Le Temps d'un RP
le seul rpg où tu joues
qui tu veux,
quand tu veux
Retrouve les animations du forum pour t'amuser,
découvrir de nouvelles plumes et vivre de folles aventures !
Le Deal du moment :
Sexy Cosplay Doll : Tome 8 Collector de Sexy Cosplay ...
Voir le deal
10.80 €

LE TEMPS D'UN RP

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama]

FoxDream
Messages : 40
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Noob
FoxDream
Sam 18 Juin - 0:20
Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Copenhague, Danemark
Dans cette capitale aux apparences paisibles qui attirent nombreux voyageurs et touristes, se cachent une tout autre réalité, plus sombre et vicieuse. Plusieurs gangs s’opposent, mais toujours sous la suprématie des Vippers. Ce gang qui semble tout contrôler, dangereux, qui se joue dans la vente de drogues et d’armes à feux. Ils blanchissent leur argent via différentes propriétés, dont un cabaret particulièrement luxueux et élégant. Mais malgré toutes ses paillettes, ce luxe, ces spectacles magnifiques qui font tourner la tête, ce cache les faux-semblants et les crimes.
Contexte provenant de notre tête
FoxDream
Messages : 40
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Noob
FoxDream
Sam 18 Juin - 0:28

Svana Larsen alias Swann
J'ai 30 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis danseuse dans un cabaret et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] 2ad249442329f4364e2f35f86bbd2785 Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Cd01d554505682975ce98fc60518f9e3
La texture du rouge à lèvre caressa mes lèvres charnues, colorant l’aspect rose naturel en un rouge profond. Je pinçais les deux chairs et observais mon reflet dans le miroir face à moi. Mon maquillage était parfait, sans être trop marqué, venait souligner la forme des mes yeux et leur couleur. Peu de clients remarquaient le soin que j’apportais à mon apparence pour mes shows chaque soir, mais s’ils savaient à quel point un simple liner venait souligner mon regard et séduisait les clients. Cela ne faisait qu’augmenter les pourboires après tout. Pourtant, mon reflet ne renvoyait qu’une certaine froideur. A une époque, j’aimais me produire sur scène, loin de ce club, loin de tous ces crimes. J’aimais cela, mais je ne pouvais plus aimer, pas dans cette situation…

Je laissais échapper un soupir en me levant. Je passais ma main sur ma robe fluide, fendue au niveau de la cuisse. Je me redressais et sortis de la salle qui m’était attribuée – la rançon d’être le cœur du spectacle. Je saluais les femmes qui participaient aux autres shows et aidais à préparer celles qui n’étaient pas encore prêtes. Elles défilèrent les unes après les autres, jusqu’à ce que soit l’annonce de mon propre spectacle. Je me plaçai derrière le rideau, prenant une posture lascive, ma main reposant sur la barre de pole dance.

« Et ce soir, pour le plus grand plaisir de vos yeux, notre cygne à revêtu son plus belle apparat. Veuillez accueillir Swann ! » Le rideau se leva et les projecteurs tamisés illuminèrent la scène, venant chauffer ma peau. Les premières notes de musiques résonnèrent dans la pièce. Je la laissais me traverser, prendre contrôle de mon âme. J’oubliai les regards posés sur moi, les projecteurs et tout ce qui m’entouraient. Je me concentrai sur moi, mes gestes, plus rien n’existait. Mon corps se mit en mouvement, mes mains venant sur mon corps, ma robe suivant les mouvements, soulignant mes formes, suggérant plus qu’elle ne montrait. Ma danse suggérait tout ce que cachait le tissu, dévoilant parfois certaines parties de ma peau, recouvrant d’autres, tandis que chaque geste venait exprimait la grâce, la force, la séduction, l’oiseau qu’on ne peut garder en cage. Chaque mouvement de mon corps, chacun de mes regards, tout était calculé pour faire naitre ce frisson de désir et d’excitation. Je n’avais pas besoin d’être nue pour créer cette fascination, c’est ce qui créait toute la particularité de mon spectacle.

Dernières notes de musiques, derniers mouvements, dernières poses et sonna la fin de mon spectacle. Le rideau s’abaissa et je me redressais, reposant mes pieds au sol. Je passais une main sur mon front, quelque peu humide à cause de la chaleur des projecteurs et de l’exigence de l’exercice, puis sortie de scène, tandis qu’un autre spectacle s’installait petit à petit. Je retournai dans ma loge, me préparant pour la seconde partie de soirée. Une représentation terminée ne signifiait pas la fin du service. Après cela, nous nous joignions aux clients pour les amener à dépenser leur argent ou bien récupérer des renseignements. Parfois même, pour les plus généreux ou ceux que le gang désignait, nous pouvions réaliser une danse privée.

Je vérifiais la tenue de mon maquillage et de mes cheveux, passais une autre robe, tout aussi séduisante, puis sortis et rejoignit la salle principale. L’un des lieutenants du gang vint échanger quelques mots, me donnant quelques indications pour la soirée, qui s’avérait relativement calme pour moi ce soir. Je m’installai au bar, sachant pertinemment que les clients ne tarderaient pas à venir me voir, certains lançant déjà des regards dans ma direction, prêt à m’offrir un verre dès que l’occasion se présenterait.
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Dim 19 Juin - 21:09

Mads Vestergaard
J'ai 35 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis dans les forces de l'ordre et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Tumblr_inline_ocmfo7cjsu1rifr4k_250  
Cheveux mi-longs coiffés en arrière, regard vide d’un homme qui en a trop vu, cigarette toujours vissé aux lèvres… Mads n’avait en apparences rien de quelqu’un de recommandable. Il inspirait beaucoup plus facilement la crainte que la confiance. C’était sans doute pour cela qu’il avait été sélectionné pour cette longue mission, celle d’infiltrer une mafia. Il n’avait pas eu besoin de faire beaucoup d’efforts pour convaincre le gang de malfrats de faire parti des leurs. Il avait du faire ses preuves, jouer le jeu au point de se salir les mains. C’était pour la bonne cause, c’était ce qu’il se répétait quand ses principes se retrouvaient trop bafoués. Et puis les semaines étaient passées et Mads avait l’impression d’avoir de moins en moins de principes. Blanc ou noir, rien ne l’était. Il découvrait un monde tout en nuances, il s’était fait des frères d’armes dans le camp ennemis. Des frères qui, s’ils savaient qui il était vraiment, n’hésiteraient pas à lui coller une balle dans la tête. Et ils auraient tort de ne pas le faire. Mads ne perdait pas son objectif de vue… Tôt ou tard, il allait les trahir tous, les faire tomber. Et en attendant il était là, à jouer les bons petits soldats pour le compte d’hommes qui avaient fait couler beaucoup trop de sang pour mériter leur liberté. C’était étrange. Des fois quand il se regardait dans un miroir, il avait du mal à se reconnaitre. Cette mission lui faisait l’effet d’une longue schizophrénie. Qui sait comment il en ressortirait… S’il en ressortait. Qui sait. « Eh, Mads ! C’est ta came ça, regarde ! » Sa came ? Il n’était pas question de drogue. Pas pour le moment. Il était, en compagnie de quelques faux camarades, dans un cabaret prisé de la ville. Prisé par les mecs comme celui qu’il prétendait être, des criminels et des pourris en tout genre. C’était l’histoire de boire quelques verres, de se décontracter et de se rincer l’oeil au passage. Ils aimaient tous ça et Mads avait appris que c’était dans les endroits comme celui-là qu’il glanait le plus d’informations. Ils relâchaient tous la pression, ils faisaient tomber leur garde, et il en profitait pour noter tout ce qu’il entendait dans un coin de sa tête… si bien qu’il ne faisait que très peu attention au spectacle. Le blond avait levé un regard las sur la scène sur laquelle s’était présentée la dénommée Swann. Le cygne dans son plus bel apparat. Il n’avait aucune idée à quelle occasion il avait trahit ses goûts en matière de femmes mais, pour le coup, son collègue avait vu juste. Elle était ravissante, Swann. Envoutante quand elle dansait. La vigilance du flic s’était mise en pause, il s’était laissé captiver par la performance. « Elle est pas mal… Ouais. » qu’il avait soufflé alors qu’elle achevait sa prestation. « Je te préviens, tu te la taperas pas. Elle traine pas avec le bas de la chaine comme nous, elle vise le haut du panier. » Le haut du panier ? Voilà qui était intéressant… et qui était le parfait prétexte pour allait l’aborder dès que possible. Elle savait peut-être des choses qu’il ne savait pas. Et, au pire, elle serait au moins agréable à regarder. « Si tu le dis. » qu’il avait ronchonné en quittant la table pour rejoindre le bar où le beau cygne s’était installé, le tout sous les railleries de ses camarades. « Bonsoir. » qu’il avait presque grondé en prenant place à côté d’elle. Du regard, il avait dissuadé le reste de la clientèle de s’approcher. Faire peur, ça faisait parti du jeu auquel il jouait. « Je vous offre quelque chose ? » Et d’un autre regard, il avait invoqué le barman pour qu’il serve la jeune femme.
FoxDream
Messages : 40
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Noob
FoxDream
Dim 19 Juin - 23:42

Svana Larsen allias Swann
J'ai 30 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis danseuse dans un cabaret et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] 2ad249442329f4364e2f35f86bbd2785 Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Cd01d554505682975ce98fc60518f9e3
Mon regard balayait innocemment les différents clients que je pouvais voir, observant avec attention chacun d’eux, tout en gardant une certaine candeur dans le regard qui leur évitait d’être conscient de mon analyse. Avec ce travail, nous finissions toutes par développer ce talent et celles qui ne le faisaient pas, finissaient par être remercier. Sous mes yeux, je voyais évoluer des clients innocents, issus de diverses classes, venus pour passer une bonne soirée. D’autres étaient des malfrats, certains étant des indépendants, travaillant parfois pour le gang, d’autres sûrement quelques espions. Et pour compléter, se trouvaient un certain nombre des membres des Vipers. Mon regard croisa celui de William, le lieutenant de tout à l’heure. Je lui offris un léger sourire, mon poing qui se serrait brutalement trahissant ma colère. Cette colère intense que j’avais pour chacun de ces hommes à qui je devais pourtant sourire, que je devais séduire. Ces hommes pour qui je devais travailler, que j’assistais dans leurs crimes. Plus les années passaient, plus je me sentais sombrer. Je devais m’accrocher à ma haine pour ne pas me sentir disparaitre au fond de cet enfer.

Un mouvement à mes côtés me ramena à cette réalité que je détestais tant. Je me tournais vers la voix orageuse qui me salua. Un instant, mon regard fut sombre, puis je me repris, mon masque de séduction recouvrant les traits de mon visage, transformant la lueur de mes yeux en cette expression séductrice. Un grand blond s’était assis à côté de moi, m’observant de son regard sombre. Regard qui venait âprement de menacer tous les autres clients. Il ne voulait visiblement pas être dérangé durant ce moment ensemble. Un homme certainement fier, peut-être jaloux et possessif. Un homme aux comportement dangereux et aux manières d’ours. Sa posture ne reflétait que trop bien son statut ici-même. Il n’était pas un client lambda.

Un sourire s’épanouie sur mes lèvres en le regardant. « Bonsoir. » Lui répondis-je avec une voix chaleureuse. Je posais mes bras sur le comptoir, l’une de mes mains se glisser sous mon menton, venant y appliquer une légère pression « Hm… Tout dépend.. Ma tête se pencha légèrement sur le côté, mes cheveux glissant sur le côté pour découvrir ma nuque. Comptez-vous chercher à m’effrayer comme les autres clients ? Je vous préviens, il vous faudra plus qu’un regard noir. » Je lançais un regard au barman, puis reportait mon regard sur ce client aux airs peu commode. « Mais puisque c’est si gentiment proposé, je vais prendre un Bloody Mary. Et vous ? » Le barman attendit la seconde commande pour les préparer. Comme tous, il était de mèches, et faisait en sorte d’alléger nos cocktails en alcool. Nous devions rester professionnelles jusqu’à la fin de notre service après tout.

Mon attention se porta attentivement sur ce client, prenant le temps de l’observer. Et s’il était agréable à regarder, dégageant une énergie particulière, je restais froide, éloigner de tout ceci. Je vins croiser mes jambes, écartant légèrement la fente de ma robe sur ma cuisse. Chacun de mes gestes semblaient d’un parfait naturel, presque innocents pour certaines actions, mais étaient calculés, presque anticipés. « Les spectacles sont-ils à votre goût ? » Questionnais-je en lançant un brève regard à l’une des filles qui se représentait actuellement, ramenant mes yeux clairs sur lui. Je prenais le temps d’évaluer son humeur, car son allure d’ours, mais son empressement à vouloir m’offrir pouvaient sembler quelques peu contradictoires.
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Mar 21 Juin - 21:07

Mads Vestergaard
J'ai 35 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis dans les forces de l'ordre et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Tumblr_inline_ocmfo7cjsu1rifr4k_250  
S’il fallait demander son avis à Mads, il dirait que la jeune femme qu’il avait en face de lui n’avait rien d’un cygne. Il lui attribuerait plus volontiers des caractéristiques félines. Une tigresse ? Séductrice et féroce ? Il sentait cette ambiguïté chez elle. Il ne devait pas être le seul. S’il avait bien compris, la demoiselle rôdait autour des grands pontes du milieu dans lequel il s’était infiltré. Avait-elle des ambitions ? Si oui, est-ce que ça se limitait simplement à un salaire plus conséquent ou bien est-ce qu’elle visait la main d’un de ces types ? L’esprit logique du flic le forçait à se poser des questions à son sujet. Il aurait bien des questions à lui poser s’ils étaient en plein interrogatoire. Mais ils ne l’étaient pas. S’il voulait avoir des réponses, il allait devoir jouer selon la réalité de ce terrain. Il y avait bien une réponse que Mads possédait déjà : la dénommée Swann n’était pas un ange. « Ah, j’ai effrayé quelqu’un ? » qu’il avait soufflé du même air grave que lorsqu’il l’avait salué. Elle n’avait pas peur. Evidemment pas. Mads l’avait déjà vu chez elle : elle n’avait rien de la demoiselle en détresse. Et ses supérieurs étaient autrement plus effrayants qu’il ne l’était. Il n’avait finalement que très peu de pouvoir en dehors de celui de faire peur au client lambda de ce cabaret. « Un Bloody Mary pour madame. » qu’il avait répété à l’intention du barman. Un cocktail rouge sang, ça lui allait bien. « Un whisky pour moi, merci. » Un truand, peut-être, mais un truand poli. C’était sans doute le flic en lui qui resurgissait mais vu l’austérité de son allure, peu de chance que quelqu’un remarque cette subtilité. Avant que leurs verres n’arrivent, Mads s’était senti détaillé du regard. Il comprenait. Ils n’étaient pas à égalité. Mads, lui, avait eu tout le loisir de l’observer perchée sur la scène du cabaret. Pour autant, il n’avait pas résisté à une autre inspection. De près, elle était différente. Si tentante que c’en était troublant. Mads avait sous-estimé son pouvoir d’attraction, il fallait être de marbre pour ne pas être intrigué. Quand il avait remarqué le jeu du tissu de sa robe sur sa cuisse, une drôle de sensation germa dans ses entrailles. Heureusement, il était resté en apparences parfaitement impassible. « Le vôtre l’était. » qu’il avait dit sans détourner son regard de celui de Swann. Leurs verres étaient arrivés et Mads leva le sien dans les airs, invitant la jeune femme à trinquer avec lui du regard. « A une très jolie performance. » qu’il la félicita ensuite avant de détourner le regard pour la première fois. Au loin, il pouvait voir ses acolytes qui se délectaient de la scène.
FoxDream
Messages : 40
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Noob
FoxDream
Mar 21 Juin - 22:40

Svana Larsen alias Swann
J'ai 30 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis danseuse dans un cabaret et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] 2ad249442329f4364e2f35f86bbd2785 Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Cd01d554505682975ce98fc60518f9e3
Le regard bleu de mon client ne me lâchait pas un instant. Cet homme était différent. Son regard ne s’était pas plongé dans le décolleté qui donnait une vision plaisante sur ma poitrine, bien qu’il me détaillait, et, malgré son air et ses manières bourrues, il gardait une distance physique adapté, ni trop envahissant, ni trop éloigné, ce qui semblait presque être un exploit au vu de sa stature impressionnante. Pourtant, ce qui me marquais le plus était certainement le regard qu’il posait sur moi. Il ne semblait pas entièrement subjugué, comme mes clients habituels. Au contraire, son regard perçant semblait vouloir m’analyser, lire au travers du mur que j’avais établi. Un frisson parcourut un instant mon échine. Un frisson dangereux, que je ne ressentais pas en temps normal, sauf pour de rare exceptions. Je l’avais comparé à un ours, mais plus il m’observait, plus je me sentais aux prises avec un loup. Féroce, dangereux, un homme devant qui je dressais toutes mes barrières.

Mes yeux se plissèrent légèrement en parallèle de mes lèvres qui s’étirait en un sourire mutin. Je lançais un regard bref aux autres avant de revenir à lui. « Hm… Personne d’important visiblement. » Chaque client devait être placé sur le même piédestal, mais aucun ne l’était pour moi. Certains étaient cependant plus intéressant que d’autres. En l’occurrence, ici, je cherchais à flatter l’ego, le faire se sentir particulier à mes yeux, pour une soirée. Tous mes sourires, tous mes mots, tous mes gestes, étaient dans cette seule optique.

Pendant un instant, je saisis le regard qui lança à ma cuisse, un éclat bref d’intérêt qui sembla le traverser. Si bref que je crus mettre trompée. Je contrôlais mon expression pour éviter de faire apparaitre la perplexité qui me traversa. Il était étrange. Les clients qui venaient ici, qu’importe leur sérieux, venaient pour se laisser aller, oublier leur journée et se délasser devant nos corps. Ils cédaient souvent facilement malgré quelques réticences pour certains. Celui-ci semblait être plus dur, détonnant avec son image.

Un sourire flatté et séduit étira mes lèvres. Je me redressais, ma main venant frôler innocemment la base de mon cou, longeant ma clavicule. « Merci. C’est toujours un plaisir d’être appréciée. » Apprécié pour mon corps plutôt que pour ma performance, bien que les deux soient très liés dans mon spectacle, cela laissait toujours un goût amer lorsque, comme moi, j’avais perdu mon intérêt pour l’art au profit d’un objectif plus sale…

Je ne laissai pas mes pensée venir ternir mon expression et vins saisir le pied de mon verre, trinquant avec lui et lui offrant mon plus beau sourire. « Et a une très bonne soirée en perspective. » Nos verres se rencontrèrent, émettant un tintement discret et je portais mon verre à mes lèvres, prélevant une petite quantité du liquide carmin. Je suivis le regard de mon client, m’arrêtant sur le groupe qui nous regardait. Je leur fis un sourire enjôleur qui sembla les déstabiliser. Une lueur vaguement amusée traversa mes yeux. Ils ressemblaient plus à mon type de clients habituels, ceux pour qui la moindre attention les fascinait. Je ramenais mon regard vers le loup. « Des amis à vous peut-être ? ». Je glissais un bras sur le comptoir, venant faire une légère pression sur ma poitrine, le comptoir étant justement à hauteur. « Ne vous préoccupez pas d’eux. Tout le monde n’a pas l’audace de venir. » Combien regardaient sans jamais s’aventurer prêt de nous si nous ne faisions pas le premier pas ? Je me penchai légèrement vers lui. « Mais s’ils vous dérangent, nous pouvons toujours aller plus loin. » Je me redressai, mon regard toujours plongé dans le sien, souriante, prenant la petite décoration de mon verre pour faire tourner le liquide.
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Mer 22 Juin - 14:09

Mads Vestergaard
J'ai 35 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis dans les forces de l'ordre et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Tumblr_inline_ocmfo7cjsu1rifr4k_250  
Mads n’avait rien d’un séducteur, encore moins d’un romantique. S’il avait une aventure avec une femme, c’était qu’une opportunité s’était présentée à lui. Et ça restait toujours au stade de la simple aventure. Le flic se révélait être beaucoup trop secret pour s’ouvrir à une tiers personne. Ça valait aussi en amitié. Ses amis se comptaient sur les cinq doigts de la main et ils ne pouvait pas se vanter de lire en Mads comme dans un livre ouvert pour autant. Parler de lui, de ses émotions, ce n’était pas quelque chose qu’il aimait faire. Trop fragile, peut-être. « Et s’il y avait eu quelqu’un d’important, qu’est-ce que ça aurait changé ? » qu’il avait demandé du tac-au-tac, conscient que la danseuse pourrait très bien décider d’écourter leur échange sur le champ si elle se sentait jugée. Mads prenait le risque et, à vrai dire, quelque chose lui disait qu’elle aimait jouer également. Elle ne serait pas ici sinon, n’est-ce pas ? Elle aimait au moins le jeu de la séduction à en croire l’allure de ses regards et de ses sourires. Quelle diablesse, cette tigresse. Elle faisait cela depuis combien de temps pour si bien maitriser cet art ? Même les plus grands de ce monde devaient se trouver subjugués devant elle. Tous ses gestes criaient à la tentation si bien qu’il était dur, même pour quelqu’un d’aussi froid que Mads, de ne pas se faire des idées. Seulement, les efforts qu’il faisait pour garder son sang froid portait ses fruits : s’il était troublé, il n’y avait aucun moyen de le voir de l’extérieur. « C’est pour être appréciée que vous… » Mads marqua une pause, songeant aux mots qu’il allait bien pouvoir prononcer pour être pertinent. « … dansez ? » Et s’il avait hésité sur ses mots, c’est bien parce que ce n’était pas de la simple danse. Toutes les danseuses n’avaient pas besoin de se dévoiler dans ces tenues-là, de boire des verres avec des clients aux idées probablement mal orientées. Leurs verres étaient arrivés, ils avaient pu trinquer ensemble. Swann annonçait une très bonne soirée ? Un sourire en coin étira subtilement les lèvres du flic infiltré. Elle choisissait la flatterie donc. S’il y avait bien une chose que Mads savait à son sujet, c’est qu’il n’était pas forcément une compagnie idéale. « Hum, oui. On peut dire ça. » qu’il avait vaguement répondu quand elle l’avait interrogé sur le petit groupe de collègues qui les observait de loin. Il haussa un sourcil intrigué quand elle lui affirma que tout le monde n’avait pas l’audace de venir, le deuxième quand elle lui proposa d’aller plus loin. « Ils m’ont dit que j’avais aucune chance. J’imagine que ça leur en bouche un coin. » Mads avala une gorgée de son whisky qui, avec le temps et la pratique, ne lui réchauffait plus la gorge comme il le faisait autrefois. « Alors… Ils ne me dérangent pas mais nous pouvons aller plus loin quand même. » Et de son regard incisif, il sondait du regard la jeune femme. A quel point n’avait-elle pas froid aux yeux ?  
FoxDream
Messages : 40
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Noob
FoxDream
Mer 22 Juin - 21:13

Svana Larsen alias Swann
J'ai 30 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis danseuse dans un cabaret et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] 2ad249442329f4364e2f35f86bbd2785 Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Cd01d554505682975ce98fc60518f9e3
Je ne lâchais pas le loup du regard, mon expression, et surtout mes yeux, reflétaient toute la séduction et les mystères que je dissimulais, comme une invitation, une tentation, à essayer de creuser pour dévoiler tous mes secrets. Oh oui j’en avais des secrets, des choses que je devais taire par rapport au gang, des choses que je cachais par rapport à moi, mais surtout, mes propres émotions. Toutes ces choses que je cachais, aucun de mes clients ne dévoilait rien. Après tout, c’était une simple tentation que je leur offrais. Certains finissaient frustrés, énervés, mais après tout, les règles étaient claires dans le club. Nous offrions nos corps au plaisir des yeux uniquement et ceux qui dérogeaient le regrettaient rapidement. J’étais habituée à repousser les avances quelques peu envahissantes, mais étrangement, le loup ne me renvoyait aucunement cette sensation. J’avais toujours été doué pour cerner les gens et mon instinct m’avait rarement trompé. Ou peut-être était-ce cette… froideur qu’il dégageait, ses yeux, bien qu’à l’air un semblant intéressé, restaient focaliser sur mon visage.

J’avais penché la tête à sa question, un petit sourire mutin étirant mes lèvres. « Qui sait ? » Questionnais-je, laissant un temps de latence en me redressant. « Important ne veut pas dire intéressant et je préfère les gens intéressants. » Malgré ma position, j’avais une certaine liberté pour choisir mes clients, ce qui me permettait de moins subir ce travail que certaines autres filles. D’un autre côté, ceux qu’on m’imposait et ce que j’étais prête à subir pour viser mon objectif, me laissaient bien plus de marques et de fatigues, quand bien même je n’avais pas à me dénuder. Pas encore du moins…

Je haussais un léger sourcil lorsqu’il s’avança sur un terrain dangereux, attendant la suite sans me départir de mon allure. Je ne répondis pas immédiatement, faisant mine de peser mes mots. « Tout artiste aime savoir que son œuvre est appréciée. Que ce soit dans un cabaret ou sur une scène nationale. » Je savais que certaines personnes ici l’étaient par plaisir et si j’aimais danser, je n’avais pas réellement choisi cette vie à l’époque déjà. « Ne jugez pas si vite les désirs des autres en vous basant sur vos valeurs. » Bien des clients auraient dépréciés ce que je venais de dire, voir se seraient enfuis, quoique en étant sous le charme… mais je sentais que cette phrase ne le ferait pas fuir. Voir même que cela l’intriguerait.

Je sentis le côté dubitatif chez le loup. « Ne doutez pas, votre compagnie est loin d’être désagréable. » Je me surpris même à avoir une… pointe de vérité dans ce que je disais. Il m’intriguait plus que je ne voulais l’admettre. Puis je lançais un nouveau regard au groupe, sentant que le terme ami ne correspondait pas. « Eh bien,  puisque vous avez terrifié tous les autres prétendants, vous ne risquiez pas de refus. » Ajoutais-je en émettant un rire léger, cristallin. Puis je plongeais mon regard dans le sien, me penchant vers l’avant, mon expression plus sérieuse, la lueur de mes yeux devenant perçante. « Tout dépend… Est-ce que je dois craindre pour ma sécurité ? » Un sourire en coin étira mes lèvres. Je me levais, saisissant ma boisson. En passant à côté de lui, mes doigts frôlèrent son bras. « Mais rien ne vous empêche de retourner avec vos amis. » Puis je marchais jusqu’à une alcôve qui, si elle n’était pas totalement isolée, permettait une tranquillité plus importante. Je ne proposais que rarement ce type de service, mais ce loup m’intriguait suffisamment pour cela. Et je ne m’exposais plus aux autres clients dans ce cas. Alors je m’assis sur la banquette confortable, croisant les jambes, portant mon verre à mes lèvres, en suivant des yeux mon client. « N’est-ce pas plus agréable pour discuter ? » Soufflais-je en souriant, mutine, séduisante, une pointe de provocation peut-être.
MonkeyMama
Messages : 559
Date d'inscription : 17/06/2021
Région : Alsace
Crédits : vocivus

Univers fétiche : réel
Préférence de jeu : Homme
cat
MonkeyMama
Jeu 23 Juin - 14:36

Mads Vestergaard
J'ai 35 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis dans les forces de l'ordre et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Tumblr_inline_ocmfo7cjsu1rifr4k_250  
Quand Mads prolongeait le regard trop longtemps avec la tigresse face à lui, il en oubliait son premier objectif. Il détournait alors de temps en temps le regard pour le plonger dans le whisky, boisson dans laquelle il avait tout le loisir de le noyer. Il était là pour avoir des informations, pas pour passer un bon moment en compagnie d’une jolie femme. Et pourtant… Le moment était déjà très intéressant, bien plus qu’il aurait été capable de se l’avouer. A demi-mots pourtant, c’est ce qu’avouait la dénommée Swann. Etait-ce de la flatterie ? Est-ce qu’elle le pensait ? Et pourquoi ça l’importait seulement ? C’était typiquement le genre d’informations qui glissait sur lui en temps normal et là, ça prenait une toute autre dimension. Et pour cause, c’était sans doute la première fois que son chemin croisait celui d’une tigresse. Pour une fois, il allait devoir se montrer patient et compréhensif envers lui-même. « Les rumeurs qui courent sur vous sont donc fausses… » qu’il avait lâché en feignant l’indifférence alors qu’il cherchait justement à susciter l’émoi de la jeune femme. Il n’en croyait pas un mot. S’il avait bien appris une chose avec le temps, c’était bien que les rumeurs étaient dans la plupart des cas des vérités. Et puis… Pourquoi lui aurait-on menti au sujet d’une danseuse de cabaret ? Dans une affaire où serait mêlé argent et pouvoir, pourquoi pas, mais là ? C’était impossible. Il n’achetait pas ce beau discours mais ne laissa rien paraitre de sa méfiance. Si elle ne lui inspirait pas confiance, il admirait au moins son audace. Il était rare d’arracher un sourire aussi franc à Mads qui, lassé d’être tiraillé entre deux mondes, avait fini par être perpétuellement blasé. « Parce que vous avez une idée de ce que sont mes valeurs ? » qu’il avait immédiatement rétorqué. Elle avait du répondant, il en avait aussi. Ils pouvaient tenir toute la nuit dans des joutes verbales. Elle avait certainement un avis tout fait sur lui. Comme les autres, elle ne devait pas voir le flic en lui. L’homme droit, qui a des principes. Ce n’était pas écrit sur son visage. D’ailleurs si on déchiffrait ses traits, on avait plutôt tendance à y déceler l’inverse. « Merci de me rassurer. C'est trop aimable. » qu’il avait lancé sur un ton si flegmatique qu’il était difficile d’y voir le sarcasme. Mais elle le verrait, il n’en doutait pas. Elle était rusée, la tigresse. Elle savait assurément lire entre les lignes. « Mince. » qu’il souffla, privé de réparti, alors qu’il était fasciné par le spectacle de son rire. Etait-il sincère ? En tout cas, il était beau à entendre et c’était déjà beaucoup. « Je croyais que je ne vous faisais pas peur. » Il l’observa se lever, ses doigts avaient frôlé son bras dans la manoeuvre et ça lui avait arraché un frisson. Pourquoi ? Il ne savait pas mais il savait que s’il ne rejoignait pas ses collègue sur le champ, ce n’était pas uniquement parce qu’il espérait glaner des informations. Sans surprise, il l’avait suivi. Quand elle lui demanda si c’était pas plus agréable pour discuter, il haussa les épaules pour toute réponse. S’assoir à côté d’elle sur une banquette, ça paraissait être le parfait moyen pour finir dévoré par la tigresse… mais il l’avait fait. Il s’était assis et il avait avalé une autre gorgée de son whisky. « Vous n’avez rien à craindre de moi. Jamais. » qu’il avoua et pas seulement pour la mettre en confiance. C’était la vérité. Ou pas tout à fait. Il rectifia : « A part si vous avez quelque chose à cacher… Alors, là, peut-être que vous feriez mieux de me fuir. » La mise en garde était claire.  
FoxDream
Messages : 40
Date d'inscription : 14/05/2022
Crédits : Unknow

Univers fétiche : Fantasy
Préférence de jeu : Les deux
Noob
FoxDream
Jeu 23 Juin - 19:35

Svana Larsen alias Swann
J'ai 30 ans et je vis à Copenhague, Danemark. Dans la vie, je suis danseuse dans un cabaret et je m'en sors plus ou moins. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] 2ad249442329f4364e2f35f86bbd2785 Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama] Cd01d554505682975ce98fc60518f9e3
Plus nous nous regardions, plus je constatais qu’il semblait rencontrer quelques difficultés à soutenir mon regard. Peut-être était-il timide ? Ou bien son verre était-il plus intéressant que moi ? Ces idées me faisaient doucement sourire. Il ne semblait ni timide, ni être désintéressé par moi malgré son attitude froide, mais après tout, il pouvait bien cacher son jeu. Pour autant, son comportement me donnait envie de creuser plus loin, ce qui était rare qu’un client m’intéresse ainsi. Particulièrement ces dernières années. Peut-être parce que je savais qu’avec ce type de clients, tant que je restais dans ce cabaret et les choisissais, j’étais plus libre de disposer de mon corps et de mes choix. Certes je jouais la carte de la séduction, mais je n’allais pas plus loin. Pas avec eux en tout cas… Voilà peut-être pourquoi j’étais à la fois à l’aise et extrêmement méfiante à son endroit. Jusqu’à ce qu’il évoque les rumeurs qui couraient sur moi. J’en étais parfaitement consciente de toutes ces choses qui couraient. C’était courant dans un cabaret et c’était vrai pour moi. Enfin… en partie. Jamais avec les clients du cabaret, ce n’était pas mon rôle, mais… je devais gagner la confiance des chefs et j’étais prête à tout pour ça.

Heureusement, j’étais préparée à ce type de questions et de situations, ce n’était pas la première fois qu’elle m’était posée de façon plus ou moins directe. Je haussais légèrement un sourcil, avant de sourire légèrement amusé. « Ces rumeurs courent sur toutes les filles ici, mais si vous espérez plus, je peux vous recommandez des lieux plus propices à ce type d’amusement. Vous passeriez une bien meilleure soirée qu’à simplement discuter avec moi. » La prostitution était légale au Danemark, ce qui arrangeait bien certaines affaires de la mafia dans laquelle j’étais embrigadée malgré moi. Dans tous les cas, je n’avais pas démenti ses paroles, sachant pertinemment que cela ne servait qu’à alimenter un peu plus ces rumeurs. De toute façon, ma réputation m’importait guère tant que j’atteignais mon but.

Le sourire qui étira les lèvres de mon client me fit réagir de même en souriant doucement. Il était plus intéressé qu’il ne voulait le faire croire. « Pas encore, lui répondis-je avec sincérité, malgré mon air séduisant, et mes doigts qui venaient caresser l’arrête de ma mâchoire. Mais je crois que vous êtes un homme qui est prêt à tout pour atteindre ses objectifs. » Effectivement, j’ignorais tout de lui, jusqu’à son nom, j’ignorais si son apparence était aussi trompeuse que la mienne ou au contraire, correspondait parfaitement à ce qu’elle renvoyait. Dans tous les cas, il me semblait dangereux de bien des façons et je ne pensais pas me tromper sur ce point.

J’avais souris à son ton flemgmatique, ou plutôt sarcastique. « Je peux toujours dire que votre présence m’insupporte si vous y tenez tant. » Un sourire mutin étirait mes lèvres, attendant une potentielle réplique sur sa soi-disant mauvaise présence. Puis un sourire flatté étira mes lèvres lorsqu’il sembla privé de ses moyens devant mon rire. S’il suffisait de cela pour le rendre moins froid et plus lisible, alors peut-être que je rirais plus souvent. « Je n’ai jamais dit avoir peur, simplement être méfiante. Tout le monde n’est pas aussi aimable que vous. » Puis je m’étais levée, continuant mon petit jeu de séduction. Il sembla sensible à mon contact, accompagné d’un regard en coin, soulignant un peu plus mes yeux en amandes.

Etrangement, lorsqu’il me rejoignit sur la banquette, je sentis une forme de réticence peut-être ? Ses réactions étaient amusantes à décrypter et à la fois si étrange. Je sentais une ambiguïté chez cet homme peu commune. Et ci, jusqu’ici j’avais été dans un parfait contrôle de mes expressions, je sentis mon masque se fendiller légèrement à ses paroles. Je ne me rappelais pas la dernière fois où l’on m’avait dit cela, ni la dernière fois où je m’étais sentie en sécurité avec quiconque. Et sûrement pas avec cet homme. Et pourtant… Un battement de cils et je repris mon masque souriant, sans la moindre trace de trouble. Je me tournais vers lui, mes jambes se rapprochant de lui. J’appuyais mon coude sur le dossier, ma main venant s’appuyer sur mon poing. « Vous pensez que j’ai des secrets ? C’est m’accorder plus d’importance que je n’en ai. Lui soufflais-je, prenant mon verre pour en prendre une nouvelle gorgée, mon regard ne lâchant pas ses yeux. Puis je me penchais légèrement vers lui, mes yeux prenant une lueur dangereuse. Et vous ? N’avez-vous pas de secrets ? Peut-être est-ce finalement vous qui devriez me fuir après tout… » Je n’avais pas particulièrement apprécié la menace, mais j’étais en permanence soumis à une forte pression et j’encaissais bien. Par contre, je me questionnais sur son identité pour qu’il se permette de dire cela. « Et pourquoi une telle mise en garde envers moi ? Je ne pensais pas sembler si dangereuse. Peut-être vous fais-je peur ? » Ajoutais-je avec un petit sourire en coin, me penchant ensuite vers la table pour reposer mon verre.

Contenu sponsorisé
Let me see through your demons, show me who you are without your mask [ft MonkeyMama]
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» wearing a clown's mask to make you laugh at my thousand flaws.
» MonkeyMama
» Texas's secret [Monkeymama]
» But i can't help falling in love with you • MonkeyMama
» i'd give you my soul, but i already sold it (MonkeyMama)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE TEMPS D'UN RP :: Les Univers :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: