquiétude, June savait pertinemment que ses parents étaient fiers d'elle, et cela lui donnait du baume au cœur. Elle pensait et était convaincue qu'elle ne serait pas là au jour d'aujourd'hui sans eux, elle leur devait tout, pour la vie qu'ils lui avaient offerte, l'éducation qu'ils lui avaient donnée et toute cette chaleur, cette affection, cette bienveillance qu'ils lui avaient transmises. Cassie lui avait également toujours apporté beaucoup de soutien et d'amour, et ce depuis petite. Dès qu'elle fut née, June fut déjà à ses petits soins, et très vite les deux frangines étaient devenues inséparables comme cul et chemise. En repensant à sa famille, June eut un sourire un peu triste. Ils allaient lui manquer indéniablement. Néanmoins, elle avait hâte de leur ramener plein de petits cadeaux typiques de New-York. Cassie avait d'ailleurs bien insisté sur cette requête.
Alors que l'ambiance qui régnait était joyeuse et festive, le minibus tourna brusquement, manquant d'éjecter la plupart des amis présents de leurs sièges et faisant tomber quelques objets et affaires de ces derniers. June eut le reflexe de se tenir rapidement et fermement au siège devant elle afin de ne pas tomber, tandis que le minibus progressa encore un peu avant de totalement s'arrêter. Une confusion générale s'installa avant que Thalia, la cousine de Lexie dont June avait retenu le prénom, ne posa la question qui hantait actuellement l'esprit de tout le monde. S'ensuivit alors un dialogue dans lequel June entendit qu'un cerf avait traversé la route. Pas de chance. C'était, en revanche, pas si étonnant vu la nature dans laquelle ils se trouvaient. Ils longeaient une grande forêt depuis plusieurs kilomètres, donc c'était évident qu'elle abritait des animaux sauvages, à savoir des cerfs...
June sortit rapidement du véhicule à son tour et découvrit également la présence d'une herse. Surprise, elle fronça les sourcils, au même titre qu'Ethan qui la rejoignit à ses côtés, nonchalant, les mains dans les poches. Il examinait lui aussi l'instrument à dents, et bien qu'il ne voulait pas le laisser paraître, June savait qu'il était lui aussi interloqué. Après tout, c'était plutôt étrange qu'un tel objet se trouvait dans un endroit pareil. Mais il n'émit aucun commentaire, n'exprimant pas son opinion et ne dardant même pas un regard à la jeune femme qui était habituée de son attitude distante à son égard.
Cette dernière reporta alors son attention sur le chauffeur, qui n'était autre que Jayden, vers qui elle se dirigea, la mine sincèrement soucieuse.

-Et toi, tu vas bien ? s'enquit-elle doucement, d'un ton inquiet.

-Plus de peur que de mal ! Mais ça fait chier pour la caisse, sans réseau et perdus au beau milieu de nulle part comme ça, on est dans un sacré pétrin...

Ce dont il n'avait probablement pas tort, à moins qu'ils ne trouvaient réellement du monde dans le coin qui pourrait les aider.
La réplique de Thalia envers Lexie eut le don de détendre l'atmosphère et le groupe commença à marcher. June avait remarqué que Lexie ne semblait pas porter sa cousine dans son cœur, leurs regards et leurs échanges le démontraient assez facilement. Au vu de l'attitude de Lexie, qui était pourtant son amie, June n'était pas étonnée. Cette dernière avait un sacré caractère, et sans grand étonnement, ça ne passait pas avec tout le monde.  
Au bout de quelques mètres parcourus, Ethan et Logan, complices, s'avancèrent discrètement derrière Erin et Lexie, avant de les saisir par les épaules en criant. Effrayées, ces dernières poussèrent un cri chacune en se dégageant de l'emprise des garçons, tandis que ces derniers s'esclaffèrent, suscitant l'hilarité du reste des garçons. June eut un sourire.

-Vous êtes vraiment des crétins vous deux quand vous vous y mettez ! maugréa Erin.

-Vous êtes vraiment des crétins vous deux quand vous vous y mettez, répéta Logan d'un ton railleur avant de rire de nouveau, imité par son meilleur ami, tandis que les deux jeunes femmes échangèrent un regard en roulant des yeux.

Hormis le vacarme que faisait le petit groupe, l'endroit était calme, si ce n'était de temps à autre quelques petits bruitages émanant de la forêt qui effrayaient Lexie. Des brindilles qui craquaient, le souffle du vent, léger, sur les arbres, les branches, les feuilles, la nature qui vivait, respirait, sans la présence d'humains pour la déranger. C'était plutôt paisible, si on exceptait le contexte et l'atmosphère un peu particuliers. June n'était pas effrayée en revanche, un peu d'air frais après tant de temps de route faisait du bien, même si cela allait retarder certainement leur arrivée à New-York, dont l'idée était moins réjouissante.

-A coup sûr, on va finir dans un thread horreur dont on sera les protagonistes principaux, tenta de plaisanter Erin.

-Faudrait-il encore qu'on soit vivants pour le raconter, rétorqua d'un ton cynique Aaron, qui n'arrangea en rien l'inquiétude des filles.

Ethan saisit alors l'occasion pour se mettre en avant, dépassant tout le petit groupe dont la jolie blonde, Thalia, qu'il avait aussitôt repérée dès son arrivée, avant de se retourner et de frimer avec les muscles de ses bras.

-Ne vous inquiétez pas, heureusement que ces demoiselles en détresse ont l'honneur d'avoir leur chevalier servant avec elles. Je garantis que je ne laisserai rien vous arriver, il faudra me passer sur le corps pour cela.

Evidemment, tout le monde pouffa, et Logan se moqua de lui, ce qui ne contraria en rien le jeune homme, sûr de lui, un demi-sourire aux lèvres fier et malicieux, qui adressa même un furtif clin d'œil à Thalia, avant de se retourner et de marcher, très vite rejoint par Logan.
June ne fit aucun commentaire et rejoignit Thalia, dont elle n'avait pas encore eu l'occasion de converser avec elle.

-« Demoiselles en détresse », répéta t-elle, amusée. L'ego surdimensionné des hommes me fera toujours aussi rire. Faut toujours qu'ils nous voient comme des petites choses fragiles à protéger, et sincèrement je suis partagée entre c'est mignon et ridiculement cliché.
Calypso*
Messages : 49
Date d'inscription : 30/12/2021
Crédits : Mon bébé ♥

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Noob
https://www.letempsdunrp.com/t5167-c-est-un-beau-roman-c-est-une-belle-histoire https://www.letempsdunrp.com/t4864-presentation-de-calypso
Calypso*
Lun 18 Juil - 21:30
jmij.jpg
Thalia Alvarez
J'ai 18 ans et je vis avec mes parents et mes deux sœurs dans l'Indiana. J'ignore encore que je ne les reverrai probablement plus jamais. Dans la vie, je ne sais pas encore ce que je veux faire, alors je compte, ou plutôt comptais, faire des petits boulots par-ci par-là afin de trouver un domaine dans lequel je m'épanouirais quelques années avant de changer. Je m'en sors bien et me contente de toute façon de pas grand chose. Sinon, je suis célibataire et je le vis très bien.

Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. Mais gare à ce qu'elle pourrait attirer Tumblr_photdwVufa1rqz9syo4_540

→ Thalia est une fille dynamique, sociable et ouverte d'esprit. Elle ne se prend pas la tête pour des futilités. Elle est très intelligente et observatrice. Par contre, elle est du genre bordélique et maladroite.

→ Rêveuse, elle adore lire et s'évader dans des histoires qu'elle s'imagine dans sa tête. Elle adorerait vivre dans un monde baigné de magie.

→ En lien avec ce trait de sa personnalité et sa curiosité, elle aime s'improviser enquêtrice, ayant tendance à voir des choses étranges là où il n'y en a pas.
Pendant que je marche, je n'écoute qu'à moitié les conversations du groupe que j'accompagne. Je m'interroge sur la raison de la présence d'une herse en plein milieu de la route, certes dans un tronçon qui ne me paraît pas énormément fréquenté, mais tout de même ! Je m'imagine plusieurs scénarios, genre le psychopathe qui veut la peau des adolescents ou adultes à peine matures - voire pas du tout - qui passent dans le coin, ce sur quoi j'ai blagué juste avant en m'adressant à ma cousine, ou bien qu'il s'agit là de l'œuvre d'habitants qui vivent en autarcie et qui cherchent à attirer de nouvelles têtes, ou encore que ce soit une personne qui aime la tranquillité de cette forêt et de la nature de façon plus générale et qui se révolte à son niveau contre l'industrialisation, la pollution, et tout ça. Ouais, c'est un peu n'importe quoi, mais j'adore faire travailler mon imagination. Enfin, je ne la travaille pas vraiment, toutes ces idées viennent dans mon esprit d'elle-même. On m'a déjà reproché mon côté rêveur à plusieurs reprises, mais nul sermon ne changera ma façon d'être. Je préfère être détestée pour ce que je suis, qu'aimée pour ce que je ne suis pas. En outre, je ne suis pas déconnectée de la réalité pour autant. Je prends peut-être la situation avec plus de légèreté que les autres, mais aucun d'entre nous n'est blessé, alors, pourquoi s'en faire ? Au pire nous prendrons qu'un peu de retard sur notre périple, mais ce sont de nouvelles opportunités d'aventures qui s'offrent à nous.

Je reviens sur terre quand j'entends les cris de Lexie – reconnaissables entre mille – et d'Erin, me retournant lentement, nullement inquiète. Je ris même en découvrant la raison de leur frayeur. C'est le genre d'humour enfantin qui m'amuse, même si ça ne vole pas haut. Avec moi, ça ne marche jamais ce genre de truc. Tout comme je ne sursaute plus devant les films d'horreur, tant j'ai l'habitude d'en voir et sais à quel moment un screamer va apparaître. Il en faut beaucoup pour me faire peur. Je ne prête même pas attention aux sons non identifiés qui nous parviennent. Je ne dis pas forcément que je serais très rassurée si un sanglier de cent cinquante kilos déboulait devant nous, mais je ne partirais pas en gueulant comme d'autres, ce qui ne ferait que l'agiter davantage. Probablement que je chercherais à le prendre en photo d'ailleurs. Voir un animal dans son milieu naturel est tellement plus plaisant que les contempler à travers des barreaux. Cela dit, si je tombais nez à nez avec un tigre, je n'aurais très probablement pas ce raisonnement, j'ai quand même un instinct de survie !

J'écoute avec un peu plus d'attention les échanges qui suivent. La réponse apportée par Aaron à la plaisanterie d'Erin me fait sourire. Il ne parle pas énormément ou disons qu'il choisit ses moments, aussi on ne sait jamais à quel instant il va émettre une remarque, pertinente ou bien trouvée, mais je trouve que cela en fait quelqu'un d'intéressant. Ethan, qui profite de son intervention pour se la ramener, est plus... cliché, on va dire. C'est le mec populaire, sportif, fier et impulsif. En bref, le genre de type qui ne m'intéresse pas. Je ne dis pas qu'il est stupide, je ne me permettrais pas un tel jugement, d'autant plus que parfois les gens sont plus profonds qu'ils en ont l'air mais lui... j'crois pas. Nan. Par contre, il me fait rire !

« Espérons alors que le tueur soit du genre à bosser « à l'ancienne », avec un couteau, une machette, ou une tronçonneuse et non une arme à feu. Parce que t'aurais même pas le temps d'arriver jusqu'à lui que tu finirais avec une balle entre les deux yeux. Bon au moins ça nous laisserait le temps de filer ! »

Il ne se laisse pas démonter par ma remarque et prend la tête avec son meilleur ami, qui a une personnalité assez similaire à la sienne. Celle que j'ai identifié comme étant sa petite amie ne tarde pas à arriver à ma hauteur. Je tourne vers elle quand elle s'adresse à moi, contente de peut-être pouvoir faire sa connaissance. En tout cas, les premiers mots qu'elle m'adresse me laisse penser que je vais apprécier discuter avec elle.

« Hmm... » je fais mine de réfléchir, avant de reprendre d'un ton léger. « Je dirais ridiculement cliché ! Puis, la force ne fait pas tout ! Prends exemple sur le pluvier, cet oiseau qui simule une blessure pour éloigner un prédateur de son nid. La fourberie l'emporte et à ce jeu, les femmes sont souvent les meilleures ! »

J'affiche une expression des plus sérieuses, avant d'exploser de rire. En vérité, je ne suis pas le genre à faire des généralités et à tomber dans la simplicité des clichés, bien qu'il y en a qui en sont les archétypes même, comme Ethan. Quoique de nos jours, c'est de plus en plus difficile de s'en détacher car tellement de choses le sont !

« Toi c'est... June, c'est ça ? » poursuis-je avec une légère hésitation dans la voix. « Est-ce toi qui t'es greffée à cette bande par le biais d'Ethan ou bien l'inverse ? »

Elle m'a l'air bien différente de ma cousine et de sa meilleure amie. Je sais que cela ne veut rien dire, que ce soit en amitié ou en amour, on peut très bien être épanoui auprès d'une personne qui est notre opposé mais j'avoue être curieuse de connaître la réponse.

« J'espère que ça ne vous a pas trop embêté que je me sois incrustée pour ce voyage. Je sais qu'il y en a au moins une à qui ça n'a pas plu. »

Mes yeux se posent sur la concernée que je n'ai pas besoin de nommer, avant de se perdre une nouvelle fois dans la contemplation de toute cette verdure qui nous entoure. Je me demande pour combien de temps on va en avoir à marcher avant de trouver de la vie. Enfin, autre qu'animale. Cela ne me dérange pas, bien que je ne serai pas étonnée qu'on ait piqué nos affaires à notre retour, même si on a fermé le minibus à clé. J'ai embarqué mon téléphone ainsi que mon porte-monnaie, mais pas le reste, à l'instar des autres. Je n'ai rien de précieux, du moins rien qui ne peut se remplacer. D'ailleurs maintenant que j'y pense, on est parti tout en laissant la herse sur la route, pas très malin de notre part... Quelqu'un d'autre pourrait se faire piéger, quoique la probabilité qu'à son tour un animal traverse la chaussée à ce moment-là et dévie la trajectoire du conducteur soit assez faible. En parlant de ça... Un bruit de moteur nous parvient. Je me retourne. Celui-ci a eu plus de chance que nous. Logan et Ethan, plein d'espoir, lève le pouce pour faire stopper le conducteur, mais ce dernier les ignore royalement, poursuivant sa route, ne se préoccupant nullement qu'une bande de jeunes longe la forêt en ayant abandonné leur véhicule derrière eux. Ça m'amuse, mais j'entends ma cousine pester, sans surprise. Elle râle de plus belle quand, l'instant d'après, nous sentons l'air devenir plus lourd et des gouttes de pluie nous agresser. Ouais, c'est le mot en ce qui la concerne.

« Étrange, il y a encore trente secondes, le ciel était radieux. » dis-je à celle qui me tient compagnie tout en haussant les épaules.

Oui, ce n'est rien d'extraordinaire en vrai, mais j'aime voir l'étrangeté là où il n'y en a pas vraiment. Rapidement, c'est une véritable averse qui nous prend de court.

« On ferait peut-être mieux de s'abriter un peu dans la forêt tout en continuant à avancer ? » s'empresse de proposer Erin.

Sans plus attendre, Lexie se précipite vers les arbres.

« Pff, c'est à peine mieux, mais bon, on va faire avec. » » soupire-t-elle.

Les garçons la suivent d'un pas enjoué, hormis Aaron qui les rejoint avec lenteur, les mains dans les poches. Nous finissons par faire de même et commençons à nous enfoncer dans les bois, suivant le chemin qui se dessine devant nous, qui longe la route tout en s'en éloignant un peu plus au fur et à mesure. Mais je ne m'en inquiète pas, nous finirons bien par sortir de cette sylve, non ? Malgré les précipitations, je reporte mon attention sur la jolie brune et continue à la questionner, sans autre but que d'apprendre à la connaître.

« Et sinon, tu fais quoi dans la vie ? »

Je suis un peu une pipelette quand je commence, j'espère qu'elle ne regrette pas d'avoir commencé à m'adresser la parole. Mais je ne me vexerais si elle trouvait un prétexte pour prendre la poudre d'escampette.
Contenu sponsorisé
Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. Mais gare à ce qu'elle pourrait attirer
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Eh oui le passé c'est douloureux ... mais à mon sens, on peut soit le fuir, soit tout en apprendre !
» "Et oui , le passé c'est douloureux. Mais à mon sens on peut soit le fuir , soit tout en apprendre..." feat The Whole 9
» Et au creux des ténèbres, fleurira la lumière _ Sparka
» "Elle entendait au-dessus d'elle dans les cieux, Les anges qui chantaient entre eux." E.A.Poe
» « Enfin c'en est donc fait, sa perte est décidée: Elle n'a donc plus ce coeur qu'elle avait enflammé ». P.C Nivelle de la Chaussée (La gouvernante, 1747).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: