Le Deal du moment : -15%
Manette Xbox sans fil Pulse Red
Voir le deal
50.99 €

Partagez
 
 
 

 The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
Mr.Wolf
Mr.Wolf
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 26/04/2021
ÂGE : 23
RÉGION : Calvados
CRÉDITS : Lornaka

UNIVERS FÉTICHE : Post-Apocalyptique, Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Noob

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

94pl.png
Wyatt

Houxton

J'ai 25 ans et je vis à Scalvale un petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suis le shérif de mon village. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, grâce à ma perspicacité , je suis intelligent.

:)

Lornaka

Par sa perspicacité naturelle et intuitive, le shérif n’eut aucun mal à déceler que derrière ce sourire faussement innocent, se cachait en réalité une sournoiserie naissante. Il détestait l’hypocrisie et adopta rapidement une posture détachée pour ne pas dire froide auprès de son interlocutrice. Il écouta alors ce qu’elle avait à dire pour sa défense tout en croisant les bras, renforçant ainsi la distance entre eux. Son excuse tenait la route mais comportait une faille : la direction qu’elle empruntait. Haussant un sourcil de manière inquisitrice, le grand brun prit la parole tout en affrontant le regard qu’elle lui lança. Elle pensait avoir fait mouche auprès de lui, mais elle allait vite déchanter.

– « Vraiment ? Et vous pensez qu’on trouve des herbes médicinales à la forge de Monsieur Degas ? Car vu la direction que vous empruntiez, c’est bien là-bas que vous tomberez, bien avant d’atteindre l’orée de la forêt. »

Dit-il avec assurance tout en ne quittant pas des yeux la jeune femme qui venait de prendre un teint beaucoup plus pâle, comme un enfant qu’on aurait surpris en train de faire une grosse bêtise. Face à la clairvoyance de l’homme de loi, elle se retrouva bien penaude, gardant le regard au sol et frottant ses pouces comme pour chasser un pic de nervosité. Bien entendu, Wyatt n’allait pas se montrer trop sévère envers elle. Il soupira brièvement avant de décroiser les bras afin de se saisir de sa pipe en bois qu’il vida à même le sol. Il avait bien besoin d’une nouvelle dose.

– « Je veux bien passer l’éponge pour cette fois, mais sachez que si mentir devient monnaie courante pour vous, il sera tout à fait naturel pour moi de me mettre à suspecter vos agissements, vous comprenez ce que ça signifie Violaine ? »

Aurait-il affirmé avec un timbre beaucoup plus grave qu’au début de leur conversation, afin de bien faire comprendre ses intentions à son interlocutrice qui avait maintenant du mal à soutenir les yeux du shérif et qui tentait de fuir à droite/à gauche, presque mal à l’aise face à la remontrance qu’elle était en train de subir. Et alors qu’elle s’apprêtait à prendre la parole, que ce soit pour se défendre ou s’excuser, Wyatt la devança et comptait bien en finir avec elle.

– « Je ne sais pas quels colportages vous comptiez rapporter auprès du forgeron de Scalvale, mais si vous voulez mon avis : vous devriez cesser de créer des micro-conflits au sein du village. La menace des loups-garous est omniprésente dans tous les esprits, et avec la lune de sang qui approche, ne pensez-vous pas qu’il vaut mieux avoir des alliés sur qui compter, plutôt que d’empiler ceux à qui on fait des crasses ? Réfléchissez-y bien Violaine. »

Termina-t-il d’un ton sec avant d’enfin la lâcher de ses yeux ambrés. Il reporta son attention sur son ustensile en bois qu’il remplit d’herbes séchées, avant d’allumer le tout avec une sorte d’allumette de charbon qui se consuma très vite malgré le vent glacial de l’hiver. Il écouta d’une oreille les dires de la jeune femme avant de lui tourner le dos, et de partir de son côté, son travail étant loin d’être terminé. Les heures de la matinée défilèrent, et il restait environ une heure avant que l’heure du déjeuner approche. Wyatt profita de ce temps pour aller rendre visite au doyen des loups-garous : Louis. Un vieil homme avec des cheveux blancs, un visage mal rasé et une minuscule paire de lunettes qu’il apposait sur son nez afin d’y voir un peu plus clair. Il fut le premier à intégrer notre jeune garou au sein de la meute de Scalvale, et la sagesse de ses décisions n’étaient plus à démontrer. Toquant à la porte de son atelier de bois, il attendit quelques secondes avant d’entendre un mécanisme de chaînons s’enclencher et la porte s’ouvrir de l’intérieur.

Louis : Tiens, c’est toi Wyatt. Je me demandais quand est-ce que tu viendrais me rendre visite. Entre, je t’en prie.

– « Bonjour Louis. J’ai essayé de faire au plus vite mais certains habitants m’ont retenu plus longtemps que prévu. »

Affirma-t-il avant d’entrer dans l’habitacle et laissant l’homme âgé refermer derrière eux. Maintenant à l’abri de toutes oreilles indiscrètes, ils allaient pouvoir converser sans artifices.

Louis : Tu m’as l’air fatigué. Tu as toujours du mal à trouver le sommeil ?

– « Mmmh… C’est exact. J’essaye de lutter contre la Faim, je la repousse du mieux que je peux, mais en contrepartie, elle m’empêche de trouver le repos. »

Louis : Tu es vraiment quelqu’un à part tu le sais ça ? Très intelligent et beaucoup plus enclin à devenir le successeur de notre famille. Kayne en revanche… J’ai peur qu’il ne se mette à devenir incontrôlable avec la Lune de sang qui approche…

– « En parlant de cette lune… Que suggères-tu que nous fassions ? »

Eut-il demandé, aspirant au passage un peu du contenu de sa pipe et expirant la fumée sur le côté pour venir reposer ses iris dans les verres du doyen des loups-garous.



Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 268
INSCRIPTION : 23/12/2019
RÉGION : Derrière toi.
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer
 Violaine se trouva bête devant le flaire implacable du shérif. Tout ce qu’il disait était vrai elle aurait pu nier d’ailleurs elle l’avait un peu tentée mais il l’avait coupée dans sa première expiration avant qu’une seule parole ne sorte.  Baissant les yeux elle avait un petit sourire, limite pervers. Au final cette dureté c’est ce qui faisait le charme fou du shérif Houxton. Soupirant elle ne trouvait rien a redire et hélas ce ne serait pas pour cette fois qu’elle ferait suer toujours plus la belle Zelda dont Wyatt n’avait d’yeux que pour elle. Il pourrait le nier, elle se savait au plus profond d’elle, elle voyait bien la relation étrange d’amour amical qu’il se portait mutuellement. Ça l’énervait. Pour elle, Zelda était une râté rien d’autre qu’une raté et un sale rousse  su-pot de Satan lui même. Elle avait l’air douce mais l’existence des loups garous prouvait bien qu’il ne fallait pas se fier aux apparences… Et pourtant elle ne savait pas que le seul pour lequel elle n’avait que d’yeux était en fait un loup garou sanguinaire crevant d’envie de la dévorer.

-Hum je ne faisais un détour que pour saluer un homme que j’apprécie et que je cherchais, vous.  

Fit-elle pleine de vicissitude… Elle espérait lui plaire encore et toujours mais elle ne s’y prenait pas bien et refusait d’admettre que le problème n’étais autre qu’elle en fait… Le voyant tracer sa route. Elle attendit qu’il parte pour aller tout dire à Henri. Évidemment celui-ci s’énerva. Cela fait elle suivait les traces du shérif…

* * *

Zelda depuis la visite du shérif avait un sourire qui ne saurait s’effacer. Elle pensait a lui souvent pour ne pas dire presque tout le temps. Elle travaillait toujours cependant, restant quelqu’un de très sérieux et appliqué. C’est ce qui lui donnait de l’énergie et la lumière qui émanait du shérif était comme une révélation fulgurante. Si seulement… Si seulement son père avait pu choisir Wyatt plutôt que de choisir l’ami de son ami : Henri Degas… Rien que d’y pensais elle sentait sa gorge se serrer. Puis alors que la tranquillité régnait depuis peu. La porte s’ouvre soudain et fait un gros bruit qui en fait sursauter Zelda. D’ailleurs, elle se pique le doigt. Mais qui voilà… Henri Degas… A sa vu imposante et vieillissante tout de suite ses épaules se recroqueville et ses sourcils se courbe de faiblesse. Quand il est là elle ne peut s’empêcher d’être toute petite. Sa figure a l’air en colère et Zelda ne comprend même pas pourquoi. La voix fluette et presque tremblante elle dit.

-Oh… Bonjour Henri. Ne devions nous pas nous retrouver plus tard pour aller a la réunion à la chapelle ?  

Le regard peu fier et n’arrivant que trop peu à croiser le sien, elle a peur de lui c’est ça la vérité. Toute la lumière que le shérif avait apporté se voyait détruite par l’arrivé d’Henri qui s’avança et referma la porte aussi doucement que quand il était entrée. Ne répondant même pas a Zelda ni un bonjour ni un au revoir le rustre vint tout près d’elle. Acculée dans un coin de son atelier elle baissait les yeux. Elle ne disait rien, dans tous les cas les mots de politesse et de douceur n’était pas son fort. Mais il était fort pour manipuler.

- Bonjour ma mie, nous nous marrions dans une semaine Zelda. Nous sommes déjà fiancé. Et j’apprends que vous offrez un collier au shérif ? Ce n’est pas respectable comme attitude de votre part...

Sa voix et rauque et accusatrice. Elle pénètre tout le cerveau de Zelda pour en infecter son esprit… Elle le croit. Elle croit que ce qu’elle fait n’est pas respectable. Et tout a coup elle a encore plus peur… Henri dans les rares entrevu avait été peu loquasse pour observer pleinement Zelda et ses failles. Il avait rapidement vu qu’elle était grâce a son âge fragile et influençable. Tout ce qu’il recherchait pour une bonne épouse, docile et soumise aux désirs de son mari. Les yeux bas Zelda le regarde un peu timidement.  

-Je n’ai rien fait de tel Henri… Je ne sais pas qui vous à colporté de tels informations...

Il frappa le bois de sa table d’atelier et haussa le ton.

-Ne me mentez pas !

Elle trembla et baissa les yeux. A son poignet elle portait un bijoux qu’Henri avait lui même forgé. Il lui avait donné comme cadeau de mariage. Se reculant il marmonnait un peu et semblait se préparer à partir. Zelda se leva et le retint.

-Que faites vous ? Henri que faites vous dites moi ?!

Quand le forgeron marmonnait c’est qu’il allait faire payer quelque chose a quelqu’un. Zelda ne supportait pas l’idée qu’a cause d’elle le shérif ai des problèmes avec Henri. Elle le retint et il se dégagea a plusieurs reprises. La jeune femme avait les larmes aux yeux, elle ne voulait pas qu’il le massacre a cause d’elle elle ne voulait pas qu’il paye pour ce qu’elle pensait être une erreur à elle.

-Non Henri ! Par pitier non ne faites pas cela. N’allez pas frapper le shérif je vous en prie il n’a rien fait ! Frappez moi à sa place. Je vous en prie c’est moi qui ai fauté qui ai donné ce stupide collier !


-Je ne frappe pas les femmes ! De quoi aurait-je l’air ?! Vous avez toutes le cerveau congestionné par vos hormones qui pourrait vous en vouloir de ne faire que des erreurs ?!

Zelda s’accrochait a lui de toute ses forces et pleurait de plus en plus. Finalement elle se posta devant la porte et le regarda droit dans les yeux.

-Pitier laissez-le ! Puis-ce que dans une semaine nous serons mari et femme laissez moi vous donner avec un peu d’avance ce que vous voulez !


Dieu savait qu’elle n’avait pas envie de le faire. Mais Wyatt n’avait pas à payer pour ses erreurs et son sort était scellé quoi qu’il arrive… Elle aimait bien trop Wyatt, le savoir souffrir par sa faute lui était insupportable. Les larmes aux yeux, le forgeron sembla se stopper net. Il n’était pas certains mais il avait tant d’emprise sur elle qu’elle ne dirait rien du tout. Et puis ayant des liens de parenté avec Louis Henri ne pourrait jamais figurer parmi les victimes pourtant Zelda l’espérait coupablement parfois.

-Laissez-le, ne lui faites jamais aucun mal et je vous laisse me mettre enceinte immédiatement.  Personne ne saura à une semaine près que nous avons fauté. Et puis comme cela vous serez sûr que je vous appartiens...  Pitié Henri acceptez cela…

Il accepta…

* * *
Louis se tripota la barbiche et ne sentait pas l’odeur de Violaine qui était sous la fenêtre fermé mais composé d’un verre fin qui lui laissait tout entendre…

-Eh bien, nous n’avons pas le choix il faudra avoir choisis une femme pour qu’elle devienne la louve Alpha. Et notre morsure ne transforme avec certitude que lors de cette phase lunaire. Nous devons également choisir une ou deux victimes pour que Kayne et la nouvelle Louve puisse se rabattre dessus et que nous puissions manger un peu. Le bétail ne suffira pas a nous contenir de la malédiction de la lune.

Effectivement une morsure de loup pouvait transformer en toute période mais la mutation était plus difficile et conduisait souvent au décès du mordu… Seul la lune rouge permettais aux infectés de la morsure de loup de muter avec la sûreté de ne pas mourir.  Le vieille homme baissait les yeux en respirant mal il regarda le collier qu’il vit dépasser du coup de Wyatt. Grand ami et ancien beau frère de celui-ci il ne connaissait pas l’identité des loups mais était un grand ami de Louis. Ils avaient vécus des terreurs semblables. Puis à la mort prématuré de la sœur de Louis (non louve) qui était la femme d’Henri ils se soutinrent beaucoup… Louis comprenais la situation délicate entre lui son cher Wyatt et la jolie Zelda mais ne pouvait rien faire. En tout cas il n’osait rien.

-Et puis si nous voulons que le village continue de nous donner le meilleur bétail nous devons continuer à inspirer la terreur. Tel est notre fardeau. Le soir de la lune rouge ils savent que le pacte ne tient plus le temps d’une nuit pour nous aussi cette nuit est dangereuse comme les villageois cherchent à nous chasser…

Violaine n’entendit pas le début de la conversation et ne compris pas grand-chose… Elle finit par comprendre les mots: louve, Zelda ,et lune rouge ce qui suffit a son bonheur. Ecoutant d'avantage elle compris que Kayne était aussi un loup. Une idée noir se formant, elle s'en alla pour manigancer. Réfléchissant un peu, elle pensait enfin avoir trouvé comment avoir le shérif pour elle seul...

-Wyatt, qu’est- ce, ce collier que tu porte… ? C’est ta petite protégée qui te l’a offert ?

Il le regardait comprenant rapidement les choses et sachant que la seule fille capable de lui enfiler un collier autour du cou ne pouvait être que Zelda.


-Tu dois la laisser Wyatt. Malheureusement son destin est avec un autre...

Revenir en haut Aller en bas
 
Mr.Wolf
Mr.Wolf
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 26/04/2021
ÂGE : 23
RÉGION : Calvados
CRÉDITS : Lornaka

UNIVERS FÉTICHE : Post-Apocalyptique, Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Noob

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

94pl.png
Wyatt

Houxton

J'ai 25 ans et je vis à Scalvale un petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suis le shérif de mon village. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, grâce à ma perspicacité , je suis intelligent.

:)

Lornaka

Il écouta les explications de Louis avec la plus grande attention qui soit, retenant les détails importants les uns après les autres. Cette Lune de Sang n’allait pas être un évènement comme les autres. Infecter un autre villageois était une mission hautement délicate, et rien ne garantissait le succès de l’opération, et encore moins les nombreux comportements imprévisibles de certains loups-garous qui composaient la meute. Il fallait donc trouver un candidat adéquat, ou plutôt une candidate… Car la dernière femelle Alpha de Scalvale, qui n’était autre que la mère de Louis, au passage, avait disparue il y a de ça des années en arrière. Donc hors de question pour la meute de rater une occasion comme celle-ci.

– « Deux victimes ? Cela ne va pas être facile à concocter… Foutu Kayne et sa Faim insatiable… Il a toujours placé ses caprices avant le bien de la meute, cet inconscient… »

Exprima le shérif sans vergogne à l’encontre de celui qui avait été désigné pour être son adjoint au maintien de l’ordre et à la protection des habitants de Scalvale. Dans un coin tapis tout au fond des désirs les plus morbides du loup-garou s’éveilla un souhait vraiment perfide : Si cet animal sanguinaire venait à se faire démasquer par les villageois, et finissait avec une corde autour du cou, ce ne serait pas Wyatt qui viendrait le pleurer, ça non ! Perdu dans ses pensées, le grand brun revint à la réalité quand il entendit à nouveau la voix du doyen des loups-garous. Celui-ci mentionna le collier qu’il portait fièrement autour de son cou, et qui lui avait été bien évidemment offert par Zelda. Il s’apprêtait à répondre à Louis mais celui-ci reprit la parole de plus belle pour donner un conseil que l’homme de loi n’entendit pas du tout de cette oreille.

Son destin était avec un autre ? Comment pouvait-il prétendre cela ? Alors même qu’il avait déjà perdu sa sœur à cause de la barbarie de ce forgeron complètement lunatique et incontrôlable. Un homme avec autant de rage et de colère en lui ne devrait pas se retrouver au chevet avec une femme, il devait être dressé, pour ne pas dire interner. Wyatt avait vraiment beaucoup de mal à comprendre pourquoi Louis se rangeait toujours du côté de Degas…  Était-ce parce qu’il représentait son meilleur alibi en cas de suspicion ? C’était une piste à explorer, mais ça pouvait attendre plus tard. Attrapant le pendentif du collier entre ses doigts, il l’examina avec attention pendant quelques secondes avant de le serrer contre sa paume et de relever ses yeux ambrés vers Louis.

– « Le destin n’est pas quelque chose de figé dans le temps mon vieil ami. J’ai juré sur ce collier que je la protégerais, et c’est ce que je compte faire. Faisons d’elle la prochaine Alpha, ainsi… Elle sera libre, et en sécurité. »

Le vieil ébéniste resta de marbre, fronçant légèrement les sourcils face aux dires du shérif. Nul doute qu’il était en train de réfléchir au pour et au contre de la proposition qu’il venait de soumettre. Après un petit silence tendu, l’homme réajusta ses petites lunettes avant de se racler la gorge.

Louis : Je veux bien accepter cette hôte… Mais tu es bien courant de ce que ça signifie Wyatt ? Elle m’appartiendra dès lors qu’elle sera devenue l’une des nôtres. Ta loyauté sera-t-elle toujours intacte malgré cette fatalité ?

Les mots qu’il employa étaient semblables à de toutes petites lames qui venait découper superficiellement les contours du coeur de Wyatt qui pouvait sentir chaque battement résonner dans ses tempes et ses poignets. Il devait faire taire ce brasier de fureur, l’étouffer du mieux qu’il pouvait pour ne pas laisser planer le moindre doute dans l’esprit de son interlocuteur. Là encore, un nouveau petit silence s’installa entre les deux hommes, et c’est bien le shérif qui parvint à le briser après un petit temps d’adaptation.

– « Oui, même en sachant cela, je continuerais d’être dévoué pour le bien de la Meute. Ça a toujours été mon souhait le plus cher, celui qui détermine mon existence même. »

Il n’en pensait pas un mot, bien évidemment. Au fond de son coeur, le grand brun ne désirait qu’une seule chose : protéger celle qui ne le prenait pas pour un monstre, protéger celle qui méritait le bonheur plus que quiconque au sein de Scalvale. Là où d’autres loups-garous avaient embrassé leur malédiction pour devenir des êtres dénués de sens moral et d’humanité, Wyatt lui, avait toujours débattu pour la préserver, car s’il reniait cet aspect en lui, il reniait ce qui le rattachait à sa mère, et ça… Il ne pouvait tout simplement pas y parvenir.

Louis : Hmmm… Tu es décidément plein de surprises mon garçon. C’est décidé alors. Zelda sera la prochaine à rejoindre nos rangs, et deviendra la femelle Alpha de la meute de Scalvale. Je vais mettre les autres au courant, tu devrais t’éclipser avant que les cloches de midi ne se mettent à sonner.

Acquiesçant de la tête, le brun se retourna et enclencha la poignée avant de s’arrêter et de tourner son visage vers le vieil homme.

– « Oh… Une dernière chose Louis… Les deux victimes… l’une d’entre elles sera Violaine… Elle finira par nous poser des soucis à un moment ou à un autre… »

Louis : Je vois… Je te laisserais t’occuper de son cas alors. Trouver la seconde ne devrait pas trop être compliqué. Fais attention à toi Wyatt.

Il ne répondit pas, se contentant d’ouvrir la porte et de quitter les lieux. Une fois dehors, il soupira longuement, comme si cette longue conversation lui avait pris beaucoup d’énergie. Heureusement, les rayons du soleil commençaient peu à peu à pointer le bout de leur nez sur les toitures enneigées de Scalvale, et notre shérif se dirigea machinalement vers la salle commune qui devait actuellement être aménagé en un grand réfectoire. Cette mesure de sécurité avait été décrétée par le maire il y a un mois en arrière, afin, pour les raisons que vous connaissez déjà. Mais alors qu’il n’était plus qu’à quelques minutes de sa destination, une porte de maison s’ouvrit brusquement et une jeune femme l’entraîna par l’épaule pour qu’il rentre.
Un peu prit de court, mais ne se sentant pas le moins du monde en danger, Wyatt se laissa tirer. Une fois à l’intérieur, celle à l’origine de cet acte referma la porte à clé avant de s’adosser contre celle-ci et de lever son visage vers Wyatt qui reconnut de qui il s’agissait.


- « Violaine… Mais que… ? »

Violaine: Ssshhhh….
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 268
INSCRIPTION : 23/12/2019
RÉGION : Derrière toi.
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer
Nue dans son propre atelier cette scène n’a aucun sens. Ce moment d’horreur partagé avec celui à qui on l’avait limite vendu n’avait étrangement pas été pire que ce qu’elle imaginait. Le cerveau sur pause tout s’était déroulé rapidement. Henri n’était pas un homme qui aimait prendre son temps en se préoccupant de sa partenaire, il était plutôt pragmatique et terre a terre ne croyant pas a la magie du monde qui pourtant existait bel et bien sous une certaine forme. Se couvrant de ses propres vêtements elle reste assise un moment comme sur pause de cet instant partagé sans l’ombre d’un partage et d’une émotion. Ça avait été douloureux mais c’était finis et dorénavant Wyatt était en sécurité loin des problèmes que pourrait lui apporter Henri. Et ça… ça c’était bien.  Elle esquissa alors un sourire timide les sourcils courbé en regardant ses mains dans lequel elle tenait son propre grigri ressemblant à celui qu’elle avait donné a Wyatt.

-Jusqu’à ce que j’ai la confirmation que tu es enceinte par la sage femme du village je ne veux pas te voir ni te savoir  passer ton temps avec le shérif, sinon, l’accord ne tiens plus.

Henri ne pouvait pas supporter le shérif, car dans toute sa brutalité rustre au final il se sentait mal d’avoir choisi Zelda car le jour ou il l’a rencontrée avant les fiançailles il avait compris que même si  il la dominait, jamais elle ne l’aimerais. Personne n’en était capable et c’était justifié mais parfois l’homme ne peux pas aller contre sa propre nature… Comme morte à l’intérieur et effacé dans son atelier la jeune femme hoche timidement de la tête en ne cherchant même pas son regard et en le gardant bas, vers le sol. Le regarder dans les yeux était trop dur. Sur ce geste il soupira. C’était blessant qu’elle agisse ainsi pour lui mais elle aimait le shérif et pas lui… c’était trop insupportable.

La porte se referme et la jeune femme se rhabille enfin tranquillement en osant pleurer de désarroi et de confusion. Elle espérait que cela ne se reproduise plus, qu’elle soit bien enceinte pour que les choses se finissent enfin mais en même temps elle ne voulait pas porter le fardeau de la descendance Degas… Peut-importe qu’elle soit enceinte ou non suite à ce moment ce serait une mauvaise nouvelle ne portant aucun espoir… Allant livrer ses commandes et récupérer les fruits de son travail intense elle alla pleurer a la fontaine. La fontaine était un peu excentrée du village vers les écuries. Il y avait peu de monde en pleine journée… S’asseyant au bord de la fontaine gelée d’où coulait à bonne allure entre les glaces un sillon d’eau elle plaça sa main sous l’eau et celle-ci devint rouge tellement l’eau était froide en cette saison.  Puis avant de se retrouver à la chapelle pour manger ensemble et faire l’appel, elle prit le temps de prier n’importe quel force qui puisse la sortir de son enfer.

* * *
Encore et toujours Violaine, il fallait avouer qu’elle n’était jamais au bon endroit au bon moment celle-là… Tout aussi insupportable.  Le poussant au fond de sa maisonnée elle le regardait dans les yeux avec un sourire. Il avait toujours l’air si grognon… C’était affligeant. Mais en vue de ce qu’elle avait entendu elle ne pouvait pas le garder pour elle… Le sourire perfide elle s’avance vers lui comme un serpent venimeux, si elle en était vraiment un sous forme humaine, sa langue fourcherais et elle ne pourrait pas s’empêcher de la rentrer et la sortir juste pour avoir le plaisir de percevoir sensorielle-ment son malaise.

-Re bonjour cher shérif… Je dois avouer que maintenant, je comprend mieux d’où vous tenez tout votre charme.

Elle fait une pause et sourit toujours regardant dehors les villageois passer.

-C’est vrai que c’est une bonne couverture de se faire passer pour les gentils du village quand en fait on est les loups garous !

Le regardant de nouveau dans les yeux elle attendais sa réaction et qu’il essaye de nier mais elle n’était pas déterminée a le laisser parler.

-Quand le maire nous dit de nous méfier de tout le monde… je ne pensais pas qu’il avait autant raison.Elle soupira.J’ai tout entendu Wyatt alors inutile de nier… j’ai déjà tout rédigé à quelqu’un qui si je meurt trouvera mon indice. Alors inutile de me tuer aussi…  

Elle souriait de plus en plus c’est comme si a chacun de ses mots des dents supplémentaire augmentait la largeur de son sourire rageur.

-Mais quelque part tu as de la chance… je ne vais pas tout révéler si nous pouvons conclure un marché…  Tu veux l’entendre ?

Elle rigola un peu.

-Je crois qu’en fait, tu n’as pas le choix mon cher Wyatt si tu veux sauver ta tête, celle de Louis et de Kayne… ça réduirait trop considérablement votre meute… Ma condition pour mon silence est donc de devenir votre femelle alpha prochainement à la place de cette idiote de Zelda… 


Revenir en haut Aller en bas
 
Mr.Wolf
Mr.Wolf
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 26/04/2021
ÂGE : 23
RÉGION : Calvados
CRÉDITS : Lornaka

UNIVERS FÉTICHE : Post-Apocalyptique, Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Noob

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

94pl.png
Wyatt

Houxton

J'ai 25 ans et je vis à Scalvale un petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suis le shérif de mon village. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, grâce à ma perspicacité , je suis intelligent.

:)

Lornaka

Le shérif ne comprenait pas toujours pas ce qu’il faisait ici ni pourquoi Violaine était en train de l’amener jusqu’au fond de sa maisonnée. Lorsqu’elle prit enfin la parole, le ton qu’elle employa était perfide, pour ne pas dire machiavélique. Haussant un sourcil, Wyatt resta attentif et curieux face aux propos de la jeune femme jusqu’à ce qu’elle-ci ne mette directement les pieds dans le plat. Cette affreuse petite peste… Comment pouvait-elle être au courant de leur secret ? Gardant son regard dans les yeux scintillants de pouvoir de Violaine, il ne pouvait pas nier ce qu’elle avançait, comprenant de toutes façons que ça ne servirait à rien. Leur couverture venait de voler en éclats… Tout ça parce qu’ils avaient manqué de prudence avec Louis ! Bon sang ! Comment n’avait-il pas pu sentir sa présence ? Le fait d’euthanasier son odorat comportait des risques et notre loup-garou en faisait les frais en ce moment même.

Pire encore, voilà que la jeune femme prétexta qu’elle avait tout rédigé de leur petite réunion et que si jamais elle venait à disparaître, cette personne révélerait tout au grand jour. Elle était si prévoyante que cela ? Lui qui l’avait toujours prise pour une simple d’esprit, elle en avait peut-être dans la caboche finalement. Quand elle se mit à rire de suffisance, Wyatt ne put s’empêcher de froncer les sourcils, n’aimant pas du tout les airs qu’elle était en train de prendre après avoir découvert la vérité sur eux. Il pouvait entendre son cœur qui résonnait dans ses tempes et son souffle se fit un petit peu plus audible également, comme s’il cherchait à garder son sang-froid. Oui, il avait grandement besoin de trouver une solution, il devait tout faire pour découvrir l’identité de cette mystérieuse personne à qui Violaine avait donné la lettre contenant toute la sombre vérité.

Écoutant le marché que proposa la jeune femme, l’homme de loi ne fut pas étonné lorsqu’elle souhaita devenir la prochaine louve Alpha de leur meute. Bien sûr, elle pouvait demander tout ce qu’elle souhaitait avec un atout aussi gros dans sa manche. Mais aux yeux du loup, il était hors de question d’accepter un tel marché. Celle qui avait été choisie était Zelda, et rien ni personne ne se mettrait en travers de cette désignation. Prenant une grande inspiration, Wyatt expira lentement par le nez avant de prendre la parole, l’esprit un petit peu plus clair. Il devait tenter de reprendre un peu le dessus sans pour autant être dans la confrontation.

– « Et admettons que j’accepte cette condition. Qu’est-ce qui me garantit qu’une fois Alpha, ton acolyte ne révélera pas tout au grand jour ? Tu l’as impliqué dans cette histoire, alors il nous faudra décider de son sort à lui aussi. Te sens-tu vraiment prête à avoir le droit de vie et de mort sur des gens qui te font confiance ? »

Violaine : Je me porte garant du silence de cette personne si c’est vraiment ce qui t’inquiète ! Lorsque je serais devenue votre nouvelle Alpha, je me ferais une joie de te prouver ma loyauté en l’éviscérant de mes propres griffes, ça te va comme ça ?

Intérieurement, le shérif jura à de multiples reprises face à son interlocutrice. Elle était encore plus dérangée et cruelle que ce qu’il ne pensait d’elle. Essayer de l’entourlouper n’allait pas être de la tarte et les cloches de midi allaient bientôt sonner. Il lui fallait un peu de temps, essayer de trouver des idées pour s’occuper de ce retournement de situation sans pour autant faire comprendre à Violaine qu’il allait tout faire pour contrecarrer son souhait. Elle ne serait jamais une Alpha. Elle était juste entrain d’avancer ou de retarder les heures qu’il lui restait à vivre.

Violaine : C’est bientôt l’heure du déjeuner non ? Alors voilà ce qu’on va faire… Tu vas gentiment continuer de jouer au détective parfait pour la journée… Et ce soir… Après la réunion communale du Père Xander… Toi ainsi que l’Alpha actuel de votre meute… Nous nous retrouverons derrière l’église afin de discuter de tout ça… Qu’en dis-tu mon cher Wyatt ?

Dit-elle tout en continuant d’étirer ses lèvres d’une manière hautement détestable. Elle osa même passer le bout de ses doigts contre le visage rustre et mal rasé de notre shérif, ayant soudain atteint un degré de rapprochement assez dangereux. Ancrant ses yeux ambres dans les siens, il souffla longuement du nez, un petit peu coincé avant de répondre à sa proposition.

– « C’est d’accord. Rendez-vous ce soir derrière l’église. D’ici-là… Tiens-toi tranquille. »

Face à sa remarque, la vipère rigola de plus belle avant de lui ouvrir la porte de sa chaumière pour que l’homme de loi quitte les lieux. Une fois à l’extérieur, il serra vivement les poings d’exaspération, détestant être acculé contre un mur de la sorte. Il avait toujours fait preuve de prudence, il avait toujours été méticuleux dans ses actes et ses paroles… Alors pourquoi est-ce qu’aujourd’hui ça avait capoté ? Il devait garder son calme, réfléchir à toutes les solutions possibles et inimaginables pour renverser la situation à son avantage. Il devait bien y en avoir une. Au même moment, les cloches du village de Scalvale retentirent. C’était l’heure du déjeuner. Ne pouvant rater cela, le shérif se mit en marche jusqu’au bâtiment communal.

Une fois devant celui-ci, il y retrouva Kayne, son acolyte qui l’attendait déjà, les bras croisés. Quand Wyatt arriva à son hauteur, l’homme arqua un sourcil, sentant l’humeur massacrante du shérif.

Kayne : Qu’est-ce qu’il se passe ?

– « Je t’expliquerais. Pour l’instant, contentons-nous de faire notre boulot. »

Kayne : Pfft, comme tu voudras.

Les deux hommes restèrent alors debout, l’un à gauche et l’autre à droite de la double porte du bâtiment. Ils étaient un peu comme deux videurs de boîte de nuit, sauf qu’ils allaient laisser entrer tous les habitants de Scalvale et ainsi compter combien entraient pour prendre leur repas. Ceux qui manquaient à l’appel seraient ainsi considérés comme des suspects potentiels et ça, ça mettait de l’eau dans le moulin des véritables loups-garous. Oui mais voilà, avec l’affaire Violaine… Tout venait d’être chamboulé.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 268
INSCRIPTION : 23/12/2019
RÉGION : Derrière toi.
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer
Jusqu’à ce qu’il ai la confirmation qu’elle était bien enceinte … ? Cela représentait donc un certains temps, au moins 3 semaines le temps que les choses s’installent entre eux, que le mariage soit célébré. Ce maudit mariage. Cela pouvait paraître idiot et fort courant que de ne pas souhaiter prendre tel homme ou tel homme pour époux à cette époque mais en réalité, les gens se mariait entre eux comme bon leur semblait… Seul les nobles famille n’avait pas toujours ce choix… Et en tant que fille unique du Maire du village elle s’était préparée a ne pas avoir le choix. Vivre une vie de frustration auprès d’un homme que l’on méprise.  Quel enfer semblable au Styx. Un long fleuve d’âmes mortes coulant tranquillement dans les retranchements de l’Enfer… Soupirant après avoir prié n’importe quel force les genoux dans la neige en regardant l’orée de la forêt Zelda se releva tranquillement la mine triste. La jeune femme si douce avait toujours cet air semblable a une souffrance perpétuelle. Tandis que cela attirait certaines énergie autour d’elle, elle en agaçait d’autres comme Violaine qui n’avait jamais supporté cette mine de faiblesse alors qu’elle toute forte et implacable qu’elle était malgré tout ses malheurs personne ne la remarquait vraiment…

En ce qui concernait Violaine, sans qu’elle ne fasse paraître quoi que ce soit elle passa les porte du réfectoire ou se retrouvait tout le village pour manger chaque jour par mesure de sécurité. Tout le monde était là, sauf Zelda. Et Zelda était remarquable avec ses cheveux de la disgrâce...Son père le bon Maire Khanwald était souriant et saluait un peu tous les membres de son village avec grâce et sourire. Il vint finalement rencontrer Kayne et Wyatt. Leur souriant il s’adressa a Wyatt. D’abord il vint lui serrer amicalement la main.

-Shérif Houxton !  Quelle joie d’avoir quelque minutes pour vous transmettre mes respects profonds quand à votre investissement pour le village, investissement de votre part et celle de votre adjoint évidemment. Merci vraiment de faire ce que vous faites. Dites-moi tout le monde est là ? Je ne vois pas la tête cuivré de ma chère fille et cela m’inquiète… Vous iriez pour moi la chercher Shérif ? J’ai peur qu’elle ne se soit attiré des ennuis.

De nombreuses fois le village avait tenté de faire mettre au buchet Zelda à cause  notamment de ses cheveux et du fait que parfois elle disparaisse dans le village et souvent a l’orée de la forêt noire et épaisse qui entourait tout le village… Son absence se remarquait tout de suite et faisait monter les suspicions. D’ailleurs celle-ci, si elle tardait cette fois-ci c’est qu’elle avait fait une rencontre hasardeuse… En se relevant dans l’épaisseur noir de la forêt elle avait aperçu une silhouette qui n’avait vraiment rien d’humaine, ni d’animal… L’étrange masse était sombre, presque informe elle n’arrivait même pas à comprendre sa constitution si bien que faible qu’elle se connaissait, elle savait qu’elle ne pourrait se défendre… Tétanisée elle se figea dans une posture penaude et regarda cette masse approcher… Elle était seule et tout le monde avait sûrement déjà rejoint le réfectoire à cette heure, pas la peine de hurler.

Finalement, alors qu’elle observait silencieusement cette masse elle sentit son estomac sursauter lorsque celle-ci s’apprêta à sortir de la forêt, mais elle fut stupéfaite de voir Sigrìd: une femme à l’allure peu commune. Ni jeune ni vieille son accoutrement ne trompait pas, c’était la sorcière, la cartomancienne du village recluse dans la forêt. Son apparence aussi enchanteresse que terrifiante rebutait autant qu’elle attirait. Terrifiant le village, elle avait su se faire sa place en aidant à de nombreuses reprise en arrêtant des loups ou en réanimant des personnes tuée par les loups mais pas vidée de leur sang par ceux-ci… Seulement dans toute sa grâce de sauver des villageois, se méfier de la sorcière et se faire bien voir était essentiel car si elle avait le pouvoir de redonner une vie, elle avait aussi le pouvoir d’en reprendre une autre… A ce stade elle était un peu comme une terrifiante reine au regard et a l’instinct aiguisé.

Silencieuse, face à elle Zelda baissa les yeux. Sigrìd était une femme à la peau et aux cheveux pâle comme la neige. Ni belle ni laide, elle n’était ni jeune ni vieille et personne au village n’était capable de dire juste à propos de son âge. Des peintures bleus sur son corps elle portait une robe de peau dans des couleurs sombre, des plumes de corbeaux rassemblé sur ses épaules comme des épaulettes accompagnant le reste de ses bijoux qui bordait son cou, ses bras et ses poignets. Une large cape la protégeant du froid elle tenait un bâton avec un anneau en son sommet, anneaux auquel était accroché quatre autres anneaux. Avançant doucement vers Zelda ses yeux violine ressemblait à ceux de la jeune rousse… Sigrìd avait de longs cheveux emmêlé dans une coiffure extravagante finissant sa prestance surnaturelle. Ses lèvres noires esquisser un sourire tandis que les perles qui coulait le long de sa chevelure retentissait en teintant entre elles.  L’observant elle s’exclama d’un ton sec dans une voix brumeuse.

-Regarde-moi, Zelda Kahnwald.

Sa voix était impressionnante et la pauvre demoiselle même si en son fort intérieur elle ne voulait pas obéir- terrifié par le regard de la sorcière aux yeux maquillé de noir- . Seulement, cette femme n’était pas sorcière pour rien… Effectivement le corps de Zelda réagit immédiatement à son ordre. La toisant à quelques centimètre devant elle leva le bras pour que sa main soit au niveau de son front. Elle ne bougeait pas et regardait la jeune femme dans les yeux.


-Tu es folle ma chère d’oser prier l’aide de n’importe quel force. Dans n’importe quelle force… il y a « n’importe quelle » et cela c’est très dangereux… Heureusement que j’étais là pour entendre ta prière avant que des esprits malins s’emparent de la porte que tu leur à inconsciemment ouverte.

Là, elle mit une pichenette sur le front de Zelda. Cette pichenette poussa sa tête en arrière et fit rouler ses yeux en arrière. Tout son corps tremblant, le visage vers le ciel Zelda subissait en silence une punition de la sorcière. En faisant cela, là sorcière avait plongé la demoiselle dans une sorte de cauchemar qui lui paraîtrait mille ans. Cette souffrance mentale était infligée aux traîtres et à tout ceux qui ne respectait pas les lois du village. Seul la sorcière était en droit de prier certaines forces, en faisant cela innocemment la pauvre Zelda l’avait défiée. L’horreur de l’expression de la jeune femme  donnait une idée de l’horreur mentale qu’elle vivait.

-Avec cette punition tu te souviendra qu’il ne faut point prier force que l’on ne connaît point… Au risque d’attirer le mal.

Posant toute sa paume sur son front s’inscrit en rouge les mots qu’elle avait prononcé et comme si le front de Zelda les avalait ils disparurent de sa chair. Ses yeux revenant a la normal elle s’écroula dans le neiges en convulsant. La regardant la sorcière n’était pas étonné, cela pouvait arrivé a certaines personne fragile qu’elle piégeait. La laissant convulser elle la pris sur son dos et l’emmena au réfectoire ou elle était aussi parfois conviée.



Sigrìd:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Mr.Wolf
Mr.Wolf
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 26/04/2021
ÂGE : 23
RÉGION : Calvados
CRÉDITS : Lornaka

UNIVERS FÉTICHE : Post-Apocalyptique, Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Noob

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

94pl.png
Wyatt

Houxton

J'ai 25 ans et je vis à Scalvale un petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suis le shérif de mon village. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, grâce à ma perspicacité , je suis intelligent.

:)

Lornaka

Au fur et à mesure que les villageois de Scalvale entraient dans la salle communale afin de déjeuner, Wyatt constata rapidement l’absence d’une personne en particulier. En effet, de sa position, il n’aurait eu aucun mal à déceler la chevelure singulière de la couturière du village, celle-là même qui lui avait confectionné le collier qui siégeait toujours autour de son cou. Restant silencieux pour le moment, il continua de faire son travail tout en jetant parfois des petits regards vers son acolyte afin de s’assurer qu’il se tienne tranquille. Lorsque qu’à peu près tout le monde était à l’intérieur du réfectoire, les deux hommes de loi s’apprêtèrent à rentrer eux aussi avant que le maire en personne ne vienne s’interposer.

– « Bien le bonjour Monsieur Khanwald. »

Déclara-t-il poliment alors que Kayne resta silencieux, le regard indifférent. Le maire s’entretint ainsi avec le shérif de Scalvale pour lui faire part de ses craintes. Lui aussi avait bien remarqué l’absence de sa fille unique et il ne lui en fallait pas plus pour présager le pire. Wyatt était également un petit peu inquiet pour la jeune femme, car elle avait le chic pour s’attirer les ennuis, pour une raison qu’il ne comprenait pas, ou plutôt qui lui échappait de part son irrationalité. Face à la requête du vieil homme, le grand brun accepta volontiers de partir à la recherche de la rousse, laissant ainsi le soin à son acolyte de rester faire le piquet devant la salle communale.

– « Entendu Monsieur le Maire. Je vais voir où est-ce qu’elle s’est perdue. Vous pouvez retourner manger sans crainte. »

M. Khanwald : Oh, vous m’en voyez ravi ! Je savais que je pourrais compter sur vous Shérif ! Encore merci, et soyez prudent surtout !

Informa le vieil homme avant de rentrer dans la bâtisse l’air un petit peu plus serein. De son côté, notre loup-garou camouflé en agneau porta son regard ambre dans les yeux de son acolyte de loi, pour venir lui offrir un petit sourire narquois, moqueur.

– « Bon, c’est pas tout ça, mais j’ai du pain sur la planche. Tu penses pouvoir te tenir sage pendant mon absence ? »

Kayne : Va chier Wyatt. Déguerpis avant que j’aille la ramener moi-même cette folle.

– « Je serais toi, je me ferais tout petit. Louis et moi t’en dirons plus ce soir, après la réunion du père Xander. »

Aurait-il dit d’une voix ferme et presque menaçante. Il détestait l’attitude de Kayne en général, mais encore plus quand il était désobligeant envers Zelda. L’homme de loi commença à marcher en direction de la forêt, ne sachant pas trop par où débuter les recherches. En fait, il cherchait surtout à s’éloigner de la salle communale afin de pouvoir utiliser un atout conséquent : son flair surdéveloppé. Être un loup-garou comportait des avantages et posséder un sens de l’odorat trente-cinq fois plus supérieur que celui d’un humain lambda en était un gros. Il huma donc à plusieurs reprises le collier confectionné par la couturière du village. Ses récepteurs olfactifs se mirent immédiatement en marche, analysant et mémorisant l’odeur cible afin de pouvoir pister celle-ci jusqu’à son origine. Wyatt remonta ainsi la trace de la jeune femme et comme il s’y attendait, il allait devoir entrer fans la forêt noire. Bien sûr, ce n’était pas vraiment un problème pour lui, pour les raisons que vous connaissez déjà.

Cependant, à peine entra-t-il dans les bois que son instinct le mit immédiatement en garde. C’était comme si une vague de froid mordant avait hérissé le moindre petit poil sur sa peau. Sauf que cette réaction ne s’était pas déclenchée à cause de la température extérieure, mais plutôt à cause d’une odeur qu’il venait de découvrir à l’instant T. Oui, notre loup-garou venait de comprendre que la pauvre Zelda était sûrement prise au piège avec quelque chose ou plutôt quelqu’un de très mal intentionné. Car l’odeur qu’il venait de percevoir n’avait rien de rassurant, oh non, c’était même tout le contraire. Ne rebroussant pas chemin pour autant, Wyatt continua de marcher en se tenant sur ses gardes, se laissant toujours porter par son flair tout en baladant ses yeux ambres partout autour de lui afin de quadriller son environnement et ainsi éviter toute mauvaise surprise.

Plus il s’enfonçait dans la forêt, et plus ce sentiment nauséabond de malaise et d’hostilité prenait place dans ses narines. Mais qu’est-ce qui pouvait générer une telle odeur ? Un cadavre animal profané ? Un esprit malintentionné ? Il fallait qu’il se rapproche encore plus pour en avoir le cœur net et tirer toute cette histoire au clair. La seule chose qu’il espérait sincèrement, c’était que la fille du maire soit encore en vie. Elle ne pouvait pas mourir maintenant, pas si brutalement… Alors même que son existence allait bientôt prendre un tournant qu’elle n’aurait jamais soupçonné. Hâtant le pas, le shérif de Scalvale fit encore quelques mètres sur un sentier recouvert d’une fine couche de neige avant de s’arrêter net, comme un chasseur qui avait repéré sa proie, ou bien était-ce l’inverse ?

Face à lui se tenait une femme à l’accoutrement surnaturel, pour ne pas dire mystique. Ne s’attardant pas plus que ça sur ses vêtements, Wyatt vit surtout le plus important : elle détenait Zelda. Oui, la rousse était perchée sur l’une des épaules de l’inconnue et semblait surtout amorphe… Comme si elle était inconsciente. Qu’est-ce qui avait bien pu lui arriver pour quelle soit dans cet état-là ? Fronçant les sourcils face à ce constat, le loup-garou serra férocement ses paumes avant de prendre la parole, ne pouvant plus trop supporter ce silence qui permettait à l’aura de cette étrange femme de gagner en puissance.

– « C’était donc toi, Sigrìd. J’aurais dû m’en douter. Je ne sais pas ce que tu manigances, mais par les pouvoirs qui me sont conférés, je t’ordonne sur le champ de relâcher la fille du maire. »

Dit-il d’un ton glacial et autoritaire. Il comprenait beaucoup mieux ce qu’il avait ressenti quand il était rentré dans la forêt. C’est elle qui en était à l’origine… Cette maudite sorcière… Jusqu’à quand continuera-t-elle ses rites nécrotiques et maudits ? Pire encore… Allait-il y avoir un jour, ou plutôt un soir… Où les loups-garous réussiraient enfin à l’abattre ? Wyatt pouvait sentir son sang bouillir dans chaque fibre de son corps. La Faim couplée à la colère ne faisait pas du tout bon ménage et il s’efforçait tant bien que mal de rester composé. Face à cela, l’occultiste le toisa d’un regard perfide et méfiant avant de s’approcher de quelques pas, tout en restant à distance raisonnable bien évidemment. Elle déposa alors le corps de Zelda dans la neige avant de prendre la parole.

Sigrìd : Il faut croire que vous faites mal votre travail mon cher… Je l’ai surprise en train de prier près de l’ancienne fontaine… Si Scalvale était vraiment sans danger… Elle n’aurait pas eu besoin d’en arriver là… Vous ne pensez pas… ?

Il avait senti des picotements dans le bas de son dos du moment où elle avait ouvert ses lèvres jusqu’à ce qu’elle les referme. Qu’était-elle vraiment à la fin ?  Wyatt haïssait hautement ce sentiment d’impuissance qu’il ressentait malgré lui face à l’inconnue et le mystique morbide, dangereux, qui se dégageait de la sorcière du village de Scalvale. Pour soulager un peu de cette exaspération, il serra les dents avec hargne avant de s’exprimer à nouveau.

– « Je n’ai pas de leçons à recevoir de la part d’une personne aussi folle et maudite que vous. Contentez-vous de rester isolée au fin fond de ce bois de malheur et le village s’en portera mieux. »

Sigrìd : Est-ce la prochaine lune de sang qui te rend aussi nerveux mon pauvre enfant… ? Aurais-tu peur pour ta vie… ? Je pourrais presque renifler ta peur d’ici… Terrorisé… À l’idée de redevenir le couard que tu étais quand ta mère a été emportée par l’Hiver.

C’était la goutte d’eau, la provocation de trop. Peut-être avait-elle prémédité cette réaction ? Quoi qu’il en soit, la vue du shérif vira au rouge et il se rua de toutes ses forces vers la femme spirituelle du village. Au moment où il lui bondit dessus, elle disparut sous ses yeux, laissant à la place une épaisse brume noire venir l’entourer lui et Zelda, toujours au sol. Le vent fit danser les particules sombres et tandis que Wyatt cherchait une explication rationnelle à ce phénomène, il put entendre des rires distordus ainsi que des corbeaux qui craillaient autour d’eux, sans pour autant parvenir à les apercevoir. Et puis, tandis qu’il essayait de chasser l’épaisse brume noire de ses mains, la voix de Sigrìd se mêla avec le vent, donnant un écho à vous glacer le sang de la tête aux pieds.

Sigrìd : Prends garde à toi, Shérif… De terribles et douloureuses épreuves t’attendent encore… Sauras-tu rester toi-même jusqu’au bout… ?

Enfin, la brume se dispersa d’elle-même, les corbeaux n’étaient plus là, et la forêt retrouvait peu à peu son calme naturel. Qu’est-ce qu’il venait de se passer ? Avait-il été victime d’une illusion ou d’un mauvais sort ? L’homme de loi était complètement à l’ouest, fébrile, anxieux vis-à-vis de ce qu’il venait de vivre et surtout… Des jours qui approchaient. Devait-il raconter ce qu’il avait vécu ce soir au reste de la meute ? Il allait y réfléchir. Pour l’heure, ses yeux se posèrent presque machinalement sur le visage de la rousse, qui semblait toujours dans un état second. Souhaitant qu’elle reprenne conscience au plus vite, Wyatt posa délicatement la paume de sa main sur son front, espérant que ce geste suffirait à ce qu’elle ouvre doucement les yeux, émergeant ainsi dans la réalité, avec lui.

– « Zelda… Réveille-toi… »

Murmura-t-il à demi-mot tout en gardant son regard ambre sur son visage, détaillant chaque petit trait de crayon inconsciemment et se laissant presque captiver par celui-ci. Au même moment, de fins rayons de soleil réussirent à trouver une faille entre les arbres, donnant encore un petit peu plus de raison à la jeune femme de se réveiller.


Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 268
INSCRIPTION : 23/12/2019
RÉGION : Derrière toi.
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer
Aussi vite qu’elle était apparu, elle avait disparu, des corbeaux coassant autour d’eux. Zelda, endormie n’avait absolument rien entendu ni rien compris à ce qu’il s’était passé entre la sorcière du village Sìgrid et le shérif. Ce qu’elle sentait cependant dans son endormissement c’est que tout deux avait une aura surnaturelle… Inconsciemment ce détail s’était gravé dans sa mémoire mais il lui serait impossible d’y avoir accès au retour de sa conscience éveillée. Du moins pas pour l’instant. Zelda ignorait beaucoup de choses que son corps lui savait et gardait en mémoire en silence. Bientôt peut-être elle reprendrait le contrôle de sa vie. Car pour le moment sa vie ne ressemblait a rien d’autre qu’a celle d’une pouilleuse sans choix qui subissait la vie avec comme seule récompense ses yeux pour pleurer. La voix douce et la présence chaude du shérif réanimèrent un peu la jeune femme. Elle se réveilla d’abord simplement puis eu un sursaut immense à la suite de cela un sursaut qui la propulsa sur ses jambes alors qu’elle balayait du regard ses alentours visiblement stressée et traumatisée d’une chose. Debout, elle se saisit alors de sa tête en fermant les yeux. Elle sentait comme une chape de plomb sur sa tête s’était insupportable. A s’en tordre de douleur dans la neige…

Se retenant le souffle de la gentille couturière s’accélérait et elle poussait malgré elle de petits gémissements comme si quelque chose lui parlait dans sa tête et s’était le cas. A vrai dire une voix affreuse lui répétait plusieurs fois l’incantation qu’avait prononcé la sorcière horrifié par le geste de désespoir de la jeune femme. Sa crise dura un petit temps mais les voix finirent par s’arrêter. Quand elle pris réellement conscience de la présence du shérif elle souriait timidement les larmes aux yeux et se jeta dans ses bras. Elle le serra très fort ne pensant même plus a sa promesse idiote à Henri. Elle avait eu si peur et avait encore toujours si peur. Un mal de crâne la prenais, elle était très mal a l’aise et avait comme de la température. Elle pleura alors un moment a chaudes larmes dans les bras de Wyatt. Incapable de dire quoi que ce soit elle finit simplement par dire :

-Merci… Ne me laissez pas seule ici...

Elle le regarda dans les yeux, ses yeux amplis de larmes devenant presque bleu pour remplacer le violet qui composait habituellement ses iris. Toute rouge elle se tenait un peu la tête et commença a réaliser dans l’état qu’elle était et ce que cela imposait. L’heure qu’il était, son état, ce qu’elle ressentait… Elle ne se sentais pas normal et cela l’effrayait car cela voulait certainement dire qu’elle était folle comme ce qu’on lui avait toujours dit. Paniquant complètement elle perdait son sang froid et se remit a pleurer de peur.

-Bon sang c’est l’heure du repas et j’agis bizarrement devant le shérif… Mais qu’est-ce qui ne va pas chez moi ?! Elle se posait la question a elle-même et ne laissa pas un temps pour répondre. Mon dieu s’il vous plait croyez moi je suis innocente je n’ai rien fait de mal je… je ne sais plus ce qu’il s’est passé mais je… non rien, je débloque … C’est pas vrai…. Je vais finir a l’asile c’est sûr…

Rien que l’idée la stressait car elle y avait déjà passé quelques jours afin de rassurer le peuple et ça avait été a l’époque un enfer. Stressée elle pensait qu’elle était perdue que forcément le village voudrait sa mort maintenant qu’elle-même savait qu’elle était complètement folle. Du moins c’est ce qu’elle pensait. Au loin on entendait des pas arriver… Zelda lança un regard inquiet se demandant quelle réaction aurait le shérif par rapport a son comportement bizarre en pleine journée le midi...

Revenir en haut Aller en bas
 
Mr.Wolf
Mr.Wolf
Masculin MESSAGES : 19
INSCRIPTION : 26/04/2021
ÂGE : 23
RÉGION : Calvados
CRÉDITS : Lornaka

UNIVERS FÉTICHE : Post-Apocalyptique, Réaliste
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

https://www.letempsdunrp.com/t4492-tentative-n1
Noob

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

94pl.png
Wyatt

Houxton

J'ai 25 ans et je vis à Scalvale un petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suis le shérif de mon village. Je suis pour le moment célibataire. Sinon, grâce à ma perspicacité , je suis intelligent.

:)

Lornaka

Il était resté auprès d’elle jusqu’à ce qu’elle reprenne conscience, refusant catégoriquement de la laisser dans cet état au beau milieu de la forêt. Il essayait encore de comprendre pourquoi Sigrìd avait cherché à s’en prendre directement à elle. Avait-elle commis quelque chose qui aurait pu la mettre en colère ? Il y avait bien trop de raisons possibles et inimaginables pour que Wyatt s’arrête uniquement sur une théorie plus qu’une autre. Peu à peu, Zelda retrouva sa conscience, clignant alors faiblement des yeux à plusieurs reprises tandis que le shérif lui offrit un petit sourire de bienvenue. Oui mais voilà, la demoiselle ne semblait pas encore totalement remise de sa funeste rencontre avec la sorcière isolée de Scalvale. Quand elle se releva après plusieurs sursauts incontrôlés, le grand brun écarquilla un petit peu les yeux avant de se relever à son tour pour observer la fille du maire.

– « Zelda… Que t’est-il donc arrivé… »

Murmura-t-il dans son for intérieur en regardant d’un air mélangeant culpabilité et impuissance celle qu’il appréciait se tenir fiévreusement la tête tout en geignant faiblement de douleur. Il aurait bien voulu lui faire sentir sa présence, en posant une main sur son épaule par exemple, afin de potentiellement diminuer la douleur qu’elle était en train de subir de plein fouet. Puis arriva un moment où elle releva enfin la tête pour poser ces yeux humides dans les billes ambres concernées de Wyatt. Il eut à peine le temps d’ouvrir les lèvres pour s’exprimer que celle aux yeux violets se réfugia dans ses bras afin d’y pleurer en sécurité. Surprit par cet acte, le loup-garou resta quelques petites secondes complètement statique, comme s’il ne savait pas trop ce qu’il devait faire… avant de doucement refermer son étreinte autour de la jeune femme, presque inconsciemment.

– « Tout va bien… Je vous l’ai dit tout à l’heure, vous vous rappelez… ? Tant que je respirerais… Il ne vous arrivera rien. Je vous le promets. »

Avoua-t-il à demi-voix tout en posant timidement le bout de son menton sur le haut du crâne de la couturière de Scalvale avant de fermer les yeux l’espace de quelques secondes, imprimant ainsi ce moment singulier dans un coin de sa mémoire. Il ne pouvait pas prédire le futur de la Meute, et encore moins celui du village, mais s’il y a bien une chose dont notre loup-garou était certain, c’est qu’il était prêt à mourir protéger Zelda, sans la moindre hésitation. Quand l’intéressée se décolla quelque peu de ses bras pour venir poser ses yeux embués de larmes dans les siens, le shérif lui adressa un petit sourire combinant empathie et protection. Il osa même balayer les petites gouttes de sel qui s’apprêtaient à perler du coin de ses yeux à l’aide des extrémités de ses pouces.

Mais son geste fut presque insignifiant, car la pauvre femme se remit à pleurer sous le coup de la peur jumelée à l’incompréhension. Écoutant avec les sourcils froncés de frustration les mots qu’elle prononça, Wyatt n’aima pas du tout la façon qu’elle avait de se dénigrer. Il ne comprenait surtout pas pourquoi les villageois s’acharnaient à dire qu’elle était folle et qu’elle avait besoin d’être internée. Lui ne l’avait jamais vu de cette manière. S’apprêtant à la rassurer oralement vis-à-vis de ses craintes, l’homme de loi se retint en entendant lui aussi des bruits de pas se rapprocher d’eux. Qui cela pouvait-il être ? Le retour de Sigrìd ? Non, l’odorat du brun se serait manifesté plutôt si c’était le cas. Regardant dans la direction d’où provenait le son, le shérif fut rassuré de constater qu’il s’agissait de Kayne. Le nouvel arrivant posa ses yeux sur le shérif et la couturière, qui était d’ailleurs encore un petit peu trop proche de lui. Face à ce constat, l’adjoint fronça un peu les sourcils avant de croiser les bras, comme s’il trouvait ce comportement un peu étrange. Comprenant son questionnement, Wyatt prit immédiatement la parole tout en avançant de trois pas vers lui.


– « Je croyais t’avoir dit de ne pas quitter ton poste Kayne. Tu es censé protéger les villageois ! »

Kayne : Ils craignent rien, t’inquiète pas. Mais quand tu es parti j’ai comme eu un mauvais pressentiment. Au final on dirait que je me suis inquiété pour rien, la fifille du maire à l’air dans son état habituel. Sans doute une crise passagère ?

– « Tu n’y es pas du tout. Quand je suis arrivé sur les lieux, j’ai dû confronter Sigrìd. Elle en avait après Zelda. Grâce à mon intervention, on a pu éviter le pire, du moins… Je l’espère.

Kayne : Sérieusement ? Cette vieille sorcière de malheur est de retour ? Bordel… Il faut qu’on prévienne le maire, qui sait ce qu’elle peut bien comploter en ce moment même.

– « Je suis d’accord avec toi. Ramenons Zelda auprès de son père et nous nous entretiendrons avec lui au sujet de la sorcière. Vous pouvez marcher, Miss Khanwald ? »

Demanda-t-il de manière formelle à la fille du maire de Scalvale, ne pouvant pas trop paraître suspect auprès de son acolyte loup-garou qui n’allait pas rechigner sur les moindres failles qu’il pouvait exploiter afin de faire pression sur Wyatt et ainsi le plier à certains de ses caprices. Mais pour l’heure, le trio quitta la forêt et regagnèrent le village sans le moindre souci. Une fois arrivés devant l’entrée de la salle communale transformée en réfectoire, ils y retrouvèrent le Maire qui fût enchanté et rassuré de retrouver sa fille.

M. Khanwald : Zelda ! Zelda enfin je te retrouve ! Que s’est-il passé ? Tu n’es pas blessée j’espère ?!

Aurait déclaré le vieil homme avant de commencer à inspecter l’état général de sa fille unique. Les deux hommes de loi restèrent un petit peu en arrière, les bras croisés. Ils allaient attendre que les retrouvailles se terminent avant de s’entretenir avec l’homme en question.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pyramid Rouge
Pyramid Rouge
MESSAGES : 268
INSCRIPTION : 23/12/2019
RÉGION : Derrière toi.
CRÉDITS : Pyramid rouge

UNIVERS FÉTICHE : Contemporain Surnaturel Horreur Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

https://www.letempsdunrp.com/t3510-le-parallelogramme-incongrue#
patrick

The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

1620427828-45353af688f2076662324d832c228cd8-1.jpg
Zelda

Khanwald

J'ai  23 ans et je vis à Scalvaleun petit village entre forêt et montagne. Dans la vie, je suisla couturière de mon village. Je suis malheureusement fiancée à Henri Degas. Sinon, grâce à ma gentillesse, je suis discrète.


????  

Lorena Lammer
Paniquée, dans ses bras tous les chagrins du monde se sentent moins. Son étreinte est chaude et agréable. Rien de pourrais briser ce petit moment et pourtant. Alors qu’il est tout inquiet et promet encore une fois quelque chose qu’il n’a jusqu’à maintenant effectivement pas cessé de faire. Cachant sa figure tout contre lui, ses larmes viennent s’arrêter en s’imprégnant dans ses vêtements. Elle soupire. Elle n’arrive pas à parler malgré qu’elle essaye. A chaque fois qu’elle tente de raconter ce qui s’est produit, son crâne semble se serrer contre sa cervelle et ses yeux se ferment. C’est trop dur ça fait trop mal et des sensations de douleurs reviennent. Et puis… quelqu’un vient puisque la neige craque sous les pas assuré de quelqu’un. En voyant l’adjoint de Wyatt arriver Zelda est un peu perdue, perplexe, elle ne sait pas quoi penser ou plutôt elle ne sait plus trop penser tout court… Tourmentée, elle reste proche de Wyatt mais accepte de défaire leur étreinte un instant. Elle ne voulait pas avoir plus de problèmes avec Henri…

Les mots de Kayne concernant Zelda sont tranchants et la jeunes femme le sent. Croisant les bras autour de sa propre taille son état de choc est visible et elle a l’air de la folle que tout le monde veut qu’elle soit. Ses larmes reprenant elle les essuies elle-même et essaye de se reprendre. Écoutant sans agir les deux hommes elle à honte de les avoirs embêtés. Mais là ou elle aurait pu voir un indice elle ne le constatera que plus tard. Les deux hommes semblaient terrifié par la sorcière. Malgré qu’elle soit terrifiante effectivement, sa présence non loin du village était bénéfique pour celui-ci : elle repoussait les loups garous. Si il en avaient peur c’est qu’ils avaient quelque chose a se reprocher ?
Face à la sorcière il faudrait qu’il soit des plus prudents. Ses armes sont multiples et sa bonne intégration générale dans le village en fait partie. Tout le monde la déteste mais tout le monde est bien content qu’elle gère de multiples problèmes médicaux et autres choses qui dépende de la vie ou la mort. Tel est le lourd fardeau de la sorcière.

-Oui, je peux marcher… mais pitier ne dites rien à personne… Sinon… sinon le village votera pour mon exécution la prochaine fois si ce n’est pas pour me ré-interner.

Les mains crispées sur le tissus de son épaisse robe un peu mouillé par la neige, ses larmes sont telles qu’après avoir parlé elle doit y aller à dos de mains pour essuyer ses joues. Sur sa réaction. l’adjoint du shérif semble lever les yeux au ciel. Il a du mal a supporter les folies de Zelda. Mais malgré tout si elle à raison en partie en ce qui la concerne. Parler au maire de la sorcière était dangereux.

- Ressaisissez-vous Kahnwald bon sang ! Les décisions du service de police ne vous regarde pas. Vous n’avez pas a décider.

Sur cette demande agressive, Zelda cesse de gémir et baisse les yeux, s’essuyant les yeux et essayant de reprendre pieds sur terre. Hochant de la tête résignée face à lui elle les suit bien plus docilement les yeux bas. Toujours incapable de prendre en main sa vie. Zelda  en retrouvant son père sourit toute timorée et essaye de ne laisser aucune faiblesse supplémentaire a  celle qu’elle à habituellement. La maire, attentif à sa fille ne semble constater aucune blessure physique ce qui le rassure un peu. Cependant il voit bien qu'elle semble ailleurs. Elle semblait dans un état similaire à lorsqu'elle était à l'hôpital... Les gens qui commençaient à manger en parlant regardait d’un mauvais œil l’arrivante et  Henri se pressa pour aller quérir sa bien aimé. Avant même que la jeune femme puisse répondre à son père il s’empresse de prendre la parole.

-Monsieur Kahnwald, laissez-moi faire. Je vais prendre soin d’elle.

Face à cette demande poli et serviable le maire n’y voit que du feu et le laisse gentiment saisir la main de sa fille qui ne grimace même pas tant elle est ailleurs. Puis elle ne veut pas inquiéter son père. L’emmenant plus loin, Zelda semble absente et son père le remarque tout de même. Mais il lui parlera plus tard. Une fois que la fille est loin de son père le maire se tourne un instant vers les membres de son village tous rassemblés.

- Villageois, tout vas bien ! Tout le monde est ici. Vous pouvez reprendre votre repas avec paix. Un bon appétit à tous.

Un sourire jovial, et tout passe mieux. La tension de la disparition de Zelda avait disparu et tout le monde mangeait paisiblement. Se retournant vers le shérif, le maire fait signe aux deux hommes de loi de le suivre dans une petite pièce de la grande salle de rassemblement. Ils devaient resté ici car les soupçons pouvaient aller sur tout le monde. Une fois plus au calme dans une pièce a part le maire prend un air plus grave.

-Qu’est-il arrivé à ma fille, expliquez-moi ? Elle semble avoir la tête vidée de toute forme d'intelligence… Ou était-elle ?  

Son inquiétude était adorablement de circonstance.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
The moon shine bright like ugly scars- feat Mr.Wolf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Pour s'amuser :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: