Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment : -25%
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent ...
Voir le deal
18 €

LE TEMPS D'UN RP

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra]

Clionestra
Messages : 728
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La très talentueuse Eurydie

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 10 Avr - 16:06
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 3 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


Laetitia n’arrivait pas à se sortir l’homme de sa tête. Elle n’arrivait pas à l’oublier. Elle se rappelait son visage quand elle avait proposé un fast-food. C’était comme un enfant, quoi qu’il en dise. Elle avait vue le même bonheur qu’un enfant a qui on faisait quelque chose qui le rendait heureux. La jeune femme n’avait vu son nouvel employeur qu’une seule fois heureux de toute la journée, et c’était à ce moment là … Elle avait beau essayer de se sortir son visage de l’esprit elle n’y arrivait pas. Ni celui qu’il avait eu en voyant sa mère…

Elle finit par revenir le lendemain avec la boule au ventre. Elle ne savait pas encore comment elle devait réagir. Devait-elle présenter ses excuses à la mère ? Alors qu’elle n’en avait aucune envie. Elle voulait juste un nouveau sourire sur le visage de l’homme, c’est tout. Elle se fit enguirlander par la mère, mais elle n’arrivait toujours pas à demander pardon poliment. Elle baragouinait simplement gêner de ne pas trouver les mots. Elle finit par se rassoir à la même place qu’hier.

Elle pensait qu’hier, pendant le repas, sa relation avec l’homme avait changé … mais en réalité rien n’avait changé. Elle baragouina plusieurs fois sur son incapacité à aider mais ne fit pas d’effort pour aller lui parler. Elle était sûr que cela agacerait l’homme. Elle n’arrivait pas à se concentrer sur ses cours. Qu’importe comment elle essayait. Elle releva les yeux quand l’homme arriva. Elle l’écouta et pinça ses lèvres.

- Vous n’avez pas à vous excuser. Je l’ai fait parce que j’en avais envie….

Elle continua à pincer ses lèvres en réfléchissant. Elle se mit à réfléchir.

- Je tiens à ma place, mais … est-ce que je peux être tout à fait honnête ?, dit-elle en se mordant les lèvres.

Elle ne voulait pas le déranger plus que de raisons, mais elle avait envie de lui parler, de voir comment elle pourrait faire pour que leur relation soit mieux, et qu’il soit au moins un peu plus heureux.



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4145
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Jeu 14 Avr - 14:42
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


C'était le maximum de gentillesse dont je pouvais faire preuve. Je m'étais excusé, c'était déjà beaucoup trop pour moi. D'habitude je ne m'excusais pas auprès des employées. Je les laissais s'user et s'épuiser face à mon charmant charactère avant de les voir fuir en pleurant. C'était toujours un spectacle particulièrement agréable, le peu de réjouissance que j'avais dans la vie.

Mais là ce n'était pas vraiment pareil. Elle avait voulu être sympa, l'une des rares à vouloir faire ça et à ne pas agir comme un clone de ma mère. Et je m'étais servi d'elle pour avoir une petite pause plaisir. Je savais qu'elle finirait par gueuler en l'apprenant. Moi j'avais l'habitude qu'elle me crie dessus mais les petites employées, ce n'étaient pas leur cas.

Bref, c'était bien la moindre des choses que je pouvais faire, m'excuser un minimum. Sauf qu'elle balaya mes excuses. Bien, tant pis pour elle. C'était bien la première et la dernière fois que ça allait lui arriver, alors si elle ne voulait pas les accepter, ça n'était pas mon problème.

Je l'écoutais parler, fronçant un peu les sourcils. C'était bien un des rares mouvements que je pouvais faire. Il ne me restait que mon visage pour faire passer un minimum d'émotions. Je ne pouvais pas bouger les bras et taper l'épaule d'un ami pour le féliciter. Je ne pouvais plus serrer une femme dans mes bras. Je ne pouvais même pas bouger la tête. Je ne pouvais même pas faire un fuck quand on m'emmerdait!!! Alors je fronçais les sourcils et des trucs du genre. C'était à peu près tout ce que j'arrivais à faire.

- Tu peux l'être. Ce n'est malheureusement pas moi qui décide de te garder ou de te virer. Alors tu peux me dire tout ce que tu veux ça ne changera rien.

J'étais obligé de subir les idées de ma mère. La seule chose que je pouvais faire c'était écoeurer les filles qu'elle embauchait pour s'occuper de moi. Peut être qu'un jour elle se lasserait de ce petit manège et qu'elle finirait par accepter ce que je voulais. Je pouvais toujours rêver mais ça ne coûtait rien d'essayer. Je n'avais que ça de toute façon. Je ne pouvais rien faire par moi même. Je ne pouvais pas décider de ma vie. Mais je pouvais tenter de la faire plier.


Clionestra
Messages : 728
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La très talentueuse Eurydie

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Dim 15 Mai - 15:59
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 3 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


Le fait que l’homme vienne s’excuser lui avait fait du bien. Cela montrer, malgré tout, un caractère bien particulier qui lui plaisait. Oh, elle avait eu l’occasion de comprendre que c’était une terreur mais …Quelque chose n’arrivait pas à faire déclic dans sa tête. Elle ne voulait pas penser à cet homme comme une personne méchante. Rien à voir avec son visage, ou son état, c’était quelque chose dans son sourire qu’il avait eu hier.

D’ailleurs ce souvenir finissait par s’émousser, se distancer, devenir de plus en plus flou, et elle se demandait si elle en avait vraiment eu le droit… à ce sourire. Elle l’observait froncer les sourcils, et elle se disait qu’elle comprenait son expression.

Elle poussa un peu ses livres sur le côté. Elle avait demandé de pouvoir parler honnêtement, mais elle n’arrivait pas à trouver comment le dire en étant tout à fait respectueuse. Peut être n’aurait-elle dû rien dire ? Etait-ce mieux ? Elle pinça ses lèvres délicatement en cherchant comment le dire.

- Avec tout le respect que je dois à votre mère … je ne suis pas son employée, je suis la vôtre. Alors … Je n’ai pas envie de l’écoute. De plus, même si vous avez dévalorisé l’existence des soupes qui sont et resteront le meilleur plat de la création … je sais que je me sentirais mal si un jour on me l’interdisait à cause d’une situation qui n’a rien à voir.

Clairement ? Elle ne pourrait pas ne plus jamais manger de soupe. C’était un fait. Les soupes égalent la vie pour elle, et c’était tout pour elle. Des souvenirs. La seule chose qui la mettait d’accord avec sa grande sœur, quelque chose qui pouvait lui réchauffer le cœur en pleine détresse. Non. Elle ne pourrait pas.

- je trouve que vous refusez le reste … ce n’est pas juste. Et je n’ai pas envie de vous le refuser. Et puis… Au pire… il suffirait que l’on sorte pour que personne ne le sache… et si on l’apprend, je suis sûr que vous pouvez faire vivre bien pire à mes suivantes que ce que j’aurais vécu de votre propre mère.

Cela n’allait pas le tuer. Elle avait vérifié, et bien sûr elle demanderait sans demander encore plus s’il le faut. Si des aliments sont interdits à cause des médicaments, ou autres, alors elle ne laisserait pas James en mangeait, même avec un million de sourire radieux. Pour le reste, il n’y avait pas de raison. Et elle n’en avait pas envie. Elle se mit à rougir et à poser sa main sur son visage dans un effort, vain, de le cacher.

- Désolée. Je n’ai pas l’habitude de parler comme ça de personne, ou de vouloir … fin … tricher, mentir ou … heu … fin voilà. Mais vous m’avez autorisé à être honnête, alors je le suis.

Elle allait mourir de honte. Une fois, une seule et unique fois, elle avait triché en classe. Une fois. Elle avait fini par vomir à la fin du cours et à venir s’excusé en larme devant son professeur. Elle avait ensuite eu que d’excellente note, ou plutôt des notes autant qu’elle le pouvait mais vue d’où elle partait …, pour se racheter.

- En tout cas, si vous le voulez, alors je le ferais.

Dit-elle en reprenant son sourire bien que ses joues soient toujours un peu rose de son idée de mensonge à son employeur. Elle ne pourrait pas supporter deux jours de plus avec James ainsi. Il fallait qu’elle fasse quelque chose, et tant pis si c’était à l’opposé de ses habitudes. Elle trouvait que c’était la seule chose à faire.



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4145
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Lun 23 Mai - 18:34
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Je l'avais autorisé à parler, alors je ne pouvais m'en prendre qu'à moi même si je devais supporter de l'entendre me raconter des conneries.

Par quoi commencer? Depuis le début soyons logique. J'aurais pu les lister de la moins affligeante à la pire de ses conneries mais j'avais du mal à faire un classement tellement tout du début à la fin était d'une débilité sans nom. Alors le début... elle n'était pas mon employé mais celle de ma mère. C'était ma mère qui l'avait engagé, qui signait ses chèques. C'était même son putain de nom qui était sur le contrat et c'était bien marqué que le contrat liait ma mère, l'employeur, et la petite idiote, l'employée. J'étais quoi moi dans l'histoire? Son travail. C'était comme... et bien une baby sister. Son travail c'était de s'occuper des gamins mais ce n'était pas eux les employeurs mais bien les parents. J'étais ça, le gamin dont elle devait s'occuper.

Passons rapidement sur le fait qu'elle semblait vouer un culte aux soupes... elle m'aurait parlé de pâtes italiennes, les vraies de vrai bon chef italien, ou de pizza, hamburger, un bon steak cuit à la perfection et assaisonné juste comme il faut, là j'aurais compris mais une soupe? Non vraiment cette fille était irrécupérable.

Non en fait je savais ce qui était le pire. Qu'elle soit débile avec ses soupes c'était une chose. Qu'elle dénigre le rôle de ma mère c'était plutôt drôle au final. Mais ce qui était vraiment énervant et juste énervant, pas légèrement agaçant hein, mais vraiment le genre de truc qui pourrait me mettre en rage, c'était l'idée qu'elle puisse me trainer dehors pour aller manger en public. A quel moment, dans sa petite tête d'imbécile heureuse, elle a cru que ça pourrait me faire plaisir de me retrouver en public, avec une foule de personne qui me dévisagerait pendant qu'elle me donnerait à manger comme à un gamin? C'était certainement une des choses les plus humiliantes qui pourrait m'arriver. Elle n'avait pas compris encore pourquoi je ne mettais jamais un pied dehors? Pourquoi jamais personne ne venait ici? Pourquoi j'étais en colère en permanence? Ca ne lui avais pas effleuré l'esprit qu'être vu, et regardé de travers même, parce que j'étais invalide était une des choses les plus douloureuses à vivre pour moi.

- Bien... vous avez parlé librement et j'espère que ça vous a fait du bien.

Et vu qu'elle n'avait clairement pas l'habitude de se la jouer rebelle, et que sa première tentative était plutôt misérable, il valait mieux qu'elle laisse tomber l'idée.

- Mais je vous conseille à l'avenir de cesser de réfléchir de la sorte. Il vaut mieux vous contenter de suivre les consignes de ma mère. Vous savez, votre employeur, comme c'est stipulé sur votre contrat. Obéissez lui et ne venez plus me proposer vos idées à la con. Ca vaudra mieux pour tout le monde.

Ce qui serait même le mieux c'était qu'elle dégage, qu'elle retourne d'où elle venait avec ses soupes et que ma mère se décide enfin à me laisser aller au bout de mon projet.



Clionestra
Messages : 728
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La très talentueuse Eurydie

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Lun 30 Mai - 18:49
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 3 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


L’homme la faisait rougir … et absolument pas pour une raison pseudo romantique … elle aurait préféré. Elle aurait tellement préféré une remarque salace sur ses talons hauts que sa réponse … Même si elle n’aimait pas du tout être vue comme une poupée de porcelaine que certains hommes aimaient manipuler ou considérer comme un objet. Mais, quand on lui faisait un commentaire sur son fessier, au moins savait-elle que le rougissement était dû autant à la colère, qu’à la gêne. Là, elle avait honte. Et ce n’était pas du tout le genre de sentiment qu’elle avait envie de ressentir. Jamais.

Elle ne savait plus quoi faire en réalité. Elle pensait que peut-être cela aurait pu rendre son employeur un brin heureux. Dans tous les cas, son travail ne tenait qu’au fait qu’il voulait bien d’elle dans la pièce. S’il la virait, et la mettait à la porte, la mère de l’homme ne pourrait rien dire … et elle le savait. Elle pouvait être virer par absolument tout le monde qui passait l’embrassure de la porte.

Elle avait une petite voix qui lui disait « au moins tu as essayé » mais elle ne surpassait pas encore celle qui coloré ses joues de honte. Elle fit un petit geste de la tête et murmura simplement un :

- Je voulais juste vous rendre heureux en proposant cela.

Qui était la vérité dans son état le plus pur. Elle voulait le voir sourire en mangeant. Elle ne pouvait pas faire à manger, elle était une quiche en cuisine sauf pour les soupes… et elle avait compris que les soupes n’étaient pas le dada de l’homme. Elle ne pouvait pas l’amener manger dehors. Elle ne pouvait certainement pas commander sinon sa mère le verrait. Le but était de le rendre heureux un peu.

Dans une pareille situation, Laetitia ne sait pas comment elle se sentirait … peut être en colère, peut être triste, peut être totalement désespéré. Ce qui est sûr, c’est qu’elle aimerait qu’on lui offre ce qu’elle aime. Pas par pitié, mais par envie de lui faire plaisir. Comme maintenant. Son beau frère lui offrait toujours une rose à la saint valentin, parce qu’elle aimait les roses, et que la fête de l’amour ne disait jamais être que pour une seule sorte d’amour. Si un jour, elle devenait invalide, elle aimerait qu’on continue. Non pas par pitié, par amour.

- Je ne proposerais plus d’idée « à la con ». Je suis désolée si vous pensez que je dénigre le travail de votre mère. Je ne le ferais plus. Partir n’est pas une option, je n’ai pas envie de perdre ce travail.

Mais elle n’avait pas envie de travailler pour travailler. Elle voulait … retrouver son ancien travail. Voilà la vérité. Elle ne voyait pas vraiment les moments avec James comme un travail, malgré tout ce qu’il pouvait penser d’elle. Elle aurait pu rester chez elle, trouver un travail de secrétaire à la con comme elle l’avait fait un temps … Mais non, elle voulait aider. Des enfants, surtout. En premier. James. Aussi. Alors qu’elle observait James, son téléphone se mit à sonner. Une chanson que l’homme connaissait pour l’avoir chanté, mais ça la jeune femme l’ignorait. Elle prit le téléphone et le tourna pour le faire taire.

- Désolée j’ai oublié de le mettre en silencieux.

C’était la sonnerie de Paul. Il pouvait attendre. Après tout, c’était de sa faute si elle se retrouvait à rougir même pas romantiquement en face d’un homme !



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4145
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Ven 3 Juin - 16:42
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Juste me rendre heureux... si elle savait, si seulement elle pouvait comprendre. La seule chose qu'il me fallait pour me rendre heureux c'était m'autoriser à en finir avec tout ça. Mettre fin à mon calvaire, à la souffrance que j'éprouvais chaque jour à être ainsi privé de mon corps, prisonnier de mon esprit, dépendant des autres pour le moindre geste anodin, plus aucune intimité, plus aucun choix... rien... juste une longue suite de jours interminables tous plus difficiles les uns que les autres. Alors ce n'était pas en allant m'humilier en public pour manger un hamburger qui allait me rendre heureux.

Elle n'avait pas envie de perdre ce travail. Avait elle besoin d'argent à ce point pour chercher à garder ce travail à tout prix? N'importe quel travail serait certainement plus enrichissant que d'être obligée de faire la nounou d'un tétraplégique. Il n'y avait rien d'épanouissant là dedans. Je n'étais même pas sympa avec elle. Je passais le plus clair de mon temps loin d'elle et les rares fois où on était ensemble je ne faisais rien pour être agréable. Alors pourquoi avait elle tant besoin de ce travail?

Puis je compris... la sonnerie de son téléphone... Putain je n'arrivais pas à y croire, encore une. Est ce qu'elle le savait avant de venir bosser ou avais je été l'agréable surprise du poste? Je savais que la deuxième option était la bonne pour beaucoup des employées qui étaient venues. Puis elles avaient découvert mon caractère. La désillusion avait été grande et elles n'avaient pas pu le supporter bien longtemps. Aucune n'avait encore réussi à deviner pour qui elles venaient travailler en voyant l'annonce. Ma mère ne portait pas le même nom que moi et les annonces étaient toujours à son nom. C'était elle l'employeur donc c'était elle qui les rédigeait. Ca permettait aussi de garder mon anonymat et d'éviter à des groupies de ne venir que pour ça. Mais ça ne les bloquait pas toutes...

- Ok j'ai compris... vous êtes une groupie.

Je soupirais doucement, énervé par la situation.

- Vous m'excuserez mais je peux difficilement vous signer un autographe dans ces conditions là.

Je lui fis un faux sourire. Clairement j'étais encore plus énervé de voir qu'elle avait pu être fan de ce que j'avais fait.

- Mais si vous restez dans ce boulot juste parce que vous devez vous occuper de moi, je vous conseille d'arrêter vite. Je ne suis plus ca gars là. Il est mort.

Alors maintenant qu'elle se casse, ça serait beaucoup mieux pour tout le monde.
Clionestra
Messages : 728
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La très talentueuse Eurydie

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Lun 6 Juin - 10:53
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 3 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


L’homme était une énigme, un mystère. Elle ne comprenait pas ce qu’il lui racontait maintenant. Elle fronça les sourcils. Une groupie ? Elle n’était même pas sûr de la définition du mot alors que son sourcil se touchèrent presque quand il parla d’autographe ? Quoi ? Comment ? Elle pencha la tête sur le côté avec une tête d’incompréhension. Elle ne pourrait pas imaginer qu’est ce qu’il lui racontait. Elle était même à des années lumières de pouvoir comprendre ce qu’il lui racontait.

Cependant, l’homme semblait agacé, à nouveau, pour une raison qui la dépassait complètement. Elle essayait de refaire la discussion sans réussir à mettre le doigt sur ce qui pouvait avoir, encore, changé dans l’esprit de l’homme.

- je ne comprends pas un traitre mot de ce que vous me racontez.

Elle laissa son téléphone et poussa son livre pour se lever. Elle avait besoin d’un verre d’eau. Devoir subir le regard courroucé de l’homme, à raison ou non, ça la mettait mal à l’aise. Il fallait qu’elle récupère contenance avec un petit verre d’eau.

- C’est mon travail de m’occuper de vous, et je ne vois pas en quoi cela devrait me faire arrêter. J’essaie de vous comprendre, mais j’ai beaucoup de mal.

Mais elle n’abandonnerait pas aussi simplement. L’homme était une énigme. Elle voulait le comprendre. Pour l’aider, mais aussi pour elle. Elle voulait réussir à le comprendre, car elle avait l’impression que de ne pas réussir serait … dommage ? ce n’était pas vraiment ça le sentiment qui découlait de cette histoire. Elle n’arrivait pas à mettre de mots simples sur sa pensée.

Sur la table, le téléphone se mit à vibrer, ce qui signifiait qu’un message avait été laissé. La jeune femme n’avait même pas compris que la réaction de l’homme avait un rapport avec sa sonnerie. Elle n’avait juste rien compris. Elle fit un sourire à l’homme. Elle ne savait plus quoi faire, être sa complice ne plaisait pas à l’homme. Être l’employé de sa mère ne  lui plaisait pas non plus … alors qu’est-ce qu’il voulait d’elle ?

Elle observait son téléphone et pensa aux paroles d'une  des chansons du groupe qui avait été entendu. Elle lui donnait du courage. Elle ne connaissait pas le groupe ... fin, elle connaissait le nom bien qu'il ne lui venait pas tout de suite. Elle savait juste qu'elle aimait les paroles, l'air, et la voix du chanteur. Elle sourit encore.



May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4145
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Mer 22 Juin - 14:17
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Elle me prenait vraiment pour le dernier des imbéciles. Elle jouait à la petite innocente mais ça ne changeait rien. J'avais bien entendu la sonnerie de son téléphone. Elle avait plutôt bon goût d'ailleurs, c'était une de mes chansons préférée. Je les aimais toutes bien sur mais il y en avait qui me tenaient particulièrement à coeur. Celle là en faisait partie. Mais qu'elle ait ou non du goût ne changeait rien à l'affaire. Je la regardais avec une lueur de dégout. Elle avait beau jouer les gentilles, vouloir faire celle qui ne pensait qu'à mon bien être et compagnie. Elle était exactement comme les autres groupies. Elle ne restait là que parce qu'elle pouvait approcher de son idole. C'était à vomir...

- Mais bien sur, faites l'innocente. Ca vous va très mal.

Elle m'insupportait encore plus désormais. J'avais été prêt à lui accorder le bénéfice du doute. D'accord elle était insupportable. Elle me prenait la tête avec son délire avec les soupes. Elle ne semblait pas réfléchir plus de quelques secondes quand elle proposait quelque chose, il n'y avait qu'à voir sa proposition de m'amener manger dehors. Mais malgré tout ça, j'avais été tenté de croire qu'elle avait un bon fond et qu'elle voulait bien faire. Je m'étais trompé. Elle était exactement comme toutes les autres. Elle cachait son jeu et en plus elle tentait de me prendre pour un con.

- L'avantage, c'est que vous me donnez la parfaite excuse pour vous mettre à la porte. Ma mère déteste autant que moi les filles dans votre genre. C'est dommage... vous arriviez bien à passer inaperçu. Si seulement vous aviez pensé à mettre votre téléphone sur silencieux..

Quand je disais qu'elle ne réfléchissait pas plus de quelques secondes avant de dire ou faire quelque chose, ça se confirmait là. Elle devait bien se douter quand même que je ne supporterais pas d'avoir une fan surexcitée guettant le moindre de mes gestes? Ah non c'est vrai, on parlait d'une fan. J'en avais assez croisé comme ça pour savoir qu'elles n'avaient en général rien dans la cervelle. A une époque j'en avais profité je devais bien l'avouer. C'était plus facile de les mettre dans mon lit quand elles ne réfléchissaient pas et que tout ce qu'elles voulaient c'était passer quelques heures entre mes bras. Mais maintenant... j'étais bien loin de ces préoccupations là. J'étais simplement fatigué et agacé par leur comportement. Et elle... elle n'avait vraiment pas fini de m'agacer.

Je poussais un petit soupir mélodramatique en la regardant.

- Dommage pour vous, tant mieux pour moi. Je serais bientôt débarrassé de vous et de vos soupes.


Clionestra
Messages : 728
Date d'inscription : 29/12/2020
Crédits : La très talentueuse Eurydie

Univers fétiche : Fantastique
Préférence de jeu : Les deux
Narnia
https://www.letempsdunrp.com/t4331-je-suis-pas-seule-dans-ma-tete-personnages-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4332-je-suis-pas-seule-dans-ma-vie-repertoire-de-clionestra https://www.letempsdunrp.com/t4814-je-ne-suis-pas-seule-dans-ma-tete-recherche-rp-ok-fev-2022
Clionestra
Mer 22 Juin - 15:51
zooey_deschanel_avatar_by_rbkk_d2vkeo1-fullview.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7ImhlaWdodCI6Ijw9MzIwIiwicGF0aCI6IlwvZlwvYjMxYzhmYjYtYjc3Ni00NTU5LTg1OTQtYTM4MTM2N2M0ZmMwXC9kMnZrZW8xLWI0NDQyYzgzLTYwZGItNDI4Ni1hMWI5LWIwYTFjMmIyNDhlYS5wbmciLCJ3aWR0aCI6Ijw9MjAwIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmltYWdlLm9wZXJhdGlvbnMiXX0.OPezqJ83ziUucKv3hbLDHMPC1Dji9AMmnL9bsK_I_Vs
Leaticia
Parker

J'ai 31 ans et je vis dans un trou paumé, en Amérique. Dans la vie, je suis pédopsychiatre et je m'en sors pas bien du tout, le temps de me retourner, j'ai trouvé un travail en tant que Dame de compagnie. Sinon, grâce à ma malchance (selon ma soeur), je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra] - Page 3 3rA5

Laetitia, du latin laeta qui signifie la joie. Letty est une femme douce mais forte, joyeuse mais pas idiote, altruiste mais pas soumise. Elle a fait des études de pédopsychiatre et s'est employé à aider le maximum d'enfants qu'elle pouvait... que cela soit à partir de ses stages, qu'à partir de son travail qu'elle adore... qu'elle adorait.

Elle s'est retrouvé sans travail. Et un ami lui a trouver celui d'aide à la personne pour James.

Sa grande-soeur la bassine pour qu'elle trouve un homme, se mari et fonde une famille. Cependant, sa soeur ne connait pas le plus gros secret de Letty, qu'elle n'a dit à personne.


Elle buvait doucement son verre d’eau et essayait de se connecter à la situation. Elle ne pensait pas être une idiote profonde. Elle pouvait être déconcentré. Elle pouvait être étourdie. Mais elle n’était pas complètement stupide. Normalement, elle arrivait à comprendre les causes à effet. D’ailleurs dans son métier, elle avait besoin de pouvoir analyser les causes à effet pour chaque situation. Cependant, la situation dans laquelle l’homme la mettait était … impossible à analyser pour elle. Elle fronça les sourcils.

- Pensez ce que vous voulez, je ne comprends réellement pas de quoi vous parler.

Cela lui allait mal ? D’un coup, elle posa un regard triste sur l’homme. L’homme devait vraiment avoir été … blessé, et non pas physiquement, pour voir du mensonge là où elle n’était qu’honnêtement perdue. Elle ne comprenait rien à ce qu’il racontait, et il continuait d’être en colère pour une raison qu’elle n’arrivait pas à définir.

- Mon téléphone ?! C’est pour ça que vous me prenez la tête. Une fille comme moi ? Je n’ai même pas regardé le message, je ne sais pas de quoi il en retourne. Je ne vous permets pas de me traiter comme si j’étais qu’une … je ne sais même pas de quoi vous m’accusez !

Elle voulait bien être viré pour avoir parler un peu trop. On pouvait la virer parce qu’elle aimait les soupes, bien que ce fût une aberration, mais elle ne supporterait pas d’être virer simplement parce que … Quoi, il avait décidé de l’agresser une nouvelle fois. Elle voulait bien être gentille mais se faire marcher sur les pieds ainsi, c’était le pompom. L’homme osait lui parler, encore, de ses soupes comme de quelque chose de mal ? Il n’avait pas voulu en goûter un, et il était passé à autre chose. Elle s’approcha de son téléphone et l’attrapa.

- Puisque c’est ce qui vous dérange, je vais écouter le message pour savoir ce qu’il dit, vous verrez que quoi que ce soit qui soit passer dans votre esprit, vous avez mal compris.

Son téléphone prit, elle mit la messagerie sur haut-parleur. On pouvait entendre la voix de son meilleur ami, Paul, en train de paniquer à savoir ce qu’elle avait fait d’un dossier sur les deux enfants maltraités par son père. Il dit plusieurs gros mots pour rajouter le fait qu’il ne comprenait pas comment la justice pouvait penser rendre ses enfants à son père. Rajoutant encore quelques gros mots. La jeune femme lui envoyait la réponse par SMS alors que le message fini. Elle lui tendit ensuite son téléphone, soufflant de manière triste à nouveau. Elle n’aimait pas du tout les conflits, elle se sentait aux bords des larmes.

- Je ne sais pas ce qui vous a énervé à ce point, mais si on pourrait en parler posément, je n’ai rien à vous cacher. Je veux essayer de comprendre.


HRP - je me souviens qu'on avait prévu qu'elle ne comprenne pas et qu'il lui cache ensuite. N'hésite pas si tu veux changer cette information, je te laisse faire selon ton feeling  :heart2:  


May you be in heaven
a full half hour
4b894efa40578603614668c5fa78584a7c80c010.gifv
ea4f251cd17e39702fbc69bb76198aad0d4cb667.gifv
before the devil knows
you're dead.
ANAPHORE

Mes recherches
Beloved
Messages : 4145
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
stitch
Beloved
Dim 3 Juil - 13:38
3yo88.png
James Baker
J'ai 34 ans et je vis dans un trou paumé, quelques part aux Etats Unis. Dans la vie, je suis auteur/compositeur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, mais de toute façon toute ma vie est désastreuse.


Il n'y avait que deux options. Soit elle me prenait pour un con à me faire croire qu'elle n'était pas là en temps que groupie de merde. Soit elle n'avait réellement pas compris qui j'étais. Elle avait mis ma chanson en sonnerie sans même reconnaitre le chanteur du groupe qu'elle semblait apprécier. J'avais du mal à croire qu'elle puisse réellement être aussi conne que ça. Normalement quand on appréciait un groupe on se renseignait un minimum dessus. Elle aurait du tomber sur des clips, c'était toujours moi en vedette dedans avant. Je ne lui demandais pas d'être venu à un concert mais quand même un minimum, les clips, les apparitions télé... J'avais un visage plutôt connu. D'autant plus par les personnes qui écoutaient mes chansons. Qu'elle ne fasse pas le rapprochement avec le nom c'était normal. Qu'elle ne me reconnaisse pas si elle n'écoutait pas mes chansons ça l'était aussi. Une de mes infirmières n'avait jamais écouté le moindre de mes morceaux, à part à la radio. Elle avait mis des semaines à comprendre qui j'étais et au final elle s'en foutait. C'était bien ma préférée de celles qui passaient. Mais elle m'écoutait au point de m'avoir en sonnerie. Donc soit elle était conne, soit elle me prenait pour un con. Je préférais encore la première option, même si dans un cas comme dans l'autre, elle baissait grandement dans mon estime.

- Laissez tomber. Je ne sais pas à quel jeu vous jouez. Si vous vous moquez de moi ou si vraiment vous ne comprenez pas de quoi je parle. Dans les deux cas vous me fatiguez.

Je reculais avec mon fauteuil, commençant à faire demi tour pour aller m'enfermer dans mon bureau. J'avais eu ma dose avec elle pour le moment. Je voulais aller me mettre dans ma bulle et attendre qu'elle parte pour pouvoir souffler un peu.

- Je vais travailler. Comme toujours, je vous déconseille de venir me déranger. Et par pitié, mettez votre téléphone en silencieux à partir de maintenant. Je ne supporte pas de l'entendre sonner.

Je ne voulais pas avoir la sensation d'avoir une fan en permanence à mes côtés. Le pire serait bien entendu qu'elle s'amuse à massacrer mes chansons en les fredonnant.


Contenu sponsorisé
Je n'avais plus de vie... avant toi [ft Clionestra]
Page 3 sur 7
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sujets similaires
-
» Clionestra
» Avant, j'étais schyzo
» Un sauvetage laborieux ft Clionestra
» Cobaye 006 ft. Clionestra
» BranLily | There's a star for everyone Ft. Clionestra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: