Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

LE TEMPS D'UN RP

Texas's secret [Monkeymama]

MonkeyMama
Messages : 576
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Lun 4 Juil - 18:34

Nate
Carmichael

J'ai 32 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis rayonniste et je m'en sors du mieux que je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.


Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 B51d1328719889eee2469fad34b4932a

You're a cowboy like me, perched in the dark, telling all the rich folks anything they wanna hear like it could be love, I could be the way forward only if they pay for it, you're a bandit like me, eyes full of stars, hustling for the good life, never thought I'd meet you here, it could be love, we could be the way forward and I know I'll pay for it.
Un sourire. Un vrai sourire. Nate avait répondu par un autre sourire, plus large que celui de Matt qui était toujours assez mesuré dans ses démonstrations de joie. Et puis il s’était senti rougir de la tête aux pieds quand il lui avait dit qu’il avait l’impression de retrouver l’ancien Nate, encore plus quand il avait affirmé que ce dernier lui avait manqué. A vrai dire, il avait manqué à Nate lui-même. Ce que ça avait été dur d’être quelqu’un d’autre… Plus cynique, plus dur, plus égoïste aussi. Il était pourtant tout le contraire mais la vie et les mauvaises décisions qu’il a prises l’ont rattrapé. Il avait fini totalement blasé. Et maintenant ? Il espérait de nouveau, il avait des projets et des rêves plein la tête. Il lui manquait juste l’élément principal de ses rêves-là… Matt. « L’ancien Nate… ou le vrai Nate ? » qu’il avait sourit malicieusement en haussant un sourcil. Si seulement ils pouvaient rire ensemble. Comme avant. Nate ne demandait que ça et il tentait tant bien que mal de l’instaurer avec sa bonne humeur. Parce qu’il était de bonne humeur de nouveau. « Eh bien… Les quelques moments où on a pu être ensemble sont les seuls où j’ai été vraiment heureux. Ça me manque. Je te fais à manger, tu fais la vaisselle… Et puis tout le reste. » Et par tout le reste, il parlait évidemment de la proximité physique qu’ils n’avaient plus. « Surtout le reste. » qu’il souffla plus bas alors qu’il se sentait redevenir rouge. Et Dieu sait qu’il n’était pas seulement question de sexe. C’étaient les câlins, les baisers, tous ces moments où Nate avait eu l’impression d’être aimé par Matt.
Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Lun 4 Juil - 18:52
XpORiKr.png
Matthew Jansen
J'ai 37 ans et je vis au Texas, Etats Unis. Dans la vie, je suis acteur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, j'ai le coeur en miettes à cause d'un connard.

Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 Peaky-blinders-cillian-murphy

- L'ancien c'était le vrai alors... les deux.

Je ris doucement avec lui. J'avais eu l'impression de connaitre le vrai Nate cet été là. Nous n'avions pas eu à nous soucier du regard des autres. On avait pu être nous même. Nous laisser aller à vivre ensemble sans avoir à subir de pression. Nous étions nous, les vrais nous, sans mentir ou nous cacher. Puis nous avions quitté la ferme et tout avait volé en éclats. Il s'était mis à jouer un rôle pour satisfaire les autres. Il s'était enfermé dedans, s'oubliant. J'aurais tellement voulu qu'il ne fasse pas ça. Il aurait pu choisir de me rendre moi heureux plutôt que les autres. Moi je ne lui aurais jamais demandé de changer pour qu'on soit heureux. J'aimais le vrai Nate et je n'avais jamais voulu que son bonheur.

- Je t'accorde un point pour les repas. Tes bons petits plats me manquent terriblement. Parce que ça, ça n'a pas changé. Je suis toujours une calamité en cuisine. Heureusement qu'il y a des tonnes de restaurant à Los Angeles. Et que j'ai un bon ouvre boite, sinon je serais mort de faim depuis longtemps.

J'avais toujours adoré le voir faire. Quand il était installé en cuisine à préparer le repas. J'aurais pu rester à le regarder cuisiner pendant des heures. Il était tellement beau dans ces moments là.

Je m'arrêtais de parler un instant alors que le serveur venait récupérer nos assiettes. Nate avait fait un peu plus honneur à la sienne que moi. J'avais à peine réussi à y toucher avant d'avoir l'appétit coupé par notre conversation. Et cet imbécile de serveur qui se mit à insister pour savoir pourquoi mon plat ne m'avait pas plu et si je voulais qu'il me le change et compagnie. Il fallut que j'insiste pour qu'il me laisse tranquille et qu'il accepte de me porter un café. Je laissais Nate choisir son dessert et surtout l'imbécile de serveur partir pour reprendre notre discussion.

- Pour ce qui est du reste... je crois qu'on va classer ça dans les sujets délicats qu'il vaudrait mieux ne pas aborder pour le moment. Parlons d'autre chose. Parle moi de ton salon de thé. Tu as déjà réfléchi à la décoration?

Parce que si je me laissais aller je lui dirais que "le reste" n'avait pas eu l'air de lui manquer tant que ça quand il était venu à son divorce. Qu'il était resté à broyer du noir sans même me regarder ou me toucher. Je ne lui manquais pas à ce moment là. Il se foutait bien que je sois là ou non. J'avais passé une nuit sur le canapé sans que ça l'empêche de fermer l'oeil. Mais ça ne servait à rien de lui dire tout ça. Ca ne m'aiderait pas à aller mieux. Ca ne nous aiderait pas à avancer. Il valait mieux laisser tout ça de côté.

MonkeyMama
Messages : 576
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Mar 5 Juil - 23:29

Nate
Carmichael

J'ai 32 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis rayonniste et je m'en sors du mieux que je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.


Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 B51d1328719889eee2469fad34b4932a

You're a cowboy like me, perched in the dark, telling all the rich folks anything they wanna hear like it could be love, I could be the way forward only if they pay for it, you're a bandit like me, eyes full of stars, hustling for the good life, never thought I'd meet you here, it could be love, we could be the way forward and I know I'll pay for it.
L’ancien, c’était le vrai… Matt n’avait peut-être pas tort. Ah, si seulement Nate pouvait remodeler le passé avec ce qu’il savait aujourd’hui… Mais il ne pouvait pas. Leur histoire avait toujours été semée d’embuches à partir du moment où ils s’étaient quittés ce fameux été-là. Se pourrait-il que l’heure d’une accalmie soit enfin venue ? Pour ça, il faudrait que Matt lui fasse confiance à nouveau. Et si c’était possible alors, cette fois, Nate fera tout ce qui sera en son pouvoir pour ne pas tout faire foirer. Sourires complices, ils plaisantent et ça fait du bien. « Dieu merci, je sais cuisiner alors… Je serai probablement à zéro point sinon. » qu’il s’était marré, mettant de côté définitivement la parenthèse douloureuse qu’avait eu leur soirée. « Te voilà à l’aube de tes quarante ans, toujours dépendant de ton ouvre-boite. Je vais bannir la conserve de ta vie. » Des conserves, Nate, il en avait peu mangé. Il avait beaucoup de mal à s’y résoudre tant il pouvait se passionner pour la cuisine. Il le sentait : c’est ce qu’il devait faire de sa vie. Partager aux autres ses recettes, leur faire plaisir… Ça lui rappellerait ce qu’il avait toujours fait pour Matt et c’était précisément ce qu’il voulait retrouver. Le serveur était venu les débarrasser, questionnant Matt sur son plat. Il faut dire qu’il n’avait que très peu mangé et c’était désolant. Ce n’était pas tout à fait comme ça que Nate s’était imaginée la soirée. Ceci dit, elle n’était pas catastrophique pour autant. Pour le moment. Nate savait qu’il marchait sur des oeufs. Nate avait commandé un café également et une fois le serveur reparti, Matt lui avait proscrit de parler du reste. Nate acquiesça sans rechigner. Il ne comprenait pas pourquoi mais il n’allait certainement pas le lui demander. D’autant plus que Matt lui donnait un autre sujet de conversation et qu’il était décidé à ne pas laisser passer cette porte de sortie. « Oui. J’aimerais quelque chose qui rappellerait la ferme, quelque chose de rustique… Je pense pas que ce soit très courant dans le coin, ça pourrait changer un peu. » Nate balaya les alentours du regard. De toutes les tables, ils étaient les seuls hommes en tête à tête. Il s’était mordu la lèvre avant de dire : « Tu sais quand tu as dit que je voulais aider tout le monde, eh bien… Justement. J’ai rejoint une association qui milite pour les droits… des gens comme nous… Et je pense qu’on est à deux doigts de voir de vrais changements arriver. Ça t’intéresse ? » qu’il avait demandé, se doutant déjà un peu de la réponse.
Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Mer 6 Juil - 16:37
XpORiKr.png
Matthew Jansen
J'ai 37 ans et je vis au Texas, Etats Unis. Dans la vie, je suis acteur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, j'ai le coeur en miettes à cause d'un connard.

Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 Peaky-blinders-cillian-murphy

Mouais... pour qu'il bannisse l'ouvre boite de ma vie il faudrait pour ça qu'il vienne me faire les repas tous les jours et je doutais que ce soit faisable ou même que j'ai envie de le laisser faire pour le moment. C'était parler comme si c'était certain que nous allions nous remettre ensemble. Et ce n'était pas le cas pour moi. Je ne savais pas si j'étais prêt à oublier ce qui s'était passé, si j'étais capable de lui faire confiance à nouveau. Je préférais garder mon ouvre boite pour le moment encore. Et je ne le lui dirais pas bien entendu. J'avais retenu la leçon de ce qui s'était passé un peu plus tôt. Je n'avais aucune envie de voir la situation exploser à nouveau. Je garderais pour moi mes remarques. Je rangeais juste ce point dans ma liste mentale des pours et des contres, plutôt côté contre pour le coup.

- Ca n'est pas très courant non et pour une bonne raison, ça n'est pas très populaire.

Je fréquentais assez de personnes haut placées pour savoir que ce n'était pas du tout ce qu'elles appréciaient. Certains de ceux qui avaient réussi en ville avaient justement quitter le milieu rustique pour venir réussir ici. Puis il y avait les citadins qui n'avaient connu que la ville toute leur vie et qui prenaient de haut les gens qui venaient des petits patelins.

Je haussais vaguement les épaules en sirotant mon café.

- Mais fais comme tu le sens.

Je n'avais pas à décider pour lui. Il était assez grand pour le faire. Il avait toujours fait sa vie sans tenir compte de mes avis de toute façon.

Je haussais vaguement les épaules alors qu'il me parlait d'une association militant pour les droits homosexuels. J'en connaissais oui mais de là à y adhérer c'était autre chose.

- Je connais oui. Dan m'a déjà trainé à une réunion. Il est particulièrement engagé. Il pense que c'est nous dans le cinéma, les personnes "publiques" qui devons nous mettre en avant, faire parler de nous et de notre cause pour faire avancer les choses. Mais je lui ai déjà dit non. Je ne suis pas encore assez connu pour prendre ce risque. C'est mal vu auprès des producteurs et des réalisateurs d'en parler et je n'ai pas envie de me griller dans la profession. Je préfère rester discret dans mon coin. Les choses sont assez tranquilles pour moi en ce moment. Je peux faire ma vie sans être emmerdé. Je n'ai pas besoin de plus.

Mais ça me surprenait de la part de Nate. Il s'était toujours caché, avait joué au parfait petit hétéro, s'était même marié, et maintenant voilà qu'il se la jouait militant homosexuel. Il avait changé, ça c'était certain. Juste parce que sa femme l'avait foutu dehors... si seulement il avait pu changer pour moi plus tôt...




MonkeyMama
Messages : 576
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Mar 12 Juil - 22:42

Nate
Carmichael

J'ai 32 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis rayonniste et je m'en sors du mieux que je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.


Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 B51d1328719889eee2469fad34b4932a

You're a cowboy like me, perched in the dark, telling all the rich folks anything they wanna hear like it could be love, I could be the way forward only if they pay for it, you're a bandit like me, eyes full of stars, hustling for the good life, never thought I'd meet you here, it could be love, we could be the way forward and I know I'll pay for it.
Dans un autre monde, Nate se demandait si leur histoire aurait pu être simple. Dans un monde où deux hommes ensemble n’aurait été un problème pour personne. Et il ne tarda pas à avoir une réponse… Non. Simple, ça n’aurait jamais pu l’être. Quoi qu’il se passe, quoi qu’ils se disent, il y avait toujours une ombre au tableau. Nate la voyait flotter au dessus d’eux, cette fameuse ombre. Il savait. Tout sourire n’était que temporaire, la complicité qui pouvait sembler réelle sur le moment ne ressemblait plus qu’à un mirage l’instant d’après. Nate accusa le coup quand Matt lui confia que son idée n’était pas judicieuse. C’était pourtant comme ça que ça allait se passer. Toute sa vie, Nate avait été quelqu’un d’autre. Et c’était fini… Il ferait quelque chose qui lui ressemble. Ou rien. Et il attira alors peut-être des gens qui lui ressemblent… En tout cas, il était confiant. Il pouvait rendre sa future boutique traditionnelle et moderne à la fois… Un peu comme lui, à son image. Et c’était bien tout l’intérêt. Il aurait tellement aimé que Matt croit en lui sur ce coup-là mais, décidément, plus aucune partie de lui aussi infime soit-elle ne lui faisait confiance. « Merci pour ta franchise. » que Nate souligna avec un sourire et sans aucune rancune. Il faisait cavalier seul, il commençait doucement à prendre le pli. Ce n’était pas encore l’ombre au tableau qui venait s’abattre sur eux. L’ombre était venue après. Quand Matt avait parlé de Dan… Encore. Nate inspira, camouflant tant bien que mal toute la jalousie que la simple évocation de l’homme lui faisait ressentir. Il n’était pas bien placé pour faire une scène et il le savait. « Il a raison. » que Nate concéda après un temps de silence où il fit le tri dans ses émotions pour parler distinctement. « Ce serait peut-être plus simple pour tout le monde si on avait quelqu’un de public à qui s’identifier. » Nate haussa les épaules. « Mais je comprends que t’aies envie d’être tranquille. Après tout ce temps à trimer, tu le mérites bien. » Et une fois encore, Nate avait eu envie de se faire un verre. Une soirée avec Matt, ça mettait sa sobriété à mal. Il se réfugia dans sa tasse de café dans l’espoir que la caféine le calme.  
Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Mer 13 Juil - 12:28
XpORiKr.png
Matthew Jansen
J'ai 37 ans et je vis au Texas, Etats Unis. Dans la vie, je suis acteur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, j'ai le coeur en miettes à cause d'un connard.

Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 Peaky-blinders-cillian-murphy

J'avais juste tellement envie de lui foutre mon poing dans la gueule pour effacer son petit sourire de merde. J'avais le sentiment qu'il marchait sur des oeufs, qu'il ne disait pas complètement ce qu'il pensait de peur que nous repartions en dispute. Résultat des courses, on ne pouvait pas discuter. J'avais le sentiment de parler, de parler seul et de me heurter à un mur de sourire poli. Je donnais mon avis sur ce qui pouvait marcher ou non dans la région, je lui parlais de mon expérience, et au lieu d'entamer une discussion il se contentait de me répondre avec son sourire poli de merde. "Merci pour ta franchise"... merci de me donner ton avis, je te dis ça pour ne pas t'énerver mais je n'en ferais qu'à ma tête. Comme je l'ai toujours fait. Comme je n'en ai toujours fait qu'à ma tête quand j'ai décidé de me marier, de rester le bon petit père de famille et compagnie.

Et cette manie de donner raison à Dan... Monsieur se la jouait parfait petit homosexuel qui manifestait pour nos droits, qui voulait révolutionner le monde et surtout qui attendait de moi que je le fasse. Puis toujours il nuançait ses propos. Il redevenait l'adorable Nate qui ne voulait pas énerver le monstre que j'étais. Ca avait le don de m'énerver encore plus. Je ne me sentais même plus légitime à lui en vouloir. Et pourtant qu'est ce que je lui en voulais. Qu'est ce que je pouvais le détester de se la jouer homosexuel parfait, maintenant. Ca faisait des années que j'attendais ne serait ce qu'un petit pas de sa part, que je n'avais jamais eu. Il n'avait jamais voulu changer pour moi. Non... il le faisait maintenant. Maintenant que sa femme l'avait jeté, maintenant qu'il n'avait plus le choix. Mais pas avant. Pas pour moi...

Je terminais mon café d'un trait avant de sortir une nouvelle cigarette. Encore un point de plus pour le parfait petit Nate. Lui il ne fumait pas. Moi j'étais le connard qui n'arrivait pas à se calmer, qui buvait trop, qui fumait trop...

- Tu sais pour le salon de thé... Je voulais juste te partager mon expérience. Parce qu'on m'a trainé plus d'une fois dans les endroits à la mode, dans les trucs qui marchent. Parce que je connais bien la population de cette ville. Je sais comment ils sont, ce qu'ils cherchent. Je sais qu'ils veulent oublier d'où ils viennent, se reconstruire, s'inventer une nouvelle vie, loin de la vie à la campagne qu'ils ont pu connaitre avant. Et je suis là pour te donner des conseils pour faire la déco, pour faire quelque chose de simple. Mais rustique, j'ai des doutes...

Je haussais vaguement les épaules. Il ferait ce qu'il voudrait de toute façon. Il en avait toujours fait ainsi.

- Et non il n'a pas raison. Il a fini par le reconnaitre. Ce n'est pas possible de faire son coming out comme ça aujourd'hui, surtout pas dans le milieu du cinéma. Ca le serra peut être un jour et je serais fier de le faire à ce moment là. De pouvoir arpenter le tapis rouge à une première avec mon mec. Mais ce n'est pas le moment. Et tu ne peux pas faire ça...

Je le regardais, un mélange contradictoire de sentiments en moi. J'avais les yeux emplis de larmes et mon poing serré de colère. Douleur, tristesse et colère... et toujours ma fidèle cigarette sur laquelle je tirais pour tenter de me calmer.

- T'as jamais assumé. Tu t'es marié parce que tu avais peur d'affronter ta mère. Tu es resté dans ta petite vie de père de famille modèle malgré tout. Malgré le fait que tu étais malheureux dans cette vie. Alors tu n'as pas le droit de revenir comme ça d'un coup et de me dire que ça serait bien si je me décidais à en parler. T'as pas le droit Nate. T'as pas le droit de me dire comment vivre mon homosexualité. J'ai jamais fait semblant d'être un autre. J'ai toujours refusé de sortir avec des filles, de jouer avec elles. J'ai tout perdu, tout, parce que j'ai refusé d'être un autre. Tout ce que je demande c'est de pouvoir continuer à vivre, à travailler sans risquer de perdre à nouveau mon boulot à cause de ce que je suis.

J'écrasais d'un geste rageur ma cigarette dans le cendrier. Je fouillais dans mon porte feuille pour sortir quelques billets.

- Et arrête de dire oui à tout ce que je dis avec ton petit sourire. T'as le droit de donner ton avis. On a le droit de discuter. D'échanger nos points de vu. Ce n'est pas parce que je ne supporte pas de te voir agir comme le mec qui s'assume super bien, à qui je manque tellement et compagnie, qu'on ne peut pas discuter du reste.

Je me levais et jetais les billets sur la table.

- Merci pour le repas. Si t'as besoin d'aide ou de conseil pour ton salon, tu sais où m'appeler.


MonkeyMama
Messages : 576
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Jeu 21 Juil - 14:45

Nate
Carmichael

J'ai 32 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis rayonniste et je m'en sors du mieux que je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.


Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 B51d1328719889eee2469fad34b4932a

You're a cowboy like me, perched in the dark, telling all the rich folks anything they wanna hear like it could be love, I could be the way forward only if they pay for it, you're a bandit like me, eyes full of stars, hustling for the good life, never thought I'd meet you here, it could be love, we could be the way forward and I know I'll pay for it.
Nate avait directement senti quand la situation s’était renversée. Les quelques minutes où l’ambiance avait été légère lui manquait déjà. Il aurait tellement aimé que ça dure, il avait tellement espéré que ça puisse s’apaiser au moins un peu… Mais vu le ressentiment qu’exprimait encore et encore Matt, c’était loin d’être le cas. Comment ne pas être bouleversé devant l’homme qu’il aime et qu’il semble aussi prodigieusement agacer ? Son coeur s’était serré, il attendait le verdict et ça n’avait pas tardé à tomber. Nate l’avait écouté. Attentivement. S’il voulait que ça s’arrange un jour, ça commencerait par une écoute minutieuse. Il devait le comprendre pour être pardonné, il devait le comprendre pour avancer. Et c’était pas moins dur à encaisser pour autant. Légèrement abasourdi, Nate n’avait pas dit un mot avant de voir Matt se lever et sortir rageusement des billets de son portefeuille. A partir de ce moment-là et en réalisant à quel point c’était urgent qu’il dise au moins un mot avant de ne plus en avoir l’occasion, il attrapa doucement son poignet pour le retenir. « Je veux pas te faire la leçon, Matt. T’as raison, je suis très mal placé et ça n’a jamais été mon intention. Je te comprends. Vraiment. Navré que tu l’aies pris comme ça et… T’as encore raison. Je n’ai jamais assumé auparavant et je crois bien que c’est pour ça que je veux autant en faire. Je veux rattraper mon propre cas, mes propres erreurs… et éviter peut-être que ça arrive à d’autres gens de se retrouver dans une telle spirale de honte et de mensonge. » Maintenant qu’il avait réussi à parler, il avait lâché le poignet de Matt. Et, pour une fois, ce n’était pas à cause du regard des autres qu’il l’avait fait mais bien pour ne pas s’imposer plus physiquement dans l’espace de Matt. « Et c’est aussi pour ça que je tiens à travailler dans un environnement qui me ressemble. Je veux plus être quelqu’un d’autre… C’est sans doute un grand défi et peut-être que ça ne marchera pas mais, cette fois, j’ai vraiment envie de rester fidèle à qui je suis. » Et sur ce point, il espérait que Matt parviendra à le comprendre mais il n’en était pas certain. Il était tellement remonté contre lui que Nate avait la sensation qu’il n’était plus en mesure de prendre en compte ce qu’il ressentait. Alors il n’exigerait rien de plus. A la place, il se contenta d’un signe de la tête pour le congédier. « Je… Je t’appellerais. » qu’il déclara, certain qu’il allait le faire mais pas certain que ce soit judicieux. Il avait encore une fois la nette sensation que leur cas était irrattrapable. « Merci… et bonne soirée. » qu’il avait soufflé, résigné à le laisser quitter les lieux. Lui, il allait rester pour un petit remontant. Toujours pas d’alcool mais un deuxième café fera peut-être l’effet d’un reboostant.
Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Ven 22 Juil - 14:57
XpORiKr.png
Matthew Jansen
J'ai 37 ans et je vis au Texas, Etats Unis. Dans la vie, je suis acteur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, perdu au milieu de tout un tas de sentiments.

Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 Peaky-blinders-cillian-murphy

Il m'avait retenu la main, m'empêchant de partir. Je l'avais écouté me parler. J'étais parti ensuite, le saluant distraitement d'un signe de tête. J'étais beaucoup trop perturbé pour réussir à parler. J'étais rentré chez moi, passant le reste de la soirée et les jours suivants à réfléchir à tout ça.

Nate avait changé. J'avais du mal à le reconnaitre. Il était loin de l'homme que j'avais connu ces dernières années. Ce n'était plus le Nate qui avait peur d'assumer son homosexualité, qui n'avait cessé de choisir la voie de la facilité, celle où il faisait plaisir à sa mère, où il épousait une femme, fondait une famille, jouait une parfaite petite comédie. Ca c'était le Nate qui m'avait tellement fait souffrir, qui ne venait me voir que pour voler quelques instants de plaisir avant de repartir vers sa vraie vie. L'ancien Nate, c'était celui qui n'avait jamais accepter de ne pas se marier pour moi, de quitter sa femme pour venir vivre avec moi à Los Angeles, qui n'avait même pas fait l'effort de venir m'y retrouver. C'était aussi celui qui avait fini par arriver ici mais qui était encore entrain de regretter sa vie d'avant et de la pleurer.

Mais ce n'était pas le Nate avec qui j'avais diné. Celui là il était nouveau, je ne le connaissais pas. Il parlait de se construire une vie ici avec moi, d'assumer notre couple, de tout faire pour que le monde entier accepte les couples comme nous, pour que nous puissions vivre heureux ensemble. Il avait changé... et je ne savais pas si je devais heureux ou en colère.

Ma première réaction avait été de lui en vouloir, et je lui en voulais toujours. Il avait changé mais une part de moi se disait que ce changement était arrivé trop tard. Il m'avait fait souffrir pendant des années. Il m'avait fait espéré de le voir agir ainsi un jour pour moi, mais il ne l'avait jamais fait. Il ne le faisait que maintenant et... pourquoi? Pourquoi seulement maintenant?

Et il y avait cette part de moi, celle qui l'aimait toujours, qui ne pouvait s'empêcher d'être heureux, de rêver d'une vie heureuse avec cet homme. Une vie qui me semblait plus que jamais possible.

Je passais les jours suivants à tenter de m'occuper. J'avais utilisé un de mes cadeaux pour aller faire une balade à cheval. J'avais vite regretté l'idée, ça me faisait beaucoup trop pensé à lui. J'avais fini par laisser tomber l'idée de l'oublier. Je m'étais ensuite occupé à lui trouver un cadeau d'anniversaire. Je ne savais pas si la sortie tiendrait toujours, ni si il m'appellerait mais je tenais quand même à lui faire un cadeau, le premier que je pourrais enfin lui faire. Et j'avais fini par trouver quelque chose pouvant me convenir. Je l'avais acheté et l'avais stocké chez moi attendant l'occasion de le lui offrir.

Bien entendu je n'avais parlé de rien de tout ça à Dan. Les relations étaient plutôt tendues entre nous. J'en souffrais forcément. J'avais le sentiment de perdre mon meilleur ami, le seul que j'ai vraiment eu. Mais je lui laissais le temps qu'il lui fallait pour encaisser tout ce qui était entrain de se passer entre nous.

Puis l'appel arriva, celui que je n'attendais plus. J'étais resté bref au téléphone, ne sachant pas trop quoi lui dire. J'avais accepté de le retrouver le lendemain dans son futur salon de thé. Je ne savais pas si c'était volontaire qu'il m'invite pour son anniversaire mais comme il n'en parlait pas, je décidais de ne pas relever de mon côté.

Le lendemain j'étais à l'heure, à l'adresse qu'il m'avait donné, mon grand paquet emballé dans les bras. Je frappais à la porte du local, attendant anxieux qu'il vienne m'ouvrir.




MonkeyMama
Messages : 576
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Dim 24 Juil - 14:22

Nate
Carmichael

J'ai 33 ans et je vis à Los Angeles, USA. Dans la vie, je suis rayonniste et je m'en sors du mieux que je peux. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.


Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 B51d1328719889eee2469fad34b4932a

You're a cowboy like me, perched in the dark, telling all the rich folks anything they wanna hear like it could be love, I could be the way forward only if they pay for it, you're a bandit like me, eyes full of stars, hustling for the good life, never thought I'd meet you here, it could be love, we could be the way forward and I know I'll pay for it.
A ses explications, Matt n’avait jamais rien répondu. Et si Nate avait entièrement compris pourquoi, ça avait eu le mérite de le faire angoisser sitôt qu’il avait tourné les talons. Il aurait tellement aimé avoir une baguette magique qui lui aurait prouvé la sincérité de ses émotions mais une telle baguette n’existait pas et tout ce qu’il pouvait espérer aujourd’hui c’est qu’en se montrant patient et compréhensif les choses bougeraient doucement. Mais c’était dur. Et long. Pire encore que l’attente qu’ils avaient connu entre chaque retrouvaille. Se quitter, se manquer, c’était certes très dur mais les retrouvailles étaient toujours à la hauteur. Le problème, là, c’est qu’il n’y avait pas de retrouvailles. Matt était parti et le manque dont Nate avait parlé plus tôt s’était intensifié. C’était comme vivre avec une part de lui en moins. Il n’avait pas trainé plus longtemps seul au restaurant non plus. Il était rentré chez lui, s’était plongé dans une séance de sport de nuit plutôt que de retomber dans ses mauvais travers. C’était comme ça qu’il gérait maintenant. Pour autant, plus les jours passaient, moins il arrivait à ignorer l’éventualité qu’ils ne se remettent jamais ensemble. Il avait au final tenu cinq jours sans nouvelle de lui avant de l’appeler pour lui proposer de se voir le lendemain. Il allait signer pour le salon de thé et, surtout, c’était son anniversaire. Le premier depuis qu’il était seul. Sans famille, sans amis… Il n’avait encore jamais connu ça et il ne s’était franchement pas vu vivre ça en solitaire. Il ne prévoyait pas de le fêter avec Matt pour autant mais… juste sa présence, ce serait déjà exceptionnel. Il avait donc été terriblement soulagé quand il avait accepté. L’éventualité de le voir suffisait à rendre cette journée plus belle. Et si, par miracle, ça pouvait bien se passer… Alors ce serait son plus beau cadeau. Depuis le local qui accueillerait son futur salon de thé, Nate attendait Matt. Il était un peu nerveux, il s’occupait tant bien que mal entre plans pour les travaux et ménage rapide par-ci par-là. Quand il avait entendu frapper à la porte, son coeur avait manqué un battement. La nervosité était à son comble quand il avait ouvert la porte et malgré son sourire, c’était difficile à contenir. « Salut ! » qu’il s’était exclamé, véritablement soulagé qu’il soit présent au rendez-vous malgré tout. Et il n’était pas venu les mains vides. Un cadeau ? Pour lui ? Soit c’était pour le salon, soit c’était pour son anniversaire… Nate s’écarta de l’encadrement de la porte pour le laisser passer. « Je t’en prie, entre. » qu’il avait dit avec un geste de la main.
Beloved
Messages : 3977
Date d'inscription : 10/07/2018
Crédits : .

Univers fétiche : City, dérivé de films/séries/livres
Préférence de jeu : Homme
allo
Beloved
Dim 24 Juil - 18:52
XpORiKr.png
Matthew Jansen
J'ai 37 ans et je vis au Texas, Etats Unis. Dans la vie, je suis acteur et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal, perdu au milieu de tout un tas de sentiments.

Texas's secret [Monkeymama] - Page 55 Peaky-blinders-cillian-murphy

J'avais attendu devant la porte, le coeur battant la chamade. Est ce que je n'avais pas fait une erreur en venant le voir? Est ce que je ne devais pas attendre un peu d'avoir réussi à démêler mes sentiments avant de le revoir? Et pourtant j'étais là, attendant avec un mélange d'appréhension et d'impatience de le revoir. Je lui souris quand il m'ouvrit, le saluant avant d'entrer dans la boutique.

Je détaillais l'endroit du regard. C'était encore en travaux. Il y avait vraiment beaucoup à faire. C'était certainement pour ça que l'endroit avait été assez abordable. On ne trouvait plus tant que ça de bricoleurs à Los Angeles, de personnes prêts à tout faire de leur main. On faisait venir la main d'oeuvre qu'on payait pour bosser à notre place. Il y avait tout à faire pour deux gars bricoleurs comme nous, mais il y avait un sacré potentiel.

Je déposais mon tableau emballé dans un coin avant de me retourner vers lui.

- Tu as fait une bonne affaire. Le quartier est très bien. Il est en plein développement. Il m'arrive d'aller boire un verre dans le coin. Il y a tout un tas de boutiques qui s'installent. Les gens pourront venir flaner ici entre deux boutiques. Et le local est vraiment bien, plein de potentiel.

J'espérais sincèrement pour lui que ça marche, qu'il trouve le juste milieu entre le rustique et le plus moderne qui était en vogue. Qu'il arrive à faire un endroit chaleureux où tout le monde se sentirait bien, où les gens pourraient venir se détendre autour d'un café ou d'un muffin.

Je m'approchais de lui, jetant un coup d'oeil aux plans qu'il avait.

- Alors par quoi est ce que tu veux que je commence?

J'étais quand même venu pour travailler et pas juste pour discuter avec lui. Ca me ferait du bien de travailler. Je tournais un peu trop en rond ces derniers temps. Le temps me semblait long entre les deux tournages. J'aurais préféré pouvoir les enchainer. Et travailler nous éviterait de parler, de mettre par inadvertance les sujets trop difficiles sur le tapis.



Contenu sponsorisé
Texas's secret [Monkeymama]
Page 55 sur 56
Aller à la page : Précédent  1 ... 29 ... 54, 55, 56  Suivant
Sujets similaires
-
» MonkeyMama
» But i can't help falling in love with you • MonkeyMama
» i'd give you my soul, but i already sold it (MonkeyMama)
» Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama]
» Rien n'est jamais trop tard, même pour l'amour ft. Monkeymama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers historique :: Contemporain-
Sauter vers: